Rendez-vous au sommet.


Inscription : 22/03/2017
Messages : 56
DC : Aucun
Situation : Traumatisée et a raccrocher le costume pour le moment.
Localisations : A Gotham
Groupes : Birds of Prey
MessagePosté le: Lun 3 Avr - 21:06


Rendez-vous au sommet.

Avec Bruce Wayne/Batman.


« Ce mardi, attendez vous à une belle journée à Gotham. Les températures seront douces et le soleil sera au beau fixe ! ». C'est ce que toutes les chaînes de télévisions et radios avaient annoncés pour aujourd'hui, mais ils se sont comme toujours bien plantés. C'est fou qu'ils ne se fassent pas réprimandés ! Il suffit que je rate une mise en page dans mes mails et mon patron me rappelle à l'ordre. Oh je sais que Jason Bards n'est pas le pire des employeurs, c'est vrai c'est un ange, qui râle à juste titre quand je me trompe, mais une crème tout de même ! L'ex-agent Bards et moi sommes amis depuis que j'ai quinze ans et à l'époque il travaillait en tant que Policier avec le commissaire James Gordon, mon Père.

Si aujourd'hui il a ouvert un cabinet de détective, c'est parce qu'au cours d'une opération délicate et afin de sauver mon Père, il l'a poussé hors des flammes de FireFly et Killer Moth. Il a mis du temps à guérir des opérations et à cicatriser de ses brûlures. Pour autant, la Police a préférée lui donner congés et Jason n'a pas eu trop de mal à s'en remettre. C'est un homme droit, intègre, trop pour la Police de Gotham à l'époque. Il a ouvert cet endroit où il effectue des recherches, des investigations et des filatures pour des procédures administratives, civiles, pénales et sociales. Il aide autant la Justice a cherché des preuves que les femmes qui se croient trompées en demandent. En tant que secrétaire je vois parfois passer de drôle d'énergumènes et assiste à des situations cocasses, je peux vous le certifier !

C'est quelqu'un d'intelligent et parfois je me demande s'il a des doutes à mon sujet. Peut-être a-t-il compris que la nuit je deviens BatGirl ? Ou peut-être ne cherche-t-il pas à comprendre. Après tout, du moment que je suis ponctuelle et que je travaille bien, pourquoi irait-il voir plus loin ? S'il savait que mon Père pensait autrefois que nous sortions ensemble... Son nom est souvent apparu dans mes excuses pour sortir tard et quand Papa a appris qui j'étais, il a compris que je n'avais en fait jamais eu de relation avec Jason et qu'hormis un très léger flirt de sa part à mon encontre... Il n'y avait rien eu ! J'aurais dû prendre une photo de sa tête, je suis sûre que cela aurait eu beaucoup de succès à la GCPD et l'Inspecteur Bullock en aurait fait son chou gras !

Même si mon travail n'est pas aussi passionnant que de pirater le FBI, il paye bien et c'est tout ce que je lui demande. J'ai des horaires fixes facile à tenir et un ordinateur relié à celui de Jason qui possède les accès aux donnés de la Police et des tribunaux. Sympa hein ?

Je ferme mon ordi et range les papiers sur mon bureau. Le dossier de Mme Pemperland prends beaucoup de place vu le nombre de fois où elle a fait appel à nous. Je crois qu'à la place de son Fils j'aurais moi aussi fuis le domicile de mes parents avec les premières filles venus. En revanche, c'est Jason qui devait s'occuper de le retrouver à chaque fois et moi qui devais gérer avec la paperasse. Sans compter que la vieille Dame raterait certainement ses rendez-vous si je ne passais pas mon temps à lui envoyer des mails pour les lui rappeler.

"- Tu t'en vas Barbara ?"

Je relève les yeux vers la présence masculine dans l'encadrement de la porte qui sépare mon bureau de celui de mon patron. J'ai vite fait de me redresser et de poser la pile de papier sur mon ordinateur éteint et l'écran baissé.

"- Oui, je t'ai prévenu la semaine dernière que j'avais un rendez-vous à l'extérieur et que je ne ferais pas de l'excès de zèle en restant plus longtemps."

Je le vois acquiescer en même temps qu'un sourire s'installe sur son visage. Il masse lentement sa mâchoire mal rasée et je lui souris en saisissant ma veste.

"- C'est vrai. Qui m'apportera mon café en me disant qu'il est tard et que je devrais partir ?

- Et bien je comptais le faire comme tu peux le constater en jetant un œil à la cafetière !"

Effectivement le gobelet est tombé et se remplit lentement de la substance sombre et odorante. Je contourne le bureau, saisit la boisson chaude et la place dans les mains de mon patron en lui faisant un clin d'œil.

"- Ne restez pas trop tard Ex-Agent Bards, les femmes apprécient la barbe de trois jours, mais pas les cernes violettes ! A demain matin, j'apporterais les croissants !"

La porte claque derrière moi et je ris. Pourquoi ? Parce que je suis tout simplement heureuse. Je remarche, j'ai un travail, une famille, une double-vie trépidante et des amis merveilleux. Que demandez de plus hormis la paix dans le monde ? Et on travaille dur pour ça arrive. Pour que Gotham, l'Amérique et le monde entier soit un endroit où il fait bon vivre et ou la Justice serait équitable pour tous.

Je rejoins à pied le Building qui domine les autres dans le centre-ville. La Tour Wayne Enterprise y est depuis longtemps installée, c'est même l'un des plus beaux monuments de la ville. Au fil des années elle s'est agrandie et a pris de plus en plus d'influence. Aujourd'hui le bâtiment possède des vitres qui reflètent la lumière, devenant presque un phare pour Gotham ou la nuit règne la plupart du temps. Si l'entreprise peut posséder plusieurs filiales et a pu autant se développer, c'est grâce à son principal actionnaire : Bruce Wayne.

Je traverse les doubles portes coulissantes et rentre dans la fourmilière. C'est un endroit si vaste et impressionnant... Peu importe l'heure à laquelle je viens, les employés se dépêchent de traverser les couloirs pour un travail à rendre ou un dossier à compléter. Je m'approche de la secrétaire à l'entrée et m'annonce.

"- Vous êtes sûre d'avoir rendez-vous Mademoiselle Gordon ?

- Je ne sais pas si Bruce l'a noté. Nous devions nous voir aujourd'hui dans... Précisément dix minutes !

- Je ne vous vois pas dans le carnet de rendez-vous. Laissez-moi un instant s'il vous plaît."


J'acquiesce pour toute réponse et lève la tête vers les panneaux réfléchissants. La fin de journée approche et les rayons rosés du coucher de soleil projettent une ambiance apaisante dans le bâtiment. C'est très beau, mais je ne pourrais pas travailler ici. Tout est bien trop net, trop impersonnel. C'est peut-être l'image que certaines personnes ont du propriétaire en venant ici. Pourtant la réputation du célèbre Bruce Wayne n'est plus à faire. C'est un riche homme d'affaire qui reçoit beaucoup de succès de la part des femmes. La presse à scandale essaye toujours de trouver la Madame Wayne parfaite, mais je doute qu'ils réussissent. Pas si Bruce Wayne continue sa carrière de Batman. Ils passent bien trop de son temps dans le costume et je suis sûre après toutes ses années à le côtoyer que son esprit est lui aussi trop accaparé par son rôle de Justicier. C'est déjà difficile d'organiser des choses en familles. J'entends par là faire autre chose que de la traque et du combat sous nos masques évidemment.

"- Mademoiselle Gordon ? Monsieur Wayne va vous recevoir. Vous connaissez le chemin ?

- Oui je vous remercie."


Je me dirige sans plus tarder vers un des ascenseurs d'où sortent plusieurs personnes. Je me glisse au fond puisque je vais au dernier étage du bâtiment. Le plus élevé et celui qui abrite tous les hauts dirigeants de l'entreprise. Je ressors et mes talons hauts s'enfoncent dans la moquette beige. C'est luxueux et très chic. Je déboutonne ma veste noire et replace correctement mon téléphone dans la poche arrière de mon pantalon assortit. Je remets mes cheveux libres dans mon dos du bout des doigts et reprends ma marche vers le dernier rempart qui me sépare du bureau du richissime homme d'affaire. Sa secrétaire privée m'adresse un sourire et me désigne tout naturellement la porte blanche a laquelle je toque et entrouvre très légèrement la porte, juste assez pour y passer la tête.

