Meister Geist und Doktor Verstand

Inscription : 02/05/2014
Messages : 179
DC : Animateur géré par Liberty Belle
Localisations : Coast City
Justice Society of America
MessagePosté le: Sam 15 Oct 2016 - 13:00
Voyageant d'oreille en oreille, au gré de la résistance mentale (souvent très faible) de ses infortunés hôtes, Mister Mind, le génial et maléfique ver vénusien menait la belle vie...

... subjuguer les petits esprits des petits hommes, leur parler au creux de l'oreille de sa voix hypnotique et les flatter ou les terroriser à l'aide de petites récompenses ou de petites punitions (qui étaient toujours à hauteur d'homme, c'est à dire ni profondes, ni intéressantes pour un ver vénusien), tel était le quotidien de Mister Mind !

Et s'il n'en retirait que peu de bonheur, le transport lui était au moins assuré, tout comme la jouissance subtile de la méchanceté accomplie !

Le seul problème étant que les humains se fatiguaient vite, devenaient fous, se mettaient à hurler de terreur et de douleur et finissaient... par ne plus servir à rien.

C'est donc un étrange voyageur extra-terrestre qui alla, par un beau jour de semaine, dans cette belle ville d'Ivy Town (à peu près aussi ringarde et niaise que la maudite Fawcett City !), se loger dans le conduit auditif d'un grand jeune homme pâlichon, au visage fermé et à la mine préoccupé...

... et à peine le ver commença à activer ses pouvoirs pour pervertir et dominer l'esprit de l'inconnu que celui-ci s'arrêta net et hurla comme un dératé !

Était-ce un simple d'esprit ? Un type à l'intellect débile qui flanchait dès les premières secondes ? Ou avait-il subi un traumatisme lié à l'intromission d'une chose quelconque dans son conduit auditif ?

La réalité était toute autre et elle apparut à Mister Mind quand le type se calma et murmura...

"Mon Dieu.... Cela recommence... Pas maintenant, Maître... Je risque de repartir en prison..."

Il était particulièrement nerveux (sans que Mister Mind ait à faire quoi que ce soit) et jeta des regards suspicieux à droite et à gauche... Mais le plus étrange était qu'il s'adressait DIRECTEMENT à Mister Mind.

"Je... Je ferai ce que vous voudrez mais il faut faire attention. Vous êtes le Reichsführer-SS et "mon honneur s'appelle fidélité" mais..."

Il baissa un peu plus le ton quand il conclut :

"Nous sommes surveillés. Je ne suis libre que parce qu'ILS me suivent..."

De la lecture rapide que Mister Mind avait pu faire de l'esprit du type, il s'agissait d'un certain Robert Kirkland, un ex-étudiant en génétique et en physique-théorique, qui avait passé les dernières semaines en taule et était dorénavant libre mais soumis à un contrôle judiciaire...

... en creusant un peu plus, il semblait persuadé d'avoir déjà rencontré Mister Mind (ce que ce dernier savait être faux) et avoir agi à la tête d'un complot nazi à l'encontre du laboratoire temporel d'Ivy Town, pour prendre le contrôle d'une machine à voyager dans le temps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/07/2016
Messages : 154
DC : Mister Mind
Situation : Chrysalide Criminelle
Localisations : Gotham City
Groupes : Moth-gang
Suicide Squad
MessagePosté le: Lun 24 Oct 2016 - 13:53
Les êtres humains possédaient une longue et tortueuse Histoire. Au fil de ses pérégrinations mentales et des lectures qu'il avait eu le loisir, ou le déplaisir d'explorer, il avait découvert un panorama assez extraordinaire d'évènements, de personnalités et d'incidents qui avaient façonné la Terre avec l'illogisme le plus remarquable. Malgré ce large panorama d'idioties et de bêtises, riche en enseignements, Mister Mind était prodigieusement impressionné par la faculté des êtres humains à se focaliser uniquement sur leurs problèmes personnels. Ils ne s'intéressaient guère qu'à ce qui était sous leurs yeux globuleux, ignorant ou se vautrant dans le cynisme lorsque des problèmes, bien plus graves et importants pour leur avenir dépassait le stade de "que vais-je manger ce soir?" ou pire "que vais-je bien pouvoir offrir à maman ce noël?".

