Enquête périlleuse. (pv Lois Lane)

Invité

MessagePosté le: Ven 24 Mar 2017 - 17:27
Gotham City, East End..
Joker & Loïs

Enquête périlleuse.



Bienvenue dans l'un des quartiers les plus malfamés de Gotham : l'East End. Anciennement repaire de la puissante mafia italienne, il est, depuis quelques mois, l'une des nouvelles plaques tournantes du nouvel empire criminel du Joker. Profitant de plusieurs établissements qui servent de plaque tournante pour le trafic, le mercenariat et autres, East End est un quartier de rêve pour tout les petits criminels qui se lancent dans le métier.

Et évidemment, c'est un endroit de luxe pour une journaliste aussi casse-cou que Loïs Lane.

Oui, le Daily Planet, récemment, a confié une enquête à Lois Lane : faire un dossier complet sur le nouvel empire criminel du clown prince du crime, et cela, en s'infiltrant au sein de ses hommes. Après quelques coups de fils, la journaliste à enfin trouver un indic' qui lui a donné rendez-vous dans un typique bar glauque.

*
* *

La taxi s'arrête juste devant le bar. Comme souvent, la pluie joue son tempo rituel sur Gotham. Ce n'est pas vraiment une belle nuit : nuageuse, sans étoiles. Tandis que la porte du taxi claque et que le conducteur file déjà retrouver sa femme et ses enfants dans une joli maison de la banlieue de la ville, la journaliste se retrouve là, au milieu de la nuit, seule. Haut dessus d'elle, une enseigne clignote d'une lueur violette.

« Bienvenue au "Crow's Bar". » commença une voix dans la pénombre, apparaissant juste à côté de la porte de l'établissement. C'est un grand type, blond, portant un gilet en cuir. Cigarette au bec et regard arrogant, la journaliste est donc accueilli par un des nombreux hommes de mains de East End.

« Mademoiselle Lane, c'est ça ? George vous attends. »
continua-t-il en tirant une taffe de sa cigarette.

Enquête périlleuse. (pv Lois Lane) Brad-pitt-en-homme-de-main-dans-cogan-s-trade

Le badboy tira la porte du bar et fit passer la journaliste. Effectivement, l'établissement est bien glauque dans son genre. Le sol est miteux, le comptoir est sale. Le local pue la clope. Le barman hausse un sourcil en voyant apparaître la demoiselle dans l'encadrure de la porte. Décochant un sourire, tout en continuant de laver un verre dans un mouvement machinal, il s'esclaffe :

« C'est pas un endroit pour les journalistes ici, ma p'tite dame. »

« La ferme Owan, George l'attends. » répliqua immédiatement l'homme de main.

Les deux personnages continuèrent leur chemin à travers le bar, jusqu'à une petite table à côté de la table de billard de ce dernier. L'homme de main se retira, esquissant un sourire enjôleur - et sûrement lourdaud - à l'intention de la jeune femme, puis lui indiqua la table où se trouvait George.

George, c'est un homme d'une trentaine d'année. Rabougri, tout tassé, les quelques cheveux qui lui reste tombant sur le crâne. C'est l'un des indics favoris du Daily Planet à Gotham : il est toujours au courant de tout, partout, et il a un don pour envoyer des journalistes au casse-pipe. Toutefois, il n'a jamais menti aux journalistes du Daily Planet, et ça, ça suffit pour lui faire confiance. Surtout quand il s'agit d'une enquête sur le Joker, qui a eu le temps de se forger de nouveaux ennemis...

« Salut Lois. Assieds-toi. Tu veux quelque chose à boire ? » commença l'indicateur, jetant quelques regards angoissés vers la porte.

Le petit homme est visiblement stressé. Une goutte de sueur perle sur son front, et ses mains tremblent. Quelque chose ne va pas.

« Nous n'avons pas beaucoup de temps Lois...» commença-t-il, la voix hésitante, veillant à ce que l'homme de main ne l'entende pas « Le Joker...tout le monde sait qu'il est à nouveau en dehors d'Arkham. C'était la une des journaux ici, il y a un mois. Mais maintenant, lui et sa petite copine tarée on reprit le contrôle du crime dans la ville. Ici, il y a un mois, c'était une famille Italienne qui contrôlait la pègre et le trafic. Maintenant...c'est les clowns, et ils ne font pas dans la dentelles. »


Il attrapa le verre à moitié vide de whisky devant lui et le bue d'une traite. Regardant la porte, les yeux écarquillés, il soupira une nouvelle fois. Quelque chose n'allait pas. Son téléphone vibra : le sortant de sa poche, il regarda le nouveau message qu'il venait de recevoir. Une mauvaise nouvelle.

« On a pas beaucoup de temps, Lois. Je sais que toi et ta petite bande de journaliste veulent exposer les agissements du clown devant tout le monde. Et moi, j'ai une seule envie : me sortir de toute cette merde. Les indications, c'est plus mon truc. Alors...tu me donnes l'argent et je te dis où à lieu la prochaine grosse transaction du Joker ce soir. Et...mon ami Jack t'accompagnera. » termina-t-il, déglutissant sa salive.

Le blondinet à la veste en cuir fit un signe à la journaliste, lui esquissant un clin d’œil. Ouais, c'était un relou. Mais bon, Lois devrait compter sur sa présence pendant tout le reste de son enquête. Maintenant, elle n'avait que à donner l'argent et elle aurait son indication. Mais, vu les regards insistant de George sur sa montre, le temps pressait...
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 25 Mar 2017 - 0:12
Enquête périlleuse. (pv Lois Lane) 1490396916-img-5966

◈ Le joker... grand dieu quelle histoire à lui tout seul à croire que cette planète ne veut pas le voir disparaître. Perry m'avait chargé de monter un dossier contre ce fameux personnage emblématique, on avait beau l'enfermer il parvenait toujours à sortir. J'espère naïvement qu'avec mon dossier on l'enferme définitivement ça ne leur sert donc pas de leçon ? Bref, j'étais allée sur place donc dans cette fameuse ville de Gotham City pour ma pêche aux informations. J'avais vent d'un indiqué du nom de George assez fiable apparemment... évidemment, les autres journalistes peuvent gober cela, mais je n'étais pas né de la dernière pluie et je savais que méfiance était mère de survie. J'avais donc recu une adresse sur mon portable qui se situait dans l'Est End. Du pain béni ce quartier pour moi.


