Guerre Personnelle (Wot5c, Superman)

Inscription : 10/12/2012
Messages : 442
MessagePosté le: Sam 18 Mar 2017 - 21:04
Non, vous n'avez pas l'autorisation de vous rendre vers l'objet.

L'homme aux cheveux poivre sels s'essuie le front avec un chiffon, faisant attention à ne pas salir l'impeccable costard blanc qu'il porte. Ses yeux noirs sont posés sur les hordes de journalistes, de curieux et de policiers qui se trouvent devant l'emplacement du météore.

"Météore" est le mot utilisé mais "technologie alien potentiellement hostile" serait peut être plus appropriée. L'objet, entièrement sphérique, est composé d'un métal alien inconnu et est entièrement vert, sa surface étant toutefois parcourue par des sortes de lumières roses. Les membres de l'unité 7734, dont fait parti l'homme, ont tout de suite deviné l'identité du propriétaire de cette sonde : Brainiac.

Un appareil alien vient de s'écraser pile sur le centre-ville de Métropolis, monsieur Costar ! Tonna une femme en première ligne, immédiatement reconnue par ses pairs et les quelques badauds du coin : Lois Lane, la talentueuse journaliste du Daily Planet. Nous avons parfaitement le droit de documenter ça !

[i]"Costar" se mordit les lèvres, conscient que Superman n'était jamais loin de la femme aux cheveux de jais, qui était aussi la fille de son patron. Lane lui couperait la tête s'il apprenait qu'il avait maltraité ou même menacé la journaliste.


Tout est sous contrôle, allez faire un article sur Superman qui sauve des chatons sur des arbres, okay ? Nous...

Sous le regard admiratif, surpris et horrifié de la foule, la courageuse femme bondit au dessus du fil qui séparait les journalistes du cratère où siégeait l'objet des étoiles. Instinctivement, Costar s'empara de son taser, mais se figea quand le statut de Lois lui revint en tête. D'après le manque des mouvements des autres agents de l'unité, eux aussi ne savaient pas comment gérer l'affaire, ce qui signifia que Lois put facilement atteindre l'objet.

Le petit homme leva la main, hurlant, mais ne put empêcher Lois de toucher l'objet. Pendant de longues secondes, la foule retint son souffle : Est-ce qu'un robot géant allait sortir du sol, prêt à fracasser Métropolis ? Est-ce qu'un Kryptonien enragé allait surgir de la boule, afin de tout détruire ? Est-ce que la boule allait se mettre à bondir pour rouler à travers la ville, renversant les buildings comme si elles étaient des quilles ?

Aucun de ces scénarios ne se produisit, la boule restant inerte. Lois (qui semblait elle même prête à un quelconque malheur) se tourna vers la foule, souriante.

Ne vous inquiétez pas, je....

En un instant, des éclairs verts bondirent hors du vaisseau alien, électrocutant Lois Lane avant que cette dernière ne puisse réaliser ce qui allait lui arriver. La gagnante du prix Pulitzer hurla pendant d'insupportables secondes avant de s'écrouler, étrangement intacte, sous le regard horrifié de la foule et de Costar.

Mon patron va me tuer !

------

Il y'avait foule dans l'Hôpital de Métropolis en cette belle journée : c'était un fait auquel les médecins étaient habitués, compte tenu de la puissance des criminels qui sillonnaient la ville. Pour cette raison, les petites centaines de journalistes ou témoins ou patients purent très facilement se réunir dans l'immense hall de l'hôpital, attendant des nouvelles avec nervosité.

Lois Lane avait été électrocutée depuis quelques heures, et ne s'était pas réveillée. Ses vêtements n'avaient rien, sa peau ne présentait aucune blessure et il n'y avait aucun virus alien à l'intérieur de son corps. La foudre alien l'avait plongée dans le coma, tout simplement. La jeune femme sommeillait donc un sein d'une chambre normale au dixième étage, entourée d'agents de l'unité 7734. Deux d'entre eux passaient vers le couloir, de temps à autres, afin d'aller chasser les journalistes qui passaient par là.

Devrions nous appeler Superman ?

Nan, tout deviendrait encore pire s'il s'en mêlait, même. On va juste la déporter dans une des bases et essayer de voir si y'a un truc...

