[NWO] Aucun répit

Inscription : 21/11/2015
Messages : 592
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Dim 19 Fév 2017 - 15:33
Le jour se lève lentement sur Ivy Town - et sur le Beauport Inn, motel situé en périphérie de la ville.
Après une nuit sombre et longue, les ténèbres sont chassées de la petite cité connue pour ses découvertes scientifiques et son estuaire. Si elle n'a jamais tant attiré les touristes, le Beauport Inn est presque une institution locale, tant pour les voyageurs de passage que pour les couples infidèles - et les maris volages, expulsés plus ou moins temporairement du nid conjugal.



Aujourd'hui, seules trois des douze chambres du motel sont occupées : la première par Joey Thomson un représentant en produits pharmaceutiques, qui finit aujourd'hui sa tournée dans la région et pourra rentrer chez lui ; la deuxième par Hector Hernandez, qui se traîne sur les routes nationales depuis que la police texane le recherche pour quelques délits mineurs ; et la dernière par quelqu'un que Max, le propriétaire actuel, ne pensait ne plus jamais revoir.

Le rideau de la chambre concernée est tiré - et Ray Palmer s'approche de la vitre, ses paupières clignant pour s'habituer à la lumière.
Il baille, mais sourit ; il est bon de retrouver le sommeil, et de dormir sans craindre pour sa vie.

Environ trente-six heures plus tôt, Atom a retrouvé la Justice League en Amérique du Sud : s'il avait réussi à s'échapper du Flux Temporel quelques jours précédemment, il avait trouvé refuge dans la nouvelle Morlaidh, et chez les héritiers du peuple qu'il avait considéré comme le sien des années plus tôt.
Le scientifique s'était sacrifié pour empêcher les Super-Durlans de s'en prendre à ce Présent et à la Terre, lors d'un combat de la Justice League ; il a passé deux ans, quatre mois, douze jours et trois heures à survivre ailleurs, avant de revenir... enfin.

Après avoir sauvé les Morlaidhans avec Diana, Bruce, Arthur et Barry, Ray les a laissés et a préféré filer à Ivy Town - pour se reposer, et surtout se préparer à revoir Jennie-Lynn, dont le fantôme n'a cessé de le hanter durant ces deux années et quelques.
Hélas, en arrivant à l'Université, Palmer a rencontré Airstryke, qui menaçait ses étudiants. Il est parvenu à régler pacifiquement la situation, mais l'Université est désormais informée de son retour... et les sollicitations ne vont pas tarder.

Trop exténué pour y faire face, trop mal à l'aise pour retourner chez lui, Atom a foncé ici, négocier un prix honteusement bas, et s'est écroulé dans un lit pour y dormir plus de douze heures.
Et ça fait du bien.


"Bon... va falloir y aller..."

Ray vient de prendre sa douche, et d'enfiler son costume sale et usé - mais qui a représenté tout pour lui, pendant ces années sombres.
Vêtu de ce nouveau look (costume rapiécé, ceinture métallique comprenant quelques armes de poing, tissu qui tombe entre ses jambes, bracelets métalliques, collier métallique, masque rapiécé dont le haut a été arraché, cheveux plus longs et surtout une longue lame), il récupère son épée et se prépare à sortir.
Il est temps d'affronter les défis du jour - il est temps d'affronter la réalité, qu'il n'a cessé de rechercher pendant plus de deux ans, et qu'il a fui depuis son retour.


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 441
MessagePosté le: Lun 20 Fév 2017 - 11:22
C'est donc ici ?


L'homme se retourne vers son interlocuteur, un certain Hector Hernandez. Ce dernier, l'air désagréable, se contente de hocher la tête de façon rapide. De toute évidence, il ne voulait pas rester plus longtemps dans l'endroit.

La personne qui lui parle est un homme, grand, avec des cheveux noirs. Contrairement à Hector, dressé avec un marcel tâché d'un quelconque liquide noir, il est extraordinairement bien habillé, étant équipé d'un costard noir chic, d'un pantalon noir et de mocassins tout aussi sombres que le reste de ses vêtements. Une veste blanche, ornée d'une cravate, contraste sévèrement avec son ensemble vestimentaire plutôt sombre.


Son visage est comparable à une star du cinéma ou un top-model en vogue, avec une barbe de trois jours, des yeux noirs perçants et un sourire omniprésent et calculateur. Pour un peu, l'on penserait qu'il est sorti par accident d'une pub pour une quelconque marque de vêtements ou de parfum, tant il semble chic comparé à ses alentours.

Ouais, il est là. Maintenant, c'est à vous de m'aider.


Le délinquant en fuite se frotte les mains, quelque peu nerveux. C'était une chose de dénoncer un Méta, il l'a déjà fait quelques fois pour sauver sa propre peau, mais l'allure du type lui donnait la chair de poule : le mec était apparu de nul part dans le parking, était au courant de ses délits, et lui avait promis d'effacer les dits-délits de son ardoise si jamais il lui rendait un petit service en dénonçant un méta.


Fourbe qu'il était, Hector avait accepté, mais le doute commençait à l'assailer alors que le men in black entreprit de faire un mouvement de main quelconque en sa direction.


La surprise d'Hector passa rapidement à la confusion quand il remarqua que le bonhomme avait soudainement plusieurs dollars dans la main. Ils sortaient d'où ?


Au moment où je te parle, tout les délits que tu as commis viennent d'être oubliés. Tu peux reprendre ta vie, la police ne te poursuivra plus.


L'expression faciale du criminel devint une joie exagérée, et il s'empara rapidement des billets verts, filant rapidement vers sa voiture.


Putain, ça paye de dénoncer !


L'homme observa la fuite du bandit avec un sourire amical, qui dissimulait des pensées plus sombres. Cet argent était factice : au moment de payer après une lourde dépense, Hector réalisera, trop tard, qu'il ne tenait que un seul dollar depuis le début. Selon la personne qu'il paye, ça pourrait être assez grave pour lui. La récompense du traître est toujours empoisonnée, après tout.


L'homme sourit : il aime donner des leçons aux humains. Surtout quand ces leçons se terminent de façon catastrophique pour eux.


Il tourne la tête vers le motel, et constate, avec joie, que sa cible vient de sortir au grand jour, dressé dans une tenue qui avait vue de meilleurs jours. Comment pouvait t-on sortir avec un truc aussi sale ? Il savait que Atom n'avait pas véritablement re-rejoint le cercle de la justice league mais pour un adepte de la mode comme lui, la vision de ce costume torturé était désagréable.


Si désagréable qu'il entreprit de se déplacer vers Atom, de façon parfaitement silencieuse. Notre homme ne fait pas de bruit alors que ses mocassins claquent contre le sol, il ne fait pas de bruit en dépit des battements du vent sur ses vêtements, il ne fait pas de bruit alors qu'il se tient juste à côté du revenant miraculé... ce silence remarquable est sans doute causé par les mêmes pouvoirs qui lui permettent de faire surgir de l'argent de nul part.

Atom ?


Que le scientifique se retourne ou non, un projectile bondit et l'assomme avant qu'il ne puisse utiliser les étonnantes capacités de son costume, le jetant au sol de façon violente. Aux portes de l'inconscience, il pourra quand même remarquer l'homme en noir qui se tient au dessus de lui, ainsi que l'étrange main démoniaque violette qui se tient au dessus de son épaule.


Je suis Nick Necro, enchanté.


Morphée s'empare de Ray Palmer...


--


Après quelques heures, le héros se réveille enfin, et constate que son environnement vient de changé. Plus de soleil, plus de motel, plus le bitume qu'il a rencontré de façon intime il y'a quelques instants. Notre homme est assis quelque part, dans un endroit sombre et en mouvement.


Quelques secondes supplémentaires lui permettront de noter qu'il ne porte plus son costume emblématique : au contraire, il est désormais équipé d'une tenue jaune, similaire à celle d'un prisonnier.


Bienvenue parmi nous, revenant !


Nick Necro se tient devant le héros minuscule, un sourire terriblement satisfait sur son visage. Quelques soldats sont assis près de lui, équipés d'armures et d'armes qui contrastent terriblement avec le costard tout simple de Nick. Atom, s'il s'est informé des nouvelles récentes, pourrait pâlir : Des soldats de l'unité Ravagers, les chiens du président Wilson.


Je m'excuse pour ma rudesse, j'aurais normalement utilisé des moyens plus raffinés, mais j'ai un horaire vraiment strict. J'espère que votre mâchoire se porte bien !


Le ton est amical, mais un sentiment de menace accompagne ses phrases mielleuses. Il pose la main sur une valise noire, sans jamais quitter Atom des yeux.


Après, et je ne prendrais pas de gants, des choses bien pire qu'un simple poing au visage vous attendent si vous n'adopte pas l'attitude appropriée !


La menace était plus claire, mais il ne perdit jamais son ton sympathique et quelque peu hautain. 


Pour m'excuser, je répondrais à deux de vos questions. Mais faites vite, mon bon ! Nous avons presque atteint notre objectif et... pour être honnête, je suis d'humeur très cryptique aujourd'hui !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 592
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Mar 21 Fév 2017 - 21:40
Alors qu'il laisse son regard glisser sur l'extérieur, vers une des routes principales d'Ivy Town qu'il peut voir depuis la fenêtre de cette chambre du motel, il pousse un profond soupir - avant de se détourner de la vitre.
La paume sur le pommeau de sa lame, par réflexe, il s'avance vers la porte de la pièce, et en sort avec des gestes lents et appliqués ; tant de temps passé dans un environnement si violent et chaotique l'a éloigné des éléments du quotidien, et les redécouvrir est autant un plaisir qu'une surprise qu'il a encore du mal à gérer.

C'est pour cela, parce qu'il n'est pas encore pleinement revenu dans ce Présent et dans ce monde, que le scientifique ne fait guère attention à celui qui s'avance derrière lui.
Quand il entend l'énoncé de son surnom, il a à peine le temps de commencer à se retourner en grognant...


"Hum... ?"

... qu'un poing fermé vient violemment s'écraser sur son visage.
La surprise et le choc sont trop puissants, il n'a pu ni se préparer, ni se défendre. Ray plonge dans l'inconscience du fait de la brutalité de l'impact - et il ne peut que graver les derniers mots entendus dans son esprit, pour plus tard.
Nick Necro, donc. Le nom de sa nouvelle Némésis.


**
*
**

"Hughn..."

Atom grogne.
La douleur dans son crâne est terrible, brutale. Son esprit est embourbé dans une profonde souffrance, une migraine violente qui ne partira pas de sitôt ; heureusement, le phénomène disparaît, certes lentement, mais petit à petit.
Le brouillard devant ses yeux s'efface - et fait apparaître un environnement sombre, en mouvement selon son oreille interne. Il grimace, étire ses paupières pour mieux voir... et n'aime vraiment pas ce qu'il découvre devant lui.


"Ah."

Il est entouré de soldats au masque surprenant, rappelant celui de Deathstroke - et ce n'est pas un bon souvenir, tant sa dernière rencontre avec Slade Wilson a été douloureuse et humiliante.
Surtout, il se rend compte qu'il n'a plus son costume, ni sa lame... il est vêtu d'une tenue de prisonnier, étonnamment jaune.


"Nick Necro, hein ? J'ai entendu, avant le... et bien, avant votre coup en traître."

L'ennemi, inconnu au bataillon, rappelle les manières de ce "cher" John Constantine, un sorcier britannique entraperçu lors de quelques crises, et dont l'impression n'a pas été positive.
Palmer n'aime pas le ton, le discours et la manière qu'a ce Necro de toucher cette mallette - ni l'impression qu'il donne, celle de tout maîtriser et d'être absolument le maître de la situation.


"Mais ça ne m'étonne pas... les types de votre espèce ne savent pas frapper noblement. Ils attaquent en douce, ou en nombre - mais jamais face-à-face."

Avec une main libre, Ray se masse la mâchoire, encore douloureuse suite au coup porté par l'ennemi. Un sourire mauvais glisse sur ses lèvres, alors qu'il maintient son attention fixée sur l'homme devant lui, la menace principale.

"Deux questions, donc... ? Deux questions. Soit."

Il prend une grande inspiration - puis serre les poings.
Et active ses pouvoirs.
Contrairement à ce que beaucoup pensent, Ray Palmer n'a plus besoin de son costume pour agir : il rapetisse sur simple volonté, et change ainsi de taille, puis manipule sa masse pour foncer tout autour de lui. Ses poings, endurcis, s'écrasent sur les membres de la Section Ravagers dont il ne sait rien, et les envoie brutalement contre les murs.

Quelques instants après, il file directement vers Nick Necro, et écrase violemment son poing sur son visage.
Le sorcier rebondit contre un mur, mais est immédiatement récupéré par Atom. Toujours à petite taille, il soulève l'ennemi - et s'approche de son visage, une expression de fureur glissant sur le sien.


"Deux questions, donc.
La première : qui me veut quoi, espèce de taré ?
Et la deuxième : qu'est-ce qui te fait croire que je vais te laisser t'en sortir ?!"


Deux ans, quatre mois, douze jours et trois heures d'enfer - ça change un homme.
Et ça a changé, définitivement, Ray Palmer...


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 441
MessagePosté le: Mer 22 Fév 2017 - 1:11
Le sourire de Nick Necro reste gravé sur son visage, alors que ses pupilles bleues se portent en direction du super-héros emprisonné. Sa nonchalance, au centre des soldats armés jusque aux dents, paraît définitivement étrange aux yeux du héros : Il ne semble pas avoir d'armes sur lui, ne porte qu'un costard, sans rien d'autre pour le défendre, et n'avait manifestement aucun respect pour The Atom, d'après son ton de voix hautain.


Il n'était pas un super-vilain normale, en soi. Il y'avait quelque chose d'étrangement humain dans son attitude, mais quelque chose d'autre de plus "inhumain", quelque chose qui le séparait de façon subtile de Palmer ou des soldats présents dans le camion.


En parlant de ça, il s'agissait effectivement d'un véhicule : si Atom ne s'en rend pas encore compte, il se trouve à l'intérieur d'un grand trente-tonnes massif, et entièrement blanc. Naviguant dans des tunnels sombres, sans la présence d'autres véhicules, le camion faisait son chemin dans des détroits métalliques et sombres, voire même oppressifs. Seules quelques lampes éclairaient le chemin de l'appareil.


Pour cette raison, regarder aux fenêtres ne procurerait rien à Atom. Les vitres noirs rendaient déjà la vision difficile, et il ne pourrait bien voir que les faibles lumières de toute façon. De façon étonnante, le conducteur ne semblait pas gêné par le manque de visibilité. Le camion faisait des lignes parfaites, et ne frôlait jamais les murs de façon dangereuse. Le degré de précision du pilotage était parfait, au point d'en être inhumain.


Mais Atom se souciait bien peu de ce problème là. Le danger était devant lui, sous la forme de plusieurs types armés et une personne en costard, et il savait ce qu'il avait à faire.


D'une façon qui tenait clairement d'un vétéran des combats, Atom entreprit de se rapetisser, à la surprise notables des soldats et même de Nick, qui perdit son sourire en un éclair, la confusion désormais bien lisible sur son visage bellâtre. De toute évidence, ce n'était pas prévu, d'après la réaction très peu professionnelle des soldats, qui se levèrent promptement, armes pointées, vers le siège où était situé Ray Palmer.


C'était plusieurs soldats, armés jusque aux dents, contre un homme minuscule. Ce combat était tout simplement inégal... pour les soldats.


Les coups de poings du héros, augmentés par sa petite taille, lui permirent de faire crouler les Ravagers en un éclair. Quelques coups de feu se firent entendre, mais les balles ne touchèrent pas le professeur, qui continua tranquillement son petit massacre de géants. Face à un ennemi puissant et bien trop mobile, les soldats sont propulsés contre les murs, avec assez de force pour y faire des creux notables.


Euq Ses SepirT Es tnemrofsnast ne le...  Putain !


Perturbé par les mouvements du camion, qui déraille légèrement à cause du choc sur ses murs, Nick se fait frapper par Atom et rebondit lui même contre un mur. Plusieurs de ses dents s'envolent dans les airs, avec quelques giclées de sang, alors que le choc terrible se produit. Toute sa confiance d'il y'a quelques secondes est partie, laissant place à de la confusion et de la surprise.


Implacable, le héros s'empare du magicien et lui pose ses questions, l'air enragé. L'agresseur, désormais victime, à besoin de temps pour trouver le héros, et semble complètement désorienté pour quelques instants. Surpris, sans doute, à l'idée que son ennemi soit capable d'abuser de ses pouvoirs même sans son costume.


Puis, la surprise fait place à la colère, ses yeux s'illuminant d'un bleu électrique. 


Lâche moi !


Des éclairs s'emparent promptement du corps d'Atom, en dépit de sa petite taille, et le soulèvent dans les airs. La douleur qu'il éprend est affreuse, déchaînant un enfer de misère sur ses propres cellules. Le phénomène lumineux continue pour quelques secondes, qui paraissent être comme des minutes pour la victime !


Quand ils se concluent, Atom tombe au sol. Il constatera que son corps n'est pas "blessé" : En fait, il semble être en bon état. Une douleur perçante l'empêche toutefois de se relever, ce qui permet à Nick de s'extraire hors du mur, un rictus cruel figé sur son visage. D'une main, il remet en ordre quelques mèches de cheveux rebelles. Ray Palmer constatera, au passage, qu'il vient d'atterrir tout prêt des dents qu'il vient de cogner.


Ceci... c'est pour te faire dégager.


Ses yeux s'illuminent de nouveau alors qu'il lève la main, envoyant une nouvelle vague d'éclairs magiques. La douleur reprend Atom, de façon moins virulente, mais toujours extrêmement désagréable : notre homme est cloué au sol de douleur, à la merci d'un ennemi qui titube encore.


Et ça, pour le plaisir !


Accompagnant sa phrase d'un petit rire rempli de dédain, le mentor de Constantine pose brièvement sa main sur son visage blessé, et murmure une incantation, conscient que Atom ne peut pas vraiment se déplacer pour l'instant. Quand sa main quitte finalement son visage, il est guéri de l'assaut du héros d'Ivy Town. Cependant, si la magie peut soigner ses blessures physiques, il semblerait qu'elle soit incapable de réparer son égo.


La magie est une des forces primaires derrière le fonctionnement de la réalité, et je la maîtrise parfaitement. Tu penses pouvoir me tacler comme ça avec ton pouvoir de rétrécissement ? Ha !


Marchant sur le corps des soldats des Ravagers, Nick claque promptement des doigts, et un champ de force entoure le héros minuscule. Entièrement jaune, et un peu rond, le magicien se penche pour ramasser la sphère avec deux doigts, et entreprend de l'élever.


C'était un bon coup. Un peu plus fort, et j'aurais été assommé... mais t'as pas voulu faire ça, héhé. T'as préféré me frapper, j'apprécie le courage, mais pas la stupidité. Et malheureusement pour vous, professeur Palmer, cette attaque tient plus de la seconde option.

Un grognement se fait entendre derrière lui : Le sorcier observe l'un des Ravagers, à peine conscient.


Aidez moi s'vous plaît... j'ai mal au torse...


Ho, prends ta douleur comme un homme, mon bon ! Mon costard est abîmé, mais je m'en plains pas !


Satisfait, le mentor de Constantine se retourna promptement, l'espace-temps se distordant autour de lui.


Je vois que t'es un dur. Pour la peine, je vais répondre à la première : le président en personne, bien sûr !


--

Un passage en portail plus tard, Nick et Atom, toujours enfermé dans son "oeuf", se voient amenés dans une base. Le héros pourrait tenter une fuite, mais la sphère rétrécit de façon notable alors qu'il essaye de reprendre une taille normale. Il serait sage d'éviter de se transformer maintenant, sous peine de finir écrasé dans une balle magique.


Et de toute façon, ce qui se tient devant lui devrait le distraire de toute idée d'échappade.


Devant Atom et Nick se tient une sorte d'immense base, creusée dans la terre. Plusieurs projecteurs, accrochés au plafond, fournissent de la lumière aux immenses installations blanches qui s'élèvent dans l'endroit. Des tonnes de soldats de la section Ravagers sont présents dans les lieux, mais aussi des scientifiques ou ingénieurs. Tous marchent, montent dans des véhicules, descendent de véhicules, empruntent des ascenseurs, descendent dans des ascenseurs.. personne ne semble rester en place.

Les installations qui s'y élèvent sont variées. Certaines sont équipés d'armes au design futuriste, mais pour la plupart, l'on dirait surtout des bâtiments scientifiques construits de façon simples.


Détail curieux : Plusieurs personnes sont également présentes, entourées par les Ravagers. Certains sont blessés, et couvert de sang, avec des vêtements déchirés, alors que d'autres sont en bon état. Tous sont à genoux, et pour la plupart, terrifiés. Les autres lancent seulement un regard sombre envers un Ravager un particulier... ou plutôt, "une".


Bonsoir, ma chère !


Nick, insouciant de l'état misérable des prisonniers, s'approche de la Ravager en chef de façon rapide. Cette dernière, moins grande que lui, porte l'armure classique de son unité. Seule sa voix, et sa taille, indiquent vraiment qu'il s'agit d'une femme, jeune, d'après son ton. Cachée derrière le masque, elle observe le héros dans la cage avec un air méfiant.


Je sais que tu est surprise, Mar, mais notre invité s'est révélé assez... compliqué à gérer. J'ai décidé de le ramener avant qu'il ne cause un autre accident. Je vais le placer dans la section Cinq.