◈ Habillée d'un tailleur saillant qui s'arrête au dessus du genou et d'un chemisier blanc dont deux boutons était ouvert, c'était sur mes talons que je descends du taxi qui venait de me déposer devant un bar. Avant même que je m'avance vers l'entrée un homme m'interpelle pour s'assurer de mon identité apparemment. " oui, c'est bien moi...vous savez donc pourquoi je suis ici". Connaissant la réputation de ces malfrats en terme de discrétion j'en conclus très vite qu'il devait être au courant de l'objet de ma venue. Je reste distante même si je suis téméraire, je rentre dans le bar en précédent le pas de l'homme de main.


◈ L'intérieur était plutôt sombre à l'image du quartier, on peu pas dire qu'il y ai grand monde ce soir. D'autres s'approche de moi, un vrai portillon de sécurité, logique pour protéger. Le barman s'avance vers moi et semble bien surpris de voir une minette comme moi entrer dans un bar miteux et qui plus est seule. Je ne rétorque pas car l'homme de main s'en était chargé à ma place. Très bien ça m'évite de parler dans le vide, je suis toujours le même homme faisant résonner mes talons sur le sol crasseux, tu parles d'un QG... enfin dans la pièce qui m'intéressait je vis le fameux George. " Bonsoir George...". Il y avait une petite pointe d'ironie pour le surnom de celui ci...


◈ Je me décide à prendre place scrutant ce qui nous entouré Avant de l'écouter parler, il n'avait pas vraiment l'air dans son assiette le coco, peu rassuré apparemment ce qui ne me confortait pas vraiment. " Non merci pour le verre comme vous le dites le temps joue contre nous...je veux savoir tout concernant le joker.." Il regarde son portable une nouvelle fois et reprend exactement ce qu'il venait de dire avant. Détails flagrant de sa nervosité et un appel implicite comme quoi je ne devais pas tarder ici. J'ouvre mon sac à main pour en sortir une enveloppe épaisse, je feinte de la jeter sur la table basse devant puis je repose mon regard froid sur lui. " Dans ma main se trouve largement assez pour des informations cruciales dont le lieu du rendez vous, j'ose espérer la véracité de vos dires car croyez moi vous n'aimeriez pas une deuxième visite de ma part.. alors ce lieu...". Je jette l'enveloppe en sa direction Avant de me lever traduisant mon empressement. " Je vous remercie de cette aide George...espérons que votre réputation soit bien fondée en terme de véracité..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 25 Mar 2017 - 22:11
Gotham City, East End..
Joker & Loïs

Enquête périlleuse.



L'indic' attrapa le paquet sans sourciller et se leva d'un bond de sa chaise. Il alla directement vers le comptoir, tout en donnant son indication à Lois :

« 21 Lone Street. C'est le grand entrepôt abandonné. Jack vous y conduira. » lança George tout en chuchotant quelque chose à l'oreille du barman. Le grand blondinet regarda la journaliste un instant, puis l'analysa de haut en bas. Tournant les talons, il attrapa des clés de bagnole trainant sur une vieille table et fit signe à la journaliste de le suivre. Il lui lança :

« Vous auriez dût mettre des baskets. On risque de courir. »


Fermant doucement les yeux, il fourra ses clés dans sa poche et ouvrit la porte arrière du bar. Le barman et George se dépêchait de fermer le magasin, puis s'enfuyait déjà sur le parking, montant dans un vieux pick-up noir. L'homme de main regarda le véhicule s'éloigner et s'approcha d'une vieille Ford brunâtre. Il ouvrit la porte et fit signe à Lois de grimper de l'autre côté du véhicule.

La voiture démarra et quitta l'arrière parking du bar. Elle fila dans la rue, en direction du port. Il n'y avait pas grand monde dans les rues, et la pluie c'était calmé. Parfois, à un détour de ruelle, on pouvait voir une silhouette qui se cachait, ou encore un homme qui rackettait une vieille dame. Un spectacle courant à Gotham City.

La voiture s'arrêta à un feu rouge grésillant, et la fenêtre de droite offrit une vue sans pareille sur un spectacle horrible : une jeune femme se faisait agresser dans la rue par trois hommes armés de couteaux. Son hurlement déchira les oreilles des deux individus dans la voiture, puis sans un mot, le conducteur redémarra, le visage inexpressif et dur.

« C'est un triste spectacle. Les choses sont comme ça à Gotham. Il parait que Metropolis est plus calme, hein ? »


Il n'attendait pas vraiment de réponse. Non, il semblait juste vouloir atténuer un stress ambiant, en faisant la conversation. La voiture roula encore quelques minutes, jusqu'à un parking désert. Sortant de la voiture, il claqua la porte derrière lui. Accompagné de la journaliste, il commença à marcher en direction du port.

Les mouettes n'étaient pas de sortie ce soir. Le froid faisait grelotter l'homme de main, qui affichait un air attristé. Le port n'était pas un beau spectacle, pensa-t-il, une fois devant l'immensité de l'océan. Son regard rêveur se perdit pendant quelques secondes dans les vagues, puis il se tourna vers Lois, en indiquant un bâtiment au bout de la rue.

« C'est là. »


Le bâtiment était entouré de quelques instruments de chantiers. Une grue, notamment. Elle semblait conduire tout droit à une partie inachevé du toit du bâtiment. Les maçons travaillaient peut-être que de jour, ou peut-être que c'était abandonné depuis des années. Difficile à dire.

« Le seul moyen pour rentrer discrètement, c'est la grue. J'espère que vous n'avez pas le vertige, mademoiselle Lane. » exprima-t-il, tout en marchant, mains dans les poches, en direction de la dîtes grue.

Les deux individus marchèrent jusqu'à l'entrée du chantier. Ils n'eurent pas besoin de défoncer une grille ou une porte : non, il y avait déjà un trou dans le grillage. S'accroupissant, ils passèrent tout deux la clôture et dirigèrent vers la grue. Elle se dressait là, au milieu du chantier, écrasant tout le paysage. Combien de mètres de hauteur ?Une trentaine, peut-être ?

Dans tout les cas, ça importait peu aux yeux de notre badboy, puisqu'il grimpa l'échelle de la grue sans trop se soucier et sans un regard pour la demoiselle. Après une longue ascension, les deux individus se trouvèrent en haut, à quelques mètres du toit. Ils allaient devoir effectuer un saut.

