[New York] Passer de l'épique a pathétique, ça me rend apathique! (PV Beast Boy) (Terminé)

Inscription : 20/11/2016
Messages : 196
DC : Tsaritsa, Cir-El / Mia Kent et Gemini De Mille
Localisations : New York
MessagePosté le: Dim 5 Mar 2017 - 18:37
Une promesse est une promesse. Depuis que Raven avait réussi à me remonter le moral suite à l’incident de Seattle, j’avais décidé de mettre en application une des choses dont nous avions discuté, c’est-à-dire vivre sans utiliser mes pouvoirs. Dans la théorie, je ne les utilise pas de façon systématique donc facile. Dans la pratique… Et bien dans la pratique ce n’est pas SI facile que cela et ce n’est rien de le dire. Marcher, ce n’est pas le problème. Cuisiner non plus. Mais faire des farces a perdu de son côté « punché » faute de certains artifices que seuls mes pouvoirs peuvent me permettre. Je ne dirais pas que l’expérience me rend dépressive mais certainement plus morose et plus distraite. Pour preuve, ce matin, je suis partit avec le téléphone portable de Raven. Vous vous rendez compte?  Tu parles d’une étourderie qui aurait pu être évitée, ça…

C’est qu’un téléphone portable c’est sacré. On ne touche pas à ça sans permission. Pas le temps de faire demi-tour, la visite guidée de la statue de la liberté allait commencer. J’ai préféré ranger l’appareil dans ma poche et suivre le groupe. Je suis un peu déçu par contre : ce n’est pas aussi intéressant que je me l’imaginais et très certainement moins impressionnant que l’idée qu’on m’en avait fait. Enfin bon. Visitions. Visitions. On se fera une idée après. C’est quand même un monument très important de l’histoire des États-Unis. Ah? Le type derrière la Tour Eiffel a participé à la construction de la statue? Voilà qui est très intéressant… Note à moi-même : proposer une sortie romantique à Paris à Raven. Exploration culturelle ET moment de détente entre amoureuse. En voilà une bonne idée! Je lui en parlerai en rentrant à la maison et nous pourrons regarder… Hum?

Pourquoi les gens se mettent à crier et à courir dans tous les sens? Qu’est-ce qui se passe? Ah bah c’est sûr : profitez de la période où je ne peux pas utiliser mes pouvoirs pour faire débarquer des terroristes ou je ne sais quels criminels pour prendre tout le monde en otage. Vous vous foutez de moi là! Bon il va me falloir des renforts parce que sinon c’est clair que moi, toute seule, sans vraiment de possibilités de me battre efficacement contre des gens armés, ça ne va pas le faire. Chose certaine, si les films américains m’ont appris quelque chose, c’est que se planquer dans un placard à balais ou assimilable permet d’envoyer un appel de détresse avant de se faire capturer. Cliché, d’accord mais au point où j’en suis… Sauf que je vais envoyer un texto, en fait. Parler risque de me faire découvrir trop facilement. Bon. Je vais envoyer un texto à mon téléphone portable.

Pourquoi? Parce qu’en toute logique, c’est Raven qui a mon téléphone. Et par réflexe, si elle reçoit un texto, elle va regarder c’est qui et le message « AU SECOURS RAVEN! DES TERRORISTES ONT ATTAQUÉ LA STATUE DE LA LIBERTÉ! » est suffisamment clair pour qu’elle comprenne. Ce que je ne sais pas parce que j’écris frénétiquement c’est qu’au lieu de cliquer sur moi, j’ai été dans la section « historique des conversations » et j’ai cliqué sur son crétin d’ex petit ami, le responsable du bordel qui m’a mis dans cet état. S’il m’avait laissé m’occuper de la gemme, il y aurait eu une vraie fin heureuse à ce bordel. Du coup, bien malgré moi qui l’ignore pour le moment, si je me fais sauver aujourd’hui, ce sera par quelqu’un que j’aurais bien envie d’envoyer directement dans une super nova. Traduction : je ne l’aime pas, ce type. Voilà.

Mais ça j’aurai le temps d’y penser plus tard car me voilà découverte par les méchants et j’ai beau mordre, griffer et donner des coups de pied… On me ceinture, je me prends un coup de poing dans le ventre et ensuite je suis mise en joue par des armes à feu.  Et de penser que si je n’avais pas fait de promesse à Raven, ce serait moi l’héroïne du jour. Je ne veux pas être la princesse en détresse, c’est un rôle tellement ingrat, sexiste et suranné que ça devrait être interdit. Me voilà avec les autres, à genoux, mains derrière la tête à attendre… Je ne sais trop quoi si ce n’est qu’on nous a dit que les otages seraient exécutés un par un si les demandes des méchants n’étaient pas remplies. Vous parlez d’une journée foireuse. Mais au moins, Raven va venir me sauver. Ils ne sauront jamais ce qui leur est tombé dessus. Ça promet d’être épiquement épique tout ça!


"Tu as dit: quand les cochons voleront. Ils volent maintenant. Alors paie."

 Fiche RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Dim 5 Mar 2017 - 20:17
Mon téléphone vibre dans ma poche, je le sors un petit moment pour lire le message que je viens de recevoir.

"ça va on te dérange pas?
- Si, en fait si. Chut, je lis."

Accroché avec mon bras libre au filet qui emprisonne un monstre aquatique génétiquement modifié par un savant fou récemment installé dans le coin, j'étais sur le point de lui administrer un sérum qui servirait à le calmer, fabriqué par son créateur après avoir reçu une bonne motivation de la part des Outlaws. Quand j'ai vu le nom de Raven s'afficher sur l'écran de mon téléphone. Encore, j'aurais pu la mettre en attente, le temps de terminer le boulot (Arté tient fermement ensemble les bouts du filet, pendant que Bizarro maintient la bête hors de l'eau pour l'affaiblir en le soulevant d'en-dessous). Mais le début de message que je lis me pousse à déverrouiller pour terminer la lecture.

"Raven, mais qu'est- ce qui t'arrive?"

Une ombre dans le coin de l'oeil me sort de mes pensées, je me plaque contre la bête in extremis pour éviter le projectile tournant: la hache hallebarde de l'indomptable Amazone qui coupe trois cheveux juste au- dessus de ma nuque en continuant sa trajectoire.

"Tu mets le sauvetage en danger pour parler à ton ex!? Va crever Beast Per..."

J'enfonce l'aiguille dans le corps du monstre et injecte le produit, avant de bondir dans l'eau en prenant la forme d'un dauphin.

"Les gars, j'emprunte le vaisseau!"

Je fonce jusqu'à la plage et ressors sous forme humaine, pour courir vers l'appareil qui permit à Starfire de venir sur Terre. C'est devenu une propriété des Outlaws depuis qu'elle en a fait partie. Il sert aux voyages de longues distances, on peut traverser l'espace en très peu de temps. Et pas de la manière dont vous pensez. Je saute dedans précipitamment et enclenche le démarrage en indiquant la destination. Le vaisseau disparaît de son emplacement habituel au moment où les autres Outlaws sont sur le point de me rattraper pour me demander des explications, pour apparaître quelques dizaines de mètres au- dessus de la statut de la Liberté. Et ça, en une fraction de seconde. Vive la téléportation et la technologie alien! Je laisse le joujou immobile dans le ciel, pour bondir dehors en me changeant en faucon pèlerin.

Les terroristes empêchent quiconque de sortir, ils forcent le personnel à fermer les lieux aux futurs visiteurs et bannir l'accès, comme si le monument n'est plus du tout apte à accueillir qui que ce soit. Tous les otages sont réunis au plus haut de la statut, dans la tête plus précisément. Ils sont seuls face à des criminels déterminés. Criminels qui ne restent pas tous immobiles, la majorité s’affaire dans tous les temps en plaçant des fils et des appareils un peu partout. J'entre par une ouverture de la couronne et me pose sur la tête de Maggie.

"Coucou Cinq D, où est Raven? On s'éclate ici, elle devrait adorer!"

Je me change en fouine pour descendre d'elle et me pose au sol, entre le mur contre lequel on l'a assise, et son popotin. Disons clairement que j'essaie de me cacher, rien de louche là- dedans, c'est promis.

"C'est un jeu entre vous c'est ça? Tu joues la demoiselle en détresse et elle vient te sauver, après vous fêtez ça bien comme il faut? Je n'aurais jamais cru que Raven accepterait de faire ce genre de jeu, elle doit beaucoup t'aimer. Je n'ai jamais eu le courage de lui demander, pourtant ça apporte du piquant. ça change des trucs habituels comme le SM, les gens en Cinq D ont vraiment plus d'imagination qu'en trois D, ça me plaît. Par contre, tu t'es trompée de numéro... Et de téléphone; T'as le téléphone de celle que tu veux appeler, désolé de te décevoir."

Même si elle s'est trompée, Maggie va tous les bouffer, elle a des pouvoirs sans commune mesure. Pas besoin de Raven ou qui que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 20/11/2016
Messages : 196
DC : Tsaritsa, Cir-El / Mia Kent et Gemini De Mille
Localisations : New York
MessagePosté le: Dim 5 Mar 2017 - 21:40
De toutes les personnes sur cette foutue planète, il fallait que je tombe sur lui. Quelqu’un quelque part me hait avec l’énergie du désespoir. C’est officiel. C’est la journée la plus pourrie qui soit. Pas de pouvoirs donc pas de résolution rapide et maintenant l’ex de Raven. Je lui jette un regard particulièrement assassin surtout que j’ai un nom et ce n’est pas cinq d. Évidemment, comme je suis attachée, je n’ai pas le luxe de me retourner pour regarder ailleurs. Je ne peux pas non plus lui crier des insultes sans attirer l’attention. Je ne peux même pas lui sauter à la gorge pour l’étranger. Car je l’aurais bien fait. Il s’agit bien de la seule personne pour qui j’ai vraiment de la haine. Je ne suis pas méchante par nature. C’est un fait. Mais le coup de la gemme… Je ne peux pas oublier ou pardonner si facilement un tel acte. C’est… Je ne… Et puis… Non.