L'homme fut soudainement interrompu par un évènement soudain : la peau de Lois, d'ordinaire blanche, semblait se recouvrir d'une couleur verte. Soulevant un pan de la couverture, le bonhomme découvrit rapidement que le cas s'étendait jusque aux bras et aux jambes.

Sa tête, patron !

Costar leva rapidement la tête pour voir ce dont parlait son acolyte, et découvrit que trois points roses, reliés par des sortes de tiges de métal, émergeaient de la peau verte de Lois, déchirant à travers la peau pour se faire. L'homme du gouvernement resta immobile devant la transformation soudaine de Lois Lane : il ne put pas entendre les phrases paniquées de ses camarades, donc, ni remarquer que le bras de Lois venait de se lever.

Le bras vert de la jeune femme perça complètement la tête de Costar, couvrant la main de sang tout en tuant l'agent du gouvernement. "Lois" ouvrit promptement les yeux, révélant des orbes violettes sans pupilles qui se tournèrent très rapidement vers l'un des survivants, qui s'était équipé d'une sorte d'arme du futur.

Utilisant ses pouvoirs nouvellement acquis, la jeune femme tendit sa main ensanglantée vers l'homme, le forçant à lever les bras pour pointer l'arme vers son propre visage. Impuissant, la nouvelle victime de Brainiac appuya sur la gâchette, explosant la moitié de sa tête en un tir.

Un sourire cruel parcourut le beau faciès de la journaliste, qui parvint à s'extraire hors de son lit. Un autre membre de l'unité 7734 se dressa devant elle, lui aussi équipé d'une arme, mais l'alien se contenta d'enfoncer son poing dans le torse de l'humain de façon nonchalante, sa super-force écrasante lui permettant d'accomplir l'acte avec une facilité déconcertante. Elle entreprit ensuite de poser un doigt sur le menton du mourant, levant sa tête pour admirer ses derniers instants.

Une fois définitivement mort, l'étrange androïde entreprit de sortir hors de la salle, tirant deux lasers violets du bout des doigts pour tuer les derniers ennemis positionnés dehors. Une fois définitivement débarrassée définitivement de ses ennemis, "Lois Lane" leva sa tête vers le plafond, observant un espace bien au delà de l'hôpital.

Nuisibles éradiqués. Je commence l'opération principale.

Pressant son doigt couvert de sang sur son crâne, la fusion entre femme et monstre afficha un hologramme devant elle, contenant plusieurs images : Perry White, Clark Kent, Jimmy Olsen...

Opération principale activée. Eradication totale des individus affichés sur la base de donnée.

Le sourire de la jeune femme s'agrandit.

Gloire à Brainiac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Dim 19 Mar 2017 - 12:12
La guerre venait d'être déclarée, le monde était en branle. Les habitants ne s'en rendaient pas encore compte, mais la Terre était la proie d'un ennemi aux intentions des plus malsaines. Un véritable psychopathe incapable de faire la différence entre un jeu et la vie d'autrui. Brainiac était décidé à détruire la Terre pour des raisons qui me semblaient ridicules comparés aux vies qu'ils annihileraient. Non content de préparer un plan aussi cruel, il décida de pousser le bouchon encore plus loin -ce qui était un véritable exploit- en organisant des affrontements entre les cités qui auraient le "droit" à ses yeux de survivre. Un tel niveau de folie n'était pas mesurable, je ne pouvais imaginer une seconde ce qui devait lui faire croire qu'il avait un droit pareil sur un monde qui ne le concernait en rien. Comment la curiosité scientifique avait pu être pervertie à ce point?

Durant une semaine, je tournais et retournais ces réflexions dans mon esprit torturé, en faisant des rondes quotidiennes dans les villes ciblées, afin d'être certains que le Super- criminel tiendrait vraiment parole en n'attaquant pas avant le délai. Je ne pouvais pas prendre le risque de laisser Gorilla City, Themiscira et Nanda Parbat (Constantine m'y emmenant sur demande) sans défense. Je ne me permis jamais de les déranger, faisant seulement quelques salutations avant de repartir, après m'être rassuré. Même si ce sentiment finissait toujours par disparaître, rapidement. La Tour de Guet restait inaccessible, Grid en avait pris le contrôle en même temps que le corps de Cyborg.