« Prête pour le grand saut ? » articula l'homme de main à l'intention de la jeune fille, tout en tenant en équilibre sur le pont de la grue. Lâchant le rebord, il commença à marcher, tel un funambule. Une bourrasque de vent l'effleura, mais il tint bon. Avançant le long de la grue, une fois au bout, il se lança sur le toit.

Braoum. Il tomba juste, se réceptionnant parfaitement et avec un bruit minime. Se tournant vers l'engin, il observa la journaliste.

« ..à ton tour, jolie minois. »
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 26 Mar 2017 - 1:08
Enquête périlleuse. (pv Lois Lane) 1490396916-img-5966

◈ Je regarde George ranger l'enveloppe sous le comptoir avant de chuchoter à l'homme de main, je plisse les yeux tout en restant silencieuse. Je ne savais pas ce qui pouvais se tramer dans mon dos mais la confiance ça se mérite et ils n'avaient pas la mienne loin de là. Est ce que je pouvais faire confiance à l'homme de main ? Qui sait pour le moment je n'avais pas le choix. Je le suis donc jusqu'au parking le fixant à mon tour de bas en haut. " J'ai l'habitude ne sous estimez pas une femme a talons...on est pas toutes princesses...cowboy...". Je ne tarde pas à monter alors que des crissements de pneus résonnent en voyant le véhicule de George fondre dans la direction opposée.


◈ J'en profite du trajet pour regarder cette ville aux antipodes de Métropolis, je n'y habiterais jamais c'est une certitude notable. Je ne connaissais pas l'endroit exact du rendez vous mais je savais dans quelle direction était le port, c'est pour cela que je garde un œil vif. "Oui c'est bien différent...on sens l'insécurité qui règne...mais c'est du pain bénit pour mon métier... et..." On s'arrête alors à un feu délabré avant que je ne tourne la tête pour voir la scène dramatique qui se joue sur le côté, dans une ruelle plutôt visible de la route... ça n'avait pas l'air d'affecter l'homme, je pose une main sur la vitre mordant un peu la lèvre impuissante pour cette femme. " Et vous laissez faire...pitoyable...ça pourrait être votre femme là bas,...".


◈ Je détourne le regard alors que la voiture redémarre au feu vert. Je me sentais tout aussi minable... je pourrais me maudire mais je ne laisse pas ma faiblesse m'envahir, car ce qui m'attendait solliciterai toute ma lucidité. On arrive à destination, pas étonnant que des réunions clandestines s'aimaient à etre entretenues dans cette zone. Discret mais si évident à la fois, je sors de la voiture faisant le moindre bruit possible, la discrétion allait être notre salut. Je suis les traces de l'homme de main à travers le grillage defoncé, portant mon regard sur l'entrepôt tout' en l'écoutant. " genial de la hauteur... je navigue à bord d'hélicoptères vous pensez bien que le vertige n'est pas dans mes attributions... est ce vraiment le seul moyen ?"


◈ Je peste intérieurement et heureusement pour lui qu'il me dise pas de grimper devant pour tenter de regarder sous le tailleur. Un bon point je n'avais pas à m'occuper de ça, c'était à ses risques et périls. Je grimpe après lui et j'avoue que c'est tout de même haut et plus l'on montait, plus le vent se faisait sentir. Je ne fus pas au bout de mes surprises, voila que l'on allait jouer les funambules, de mieux en mieux... je le regarde faire, accrochée à la grue je décide de retirer mes talons pour la stabilité'. Marchant pied nué sur la poutre métallique, se fameux prolongement de grue, une chute serait fatale croyez moi... le vent ralentit ma progression, j'étais un poids plume il ne fallait pas l'oublier.


◈ Je l'entends retorquer sa petite phrase et je ne relève pas c'est inutile et puéril. J'arrive au bout, le ventre assez noué, déglutissant' un bon coup je recule de quelques pas avant' de me lancer... hiiii c'est' court !!! J'atterrie sur le rebord " Merd...". Mon corps bascule vers le mauvais côté et l'homme de main parvient à agripper ma taille et je n'hésite pas à accrocher son haut, mes talons dans l'autre main. Mon sang venait de faire qu'un tour, le coeur' explosant dans ma poitrine je reste contre l'homme les temps de quelques secondes avant de me défaire. " De justesse... merci....". Je m'écarte bien du rebord avant qu'une bourrasque ne me surprenne...




Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 31 Mar 2017 - 13:34
Gotham City, East End..
Joker & Loïs

Enquête périlleuse.



La main de l'homme de main saisit au dernier instant la main fine de la journaliste, l'empêchement de faire une chute dans le précipice. D'une poigne forte, il la tira vers lui, profitant quelques instants du parfum de la jeune femme, puis la posa à quelques pas de lui. Sans tarder, il lui fit signe de la suivre, s'enfouissant, accroupit, dans les combles du bâtiment.

Comme la jeune femme pouvait le constater, l'homme avait de larges épaules : il était sûrement tout à fait en forme pour se battre en cas de besoin. Après quelques pas, les deux personnages arrivèrent à un petit trou dans la structure du toit qui permettait d'observer la pièce en bas. On voyait en bas quelques hommes de mains au costume reconnaissable : des hommes du Joker. Un sourire sur leurs masques blancs, ils patrouillaient autour de l'entrepôt, parlant entre eux. Deux hommes, avec des gilets pare-balles, discutaient devant la porte du bâtiment. Ils semblaient être haut-gradé et attendez quelque chose.

« Le Joker n'est pas là ? » s'exclama l'un des Bouffons, s'adressant à un de ses chefs.

« Non. Il annonce jamais l'endroit où il se pointe vraiment. C'est pour brouillé les pistes, les journalistes, les flics et même les justiciers. On attend les ordres de Larchal, il devrait se pointer bientôt. »

Le silence retomba dans la pièce, tandis que l'homme de main s'adressa à la journaliste, sans pour autant la regarder : son regard, qu'on pouvait remarquer comme étant d'un bleu pâle, voir glacial, continué de fixer le sol de l'entrepôt.