C’est au-dessus de mes forces, voilà. Pour le moment c’est absolument impensable. Un jour, peut-être. Mais pas maintenant. Surtout pas maintenant. Reste zen Maggie. T’énerver ne servira à rien et surtout, ça risquerait de provoquer des complications. Le problème c’est que l’ex de Raven ne sait pas quand la fermer alors plutôt que de me calmer, je ne fais que m’énerver davantage ce qui risque de me désigner comme suspecte parce que soyons honnêtes, un otage qui commence à s’énerver tout seul, ce n’est pas très commun. En général il faut une cause et très certainement pas pendant une telle situation. Je vais penser à des trucs joyeux, ça va me… Mais je ne te le permets pas, goujat! Pervers! Obsédé! Oser prétendre que tout ceci est une sorte de jeu… Plus ou moins intime… Avec Raven… Je ne sais pas ce qui me retient de… Absolument rien en fait!

Il s’est transformé en fouine et il est derrière moi, non? Je recule précipitamment contre le mur. Comment on se sent une fois écrasé, butor! Je défendrai ma réputation, celle de Raven et mon couple avec l’énergie du désespoir s’il le faut! Comment peut-on oser dire des choses pareilles? Bon il a peut-être essayé d’être sympa mais entre comment lui le perçoit et moi je le perçois… Et considérant que… Oh et puis zut. Je m’avance un peu pour lui donner de l’air. On va essayer de lui donner discrètement des informations. Je demande aux terroristes si je peux baisser les bras à cause de crampes et on me les attache avec une sorte de bande plastique dans le dos. Tant mieux. Ils n’ont pas vu la fouine et donc je peux utiliser le langage des signes pour communiquer. C’est beaucoup moins risqué de se faire surprendre et pour quelqu’un qui ne le parle pas…

J’ai juste l’air de remuer les doigts pour la bonne circulation du sang, vous voyez? Ingénieux, non? J’essaie donc de lui expliquer la situation, ma promesse à Raven concernant mes pouvoirs, l’échange accidentel de téléphone, le minimum pour tenter de formuler un plan et me sortir de cette situation pénible. Les autres otages aussi de préférence mais bon. Là dans l’instant, c’est surtout de trouver une solution pour rentrer au plus vite dans les bras de Raven et avaler, oh, je ne sais pas, une douzaine de tubes de calmants parce que l’ex de ma petite amie est plus énervant que tous les singes, gorilles, macaques, ouistitis et autres primates de cette planète mis ensemble. Comment elle a fait pour endurer un type pareil? Il parle cinq secondes et je suis aux limites du meurtre avec préméditions! Ce n’est pas humain ça! Comme si c’était le moment de faire le pitre!


"Tu as dit: quand les cochons voleront. Ils volent maintenant. Alors paie."

 Fiche RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Sam 11 Mar 2017 - 15:40
Je retiens un cri de surprise en sentant le derrière de Maggie m'écraser contre la paroi, elle n'y va pas de main morte. Elle me libère d'un coup, c'était sûrement sa manière de montrer qu'elle est contente de me voir... Ou pas. Je l'entends demander de baisser les bras, bras qu'elle ramène dans son dos pour me faire des signes. Je connais le langage des signes, il y a des cours en permanence dans ma chaîne documentaire préférée, à des moments déterminés de la journée. Je ne les suivais pas au début, puis je laissais le programme sans y faire vraiment attention, avant de trouver le concept bien plus intéressant qu'il n'y paraissait et le suivre. Toute l'histoire m'est alors racontée de manière atypique, je souris d'amusement à propos de la promesse et de l'échange de téléphone. Je peux détecter dans ses mouvements de doigt son énervement, j'espère que j'en suis pas la cause. ça serait dommage de se fritter, alors qu'on vient à peine de se retrouver!

"Pigé. Je vais faire du repérage, je reviens."

Lançai- je en chuchotant pour ne me faire entendre que d'elle. Avant, je serais juste apparu devant les criminels pour me battre jusqu'à mon dernier souffle. Mais ça c'était avant que je n'apprenne qu'il est dangereux de provoquer un ennemi qui a des otages et n'a aucun scrupule à leur tirer dessus. Ceux- là, je sais pas encore de quel bois ils sont faits. Allons voir ça.

L'exploration de la Statue de la Liberté n'a rien d'une visite touristique, c'est rempli d'hommes armés jusqu'aux dents. Je ne comprends pas ce qu'ils fichent là, et pourquoi ils sont en train de mettre des câbles et du matériel vaguement éléctronique partout. Red Robin aurait compris, lui. Mais même sans ses connaissances, quelque chose me dit que je ne veux pas voir ce qu'ils feront quand ils auront fini. Un mercenaire se gratte le cou en grinçant des dents, je remarque alors une fissure circulaire à la base du cou qui disparaît aussitôt quand il cesse de toucher sa peau. J'ose pas croire ce que je viens d'imaginer comme explication... De toute façon, c'est pas mon problème: je dois d'abord trouver un moyen de sortir tout le monde sans encombre. Je soupire en revenant dans la salle des otages, je n'ai pas trouvé de chemin sûr. Je vais devoir mettre un plan dangereux en place, j'ai jamais aimé ça.

"5D."

Dis- je en retournant à ma place: derrière son popotin.

"J'ai un moyen d'évacuer tout le monde, mais je vais avoir besoin de ton aide. Je vais m'occuper des méchants, pendant que t'envoies tout le monde par la fenêtre. On a plus beaucoup de temps, je sens qu'ils ont presque fini ce qu'ils veulent faire et j'ai aucune idée de ce qu'ils feront de vous à la fin. Tu entames l'évacuation à mon signal."

Envoyer tout le monde par la fenêtre doit être vachement mystérieux pour elle, mais j'ai pas le temps de lui expliquer, elle va devoir me faire confiance. Je me déplace pour me retrouver à l'autre bout de la salle, éloigné des otages, et me change en un énorme lion. C'est le signal.

Les gardes présents sursautent de surprise et me tirent dessus avec leurs mitraillettes, je prends une forme plus petite pour esquiver. Le vaisseau avec lequel je suis arrivé répond à mon ordre silencieux de se placer devant l'une des ouvertures formées par la couronne autour de la tête de la Dame Liberté. L'appareil est ouvert et propose une passerelle. Pendant ce temps, un petit chat rouge fonce sur les tireurs et leur saute dessus en devenant un ours en colère qui abat ses énormes pattes sur eux. Le combat commence, j'espère que leurs petits copains ne se pointeront pas de si tôt, ou je serai vite débordé.

"Dépêche- toi Maggie, je tiendrai pas éternellement!"
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 20/11/2016
Messages : 196
DC : Tsaritsa, Cir-El / Mia Kent et Gemini De Mille
Localisations : New York
MessagePosté le: Dim 12 Mar 2017 - 3:07
C’est une honte. Me voilà relégué au vulgaire rang de « coordonnatrice des otages en fuite ». Je suis la fille du plus puissant être de la Cinquième Dimension et à cause de cet infernal personnage, je suis forcée, pour une durée indéterminée, de ne pas utiliser mes pouvoirs alors que j’aurais pu sauver tout le monde d’un claquement de doigts. J’enrage! Du calme Maggie, du calme. Si tu t’emportes, ça va mal finir. Mais en même temps c’est tellement… Frustrant! Je déteste me sentir inutile. Je déteste ça! Je veux aider, bien sûr. C’est toujours mieux que de rester là bêtement à ne rien faire! Je vais l’étrangler. Dès que nous en aurons terminé avec cette histoire, je rends service à l’humanité et je l’étrangle. Tout est de sa faute après tout. Forcément. Ce type attire la malchance ou un truc du genre, c’est sûr et certain.

Quand la confusion s’installe, je dirige les gens vers la « fenêtre » comme on m’a indiqué de le faire parce que bon hein. Que voulez-vous que je fasse d’autre? Je ne peux pas utiliser mes pouvoirs et si j’essaie de me battre, je risque d’envenimer les choses. Je fais donc le nécessaire pour que les otages sortent en plus ou moins bon ordre en me demandant comment cette histoire va se terminer, après tout. Je regarde presque avec envie Beast Boy se battre. Et de penser que j’aurais pu faire tant de mauvais tours à ces méchants pour leur apprendre une bonne leçon… Rappelez-vous, je ne blesse ni ne tue, ce qui fait que mes pouvoirs me servent davantage à modifier le champ de bataille qu’à causer quelques dommages ou à faire des actions offensives. Vous pouvez critiquer tant qu’il vous plaira, à chacun son truc et à chacun sa vision des choses également.

