Robin.. Savior of animals (Ouvert au premier membre de la batfamily qui répond)

Inscription : 02/11/2016
Messages : 118
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Dim 13 Nov - 5:32
J'étais à la recherche de ce Gary Newton. ce trafiqueur d'humains qui vient tout juste de sortir de prison. Dick m'avait mit sur la piste de ce connard et j'avais bien l'intention de lui faire regretter son choix de carrière. S'il y a bien une chose que je ne supporte pas, c'est bien un pédophile. Ces mecs, je leurs arracherait bien les couilles avant de les laisser au GCPD mais père n'est pas du même avis. Il trouve que ça nous rabaisserais à leurs niveau. Il était presque minuit lorsque j'arrêtai les recherches. Alfred m'avais appeler pour me rappeler que j'avais cours demain. L'école, cet endroit complètement inutile pour quelqu'un de ma trempe. Père veut que j'ailles un semblant de vie normale mais il sait très bien que je n'aurai jamais de vie normale.


J'entendis alors un appel d'urgence dans mon communicateur. Des hommes armés attaquait les membre du cirque qui était en ville depuis deux jours. Ce même cirque ou les parents de Richard on été tuer. la raison pour laquelle, je dois l'endurer dans la Batcave. Je sauta donc sur la moto de mon "frère" adoptif. la moto qu'il m'a interdit d'utiliser parce que je l'ai apparemment endommagé. Je me rendis jusqu'au cirque ou je trouvai sans aucune difficulté. Trois hommes... Une vrais blague. Je courais de caravane en caravane jusqu'au premier criminel. Il se tenait à côté d'une cage ou un petit chimpanzé criait. je lui sautai sur les épaules et l'étouffa avec mes jambes jusqu'à ce qu'il tombe sans connaissance. Je pris un batarang électrisé et le lança vers le deuxième homme qui le
reçu en plein thorax avant de s'écrouler. Le troisième s'excita comme un débile et me tira dessus sans regarder ce qu'il y avait autour. Je poussai la cage qui s'ouvrit pour évité au singe de se faire tirer dessus. Je sortis mon katana et avec de rapides mouvements, j'entailla profondément l'homme à plusieurs endroits clés et il s'écroula à son tour, paralysé. J'entendis les sirènes du GCPD, ils en ont mit du temps, ceux la !



Je retournai vers la moto et vit qu'un petit être me suivait. Je fis de grands mouvement en criant pour qu'il se sauve mais rien à faire. Une idée folle me vint en tête. Pourquoi, je ne l'amènerais pas avec moi ? Je me rappelle de mon enfance ou je courais après les macaques qui sautait partout au temple de la ligue en rêvant d'en possédé un juste pour moi. Il y a assez de places dans la batcave pour que j'aménage un endroit pour lui. je dois simplement trouver une façon de l'annoncé à père. J'embarquai le chimpanzé devant moi sur la moto et partis en toute vitesse vers le manoir. Arrivé à la batcave, je vérifiai qu'Alfred ou mon père ne soit pas la et j'amenai le singe qui chahutais jusque dans ma chambre.

"Chut, si Alfred ou pire... Mon père te trouve, il te renverra d'ou tu viens."


Je ne crois pas qu'il ait compris mes paroles mais il se calma. C'est alors que la porte s'ouvrit rapidement. je me retournai en vitesse en essayant de caché le singe.


"Merde"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2015
Messages : 453
Localisations : ...


MessagePosté le: Jeu 26 Jan - 23:18
Les bottes résonnèrent sur le plancher avec la violence d'un régiment de cuirassiers de la Vieille Garde. De vrais bottes de combat. Solides. Durables. De gros renforts métalliques.

La porte s'était ouverte avec fracas. Le fracas de celle qui avait collé un coup de pied dedans.

Dans l'embrasure de la porte, avec le reflet de la lumière sur le métal de ses chaussures pour tout éclairage, la silhouette prenait des allures de cauchemar. C'était comme si un monstre s'était invité dans la chambre du jeune Damian. Un monstre sorti tout droit des pires histoires que sa mère aurait pu lui raconter pour le forcer à se calmer, au berceau. C'était une forme plus effrayante que n'aurait jamais pu l'être Ubu, ou bien l'assassin sans tête. Une forme casquée et encapuchonnée, respirant péniblement, une cape suintante traînant derrière elle.

L’innommable était sur le perron, la porte avait cédé ... Et c'était tout juste si l'on pouvait s'imaginer les silhouettes terrifiées des milliers de personnes qu'elles avait déjà frappé se cramponnant à leurs armes avec appréhension, récitant leurs dernières prières avant de rejoindre leurs Créateurs.

" Kshoo ... Aaaah ... " émit le casque, pour tout souffle pénible, " Kshoo ... Aaaah ... "

La forme s'avança dans la pénombre, relevant sa cape d'un geste ample pour révéler un sceptre brillant d'un rouge sépulcral.

On pouvait s'imaginer le grésillement de ce bâton démoniaque, et ses adversaires hurlant " Tirez ! TIIIIREZ ! " avec la force du désespoir.

Mais l'engeance de la nuit se retourna plutôt vers le mur, leva son bâton, puis appuya sur l'interrupteur de la lumière.

Et ce n'était qu'une motarde trempée. Pas un cauchemar. Pas une créature des enfers. Une motarde.

Et la motarde rangea sa lampe-bâton et enleva son casque.

Et, en apercevant le visage de la motarde, les cauchemars et les créatures des enfers auraient détalé, auraient gratté les murs en quête d'un échappatoire et se seraient même signés, pour tout le bien que ça aurait pu leur faire, car cette motarde était Cassandra Cain, et elle portait un sac en bandoulière.

" Langage. " fit laconiquement Celle-qui-était-tout en se retournant nonchalamment vers le fils biologique de Bruce Wayne, " Tu es trop jeune pour jurer. Bruce n'aimera pas. Alfred n'aimera pas. "

Elle passa devant lui sans trop prêter d'attention pour se diriger vers les étagères et ouvrir son grand sac de sport.

" Je n'aime pas non plus. " continua-t-elle, dos à lui, en cherchant dans des cartons, " Frustration. Gaspillage d'air. Contre-productif. Tape plutôt sur quelque chose. Ça endurcis. "

Elle trouva finalement plusieurs robes, neutres, à fleurs ou à motifs, et les embarqua, avec quelques pantalons et sous-vêtements. Elle posa le sac sur le lit et entreprit de le remplir avec tout ces morceaux de tissus qu'elle convoyait jusqu'à son appartement, jusqu'à ce qu'une patte velue vienne faire sa curieuse sur la bordure de la fermeture éclair, avec un " Ook ook ! " de mesure.

