L'évasion des clowns. (PV Harley Quinn)

Invité

MessagePosté le: Lun 13 Fév 2017 - 19:13
Asile d'Arkham.
Toc, toc, toc. Les bruits de pas du garde résonnent une nouvelle fois dans les couloirs d'Arkham. Oh, il respire bruyamment aussi. On dirait un sanglier qui ronfle. Et il transpire, comme si il venait de courir un marathon. Et vous-savez pourquoi il est dans cet état ?

Car il surveille le seul, l'unique, l'incroyable, le majestueux, le JOKEEEEEEER !C'est sûr, il n'est pas seul. Ou du moins, d'habitude. Oui, pour la ronde du soir, normalement, il est accompagné de deux autres gaillards costauds de l'équipe de sécurité d'Arkham, armés jusqu'aux dents. Ils défilent avec la tenue complète, le gilet pare-couteau, le casque avec visière blindé, le fusil tranquillisant. Mais ce soir, pour une énigmatique raison, il est seul.

Trop seul.

Le regard du gardien défile le long du couloir. Il n'aime vraiment, vraiment, vraiment pas cet endroit. Il rêverait d'avoir un autre boulot, mais pour l'instant, il est condamné à surveiller le prince du crime de Gotham. Il fait quelques pas, pensant que ses collègues arriveront plus tard. Après tout, il n'a pas vraiment de raison de s'inquiéter, hein, il a son fusil et son équipement. Si le clown surgit de sa cellule, il le plombera !

Ses pas le mènent à deux mètres de la cellule du clown. Les cellules sont vitrés, il le sait, son regard se posera sur celui du clown et il aura les chocottes. Mais notre cher gardien prend son courage à deux mains et se décide à faire les deux pas qui le sépare de la cellule de manière détendu. Un...

Deux.

La cellule est vide. Son visage se fige, livide, puis il balaie frénétiquement la pièce du regard. Pas dans le lit, pas sous le lit, nulle part. La cellule est vide !Levant lentement son fusil de sa main droite, il s'apprête à attraper sa radio de sa main gauche.

Il l'approche de sa bouche et s'apprête à passer le message radio :

« Ici gardien de haute sécurité Billy, la cellu..» commence t'il, avant de se couper brusquement, sentant un contact froid sur sa main. Deux doigts sont entrain de lui retirer lentement sa radio des mains, puis vint un rire, glacial. Sur le coté gauche de son cou, il sentit une lame froide. Il le sait. Il est derrière lui.

« Billy, Billy, Bily...» prononça le clown d'une voix amusé, tout en jetant la radio quelques mètres plus loin « Je suis aller me dégourdir les jambes aujourd'hui...et j'ai trouvé ça...» continua le patient d'Arkham tout en brandissant une photo devant les yeux du gardien. On peut y voir une jeune fille, de l'âge de notre Billy, ainsi qu'un petit garçon dans ses bras.

« Co..comment... » bégaya le gardien.

« Tututu, j'ai trouvé ça dans ton casier...oh, dis moi, c'est ta jolie petite femme hein ? » il lâcha la photo au sol et attrapa l'annulaire du gardien. Il lui ôta son gant, révélant son alliance. « Comment va faire ta mignonne...mignonne petite Sarah sans toi ? »

« Pi...pitié, ne me tuez pas ! » hurla le gardien en sanglotant et en lâchant son arme au sol. Sa voix résonna dans le couloir.

« J'ai besoin d'un service. Tu vas me conduire...à Harley. » puis, comme pour appuyer son ordre, enfonça légèrement le couteau dans la peau du gardien, provoquant un léger saignement. Puis, il continua, d'une voix menaçante : « Et sache une chose. Si jamais on croise une seule patrouille, tu vas finir en viande haché ! »

Et il ponctua sa menace par un rire nerveux, puis, se stoppant brusquement, commença à tirer le gardien devant lui. Un peu plus loin, il le plaqua contre le mur, révélant son effrayant visage à ce dernier, avant de retirer son uniforme de prisonnier.