"Mar" se contente de pointer Atom du doigt.


Place le où tu veux mais fais vite ! "Elle" va bientôt se déchaîner si tu ne renouvelle pas le bouclier !


Le teint de Nick pâlit, et son sourire abandonna une nouvelle fois son visage. L'angle d'Atom lui permettra de repérer les sueurs froides qui coulent sur le visage bellâtre du magicien, alors qu'il prend la parole sans le ton suave et méprisant habituel.

Si tôt ? Très bien.


L'espace-temps se distord de nouveau, et les deux compères se retrouvent dans une sorte de couloir sombre. De façon étonnamment rapide, Nick se dirige vers une immense porte en métal, gardée par quelques demi-douzaines de soldats qui le laissent promptement placer. Tous ont l'air bizarrement stressés, en dépit du calme de la place.


Je dois faire un truc, je vais te déposer ici pour l'instant. Il y'a d'autres gêneurs ici, vous vous entendrez bien.

Abusant de ses pouvoirs magiques, notre homme ouvre promptement la porte et jette Atom à l'intérieur de la pièce. Le bouclier le protégera, sans aucun doute, mais ce dernier se dissipe très peu de temps après l'impact et... entre en lui ? Notre homme voudra sans doute revenir grand, vu que la petitesse ne va clairement pas l'aider dans sa situation.


Je repasse bientôt pour l'interrogatoire. S'il te plaît, n'essaye pas de rapetisser de nouveau. C'est dur d'interroger des flaques de sang inertes.


Un rire nerveux plus tard, et la porte se ferme. Atom devrait ressentir un truc bizarre, mais il n'aura pas de problèmes à grandir pour observer ses colocataires et la cellule.


La cellule, déjà, est grande et bien éclairée, avec quelques lits bien propres et des tables blanches. Des assiettes, vides, figurent sur les tables en question, mais sinon, il faut constater que c'est un endroit assez vide : pas grand chose à faire, sinon se balader ou s'asseoir sur l'une des chaises blanches.


Vous allez bien ?

Si Atom se tourne à sa droite, il verra une jeune femme à sa droite, avec des cheveux noirs courts, une tenue jaune semblable à la sienne, et des gants rouges et noirs étranges qui lui couvrent l'avant-bras. Quelques légères cicatrices sont présentes sur sa joue droite. Elle semble curieuse, d'après sa voix et ses expressions, et essaye d'aider Atom à se relever.


Qui êtes vous ? Où est le limiteur ? 

A sa gauche, sur l'un des lits, se trouve un homme large et musclé, au profil asiatique. Sa tête, jusque au front, est entièrement recouverte par un casque au design similaire aux gants de la femme. Il observe Palmer d'un air placide, ne semblant nullement aussi interrogatif que sa colocataire.


Le dernier sujet d'attention se trouve devant Atom, au fond de la pièce entre les lits. Il s'agit d'un... homme, s'il pourrait être appelé ça comme ça. Peau grise, pas de nez, de sourcil ou de cheveux, d'énormes yeux noirs et des lèvres absentes qui dévoilent des canines pointues, l'humanoïde ressemble plus à un alien ou même une sorte d'horrible poisson qu'a un humain.
 
Lui est entièrement recouvert d'un sarcophage également rouge et noir, qui contient tout son corps à l'exception de sa tête. Il observe le héros avec un air suspicieux, voire carrément hostile... qui sait, ses yeux de merlan frits ont l'air de regarder partout.


Un nouveau ? Rends-toi utile et gratte moi le front, ça me démange de façon horrible.


Trois choix : Avec qui interagir en premier ? La femme, l'homme ou la créature ? 


--


1) Phew, gros post !

2) Tu peux grandir sans problèmes, mais rapetisser sera compliqué. Tu auras très mal à la poitrine alors que tu baisse en taille, la douleur s'amplifie alors que tu continue et devient carrément insupportable, au point de t'empêcher de te concentrer.

3) La femme semble curieuse et désireuse de t'aider, l'homme est silencieux et n'interagit pas avec toi, le dernier homme te donne un ordre. Tu peux interagir avec tout le monde, mais rappelle toi que Nick arrive bientôt.

4) L'atmosphère est clairement tendue, tu entends des bruits de pas au dessus de toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 592
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Mer 22 Fév 2017 - 18:50
Atom maintient sa poigne autour du col de Nick Necro, et affiche un visage plein de fureur.
Sûr de lui et de ses pouvoirs, étant parvenu à toucher, immobiliser voir blesser les hommes de main aux couleurs proches de ce cher Deathstroke, il ne se permet aucun repos – mais son expérience lui confirme qu’il a repris l’avantage.
Il se trompe, hélas.


« AAAAARGH !!! »

Un cri intense de douleur s’échappe de sa gorge, alors que des éclairs s’emparent violemment de son corps. Transporté dans les airs, manipulé telle une marionnette, il souffre mille morts, sans qu’aucune arme, sans qu’aucun agresseur ne soit matérialisé.
Son esprit, d’habitude si prompt à analyser les situations, est immobilisé par la souffrance, et il assiste presque comme spectateur à sa chute brutale, dont l’impact remonte jusqu’à la racine de ses cheveux.


« Ah… ah… »

Le scientifique halète, réellement touché par les chocs. La douleur disparaît cependant, et cette sensation est accueillie avec un soulagement total – de courte durée, hélas.
Un nouveau pic, une nouvelle attaque s’empare soudain de son corps. Moins intense, certes, mais bien plus vicieuse sur son principe… car elle n’est dictée que par la volonté de faire mal, de se venger.
Quand la douleur disparaît encore, Ray reprend une respiration difficile et sifflante, et se rend compte qu’il ne peut plus bouger – il a trop mal, clairement. Il peut néanmoins relever légèrement ses yeux, et adresser un regard empli de fureur vers Nick Necro.
Cela se paiera-t-il, semblent-ils dire ; cela se paiera cher.


« Le… Président… ? »

Ray Palmer vient de revenir d’un long voyage dans le Temps.
S’il a déjà passé quelques semaines dans ce Présent et cette Terre, ce fut en compagnie des Morlaidhans, en Amérique du Sud. Il n’a aucune information sur l’état du monde, et ne sait donc rien des évolutions gouvernementales – pour lui, Slade Wilson demeure l’assassin de son élève Ryan Choi, et un mercenaire haïssable.
Le lien ne se fait donc pas, dans son esprit. Mais il met cette information de côté, alors que Nick Necro l’entoure d’une sorte de bulle jaune, et ouvre ce qui s’apparente à une sorte de portail de téléportation… cette terrible épreuve ne semble donc pas terminée.
A vrai dire, elle ne fait même que commencer… malheureusement.


**
*
**

Nick Necro, définitivement un sale type vu sa façon de traiter ses hommes, transporte Atom… ailleurs.
Dans ce qui semble être une base souterraine, digne repaire d’un Vilain – une pensée justifiée vu les récents événements. Les installations présentes ici impressionnent, tant par leur ampleur que par leur diversité. Même si le scientifique est clairement encore dans les vapes, la violence des attaques du magicien ayant été trop importante pour lui permettre de se remettre de suite, il peut quand même se rendre compte que tout ceci est professionnel… et très militaire.


« Hum… mais… »

Atom tente de parler, mais se stoppe immédiatement ; la situation est trop dangereuse, trop spéciale pour commettre une telle erreur.
Il demeure donc silencieux, ronge son frein, perdu dans ce globe jaunâtre dans lequel il est enfermé. Inconsciemment, il sent que tenter de grandir serait une trop mauvaise idée, et le goût des attaques ennemies est encore trop récent ; il ne se laissera pas avoir une fois de plus, et surtout ne tentera rien d’inconsidéré.
Il va attendre ; même si c’est difficile.

Au bout de quelques instants, l’haïssable Nick Necro rencontre une femme surprenante, masquée et agressive.
Jusque-là, ils ont croisé d’autres soldats aux couleurs de Deathstroke, ainsi que d’autres prisonniers en tenue jaune ; cela ne plaît guère à Ray, qui découvre ici que cette base a de lourdes apparences de camps de prisonniers – ou pire.
Les souvenirs de ses quelques missions dans la récente version de la J.S.A., qui s’est opposée à des Nazis, reviennent et décuplent sa fureur. Il ronge toujours son frein, mais note dans son esprit les échanges tendus entre le sorcier et la femme… et l’évocation de cette « elle », qui semble réellement inquiéter Necro.

Ce dernier lance de nouvelles piques, avant d’emmener le petit Héros dans une autre aile de la base. Là, il lui permet de recouvrer sa taille normale, ce que Palmer se dépêche d’obtenir – même s’il sent, s’il sait qu’il ne pourra plus rapetisser.
Quelque chose est en lui… quelque chose de mauvais et de dangereux.


« Ah… quand même. »

Le scientifique s’étire, et lance un ultime regard plein de fureur au sorcier.
Alors que celui-ci disparaît après avoir claqué la porte, Ray se tourne vers la cellule – et ses occupants.
La pièce est grande, bien éclairée, avec plusieurs lits et des tables ; un dortoir. Une voix s’élève à ses côtés, en provenance d’une jeune femme avec des cheveux sombres courts, et d’étranges gants rouges et noirs sur les avant-bras. Des cicatrices lézardent sa joue droite, mais ne gâchent pas sa curiosité et son apparente sympathie.
A proximité, un homme large et musclé, asiatique, coiffé d’un casque aux mêmes couleurs que la jeune femme. Et, enfin, un homme surprenant, une créature d’allure étrange puis terrifiante, plus proche du poisson que de l’humain, coincé dans un sarcophage aux mêmes emblèmes.

Tous trois lui parlent… lui demandent quelque chose.
Palmer, encore perturbé par les attaques, grimace et se passe les mains dans ses cheveux mi-longs et encore un peu sales. Il hésite, réfléchit, tente de reprendre le contrôle… puis se lance.


« Je ne sais pas qui est le limiteur – et je ne gratte pas les inconnus, en tout cas pas le premier soir. Désolé. »

L’humour – il n’a jamais été à l’aise dans ce domaine, mais son absence l’a forcé à développer cette compétence. Pour ne pas céder à la démence.

« Et je suis Atom… vous pouvez m’appeler Ray. Qui êtes-vous ? Où sommes-nous ? Et, surtout… qui est le Président, actuellement ? »

Beaucoup de questions, prononcées avec une certaine tension dans la voix. De nombreux pas se font entendre, des pas au-dessus, des ronronnements de machine et autres éléments surprenants.
Palmer est mal à l’aise… nerveux, énervé même. Il pensait avoir survécu à l’enfer en revenant dans le Présent – et il ne supporte guère d’être ainsi traité, sans raison et sans ménagement.
Ça se paiera… ça se paiera très cher, définitivement.


(HJ/ C’est un super message, et c’est un super sujet que tu m’offres, merci ! J’ai hâte de lire et de jouer la suite ! Smile /HJ)


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 441
MessagePosté le: Mer 22 Fév 2017 - 22:44
Trois individus entourent Atom, au niveau d'amitié variable. Tous sont coincés dans sa situation, au fond d'une cage dans un endroit secret du gouvernement, et tous sont occupés d'étranges technologie sur des parties du corps... ou, dans le cas de l'individu monstrueux, tout son corps à l'exception seule de sa tête.


La jeune femme semble amicale, et désireuse d'aider Atom. L'Asiatique est plus froid, mais ne fait aucun geste qui indique une quelconque hostilité, et la créature au Sarcophage semble être le méchant du trio, d'après son apparence difforme et l'ordre immédiat qu'il donne au héros. Il lui faudra bien collaborer avec eux pour sortir de cet endroit.


Il répond donc aux individus, abordant déjà la question du limiteur tout en déniant la question de l'individu dans la machine. Ce dernier exprime sa frustration en tirant la langue, révélant qu'elle est semblable à celle d'un serpent, avant de rester bêtement dans sa machine. La femme, quand à elle, lève un sourcil devant sa réponse, ne s'attendant pas à ce que le scientifique soulève sa propre question.


La petite blague la fait sourire, toutefois, et sa bonne humeur ne fait que grandir alors qu'Atom révèle son identité de héros. Aucun des individus présents ne reste silencieux devant la réponse, les yeux brièvement écarquillés de surprise. La prisonnière est la première à réagir, poussant une brève exclamation de joie avant de faire un bref applaudissement, suivi par un serrement de main prudent, la faute à ses gants.


L'homme Asiatique lui même tourne la tête, visiblement agréablement surpris, et se lève pour se diriger vers le groupe et également lui serrer la main, ce qui est quelque peu plus facile vu qu'il n'a pas de gants immenses. Sa joie est plus silencieuse que son alliée, mais il est évident que la rencontre lui procure beaucoup de satisfaction, une satisfaction dont ils avaient tous bien besoin.


Quand à l'autre homme ? Il se contente d'agiter son sarcophage, hurlant quelques insanités.


Je suis honorée de vous rencontrer, monsieur Palmer, vraiment !

La femme recule et se pose sur un lit, toute souriante.

J'ai toujours voulue devenir une héroïne quand j'étais petite et du coup, croiser un vrai héros... excusez moi, je suis un peu dépassée pour le coup ! Je m'appelle Tess !

Son sourire se maintient pour quelques secondes, puis sa situation lui revient en tête, et son air devient plus stoïque, voire même triste.


C'est un grand honneur de vous rencontrer, monsieur Atom. Vous m'avez inspiré.

L'homme continue puis reprend un air plus calme. Contrairement à Tess, il ne semble pas vraiment triste, étant maître de ses émotions.


Je m'appelle Matthew. 

Un dernier bruit ponctue les présentations : Le sarcophage de l'autre homme vient de tomber, alors qu'il hurlait sa rage impotente. Le regard furieux de ce dernier devient paniqué alors qu'il réalise son problème, et il ne peut qu'observer le trio avec une expression résignée, très peu satisfié de sa condition humiliante.


... Qu'est-ce que t'attends Matthew ? Relève moi !

Le grand homme lève les yeux au ciel et, de façon casuelle, relève l'objet pour le placer dans une bonne position, son regard sage rempli de mépris alors que l'individu coincé observe Atom.


Mon nom est "Ill Bomber". Pas "Ill" comme "petit", mais "Ill" comme "Malade" ! Je suis...

Il fait exploser des trucs en les touchant et voulait te piéger.

Ill Bomber grimace de façon hideuse, et observe Tess de façon courroucée. Cette dernière n'ose même pas le regarder, semblant méprisante.


Je suis pas fou, voyons ! L'explosion me choperait aussi !

Silence.


Je l'aurais fait une fois qu'il serait sorti de la cellule, haha !

Tess soupire et observe Atom avant de répondre. Matthew se pose devant Ill Bomber, et pose une assiette sur sa bouche pour éviter que ce dernier ne parle.


Vous n'êtes pas mort d'ailleurs ? Bon, hum, vais essayer me contenir pour vous résumer toute l'histoire, ahem.


Nous sommes dans les bas-fonds du Camp Oméga. Une installation des Ravagers désignée pour la recherche et le développement et la capture des Meta-Humains. 

Elle observe l'un des gants avec des yeux bleus, l'air songeuse.


Ces limiteurs nous empêchent d'utiliser nos pouvoirs. Je peux manipuler la chaleur avec les mains, Matthew à un troisième oeil pour voir loin et prévoir les actions de ses ennemis, l'autre taré fait sauter tout ce qu'il touche. Si jamais y'a une goutte de sa salive qui tombe sur un truc, ça se transforme en dynamite. C'est bizarre que t'ai pas de tenue sur toi.

Tess entreprend de faire les cents pas, sans doute pour se dégourdir les jambes.


Il y'a plusieurs sections où sont emprisonnés les méta-humains. Ici, l'on est dans la section cinq. On a des pouvoirs et on les as utilisé pour faire chier les Ravagers. Je t'assure qu'on est pas des criminels, Matthew et moi. Au contraire, il travaillait dans un marché tranquille, et j'ai servie dans l'armée.

Matthew fait un signe de la tête pour confirmer alors que Tess s'assoit sur la chaise, contemplative.


Papa m'avait toujours dit quand j'étais une gamine que les Etats-Unis étaient les plus grands du monde. J'y croyais dur comme fer et... tiens, pour ça que je suis allée en entraînement dans l'armée. J'ai dû tout laisser tomber y'a quelques mois, comme Matthew. Les Ravagers pourchassaient les méta-humains, et on était en danger avec nos familles. 


Un pays où ça se produit, c'est pas les Etats-Unis libres des dires de mon père, non, c'est juste un pays fasciste où l'on préconise la supériorité de quelqu'un sur l'autre. 


Moi et Matthew étions du même avis, et on s'est arrangés pour sauver les innocents tout en mettant des batons dans les roues de ces psychopathes. Ca marchait bien mais on s'est fait trahir et jetés ci.


Elle interrompt sa conversation, des souvenirs déplaisants lui remontant en tête. Matthew s'avance, bras croisés.


Un fou à tué pratiquement tout l'ancien gouvernement dans une explosion immense il y'a de cela quelques mois. Slade Wilson est devenu le nouveau président par succession, et à déployé des mesures oppressives contre les méta-humains via les Ravagers.


Tout le monde est visé. Enfants comme adultes. Tess et moi avons des frères et des soeurs qui sont sans doute coincés dans des camps, à la merci d'hommes et femmes sans coeur.


Je vois que même les braves super-héros sont visés. Si nous ne faisons rien, des installations pareilles, où les vies humains sont froidement disséquées, apparaîtront partout dans le monde.


La conversation est interrompue par des bruits de pas en approche, alors que la porte s'ouvre brutalement, révélant la femme de tout à l'heure. Tess se relève brutalement à la vision de cette dernière, l'air étrangement hostile, plus qu'elle ne le serait devant des soldats ordinaires.


Hé, la femme de chambre ! J'espère que t'as de la bouffe avec toi, j'ai la dalle !


La militaire ignore la question, et incite Atom à s'approcher avec un mouvement du doigt. Les deux alliés de ce dernier l'observent de façon inquiets, et se taisent, préférant fixer l'ennemie alors qu'Atom l'atteint finalement. Il constatera que le regard de la commandante est fixée, également, sur Tess, étrangement.


Une fois Ray Palmer arrivé, la porte se ferme et il est escorté vers un ascenseur par la femme. Les gardes ne la suivent pas, jugeant, sans doute, qu'ils ne serviraient à rien. Le professeur remarquera, au passage, que son escorte solitaire pointe le canon d'un pistol vers lui, l'observant avec des yeux bleus placides.


Le duo pénètre dans l'ascenseur, et se rend vers l'étage Six.


Les conditions de cette rencontre me déplaisent, j'ai toujours admirée les héros.


De façon dramatique, elle observe le gigantesque "SIX" holographique affiché sur l'écran devant eux. Il remarquera que l'ascenseur est spacieux et avancé technologiquement, se déplaçant avec de la technologie anti-gravité.

Devenir une héroïne était mon rêve d'enfance. Sauver l'innocent et vaincre le vilain m'apportait une sorte d'idéalisme agréable. Etant née sans pouvoirs, j'ai fait le choix le plus proche en rejoignant l'armée.

Plusieurs couloirs s'affichent devant eux, remplis de soldats nerveux. Le tintement de clés se fait entendre : plusieurs d'entre elles sont accrochées à la ceinture de la femme, se balançait sur sa taille.


Capturer et... emprisonner des individus spécifiques me rappelle de sombres périodes de l'histoire, mais je ne suis pas une fasciste. Je crois juste en la grandeur de l'Amérique, comme vous et tout les hommes dans cette pièce. Je vois que vous n'avez pas essayé de fuir, d'ailleurs. J'en suis ravie.


Je vous assure que les méta-humains d'en haut ne mourront pas. Au contraire, tous recevront un traitement ég...


Un bruit soudain se fait entendre, alors qu'une onde de choc blanche renverse les individus présents dans la scène, y compris la militaire. Atom pourra remarquer que quelques clés ont été renversées dans l'impact : libre à lui de s'en emparer pour les ranger discrètement dans une poche s'il le souhaite, ou d'éviter de les ramasser, ce qui lui permettra de ne pas subir la colère de leur propriétaire.


L'une des clés est noire et rouge, semblable à un Limiter, l'autre semble être la clé utilisé pour ouvrir la porte de l'étage V. Convénient !


Quoi qu'il en soit, personne ne remarquera le vol, alors que la femme se relève et se met à sprinter à travers le couloir. Une autre onde de choc se fait présente mais elle tient bon de façon courageuse, et bondit dans un autre couloir à droite. Quelques soldats s'écroulent mais la plupart hurlent et bondissent après leur supérieure, démontrant un degré de bravoure presque admirable.


Un choix se présente à Atom.


1. Attendre le retour de Nick et de la femme. Il perdra une chance de s'enfuir, mais pourra peut être avoir des réponses concrètes.


2. Fuir dans l'ascenseur et essayer de libérer les personnes dans l'étage V. Un début de riposte contre un endroit inhumain et vicieux, mais toutefois très dangereux pour sa vie et celle du gang.


3. Bondir pour aller voir l'épicentre de l'activité magique. 


4. S'écouler au sol et simuler un héroïque mal au ventre pendant que tout le monde se met en danger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 592
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Ven 24 Fév 2017 - 9:27
Si les premières expressions de ses compagnons de cellule sont d’abord strictes, Atom ne tarde pas à être surpris par leurs réactions une fois que ses réponses ont été formulées ; il ne s’attendait clairement pas à être ainsi salué et respecté, et serre automatiquement les mains qui lui sont présentées, sans réellement comprendre ce qu’il se passe.