Cassandra leva les yeux et les planta dans ceux du chimpanzé avec fermeté.

Le primate paniqua et alla de lui-même se réfugier derrière Damian, regardant la visiteuse en combinaison de motarde moulante derrière ses pattes, comme pour s'en protéger.

" Trouve un endroit pour cette chose. " signifia-t-elle à Damian d'un ton qui n'appelait pas de discussion, " Rien à faire dans le manoir. Rien à faire dans mon ancienne chambre. "

De là à traiter Cassandra Cain de républicaine invétérée sur les question d'immigration illégales, il n'y avait qu'un pas, et en effet, Cassandra Cain n'était pas de celles qui appréciaient le genre de frasques de Damian vis-à-vis de ses "amis à pattes".

Parce qu'il fallait passer derrière eux, après.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 02/11/2016
Messages : 118
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Ven 3 Fév - 4:25
J'ai eu peur que cet intrus dans ma chambre soit Alfred ou mon rabat-joie de père mais en fait, ce n'est que Cassandra Cain. Celle à qui appartenais cette chambre avant que le vrais héritier de Bruce Wayne arrive. Je n'ai jamais vraiment aimé cette fille. Elle est chiante et se crois vraiment plus importante qu'elle ne l'est réellement. En plus, elle n'aime pas les animaux. Raison de plus pour la mépriser.


Elle se prend pour qui, celle la ? À me dire de ne pas jurer dans MA propre maison ! Dans MA chambre ! Elle n'est rien içi, pour moi. Je ne laisserai personne me dire quoi faire chez moi excepté mon père..En ce moment, c'est sur elle que j'ai envie de taper mais elle ne vaut pas la peine. Je vois sur ma table de nuit, le livre "Ainsi parlait Zarathoustra" de Nietzsche et je n'avais qu'une seule envie. Lui jeter à la figure.


"Cette chose, comme tu dis, s'appelle Maurice ! Il à autant de droits que n'importe qui d'être dans le manoir ! C'est un être vivant comme toi et moi ! Même qu'il est encore plus le bienvenue que toi dans MA chambre. Cette chambre est la mienne, il va falloir que tu t'y fasse Cain."

Je quittai la chambre en vitesse et alla chopper deux pommes, une orange et des bananes dans la cuisine. Alfred devait être dans la cave ou peut-être dormais t'il. Je revins dans ma chambre et donnai une banane au chimpanzé avant de croquer dans une pomme. Je me tournai vers la jeune femme.

"Encore la toi ?"


Je lui lançai la deuxième pomme et me lança dans mon lit. À côté de Maurice.


"Comment va Timothy ? On ne le voit plus. Il à enfin compris qu'il n'était pas le bienvenue ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2015
Messages : 453
Localisations : ...


MessagePosté le: Ven 3 Fév - 23:23
Un charmant enfant au demeurant, qui avait compris où était son intérêt en ramenant une pomme à celle qui, législativement parlant, demeurait sa grande sœur adoptive. Oui, il avait dû comprendre très vite que ce qu'il imaginait comme une arme improvisée sur cette table de nuit aurait bien vite été rattrapé en vol, et ses fesses marquées d'un "Dieu est mort" canonique inscrits à grands renforts de contact entre le papier du livre et ses fesses d'odieux adolescent.

Oh, il aurait aussi pu arguer qu'en tant que petit-fils de Ra's al-Ghul, elle était tenue d'obéir au moindre de ses désirs car telle était la raison de la conception de Cassandra.

Mais la réponse aurait été la même.

Il n'y avait aucune porte de sortie pour l'agressivité face à Cassandra Cain qui n'aboutissait à la semelle d'une botte renforcée dans les gencives.

" Tim a une vie. Des projets. Un avenir. " résuma l'assassine en croquant dans sa pomme, " Une somme de choses auxquelles tu n'as pas été formé. Remercie ta mère. "

Oui, le ton était assassin. Œil pour œil, mot pour mot.

Et en parlant d'assassinat, Cassandra dégaina son portable de sa main libre.

" Trêve de plaisanteries. C'est une bête sauvage. Ne m'oblige pas à appeler Bruce. Tu nous économiseras du temps à tous. Il te faut une véritable vie sociale, et de vrais amis. "

Et voilà qu'elle se mettait à dispenser des conseils en vie sociale ! Si ce n'était pas la preuve que Cassandra était une âme véritablement bonne et prête à bondir à la rescousse de ce pauvre sociopathe de Damian !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 02/11/2016
Messages : 118
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Jeu 16 Fév - 19:09
Je bondis du lit lorsque cette garçe parla de ma mère. Maurice en tomba du lit et alla se réfugier dans le coin de la pièce. Elle sait que je ne peux l'attaquer sous peine de me faire punir par mon père. Malgré mon talent, je ne peux sortir en douce sans activer les pièges installé par Père. Je l'ai appris à mes dépends à mon arrivé au Manoir. Mes mains portes encore les cicatrices causé par la cloture électrique. Bruce Wayne est l'homme, le plus parano que j'ai eu la chance de connaitre dans ma vie et il ne laisse personne entré ou sortir du terrain s'il ne le veut pas.


"Ne t'avise plus à parler de ma mère, Cain. Je te rappelle que la tienne était aussi pire !"


Je jetai la pomme dans la poubelle, près de la porte et alla prendre Maurice dans mes bras pour le rassurer.


"Ne t'inquiète pas, elle ne te fera pas de mal."

Si mes yeux pouvait lancer des lasers comme ces satanés Kryptoniens, Cass aurait carbonisé sur le champ. Je me relevai et fit face à cette fille.


"Tu n'oserais pas !? Tu ne peux pas faire ça ! Maurice est mon ami. Et pourquoi me faire des amis humains ? Ces sois-disant justiciers de la Teen Titans sont immature. En particulier, cet idiot rouge qui se transforme en animal. Je ne peux pas me faire des amis en dehors du cercle de justicier non plus. Tu imagines s'il tombe ,par hasard, sur la Batcave ? Comme Richard à fait quand il est arrivé."



J'arrêtai de parler, le temps de posé Maurice sur le lit et lui donné une autre banane.


"Et en plus, j'ai des projets, tu saura.... Je veux ouvrir un refuge pour animaux."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2015
Messages : 453
Localisations : ...


MessagePosté le: Jeu 23 Fév - 14:24
" C'est bien. Constructif, ça. "

A la probable surprise générale de l'insistance individuelle, Cassandra ne lança pas de remarque assassine ou de pique vicelarde. Elle était même au sommet de la compréhension, c'est-à-dire le visage fermé et toute possibilité d'intérêt dans son regard aspiré par son téléphone. Une véritable muse. Une manifestation de l'inspiration même dans le monde sensible ... Une inspiration toute spartiate, laconique, toute en retenue, cela allait sans dire.