« Passe moi ton uniforme. Et fait vite, je suis frileux. »


Il lui jeta son haut, tandis que le gardien lui passait son uniforme. Les deux personnages se changèrent rapidement, et un fois déguisé, ils continuèrent leur route. Une fois les deux premiers étages grimpés, ils arrivèrent dans le bloc de cellule où se trouvait la Reine de Carreau. Les caméras n'avaient rien vu.

Le clown traversa rapidement les pas qui le séparait de la cellule d'Harley. Une fois devant, il lança le gardien déguisé en prisonnier au sol et toqua deux fois sur la vitre blindé pour attirer l'attention de sa chère.

« HARLEEEEEEEEEEY POUSSIN EST LA !»
regardant avec un grand sourire la jeune femme derrière la vitre. Puis, il attrapa les clés qu'il avait volé au garde et tourna deux fois la serrure de la porte. Attrapant le garde par le col, il le jeta à l'intérieur de la cellule et la tint grande ouverte, façon gentleman, pour qu'Harley puisse sortir.

Le clown le savait, au moment où Harley poseraient un pied en dehors de la cellule, ça serait le chaos avec les alarmes. Mais il avait tout prévu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 13 Fév 2017 - 23:50
Clap Clap Clap

Harley claquait dans ses mains, au son d'une ancienne comptine qu'elle récitait en riant aux éclats. "Somnambule, somnambule, somnambule, -bule, -bule; Bulletin, bulletin, bulletin, -tin, -tin...", le sol froid sur lequel elle était assise en tailleur ne semblait pas la déranger, ni l'ambiance austère. Dans ce silence que l'on pouvait qualifier de glacial, les cris de joie et les éclats d'amusement de la Reine de Carreau offraient une touche de folie. Mais soudain, alors qu'elle entamait "Marabout, marabout, marabout, -bou...", un grand cri la fit se lever de joie alors qu'elle criait :

«POUSSIN !»

Mais son trop plein d'enthousiasme l'empêcha de voir la vitre, et c'est dans un grand "BOUM" qu'elle se la prit, reculant de quelques pas, l'air hébété avant de se mettre à rire comme une déjanté tandis que la porte de sa cellule s'ouvrait. Sautant sur le clown, Harley, pendue à son cou, posa ses lèvres sur sa joue avant de se reculer, un grand sourire sur ses lèvres rouge sang. Tournant sa tête vers le gardien enfermé dans son ancienne cellule, l'Arlequin lui fit un coucou de la main avant de tourner amoureusement son regard vers son biquet.

Ouvrant sa bouche, une alarme stridente se mit soudainement à retentir, faisant froncer les sourcils de Quinn. Comment ça elle ne pouvait pas retrouver tranquillement son Mr.J ? Incendiant du regard le gardien sur qui elle remettait la faute, Harley compta sur ses doigts, relevant des yeux bleus sur le Joker, puis fit la moue en observant ses mains vides. Son maillet, il lui manquait son maillet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 14 Fév 2017 - 20:21
Asile d'Arkham
Le clown recula d'un pas tandis que sa Reine se jetait dans ses bras. Il n'était pas du genre à faire le romantique avec elle, mais pour une fois, il pouvait se permettre un écart dans son "éducation". Reculant d'un pas, il s'apprêtait à embrasser Harley au moment où l'alarme sonna.

Toujours au mauvais moment. Poussant avec l'arrière de son pied la porte et enfermant ainsi le garde dans la cellule, il attrapa la clé et la referma. Il jeta un dernier sourire au pauvre Billy.

