Etranges retrouvailles [JSA-Liberty Belle & Wildcat]


Inscription : 27/07/2015
Messages : 226
DC : Mister Miracle - The Atom - The Bat
Localisations : Dans les airs.
Legion of Doom

MessagePosté le: Mar 18 Oct - 20:05
La ville de St-Roch - une cité ancienne, qui valorise son Histoire et dédie de nombreuses occasions et festivités à souligner la richesse de son héritage.
A ce titre, il n'est guère étonnant que la municipalité, toujours soucieuse du bien des citoyens et d'aiguiller au mieux leurs votes, alloue d'importantes sommes pour que le Stonechat Museum soit dans les meilleures conditions pour accueillir et cultiver le public.


Depuis de nombreuses mois, et le départ précipité du conservateur Carter Hall, la direction du Musée est irrégulière, voire chaotique.
La disparition de Hall, véritable encyclopédie vivante, et grand pédagogue, n'a guère été compensée. De nombreux remplaçants se sont succédé à son poste, mais ont tous ont rendu leur tablier - incapables de tenir la pression, et surtout la comparaison.
La situation est cependant en passe d'évoluer.

Environ une semaine plus tôt, les Entreprises Ethon, un des principaux donateurs et mécènes du Musée, ont imposé la nomination d'un nouveau conservateur... qui, étonnamment, plaît beaucoup aux employés et aux différents référents culturels qui évoluent dans ce milieu.
Inconnu de St-Roch, bénéficiant de références obscures, ce nouveau venu, qui s'est présenté comme John Carter, dispose d'une grande connaissance historique, et multiplie les attentions et initiatives louables et appréciées par tous.
Ainsi, s'il continue sur cette voie, ce nouveau conservateur semble près de se faire accepter - un véritable exploit.

Alors que le jour se couche lentement sur St-Roch, ce John Carter, en train de mettre en place une exposition sur le Moyen-Âge en Europe Occidentale, est prévenu par un collègue que deux... étranges visiteurs se sont présentés au guichet.
Pour lui, ce qui est étonnant vu qu'il n'est guère connu ici.
Le conservateur acquiesce, et fait installer les nouveaux venus dans une salle discrète du Musée. Il finit quelques installations, avant de se diriger vers eux.

Il ouvre la porte, pénètre dans une pièce sans fenêtre, comprenant une table ronde de travail et quelques sièges en plastique.
Il y découvre une jeune femme blonde, extraordinairement belle, mais à l'air farouche et déterminé ; et un homme aux tempes grisonnantes, mais dont toute l'attitude exprime sa terrible volonté de ne jamais abandonner.

"Bonsoir."

Sa voix est calme, mais comporte des accents tranchants et guerriers. Les deux visiteurs découvrent devant eux un homme, jeune, au regard bleuté et déterminé, aux cheveux sombres, au visage taillé dans la roche...
... un homme dur et exigeant, mais à l'allure juste. Qui ne peut, bien sûr, qu'évoquer de vieux souvenirs pour eux.

"Bonsoir Libby, bonsoir Ted.
Je ne pensais pas que vous me retrouveriez aussi vite - même si c'est bon de vous revoir."


Il sourit, de cette expression douce mais fatiguée qu'ils connaissent tant.
Et, intérieurement, Ch'al Andar jubile.
Depuis qu'il est revenu sur Terre après être étonnamment revenu à la vie, il anticipe et prépare cette rencontre. Grâce à sa société, qu'il avait intelligemment laissée gérer par d'autres, il a pu se constituer cette nouvelle identité - John Carter, aux références évidentes. Il a suffi d'une simple teinture, d'un oeil en verre et d'un autre dispositif pour modifier son dernier oeil valide pour changer la donne ; personne ne se souvient de Charley Parker, et sa dernière apparition en tant que Golden Eagle n'eut que peu de témoins. Carter et Kendra étant morts, les employés ayant une mémoire sélective, il ne craint rien.
Il s'est donc fait nommer conservateur au Musée, et a multiplié ces derniers jours les interventions mystérieuses sous l'identité de Hawkman, en stoppant des crimes avec la méthodologie de son mentor.
Tout cela pour... les attirer. Les faire additionner les indices, leur donner espoir. Les faire y croire. Les faire venir à lui.
Pour, à terme, les piéger et les anéantir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4149-le-retour-de-golden-eagle

Inscription : 09/05/2016
Messages : 249
DC : Jade, Anima & Tara Markov
Localisations : Philadelphie
Justice society of America
MessagePosté le: Mer 19 Oct - 8:05
Libby s'était trouvée mal à l'aise en consultant la presse...