"- Bruce ? Je peux entrer ?"

Code by Joy




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 17/01/2017
Messages : 232
DC : Mister Miracle - The Atom - Ch'al Andar
Localisations : Gotham City.

Shadowpact
MessagePosté le: Mer 5 Avr - 9:19
Gotham City dispose de très nombreux immeubles et bâtiments qui attirent l’œil. De par son architecture étrange, mi-gothique, mi-moderne, mi-contemporaine, mi-incompréhensible, la ville surprend constamment, et a permis que le département Architecture de la Gotham University soit définitivement à la pointe des avancées dans ce domaine.
Cependant, le siège des Entreprises Wayne a, à chaque génération, eu une place particulière dans les cœurs des Gothamites.
Jadis situé dans la Tour Wayne, le centre financier et économique du conglomérat a déménagé, abandonnant l’antique construction à des associations et des expositions. Les Entreprises Wayne ont en effet investi le quartier des affaires, pour se développer et apparaître comme la puissance incontournable qu’elles incarnent.



Gigantesque structure s’étalant sur plusieurs kilomètres, ce siège est quasiment une ville dans la ville, comprenant de très nombreux bâtiments collés et liés entre eux ; beaucoup d’employés plaisantent en indiquant qu’ils pourraient vivre quotidiennement dans les Entreprises Wayne, qui disposent autant de bureaux que de restaurants, de structures de logement, d’espaces de loisirs – ils en plaisantent, mais c’est une réalité.
Les Entreprises Wayne, sous l’impulsion de son actionnaire principal, incarnent une société où il fait bon vivre, mais où beaucoup est exigé aux collaborateurs ; Barbara Gordon peut aisément s’en rendre compte, en voyant l’intensité des déplacements et des occupations de ceux qu’elle croise en arrivant à son rendez-vous.

Après un premier contact surprenant avec la première hôtesse d’accueil, la jeune femme est cependant autorisée à se rendre au dernier étage du bâtiment principal – un lieu qu’elle connaît bien, pour avoir visité son occupant à de nombreuses reprises.
Cela a d’ailleurs provoqué de nombreuses rumeurs, qui n’ont jamais bénéficié de réponse claire ; le maître des lieux apprécie de laisser le flou sur ses relations sociales, et semble goûter les éventuels ragots sur ses rendez-vous avec de très jeunes femmes. La légende est en marche.

Parvenant au dernier niveau, elle est accueillie chaleureusement par une secrétaire, qui la laisse pénétrer dans le bureau, seule et unique pièce de cet étage. Barbara toque et entrouvre la porte, en demandant si elle peut rentrer – mais elle n’obtient aucune réponse.
Au bout de quelques secondes, la secrétaire esquisse un sourire entendu, et prend la parole d’une voix douce et rassurante.


« Vous le connaissez… il est sûrement plongé dans quelque chose et a oublié votre venue, même si elle lui a été rappelée. Allez-y, il ne vous chassera pas. »

Un petit signe de tête d’encouragement, et Barbara peut alors pénétrer à l’intérieur de la pièce, un gigantesque bureau, plein de luxe…
… qui représente bien l’ampleur de la légende de Bruce Wayne, playboy incontournable et célibataire le plus puissant et en vue de Gotham City.

Cependant, en entrant directement dans ce qui peut s’apparenter à une salle, la jeune femme a la désagréable surprise de ne trouver… personne.
Ni Bruce Wayne, ni assistant, ni même indication de présence. Personne, et il n’y a aucune autre porte que celle qu’elle vient d’emprunter.
Comme si le bureau était inoccupé, comme si nul n’était venu de la journée, comme si le maître des lieux correspondait pleinement à sa réputation de procrastineur.

Néanmoins… néanmoins, Barbara Gordon connaît autant Bruce Wayne que son autre identité. Informée des nombreux secrets qui peuplent la vie du milliardaire, elle a autant eu l’occasion de visiter les souterrains du Manoir que les autres éléments discrets et surprenants des Entreprises Wayne.
Barbara Gordon en sait beaucoup, oui ; et connaît notamment la petite-pièce.

Mue par sa curiosité débordante, elle peut donc s’approcher d’une paroi spécifique de la pièce, réaliser quelques poussées entendues – et voir ladite paroi glisser devant elle, révélant un petit couloir sombre… et la petite-pièce.



La petite-pièce est le véritable bureau de Bruce Wayne.
La petite-pièce a été réalisée pour lui permettre de disposer d’un endroit à lui, personnel, pour gérer autant les affaires du conglomérat que l’autre versant de son existence, sans devoir se diriger directement dans la Cave ou le Bunker.
La petite-pièce correspond à la véritable illustration de la personnalité du maître des lieux, et n’est donc accessible qu’à de très rares personnes, tels que Lucius Fox, Harold Allnut ou quelques autres. Barbara Gordon en fait partie depuis sa création.


« Bonjour. »

Une forme se détache des ombres sur l’un des flancs de la pièce… une forme qui s’avère être Bruce Wayne lui-même, parfait dans un costume superbe.
Sa voix profonde et puissante s’élève à nouveau dans le silence de la petite-pièce, alors qu’il s’arrête à un mètre de Barbara.


« Je te remercie d’être venue. J’ai conscience que tu es très prise. »

Un sourire sincère glisse sur son visage.
S’il porte plusieurs masques dans sa vie, celui du Batman, celui du playboy et directeur d’entreprise, voir ceux des identités qu’il emprunte pour mener sa lutte contre le crime, il accepte d’abaisser son armure auprès de quelques personnes de confiance – Alfred, Dick entre autres, mais aussi Barbara.
Lui et elle n’ont pas la même relation qu’avec ceux qu’il a recueillis, entraînés voir adaptés ; la jeune femme dispose d’une vie globalement équilibrée avec son père, a eu l’amour parental jusqu’à quelques événements difficiles mais n’a souffert d’aucun traumatisme aussi profond que Grayson ou Todd. Animée uniquement de sa fougue et de son refus du crime, elle s’est imposée dans l’entourage du Chevalier Noir, réclamant le titre de Batgirl et refusant de céder quand il a voulu l’arrêter.

Barbara Gordon l’a impressionné, oui, et a forcé son respect.
Il nourrit pour elle une affection sincère, ce qui justifia sa douleur lors de son agression par le Joker, ainsi qu’une certaine distance provoquée entre eux par la suite. Leurs rapports se sont améliorés quand elle devint Oracle, et ils ont depuis repris une relation amicale bien que peu assidue depuis son retour en Batgirl.
Aujourd’hui marque l’une des premières vraies rencontres entre eux depuis. Aujourd’hui est une journée importante – et Barbara ne sait pas à quel point.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 22/03/2017
Messages : 56
DC : Aucun
Situation : Traumatisée et a raccrocher le costume pour le moment.
Localisations : A Gotham
Groupes : Birds of Prey
MessagePosté le: Ven 7 Avr - 17:57


Rendez-vous au sommet.

Avec Bruce Wayne/Batman

C’est l’épais silence qui répond à ma question. En général cela signifie que Bruce est en réunion ou occupée ailleurs... La pièce est lumineuse et plus vaste que mon salon, elle est même équipé d’une douche des fois que Bruce transpirerait trop lors des réunions. Chose que je ne pense pas possible au vu du personnage. C’est plutôt les investisseurs qui tremble devant lui en ne sachant pas comment interpréter l’ai stoïque qu’il cultive.

