Miss Waller Goes To Washington


Inscription : 10/12/2012
Messages : 396
MessagePosté le: Mar 22 Nov - 20:50
Sur l'une des avenues principales de Washington, capitale des Etats-Unis d'Amérique, une voiture sombre aux vitres teintées s'avance à allure modérée.
Dans cette fin d'après-midi sombre et sèche d'automne, la circulation est dense, mais dans le sens inverse de celui emprunté par le véhicule : beaucoup veulent quitter le centre-ville, alors que ce dernier pénètre à l'intérieur, pour se rendre à un endroit bien particulier.

Après un long moment à zigzaguer entre les autres voitures, le véhicule s'arrête finalement devant un bâtiment à l'allure anonyme, neutre et qui n'accroche en rien l'oeil.


[i]Le siège du Secrétariat aux Anciens Combattants n'est pas révolutionnaire, non.
Institué en 1989 sous la présidence de Ronald Reagan, ce Secrétariat, équivalent d'un Ministère dans la majorité des régimes politiques européens, a vocation à prendre les anciens combattants des Etats-Unis d'Amérique, pour tout ce qui concerne les pensions, aides et soins divers.
Disposant d'un budget de plusieurs milliards de dollars, employant plus de 300.000 personnes sur tout le territoire, il s'agit d'une des Administrations les plus lourdes et les plus importantes dans le pays - sans que personne ne le sache réellement.
Véritable puissance silencieuse, fonctionnant parfaitement sans faire de vague, ce Secrétariat ne paye pas de mine... et n'est sûrement pas préparé à la visite qui s'annonce.


"Attendez-moi ici. Ce ne sera pas long."

Le ton est dur, autoritaire. La porte arrière de la voiture s'ouvre, pour laisser sortir l'imposante personne qui était convoyée jusque-là.
Un air sombre, une démarche terrible, cette dernière s'avance vers la porte principale, et pénètre dans le hall d'accueil pour se diriger vers le comptoir central. L'hôtesse sourit, mais l'inverse n'est pas de mise.


"Bonjour."

Aucune expression, aucune émotion. Devant la jeune femme apparaît une silhouette petite mais terrible...
... celle d'Amanda Waller, la terrifiante directrice de la Task Force X, dite Suicide Squad.

"Je suis attendue."

"En effet, Madame Waller. Monsieur le Secrétaire vous attend, José va vous conduire."

A peine a-t-elle terminé qu'une armoire en glace d'origine hispanique arrive, et mène Amanda Waller vers l'un des ascenseurs.
Le trajet est rapide, mais il permet à la femme à poigne de pester en silence. Elle n'a guère pour habitude d'être convoquée, et surtout par un mystérieux Secrétaire. Si elle se targue de connaître parfaitement les ficelles de l'Etat et de Washington, elle n'a jamais été passionnée par les Anciens Combattants - et n'a donc pas compris l'"invitation" qu'elle a reçue, en exigeant sa présence ici et maintenant.
Après ses recherches, elle n'a pas pu obtenir l'identité de ce Secrétaire, qui semble nommé depuis un certain temps déjà, mais dont l'identité n'est quasiment jamais donnée. Un grand mystère semble entouré ce responsable politique, et ça ne lui plaît guère.

En réalité, Amanda Waller est perdue : elle ignore la raison de sa présence ici, et n'a pas pu préparer l'entretien en récupérant des informations confidentielles sur son interlocuteur.
Elle est dans l'inconnu - et beaucoup en seraient terrifiés, vu les placards qu'elle a accumulé dans de nombreux placards.
Ce n'est, cependant, pas le cas d'Amanda Waller : elle est acculée, certes ; mais, alors qu'elle s'installe dans une salle de réunion neutre, elle sait que, dans cette position, elle n'est que plus redoutable envers ceux qui osent l'approcher...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 24/08/2016
Messages : 1830
DC : Animateur du Network - Red Devil
Situation : Légende porté disparu - Vétéran du Network - Freelance
Localisations : Partout et nul part
Groupes : Wilson family - Ravageur
The Network
MessagePosté le: Mer 23 Nov - 22:56

Dans un grand bureau, aux teints clair, illuminé par une grande baie vitré semi teinté des quelques rares rayons de soleil, qui traversent les nuages tant bien que mal, le secrétaires des anciens combattants des Etats-Unis d'Amérique attendait patiemment sont rendez-vous. Dans son fauteuil en cuir véritable il réfléchit à comment aborder son invité car ce n'était pas n'importe qui. Outre le faite qu'elle soit bien placé dans le gouvernement, outre le faits qu'elle ait des contacts un peu partout dans les administrations, outre le fait qu'elle ait des dossiers sur à peu près tout le monde, son invité était en plus de tout cela une femme de caractère dangereuse dans le milieu.
Pour le secrétaire des anciens combattants ne devrait pas douter, son dossier à lui, sur elle, était tout aussi béton que ce qu'elle pouvait avoir sur lui.