... où étaient relatés les exploits d'un guerrier ailé portant un masque d'aigle !

Elle ne pouvait s'empêcher de penser à Carter Hall, à sa femme Shiera, et à leur disparition... Et la tasse de café qu'elle était en train de boire eut le temps de refroidir avant que la blonde aventurière n'ait élaboré un plan d'action !

Parce qu'il était évident - et ce n'était pas la première fois qu'elle lisait un compte-rendu de la sorte - qu'un nouvel Hawkman était sur les pistes ! Mais qui était-il ? Simple imitateur ou... Non, elle se refusait à cette pensée.

Puis, les comptes-rendus se firent plus précis, plus détaillés, plus techniques : il devint alors évident que cet inconnu utilisait le même matériel et les mêmes techniques que Carter Hall... S'il était concevable que l'on puisse tomber - par "hasard" - sur du Nth Metal, il semblait, en revanche, douteux d'adopter à la perfection le style d'un héros disparu !

A moins que... ?

La tasse de café était complètement oubliée alors que Liberty, accroupie dans un coin de son salon, cherchait à faire démarrer son ordinateur. Cochonnerie informatique ! C'était un des trucs de la vie moderne avec lesquels elle avait le plus de mal... Peut-être devrait-elle prévoir une formation informatique pour un futur séminaire de la JSA ?

Puis, elle se ravisa : il était manifeste qu'elle était - de loin - la plus vieille membre actuelle de la JSA. Avant son retrait de la JSA, Nightmaster se défendait à ce niveau, mais elle le battait quand même bien de 20 bonnes années !

Alors que l'écran s'allumait, elle sourit en pensant à Arion. Qu'aurait fait le mage atlante face à un ordinateur portable ? Elle eut un rire sonore et en profita pour s'allumer une cigarette pendant que le tas de boue qui lui servait de bécane informatique n'en finissait pas de ne pas se lancer.

Aspirant la fumée et la rejetant comme une locomotive à vapeur, Liberty se lança dans des recherches sur le net. Et les cigarettes s'enchaînèrent les unes aux autres et le cendrier déborda jusqu'à...

... ce qu'elle trouve un entrefilet dans la presse de St Roch, sur un site d'information en ligne (et dire que quand elle avait été journaliste, juste après les dinosaures pensa-t-elle, les articles se tapaient sur de vieilles machines à écrire !) : un nouveau conservateur avait été désigné au Stonechat Museum, le musée de Carter Hall...

... et celui-ci s'appelait John Carter !

Et là ça fit tilt, car au-delà de la référence évidente au fier à bras d'E.R. Burroughs, ce John Carter ne pouvait être que...

"Carter Hall ?" s'exclama, tout seule comme une andouille, Libby devant son écran.

Wow... Mais en même temps n'avait-elle pas déjà vu des choses plus étranges que cela ?

*
*  *

Après avoir pris contact avec Ted Grant alias Wildcat (Libby désirait avoir un second avis sur la question, sans compter le fait qu'elle avait toujours voulu que Ted reprenne le rôle qui lui revenait au sein de la JSA... Le nouveau groupe était prometteur mais manquait un peu trop d'anciens à son goût!), Libby avait filé en sa compagnie à St. Roch.

Il s'agissait de vérifier l'identité réelle de ce conservateur. Était-ce Carter Hall réincarné d'une manière ou d'une autre sous cette nouvelle identité ? D'un type qui lui rendait hommage ? Était-ce cette personne qui avait accompli les exploits récents du nouvel Hawkman ? Ou bien... tout cela n'était-il qu'une série de coïncidences, certes troublantes, mais de coïncidences quand même ?

Et c'était pour cela qu'elle avait besoin de l'avis, toujours rationnel (quoique des fois un poil impulsif) de Ted Grant.

Et c'était pour cela qu'elle s'était présentée en civil, avec Ted, devant le Stonechat Museum pour demander une entrevue avec le conservateur.

Et c'était pour cela que ce dernier se tenait devant eux et qu'il les reconnut et qu'il leur dit même qu'il les attendait...

"Ca... Carter ? Carter Hall ?" se hasarda Libby, stupéfaite.