Nous faisons tous des choix dans la vie et nous nous devons d’accepter de vivre avec. Je suis en train de me dire que c’est vraiment une journée merdique et que mon rôle dans cette histoire est nul quand un otage trébuche, se fait du coup remarquer par les méchants et l’un d’entre eux décide qu’il va se faire une joie de le poignarder. Je ne sais pas pourquoi il décide de faire ça et pas de lui tirer dessus ou de se concentrer sur la cible qui peut lui faire du mal soit Beast Boy. Et moi comme une conne, je décide de m’interposer en oubliant un détail de taille : comme je ne peux pas utiliser mes pouvoirs, ce qui s’oppose à la lame c’est mon corps et pas un bouclier que j’aurais conjuré. Mouais. Pas forcément mon plan le plus brillant. Je n’ai pas la fibre d’une super héroïne, ça non. Mais en même temps, je ne vais pas faire la spectatrice et ne rien faire quand même!

Mais Maggie, tu viens de la Cinquième Dimension, il ne va pas te faire mal ce couteau! Oui et non. Dans la théorie, c’est vrai. Vos lois ne s’appliquent pas systématiquement à moi. Mais… Comme j’ai volontairement décidé de vivre sans pouvoir cela veut dire modifier ma réalité pour être « synchronisé » avec votre dimension donc oui, oui le couteau peut me faire du mal. Et il m’a fait mal d’ailleurs. Je suis relativement chanceuse, c’est le bras qui est touché. OUCH! OW OW OW! Pas cool! Vraiment pas cool! Je ne me gênes pas pour invectiver Beast Boy en le tenant pour responsable de mes malheurs et en lui faisant très clairement savoir que je vais transformer sa gorge en structure en deux dimensions si je lui mets la main au collet. C’est de sa faute! Raven, je te jure que quand je rentre à la maison, on va avoir une solide discussion sur l’utilisation des pouvoirs!


« BORDEL! Je te hais Beast Boy, tu m’entends? C’est de TA faute tout ça! »


"Tu as dit: quand les cochons voleront. Ils volent maintenant. Alors paie."

 Fiche RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Dim 12 Mar 2017 - 11:30
"Euh... Je tiens à préciser que je ne tiens pas le couteau."

Dis- je en assommant l'assaillant de Maggie de mon poing gorille. Je pensais que les choses se passaient bien, que rien ne pouvait arrêter l'évacuation, tant que je ferais barrage avec mon corps. Mais comme toujours quand je suis dans le coin, la malchance me suit comme la peste. On se retrouve maintenant avec un otage au sol, la cheville foulée, et une femme de la cinquième dimension capable de me retourner à la poussière avant l'heure d'une simple pensée -ce n'est plus le cas pour l'instant à cause d'une promesse faite à Raven- en colère, qui me tient responsable de sa blessure. Blessure dont il faut rapidement s'occuper, j'ai bien peur qu'elle ne s'aggrave sinon. Raven va me tuer, si elle apprend que je n'ai pas été capable de protéger sa copine... Sans compter que, de façon tout à fait personnel, je me sens coupable. Elle fait partie des victimes de cette prise d'otage: j'aurais du faire en sorte qu'elle reparte indemne, comme tous les autres. Ce sauvetage est un échec, le mot qui qualifie le mieux ma vie. Faire partie des Outlaws et avant, de la Doom Patrol avec des êtres rejetés de la société, était de toute évidence ma destinée.

Comme toujours, au lieu de laisser ces pensées sombres s'exprimer au travers d'une émotion ou d'une parole ou d'une hésitation, j'ai préféré faire du sarcasme et continuer d'avancer. Même si un tel comportement est totalement absurde dans le monde dans lequel je vis. Je suis une absurdité à moi tout seul, je le sais bien assez, tes yeux n'ont pas besoin de me l'exprimer aussi fort, Maggie. Elle est blessée, en essayant de sauver quelqu'un d'autre, le job qui est le mien dans cette situation où je suis censé être le sauveur. Qu'est- ce que je peux faire maintenant?

"On en a fini avec les installations, occupez- vous des ota..."

Le garde se fige en entrant dans cette pièce chaotique. Il y a des corps inertes partout, tous du à mes coups bien placés. Vide cependant des otages, sauf un seul encore au sol essayant de se relever malgré son handicape, et une femme saignant du bras assez gravement. Dans sa panique, il lève son arme dans le but de tirer à vue. Je chope la cheville du type que je viens d'assommer et utilise son corps comme batte de base-ball sur son pote pour l'envoyer contre un mur, mes bras de grand singe me donnant une allonge conséquente. Je bondis ensuite pour attraper l'otage et Maggie que je pose chacun sur une épaule. Je sens déjà des secousses faire vibrer toute la statue, ça doit être énorme! Le mercenaire a dit qu'ils ont fini, je dois vite évacuer. Je bondis par la fenêtre alors que les vibrations s'enchainent, mais avant d'avoir pu m'éloigner d'un mètre de la statue, on est happé à l'intérieur par une force générée lors de la téléportation de la structure. Je relâche l'otage et Maggie en heurtant brutalement le sol, roulant jusqu'à me cogner contre le mur en face de la fenêtre qu'on vient d'emprunter dans les sens inverse.

"Génial... Liberté nous retient prisonnier, on aura tout vu. Au moins quelqu'un qui se sera attaché à moi..."

Je reprends ma forme humaine en me relevant.

"Tout le monde va bien?"

L'otage ne répond rien, il est assommé. Je me dirige vers la fenêtre après avoir aidé Maggie à se relever. Qu'elle me laisse faire ou pas, je vais ensuite voir par la fenêtre si on peut repartir, mais les choses prennent une tournure sans nom: j'ai en face de moi la Tour Eiffel. Comme si je venais de prendre une chambre d'Hôtel à Paris, avec la meilleur vue. Je l'aurais crue, si juste à côté d'elle, bien plus bas, il n'y avait pas Stonehenge. Les mercenaires sortent comme des fourmis travailleuses des pieds de statue, sans venir vérifier que tout va bien. Nous sommes dans une sorte de hangar géant.

"Et bien, on dirait qu'on a kidnappé la Statue de la Liberté... Et nous avec. Avant tout, occupons- nous de cette blessure."

Puisqu'on en est là, autant user des clichés jusqu'au bout: je déchire mon t-shirt pour en faire des bandages.

"Approche."
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 20/11/2016
Messages : 196
DC : Tsaritsa, Cir-El / Mia Kent et Gemini De Mille
Localisations : New York
MessagePosté le: Dim 12 Mar 2017 - 16:50
« Ne me touche pas! Je suis capable de m’occuper de moi toute seule. Et tu sais quoi? C’est de ta faute. Si au lieu de faire le singe tu m’avais laissé gérer Raven, je serais avec elle en ce moment. Je pourrais utiliser mes pouvoirs librement, je n’aurais pas des cauchemars récurrent sur ce que j’ai fait et effacé de vos cervelles à toi et à tes potes et un VRAI super héros serait en train de gérer cette situation! »

Je suis furieuse. Vraiment furieuse. Ce qui est plutôt rare mais bon. Ça arrive de temps en temps, même aux meilleurs. J’ai mis ma main sur mon bras pour stopper l’écoulement du sang avec plus ou moins de succès. Aucun muscle, tendon, ligament ou os de touché gravement. Ça saigne mais c’est plus impressionnant à regarder que ce n’est réellement grave. Ce type est une manifestation pure de la malchance, ce n’est pas possible autrement. De dire qu’il y a du mauvais sang entre nous serait très peu dire, en fait. À tout le moins, moi j’en ai gros sur le cœur face à lui. Considérant notre situation, se retrouver divisés ne peut que nous nuire mais je ne suis pas en état pour me montrer objective dans cette histoire. On a des comptes à régler lui et moi, qu’il le veuille ou non. Il est entre moi et Raven. Ou pas, peut-être pas mais on ne sait jamais.

C’est son ex après tout et il a tenté une carte très risquée en ma présence. Vous pensez que je l’ai bien digéré, ça? Bien sûr que non! Additionnez une série de facteurs et vous comprendrez pourquoi je veux sa tête. Enfin peut-être pas quelque chose d’aussi extrême mais une chose est sûre. Je refuse de l’aider tant et aussi longtemps que je le jugerai indigne de confiance. Est-ce que c’est mettre nos vies en jeu? Oui. Est-ce que je m’en soucie? Non. J’en ai gros sur le cœur. Des comptes à régler. De la colère que je ne sais pas comment gérer. Le fait de ne pas pouvoir utiliser mes pouvoirs n’aide certainement pas à la situation non plus. Je me sens nulle. Inutile. Et je déteste ça. Vous ne pouvez pas savoir ô combien je déteste ça. La faute à qui? À lui. À ses potes. Et pour quoi, au juste? Leur petite gloire personnelle, certainement pas juste pour Raven, oh ça non.


« Alors, monsieur le héros, on fait quoi, avec un otage inconscient, un autre blessé et pas de moyen de mettre les voiles car on ne sait pas qui sont ces types ni ce qu’ils veulent? Typique des super héros : on tape d’abord, on questionnera ensuite. Et dis-moi, gros malin, si on a besoin de renforts, on fait comment? Il y a un paquet de criminels en bas. Tous armés. Et on ne sait pas qui est leur patron non plus. »

Je sors le téléphone portable de Raven mais évidemment, pas de signal. Je pourrais utiliser le lien entre le bijou que je lui ai donné et moi mais… Est-ce que je veux vraiment rajouter Raven dans cette dispute en devenir? Très certainement pas. Je suppose qu’elle serait de mon côté mais tout d’un coup qu’elle déciderait de faire bande à part? Non on va régler ça ici et maintenant. C’est le bon vieux « si tout le monde ne travaille pas ensemble, on risque d’y rester ». Convaincs moi de t’aider alors, si tu le peux, monsieur le pitre. Je ne miserais pas sur toi par contre. Ce type serait incapable d’être sérieux même si sa vie en dépendait, c’est clair! Comment Raven a pu se mettre en couple avec un type pareil? Non. Non je ne veux pas savoir! Ouste les images, ouste! Il y a des choses que je préfère ignorer et de loin et ça, ça en fait partie!