« ..vous savez, pourquoi je ne suis pas intervenu quand les deux hommes étaient entrain d'agresser la femme ? »
commença-t-il, à voix basse, mais bien audible par la journaliste « Car, les deux hommes, ils lui piquaient son sac à main. Et tu sais quoi ? Il y a une différence entre eux ; il désigna les Bouffons ; et nous. Nous, on fait ça car on a pas d'autres alternatives. J'ai déjà volé un sac à main à une vieille dame pour nourrir ma mère, alors, je n'interviens pas comme ces stupides super-héros de mes deux qui tabassent volontiers le premier voyou qu'ils voient, sans chercher à comprendre. »

Puis, après un léger soupire, il rajouta quelque chose : « Mais eux, en bas, c'est des monstres. Ils doivent être drogué, ou quelque chose comme ça, mais ils sont dévoué au Joker. Le clown les touche car il sait comment leur parler. Ils en ont marre des petits manèges des justiciers, de la police, des politiques. »

Enfouissant sa main dans sa poche, dégainant une cigarette et la posant dans son bec, il l'alluma. Tirant une taffe, il termina : « Si vous saviez à quel point c'est difficile d'avoir le rôle du méchant dans l'histoire. Je suis sûr que vous avez toujours été une bonne élève, mademoiselle Lane. Une citoyenne exemplaire également. Mais, c'est car vous n'avez jamais été mit face aux VRAIS dilemmes de la vie. Ceux qui vous font douter de vous mêmes. J'imagine que vous êtes assez intelligente pour comprendre ce que je vous dis, mademoiselle Lane. »

Le silence retomba dans la pièce, tandis que la porte de l'entrepôt s'ouvrait, laissant apparaître deux camions grisâtres. Une fois garé, les deux portes des camions s'ouvrirent et deux hauts-gradés des Bouffons beuglèrent quelques ordres comme "EMMENEZ LES" ou "SORTEZ LES, VITE PUTAIN". Et soudain, les hommes du Joker sortirent des hommes et des femmes, cinq ou six peut-être, avec des bandeaux sur les yeux. Ils les emmenèrent jusqu'aux camions et les fichèrent dedans, devant les yeux impuissants des deux protagonistes. Le reste des hommes grimpa dans le second camion. Le dénommé Larchal cria enfin une dernière indication :

« File vers Pernell, 74th Corner. Le Joker nous attends. »

L'homme de main regarda l'entrepôt se vider, puis, faisant volte-face, il déclara à l'intention de la journaliste : « On a pas 36 moyens de sortir. Faut descendre. »

Et aussitôt, il tapa le sol, faisant s'écrouler une vieille tôle qui servait de toit. Se suspendant par les bras, il se laissa tomber dans l'entrepôt, puis attendit pour réceptionner la jeune femme. Une fois les deux protagonistes en bas, il commença à avancer, cherchant une sortie. Mais soudain, une voix grinçante se fit entendre derrière eux : « Hépepep, pas si vite joli coeur. »

Trois hommes du Joker se tenaient là, juste devant eux : des « Bouffons » classiques, armés d'armes blanches. Les deux premiers semblaient plutôt musclé, prêt à se battre, tandis que le dernier ressemblait plus à un vicelard, un peu lunatique. On ne voyait pas leurs visages, le sentiment de folie qu'ils dégageaient intensifier par les dessins sur leurs masques. La jeune femme pût d'ailleurs apercevoir l'un des hommes avec, sur son masque, un dessin du S de Superman barré en rouge sang.

Rapidement, déjà, le premier homme musclé fonça sur l'homme de main, lui dégainant une droite (avec poing américain, haha, sinon ça serait pas drôle) que le blondinet esquiva sans soucis, ripostant immédiatement avec un coup de genoux, faisant reculer son adversaire. Il dressa ses poings et le combat pouvait s'engager.

De l'autre côté, le second Bouffon musclé fila derrière Lois et tenta de la ceinturer, attrapant la jeune femme en passant ses bras autour de sa taille et serrant de toute ses forces, tandis que le vicelard s'approchait avec une matraque électrique vers cette dernière, une lueur de perversion s'illuminant derrière son masque.

HRP : Alors, descriptif bref de tes deux adversaires. Le premier, celui qui te ceinture, il sait se battre. Il ripostera au cas où, il est en forme et ceinture bien. Lois peut rien faire de ses bras pour l'instant, mais elle a toujours ses jambes. Le maigrichon, lui, il est très facilement vaincu à condition qu'on lui retire sa matraque électrique, qui elle, peut faire très mal. Il la brandit plus comme une protection, pour mettre de la distance entre son adversaire et lui. Mais, il te sous-estime clairement, pour l'instant.

Bref, enjoy o/

PS : Le premier est à mains nues.

Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 2 Avr 2017 - 16:20
Enquête périlleuse. (pv Lois Lane) 1490396916-img-5966

◈ c’était moins une j’allais faire le grand saut mais heureusement que l’homme de main était là. Notre quête ninja continue sans encombres pour le moment, mais je savais très bien que ce genre de mission n’allait pas être de tout repos surtout connaissant le joker. On arrive enfin à rentrer dans l’entrepôt bien cachés dans l’ombre sur l’étage au-dessus dont la rampe métallique assez espacée pouvait nous laisser voir ce qui se passe en contrebas . C’était en tout cas une bonne adresse car on venait de mettre le doigt sur le trafic. Mais quelque chose m’inquiète assez précipitamment c’est qu’il n’y avait pas l’invité voulu.

◈ C’est à ce moment-là que l’homme à côté de moi commence à me chuchoter le pourquoi du comment il n’a pas aidé cette vieille femme dans la rue peut-être est ce un bon moyen de justifier la fin mais le moyen n’en était pas plus déplaisant. « la fin justifie les moyens c’est peut-être vrai mais il y avait peut-être une autre solution je suppose que ce n'est pas toujours aussi facile mais peut-être un peu plus légal si on s’en donne la peine après je ne connais pas les détails de la vie de ces agresseurs mais pour ma part j’ai mon opinion. Et puis détrompez-vous j’ai quand même eu des hauts et des bas dans ma vie tout n’a pas été rose… »


◈ Il est vrai que l’on me juge souvent sur ce que l’on voit en premier, c’est-à-dire une femme ambitieuse qui n’a pas peur et qui apparemment tout lui réussit enfin presque. Mais la réplique de l’homme était très claire pour moi si on avait pas été dans cette situation je pense que je n’aurais hésité à lui lancer quelques piques, mais à vrai dire il fallait que je me tienne un minimum si on ne voulait pas se faire repérer. En bas ça s’activer très vite et une adresse parvient à nos oreilles il fallait absolument sortir d’ici mais apparemment on avait pas vraiment le choix du chemin à emprunte. Je le suis alors tranquillement avant d’arriver sur le sol me détachant de lui après m'être agrippée à son cou. Notre présence fut très vite remarquée.