"Kal... El..."

La voix caractéristique de Doomsday résonna à mes oreilles, juste au moment où il me tombait dessus de toutes ses forces.

*N'oublie pas créature de cauchemar, tu as cinq minutes. C'était le deal pour m'avoir sorti du pétrin en Asie!
- Hahahahaha si tu arrives à reprendre le contrôle! Ne crois pas que tu y arriveras sans peine! En attendant, tu n'as pas le droit d'intervenir.
- Grr...*

Je venais de quitter Gorilla City, je traversais le désert africain pour terminer ma ronde journalière en rejoignant Themiscira. Je me relevai avec l'impression de devoir affronter une fin du monde de trop pour cette période de ma vie. Mais étrangement, je me sentais prêt à faire face à mon ennemi prophétique, je devais évacuer toute la frustration. Voilà pourquoi je rendis un sourire poussiéreux au monstre en me relevant, les poings serrés.

"Tu tombes bien mon vieil ennemi, c'est de ça dont j'ai besoin."

Je fonçai sur lui pour entamer un combat féroce. Mes poings s'écrasèrent sur lui avec autant de puissance que les siens sur moi. Le monstre avait une énergie vitale qui me dépassait, j'étais beaucoup plus rapide que lui. A voir quel avantage était déterminant. J'utilisai ma super vitesse pour frapper trois cents coup de poing à la seconde comme j'avais vu Flash faire à de très nombreuses reprises, alors que lui profitait de mes moments de temps mort pour me porter des coups décisifs. Comme toujours, nous n'étions jamais à égalité: l'un finissait toujours renverser la vapeur d'une manière ou d'une autre, en plein milieu du combat. Au bout de cinq minutes, je le plaquai au sol et enchaînai de nouveau mes coups en augmentant l'intensité, doublant les salves à la seconde par rapport au début de l'affrontement. Doomsday s'enfonçait de plus en plus dans le sol, il n'avait pas le temps de me repousser. En temps normal, je n'aurais jamais pu l'amener à une telle situation, quelque chose clochait chez lui. Il n'était pas lui- même, il semblait lutter sur deux fronts. Je cessai de frapper quand lui- même ne bougea plus.

"Lois!"

Le hurlement de ma femme perça mes oreilles, alors qu'elle se trouvait à l'autre bout du monde. Je gardais toujours une oreille sur Metropolis, notamment sur elle, une capacité travaillée de ma super ouïe. Sa détresse m'obligea à tenter immédiatement de décoller, sans plus me préoccuper du monstre. Ce dernier ouvrit brusquement les yeux au moment où je lui tournai le dos pour regarder dans la direction de Metropolis. Il me saisit la cape quand je voulus décoller, m'emmenant avec lui dans un bond gigantesque, de plus en plus haut dans le ciel. Son hurlement masqua celui de ma compagne. Doomsday retomba après des centaines de mètres parcourus au- dessus d'une montagne, m'écrasant dessus en y mettant sa force et son poids, en plus de la vitesse de la chute. La montagne inhabitée se détruisit à mon impact, j'avais l'impression d'avoir heurté un mur... Je veux dire d'être un humain ordinaire qui se prenait un mur violemment. Je restai sous les gravas sans pouvoir bouger.

"Je dois rentrer..."

Le rideau se baissa.

Je me réveillai deux minutes plus tard, me dégageant des blocs de roches pulvérisés. Aucune trace du monstre, mais peu importe: seule Lois comptait. Je m'envolai vers la ville de demain à une vitesse moindre comparée à celle que j'aurais habituellement. Mon réveil s'était fait plus rapidement que j'aurais du, mon corps ne s'en était pas totalement remis. J'arrivai au centre ville où se trouvait l'appareil alien. Après quelques questions aux autorités, on m'indiqua l'hôpital que je rejoignis rapidement. Une fois sur place, j'utilisai ma vision au rayon X pour repérer ma femme et me rendre à sa chambre. Je fus étonné de la voir debout dans le couloir, mais dans le bon sens du terme. C'était sûrement le signe qu'elle allait en fait très bien. ça devait forcément l'être, l'optimisme restait ma seule arme.

Je fus vite déçu en la retrouvant entourée de cadavre. Son apparence ne me rappelait que trop bien quelqu'un, j'avais peur de comprendre ce qu'il se passait. Gloire à Brainiac, dit- elle.