Son assistante frappa à la porte et il lui dit d'entrer.

- Monsieur le secrétaire ? Votre rendez-vous vient d'arriver.

- Merci mademoiselle Green, je vous emboite le pas.

Après s'être levé lentement, l'homme enfila sa veste de costard, ferma l'un des boutons, remit ses manchettes correctement et suivit son assistante. Ils arpentèrent plusieurs couloirs l'un derrière l'autre, les talons de la jeune femme claquant le sol avec une cadence militaire. Arrivé devant la salle de réunion, l'assistante ouvrit la porte afin de laisser passer son supérieur et patron.
L'homme en costume trois pièces entra et d'emblée prononça ces mots :

- Madame Amanda ... Blake ... Waller ...

La stupéfaction sur le visage de son invité lui fit esquisser un sourire malsain.

- C'est un plaisir de vous voir. Il lui tendit la main mais sans réciproque de la part de son invité il alla s'assoir un peu plus loin.

- Veuillez nous laisser mademoiselle, dit-il à son assistante, qui referma la porte. Il s'affala dans son fauteuil et dit à son invitée :

-Surprise ? Je le conçois. Vous vous demandez ce que je fais là n'est-ce pas ? Logique puisque vous n'avez rien trouvé sur moi dans vos petits papier. C'est pourtant très simple. Il y a de ça maintenant plusieurs années, j'ai sauvé les miches d'un seconde classe lors de la guerre du Vietnam. Grâce à moi il a pu retourner au pays sain et sauf, revoir sa petite amie et devenir bien plus tard président des Etats-Unis d'Amérique. Il a voulut me remercier en me décorant mais j'ai refusé, des médailles et des décorations j'en ai eu assez, par contre je n'ai jamais oublié tous les hommes partit au combat pour leur pays et y revenir, pour certains, à peine vivant ou pour d'autres avec des morceaux manquants. Du coup je lui ai demandé cette place, discrète et presque insignifiante au yeux du peuple mais pourtant très importante pour moi.

Est-il au courant de mon activité principale ? Bien sur et ça l'a arrangé plus d'une fois d'avoir le meilleur assassin de tout les temps comme l'un de ses bras droit.

Mais laissons le passé de côté vous voulez bien et concentrons nous plutôt sur aujourd'hui et la raison de votre présence ici.  


Si depuis soin entrée il lui parlait de façon sympathique voir amicale il changea immédiatement de ton. Il se redressa mis ses mains sur la table et les croisa.

- J'ai en ma possession quelque chose que vous convoitez, quelque chose qui fait de vous ce que vous êtes, quelque chose que vous passez votre temps à chercher. Je vais vous dire ce que c'est, car c'est bel et bien la raison pour laquelle je vous ai fais venir ici , mais avant j'aimerais que vous n'oubliez pas cette conversation, ce que je vais vous dire ...

- Vous avez sacrément merdé à Santa Prisca et bordel le mot est faible. Vous pensiez vraiment que votre mission était un succès? Vous pensiez réellement que le gouvernement allait vous remercier ? Putain un missile nucléaire, lâché depuis un zinc qui explose une île entière et irradie tout ce qu'il y a autour, vous avez fait fort !!  

Le secrétaire esquisse de nouveau un sourire :

- Pourtant je dois reconnaître que vous avez une sacré paire de couille d'avoir fait ça .

Il reprit un visage et un ton sérieux :

- Mais le gros de l'info c'est pas ça, même si vous faites mine de rien vous devez vous douter que votre petit fiasco nucléaire n'est pas passé inaperçu mais ce que vous ne savez peut être pas c'est qu'aujourd'hui vous avez, plus que dans toute votre carrière, chaud au cul.

Prenez cette information comme vous voulez, mais dites vous bien qu'à un moment ou un autre relativement proche ou non vous allez sauter et tout ce que vous avez entrepris jusqu'à aujourd'hui sera intégralement détruit. Si vous ne finissez pas au fond d'une cellule à moisir vous pourrez vous estimer chanceuse.


Monsieur le secrétaire Wilson repris un ton un petit plus jovial et sympathique tout en s'affalant à nouveau dans son fauteuil .

