[Île d'Oolong] Travail d'orfèvre sur un diamant kryptonien brut: un sacré défi! [PV Divine] (Terminé)

Invité

MessagePosté le: Dim 4 Sep 2016 - 20:27
Le pouvoir. Existe-t-il une meilleure drogue que cela? J’en doute. J’en doute fort. Et en ce moment, le pouvoir, j’en avais à revendre. A.P.E.S. venait de réussir une autre opération contre les forces d’un obscur dictateur africain et déjà, la machine médiatique de notre organisation s’était mise en marche. Dans un reportage qui serait diffusé dans le journal télévisé de ce soir, le tout commencerait par cette phrase : il s’agit simplement d’une victoire de plus de la liberté face à la tyrannie. Mon responsable des relations publiques avait presque eu un frisson orgasmique en entendant cela. J’étais extrêmement douée pour dire ce que les gens voulaient entendre, ce qu’il fallait pour plaire, pour faire rêver, pour inspirer. Je suis une scientifique, une femme d’affaire et une politicienne. Je sais manipuler les gens. Et montrer une victoire de plus, bien…

Le commun des mortels est flatté dans son ego de savoir que c’est grâce à ses taxes qu’il sauve le monde, un combat à la fois. Certes, certes, nous ne sommes pas le Justice League. Nous ne sommes pas la JSA. Le gros des forces d’A.P.E.S. sont de chair et de sang, sans pouvoirs. Mais quand les « méchants » se font cacher la gueule, tout d’un coup, Superman n’est plus aussi impressionnant et Wonder Woman est juste une bimbo en costume. On oublie temporairement ceux qui ne sont pas présentés comme les héros du jour. Considérant que je devais tout faire pour redorer mon image, je comptais beaucoup sur les victoires « faciles » de mes subordonnés pour prouver que mon leadership avait du bon. Évidemment, entre s’attaquer à divers dictateurs, organisations criminelles classiques et ce genre de menaces qui sont bien présentes en ce bas monde…

Et affronter Darkseid, par exemple, il y avait une sacrée différence. Mais encore une fois, je jouais avec la perception du public. Les mères veulent des rues sécuritaires pour leurs enfants. Elles s’en moquent des autres planètes, voire des autres pays. Les personnes âgées veulent pouvoir dire que c’était comme dans le bon vieux temps, avec le triomphe de la loi et l’ordre. Les hommes veulent pouvoir dire que leur maison est leur château, pas leur forteresse. Oh je ne dis pas que nous ne nous attaquons pas à un gibier plus important. Loin de là. Nous sommes le groupe le plus versatile qui soit. Simplement, une partie de ce que nous faisons n’est pas forcément révélé au grand public. Vous imaginez bien la panique si nous avions l’inconscience de dire : aujourd’hui, nous avons neutralisé un nid de parasites extraterrestres dans une communauté rurale X. Non, vraiment.

Ce qui peut être divulgué l’est, évidemment. Ce qui est matière à débat soumit au sénateur Ishido Maad, la personne qui nous surveille, en théorie. Et je dis en théorie car bien que ce soit un homme pour qui je pourrais avoir énormément de respect, il est aussi aveugle que les autres à voir qu’en vérité, A.P.E.S. sert autant mes intérêts, mes compagnies et mon pays que ma réputation. Je veux faire le bien, attention. Être du bon côté de la loi est probablement une des décisions les plus intelligentes que j’ai prise dans la dernière décennie. Mais je ne vais pas cracher sur le profit et les opportunités de faire avancer la science en me foutant bien de l’éthique et du reste. Et non, évidemment, les « gentils » n’approuveraient pas de mes méthodes mais bon sang, le temps qu’on perd en suivant l’éthique et les procédures morales… On n’arrête pas le progrès, merde.

Du coup, c’est une chose d’avoir des agents loyaux sous ses ordres, des gens qui croient en la cause. En A.P.E.S. et ce qu’il peut représenter. Mais c’est encore mieux d’avoir des gens qui vous sont loyaux à vous en tant qu’individu. Et justement, j’avais décidé d’investir dans une proie facile. La Kryptonienne répondant au nom de Divine. Maintenant attention. Je dis proie facile parce que je comprends mieux qu’elle ne le suspecte ce qu’elle vit. Partir de rien et devoir se forger quelque chose, vivre dans l’ombre d’une autre… Vouloir avoir la reconnaissance qui nous est due… C’est l’histoire de ma vie, en fait. Ce que je peux détester Wonder Woman. À en avoir des envies de meurtre. Je me demande si je pourrais utiliser Divine pour détruire l’Amazone… Mais c’est de peu d’importance. Ce qui pourrait être… Ce n’est pas ce qui doit être mon focus.

C’était une belle journée ensoleillée et je me trouvais au sommet des installations dédiées à A.P.E.S., soit notre QG situé sur l’île d’Oolong que je contrôle, soit dit en passant. J’en suis la présidente. Trouvez la plus haute salle de la plus haute tour et c’est à moi. Un étage entier pour ma personne. Mon bureau, également, quand je ne suis pas au palais présidentiel. En ce moment, j’y suis, en train d’avoir une conversation insipide avec le président des États-Unis. Ce pays, manifestement, est incapable de rester hors des ennuis plus que cinq secondes. Je comprends que votre mandat soit international, me dit-il, mais il faut affecter plus de ressources aux États-Unis. Nous avons fondé A.P.E.S. après tout, poursuit-il, avant de se lancer dans un monologue qui me plonge dans un ennui presque mortel. Mais mon visage n’en laisse rien paraitre. Ne jamais jouer au poker avec moi.

Blanca, ma chef de la sécurité et probablement la personne la plus proche de moi en tant que personnel (c’est aussi mon assistante), m’informe que Divine est arrivée, rentrée de sa dernière mission solo. Oui bon. La Krptonienne aurait pu voler jusqu’à ma fenêtre et s’éviter les escaliers ou l’ascenseur mais ici, ce sont mes règles et si je dis : dans mon bureau, ça veut dire : tu fais comme tout le monde et tu prends l’ascenseur. Je me fais un point d’honneur à rappeler que certains ne sont pas des « supers » et qu’avoir des pouvoirs ne veut pas dire s’en servir à tout va. Non mais. Ici c’est une organisation sérieuse, pas un jardin d’enfants. Je remercie Blanca et indique au président des États-Unis que j’ai une affaire urgente à régler, que nous reprendrons cette conversation plus tard et avant qu’il ne puisse protester, je coupe la ligne. Il peut bien rappeler, je ne répondrai pas. Je me concentre sur Divine.