"Tu as dit: quand les cochons voleront. Ils volent maintenant. Alors paie."

 Fiche RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mer 15 Mar 2017 - 19:55
Vous allez me dire que j'ai déchiré mon troisième t-shirt préféré pour rien? Sérieusement? Et elle m'engueule en plus, sa rancune est plus forte que tout on dirait.

"T'avais pas l'air de gérer quoi que ce soit, je pouvais pas prendre le risque que plus de gens meurent par la faute de Maléfique Raven... Franchement, comment t'as fait pour pas voir qu'elle était devenue totalement cinglée? C'est plus de l'aveuglement à ce stade..."

Je n'ai pas vraiment d'instinct de survie, je ne me tends pas vraiment compte que Maggie pourrait rompre sa promesse à tout moment pour exercer tous actes atroces qui doivent lui passer par la tête quand elle voit ma tête. Et en même temps, la rompre voudrait dire qu'elle a bien plus de haine que d'amour en elle, ce serait bien suffisant pour briser son couple... Chose que je ne veux pour rien au monde. Oui, je suis toujours irrémédiablement attiré par Raven, mais pas au point de souhaiter le malheur d'autrui. C'est pas ça le bonheur, j'ai assez empoisonné ma vie en rendant d'autres personnes coupables de mes faiblesses internes. J'ai l'impression que Maggie emprunte cette voie aussi, ce qui ne m'étonne pas du tout en fait. J'ai commencé à la mort de Terra, enfin, à sa supposée mort. En gros, la première fois que mon coeur a été brisé pour la première fois. Même sa trahison ne m'a pas fait cet effet. L'amour est le premier pas vers la faiblesse, quand il sert à nourrir les mauvais sentiments. Je me demande si je peux aider cette fille. Je peux peut- être essayer, si elle m'en laisse l'occasion.

"Ce qu'on fait? Toi, rien. Comme tu l'as si bien dit: on a des civils qui demandent du baby- sitting, reste ici jusqu'à ce que je revienne. Je peux pas laisser ces types chourer des monuments sans réagir."

Je tire sur son bras pour qu'il lâche la blessure saignante, et place les bandages de fortune autour de sa blessure, malgré ses protestations. Ma vie est en danger par ce simple geste, mais je préfère tenter quelque chose que de la laisser dans cet état. Surtout qu'elle a raison: tout est de ma faute, je suis incompétent tout seul. Je peux à peine me gratifier d'être bon en travail d'équipe. Laissez- moi me débrouiller tout seul, soit je rate ce que j'entreprends, soit je vire bad guy. Irrécupérable... Je soupire en la relâchant, et pars vers la porte.

"Je vais devoir enquêter et mettre des types au tapis, c'est pas une activité pour une simple humaine. Je suis désolé pour ta blessure, reste te reposer."

J'ouvre, passe et referme la porte derrière moi. Je pense soudainement que j'aurais pu passer par la fenêtre en me changeant en faucon, je serais descendu plus vite... C'est trop tard maintenant, je peux pas revenir comme ça. Pas devant eux. Pas après tout ce que j'ai dit en mode "je gère les gars". ça va tuer tout l'aspect épique de ma sortie. Je soupire à nouveau et me rpépare à prendre les escaliers, quand j'entends la porte que je viens de refermer tourner sur ses gongs dans mon dos.

"Euh... T'as besoin de quelque chose?"
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 20/11/2016
Messages : 196
DC : Tsaritsa, Cir-El / Mia Kent et Gemini De Mille
Localisations : New York
MessagePosté le: Jeu 16 Mar 2017 - 4:25
Après qu’il soit sorti, je me suis levé, j’ai rouvert la porte et quand il s’est retourné, je lui ai lancé son bandage à la figure avant de claquer la porte. Je. Me. Débrouille. Seule. Et de toute façon, j’ai à faire. Je ne peux pas utiliser mes pouvoirs, d’accord. Mais est-ce que vous avez déjà vu le film LEGO, où les maitres bricoleurs ne voient pas le monde mais une infinité de possibilités permettant de créer toutes sortes de choses? En ce moment, je suis un peu dans ce mode, à observer mon environnement et à regarder ce qui pourrait me servir. Je ne vais quand même pas le laisser s’amuser tout seul. Bon voyons voir. Cet endroit est comme une sorte de musée ou je ne sais trop ce qui veut dire qu’il y a forcément un placard pour l’entretien ménager des lieux. Il y aura donc du savon ou des produits à base de savon. Peut-être même de la cire en plus!

Ensuite, le but c’est de rendre la vie misérable à ces gens qui ont volé la statue de la liberté. Quoi de mieux que de piéger les portes, les escaliers et le reste? Ils ne vont quand même pas escalader la statue pour se rendre jusqu’à nous! Ce serait complètement débile comme comportement. Idéalement, il me faudrait des billes. Attendez voir… C’est une machine distributrice pour les boissons gazeuses ça! Non seulement, les boissons elles-mêmes me seront utiles mais ce genre d’équipement utilise ces fameux roulements à billes qui contiennent ce dont j’ai besoin. Comment ça, pris de propriété privée? Je rembourserai, au pire, j’essaie de nous sortir de ce bourbier moi! Vous n’allez quand même pas me dire que les super héros ne cassent jamais rien! Je ne vous croirai tout simplement pas. Je peux être naïve mais certainement pas à ce point quand même.

Quelle bonne idée j’ai eu de me taper tous les films de la série des « home alone » récemment. Me voilà inspirée pour un tas de mauvais coups. Évidemment, mon bras me fait mal mais je préfère encore souffrir à laisser cet insupportable Beast Boy s’occuper de moi. Je ne suis pas une princesse en détresse, bon. Qu’il arrête de me traiter comme une sorte de poupée en porcelaine, c’est super frustrant. Bon alors… La solution savonneuse ici, la cire là, les roulements à bille démontés de ce côté, les cannettes de boisson gazeuse proprement empilées… Il me manque quelque chose mais quoi? Je sens qu’il me manque quelque chose mais je n’arrive pas à mettre le doigt dessus. Si concentrée que je suis que je ne me suis pas rendue compte que Beast Boy est revenu dans la pièce et pour la peine, il se prend um violent coup de balai sur la tête. CRAC! Ça doit faire mal…


« Mais t’es malade? J’aurais pu te faire vraiment mal là! Pratique ça, le héros dans les pommes avec une commotion cérébrale en prime! Qu’est-ce que tu veux, tu ne vois pas que je travaille? Et en plus je suis convaincue d’oublier quelque chose et… MAIS BIEN SÛR! Tu peux te transformer en n’importe quel animal, pas vrai? Je gagerais que tu peux aussi faire les insectes, non? C’est le même règne après tout!

Il faut que tu te transformes en tarentule, j’ai besoin de collecter de son poil. Ça fait un super composé irritant. Normalement tu le dilues avec autre chose, c’est bien trop efficace voire dangereux sinon mais là… On s’en fout ce sont des méchants. Pourquoi je n’y ai pas pensé plus tôt? Un ennemi neutralisé est un ennemi qui ne reviendra pas aider ses potes et rien n’est pire que d’horribles démangeaisons. Je suis géniale! »


"Tu as dit: quand les cochons voleront. Ils volent maintenant. Alors paie."

 Fiche RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Lun 20 Mar 2017 - 17:52
"D'accord... C'était trop serré, c'est ça?"

Dis- je alors que les bandages glissent de mon nez. C'est bien évidemment ironique, ça ne doit être autre chose que la frustration qui l'a amenée à se montrer aussi sèche avec moi. Je le sais et m'en porte assez bien, pour tout dire. Je reprends ma marche descendante jusqu'à la sortie qui n'est pas fermée. Pourquoi les mercenaires l'auraient fait? Personne n'est censé les avoir suivi. Je suis émerveillé par les édifices autour de moi, ces salopards ont trouvé un super moyen de récolter tous les plus beaux monuments du monde, y compris les sept merveilles du monde. En me mettant dans la tête du cambrioleur de base, comment compte -t- il revendre tout ça? Ce serait débile à souhait de voler toutes ces choses juste pour les collectionner, c'est pas des pokémons. Et encore, des pokémons peuvent évoluer, se battre, se ranger dans des petites boîtes rondes... Ces trucs sont juste encombrants. Ils ne pourront pas rester dans ce hangar éternellement, ça serait trop cramé.

Durant mon exploration, j'entends des bruits de pas. Je vais me cacher derrière l'un des géants de l'île de pâques.

"Les enchères vont commencer, postez- vous à l'entrée!
- Mais pourquoi on doit encore garder ces masques? La mission est finie, on va bientôt quitter cette planète primitive. J'ai chaud!
- Parce que si les choses tournent mal, et qu'il faille les remettre, tu ne pourras plus après destruction du camouflage! Ta gueule maintenant et souffre en silence!"