- Vous savez ce que l'on dit ? Tout n'est pas perdu, chaque problème à sa solution aussi extrême soit-elle. Il l'a regarda bien dans les yeux.Et vous n'êtes sûrement pas toute seule, non vous ne l'êtes pas, il y doit bien avoir dans ce pays quelqu'un qui vous a plus ou moins à la bonne n'est-ce pas ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4044-mercenaire-nu   http://dc-e

Inscription : 10/12/2012
Messages : 396
MessagePosté le: Jeu 24 Nov - 20:20
Quand la porte de la petite salle de réunion s'ouvre, Amanda Waller est prête.
Elle a vécu de nombreux événements terribles dans son existence, elle a affronté des menaces qui feraient fuir bien des hommes courageux, et a maintenant suffisamment de recul et d'expérience pour pouvoir tout gérer tout type de rebondissement.
Elle doit cependant avouer qu'elle ne s'attendait pas à découvrir Slade Wilson dans le rôle de Secrétaire aux Anciens Combattants.


"... mmh."

Un léger grognement est la seule réaction obtenue par Deathstroke. Nul mouvement, nulle expression sur le visage de la femme terrible qui lui fait face, et qui a planté son regard cruel et déterminé sur le visage du vieux guerrier.
Pas un regard pour la jeune femme, pas une réaction. Une femme de fer, définitivement.


"Je..."

Waller est sur le point de dire quelque chose - mais elle se ravise.
Elle demeure silencieuse, et laisse l'autre parler, et encore et encore. Elle connaît bien cet homme, elle l'a souvent évalué, espionné ; elle l'a même déjà employé, quand leurs intérêts se rejoignaient, et surtout quand elle avait besoin d'une solution définitive à certains de ses problèmes.
Oui : Amanda connaît bien Slade Wilson. Et elle se maudit, définitivement, de ne pas avoir vu ce "coup" arriver.


"Hum."

Elle soupire, quand Deathstroke termine. Il a révélé énormément d'éléments dans son discours enflammé, déjà sur son poste et son importance, ensuite sur l'origine de cette désignation surprise et secrète, enfin sur les étranges mouvements politiques qui semblent la menacer.
Elle sait que le cabinet présidentiel actuel ne l'apprécie guère - mais elle n'a pas su voir les signes des menaces plus précises.
Son poste, sa vie, son sacerdoce sont menacés ; et il est hors de question qu'elle perde tout cela, après avoir tout donné.


"As-tu terminé ?"

Son ton est sec, autoritaire. Son visage demeure neutre, tel un mannequin de présentation ; elle en devient même terrifiante, ainsi dénuée de toute émotion.

"Je ne cache pas que j'ai été surprise de te découvrir à ce poste, indubitablement, Slade - mais l'effet a disparu quand je me suis rendu compte que le Chien de Guerre que tu as été est désormais muselé. Et, comme tout ancien sauvage domestiqué, tu jappes beaucoup... mais tu ne sais plus mordre."

Un sourire provocateur s'esquisse sur le bout de ses lèvres.

"Je suppose que tu attends quelque chose, n'est-ce pas ? Soit des remerciements, confirmant un avantage que tu aurais sur moi, soit une dette, justifiant un chantage à venir ? C'est pour cela que tu te vantes autant, que tu considères avoir gagné ?"

Les mains jointes jusque-là devant elle, Amanda bouge soudain - et recule sa chaise, peu après s'être levée.

"Non - je ne te ferais pas ce plaisir.
Je note les informations transmises aujourd'hui : le placement à un poste-clé d'un serial killer incontrôlable, et les menaces à mon encontre. Je suis persuadée que la presse et les oppositions au soldat seconde classe que tu as sauvé sauront bien utiliser ces informations - tout comme je connais d'avance les propositions qu'il me fera pour m'empêcher d'agir."


Lentement, Waller se détourne de Slade pour s'avancer jusqu'à la porte, d'un pas tranquille et posé. Alors qu'elle pose la main sur la poignée, elle tourne lentement son visage, pour jeter un coup d'oeil au Secrétaire aux Anciens Combattants.

"Tu es un grand guerrier, qui a mené de nombreuses guerres et remporté de nombreuses batailles - mais la politique, c'est un cran au-dessus. Tu n'y es qu'un bleu-bite... et personne ne sera là pour te secourir."

Un signe de tête, et elle disparaît dans un mouvement furtif.
Laissant là Slade Wilson, après un tonnerre d'attaques verbales qui n'ont pas manqué de le surprendre - et ne tarderont pas à l'inquiéter, s'il comprend la puissance que peut avoir Amanda Waller dans ce nouveau monde qui est désormais le sien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Miss Waller Goes To Washington

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Miss Charity
» Miss Austen regrets : infos et news
» [En vote!] Miss Passion BJD 2010
» Miss Raketa: les montres russes plus désirables que les suisses?
» Participations Miss Passion BJD Noël 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-