Elle reprit son souffle et ses émotions et ajouta :

"C'est bien toi, n'est ce pas ? Mais... Comment ? Comment est-ce possible ? Et... Shiera ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Ven 21 Oct - 13:32
Les yeux bleu abysse du champion poids lourd au menton en galoche s' étrécirent, alors qu'il faisait face à un homme qui avait, sinon les traits exacts, du moins l'allure et probablement les habitudes nocturnes du guet gladiateur qu'il avait bien - et moins bien connu. Si les rumeurs prêtaient à Wildcat comme aux chats communs le bénéfice d'avoir neuf vies, Khufu, Katar ou Carter, suivant les noms ou personnalités qu'il a portés, est très clairement le champion de la réincarnation, à l'image du faucon solaire Horus qui est son symbole, dieu égyptien de la résurrection. Il n'avait pas toujours été le même homme, tout en conservant ou mélangeant l'âme et l'essence du héros iconique qu'il avait rencontré pendant la guerre. Parfois très fidèle à lui-même et parfois foncièrement différent, comme l'avaient été Kendra et Shayera, les Hawks, avant tout des amants maudits, étaient toujours attirés vers leurs vie passées, avant de finir par trépasser dans la douleur de s'être retrouvés.

Quand Libby avait contacté Ted, une fois n'est pas coutume par courriel, ce dernier avait eu sa curiosité piquée au vif. Il s'était rendu à l'université de Gotham, où un de ses élèves de la salle Grant's Gym put l'accompagner dans ses recherches grâce à des abonnements recouvrant toute les presses locales et nationales ainsi qu'un talent aiguisé dans la recherche dans les données de la toile. St-Roch, si proche et si loin, à l'autre extrémité du littoral Est américain, dévoila rapidement tout ce qu'elle avait d'informations croisant un nouveau héros ailé et le renouvellement d'un poste de conservateur efficacement géré après une longue période de vache maigre pour le Stonechat Muséum, pôle de l'économie touristique sous Carter pendant des décennies, jamais égalé.

Trois semaines plus tôt, les coffres personnels de Ted avaient accueilli un masque tribal de félin, hasard ou destin, Ted ne croyait guère à ces visions de la vie. Il croyait en l'homme et sa capacité intrinsèque à déployer ses forces et ses instincts protecteurs pour préserver le faible du fort et aider son prochain, ce en quoi il menait d'abord et avant tout sa vision par l'exemple. Quand les gens de Gotham quels que soient leur problème et leur appartenance sociale, il déplaçait ciel et terre pour les sortir de la panade. Un voisin venait de connaître un deuil et se trouvait dans l'incapacité de régler les dettes dont il devenait l'héritier. Dans ce cas, Ted avait joué les garde-meubles pour préserver les biens personnels et familiaux de l'homme le temps de trouver les fonds pour régler son dû aux créanciers. Si cet homme était aussi talentueux qu'on le disait, il trouverait peut-être une valeur historique et économique à l'objet, qui pourrait sortir le Gothamite désargenté de ses ennuis. Et peut-être, peut-être qu'il tiendrait un discours digne de Carter Hall, le guerrier éternellement réincarné à travers les peuples de notre Histoire.

Ted, une fois encore, il aurait juré que c'en était déjà la centième tant le chagrin de perdre un camarade était difficile à retraverser, espérait retrouver son ami sous une nouvelle forme. Il chargea l'homme qui venait de se présenter comme John Carter, qui l'identifia comme Ted, qui avait aussi reconnu Libby. Fonçant sur lui dans toute sa brusquerie, il ne savait pas lui-même s'il lui faisait une prise ou une embrassade.

"Carter... Tiens. C'est pas un cadeau de retrouvailles. C'est un job. Un test, mais pas de blagues, ça peut vraiment sortir un copain de la panade. C'est un vrai ou un faux? Est ce que ça témoigne d'une histoire particulière? Le masque renferme-t-il des secrets excitants? Mon voisin en a hérité et ça pourrait aider si cet héritage vaut quoi que ce soit. "

Il recula d'un pas après avoir relâché sa puissante étreinte, et le masque en peau, bois et os resta entre les mains épaisses du conservateur.
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 27/07/2015
Messages : 226
DC : Mister Miracle - The Atom - The Bat
Localisations : Dans les airs.
Legion of Doom

MessagePosté le: Sam 22 Oct - 22:06
Ch'al esquisse un léger sourire en entendant Libby répéter le nom du Hawkman qu'elle a connu, et aux côtés duquel elle a tant combattu.

