Les comics que vous lisez en ce moment

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22  Suivant
AuteurMessage
Inscription : 29/06/2014
Messages : 10843
DC : The Bat ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Dim 1 Juil 2018 - 14:12

Marvel Two-In-One #7 emmène le nouveau quatuor (Ben, Johnny, Doom, Rachna) dans un nouveau monde, et Chip Zdarsky s'amuse encore à créer de nouvelles situations divergentes de l'univers Marvel ; mais cette proposition me paraît faible, car peu intéressante, le scénariste a l'intelligence d'expliquer enfin les raisons et secrets de Rachna, et ça fait donc avancer son intrigue générale.
Une bonne chose, donc, et qui relance l'intérêt pour ce titre, où les relations entre personnages sont l'intérêt principal, là où les intrigues en elles-mêmes sont plus faibles (d'autant plus depuis que Marvel a annoncé sous peu le retour de la série F.F.). Ramon Perez livre un travail très proche de Greg Tocchini - dont je ne suis pas fan.
Un bon numéro, donc, fort agréable, mais qui ne va pas très loin ; quelque chose qui revient souvent sur ce titre, au fond, qui a cependant l'avantage de faire patienter dans les meilleures conditions le retour du titre phare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Inscription : 29/06/2014
Messages : 10843
DC : The Bat ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Dim 1 Juil 2018 - 16:12

Et bien, quelle étrange lecture que ce Multiple-Man #1...
Associé au scénariste Peter David, Jamie Madrox a vécu bien des aventures et des changements, qui avaient mené à un très bel épilogue avec Layla Miller ; hélas, pour faire le buzz, pour choquer, pour justifier la lecture de la médiocre mini-série Death of X, Marvel en a fait une victime du nuage des Inhumains, et Jamie avait disparu.
Sauf que non.
Peut-être du fait du lancement d'un projet cinématographique sur lui, avec James Franco, Marvel lance une nouvelle mini-série sur Madrox, avec Matthew Rosenberg au scénario et Andy McDonald ; et ça ne fonctionne pas vraiment.
Le scénariste, qui ne m'avait pas déplu sur la mini-série du retour de Jean Grey, tente la carte de l'humour et de l'absurde, mais ça ne prend pas ; pire encore, les raisons du retour de Jamie sont floues et sans cohérence. Enfin, la narration elle-même est mal fichue, mal écrite, mal envisagée.
Si les dessins sont corrects, ils ne sont pas assez bons pour sauver un numéro qui n'est pas désagréable, mais m'a complètement échappé ; c'est volontairement absurde, rempli de changements brutaux de ton, et ça ne prend pas.

Quel étrange machin malade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Inscription : 29/06/2014
Messages : 10843
DC : The Bat ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Dim 1 Juil 2018 - 16:35

Je me suis relancé, en effet, dans New Challengers avec ce #2, alors que j'avais aimé le premier, mais sans avoir finalement d'envie de lire la suite.
Ici, il y a le focus sur l'un des personnages, avec des éléments qui semblent lier sa mort à sa nouvelle mission. Action, dangers, ambiance étrange et Weird SF, apparition d'Aquaman, et finalement une page finale qui semble pouvoir tout changer - un programme alléchant, et objectivement très solide ; mais le "sel" n'est pas forcément là.
C'est bien, attention, ça se lit sans déplaisir, c'est correctement écrit et narré par le duo Snyder/Gillespie, et Andy Kubert livre des planches solides ; mais je ne suis pas sûr d'avoir encore l'envie de lire jusqu'au bout, même si je suis intrigué.
A voir, mais ça reste propre et correct ; peut-être trop, pour vraiment fidéliser...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Inscription : 18/01/2016
Messages : 3990
DC : Razorsharp, Dolphin & Tara Markov
Localisations : Ivy Town
Shadowpact
Justice League
MessagePosté le: Lun 9 Juil 2018 - 15:38
J'ai fini depuis un petit moment déjà...

