Rencontre en huis-clos |Pv. Harvey Dent|

Invité

MessagePosté le: Mer 3 Aoû 2016 - 20:56
 Rencontre en huis-clos


Flash-back: +/- 1 ans

Perdu dans ses pensées, Joker ne voit que son pied taper le sol de façon monotone. Il ne remarque pas Bob taper sa tête contre le mur derrière lui. Ni les cris, ni les déambulations, des autres pensionnaires semblent pouvoir le sortir de sa torpeur machiavélique. Comme figé dans le temps, son esprit est perdu dans l’éther de ses pensées nauséabondes. Il s’imagine : arrachant chaque dent du pseudo-psychiatre avant de s’enfuir en prenant sa blouse, subtilisant une fourchette pour percer la carotide d’un geôlier et encore de nombreuses autres idées ayant toutes recourent à la violence. Mais la violence n’est-elle pas la nature même de l’homme ?

Son nez commence à gratter. Il lève machinalement sa main mais cette dernière se trouve entravée par sa camisole. Ce corsage des temps modernes le ramène dans le présent. Ses petits yeux noirs balayent les différentes cellules de droite à gauche et de gauche à droite. Toutes les silhouettes sont floues à ses yeux, aucune ne rayonne dans son univers de rire et de folie.
Ils sont tous mornes et monotones dans leur folie médiocre. Des pantins de leur société, aliénés par décision de la masse bien-pensante et puante de Gotham. Il n’existe rien en ce bas lieu pour égayer ses journées. Ici, tout est morne et… Une révélation apparait, une silhouette noire et blanche se sépare de cette foule sans panache. Un homme est assis, de l’autre côté de la pièce. Son âme, scindée en deux, brille aux yeux du Joker d’une lueur monochrome.


-Enfin une attraction, digne de mon nom, héhéhé. Tout en s’étirant, la chaise recule en grinçant des pieds et des dents.
-Hey Joker ! Pas d’entourloupe...

Le clown ne prend même pas la peine de regarder le maton. Il fait comme s’il n’avait rien entendu - l’a-t’il entendu d’ailleurs ? - et continue son chemin vers sa nouvelle source d’amusement. le Joker sautille avant de poser son crâne contre sa cellule, sourire jusqu’aux oreilles et en papillonnant des yeux.

- Denty Harvey Dent ! Toujours à jouer les agents doubles ? Depuis quand es-tu ici ? Encore un coup de Batou j’imagine… Hum… Auquel de vous ai-je à faire ? Le lisse ou le rugueux ? Ahahah. Puis à voix basse. Tu pourrais pas m’enlever cette tenue ridicule ?... Entre vieux amis, on peut s’entraider hé.hé.hé.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 8 Aoû 2016 - 23:09
 Rencontre en huis-clos.
Efface ton sourire.
Arkham, le lieu ou toutes les folies de la ville de Gotham se rassemble pour former qu'un seul bloque. Tu as horreur de cet endroit. Les nuits tu n'arrives même plus à dormir, car un taré parle avec sa sœur décédée depuis dix ans toutes les nuits. Tu es là, assied dans ta cellule, la tête baissée, en rêvant de descendre se cinglé d'une balle dans la bouche. Ne pense pas à ce genre de choses Harvey. Reste concentré sur ton réel objectif. Sortir d'ici au plus vite. Les matons d'Arkham-city on mit récemment dans ta cellule une affiche comportant la phrase "Believe in Harvey Dent".  Ordre du psychiatre, car apparemment sa aurait l'effet de te calmer en voyant ta gloire passée. Quelle connerie. C'est juste en train de régler un constat dans ta tête, un constat de l'homme que tu étais avant et de l'homme que tu es devenu aujourd'hui. En clair, cette affiche est en train de te faire péter les plombs. Quelque chose attire, cependant ton attention dans la cellule d'en face. Tu ressens une aura remplie de folie et d'idée malsaine que tu n'avais pas éprouvé depuis longtemps. De plus, la silhouette du détenu n'est pas là pour te mettre à l'aise. En effet, l'homme est élancé et un long sourire vient se dessiner sur son visage.