Vous remarquerez que je ne me suis pas levée pour l’accueillir. J’attends qu’elle traverse la distance entre la porte et mon bureau avant même de donner l’impression de reconnaitre sa présence. Divine a une confiance en elle très faible et elle a besoin de voir en moi une figure d’autorité, une figure dominante. Elle pourrait me tuer sans même faire d’efforts. Je suis Humaine, elle est Kryptonienne. Mais Divine est au mieux une adolescente dans un corps d’adulte et moi, je suis celle qui a l’expérience de la vie. Elle me respecte. Je ne sais pas si elle me craint mais je sais qu’elle me respecte. Jamais encore elle n’a osé défier mon autorité. Et elle ne le fera pas. Jamais elle ne le dira, par orgueil, mais elle a besoin de moi. Et je ne le dirai jamais non plus mais j’ai besoin d’elle. Une tête sans muscle ou des muscles sans tête, ça ne va pas bien loin. Mais.

Avec ma tête et ses muscles… C’est un dangereux duo qui pourrait se former. D’un geste de la main, je congédie Blanca et je fais signe à Divine de s’approcher de moi. Autrement dit, de contourner le bureau. Elle est plus grande que moi. Un mètre quatre-vingt-deux je dirais et moi bien… Au mieux des mieux, cent soixante-quinze centimètres. Avec ou sans talons… Je ne répondrai pas à cette question. Elle est mal à l’aise. Ça se voit dans sa posture. Je la regarde et mon expression se radoucit. Je me lève et malgré la différence de taille, elle pourrait faire dix centimètres de haut qu’on ne verrait pas mieux que c’est moi qui commande, qui domine. Je lève la main vers son visage, doucement et je la vois se raidir. Un réflexe. Elle est habituée aux coups. Pas à de la considération. Ma main touche sa joue et je peux presque entendre ce soupir de soulagement qui ne demande qu’à sortir.

Je caresse du pouce son visage, un geste doux et presque maternel. Je vois dans ses yeux la gratitude. La reconnaissance. Autant c’est « une grosse brute », autant elle fond pratiquement littéralement quand je reconnais sa valeur en tant que personne. Ce contact n’est pas innocent. Au début, Divine était une vraie boite de ressorts. Toujours tendue. Puis tranquillement, je l’ai habituée à se détendre. À intégrer la notion de « terrain allié ». Ici, personne ne va lui faire du mal. Elle est dans mon domaine et quiconque osera s’en prendre à mon personnel ou à mes citoyens va se rendre compte que le proverbe « l’Enfer n’est rien à côté de la colère d’une femme » n’est pas qu’un proverbe en ce qui me concerne. Je lui souris et elle me sourit timidement. D’un geste, je lui fais signe d’aller s’asseoir. Je n’ai toujours pas dit un mot. Et elle m’obéit, au doigt et à l’œil.


« Tu fais de beaux progrès, Divine. Tu vois? Je te l’avais dit que tu n’étais pas qu’une arme et un monstre. Je ne recrute pas les objets. Je recrute le talent. Et du talent, tu en as à revendre. Et je vais t’aider à bien le développer, à bien l’utiliser. Ensemble. C’est mon rôle en tant que chef de veiller sur ceux qui sont sous mes ordres. C’est aussi mon rôle de les protéger. Oui Divine. De vous protéger tous. Tu doutes?

Non. Ne te raidis pas. Ce n’est pas un reproche, c’est une question. Tu n’es plus entre les griffes de tes créateurs. C’est normal de douter, de se poser des questions. Tu es une personne. Tu as bien compris mes mots? Une arme ne questionne pas. J’ai beau être une simple Humaine, cela ne veut pas dire que je ne ferai pas tout pour protéger mes subordonnés. Je serais indigne de vous commander si je n’étais pas prête à cela.

Et je m’attends, bien sûr, à la même chose de chacun d’entre vous. Divine? Regardes moi dans les yeux. Arrêtes de regarder le bureau. Je suis ta patronne, oui. Mais tu n’es pas mon esclave. Tu es mon employée. Tu reçois un salaire et divers avantages sociaux. C’est mieux. Regardes moi bien dans les yeux. Comme ça. Dis-moi Divine, tu serais prête à me défendre, non? Est-ce que tu serais capable de tuer pour me protéger? Hum?

Parce que moi je serais prête à tuer pour vous. Oui. Tu m’as bien entendu. Vous comptez tous à mes yeux. D’ailleurs je… Non. Ça ne fonctionnera définitivement pas. Allez viens. Tu t’en vas sur la table à massage, je peux presque entendre les nerfs de ton cou et de tes épaules sur le point d’exploser. Tu es trop tendue. Trop stressée. Il va vraiment falloir travailler sur les interactions sociales entre employée et patron, ma pauvre Divine.

Voilà, couches toi sur la table et laisses moi te masser. Ouah… Je ne pensais pas qu’on pouvait être aussi tendu. C’est très mauvais pour la concentration, la digestion et le sommeil. Tu me fais confiance, Divine? Parce que si tu me fais confiance, je vais que tu fasses un gros effort, que tu te détendes et que tu me laisses t’aider. Je disais donc : Divine, tu serais prête à me défendre, non? Est-ce que tu serais capable de tuer pour me protéger? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 11 Sep 2016 - 16:46
Rencontre avec la patronne
Un massage ? Sérieusement ?


Encore une mission en solitaire d'effectuer, Divine avait rejoint une organisation appelée l'A.P.E.S après une altercation avec une certaine Voodoo lors d'un contrat de mercenariat. Veronica Cale, celle qui en est à la tête l'avait trouvé intéressante. En général, la kryptonienne évitait ce genre de personne, de peur qu'elle l'utilise comme une arme, une sorte de Maxwell Lord au féminin. De plus, elle avait promis à Anthea et à ses amis de ne plus se faire avoir par de belles paroles et de réfléchir à tout ce qu'on lui proposait. Plus de contrat qui demandait de tuer de pauvres innocents, d'être un peu plus indépendante et de découvrir le monde en voyageant de temps en temps. Cela pouvait permettre à Galatea de gagner de l'expérience de vie même si elle lui restait une dizaine d'années à vivre. Du coup, la brune s'était méfié de Cale et honnêtement, elle avait pris un peu de temps pour réfléchir à sa proposition avant de la rejoindre. La femme avait rejoint ce groupe plutôt bien organiser et virtuellement très riche. Veronica était finalement différente de Maxwell et de Sivana, elle savait se faire respecter et autoritaire, mais elle prenait soin de Divine comme une sorte de mère ou mieux, une tendre amie lorsqu'elles étaient seules dans son bureau. Personne ne lui avait montré tant de tendresse à part Anthea lorsqu'elle essayait de faire des approches ou Atlee.

