Top 5 de vos auteurs/illustrateurs préférés !

Invité

MessagePosté le: Sam 6 Avr 2013 - 20:24
Je continue avec mes Top 5, et cette fois-ci on s'attaque aux artistes qui font vivre nos héros ! C'est un top 5 mais vous avez le droit d'en mettre moins si vous le souhaitez Smile

Top 5 auteurs:

Scott Snyder
Depuis qu'il s'est mis sur Batou, il m'a bluffé et fait vivre mon personnage préféré avec beaucoup de talent ! Très bon également dans American Vampire Smile

Alan Moore
Il met beaucoup de profondeur dans ses histoires, elles sont d'autant plus prenantes. Je lui rajoute le fait qu'il ait écrit la meilleure histoire de mon personnage Razz

Geoff Johns
Parce que ce mec nous livre de vrais récits filmiques dans ses comics et a fait sa petite révolution chez DC sur les séries Flash, GL et aujourd'hui Justice League.

Paul Dini
C'est avec lui que j'ai découvert le monde des super-héros avec la série animée de Batman. Et il est très bon dans ses histoires en comics, en jeux vidéos ou en animé !

Jeph Loeb
Il prend la 5e place pour avoir écrit du très bon Batman, voire le meilleur avec Un Long Halloween et Batman: Hush Very Happy



Top 5 illustrateurs:

Jim Lee
Depuis qu'il est chez DC c'est très dynamiquer et plein d'épicness ! *.*
Spoiler:
 

Alex Ross
Parce que ce qu'il fait est simplement incroyable !
Spoiler:
 

Joe Madureira
Alors bon c'est un style. Mais quand on adhère c'est excellent, déjanté et coloré !
Spoiler:
 

Greg Horn
Je le connais plutôt pour ses covers, mais c'est également bluffant.
Spoiler:
 

Carlos D'Anda
De lui, je n'ai lu que Batman Arkham City, mais j'ai beaucoup accroché à son style ! Smile
Spoiler:
 

Voilà, à votre tour ! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 6 Avr 2013 - 23:05
Auteurs :

1. Alan Moore

2. Grant Morrison

3. Geoff Johns

4. Paul Cornell

5. Jeff Lemire

6. Gail Simone

8. Peter Milligan

9. Peter Tomasi

10. Neil Gaiman

Pour les dessinateur, c'est beaucoup plus le foutoir, je regarderai plus en détail pour une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 7 Avr 2013 - 10:56
Mes auteurs préférés :
- Warren Ellis
Auteur de Transmetropolitan, Planetary, The Authority. Un mec qui sait écrire quoi, Transmet' c'est juste ultime. Ouais, je suis chiant, je sais mais vous devez la lire ! Un style irrévérencieux et cinglant, mais qui reste profond.

- Garth Ennis :
Lui aussi est pas mal, même s'il a tendance à tomber dans la violence trop gratuite. Par contre, il est l'auteur de The Boys, donc il doit forcément être mentionné ici.

- Keith Giffen

Pour avoir fait du excellent Lobo

- Alan Moore et Franck Miller


En illustrateurs par contre :

Lee Bermejo
Joker - Noel. Le dieu du dessin.

Darrick Robertson
Transmetropolitan - The boys (et oui !) Le demi-dieu du dessin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 7 Avr 2013 - 14:03
Scénaristes :

1. Alan Moore
Pour Watchmen, V for Vendetta, From Hell, Tom Strong, Top Ten, Promethea...

2. Warren Ellis
Pour Planetary, StormWatch, The Authority, Transmetropolitan, Ministry of Space...
Certainement l'auteur duquel je me sens le plus proche.

3. Peter David
Pour X-Factor, Spider-Man, Young Justice...
Certainement l'auteur le plus régulier que je connaisse.

4. Grant Morrison
Pour Final Crisis, Batman, JLA, Animal Man, Doom Patrol...
Certainement l'auteur le plus fou que je connaisse.

5. Jonathan Hickman
Pour Pax Arena, Manhattan Projects, Fantastic Four, Avengers...
Certainement l'auteur qui m'intéresse le plus en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 7 Avr 2013 - 21:51
Pour l'instant, Grant Morrisson et Scott Snyder m'ont déçu. Ils sont doués, je trouve mais il y a un petit quelque chose qui me turlupine.