NEW LOVE, 1-6 (FANTAGRAPHICS, 1996-1997)
LOVE AND ROCKETS (VOLUME II), 1-20 (FANTAGRAPHICS, 2001-2007)

... et tout un tas d'autres trucs réédités dans la superbe anthologie "Comics Dementia", qui doit être le volume 12 ou 13 de l'intégrale "Love and Rockets" des frères Hernandez.


Ce volume est exclusivement consacré au travail sans lien avec le cycle "Palomar" (sur lequel je reviendrais) de Gilbert Hernandez et se consacre essentiellement au boulot qu'il a accompli après la fin de parution de la première série "Love & Rockets" (New Love), puis qu'il a publié dans la deuxième série "Love & Rockets".

Grosso modo.

Mais là n'est pas la question.


Ce qui est important c'est que Gilbert Hernandez est un véritable maître de l'histoire courte. C'est clairement parmi les frères Hernandez celui qui se sort le mieux de cet exercice, exercice d'ailleurs qui est très souvent casse-gueule pour beaucoup d'auteurs. Hernandez, lui, va exprimer là dedans ses passions pour la science-fiction rétro, pour l'auto-fiction, pour la musique punk, pour les ambiances surréalistes. On ne comprend pas toujours clairement où il veut en venir mais globalement ces 224 pages de comics sont palpitantes !

On y retrouve une histoire d'Errata Stigmata, son héroïne qui porte les stigmates du Christ et qui aimerait en être débarrassé. On lit une amusante histoire d'une page nous donnant des nouvelles de certains personnages d'Hernandez dont on n'avait plus jamais entendu parler (comme Castle Radium et Leonor dans BEM, comme Bang et Inez de Music for Monsters). On découvre avec plaisir une très vieille histoire d'envahisseurs extra-terrestres qui date du milieu des années 80. On a des géants qui s'appellent les Love Gremlins et qui pourraient détruire le monde s'ils le voulaient. On a un Dieu qui est dissimulé sous la forme d'un arbre et qui exauce vos vœux quand vous le contemplez suffisamment longtemps. On a tout cela et bien plus encore !


On a aussi Roy, un gros type affreux avec une vilaine coupe au bol qui est une sorte de héros candide pour Gilbert Hernandez et qui va aller à Hollywood, mais aussi en tôle, en Enfer et dans tout un tas d'endroits intéressants.

Bien évidemment tout cela n'est pas traduit en VF et c'est bien dommage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 18/01/2016
Messages : 3990
DC : Razorsharp, Dolphin & Tara Markov
Localisations : Ivy Town
Shadowpact
Justice League
MessagePosté le: Lun 9 Juil 2018 - 16:29
Et là je viens de terminer le premier volume d'une intégrale dont je rêvais depuis un bon moment et qui contient...

HELLBOY - SEED OF DESTRUCTION, 1-4 (DARK HORSE COMICS, 1994)
DARK HORSE PRESENTS, 88-91 et 100.2 (DARK HORSE COMICS, 1994-1995)
HELLBOY - WAKE THE DEVIL, 1-5 (DARK HORSE COMICS, 1996)
HELLBOY - ALMOST COLOSSUS (DARK HORSE COMICS, 1997)

... bref, j'ai commencé l'intégrale Hellboy et j'ai a-doré.


On saluera l'excellente idée de l'éditeur Dark Horse Comics de réimprimer l'intégrale Hellboy dans la collection Omnibus (à 20 dollars le volume en gros), comme il l'avait déjà fait pour Grendel, en 4 volumes consacrés aux histoires "longues" et 2 volumes d'histoires courtes.

Ensuite, on saluera Mike Mignola, le scénariste (même si John Byrne lui file un coup de patte sur la première histoire) et le dessinateur de l'ensemble de ce recueil. Déjà parce que Mignola dessine divinement bien (même si son style peut rebuter) et qu'il donne une ambiance de fou à ces comics : clairement, regardez ces images de châteaux perdus dans les forêts roumaines, d'églises délabrées ou de moines fantômes et osez dire que tout cela n'est pas une invitation à la rêverie et à l'imaginaire !