Et alors qu'il quittait le corps d'un fi-fils à sa maman qui portait des pull qui le grattaient mais qui "avaient été fait avec amour", il se retrouva dans un bien étrange conteneur.

Rien à redire sur sa composition naturellement, un simiesque restait un simiesque et à part les dosages d'hormones et les pensées secondaires, ils fonctionnaient peu ou proue avec les mêmes mécanismes. Mais celui-là... A peine Mister Mind avait-il commencé à se connecter, dériver quelques pensées par-ci par-là que son hôte s'agita. Les Amériques étaient-elles à ce point peuplées de psychotiques en puissance?

L'homme en question ne respirait certes pas à première vue la fraîcheur de vivre mais il ne l'aurait cru aussi dérangé intérieurement. Les pensées et les paroles se bousculaient à son adresse et des souvenirs pénibles refluaient sans cesse comme autant de vagues qui fouettaient les falaises en pleine tempête. Mister Mind regretta d'avoir eu une telle image en tête, c'était digne de son précédent hôte et ses lectures semi-poétiques ridicules, il ne fallait pas imprimer en soi les réflexes de ses moyens de transport.

Les images étaient au commencement assez incohérentes et mélangeaient rêves, délires et réalité en un cocktail dont seuls les humains sont capables. Le ver tria alors les informations que la psyché délirante de son hôte lui offrait. Hélas, l'homme se protégeait de lui-même et les parties les plus intéressantes de son discours intérieur restaient cachées. La Nature était réellement une bien piètre conceptrice. Un esprit qui avait une telle capacité réduite à être un gruyère incohérent de peurs et de sentiments tellement contradictoire que l'on s'étonnait de ne pas voir plus de monde se transpercer le crâne avec une perceuse.

Bon, le type le prenait pour un résidu de leur histoire, une sorte d'agent nazi venu de je-ne-sais-où qui avait pris contact avec lui. La lecture des souvenirs lui laissaient penser qu'il avait été manipulé, mais difficile de distinguer le vrai du faux chez un hôte pareil. Ce Robert Kirkland était frustrant à sa façon. Lorsque tout à coup apparut distinctement le laboratoire temporel d'Ivy Town. S'enchaînèrent ce qui se révéla être un complot et une machine...

Si la mécanique organique des humains était quelconque aux yeux du ver, la haute-technologie avait toute son estime. Surtout si cette dernière était une machine capable de faire plier l'espace et le temps à sa volonté! Le ver ne cacha pas son intense excitation en libérant des hormones chez son hôte. Il regagna son calme au fur et à mesure qu'il "relisait" les souvenirs de ce dernier. Bien, ne restait plus qu'à utiliser son potentiel.

Il chercha des souvenirs brouillons qui puissent l'aider à concrétiser son délire. Il récupéra symboles et tournures de phrases que l'esprit de Robert allait rajouter lui-même sur son discours. Mister Mind n'était pas un bon comédien, il n'en avait nul besoin, il lui suffisait de transmettre ses pensées aux travers de filtres psychiques qu'il "installait" directement dans l'esprit de son hôte, ainsi, il parlait normalement et l'esprit correctement préparé mettait les accents, accentuations et tournures adéquates.

Kirkland...
Kirkland...

Qui...
qui....
qui....
te poursuit?

Poursuit...
suit...
Espionne...
qui?

La cause...
la cause.....
doit prévaloir... ta fidélité....
ta....
fidélité....
est nécessaire.... nécessaire...
fidélité...

Il en va de ton honneur...
honneur...
fidélité...
nécessaire...