"Non... John Carter. Carter Hall est un conservateur précédent, qui a mystérieusement disparu depuis plusieurs mois. Il a été démis de ses fonctions par le conseil d'administration, et un dossier de reconnaissance de décès est en cours d'analyse auprès de la Mairie de St-Roch.
Donc... non. Je ne suis pas Carter Hall."


Il pose ses deux mains puissantes sur le dossier d'une chaise. Sa voix est lourde, puissante, et résonne dans la petite pièce dans laquelle il reçoit Liberty Belle & Wildcat.

"Mais, en effet, je suis... Khufu, à l'origine. J'ai eu bien des noms, et si je suis réellement attaché à "Carter Hall", je ne pourrais plus le porter maintenant. D'une part, parce que les Lois sont devenues plus compliquées à détourner... ensuite, parce qu'il y a eu beaucoup d'événements douloureux liés à cette identité."

Son regard, jusque-là, se concentre uniquement sur le doux visage de Libby. Son expression change soudain, devenant plus dure, plus froide que précédemment.

"Shiera est morte - comme Kendra. Comme Shayera, aussi, celle qui était la femme de Katar Hol, connue comme Hawkwoman. Katar Hol, aussi, est définitivement mort.
Tout le monde est mort, Libby. Sur Thanagar, les cimetières sont maintenant remplis des corps et des âmes de nos proches.
Concernant mon retour... ah, je n'en sais rien. Kendra, Shiera sont mortes ici, et ne sont pas revenues - la faute à Hath-Set, qui a peut-être définitivement réussi à anéantir l'amour de ma vie. Katar Hol est mort sur son monde - et j'y suis revenu."


Ch'al pousse un profond soupir, mais son regard ne dévie pas. Son visage, s'il est froid, n'illustre aucunement la douleur que Khufu pourrait ressentir - mais c'est voulu, car il sait très bien que le Hawkman original ne s'abandonnerait jamais à exprimer de telles émotions en public. Même devant ses amis, il conserverait une allure fière, digne et noble en toute occasion.

"Je ne sais pas comment. Je suis aussi mort, tué par Hath-Set, mais... je me suis réveillé dans le corps d'un soldat Thanagarien, après une blessure qui a sûrement anéanti son esprit. Ce soldat se nommait... Brykk Hol, cousin éloigné de Katar."

Il hausse les épaules, laissant à peine apparaître un léger sourire sur ses lèvres, avant de le faire rapidement disparaître.

"Je... ne sais pas pourquoi je suis revenu, et je ne sais pas si Shiera pourra en bénéficier aussi. Je l'espère, bien sûr, mais je n'ai aucune confirmation.
Pour cela, pour la retrouver - je me fais connaître. J'assume, pour ceux qui connaissent mes secrets, qui je suis, en redevant conservateur ici, en redevant Hawkman. Quand... si elle revient, elle saura où me trouver.
Je vais l'attendre. Autant temps qu'il le faut."


Le jeune homme acquiesce lentement. En se préparant à cette entrevue, il a envisagé toutes les questions que les alliés de Hawkman pourraient poser, et a donc mis en branle une explication "crédible" - pour Khufu, qui n'a cessé de s'immerger dans les intrigues les plus complexes.
Pour simplifier... ses amis ont déjà entendu bien pire. Ca pourrait donc bien "passer", et c'est sur ça qu'il compte pour la convaincre.

Cependant, s'il sent que Liberty Belle pourrait accepter entièrement tout ça, et donc le croire, Wildcat n'en est pas encore à cette étape.
Vieux briscard, par nature bourru et méfiant, Ted Grant lui tend un masque de félin - un test, clairement assumé, pour vérifier que John Carter a bien les souvenirs du conservateur originel.

"Ah... tu as de la chance que je sois content de te revoir, Ted. En temps normal, je t'aurais montré d'une autre façon que je suis bien celui que tu as connu - mais je ne veux pas faire couler de sang le jour de nos retrouvailles. Et je crois que, même en mon absence, tu n'as pas trouvé de moyen d'empêcher ma masse d'écraser les fichues petites oreilles de ton masque..."

Prononcées sans un sourire, ces paroles sont suivies d'un geste rapide, voir brutal, alors que Ch'al, à fond dans son rôle, s'empare du masque.
Il le pose néanmoins avec une grande délicatesse sur la table entre eux, et pose ses mains autour de l'objet. Son attention se plonge entièrement dessus, avant que, par gestes doux et tendres, il retourne le masque, l'examine, l'analyse.

"Mmh."

Alors que son étude visuelle continue, sa voix lourde s'élève à nouveau dans la pièce.