◈ Un des hommes du joker ne se gêne pas pour m’interpeler. Aie aie me voilà dans de beaux draps. Un premier bouffon se jette sur mon acolyte qui est n’hésite pas engager le combat alors que pour ma part j’avais bien des soucis à me faire car un autre plus musclé commence à me ceinturer la taille, j’essaye donc de gesticuler pour me débattre essayant de me servir de mes bras mais je compris très vite que c’était impossible. « lâche-moi sale brute sinon tu va le sentir passer c’est moi qui te le dit… ». Évidemment c’était comme si je pissais dans un violon. Je regarde alors celui qui avait un S barré sur le T-shirt, Ça avait le chic de me mettre hors de moi, je n’acceptais que personne ne dénigre l’amour de ma vie. « tu as raison de le barrer car ça ne te va pas du tout je pense même que tu peux aller mourir pour ça… »

« eh bien en voilà une vilaine fille, je me demande si elle est si vilaine si on lui enlève les vêtements… ». Il en était hors de question alors avec mon pied je décide d’enfoncer mon talon dans son tibia pour pouvoir le faire réagir sentant l’étreinte se desserrer un peu, je dégage un bras pour lui donner un coup de coudes le faisant un peu reculer. Mon deuxième problème fumer l’autre homme avec la matraque, je ne savais pas où donner de la tête, la matraque fonce vers moi alors que l’autre homme c’est de nez le nez avec un regard plutôt mauvais j’essaye de bloquer le poignée pour tenter de l’agripper. Ce n’était pas une chose aisée je retire alors ma veste pour pouvoir la lui balancer essayant une diversion à deux balles. « Tayo tayo…. ». J'allais pouvoir constater si mes leçons de judo et ma ceinture noire me serait efficace… « maîtrise-moi cette vilaine chatte !!! »

HRP: desolee ce n'est pas top
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 3 Avr 2017 - 19:15
Gotham City, East End..
Joker & Loïs

Enquête périlleuse.



S'abaissant immédiatement, l'homme de main esquiva un coup de poing du Bouffon. Probablement à cause des drogues du Joker, le malfrat frappait plus vite que le blondinet, mais vraiment sans précision. Reculant de quelques pas, il dût quand même encaisser un coup de poing métallique dans l'épaule droite. Se tenant l'épaule, Jack lança un regard mauvais au voyou qui se remettait en position de combat.

Ni une, ni deux, le blondinet envoya sa jambe dans le ventre du Bouffon, puis fonça directement pour le renverser au sol. L'homme lança son poing, mais Jack se contenta d'esquiver, attrapant l'avant bras et le tordant le plus fort possible. Hurlant de douleur, le Bouffon cala un coup de genoux dans les abdominaux du dragueur, qui encaissa sans soucis. L'achevant d'un simple coup de coude dans les dents, l'homme de main se releva et jeta un coup d’œil à Lois qui semblait plutôt bien s'en sortir.

Avançant d'un pas rapide, il attrapa par derrière le type avec la matraque et commença à l'étrangler. Le vicelard ne pouvait pas faire grand chose face à la force du blond, qui envoya valser l'homme à l'autre bout de la pièce, loin de sa matraque. La saisissant, il commença à enchaîner les coups électrifiés sur le visage du pauvre homme, le laissant rapidement K.O au sol. Il se tourna vers Lane. C'était plutôt vite fait, effectivement : il n'avait plus que à attendre qu'elle mette K.O le grand gaillard.

Et ce grand gaillard, voyant ses deux compagnons au sol, dégaina sa plus belle réplique zélé :

« MORT AUX JUSTICIERS ! » tout en s'élançant sur la jeune femme, tentant de la plaquer au sol de tout son poids. La surmontant, il s'apprêtait à envoyer son poing dans le visage de la journaliste quand le blondinet le stoppa net d'un coup de matraque électrique, le faisant valser à quelques pas de là. Tendant sa main à la jeune femme avec un sourire enjôleur, il l'aide à se relever, puis brandit sa matraque, aux côtés de Lois Lane, prêt à mettre au tapis cette brute épaisse - et drogué.

HRP : C'est pas très long, c'est juste qu'il faut qu'on les mettent K.O avant d'avancer !^^
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 4 Avr 2017 - 23:05
Enquête périlleuse. (pv Lois Lane) 1490396916-img-5966

◈ je n’étais pas une princesse et l’homme qui m’ accompagnait pouvait s’en rendre compte, heureusement que mon père m’avait appris à me défendre avec plusieurs techniques d’art martial. Évidemment je connaissais mes limites et face au vicieux, il est vrai que je pouvais m’en débarrasser si j’étais assez stratégique car l’attaquer de front n’était pas forcément une bonne solution au vue de mon gabarit. Je vois mon acolyte faire une clé au niveau du coup au bouffon qui avait la matraque.

◈ On pouvais rire que j'étais entre de bonnes mains même si ce n'était pas mon beau Superman. Que voulez vous il fallait faire avec. « Ma foi quelle poigne mon cher.. ». Lui adresse ai- je. Il se débarrasse du bouffon alors que pour ma part je cours vers un tas de ferraille attrapant une barre de faire sentant le vicelard dans mon dos, je reçois un coup dans le ventre.

◈ Mais mon pas de recule atténua l’impact, je me crispe tout de même Avant de venir lui jeter mon talon en pleine figure dans un coup de pied pour me déchausser. Par la suite j’assene un revers avec la barre de fer qui s’abat au niveau de sa carotide le sonnant, mais je ne m’arrete pas en si bon chemin. Un coup dans les bijoux suivie d’un autre en plein visage avant de le voir tomber au sol. J’halete tant le taux d’adrén était monté en flèche.

HRP: desolee ce n'est pas top
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 5 Avr 2017 - 14:25
Gotham City, East End..
Joker & Loïs

Enquête périlleuse.



Le corps chuta au sol violemment, dans un lourd bruit, soulevant de la poussière autour de lui. Les deux « Bouffons » étaient donc K.O au sol, et déjà le silence qui succéda à l'animation du combat reprenait sa place souveraine. Gotham était silencieuse. Des milliers de hurlements de souffrance étouffés. Seul le bruit de la matraque crépitante de l'homme de main se faisait entendre. Sans dire un mot, et sans perdre de temps, il sortit de l'entrepôt en trottinant, espérant que la journaliste le suive.