Il fallait cependant calmer les doutes. Les esprits aussi fragilisés étaient très suggestibles, mais à condition de ne pas les brusquer, c'était comme de faire voyager un cheval sur un mince sentier bordé par deux précipices, un mauvais coup de pied et c'était une chute et une réception qui vous transformait littéralement en puzzle.

Ce monde ne vaut rien...
ils n'ont pas les moyens...
pas...
les....
moyens....
de nous arrêter....
arrêter...

Fidélité...


Je suis de retour vers toi...
TOI!
Tu es le pilier de toute chose...


La Machine...
souviens-toi...
la machine...
Concentres-toi... concentre...toi... sur la MACHINE!

Qu'en sais-tu?
Répètes... moi...
ce que tu sais...

Il faut nous organiser....
dis...
moi...
tout...
la machine...


Ne restait plus qu'à attendre qu'il déverrouille ses souvenirs et écouter ce qu'il serait capable de balbutier. S'il résistait, il regretterait la prison...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4896-killer-moth-autobiographie-autocong http://dc-earth.fra.co/t4865-drury-walker-alias-killer-moth-l-anti-batman-l-anti-mythe
Inscription : 02/05/2014
Messages : 179
DC : Animateur géré par Liberty Belle
Localisations : Coast City
Justice Society of America
MessagePosté le: Lun 31 Oct 2016 - 13:30
L'esprit de Kirkland était étrangement confortable à vrai dire... comme s'il avait déjà subi la marque, par le passé, de Mister Mind, chose qui était rigoureusement impossible !

Il ne fallut que peu d'efforts au ver vénusien pour déverrouiller l'esprit de Kirkland et y lire des impressions qui furent vite corroborées par les propres déclarations du jeune homme...

*
* *

Kirkland était un jeune homme pâlichon, fasciné par la force brute (lui qui était taillé comme un porte-manteau !) et par les concepts erronés de races inférieures... Il s'était mis, quelque part, en tête, dès son plus jeune âge, l'idée que certains êtres avaient moins de valeur que d'autre !

Ainsi pèle-mêle, il avait développé un regard méprisant sur les noirs, les hispaniques, les asiatiques, les arabes, les femmes, les homosexuels (bien qu'ayant eu visiblement une petite expérience de touche-pipi, à 15 ans, avec un copain un peu plus âgé que lui et vraisemblablement attardé), les juifs, les musulmans, les handicapés mais aussi les sportifs, les gens portant des casquettes ou des baskets, ...

Il était à lui tout seul un vaste conservatoire de la haine, de toutes les haines !

Mais Kirkland dans ses tendres années ne faisaient que caresser des rêves de revanche, dessinant des scènes de massacre et rêvassant en pensant aux "grands" de l'histoire passée, comme les nazis, tout spécialement les nazis...

... inutile de dire qu'avec tout cela Kirkland n'avait jamais eu vraiment d'amis ni de petite amie (ni de petit copain, à l'exception de son "copain" attardé, Bob, lors d'un seul et unique dérapage) !

C'était en revanche un étudiant brillant et réservé. Tout le monde le charriait mais il tenait bon, caressant un jour le doux rêve d'être enfin quelqu'un que l'on respecterait, comme le Führer !

(A ce stade Mister Mind ne pouvait qu'être, une fois de plus, affligé par la petitesse et la médiocrité de l'esprit humain, notamment quand celles-ci s'incarnaient avec tant de splendeur dans la nullité morale qu'était et qu'est toujours Kirkland)

La suite de ses études se passa en génétique et en physique théorique. Il avait été remarqué par des membres d'un Institut Strasbourgeois (qu'il ne connaissait pas !) qui lui avait financé tout son cursus. Brillamment diplômé, il effectua - sur la recommandation des strasbourgeois - un bref stage dans les laboratoires CADMUS, sous la houlette du Dr. Helga Jace, stage consistant...

... en l'étude du cadavre de... Mister Mind !

Que le ver vénusien se rassure ! Il s'agissait uniquement d'un échantillon d'un ver lambda, un faux qui avait été vendu pour le véritable ver par les gens de Strasbourg... sauf que là, le clou du spectacle était encore à venir...