" Pour des amis... " reprit-elle, " Pas les Titans. Trop de problèmes. Des gens normaux. 'Trouveront pas la cave. Pas par hasard. Mieux protégée depuis Dick. "

Elle releva les yeux, trouva le regard de l'animal, puis le regard du singe. Puis elle eût une idée.

Cassandra pinça les lèvres un instant, comme prise d'une intense réflexion ... Et puis elle l'exprima, cette idée :

" Je ne dirais rien. Si tu viens avec moi. Sortir. Faire des choses normales. "

Dans sa main armée, elle appuya sur le terrible bouton "laisser un message", et elle laissa un message à Alfred. C'aurait dû être à Bruce, dans une famille normale ... Mais nous n'étions clairement pas dans une famille normale. Le véritable père, le véritable intendant ... C'était Alfred Pennyworth, n'en déplaise au Chevalier Noir.

" J'emmène Damian prendre l'air. Je prends la Lamborghini. "

Dans une famille normale, également, la notion de "voiture citadine" aurait été dévolue à quelque chose de plus modeste qu'un supercar à trois cent mille dollars mais ... A quel moment pouvait-on qualifier la famille Wayne de "normale" ? A quel moment d'ailleurs pouvait-on voir dans le fils de Talia al-Ghul et dans la fille de Lady Shiva des enfants normaux ?.. C'était une question que l'on pouvait se poser sans accuser le moindre fard gêné sur le visage - tant que l'on était pas en face de l'un des deux intéressés et que l'on ne leur posait pas la question directement, car là, on risquait simplement la manchette dans les gencives. - et c'était une question que Cassandra ne considérait même pas.

En fait, Cassandra avait tellement profondément intériorisé son rôle d'étudiante, et en si peu de temps, qu'elle se voulait être aussi normale que possible. Normale, dans le vocabulaire de Cassandra, faisait directement référence à Stephanie : Stephanie était normale. Elle était normale car elle faisait beaucoup la fête, était toujours contente et était bien meilleure personne qu'elle n'était Batgirl ... Mais Batgirl au sens de Cassandra. Un sens qui concluait que même Barbara Gordon était navrante ... La faute à ses capacités martiales limitées.

Bref, Cassandra avait d'ores et déjà prévu d'emmener Damian dans l'endroit le plus normal pour des jeunes : un bar. Parce que les bars étaient les endroits où on rencontrait des gens et où on faisait la fête. Cassandra étant normale, maintenant, elle était une grande soeur normale. Les grandes soeurs normales aidaient leurs petits frères. C'était comme ça dans toutes les références qu'avait pu trouver Cassandra, y compris auprès de sa référente directe en normalité... Oui, car Stephanie avait répondu là-dessus "Je suis fille unique mais ... euh ... Je crois, ouais ... Une sœur est censée être cool ... C'est comme ça que j'aurais été, je pense ... "

En découlait l'équation suivante : Cassandra égale normale, égale gentille avec son frère, égale gentille comme Stephanie avec Cassandra quand elle veut que Cassandra sorte, égal aller au bar. Une équation simple qui ne s'embarrassait pas de données connexes comme l'âge de Damian et la légalité de le faire boire, l'adresse du bar ou même si Cassandra avait déjà été dans un bar seule autrement qu'en tenue de justicière pour tabasser des mafieux au milieu des lumières tamisées.

" Si ça peut te faire plaisir ... T'peux emmener Mô. On verra au bar. "

... Ou même de considérations logiques pures, comme l'interdiction formelle d'animaux dans les bars.

N'allez pas en parler à Cassandra. Elle était venue pour récupérer des vêtements, mais elle repartirait en mission messianique, pour rendre Damian normal !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 02/11/2016
Messages : 118
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mer 1 Mar - 18:59
Faire des choses normales ? De quoi parle t'elle ? Pour un garçon comme moi, les choses normales sont l'entrainement et la lecture. Si ça fait en sorte qu'elle ne parle pas de Maurice à mon père, je la suivrai. J'espère qu'elle ne m'amènera pas dans un endroit ou c'est plein de gens idiots. Comme ces fêtes ou des étudiants se saoulent pour s'humilier en public.


"Je vais te suivre mais je conduis"



J'ai appris à conduire, à l'âge de 8 ans avec ma mère alors je peux tout a fait. Et même si la police nous arrêtes, je suis un Wayne. Cette bande de paysans n'osera jamais s'en prendre au fils de l'homme le plus riche de la ville. Je marches vers mon armoire et sort un habit moins propre que mon col roulé noir habituel. Je me déshabilles sans me soucier de Cassandra dans la pièce et enfile un jean, un t-shirt blanc et un blouson de cuir. J'enfile également, des Converse blanches. Je prend aussi des lunettes de soleil style aviateur.


"Tu voulais que je sois normal ? C'est bien ça ?"


C'est certain que nous allons être remarqué. Je suis un Wayne et Cass n'est pas laide non plus. Je n'amènerai pas Maurice car si on nous voient, Père saura tout de suite que je cache un chimpanzé. Je lui donne des bananes en lui disant de rester calme. Avec ma soeur adoptive, je descend au garage et me dirige vers une lamborghini rouge sang avant de m'installer au volant.


Je suis les directions de Cass sans me soucier des limites de vitesse et on se retrouve devant un bar. Les gens n'ont pas l'air si mal et ce n'est pas une boite de nuit trop bruyante. J'ai déjà bu du vin lorsque j'étais avec la ligue ou dans certains évènements avec Père mais jamais de bière ou autre alcool fort. Peut-être le moment d'essayer.

"Comment vais-je entré ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2015
Messages : 453
Localisations : ...


MessagePosté le: Sam 4 Mar - 22:30
Il y avait une chose que certaines pupilles Wayne partageaient avec les enfants "légitimes" de Wayne, c'était le mépris total pour toute forme de pudeur lors d'un change. Damian se changea à la vue de sa soeur, et Cassandra se changea à la vue de son frère. On ne faisait pas plus normal, à son idée.

Elle enfila donc sa "tenue de soirée".



Oui, car elle était bien venue, à la base, récupérer des vêtements. Elle ne pensait pas avoir à traiter avec une urgence sociale qu'une super-héroïne de son calibre aurait à résoudre avec une telle promptitude ... Si tant est que le mot existe. Du reste, quiconque observant la scène se serait de toutes façons dit que l'on oscillait bien dangereusement entre la pornographie pédophilo-incestueuse et la scène lambda de Game of Thrones...

Et d'ailleurs, en voyant Damian, Cassandra n'eût qu'une réaction, encourageante au possible.