« Euh… et bien… enchanté. »

La jeune fille semble sympathique, l’Asiatique massif mais gentil ; et la créature toujours hésitante et menaçante, mais il l’avait déjà noté.

« Je… euh… c’est gentil. Je ne fais que mon travail. »

La phrase est stupide, il s’en rend compte alors qu’il la prononce, mais il ne sait pas quoi dire d’autre. Ses joues rougissent légèrement – il n’est pas habitué à de tels éclats, et surtout ne les apprécie guère.
Ses pouvoirs, par un hasard destiné, correspondent pleinement à sa personnalité et à son rapport avec les autres ; bien souvent, il veut rapetisser et disparaître pour ne pas être confronté à autrui, et une étoile naine blanche lui en offre la possibilité… enfin, sauf en ce moment, merci cher Monsieur Necro.

Ces pensées s’effacent alors que Matthew relève celui qui s’avère être Ill-Bomber.
Ray se tait, ensuite, et croise les bras par réflexe, son index tapotant son menton dans son habituel geste de réflexion. S’il est encore usé et touché par les attaques magiques précédentes, son esprit prend le relais de son corps et se plonge dans l’analyse des informations transmises par ses nouveaux camarades ; et il y en a beaucoup.


« Je n’explose pas très bien, vous savez. Beaucoup ont essayé, mais je suis toujours là. »

Un petit sourire, un ton léger – mais la menace est plutôt claire, ainsi que son regard lourd de sens adressé à la créature.
Il se tourne cependant vers la jeune femme quand elle reprend, et acquiesce à ses premières paroles.


« Mort… oui et non. C’est compliqué, et ça l’est souvent dans mon domaine. Disons que la nouvelle de ma disparition a été vraie, mais que le décès a été repoussé. »

Il se tait ensuite, et la laisse continuer, en acquiesçant lentement aux informations apportées.
Le Camp Oméga, donc. Les limiteurs de pouvoirs, sûrement ce qu’il a désormais en lui. Chacun des trois prisonniers ici présents ont des capacités surhumaines récentes. Les Ravagers… comme le fils de Deathstroke ?
La jeune fille enchaîne sur sa famille, ses difficultés – puis Matthew prend le relais, et lance une bombe psychologique dans l’esprit de Ray Palmer.


« Sl… Slade Wilson est Président ?! »

C’est comme si l’enfer s’ouvrait sous ses jambes.
Deathstroke a tué Ryan Choi, sur mandat confié par Dwarfstar ; il a tué l’élève d’Atom, son successeur. Ray, dans un moment de faiblesse, a engagé le même mercenaire pour retrouver Dwarfstar et se venger… mais rien ne s’est passé comme prévu.
Dwarfstar est mort. Deathstroke a vaincu et humilié Palmer.
Et cette ordure est maintenant Président.


« C’est… je… OK. D’accord. Il est Président. »

Des enlèvements. Des emprisonnements. Des rafles.
Slade Wilson Président.
Mais qu’est-ce qu’il s’est passé en son absence ? Le monde est devenu fou ?!

Le scientifique n’a cependant pas le temps de s’y pencher plus : la porte de la geôle s’ouvre, une militaire pénètre dans la pièce, lui fait signe de la rejoindre. Elle fixe intensément Tess, et Ray n’aime pas ça – mais il se tait.
Il a appris la patience, la stratégie ; et les vertus d’une vengeance froide.
Sans rien dire, mais avec un petit signe de tête et un sourire confiants à ses nouveaux alliés, il suit la commandante et la rejoint dans un ascenseur. Il se tourne vers elle et l’écoute, alors qu’elle se lance dans un monologue, de présentation, de justification et d’excuse.


« Hum. »

Atom grogne, mais ne dit rien. Il note tout, cependant, et se rend compte que la mécanique répressive n’est pas entièrement automatique ; les consciences sont encore actives, et si les soldats suivent les ordres, cela ne leur plaît guère.
L’espoir demeure, donc. Et pourra être utilisé en temps voulu.
Lui qui a mené une véritable guérilla pendant plus de deux ans ailleurs, et qui a récemment participé à une guerre entre Morlaidhans et Katarthans en Amérique du Sud ; le scientifique se transforme lentement en chef de guerre, et cela se fait si naturellement qu’il n’en a guère conscience.


« Quel trai… »

Lui non plus ne peut guère finir sa phrase.
Le bruit brutal et l’onde de choc blanche le propulsent à terre, même si sa condition d’humain modifié l’a légèrement préparé. Il se remet donc plus vite – et avise les clés, au sol.
Lui qui vient de croiser de nombreux militaires nerveux, et a vu le maniement de clés similaires, ne peut résister à une telle opportunité. Quelques regards rapides autour de lui, et la confirmation qu’il y a là un Limiteur et une clé de la Section V qu’il vient de quitter… non, définitivement, c’est trop tentant.
Sans rien dire, et très vite, Atom s’empare des clés, qu’il cache dans ses poches sans que personne ne puisse le voir.


« Ca va ? »

Malgré l’enlèvement, malgré la situation, Ray Palmer demeure un homme sympathique – qui s’inquiète même de ses geôliers.
La militaire ne l’entend cependant pas et file vers un autre couloir, malgré une seconde onde de choc, qui fait grimacer le scientifique. De nombreux soldats en sont plus marqués, choqués, mais la majorité s’active et un brouhaha terrible s’installe.
C’est une chance – une chance de fuir, de rejoindre Tess et Matthew, de s’enfuir avec eux ; mais avec eux seuls.

Or, le Camp Oméga apparaît comme une gigantesque structure, dangereuse et terrible ; elle semble être un élément d’un abominable plan d’ensemble, qui révulse Ray jusqu’au plus profond de son âme.
Oui, il pourrait s’échapper avec Tess et Matthew… voir même ce taré d’Ill-Bomber. Mais les autres ? Et le reste du complot ?

Non… ce n’est pas possible. Ce n’est pas acceptable.
La mort dans l’âme, mais mû par une curiosité réelle, Ray garde les clés et se précipite vers l’épicentre du phénomène qui cause les ondes de choc. Il libérera le Camp Oméga et ses prisonniers – mais il protégera aussi ceux qui sont ici.
Question de priorité. Question d’héroïsme, même s’il n’acceptera jamais d’en être taxé. Question de modestie.


(HJ/ Je le répète, j’adore ce sujet ! Vraiment, merci beaucoup ! /HJ)


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 441
MessagePosté le: Ven 24 Fév 2017 - 18:18
Atom avait trois choix : L'un est celui du pragmatique. Récupérer ceux que l'on connait et quitter cet endroit maudit pour se réfugier chez des alliés. Il serait temporairement hors de portée de ses ennemis, mais aura laissé pleins d'autres méta-humains dans une prison de la taille d'un quartier de ville, et avec Nick Nécro dans les environs, il pourrait très bien être retrouvé.


La seconde option est plus aggressive, en prenant les armes avec ses alliés. Démanteler ce laboratoire de malheur et vaincre quiconque ose y jeter des innocents est noble, mais il se mettrait en danger avec tout les fuyards et pourrait être abattu, ce qui pourrait terrifier les méta-humains survivants. Cette option était la plus risquée, mais bien la seule où il pourrait obtenir un véritable triomphe.


La troisième est de savoir la cause de ce maëlstrom qui frappe le coeur de la base. Et c'est celle qu'il prend, conscient que la commandante ne semble pas être franchement mauvaise. Son choix, héroïque, est bien celui d'un membre éminent de la Justice League et de la Justice Society. Et, comme il va le voir, est sans doute la meilleure option.


Alors qu'il progresse, Atom découvrira que les couloirs sont étrangement larges, au point où il en penserait qu'il venait d'utilisé ses pouvoirs de façon inconsciente. Plusieurs voitures pourraient très facilement tenir dans ces immenses couloirs blancs. Elles auraient même bien assez d'espace pour rouler sans se soucier des murs. Un détail étrange, vu que les couloirs d'en haut sont bien plus petits, mais le plus important est devant.


En tournant un couloir, il remarquera deux choses : Les Ravagers, toujours en train de courir, ainsi que des sortes d'énormes tâches noires sur des murs ou le sol. Semblables à d'énormes veines, une observation prudente lui permettra de constater qu'elles semblent très lentement récéder en arrière. Leur emprise sur les murs blancs, ou même la vision de ces étranges veines, pourrait toutefois choquer le héros.


Il y'a quelque chose de pourri dans cette immense prison, plus pourrie qu'une simple histoire de gouvernement fasciste. Continuer lui permettra de constater que les murs et la lumière, normalement impeccables, sont de plus en plus corrompus alors que le groupe s'enfonce dans la Section Six. Les veines noires finissent par envahir complètement les murs et le sol, forçant notre homme à déambuler dans d'étranges couloirs de chaire noire et visqueuse, dans le noir total, seule la lumière des soldats le guide.


Il devrait être dégoûté, mais une étrange sensation de bien-être devrait saisir le professeur Palmer : La douleur qui lui reste encore se volatilise, le poids constant qu'il à au torse commence à se faire de plus en plus léger et son cerveau devient plus clair. Aussi incroyable que ça paraisse, cet étrange ramassis noir semble lui être bénéficiaire. Libre à lui d'y réfléchir, mais s'il continue sa course, il arrivera finalement dans une énorme salle blanche.


Remplie de rangées et de rangées de bureaux, avec des scientifiques et des ingénieurs qui se cachent derrière ces derniers ou se bousculent pour filer, Atom arrive devant une scène qui devrait lui être très étrangement familiaire.


Un énorme cocon noir se trouve pile au centre de la pièce, coincé entre plusieurs immenses aimants, et Nick Necro se trouve pile, se servant de la magie pour construire une sorte d'immense prison blanche. Cette prison, en forme de cristal, est composée de plusieurs couches posées les unes sur les autres, formant une lumière éblouissante. Le magicien se retourne vers la commandante, qui démontre un certain talent acrobatique en effectuant un salto depuis le sommet d'un escalier pour atteindre une sorte de console sur l'un des bureaux.


De façon professionnelle, la Ravager compose très rapidement un code sur la machine, qui semble protégée des veines noires (qui ont recouvertes toute la salle, bureaux et escaliers inclus). Une fois le code pressé, l'écran s'allume et les aimants proches du cocon s'activent pour électrocuter ce dernier. Un cri monstrueux mais étonnamment humain sort de l'abomination visqueuse, et la prison magique se complète finalement, alors que les veines noires... s'évaporent.


Une organisation militaire fasciste, des innocents emprisonnés, des bases immenses et cachées, des créatures étranges... de très mauvais souvenirs remontent probablement dans la tête de Ray Palmer alors qu'il s'approche de la commandante. Les Ravagers se lèvent pour aller essayer de l'intercepter, mais cette dernière fait un signe de la main pour les en dissuader, et pose sa main gantée sur l'épaule du héros.


Je vois que vous avez pris la décision de nous suivre ?

Quelques Ravagers ricanent, se moquant de la décision du héros. Leur chef semble plus abasourdie qu'autre chose, toutefois, et sourit derrière son masque.

Braver le danger alors que vous êtes affaibli... vous êtes bien un héros. Je vous félicite pour votre courage. J'espère que les autres pourront avoir un comportement aussi brave. 

CAMILLE !

Une voix interrompt le discours de la jeune femme : Nick Nécro, un peu fatigué. Cigarette en bouche, il se dirige vers le duo de façon énervée, mais se contente juste de saisir le bras de la Ravager pour l'emmener ailleurs, lançant un regard noir à Atom en se faisant. "Camille", tel est son nom, se débarrasse très rapidement de sa poigne et le suit, permettant à Atom de réfléchir à ce qu'elle voulait dire par "autres".


Ce n'est plus possible, Camille ! Il a fallu l'équivalents de 10 prisons runiques pour la contenir, cette fois !

Je l'ai bien vu. Il nous faudra combien de temps avant son prochain réveil ?


48 heures, assez de temps pour la tuer avant qu'elle ne se réveille.

Camille, qui se dirigeait vers Palmer, sans doute pour sortir, se retourne rapidement, sa voix et sa position indiquant clairement sa surprise.


La tuer ?!

Pas besoin de me répéter ! Cette méta-humaine est trop dangereuse, si jamais je ne suis pas là lors de son prochain réveil, elle risque de s'échapper ! Et si elle atteint une simple ville ou même un petit hameau de merde, le continent est foutu !

Nous avons presque développé l'engin pour la contenir. Nous l'aurons sous notre contrôle d'ici...


Ce n'est pas une question de "contrôle", c'est une question de vie ou de mort ! Cette chose affaiblit déjà ma magie et s'y adapte ! On peut pas éternellement la repousser ! 


Il tourne un oeil rageur vers Atom, et s'avance vers lui, poussant Camille ailleurs. Cette dernière lance son propre regards mauvais, mais ne fait rien pour empêcher son mouvement.


Je vais aller l'interroger, et je reviens ! Tu règles son compte à cette chose d'ici mon retour !


Sans protestations supplémentaires, il se téléporte avec Palmer. Camille ne semble pas avoir encore remarquée le vol des clés, mais selon le délai de l'interrogation, elle pourrait très bien s'en rendre compte... Palmer va devoir faire vite !


--


Les deux hommes apparaissent dans une salle quasiment vide, à l'exception de deux chaises et d'une table blanche. Encore irrité, Necro se sert de sa magie pour lancer Atom vers un siège, utilisant des sangles pour lier ses poings. De toute évidence, il ne s'est pas rendu compte que l'influence de l'étrange méta-humaine à détruite la bulle qui empêche Atom de changer sa taille. Ce dernier devra toutefois faire attention : la dernière fois que Ray Palmer s'est battu avec Nick, ce dernier avait utilisé sa magie pour triompher.


Si Atom veut utiliser ses pouvoirs pour s'enfuir, il devra battre Nécro en une seconde, ou attendre le départ de ce dernier.


Ha, les femmes... surtout celle-là. J'te jure, elle est sans cesse super sérieuse avec sa vision de l'Amérique, de l'armée glorieuse, et de la démocratie.


Revêtu de son sourire charmeur, Nick s'installe sur l'autre chaise et manifeste plusieurs cartes de poker.


Sans dec', elle irait coucher avec l'Oncle Sam s'il était réel. Elle dénonce des membres de sa famille, elle mène des Ravagers pour choper des mecs qui demandent rien... tout ça parce que son vieux alcoolique de père lui parlait de sa vision des Etats-Unis. Pour une gamine dans un ranch pourri, ça devait être le rêve, heh.

Il lève une carte, représentant la mort.


Mais assez parler de l'autre. T'es le sujet de l'attention, Palmer !


Manifestant encore plus de cartes que prévu, il entreprend de les jeter partout dans la salle, masquant la vision du super-héros. Quand ce dernier ré-ouvre les yeux, il se retrouvera... dans l'espace, toujours assis dans sa chaise, avec Nick dans la sienne. Devant eux se trouve la Lune, brisée, ainsi que les hordes de héros et de vilains qui se sont associés pour affronter la menace de l'Alliance Alien. Il voit la lumière verte de Kayle Rayner, il voit l'immense silhouette de Metallo et de Cyborg, il voit les débris de l'Alliance... et il se voit lui, en direction du portail.


Récemment, l'Alliance Alien à décidée d'attaquer la planète Terre pendant que la JLA, dont tu faisais partie, était perdue dans les méandres du temps. Devinez quoi ? La Lune est détruite, mais l'alliance alien est également complètement décimée. La partie est plus moins gagnée, mais faut quelqu'un pour fermer les portails temporaires, et tu décides de t'y jeter. 


Bondissant dans un portail, tu te retrouves face à une créature cauchemardesque alors que les failles du temps se ferment. T'es seul et affaibli, contre un géant de feu, dans les méandres du temps. Pour tout le monde, t'étais mort. Ils ont même fait un enterrement digne d'Hollywood.


Changemet de décor : les deux se trouvent tout près de la tombe d'Atom, où se trouvent tout les héros, gelés dans le temps. Impossible pour Palmer d'entendre les paroles de ses camarades, ou d'assister à l'intervention de "Golden Eagle". Le décor change de nouveau, remplacé par un Airstryke géant.


Et là, tu réapparais ! Après quelques mois d'absence, nos informateurs nous ont prévenus de ton retour pour vaincre une sorte d'oiseau de merde. Airstryke ? Rien à foutre de lui. Ce qui compte, c'est que t'étais bel et bien mort pour tout le monde, quand on à su que t'étais apparu comme ça, de façon totalement aléatoire, on était un peu surpris.


Nécro sourit, alors que le Airstryke géant est vaporisé. Seul du noir entoure les deux hommes, puis la pièce redevient normale.


L'on ne revient pas de la mort, sauf si l'on est Superman. L'on en revient encore moins quand on est emprisonné dans une dimension que les humains n'auraient jamais du pénétrer. Le président Wilson à une très simple question à ton encontre, qu'il m'a chargée de donner de sa part.

Il se penche en avant, équipé d'un sourire inquiétant.


Dis-moi, espèce de Jésus microscopique, comment est-ce que t'as survécu ? Comment est-tu revenu ?!





HJ) Encore un très bon post de ta part, Atom Smile

Tu as plusieurs choix :

1) Répondre, l'option la plus "sûre".

2) Mentir de façon habile, éviter de dévoiler ta resurrection surprise tout en t'offrant, encore une fois, de la sûreté. Attention à ce qu'il ne voit pas le pot aux roses !

3) Le surprendre avec tes pouvoirs, désormais accessibles sans aucun malus, et l'assommer en un éclair. L'option la plus rapide mais tu seras en danger de façon permanente.

4) Demander une pause WC.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 592
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Lun 27 Fév 2017 - 18:01
Atom s’enfonce dans la prison souterraine, donc.
Ayant refusé les options qui s’offraient à lui pour s’enfuir ou mener immédiatement une révolte, il suit l’origine des étranges bruits et vibrations, qui semblent concerner la base entière. Alors qu’il s’avance, discrètement et prudemment, il entrevoit de très nombreux membres de la Section Ravagers qui courent dans tous les sens, terrorisés.
Quelque chose ne tourne pas rond ; même pour un camp souterrain pour contenir des surhumains en plein secret, quelque chose ne tourne pas rond.


« Hum. »

Le scientifique grogne – mais continue d’avancer.
Autour de lui, l’environnement change, est impacté par ce… quelque chose, qui énerve et excite tout le monde. Ses sourcils se froncent, alors qu’il découvre que des tâches sombres lézardent désormais les murs, s’imposent sur la structure même de la base.
Ces tâches – ces tâches sont noires, étranges, dangereuses. Il réprime difficilement un frisson qui montait en lui… avant de sentir, soudain, autre chose.

Un bien-être.
Une sensation de calme, de douceur, de volupté.

Une bouffée de bonheur, de tendresse interne explose en lui. La fatigue disparaît. La douleur disparaît. L’inquiétude, qui rongeait jusque-là son être et endommageait son estomac, s’estompe.
Il se sent bien.
Il comprend, donc, que la situation est grave.


« Ca… ça ne sera pas aussi facile… »

Ces quelques mots murmurés par des lèvres crispées par une grimace sont là pour l’encourager, le forcer à avancer – et à clarifier son esprit.
Il ne va pas bien, non. Malgré tous les signaux transmis par son corps, il se force à se concentrer, à replonger en lui-même, à rechercher la douleur et le malaise ; il se force à aller mal.
Il se force à affronter la réalité, après avoir passé une existence entière à la fuir. Ray Palmer a définitivement beaucoup changé durant son absence.

Au bout de quelques instants, il parvient dans une autre zone, remplie de bureaux derrière lesquels des Ravagers sont cachés. Au centre de la salle se tient un cocon étrange, luminescent, autour duquel agissent ce fichu Nick Necro, ainsi que la commandante croisée précédemment.
Plutôt que de se cacher, le scientifique se met en position d’attente et de défense – prêt à agir, au cas où. Il n’en aura cependant ni le besoin, ni l’opportunité.

Le magicien parvient à stopper la situation, et la commandante se tourne vers Atom pour relever sa présence. Il est prêt à sortir une petite réplique bien sentie, mais Necro le prend de vitesse – et l’énerve, une fois de plus.


« Humf. »

Nouveau grognement, nouveaux poings serrés. Ceux-ci sont destinés à s’abattre violemment sur la face de cet enfoiré, et ça sera un moment très joyeux.
Il ne dit rien, cependant. Il ne dit rien quand Necro malmène la jeune femme, provoquant une brutale bouffée de rage qu’il tempère difficilement. Il ne dit rien alors que de nombreux éléments importants sont relâchés durant cette conversation : il y a donc d’autres Héros ici ; le cocon emprisonne une femme, ou au moins une créature féminine ; Necro ne parvient plus à la bloquer, malgré une déferlante magique ; la Science est mise à contribution pour la contrôler, et ce n’est jamais une bonne idée de mélanger sorcellerie et mécanique ; et Nick veut la tuer, mais entend avant tout interroger Ray avant cela.

Ce dernier ne dit rien, non.
Il se laisse même faire, quand le sorcier le bouscule et l’amène ailleurs, utilisant ses capacités extraordinaires pour les téléporter.
Atom se laisse faire, mais adresse un dernier regard entendu à Camille, la jeune femme qui est en train de bénéficier d’un a priori positif de sa part ; un regard ambivalent, mi-gentil et compatissant, mi-lourd et déterminé.
Camille ne semble pas foncièrement méchante, non ; mais elle participe à une entreprise maléfique. Et cela aussi, ça se paiera à terme.