J’écoute la secrétaire qui me dit d’entrer sans hésiter. Au fond c’est vrai, de quoi est-ce que j’ai peur ? De tomber sur Bruce Wayne flirtant avec une femme de la concurrence ou une journaliste ? J’émets un ricanement en secouant la tête et referme la porte derrière moi. Bon sang je pourrais presque habiter cette pièce tellement elle est équipée de tout ce qui est indispensable. J’envie parfois Bruce d’avoir son statut de milliardaire, la plupart du temps parce qu’elle lui permet de s’équiper de la technologie la plus avancée du moment. Je suis sûre que si je claque des mains la lumière va s’allumer.

Un soupire m’échappe en constatant qu’il n’a même pas fais l’effort de m’attendre. Alors quoi ? Je ne mérite même pas un accueil dans ce luxueux bureau ? Je lève les yeux au plafond en soupirant et m’approche du mur blanc et aux apparences trompeusement normal. Je pousse doucement du doigt et il coulisse me laissant libre accès au couloir caché qui me mène à un autre bureau, plus personnel et fonctionnel pour certaines activités.

Mes yeux glissent vers la source du « Bonjour » et j’observe Bruce se détacher de l’ombre qu’il maitrise si bien. Je m’approche sans hésiter la serre brièvement dans mes bras avant de me détacher.

« - Bruce, je suis contente de te voir. Tu sais que j’ai toujours du temps pour mes amis. »

Et la famille, mais ca c’était quelque chose qu’elle ne dirait pas à Bruce. Toutes ses années à le fréquenter lui et les Robins font que je connais chacune de leurs facettes. Mon admiration n’a jamais faiblis pour cet homme devant moi qui reste toujours maitre de lui-même et qui sait prendre soin des siens même contre leurs volontés.

« - De toute façon, même si nous n’étions pas amis je devrais renouveler mon stock de batgadgets. » J’acquiesce dans le vide, pensive. « Et si nous n’étions pas amis, je doute que Batman me laisserais être BatGirl et me promener dans la ville. »

Je tire sur ma veste et jette un œil discrètement sur l’écran allumé. Du cryptage bien sûr, Bruce ne laisse jamais rien au hasard. Je ne peux pas traduire et rester discrète alors je prends mon mal en patience et je m’assis lentement sur l’un des fauteuils.

« - Ma colère est retombée, mais je pense qu’il est nécessaire de te dire que je n’ai toujours pas digérer la dernière réunion familiale et les décisions que tu as pris. Tu sais que je te respecte et que je sais que tes actions sont toujours réfléchies. J’aimerais néanmoins que Batman évite de me mettre avec mon ancien kidnappeur. Je n’ai pas étripé Jason et j’ai fais de gros efforts pour le contenir, mais la prochaine fois je risque vraiment de protester et pas aussi gentiment. »

Mon pied s’agite sur le sol, seul trace de mon émoi. J’ai horreur de contester Bruce ou Batman, j’ai tendance à le suivre envers et contre tout parce que je suis en accord avec ses motivations et que je l’apprécie. C’est toujours un peu difficile de lui dire ce que j’ai sur le cœur et j’ai toujours peur qu’un jour il se ravise et décide que je ne suis pas digne d’être dans son camp.

Code by Joy




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 17/01/2017
Messages : 232
DC : Mister Miracle - The Atom - Ch'al Andar
Localisations : Gotham City.

Shadowpact
MessagePosté le: Ven 7 Avr - 20:54
Bruce adresse un léger signe de tête, en guise de remerciement pour se présence ici.
Il suit chacun des membres de la Bat-Famille à la trace, et sait donc pertinemment leurs situations et l'avancée de leurs vies professionnelles. Il est donc pleinement informé des occupations de la jeune femme, et sait qu'elle est réellement très occupée.
Sa venue est donc un geste appréciable.


"Un mot de toi, et tu es livrée de tout ce dont tu as besoin, Barbara. Je refuse que mes alliés ne soient pas totalement équipés pour assurer leurs arrières et leurs missions."

Sa voix n'a ni l'autorité qu'il adopte lors de ses réunions professionnelles, ne provoque pas la crainte qu'il aime tant provoquer lors de ses activités nocturnes, et ne dispose d'aucun accent charmeur qu'il utilise lors de ses soirées mondaines ; elle est normale, mais marque comme toujours une petite réserve.
Bruce Wayne est dans le contrôle - toujours.


"D'ailleurs..."

Il sort son téléphone portable, le dernier wPhone, et appuie sur quelques touches - puis relève ses yeux, et esquisse un léger sourire tout en rangeant l'appareil.

"... tu recevras ce soir plusieurs colis, à ton appartement, pour te permettre d'avoir quelques stocks d'avance. Ne t'en fais pas, ils sont emballés pour n'attirer aucune attention."

Son sourire disparaît, d'ailleurs, quand elle enchaîne en évoquant l'interdit qu'il exercerait sur sa fonction de Batgirl s'ils n'étaient pas proches - cela rappelle de nombreux souvenirs, souvent difficiles vu les nombreux refus qu'il lui a opposés, et la persistance de l'action de la jeune femme dans ce sens. Têtue, définitivement.

"La situation est très simple, tu sais... si nous n'étions pas amis, et si je n'avais pas décidé d'arrêter de t'empêcher d'être Batgirl car je te fais confiance - je t'aurais enlevé et fait disparaître. Mieux vaut une justicière disparue mystérieusement, qu'une justicière disparue par ma faute."

Son visage est un masque inexpressif.
Un silence, terrible, s'instaure pendant de longues secondes, formant une minute tendue.


"Hem."

Il grogne, puis passe sa main dans ses cheveux, un air gêné dans ses yeux.

"C'est une blague. Pardon. Alfred veut me pousser vers l'humour, mais... je dois encore y travailler."

Une grimace glisse sur ses lèvres, puis il hausse les épaules pour signifier son inefficacité dans ce domaine.
Barbara enchaîne cependant sur un autre sujet, guère agréable, mais utile pour permettre de réaliser une transition. Son visage redevient inexpressif, ou plus neutre, tandis qu'il glisse ses mains dans ses poches.
Un léger soupir s'échappe de sa bouche, alors qu'il adresse un léger signe de tête. Il la laisse finir, sent toute sa tension, puis reprend lentement la parole.


"J'ai pleinement conscience de la portée de ce choix, Barbara. J'ai également en mémoire les événements qui vous lient - et je sais que rien n'a été pleinement réglé. Je sais que cela ne t'a pas plu, mais je n'avais pas le choix."

Lentement, Bruce se met à marcher, à faire quelques pas dans son bureau. Son regard demeure fixé sur elle, mais il a besoin de bouger.

"Récemment, Jason m'a sollicité sur le toit du G.C.P.D. - où il m'a demandé de lui offrir une nouvelle chance, de l'accompagner dans la rédemption qu'il entend mener. J'ai accepté, mais... je demeure méfiant. Prudent.
Je sais quels démons hantent Jason Todd, je connais ses défauts. Je crains qu'ils ne tiennent pas et que, confronté à quelque difficulté, il cède. Je... ne me pardonnerais pas de le perdre encore une fois. Je dois agir, pour l'aider - et pour le surveiller.
C'est là où tu interviens, Barbara. Jason est constamment dans une relation de compétition et de conflit avec Dick, Tim et Damian. Lors de notre entrevue générale, il était impossible de l'associer à Cassandra. Restait toi, Barbara - toi, mon premier choix."


Il s'arrête, soupire à nouveau, puis reprend.
Il ne se défausse pas, la fixe et parle ; il assume.


"Tu es équilibrée. Tu es forte, intelligente, expérimentée. Tu es déconnectée des bêtises des garçons - et tu as ma confiance.
Je vous ai associés car tu es la seule en qui j'avais confiance pour le surveiller et l'aider, sans le juger. J'ai conscience de ce que je t'ai demandé, sans t'expliquer mais... je n'avais guère le choix, ni le temps. Je... sais ce qu'il t'en a coûté.
Je te remercie de ce geste. Et... je te présente mes excuses."


Bruce se tait, bien conscient que peu sont habitués à l'entendre prononcer de tels mots. Il entend cependant aller de l'avant, s'humaniser plus encore - mais il n'y est pas habitué, non.
Sa main glisse dans ses cheveux, il est gêné, grogne... puis enclenche sur autre chose, clairement mal à l'aise.