L'alarme commençait déjà à sonner. Le Joker attrapa son Harley par la main et commença à courir le long des couloirs. De nombreux bruits de courses se faisaient entendre dans tout le bâtiment, mais, le clown savait exactement où s'arrêter pour esquiver le mouvement d'une patrouille et où continuer de courir pour éviter une autre. Ainsi, pendant quelques minutes, le clown et la Reine réussirent à semer les gardes. Leur objectif, c'était le couloir B du second étage. Autrement dit, l'endroit où on enfermait les détenus d'Arkham mineurs. Genre, les pédophiles.

Génial, que des gens charmants !

Ses pas résonnaient dans les couloirs vides d'Arkham. Leur objectif était proche : il enfonça la porte du couloir B et se retrouva face à un couloir rempli de cellules, vide. Son couteau dans sa main droite, il lâcha la main d'Harley et commença à s'approcher du mur en face d'eux, à la fin du couloir. Il correspondait à l'une des portes extérieurs d'Arkham.

« Il me faut absolument une montre. Tu connais un horloger dans le coin ? »

Et il lâcha un léger rire, résonnant une nouvelle fois dans le couloir vide. Il fit quelques pas, regardant dans tout les coins. Son regard se posa sur l'une des cellules à sa droite : un des prisonniers tapaient la vitre de toute ses forces, tambourinant comme un dingue. Il s'approcha de quelques pas et le regarda en souriant, puis, il fit un signe de la main pour narguer le détenu à l'intérieur.

« Ne bougez pas !Ici Gardien Omar, les évadés sont dans le couloir B du second étage ! »

Deux gardes venaient de franchir le pas de la porte. C'était pas des gardes de haute sécurité, mais plutôt des simples péons avec une matraque. D'ailleurs, ils la brandissaient bien haut, visiblement super fier de cette dernière. Ridicule, ça ne les sauveraient pas...

Ils jaugeaient les clowns du regard tandis que deux de leurs collègues arrivaient derrière. Même équipement, visiblement, les seuls à être arrivé à temps étaient des surveillants du couloir C, un couloir de sécurité mineure.

Matraque à la main, deux des péons foncèrent sur Harley Quinn. L'un d'entre eux étaient plutôt baraqué, typé grand gaillard, aux alentours d'un mètre quatre vingt et large d'épaule (et poilu, argh, affreusement poilu !) tandis que l'autre était un petit maigrichon avec des lunettes rondes et des petits bras.

Les deux adversaires qui fonçaient sur le Joker, quant à eux, étaient tout les deux plus ou moins du même gabarit, un gabarit assez classique.

Le clown, un sourire sur les lèvres et faisant tournoyer son couteau dans sa main n'attendaient que eux...

[HRP : Donc, pour résumé rapidement le gabarit de tes adversaires, c'est des gardiens de prisons. Donc, basiquement, Harley peut très facilement les battre. Toutefois, y en a un qui est taillé comme un ours, donc, il est lent mais il encaisse bien. Il frappe un peu plus fort, mais il aura du mal à toucher Harley.

Le second, le p'tit maigre, c'est du tout mâché pour Harley, il est pas rapide, pas fort, tu peux lui casser facilement les dents. ^^

Au fait, l'équipement des gardiens, c'est un simple uniforme et une matraque. Il dispose aussi d'un taser.]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 14 Fév 2017 - 23:11
Alors que le Joker jetait se pauvre Billy dans la cellule, Harley courait à travers les couloirs, sa main bien ancrée dans celle de son poussin. Il avait l'air si confiant et si sûr de lui qu'elle ne put s'empêcher de faire un grand sourire admiratif, ses yeux brillant d'une démence mélangée à de l'amour. L’alarme continuait à sonner, agaçant la rouge et noir, mais elle était bien trop heureuse de retrouver son Joker pour s’en préoccuper. Courant à travers les couloirs, la Reine de Carreau reconnu bientôt le B du second étage, observant les lieux de ses prunelles cyan.

Son biquet enfonça la porte, affichant un couloir de cellules vides, Harley suivit son Mr. J, abordant une mine boudeuse lorsqu'il lui lâcha la main, puis secoua négativement la tête en réponse à sa question.