"Lois! Combats- le, tu es plus forte que lui!"

Bien sûr qu'elle l'était, je ne connaissais aucun esprit aussi fort que le sien. Je me posai devant telle, après avoir flotté dans sa direction à raz le plafond. Je saisis sa main que je serrai dans les miennes, avec un sourire amoureux. Elle devait forcément être encore là, quelque part. Je devais agir vite, la rappeler, avant que son état ne soit définitif.

"Je suis là, tout ira bien maintenant. Je te le promets."

J'évitais de regarder sciemment les cadavres au sol dont elle -ce monstre, pas ma femme- était responsable. J'évitais de remarquer que je tenais une main pleine de sang qui souillait les miennes. J'évitais de penser qu'il n'y avait plus rien à faire pour ces innocents morts, que j'avais échoué à les sauver et peut- être, à sauver l'objet de mon amour.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 10/12/2012
Messages : 442
MessagePosté le: Dim 26 Mar 2017 - 14:42
Superman, après s'être débarrassé de Doomsday, pouvait désormais aller sauver sa femme, qui venait d'être foudroyée par un étrange véhicule alien. Après un bref voyage vers l'hôpital, ses capteurs découvrirent rapidement que miss Lane était devenue le réceptacle pour une intelligence artificielle du nom de Brainiac, qui venait de tuer quelques agents du gouvernement. Complètement possédée, la journaliste se prépare désormais à sacrifier quelques connaissances, afin de prouver sa complète loyauté a l'ordinateur surpuissant.

L'arrivée de Superman fut remarquée par les autorités autour de l'appareil alien, qui poussèrent un soupir en le voyant arriver. La présence de l'alien était bien accueillie par les membres de l'unité : le Kryptonien avait du vécu avec Brainiac, lui, et connaissait donc aussi bien ses faiblesses que ses points forts. L'unité 7734, depuis la disparition des Réactrons et le départ de Metallo, était bien affaiblie, bien trop pour gérer un problème de cette ampleur.

Pour cette raison, ils ne firent rien pour l'empêcher de filer vers l'hospice, où l'attendait la Lois possédée. Son entrée dans le bâtiment fut toutefois remarquée par les Métropoliciens d'en bas, et certains entrèrent rapidement dans l'hôpital pour obtenir un quelconque salut de la part du sauveur de la ville et du monde.

Ce dernier doit donc faire vite alors qu'il confronte finalement une Lois verte de rage, qui se tient sur les corps ensanglantés des membres du gouvernement, tout en offrant un salut à l'alien méprisable qui avait détruit tant de mondes dans sa quête de connaissance. Superman commence toutefois l'argument par les mots, essayant de ramener sa femme à la raison avec des gestures et des mots doux, au lieu d'essayer de la tuer avec ses coups de poings. Un geste noble, sans aucun doute, qui fait brièvement reculer l'emprise du démoniaque alien sur la terrienne.

Clark, je... écoute, la machine, il fKAL-EL.

Un rayon vert sort brusquement de la gemme rouge principale de Lois, et propulse Superman en haut de l'hôpital, détruisant une partie du toit de ce dernier en se faisant. L'homme d'acier n'as pas de quoi être affecté pour le moment, mais cette attaque pourrait lui faire un peu de mal s'il ne s'y attend pas.

Lois bondit directement à partir du trou que son attaque à laissée dans l'hôpital, et essaye d'enfoncer son poing vert dans la mâchoire du héros. Un poing normal aurait été complètement brisé au contact, mais la force super-humaine de l'hybride lui permet de faire mal si l'homme d'acier se laisse toucher : l'attaque est assez puissant pour créer, en effet, une onde de choc qui explose les vitres des immeubles aux alentours et propulse Superman au loin.

Ton nom terrien est désormais enregistré dans ma mémoire, Kal-El. Il est surprenant que cette femme connaisse ton identité.

Bondissant dans les airs dans une étrange pirouette, le puissant alien essaye de délivrer un coup de pied potent sur le torse de Superman, avec assez de force pour creuser un large cratère dans le centre-ville s'il se laisse toucher. "Lois" atterrit juste après, une espèce de faux sourire placardée sur son faciès aussi joli que vert.