... car un individu vermiforme et vénusien semblable en tous points à Mister Mind entra dans l'oreille de Kirkland et lui ordonna de faire tout un tas de chose que ce dernier ne réprouvait pas formellement mais n'aurait jamais osé faire.

Les souvenirs de Kirkland sont assez flous mais en résumé, il quitta les laboratoires CADMUS pour aller à l'Université d'Ivy Town de manière à approcher le Professeur Hyatt, responsable de la Time Pool, la machine temporelle de la ville...

... là, Kirkland, aidé par un bataillon de néo-nazis, de membres du Ku Klux Klan, de sectes satanistes et millénaristes, ainsi que de deux méta-humains en la personne de Captain Nazi & du Baron Blitzkrieg, prit d'assaut la Time Pool et ouvrit un portail sur 1945...

... portail qu'étaient en train de traverser un haut dignitaire nazi (Martin Bormann) et son escorte, au moment où celui-ci se rompit brutalement (Captain Nazi, trompé par Atom-le-fourbe, détruisit la console en fait), broyant les visiteurs du passé et les laissant à l'état de débris sanguinolents !

Suite à cela, Kirkland fit un bref séjour en prison pour les différents crimes qu'il avait commis - dans l'attente de son jugement - mais fut relâché grâce au travail efficace de son cabinet d'avocat.

Et depuis, Kirkland traînait ses guêtres dans les parages, en ayant quelque peu oublié la cause qui l'avait animé, libéré qu'il semblait être de l'influence du ver qu'il avait dans l'oreille...

*
* *

"Voilà, mon Reichsführer, vous savez tout ce que j'ai fait depuis que vous avez quitté mon oreille après les laboratoires CADMUS. J'ai bien toujours dormi avec votre cadeau sous l'oreiller. Mais depuis que j'ai été arrêté, il est entre les mains des policiers. Mon avocat aura peut-être une idée pour le récupérer mais..."

Il parut hésiter avant d'ajouter :

"La Time Pool a été détruite par Captain Nazi. Nous... Nous n'avons plus de machine temporelle ! Je sais que les autres travaillent pour en fabriquer une mais... Ça prendra un peu de temps pour réaliser notre grand projet !"

Visiblement, loin de l'affaiblir ou de le faire craquer, la présence du ver vénusien dans son conduit auditif semblait apaiser ce jeune homme dérangé : comme s'il était ravi d'être, à nouveau, sous la domination d'un maître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/07/2016
Messages : 154
DC : Mister Mind
Situation : Chrysalide Criminelle
Localisations : Gotham City
Groupes : Moth-gang
Suicide Squad
MessagePosté le: Sam 26 Nov 2016 - 14:48
[HRP]Mes excuses pour le retard.[/HRP]

Nom de Moi, songea le ver. Il avait lu des esprits minables, dérangés, inconsistants et sans intérêt, mais celui-ci avait un niveau olympique. Au-delà de cet enfer de pensées décousues et d'images épileptiques, l'individu était... d'un genre presque nouveau pour l'extra-terrestre. A Fawcett City et dans ses environs, les humains étaient fait de bons sentiments et de joie ineffable, lui était un genre de résumé assez succinct de ce qui animait les pires travers de l'Homme. C'était amusant de voir que les individus les plus frêles et les plus faibles étaient ceux capables d'autant de haine, décidément, ils réagissaient tous très mal à la frustration.

Les souvenirs, jusque là monotones du freluquet devinrent bien plus intéressants. D'abord un faux ver vénusien et la crainte que ces bipèdes aient pu découvrir avant lui un représentant de son espèce vivant. Puis, contre toute attente, l'intervention d'un autre parasite. Voici qui expliquait tout.