Je suis la première personne à avoir parlée, sous forme d'insecte, jusqu'à la porte, suivi par deux autres hommes, dont son interlocuteur à l'air bougon maintenant. J'entre à l'intérieur avec lui et... C'est comme se retrouver sur le plus haut gradin du plus grand opéra que vous ayez jamais imaginé. Et putain que c'est plein! Plein d'aliens de toute sorte, discutant plus ou moins en chuchotant durant le discours de celle qui semble être la maîtresse de ces lieux et de toute cette mascarade. Des hologrammes modèles réduits des monuments se retrouvent tout autour d'elle, sur l'estrade géant sur lequel elle est postée. Les enchères vont bon train. Cette bande de fous furieux sont en train de vendre des biens qui n'appartiennent pas à leur monde. Bordel... Je sais absolument pas quoi faire.

Je repars dans le sens inverse pour quitter cette salle et revenir dans le hangar-musée où sont exposés les monuments. Je remonte sur la statue en volant sous forme de corbeau, saisis le bord de la fenêtre sous ma forme humaine, une fois à destination, et me propulse à l'intérieur pour retomber accroupis.

"Les gars, on a un problème..."

Quand j'essaie de me relever, un coup de balai sur la tête m'en dissuade. La douleur est supportable, mais pas agréable du tout. Je frotte ma tête en remerciant le grand Dieu de ne m'être pas mordu la langue.

"T'as un grain!"

Elle me frappe, mais c'est moi qui me fait engueuler ensuite. Maggie a certain toupet... Je l'écoute blablater en me relevant, son discours finit par me faire sourire avec amusement, oubliant la douleur.

"Au moins une qui a l'air de s'amuser... ça doit être une sorte de sortie scolaire pour toi. Ton optimisme me plaît, je vais donc m'exécuter. Par contre, c'est pas un insecte mais un arachnide."

Je me transforme en mygale et me rapproche de Maggie pour qu'elle récupère mes poils.

"Ce truc est bien plus gros que ce que je croyais, c'est pas de simples vols. C'est des cambrioleurs de planète -non j'ai pas trouvé mieux comme nom- qui vendent nos monuments aux enchères à des aliens venant de toute la galaxie... ça devrait être interdit ce genre de truc. Je demanderai à un Green Lantern si j'en croise. En attendant, on doit trouver un moyen de les arrêter avant qu'ils ne quittent la Terre avec notre héritage. Des idées?"
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 20/11/2016
Messages : 196
DC : Tsaritsa, Cir-El / Mia Kent et Gemini De Mille
Localisations : New York
MessagePosté le: Mar 21 Mar 2017 - 3:23
Attends quoi? Les types qui ont piqué la statue de la liberté veulent vendre ledit monument sur une espèce d’enchère galactique? Et comment veux-tu que j’empêche une telle chose, rappelons-le à nouveau, sans mes pouvoirs? Avec mes pouvoirs, c’eut été un jeu d’enfant. Quand on peut manipuler la réalité, un univers de possibilités s’offre à vous. Mais sans mes pouvoirs? Je sais faire des dizaines de types de farces différentes, de tours pendables et assimilables. Mais triompher de tout ce beau monde, car je les suppose nombreux au vu de la réaction de l’ex de Raven… Comment voulez-vous que je réussisse un coup pareil? Ce n’est plus juste un défi, ça relève carrément du miracle! Comment, à nous deux, allons-nous réussir un coup pareil? Je ne saurais même pas par quoi commencer. Non là vraiment, je ne vois pas. Pas du tout.

Nous sommes inférieurs en nombre, déclassés technologiquement et en termes de ressources et ces gens-là n’hésiteront pas à nous tuer. S’ils sont prêts à voler des monuments entiers pour les revendre, il est évident qu’ils ne voudront pas de témoins ou pire, nous allons connaitre les chaines de l’esclavage, ce qui ne me tente pas du tout. Ma place est aux côtés de Raven, pas perdue à l’autre bout de l’univers pour je ne sais quelle obscure raison. Comment régler ce problème sans trahir ma promesse à Raven? L’emporter sans utiliser mes pouvoirs? Ça me purge. Ça me pompe. Et quand je deviens mécontente, je deviens davantage irritable et déjà que je n’étais pas facile à vivre il y a cinq minutes… Devinez qui risque de trinquer, pour le coup, encore une fois…


« En gros, il y a une armée de débiles de l’espace qui veulent acheter la statue de la liberté comme tu achèterais un vase ancien… Et on est deux dont moi privée de mes meilleurs moyens de défense. Je ne voudrais pas sonner défaitiste mais ce n’est pas avec du poil à gratter que je vais neutraliser ces types. Et toi bah… Même Godzilla a ses limites. Boule puante et sac à pet, ils vont nous faire notre fête… »

Oui. Boule puante et sac à pet. C’est déjà plus poli qu’un juron. Et je suis désolée mais je ne vois vraiment pas ce que je pourrais faire d’utile ou de constructif pour sauver nos fesses. J’aimerais vous dire « EUREKA! J’AI TROUVÉ! » mais là je sèche. Peut-on me blâmer? Pendant des années j’ai toujours utilisé mes pouvoirs comme une extension de ma personne. Pas comme une solution facile à tous mes problèmes, bien sûr que non. Vous allez me demander la différence et je vais vous répondre qu’il y a une différence entre la modération et la dépendance, tout simplement. Comment on va s’en sortir? Je me sens complètement nue et démunie sans mes pouvoirs. Ils sont une partie de moi autant que mon nom de famille! Je suis une Mxyzptlk bon sang et je… Non, non, NON! J’y ai pensé! J’ai pensé à mon nom! MERDE! IL va venir et… Oh non!

« Bah alors… La fifille de son papa chéri a des problèmes? Allons ma puce, tu n’as qu’as utiliser tes pouvoirs, ce n’est pas si compliqué… »

« Papa, ouste! J’ai promis à Raven de ne pas utiliser mes pouvoirs! Je fais sans et c’est tout. Va embêter Superman, ça me fera des vacances! »

« La fille de Trigonichou? Oh allons Maggie, tu es une Mxyzptlk et dans la famille, on utilise nos pouvoirs. Je prends ce jeune homme pour témoin. N’est-ce pas mon garçon que chez les Mxyzptlk il est normal d’utiliser ses pouvoirs? »


"Tu as dit: quand les cochons voleront. Ils volent maintenant. Alors paie."

 Fiche RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mer 22 Mar 2017 - 19:45
La débrouillardise de Maggie s'arrête là, elle se trouve incapable d'agir sans ses pouvoirs, face à un tel adversaire. Je ne sais pas ce qui lui a fait croire que c'était ce qui fait le héros, mais je dois rectifier le tir. Si les Titans avaient du compter sur leurs puissances respectives et leurs pouvoirs pour gagner nos batailles, on aurait été décimés depuis un bail. Le plus fameux exemple étant contre la première Raven maléfique, il y a très longtemps. Nous étions incapable de lui faire face, sans qu'elle nous immobilise. Nous avons du faire appel à bien plus que des capacités physiques et psychiques extraordinaires. C'est difficile à croire, mais la véritable force vient réellement de l'intérieur, il faut le vivre pour y croire dur comme fer. Je ne peux pas laisser Maggie croire plus longtemps qu'il suffit d'être l'être le plus puissant de l'univers pour gagner, ni l'inverse. Le fait qu'elle ne puisse pas utiliser ses pouvoirs va faciliter la tâche. Je n'arrive pas à croire que je vais dire ce que je vais dire, mais pour une fois, je dois jouer le rôle qui ne me va pas du tout: l'optimiste. Je l'ai souvent fait, mais pas en situation difficile ni quand je ne dirige pas les opérations. Je préfère être la voix de la pure raison, pour éviter que des idéalistes un peu trop zélés ne nous envoient bêtement dans le mur.

"Godzilla a ses limites, parce que c'est qu'une bestiole, aussi puissante soit- elle. Nous deux, on est bien plus que ça, même si on est tous petits et faibles. On peut faire quelque chose de bien rien qu'à nous deux, tu dois y croire. C'est pas tes pouvoirs qui fait de toi la fille exceptionnelle qui a attiré l'attention de Raven, je suis sûr que tu le sais. C'est facile d'abandonner avant d'avoir essayé, je veux pas tomber dans ce piège."

Je sursaute en entendant une voix sortir de nulle part, avant même que le petit corps d'une personne que j'ai jamais vu avant n'apparaisse. J'arrive pas à croire ce que j'entends, ce petit vieux papy est le père de Maggie? Au- delà du fait qu'ils ont l'air d'être fait de deux moules totalement différentes, ça veut donc dire que ce type est peut- être aussi puissant que Maggie ou plus? Avec des pouvoirs de manipulation de la réalité... Malgré les réticences affichées de sa fille à rompre sa promesse, le petit vieux continue de la harceler. Il se tourne vers moi à la fin pour me demander quelque chose que je ne pouvais pas savoir. Sa famille... Leur famille... Je savais déjà pas que les gens de la cinquième dimension en avait, c'est pas à moi qu'il faut demander leurs traditions.

"Euh... Peut- être bien..."

Le visage du père de Maggie s'illumine devant ma réponse relativement positive, avant de se fermer à la suite:

"... Mais elle a fait une promesse. Je pense pas qu'elle veuille commettre les mêmes erreurs que moi sur ce coup."

Je tourne le dos à la petite famille pour regarder par la fenêtre, un bras appuyé à l'encadrement. Je fixe la porte par laquelle on peut accéder aux locaux des enchères, gardée par deux gros bras impassibles.

"Il faut arrêter cette mascarade avant que les aliens se cassent, c'est notre seule chance. Après, ça sera impossible de retrouver nos monuments... Il faudrait ratisser tout l'univers."

