[Bahamas]Immortels des Caraïbes

Invité

MessagePosté le: Mer 1 Fév 2017 - 23:59
1716, Nassau, Bahamas, un soir d'été.





Alors que la nuit tombe sur les Caraïbes, une petite foule se presse sur les bords de la plage pour assister à une animation se situant à une centaine de mètres de la côte. Un brick semble être au centre de toutes les attentions. Il s'agit du Neptuno, le navire du capitaine hollandais Tobias van Backer dit Capitaine Toby, pirate de son état. Ce capitaine avait obtenu le surnom de "Juge Toby", pour sa propension à faire régner l'ordre dans son équipage de manière ferme et juste. Et à cet instant, il allait encore une fois le prouver.

Jason Blood en était l'un des témoins. Au milieu de la foule, la bouteille de rhum à la main et  jeune femme au bras , il allait assister au "spectacle" nocturne. Le Juge Toby avait rendu son jugement dans l'après-midi à propos d'un de ses matelots qui avait enfreint le règlement. Aucun des spectateurs ne savaient quelle règle exactement mais il n'étaient pas là pour voir la Justice être rendue. Ils étaient venus voir la punition la plus spectaculaire qui soit :le kielhalen. Le kielhalen ou supplice de la grande cale, était une punition où le condamné était attaché à une corde qui était passé d'un bord à l'autre du navire par dessous la coque. Le but de l'équipage était de le faire passer d'un côté à l'autre en tirant sur la corde. Décris comme cela, le kielhalen n'a pas l'air si terrible. Il faut savoir que sous la coque de tous les navires on retrouve une épaisse couche de bernacles, des crustacés. Se frotter contre eux doit être aussi agréable que de se faire passer la peau par un ciseau à bois. Au delà de cette constatation, il fallait prendre en compte le risque de noyade si la corde n'était pas tiré assez rapidement, le risque de fractures si le condamné n'était pas assez lesté... Bien plus complexe que la simple administration de coups de fouets. Un vrai art. Mais le Juge Toby et son équipage avait un bon taux de survivants. A peu près 20%. L'excitation (morbide) était donc à son comble.

Alors que Jason avala une gorgée de rhum. Une main se posa sur son épaule. Sans qu'il ait à se retourner, une personne lui adressa les informations qu'il cherchait depuis plusieurs semaines maintenant.

Il était venu dans les Caraïbes quelques années auparavant pour quitter la grisaille et la pauvreté de la morne Angleterre pour l'aventure et le soleil de ces îles mystérieuses et pleines de richesses. Blood n'avait plus quitté depuis plus de 200 ans et ses voyages en Italie et en France pendant la Renaissance. Mais sa motivation principale était que la magie entourait toujours les zones de conflits, a fortiori sur des terres nouvelles où une magie nouvelle allait entrer en jeu. Il avait entendu parmi ses explorations des rumeurs parlant d'une mulâtre répondant au nom de Augustine, praticienne d'une magie venue d'Afrique capable de rendre immortel. Jason avait donc rejoint différents équipages pirates afin de partir à sa recherche, espérant qu'elle puisse répondre aux questions concernant sa propre immortalité. Et elle était à Nassau.

La personne qui avait la main sur son épaule l'informa donc qu'Augustine allait enfin pouvoir le rencontrer alors que le condamné était passé par dessus bord sous les cris de la foule. Jason s'échappa donc de la cohue en abandonnant au passage sa bouteille de rhum, maîtresse qui ne le quittait plus depuis plusieurs mois maintenant. C'était donc légèrement alcoolisé qu'il se rendit au lieu de rendez-vous. Les rues de Nassau était bondé  et c'est tant bien mal qu'il les traversèrent. A cette époque, les pirates avaient envahi l'île et sa capitale était une vraie fourmilière où se mêlait flibustiers, filles de joie, commerçants mais aussi jeune noble en quête d'aventure. Jason devait traverser la ville pour retrouver la « magicienne » sur les hauteurs, à l'écart de l'agitation. Mais qu'elqu'un d'autre cherche aussi les secrets d'Augustine, mais cela, Jason allait le savoir bien assez tôt...


[HRP : Voilà pour le post d'intro. J'ai essayé de te laisser de la latitude tout en fixant un cadre. La ficelle est assez grosse mais voilà, il y a un puits de Lazare dans le coin.]
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1083
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Dim 5 Fév 2017 - 18:45
(HJ/ C'est parfait ! J'aime beaucoup ce début de RP ! Smile /HJ)

Début du XVIIIe siècle, les Caraïbes.
Une période de fureur, de folie, de chaos s'est emparée du monde, et les grands empires doivent faire face à de nombreuses rébellions pour le contrôle des sept mers. L'ère de la piraterie et des hors-la-loi vient de s'ouvrir, et des enclaves autonomes apparaissent un peu partout, sur de nombreuses îles, comme ultime défi au pouvoir en place.
Nassau fait définitivement partie de ces zones de non-droit.