"Evacuons de suite les évidences : masque de Bastet, déesse égyptienne de la joie du foyer, de la chaleur du soleil et de la maternité. Son centre religieux se trouvait dans la ville de Bubastis, selon les Grecs, ou Tell Basta, en Arabe - il y faisait une chaleur insupportable l'été, je détestais y séjourner.
Bref. Le masque n'est bien sûr pas d'époque, même s'il a été volontairement vieilli pour le faire croire, mais... il est de qualité. Fait à la main. Vieux de plusieurs dizaines d'années, dans un bois... hum."


Lentement, Ch'al pose son index et son majeur sur le masque, et les fait glisser avec une grande douceur sur la matière.

"Gardenia jovis-tonantis, de la famille Rubiaceae. Etonnant."

Il relève son regard, et plonge ses yeux bleutés sur le visage de Wildcat.

"Bilan : masque de Bastet, contrefaçon étonnante et surprenante. Il ne date pas de l'Egypte Ancienne, bien sûr, mais il a... entre 100 et 115 ans, j'ai du mal à être plus précis.
L'arbre Gardenia jovis-tonantis se trouve essentiellement au Congo. Ce dernier a été longtemps aux mains des Belges, dont le Roi avait une immense avidité et souhaitait... acquérir, encore et encore, plus de richesses. Il a entièrement saigné sa colonie, mais a ensuite tenté de trouver de nouvelles voies d'obtenir des fonds, qui lui manquaient tant.
A ce titre, le Roi Léopold a voulu se lancer dans... le marché des contrefaçons, à destination du marché européen. Etant donné que l'égyptologie était en vogue à l'époque, il y eut de nombreux objets vendus comme des reliques - qui n'étaient que des répliques, certes de qualité."


Ch'al se recule, et croise lentement les bras.

"En définitive : il ne vaut pas les millions qu'un vrai masque de Bastet vaudrait, mais il vaut bien plusieurs milliers de dollars - peut-être même dix milles, s'il y a une bonne promotion autour."

Le jeune homme, s'il n'a pas la connaissance et l'expérience du vrai Khufu, a passé de nombreux mois en compagnie de Katar Hol, à s'immerger dans ce musée. Il y a beaucoup appris, et en sait donc un certain rayon en Histoire ; on ne le piégera pas là-dessus.

"Est-ce que ça te suffit, Ted ? Ou tu veux une démonstration de vol, accompagnée d'un commentaire sur tous les endroits de St-Roch que j'ai visités lors de sa création ?"

Il ne sourit pas - car le vrai Carter Hall ne le ferait pas.
Il n'y a pas de tension entre eux, mais il agit directement pour mettre les autres mal à l'aise ; il se plonge entièrement dans son personnage, et a l'impression d'être plutôt doué à ce petit jeu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4149-le-retour-de-golden-eagle

Inscription : 09/05/2016
Messages : 249
DC : Jade, Anima & Tara Markov
Localisations : Philadelphie
Justice society of America
MessagePosté le: Jeu 27 Oct - 20:57
Du haut de ses 90 années et de toute sa sagesse et de toute son expérience (même si les dernières années, depuis la mort de Johnny et la rupture de toute relation avec leur fille, avaient été consacrées - essentiellement - à flinguer à coups de martinis sa fonction hépatique, sans grand succès d'ailleurs), Libby était et demeure ce qu'elle avait toujours été...

... à savoir, une midinette, à l'expression le plus souvent exaltée ou blasée, jamais réellement niaise, mais...

... il n'y avait que peu de choses qui pouvaient lui faire chavirer le cœur, mieux qu'une histoire d'amour qui finissait bien...

... c'était une histoire d'amour qui finissait mal !

Alors quand Carter Hall (car pour elle, nonobstant ces histoires complexes de réincarnations, Hawkman est et demeurera Carter Hall) annonça que Shiera n'était toujours pas revenue et qu'il l'attendait au Stonechat Museum, elle eut envie de prendre le héros ailé dans ses bras et de lui offrir une épaule compatissante pour pleurer...

... mais ce n'était pas le style d'Hawkman, qui n'avait jamais été le héros le plus expressif qu'il soit, et c'était surtout - elle devait se l'admettre - une façon à elle de s'apitoyer sur son propre sort !

Car dans l'histoire contrariée de Carter et Shiera, elle voyait celle qu'elle avait vécu avec Johnny Quick.