Hey Joker! Pas d'entourloupe...

L'identité du prisonnier malade ne laisse aucun doute. Celui que l'on surnomme le prince du crime est dans le même endroit que toi. Il faut que tu saches Dent, "Mr J" n'est pas un patient ordinaire. Il est réputé dans tout Gotham pour sa folie sans limite. Tu dois éviter de rentrer en contact direct avec cet homme. La démence est contagieuse. Cependant, dame chance ne te sourit pas, car le diable au sourire sadique semble déjà t'avoir repéré. Comme à son habitude il balance une de ses petites blagues de mauvais goûts et s'approche des barreaux de sa cellule qui est voisine à la tienne et scrute son regard rouge sang vers toi. Il te demande ensuite si tu ne peux pas lui retirer sa camisole, espèce d'imbécile comme est-ce que tu peux lui retirer ses liens alors que tu es déjà attaché de toutes part? De vieux amis? Vous ne vous connaissez pas vraiment et il te parle comme si vous étiez frère d'arme. Contente-toi de détourner le regard Harvey. Cet homme ne mérite ni ta sympathie, ni ton temps de réflexion et encore moins ton énergie. Tu as décidément le chic pour t'attirer la compagnie de malades mentaux. Hors de notre vue clown.

J'te conseille également d'éviter les entourloupes J. Je n'ai pas de temps à perdre à discuter avec toi.

Tu continues à ne pas le fixer du regard comme si ce n'était finalement personne. Allez, du vent. Malheureusement, cela semble faire sourire le prince du crime plus qu'autre chose. Il fallait s'y attendre, son cerveau a été déconnecté de la réalité il y a bien longtemps. On raconte beaucoup d'histoire sur cet homme. Ancien comique ratée, premier chaperon rouge, soit disant immortel. Ce ne sont que des salades! Tout le monde meurt et être déséquilibré mentalement ne fait pas de toi un increvable. Cet homme, sa réputation, ce n'est que de la poudre aux yeux, de simples rumeurs pour effrayer les gens. Même si cela ne lui enlève pas sa dangerosité et sa nature indomptable. Ce n'est qu'un malade mental, rien de plus, rien de moins. L'homme semble d'ailleurs camper dans ses positions et refuse de partir dans son coin. Appliquons alors une seconde méthode.

Garde... Je refuse d'être une seconde de plus avec cet homme transférer-le dans une autre cellule.

Le garde-fou, détourne alors le regard comme s'il n'avait rien entendu. C'est bien ta veine, tu vas devoir subir les paroles empoisonné du roi de la démence...
Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 9 Aoû 2016 - 14:34

Le sourire jusqu’aux oreilles, son front est appuyé contre les barreaux. Dandinant son corps de gauche à droite, comme s’il cherchait à refroidir le flot de ses pensées, un rire lugubre roule du fond de sa gorge pour rebondir contre les parois des cellules.

-Oooh Dent ! Tu me fends le palpitant. Pourquoi ne veux-tu discuter avec moi ? Je n’ai pourtant jamais essayé de voler ta pièce et n’en ai aucunement l’intention. Parole de Scout. Il lève, comme il peut, son bras droit entravé faisant miner de jurer sur son honneur.  

-Mais tu n’es pas sincère avec tonton J. Et ce n’est pas très gentil de ta part ! Noon, noon, noon, le temps est tout ce qui te reste. Qu’as-tu d’autre à perdre, hein ? Ta gloire d’antan ? Ta personnalité ? Il ne te reste rien… Sauf moi ! Je suis là pour moi et tu me rejettes comme un mouchoir. Nous avons peut-être la même teinte mais je te pris de me REGARDER QUAND JE TE PARLE ! Le Joker passe sa langue sur ses lèvres avant de retrouver son sourire gracieux.