"Hem... bref.
Je t'ai demandé de venir pour une raison, en vérité. J'ai besoin de toi, besoin de ton talent. Besoin que tu prennes le relais, au cas..."


Il soupire, encore.
Pas la meilleure manière d'enchaîner sur ce sujet - mais, au fond, il n'y aura jamais de bonne manière pour ce sujet-là.


"Au cas où je ne pourrais pas intervenir pour gérer une crise. J'ai besoin de quelqu'un pour le Protocole Nuit Noire... es-tu prête pour cela ?"

Le Protocole Nuit Noire est connu de tous les membres de la Bat-Famille : il s'agit du plan prévu dans l'hypothèse où le Batman ne pourrait pas être présent pour protéger Gotham City ou le monde - du plan prévu au cas où Bruce ne serait pas là. Ou plus là.
Le Protocole Nuit Noire est la stratégie pour survivre dans un monde sans lui.
Et s'il sait très bien que Barbara ne va guère apprécier que ce sujet soit évoqué, il n'a hélas pas le choix... la situation avec la Justice League et Brainiac est trop grave. Il doit agir, et se préparer. Quitte à blesser ses proches. Quitte à aller aussi loin dans la préparation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 22/03/2017
Messages : 56
DC : Aucun
Situation : Traumatisée et a raccrocher le costume pour le moment.
Localisations : A Gotham
Groupes : Birds of Prey
MessagePosté le: Sam 8 Avr - 16:21


Rendez-vous au sommet.

Avec Bruce Wayne/Batman

Mon intérêt se pose sur l'objet que tiens mon Mentor dans sa main. Le dernier Wphone est la pointe de la technologie, la crème de la crème pour ainsi dire. Je me doute que celui de Bruce doit être encore plus sophistiqué que le produit déposé au commun des mortels. Il m'en faut un, je me ferais un tel plaisir d'y ajouter les mêmes modifications que celles que j'ai ajoutée sur la version précédente que je possède.

Bruce qui s'essaye à l'humour. Je ne sais pas si je dois rire ou me mettre à pleurer. En même temps ce n'est pas drôle... Quand il l'a dit ça m'a mis un instant d'hésitation quant a savoir s'il était sérieux ou non. J'aurais bien aimée lui dire qu'un sourire pouvait changer la compréhension de cette blague, mais je ne suis pas sûre de sa réaction. De toute façon je n'ai pas eu le temps de sortir de mon choc qu'il avait déjà embrayé.

L'homme en face de moi est fort, très fort. En quelques phrases bien tournées il réussit déjà à amorcer un tournant dans ma façon de voir Jason. Je sais que c'est difficile pour lui, je l'imagine très bien. Il est mort et il est revenu à la vie. Il a passé du temps auprès de Ras Al Gul et cumulé aux effets des puits de Lazare sur le cerveau, cela a dû finir d'anéantir le Jason que nous avions connu avant. Je veux bien accepter Que ce n'est pas totalement de sa faute et que les nombreux sévices l'ont rendu ainsi. Pourquoi ses excuses font retomber ma colère aussi vite ?

Mes pensées sont confuses car mon esprit cherche une échappatoire. Tout plutôt que d'enregistrer ce que Batman vient de dire. Quand on devient un super-héros, on passe par plusieurs tests physiques et mentaux et notamment des simulations qui nous mettent en condition. Les premiers sont assez faciles du moment que nous sommes bien entrainés, mais les résultats des seconds diffères selon les personnes. J'aurais aimé être comme Batman, être assez détachée des autres et prête à tout pour sauver le monde. Rien que l'idée de sacrifier mes amis, de les voir mourir un à un et de me dire que c'est de ma faute, que j'aurais peut-être pu les sauver... C'était quelque chose qui me rebutait. Cette solitude quand on survit en ayant tout perdu est trop dur, trop insoutenable.

Vous avez vos héros et j'ai les miens. Mon Père et Batman sont les deux personnes que je respecte le plus et en qui j'ai toute confiance pour venir me sauver tôt ou tard. Ils ont toujours réussi à se sortir de situations incroyables, ils n'ont jamais perdu espoir. Mais ce ne sont que des hommes, pas des sur-êtres. Ils gardent des faiblesses et j'ai- c'est quelque chose qui me bloque. Je ne peux pas imaginer un monde sans eux, un monde il ne reviendrait jamais. Penser à la fin, que c'est fini... Que Papa ne m'appellerait plus jamais « ma petite fille », que Bruce ne m'accueillerait plus jamais ici et ne veillerait plus sur moi et les autres...

Les larmes affluent au coin de mes yeux et je me lève en lui tournant le dos. Comment peut-il ne serais-ce que me proposer cela a moi ? J'ai toujours voulu avoir sa confiance, être digne du symbole, mais si c'est pour subir ce fardeau... J'essuie ma joue avec rage. Pourquoi moi ? Batman plus que quiconque sait à quel point cette éventualité me fait souffrir. A quel point j'ai peur que cela arrive un jour, peur de ne pas encaisser et de ne pas tenir le coup.

« - Comment ? Comment tu peux me demander ça Bruce ? Pourquoi moi ! Tu sais très bien que- c'est horrible ! »

Mes doigts écrasent mes paupières pour en faire sortir les dernières gouttes salés. Une fois fait je me retourne et le fixe en croisant les bras. Je suis hors de moi, en le regardant.

« - Merci Bruce, c'est un honneur de savoir que je devrais, selon toi, encaisser mieux que les autres alors que tu connais mes résultats à tous les tests ! Je suis restée BRUCE ! Toutes ses années, même quand Dick est partie parce qu'il ne supportait pas devenir comme toi, même là je suis restée. Mais je ne suis pas comme toi non plus ! Tu me demandes d'accepter l'éventualité que tu ne t'en sortirais pas ? Pourquoi nous ? Dick doit déjà enduré de savoir que si... » Je fais un rapide geste dans le vide, un geste qui veut tout dire. « Il devra reprendre le costume parce que Damian n'est pas prêt. Et tu veux que je sois... Tu te rends compte de la difficulté de la chose ? Tu sais que je m'effondrerais au moindre temps-mort en pensant... »

Et Tim ? Et Damian ? Est-ce qu'il pense à eux ? Que deviendrait-il ? Alfred survivrait-il a la mort de son maître après avoir déjà perdu les deux précédents ? Il voudrait qu'on agisse comme si de rien n'était, comme des machines. Mais je ne suis pas un robot !

Je m'affaisse contre l'étagère en resserrant mes bras autour de moi. Je suis incohérente dans mes propos, je bégaye, j'ai peur et je suis en colère en même temps. Il ne peut pas mourir, il ne peut pas nous abandonner. Batman revient toujours quoi qu'il arrive dans les moments où on s'en doute le moins. J'inspire et j'expire un souffle tremblant. J'enfonce mes doigts autour de mes bras par-dessus ma veste pour qu'ils ne tremblent pas. La journée avait si bien commencée, tout allait bien en ce moment alors pourquoi est-ce qu'il me demande ça ? C'était ressortir de sombre pensées et de vieux souvenirs.

Code by Joy




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 17/01/2017
Messages : 232
DC : Mister Miracle - The Atom - Ch'al Andar
Localisations : Gotham City.

Shadowpact
MessagePosté le: Sam 8 Avr - 21:35
Bruce a pleinement conscience de l'effet que le Protocole Nuit Noire peut avoir sur Barbara.
Alors que les paroles cessent de s'échapper de ses lèvres, il se déplace, recule, et appose son postérieur sur un angle de son bureau. Il croise les bras - et attend.
Patiemment.


"Hem."

Il grogne, légèrement, discrètement, quand il voit Barbara se déplacer elle-même, bouger, rongée par la surprise, la douleur, la colère et tant d'émotions contraires.
Il ne le dira pas - mais il déteste la faire souffrir. Les faire souffrir... ses proches.
C'est, hélas, bien trop souvent indispensable ou incontournable. Il y a des passages obligés, des discussions qui peuvent être fuies à jamais ; le Protocole Nuit Noire en a toujours fait parti. Et la situation exige, définitivement, d'abord ce sujet, même si ça fait mal.