Jack rebroussa chemin vers sa voiture, rangeant sa matraque sous son gilet en cuir. Ils n'avaient pas de temps à perdre. Se retournant de temps en temps pour voir si Lois tenait la cadence, il grimpa dans la voiture et la démarra au quart de tour, partant déjà en direction du 74th Pernell Street. Dans la voiture, il jeta un coup d’œil à la journaliste, soupirant :

« Vous voulez savoir un truc sur le Joker et cette putain de ville ? » cracha-t-il presque au visage de la jeune femme, en colère.

« Je vais vous dires un truc. Les pauvres gamins qui se font tabassé par le type qui se déguise en chauve-souris ou par sa petite famille, tout cela, ils étaient paumé. Certains sortaient de taules, d'autres de l'hôpital, ou juste certains d'entre eux avaient été traumatisé par la simple vision de votre chevalier servant en cape noire. »
continua-t-il, se reconcentrant sur la route. Un nouveau feu rouge qui déconnait, il s'arrêta, tapa une fois le volant, terminant son envolée :

« Le Joker, on dit souvent que tout ces gars sont dingues. Je vais vous dires quelque chose, un scoop que tout le monde tait. Cette ville n'est pas dingue : c'est le monde autour d'elle qui est vicieux, et qui a créé des hommes comme le Joker ou les criminels que le Batman combat. Le seul truc qui différencie un gamin d'East End du porteur du costume, c'est que eux, ils ont sûrement jamais eu quelqu'un pour les guider. Pendant tout ce temps. Et le seul idiot qui arrive à se prétendre sauveur protège toujours les mêmes : la petite dame qui se fait voler son sac à main par des "voyous". Non, non, non, ça ne pouvait pas marcher plus longtemps. Il a suffit qu'un type comme le Joker arrive avec son charisme, et il a réussi à rassembler ce que vous appelez aujourd'hui l'Empire du Rire. »


Puis se taisant, ravalant sa salive, la bouche sèche, il continua son bout de chemin, s'arrêtant à plus ou moins 400m de la rue en question. Le rassemblement était inratable : derrière quelques carcasses de voiture sous un pont, quelques feux, se dressait un grand bâtiment qui ressemblait à un ancien abattoir en ruine. C'était l'ancien grand abattoir de Gotham.

L'homme de main claqua la porte de la voiture et regarda les différents personnages qui filaient tout droit vers l'endroit. Un véritable cortège de voiture, des camions blindés, déversant des « Bouffons » et d'autres malfrats non-étiqueté devant l'abattoir. Ils passaient tous devant quelques hommes qui semblaient faire la sécurité des entrées-sorties. Dès que le florilège de malfrats rentrèrent dans le bâtiment, certains des surveillants se retirèrent et il ne resta qu'un seul homme, surveillant la porte, massif.

« Enfilez-ça. » lança l'homme de main en passant une cagoule à Lois Lane.

Puis, il attrapa sa main avançant vers l'homme qui faisait la surveillance. Massif, il ne semblait pas pouvoir être facilement mit K.O. Avançant toujours, tenant la main de la journaliste, il se posta devant le gorille, qui les regarda à travers son masque de « Bouffons ».

« Vos cartes. » prononça-t-il d'une voix cru, dévisageant l'homme de main, puis glissant son regard avec beaucoup trop d'insistance vers la poitrine de la jeune femme.

Le blondinet se tourna rapidement vers Lane et lui murmura quelque chose : « Sur le toit, y a un gars qui surveille. Il se rendra compte si on le bute pour passer. Vous avez une idée ? »

Le gorille se tenait toujours là, infranchissable : la populace qui devait se trouver au sein de l'abattoir était énorme, si on se fiait aux hurlements qu'on commençait à entendre. Une véritable petite fourmilière.
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 6 Avr 2017 - 16:09
Enquête périlleuse. (pv Lois Lane) 1490396916-img-5966

◈ Je scrute notre entourage Avant de me rendre compte que le ménage avait été fait, je lache un petit sourire, je viens à sortir un crayon de la poche de ma veste de tailleur pour alors m’avancer vers le bouffon K.O portant le S de Superman pour laisser la trace d’un cœur sur son front. Mais je savais sueur l’on ne devait pas trop traîner dans les parages. Mon compagnon s’empressa de sortir de l'entrepôt et je lui emboîte le pas. Mes talons résonnaient sur le sol de la bâtisse et on se dirige vers notre voiture.

Je passe côté passager avant d’entendre les complaintes de l’homme, évidemment il n’appreciait guère notre chevalier noir. Lorsqu’il rapport l’enfance de Bruce je me retiens de tout déballer. La seule compagnie qu’il avait c’était Alfred depuis la mort de ses parents mais on peut pas vraiment dire qu’il a été guidé. « Je persiste à croire que Gotham à un talent pour les attirer et ce pour de bonnes raisons que je parviens pas encore à définir… » Je serre discrètement mes doigts sur un pli de ma jupe essayant de me détendre car nous allons sûrement au devant de gros Ennuis…


Je ne m'étends pas plus dur le sujet en le voyant réagir de la sorte, après tout je ne le connaissais pas plus que ça donc difficile de prédire ses réactions. On arrive enfin à notre destination et je commence à siffloter dans la voiture lors ce que je pouvais voir le monde qui affluait vers l’abattoir. « Eh bien…c’est grosse soirée… je suppose que l’on ne va pas y entrer comme ça la bouche en cœur… ». On descend du véhicule et je surpris l’homme me tendre une cagoule que j’enfile sans vraiment discuter. Bien sûr c’était évident que l’on saurait que j'étais de la gente féminine. Mais le but n’était pas là.


Il me prend alors la main pour me traîner vers l’entrée qui était vainement gardée par un des gorilles du joker qui n’avait pas l’air du tout commode. Je garde ma miminedans la sienne me collant un peu plus à lui dans une démarche féline. Il fallait donc jouer le jeu mais je suis persuadé que c’est la vérité là il n’aurait pas du tout apprécié. Baaaah celui t’es que de la comédie est temps que je le dépasse pas certaine limite je me reculerai en rien pour mon travail. On arrive face à lui c’était bien trop beau d’esperer entrer comme ça. Mon acolyte me chuchote quelques mots discrètement et je ne relève pas là tête pour vérifier, lui faisant confiance.