Et si leur amour n'avait pu survivre à la mort, laissant Liberty brisée à jamais, elle ne pouvait que fonder d'immenses espoirs dans l'amour fou, au-delà du temps, de l'espace et de la mort, qui unissait celui qu'elle nommait Carter à celle qu'elle connaissait sous le nom de Shiera, se retrouvant encore et encore à la faveur des tours et des quarts de tours de la grande roue karmique !

Elle n'avait donc aucun doute : cet homme était bien Hawkman. Elle en aurait mis sa main au feu.

Mais Wildcat avait un test bien à lui, test que John Carter réussit à la manière de Carter Hall. Puits de science sans fonds, qui déballait les faits de l'histoire ancienne comme s'il s'était échappé de l'Egypte des Pharaons, faisant danser le Sphinx et lui arrachant tous ses mystères !

Le tout dit avec cet insupportable ton doctoral, un brin suffisant, qui participait de la personnalité d'Hawkman !

Alors, qu'il soit Carter Hall ou John Carter, cet homme était des leurs !

"Nous ne sommes pas là pour voler au-dessus de St Roch, mais c'est bon de te voir, Carter..." répliqua Libby à la proposition ironique de son interlocuteur.

"C'est bon de te voir" répéta-t-elle, un brin émue.

Traduction : c'était bon de voir quelqu'un dans sa tranche d'âge ou celle de Ted Grant. Un vieillard à l'allure et au pas vifs ! Un vieillard qui avait encore une dernière mission à réaliser ! Une mission de transmission...

"Carter ? Je... J'ai relancé une Société de Justice autour de quelques jeunes. Serais-tu partant pour nous rejoindre ? Pareil pour toi, Ted ! Nous avons... Nous avons des problèmes avec nos ennemis de toujours : les nazis sont de retour. Et il y a quelques mâchoires SS à déboîter à coups de masse d'arme ou d'un uppercut du gauche ou du droit, si ça vous chante..."

Elle en parlait avec légèreté mais les enjeux étaient beaucoup plus élevés qu'elle ne voulait le dire. Mais elle laisserait le soin à Ted et à Carter de s'en rendre compte par eux-mêmes...

... car elle espérait bien les recruter : deux géants comme Ted et Carter ne pourraient qu'être une force conséquente pour la Société de Justice !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Mar 15 Nov - 18:55
Ted fut impressionné, comme toujours, de la culture de l'homme-faucon. Pour autant, cela ne voulait rien dire, et une démonstration de vol n'aurait rien démontré sinon qu'il était bien un Thanagarien. Cette partie de son histoire méritait des preuves, mais ne ferait que mettre en doute la loyauté du guerrier volant. Il n'aurait de cesse de voler dès que Libby et lui-même le verraient en action, ce qui ne saurait tarder.

Néanmoins Ted tâcha de mémoriser toutes les indications pour aider son ami du voisinage qui était techniquement propriétaire du masque en sa possession.


"Tu as conservé les connaissances et la mémoire intactes de ce bon vieux Carter, Carter. Et son feu intérieur. Tu te souviens comme on ne pouvait pas en dire autant de ce vieux fou, Dr. Light ? Enfin t'étais pas tout seul. Je ne sais pas, tu as quelque chose à dire à ce sujet... ?"

Cela restait réellement en travers de la gorge de Wildcat, et provoquer Hawkman ayant toujours été un jeu sérieux entre coéquipiers, il n'hésita pas à lâcher le pavé dans la mare. A voir ce que le soi-disant réincarné avait à répondre sur le sujet, et Wildcat était avide d'en corroborer les détails.

Liberty Belle reprit par ailleurs sa posture de tête et expliqua aux deux anciens combattants qu'une nouvelle mouture de la Society se mettait en place. De nouveaux défis... Et l'occasion d'apprendre de nouveau à connaître son vieux camarade. Rester dans la lutte. Rester au coeur de l'action et rester au pas de la génération actuelle de justiciers. Ted songeait aussi à l'occasion que c'était de les valider ou non dans leur approche de l'héroïsme, car il avait aussi sa carte à jouer en ce qui concerne la défense des valeurs. S'il avait laissé ce côté dans son influence auprès des civils, il pourrait à nouveau s'y épanouir auprès de citoyens engagés corps et âmes dans un combat qui engage leur responsabilité jusqu'à des questions de vie ou de mort. Et ça... Considérons-le comme un vieux con, mais il ne voulait pas que l'héroïsme cède à la version future dont étaient revenus Magog et le vieux Superman, Kal-L, Kingdom Come. Et puis les nazis... Il avait clairement un croc contre leur espèce. Ils étaient l'antithèse de ce qu'il représentait, et par conséquent et à nouveau, les destinataires tout désignés de ses fameux k.o. techniques. Si ce n'est pire... Les dilemmes seraient cornéliens, mais ce n'était pas Ted qui laisserait ces pourris s'en tirer par le martyre.