Les esprits n'étaient généralement pas conçus pour être parasités sauf les Anidryx de Vénus qui étaient dotés d'un espace prévu à cet effet*, aussi fallait-il les "aménager". Déplacer un peu de matière cervicale, boire un peu de liquide céphalo-rachidien, puis l'on dérivait quelques synapses, on déconnectait des neurones et le tour était joué. Après avoir effectué ses premières manipulation avec une aisance rare, le ver n'avait pas pris le temps d'observer les restes du "logement" or et maintenant qu'il observait, les traces d'un autre passage étaient claires: des connexions forcées; une partie du néo-cortex endommagée; des glandes hypertrophiées. Quelqu'un avait déjà marqué à sa convenance l'esprit et la matière cérébrale était facilement malléable.

Mister Mind se souvenait des hôtes qu'il laissait en vie, une sorte de mémoire résiduelle, un peu comme la saveur de la nourriture pour les simiesques habitants de ce monde. Chaque esprit avait un arôme unique - en plus des idées délirantes de celui-ci - et Kirkland ne faisait pas partie de ceux que le ver avait déjà explorés. La créature vermiforme des souvenirs était très certainement un autre vénusien!

Ce sous-produit de l'évolution humaine avait probablement été approché par l'un de ses semblables! Nul forme de vie sur cette Terre n'était capable d'un tel prodige. Qu'il ait eu l'apparence d'un ver ne pouvait qu'affirmer l'évidence même: Mister Mind n'était peut-être plus seul dans sa quête de pouvoir! Il imaginait déjà ce que lui et l'un de ses siens pourraient faire ensemble! Et si l'autre n'était pas seul? Si cet autre ver vivait avec un groupe? Tous les gouvernements pourraient tomber entre leurs mains! Même mieux, La Terre toute entière!

Les désirs les plus fous de Mister Mind défilaient devant ses yeux: prendre le contrôle de tous les organes gouvernementaux des États-Unis, et user de toutes leurs forces pour faire sombrer cette planète dans la guerre, les réduire au désespoir pour enfin user de leur armement nucléaire! Une fois que cette planète ne serait plus qu'une perle vitrifiée avec quelques recoins encore vivables, les vers, mille fois plus résistants que ces tas de chairs philosophes repeupleraient ce monde et iraient ensuite conquérir le cosmos! Ce serait merveilleux!

Mais pour cela, il allait devoir mener l'enquête: quand le ver avait quitté cette caboche pleine de courants d'air? Où se trouvait présentement le dernier être humain à avoir croisé Kirkland encore sous contrôle, à savoir le très intriguant professeur Hyatt, autant d'éléments qui allaient devoir...

un cadeau? Un cadeau? Mais quel cadeau? se demanda-t-il alors que son hôte lui parlait de vive voix.

Mister Mind soupira intérieurement, le problème avec ce genre de malade, c'était qu'ils vous apportaient les informations au compte goutte et dans un ordre qui défiait les logiques les plus élémentaires. Si cet autre ver avait laissé un objet ou un "cadeau" à cet olibrius il fallait que Mister Mind le voit.

OUI... oui...

ce cadeau... il nous le... faut...
Appelles...

Appelles...
ton....
avocat...

Avocat...
Cadeau...

Appelles...

Récupère... le...


Il fallait que Mister Mind soit malin pour deux dans cette affaire et remette les choses dans l'ordre. Les témoins d'abord. Hormis le professeur Hyatt, Kirkland était resté très vague. Le vénusien fouilla alors dans la mémoire de l'individu pour en extraire quelques visages et des noms de son groupe d'assaut. Il chercha ensuite des informations relatives à son opération d'infiltration foireuse. Il n'arrivait pas à retrouver un signe de séparation ni même une fracture entre ses souvenirs embrouillés et ses souvenirs clairs.

Il faut revenir...

revenir...
là... où...
nous nous sommes...
séparés...

Il le faut...

là...

où...

Nous...
séparer...

sommes...

nous...
Revenir...

AU PLUS VITE!


C'était un premier pas, il l'espérait vers son compatriote.