Mignola est un sacré dessinateur d'ambiance.

Et puis... l'histoire, parlons de l'histoire !

Mignola, à ce propos, me fait plaisir : il indique dans les bonus de ce TPB (qui contient des esquisses et quelques notes de Mignola) qu'il était évident pour lui que le comics commencerait pendant la Seconde Guerre Mondiale, car pour lui, quand il était petit, il y avait Captain America et Nick Fury ! Bref, qu'on allait avoir du nazi à castagner !


Car chez Hellboy, on a des super-nazis qui ont des projets mystiques pour anéantir le monde, on a des mages mégalos qui veulent réveiller les Grands Anciens, on a des Grenouilles monstrueuses qui font furieusement penser aux Profonds de Lovecraft...

... et en fait c'est ça. Hellboy, c'est Indiana Jones + HP Lovecraft. Sauf que c'est un gros monstre rouge et cornu et qu'il est le rejeton des Enfers.


L'arc "Seed of Destruction" narre les origines d'Hellboy, apparut de nulle part devant une équipe de GI's et quelques mediums anglais. Un rituel nazi l'avait fait venir mais heureusement les Alliés l'ont récupéré, élevé, éduqué et...

... maintenant dans les années 90, Hellboy est un agent "spécial" du BPRD (Bureau pour la Recherche et la Défense contre les phénomènes Paranormaux, en gros). Le médium qui l'a élevé vient d'être tué, suite à son retour d'expéditions en Arctique (dans des montagnes perdus des hommes, où se trouve un étrange temple impie... "Les montagnes hallucinés" de Lovecraft ? J'adore !) et il compte mener l'enquête dans une vieille maison de la Nouvelle-Angleterre (la marque de Lovecraft). Pour cela, il va se faire épauler par Liz Sherman, une pyrokinésiste, et Abe Sapien, un homme-poisson...


... et ce sera le début de ses aventures et de ses galères : dans ce volume il devra affronter des Profonds, mais aussi des Loups-Garous (dans une histoire courte publiée par Dark Horse Presents) et des vampires (Wake the Devil) et un homoncule (Almost Colossus). On y croisera aussi le vrai père d'Hellboy dans une autre histoire courte...


... car le rejeton des Enfers, aussi sympa et amusant qu'il soit, a été amené à la base par des nazis mystiques (travaillant sous les ordres d'Himmler) pour détruire le monde en en réveillant les noires puissances. OK. Mais qui est-il ? Et quelle est la nature de son étrange main ? Le mystère demeure entier.

Inutile de vous dire que c'est génial et que ça doit être lu (au moins pour regarder les images). Il y a une VF qui existe chez Delcourt.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 18/01/2016
Messages : 3990
DC : Razorsharp, Dolphin & Tara Markov
Localisations : Ivy Town
Shadowpact
Justice League
MessagePosté le: Sam 14 Juil 2018 - 18:59
De retour dans le DC-verse, j'ai lu...

HAL JORDAN AND THE GREEN LANTERN CORPS, 8-22 (DC COMICS, 2017)

... soit l'ensemble des épisodes de cette série publiés dans les numéros 5 à 13 du magasine Justice League Rebirth que publie chaque mois Urban Comics !

Après l'arc Sinestro's Law qui a occupé les 7 premiers épisodes de la série, le scénariste Robert Venditti qui signe l'ensemble des épisodes chroniqués ici avait fort à faire : en effet, suite à un combat apocalyptique, Hal Jordan et Sinestro... perdaient la vie ^^


Mince ! Allait-il falloir rebaptiser la série ? Pas tout à fait car la mort n'est souvent qu'apparente ou temporaire dans les comics... quoiqu'il en soit Venditti nous signe des épisodes sympathiques à lire et bien fichus.

Je ne peux en dire autant du dessin. Si Ethan van Sciver dessine de manière somptueuse quoiqu'un peu figée (n°8, 12, 15, 17 et 22), je n'aime pas du tout le trait de Rafa Sandoval et notamment sa manière de dessiner les visages (n°9, 11, 14, 16 et 20). Ed Benes n'est guère plus enthousiasmant mais a un trait moins repoussant (n°10). Quant à V. Ken Marion (n°13, 18-19 et 21), je trouve un côté un peu "manga" à son style pas désagréable mais pas forcément génialissime non plus.

