[Washington D.C.] Le fantôme dans la machine (PV Liberty Belle) [Maggie SA 1]

Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Inscription : 09/05/2016
Messages : 248
DC : Jade, Anima & Tara Markov
Localisations : Philadelphie
Justice society of America
MessagePosté le: Sam 3 Juin - 6:02
"Un poisson-volant ?" répliqua Libby, un brin émue par cette expression.

C'était absurde. Son pouls venait de s'accélérer en raison d'un simple mot. Ou presque. Elle fit attention à ne pas tomber (car si elle n'était pas une grimpeuse, elle pensait bien être encore moins une chuteuse) et cala ses fesses entre deux branches suffisamment solides (du moins le pensait-elle) pour supporter son poids.

Dissimulée par le feuillage de l'arbre, Libby se prit à penser qu'elle vivait un moment parfait.

Quelque part dans cette ville, son père et sa mère étaient encore vivants. Les horreurs du nazisme étaient géographiquement éloignées d'elle. Et même si le futur s'annonçait sombre et orageux, l'instant présent était parfait.

Elle était là, avec une amie qu'elle perdra ensuite de vue pendant 70 ans, à dire des bêtises et à grimper aux arbres.

Libby aurait aimé que le temps soit élastique et que cet instant dure toujours.

Mais on ne peut se baigner deux fois dans la même eau, non ?

Elle articula difficilement un simple et unique mot :

"M-merci"

Ses yeux étaient embués de larmes. Elle tremblait. On ne peut se baigner deux fois dans la même eau. Elle regarda Maggie avec un air de défi, puis depuis l'endroit où elle se trouvait, elle réalisa un plongeon dans le petit lac. Une autre nageuse qu'elle aurait certainement pu se blesser en tombant tête la première dans aussi peu d'eau mais elle réussit à éviter de se fracasser la tête au fond de l'étang.

Elle sortit, trempée mais résolue, de l'eau. Ce plongeon lui avait fait du bien. Elle essora son petit gilet et vida la flotte de ses souliers vernis. Puis regardant dans l'arbre elle lança :

"Je suis une plongeuse, aussi, et ça m'a ouvert l'appétit. On va au Diner ? On a une tarte à dévorer ?"

Car quitte à faire une ballade dans le temps et à jouer avec ses souvenirs, autant reprendre la main ! Les souvenirs étaient jolis mais ils étaient... morts dorénavant. Comme la plupart des gens qui avaient vécu cette année 1938. Elle était condamnée à vivre pour toujours - ou presque - alors elle était pressée de retourner en 2017. Avec Maggie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani

Inscription : 20/11/2016
Messages : 132
DC : Tsaritsa
Localisations : New York
MessagePosté le: Sam 3 Juin - 23:26
Vous savez, on peut se perdre dans ses souvenirs. C’est un des dangers inhérents à ce que nous sommes en train de tenter. Rien n’est ni ne sera jamais parfait, naturellement. Ceci dit, on peut postuler que dans l’absolu, bien… Revivre comme nous le faisons, de beaux moments, ça s’en approche quand même beaucoup, non? La tourmente qui suivra sera pleine d’amertume, de tristesse et de drame. Pourrait-on blâmer qui que ce soit de vouloir revivre l’insouciance de ses beaux jours? Non. Évidemment. Et je pense avoir compris à quoi le fragment veut, va jouer. Tenter de convaincre Libby de ne jamais repartir. Si le souvenir dure, il (mon « double ») continue d’exister car il est dans la bonne période temporelle. La liste de problématiques annexes étant longue comme mon bras, cependant, ce serait une décision purement égoïste.

Maggie, tu n’es pas une héroïne mais tu vas quand même devoir te dresser devant un désastre potentiel. La belle affaire. Il faut retourner au Diner. Retrouver la ligne de fracture. Essayer de comprendre comment et pourquoi est-ce qu’à ce moment précis dans le temps, cet incident qui n’aurait jamais dû arriver est arrivé. Personnellement, pour moi, ce n’est pas tant que je n’aime pas ce souvenir, c’est juste que je stresse ma vie à l’idée de découvrir où j’ai merdé. Je ne suis pas sûre de vouloir voir. Ce sont les éclaboussures du plongeon de Libby qui me ramènent à la réalité. Bon allez. Allons affronter ce que je considère comme un cuisant échec. Je me montre enjouée, sympathique et tout mais je sais que la merde ne va pas tarder à se pointer. Que manigance ce maudit fragment? Nous nous mettons en route et je reste en alerte malgré une apparence décontractée.

Premier signe que quelque chose cloche. Le Diner est beaucoup trop calme. Les gens sont assis, oui, la radio joue, oui, mais ils ont tous l’air… Je ne sais pas… Louche. Personne ne parle ou ne discute. Juste ça c’est hautement anormal. En tout cas, à mes yeux. Nous entrons et les gens qui normalement sont curieux par nature ont le nez dans leurs assiettes, comme si nous venions de débarquer dans un de ces villages de film d’horreur où la populace au complet en a après les étrangers. Nous n’avons même pas le temps de prendre un siège que la porte des cuisines sort et… J’Y CROIS PAS! Dites-moi que c’est une blague! Le fragment débarque, habillée de pied en cape comme votre vilain méchant allemand de la Deuxième Guerre Mondiale en noir avec casquette d’officier, le flingue et tout… Flingue qu’elle pointe sur Libby. Mais à quoi elle joue cette conne!?