"Tu auras mes poings, Belle."

Il s'écarta pour jauger celui qu'il considérait en partie responsable d'avoir lavé le cerveau d'Arthur Light. Il était mal à l'aise à l'idée de l'avoir pour coéquipier depuis l'heure des révélations, mais il croyait en la rédemption. Cela restait dur à encaisser, surtout qu'il avait par cela même entaché les funérailles de Sue Dibny par ce scandale auquel la Justice League de l'époque avait participé.
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 27/07/2015
Messages : 226
DC : Mister Miracle - The Atom - The Bat
Localisations : Dans les airs.
Legion of Doom

MessagePosté le: Jeu 17 Nov - 21:45
"John Carter", les bras croisés, attend la réaction de Wildcat.
Imperturbable.
Malgré l'anxiété d'avoir fauté, l'angoisse d'être reconnu, la crainte de voir tous ses efforts être anéantis par quelques erreurs devant ceux qui connaissent le mieux celui qu'il entend incarner, Ch'al Andar reste immobile et maîtrise sa respiration. Son regard alterne entre Libby et Ted, sans aucun indice de son trouble intérieur.

"Mmh."

Ce grognement est, au préalable, sa seule réponse au commentaire du vieux boxeur.
Son regard azur, modifié via des filtres spécifiques, demeure figé sur ce dernier. Il sait, depuis longtemps, que Carter Hall et Wildcat n'ont pas eu les meilleures relations du groupe ; deux "grandes gueules" ont souvent du mal à coexister.

Surtout, il sait très bien ce que son mentor a fait avec la Justice League, jadis. Il ne lui a jamais dit à l'époque, mais le bruit a fuité chez les Vilains sur la manipulation mentale qu'a subie le Docteur Light, après le viol de Sue Dibny sur la Watchtower.
Quand les Vilains ont appris ce que les Héros avaient fait, Ch'al organisait alors son attaque contre Hawkman, et avait donc décidé de se révolter contre son destin précédent ; cependant, il n'a jamais rejoint la foule des Vilains voulant s'en prendre aux Héros pour ce qu'ils avaient fait.
Arthur Light a violé une femme - une innocente, douce et gentille qui plus est, et unanimement reconnue comme tel. La lobotomie était un châtiment bien trop doux pour lui - et lui n'aurait guère hésité à briser le moindre os de son corps, à arracher la moindre veine de son système, à arracher le moindre centimètre de sa peau avant de, enfin, le laisser mourir. Lentement.

"Oui, Ted."

"John Carter" pousse un profond soupir, avant de décroiser ses bras, pour poser ses mains sur le dossier d'une chaise devant lui.

"Je l'ai fait - et je le referais, si j'en avais la possibilité. J'assume, et je n'ai qu'un regret : que les autres ne m'aient pas laissé punir cette ordure comme Light le méritait."

Ses phalanges blanchissent sous la pression qu'il impose sur la chaise.
A cet instant précis, Ch'al n'a guère besoin de "jouer" le comportement hargneux et violent de Carter Hall ; à cet instant précis, il le vit totalement.

"Mais nous en reparlerons plus tard, mon vieil ami. Plus tard, ailleurs - et seuls."

Un petit signe de tête, une grande inspiration, et le jeune homme tourne son attention vers Liberty Belle. Il esquisse un petit sourire triste après les quelques mots prononcés par cette dernière pour signifier son plaisir de le retrouver.

"Moi de même, Libby... moi de même. Shiera serait ravie de te savoir en forme..."

Un petit haussement d'épaules, et "John Carter" soupire en secouant la tête, pour laisser penser que l'évocation de la Princesse est aussi terrible que les autres l'imaginent.

"Pour ta proposition..."

Il se tourne, et offre son profil aux deux Héros. La main droite sur son menton, caressant ce dernier en signe de réflexion, Ch'al fait semblant de réfléchir ; en réalité, le choix est évident.
Revenu sur Terre pour s'imposer comme le plus grand Vilain, il a prévu d'intégrer la Justice League et la Justice Society of America pour les faire tomber de l'intérieur. L'arrivée de Liberty Belle et de Wildcat est du pain béni pour lui... mais, le rôle. Toujours, le rôle.