C'est un problème chez DC : pour assurer le rythme effréné de publication (2 épisodes de 24 pages par mois), ils semblent obligés de mettre plusieurs dessinateurs qui se relaient sur une même série... enlevant à la lecture, toute sensation de cohésion graphique. Dommage !

Côté histoires et arcs, ça donne plutôt pas mal en revanche. Avec :

- "Bottled Light" (n°8-12) dans lequel le Corps des Green Lantern, sous la houlette de John Stewart, se remet sur la planète Mogo de l'affrontement avec Sinestro. Une poignée de Yellow Corps les ont rejoint, dont la propre fille de Sinestro, Soranik. Appelés à la rescousse pour combattre Starro qui s'en prend à la planète Xudar, le Corps va se retrouver... capturé par Brainiac et rangé dans la collection de Larfleeze ^^ Pendant ce temps, l'âme désincarné d'Hal Jordan survit dans l'anneau qu'il s'est forgé lui-même et communique avec les Lanterns morts (dont Abin Sur, ce qui nous donne d'émouvantes "retrouvailles"). Ganthet et Sayd, sur la planète Nok, vont tenter de faire revenir Jordan, grâce à l'aide du White Lantern, Kyle Rayner ! On l'aura compris : c'est très dense, il y a beaucoup d'action, beaucoup de rebondissements, le tout pour notre plus grand plaisir ^^ Et puis, quand on a une scène d'action qui réunit Hal Jordan, John Stewart, Guy Gardener et Kyle Rayner... on dit merci et on profite ^^

- "Heroes" (n°13), en plus d'être pas trop mal dessiné et un épisode de transition très intéressant. Il se passe une cinquantaine d'années dans le futur et une mamy Xudarienne raconte à ses petits enfants, de son point de vue, le jour où Starro a débarqué sur leur planète (ce qui correspond aux épisodes de "Bottled Light") et comment elle a triomphé, grâce aux Green Lanterns, de la peur... ce qui lui permettra d'en devenir une - elle-même - plus tard ! A la fin, on s'aperçoit qu'en dépit du fait qu'elle est une grand-mère, elle est toujours une Green Lantern ^^ Rafraîchissant et bien fichu !


- "Quest for Hope" (n°14-17) : suite à la dernière saga, il a été décidé que le Sinestro Corps sous la houlette de Soranik prendrait ses quartiers sur Mogo et construirait sa batterie de peur à côté de la batterie principale des Lanterns. C'est la brillante idée de John Stewart ! D'ailleurs, il en a une autre : faire pour chaque secteur de l'espace un binôme entre un Green Lantern et un Sinestro Corps ! Avec pour première mission de procéder à l'interpellation des Sinestro Corps dans la nature aux fins d'intégration dans le nouveau corps dirigé par Soranik ou, en cas de refus, aux fins d'incarcération dans une techno-cage ! Cet arc plutôt sympa nous montre aussi une belle baston - sans anneau - entre Guy Gardner et Arkillo et à une mission spéciale d'Hal Jordan et de Kyle Rayner pour reconstituer le corps des Blue Lanterns !

- "The Prism of Time" (n°18-21) : une histoire franchement fouillon dans laquelle les corps unifiés doivent affronter leur première véritable crise... Un type appelé Sarko (no comment) débarque du futur pour briser l'alliance entre les jaunes et les verts. Rip Hunter, chargé de l'arrêter, vient lui-même du futur avec un anneau vert que lui a filé John Stewart dans un futur plus proche du notre... Pas désagréable à lire mais pas renversant non plus !