" Par-fait ! " qu'elle asséna les deux mains sur les épaules du jeune homme, un peu comme si elle avait soudain eu une poussée d'instinct maternel.

Ce qui, dans le cas de la Cassandra Cain "Normale" était comme la "Normalité". C'était une émulation. Sociabilité.lua et Instinct_Maternel.lua engoncés dans un Normal.exe codé à l'arrache et lancé dans un mode de compatibilité préhistorique. Une chose qui arrivait à l'avenant. Comme de laisser conduire Damian, ce qui paraissait parfaitement normal, puisqu'il savait conduire ... Et que Cassandra n'était véritablement pas d'humeur à se battre sur la question. Elle aimait les motos, pas les voitures, et si elle savait conduire, elle préférait éviter. De plus, elle avait le contrôle de l'autoradio.

Ce n'était pas négociable.

Du reste, ses choix musicaux accompagnaient plutôt bien la conduite affreusement barbare de Damian.

Que Cassandra chercha plusieurs fois à calmer. Plus pour les autres que pour sa santé à elle. Elle pouvait survivre à un accident.

Bref, bon gré, mal gré, ils finirent par mettre les pieds devant un bar. La voiture, par quelque intervention divine, était encore en un seul morceau, et la conduite du fils Wayne ferait peut-être les grand titres de la presse à sensations dans les jours à venir, immortalisée par les paparazzis qui auraient pu être suffisamment fous pour prendre Cassandra et Damian sur le fait ... Après tout, n'étaient-ils pas connus pour être partout, surtout là où on ne les attendaient pas ?

Restait à savoir comment on allait entrer dans ce bâtiment, car la question de Damian, maintenant qu'il la posait, était légitime... Un bar, sympathique, un brin lounge et jazzy, à la lumière sobre ... Et gardé par un solide gaillard en costard-cravate et chemise rouge, une rose à la boutonnière, le style romain par excellence. Le style qui les arrêta d'un geste de la main alors même que Cassandra fit à Damian un geste rassurant de la tête pour l'inviter à la suivre. Elle était plein de confidence et ... rien, un simple geste de la main.

" Vous pensez faire quoi, là ? " demanda-t-il, inquisiteur.

" Rentrer ? " rétorqua Cassandra, dans le style typique de ces jeunes socialites persuadées de tenir une vérité qui échappait à toute analyse ...

" Et tu as quoi ? Seize ans ? Et ton petit copain là, douze ?.. Non, sérieusement, je peux comprendre vos affaires de jeunes, mais c'est vraiment pas un endroit pour vous, ici. "

Il était étonnamment conciliant et gentil, pour un videur de bar. Surtout pour un videur de bar parlant avec les mains à la manière typique des mafiosi italiens, la gestuelle entravée très légèrement par un pistolet dissimulé à la ceinture. Tout un tas de petits détails qui ne permettaient aucun doute sur la réelle occupation de cet homme ... Mais il était véritablement gentil, pour tout ce qu'il était. Et puis Cassandra était de trop bonne volonté aujourd'hui. Elle voulait vraiment être normale, être gentille et faire découvrir des choses de gens "normaux" à Damian. Elle voulait vraiment lui ouvrir les yeux sur le monde et la vie comme Stephanie l'avait fait avec elle. Peut-être que cela l'assagirait, ou bien ...

" Ecoutez ... " expliqua-t-elle, " C'est important. On peut payer. On peut ... "

" Ah, mais j'ai vu la voiture. Vous inquiétez pas. " réagit-il avec un sourire désolé, " C'est juste que ... Vous voyez, ce soir, c'est soirée privée. Il y a des gens importants, il y a un dress code strict, et surtout, on ne prend pas les mineurs. C'est ... "

Il se caressa l'arcade du nez en baissant les yeux. Il ne soupçonnait pas l'identité des deux jeunes qui lui faisait face, évidemment. Il faisait tout pour être sociable et avenant. Diplomate et disponible... C'était bien pour cela qu'il était là et pas une quelconque armoire à glaces.

Alors il consentit à un gros effort d'explication :

" ... Ecoute, chéri, je sais que tu veux lui faire plaisir, que ça avait l'air sympa ici mais ... Disons que c'est dangereux. Surtout vu ce qui traîne la nuit... Il peut se passer des choses et, franchement ... Même si je vous laissais entrer, au fond de moi, je me sentirais mal, tu vois ? C'est vraiment pas le genre de soirée qui est ... disons ... saine pour vous ... "

Cassandra voyait très bien la rhétorique du mafieux qui envoyait d'énormes signaux qui trahissait une peur latente du Batman ... Qu'est-ce qu'il se passerait si le Chevalier Noir débarquait ce soir, alors que des jeunes gens étaient dans le bâtiment ?

L'ancienne Batgirl était légèrement déboussolée.

" Hem ... Bon, bien ... Damian ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 02/11/2016
Messages : 118
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Dim 5 Mar - 5:30
Je suivis Cass à la porte et ne dit absolument rien lors de son échange avec le gorille qui ne veut pas nous laisser entrer. Je remarques par contre, le petit pistolet à la ceinture de l'homme lorsqu'il se mit à parler. Rien d'étonnant dans cette ville car chaques videurs devrait en avoir un pour se protégé. Par contre, ces habits haut de gamme, ses cheveux gominé et l'accent italien trahissait son véritable métier. Aucun videur ne pouvait se payer des habits aussi cher sans avoir braqué une banque ou travailler avec un homme extrêmement riche. Falcone, Maroni ou peut-être Bertinelli ou n'importe quel autre boss mafieux.


Cette sortie qui devait être amusante venait de se transformer en mission de repérage. On ne peut laisser une salle remplie de mafieux  sans en extirper quelques renseignements. Je remarque le petit trouble de ma soeur adoptive. Elle ne sait pas quoi faire. À moi de la sortir de ce mauvais pas.


"Ce n'est pas grave, soeurette. On va partir. Je crois que nous avons assez fait perdre son temps, à ce monsieur."

Je n'aimes pas du tout ce nom mais je ne voulais surtout pas dire le nom de Cass devant cet homme. Je sors un porte-feuille de cuir noir avec un grand W d'or et en sors un billet de 100$ Je le tend vers le gaillard qui le pris sans rien dire.

"Pour le dérangement. Bonne soirée, Monsieur."

L'homme croyait avoir de la chance mais venait, en réalité de se faire installer un mini micro à l'intérieur de sa manche d'habit. Je m'éloignes vers la voiture et embarque côté passager. Je crois que nous avons assez attiré l'attention comme ça. J'indique à Cass de se stationner deux pâtés de maison plus loin pendant que j'écoutes les conversations du Door Man et de ses clients.