Il fallait très vite une solution, ralalala, Clark n’allait pas apprécier du tout, mais c’était pour la bonne cause. Je m’avance vers lui, lâchant l’homme pour me coller au gorille, rapprochant mon visage de son oreille. « Je pense que tu vas nous laisser passer si tu veux pas avoir affaire à ton patron et puis si l’envie te prend tu pourras me fouiller un peu plus pour récupérer ma carte car je crois qu’elle est coincée quelque part dans mon chémisier. Tu comprendras donc que je ne veux pas me mettre à nu comme ça alors si tu es un gentil garçon je te la montrerai après la petite réception…. ». Je le savais pas si ce petit numéro allez fonctionner mais je finis mon petit je parle du mordiller l’oreille avant de reculer me coller à mon compagnon… je lui chuchote donc « et si ça ne marche pas tu as un plan B ou quoi… »

HRP: desolee ce n'est pas top
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 24 Avr 2017 - 21:13
Gotham City, East End..
Joker & Loïs

Enquête périlleuse.



Le gorille entre-ouvrit la bouche, observant le corps de la journaliste. D’un hochement de tête, il fit signe à Lois de rentrer, lui adressant un clin d’œil malsain.

Ainsi, le gorille c’était écarté et les deux protagonistes rentraient dans la cour. Traversant les quelques pas qui les séparaient du vieil entrepôt, enjambant les vieux détritus métalliques, le blondinet poussa la porte et pénétra dans le bâtiment. Les hurlements se faisaient entendre, et tout cela révéla un spectacle hallucinant : cents personnes, ou peut-être deux-cents se dressaient, debout, formant un grand cercle dans des gradins emménagés pour l’occasion. Vêtu de costume des Bouffons du Joker ou encore, portant des costumes élégants ou tout simplement habillé en civil, la racaille de Gotham et même quelques personnalités – comme un journaliste qui n’était pas inconnu aux yeux de la jolie demoiselle – se dressaient, hurlant tous à la chaîne un nom :

« JOKER ! JOKER ! JOKER ! »

La foule était assourdissante. Regardant avec effroi le spectacle, le blondinet attrapa le bras de la journaliste et la traîna en haut des gradins, au milieu de plusieurs hommes affichant les signes de divers justiciers barré d’une croix ensanglanté.

Au milieu de ce spectacle se dressait la scène, avec une dizaine d’hommes encapuchonnés, les mains ligotés et à genoux, comme si ils étaient pris en otage. Plusieurs hommes armés entouraient le spectacle, vêtu des tenues des hommes du Joker. Ils examinaient froidement la pièce. Si quelque chose tournait mal, ils n’hésiteraient pas une seule seconde à abattre tout le monde ici.

Une lourde porte métallique coupait la foule en deux. Couverte de graffiti verts, avec marqué « HA HA HA », elle était aussi parsemé de barbelés et autres pics. Rouillé, elle semblait être là depuis un long moment. Un grand manchot tenant un marteau semblait la surveiller, c’était évidemment Mr.Hammer, l’un des gardes du corps favori du Joker.

« Leur mission est honorable, mais c’est à ça qu’ils nous ont conduit. » déclara doucement le blondinet à côté de l’oreille de la journaliste.

« Les justiciers n’ont jamais cessé leur combat. Jamais ils ne sont remit en question. Pourquoi ? Parce qu’ils seraient la justice ? Personne ne peut se déclarer héros dans ce monde. Tout le monde à des tords. Tout est gris, mademoiselle Lane. » acheva-t-il finalement, froidement, sa voix se durcissant.

Puis soudain, la lourde porte s’ouvrit dans un bruit grinçant. Tandis que les deux pans métalliques s’écartaient l’un de l’autre, le silence s’imposa dans la pièce, faisant taire tout le public. Des centaines d’yeux scrutaient maintenant l’obscurité de la porte..

..qui laissait place à l’apparition de la terreur de Gotham : le Joker.

Il était là. Se dressant au milieu de la pièce, son furieux sourire sur le visage. Son regard quant à lui, paraissait toujours aussi fou. Mais quelque chose émanait de lui : du charisme. Un énorme charisme. Tout les regards étaient porté sur lui et le revolver dans sa main. Tout le monde était réduis à l’admiration, le respect ou la crainte face à cet étrange personnage, qui semblait se comporter comme un roi visitant son royaume.

Restant silencieux quelques instants, le clown passa derrière chacun des otages, caressant doucement leur nuque. Il révélait peu à peu leurs visages, retirant leur sac qui servait de masque : des visages inconnus, jusqu’à l’instant où il retira le couvre-chef d’un homme un peu gras et d’un autre musclé.

C’était Georges, l’indic’ de Lois Lane et le gérant du bar où la journaliste avait mit les pieds en arrivant à Gotham. Ils étaient là, pris au piège, le visage effrayé. Craintif, en sueur, ils semblaient avoir vu l’incarnation du diable devant eux...et c’était peut-être le cas.

« Hum. » laissa émettre le prince du crime, levant doucement son visage vers l’assemblée. Dévisageant chacun des hommes le regardant avec ses yeux fous, il laissa son visage aux traits fins tomber légèrement en arrière, commençant à rigoler fortement.

« HA HA HA ! REGARDEZ VOS VISAGES ! » hurla-t-il, éclatant de rire au milieu de la pièce. Les hommes dans le public se dévisagèrent entre eux et les clowns affiliés au Joker furent les seuls à rendre le rire à leur patron.

« Vous êtes extrêmement drôle. Vous êtes des véritables blagues, des satyres de la situation dans là qu’elle nous sommes. Vous vous comportez en proie. » commença-t-il, baladant son pistolet entre ses doigts.

« Nous ne sommes pas des proies. Regardez cette ville. Qui fréquente ses rues ? Hein, qui fréquente au jour le jour les rues de Gotham ? C’est nous. Nous et nous seul, les éternels infréquentables. Les parias de cette ville. Comment osent-ils nous appeler ? Des criminels. De la racaille. Des voyous, des profiteurs, des voleurs et des tueurs sans pitié. »


Il marqua la pause. Le clown était là, au sommet de son art, mettant le feu au poudre. Et personne ne pouvait rien y faire.