- HAaaa.. HAaaa.. HAaaa…. Je rigole Denty ! Pourquoi tant de sérieux sur tes visages. Nous sommes là pour lier des liens et défaire les notre n’est-ce pas ? Ne souhaites-tu pas… Le clown regarde les alentours avant de reprendre à faible voix … t’évader d’ici ? On peut s’entraider pour de nombreuses choses ! Kishiishiii.

-J’aurai besoin de toi et tu auras besoin de moi ! Ainsi va le monde, un donné pour un rendu. Qu’en dis-tu ?... Et si ça te plaît ou que tu y vois un avantage ou que tu tombes amoureux de moi, ça me fera plaisir mais je ne suis pas porté sur les double-facettes, ne m’en veut pas mais je préfère te prévenir. Tu me connais, la sécurité avant tout, Ohohhahiii. Peut-être pourrons nous, nous attaquez aux collants-volants ! Ooooh, qu’il me manque… Alors, Vendu ?

Et, sans même attendre la réponse, il se met à appeler le garde :

-GARDE ! Maton ! Matou ! Joujou ! Joker, à non c’est moi ça, ahahah !
-Quoi encore le fêlé ?... Pourquoi tu souris comme ça ? Tu veux une correction ?
-Quand je sortirais… Bryan… Je retrouverai ta femme et ta fille. Je leur ferais des choses que même toi ignore. Dis-moi… quels âge ont-elles ? Jeune j’espère, c’est… si… tendre quand elles sont jeunes, si innocentes, si fragiles. Tiens ?! Ça m'fait déjà d'l’effet rien que d 'y penser !  La langue pincée entre les dents, il inspire l’air dans un bruit de sussions entrecoupés.  
-Ferme ta putain de gu****

L’idiot est tombé dans le piège. Il s’est rapproché de deux ou trois pas, effectuant celui de trop. D’un mouvement sec et fort, le Joker balance son pied - entre les barreaux - dans le ventre du gardien qui titube violemment en arrière avant de se cogner la tête contre ceux de la cellule de Dent.

-Tu aimes mon cadeau Harvey ? Ouvre ta cellule et vient me libérer… Il faut être deux pour y arriver… Je te préviens avant que tu ne décides de jouer les filles de l’air ! Hé.Hé.Hé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 20 Aoû 2016 - 22:41
 Rencontre en huis-clos.
Efface ton sourire.
Voilà que le Joker te parle comme si vous êtes les meilleurs amis au monde. Enchaînant blague de mauvais goûts à paroles insensé. Ce mec est plutôt doué dans le théâtrale et les phrases remplient de double sens. Il en a d'ailleurs fait sa spécialité face à son ennemi mortel de toujours, le bat de Gotham. Comme à ton habitude tu essaies de ne pas y porter attention jusqu'à ce qu'il hausse le ton sans prévenir. Tu es grandement surpris et tu tournes lentement ta tête en sa direction. Bon sang qu'est-ce que tu fais Dent? Ne te laisses pas impressionner aussi facilement par cet homme totalement sorti des plus grands cauchemars du chevalier noir. Tu n'as aucun compte à lui rendre et tu n'as rien à lui dire, alors pourquoi diable est-il si intéressé par ton cas? Tout devient clair, lorsqu'il te dit qu'il a des envies d'évasions. Sur ce point-là tu ne peux que le comprendre, tout le monde aimerait sortir de cet endroit même un allumé de son genre. Peut-être qu'il te sera-il utile finalement. Non, attend, fait attention à toi Dent. Ne te laisses pas manipulé par J. Le choix que tu t'apprêtes à faire, c'est le pacte avec le diable. Réfléchit minutieusement à cette futur alliance. Quelle est ta réponse?

C'est une offre plutôt alléchante le clown. dis-tu tout en chuchotant. Cependant, comment compte tu t'y prendre?