Sérieusement, Divine ne comprenait pas ce que recherchait cette femme en se montrant si pacifiste envers elle. À vrai dire, Galatea ne comprenait plus grand-chose, car avec la révélation de Sivana sur son espérance de vie, cela l'avait un peu démonté moralement. Heureusement, la petite Anthea lui donnait encore la force d'apprécier la vie. Atlee lui avait dit qu'elle était la maman de la gamine, mais Divine ne savait pas comment s'y prendre en ayant jamais eu de mère de sa vie. Du coup, cela allait être compliqué sauf si elle prenait la peine d'en toucher un mot plus sérieusement avec Karen ou une autre femme plus mature qu'elle. En parlant de la petite clone, la brune avait été la voir dans ses appartements sur l'île d'Oolong pour savoir comment elle allait et si elle maîtrisait un peu mieux ses pouvoirs. Pour une gamine de son âge, ça ne devait pas être facile de le faire, mais Divine lui donnait des conseils. Après tout, elle a toujours été considéré comme un monstre et une arme, elle savait très bien utiliser ses armes et se battre. Or, elle ne voulait pas que sa petite devienne comme elle et du coup, la brune la cachait de beaucoup de monde. Veronica ne savait même pas qu'Anthea était dans le complexe, dans l'habitation de la kryptonienne. Divine attendait le bon moment et de mieux la connaître sur le long terme. La femme prenait goût à tenter de nouer un lien de confiance avec la petite, elles discutaient ensemble, s'entraînaient et jouaient même si Galatea avait eu du mal et encore aujourd'hui, la notion de jouer lui était difficile.

Après quelques instants passés en sa compagnie, Divine partit vers la tour principale pour rencontrer à nouveau Veronica. La brune avait terminé sa mission, elle était tendue comme dans ses habitudes lorsqu'elle venait dans ce bureau. Galatea demanda à Blanca de l'emmener vers la patronne, car elle avait fini sa mission. La brune aurait plus facilement eu accès au bureau en volant au lieu de s'ennuyer dans l'ascenseur, mais la présidente était contre le fait que les supers utilisent leur pouvoir à tout va. Entrant dans le bureau en compagnie de la chef de sécurité, Vero semblait avoir terminé avec une conversation des plus sérieuses. Quand la patronne se concentra sur la brune, Divine s'approcha alors du bureau pour éviter que la femme puisse hausser le ton pour se faire comprendre. Toujours assise, elle ne s'était pas levée pour accueillir la kryptonienne, elle jouait bien son rôle de leader en cherchant à montrer aucun signe de faiblesse. Ce n'était qu'une humaine, Divine pourrait la briser si aisément, mais cette femme semblait différente des autres. Évidemment, elle ne la craignait pas, elle n'était pas totalement soumise à qui ce soit, mais elle la respectait pour sa force de caractère malgré qu'elle soit une humaine entourée de métahumain ou extraterrestre.

Veronica avait congédié Blanca à retourner à son poste, loin du bureau, ce qui était normal vu qu'elle n'avait plus rien à y faire. Ensuite, Cale fit un signe à Divine qui lui demanda de contourner le bureau, la brune se demandait ce qu'elle voulait exactement. Évidemment, Galatea exécuta l'ordre en le faisant sans rien dire, silencieuse, elle ne disait rien pour le moment. On ne lui avait pas demandé de faire son rapport à propos de sa dernière mission, du coup, elle attendait que la patronne le lui demande. Or, la blonde fit autre chose qui surprit un peu la brune même si elle devait censé être habitué à cette tendresse. Caresse sur le visage, la présidente cherchait quoi exactement ? Ah oui, elle voulait que Divine soit moins tendue et ait plus confiance en elle ainsi qu'à sa patronne. C'était un peu déstabilisant pour la kryptonienne de recevoir ce genre de traitement de la part d'une personne qu'elle connaît à peine. Au moins, Divine pouvait lui être reconnaissant de bien la traiter et de ne pas la voir comme une arme. Évidemment, Galatea doutait toujours d'elle-même, malgré ses aventures en compagnie d'Atlee et des leçons de moral. Un sourire de la part de Cale, du coup, la brune afficha un léger sourire, un peu timide sur le coup avant d'aller s'asseoir sous la demande de la présidente.

Assise sur la chaise devant le bureau, Divine restait calme et attentive à ce que Veronica allait lui dire. La femme aux commandes de l'A.P.E.S se mit à parler en commençant à complimenter Galatea sur des beaux progrès depuis son arrivée dans l'organisation. Obéissante et à aucun moment, la kryptonienne avait cherché à agir contre l'autorité de la blonde. De toute façon, la brune n'avait pas à le faire, car cette dernière ne lui avait rien fait de mal ni même à Anthea -même si elle ne connaissait pas son existence pour le moment- ou à ses amis. Du coup, la mercenaire n'avait pas à se rebeller ou à lui faire comprendre qui ne fallait pas la prendre pour une idiote. N'empêche, Veronica lui rappela tout de même que Divine n'était pas un monstre ni une arme, car ce n'était pas sa manière de voir les gens ni même ce qu'elle voyait en la brune. La blonde recrutait des gens avec du talent et il y en avait beaucoup chez la kryptonienne. En effet, Divine en avait à revendre et la femme allait l'aider à le développer afin de bien l'utiliser. Son rôle était de veiller sur ceux étant sous ses ordres, les protéger, tous sans exception. Elle demandait à Divine si elle doutait de ses paroles.

« Non...aucunement. » Dit-elle en croyant que ça pouvait être un reproche.