Il est illogique que tu fécondes une humaine, sa physiologie fragile ne survivrait pas à un contact physique avec un Kryptonien exposé à un soleil jaune.

La gemme s'illumine, et un nouveau rayon est envoyé vers l'homme d'acier, creusant un cratère supplémentaire s'il se laisse toucher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mar 28 Mar 2017 - 20:54
L'expression de Lois changea soudainement, ses yeux redevinrent ceux que je connaissais déjà. Je respirais à nouveau, bien sûr qu'elle gagnerait contre Brainiac, je ne connaissais pas de femme aussi forte qu'elle. Rien au monde ne pourrait la soumettre... Elle commença à parler d'une machine, sûrement ce qui se trouvait au milieu de la ville.

"Lois... Non! Tu ne dois pas céd..."

La surprise était totale, j'avais baissé ma garde: le rayon me frappa de plein fouet. A une telle distance, le heurt me sonna, je ne pus que me faire envoyer valser à travers le plafond sans réagir. Je repris rapidement mes esprits une fois à quelques dizaines de mètres du toit de l'hôpital, mais avant que je ne redresse totalement, je reçus un formidable coup de poing à la mâchoire qui me fit prendre une trajectoire rectiligne, vers le sol, avant qu'un coup de pied puissant ne m'y envoie avec plus de vitesse, avec une violence dont j'avais maintenant l'habitude. Le béton sous moi vola en d'innombrables éclats, alors que je m'y enfonçai douloureusement. La vérité, c'est que je sentais à peine ses coups... Non pas que ça ne faisait pas mal, mais comparé à Zod par exemple, c'était passable. Brainiac en lui- même n'était pas un très puissant combattant au corps à corps, je l'avais vaincu bien des fois en l'assaillant d'attaques que lui et sa machinerie ne pouvait résister. Son plus grand atout n'était autre que ses attaques psioniques et ses manipulations mentales. Lois pourrait me frapper toute la journée avec ses poings ou son rayon, que je serai toujours face à elle.

"Ne parle pas d'elle... Comme si tu la connaissais."

Je me relevai rapidement dans un soulèvement de poussière, les yeux rouges contrastant avec la brume que le sol formait avec les gravats. J'envoyai ma vison calorifique frapper le rayon vert de la gemme au front de Lois, le repoussant sans y mettre une véritable puissance. Je ne fais que la maintenir à distance, en réfléchissant à un plan à court terme.

"Ne parle pas d'elle du tout."

Je réalisai qu'il n'y avait aucune solution à entrer dans son jeu, je ne pourrais jamais faire du mal à Lois. Si je continuai de tirer la corde, elle finirait par se briser. J'allais devoir laisser Brainiac-Lois la prendre pour elle seule. Je désactivai donc mon attaque pour me prendre celle de ma femme possédée de plein fouet. D'abord, la douleur ne se ressentit pas, mon invulnérabilité faisant effet. Mais plus j'attendais, plus mon corps ressentait la chaleur, puis une brûlure. Je commençai à m'avancer vers elle sans me défendre, sentant chaque cellule de ma peau éclater petit à petit au niveau de l'impact: ma poitrine. Mon corps entier était en feu, je savais que je ne devrais pas faire une chose pareille, mais que faire d'autre? Je n'avais qu'elle et mes parents au monde, qu'est- ce que je pouvais faire d'autre? Quel genre de Superman je pouvais bien être, pour ne pas arriver à sauver la femme qui comptait le plus à mes yeux? Alors j'allais au- delà de la douleur, au-delà des blessures, en avançant pas à pas vers l'objet de mon amour.

"Tu es encore là Lois, n'est- ce pas? Tu es là et tu m'entends. Je vais te sauver, je te le jure. Peu importe ce que ça me coutera, je te libérerai de son emprise."

Je m'écroulai au sol, vaincu.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 10/12/2012
Messages : 442
MessagePosté le: Mer 29 Mar 2017 - 23:17
Tout se passe très vite pour les habitants de Métropolis : la destruction du toit de l'hôpital, puis l'étrange combat aérien entre Superman et une entité inconnue, qui se finit avec la chute de l'homme d'Acier dans les rues.