Je cris que mon défaitisme chronique revient... Je commence déjà à regretter d'avoir voulu donner une leçon sur la volonté et le combat contre ses mauvaises habitudes -le fait d'être dépendant de ses pouvoirs avant tout- à Maggie. Une idée me vient soudainement à l'esprit qui commençait, je l'avoue, à vagabonder un peu...

"Toi, le papy qui flotte!"

Dis- je en faisant brusquement volte- face, pointant du doigt le père de Maggie avec un grand sourire ravi. J'ai un plan... J'aime avoir un plan. Même si c'est hyper dangereux et risque de ne pas marcher sur des roulettes. C'est déjà ça, c'est tellement rare que je m'en félicite.

"On va jouer les espions, à la 007. On va s'infiltrer à l'intérieur en tant qu'acheteur et fille et fils d'acheteur. Une fois à l'intérieur, on rachète tous nos monuments... Normalement, ils devraient ensuite nous amener dans un endroit plus discret pour discuter de la suite. On en profitera à ce moment- là pour leur tomber dessus!"

J'ai bel et bien inclus Maggie dans la partie la plus dangereuse du plan, contrairement à ce que j'essayais de faire tout à l'heure en partant seul au combat. Je veux véritablement la voir devenir bien plus qu'une fille à pouvoirs, je suis sûr qu'elle en est tout à fait capable. Il se pourrait bien que cette promesse lui soit bénéfique à des niveaux qu'elle n'imaginait pas au départ.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 20/11/2016
Messages : 196
DC : Tsaritsa, Cir-El / Mia Kent et Gemini De Mille
Localisations : New York
MessagePosté le: Jeu 23 Mar 2017 - 3:37
Ma petite rose du chaos, dit mon père, me faisant rougir jusqu’à la pointe des cheveux. Papa, arrête de m’appeler comme ça devant les gens. C’était mignon quand j’étais gamine, plus maintenant… Mais oui, quoi, qu’est-ce qu’il veut? Est-ce que cet humain vient de me traiter de papy qui flotte? Oui. Non. Enfin si mais il ne le pensait pas. Bravo Beast Boy, tu ne pouvais pas la fermer? Là il va nous faire sa crise! Comme quoi il est un personnage surpuissant et tout… J’ai déjà entendu ce discours trop de fois. Plus capable. J’abandonne. Je refuse de m’en mêler davantage. Je laisse même entendre un soupir d’exaspération. Qu’il se débrouille avec Beast Boy, moi, je dois réfléchir au plan qu’il vient de nous proposer. Pas con, certes… Mais tellement cliché que ça pourrait se retourner vite contre nous. On le risque? On ne le risque pas? Hum…

En arrière-plan, mon père qui fait la diva. Devant nous, en contrebas, derrière une porte gardée, une bande de fous prêts à acheter et vendre les monuments les plus iconiques de cette planète. Je me sens nulle sans mes pouvoirs, j’y suis si habituée… Et là il faut que je gère mon père, l’attitude immature de Beast Boy plus mon stress… Que ferait Raven dans une telle situation? Elle regarderait les choses avec un calme froid et détaché et elle prendrait les bonnes décisions, voilà ce qu’elle ferait! Mais là… C’est quoi la bonne décision? Je veux dire en dehors de se lancer à corps perdu dans une quête foireuse pour tenter de sauver le patrimoine terrien? Je dis foireux au sens où nos adversaires ont bien plus de cartes dans leur jeu que nous, c’est évident… Si je réussis à convaincre mon père de jouer le jeu, je suppose qu’on pourrait passer pour des acheteurs…


« Papa ça suffit. Arrêtes. Tu as décidé de prendre cette apparence, tu assumes comme un grand et tu arrêtes de faire des enfantillages. Son plan pourrait marcher mais pas s’il est là sous forme humaine. S’il a joué chez les super héros, ils savent à quoi il ressemble. Toi… Tu passes pour le méchant qui embête Superman, ils ne poseront pas de question. Moi… Je n’ai qu’à agir comme maman. »

Si Beast Boy prend une forme animale qui a l’air vaguement alien, il pourra passer pour un animal de compagnie, un caprice de la jeune adulte que je suis. Mon père étant comme il est, il n’aura aucun mal à jouer le rôle du méchant excentrique qui veut acheter un monument pour sa fille chérie et moi je n’ai qu’à jouer les blasées désintéressées et ça devrait le faire. Ma mère est l’opposé total de mon père, pour ceux qui ne seraient pas au courant. Nous avons donc un plan. Pas de plan B. Bon bah allons tenter le tout pour le tout et espérons y survivre. Mon père ouvre la marche et arrive devant les gardes en annonçant bruyamment sa présence et en demandant (quoi d’autre) s’il y a des monuments kryptoniens à vendre car il veut faire une surprise à Superman. Les deux armoires à glace n’ont même pas le temps de réagir qu’il entre.

Je le suis, demandant avec tout l’ennui dont je suis capable quand nous allons quitter ces lieux insipides pour rentrer à la maison. Je joue très bien la comédie, vous saurez car il le faut quand on aime faire des farces comme moi j’aime en faire. Difficile de porter attention à quelqu’un qui a l’air de tout trouver morne et pénible quand un nabot hyperactif monopolise toute l’attention. Je n’y crois pas. Si ça continue comme ça, non seulement on risque de réussir ce plan débile mais en plus sans utiliser de pouvoirs ou alors de façon minimale. Est-ce que c’est même possible? À quoi ça sert de disposer de tout un arsenal si on n’en fait pas usage? C’est un peu idiot, vous ne pensez pas? Je ne comprends toujours pas complètement le sens de cette démarche que m’a fait entreprendre Raven. Mais je lui fais confiance. Elle sait ce qu’elle fait. Et j’espère que c’est aussi le cas pour son ex…


"Tu as dit: quand les cochons voleront. Ils volent maintenant. Alors paie."

 Fiche RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Sam 25 Mar 2017 - 12:12
Je lève instinctivement le bras devant moi, en voyant le papy prendre le chou.

"Sais- tu seulement qui je suis et de quoi je suis capable!?
- Euh... Non?
- Petit impertinent! Je vais te l'apprendre, et tu n'as pas intérêt à l'oublier la prochaine fois que tu oseras m'insulter!"

Il claque des doigts, me changeant en une assiette de spaghettis bolognaise avec des yeux... Mes yeux.

"Je suis l'impossible qui peut tout rendre possible!"

Un autre claquement de doigt, et je me retrouve dans mon corps... Oui, le mien! Je suis dans MOI! Alors où est ce corps dans lequel je suis, puisque je suis celui en qui je suis!? Mon esprit est sur le point d'exploser...

"Et il exploserait, si je ne le retenais pas entre mes doigts agiles! HAHAHAHAHAHAHA! Encore! Je m'amuse bien finalement!"

Me voilà soudainement à la place de la Statue de la Liberté, la liberté -à taille humaine- qui prend la fuite en courant, tenant bien haut l'ourlet de sa robe pour ne pas se prendre les pieds dedans, jetant sa torche par- dessus son épaule, hurlant "vive la liberté".

"Heyyyyyy... Attendez, comment ça se fait ma tête est aussi vide? ça va là- dedans?"

Demandai- je à mes nouveaux occupants. Personne ne m'entend, à part peut- être Maggie qui n'est pas influencée par toute cette folie, qui est la seule à pouvoir réaliser que des aberrations remplacent l'ordre naturelle des choses.

"Vide est ton esprit oui!"

Dis le papy en tenant mon cerveau sur la paume de sa main, en tailleur au- dessus du sol, sous la forme de Yoda. Et sans le réaliser, je suis transporté sur la planète d'entraînement de Luke Skywalker, courant sous le père de Maggie toujours en petit vert.

"De comprendre, mieux tu ferais, car en dépendre ta vie pourrait! Aussi amusant qu'un Big Blue tu n'es pas, mais l'affaire pour le moment tu feras! HIHIHIHIHIHIHIHIHI!"
- Papa, ça suffit. Arrêtes."

Tout redevient instantanément comme avant, la situation reprend son cours, comme si rien ne s'est passé. Alors que ça s'est vraiment passé! L'homme de la cinquième dimension s'est stoppé net dans sa lancée, pour sa fille adorée. Elle est son deuxième point faible, après le fait de prononcer son nom à l'envers. Mais je me demande quel genre de point faible ça peut être une femme qui d'habitude peut tout changer, absolument tout, par sa seule pensée? Tout est relatif, dira -t- on... Bordel, après tout ce qui s'est passé, ma tête me fait un mal de chien, je dois arrêter de penser... Ne plus penser, oublier ce que je viens de vivre, rester lucide... Tout ça... Même pour moi... C'est...

Le problème quand on voit des choses, c'est qu'on ne peut s'empêcher d'y penser. Mais quand ces choses sont impensables... Comment vivre avec? Simplement: je me gifle un bon coup et c'est repartit! Un petit reboot bien de chez moi. J'écoute ce que Maggie a à dire, de nouveau moi- même.

"Maman? T'as pas assez d'un père, t'as en plus une mère? ça fonctionne vraiment comme ça aussi dans la cinquième dimension?"

Un sourire ironique se dessine sur mon visage, une partie de moi est étonné d'entendre un mot aussi ordinaire que "maman" ou même "papa" en fait, sortir de la bouches d'êtres venant d'une dimension où nos notions sont loins d'être les mêmes. Son père est déjà un type énorme, j'ose à peine imaginer ce qu'est sa mère... J'imagine dans mon esprit une petite mamie qui fait du breakdance, je sais pas pourquoi. Je ferme les yeux pour me concentrer -chose que je ne fais jamais habituellement quand j'essaie de me transformer, je n'en ai jamais besoin, mais là oui- me rappelant cette espèce extraordinaire que j'ai rencontrée il y a quelques temps... Et me voilà sous une forme "vaguement alien".