"Ce sont tous des mafieux. J'ai même entendu le nom de Don Falcone. Je sais que tu voulais me faire plaisir Cassandra... Tu es bien la seule de la famille d'ailleurs. Mais on ne peut laisser passé cette chance. Père cherches des informations sur la plupart de ces hommes pour les mettre derrières les barreaux. Tu es prête à m'aider ? Je sais que c'est beaucoup te demander. Tu n'es plus Batgirl et tu as voulu t'éloigné de cette vie mais je ne peux le faire seul."


Je pris une pause pour attendre sa réponse et continue

"On pourrait passé par derrière. J'ai toujours mes outils de crochetage sur moi. On devrait peut-être s'habiller plus convenablement pour cette soirée par contre. J'ai vu un magasin d'habits de qualité pas très loin d'ici."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2015
Messages : 453
Localisations : ...


MessagePosté le: Dim 5 Mar - 22:24
Le sourire et toute la normalité que Cassandra avait voulu bâtir jusqu'à ce moment fondit en un instant. Ce n'était plus l'expression de la grande soeur avenante qui couvrait son visage, et la carapace se fendit pour révéler la grande soeur protectrice, la Batgirl, Celle Qui Etait Tout et qui, si les pièces s'étaient toutes parfaitement imbriquées, aurait dû être la garde du corps de Ra's puis de Damian.

" C'est trop dangereux. Je ne peux pas faire ça. "

La réponse était maladroitement expliquée, mais les faits étaient là.

" Il y a des raisons, Damian. Je ne suis plus celle que j'ai été. J'ai quelque chose au fond de ... moi. Quelque chose qui m'a changé ... On peut les écouter. On peut trouver des preuves ... Mais ils ne tomberont pas. Trop bien protégés. Il a déjà tout contre eux, et pourtant ... "

Elle s’assied au volant et mets le contact.

" ... Ils tomberont pas. Et moi, si je rentre ... Je sais pas ce que je ferais. Je suis instable, Damian. Je ne suis plus comme avant. J'ai ... je pourrais rentrer dedans et tuer tout le monde ... J'ai déjà tué plusieurs hommes y'a pas longtemps. 'Cause d'un café. Je sais même plus combien ... C'était un réflexe. Ça me semblait naturel. J'ai rien ressenti... La première fois, ça m'a détruit ... Et là, c'était naturel. "

Les sentiments contradictoires venaient s'amonceler dans sa tête et dans son corps, et Cassandra ne savait comment réagir à cet afflux, à cet assaut. Elle n'était plus elle-même, plus vraiment. Batgirl n'était plus Batgirl.

" Je ne me reconnais plus, Damian ... Ça, c'est dangereux. Pour les autres et pour toi. " Son regard se porta sur son frère adoptif, désolé, " Je te vois, je sais comment tu te bats. Je sais comment tu réagis. Si tu me vois comme ça ... Je veux pas être ce genre d'exemple pour ça ... J'ai ma vision des choses, elle est différente de Bruce. Il n'est pas le meilleur des pères, surtout pour toi ... Mais je suis une sœur bien, bien pire ... Je suis une machine à tuer, Damian. "

Et elle aurait pu ajouter " Je parle trop. ", ce qui était le cas. Plus le temps allait, plus Cassandra devenait loquace, et même cela l'inquiétait. Elle qui avait si longtemps détesté la langue orale en était venu ici à se livrer, à développer un discours long et qu'elle avait voulu fourni. Non, Cassandra ne se reconnaissait plus, vraiment plus.

" ... Je sais que tu es comme lui. Tu vas vouloir y aller. Avant, je t'aurais sûrement frappé pour t'en dissuader mais ... je ne suis plus celle-là ... Mais je ne peux pas t'accompagner. Je ... Au mieux, je peux rester là, à attendre, au bout d'une radio ... Je peux rester en soutien, si c'est vraiment ce que tu souhaites mais ... Damian, si tu veux vraiment y aller, tu dois réussir ... Je veux que tu comprennes. Si tu rentres là-dedans et que tu n'es pas sûr d'y arriver, là-dessous, " elle lui tapota le torse, " si il t'arrive quoique ce soit ... Ce sera ... Tu es mon frère. Tu es souvent insupportable, mais tu es mon frère. Alors si il t'arrives quelque chose, ça sera plus fort que moi : je rentrerais et je me les ferais, tous... Et il y a une partie de moi qui veut que tu y ailles, parce qu'elle ne cherche qu'une raison de faire un massacre ... Tu dois faire attention, Damian. "

Elle mit le contact.

" Maintenant, dans tout les cas. Tu as raison. On a besoin de véritables vêtements. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 02/11/2016
Messages : 118
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mer 8 Mar - 5:23
Je ne m'attendais vraiment pas à cette révélation de la part de Cassandra. Je suis particulièrement touché qu'elle m'en parle à moi alors que je ne suis pas le meilleur des frères. Je sais que je peux être difficile à vivre. J'essaye de faire des efforts pour ça. Ce n'est pas facile, en particulier avec l'enfance que j'ai eu avec la ligue. Alors que Mère essayait de me séparé de mon humanité pour faire de moi une machine à tuer sans émotions.


"J'ai fait des conneries dans ma vie, moi aussi. N'oublie pas que je suis né pour prendre la place de Ra's Al Ghul. J'ai tué, moi aussi. J'en suis pas fier mais je sais ce que tu peux ressentir. Cette rage qui te pousse à enlever une vie pour des raisons complètement stupides. J'ai déjà tuer un des hommes de la ligue car il avait oublié la paille dans mon verre de jus."



Je poses ma main sur l'épaule de Cass. Geste que je fais pour la première fois de ma vie. Ce n'est pas si compliqué que ça, finalement.


"Je ne t'obligerai pas à entré Cass mais moi je dois y aller. Je ne pourrais pas dormir si je sais que j'ai laisser ces connards tranquilles. Si tu veux m'aider de l'exterieurs, ça serait grandement apprécier."


De ma poche, je sors deux objets qu'un adolescent de 14 ans normal n'aurais jamais sur lui. Deux oreillettes et un tend une à Cass. Le deuxième objet ressemble à une cagoule grise mais en beaucoup plus High Tech.

"J'ai... euh...emprunté, le masque EMP de père lorsque j'enquêtais sur des enlèvements d'enfants des rues et j'ai oublié de le rapporter. Il permet à celui qui le porte de changer de visage. Utile quand tu es le fils de l'homme le plus puissant de la ville."



Arrivé au magasin de vêtements. Je me tourne vers Cass.


"Tu veux quelque chose ? J'ai pensé à un smoking bien simple pour moi et me faire passé pour le fils de Santo Cassamento, chef de la famille du même nom. Il a un fils du même âge que moi et j'ai réussi à trouver son visage pour le copier. J'avais déjà l'intention de le faire mais cette rencontre accélère un peu les choses."