Morrisson, ce qu'il a fait dans Batman, c'est poser un cadre super intéressant, mais il l'a mal conclu (Hurt, putain, Hurt, il est passé à côté d'un final en apothéose). On dirait presque qu'il s'est fait dépasser ou a eu peur du potentiel de son cadre narratif (l'apothéose pour moi aurait été une évolution psychologique de Bruce Wayne).

Pour le run actuel de Snyder, j'ai la triste impression qu'il va faire la même chose. Si j'ai kiffé grave le début de the court of owls, j'ai été déçu de son final. Le moment le plus frappant pour moi, étant la surenchère de Talons. Au début, Batman est totalement dépassé par l'émissaire de la Cour. Le Batman rencontre son maître, un mec plus fort que lui, une menace secrète dont il n'a jamais vraiment soupçonné l'existence. Là, Snyder le plaçait face à un adversaire génial, et Batman aurait du théoriquement utiliser toutes ses ressources, dépasser son niveau actuel et démontrer qu'il était The madafaka Batman ! Sauf qu'avant qu'on ait pu apprécier le challenge, on nous sort des dizaines de Talons. A partir de ce moment, c'est l'image du méchant qui vole en éclat. On savait que Batman allait gagner, mais dans le cadre d'un adversaire unique (le talon et la Cour derrière) ce qui était intéressant, c'était la façon dont Batman allait surmonter ça. Là, quand on nous place autant de Talon, alors visuellement c''est bien, sur le coup on se dit WOUAH, la Cour a les moyens, mais quand on réfléchit deux secondes, on se dit que la Cour n'est pas aussi dangereuse que ça. Parce que vu la menace extrême posée d'entrée de jeu : les talons envoyés sur toute la ville d'un seul coup, on se dit que tout va être réglé en une seule nuit. Et du coup, le danger que représentait le premier talon qu'on a vu disparaît. Batman se faisant dominer par un seul guerrier, mais qui arrive à se débarasser d'une armée de ces soldats ? L'écart est ridicule à mon goût, il n'y a pas de gradation.
S'il avait mis plusieurs chapitres à vaincre Talon, qu'on l'avait vu le vaincre de justesse et tomber nez-à-nez avec les talons secrets, là on se serait encore plus demandé comment il allait pouvoir vaincre la Cour. Mais non, Snyder a fait en sorte que la Cour envoie toute sa force d'entrée de jeu, et du coup il lui reste plus rien.
y'avait du potentiel, gâché.
Le run sur le Joker par contre est quelconque. C'est du mauvais Joker. On promet des trucs, des morts etc, et au final on a rien. Personnellement, au départ j'adorais Joker, maintenant j'en ai soupé. Ca surfe tellement sur la relation entre Batman et Joker que c'en est ridicule. Même le coup de la carte dans la Batcave est gâché, puisque Batman a raison depuis le début. Même pas de doute. On nous promet du grand Joker, mais au final, que dalle. Je t'aime moi non plus, c'est facile, c'est mal fait.

Néanmoins, en l'état actuel du run, j'me dis que ce n'est peut être pas fini et qu'on aura de nouveaux rebondissements. Mais pour l'instant, je trouve que la réputation de Snyder n'est pas encore méritée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 7 Avr 2013 - 23:04
Le run sur le Joker tout le monde attendait quelque chose et Snyder nous a tous pris à contre-pied, et c'est bien joué. J'ai trouvé qu'il a poussé un peu plus loin le désespoir de Batou, donc j'ai trouvé ça très bien. Pour Night of the Owls, une fois qu'il a vaincu un des mecs et compris que cette cour n'était pas si puissante qu'elle en avait l'air, il était capable de la battre, ça me semblait logique. Snyder joue sur la psychologie, et ça en fait un run très bon à mon goût.