**
*
**

« Grumf. »

Palmer s’écroule à terre, grognant et contenant un rejet brutal depuis le cœur de son estomac ; la téléportation, ce n’est vraiment pas pour lui.
Sans prévenir, et avec une bonne dose de sadisme, Necro utilise sa magie pour le transférer violemment sur une chaise métallique. La salle est blanche, vide, hormis une table et deux sièges désagréables. Des sangles entourent soudain ses poings, et l’empêchent de bouger.

Ray se laisse faire – il n’a pas le choix, après tout.
Mais il doit surtout retenir un grand sourire, qui veut apparaître sur son visage.

Il le sent.
Il sent son pouvoir revenir pleinement en lui. Il sent que le blocage, le verrou imposé par Necro précédemment a sauté. Ce n’est pas la même sensation que lorsqu’il s’approchait du cocon – non, c’est la réalité.
Le blocage a sauté. Il peut à nouveau utiliser ses pouvoirs.
Le jeu reprend.


« Heureux de retrouver le plaisir de votre concentration, Nick… »

Le scientifique rebondit après que Necro ait décidé d’arrêter de parler de Camille – même s’il en a déjà trop dit.
La jeune femme est donc une ardente patriote, ce qui n’est guère étonnant pour quelqu’un faisant partie d’une telle structure gouvernementale. Cependant, cette histoire de ranch ? De père qui a vanté l’Amérique ? Il n’a rien dit, pas réagi – mais ceci est familier.
Ceci pourrait faire apparaître un étrange lien entre Camille et Tess, la prisonnière sympathique rencontrée dans la section V. A voir pour la suite, mais ce n’est sûrement pas anodin… son expérience lui a appris qu’il n’y a pas de coïncidence dans son mode de vie, uniquement des perches tendues par le Destin pour survivre.

Necro enchaîne en utilisant un paquet de cartes, dont l’envoi dans la pièce aveugle Ray – qui rouvre les yeux pour se découvrir… ailleurs.
Ou, en tout cas, dans une sacrée bonne illusion.


« Ah. Pas mal. Ça doit faire fureur, sur scène. »

Une petite pique, pour masquer son malaise.
Pour les gens restés sur Terre, les images que Nick montrent n’ont que quelques mois : l’attaque de l’Alliance Alien, menée par les Durlans dans un plan ambitieux, lié à un accord avec le Time Trapper pour modifier la course du Temps lui-même ; mais, pour lui, cela a plus de deux ans – mais il n’a jamais cessé d’y penser.
Ces moments, ces souvenirs ont hanté ses nuits et ses psychoses quand il a dû survivre, seul, dans un environnement dangereux. Il grimace, bouge sur sa chaise, définitivement mal à l’aise.
Il a dû abandonner ses amis, ses alliés… et survivre, malgré tout. Affronter l’horreur. Plonger dans l’abîme, et en revenir ; à un prix qui sera, toujours, trop élevé.


« J’aurais pensé qu’ils m’enterrent dans un micro-cercueil… c’est pas mal, finalement. »

L’humour comme moyen de défense, alors qu’il découvre son enterrement. Il réprime difficilement des larmes de rage, de douleur et d’émotion alors qu’il entrevoit ceux qui sont venus lui rendre un dernier hommage.
Nick enchaîne, cependant, en montrant Airstryke – l’événement de la veille, en fait. Même s’il a une impression contraire, cela fait moins de quarante-huit heures qu’il est revenu en ville… et il est déjà plongé dans les difficultés jusqu’au cou.

Le sorcier fait disparaître l’illusion, et tous deux reviennent dans la pièce classique.
Il s’approche alors de son prisonnier, arrogant et suffisant. Il l’interroge sur sa résurrection, il le pousse dans ses retranchements en envoyant des provocations inacceptables, en cherchant à provoquer la fureur en lui.
Et il sourit – Nick Necro sourit, car il maîtrise la situation, il est ici en plein contrôle.
Il se trompe.


« Oh, c’est très simple, Nick. »

Le sorcier n’est qu’à quelques centimètres de lui, penché et souriant – triomphant.
Mais Ray sourit, lui aussi.


« Je n’ai jamais été tué – j’ai disparu dans un vortex temporel, où j’ai passé plus de deux ans à me battre pour survivre et revenir.
Comment je suis revenu, donc ? En me battant. En arrachant mon retour à mes ennemis, et parfois à leurs cadavres. »


Et, sans prévenir, la jambe de Ray s’arrache de ses liens pour que son genou remonte brutalement vers l’entrejambe du sorcier.
Si la douleur est terrible, elle pousse surtout Nick à se baisser par instinct – juste ce qu’il faut pour que sa mâchoire rencontre le poing de Palmer, qui s’est arraché de ses sangles. L’impact est terrible, brutal, car la main du scientifique a la masse du béton armé.
Ce n’est cependant pas terminé : l’autre main d’Atom s’est aussi libérée, agrippe Necro alors qu’il remonte et souffre, et l’amène violemment vers lui – pour que leurs crânes s’entrechoquent. Cependant, la tête du scientifique ayant désormais la moitié de la masse d’une ville entière, le choc est terrible… et projette brutalement le sorcier plus loin.


« Comme j’arrache ma putain de liberté à ta sale gueule. »

Ray Palmer n’a pas besoin de ceinture pour rapetisser. Et il n’a pas besoin de rapetisser pour changer la masse de son corps.
Désormais libre, debout, redressé, il adresse un regard plein de fureur contenue vers Nick Necro, avant de se masser les mains par réflexe.


« Mais t’en fais pas… même Mongul s’est fait avoir, durant ma résurrection, comme tu dis. »

Atom se précipite ensuite vers la porte, qu’il tente d’ouvrir d’abord manuellement, puis avec les clés dérobées.
S’il parvient à sortir et à déboucher dans un couloir, il tentera de retrouver la trace du cocon et de la commandante autant pour procéder à quelques vérifications d’usage que pour l’interroger sur cette base et la suite.
Nick a, objectivement, été durement impacté par les coups – il ne se relèvera pas de sitôt. Il a, normalement, un peu de temps devant lui…


(HJ/ J’ai adoré ton message, merci ! Je me suis permis de m’avancer un peu sur la fin, dis-moi si ça te dérange ! /HJ)


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 441
MessagePosté le: Lun 27 Fév 2017 - 21:18
Pendant toute l'interrogation, Atom conserve un ton calme. S'il est affecté par les visions, il n'est certainement pas désireux d'exposer ses émotions troublées au malfaiteur qui se tient devant lui. Utilisant l'expérience acquise au cours de ses deux ans d'enfer, il fait des piques, blague et garde son calme alors que les images défilent devant lui. Nick sourit de façon énigmatique en réponse, voyant sans doute à travers le déguisement.

Son expression devient légèrement irritée alors que Ray précise les conditions de son retour. Il n'a jamais été tué, et n'a jamais même posé un pied dans l'autre monde. Son apparition miracle, il la doit à un combat désespéré de deux ans contre des forces extra-dimensionnelles ou aliens. Cette bataille pour la survie, alors que ses alliés le pensaient mort, lui as permis de s'adapter, de devenir plus fort et efficace encore.

Nick en avait fait l'expérience, et il est sur le point de la refaire. Sans doute un peu irrité et fatigué à cause de son combat contre l'étrange cocon, il ne remarque pas qu'Atom n'a plus de barrière sur lui. Son adversaire, à l'inverse, à bien retenu la leçon de leur première joute : Nick est fragile, mais sa magie est extrêmement puissante. Le mettre K.O de façon rapide est une stratégie clé qu'il à bien apprise.

Quand le coup de genou le frappe, le magicien bondit en avant, posant instinctivement ses mains sur son entrejambe blessée. Ses yeux, exorbités, reflètent toute sa surprise et sa fureur, il ouvre la bouche pour essayer d'invoquer de nouveaux éclairs magiques mais le poing du professeur l'intercepte et le jette dans les airs. Le sang et les dents s'envolent, aspergeant jusque au plafond, alors que le super-héros se libère de ses sangles et capitalise sur la vulnérabilité du magicien.

Un coup de tête de maître est asséné, rappelant les beaux jours du Football Français, alors que Nick est jeté au sol, cassant la table en deux. Le coup de boule était légèrement superflu, vu que le bonhomme était déjà assommé au moment où le poing était entré en contact avec lui, mais il est satisfaisant. Et de plus, l'on n'est jamais sûr de rien avec un magicien.

Jetant une dernière phrase, qui ne sera malheureusement entendue de personne, Atom ouvre la clé de la salle d'interrogation, lui révélant un long couloir banc, sans rien de vraiment intéressant. Fermant sans doute la porte derrière lui, Atom peut envisager de marcher jusque aux escaliers à l'autre bout, ou trouver un moyen de dissimuler le corps de Nick. Ce dernier est quasiment dans un coma vu la fureur physique qu'il vient de recevoir, mais s'il se réveille, il lui faudrait bien un seul mot magique pour se restaurer la santé et entamer une revanche violente.

Quoi qu'il en soit, Atom progresse à travers les escaliers et découvre une porte toute simple. L'ouvrir lui permettra de réaliser que Nick avait décidé de se téléporter dans une petite salle bien loin du camp Oméga. Une fois la porte ouverte, le héros pouvait bien contempler l'abomination cachée du gouvernement de Deathstroke.



Plusieurs choix s'offrent à lui : Y aller à pieds ou réduire sa taille et bondir sur le toit d'un des camions tout proche, ce qui lui permettrait de rentrer de façon discrète. La seconde option lui permettra de mieux voir le garage de la base, où se trouvent plusieurs autres camions. Quelques méta-humains innocent en sont extraits par des soldats avec des armes, aboyant des ordres aux hommes, femmes et enfants effrayées et les incitant à rejoindre une ligne de méta-humains emprisonnés.

Un autre camion, en mauvais état, est également présent. Plusieurs Ravagers sonnés y sont extraits par leurs collègues, qui semblent plus craintifs. Le véhicule de son ravissement, semble t-il. Cette vue plus proche du camion lui donnera une bonne vue sur le siège du pilote, vide. Naturel... si ce n'était pour le fait que les autres camions roulaient également sans conducteurs, sans doute grâce à une intelligence artificielle, ce qui expliquait la conduite parfaite du véhicule.

Après quelques secondes, notre homme pourrait jeter un coup d'oeil sur les lignes de méta-humains, il y constatera que Camille se trouve de nouveau devant ces derniers, toujours dissimulée derrière son casque et son armure. Contrairement à ses soldats, qui semblent énervés et nerveux, elle reste parfaitement calme et semble faire fi des nombreuses insultes lancées à son encontre.

Un des prisonniers, plus énervé que d'autre, fait un geste surprenant qui pourrait permettre à Atom de mieux s'infiltrer jusque à la commandante : criant de rage, l'homme, plus musclé que le reste des prisonniers, déchire ses chaînes en plusieurs petits morceaux et se jette promptement envers Camille, balayant les soldats sur son chemin avec un coup de main massif.

Plusieurs Ravagers se jettent sur lui, essayant de lui barrer la route, mais il s'empare seulement de la jambe d'un d'entre eux pour en faire une batte de baseball vivante, éparpillant le groupe de soldats tout en les jetant au sol. Quelques militaires plus loin brandissent des armes à feux, mais le méta-humain agressif jette simplement son arme humaine sur eux. Les soldats d'élites, incapables de réagir à temps, sont touchés de pleins fouets et envoyés en arrière.

Continuant son avancée victorieuse, le méta-humain lève son bras musclé pour l'abattre sur le crâne de Camille, mais cette dernière esquive l'attaque de façon experte et lève les deux mains pour les abattre sur les oreilles du titan, le désorientant, et lui permettant de se pencher pour lui infliger un coup de poing dévastateur sur le foie. Son adversaire, pris de plein fouet, s'écroule en arrière sous le regard surpris de la foule.

La commandante, prouvant définitivement que son titre était mérité, fait quelques gestures très énervées envers les soldats encore debout, leur signalant de ramasser le méta-humain tombé ainsi que leurs partenaires, et s'occupe personnellement d'aller en aider certains avant l'arrivée de quelques docteurs. Une fois toute l'action passée, elle se retourna promptement pour marcher vers le bâtiment, permettant à Atom de la suivre.

La jeune femme descend quelques escaliers, faisant signe à ne pas être suivie par les autres, et ouvre la porte des toilettes avant de les refermer. Elle vérifie qu'il n'y a personne d'autre, sans remarquer le docteur Palmer, et enlève son masque. Toutes suspicions d'un lien familial avec Tess se confirment : Elle est identique sur tout les points, avec la même coupe de cheveux, les mêmes yeux et autres. Elle n'a pas de cicatrices, toutefois, ce qui est bien la seule chose différente.

Si Tess venait à enfiler l'armure, le staff serait incapable de la différencier de Camille, qui ouvre le robinet avant de s'éclabousser le visage avec ses gants.

Atom à un choix : Interagir de manière pacifique (en sachant qu'elle est quand même patriotique et équipée d'armes), interagir de façon plus musclée ou attendre. Le choix lui revient, mais il n'a clairement pas le temps de son côté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 592
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Ven 3 Mar 2017 - 20:24
(HJ/ Désolé pour le retard ! Merci encore pour ce super sujet. /HJ)

Régler son compte à Nick Necro a été un immense plaisir.
Mais ce n'est définitivement pas une fin en soi.

Parvenant à ouvrir la porte de la pièce d'interrogatoire, Ray Palmer débouche dans un long couloir blanc, donnant sur un flanc sur une cage d'escalier, et sur l'autre sur un virage mystérieux.
S'il est sûr que son adversaire ne se relèvera pas rapidement de la bastonnade qu'il vient de subir, il sait très bien que Necro a des capacités au-delà de la normale - et que sa vengeance n'en sera que plus terrible. Il ne peut se permettre de le laisser ainsi, à la portée du premier curieux venu.
Décidé, le scientifique se tourne vers le virage, qu'il remonte et où il découvre une impasse - mais avec un placard encastré. Un petit sourire apparaît sur ses lèvres, alors qu'il retourne dans la pièce et traîne Nick derrière lui. Il finit par l'amener devant le placard, et à l'y enfermer en forçant un peu sur les épaules et les genoux ; un joyeux bordel d'éléments de ménage est ainsi écrasé par le poids du sorcier, offrant à nouveau une bouffée de plaisir coupable à son vainqueur.


"Bon... une bonne chose de faite."

Déterminé, il retourne dans le couloir et embraye dans les escaliers, qu'il parcourt jusqu'à parvenir à une porte simple.
Prenant une grande inspiration, il l'ouvre - et découvre que cet enfoiré de Nick l'a emmené bien loin du Camp Oméga, ce qui ne l'arrange guère en général mais lui permet d'en savoir plus sur l'organisation de ses ennemis ; et ça ne lui plaît définitivement pas.


"Oh."

Un camp, un gigantesque camp.
Mais de quoi ? Dans quel but ?
Cette question tenaille ses tripes, et fait apparaître une grimace sur son visage. Il réfléchit à la meilleure manière d'en apprendre plus, quand un camion passe à proximité ; immédiatement, il réagit, rapetisse, pour qu'Atom puisse modifier sa masse et aller directement sur le toit du véhicule.
Profiter de tout transport gratuit et discret est bien plus facile avec ses capacités qu'avec celles de quelques camarades de la Justice League... autant l'utiliser à fond.

Durant le voyage, il entrevoit les autres camions, desquels sont expulsés des surhumains et des prisonniers ; il ne supporte toujours pas ces visions.
Il prend cependant sur lui, pour éviter de foncer sur les Ravagers et leur causer le tort qu'ils méritent ; mais ça ne devrait plus tarder.
Ses yeux se posent également sur un véhicule surprenant, qui lui rappelle quelque chose. Les Ravagers qui en sont sortis, blessés et sonnés, font naître un léger sourire, quand il comprend qu'il est responsable de ces douleurs - ils l'avaient mérité, après tout.

Il continue d'observer la zone... et tombe sur Camille, la surprenante commandante qui lui avait fait une relative bonne impression.
Celle-ci fixe une assemblée de surhumains prisonniers, obligés de s'aligner comme lors des pires moments de l'Humanité. Si Ray continue d'avoir un a priori positif, ce dernier est égratigné par cet aperçu disciplinaire et terrifiante.
Cependant, l'esprit de Palmer est rapidement occupé par la découverte d'un surhumain qui décide de tenter une percée directe et suicidaire ; il se libère de ses chaînes, et fonce en hurlant et en repoussant tout ce qui tente de l'arrêter. Et il est sur le point de réussir !


"Ah."

Alors qu'une véritable panique s'empare des Ravagers, et qu'un souffle d'espoir anime les coeurs des prisonniers qui assistent, surchauffés, à l'événement, Atom décide de tomber du camion - pour en voir plus, plus près.
Camille parvient à stopper celui qui semblait jusque-là invincible, confirmant qu'elle est une force sur laquelle compter, malgré son apparence douce et ses bonnes manières ; le scientifique n'en est qu plus troublé, ne goûtant guère de devoir s'opposer à elle, mais ne pouvant bien sûr tolérer de telles attitudes.
A petite taille, il vole en manipulant sa masse pour s'approcher discrètement des officiers des Ravagers, qui se font sévèrement remettre en place par Camille. Quasi-invisible à si petite taille, il assiste à la scène en suivant aussi, du coin de l'oeil, la récupération du surhumain révolté - et il secoue la tête, clairement peiné et énervé par la situation.

Atom profite cependant de la décision de la commandante d'aller dans le baraquement des WC pour la suivre.
Loin de lui l'idée de s'abaisser à une curiosité malsaine ou à un quelconque vice, mais il a besoin de voir avec elle certaines choses - et non, pas ces choses-là.
Palmer suit donc la jeune femme, et assiste à la confirmation de ce qu'il pressentait : elle partage un lie terrible avec Tess, et ça ne lui plaît toujours pas. Il grimace en songeant à ce qu'elles peuvent être, à ce que leur destin leur a imposé... mais il ne peut pas réfléchir longtemps.
Beaucoup trop est en jeu ; beaucoup trop repose sur lui.


"Commandante."

Sa voix, lourde et déterminée, s'élève dans la pièce vide.
La seconde d'après, Ray Palmer active ses pouvoirs - et reprend une taille normale juste aux côtés de la jeune femme.


"Nous avons à parler."

Il pose sa main sur le lavabo, et lance un regard terrible à Camille.

"Qu'est-ce que le Camp Oméga ? Qu'est-ce que vous faites ici ? Et quel est votre lien avec la prisonnière de la Section V ?"

Une série de questions, directes et franches.
Atom est fatigué, usé - et énervé, surtout. Il n'a plus l'envie de perdre du temps avec de la politesse ou des simagrées.
Il va droit au but ; qu'importe qui ou quoi il doit briser pour y arriver !


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 441
MessagePosté le: Sam 4 Mar 2017 - 12:29
La commandante continue de se laver le visage, semblant plus agitée qu'elle ne l'était devant les méta-humains emprisonnés. Sans doute pensait-elle aux menaces de Nick Nécro, ou comment vaincre la monstruosité au sein de la base. Dans tout les cas, sa façade de calme semblait se désintégrée de façon progressive même sans l'intervention d'Atom.

Quand Atom reprend sa taille normale, Camille reste très brièvement figée de surprise, les yeux écarquillés. Elle ne réagit pas quand il entreprit de l'appeler commandante, et elle lui fallut bien quelques secondes de trop pour finalement bouger quand il entreprit de couper son lavabo. Elle ne s'attendait pas à la désagréable surprise, c'était un fait.

Bondissant de l'autre coté de la pièce en un instant, le regard de la jeune commandante se fixa sur Atom, légèrement paniqué, avant de finalement se calmer quand il entreprit de lui poser des questions. Pour elle, quelques minutes s'étaient écoulées depuis le départ et le retour d'Atom. En l'espace d'un temps minime, il avait réussi à se débarrasser de Nick Nécro tout en retournant au camp. La surprise de Camille était compréhensible : le héros avait défait son némésis en moins d'une minute, et avait retrouvé ses pouvoirs.

Etant incapable de stopper Palmer, bien trop fort pour elle, Camille ne put que soupirer tout en posant contre un mur, bras croisés. En dépit de sa situation délicate, son regard est fort et déterminé. Elle est coincée avec Atom, oui, mais elle ne le craint pas. Son courage est admirable, au point qu'il en est dommage qu'elle ne soit pas dans le camp de Palmer.

La première question se porte sur l'immense structure qui les entoure, le Camp Oméga. La commandante reste collée au mur, bras croisés, et cherche ses mots avant de répondre.

Le Camp Oméga est une ancienne base de super-vilains située sous terre, près d'Ivy Town. J'ai personnellement mené un bataillon pour les chasser, et j'ai proposé de garder le lieu pour le gouvernement. Nous y rassemblons les méta-humains pour faire d'eux des "héros" aptes à défendre nos valeurs.

Le terme utilisé est aussi intéressant qu'énigmatique. Elle semble se concentrer sur l'autre question, cependant, qui est la raison de sa présence dans cet endroit.