Veronica lui expliqua que ce n'était pas une reproche, mais une question. Question que la brune avait finalement répondue assez rapidement, au moins, c'était réglé. N'étant plus entre les griffes de ses créateurs, Divine n'avait plus à douter même si c'était normal de se poser des questions même de douter malgré tout. Galatea l'écouta attentivement sans lui couper la parole, elle était intéressée par sa vision des choses. Divine était pour elle, une personne, un être vivant fait de chair et de sang comme elle. Cale se disait d'être une simple humaine, mais rien ne lui interdisait de protéger tout le monde dans le complexe, mais à sa manière. Effectivement, elle serait une chef indigne si elle n'était pas capable de le faire. Évidemment, elle attendait cela aussi venant de leur part, ce qui était normal. La regarder dans les yeux, la brune le fit sans trop discuter même si elle faisait ça depuis un moment déjà. Il a fallu un moment d'inattention pour qu'elle le remarque que Divine matait le bureau. Cale est sa patronne et Divine son employé, non son esclave comme elle le précisait actuellement. Un salaire et des avantages sociaux, ce qu'elle pourrait utiliser pour Anthea pour la gâter un peu. Elle en posait des questions cette blonde et de plus, Gala n'avait pas trop eu le temps de lui répondre que Cale reprenait la parole.

Veronica sera capable de tuer pour eux, pour les protéger même si ça pouvait atteindre à sa vie. C'était courage pour une simple humaine et Divine respectait sa patronne pour sa détermination. Soudain, la femme demanda à Galatea d'aller sur la table à massage, la brune était très surprise de la demande de sa patronne. Stressée ? Tendue ? Bosser sur l'interaction entre employé et patron ? Cale pensait que c'était à cause de sa présence, mais ce n'était pas du tout le cas. La kryptonienne était stressée et tendue pour autre chose comme comment gérer une enfant de huit ans ayant des pouvoirs comme les siennes, savoir qu'elle n'avait que 10 ans pour vivre et éduquer l'enfant pour en faire une bonne personne. Franchement, ce n'était pas facile, mais soit autant ne rien dire pour le moment.

« Bien...Madame Cale. »

Divine partit alors s'allonger sur la table à massage, évidemment, c'était gênant que sa patronne aille la masser alors que c'était Divine l'employer tout de même. N'ayant pas eu d'autre ordre, Galatea garda son haut même si ça ne devait pas être très pratique pour un massage, mais soit, Cale n'avait rien dit. Veronica critiqua le fait que la brune soit si tendu et lui demanda si elle lui faisait confiance. La kryptonienne hocha légèrement la tête pour dire oui et écouta la suite de sa phrase. La blonde parlait vraiment beaucoup, autant qu'Atlee ? Peut-être pas, mais presque. Du coup, la brune essaya de se détendre du mieux qu'elle pouvait, mais ce n'était pas gagner pour autant. La voilà en train de reposer les mêmes questions d'il y a cinq minutes. Défendre sa famille ? Sa fille ? Et maintenant, sa patronne ? Cela en faisait des gens à défendre, mais pourquoi pas, Divine n'était plus à ça prêt à ne plus avoir de vie sociale pour eux.

« Je suis déjà habitué à tuer pour défendre quelqu'un, madame Cale. Pour vous, je serais capable d'en faire autant. À vrai dire, vous êtes différents de mes créateurs, vous êtes autoritaires, mais aussi tendre envers moi et sans doute envers les autres. C'est la première fois qu'une personne me traite si bien et ça m'est un peu difficile pour le moment, mais je m'y habituerai. » Divine lâche alors un soupire d'aise. « Vous êtes douées, madame Cale. Je suis tout de même un peu mal à l'aise que ma patronne me donne du bon temps, ça devrait être l'inverse. Cependant, je ne m'y connais pas en massage, désolée. Il y a tellement de choses que je dois apprendre...dites-moi, madame Cale, m'aideriez-vous à m'apprendre des choses pour améliorer mon expérience de la vie ? Je manque cruellement de connaissance et je ne sais pas à qui demander...désolée de vous demander ça si soudainement. »

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 11 Sep 2016 - 18:42
Je commence le massage et même si Divine a gardé son haut, je suis Veronica Cale. Vous pensez vraiment que je suis du genre à ne pas pouvoir fonctionner correctement à cause d’un vulgaire morceau de tissu? Vous auriez tort de le croire et s’il est vrai qu’il gêne un peu, cela ne m’empêche nullement de lui faire vivre une expérience fort agréable. Bon sang, c’est un véritable paquet de nerfs cette petite. Et elle a bien trop tendance à voir les choses de façon très tranchée. Certes, le patron commande aux employés… Mais il fait quoi le patron, sans employés? Pas grand-chose. C’est ce que j’essaie de casser comme mythe au sein d’A.P.E.S. pour créer une vraie synergie à tous les niveaux. J’ai autant besoin d’eux que d’eux de moi. Mais pour le moment il ne s’agit pas de moi et de mes employés. Il s’agit de moi et de Divine.

Divine est la clé de tellement de choses et elle ne le suspecte même pas. Sa mauvaise estime d’elle et sa vision trop contaminée par ses créateurs font qu’elle est aveugle au potentiel immense qu’elle représente. Éventuellement, je l’amènerai à réaliser la chose. Pour le moment, je dois être prudente. Elle ne doit pas se sentir manipulée ou utilisée et ce serait vraiment très, très, très désagréable qu’un stupide quiproquo vienne tout gâcher. Je continue de la masser en l’écoutant parler et je tente de semer en elle la graine de la fierté. Qu’elle comme à se voir supérieure aux autres membres d’A.P.E.S. parce que la patronne prend le temps de s’occuper d’elle personnellement. Rien n’a été laissé au hasard, tout a été savamment calculé et planifié. Divine est le futur. Mon futur. Le legs que je compte laisser par-delà A.P.E.S. et ma propre mortalité. Oui. À ce point.

Mais encore une fois nous n’en sommes pas là et je continue de m’occuper d’elle tout en pensant à ma réponse. Sans même avoir eu à faire d’effort, Divine m’ouvre la porte grande ouverte. Et je compte bien en profiter. Accentuant mon massage de ses épaules et de son cou, pour qu’elle se sente plus détendue et donc plus vulnérable, je réfléchi à toute vitesse à ce que je vais répondre. Trop en faire et elle sera automatiquement méfiante. Ne pas en faire assez et elle aura l’impression que je ne la considère pas à sa juste valeur. Tout est une question de tournure de phrase et de mesure. Et je suis douée pour ce genre de petit jeu. Ne t’en fais pas Divine, je vais te donner de quoi te satisfaire en guise de réponse à te mettre un sourire sur le visage. Ta patronne va te montrer qu’elle sait prendre soin de ses employés, si le massage ne t’a pas entièrement convaincu.