Spoiler:
 

D'énormes yeux sans pupilles, aussi noirs qu'un ciel sans étoile, des tentacules à la place des bras -trois doigts au bout de chacun- et des jambes, des cheveux ondulant sur ma nuque et une partie de mon dos, et toujours ma peau rouge. Assez étrange, d'être dans la peau d'une créature pensante...

Je suis la petite troupe sans dire un mot, me contentant de suivre la cadence. Je dois dire que je suis assez nerveux par rapport à mon plan, je ne le vois pas réussir du tout... Je stresse en passant devant les gardes, je stresse en entrant par la porte, je stresse devant les gradins. J'imagine les hommes de main changer brusquement d'avis, nous poursuivre et hurler "arrêtez- vous, je sais que c'est du fake, vous êtes finis!". Je stresse moins une fois que je suis assis à une place, à gauche de Maggie, son père à sa droite. Je ne peux m'empêcher de chuchoter à leur adresse:

"Bordel, ça a vraiment marché! On passe à la suite: faut acheter un truc, papy je compte sur toi."

Il ne reste qu'un objet: un Géant de Pâques. Les gens sont en train de s'affronter à coup d'argent, il ne reste plus que deux personnes en lisse, prêtes à débourser... Je ne sais quoi dont les participants se servent pour acheter les monuments. Pour augmenter la mise, il suffit de lever un panneau qu'on nous donne en entrant, papy n'a plus qu'à jouer des bras autant de fois qu'il le faut.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 20/11/2016
Messages : 196
DC : Tsaritsa, Cir-El / Mia Kent et Gemini De Mille
Localisations : New York
MessagePosté le: Dim 26 Mar 2017 - 3:21
Avant que mon père ne pique une nouvelle crise, je m’arrange pour attirer son attention en mentionnant une insipidité sur Superman. N’importe quoi, tant qu’il ne fait pas encore l’enfant pour une raison stupide. Qui plus est, le plan de Beast Boy fonctionne. Nous entrons sans encombre alors s’il avait tout fait foiré, c’est MOI qui aurait piqué une de ces crises. Non mais franchement, entre lui et moi, JE suis sa fille et JE dois le surveiller comme un adolescent idiot. C’est ahurissant quand même si on y réfléchi deux minutes. Et Beast Boy, espèce d’andouille, ARRÊTE DE LE PROVOQUER! C’est déjà assez dur de gérer ce bordel sans que tu en rajoutes. Bon. Allez Maggie. On se calme. Tu peux le faire. Tu dois le faire. Mon père est relativement sous contrôle et je parviens à n’étrangler personne. Une nette amélioration des choses.

Il faut maintenant acheter quelque chose. Magnifique. La patience, le grand point fort de mon père. Il agite le machin manifestant son intérêt dans tous les sens mais il est trop petit! Personne ne le voit! Mon père s’énerve pour finir par crier « J’ACHÈTE TOUT! » Tel un farfadet, il fait apparaitre un chaudron plein d’or et il commence à lancer le contenu de ce dernier sur tout ce qui bouge. Merde papa, calmes toi, c’est pas sérieux! Il est complètement déchainé! Ça y est, la mission est foutue à cause des conneries de mon père et… Hein? Les gens rigolent? Ils trouvent le comportement de mon père « fraichement divertissant »? Remarquez que des gens qui volent des monuments historiques ont quelques plombs en moins, c’est moi qui vous le dis. Finalement, papa achète une statue de l’île de Pâques « pour sa petite rose du chaos ». PAPA!

Je jette un regard en coin à Beast Boy qui veut clairement dire que s’il passe le moindre commentaire, promesse à Raven ou non, il n’aura plus de cordes vocales ou la faculté de s’exprimer. Il y a des sujets avec lesquels on ne plaisante pas. En théorie, à part avoir fait apparaitre le chaudron, l’équipe Cinquième Dimension a utilisé autant de pouvoirs que l’équipe Besat Boy. C’est plutôt pas mal je dirais. On nous envoie dans une salle privée pour négocier les détails de la transaction et je pense que c’est ce que l’ex de Raven veut. Je ne sais pas exactement ce qu’il manigance mais tant qu’à avoir commencé le bal, autant le continuer, non? Si cette mission réussi avec un usage minimal de pouvoirs, je veux bien payer la pizza à tout le monde. Tant que je ne brise pas ma promesse à Raven… Je m’en voudrais pour l’éternité, peut-être plus même. À ce point!

Nous voilà seuls en attendant je ne sais quel responsable, le moment idéal pour formuler un plan plus complexe que « on va casser du méchant et sauver la situation ». D’autant que je sache, par le simple nombre, c’est un plan voué à l’échec. Autant vous dire que je refuse de m’y risquer de façon inconsidérée. En même temps, comment peut-on réussir à neutraliser tous ces salopards voleurs de monuments? Il y en a un paquet et on ne sait pas s’ils se téléportent, ont des vaisseaux voire des renforts. Et si la vente a commencé et tout, que fait-on pour les monuments déjà vendus, emballés et qui ne sont plus ici? Ce n’est pas mon père qui va participer au brainstorming. Il n’arrête pas de rigoler dans son coin en disant qu’il aurait dû faire acteur ou comédien. Mais bien sûr… C’est beau de rêver papa. Continues de te bercer d’illusions, ça me fera des vacances.


« Bon, c’est quoi la suite du plan? »


"Tu as dit: quand les cochons voleront. Ils volent maintenant. Alors paie."

 Fiche RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Lun 27 Mar 2017 - 18:49
Je suis plié de rire. Le père de Maggie est drôle, du début à la fin. J'ai jamais vu un numéro pareil, je peux juste pas m'empêcher de le regarder. J'applaudis avec les autres en riant devant son énervement. Tout cet or semble n'être rien du tout au point de le lancer dans la foule même pour attirer l'attention. Ce type vient clairement d'une autre dimension. Le papy appelle sa fille "petite rose du chaos", je me tourne vers elle avec un sourire contenu. Les commissures de mes lèvres bougent, comme prises de spasme. Quel surnom! Je suis sur le point de balancer un joli commentaire sur ce sujet, quand le regard de la concernée me fige sur place, me forçant à me détourner d'elle. Je veux pas mourir, pas de ses mains... On quitte la grande salle avec les autres acheteurs pour nous diriger vers les coulisses, dans une loge plus précisément. Chaque acheteur à sa loge, la patronne va les rencontrer un par un, groupe par groupe. Heureusement, on sera les premiers, par tirage au sort. En attendant, on est seuls dans une pièce qui est deux fois plus grande que ma chambre au QG des Outlaws. Alors que j'examine les lieux, Maggie m'interrompt pour me demander la suite. J'y ai réfléchis et une seule chose me semble raisonnable:

"Je vais chercher le système de téléportation pour ramener tous les monuments à leurs places."

Je devrais agir vite et bien, je vais partir du principe que je vais m'en sortir, contre toute logique... La mission ne passe pas avant tout, je dois veiller à ne pas mettre mes amis en danger inutilement. Maggie est de physionomie humaine, malgré tout ce que j'ai pu lui dire, elle reste la plus vulnérable de nous tous. Je ne peux pas la protéger dans une telle sous- mission, je suis pas Superman. Son père par contre peut prendre soin d'elle durant leur partie du plan. Je me tourne vers Maggie sans expression discernable. Je veux pas qu'elle croit que je la mets sur la touche, par une mimic incontrôlée; Son rôle restera déterminant. La différence entre elle et moi, sera qu'elle aura rien à craindre, contrairement à moi qui prend de gros risques.

"Vous direz que je suis allé aux toilettes, ou je sais pas, soyez inventifs. Vous demanderez à voir la marchandise, c'est compréhensible: on a eu que des hologrammes sous les yeux pendant les enchères. Vous essaierez de déterminer ce qu'il manque, rapidement. Quand j'activerai le système de téléportation, je compte sur vous pour être aussi proche que possible d'un monument et d'emmener la patronne avec vous. On la remettra à un Green Lantern sur Terre."

Le papy me lance un regard étrange, ça me met mal à l'aise. Je fronce légèrement mes sourcils invisibles, avec un mouvement de recule. L'homme de la cinquième dimension s'approche en flottant et tourne autour de moi. Des points d'interrogations apparaissent sur sa tête en rafale, de toutes les couleurs, certains luminescents.

"Qu'est- ce qu'il y a papy? Une meilleure idée?
- Pourquoi...?
- Pourquoi quoi!?
- Pourquoi ne pas juste me demander de vous emmener sur votre planète avec vos monuments? ça ne me demanderait aucun effort et cette histoire serait vite réglée!"

Je ne réponds d'abord rien, comme figé sur place. C'est vrai ça, pourquoi je me casse la tête à faire tout ça? Il suffirait de le laisser faire, il possède tout ce dont j'ai besoin pour gagner... Non, je me rappelle maintenant. Comment j'ai pu oublier?

"Papy, rappelle- moi la dernière fois que t'as eu l'impression d'accomplir vraiment quelque chose.
- Euh... Tout le temps! Je fais tout un tas de chose, je m'amuse, je fais des farces, je fais rire, je...
- Pas dans ce sens- là... Quand est- ce que t'as REELLEMENT eu le sentiment d'accomplir quelque chose?"