*l'Anidryx avait un esprit incapable de générer certaines hormones d'où son impérieux besoin d'un autre organisme capable de stimuler ses glandes. Mais nous nous éloignons du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4896-killer-moth-autobiographie-autocong http://dc-earth.fra.co/t4865-drury-walker-alias-killer-moth-l-anti-batman-l-anti-mythe
Inscription : 02/05/2014
Messages : 179
DC : Animateur géré par Liberty Belle
Localisations : Coast City
Justice Society of America
MessagePosté le: Mar 6 Déc 2016 - 23:25
En tentant de lire l'esprit perturbé de Kirkland, Mister Mind n'en apprit guère plus à vrai dire... Il était fasciné par son hôte vermiforme, ce ver qui n'était pas Mister Mind et qui avait été pendant quelques temps du moins comme un véritable guide de vie... Son petit Reichsführer-SS de quelques centimètres de long, qui lui chuchotait au creux de l'oreille les choses qu'il devait accomplir...

... Kirkland ne s'était jamais senti aussi heureux que pendant ces temps bénis où il n'était plus qu'une truelle entre les mains d'un autre !

Heureux et en colère. Et rempli de haine. Et boursouflé de l'envie pressante d'opprimer son prochain. Et d'ouvrir un portail sur un passé que tout le monde souhaiterait voir oublier. Et d'anéantir le monde tel qu'on le connaissait.

Quelques noms se faufilèrent dans l'esprit de Mister Mind : Blairman, Warp, Jace, Brandt... mais ce n'étaient que des impressions fugitives...

Mais Kirkland ne pouvait tenir le choc face à la volonté hypnotique de Mister Mind. Il s'empressa de contacter son avocat et - après avoir quelque peu insisté - un rendez-vous fut pris pour l'après-midi même...

*
*  *

... et il s'avéra que le rendez-vous aurait lieu dans les bureaux de l'antenne locale d'Ivy Town de la branche judiciaire de la Sunderland Corporation, une énorme firme américaine qui trempait dans tout un tas d'affaires louches...

Kirkland (et Mister Mind) s'avança d'un pas lourd, une narine ensanglantée (la pression sur l'esprit du néo-nazi liée à la présence du ver vénusien était énorme). Il s'annonça. Une secrétaire de direction le fit patienter dans une petite salle dédiée à cet effet. Et quelques instants plus tard, on annonça à Kirkland que Maître Gardner allait le recevoir...


"Bonjour, M. Kirkland, que me vaut l'honneur de votre visite ?" lança Guy Gardner (qui était réellement avocat et avait défendu récemment Atom, ainsi que la fille d'Alan Scott, dans une sombre affaire de vol au détriment d'une association caritative), étonnamment sobre...

Il tira une chaise pour que Kirkland puisse s'asseoir puis prit place, à son tour, sur son fauteuil... Ses yeux vitreux se posèrent dans le regard bovin de Kirkland. Mister Mind put remarquer à ce titre que le conduit auditif de Gardner était ensanglanté...

... cocaïne ? Métamphétamines ?

Mais l'expression de Gardner changea et l'homme parut s'éteindre... et une voix, une voix puissante retentit dans l'esprit... de Mister Mind lui-même !

"QUI... Qui es tu ?


OUI... Dis moi qui tu es ?


Tu es comme moi... comme moi...


Que veut-tu ? Que fais-tu ?


Je suis Meister Geist et toi ? Comment t'appelles-tu ?


Je ne viens pas de ce monde...
"

Ces derniers mots demeurèrent en suspens. Tout comme l'action : Kirkland était en train de piquer du nez, tout comme Gardner qui avait été - semble-t-il - débranché.

Il y avait deux vers vénusiens. Mais le pire était à venir : la "voix" du ver inconnu était rigoureusement identique... à celle de Mister Mind !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Meister Geist und Doktor Verstand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Herr Doktor
» [Bradbury, Ray] Meurtre en douceur et autres nouvelles
» TRansformers the movie---- nouveau modèles sympas!!
» Test du déchet
» Saint Seiya Galaxian Rpg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ivy Town-