J'ai été personnellement choisie par les hautes sphères du gouvernement pour cette mission. Mes compétences, reconnues par la nation, m'ont élevée au rang de commandante. Tout cet endroit m'appartient, et mes seuls supérieurs se trouvent à la Maison Blanche. Nick Nécro me parle ainsi parce qu'il est important au sein du camp, mais dès qu'il n'aura plus d'utilité, je m'arrangerais à ce qu'il paye pour le traitement ignoble qu'il vous as infligé... même s'il semblerait que vous vous êtes déjà chargez.

Elle pointa du doigt une petite épingle sur le torse de l'amure, munie d'un sourire étonnamment enfantin. Son attitude sombre revint promptement au galop quand son interlocuteur entreprit de mentionner la prisonnières de la section V, Tess. En fait, elle semblait même "énervée", en dépit son aspect normalement stoïque. En vérité, ses mains semblaient trembler, au point où elle en fut forcée de les poser sur son casque pour se calmer.

Oui, Tess est ma soeur ingrate.

Elle observa Atom avec un air lasse, et entreprit de débuter son histoire.

Je suis son aînée de quelques années. Notre père était normal, et notre mère était une méta-humaine. Tess hérita de ses pouvoirs, et pas moi. Après quelques mois, toutefois, notre génitrice se volatilisa, pour des raisons que j'ignore.

Je m'occupais de ma soeur, pour compenser. La vie au ranch était agréable mais ennuyeuse, la seule chose qui nous occupait vraiment, c'était les histoires de Papa. Il était un ancien soldat qui nous racontait comment l'Amérique était la terre des braves, destinée à unir le monde sous sa bannière pacifique.

J'y croyais, Tess aussi. Je rejoignis l'armée dès que j'atteignis l'âge nécessaire et monta très rapidement dans les rangs. Je possédais un grand talent, rapidement remarqué par mes instructeurs. Des situations de plus en plus dures, de plus en plus réelles s'opposaient à moi, mais je réussissais toujours à les surmonter. Je rejoignis rapidement les forces spéciales, et j'étais... heureuse. Moi, la petite fermière dans un coin du Texas, dans les troupes d'élites ? C'était magique.

Tess aussi avait le même talent que moi, j'étais fière d'elle, vous savez ? Elle et moi allions changer notre patrie pour le meilleur, j'étais optimiste... et vint les invasions.

Elle grimaça, n'aimant manifestement pas la suite des évènements. Déballer sa vie devant un parfait inconnu aussi.

Les Parasites vinrent, puis l'assaut lunaire. A chaque fois, je faisais partie du combat, à chaque fois... j'étais inutile. L'armée était inutile, particulièrement pour l'assaut sur la Lune. L'Alliance Alien nous aurait écrasé en quelques instants, nous étions des enfants sans défenses face à une armada technologique sans pitié. La Lune fut brisée sous nos propres yeux, même... nos missiles nucléaires, nos armes les plus puissantes, furent hackées sans effort pour contrer des projectiles.

C'est là que j'ai réalisée que nous étions faibles. Imaginez comment cela aurait été sans la Ligue : un massacre facile pour les aliens. Moi, Tess, toutes les personnes dans cette base, ils nous auraient tous tués sans aucune pitié. Il fallut l'intervention miracle de plusieurs héros pour repousser l'apocalypse. Je vous en remercie, d'ailleurs, et je ne vous accuse pas. Vous avez choisi de vous sacrifier, je respecte ça.

Elle soupira.

En somme, la glorieuse armée de mon père n'était qu'un tigre de papier contre les forces de l'espace. Amanda Waller le savait, et c'est pour ça qu'elle m'a proposée un plan.

Son air sinistre devint plus joyeux, d'un coup.

Un plan simple : Nous allons prendre tout les méta-humains en Amérique, et nous allons faire d'eux des héros. Pas les exterminer, entendez vous. Nous allons juste éveiller leur potentiel pour qu'ils puissent protéger la nation. De cette manière, la Ligue pourra organiser ses propres actions dans d'autres mondes si elle le souhaite, l'Humanité sera protégée par ses propres héros !

Vous réalisez ce que ça veut dire, non ? Des gens costumés s'en iront pour affronter les villains, ils sauveront des vies ! L'Humanité aura d'autres protecteurs pour aider les héros ! Vous ne serez plus seuls, vous n'aurez plus le besoin de vous sacrifier !

Son sourire grandit, et son discours devient de plus en plus fanatique. Pour un moment, toutefois, elle retrouve son calme habituel.

Mais Tess n'était pas d'accord, pour elle, c'était trop... brutal, sans éthique. Je suis d'accord avec elle mais comment agir si l'on n'est pas prêts à faire des sacrifices ? Elle disait que le monde devrait s'unir de façon naturelle, au lieu de forcer l'union, mais elle ne réalise pas que la prochaine menace pourrait venir dans quelques heures !

Elle a même organisée un petit groupe pour stopper les Ravagers ! Devant sa décision, je n'ai pas eu le choix : je l'ai dénoncée et assommée avec son ami.

Lentement, Camille entreprit de remettre le casque.

Est-ce que que je regrette mon choix ? Oui. Je ne peux plus dormir, je ne peux plus profiter de la vie en sachant que je fais souffrir d'autres personnes et je sais que l'on me déteste. Si cette affaire est découverte, je rejoindrais les pires monstres de l'Humanité dans la mémoire collective. J'en suis consciente, mais... si jamais mes actions peuvent élever mes siens, si mes actes permettent à mes compatriotes de vivre sereinement, si mon sacrifice peut sauver le monde, alors je prends toute cette responsabilité, toute cette haine sur moi.

Elle fit craquer ses doigts, enfilant finalement le casque.

Désolée, Atom. Mon rêve ne mourra pas. J'ai fait bien trop de choses pour que ce camp s'effondre. Tu devras marcher sur mon corps si tu souhaites détruire ce camp !

De façon brave, elle prend une pose de combat, ses mains tremblant légèrement à l'idée d'affronter un héros. Atom pourrait fuir ou l'affronter... mais des bruits de pas lourds et inquiétants se rapprochent des WC, pas ceux des Ravagers, ou même des soldats, non, c'est un bruit... différent, le genre qui donne la chair de poule de façon instinctive.

Il y'a pleins de... sorties de cette salle. Quelle décision sera prise par Palmer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 592
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Mar 7 Mar 2017 - 19:31
Atom a conscience de causer un choc à Camille, en apparaissant ainsi et en délivrant un discours plein d’autorité et de fougue. Il accepte donc qu’elle ait besoin de nombreux instants pour se reprendre, pour comprendre l’ampleur de la situation – saisir que son équilibre a changé.
Lentement, il croise les bras et attend, tandis que la jeune femme ferme le robinet et parvient à retrouver son calme – mais sa patience ne tarde pas à être récompensée.


« Hum. »

Il grogne rapidement, dès le début de son propre discours. Au-delà du Camp Oméga lui-même, et de le menace incarnée par la Section Ravagers et le mandat du Président Wilson, il n’apprécie guère de savoir que des Vilains s’étaient réunis à proximité d’Ivy Town ; il a toute confiance en Jade pour protéger la ville, mais craint que cette dernière fasse bientôt l’objet d’une attaque massive… après la crise avec Krona et Libra, elle n’a pas besoin de cela.

Ray fait cependant fi de ces éléments, et écoute la suite de la réplique de Camille.
Il tique, bien sûr, sur ces quelques termes : faire des Héros aptes à défendre des valeurs, Necro qui allait payer dès qu’il n’aurait plus d’utilité… ce sont des paroles, des concepts qui ne lui plaisent absolument pas, et son visage exprime très rapidement son rejet de ces éléments.


« Nick Necro m’a enlevé et torturé : au-delà de l’environnement légal des Etats-Unis d’Amérique, sa conduite est en violation des accords signés par notre Nation. J’ai agi en légitime défense – en n’y allant pas de main morte, je l’avoue. Mais, quoi qu’il arrive, Nick Necro devra être jugé pour ses crimes… envers moi, et envers tous les autres. »

Il acquiesce lentement après ses paroles, après sa mise au point. Il serait tenté d’esquisser lui-même un sourire au réplique à celui, sympathique et enjoué, de la jeune femme – mais l’environnement est trop martial, l’ensemble trop grave pour se le permettre.
A nouveau, son visage se ferme quand la commandante poursuit, et confirme le lien de parenté avec la prisonnière Tess.
Gravement, Palmer écoute la suite du discours de Camille, qui évoque une enfance idéale voire idéalisée dans un ranch au plein cœur du pays. Combien de jeunes ont grandi, des rêves plein les yeux, les bonnes vieilles valeurs américaines gravées au cœur… et qui ont explosé en plein vol, quand la dure réalité du véritable quotidien américain les a impacté en pleine face.

Il note, bien évidemment, les éléments nécessaires et utiles dans son esprit, notamment l’héritage métahumaine de Camille qui serait absent – ou endormi, de nombreux métahumains devant être activés plus ou moins fortement.
Il fait cependant fi de ces réflexions quand la commandante évoque les invasions… qui rappellent de lourds souvenirs pour le scientifique.


« Hem… je connais. J’ai affronté les Parasites, puis… l’Alliance Alien. Enfin, pas personnellement, je n’ai pas été sur le champ de bataille de la Lune. Mais j’ai, en effet, participé à la lutte pour protéger la Terre. »

Son visage se ferme encore plus quand Camille exprime ce sentiment d’inutilité, d’impuissance devant les horreurs qui attaquaient son monde – et contre lesquels elle ne pouvait pas grand-chose.
Il se surprend à acquiescer, parvenant à comprendre comment des militaires pleins de rêves et de certitudes puissent se sentir perdus, puis rapidement enragés de n’avoir pas pu faire leur métier.
Atom fuit, cependant, le regard de son interlocutrice quand elle évoque son sacrifice.


« Euh… ce n’est rien. Tout le monde l’aurait fait… »

D’un geste, il évacue la question, clairement gêné.
Heureusement, Camille continue, et lui permet ainsi d’enclencher la suite.
Son regard se voile, bien sûr, quand la jeune femme évoque Amanda Waller. S’il n’a pas eu l’occasion de la croiser régulièrement ; il connaît le principe de la Task Force X, le fameux Suicide Squad, et a eu l’amère expérience de perdre un proche en lien avec ce groupe. Sa mâchoire se crispe et ses poings se serrent par réflexe, alors que son interlocutrice continue d’avancer ses explications.


« Oui… j’imagine très bien, comment des gens peuvent être enlevés, forcés à parler et à faire ce qui serait bien pour la Nation… »

Les réflexions sifflent entre ses lèvres, mais il se retient : il a besoin d’informations pour connaître toute l’ampleur de la situation – le débat d’idées pourra venir après.
Il acquiesce, encore, quand Camille décrit la réaction de Tess… qui, si elle lui était déjà sympathique, gagne plusieurs points de charisme et d’appréciation pour le geek que Ray Palmer demeure malgré toutes ses aventures.
Il fixe la commandante remettre son masque, et sent son propre corps se tendre par réflexe. Les dernières paroles sont échangées, les derniers principes énoncés… elle ne cédera pas. Elle est persuadée de ses idées, de son bon droit, et ne changera pas.


« La violence n’est pas la voie que je préfère, Camille. De par mes pouvoirs, et même mon inclination personnelle, je ne suis pas un grand combatif – mais je sais me battre, et moi aussi je veux défendre mes idées.
S’il faut défendre le monde, et pas seulement ce pays, rien, absolument rien ne justifie les enlèvements et le recrutement de force. De mémoire, cette Nation a été fondée sur une idée de liberté… je n’aime pas ceux qui citent les grands penseurs, mais Benjamin Franklin a dit qu’un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une, ni l’autre, et finit par perdre les deux.
Est-ce que ça vaut le coup, Camille ? Est-ce que se protéger, fortifier le pays autour de murs et de gardes enrôlés de force, par rapport à des menaces terribles qui ont toujours été stoppées… est-ce que ça vaut le coup de t’en prendre à ta sœur, à des innocents ? Est-ce que ça vaut le coup de faire ressembler ce pays… aux autres pays, que nous avons combattus pour libérer des peuples opprimés ? »


Il soupire.
S’il a vu que Camille s’est placée en position de combat, s’il est lui-même sur ses gardes, il décroise ses bras, et tend son bras dans un signal universel d’apaisement.


« Nous dev… »

Atom ne peut cependant pas finir sa phrase – car des gigantesques bruits, sourds et terribles, se font soudain entendre.
Comme des bruits de pas, mais… gigantesques. Terrifiants. Inhumains.
Son visage se fige, son corps se crispe ; un choix doit être fait, et son esprit fonctionne à plein régime pour essayer de trouver une solution.

Il hésite, il attend… puis il décide.


« Nous reprendrons plus tard. Suivez-moi ! »

Ray n’est pas d’accord avec elle, il veut briser son initiative et anéantir ce camp – mais, même s’il le niera, il reste un Héros. Et un Héros ne laisse pas de tels bruits sans s’en préoccuper, et sans vérifier que quelqu’un n’est pas blessé.
Sans prévenir, Palmer se précipite directement vers l’extérieur via la porte principale, pour déboucher dans le camp… et découvrir enfin ce qu’il se passe, bon dieu !


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 441
MessagePosté le: Mer 8 Mar 2017 - 15:54
Camille se tient toute droite alors qu'Atom adopte également une posture de combat. Son esprit semble clair, sa détermination semble être d'acier, et elle n'apparaît pas prête à battre en retraite même devant un individu équipé de capacités surnaturelles. Son comportement est héroïque, mais elle se tient malheureusement du mauvais camp, ayant été embauchée par Waller pour mener un sombre agenda de kidnapping national.

Peu importe la puissance de son interlocuteur, peu importe sa stature, peu importe sa menace. Qu'elle fasse face à Superman, Batman et autres héros, elle ne céderait pas. Les caractéristiques plus terre-à-terre, moins "mystiques" d'Atom vont toutefois l'aider à convaincre la jeune femme troublée que sa voie, aussi justifiée soit t-elle, n'est pas le chemin que devrait adopter l'Humanité pour sa protection.

Le speech d'Atom est long, mais pas au point de perdre Camille. Il lui rappelle les valeurs originelles des USA, l'importance de la liberté mais aussi de la sécurité, et cite même Benjamin Franklin. La jeune femme reste toute droite, mais relève légèrement la tête pendant un moment avant de se rabattre promptement, essayant de garder sa pose combative. Il semblerait bien que les mots de Palmer commençaient à l'affecter, d'une façon efficace.

Il enchaîne en lui demandant si les nombreuses défenses en valent la peine, si jamais ses attaques contre des innocents ou des membres de sa famille sont justifiées, surtout pour affronter des menaces déjà repoussées. Elle essaye de l'ignorer, et s'avance même, mais recule promptement, l'air bien plus hésitante. Ses mains tremblent, comme ses jambes, et elle fronce les sourcils derrière son masque inexpressif, essayant désespérément de cacher ses émotions.

Pour finir, le super-héros note que les méthodes adoptées par le président ressemblent de façon désagréable aux moyens employés par d'autres pays moins "démocratique" et conclut en allant lui tendre la main, en signe de paix. Le professeur prend beaucoup de risques, et il le sait probablement, mais le héros miniature ne compte visiblement pas résoudre cette situation avec des coups de poings, et heureusement pour lui, ça semble marcher.

Ses mots frappent plusieurs doutes et regrets enfouis dans le sub-conscient de la commandante, et les poings de cette dernière finissent par s'abaisser, observant Atom de façon neutre. Il ne devrait pas toutefois célébrer trop vite sa victoire : Camille reste chancelante, alternant entre une position neutre et une position plus hostile, et semble être en plein débat intérieur pour savoir quoi faire avec le héros.

Quand les bruits de pas se font entendre, Atom bondit en avant pour aller voir la source de ces derniers, Camille le suit après quelques secondes, stoïque. Ils débouchent rapidement dans une sorte de couloir où se trouve la source des pas. Le dit couloir est brun et sombre, et semble être relié au camp principal via plusieurs tunnels menant aux diverses sections. Une immense porte, menant probablement à l'extérieur du camp, se dresse devant un groupe de prisonniers, accompagnés par des soldats et d'étranges individus.

Pénétrant dans la salle via une simple porte, Atom remarquera Tess et Matthew au sein de la foule confuse, à l'inverse de leurs compagnons méta-humains, ils semblent calmes devant leur traitement, ayant l'air plus en colère qu'autre chose. Ill-Bomber est proche, intégralement recouvert de son sarcophage et transporté via une plate-forme de bois.

La ligne des méta-humains est entourée par plusieurs personnes étranges, qui portent des combinaisons étrangement similaires à celle de super-héros : bleues, jaunes, vertes, rouges, oranges... Ils portent plusieurs emblèmes représentant les Etats-Unis, mais aussi les pays du monde en général, que ce soit la France, l'Allemagne ou la Corée du Nord.

Les soldats de l'Humanité.

La porte se referme derrière Atom, et Camille pénètre dans la pièce, bras levés. Les soldats de l'Humanité se tournent vers les deux : leurs yeux sont presque entièrement blancs, avec des pupilles noires minuscules, leurs bouches sont étirées en de larges sourires inquiétants et artificiels, révélant une dentition parfaite et les hommes du groupe n'ont aucune barbe ou autre attributs faciaux comme des moustaches. En fait, leurs peaux sont impeccablement propres, au point d'en avoir l'air fausse.

Les poings posés sur les hanches, ils se tiennent fièrement près des méta-humains emprisonnés, observant ces derniers uns par uns tout en lâchant quelques phrases clichés. Leur allure inquiétante semble être stressante pour les enfants, vu que certains se mettent à pleurer. Les Ravagers eux-mêmes semblent craintifs, et Camille baisse les bras, de façon surprise.

Il y'a un problème, ils sont censés donner de l'espoir.... ils sont censés être réconfortants ! Pourquoi est-ce qu'ils sont si inquiétants ?!

Un des enfants de la foule trébuche sur l'un des héros colorés, ce dernier l'observe, ne perdant pas son sourire cruel, et lève promptement la main, déployant une sorte de lame d'énergie autour de sa main pour déployer une attaque létale, Camille, bien trop loin pour tenter quoi que ce soit, s'empare rapidement d'une petite télécommande et appuie dessus, l'air paniquée.

Non !

Sa soeur est plus rapide, et bondit sur le chemin du soldat pour lui coller un coup de tête au nez. Le faux super-héros est renversé en arrière, et ses camarades les plus proches bondissent en avant pour entourer Tess et l'enfant. La soeur de la commandante ne réagit pas à l'arrivée soudaine des ennemis, et se contente de s'accroupir près de l'enfant pour essayer de la protéger, affichant un air farouche.

Arrêtez ! Ne les blessez pas ! Arrêtez !

Prise d'un mouvement de panique, et par pur instinct protecteur, la grande bondit s'élance pour aller repousser les "héros" en arrière, à la surprise de pratiquement tout le monde, sauf Matthew, qui reste parfaitement stoïque même alors qu'un des soldats de l'humanité s'empare de la tête de la commandante via son masque, la soulevant dans les airs avec aise, même alors qu'elle se débat de toutes ses forces.

Rends-toi, vilaine ! Tonne l'homme, alors que plusieurs Ravagers bondissent pour le tacler et sauver leur commandante. Ray Palmer ne peut qu'assister à un désastre qui va bientot se transformer en catastrophe, vu que le reste des héros s'approchent de façon menaçante des Ravagers rebelles.

Atom ! Aide les ! Hurle Tess, en direction de son allié.

Ce dernier à bien les clés pour libérer Tess et Matthew mais qui sait s'il en aura le temps ? Osera t-il charger une foule d'ennemis à super-pouvoirs par lui même ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 592
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Jeu 9 Mar 2017 - 19:32
Durant tout son discours, Atom veut y croire.
Il sait qu’il n’est pas un grand orateur, et qu’il ne dispose ni de l’aura, ni du charisme de ses camarades ; il n’est qu’un Héros de seconde zone, qui considère avoir bénéficié d’une entrée rapide dans la Justice League par chance, essentiellement. Bien peu de gens l’évoquent, hormis pour quelques blagues rapides.
Ça ne le dérange pas, il vit avec ça ; mais il veut, il veut ardemment convaincre Camille de la portée de ses mots, car il nourrit un espoir sincère pour elle.

Camille peut changer, il en est persuadé.
Il n’aura hélas pas l’occasion de confirmer ou non cette pensée – car tous deux se précipitent, l’un après l’autre, à l’extérieur des toilettes afin d’enquêter sur les étranges et terrifiants bruits qui viennent de se faire entendre.

Ils débouchent sur un étrange brun et sombre, relié au camp principal qu’il vient de découvrir via plusieurs tunnels.
Devant une gigantesque porte est positionné un groupe de prisonniers, entourés de soldats – mais d’autres inconnus, aussi.
Si Ray relève la présence de Tess, Matthew et même d’Ill-Bomber au sein de la foule de prisonniers, son attention se concentre rapidement sur ces inconnus qui semblent jouer le rôle de gardiens.


« Hem. »

Le scientifique grogne et grimace, alors que ses yeux s’attardent sur ces mystérieuses et étranges personnes, qui n’attirent nulle sympathie.
Vêtus de combinaisons multicolores, semblables à celles des fameux Power Rangers, ces hommes et femmes affichent également des emblèmes patriotiques et nationaux – même quand ceux-ci sont aussi surprenants que la Corée du Nord.
Palmer se tourne vers Camille pour en savoir plus, mais la jeune femme devance sa question en révélant leur nom. Sa grimace s’étire en réaction.