« Mais t’es malade!? Si tu la tues, tu nous tues tous! Ce sont les souvenirs de Libby, pas une vulgaire bulle temporelle! Tuer Libby ici c’est la tuer dans le monde réel! Fini le souvenir, fini nos existences! Et c’est quoi ce costume? »

« Tu pensais que j’allais juste attendre que tu reviennes ici pour défaire ce que tu as fait? Je veux vivre. Et pas que ça, c’est ma destinée de prendre ta place. Alors Voici ce que tu vas faire. Tu vas prendre ma place et te faire effacer. »

« Espèce de conne mégalomane! J’y crois pas! Tu penses vraiment QU’ILS vont te laisser faire? La seconde où tu sortiras d’ici… »

« Ils ne sauront même pas que c’est moi! Les souvenirs de Libby seront altérés comme moi je le veux, je continuerai d’exister, tu ne seras plus et au final, on revient dans la réalité avec moi gagnante, Libby qui ne sera pas en mesure de se rappeler de quoi que ce soit d’anormal et ces imbéciles d’énergie vont s’en aller emmerder d’autres personnes. Un plan parfait, soit dit sans me jeter des fleurs. »

Il faudra me passer sur le corps, que je réplique avant de me jeter sur mon « double maléfique ». Un coup de feu part, fait un trou dans le plafond et les clients otages fuient en courant dans tous les sens. J’ai merdé. J’ai créé ce fragment que j’aurais dû savoir corrompu. Oui, c’est vrai, je n’avais pas prévu forcément revoir Libby. Le temps, l’espace, la réalité, tout ça… Mais elle a eu le courage de tenter un truc vraiment dangereux et je ne compte pas la laisser se faire butter à cause de cette folle furieuse qui décide d’apparaitre comme tout ce que Libby déteste pour montrer sa soi-disant supériorité et altérer massivement les souvenirs. Il va falloir que JE répare tout ça avant de partir par-dessus le marché. La belle affaire, oui! Nous luttons et échangeons plusieurs coups de poing et coups de pied mais je ne compte pas la laisser assassiner une innocente.

Une nouvelle détonation, puis une autre, et une autre… Un Luger a huit balles dans son chargeur et là, nous sommes rendus à six balles tirées et heureusement, aucun mort, aucun blessé. Un autre tir ricoche sur je ne sais quoi et vient fracasser une vitre et le dernier fiche une balle dans un siège. J’espère, j’espère que Libby s’est mise à couvert. Mon sourire narquois se transforme en une grimace de douleur quand mon adversaire me frappe au visage avec son arme désormais déchargée. OUCH! Je perds momentanément le dessus et mon double maléfique en profite pour sortir un couteau de ma botte et de me le planter dans le bide. OW! OW! OW! Bordel de merde ça fait mal! Je ne me bats jamais alors la douleur physique n’est pas forcément quelque chose à laquelle je sois habituée. Faites que ça ne laisse pas de cicatrice en guérissant. Ce n’est pas mon truc, c’est tout…

Mais bon hein, mon bien être va devoir passer au second plan car la Libby de l’époque n’est pas la super héroïne qu’elle deviendra plus tard. Attends… C’est en partie faux. Libby, celle de 2017, revisite ses souvenirs donc dans sa propre tête. Nous avons peut-être une chance. Parce que je sais pertinemment que le prochain coup de couteau risque de faire plus que de frapper dans quelque chose qui n’est pas critique à ma survie. Bon. Ça va faire mal mais… Si ça peut sauver Libby… AAAAAH! Un coup de couteau dans le bras fait beaucoup plus mal que ce qu’ils laissent paraitre dans les films. Mais j’ai réussi mon coup. J’ai pointé Libby du doigt et pouf, je viens de lui donner un peu plus de contrôle sur ses souvenirs. Un peu comme quand vous vous rendez compte que vous rêvez, que vous vous dites que c’est un rêve et que vous en prenez le contrôle.


« Libby! Tu peux redevenir la super héroïne de 2017 pour combattre le double maléfique! Tes souvenirs sont comme un rêve. Si tu les vois comme tel, tu peux les manipuler toi aussi! Mais ne fait rien de stupide, ça c’est mon privilège! »

« Tu perds ton temps. Je vais te tuer, ensuite je vais altérer les souvenirs de Libby, nous redeviendrons de bonnes amies, les choses vont aller dans mon sens et je vais cesser de vivre des miettes d’un fragment d’existence! »


"Tu as dit: quand les cochons voleront. Ils volent maintenant. Alors paie."

 Fiche RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Washington D.C.] Le fantôme dans la machine (PV Liberty Belle) [Maggie SA 1]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Squires Patricia - Le fantôme dans le miroir
» Train fantôme dans le Gard
» Fille fantôme dans le couloir d’un hôtel
» THÉODORE ET SES 13 FANTÔMES (Tome 2) de Claude Carré
» Les Fantômes des victoriennes (anthologie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-