Le démon au sourire aiguisé appelle alors le garde et le provoque en parlant notamment de sa famille. Voilà le fameux point qui rend ce type aussi dangereux que tu le penses. Il n'hésite pas à manipuler les autres de n'importe quelle manière et il arrive grâce à se procédé à réussir toutes ces élucubrations. D'ailleurs il ne faut pas longtemps avant que le maton tombe dans le panneau et ne s'avance trop prêt de la fosse à requin. Un seul coup à finit par mettre le garde hors service juste devant la porte de ta cellule. C'est là que l'alliance commence. Il t'as tendu une perche et tu ne peux que le remercier. Durant le moment ou il est tombé, il a laissé le trousseau de clef bien en évidence. Tu te contentes juste de prendre l'objet avec t'es dans et tu réussis tant bien que mal à le faire passer dans ta camisole de force. Ce qui te permet par la suite de te libérer de l'intérieur. Tu ouvres ensuite discrètement la porte de la cellule et tu fais rentrer le garde avant de l'enfermer d'un retournement de clef. Tu regardes à gauche et à droite. Personne ne sembles avoir remarqué ton évasion de la cellule. Tu t'approches ensuite du Joker. Le laisser dans le pétrin te plairait beaucoup, mais tu lui en dois une. Tu lui balances le trousseau en devant la porte de sa cellule. Juste assez loin pour que ce soit difficile pour lui de l'attraper et oui, toi aussi Dent tu aimes les petites blagues. Dans un ton froid et sec tu lui dis alors:

Dépêche-toi... On a pas toutes la soirée... Et si tu essaies de me doubler, les jours que tu as passés à Arkham seront les souvenirs les moins pénibles que tu aura vécu.

Sans l'attendre, tu marches en direction des couloirs en prenant gardes aux surveillant, tu visualises chacun des endroits où il y a des caméras. L'évasion ne seras pas facile et il y aurait plusieurs plans à prévoir. Le problème avec le Joker, c'est qu'il est impulsif et imprévisible. Ce ne sera pas de la tarte.
Code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 24 Aoû 2016 - 19:21


-Dent ! Toujours le mot pour rire à ce que je vois.

Le joker est forcé de s’assoir et d’avancer tant bien que mal pour atteindre les clefs. Le barreau de sa cellule est tellement serré contre lui que la camisole lui contracte les testicules. Après quelques mouvements du bassin et jetés de pieds, son talon se pose sur l’anse et il ramène les clefs jusqu’à lui. Grâce au même procédé que son nouvel allié, la camisole tombe à ses pieds. Premier geste, et certainement le plus important, il tire sur son pantalon afin de regagner de l’espace vital avant de défroisser son costume.

-Tsss, aucun respect pour les vêtements ici.

Une fois la cellule ouverte, le Clown se dirige vers Double-Face.

-Te doubler ? Cela risque d’être compliqué. Pour cela il faudrait quadrupler d’énergie, OoohOhIh. Elle est bien bonne celle-là ! Quadrupler Double-Face ! AHAH !... Bon, maintenant, suivez-moi les enfants ! pas de bêtises et tenez-vous la main deux par deux.

Le Joker, au lieu de se recroqueviller et de ramper au sol, se redresse et marche droit comme un i au milieu du couloir. Chacun de ses pas est accompagné d’un joyeux petit saut de cabris et autres mouvements de danse classique. Au bout de quelque bons, le voici devant une séparation. A gauche, le choix évident, un couloir vide à peine éclairé par deux néons grésillant. A droite, un autre couloir, bloqué par une grille électroniquement fermée et épiée par une caméra.
 
-Un-Deux-Trois, nous ferons ce choix ! Le Joker se plante devant la grille et regarde l’objectif avec un grand sourire. -Souris de toutes tes dents Dent, on est filmé !

Un bruit métallique retentit et la porte s'entre-ouvre. Le spectacle Jokeresque continue dans le couloir. Aucun garde, ni infirmier ne surveille les lieux. Cela n’est pas normal mais le Joker n’est pas ami avec elle. Bien au contraire, elle le fuit comme la peste. Le boyau continue jusqu’à un angle droit. Il arrache un extincteur d’incendie placé contre le mur.