« Divine… Je suis touchée par l’estime que tu me portes mais tu oublies un détail. A.P.E.S. ne pourrait pas fonctionner sans ses toi et les autres. Le mythe du patron au-dessus de ses employés, c’était mignon au XXème siècle. Oui, je suis ta patronne mais chaque employé est une part importante de l’organisation et ne devrait pas se sentir inférieur. Vous faites confiance à mon leadership et je vous en remercie.

Il faut bien que je sois là pour vous et sache que cela me fera plaisir de t’aider et de répondre à tes questions. Est-ce que tu as des interrogations particulières en tête? Tu peux les poser pendant que je continue à faire le massage. Tendue comme tu es, nous en avons pour un moment encore. Je serais presque tentée de te prescrire des exercices de relaxation mais je doute que ce soit ton genre. Et il n’y a pas de gêne à avoir. Tout ce que tu vas me dire restera entre nous. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 15 Sep 2016 - 20:14
Des questions sur la vie !
Qu'est-ce que l'amour ?


Allongé sur la table de massage, Divine se faisait masser par sa patronne, ce qui était plutôt surprenant. Évidemment, la blonde avait toujours eu tendance à se montrer douce envers la brune lorsqu'il n'y avait personne. Rares sont les fois où quelqu'un s'était montré si attentionné envers la kryptonienne et cela lui faisait bizarre. Galatea exclut Atlee de ses pensées, car cette dernière était tout le temps doux et gentil avec tout le monde. Elle était vraiment spéciale la Stratanne, c'est pour ça que la femme l'appréciait beaucoup pour sa sympathie légendaire. Qu'est-ce que c'était la différence entre Cale et Terra ? C'était le fait qu'Atlee montrait sa sympathie tout le temps alors que Veronica, il était difficile de la cerner. Difficile de savoir si la présidente de l'A.P.E.S la manipulait ou elle était tout simplement sincère vis-à-vis de la brune. En tout cas, même pour manipuler les gens, personne ne mettrait sa fierté de côté pour masser son employé. En tout cas, Divine se sentit un peu spéciale depuis son recrutement et Cale était quelqu'un que la mercenaire semblait avoir beaucoup de respect. Cependant, la femme n'avait pas beaucoup d'expérience dans la vie, il y avait beaucoup de questions qui lui venaient en tête bien trop souvent, ces derniers temps.

Avec qui pour discuter de ses questions et de l'expérience de la vie ? Karen semble trop occupée en ce moment et quand elles se parlent, c'est souvent une dispute. Atlee ? Trop naïve et elle se trouve dans le même cas que la brune. Anthea ? Trop jeune pour cela et Divine regardait des dessins animés avec elle. Il ne restait que Veronica, une femme avec qui la mercenaire peut discuter sans se disputer, la blonde semble mature et elle a dû vivre énormément de chose. Elle doit disposer de beaucoup de connaissances. Certes Power Girl n'est pas différente à ce niveau-là, mais elle est chiante comparer à Cale. Se faisant masser par sa patronne, la brune essayait tout de même de se détendre, après tout, la blondie l'avait demandé. En effet, ça sera plus simple pour la femme mature de masser la kryptonienne si elle est détendue que tendue, ça valait de soi. Tant de question à lui poser, Divine ne savait pas par quoi commencer si sa chef était d'accord pour l'aider. L'amitié ? L'amour ? Le rôle de maman ? Être responsable ? Une vie normale ? Et encore plein de chose. Et dire que Galatea était venue dans son bureau juste pour lui parler de son rapport de sa dernière mission, mais pas pour se faire masser et se confesser.

En tout cas, Divine avait pris son courage à deux mains et elle avait demandé de l'aide à sa patronne pour l'aider. Cette dernière remercia Galatea pour l'estime qu'elle lui donnait, mais lui rappelant que ses employés tout de même importants. Ensuite, la blonde accepta de l'aide à trouver des réponses à ses questions. Pendant ce temps-là, Cale continuerait de la masse sans trop de problèmes. Veronica est vraiment une fille bien, selon la kryptonienne et honnêtement, elle était très belle. Bizarrement, la brune se sentait un peu attirée par elle, mais la mercenaire ne savait pas ce que cela signifiait réellement. Vero aimerait bien que la brune soit moins tendue et qu'elle puisse se détendre, une solution à trouver pour plus tard. Galatea devra trouver un moyen de se détendre et de prendre la vie comme il se doit de l'être. Alors par où commencer exactement . Quoi dire ? Comment le dire afin que sa patronne puisse la comprendre ? C'était potentiellement difficile à débuter ce nouveau sujet de conversation. Bon, Divine avait combattu des monstres, Power Girl, une magicienne et une Amazone, Veronica ne devait pas être un obstacle infranchissable.

« Je ne suis pas trop pour les exercices de relaxation. Et, par où commencer ? » Elle réfléchit et reprit la parole. « Il y a tellement de choses que je voudrais savoir, mais je ne sais pas par où commencer. Madame Cale, comment fonctionne l'amour ? Comment sait-on qu'on aime quelqu'un ? »

Ce n'était pas un sujet que la brune abordait le plus souvent, mais sa vie avec Atlee et sa dernière relation avec Rik la faisaient réfléchir. Auparavant, cela ne lui aurait pas traversé l'esprit d'en savoir autant sur ce sujet ni sur d'autre d'ailleurs. Cependant, certaines personnes de son entourage lui avaient fait comprendre qu'elle n'était pas un monstre, mais une personne. Alors pour son bien et celui de sa fille -qu'Atlee l'avait donné ce rôle sur un coup de tête-, Galatea devait changer et apprendre tant de choses pour les transmettre à Anthea. Cela n'allait pas être facile, or Divine ne perdit pas espoir sur le fait de pouvoir réussir et de changer. La kryptonienne allait prouver à ses créateurs que leur bête de foire allait devenir une humaine avec un coeur, tout ça grâce à Veronica et ses amis. Par contre, parler d'amour, ça la faisait un peu rougir et cela la mettait un peu mal à l'aise, c'était étrange de se sentir ainsi pour la brune. Mais, il y avait tant de choses à faire pour passer le temps et être en compagnie de Cale, c'était apaisant.

« Et puis...je ne sais pas si vous avez eu un enfant, madame Cale, mais vous êtes très belle alors en terme de relation amoureuse, vous avez dû être populaire. Pour revenir au sujet, comment devenir une bonne mère ? Comment être quelqu'un de responsable ? S'il vous plaît. Désolée de vous en demander trop. » Dit-elle en rougissant un peu et se sentant un peu gênée. La brune retira son haut pour rendre le massage plus agréable et le lance au loin. Elle cacha tout de même sa poitrine contre la table en restant allongé sur le ventre.