"Barbara."

La jeune femme vient de s'écrouler contre l'étagère, le regard bas, les joues rongées par les larmes, le discours enflammé entrechoqué de quelques hoquets de pleurs et de surprise.
Elle se replie sur elle-même, comme si elle voulait disparaître dans ses bras et ses jambes ; il comprend, il sait qu'elle en a besoin et doit accepter l'impact et le contenu de ses déclarations. Il comprend, oui ; mais il ne peut la laisser trop longtemps dans cet état.


"Barbara... je sais."

Sa voix est douce.
Autoritaire, certes. Forte, évidemment. Mais douce, aussi.
Il parle à une amie - une proche. Il s'adapte.


"J'ai pleinement conscience de ce qu'est le Protocole Nuit Noire - et de ce qu'il peut déclencher chez toi, chez vous... mais surtout chez toi."

Bruce ne s'approche pas. Il ne vient pas la prendre dans ses bras. Il ne s'approche pas pour la consoler.
Il ne fait pas ça - mais une part de lui aimerait bien. Celle, hélas, disparue presque trente ans plus tôt, dans une ruelle sombre, et qui n'est jamais vraiment revenue...


"Je sais que l'idée même du Protocole Nuit Noire te fait souffrir, et je sais très bien que tu ne voudrais pas de cette responsabilité. J'espère... j'entends, cependant, que tu l'assumes si quelque chose devait advenir."

Cette dernière phrase a été prononcée sur un ton un peu plus dur, un peu plus sec qu'auparavant.
La douceur reprend, cependant, très vite.


"Barbara. Dick est mon héritier légitime, il est l'aîné de la fratrie, mais il est plus un combattant qu'un maître de l'informatique et des programmes ; et il sera très pris, à gérer Damian et Alfred, qui feront comme si tout va bien alors qu'il n'en sera rien. Tim est un maître de l'informatique, mais il ne sera pas au maximum de ses possibilités car il sera trop touché. Jason est encore trop perturbé. Damian n'est, malgré ce qu'il pense, qu'un enfant. Cassandra est un électron libre. Stephanie n'a, hélas, pas les épaules, Huntress n'est pas assez intégrée, et Batwoman débute à peine."

L'exposé est froid, mais clair - et dispose de nombreux accents de vérité, que la partie consciente de la jeune femme ne peut qu'entendre.

"Barbara... je suis désolé de te le dire, de te le rappeler, mais... tu n'es pas comme eux."

Il pousse un profond soupir, secoue légèrement la tête, puis reprend.

"Tu ne l'as jamais été, et tu ne le seras jamais.
Tu as souffert, bien sûr, par la séparation de tes parents ou... l'incident. Mais tu es revenue - et tu jouis d'atouts différents des garçons, de Stephanie ou de Cassandra. Dick a perdu ses parents, Jason a été élevé dans la rue, Tim a voulu se dépasser et a finalement tout perdu, Damian est... Damian, Cassandra a été conçue pour être un robot auquel elle tente d'échapper.
Tous ont des traumatismes, terribles, qui feront que... le Protocole Nuit Noire aura un impact terrible, sur eux. Tel n'est pas ton cas."


Bruce se décolle du bureau, s'approche et remplit le vide entre eux.
Il s'accroupit, finalement, et sépare lentement ses bras avec des gestes doux, pour retrouver son regard et son visage.


"Tu as ton père. Quelque part, tu as ta mère. Si quelque chose m'arrive - ce sera terrible, oui. Mais tu auras encore ton père, ton environnement, ta vie.
Je ne le voulais pas, mais... pour les garçons, je suis au coeur de leurs vies. Je le regrette, mais c'est un fait. Ce n'est pas ton cas, Barbara. Je suis un élément... fort de ta vie, mais elle ne tourne pas qu'autour de moi. Il y a ton père, ta croisade - ta Batgirl."


Il esquisse un sourire, fugace mais sincère.

"Toi seule pourras garder les pieds sur Terre, Barbara. Toi seule pourras les mener. Toi seule pourras prendre les premières décisions, en prenant sur toi.
Je... j'ai conscience de ce que je te demande, Barbara - mais ne le fais pas pour moi. Pas pour ce que je représente, ce que je fais... mais pour eux. Pour les garçons, pour Cassandra, pour Stephanie. Ils seront perdus, ils feront des erreurs - ils auront besoin d'être secourus.
Aide-les. Sauve-les... s'il-te-plaît."


Bruce n'a pas l'habitude de dire ces mots, de demander quelque chose... mais il le fait, sincèrement, directement.
Barbara compte beaucoup, pour lui ; et elle comptera d'autant plus s'il n'est plus là. Il espère, simplement, que ses mots pourront porter et la convaincre. Il a besoin d'elle... ils ont besoin d'elle, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 22/03/2017
Messages : 56
DC : Aucun
Situation : Traumatisée et a raccrocher le costume pour le moment.
Localisations : A Gotham
Groupes : Birds of Prey
MessagePosté le: Lun 10 Avr - 18:00


Rendez-vous au sommet.

Avec Bruce Wayne/Batman

On attend toujours de moi que je sois patiente, plus intelligente, plus forte et altruiste que les autres. La vérité toute simple c'est que moi aussi j'ai envie de hurler à plein poumons, de me laisser aller dans un verre d'alcool ou dans des bras aimants. Je ne suis pas différente des autres, j'ai une ligne que mon code moral m'interdit formellement de franchir. Une ligne agrandie avec les années passées aux côtés de mon Père et en tant que Justicière. J'aimerais parfois pouvoir revenir au début, quand j'ai perdu mes parents et où j'étais une enfant terrible et hargneuse. On tolérait mes excès et mes crises parce qu'ils étaient compréhensibles que le traumatisme de la perte de mes parents soit trop forte pour être vécu avec calme. A l'époque je ne culpabilisais pas, je n'avais pas de poids sur les épaules ni cette torsion dans l'estomac. Juste un gouffre immense rempli de tristesse et de haine. Et puis James Gordon a réussi à me réapprendre à vivre et quand Batman m'a sauvé il m'a donnée un but, une motivation. Pourtant qu'est-ce que j'aimerais pouvoir lâcher prise...

Bruce me rappelle à l'ordre et mes yeux me brûlent sous les larmes. Je n'ai jamais voulu le décevoir, j'ai toujours voulu être à la hauteur, faire partie de la famille. Je devrais être heureuse d'être jugée à la hauteur, c'est qu'il a de l'estime pour moi et qu'il me juge digne de confiance. Ca me fais encore plus mal de ne pas être à la hauteur de ses espérances. Je voudrais pouvoir lui promettre que je serais digne de lui, de sa mission, mais mon esprit flanche en même temps que mon cœur se serre. C'est trop dur d'encaisser et d'imaginer devoir devenir un pilier, prendre sa place et faire des choix aussi importants que ceux qu'il prend. Est-ce que j'y arriverais seulement ? Est-ce que les autres accepterait ce choix et suivrait mes ordres ? J'ai tellement de questions, de colère et de peine que je n'arrive pas à extérioriser. Je devrais être forte et je me déçois moi-même. L'espace d'un instant je voudrais ne pas être venu ici ce soir, la minute suivante je voudrais juste claquer la porte et rentrer chez moi pour me rouler en boule en pleurant et criant ma détresse. Si je partais, est-ce que Bruce me virerais ? Pourrais-je toujours me regarder en face demain ?

« Tu ne l'as jamais été, et tu ne le seras jamais. » C'est exactement pour ça que j'ai bossé si dur toutes ses années et que j'essaye de passer autant de temps avec Tim et Damian. Je ne suis pas comme eux. Je n'ai pas de lien familial –même adoptif- avec eux. Pas une sœur, juste une pièce rapportée. J'ai toujours voulu être utile, pire encore : être indispensable. Qu'ils aient tous autant besoin de moi que l'inverse est vrai. Je devrais encore une fois ravalée mon égoïsme et mon cœur brisée pour encaisser à la place des autres. Je devrais endurer davantage, prendre leurs douleurs, mais je ne suis pas une putain d'empâte. Qui prendra la mienne ? Qui l'apaisera ? Je les aime, ils sont tout pour moi, mes amis et ma famille. Je voudrais vraiment être utile, mais quand je vois Batman, je vois un puits de douleur et de colère. Est-ce que c'est ce qu'attends Bruce de moi ? Que je prenne sa place et que je me perde en route ? Que je sois un réceptacle pour atténuer la détresse des autres ?