« Je ne sais pas quel génie a choisi leur nom, mais il a dû le pêcher dans le dictionnaire des sectes… »

La porte qu’il vient d’emprunter claque derrière lui, alors que Camille se dirige directement vers ces fameux Soldats de l’Humanité. Ces derniers se tournent définitivement vers les deux nouveaux venus, révélant une apparence… surprenante. Troublante. Gênante.
Terrifiante, même.
Par réflexe, le corps d’Atom se crispe, alors qu’il s’avance à la suite de la commandante, veillant à quelques mètres derrière elle – par prudence. Par expérience.

Rapidement, ces craintes apparaissent fondées, alors que même Camille émet des doutes à voix haute devant leurs airs terribles. La foule, à la base assez calme, commence à se mouvoir, à chahuter, à élever la voix en présence de telles… créatures, il n’y a pas d’autre mot pour les caractériser.
Ces créatures leur font peur. Ces créatures ne semblent avoir rien d’humain, et ne tardent pas à le confirmer.


« Non… »

Ray voit, comme Camille, l’enfant trébucher sur le Soldat de l’Humanité. Il voit, comme elle, la créature armer son bras et se préparer à frapper – sans penser aux conséquences, sans penser à ce qu’elle fait, sans penser.
Ce Soldat n’a rien d’humain.
Si la commandante se précipite pour protéger l’enfant, mue par un réflexe qui fait chaud au cœur à celui qui voulait la convaincre de changer de camp, c’est bien la sœur de Camille qui parvient à s’approcher assez près pour frapper le Soldat au nez, dans un style inimitable et appréciable.

La suite… la suite est rapide, et terrible.

Tess parvient à protéger l’enfant, mais les autres Soldats l’entourent soudain et la menacent. Prise d’un réflexe tant familial que moral, Camille se précipite pour protéger sa sœur – mais elle est soudain prise à la tête et maltraitée par un de ceux qu’elle voulait estimer, valoriser et acclamer.

S’il y a un moment de flottement dans la foule et les personnes présentes après cet événement… cela ne dure, définitivement, qu’un moment.
Les prisonniers ne supportent guère de tels traitements, et se lancent dans une rébellion bruyante et brutale, hormis Matthew qui reste étonnamment stoïque. Les Ravagers, n’acceptant pas de voir ainsi leur commandante être maltraitée par les Soldats, se jettent aussi dans le combat, pas forcément de la meilleure des façons mais avec la fougue et l’énergie de la fureur.
Hélas, bien vite, les Soldats de l’Humanité commencent à avoir le dessus et sont sur le point de faire très mal aux prisonniers et aux Ravagers.

Tess menacée. Camille maltraitée. Les prisonniers bientôt brisés. Les Ravagers sous peu mâtés.
Ray Palmer est fixe, immobile. Figé devant l’horreur, et l’horreur qui s’annonce.


« OK. »

Il prend une grande inspiration, serre les poings.
Et pousse un long soupir, pour confirmer sa concentration.


« Matthew – tu sais quoi faire. »

Le scientifique se met à courir puis lance son trousseau de clés vers le prisonnier ; au diable les secrets et les plans, tout ceci est trop grave.
Il file vers la masse devant lui, puis active ses pouvoirs – et Atom fait son entrée.

Il rapetisse alors, et manipule sa masse pour filer à une vitesse exceptionnelle vers la masse des Soldats de l’Humanité. A taille minuscule, il modifie le poids et la puissance de ses poings avant de les abattre sur ses cibles.
De loin, le phénomène est incompréhensible : les Soldats reculent, volent, sont propulsés en arrière par une force invisible ; en vérité, il s’agit d’un Héros minuscule, qui s’en prend très rapidement à tous ceux qui menacent autrui.
Et il ne s’arrête pas – il frappe tous ceux qui lui passent sous la main, poussant son pouvoir au maximum et créant un véritable carnage en forme de chaos.

Atom est lancé, donc.
Il sera difficile de l’arrêter.


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 441
MessagePosté le: Ven 10 Mar 2017 - 15:53
Les Ravagers tirent, utilisant leurs nombreuses armes pour essayer de mater les soldats de l'Humanité. Quelqu'uns furent abattus, conservant leurs sourires inhumains même dans la mort, mais la plupart se servirent de leurs pouvoirs pour repousser et encaisser les projectiles, massacrant les soldats d'élites et les quelques méta-humains sur le chemin avec une jubilation inquiétante.

Atom voit bien que le couloir n'est plus qu'une gigantesque boucherie : les soldats sont déchaînés, et ils ne s'arrêteront qu'après avoir tué toutes les personnes présentes. Ses pouvoirs lui permettraient bien de fuir sans être repéré, et il pourrait facilement en profiter pour quitter cette maudite base, mais il n'est pas un lâche. Des personnes sont en danger grave, et s'il ne fait rien, des dizaines de personne risquent de succomber à une mort violente.

Il n'a pas le choix, donc : il ne peut que bondir et aider innocents et ravisseurs contre des créations perverties.

Se miniaturisant, tout en envoyant la clé à Matthew, Atom bondit pour aller s'occuper de frapper les super-héros corrompus. Au grand plaisir du super-héros minuscule, ils sont tous complètement désemparés, ne sachant pas comment gérer d'autres personnes avec des pouvoirs. Sa super-force et la pseudo-invisibilité prodiguée par les capacités de sa tenue font des ravage, et rapidement, les corps des faux héros jonchent le sol de la salle.

Camille est libérée, les Ravagers sont sauvés, les méta-humains n'ont plus rien à craindre. Le poing juste de Palmer s'écrase sur le visage d'un des SDL, aux pouvoirs aquatiques, qui est renversé avec suffisamment de force pour passer à travers le mur. Il peut espérer en finir avec tout ses ennemis dans l'instant, mais malheureusement pour Palmer, ses espoirs se voient rapidement diminués quand son poing s'écrase contre le torse d'un homme, sans que ce dernier ne bouge.

Lever la tête lui permettra de repérer le faciès inquiétant d'un grand homme au profil militaire, équipé de la tenue normal des SDL. Restant insensible aux coups d'Atom, l'homme reste en place pendant quelques instants, démontrant une durabilité ahurissante, avant de capturer le petit homme entre deux doigts. Sa force est impressionnante : Atom peut à peine se débattre dans la poigne de fer du blond !

Ce dernier se penche, tout souriant, et ouvre promptement la bouche, révélant une vision désagréable : toute sa bouche, à l'exception des dents, est entièrement recouverte par l'étrange matière noire de la section six, s'étant propagée dans tout le corps du malheureux. Même sa langue n'est pas protégée contre l'infection, étant entièrement couverte par les lianes sombres.

Une odeur putride agresse les narines de Palmer, alors qu'un gloussement féminin sort de la bouche de l'homme, qui s'approche du professeur. De toute évidence, le soldat veut le dévorer ! Et sa poigne de fer signifie qu'il sera dur pour l'estimé super-héros de s'en sortir !

Alors que les dents s'approchent, l'infection dans la bouche de l'homme se réveille, plusieurs tentacules noires s'approchant en effet d'Atom. Il a vu beaucoup de choses horrifiantes au cours des années, mais le fait qu'une telle horreur se dissimule dans un corps humain aurait de quoi surprendre. Fort heureusement pour lui, il n'aura bientôt plus à voir l'horreur.

Une main blanche tapote l'épaule du soldat, qui se retourne et est assailli par un coup de poing qui parvient à le faire reculer, tout en lâchant Atom. Ce dernier, une fois remis du choc, apercevra Ill Bomber, équipé d'une combinaison sombre, libre. Son faciès de poisson est déchiré par un sourire monstrueux, alors qu'il pointe le soldat du doigt.

Boom.

Plusieurs tumeurs de chair apparaissent sur le visage du soldat, et ce dernier ne peut que hurler de douleur et de terreur avant d'être pris dans une terrible explosion qui balance de la chair, du sang et des lianes noires un peu partout dans le couloir.

Atom s'apercevra rapidement qu'Ill Bomber n'est pas le seul rescapé. Tout les méta-humains sont libres, que ce soit Tess, qui incinère deux soldats en un éclair avec ses pouvoirs, Matthew, qui s'allie avec deux autres méta-humains pour vaincre un autre, ou même un blond qui se déplace avec la super-vitesse, clés en main, pour libérer tout le monde.

Les soldats, déjà décimés par Atom, sont rapidement vaincus et tués. Tout le monde, Ravagers inclus, se permet de frapper leurs corps. Seule Camille se tient, assise, au milieu du chaos. Elle ne réagit pas quand les méta-humains profitent de l'occasion pour fuir, se servant de leurs pouvoirs pour forcer la porte, et elle ne réagit pas quand Tess s'approche d'elle.

La commandante retire son casque seulement quand Matthew, Tess, Atom et Ill Bomber sont arrivés, laissant voir quelques larmes.

N-Non... mes soldats... pourquoi ?

Elle observe tout le monde, l'air honnêtement perdue, en contraste avec son attitude confiante et déterminée.

Je... je voulais seulement aider l'Humanité... pourquoi est-ce qu'ils sont comme ça ?

Tess posa seulement une main sympathique sur l'épaule de sa grande soeur, l'air neutre. Matthew, lui, observait la commandante avec un certain courroux. Quand à Ill Bomber, il se contenta de poser un coude sur l'épaule d'Atom.

Comme tu vois, je viens de te sauver. Du coup, tu me chopes pas si tu me croises à Ivy Town, hein ?

Tess reste prêt de sa soeur.

Camille, écoute-moi... J'ai... énormément de choses à te dire mais s'il te plaît, dis-nous comment...

Un bruit sourd se fit entendre, suivi d'un tremblement de terre puissant : plusieurs lézardes firent leurs apparitions sur les murs pourtant solide, alors qu'un grognement sourd entreprit de résonner dans l'immense cave souterraine. Les méta-humains exprimèrent de la confusion temporaire, mais Camille, encore perturbée, hurla de peur.

Non ! Non ! C'est Abigail ! Abigail !

La soldate se leva et se posa contre un mur, l'air paniquée.

C'est... c'est la méta-humaine la plus puissante du monde ! Non !

Tout cela ne présageait rien de bon : rien que le titre avait de quoi effrayer.

Des centaines de données... la Justice League... la JSA... de tout les méta-humains ou aliens... il ne faut pas qu'elle s'enfuisse !

Les délires de Camille devenaient fort étranges, à Atom de décider quoi faire, ayant lui même "vu" cette Abigail.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 592
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Dim 12 Mar 2017 - 17:54
La scène est terrible, chaotique.
Les prisonniers se révoltent, les Ravagers se rebellent, et les Soldats de l'Humanité ne font aucune exception : ils tirent, frappent et s'en prennent à tous ceux qui ont le malheur de croiser leur route.
Et Atom participe, pleinement, à cette fureur généralisée.

A taille minuscule, il manipule sa masse pour filer entre les acteurs de cet affrontement, volant vite pour abattre ses poings ultra-densifiés sur tous ses adversaires - qui ne voient rien venir, et ne peuvent pas faire grand-chose pour se protéger.
De nombreux Soldats de l'Humanité volent, donc, au coeur de cet endroit terrible et terrifiant, rapidement vaincus et plongés dans l'inconscience par les actions conjuguées de leurs victimes, mais aussi par les frappes surprises du petit Héros.
Et si Ray apprécie certainement de voir une telle efficacité, il est trop concentré, trop déterminé pour s'y attacher ou même y penser ; il serre les dents et continue, encore et encore. Il continue pour que cette horreur s'achève enfin.


"Hum."

Un grognement s'échappe de ses lèvres, alors qu'il relève des yeux surpris.
Ca ne fonctionne pas - son coup n'a pas eu l'effet attendu.
Quelques instants plus tôt, il a violemment propulsé un S.D.L. aux pouvoirs aquatiques dans un mur, brisant la paroi et l'envoyant pour quelques jours en soins spécifiques ; mais là, alors qu'il a dosé la même puissance dans son attaque, le S.D.L. qu'il voulait stopper résiste - et affiche même, maintenant, un sourire vicieux et désagréable.


"Mais... mais..."

Palmer perd quelques précieuses secondes, en ne comprenant pas que le Soldat de l'Humanité dispose d'une résistance supérieure, qui lui permet d'encaisser les chocs.
Ainsi, il ne peut réagir suffisamment vite quand son adversaire s'empare de lui - et le maintient entre ses doigts, via une force qui n'a rien d'humaine. Le scientifique grimace en se débattant, en tentant de trouver une solution... mais, bien vite, il comprend que c'est peine perdue.
L'autre lui est supérieur physiquement ; il va devoir découvrir le plan qu'il a prévu pour lui, et essayer d'y échapper.


"Hé... hey... nan, mec... nan... pas comme ça ! PAS COMME ÇA !"

La terreur s'empare d'Atom, alors qu'il est lentement mais terriblement approché de la bouche ouverte de son ennemi.
Si, déjà, la perspective d'être avalé est de nature à terroriser... ce qu'il découvre entre les lèvres de son adversaire ne fait qu'amplifier le phénomène. La matière noire, la terrible matière noire entrevue précédemment semble être présente partout dans son être - comme une infection.
Une infection qui s'étend.


"Bordel... mais tu es quoi..."

Le scientifique grimace, se débat et tente d'échapper aux tentacules de matière noire - hélas, sans résultat.
Il est sur le point d'abandonner tout espoir quand le Soldat de l'Humanité est déconcentré par une petite tape sur l'épaule... suivie, très vite, par un terrible crochet au visage.
La surprise et le choc sont tels que le S.D.H. relâche Atom, qui peut à nouveau manipuler sa masse pour se libérer et voler plus haut ; là, il découvre que c'est étonnamment Ill-Bomber qui est venu à son secours, libéré de son sarcophage. Et s'il l'a en effet sauvé, c'est au prix de la vie de l'étonnant S.D.H., qui ne tarde pas à exploser d'une manière éprouvante et dégoûtante.


"Argh... je... euh... merci ?"

Le petit Héros vient se positionner devant Ill-Bomber, et esquisse un petit sourire en lui adressant un signe de tête.
Son attention est cependant bien vite attirée par le reste de la scène - qui s'enfonce dans l'horreur et la fureur. Devant ses yeux, les prisonniers et le Ravagers tabassent littéralement à mort les Soldats de l'Humanité, dans une dynamique si puissante et terrible que Ray sait déjà qu'il ne pourra pas l'arrêter.
L'appel du sang est trop fort... il ne pourra pas lutter, d'autant plus qu'il peut la comprendre. C'est peut-être là, définitivement, le pire.


"Bordel, quelle journée."

Palmer soupire, puis reprend sa taille normale. Au milieu de ce chaos, il ne tarde pas à aviser Camille, assise et vaincue, les larmes plein le visage, qu'elle vient de libérer de son masque.
Il se rapproche d'elle, rapidement accompagné par Ill-Bomber, Matthew et bien sûr Tess. La commandante se livre entièrement, rongée par la culpabilité, la déception et la terreur ; si sa soeur pose une main réconfortante et souhaite l'aider, Ill-Bomber se positionne légèrement sur le scientifique, et lance une petite phrase sensée être humoriste. Un regard, sombre et terrible, du Héros devrait suffire à le calmer un peu.


"Si je te chope à Ivy Town, tu auras cinq minutes d'avance - et c'est déjà beaucoup, crois-moi."

Après avoir fusillé le surhumain du regard, Atom refixe son attention sur Camille, et s'accroupit pour esquisser un sourire triste, et commencer un discours sur un ton calme et doux.

"Camille, je comprends que tu es dans la difficulté, mais n..."

Il ne peut finir sa phrase - car la commandante vient d'exploser littéralement, de peur et très rapidement de terreur.
Autour d'eux, les murs se lézardent, le sol tremble, et l'émotion de Camille s'amplifie, alors qu'elle se lance dans des explications d'apparence incompréhensibles... mais qui, trop vite, prennent un tournant terrible dans l'esprit d'Atom.


"Hum."

Il grogne, se relève, réfléchit quelques instants - puis prend sa décision.
Et pousse un profond soupir.


"Conduis-nous à elle, Camille. Maintenant."

Ray s'empare du bras de la jeune femme, et le tient suffisamment fort pour attirer son attention. Il fixe alors un regard plein de détermination et d'autorité dans ses yeux terrorisés.

"Maintenant, vraiment. Amène-nous à elle."

Atom n'est pas Batman ou Superman, et son charisme est loin de ses glorieux alliés.
Mais, à ce moment précis, son ton ne souffre d'aucune réplique, d'aucune réponse négative ; personne de sensé ne pourrait refuser au Héros de suivre un tel ordre.


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 441
MessagePosté le: Mar 14 Mar 2017 - 0:56
Abigail.

La chose dans le cocon, la méta-humaine la plus puissante du monde, "elle", celle qu'un magicien très puissant craignait. Inconnue des héros, inconnue des villains, inconnue du monde. Son nom même suscite une étrange terreur parmi les survivants : que ce soit les Ravagers ou les méta-humains restés en arrière, tous ressentent une étrange terreur, comme une sueur froide désagréable dans le dos.

Atom tient bon, cependant, et ordonne à la commandante d'amener tout ce petit monde directement à la méta-humaine en bas de la base. Brave devant l'immense adversité, le petit héros, injustement arraché à sa maison par Nick Nécro, n'est peut-être pas aussi fort que Superman ou Wonder Woman mais sa bravoure lui permet de motiver les gens autour de lui.

Tess, qui affichait un air confus auparavant, adopte en effet une expression faciale nettement plus confiante alors qu'une flamme apparaît dans le palme de sa main. Matthew croise les bras, inflexible, alors qu'Ill Bomber se masse les poings en anticipation, son faciès blanchâtre déformé par un sourire hideux.

Quelques Ravagers s'approchent, armes aux poings, et saluent. Quelques méta-humains restants s'approchent, l'air penauds. Au loin, scientifiques, prisonniers et soldats se barrent via des camions ou des tunnels, leurs rivalités temporairement oubliées au profit de l'instinct bien humain de la survie à tout prix. Il est fortuné qu'Abigail ait choisie de se réveiller alors que les méta-humains étaient évacués : être emprisonnés sous terre lors d'un tremblement de terre est un destin cruel après tout.

Ray Palmer peut donc être rassuré : enfants et vieillards sont emmenés dans l'immense foule. Maintenant, il va devoir aller tous les sauver.

Vous... vous voulez descendre ?

Camille semble abasourdie, alors que Tess la relève avec toute la douceur possible. Sa gentillesse devant quelqu'un qui, en dehors des liens de sang, était sa géôlière semble surprendre les invités non-informés, qui haussent les épaules ou secouent leurs têtes.

Dur de stopper la fin du monde si jamais l'on reste là, pas vrai ?

E... Etes vous fous ? C'est la méta-humaine la plus puissante du monde ! Nous avons passés des jours à analyser des données sur elle ! Son pouvoir est inimaginable ! Ce... ce qui est arrivé sur Oolong Island, elle peut le répéter en plus fort !

Camille semblait réellement craintive d'Abigail. Elle qui n'avait pas peur de Nick Nécro ou d'Atom. Sa soeur, peu impressionnée, se contenta de sourire.

J'ai rejoint l'armée, et j'ai formée ce groupe avec Matthew, pour aider mes compatriotes, Camille. Je n'abandonnerais pas, pas tant que y'a des gens pour lequel je dois me battre. Comme toi ou...

Matthew s'avança.

Mieux vaut mourir debout que vivre à genoux. Tu peux te morfondre et attendre la fin... ou tu peux faire comme Atom et essayer d'empêcher la dite fin. Tu as jeté des centaines en prison pour tes idéaux.

Il foudroya la commandante écroulée du regard.

Ne recule pas quand le danger se présente finalement à toi. Bats-toi.

Le speech de l'homme est plus franc et brutal, mais semble être efficace : Camille se relève finalement, et sort la carte avec des mains fébriles.

D-... Descendons.

PUTAIN DE MERDE, LES CORPS !

Un Ravager effaré pointa du doigt la masse de corps, que ce soit celle des SDH, des méta-humains plus malheureux ou des Ravagers. La masse en question, sous le regard effaré de la salle, semblait se réunir en une seule pile de chair grouillante, formant une fusion peu ragoûtante entre les tentacules noirs, la chaire calcinée, découpée ou explosée, l'uniforme des ravagers et que sait-je.

Un scientifique rescapé, tout proche, ne put qu'observer avec terreur alors qu'une silhouette féminine apparut finalement à partir du tas obscène.

La femme était incroyablement grande et mince, et voilée derrière d'immenses vêtements qui recouvraient tout son corps. Formés à partir des tenues des SDH, des prisonniers et des Ravagers, il y'avait quelques pans d'armures, mais aussi quelques pans de tenues jaunes ou oranges ou vertes, la faute à la fusion impromptue de la fabrique, sans doute.

Un voile jaune couvre sa tête, ne laissant bien voir que le nez, les yeux et une partie du visage. Le reste de sa tête est couvert par une sorte de coiffe rouge, large au point d'en être comique. D'après ce qu'il peut voir, le visage d'Abigail est celui d'une jeune femme, même si Atom s'attardera sur un élément facial plus remarquable, déjà, comme l'absence de ses yeux.

Abigail n'a en effet que des orbites vides, un fait dont elle se rend compte après de légères secondes. Ne semblant pas gênée, la "méta-humaine la plus puissante du monde" se contenta de lever le bras vers un scientifique, lui arrachant rapidement les deux yeux avec une précision et une vitesse inquiétante.