«Non.»

Ce n'était pas en restant enfermée dans une cellule qu'elle aurait pu visiter Gotham et ses horlogers, mais elle coinça dans un emplacement de sa tête d'aller voler une horlogerie du coin. De quoi ravir son Joker ! N’est-ce pas merveilleux ?! Elle suivit d'ailleurs son rire, regardant dans la même direction que le clown et apercevant le prisonnier bien bruyant. Ses lèvres carmin s'étirèrent dans un joyeux rictus alors qu'elle se baissait, tapotant contre la vitre, affichant un regard curieux et enfantin.

Mais la venue des gardes troubla son manège et alors qu'elle fronçait les sourcils, tournant son regard vers le Joker, Harley en vit deux se diriger vers elle. Sans ses armes, la Quinn se sentait un peu nue. Un peu nue et bien moins à l’image de son poussin. Par ailleurs, elle se tourna vers lui, son visage coupé par une grimace toute tristounette alors qu’elle déclarait :

«Poussin ! Il me faut mon maillet !»

Mais pour l’heure, elle devait se débrouiller avec les instruments du bord, à savoir ses jambes et son agilité. Son humeur changea du tout au tout, apparaissant agressive et en colère contre ces péons qui empêchaient au Joker et elle de rentrer chez eux.

Et pour la Reine de Carreau, empêcher des retrouvailles avec son Biquet méritait facilement la mort.

S’attaquant au maigrichon, Harley Quinn envoya valser sa jambe dans son ventre, propulsant ce dernier en arrière alors qu’elle enchainait coup de pied jusqu’à le faire tomber à terre et récupérer sa matraque qui lui servirait de batte improvisée, et cela, à la vitesse éclair. L’espèce de gros ours était plus gros, mais bien moins rapide. Le temps qu’il comprenne où était l’Arlequin, cette dernière était déjà sur son dos, comprimant la gorge du péon de sa matraque le plus fortement possible. Il s’agita alors, écrasant son dos et, Harley avec, contre un mur, essayant de l’enlever tandis qu’il suffoquait, mais la princesse ne lâcha rien jusqu’à qu’elle sente le corps sans vie s’écrouler à terre. La jeune femme se relevant alors, attendit que son poussin termine rapidement ses petites affaires.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 15 Fév 2017 - 0:13
Asile d'Arkham
Savez-vous danser ?Le grand clown vous direz qu'il sait danser. Même, très bien. Oh, il n'a jamais vraiment eu l'occasion d'apprendre à danser. Mais, il vous comparera sûrement le maniement d'une lame dans un combat à de la danse.

Et...il n'aurait pas tort. Tandis que les deux gardiens s'approchaient de lui, il faisait tranquille tournoyer sa lame, un sourire sur le visage. Avançant d'un pas vers eux, il se contenta de les attendre. Ils avaient peur visiblement, peur de se mesurer au Joker. C'est sûrement pour ça que quelques pas avant le prince du crime, ils s'arrêtèrent, faisant tournoyer eux aussi leur matraque. Ridicule, ils essayaient sûrement de l'intimider ?Non.

Ils savaient que ça ne marcherait. Ils avaient les chocottes. Les dévisageant, toujours son sourire sur son visage, le clown s'exclama :

« J'ai une blague ! »

Harley venait tout juste de mettre les deux autres idiots à terre tandis qu'il disait ça. Il avait pris un peu de retard, mince !Il fallait accélérer la danse.

« C'est l'histoire...c'est l'histoire de deux gorilles... »


Il commençait à courir vers les deux gardiens, sa lame en main. L'un d'eux recula instinctivement d'un pas, tandis que l'autre saisissait déjà son taser et le brandissait devant lui.

« ..du mauvais coté de la cage ! »

Il attrapa l'avant bras qui tenait le taser et le tourna vers le second garde au moment où le premier garde appuyait sur la gâchette. Le taser vint électrocuter son collègue, puis le Joker fit rapidement une prise à l'homme taser pour le mettre au sol. Il vint abattre violemment son talon sur son crâne, l'assommant au sol, le crâne à sang.