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 15 Sep 2016 - 21:59
Eh bien… Elle avait des questions bien spécifiques Sur l’amour, pour commencer puis sur le rôle de mère et les responsabilités. Et elle se mettait plus à l’aise, ce qui semblait indiquer qu’elle se sentait suffisamment en confiance pour abaisser ses défenses. Nous allons prendre ses questions dans le désordre. Y aller avec le plus important et finir avec le plus abstrait. Je vais probablement devoir vulgariser certains concepts ou lui donner des exemples mais bon. Une bonne poitrine se doit d’être là pour ses employés et les aider à toujours être le plus efficace ou le mieux équipé possible. Commençons par les responsabilités. C’est le plus facile. Je me lance dans un discours semble et sympathique où je mets de l’avant l’importance de toujours penser plus loin que les effets immédiats. Court, moyen et long terme. Quelqu’un de responsable y pense.

Je lui explique pendant de longues minutes qu’être responsable ne veut pas dire devenir sérieux et cesser de s’amuser ou de profiter de la vie. J’insiste sur l’importance des loisirs, de savoir faire une pause, de prendre soin de soi, citant en exemple plusieurs cas de personnalités connues qui ont dû interrompre leur carrière car bien qu’en général responsables, elles s’étaient montrées irresponsables. Le tout est inculqué de manière à ce que ce soit simple à comprendre pour elle, que ce ne soit pas ennuyant pour elle à entendre. Le tout combiné à cet agréable massage. La question d’être une bonne mère, maintenant… Je ne mentirai pas, ça fait plus mal. Je ne peux m’empêcher de penser aux sacrifices de ma mère et à ma propre situation. Bon. Marquons quelques points parce qu’elle va me trouver sympathique et « humaine ». On va se faire violence.


« Être une bonne mère, Divine, c’est être prête à tous les sacrifices pour son enfant. Ma mère était une prostituée. Elle vendait son corps pour que des hommes aient du sexe avec elle pour pouvoir ramener de la nourriture sur la table et payer le chauffage pour ne pas que je meurs de froid en hiver. Elle s’est ruiné la santé pour pouvoir m’envoyer à l’école. Et elle est morte dans mes bras d’un cancer. Je…

Excuses moi. C’est un sujet très sensible, je suis sûre que tu comprendre. Moi-même je ne peux avoir d’enfant. Je suis stérile. Mais j’ai beaucoup appris de ma mère. Un enfant, c’est l’héritage que nous laissons en ce monde après l’avoir quitté. Il faut tout faire pour lui permettre de réaliser son plein potentiel, quitte à se sacrifier pour lui ou pour elle. Je te souhaite d’avoir un jour un enfant, Divine. Tu feras une super mère. »


Je me doute que si elle pose la question, c’est qu’elle est dans une situation où elle a la charge d’un enfant. Oh pitié. Divine est subtile comme un char d’assaut dans un village de nains à la fantasy. Elle pense vraiment que je ne vais pas me rendre compte de la chose? Je suis une politicienne, une scientifique et une femme d’affaires. On ne me cache pas les choses si facilement. C’est presque mignon. Divine, capable de soulever un camion au-dessus de sa tête mais incapable d’être subtil. C’est comme sa question sur l’amour. C’est trop soudain et aléatoire pour être une question innocente. Divine a été créé en laboratoire et son inexpérience en fait une personne excessivement facile à cerner. Ce n’est pas pour rien que je prends un malin plaisir à répondre à sa question sur l’amour en murmurant directement dans son oreille tant les choses plus « soft » que les affaires plus matures…

« Il y en a évidemment beaucoup plus à dire sur l’amour, un sujet considérablement plus vaste que les responsabilités. Mais si tu veux mon avis, n’attends pas. Fonce. On ne sait jamais de quoi demain sera fait. Si tu aimes quelqu’un, affirmes toi. Fais le lui savoir. Hésiter pourrait te faire perdre la personne que tu aimes qui pourrait très bien aller avec quelqu’un d’autre. C’est très cocasse, j’ai l’impression de répondre aux questions de ma fille adolescente… Si j’avais pu en avoir une. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 21 Sep 2016 - 18:36
Conseil d'amie !
Être mère, c'est ça ?


Ça faisait plusieurs minutes que Divine était dans le bureau de sa patronne, elles avaient commencé à discuter ensemble sur certains points abordables. Cependant, Galatea avait besoin de se confier à quelqu'un et de connaître des réponses à ses questions. Veronica était la seule personne sur l'île d'être digne de confiance et de plus, Divine se sentait étrangement bien à ses côtés. La brune ne voulait pas la perdre ni voir quelqu'un de trop proche de la blonde à la lui voler. La brune ne savait pas ce que ça pouvait bien signifier, mais elle le saura tôt ou tard. La vie était courte et surtout celle de la kryptonienne qui pouvait vivre que dix ans depuis sa création, elle devait combler sa vie comme elle le pouvait. Là, elle ne regretta pas d'avoir pris Anthea sous son aile, comme l'avoir adopté. Or, elle ne savait pas comment s'y prendre avec elle exactement et des conseils lui seront fort utile. Cale était tout de même bizarre et spécial, difficile à cerner, mais une chose était sûre, Divine lui faisait tout de même confiance. La présidente de l'organisation lui avait tout de même vendu sa confiance en lui expliquant son point de vue sur sa façon d'être. Et depuis qu'elle est là, la brune se sentait mieux et chouchouté de sa part comme aujourd'hui avec le massage par exemple.

Divine lui avait posé des questions sur être responsable, le rôle d'une mère et sur l'amour, trois sujets plutôt intéressant à aborder. Pour le moment, c'était le plus important pour la brune avec ce qu'elle vivait actuellement et elle avait besoin de connaître l'avis de Veronica. La blonde commençait par le fait d'être responsable, ce qui l'étonna, mais étant une chef, elle devait s'y connaitre dans ce sujet. La brune l'écouta attentivement tout en se faisant masser le dos, ce qu'elle disait, était très intéressant et à prendre cet avis au sérieux. Savoir être sérieux et s'amuser, tant que c'était inculqué sans trop en faire, savoir faire la différence entre le bien et le mal, ce qui doit être fait ou pas à faire. Ensuite, la blonde commença à s'attaquer à la question sur le fait d'être mère, ce qui intéressait le plus la brune. Anthea devait avoir huit ans et Divine devait l'éduquer, mais difficile de savoir comment s'y prendre sans faire d'erreur. Cale parla de son passé et de sa mère, c'était triste d'entendre cela. Sa mère avait sacrifié sa santé et son corps pour faire vivre sa fille, c'était de l'amour maternel. Une mère devait se sacrifier pour le bonheur de son enfant, selon Veronica, Galatea pourrait faire une bonne mère. De plus, la blonde ne pouvait pas avoir d'enfant, elle était stérile, c'était horrible comme chose pour une femme.