Insérant les deux yeux meurtris dans des orbites, Abigail leva finalement la tête, observant tout le monde de façon aussi froide que possible. Ses yeux s'attardent pendant quelques secondes sur Atom, dont elle s'approche légèrement.

Abigail ? Comment...


Taisez-vous.



La créature lève la main, un bloc de glace apparaît instantanément dans les airs, couvrant la bouche de Camille pour l'empêcher de parler. Satisfaite, Abigail se... téléporte près d'Atom, l'observant de près.


Tes pouvoirs sont... uniques. Contrairement à eux, tu n'est pas né avec.



La créature relève la tête, ses yeux luisants d'une couleur pourpre.


COMMENT LES AS TU EU ? PARLE.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 592
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Mer 15 Mar 2017 - 17:16
Après son ordre, déterminé et autoritaire, Ray Palmer attend.
Il fixe la jeune femme accroupie devant lui, dont l’univers entier s’est écroulé, qui vient d’être précipité dans un enfer qu’elle espérait ne jamais connaître ; il comprend, et il compatit sincèrement au trouble qu’elle ressent.
Cependant, il a également conscience de l’horreur de la situation, de l’abomination humaine à laquelle elle a contribué – et aux dangers qui rôdent, toujours.

Il compatit et la plaint, mais ne peut oublier les étranges sensations qui explosent en lui, le malaise qui bondit à chaque instant, le dégoût qui monte, les poils qui se dressent.
Ces éléments lui rappellent son premier contact avec le cocon, puis la découverte, horrible, du contenu du Soldat de l’Humanité qui voulut l’avaler.
Il réprime difficilement un tremblement, et esquisse une grimace rapide alors que Camille se relève, aidée par sa sœur, pour exprimer son étonnement grandissant.


« Hum. »

Le scientifique grogne, alors qu’un débat s’instaure entre les personnes présentes.
Si, initialement, seuls Tess, Matthew, Ill-Bomber et lui entouraient la commandante, beaucoup se sont rapprochés : des Ravagers perdus mais motivés, des prisonniers enragés mais voulant encore bien faire et surtout anéantir ce camp entier.
De nombreux arguments et points de vue sont ainsi développés, Atom restant silencieux et croisant les bras ; il a été enlevé, interrogé, torturé, puis a mené la révolte – mais, au fond, il n’est pas l’acteur principal de cette horreur. Il n’est ici que depuis quelques minutes, ou quelques heures il ne sait plus, alors que beaucoup sont là depuis des jours, voire pire.


« Il est normal d’avoir peur. »

Il reprend après l’intervention de Matthew.
S’étant fait oublier jusque-là, il attire légitimement l’attention sur lui, et affiche une mine déterminée, la voix volontairement autoritaire.


« Il est normal d’avoir peur, mais il faut ass… »

Le discours moralisateur du Héros s’arrête, cependant, quand un Ravager terrifié ne peut s’empêcher de hurler, en désignant les corps allongés autour d’eux.
Atom se tourne et découvre, effaré, un phénomène qui hantera longuement ses nuits.
Les cadavres bougent, se meuvent, se rassemblent, s’accumulent… s’amassent. Fusionnent, pour créer une masse terrifiante, horrible, dégoûtante.


« Non… »

Il grimace, lève les bras en défense et par réflexe.
Très vite, trop vite, le phénomène s’accélère, la chair devenant flasque et molle, l’horreur prenant la suite de l’horreur… jusqu’à réaliser l’improbable. L’impossible.
L’inacceptable.
Une forme est constituée à partir de ces corps, une forme humanoïde, composée d’étranges aspects, issus de tous ceux qui sont morts et n’auront jamais droit au repos qu’ils méritent. Chaque personne qui pose les yeux dessus n’en est que révulsé, et pas seulement du fait de l’absence d’yeux – non, c’est bien la généralité, le principe même de l’abomination devant eux qui peut mener vers la démence.


« Non, non, non, non, non… »

Ray grogne, lève les mains pour s’approcher du scientifique visé par la créature – mais ne peut rien faire pour le sauver.
Alors que la monstruosité s’empare de ses yeux pour se les greffer, la fureur explose lentement en lui.
Son cœur bat plus vite, ses mains tremblent, ses paupières se rétrécissent, sa mâchoire se crispe. Il sent les choses monter, dans ses tripes. La fièvre. La rage. Le sentiment d’impuissance, qui rend fou… qui pousse aux actes les plus fous.
Qui transforme les Héros en autre chose.


« C’est… »

Le scientifique veut répliquer au nom prononcé par Camille, mais… à nouveau, il en est empêché.
La créature exige le silence, puis se téléporte directement à ses côtés, à lui. Visiblement intéressée, voire passionnée, par ses propres capacités.
Surpris, stupéfait même par le phénomène, Atom pose son regard sur la monstruosité, soudain si proche. Il réprime difficilement un renvoi – puis laisse, ensuite, la fureur prendre le relais, chassant définitivement le dégoût.


« Je les ai eus comme je mène ma vie… Abigaïl. »

Son ton est calme, posé.
Il demeure figé, immobile, aux côtés de la créature.
Les poings serrés, le cœur enragé.


« En faisant une grosse connerie. »

Son poing se lève, et s’écrase violemment sur le visage de la créature.
Cependant, son poing dispose d’une masse équivalente à celle de la ville d’Ivy Town, et même Abigaïl devrait le sentir.
Sitôt le mouvement réalisé, il se tourne vers ses alliés du moment et hurle quelques mots.


« Ravagers, position de défense si vous en connaissez, vous couvrez de loin ! Les autres, ceux qui ont des pouvoirs offensifs de loin, mettez-vous de côté et donnez tout ! Ceux qui ont des pouvoirs offensifs de près, tenez-vous à proximité mais ne tentez rien ! Et les autres… fuyez !!! »

A peine a-t-il terminé qu’Atom rapetisse et augmente la masse de ses poings – au cas où.
Le pire est sur le point de commencer… il va falloir s’y préparer pour espérer y survivre !


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 441
MessagePosté le: Jeu 16 Mar 2017 - 20:43
Abigail reste neutre devant les déclarations d'Atom, semblant quelque peu irritée par le temps qu'il prenait pour répondre. De toute évidence, elle voulait obtenir une réponse aussi rapide que brève. Heureusement pour elle, le petit héros bleu répondit finalement à son âpre question.

Malheureusement pour elle, la dite réponse fut un magnifique coup de poing pile sur son visage étrange. Ce coup, portant toute la masse de Ivy Town, aurait de quoi aisément pulvériser un humain normal tout en blessant des méta-humains même durables, Atom venait d'utiliser une de ses attaques les plus puissantes, et, malheureusement pour lui, venait sans doute d'énerver l'inhumaine.

Cette dernière vola en arrière, fracassant les immenses murs derrière elle et atterrissant pile au centre du garage, coupant un camion en deux en atterrissant. Son expression faciale, normalement stoïque, se déforma rapidement, exhibant brièvement de la fureur devant le geste de Palmer avant de redevenir calme. L'attaque ne semblait pas l'avoir endommagée, mais elle permit à Atom de gagner du temps pour donner des ordres.

(Ex-)Leader de la Justice League, Atom se presse de donner les ordres aux méta-humains. Ceux avec des compétences utiles de loin peuvent bombarder la femme, ceux avec des compétences plus adaptés au combat rapproché peuvent se rapprocher mais doivent rester prudents. Les Ravagers iront bombarder Abigail de loin et les civils... useless.

Ray Palmer lui même se miniaturise, juste à temps pour percevoir une immense explosion au loin de la base, accompagnée par le retour d'Abigail au centre de la pièce, utilisant une super-vitesse qui pourrait en surprendre un bolide rouge. Ses yeux fins et sombres restent vides d'émotions alors qu'elle lève les mains, dissimulant une colère blanche derrière sa façade résignée. Les civils se cassent vers la porte, apeurés, alors que les Ravagers pointent leurs armes vers la mystérieuse méta-humaine.

Pendant ce temps, Tess lève les mains pour les entourer de feu, alors qu'un autre méta-humain prépare des éclats de lumière, à côté de lui, une femme commence à recouvrir son corps de roche, son geste étant accompagné par un autre homme qui fait pousser des griffes depuis ses mains.

Ill Bomber bondit en avant, les soldats ouvrent le feu, Tess envoie des vagues de flammes, l'autre méta-humain propulse des faisceaux lumineux, Matthew, la femme de roche et l'homme aux griffes s'élancent... seule Camille reste en arrière, attrapant un petit dispositif avec un air farouche. Tout ces fiers défenseurs de l'humanité sont toutefois froidement ignorés par Abigail, qui lève la tête, alors que les flammes se rapprochent de son corps.

Je vois. Même après des millénaires, l'Homme n'est guidé que par la violence et le pouvoir.

La femme reste parfaitement droite, la lumière, naturellement rapide, est sur le point de la toucher... mais tout est trop lent, en un coup. Bien assez lent pour que la lumière puisse être même perçue.

Soit. Humanité. Je vais temporairement m'abaisser à ton niveau et démontrer un pouvoir qui gouverne le monde.

Tout s'arrête pour de briefs moments... et, en moins d'un instant, tout l'assaut est brisé : Tess, Matthew, Ill Bomber... toutes leurs attaques sont éparpillées alors que les corps inertes des méta-humains sont propulsés dans la salle, vivants mais inconscients. Les Ravagers sont également inconscients, mais les civils, eux, ont été relativement saufs.

Atom entendra un hurlement : la main de Camille à été coupée, et la commandante git sur son ventre, l'appareil coincé dans sa main arrachée. Abigail ne semble pas avoir bougée de son côté, étant seulement au milieu de la pièce.

En moins d'un instant, toute la situation est redevenue cauchemardesque.

Le temps est une valeur qui emporte tout les êtres vivantes. Tous marchent vers l'éventuelle fin de façon impuissante, même Vandal Savage, même Superman.

Abigail reste entièrement calme, observant le corps inerte de Tess sans émotions quelconque.

Mais pour moi, le temps n'est qu'une facette de l'Univers, que je peux manipuler selon mes désirs. Tel est mon pouvoir.

La méta-humaine se tourne vers Atom et lève la main, l'assaillant promptement avec des éclairs blancs reconnaissables : Nick Nécro. Naturellement, la douleur qui vient est énorme, au point où un homme plus faible en serait brisé.

Et la torture commence.

Balayé avec de la super-force, empoisonné par des venins létaux, brisé mentalement par une télépathie infernale, empalé sur du métal infernal. Tels sont les sorts d'Atom, qui ne devient que le jouet d'une déesse capricieuse. A chaque fois, sa conscience flotte légèrement hors de son corps meurtri, alors qu'Abigail utilise ses pouvoirs temporels pour revenir en arrière avant le moment de sa mort.

Combien de fois est t-il tué ? Combien de "lui" sont tombés victimes avant que le temps ne soit manipulé pour réparer les dommages ? Combien de dégâts vient t-il d'accumuler ? Que de questions qui se forment alors qu'il est finalement jeté comme une poupée de chiffon au sol, sous le regard impitoyable d'Abigail, les mains posées sur le dos. Son corps ne portait pas les marques de ses "morts" précédentes mais les dégâts restaient inquiétants.

Je ne suis pas friande de la violence humaine, petit héros.

Elle se penche légèrement, l'air toujours aussi froid.

J'ai vue des choses pendant mon sommeil de quelques siècles. J'ai rêvée d'humains costumés comme toi, qui utilisent des pouvoirs pour sauver ces singes sans poils. J'ai vu comment tes efforts ont été récompensés avec la violence.

Sa voix est étrangement... onirique, presque envoutante.

Et j'ai vu comment tu continue de t'associer à eux. Comment compte tu sauver tout tes pairs ? Cette entité, ce "gouvernement" dirige ton pays. Les prisonniers libérés seront replacé dans des camps. Les méta-humains seront chassés à cause de la peur des primates, la prochaine guerre ne viendra pas de l'espace : elle viendra de cette rupture entre les peuples. Mais moi, je peux éviter cette guerre, petit humain.

Camille, en arrière-plan, rampait vers le dispositif, l'air déterminé.

Je raménerais ton élève, je tuerais l'homme qui l'a envoyé dans l'autre monde, et qui siège aujourd'hui comme leader de ton monde. Je tuerais les éléments désagréables pour former une utopie.

Elle leva la bouche, pour continuer sa proposition, mais fut promptement enveloppée dans une lumière bleue : surprise, elle se releva en un instant, hurlant quelques phrases dans un dialecte ancien, et s'écroula rapidement en un tas de chair putride, brûlée et dieu sait quoi. Heureusement, elle n'était pas au dessus d'Atom.

P... professeur Palmer ? V... Vous allez bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 592
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Sam 18 Mar 2017 - 20:00
Atom sait très bien qu'il vient de faire quelque chose de stupide.
Il ne regrette cependant rien.

Au-delà même de ses pensées et sensations envers Abigail, dont la simple présence le répugne et qui n'a de cesse d'appeler son inconscient à la chasser d'ici, il se souvient de l'horreur vue à proximité du cocon, de l'abomination entrevue dans la bouche du Soldat de l'Humanité... et de la manière dont elle s'est constituée ici un corps.
Certes, elle a été sûrement torturé, manipulée et traitée monstrueusement ici.
Mais cela ne justifie pas ses actes depuis - cela n'excuse pas ses actes et ce qu'elle semble prête à faire. Elle doit être arrêtée, qu'importe ce qu'elle a vécu... qu'importe le prix.

Alors qu'il vient de rapetisser, l'attention de Ray est attirée par une explosion, plus loin.
Il a conscience que son coup fut titanesque, et qu'il a envoyé Abigail à bonne distance, de nombreux murs et autres parois ayant été brisés dans sa folle course ; il a même entrevu un véhicule être brisé en deux par elle, avant de pouvoir s'arrêter.
Il se tourne donc dans la direction de l'explosion - mais découvre, devant lui, là où il n'y avait rien avant... Abigail. Vivante et entière.
Et de méchante humeur.


"Oh."

Le regard d'Abigail est vide - inhumain.
Menaçant.
Serrant les poings, sentant sa mâchoire se crisper, Palmer voit ses alliés suivre à la lettre ses ordres : ceux qui peuvent tirer de loin s'y mettent immédiatement, les civils et inutiles s'enfuit... et Ill-Bomber, définitivement fou, file directement dans la direction de l'ennemie, dans une action suicidaire mais valeureuse. Ce dernier a finalement du potentiel, s'il survit à cette folie.


"Abigail, je..."

Il est interrompu quand la créature se met à parler - et à prononcer des mots qui font peur, véritablement.
Flottant toujours au-dessus du sol, Atom sent très bien ce qui va se passer... une démonstration de pouvoirs, de la douleur, et des échecs. Et beaucoup, beaucoup de douleur.
Il sera, hélas, bien en-deçà de la vérité.

Alors qu'il est sur le point de réagir, de faire quelque chose... l'enfer se déchaîne.
Les combattants, ses alliés, sont bloqués et violemment repoussés par une puissance qui semble infinie. Entre les cris, les grognements, un hurlement de douleur attire son attention - Camille. Camille vient d'être amputée, ses doigts désormais orphelins étant encore attachés à un étrange dispositif.
Le scientifique n'a, cependant, guère le temps de s'y intéresser plus ; car Abigail, elle, s'intéresse définitivement à lui.


"Abigail, si tu maîtrises le Temps, alors tu..."

A nouveau, Ray ne peut continuer - mais pas, cette fois-ci, parce que la créature l'interrompt.
Palmer ne peut continuer parce qu'il meurt.
Puis revient. Puis revient. Puis meurt.
Encore et encore. Dans un cycle infernal, violent, terrible - mauvais. Juste mauvais.

Au fond, Atom ne sait pas vraiment ce qu'il se passe... non, il ne sait pas. Il ne peut que ressentir, encore et encore. L'horreur de la douleur. L'abominable souffrance.
Grillé par les éclairs de Nick Necro. Brisé par une super-force. Empoisonné par des venins dignes de Poison Ivy. Anéanti psychiquement par des attaques mentales honnies. Empalé par des pics de métal chauffés à blanc.
Encore et encore.
Le scientifique ne saura jamais ce qu'il a vécu - le nombre, le nombre terrible de morts diverses qu'il a subies ; il y a une limite à ce que l'esprit humain peut endurer. Mais il sait, et il saura toujours.

Abigail l'a tué. Et l'a ramené. Pour le tuer.
Encore et encore.
Alors qu'il est propulsé au sol, jeté comme un mouchoir usagé, et que la torture s'achève enfin... il sait. Abigail est un monstre.
Un monstre qu'il faut anéantir.


"Hughn..."

Un grognement - le premier, en vérité. La violence de l'attaque fut telle, sa rapidité si extrême qu'il n'a rien pu dire ou faire avant ; ni hurlement, ni appel à l'aide.
Définitivement, Ray Palmer fut seul... face à l'horreur.


"Heughn... jeughn..."

Le scientifique tente de dire quelque chose, de réagir - mais il n'y arrive pas.
Au-dessus de lui, Abigail parle, se lance dans un discours habituel de Vilain... même si elle est bien plus puissante et bien plus dangereuse que ceux qu'il a l'habitude d'affronter. Il parvient à entendre ses mots, à comprendre ses paroles, mais elles n'ont guère de sens...
Abigail est folle. Un tel pouvoir, dans les mains d'une folle - si Atom n'était pas si atteint, il en tremblerait.

Alors qu'il parvient, enfin, à relever légèrement la tête, il croise le regard de la créature quand elle évoque la possibilité de mettre fin aux menaces et aux guerres... mais pas seulement.
Plus loin, Ray avise du coin de l'oeil Camille qui, malgré son amputation, malgré sa blessure et les douleurs, rampe pour se rapprocher du dispositif. Lui ne sait pas ce que c'est, ce que ça peut faire, mais... il doit gagner du temps. Il doit lui gagner du temps.


"Jeughn... je... koff, koff..."

Physiquement, Ray Palmer n'a rien - les dommages sont psychiques, son esprit a du mal à comprendre que le corps n'a rien, et refuse de le faire fonctionner normalement.
Cependant, son cerveau tente de prendre le relais, et de jouer le tout-pour-le-tout. Il mobilise ses forces, crispe ses muscles - et parle.


"Je... je... je veux... je veux b..."

Le scientifique veut l'occuper, attirer son attention et permettre à Camille d'agir - et ça fonctionne.
Alors qu'Abigail est sur le point de continuer son discours, encouragée par les quelques paroles difficilement prononcées par Atom... l'impossible se produit.
Abigail, auréolée d'une lumière bleue, cesse de parler, se bloque, lève un bras - et disparaît. Elle s'écroule en poussière, anéantie en quelques secondes, brisée par une énergie inconnue mais salvatrice.

Abigail est détruite.
Il est sauvé ; ils sont tous sauvés.


"Je... euh... je..."

En mobilisant ses forces, Ray parvient à se surélever légèrement, puis à rouler sur le côté. Assez pathétiquement, il réussit à s'asseoir, et pose un regard usé, blessé et douloureux sur Camille. Une quinte de toux s'empare rapidement de sa poitrine, mais il retrouve le contrôle - et reprend, d'une voix lente.

"Pas... pas trop, Camille, mais... mais ça passera. Et toi... ?"

Palmer serre les dents, et se traîne, rampe pour s'approcher de la commandante. L'effort est difficile, terrible, mais il parvient finalement jusqu'à elle - et s'arrache, immédiatement, un bout de son habit de prisonnier pour entourer l'avant-bras amputé de Camille, et ainsi réaliser un garrot.

"Ca... ça va ? Et... et est-ce que c'est fini ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Qu'est-ce que tu as fait, et... qu'est-ce qu'elle est ?"

Plus de leçon donnée, plus de ressentiment, plus d'opposition d'idéaux.
Camille et Ray viennent de vivre l'enfer, et de perdre beaucoup. Il n'y a que le soulagement d'avoir évité le pire et d'avoir survécu à l'abominable - tout le reste n'est accessoire.
L'horreur est partie ; enfin.


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 441
MessagePosté le: Mar 21 Mar 2017 - 0:23
Atom est une nouvelle fois sortie de l'enfer. Après avoir passé des années à se battre contre des horreurs au delà de la compréhension humaine, le brave guerrier venait d'affronter une puissante méta-humaine. "Affronter" pourrait toutefois être un terme généreux compte tenu des nombreuses morts qu'il vient de subir, son corps de chair étant toujours maintenu en place grâce aux nombreux voyages temporels de la maniaque.

Toutefois, à la fin, Atom était bien le seul encore debout : Les méta-humains ou Ravagers gisent au sol, assaillis par de puissantes attaques, alors que la commandante essaye de se relever, essayant de ne pas regarder sa main coupée en se faisant. Tous ont souffert au cours des dernières heures, et tous peuvent finalement voir le bout du tunnel, même si une dernière épreuve se dresse encore.

Palmer atteint finalement la commandante et noue un morceau de sa tenue au moignon sanglant. La fière commandante observa son bras avec remords pendant quelques instants, puis se tourna promptement vers la figure qui venait de la sauvée, et qui demandait, une nouvelle fois, des questions. Naturellement exténuée, la commandante ramassa seulement la manette avec sa main libre, laissant sa main amputée parmi les décombres.