"Mon esprit veut dire non, Libby. Je viens de revenir, je ne connais guère ce corps, je ne connais plus ce monde, et j'ai découvert que St-Roch est dans un état catastrophique. Surtout... je l'attends. Je sais qu'elle reviendra ici.
Cependant..."


Après un petit temps d'attendre, "John Carter" se tourne vers les deux visiteurs - et esquisse un petit sourire.

"... elle ne me pardonnerait pas de t'avoir abandonné. Et, surtout, ma masse ne peut résister aux mentons nazis.
Compte-moi avec toi, Libby. Je réintègre ta Justice Society of America."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4149-le-retour-de-golden-eagle

Inscription : 09/05/2016
Messages : 249
DC : Jade, Anima & Tara Markov
Localisations : Philadelphie
Justice society of America
MessagePosté le: Sam 19 Nov - 9:43
Wildcat et Hawkman, deux gars qui avaient tendance à se dresser sur leurs pattes et à bomber le torse, deux types qui jouaient régulièrement à savoir qui serait le plus fort des coqs de la Basse-Cour !

Libby se crispa un instant. Un instant pendant lequel elle crut que cela pouvait partir en vrille. L'accusation portée par Wildcat était injuste. Light méritait son sort. Libby était contre toute forme de justice expéditive mais... ce qu'il avait fait été abject. Hawkman avait pris une décision en son âme et conscience et... l'avait appliqué.

Ils n'étaient ni des juges, ni des policiers. Si par moments la moralité de leurs actions leur échappait totalement, les héros n'étaient pas régis par une procédure particulière : si des lignes étaient franchies, ils étaient susceptibles d'en répondre devant la justice, voilà tout. Hawkman (peut-être grâce à son changement d'identité civile) y avait échappé. Tant mieux pour lui. Mais ce n'était pas à eux, ses camarades, à faire le job de la police pour le coup...

Mais Liberty se sentit soudainement un tantinet hypocrite de penser ce qu'elle pensait. Au fond, elle versait dans le relativisme : ce qui était mal, c'était ce que les autres faisaient, rien de plus, rien de moins...

... et cette tentation totalitaire, elle savait que tout le monde l'avait. Et qu'il fallait la museler et l'endormir par la raison, en acceptant ses propres limites.

Hawkman avait mal agi. Aurait-elle agi autrement ? Libby n'en savait rien. Mais...

"Les amis..." reprit Liberty dans un grand sourire. "Les amis nous avons vécu tant de choses ensemble que je ne peux qu'être ravie aux larmes de vous savoir à mes côtés..."

Car ils venaient tous deux d'accepter la proposition de Liberty.

Elle enchaîna :

"Bientôt, nous aurons une réunion à Gotham. Une réunion où je ferai une synthèse des problèmes nazis que nous rencontrons. Il y aura des jeunes, je l'espère. Et il faudra que tous ensemble nous agissions et que nous agissions vite mais..."

Liberty tomba tour à tour dans les bras de Wildcat et de Hawkman.

"Avec vous deux, la JSA sera invincible !"

Et pour Liberty, cela voulait tout dire : 3 vieillards qui devraient maintenant être morts ou séniles contre l'Empire néo-nazi. Les nazis n'avaient aucune chance !

Pour le reste, elle s'excusa brièvement auprès de ses deux alliés. Les deux mâles alpha avaient peut-être à échanger en privé. Elle, elle pourrait toujours se distraire en examinant le beau musée de Carter, en attendant que Ted en ait terminé avec lui. D'ailleurs, elle se souvenait que la dernière fois qu'elle était venue ici, elle n'avait pas eu le temps d'admirer les œuvres... trop occupée qu'elle était à empêcher une invasion extra-terrestre !

[Excellent sujet ! Pour ma part, je ne vois rien à ajouter ^^ Je "retire" Liberty du RP (mais en cas de besoin elle est dans le musée ^^) pour vous laisser éventuellement l'occasion de vous "expliquer". Pour le reste, on se voit au briefing ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Etranges retrouvailles [JSA-Liberty Belle & Wildcat]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Etranges retrouvailles [JSA-Liberty Belle & Wildcat]
» Une belle photo ? une bonne photo ? LA photo ?...
» Albert Cohen : Belle du Seigneur, Le livre de ma mère, etc.
» La plus belle scène de Manga ( tous mangas confondus )
» La belle andalouse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: St-Roch :: Stonechat Museum-