« - Ne pars pas, ne nous abandonne pas... On a besoin de toi, j'ai besoin de toi que tu en dises... »

Je cligne des yeux mais ca n'empêche pas les larmes de couler. Je redresse lentement la tête et fixe mon regard dans le sien. Je sens mes lèvres trembler et je détourne les yeux en les essuyant de ma manche. Je me déteste. Quand Dick m'a demandée de partir avec lui, de renoncer à Batman, à BatGirl et de ne plus prendre de risque... J'ai refusé en bloc et j'ai rompu avant son départ. Aujourd'hui je comprends a quel point cela a dû être difficile pour lui et a quel point cela a dû le rendre malheureux. Je sers les dents et fronce les sourcils. Je ne devrais pas attendre autant de Bruce, ni de Batman. Je ne peux pas lui demander ça.

« - Promet de revenir, qu'importe le moyen Bruce. Jure-moi, promet que tu reviendras. Que tu ne me laisseras pas porter ce fardeau, que tu ne nous abandonneras pas. C'est ce que tu fais toujours ! Tu trouves une solution et tu reviens ! Alors recommence autant de fois qu'il le faudra, peu importe, reviens ! »

J'ai agrippée son poignet -sûrement trop fort- et je serre mon autre main pour cacher ses tremblements. Ma crise de larme passée, le froid s'installe dans chacun de mes membres et je me relève en me servant de l'étagère.

« Si j'accepte... Alors tu auras une sacrée dette Bruce. Tu pourras en régler une grosse partie si tu nous reviens en vie. Autant te prévenir immédiatement que c'est non négociable. »

Code by Joy




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 17/01/2017
Messages : 232
DC : Mister Miracle - The Atom - Ch'al Andar
Localisations : Gotham City.

Shadowpact
MessagePosté le: Mar 11 Avr - 8:29
Bruce ne dit rien.
Il laisse ses mots précédents pénétrer l’esprit de Barbara, il laisse les arguments logiques s’installer dans son cerveau et faire leur chemin. Il sait très bien comment elle fonctionne : au-delà de son intelligence extraordinaire, elle est une femme de passion, d’émotions, qui laisse souvent son cœur dicter ses réactions et ses décisions.
Il s’agit là d’un avantage certain, d’une qualité – mais qui implique aussi des positions d’abord excessives, avant de revenir à quelque chose de plus posé, de plus objectif. Tel est le cas aujourd’hui.


« Hem. »

Il grogne, légèrement, quand elle lui rappelle combien elle a besoin de lui – combien tous ses proches ont besoin de lui.
Il n’est pas et ne sera jamais à l’aise avec cette idée. Lui, le solitaire qui a vécu des années avec son seul projet en tête, l’égoïste qui a tout abandonné pour sa quête effrénée et impossible, l’ultra-prudent qui ne cesse de concevoir des plans de secours même contre ses proches, le renfermé qui ne sait guère gérer ses émotions… lui s’est constitué une Famille, définitivement.
Une Famille forte. Une Famille diverse. Une Famille unie, bien plus qu’ils ne le pensent – une Famille, définitivement.

Il n’aurait jamais pu penser que ce serait possible ; et il ne sait guère comment assumer tout ça, et notamment sa propre importance pour eux.
Longtemps, trop longtemps, Bruce a fui tout ça… derrière des méthodes froides, de l’inexpressivité, un traitement militaire ; il les a fuis, comme il s’est fui lui-même. Mais c’est terminé.
Bruce est plus vieux, maintenant – et un peu plus sage. Eux, tous, sont ses proches – ses filleuls, ses héritiers. Il n’est pas seul, il les a… et ils l’ont, lui. Il ne peut se défausser de cette responsabilité.
Il ne peut plus échapper au statut qu’il a craint toute sa vie.


« Barbara. »

Les larmes ont coulé, encore, sur le beau visage de la jeune femme, avant de s’arrêter. Désormais animée d’une détermination froide, elle agrippe son poignet, et le fixe avec un regard à briser une montagne.
Elle serre, fort ; il peut encaisser d’énormes quantités de douleur, mais ressent ici une véritable souffrance – plus psychologique que physique.
Elle l’impressionne… définitivement, elle l’impressionne.


« Notre mode de vie implique des dangers et des risques. Ma… disparition est une possibilité, au moins mathématique. J’ai récemment été informé d’éléments qui vont me forcer à aller au-devant d’une meance sévère – et j’entends préparer mes arrières, en te confiant la gestion du Protocole Nuit Noire.
Cependant… »


Sa voix est calme, douce. Son regard est plongé dans celui de Barbara, et affiche également une détermination à toute épreuve.
« Quoiqu’il arrive. Quoiqu’il m’arrive. Qoique je doive affronter. Quoique l’ennemi me fasse affronter. Quoiqu’il se passe, Barbara.
Je reviendrais. »


Il esquisse un léger sourire, et incline légèrement sa tête pour appuyer ses mots.

« Même si je dois remonter le Temps d’époque en époque, même si je dois échapper à l’Omega-Beam de Darkseid, même si je dois défier et envahir Apokolips, même si je dois affronter le Warworld de Mongul… je reviendrais.
Je vous reviendrais. Toujours. »


Son sourire s’agrandit, et se fait alors sincère – et touchant.

« Et, alors, nous réglerons cette dette… et tu verras combien un chef d’entreprise milliardaire peut être doué pour corrompre et se faire pardonner. »[font]

[i">Bruce lui adresse un petit clin d’œil, puis l’aide à se relever.
Lentement, il se déplace vers son bureau et appuie sur une touche du clavier – ranimant l’ordinateur, qui affiche de nombreux tableaux et logiciels déjà lancés.

« Le Protocole Nuit Noire te sera transmis dans la journée, le temps que le Bat-Ordinateur sécurise définitivement les liaisons et les transmissions. Tu pourras alors découvrir son contenu… mais tu auras besoin du mot de passe. Qui est en deux parties. »

Sa voix est toujours douce, mais il pousse alors un profond soupir. Son regard se fait fuyant pendant quelques instants, hésitant, avant de le relever pour le plonger directement dans les yeux de Barbara.

« La première partie : Joseph-Chilton-CrimeAlley. »

Joseph Chilton – le véritable nom de Joe Chill, le meurtrier des Wayne. Seule une poignée de personnes connaît cette identité réelle, Chill l’ayant fait disparaître il y a des années ; et encore moins sait qui a tué les Wayne, l’affaire ayant été résolue par Bruce, qui a fait incarcérer Chill pour d’autres motifs.

« La deuxième : Richard-Barbara-Jason-Timothy-Cassandra-Stephanie-Damian. »

Son sourire se fait plus gêné, plus crispé.
Bien sûr, Barbara devra débloquer des pare-feux, réussir à dépasser des sécurités – mais ces mots de passe sont indispensables. Et ne peuvent que la faire réagir, à n’en pas douter, car elle sait bien que Bruce a mis là les éléments qu’il ne pourra jamais oublier… les piliers de son existence, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 22/03/2017
Messages : 56
DC : Aucun
Situation : Traumatisée et a raccrocher le costume pour le moment.
Localisations : A Gotham
Groupes : Birds of Prey
MessagePosté le: Mar 11 Avr - 18:17


Rendez-vous au sommet.

Avec Bruce Wayne/Batman

Un sourire sincère et fugace m'échappe en même temps que mon cœur s'apaise un peu. L'homme en face de moi tiens toujours ses promesses et je décide de me fier à ses paroles. Je dois continuer de croire en lui et de lui faire confiance parce que si jamais je n'en suis plus capable, c'est que j'aurais perdu tout espoir en la vie et dans les autres. Pas question de me résoudre à ça.