Les deux individus se hissèrent vers la porte du couloir principal, alors que quelques civils curieux s'approchèrent : scientifiques perdus, ingénieurs confus ou simples assistants, tous avaient des séquelles mineures, n'ayant que quelques bleus ou brûlures comme marques. Camille fit signe à Atom de s'arrêter, puis entreprit de se retourner.

Est-ce que l'un de vous à les clés des camions ?

Sa question provoque un léger émeut, mais l'un des ingénieurs, trappu et chauve, s'avance avec une clé rouge, l'air hésitant. Camille se contenta de sourire, sans doute ravie qu'une bonne chose ne leur arrive pour une fois. Utilisant son moignon, elle pointa les méta-humains ou Ravagers échoués au sol. Au loin et dans le couloir, d'autres membres du personnel ou prisonniers continuaient de s'évader mais ils étaient plus rares, désormais.

Prenez un camion et transportez ces personnes à l'intérieur. Si nous ne revenons pas d'ici plus de cinq minutes, partez et ne regardez pas derrière vous.

Pourquoi cinq minutes ? Tonna l'ingénieur en chef, l'air aussi confus qu'inquiet.

Nous n'avons pas le temps, chargez les sur un camion ! Fit Camille, visiblement irritée, avant de se tourner vers la porte. Quelques uns des civils saluèrent Atom, le reconnaissant sans doute, mais la plupart se contentèrent de récupérer les victimes échouées, alors que l'ingénieur en chef se tournait vers le garage.

Camille continua sa petite escapade, toussotant par moments. Les Ravagers et prisonniers se faisaient plus rares, laissant leur place à quelques scientifiques avec des dossiers. Un d'entre eux, en particulier, transportait une sorte de clé USB orange particulièrement précieuse, vu la façon avec laquelle il la recouvrait de ses deux mains.

Après trente secondes de déambulation, les deux arrivèrent finalement devant une étrange porte, qui semblait nullement affectée par la corruption autour de la base. Au grand malheur des deux individus, elle ne s'ouvrait toutefois pas : une étrange marque rouge y était inscrite, plusieurs fentes d'où sortait une douce lumière, aussi, juste assez large pour que l'outil y passe.

Fatiguée, Camille ne put que s'écrouler sur le mur, l'air... absente, comme si la vision de la marque lui avait retirée son âme.

Abigail avait toujours été là, vous savez ? Les vilains que l'on a chassés ? Ils ont fait cette base autour d'elle, pour l'utiliser à leurs fins... ou la retenir. Quand on s'en est emparés, ils ont insistés pour nous montrer cette salle.

Ils ont expliqués qu'Abigail était une puissante méta-humaine, capable d'utiliser ses tentacules noires pour absorber les pouvoirs. Elle est assez vieille pour avoir été vénérée durant la pré-histoire, et s'est débarrassée de son corps depuis longtemps. C'est un cocon qui produit des corps, se servant de talents occultes étranges pour manipuler des poupées de chair.

Elle soupira, l'air franchement défait.

Elle dévorait des civilisations pour mieux profiter de son pouvoir, mais un magicien avait réussie à la sceller. Il confia ensuite cette matrice à une civilisation, d'après lui, le sceau serait brisé si la matrice est enlevée, et le seul moyen de la remettre en place serait de poser l'objet sur le socle dans cette salle. La matrice ne fut jamais enlevée : la civilisation s'était arrangée pour que les ruines ne soient jamais remarquées, jusque à ce jour. La matrice, en un bouton, pouvait éradiquer un corps pour empêcher tout assaut, mais ça ne l'arrêterait que pour quelques minutes.

Les vilains voulaient manipuler Abigail pour leurs soins, et le gouvernement... prit la décision de faire de même. Elle aurait été notre carte pour vaincre la Justice League, une sorte de dernière défense désespérée si jamais les héros menacent le président Wilson. On me chargea d'étudier des façons de la contrôler, et on invita Nick Nécro pour s'assurer qu'elle reste calme.

On plaça également des méta-humains parce que leur proximité avec Abigaïl semblait augmenter leurs pouvoirs. Après les avoir réduits à notre service, nous pensions que les exposer aux tentacules noires pourraient augmenter le pouvoir de nos Soldats de l'Humanité. On avait sous-estimé les capacités d'Abigail, ceci dit. Je pense que les soldats ont été infectés en dépit de nos mesures, ce qui explique leur attaque.

Elle aurait pu également absorbée la magie de Nick Nécro. C'est différent de celle utilisée par le magicien, mais ça lui permet de nous empêcher d'ouvrir la porte. Si nous n'y entrons pas, le cocon formera un nouveau corps et nous massacrera à distance.

La jeune femme se massa la tête, des larmes lui coulaient des yeux.

J'étais folle, je... je voulais protéger le monde mais je vais juste déchaîner une abomination dessus. J'ai trahie ma soeur, j'ai exploitée des gens, j'ai emprisonné des innocents ou des héros, j'ai... j'ai sacrifiée mon Humanité pour rien.

Camille se releva lentement, voulant sans doute continuer, puis entreprit d'observer Palmer, l'air nettement plus optimiste.

J'ai une idée ! Souffla t-elle, l'idée en question étant probablement similaire à celle d'Atom.

Je vais avoir besoin de vous mais... vous pouvez vous glissez à travers une des fentes avec la console pour atteindre la salle et la sceller, non ?! Elle n'y as pas pensée en bloquant la porte !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 592
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Mer 22 Mar 2017 - 19:05
Ray Palmer a mal – et il est exténué.
Mais il est vivant, et c’est déjà une grande victoire, doublée par la réussite face à Abigail. Réussite dans laquelle il n’a aucun mérite, hormis d’avoir subi un enfer abominable, qui le hantera longtemps ; mais cela demeure une victoire, même si le prix fut lourd à payer.


« Hem… ça va être rigolo à expliquer, tout ça. »

Il se relève, difficilement, les jambes flageolantes, les muscles tremblant sous l’effet des douleurs et de l’usure.
A ses côtés, Camille fait de même, mais semble revenir plus rapidement en contrôle d’elle-même. La militaire et la commandante en elle se reprennent, alors qu’elle récupère la mystérieuse manette et lance quelques ordres qui poussent le scientifique à froncer les sourcils.


« Encore des mystères, Camille ? »

Atom marche à ses côtés.
Il a apprécié, bien sûr, qu’elle s’occupe d’abord des blessés et des prisonniers, mais demeure soucieux devant cet étrange impératif. Quelques instants plus tôt, son cœur était plus léger car il pensait qu’Abigail avait été vaincue – sans savoir comment ni pourquoi, il s’y intéresserait plus tard, mais le principe était agréable et source de soulagement.
Il semble, hélas, qu’une telle satisfaction était précipitée. Et cela ne lui plaît guère.


« Quand tout ceci sera terminé, je t’informe déjà que je te mettrais en contact avec un ami à mi – Cyborg. Il faudra tout lui dire. »

Ce n’était ni une question, ni une proposition, le ton utilisé par le Héros ne permet aucun doute là-dessus.
Il se tait, cependant, alors qu’il suit la jeune femme dans les méandres de la base. Autour d’eux, la population se fait plus rare, les Ravagers disparaissent, remplacés numériquement par des scientifiques qui surprennent par leur sérieux et leur concentration ; c’est comme s’ils n’avaient pas conscience de ce qu’il s’était passé ici – et il ne songe pas uniquement à l’attaque d’Abigail, mais surtout à toutes les horreurs commises ici au nom de la Patrie.

Finalement, tous deux parviennent dans un espace sans corruption, sans horreur. Ils s’arrêtent devant une immense et étrange porte, bénéficiant d’une marque rouge mystérieuse qui attire l’attention.
Aucune possibilité d’entrée ne s’ouvre à eux – et Camille, blessée, usée, déçue surtout, s’écroule contre le mur.
Evidemment, Ray se précipite pour l’empêcher de chuter entièrement, la garde temporairement dans ses bras pour l’aider à se remettre un peu… puis l’écoute.

L’heure des explications est venue.
Ça ne va pas lui plaire, mais c’est une étape indispensable.

Palmer écoute, donc. Il ne l’interrompt pas, ne la questionne pas, n’émet aucune remarque. Il a pleinement conscience qu’il s’agit d’un moment fort pour elle, un aveu terrible sur sa culpabilité et ses actes.
Ceci est une confession. Elle ne demande qu’écoute et attention, rien d’autre.

Finalement, au bout d’un long moment intense, les larmes coulent sur le visage de Camille alors qu’elle en vient à se juger elle-même, à se damner pour ses actes…
Là, il intervient. Là, il doit intervenir.


« Non. »

Atom, qui avait reculé durant la confession, se rapproche et pose sa main sur son épaule – puis l’autre sur son visage, pour évacuer les larmes.
Il esquisse un sourire timide, qui s’agrandit au fil de ses paroles.


« Tu as commis des erreurs. Tu as fait confiance aux mauvaises personnes. Tu t’es fourvoyée, et tu n’as pas eu conscience des actes abominables commis… mais tu t’es reprise. Tu t’es retrouvée. Tu es revenue sur le bon chemin.
Tu avais sacrifié ton humanité, oui – mais tu l’as ressuscitée. Tu es revenue, Camille. Rien ne pourra être oublié… mais tout pourra être pardonné. Avec le temps, des efforts, des peines bien sûr.
Mais tu n’es pas un monstre. Tu en es revenue. Tu es revenue. »


Sa voix est douce, chaude, chaleureuse.
Il acquiesce, quand Camille émet à haute voix une idée qu’il avait eue dès son arrivée ici – mais qu’il avait tu, pour lui laisser le temps de tout dire, de se libérer.


« Je vais y rentrer, oui, et je vais mettre un terme à tout ça. »

Un nouveau sourire, et Ray la lâche. Il s’étire quelque peu, assouplit ses membres après les précédents efforts, et récupère les éléments utiles.
Sans un mot, il se positionne devant la fente – puis jette un regard derrière lui, vers Camille.
Il lui sourit, de ces sourires de Héros rassurant et sûr. Puis il disparaît, rapetisse à taille minimale et file dans la fente.

Il fonce à l’intérieur, donc.
Il fonce en enfer pour y mettre fin.


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 441
MessagePosté le: Ven 24 Mar 2017 - 1:01
C'est l'étape finale du combat, la fin de l'enfer sur terre que vient d'expérimenter Atom, la conclusion d'une lutte pour la survie impromptue pour sauver le monde. Et pourtant, en dépit de ce sentiment de fin épique, les protagonistes ne peuvent que constater que ça ne pourrait être que le début d'un projet encore plus grand et dépravé.

Atom pénètre à travers les fentes, donc, et pénètre dans une salle entièrement blanche : incroyablement petite, cette salle comporte plusieurs runes flottantes dans les airs, enseignant des messages bien au delà de la connaissance d'un humain normal. Une aura de bien être résonne en dehors de la salle, similaire à la sensation que l'on aurait en dormant : le toucher, l'odorat, la vision, le goût (s'il se sent à lécher le parquet), l'ouïe. Que des sensations qu'il redécouvre, qui semblent magnifiées au point d'en être enivrante.

Quatre piliers entourent un socle immense, où réside une pièce manquante, pas besoin d'avoir un doctorat pour savoir que l'artefact s'y insère.

L'objet pénètre donc dans le trou, et une lumière immense en sort, de façon bizarre, elle ne pourrait pas perturber Atom. L'étrange tremblement de terre pourrait le surprendre, toutefois, tout comme la voix de Camille, désormais bien plus satisfaite après le discours de Palmer. Toutefois, il y'a encore de l'urgence dans sa voix !

Excellent, maintenant, revenez, vite !

Une force nouvelle s'empare d'Atom, ce qui devrait entièrement le restaurer après ses terribles blessures. Il pourra facilement se glisser hors de la salle, et aider une Camille bien plus heureuse : un vrai sourire est pour une fois affiché sur son visage normalement ferme, ayant même enlevée le masque pour cette expression de joie. Toutefois, elle se dépêche de courir vers l'extérieur de la base avec Atom, se déplaçant avec le maximum de vitesse possible pour son état.

J'aurais dû vous prévenir, mais... d'après un Homo Magie que nous avons "recruté", placer le socle provoquerait un phénomène qui s'assurerait que les mains de l'Homme ne s'approchent plus d'Abigail. Il serait bien de sortir de la base avant d'y être pris et d'être condamné à une quelconque éternité de souffrance.

La base était désormais vide : il semblait qu'il y'avait assez peu de monde, en fait. Camille semblait suffisamment rassurée pour ne pas commenter dessus, et bondit directement sur la rambarde qui les améneraient au camion. Les civils avaient finis de ranger les méta-humains, ravagers ou autres civils survivants dans le camion, et seuls deux d'entre eux restaient dehors.

Atom, j'ai toujours été un grand fan de...

PAS LE TEMPS ! Hurla Camille. DANS LE CAMION !

Les deux civils se turent, l'air terrifiés, et montèrent dans le véhicule. Camille se tourna brièvement vers la base avant de monter elle-même, l'observant une dernière fois alors que les vines noirs finissaient de s'étendre : toute la folie humaine du gouvernement allait disparaître. Les survivants du camp Oméga ne verront plus jamais l'endroit, au moins. Ses yeux bleus se portèrent sur deux soldats qui n'étaient pas tirés d'hospices, se traînant en dehors de la porte principale avec peine.

Décollant comme un missile, Camille, en dépit de son bras manquant et de son endurance mise à bout, partit les rejoindre pour les amener vers le véhicule. Le sol continuait de trembler, mais désormais, des colonnes de lumières blanches sortaient des craquelures, tuant toutes les veines de corruptions qu'elles touchaient.

Montant finalement les deux soldats survivants sur le camion, la commandante finit de monter, aidée par ses sbires et Atom, et le véhicule se mit en marche. Nick Nécro était encore là bas, mais sans doute accepterait t-il de faire un avec la magie.

Le véhicule parcourut un chemin dangereux, toujours piloté par l'intelligence artificielle, sous le regard des survivants. Peu avant de franchir l'immense porte de métal qui amenerait le camion au tunnel, Atom pourrait voir que le camp Oméga se disloquait, semblant être assimilé dans un étrange trou "noir" magique, un cri inhumain se fit brièvement entendre mais le camion continua son petit chemin, s'enfonçant dans des tunnels sombres.

Des débris s'écroulaient au dessus d'eux, sans vraiment blesser tout le monde, et les rais de lumière semblaient suivre le véhicule, engloutissant le sol derrière. Plusieurs flashes vinrent aussi du camion, mais c'était de la part des civils : ils jetèrent un oeil curieux vers Atom.

Je met quoi comme hashtag ? Songea le plus jeune, avant d'être aveuglé par la lumière du soleil : le camion venait de franchir une porte en métal, révélant que l'un des accès vers le Camp Oméga se trouvait directement au milieu de la campagne Américaine. Le point d'accès, une porte en métal dissimulée par un hologramme, se ferma juste avant que les rayons de lumière ne sortent.

Les secondes s'écoulèrent, alors qu'une lumière blanche illumina le sol pendant de longues minutes avant de finalement s'éclaircir. Très hésitante, Camille entreprit de ré-ouvrir la porte : elle ne menait plus qu'a de la terre, maintenant.

Le Camp Oméga n'est plus.

... Vous allez faire quoi, boss ?

Camille se leva, regarda Atom pendant de longues secondes, et sortit du camion, encore chancelante.

Je me chargerais de vous déposer chez vous, déjà. Ensuite ? Je ne sais pas. J'ai été élevée en aimant ma contrée, mais maintenant, j'ai découvert que j'ai servie une dictature déformée par la peur et la soif de pouvoir. Sans Atom pour nous sauver... la situation aurait été un cauchemar.

Elle se tourna vers Palmer, souriante de façon fatiguée.

J'ai bien envie de tenir une ferme, d'un coup. fit t-elle, l'air amusée, sous le regard surpris de ses Ravagers.

Quoi qu'il en soit, déjà, je vais vous ramener chez vous, comme promis... vous n'aviez pas un rendez-vous, Atom ? Je pense que vous avez une... bonne justification pour votre retard.

Hors Jeu :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 592
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Sam 25 Mar 2017 - 22:15
A cette étape, Ray Palmer ne réfléchit plus.
Après l'enlèvement, il y eut la torture, la découverte du Camp Oméga, la rencontre avec les prisonniers puis Camille, les premiers affrontements, l'horreur de l'accumulation des hommes et des femmes ici - puis Abigail, bien sûr. La créature a été stoppée par la commandante mutilée, qui a sauvé le scientifique alors qu'il vivait mille morts, au sens propre hélas.
Lui ne réfléchit plus, donc. Il fonce, à petite taille, à l'intérieur d'une salle inconnue. Il vient de vivre l'enfer... il s'agit de finir le travail, maintenant.

Atom parvient dans une salle entièrement blanche, troublante et dérangeante - mais finalement agréable.
Des runes lévitent, transmettant des messages qu'il ne comprend guère. Il manipule sa masse pour voler, mais semble redécouvrir... ses sens. Son corps, en général.
Il est bien, tout simplement. En adéquation totale avec son environnement, avec ce qu'il fait... il est bien, oui. Juste bien.

Mais il a une mission à mener, et entend la mener à bien.
Serrant les dents, Ray file vers quatre piliers, et glisse l'objet voulu et emmené dans la fente prévue à cet effet. Une réaction en chaîne suit, donc, et une explosion lumineuse s'empare de la salle - mais pas uniquement.
Camille l'appelle, exige son retour ; Palmer commence à retourner en arrière, mais sent que son corps... change, encore. Il se sent mieux. Il se sent bien, encore plus qu'avant. Il recouvre ses forces, sa puissance, a l'impression d'être reposé et d'être au maximum de ses capacités.


"... que se passe-t-il ?"

Atom vient de sortir de l'étrange salle blanche, et reprend sa taille normale pour courir avec Camille.
S'il remarque son expression heureuse, malgré l'horreur de ce qu'elle a fait et sa propre perte, il a bien conscience qu'ils ne peuvent pas traîner ici - car quelque chose se passe. Quelque chose qui les menace directement, et auquel il vaut mieux échapper !


"Je vous signerais des autographes plus tard - s'il y a un plus tard."

Il offre un sourire réconfortant et rassurant aux civils rencontrés par Camille et lui dans leur fuite éperdue. Si la jeune femme leur hurle dessus, lui tente d'être un peu sympathique... même s'il nourrit une peur similaire à la sienne, oui.
Il a bien compris que l'enfer est en train d'exploser dans le Camp Oméga, et qu'il serait vraiment trop dommage de périr ici et maintenant, après avoir vécu autant - après avoir affronté autant, tout simplement.


"Ca va bien se passer. Je vous promets que ça va bien se passer."

Atom leur ment - mais c'est pour la bonne cause.
Il se précipite, avec eux, dans le camion et ferme la porte derrière eux. Tous alors fixent l'extérieur... et l'extraordinaire phénomène qui s'y déroule.
Le Camp Oméga explose, implose plutôt. Il s'écroule sur lui-même, est au centre d'une tempête terrible, surnaturelle, qui est en train d'anéantir toute trace, tout élément, tout vestige de ce qu'il s'est déroulé ici ; et cela ne lui plaît guère.


"Hem."

Il grogne, en fixant le phénomène. Il sait que, au fond, c'est mieux... qu'il s'agit de la meilleure façon de "régler" le problème d'Abigail.
Mais c'est aussi idéal pour couvrir les traces, et empêcher de conserver les indices.
Lui se souviendra, les autres aussi - mais il n'y aura pas de preuve. Il faudra trouver autre chose, pour s'en prendre au gouvernement Wilson. Il faudra utiliser autre chose pour faire tomber le tyran.
Il faudra, oui ; il le fera.


"Nous avons tous joué un rôle ici, Camille. D'abord pour mal faire, ensuite pour bien faire, enfin pour survivre."

Le phénomène s'est arrêté. L'ancienne commandante est sortie, les autres l'ont suivi, lui de même, et tous fixent les décombres... les ruines. La poussière et les gravats.

"La situation fut un cauchemar, oui. Mais... ça va mieux."

Il sourit.
Rien n'est vraiment terminé, non - mais le pire a été évité, au moins aujourd'hui. Camille pourra ouvrir une ferme, oui, mais uniquement quand elle aura participé à la chute du gouvernement Wilson.
Rien n'est terminé, définitivement pas. Mais ils sont vivants, et le pire a été reporté. En soi, c'est une victoire fabuleuse vu ce qu'ils ont dû affronter.


"J'ai une bonne dizaine de rendez-vous, Camille. Après tout, je viens de ressusciter... mais j'ai le temps de les honorer."

Il hausse les épaules, et son sourire s'étend.

"D'abord, je vais dormir et prendre quelques antidouleurs. Je crois que ça ne sera pas de trop..."

Les mains dans les poches de son costume de prisonnier, Ray s'avance vers les décombres et attend le signal du départ.
Le pire a été reporté, oui - et sera géré un autre jour.
Aujourd'hui est une victoire. Aujourd'hui est une victoire très appréciable, et une très belle première pierre pour son retour !


(HJ/ Merci pour ce fantastique sujet ! Smile J'ai adoré, merci encore une fois ! /HJ)


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
 

[NWO] Aucun répit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [AIDE] Aucun jeu en plein écran avec emulateur PSX
» AIDE aucun fix gps
» WIFI ok mais aucun réseau detecté (Résolu)
» Plus aucun sat avec tomtom 7
» AIDE] Aucun service réseau problème problème

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ivy Town-