Le second se remettait avec difficulté du coup de taser et abattait de manière désordonné sa matraque sur le Joker. Saisissant simplement son poignet, il le tourna et vint planter sa lame dans le crâne de son adversaire. La retirant doucement, il s'exclame d'une voix faussement amusé :

« Je déteste salir mes vêtements ! »

Le Joker enjamba les deux cadavres et s'approcha d'Harley, essuyant le coté de sa lame sur le reste de son vêtement. Il s'abaisse à coté du gorille et prit son poignet. Le clown regarda la montre :

« Dis moi, Harley, aimes-tu les surprises ?Tu vas en avoir une d'ici une trentaine de secondes. Trente petites secondes. »

Tic-tac, tic-tac, tic-tac.

Le Joker se leva, attrapa doucement la main d'Harley, tandis qu'on entendait les pas affolés des autres gardiens dans le couloir. Ils débarquèrent, en tenue complète d'anti-émeute, tandis que nos deux clowns leurs tournaient le dos. Quelques pas les emmenèrent près du mur au fond du couloir.

Et...

BOUM !

L'explosion arracha la façade du bâtiment, éblouissant les gardes derrière eux. Le Joker et Harley, habitués, eux, ne craignaient rien. Tandis que les gardes étaient au sol, perdu, les deux clowns observaient le trou béant dans le mur : cinq-six mètres plus bas, on pouvait apercevoir sur le parking d'Arkham, un camion blindé, typique de ceux qui permettent de transporter notamment le Joker ici.

« Harley, ma petite Harley...Gotham nous attends depuis bien trop longtemps. »

Et, lâchant délicatement la main de la Reine de Carreau, le Joker fit le pas qui le séparait du vide.

Le clown chuta et se réceptionna en haut du camion blindé, se laissant glisser dans le compartiment ouvert. Dedans, des fidèles et pas n'importe lesquels !Les « Mimes », sa bande de gangster d'élite qu'il avait lui même sélectionné dont la vertu première était de ne pas avoir de langue. Armés jusqu'aux dents et déguisés en gardiens d'Arkham, ils avaient réussi à s'infiltrer dans la prison. Le Joker n'attendait plus que Harley grimpe dans le véhicule blindé et ils filaient droit dans le portail d'Arkham City...

Direction, Gotham !

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 15 Fév 2017 - 22:54
Le rire déjanté de la Reine de Carreau résonna dans le couloir B alors qu'elle observait en s'esclaffant, le combat. La matraque d'un des péon entre ses griffes, dos contre le mur et faisant tournoyer cette dernière dans sa main, Harley frissonna au son du taser et pouffa de rire en voyant s'effondrer au sol l'un des attaquant, son collègue suivant, le crâne en sang.

Voilà des choses qui avaient le don de la mettre en joie !

La question du Joker la fit acquiescer tandis qu'elle papillonnait des cils. Son poussin avait une surprise pour elle ? Il était venu la libérer et pensait en plus à lui faire une surprise. Les yeux cyan brillants de folie et d'amour confondu, la Quinn hocha vivement la tête, un grand sourire éclairant son visage pâle.

Trente secondes ? L'Arlequin se mit à marcher de long en large, sautant d'un pied à l'autre en s'exclamant "Tic", "Tac" à chaque fois qu'elle posait un de ces dernier au sol. Puis il ne resta que 3-2 temps avant qu'elle ne prenne la main de son biquet. Les secondes s'écoulèrent bientôt et un grand BOUM retentit, faisant trembler le bâtiment.

Un grand trou dans l'Asile et les gardes au sol, Harley Quinn lorgna le camion, relevant la tête en face de son poussin, et répondant avec un grand sourire fou :

«Alors ne soyons pas plus en retard.»