Par contre je te rejoins sur Morrison, il manque des opportunités et gâche un peu sa fin sur Batman.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 8 Avr 2013 - 11:02
Le run du Joker, bien joué ?
Mouais, je ne trouve pas. Je n'ai lu que ce run dans Batman, pas dans les autres séries. Mais au début, le Joker semble disparut, il revient, massacre les flics dans leurs propre base (ce qui confirme que les membres du GCPD sont de grosses tanches qui méritent ce qui leur arrive), et lance un défi à Batman. Il prétend qu'il va tuer tous les membres de la Bat-family, et pire, que c'est Batman en fait qui va les tuer.
Les ingrédients dans tout ça : On tape sur Alfred, histoire de pouvoir faire chialer Bruce, on place Batman dans un rapport de force avec ses alliés, et basta. C'est du vu, et du revu. En plus, c'est même pas bien traité. Le trip du royaume du Joker, n'a aucune construction, c'est juste une de ses lubies. Quand je dis aucune construction, c'est qu'il n'y a pas vraiment de métaphore construite et de parallèle entre Batman/Bruce, Gotham et les criminels. C'est juste une lubie à la con du Joker, dont le seul but et de pouvoir ressortir la sempiternelle ritournelle " Tu es mon roi, je suis ton bouffon." Mouais, c'est vraiment relou à la longue cette relation qui se répète.
Au début, coller intimement Joker et Batman c'était une bonne idée hein, mais maintenant c'est tellement vu et revu qu'on se dit que Batman (enfin, je me dis) est vraiment un abruti de première et que la meilleure manière de lutter contre Joker serait d'envoyer un autre justicier lui régler son compte et ne pas intervenir dans son petit jeu (en rentrant dedans).

Même les autres rôles dans la pièce du Joker, n'ont aucun intérêt après coup. Au début, j'me disais que c'était intéressant de former une espèce d'empire ou de royaume du mal. Voir le pingouin en archevêque, Sphinx en maître d'armes, Two-faces en juge (au hasard !) et Joker en bouffon. Voir (ou revoir) un partage de Gotham entre les criminels sous cet angle aurait été intéressant. Mais non, en définitive les autres vilains ne sont que des faire-valoirs pour Joker, des otages, des seconds rôles mineurs.
J'en tiens pour responsable cette ritournelle de Joker = ennemi intime de Batman. Ca fait chier de trop rapprocher Batman de ses ennemis.
-Sphinx passe pour un mec qui aime pas vraiment tuer, qui veut juste jouer.
- Pingouin passe pour un vulgaire mafieux, mais au final un peu idiot. Rien à voir avec le caïd qu'il est censé être.
- Two-faces, lui, le pauvre, c'est le pire. Celui qui déguste le plus. On insiste trop sur le fait qu'il était Harvey Dent, un homme bon qui a eu un accident. Déjà, il est mis en position de victime, et une victime c'est pas un véritable méchant. Du coup, il passe pour le looser, celui qui foire tout, qui est fou et bête. Faut choisir à un moment : soit on le fait embrasser son côté criminel et on en fait un des caïds de la ville avec Pingouin et Black Mask, un méchant de type mafieux et instable, soit on le guérit et il expie ses péchés. Mais pas les deux, ça suffit.

Et tout ça, parce qu'on a mis Joker trop près de Batman et au final il n'y a que lui qui a le droit de pouvoir vraiment l'atteindre. Moi ça me gonfle.
Alors c'pareil, soit on assume et jusqu'au bout : c'est à dire que Joker butte effectivement des membres de la Bat-family, soit on le sort de cette relation. Parce que là, lui aussi passe pour une burne.

Concernant Night of Owls. Non, c'est trop rapide. Tout sous entend, justement, que la Cour est puissante. En ceci qu'elle existe depuis des décennies voire des siècles. Qu'elle semble gouverner Gotham dans l'ombre, et pourtant qu'elle est quand même présente dans une comptine pour enfant. Là, on est dans un super secret évident, comme la lettre volée d'Edgar Poe. Dit comme ça, on est à l'évidence face à une intrigue pour le Bat-détective et aussi, pour le Bat-stratège et pas pour le Bat-knight.
Je dirai même qu'elle doit être extrêmement puissante, en ceci qu'on nous l'a plus ou moins présentée comme étant liée d'une manière ou d'une autre aux parents Wayne, qu'elle est liée au meurtre de Thomas et Martha d'une manière directe ou indirecte. On nous a donc présenté la Cour, comme plus ou moins liée aux origines de Batman : liée au trauma fondateur et pire encore, il y a même un parallèle entre les deux oiseaux : le talon et la chauve-souris, l'un prédateur de l'autre. Même au niveau du symbole, les deux sont liés. Tout ça, fait qu'on est en droit d'attendre, voire même qu'on nous suggère justement le contraire de ce que tu dis : la Cour est une organisation secrète sur-puissante.