Je souris à ma grande soeur.


"C'est le temps du magasinage, soeurette"


Je sors de la voiture luxueuse et attend que Cass fasse de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2015
Messages : 453
Localisations : ...


MessagePosté le: Sam 11 Mar - 12:54
Autant de confessions en une soirée, lancées comme des bouteilles à la mer pour les deux tigres qu'ils étaient, prouvait au moins que Cassandra comme Damian étaient parfaitement conscients de ce qu'ils étaient. Ils étaient les enfants de Batman, chacun à leur manière, Damian dans sa suffisance héréditaire et Cassandra dans sa recherche désespérée de substitut de relation familiale.

Elle-même, quand la main de son "frère" vint se poser sur son épaule, ne put s'empêcher de venir la couvrir. La routine aurait voulu que cela soit un prélude à un déluge de douleur, mais elle se trouva à la caresser avec tendresse, par réflexe. Elle aurait presque pu voir comme le geste était aisé, si le serpent qui rôdait derrière chacune de ses pensées ne lui susurrait pas comme il était évident que les innombrables prises qui étaient réalisables sur cette extrémité préhensile n'auraient pas été bien plus judicieuses. Cette chose est dangereuse, lui était-il répété, cette chose peut tuer, tu dois la neutraliser. Trop de paroles, et Cassandra détestait les paroles. Elle détestait parler et elle détestait comme elle pouvait parler, comme son plus souhait était devenu son plus grand cauchemar, comme elle aurait aimé contrôler sa bouche aussi bien que son corps.

Elle glissa l'oreillette qui lui était proposée à son oreille et vérifia son fonctionnement de manière professionnelle, d'une paire de "pings" comme le jargon les qualifiait. Deux petits coups de cloche technologiques directement dans le tympan.

" J'ai ma liste de courses. " répondit-elle au masque avec une pièce en argent de 1818 frappé du sceau de la Compagnie des Indes Orientales Britanniques, puis en pointant un magasin bien plus confidentiel, plus loin, " On va là-bas, par contre. Plus sérieux. "

Le pourquoi était à venir, car il n'apparaissait pas au premier abord : c'était une friperie à l'enseigne chinoise bien plus confidentielle que le propret magasin qu'avait pointé Damian. Un magasin qui clamait fièrement dans une langue américaine tout juste compréhensible que tout était à cinq dollars ou moins ... Et Cassandra tint la porte à Damian en l'invitant à entrer.

Elle se dirigea directement vers le comptoir en ignorant tout les rayonnages remplis de vêtements dégriffés et de chemises tombées du camion, et plaqua la pièce sur le teck, devant un vieux caissier oriental dont le visage las avait vu passer la journée avec la même quantité d'attention que le siècle dernier : probablement aucune.

Quand la main se releva sur la face de la pièce - qui représentait Shiva, la divinité hindou -, le cerbère hocha la tête et les invita de la main à se diriger vers l'arrière-boutique, ajoutant un "Shèngshàng" - "Auguste Majesté" - plein de déférence. Cassandra hocha la tête, puis invita à son tour Damian à la suivre après avoir récupéré la pièce.

" La fille de la Déesse de la Destruction te souhaite la bienvenue dans la Ligue des Ombres. " accueillit-elle le Fils du Démon, en l'emmenant au travers des rangées abandonnées de tatamis et de mannequins d'entraînement, puis à travers des salles où des tailleurs s'affairaient à leurs machines et des armuriers à leurs ateliers, " Enfin, son ... "Ombre". Maman a arrêté le terrorisme. C'est plus qu'une réserve. "

Elle s'arrêta devant la lourde porte d'acier d'un local, se retournant avant d'ouvrir,

" Ne dis pas à Bruce que tu es venu, ni à ta mère ... Des fois que tu la vois ... Je sais pas si la Ligue des Assassins apprécierait de connaître leur ... "copie chinoise." "

Les lèvres de Celle Qui Etait Tout se fendirent d'un sourire, puis elles s'ouvrirent, et il s'en échappa une série de petits bruits aigus discordants ... Un rire. Nerveux. Elle n'y était décidément pas habitué.

" Ce sera notre secret, ok ? " demanda-t-elle finalement, tout en gardant cette curieuse expression de béatitude, ce ... "sourire" naturel, non forcé. Elle avait vraiment du mal à expérimenter ce genre de choses, mais elle préférait le faire face à Damian que face à n'importe qui d'autre. Même Stephanie. Elle se forçait, face à Stephanie.

La porte s'ouvrit, et elle cachait une réserve de tenues rangées par taille qui allait de l'enfant à l'adulte, pour tout les styles, de la réception de grand standing à l'armure tactique d'assassin. Cassandra invita son frère à se servir dans les smokings, tandis qu'elle alla se chercher une veste et un pantalon de tailleur, sous lesquelles elle passa une chemise.

" Les vestes sont plus lourdes. Doublure pare-balle. Comme sur les ... "bat-tenues". Indétectable sauf pour le poids. "

En y regardant de plus près, on pouvait remarquer que la coupe était parfaite, comme si toute la salle refermait une paire de costume pour chaque justicier "crédible" de Gotham. Une attention de la maîtresse des lieux et de sa fille, qui, en se rangeant du "bon côté" et en fermant la succursale terroriste, avaient pensé à en faire une potentielle réserve d'urgence pour les héros de la ville.

Cassandra se dirigea ensuite vers un râtelier et en retirer un fusil de précision et une paire de chargeur aux cartouches à embouts bleutés. Des munitions anesthésiques spécialement conçues pour neutraliser des humains. Et puis tout un tas d'accessoires qu'elle passa à l'intérieur d'un gilet tactique subtil camouflé par la veste du tailleur.

" Je suis prête. "

Et bien assez tôt, elle était sur un toit, non loin de là, à regarder Damian entrer dans la structure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 02/11/2016
Messages : 118
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Lun 13 Mar - 4:20
Je ne comprenais pas pourquoi Cass voulait m'amener dans cette friperie asiatique alors que j'ai largement les moyens de nous payer des vêtements de luxes. Je ne dit rien lorsque nous entrons mais je regardes les vêtements pouilleux d'un air dégouté. Je ne porterai jamais ces merdes. Surtout pas pour entrer dans un bar remplis de mafieux plein aux as. Cass nous fait entrer dans une arrière boutique secrète. En voyant ce qu'il y a derrière, j'ai les yeux tout grands qui brillent. Ça ressemble un peu à la Batcave mais avec tout les armes possibles, du petit couteau au bazooka. Des choses que Père ne voudrait jamais voir dans la cave. Je n'entend à peine Cass me souhaiter la bienvenue.