- "Fracture" (n°22) : il s'agit du premier épisode d'un nouvel arc dont je ne connais pas encore la suite. Une autre crise se profile et qui risque de briser l'alliance des jaunes et des verts... un Green Lantern aurait assassiné - pendant la traque des jaunes - un Sinestro Corps de sang froid... et un bandit tente de négocier sa liberté en promettant de taire cette information, plaçant ainsi Stewart et Jordan face à un incroyable dilemme... Clairement, là, mon intérêt est piqué au vif ! En espérant que la suite soit de la même qualité...


Bref, pour synthétiser - et même si je préfère nettement la série avec Jessica et Simon - cette série est pas mal du tout. Au-delà du problème graphique, elle a d'indéniables qualités dont la moindre n'est pas le fait d'axer tout sur le corps des Green Lanterns. Ainsi on voit à peu près autant Kyle, Guy ou John qu'Hal Jordan... ce qui n'est pas plus mal ! Seul petit bémol : même si on voit beaucoup Arisia, c'est quand même la plupart du temps coincée dans une case, sans texte ni rôle... Dommage !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 26/12/2017
Messages : 196
DC : M'gann M'orzz & Manhunter
Situation : Dirigeante tyrannique et misandre de Venturia, ancienne citée Atlante non submergée située sous Terre (Skartaris). Ennemie de Wonder Woman et Aquaman disposant du Trident de Poséidon !
Localisations : Skartaris
Shadowpact
MessagePosté le: Sam 14 Juil 2018 - 19:07
Merci beaucoup pour ce récap des évènements chez les Lanterns Smile

Personnellement je n'arrive pas du tout à me mettre au rebirth, dont je n'ai lu que des passages parci parlà sur Internet, toujours plus occupés par des récits plus anciens.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5446-queen-clea-la-perversion-de-la-philosophie-de-william-moulton-marston#74937
Inscription : 05/12/2016
Messages : 3624
DC : Ra's Al Ghul.
Situation : Cherche sa propre voie.
Localisations : Metropolis.


MessagePosté le: Sam 14 Juil 2018 - 23:32
Il faudrait que je lise du Hellboy à l'occasion, je n'en connais que les films et quelques détails glanés par-ci par-là... D'autant que le dessin a effectivement l'air de valoir le détour !

Pour ma part, bien que je suive les deux, je préfère cette série Green Lantern à l'autre, mais je suis parti pris puisqu'elle compte deux de mes favoris du DCverse (Hal et Kyle). Content néanmoins que tu y trouves ton compte, même si les meilleurs moments du titre sont - à mon sens - encore à venir par rapport à là où en est la publication !


« No cape. No tights. No offense. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4444-superboy-rebirth http://dc-earth.fra.co/t4287-superboy-i-m-no-superman
Inscription : 18/01/2016
Messages : 3990
DC : Razorsharp, Dolphin & Tara Markov
Localisations : Ivy Town
Shadowpact
Justice League
MessagePosté le: Dim 15 Juil 2018 - 7:21
Alors si le meilleur reste à venir, je serai d'autant plus attentive à la suite de la publication ^^

Sinon, sur Rebirth, je trouve quand même que globalement c'est plutôt pas mal. Après, ça a aussi le défaut de toute série de comics : son côté "soap opera" qui fait qu'il est par moments difficile de prendre une série en route sans avoir lu les épisodes précédents... raison pour laquelle, parfois, je préfère quand même lire des mini-séries ou des graphic-novels des temps passés ^^

*
* *

Et sinon, par rapport à Hellboy qui est réellement et décidément de l'excellente came, j'ai lu...

HELLBOY - THE CORPSE AND THE IRON SHOES (DARK HORSE COMICS, 1996)
DARK HORSE PRESENTS ANNUAL 1999 (DARK HORSE COMICS, 1999)
DARK HORSE PRESENTS (VOLUME I), 151 (DARK HORSE COMICS, 2000)
HELLBOY - KING VOLD (DARK HORSE COMICS, 2000)
HELLBOY PREMIERE EDITION (DARK HORSE COMICS, 2004)
HELLBOY - THE CROOKED MAN, 1-3 (DARK HORSE COMICS, 2008)
HELLBOY IN MEXICO (DARK HORSE COMICS, 2010)
HELLBOY - DOUBLE FEATURE OF EVIL (DARK HORSE COMICS, 2010)
HELLBOY - HOUSE OF THE LIVING DEAD (DARK HORSE COMICS, 2011)
DARK HORSE PRESENTS (VOLUME II), 7, 31 et 32 (DARK HORSE COMICS, 2011, 2013-2014)
HELLBOY - THE MIDNIGHT CIRCUS (DARK HORSE COMICS, 2013)
HELLBOY 20TH ANNIVERSARY SAMPLER (DARK HORSE COMICS, 2014)
DARK HORSE PRESENTS (VOLUME III), 7 (DARK HORSE COMICS, 2015)