Sauf, qu'en fait, on ne sait rien de cette cour. Un seul talon préservait le secret, il était seul difficile à battre, mais on sentait qu'il n'était qu'un pion. Plusieurs talons, ça tue tout. C'est une armée, c'est de la force physique et non pas secrète, ou d'influence.
Y'a aucune véritable explication (parce qu'il n'y a eu aucun véritable présentation de la Cour, son histoire réelle, montrer les faits qu'elle a accompli et comment elle règne en secret sur Gotham depuis des siècles.). Et au final, on nous explique que la Cour c'est juste des grosses burnes qui se sont fait doser par un mec qui s'est fait doser à son tour par Batman. Tout ça pour ça. Décevant.
On avait une invitation à remonter aux origines de Batman, voire à le renouveler, à saccager Gotham et à mettre la bat-familiy en position d'ultime rempart qui ne pourrait sauver Gotham que quand ils perceraient le mystère de la Cour et au final, on a eu qu'un mauvais gang.
Au tout début de l'oeuvre, on nous invitait aussi à voire comme véritable méchant, adversaire Gotham City, la ville. Avec tout le discours sur"A qui appartient Gotham ?". On la mettait dans la position d'une ville vraiment impossible à sauver, qui crée elle-même son propre malheur, comme si elle était maudite. On plaçait Batman dans la plus grande menace à laquelle il puisse être confronté : un système et non pas des hommes. Battre un homme, c'est facile, suffit d'être plsu fort. Battre un système, c'est quasi-impossible puisqu'il faut devenir un véritable héros, un symbole (et je pourrais vous faire tout un article sur ce qu'est un héros, en prenant appuie sur la mythologie et la littérature et la psychologie). Et donc, on rejoint ce que je disais : Batman a besoin de voir son symbole réinvestit, modifié, développé et ne pas plus passer pour juste un mec costaud et malin, ça c'est pas un héros.

Comme Morrisson, Scott Snyder a posé des trucs hyper intéressants mais ne les développe pas et du coup, il les gâche.

A mon sens, la dernière meilleure histoire de Batman que j'ai lu, c'est Knightfall. Au départ, c'est sans prétention autre que celle de poser un adversaire qui brise Batman.
Seulement, en remplaçant Bruce Wayne par Jean-Paul Valley, en mettant en Batman un mec plus puissant en terme de force que Bruce Wayne, et plus efficace (car Batman/Jean-Paul Valley est plus efficace que Batman/Bruce Wayne) on requestionne de manière naturelle (tout ce fait selon le cour fluide de la narration, il n'y a pas de scènes créée pour mettre en scène cette question) la nature du symbole de Batman.
L'apothéose étant le moment où Bruce décide de revenir, pas parce qu'il le veut, mais parce qu'il le doit et qu'il monte au sommet de la plus haute tour de Gotham pour le test final et savoir s'il est capable/digne de reprendre le masque et d'aller le reprendre le titre de Batman à celui qui en est le dépositaire actuel. Ces scène au sommet de la tour, sont juste hyper puissante au niveau symbolique.
Je spoile pour ceux qui suivent la parution Knightfall d'urban comics :

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 8 Avr 2013 - 12:53
Non mais là tu critiques la base des relations qu'a Batman avec ses méchants. Si t'aimes pas la relation Joker/Batou ou la dualité de Two-Face, arrête de lire du Batman, je vois que ça, parce que tu critiques pas Snyder mais la base de Batman. Et tu t'attends trop à ce que Batsy se fasse défoncer, mais s'il se fait défoncer pendant 5 numéros c'est chiant. Non, moi je pense que c'est très bien dosé, jusqu'à un certain numéro, il en a peur, il ne peut donc pas les battre et quand il affronte sa peur, il prend le dessus, c'est du combat psychologique. Et pour le Joker, tout le monde s'attendait à ce quelqu'un crève, et c'est pourquoi il ne le fait pas, le Joker qui retue un sidekick, c'est déjà-vu, là il fait pire, il les détruit psychologiquement. Et non, le Joker est pas le seul à pouvoir atteindre Bats mais ce sera pas la même chose, s'il partageait cette relation avec tout le monde, ça s'épuiserait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 8 Avr 2013 - 17:08
J'aime bien ce genre de répliques : si ça te plait pas, arrête de lire.
D'ailleurs, ce n'est pas la base de Batman. Batman à la base c'est un mec dont les parents se sont fait buter et qui endosse un costume pour combattre le crime à Gotham City. C'est tout, ni plus, ni moins. Ce n'est qu'après et plus tard qu'il est devenu un état-limite enfin bon.