Je passe ma main sur les muscles tendus derrière mon cou et je prends une grande inspiration. J'ai très envie de prendre cet homme dans mes bras pour le remercier de sa patience et de sa capacité à trouver les mots justes. Mais je sais que Bruce n'est pas un homme habitué à recevoir de l'affection, sauf des jolies femmes de la haute société et je ne sais pas comment il réagirait de ma part. Je me contente d'un nouveau sourire pour le remercier en acquiesçant.

« - Oh j'ai déjà de nombreuses idées pour que tu payes le reste de la dette. Crois-moi, je peux être tenace ! Pas sûre que tu puisses me faire changer d'avis ! Si tu m'en disais un peu plus sur... » De nouveau je fais un vague signe de la main en direction de l'ordinateur. « Sur tout cela et ce que cela implique ? »

Quitte a acceptée, autant être au courant de tout. Batman est le maître des secrets, c'est avéré et on ne s'étonne plus d'avoir une révélation à chaque crise majeure. Si je dois prendre sa relève en son absence alors je préférerais savoir où je mets les pieds. Connaître la totalité des secrets de A à Z pour que ça ne m'explose pas au visage. L'information est une clé majeure de la réussite, c'est ce que j'ai retenu après toutes ses années.

« - Bruce, plus que le contenu du Protocole, si je dois gérer en ton absence et être prête au pire... » J'inspire et j'expire de nouveau avant de continuer : « Alors je préférerais qu'il n'y est aucun secret. Je ne veux pas que quelque chose que je ne sais pas nous mette en danger les autres et moi. »

Bruce continu et j'acquiesce en sortant mon téléphone pour vérifier mes mails. Je le pose en évidence sur la table et m'assis sur le bord du fauteuil. Je connais la tristement célèbre CrimeAlley, comment l'ignorer en côtoyant le seul survivant de ce soir-là. Joseph Chillon en revanche est un nom qui ne me dit pas grand-chose. Si ma mémoire ne me fait pas défaut, j'ai déjà vu ce nom sur un dossier de Papa sans jamais y porter grande attention. Il a tellement de documents sur les criminels que si je n'affûte pas mes recherches je ne pourrais jamais trouver. Je note dans un coin de ma tête de me renseigner pour mieux comprendre.

Je scrute les yeux bleus de Bruce et je cherche ce qu'il essaye de me dire. Je sais que tout cela n'est pas simple pour lui, sûrement autant que pour moi. Il me donne avec ses quelques mots l'accès à une partie essentielle de sa lutte et pour ça il doit avoir pleinement confiance en moi. Le deuxième code en revanche me laisse sur deux ronds de flancs. Je ne m'attendais pas à ce qu'on soit si important à ses yeux. C'est peut-être parce que nous sommes les prochaines générations, l'avenir ? J'ai envie de contourner ce bureau et de prendre Bruce dans mes bras, mais je me retiens et je lui fais simplement un sourire sincère et ému.

« - Merci Bruce. D'un côté, c'est connu que les gens utilisent les noms des personnes importantes pour eux ou leurs animaux, mais c'est bien pensé. Je ne pense pas que quiconque pense que tu soit ce genre de personne. »

Je me penche par-dessus la table la table et j'effleure son bras de mes doigts. Je me demande... On espère tellement que Bruce s'ouvre à nous, qu'il se comporte un peu plus comme un Père normal, mais est-ce qu'on lui dit assez a quel point on tient à lui ? Non seulement en tant que Mentor, mais aussi en tant que père ou ami. On attend tellement de lui mais est-ce qu'on le lui dit assez ? Je pince les lèvres et me rassis un peu perturbée.

Une relation normale ? Papa travaillé beaucoup, mais il a toujours réussit à être là et à faire des choses avec moi. Un cinéma de temps en temps, un pique-nique sur la tombe de mes parents pour que nous soyons « ensemble », des appels réguliers quand j'étais en internat... La liste est longue et j'ai toujours essayés de lui montrer à quel point il comptait pour moi. Il avait des cadeaux et des fêtes surprises que j'aime organiser.

On a toujours pensés que Bruce était au-dessus de ça et qu'il ne pensait qu'à Batman. A-t-on essayés de faire évoluer les choses ? A quand remonte le dernier match de basket de Dick et Bruce ? Je plisse les yeux et croise les bras. En voilà des idées. Je devrais peut-être m'y atteler et appeler tout le monde après. Il est temps de faire sortir la chauve-souris de son antre. Nous restons des oiseaux de nuits mais rien ne nous empêche de garder un œil ouvert le jour. Je le fixe longuement en mettant de côté mes pensées. Pour le moment je dois me concentrer sur les informations que va me donner mon Mentor et mes pensées ne doivent pas interférer.

Code by Joy




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 17/01/2017
Messages : 232
DC : Mister Miracle - The Atom - Ch'al Andar
Localisations : Gotham City.

Shadowpact
MessagePosté le: Mer 12 Avr - 10:13
Bruce esquisse un petit sourire quand Barbara souligne sa ténacité et sa force de caractère. L’expression est fugace, mais sincère et surtout bien visible.

« Je n’en doute pas – et j’envisage très bien ce qu’un engagement envers toi implique. J’ai pleinement connaissance de ta force de volonté et de ta capacité de recouvrer ce que tu souhaites… ce n’est pas pour rien que j’ai décidé d’arrêter de tenter de t’empêcher d’être Batgirl. Il y a des adversaires que l’on ne peut vaincre. »

Tournant autour de son bureau, il vient se positionner directement devant les deux écrans, puis s’assoit.
Alors que la jeune femme le sollicite, il ouvre la main pour l’inviter à s’installer en face de lui, et déplace rapidement la souris pour se plonger dans les arcanes du Bat-Ordinateur, accessible depuis cette unité spécifique notamment.


« Ta demande de sincérité est légitime, Barbara. »

Sa voix a repris un ton plus sûr, plus sérieux.
Son regard glisse de l’écran vers elle, et esquisse un micro-sourire rassurant, tout en continuant un discours très calme.


« Longtemps, trop longtemps, j’ai imposé des murs, des sécurités, des protections entre nous – sans vous avertir. Je vous ai menti, je vous ai caché la vérité, je vous ai laissé dans l’ignorance… souvent en espérant agir au mieux, souvent en créant d’autres difficultés.
Même si cela me sera difficile – je souhaite que ce temps-là soit révolu. Il n’y aura pas de secret, Barbara. Il n’y en aura plus. »


Son ton demeure égal, mais le cœur de Bruce bat légèrement plus fort. Il promet et choisit beaucoup, ici, et espère pouvoir être assez fort pour remplir cet engagement ; il le souhaite, en tout cas. Ce qui est déjà une énorme révolution pour lui.

« Quant au reste… le Protocole Nuit Noire n’est pas compliqué, en soi. Il s’agit d’un ensemble de mesures prévues pour compenser mon absence ou indisponibilité, en confiant les rênes de l’équipement général du Batman et les liens avec nos alliés à quelqu’un de confiance – toi, donc. »

Un nouveau petit sourire, et il continue.

« L’essentiel du Protocole Nuit Noire est concentré dans quatre volets spécifiques.
Le premier concerne la prise de contact de tous les membres de Batman, Inc, mon initiative pour imposer un Batman dans plusieurs régions du monde ; tu pourras ici solliciter chacun d’entre eux, en disposant d’une ligne directe et de moyens pour le faire venir et agir rapidement.
Le second concerne le contrôle total de tous les équipements spécifiques de la Cave : les véhicules, les armes, mais aussi toutes les Caves annexes – y compris celle positionnée sur la Lune. Je dispose d’un portail de téléportation personnel, inconnu de tous, et qui permet d’aller où tu le souhaites ; je t’invite à utiliser tous ces éléments avec précaution, mais à ne pas hésiter à prendre toutes les décisions nécessaires.
Le troisième concerne nos proches : je viens d’évoquer ce dispositif de téléportation, j’entends que tu l’utilises essentiellement pour les emmener loin de toute menace. La Cave sur la Lune est plutôt sûre, celle sous l’Océan Pacifique aussi… tu choisiras au mieux. Mais j’entends que tu les protèges et les sauves, Barbara, même s’ils voudront se battre. Leur survie est essentielle.
Le dernier aspect est plus… spécifique, et appellera un mouvement que tu pourrais ne pas apprécier – j’en conviens, mais c’est un sacrifice indispensable. »


Il soupire légèrement, puis tourne un des écrans pour que Barbara le voie entièrement. Elle découvre une puce électronique, de celles qui doivent être intégrées directement dans un cerveau ou un corps humain.
Bruce la laisse découvrir l’image, puis reprend sur un ton toujours aussi maîtrisé.