Ici règne la loi du plus fort. Ici le puissant domine le faible.
Ici, Ra's al Ghul se sent chez lui.


"Ubu."

Deux formes distinctes fendent la foule des pirates et des épaves avinées. Sans pousser quiconque, mais en offrant des œillades suffisamment excplicites pour que nul ne vienne les déranger - et pas uniquement du fait de la masse de muscles du plus grand.
L'autre, plus fin, plus sec et bien mieux habillé, apparaît comme une menace réelle pour ceux qui ont l'oeil et un minimum d'intellect ; sa façon de marcher, d'évoluer au sein de Nassau comme s'il en était le maître, cette impression d'infinie puissance à chaque geste surprennent, mais ne donnent guère envie d'en savoir plus.
S'ils ont survécu jusque-là, ces hommes et ces femmes y sont parvenu en refusant de se mêler des affaires des autres ; ce n'est pas pour commencer aujourd'hui.


"Maître ?"

L'homme immense accélère le pas, pour revenir au niveau de celui qui domine et dirige sa vie depuis sa naissance. Si le serviteur semble avide de chaque parole, chaque geste de son Maître, ce dernier n'a pas un regard pour son laquais.

"Il me serait agréable que tu me rappelles la raison de notre présence ici, Ubu."

Sa voix, lente et posée, a des accents orientaux que plusieurs pirates pourraient reconnaître ; aucun, cependant, ne fait l'effort de l'écouter, alors que l'étonnant visiteur de Nassau passe dans plusieurs rues de la ville, n'ayant jamais une once d'intérêt pour ce qui l'entoure. Il a un objectif, et entend s'y tenir.

"Nous... sommes ici pour retrouver la sorcière Augustine, Maître. Et pour confirmer les rumeurs qui courent dans différents ports, qui sont venues jusqu'à vos oreilles à Byzance."

"Je vois. Veux-tu bien me remémorer ces rumeurs, je te prie."

"Oui, Maître. Ces rumeurs évoquent une étonnante puissance chez la sorcière Augustine... elle aurait le pouvoir de ramener les morts à la vie, de guérir les blessures, de se jouer des maladies. Ces rumeurs indiquent que, pour quiconque peut en payer le prix, la sorcière Augustine peut offrir la vie éternelle, l'immortalité tant rêvée par l'Humanité."

"Je vois. Veux-tu bien me confirmer pourquoi ces éléments, ces rumeurs, attisent une certaine fureur dans mon coeur."

"Parce que la sorcière Augustine était chargée de surveiller un Puits de Lazare en Afrique, Maître, une fonction transmise par vos soins une décennie plus tôt. Parce que, après vérification, vous avez appris que la sorcière Augustine a quitté son poste et fermé le Puits de Lazare, en emmenant suffisamment d'éléments pour en reconstituer un ici. Parce que la sorcière Augustine fait commerce de votre propriété, et qu'il s'agit d'une injure inacceptable."

"Certes. Et quelle est donc la décision que j'ai dû prendre, en réaction, Ubu ?"

"Vous avez décidé de la châtier, Maître. D'où notre présence ici."

"En effet. Je suis ravi que tu m'ais remémoré ces éléments, Ubu. Cela ravive ma fureur."

Ra's al Ghul et son serviteur, l'un des nombreux membres d'une seule famille qui éduque chaque héritier comme futur laquais de leur Maître, avancent et discutent sans prendre la peine de la discrétion.
L'oriental est trop énervé, trop enragé pour faire attention aux épaves humaines qui l'entourent ; et même, il sait que leurs esprits étriqués ne parviendront pas à relier les éléments pour parvenir à comprendre ce qu'il dit.
Au bout de quelques instants, tous deux parviennent en lisière de la forêt. Le Maître lève les yeux vers la jungle, et la colline où, au sommet, il devrait trouver Augustine.


"Bien - allons-y."

Ra's al Ghul est vêtu simplement, chichement : il ne cherche guère à attirer l'attention, tout comme Ubu...
... et tous deux se fondent dans le décor, bien qu'ils pénètrent d'un pas décidé vers les arbres et la colline elle-même. Il est temps de châtier la sorcière, en effet ; il est temps de rappeler qui est définitivement le Maître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[Bahamas]Immortels des Caraïbes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LE CERCLE DES IMMORTELS - DARK HUNTERS (Tome 02) LES DEMONS DE KYRIAN de Sherrilyn Kenyon
» [Hell Dorado] Immortels
» Pirates des Caraïbes
» LE CERCLE DES IMMORTELS - DARK HUNTERS (Tome 08) PECHES NOCTURNES de Sherrilyn Kenyon
» IMMORTELS (Tome 1) LA FUITE de Cate Tiernan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du Sud-