Puis tandis que le clown sautait, entrant dans le véhicule, la Reine se tourna quelques secondes vers le couloir détruit, son sourire plus fou encore, puis se précipita dans le vide à son tour, se réceptionnant sur le haut du camion et laissant glisser son corps à en damner un sain dans le compartiment.

Une fois à l'intérieur, elle remarqua la présence des Mimes. Leur adressant un joyeux rictus, suivit d'un "coucou" de la main, la noir et rouge appuya sa tête contre le métal froid du camion, observant son Mr. J, une lueur amoureuse dansant dans ses prunelles.

Oui, que Gotham se prépare, le clown et sa reine étaient... libres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 16 Fév 2017 - 12:34
Asile d'Arkham (extérieur)
Le Joker lança sa main vers Harley façon grand prince des temps modernes. Tirant doucement sa Reine au milieu des 《 Mimes 》tout en lui lançant un langoureux regard, il la fit doucement tournoyer du bout de ses doigts avant de la lâcher délicatement. Tournant son regard avec sourire figé vers ses sbires muets, il lâcha :

《 Pas très bavards, hein ? 》

Puis il ria à gorge déployé. Ridicules petits sbires qui se tranchaient la langue pour lui prouver son allégeance. S'approchant de l'avant du camion, il tapa deux fois : le conducteur, un mime plus musclé que les autres se retourna, un sourcil arqué.

《 Appuie sur le champignon ! 》

Et immédiatement, le sbire se tourna et commença à accélerer. Le fourgon blindé roula à toute allure en direction du portail d'Arkham : l'impact était imminent, le portail sauterait en lambeaux et les clowns seraient enfin libres !

Mais soudain, un autre fourgon blindé de l'asile fonça dans leurs directions. Troubles fêtes !

Le camion dérapa pour esquiver le fourgon qui filait à toute vitesse sur eux : tout le monde, y comprit les 《 Mimes 》, le Joker et Harley décollèrent et partirent droit dans le paroi droite du véhicule. Le véhicule se stoppa et la porte arrière, toujours ouverte, révéla que l'autre fourgon était lui aussi en piteux état. Le Joker se releva en s'appuyant à la paroi et jeta un regard fou à l'extérieur. Des gardes d'Arkham arrivaient vers le fourgon, armés et equipés. Rien à voir avec les péons de tout à l'heure !

Ils n'avaient visiblement pas d'armes à feux, mais seulement des fusils-tasers, le genre de truc qui fait des chatouilles.

Les 《 Mimes 》se relevaient autour des deux protagonistes, attrapant leurs armes : des armes un peu vintage, certe, mais efficace !Arrachant des mains d'un des sbires une mitrailette Thompson, le clown visa les gardes qui arrivaient droit sur eux.

Il appuya sur la gachette, rapidement suivi d'autres tirs de ses péons. La fusillade s'engagea et rapidement, quatres de la dizaine de gardes qui leurs fonçaient dessus s'écroulèrent. Du coté des 《 Mimes 》, deux furent projeté au sol par les charges électriques.

《 ET LE CHAUFFEUR NE DÉMARRE PAS ?JE VAIS LUI METTRE UNE MAUVAISE NOTE ! 》

L'un des sbires fit signe au Joker que le chauffeur était...dans le pare-brise.

《 On peut dire...qu'il avait la langue bien pendu !HAHAHA !

Et il s'esclaffa de rire tout en tirant sur les gardes, qui avaient réussi à se mettre vaguement à couvert.

Tandis qu'il rechargeait, il hurla à Harley :

《 Harley, t'as déjà joué à Mario Kart ? 》

Puis, entre deux fous rires :

《 PRENDS LA PLACE DU CHAUFFEUR ET FONCE DANS LE PORTAIL ! 》

La gymnaste arriverait sûrement à se faufiler à l'extérieur et à grimper à l'avant du véhicule.