Ce qui m'intéresse aussi, à part voir Batman péter des gueules (parce qu'à ce niveau ça pète quand même Very Happy), ce sont les processus narratif, et je trouve qu'à ce niveau là Snyder est décevant.
Tu dis que tout le monde s'attendait à un mort. Mouais, perso je n'y ai pas crû un seul instant.
Déjà, c'est une promesse fallacieuse, puisque nous sommes dans The New 52, donc un reboot des séries et que beaucoup de personnages appréciés ont déjà disparu sans raison. Snyder pouvait-il réellement tuer un des personnages ? Non.

Pour le combat psychologique de Night of owls. Pas vraiment non plus. Batman se fait laminer par Talon, il chute, se retrouve au milieu du labyrinthe et se fait torturer psychologique. Déjà, on connait tous la force mentale de Batman, la puissance de son esprit et de sa volonté, c'est un de ses traits essentiels. Donc, poser Batman dans une situation où il est quasiment aux portes de la folie, c'est battre une de ses plus grandes forces, ça place donc le méchant qui réussit au rang d'ennemi très dangereux.
Ca s'est déjà vu (mais ça, c'est pas grave), avec Silence et le Gant Noir par exemple.
Qui plus est, si on veut creuser un peu plus : la Cour, contrairement à Hurt et Elliot réussit à briser Batman sans connaître son identité secrète.
C'est quand même drôlement suggéré qu'il s'agit d'une société secrète dirigeant Gotham dans le secret, qui est extrêmement puissante.

Donc, Batman s'échappe du labyrinthe brisé et sur une défaite donc, et il rentre à la Batcave et là ... attaque de tous les talons qui envahissent le Manoir Wayne.
Déjà, y'a une super contradiction, un Batman en pleine forme est "vaincu" par un seul talon, mais un Batman fatigué, à la limite du craquage réussit à battre une dizaine de talons ? Déjà, ça, ça m'a fait crisser des dents.
L'appel à la Bat-family était terriblement classe, mais ça a à peine masqué le fait que les side-kicks réussissent trop facilement là où Batman a échoué : battre un seul talon.

Après, hop, comme par hasard, il comprend et avec une extrême chance, comme par miracle, le vrai ennemi abat les membres de la Cour dont, au final, on ne sait rien. Il confronte Batman, il vient le chercher et perd. L'intrigue de la Cour des hiboux se résout devant Batman, sans qu'il n'y joue un rôle vraiment important.
Au final, tout ça m'a déçu, Snyder promettait des choses et a mal conclu.
C'est comme la conclusion du Gant Noir, ou Morrisson fait dire plus ou moins à Batman "HA HA AH, j'ai fais semblant, je savais tout depuis le départ." => ça détruit toute la valeur de Hurt.

Concernant le run du Joker.
Il détruit psychologiquement la bat-family ? Bof.
Il réapparaît alors que tout le monde le considère comme porté disparut, voire mort. Il commet un big massacre pour signer son retour, en massacrant des flics du GCPD chez eux. Ca, c'est fort.
Ensuite, il menace et c'est là, tout l'enjeu psychologique : de tuer les membres de la bat-family et de le faire faire par Batman himself.
Le point central autour duquel gravite tout l'enjeu, c'est la carte dans la batcave après la première rencontre entre Batman et Joker. Point qui questionne le réel savoir de Joker (a-t-il réussi à s'introduire dans la Batcave ? Connait il les identités de Batman et ses amis ?), mais aussi la relation entre Batman et ses side-kicks : la confiance, le silence, la sécurité etc. Puisqu'il ne leur a pas dit, ont ils toujours confiance en lui ?