« Mais, qu’osent-ils faire, eux, les éternels gentils de l’histoire ? Rien. Ils n’osent rien, se contentant de laisser Batman et les autres justiciers faire le sale boulot ! Combien se sont fait casser la mâchoire par un de ses gus en collants ? Trop. Beaucoup trop. Ainsi, ils appellent ça justice. Alors...je prône l’inverse. L’injustice. Nous vivons dedans et nous méritons de la revendiquer comme notre blason. Eux, ne se remettront jamais en cause. Alors, nous devons faire place à des solutions plus radicale. »

Il leva son pistolet et le pointa sur le visage des trois premiers hommes, les abattant sans même les regarder à la chaîne. S’esclaffant de rire, il continua avec quatre autres, devant les yeux impuissants des protagonistes.

« Ils se sont opposé à moi et à nos idéaux. Les justiciers ne sont pas les seuls à pouvoir user de violence. Les justiciers ne sont pas les seuls à pouvoir briser. Nous aussi nous le pouvons. »

Abattant les derniers hommes, il s’arrêta devant le barman et Georges, abattant son poing sur l’indic’ de Lois Lane. L’homme grasouillet s’écrasa au sol, dévisageant le clown, sa bouche saignant.

« Ce soir, ces deux hommes ont aidé une personne qui incarne tout ce que nous combattons. » dit-il, s’adressant une nouvelle fois à l’assemblé silencieuse. Il se tourna de nouveau vers les concernés.

« Que méritent-t-ils ? La mort, et rien que la mort. » déclara-t-il froidement, les fixant dans les yeux. Les deux hommes affichèrent un visage effrayé une énième fois, tandis que le clown les abattaient sans aucune forme de pitié dans son regard.

« Maintenant...Je veux la journaliste. Je veux Lois Lane vivante ! Alors, mes petits oiseaux, vous allez décoller et la chercher. Je donnerais 250.000$ à la personne qui me traînera cette petite catin vivante ici. »


Les hommes dans l’assemblée se regardèrent tous, attrapant des armes, prêt à sortir. Hurlant tous des injures et des slogans anti-justiciers, une véritable horde s’apprêtait à sortir en quête de la journaliste. Puis soudain, un métal froid se fit sentir dans le creux du dos de Lois, le canon d’un pistolet. Et un murmure s’emmena jusqu’à son oreille :

« Ma femme a besoin de cet argent. Désolé, mademoiselle Lane. » déclara le blondinet qui l’accompagnait depuis le début, signant sa trahison en retirant la cagoule de la jeune femme et en la traînant d’une poigne forte au milieu de la pièce. Il la projeta dans le sable, face au Joker, qui se pencha pour regarder la jeune femme. L’excitation s’arrêta, et le public se retourna de nouveau vers l’arène.

« Oh...mais, elle est là... »
articula le Joker d’une voix vicieuse et joueuse « Bienvenue mademoiselle Lane. Vous êtes bien loin pour vous perdre.. » annonça-t-il d’une voix lente et audible de tous. Puis, plus bas, uniquement pour la journaliste, il lui murmura à l’oreille « Bien loin de votre Superman adoré... »

Et le coup fusa, laissant la journaliste au sol. Le blondinet s’écarta, regardant la scène l’air intrigué, comme s’il doutait encore de ses actes. Puis le clown hurla dans un énième éclat de rire :

« Et bien ! Mes chers, le spectacle est fini...mais ce n’est que le début de la représentation. Et madame Lane...sera le clou du spectacle. »


HJ : Une réponse et je fais un court résumé qui servira d'épilogue. RP très agréable, merci Smile

Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 29 Avr 2017 - 19:40
Enquête périlleuse. (pv Lois Lane) 1490396916-img-5966

◈ L’effet était immédiat, et heureusement car sinon je ne sais pas comment on aurez fait. En dessous de ma cagoule je lui fis un clin d’œil. « Mercî mon beau… tu ne le regretteras pas… ». Nous voila dans l’antre du Fou, c’était l’euphorie dedans, ils étaient tous fous alliés tout comme leur idole, du moins ils étaient en bonne voie. Car plus cinglé ou égale que lui ça n’existait pas. Même l'échelle de la folie ne l’incluait pas… toute cette ambiance faisait froid dans le dos.

Je n’ecoute qu’a demi mots mon acolyte qui remettait toujours dur le tapis la cause des Justiciers, je n’avais toujours pas estompé la méfiance à son égard mais est ce que ce sera suffisant pour me sauvegarder ? J’en doute. Au milieu de la scène, une rangée de personnes, je me demandais sincèrement qui avait eu cette malchance… Le king entre en scène, c’est l’explosion de groupies, mon dieu quelle folle secte… j’en avais les mains qui tremblaient mais je le cache avec brio.

Les malheureux sur scène furent dépouillés de leur entraves au niveau de la tête. « George… ! ». Là un sentiment de panique commence à s’emparer de mon échine , un sentiment de survie commence à pointer. Ce n’était pas bon, il ne fallait pas être un génie pour comprendre que cette mission était compromise. Puis Joker me le confirme en dévoilant ma présence avec une rançon à la clé. « Je crois que l’on va devoir s’en…. ». Hahaha Lois je te connaissais plus réactive. Ma conscience se moquait de moi lorsqu’un canon me menace… ma cagoule retirée, la trahison de mon acolyte… j'étais furieuse… « j'espère pour toi que ta femme baise pas le voisin en t’attendant… »

La situation était devenue compliquée..je me fais traîner et mise aux pieds du clown comme une vulgaire chienne.. dans la chute mon tailleur se fend un peu sur le côté dévoilant la base de la dentelle de mon bas. Mais ce détails m’importait peu, j’avais plus compliqué à gérer… je voulais me lever, faire face mais impossible, mon corps était tétanisé… « Joker… tient donc … je vous cherchais..mais avec tous ces fous difficiles de vous remarquer… ». Mon sarcasme n’avait pas quitté son poste. Mais le noir finit de m’envahir après avoir senti un coup qui me fit perdre connaissance…

HRP : j’aime rp avec toi
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 2 Mai 2017 - 15:46
EPILOGUE : Ainsi, Lois Lane fût capturé par le Joker. Trimballé de base en base, elle sera emmené à Amusement Mille, où son sort actuel est inconnu.

Pendant ce temps, l'Empire du Rire semble en pleine ébullition, tandis que la criminalité augmente en flèche à Gotham..

..le Joker s'apprête à rire, attention.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Enquête périlleuse. (pv Lois Lane)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City :: East End-