Il se tait à son tour, je n'aurais jamais cru arriver à lui fermer la bouche contre sa volonté, avec une simple question... Les jambes et bras croisés, tenant son menton, le père de Maggie fixe le sol en se creusant la tête durant de longues secondes. Je prends ce temps, parce que Maggie a aussi besoin d'assister à ça. Elle a besoin d'apprendre, elle aussi, comme nous tous. Réaliser ce que nous oublions trop facilement, à force d'être brisé par la vie à de multiples reprises. On finit par croire que la difficulté, veut forcément dire finir brisé, alors qu'elle apporte bien plus que ça. Il finit par lever les yeux sur moi.

"Je m'en rappelle maintenant... C'était pourtant évident! C'est quand je joue avec Superman! Quand je lui impose des règles et que je gagne dans les règles de l'art!
- Exactement, pour être plus clair: quand tu te retrouves en difficulté et vainc cette difficulté. ça pourrait paraître débile de s'imposer des difficultés, mais c'est le seul moyen que t'as trouvé pour donner de la valeur à tes victoires. Il n'y a aucun mérite à tricher, pas vrai?
- Je ne suis pas totalement d'accord là-dessus, gamin, mais parfois, tricher est très ennuyant c'est vrai! HAHAHAHAHAHA J'aime beaucoup ce petit! Tu peux te marier avec ma fille!
- Euh... Non merci. Tchao!"

Je me change en fourmi et prends la fuite sous la porte, juste au moment où la patronne entre dans la pièce. Je lance un "bonne chance" silencieux à mes nouveaux amis, en prenant le chemin du danger. J'entends des gardes parler, je suis ceux qui me semblent les plus intéressants, jusqu'à la salle que je cherche. ça m'a pris une bonne dizaine de minutes, mais me voilà dans la salle de contrôle. Je prends la forme d'un ours polaire pour mettre KO tous les gardes présents. Puis, j'en réveille un et le force à enclencher la téléportation à retardement en le menaçant. Que du bluff de ma part, mais ça, il n'en sait rien. Je quitte la pièce -après l'avoir renvoyé au pays des rêves- pour partir rejoindre tout le monde dans le hangar où sont gardés les monuments. J'y arrive juste au moment où ils commencent à briller, prêts à être envoyés. Je pose ma main sur la Tour Eiffel, fermant les yeux. Je suis encore une fois happé vers l'arrière, puis me réveille au champ de Mars, à Paris. J'espère que Maggie et papy ont réussi.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 20/11/2016
Messages : 196
DC : Tsaritsa, Cir-El / Mia Kent et Gemini De Mille
Localisations : New York
MessagePosté le: Lun 27 Mar 2017 - 19:01
Parfois j’ai l’impression que ma vie est un film. Quand vous pouvez manipuler la réalité ou que vous vivez simplement dans un monde comme le nôtre, vous vous dites que vous n’avez rien à envier au cinéma. C’est parfois si improbable que je me demande si ce n’est pas carrément de la fiction. Des aliens voleurs de monuments historiques, une méga enchère galactique, une mission de récupération (accidentelle) du patrimoine terrien… Le tout exécuté par un changeur de forme, une jeune femme de la Cinquième Dimension qui a troqué temporairement ses pouvoirs pour des farces et attrapes et son père, complètement barge qui transforme à tout va tout ce qui bouge et qui pourrait embêter sa fille en… Peluches? C’est quoi ce nouveau délire? Vraiment papa, il faut que tu te fasses soigner, c’est grave là. Vraiment. Sérieusement.

Et dire que tout ceci était partit d’une innocente visite touristique et là nous en étions à tenter l’impossible (enfin, disons quelque chose de bien difficile) pour restituer à leur place tous ces « trésors ». J’ai l’impression d’être dans un épisode de Carmen Sandiego! Tout se passe si vite, c’est à se demander si on a le temps de reprendre son souffle. Allez Maggie, il faut suivre le mouvement sinon tu vas rester derrière à te demander ce qui s’est passé. Je ne compte pas être celle qui n’est pas capable de raconter toute l’histoire. Je me concentre sur la situation mais ce n’est pas facile. Entre gérer mon père et l’envie d’étrangler Beast Boy pour ses conneries (j’ai toujours au travers de la gorge cette histoire de gemme rouge) et le fait qu’il me faut toute ma volonté pour ne pas utiliser mes pouvoirs et trahir ma promesse à Raven… Non, ce n’est pas une bonne journée.

Est-ce que les choses pourraient délirer encore plus? Oui. Parce que voilà que ma mère s’en mêle, une ravissante rousse, une beauté glacée (Ma mère, sourire…) qui décide qu’elle en a assez vu et qui montre à tous ce que c’est le pouvoir de la Cinquième Dimension. En un claquement de doigt, elle a tout renvoyé à sa place avec pour seul réaction un soupir blasé et elle tient fermement par le col mon père qui veut continuer de transformer tout ce qui bouge en peluche. Je me charge du reste, qu’elle dit. Je ne suis pas inquiète. Ma mère est fiable. Stable. C’est un esprit acéré qui est capable de mettre au pas mon père. Alors si elle dit : je gère… Vous avez intérêt à dégager et vite. Petit bonus, toute blessure reçue dans cette aventure a été soignée par ses soins. Je n’aurai donc pas besoin d’expliquer à Raven le sang sur mes vêtements. Juste… Ce récit improbable.

Beast Boy a bien fait son boulot en tout cas. Les monuments terriens ont été téléportés à nouveau sur Terre et apparemment il y avait aussi des pièces venant d’ailleurs. Mon père se transforme en une gamine de six ans surexcitée à pousser des cris aigus : il y a un truc qui vient de Krypton. Il est tout fou là, Superman sera content. Ses pieds s’agitent dans les airs car ma mère ne l’a toujours pas lâché. Au moins quelqu’un aura une conclusion positive à cette histoire. Lui s’est amusé comme un fou (ce que je le suspecte d’être) et moi bah… Je vais devoir envoyer un message à Beast Boy pour lui dire merci. Plus ou moins de mauvaise grâce mais bon. Je sais être bonne joueuse. Forcément, si j’étais mauvaise joueuse, ce serait des abus à tout va tout le temps. Il faut savoir être « sport ». J’ai beau ne pas aimer ce type, sa contribution a été importante quand même.

Me revoilà donc à New York et c’est comme si rien ne s’était passé en fait. Il n’y a pas d’ambulance, de voiture de police ou autre. Elle a été jusqu’à altéré le fil initial des choses pour éviter les questions gênantes. Les touristes sont exactement là où ils étaient avant que tout ceci ne se produise, comme si nous avions imaginé tout ça, Beast Boy et moi. Comptez sur ma mère pour faire les choses avec efficacité. En tout cas, chose certaine, juste avant de nous renvoyer ici, le message qu’elle a donné à Beast Boy est on ne peut plus clair. Si tu fais à nouveau de la peine à ma fille, tu auras feras face à la colère d’une mère… Je le plaindrais presque. Et non je ne lui ai rien pardonné. Vous pensez que ça va s’arranger comme ça, pouf, en une rencontre? Bien sûr que non. Je songe à faire intervenir Raven comme médiatrice. Sa sagesse nous aiderait. Pas aujourd’hui par contre.

Il va falloir régler ce problème. La colère empoisonne et je n’ai pas envie de me retrouver… Attend il et où Beast Boy? Il a touché la Tour Eiffel et puis… Disparu! Et ce sera bientôt mon tour car de faire ma sortie de piste car je sens les pouvoirs de ma mère à l’œuvre et me voilà devant le domicile que je partage avec Raven. Journée de fou. J’entre et je me laisse tomber sur le canapé le plus proche et c’est affalée sur ce dernier que ma petite amie va me trouver en rentrant de sa journée « de boulot ». Raven, que je lui dirai, il faut vraiment qu’on parle de cette histoire de pouvoirs parce que…  Le boulot de super héroïne n’est pas pour moi à la base. Sans pouvoirs par-dessus le marché? Plus jamais. Ce n’est pas le genre d’expérience que je répéterai. Trop taxant sur les nerfs. Des plans à finir vieille avant le temps, c’est moi qui vous le dis. Vraiment pas cool.



Épilogue

Je suis en train de visiter un autre monument historique et cette fois, j’ai pris un certain nombre de précautions. Pour commencer, je suis sur la côte ouest. Ensuite, je me suis assurée d’avoir MON téléphone et non pas celui de Raven. J’ai vérifié trois fois. Enfin, cette fois, j’ai à nouveau le droit d’utiliser mes pouvoirs. Ma période de « probation » est terminée. Je peux donc visiter en toute quiétude jusqu’à ce que… C’est pas vrai, dites-moi que je rêve! Je sens les effets d’une téléportation là! Pas deux fois! Et surtout pas encore avec lui! J’ai assez vu de Beast Boy pour un sacré bout de temps et je… Eh… Cet endroit m’est familier. Ce n’est pas… Un rire hystérique bien trop familier se fait entendre. Je retourne et je vois mon père qui se tient les côtes tellement il rigole. PAPA! REVIENS ICI TOUT DE SUITE! CE N’EST PAS DRÔLE!

Fin.


"Tu as dit: quand les cochons voleront. Ils volent maintenant. Alors paie."

 Fiche RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[New York] Passer de l'épique a pathétique, ça me rend apathique! (PV Beast Boy) (Terminé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Apprentit Barman au New York city bar =)
» Empire State Club au New York
» [REQUETE] changer le sens de Rotation (passer de +90° à 270°)
» New York Unité Spéciale
» Pique aiguilles Subonnet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-