Si le public est naturellement inquiet devant les troubles subis par l'homme d'acier, l'apparence de la Lois Lane déformée par le virus alien confuse et effraye les malheureux, qui se mettent à conduire dans pratiquement toutes les directions pour ne pas être pris dans le combat divin qui allait frapper les quartiers de la ville.

Quand les lasers se confrontent, d'immenses lumières rouges et vertes, aléatoirement, éblouissent le centre-ville entier, aveuglant des civils tout prêts tout en forçant le reste à prendre des couvertures pour ne pas être pris dans le duel, qui semblait toutefois être calqué en faveur de Superman, même sans mettre trop d'efforts, son laser dépassait aisément le niveau de puissance de celui de Brainiac et risquait bien d'impacter le corps de son ennemi.

Pour cette raison, le public est surpris, puis horrifié, quand Kal-El désactive sa vision X pour se laisser brûler. Son invulnérabilité le protège des dégâts avec aise, pour le moment, mais le laser et le feu pourraient bien finir par la percer. Il le sait, mais peu désireux de blesser la femme qu'il aime, il refuse de résumer son assaut ou faire quoi que ce soit à part encaisser. Un mauvais sourire apparaît sur le visage de Lois-Brainiac, alors que la puissance du laser augmente.

N-non ! tonne soudainement la voix de Lois, qui éteint le laser et file haut dans les airs pour s'éloigner de Superman, laissant Superman en feu parmi les civils. Quelques camions de pompiers s'approchent, sans doute pour s'assurer que le feu ne dévore pas leur sauveur alors qu'il reste planté là dans son cratère.

En haut, Lois Lane atteint finalement la stratosphère, s'étant élevée dans l'espace, et cesse son bref combat interne : son expression faciale, autrefois déchirée par la souffrance qu'elle infligeait à Clark, redevient un masque de froideur, sans aucune émotion, sinon un froid sadisme.

Il est surprenant que Kal-El tombe face à mes assauts physiques.

La cyborg observe Métropolis depuis l'espace. Le gemme sur sa tête luit brièvement de rose, alors qu'elle redescend ailleurs, en direction d'une quelconque petite ville des Etats-Unis. L'une des cibles principales de l'humaine était occupé à remplir un quelconque article pour ses "journaux" terriens, des âneries où les Homo Sapiens collectaient des informations inutiles : Bradd Dush-Bag était apparement un rival de Lois.

Sa destruction était donc nécessaire. Heureusement pour l'intelligence artificielle maléfique, sa base de donnée dénicha facilement l'homme, qui était occupé sur un centre-ville : Son expression faciale indique la surprise et l'effarement alors que la journaliste descendit des cieux pour le confronter, se préparant à tirer un rayon.

Homo Sapiens. Je suis venu interrompre tes fonctions biologiques. Ne résiste pas.

--

Pendant ce temps, Superman finit de brûler, pas à cause des camions de pompier, toutefois, même si ces derniers étaient déjà en train de pointer les tuyaux vers le Kryptonien. La chose qui éteint Superman est un puissant souffle de vent, qui aurait mis à terre un humain normal.

Salut, cousin !

Si Superman relève la tête, il pourra apercevoir une jeune fille blonde, dressée dans la même armure que la sienne... enfin, à l'exception du pantalon, quand même.



De façon douce, mais toujours ferme, la jeune Kryptonienne relève son fier cousin et observe les habitants de la ville, utilisant son plus beau sourire.

Je vais vous le ramener tout neuf, vous inquiétez pas !

La blonde s'envole à grande vitesse, parcourant rapidement le chemin entre la rue de Métropolis et et l'espace, et s'arrête peu avant la lune, exposant Kal-El aux rayons régénérateurs du soleil.

On n'a pas beaucoup de temps, Clark. Qu'est-ce qui se passe avec Brainiac et Lois ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 31 Mar 2017 - 19:14
"Kara?"