"Bien sûr, je ne dirai rien. Même si rien ne peut arrivé à la cheville de la ligue de grand-père, je comprends ce que tu veux dire. En tout cas, cet endroit est magnifique !"



J'enfile en smoking pare-balles bien simple. Pas beaucoup plus lourd que mon armure de Robin. Je m'avance vers la section ou son entreposé les Katana et vérifie le tranchant de l'une d'entre elles avec le gras du pouce. Coupante comme un rasoir, comme je les aimes. Je dois revenir dans cet endroit pour m'en procuré un. Ce con d'imposteur qui se prenais pour Hawkman à détruit le mien et je compte bien lui faire payer cela avec un autre katana. J'en prend un et fait quelques mouvements avec elle. Parfaitement équilibré. Je la repose à contrecoeur et opte plutôt pour un fusil miniature caché dans la manche de mon smoking ( Un modèle que j'ai vu en combattant Deadshot) et un "Butterfly knife" que je caches dans la poche intérieure de mon veston.


"Je suis prêt aussi.... Tu dois me ramener dans cet endroit. C'est magnifique !"




En arrivant devant le bar, je m'avances avec assurance vers le portier qui m'arrêtes et me fait le même sermon qu'a Cass et moi. À croire qu'il n'a appris que ces mots la, ce gros gorille. Je me met à parler vite en bougeant les mains comme j'ai vu tant d'italiens faire.


"Savez vous à qui vous avez à affaire ? Je suis Bart Cassamento, fils de Santo Cassamento ! Il m'envoi pour assister à cette réunion alors qu'il ne peut être présent"



Le gorille n'est pas dupe. Il répond d'un air dur.


"C'est ça... Et moi je suis la reine d'Angleterre.."

Je n'ai pas eu le temps de travailler comme il se doit cette histoire et ça aurait pu tourner au vinaigre si un homme d'un certain âge n'était pas intervenu.


"Bartolomew Cassamento ! Je suis heureux de te voir mon garçon ! J'ai cru comprendre que ton père était à Milan. Dommage qu'il ne puisse venir mais on dirait qu'il à envoyer celui qui prendra sa place, un jour. Jamais trop tôt pour prendre de l'expérience. Suis moi, ça va commencer."


Cet homme n'était nul autre que Don Carmine Falcone, alias Le Romain. L'un des boss mafieux les plus importants de Gotham City. Sans le vouloir, il a fait entré le fils de Batman à sa réunion. Je m'inclines devant le portier avec un petit sourire narquois.


"Merci.. Votre majestée."



Je suis le Don jusqu'à une table ou trois hommes sont assis. Sal Maroni est l'un de ces hommes. Je leurs dit bonsoir en italien et m'assois. J'ai eu la chance d'apprendre quelques langues lors de ma jeunesse. Je peux parler l'anglais, L'arabe, l'italien, le grec et même un peu de français et de latin. Un serveur m'apporte un verre de coke que je savoures en silence. Père refuses que je boives cette boisson pour ma santé, qu'il dit.



Je vis Carmine monter sur une estrade et commencer son monologue.


"Messieurs, je vous souhaites la bienvenue à cette assemblée ! Nous n'avons pas de temps à perdre alors allons droit au but. Depuis quelques temps, mes cargaisons de drogues et d'armes en provenance d'europe sont intercepté par les autorités. Je crois que la même chose se produit pour plusieurs d'entre vous. *J'entend plusieurs hommes approuvé* Dernièrement, j'ai cru comprendre que le rat n'est nul autre que cet idiot d'Oswald Cobblepot. Il aurait fait un marché avec la pègre irlandaise. En arrêtant nos cargaisons, ils s'assurent de garder le monopole sur le marché des armes dans la ville. Ça doit se terminé maintenant ! Je déclares donc la guerre au Pingouin et ces hommes. Nous, italiens, devons montrer à ces satanés irlandais et au Pingouin que nous nous laissons pas marcher sur les pieds !"



Les italiens dans la place se lèvent en applaudissant avant de se dispercé pour en parler. Je réussis à m'éclipsé vers les salles de bains.

"Tu as entendu ça, Oracle ? Ils veulent partir une guerre de gangs. Ça ne sera pas beau lorsqu'ils se mettront à se taper dessus. Les russes et les chinois risquent de s'en mêler aussi et ce sera un véritable bain de sang. On devrait faire quoi à ton avis ?"




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2015
Messages : 453
Localisations : ...


MessagePosté le: Lun 13 Mar - 10:07
Les ennuis commencèrent déjà au portier, et le Robin put sûrement avoir un petit avant-goût des problèmes de contrôle de soi de l'ancienne Batgirl quand, au premier refus, un point rouge vint caresser le cou de l'homme de main. Il disparut d'un coup dès que le Romain fit son entrée, évidemment. Le point était une façon tacite de lui dire "Je peux le faire, si besoin est. ", bien qu'à cette distance, cela ne la démangeait nullement.

" Fais super attention avec lui. "

Le Romain n'était pas un enfant de coeur. Il était l'un des ennemis les plus dangereux du Batman, d'un strict point de vue politique. C'était le plus grand des véritables "criminels" de la ville, qui n'avait rien pour s'approcher des massacres d'un Joker, mais qui était bien plus insidieux.

" Je me repositionne. Deux minutes. " lança-t-elle dans l'oreillette en passant son arme en bandoulière et en sortant son grappin pour s'élancer dans le vide vers un autre toit, positionné pour observer l'autre côté du bâtiment par les vitres teintées.

Ce n'était pas quelque chose de trop grave, elle avait une lunette millimétrique qui lui permettait de voir les silhouettes au travers de la structure. Au vu de la tournure des événements toutefois, cela n'annonçait rien de bon. Ils avaient prévu d'être surveillés depuis l'extérieur.

Une guerre des gangs ? Que faire ... que faire ... ?

Cassandra sortit un petit transmetteur qu'elle brancha sur la Bat-cave, pour pouvoir au moins relayer les trouvailles de la soirée.

" Je ... ne sais pas. Je réfléchis. J'ai déjà transféré le son à la cave ... Je peux rien faire ici. Les balles passeront pas... "

Elle lâcha son post de tir pour passer à son sac et en retirer du matériel un peu plus "direct". Dont son ancienne tenue noire et jaune de Batgirl en cuir. Bruce n'allait pas apprécier.