« Désolée pour votre mère, je ne voulais pas vous faire rappeler cette souffrance. Et je ne sais pas si je serais une super maman, je n'ai jamais eu de mère et donc, pas de modèle sur qui m'inspirait pour prendre exemple. Cependant, je ferai de mon mieux. Merci, Madame Cale. »

Ensuite, la blonde s'avança sur le terrain de l'amour, en effet, Divine lui avait demandé comment savoir si elle était amoureuse et comment cela fonctionner. Ce ne devait pas être une priorité pour Divine qui aimait le combat et souvent comparer à un char d'assaut sans tenue ni délicatesse. Du coup, lorsqu'elle parlait d'amour et de savoir ce que c'était, ça aurait pu étonner beaucoup de personnes. Or, Cale semblait prendre un plaisir à lui en parler en le lui chuchotant à l'oreille. Le monde de l'amour était si vaste pour en parler ou en faire un résumé tout simplement. Veronica allait devoir faire simple et se faire comprendre pour que Galatea puisse cerner ses propos. La patronne n'allait pas tourner autour du pot, elle demanda à la brune de foncer, de ne pas attendre, car personne ne sait ce qui pourrait arriver demain. De plus, ça serait dommage d'attendre trop longtemps si quelqu'un tente sa chance pour être avec ladite personne. S'affirmer, c'est-à-dire, de ne pas avoir peur de prendre l'initiative de faire le premier pas. C'est comme ses filles dans les mangas qui le font et embrasse le garçon ou bien la fille qu'elle aime. Oui, Divine lit des mangas Yuri ou romantique pour se faire à l'idée de certaines choses. Ce n'est pas le genre de fille à être choqué par quoi ce ne ait surtout pas en ayant été déjà plongé dans un bain de sang rempli d'organe. Regardant Veronica, elle comprit enfin quelque chose, mais c'était sa patronne et elle pourrait peut-être mal le prendre. Peu importe, il ne fallait pas avoir peur.

« Je vois...alors je vais foncer en suivant vos conseils même si ça ne peut vous plaire. »

Divine se redressa, peu importe si elle n'avait pas de haut, elle s'en moquait, car cela ne la gênait pas réellement. C'était une guerrière, une combattante comme les amazones et elle lui en fallait beaucoup pour l'intimider et la gêner. Posant sa main droite sur la joue de la blonde avec une certaine tendresse assez maladroite, Divine se mit à embrasser assez brusquement sa patronne. La kryptonienne n'était pas douée dans ce genre d'affection ni même de se montrer délicate avec quelqu'un. Cela allait être un point qu'elle allait devoir travailler avec Atlee où une autre personne, sinon ça n'allait pas le faire dans sa future relation s'il y a, avec Cale. Le baiser fut long et durant cet échange, la brune avait enlacé avec tendresse afin de ne pas briser sa patronne. Galatea rompit le baiser et se sentit un peu gêner suite à cela. Elle prit une nappe et le mit autour de son corps en se retirant de la table. Elle devait dire la vérité à la blonde, elle méritait de savoir certaines choses sur sa personne avant qu'il ne soit trop tard. De plus, ça serait mal si quelqu'un le lui disait à sa place. Cela allait sans doute casser l'ambiance entre eux, mais c'était mieux ainsi.

« Je vous dois la vérité sur moi, vous risquez de mal le prendre si c'est quelqu'un qui vous le dit à ma place. De plus, vous êtes honnêtes avec moi et j'aime ça. Je vous aime enfin si c'est comme ça qu'on ressent de l'amour, de l'attirance envers une personne. Cependant, c'est surtout d'autres choses que je dois vous signaler. » Elle reprit son souffler avant de reprendre la conversation. « J'ai appris que je n'étais pas le clone réussi de Power Girl, ma soeur jumelle. Il ne me reste dix ans à vivre et j'aimerai les vivre sans regret. De plus, j'ai une fille enfin j'ai adopté une enfant, une clone de Power Girl -encore-, mais elle a été signalé comme parfait sans problème niveau mental, physique et espérance de vie. Je ne sais pas comment élevé un enfant ni même comment me conduire avec elle. Je fais de mon mieux pour être douce et aimable avec elle. Je ne veux pas qu'elle devienne une arme ni comme moi, je veux la savoir loin des combats et de la mort. J'ai besoin de vous, Madame Cale. »

Divine baissa la tête, elle voulait que le bonheur de sa fille et vivre sans regret le reste du temps qui lui restait à vivre. Dix ans sans trop de soucis, connaître l'amour, l'amitié, le monde, la vie enfin tout ce qu'elle n'avait pas pu connaître à cause de Maxwell Lord et de Sivana. La vie a été cruelle avec la brune, elle le lui avait pas pardonné d'être une création de l'Homme et non, celle de Dieu comme dirait un croyant lors de l'une de ses missions de mercenaires. Un soupire et elle reprit rapidement la parole.

« Si vous voulez me virer pour vous avoir embrassé et m'être déclaré à vous, alors ne vous gênez pas, je comprendrai parfaitement. Ce que j'ai fais, c'était déplacé vis-à-vis de vous et de votre rôle de patronne. Cependant, j'ai pris un risque dont je serais apte à assumer. »

Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 21 Sep 2016 - 20:32
Est-ce que j’étais surprise? Pas exactement. Je suis douée pour lire dans les gens. Déduire ce qu’ils veulent. Quoi dire pour calmer leurs craintes. Je suis un mélange de trois spécialisations redoutables. Politicienne, femme d’affaire et scientifique. Je sais comment faire danser les gens comme des marionnettes. Divine n’est peut-être pas une humaine ordinaire, certes mais je n’ai jamais eu de difficulté à manipuler qui que ce soit ou quoi que ce soit. L’amener à parler, à agir selon sa nature impulsive, c’était un jeu d’enfant. Et en même temps, est-ce que c’est la manipuler que de l’amener à exprimer ce qu’elle hésite à dire? Allons donc. Les questions qu’elle me pose sont si spécifiques et maladroite que j’avais déjà deviné une bonne partie de ce qu’elle me révèle. Pas tout, soyons honnête, mais une partie. Sa fille adoptive, par exemple.