Le problème, c'est qu'au même moment où on nous présente ce doute affreux, Batman a déjà la réponse ! Joker ment, il ne sait rien. Et voilà que Snyder nous tue le doute alors qu'il vient de naître. Bruce explique même, si ma mémoire est bonne, qu'il a rendu visite au joker en tant que Bruce Wayne et s'est adressé à lui comme s'il avait le masque et que le Joker ne l'a regardé mais sans le voir. C'est frappant quand même.

A partir de là, ce qu'aurait pu faire Snyder, mais n'a pas fait : c'est porter le doute sur les side-kicks. Si, ils chouinent un peu mais bon ... c'est pas très convainquant, on dirait une des classiques crises de confiance. Snyder aurait pu les faire s'éloigner de Batman, mais vraiment et les faire se faire avoir, car n'ayant plus confiance en rien ils sont plus faibles. Et de reporter la culpabilité sur ça, en faisant jouer Joker avec ça, en gros qu'il explique à Batman "tu les as tués, car tu n'as rien dit." Réutiliser ce doute instigué avec la carte et apparemment "mort" en même temps. ca, s'eut été fort et balèze.
Mais là, comme dans Cour des Hiboux, on a un Batman/Derrick qui assiste à la résolution de l'affaire sans la provoquer. Il se fait kidnapper bêtement, et s'en tire par coup de chance.
Si Snyder avait écrit que Batman s'était volontairement laissé kidnappé, car IL SAVAIT vraiment que le Joker ne savait rien, qu'il s'était mis en danger volontairement pour sauver ses amis, on aurait été en pleine thématique du doute et de la confiance. On aurait eu un Batman master-detective qui a tout plannifié, mais aussi le "Père" qui se met en danger pour sauver ses fils, leur prouve qu'il tient à eux, et qu'ils peuvent avoir confiance en lui, car il ne laisserait jamais rien leur arriver et qu'il est prêt à mourir pour eux. Ce qui contre balancerait son entêtement paranoïaque (ne rien dire, garder tout pour soi) et son altruisme et amour (se sacrifier).
Mais non que dalle, au dernier moment il tape dans un truc et comme par hasard ça sauve tout le monde.


Donc voilà, je critique le travail de Snyder car il aguiche en posant des trucs de malade, nous fait croire qu'il va sortir du cadre classique et connu de Batman et de ses adversaires, mais au final, il y retombe grossièrement.
Mais encore, je nuance son run n'est pas fini.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 8 Avr 2013 - 18:17
Tu penses que ça pourrait être meilleur, mais moi je pense que c'est suffisant. Peut-être parce que je ne l'ai pas entendu dire qu'il sortirait du cadre classique. Mais je t'accorde le fait qu'il aurait pu laisser le mystère sur la carte plus longtemps. Les raccourcis qu'il a pris certaines fois, il les rattrape avec la fin je trouve (alors que beaucoup ne l'ont pas aimé justement). A la fin, il n'y a pas de mort, ni de blessés, mais le Joker est à 2 doigts de gagner totalement. J'imagine la détresse de Batman, après la cour, le Joker et les événements de batman Inc., il doit être totalement désemparé. Après le fait que cette fois-ci, la destruction ne soit qu'une blague, comparé à d'habitude où il cause de réels dégâts, j'ai trouvé ça pas mal.
Donc voilà, Snyder, j'aime sa façon de narrer son histoire et il fait de bonnes choses, et c'est pour ça que je ne me focalise pas sur des raccourcis scénaristiques ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 8 Avr 2013 - 19:16
En même temps, à la fin, la Famille est désunie, les membres ne font plus confiance à Batman et se sentent trahis par ses secrets. Si je n'adhère pas vraiment au procédé (j'ai du mal à voir en quoi avoir caché "ça" créé de tels remouds), force est de constater que le Joker a bien fait mal à son adversaire en le coupant des siens, au moment où il se sentait mieux avec ses proches.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Top 5 de vos auteurs/illustrateurs préférés !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La charte des auteurs et illustrateurs jeunesse
» Forum pour illustrateurs/auteurs non jeunesse ?
» Re : les nouveaux auteurs
» L'alphabet des auteurs
» LES EDITIONS DU MENHIR recherchent de nouveaux auteurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: Plateforme partage :: L'univers Comics :: Comics-