" Je peux être au-dessus de toi d'ici ... une à deux minutes. Batman sera pas là vite, mais j'ai mon ancienne tenue. Je pète le plafond et les gueules ... 'Peut leur faire suffisamment peur pour repenser leurs plans ? "

Oui, on touchait là aux deux plus fins stratèges de la Bat-Family.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 02/11/2016
Messages : 118
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Ven 17 Mar - 0:51
Elle veut vraiment qu'on se fasse tout le monde à deux ? Qu'est ce que père dirait dans ces moments ? Ne jamais confronter des ennemis sans plan. En particulier quand ils sont plus nombreux que sois. Avant je serais sauter dans la bataille, peu importe le nombre d'ennemis mais maintenant, je ne sais pas.


"Je ne sais pas si on devrait, Oracle.. Il doit y avoir 50 hommes armés dans cette salle et je n'ai qu'un petit pistolet avec trois balles. Père dit qu'on ne doit jamais foncé la tête baisser, quand nous sommes en sous-nombre. Tu as envoyé les infos, à la cave, on devrait peut-être revenir avec les autres et mieux équippé."


Une idée me vient alors en tête. Ça me permettrait de lançer un message aux mafieux sans qu'on nous vois. Un homme entre alors dans la salle de bains et je fais semblant de me laver les mains. Je fais part de mon plan à Cass après le départ de l'homme.


"Oracle, j'ai un plan. Prépare toi à partir en vitesse avec la voiture, je risques de devoir me sauver. Fait moi confiance. Robin's Out"


Je fermes mon Commlink et repère les ventilations de la pièce. Je me faufile jusqu'au milieu de la pièce et sors de ma poche deux objets sans lesquels je peux sortir. Un petit fumigène et un Batarang. Rapidement, j'ouvre la grille, lance le fumigène entre les hommes et saute à mon tour en profitant de la panique général. Je donne un coup de pied au genou de l'homme le plus près de moi et J'entend un grand craquement. Genou cassé, on dirait. Je tire ma première balle dans la cuisse d'un deuxième homme et lance le batarang aux pieds de Falcone qui était encore sur la scène. Je m'élance vers la sortie mais le gros gorille me bloque la route même s'il ne me vois pas. Je lui tire ma deuxième balle directement dans les parties intimes.


En sortant, je cours vers l'endroit ou nous étions stationnés et saute dans la voiture.


"Fonce ! fonce ! À la batcave !"


En route, j'enlève le masque et explique ce que je venais de faire à Cass.

"Avec un peu de chance, ils vont pensé que c'étais mon père lui même qui était présent. C'étais cool, en tout cas."



*Hors Jeu*

Je crois que ta réponse sera la fin de ce rp. On peut continuer avec Batman Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 15/02/2015
Messages : 453
Localisations : ...


MessagePosté le: Sam 18 Mar - 11:42
" Non Robin. " Cassandra se massa la montée du nez en réfléchissant à la manière dont elle pourrait dissuader Damian de faire une bêtise, " Ecoute ... "

Elle porta son regard sur la salle.

" C'est moi les autres. Je peux les avoir, tous. J'ai besoin de temps. "

Et de contrôle, pensa-t-elle, car il se pourrait bien qu'elle craque. Qu'elle se sente défaillir et se laisse aller à l'irréparable ... Mais elle avait été formé pour ce genre de situations précises. Elle ne résoudrait jamais un puzzle complexe du Sphinx, mais une cinquantaine de mafieux hétéroclites ? Elle était née pour être une armée à elle toute seule. Ils leur faudrait des tanks pour espérer avoir une chance...

Evidemment, rien ne devait aller comme prévu. Evidemment.

" Non, Robin, t'as pas de plan. Bouges pas. J'arrive. Je ... " Out. Il s'était mis Out. Il avait coupé la connexion, " Robin ? Robin ? DAMIAN ? "

Oui, elle n'était pas loquace, d'ordinaire, mais pour l'occasion, elle avait sorti le grand jeu... Jusqu'au cri mi-déchirant, mi-courroucé. Elle lâcha les jumelles et frappa durement le rebord du toit où elle se tenait. Voilà. Elle était énervée.

De la tenue de Batgirl qu'elle avait enfilé, elle activa le pilote automatique de la voiture afin de se jeter dans le vide en pestant en son for intérieur de ne pas y être allée, elle plutôt que Damian. Trop jeune. Trop de risques. Son cœur s'accélère en entendant les coups de feu et alors que Robin se précipite par la sortie à travers une nappe de fumée - non sans blesser gravement le videur au passage -, le bonhomme s'effondre.

" C'est la chauve-souris ! " beugle un des mafieux dans le couloir.
" Chopez-la ! " en gueule un autre, plus gradé.
" Elle fuit ! On la fait fuir ! " jubile un troisième.

Et alors qu'on entend la voiture redémarrer en pilote automatique, la fumée commence à se dissiper pour laisser apparaître un masque et deux lentilles blanches se découpant dans la pénombre de la ruelle.

Ils sont une dizaine dans le couloir, avec des pistolets et des fusils, sans réelle formation, mais à part un "Merde ..." presque nerveux de part de certains, ils lèvent tous leurs armes et les déchargent à l'unisson sur l'apparition indistincte. Un nouveau nuage s'élève dans une explosion alors que les premiers coups devaient atteindre leur cible. Très vite, on entend les cliquetis des chargeurs vides, et à mesure que la fumée se dissipe, il n'y a aucun cadavre sinon celui du videur perforé par les balles perdues. Des regards, paniqués et pitoyables, s'échangent entre ceux qui ne peuvent s'empêcher de se dire que c'était trop facile, c'était prévisible. Ils se rendent compte trop tard qu'on s'est joué d'eux, comme à chaque fois. Leurs nerfs avaient trahi leur logique, car dans d'autres circonstances, ils n'auraient certainement pas fait l'erreur aussi grossière de vider leurs armes face à une chauve-souris. Quand une paire de batarangs viennent briser les néons et que les deux feux follets reviennent dans le couloir en dansant avec une vitesse et une grâce terrifiante, ils ne peuvent que réaliser qu'il est déjà trop tard. Certain essayent de recharger, d'autre de fuir, mais quand les renforts débarquent une dizaine de secondes plus tard, les cris ont cessés et les corps inanimés jonchent le couloir et ponctuent, au gré des couteaux et des cordelettes, murs et plafond.

" C'était irresponsable. " argua l'ancienne Batgirl, encore en costume, " On sait pas comment ils vont agir maintenant ... Il faut demander à Bruce ... "

Et ils partirent vers la Batcave, dans le silence de la nuit gothamite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Robin.. Savior of animals (Ouvert au premier membre de la batfamily qui répond)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Luville ou la foire fouille ?
» [Cook, Robin] Toxine
» [Cook, Robin] Fièvre
» [TUTO] Envoyer un message privé à un membre
» [INFO] Le site HTCSENSE.com est ouvert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-