J'ouvris les yeux en sentant les rayons solaires apaiser ma douleur. Vous devez vous demander ce que ça fait d'être dans cette situation, quand on est un Kryptonien. Imaginez- vous dans un bain chaud, confortablement allongé, immobile dans le calme, la sérénité et le silence. A cet instant, le monde semble différent, poétique et surtout, très grand. Mais pas de la mauvaise manière, on ne se sent pas minuscule ou insignifiant, bien au contraire. On devient un tout, le tout du monde dont on fait partie intégrante. C'est cela qu'on ressent, durant une régénération avec exposition rapprochée au soleil. Voilà pourquoi je ne dis rien de plus, après avoir murmuré le nom de celle qui me tenait. Au-delà du fait que je ne voyais personne d'autre faire une chose pareille aussi spontanément, je m'étais douté que c'était elle grâce à mon odorat, pouvant à peine garder les yeux plissés pour le moment. Supergirl avait une odeur unique, elle me rappelait mon monde. Quand on est bébé, les cinq sens sont au maximum de leur développement, parce qu'ils sont tout ce qu'on a. Ils étaient les seuls sources de souvenir d'avant ma venue sur Terre, c'était par eux que des bribes revenaient parfois. Comme l'odeur de Kara, dont je me souvenais des moments où elle me tenait souvent dans ses bras, me berçant quand elle devait me garder. Viens aussi son touché, ses bras qui me tiennent fermement, c'étaient les mêmes qu'à l'époque. Ces bras qui me promettaient toute la protection dont j'aurais besoin, protection que ma cousine voulut assurer en venant dans ce monde, sans avoir eu la chance de l'accomplir. Jusqu'à aujourd'hui (mais pas seulement, elle m'a sauvé la vie plusieurs fois par le passé).

"Lois... Elle ne va pas bien... La machine... Tu dois la récupérer et la ramener à Daxam, le robot gérant la Forteresse de Solitude. Il analysera sa structure et te dira ce qu'il faut faire, je suis sûr qu'elle est liée à la transformation de Lois. C'est ce qu'elle a essayé de me dire tout à l'heure à l'hôpital. Vas! Je n'ai pas le temps de t'expliquer tout en détail Kara, peut- être plus tard."

Alors que la jeune fille plongeait vers Metropolis pour accomplir sa mission, je fis de même dans une direction légèrement écartée, suivant ma femme possédée à la trace. Je ne savais toujours pas comment l'arrêter, j'allais sans doute encore finir dans le même état que précédemment. Mais rien au monde ne m'empêcherait de lui courir après, pas quand elle- même n'avait pas arrêté de me pourchasser durant plusieurs années. Ce n'était pas moi qui allait l'abandonner, je ne serais rien sans elle pour me maintenir au plus haut niveau possible. Mes amis m'ont souvent posé la question: pourquoi Superman a choisi Lois Lane? Ma réponse a toujours été la même: que serait Superman aujourd'hui, sans Lois Lane? Un pouvoir, aussi petit soit- il, corrompt, sans humanité. Ma femme était mon humanité.

J'utilisai ma super vitesse pour passer les différentes couches de l'atmosphère, brûlant sans fumer, jusqu'en bas, dans la petite ville que Lois- Brainiac avait décidé de terroriser en mon absence. J'arrivai juste à temps pour me mettre entre elle et un homme apeuré, tendant la main pour capter le rayon émeraude au moment où il allait frapper sa cible. Mon invulnérabilité me protégeait, pour le moment.

"Je viens négocier les termes de ma rédhibition envers Brainiac. Pouvons- nous discuter un moment? Ou je considérerais que tu n'es pas intéressée et je devrais te détruire avant que tu ne fasses plus de mal à des innocents."

Je bluffais, bien évidemment. Il n'y avait aucune négociation possible, et encore moins la volonté d'éliminer Lois. J'essayais de gagner du temps, en attendant les résultats de Kara qui ne devraient plus tarder. Je jouais sur le fait que Brainiac ne résisterait peut- être pas à une proposition aussi alléchante, il avait plusieurs essayé de m'enlever vivant après tout, pour ses expérimentations. Si je me laissais emporter, il pourrait avoir Lois et la laisser continuer son travail d'extermination. Il n'avait rien à perdre... Enfin, c'est ce qu'il devait croire, tant qu'il n'était pas au courant ce qui se tramait dans la Forteresse de Solitude.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Guerre Personnelle (Wot5c, Superman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les films sur la guerre du Vietnam
» Notre Mère la guerre de Kris et Maël
» Collaboration 2e guerre mondiale
» 717 photos des voitures d'avant-guerre sur le net
» Forum RPG La Guerre Des Clans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Metropolis-