« Le dernier aspect concerne le contrôle des Bat-Robots, l’armée créée par Lucius Fox pour nous. Il y a une centaine de robots sous la Cave, une centaine sur la Lune, et une centaine disséminée un peu partout dans le monde.
Ils ne peuvent être contrôlés que par un esprit, via une telle puce. Je l’ai personnellement dans mon cerveau – et il faudra que tu l’aies, aussi, pour les commander si besoin.
J’ai… conscience que ton rapport avec une telle technologie n’est guère aisé, et je sais ce que je te demande. J’en suis sincèrement désolé, mais… il s’agit du seul moyen de les contrôler. Et ils seront indispensables pour compenser mon… indisponibilité. »


Bruce esquisse un petit sourire – et attend.
Il espère qu’elle accepte. Il espère qu’elle abonde en son sens et fasse droit à sa demande. Il espère pouvoir passer les prochaines heures à lui expliquer l’organisation du Protocole… et, surtout, continuer à nouer une relation sincère entre eux.
Bruce vieillit et s’ouvre plus ; on pourrait même dire qu’il devient gâteux en vieillissant – ou qu’il vieillit bien, vu l’impact que cela a sur ses proches et ses relations sociales.
Bruce vieillit et s’ouvre, oui. Et c’est tout sauf désagréable, il doit bien l’avouer.


(HJ/ Je pense qu’on peut s’arrêter avec ton prochain message, si ça te va. J’ai beaucoup, beaucoup aimé ce RP, j’ai hâte d’en mener d’autres avec toi ! /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 22/03/2017
Messages : 56
DC : Aucun
Situation : Traumatisée et a raccrocher le costume pour le moment.
Localisations : A Gotham
Groupes : Birds of Prey
MessagePosté le: Mer 12 Avr - 21:26


Rendez-vous au sommet.

Avec Bruce Wayne/Batman

Une perforeuse semble avoir décidé de me faire un trou dans le cerveau et je me masse lentement les tempes. Tellement d’informations... Même en étant préparée, mon esprit est en ébullition. Les questions se bousculent au même rythme que Bruce fini de me transmettre ses instructions. Une base sur la Lune ? Sérieusement ? Mais pourquoi faire ? C’est vrai, qu’est-ce qui peut être assez menaçant sur la Lune pour avoir une base ? Ce n’est même pas une planète habitable ! Et m’y réfugier avec les autres... Il en a de bonne ! Si un tel besoin devait se faire sentir, je serais obligé de droguer l’équipe pour les emmener là-bas et de bousiller le transporteur si je veux les empêcher de revenir. De toute façon... On aurait tendance à agir comme notre Mentor et nous battre jusqu'à la victoire ou la mort. Il n’y a pas plus butés que nous ! En revanche pour une retraite stratégique...

C’est beaucoup de choses à assimiler, beaucoup de responsabilités. Est-ce que je serais suffisamment forte pour ca ? Est-ce que je serais assez intelligente pour gérer tout cela ? Franchement j’ai des doutes. Je regarde l’homme face à moi, lui qui est toujours si sûre de lui et mes doutes reviennent. J’ai vraiment envie de le rendre fier et lui prouver qu’il a eu raison de me faire confiance. J’essuie mes mains sur mon pantalon noir et soupire. Bon sang...

Mon instinct provoque un mouvement de recul en entendant la fin de sa phrase. Le fait que je puisse remarcher grâce à un implant à la base de mon crâne est quelque chose dont je parle peu. C’est une sorte de sujet tabou. Je fixe sur l’écran cette puce de taille réduite et longiligne. Ca implique de la fixée à mon implant et donc d’y retoucher. C’est quelque chose qui me rends mal à l’aise pour une raison que je n’explique pas. Peut-être parce que je suis une privilégiée ? De ceux qui ont les bons contacts et la chance de pouvoir remarcher ? Quand je vois d’autres personnes en mobilité réduite, je me demande si ce n’est pas un peu de la triche. Parmi elles il y’a des Mères qui ne pourront plus porter leurs enfants, des Pères qui ne pourront plus jouer au baseball avec eux, des enfants dont l’avenir est brisé, des soldats qui on tout donné dans leurs combats... Je lève les yeux vers Bruce et lui fait un petit sourire que j’espère rassurant.

« - Non tout va bien Bruce. Je comprends que ce soit nécessaire. D’autant plus si je veux pouvoir me battre en même temps. Oracle c’est terminé, il est temps que je quitte les commandes à distances et que je protège ce qui me tient à cœur. Ce sera plus simple d’être directement connectée à tes machines. »

Mon regard se repose sur la puce clignotante et je ferme les yeux un très court instant. Si il faut me ré-ouvrir alors autant le faire tout de suite. Je dois essayer de commander les robots avant qu’une situation de crise ne se prépare.

« - Je suppose que tu en a un exemplaire stérilisée et du matériel médical quelque part ? Faisons le rapidement et comme ca on pourra tester mes capacités de commande cérébrale. Je dois avouer être aussi angoissée que curieuse. »

Je lui souri et récupère mon téléphone en me levant. On prend rendez-vous pour le lendemain soir à la BatCave ou il y’a tout le nécessaire chirurgical. Un soupir fébrile m’échappe et je resserre mes doigts autour de mon cellulaire. Je baisse les yeux et le secoue devant Bruce.

« - Tu sais ce que j’aimerais en premier paiement de dette ? Le même W-Phone que le tien ! » Je contourne le bureau et le serre dans mes bras en guise d’au revoir. Au diable ma retenue. « Au cas ou tu en douterais Bruce, tu es un excellent Père, un très bon Mentor et un formidable ami. Vraiment ! »

Un clin d’œil et je m’éloigne rapidement vers la porte pour m’en aller.

« - Oh et, ce serait chouette de faire quelque chose de normal un jour. Tous ensembles ! La NBA va bientôt recommencer il me semble, peut-être que Bruce Wayne pourrait avoir des billets pour sa famille et ses amis ? »

Je referme la porte doucement dans un rire léger en apparence mais à l’intérieur c’est la pagaille. En venant ce soir je n’ai pas pensée un instant que Bruce m’annoncerait tout cela. Je crois que je suis encore sous le choc mais en jetant un œil au bureau officiel de Bruce je remarque une photo. Il ne manque que Jason, mais elle est presque complète et la totalité de la famille s’était réunie un jour d’hiver.

Si je dois le faire, si je dois me battre ce ne sera pas que pour Bruce mais aussi et surtout pour tous les protéger.

Code by Joy


Hors-jeu: Merci Batman pour ce Rp fabuleux ! J'en ai adorée chaque lignes ! Je te retourne les compliments. Ce fut vraiment agréable de Rp avec toi et ce sera avec plaisir que je recommencerais ! N'hésite pas si tu en a l'envie ! Pour ma part j'ai déjà hâte Wink




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Rendez-vous au sommet.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LES COLLECTIONS OUBLIEES: 2- AU RENDEZ VOUS DE L'AVENTURE / VAILLANT
» [Collection] Au rendez-vous de l'aventure Lib. Vaillant
» INFO] Affichage des rendez-vous
» MANU - Rendez-vous / 29.09.08
» Clarke Arthur C. - Rendez-vous avec Rama - Le cycle de Rama T1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City :: Wayne Techs-