-Quatre-Cinq-Six, nous tuerons Francis ! Tout en déboulant dans le nouveau corridor, Mr J lève son arme et l’abat sur le garde qui se tenait dans l’angle mort. Celui-ci tombe au sol dans un bruit mat.

-"De son crâne fendu s’échappe un sang vermeille, identique au rouge sanglant de l’appareil". Tu aimes Dent ? C’est un chanteur français qui a dit ça, « Meurtre à l’extincteur » quelle s’appelle. Un régale auditif.

Il laisse retomber l’arme du crime sur le sol dans un bruit ébouriffant puis reprend son avancée comme si de rien n’était. Une porte apparaît sur laquelle est écrit, en lettres majuscules, « POSTE DE CONTRÔLE ».

-Aah ! Nous y voilà enfin. Sept-Huit-Neuf, ouvrez voilà les keufs ! Khiiishiishi.

Et, comme par miracle, la porte s’ouvre de l’intérieur. La pièce est sombre car non éclairée. En entrant, le Fou enjambe un corps et se dirige vers un siège dans lequel il s’installe avant de faire plusieurs tours sur lui-même.

-Toujours étonné Double-Face ? Aurais-je Quadruplé d’énergie pour cela ? Oooooh non. Voici Vinny, un vieil et loyal ami à moi. Cela fait plus de trois ans qu’il travaille ici pour une occasion comme celle-là ! AHAHAH. Tu joues toujours tout à la pièce mon ami. Tout miser sur un seul cheval n’est vraiment pas malin hinhinhin…

Vinny, viens voir Tonton J. As-tu effacé toutes les caméras ?...
Demande-t-il au surveillant tout en continuant sa discussion avec Harvey. C’est un bon gars, ça … As-tu la clef de nos vestiaires ? OUI ?! Tu es un amour !... Je la pensais plus grande, elle tient dans une poche, je suis déception mon ami… Tu n’as pas oublié de déloquer la bouche d’égout et de placer la voiture où il faut ? Non plus ?!... Mais comment ai-je pu me passer de lui si longtemps ahahah !... Bien, maintenant, retourne toi et serre la main de notre illustre invité.

Lorsque celui-ci se retourne pour obéir à son chef, Le Joker se lève et place ses mains autour du crâne du jeune homme à peine âgé d’un quart de siècle. D’un mouvement sec et contraire, le menton de l’imberbe part violement dans un sens tandis que ses cheveux partent dans l’autre. Un craquement sourd résonne dans la petite pièce froide et le corps s’écroule lourdement au sol en renversant une tasse de café.

Sans la moindre larme ou preuve de compassion, le Prince du Crime fouille son ancien homme de main et en ressort un revolver qu’il pointe vers le seul être vivant restant dans la pièce, un sourire malsain teinté d’une pincée vicieuse au fond des yeux.Une poignée de longues secondes s’écoulent durant lesquels les deux hommes se fixent droit dans les yeux. Puis, son visage redevient radieux et son sourire rayonnant de bonne humeur avant de tendre la crosse de l’arme à son ami.


-Denty ! Pourquoi tant de sérieux ! Je te l’ai déjà dit, nous sommes amis. Vas-y, prends le, prends le pétard ! Preuve de notre nouvelle et longue collaboration hihihi…
A toi l’honneur ! Tu connais la sortie. Amène moi aux vestiaires, casier n°13 !... Discrètement si possible ! A toi de travailler. Nous sommes en collaboration pas en gardiennage, HA!HA!OH!

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre en huis-clos |Pv. Harvey Dent|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» THE DARK KNIGHT - HARVEY DENT/DOUBLE FACE (MMS81)
» Huis Clos on Stage !...
» Life Size Bust Harvey Dent "The Dark Knight"
» [Lama, Diana] Huis clos en Toscane
» Le Huis Clos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City :: Asile d'Arkham-