Évidemment je ne dois pas montrer un intérêt trop marqué mais je confesse que d’étudier ladite clone aurait été très intéressant. Pas forcément souhaitable pour elle et probablement de très mauvais goût au vu des révélations mais je reste d’abord et avant tout une scientifique. Dans dix ans, peut-être quand Divine sera morte, je… Non mais une minute. Veronica Cale, tu n’es plus cette femme. Tu restes une scientifique ayant en horreur tout ce qui est morale ou éthique mais là ce serait un peu beaucoup de mauvais goût. Par contre, la jeune clone pourrait être la clé pour stabiliser Divine. Une option que je me garde sous le coude. Je ne dis pas que la mère adoptive va apprécier mais je saurai jouer avec sa fibre maternelle et lui faire entendre raison. J’ai confiance en mes capacités. Considérons Divine comme une maman tigre et ça donne une idée de ses réactions.

Parce que bon hein, après de telles révélations, les chances statistiques que je reste les bras croisés à ne rien faire sont de zéro. Je trouverai un moyen de régler le problème de Divine parce que… Bah parce que merde, c’est mon employée et au vu de ses révélations, ma potentielle amante. Dix ans, c’est court. Un politicien, un homme d’affaires ou un scientifique vous le confirmera. Dix ans ce n’est rien pour développer quelque chose de vraiment durable. Bon allez, soyons sympathique. Un doux baiser beaucoup moins maladroit que le sien. C’est que moi, j’ai de l’expérience, vous savez. Ah tiens, c’est possible de devenir rouge à ce point? Me voilà surprise et étonnée. Allons Divine… Tu n’as encore rien vu ma belle. Mais pour le moment, c’est de ta patronne dont tu as besoin. Je saurai porter le masque que la situation requiert.


« Hum… Voilà qui est intéressant. Beaucoup de révélations, beaucoup de choses à prendre en compte… Et ne t’en fais pas, je ne vais pas te virer. J’ai toujours encouragé mon personnel à dire ce qu’il pense et c’est ce que tu as fait, non? Déjà pour commencer, avec ta permission et avec celle de ta fille adoptive, il me faudrait un échantillon de sang. Histoire de comparer vos structures génétiques, tu vois?

Et avant de t’énerver, écoutes moi. Si tu es sérieuse quand tu dis avoir un intérêt pour moi, dix ans ce n’est rien. Si tu penses que je vais juste accepter une échéance de dix ans sans faire de tests, essayer de voir si c’est vrai pour commencer, tu te trompes. Tu es un membre d’A.P.E.S., une de mes subordonnées et on pourra me clouer par les ovaires à la porte de mon bureau avant que je n’abandonne mes meilleurs éléments. »


Oui parce que bon. Je suppose que c’est son concepteur qui lui a dit : tu arrives à échéance dans dix ans. Je vois mal comment ce pourrait être le cas sans quelque chose de dégénératif… Ce qui nécessite des tests, des tests et encore des tests. Et si c’est vraiment le cas, cet homme est un imbécile. Toujours planifier sur la durée. À quoi ça sert de créer des choses qui lâchent au bout d’un temps si ridiculement court? Si je développe un remède contre le cancer, ce n’est pas pour qu’il cesse d’être efficace dans la prochaine décennie. D’un point de vue marketing, ce serait atroce. Comment aller regagner la confiance du public? C’est que de nos jours, quoi qu’on en dise, il faut arrêter de voir le dollar facile et plutôt voir le millier qu’il y a derrière. Et puis bon, je n’ai pas peur de me frotter au travail d’un autre pour prouver mon propre génie. Oh non.

Et plus encore, vous ne pouvez pas me demander de juste rester là et accepter pareille aberration. Divine est au moins partiellement ma responsabilité et le monde entier (j’exagère un peu mais bon) attend de voir quand je vais me planter. Alors je ne vais pas juste rester les bras croisés et dire « bah écoutez, c’est dommage, on a perdu un de nos meilleurs éléments. J’aurais pu essayer de la sauver mais… » parce que ce serait vraiment crétin de ma part et je ne suis PAS comme ça. Bon allez, changeons de masque. Je m’approche d’elle, doucement, délicatement, pour prendre son menton dans ma main et de caresser sa joue de l’autre. Eh non Divine. Patronne ou amante, si tant et si bien que tu sois capable de lire ce que tu dis ton cœur et ta tête adéquatement, tant que la confiance est là, je suis là. Mais brise ce lien de confiance… Et tu seras morte à mes yeux.


« Ma mère m’a dit un jour qu’aucun problème n’est insurmontable si on s’y met à deux. Malheureusement elle n’était pas en état de s’y mettre pour vaincre son cancer sinon j’ai la conviction profonde qu’elle serait encore en vie aujourd’hui. J’ai perdu la femme de ma vie, une fois, ma mère, mon inspiration, celle qui m’a tout donné, de ma vie à mon futur. Je ne te perdrai pas toi qui me donne l’espoir de… »

Je ne termine pas ma phrase, me retournant brusquement, les poings serrés, luttant contre ces émotions que je garde enfouies bien au fond de moi… Et comme dans toute chose, c’est quand ça devient personnel et émotif que la réalité vient vous déranger. Une urgence à régler. Une mission pour A.P.E.S. Une chance d’aller sur le terrain avec les troupes, avec Divine et espérer terminer cette conversation plus tard. Car nous terminerons cette conversation, soyez en assurés. Où, quand, comment, je ne le sais pas. Mais une partie de mon futur et de mes plans repose sur les épaules de cette clone de Power Girl, de cet individu pensant, de cette femme, libre et disposant de droits comme nous tous. Wonder Woman, hum? Divine, chère Divine, je trouverai le moyen de rallonger ton espérance de vie et ultimement, tu réaliseras que tu as bien plus de raisons de vivre que tu ne le crois...
Fin.
Revenir en haut Aller en bas
 

[Île d'Oolong] Travail d'orfèvre sur un diamant kryptonien brut: un sacré défi! [PV Divine] (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un travail d'orfèvre
» [topic unique} les relations de travail
» Travail sur la communication de Disneyland Paris
» Travail vectoriel
» gros travail de vectorisation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Asie-