[HRP : Harley peut potentiellement être touché par l'une des charges électriques en sortant, mais elle l'encaissera. À toi de voir comment tu veux aborder la situation. Ton prochain RP sera le dernier avant un bref épilogue. ^^

J'ai fait ça sur tél', à cause d'un problème de PC. Donc j'ai pas pût soigner la présentation. Désolé !]

Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 17 Fév 2017 - 20:34
Une lueur de démence et d'amour dans le regard, Harley tournoyait, sa paume laiteuse posée délicatement au creux de la main de son Joker. Un grand sourire dont les lèvres peinturlurée d'un rouge sang s'étiraient, un joyeux éclat de rire la prit à la blague de son poussin. Qu'il était drôle !

Les grelots de son bonnet de bouffon émirent un discret "dingling" tandis que l'Arlequin se tenait aux bords du camion, riant à chaque fois qu'une secousse parcourait son corps. Mais une fut bien plus forte, et la Reine de Carreau se retrouva projeté sur le côté droit du véhicule. Fronçant ses sourcils, la jeune femme plissa les yeux de rage. Les portes de derrières qui étaient ouvertes laissèrent apparaître un autre fourgon et des dizaines de gardes de l'asile, armés de fusils taser.

Loin de s'en inquiéter, la noir et rouge se tourna vers son biquet, le voyant prendre une mitraillette et tirer sur les gardes.

«BOUM BOUM BOUM ! Tous à terre !», s'exclama la Quinn en partant dans un grand éclat de rire.

Évitant de se prendre une décharge, un des Mimes se mettant en travers et s'écroulant, le clown récupéra elle aussi une des armes qu'avait laissé tomber le sbire, puis pointa un des gardes, et quand elle l'eut touché, reculant sous la force des coups partis, hurla de rire en criant "TOUCHÉ !".

Sautant de joie, Harley Quinn se tourna une nouvelle fois vers son Mr. J, hochant vivement la tête. Mario Kart ? Elle adorait ça ! Surtout dans la vie réelle...

Escaladant avec agilité le véhicule, l'air frais faisant valser ses grelots qui se mirent cette fois-ci se mit vivement à "glinger", et poussant le cadavre dans le pare brise sur la place à côté lorsqu'elle réussit à se faufiler sur le siège avant, la jeune femme appuya à toute vitesse sur l'accélérateur, la tête de l'ancien chauffeur cogna contre le tableau de bord.

«Bah alors mon chou, faut se cramponner !»

Quittant des yeux sa route, son pied toujours sur l'accélérateur, Quinn tendit son bras vers la ceinture de "sécurité", attachant l'homme, puis quand elle releva la tête, c'était pour voir le camion se diriger vers un des murs. Tournant avec vitesse le volant, ce dernier fonça droit sur le portail, défonçant les deux battants en fer.

On pouvait maintenant dire que les clowns étaient lâchés dans Gotham. La chauve-souris devrait surveiller ses arrières à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 18 Fév 2017 - 0:40
Epilogue
Les deux clowns sont maintenant libre !Après avoir semé la police de Gotham, les deux protagonistes filent vers l'Amusement Mille et s'y installe. Rapidement, ils remettent en place leurs anciens contacts. La pègre du rire est de nouveau en marche, prêt a semé un nouveau mauvais coup.

Tout Gotham est au courant de l'évasion et le reste du monde aussi. Une nouvelle fois, les qualités d'incarcérations d'Arkham sont remise en doute.

Les deux clowns sont libres, mais bien que leur influence soit ammoindri, la pègre du rire se reforme peu à peu...



Revenir en haut Aller en bas
 

L'évasion des clowns. (PV Harley Quinn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'évasion des clowns. (PV Harley Quinn)
» Harley Quinn
» DC DIRECT - HARLEY QUINN - N°21
» le jocker et harley quinn
» DC COMICS COVER GIRLS: HARLEY QUINN STATUE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City :: Asile d'Arkham-