... c'est à dire le premier tome des "complete short stories" d'Hellboy (qui en comportera deux) que vient de sortir Dark Horse Comics.

Et y a pas à dire ça dépote !


Côté scénario, tout est de la plume de Mike Mignola donc c'est drôle, rétro, intelligent, palpitant et un peu horrifique !

Côté dessins, les 15 histoires du recueil ont été dessinées :

- pour 7 d'entre elles par Mike Mignola lui-même dont le style - du moins on pourrait se prendre à le croire - est le seul qui peut servir l'ambiance particulière de la série !
- pour 4 d'entre elles par l'immense Richard Corben (Den) qui arrive, l'espace de ces histoires, à faire oublier le dessin de Mignola. Ça c'est la très, très bonne surprise du recueil ^^
- pour les 4 restantes, elles ont été dessinées par Duncan Fegredo (dans un style proche de Mignola finalement... du coup Fegredo souffre clairement de la comparaison), Mike McMahon (dont le style rappelle celui de Marc Hempel ou de Darwyn Cooke et il souffre, aussi, clairement de la comparaison), Fabio Moon et Gabriel Ba (dont le style rappelle celui de Mike McMahon qui... enfin, bon vous avez pigé ^^)

Bref, globalement c'est loin d'être la cata et c'est même magnifique quand le dessin est assuré par Mignola (mais on s'en doutait) ou par Richard Corben (la bonne surprise !).


La sélection de ces histoires courtes est chronologique (non pas par rapport à la publication : de ce côté là, ce TPB comporte des histoires publiées entre 1996 et 2015) : la première se passe en 1947, la dernière en 1961.

On aura deux récits mettant en scène le jeune Hellboy, alors qu'il est sous la charge du BPRD et du Professeur qui a été témoin de son apparition dans notre monde en 1945 et qui va être soumis à des tentations infernales pour obtenir de jouer le rôle qu'il doit réellement jouer dans l'univers (le moine Raspoutine n'est pas d'ailleurs étranger à cela, comme son cirque de minuit dans un numéro particulièrement savoureux).

Par la suite, Hellboy prendra dès le milieu des années 50 sa taille adulte (alors qu'il n'a que 11 ans, grosso modo) et deviendra agent de terrain. On assistera à diverses missions où il doit se castagner avec des monstres paranormaux. Une série se déroulant au Mexique (et majoritairement illustrée par Richard Corben) est particulièrement réussie. Hellboy se coltinera des vampires, fera équipe avec des catcheurs mexicains, deviendra lui-même catcheur, catchera avec une créature digne de celle du Dr. Frakenstein, cognera sur un loup-garou et même... se mariera ^^


On l'aura compris, l'épisode mexicain est vraiment génial ! Tout comme la mini-série "The Crooked Man", dessinée par Richard Corben, et qui se passe dans les montagnes de Virginie (en 1958). Hellboy vient enquêter sur des actes de sorcellerie dans une communauté agraire très pieuse et fait équipe avec un gars du coin qui a vendu son âme au Diable mais souhaite le chasser de ces terres et sauver ces autres pauvres victimes... Je n'en dit pas plus mais c'est clairement la meilleure histoire du recueil (pas si courte cette histoire qui fait bien ses 75 pages !). Elle développe une ambiance proche des nouvelles de Lovecraft et ça, nécessairement, j'adore !

Mais Hellboy se coltinera plein d'autres créatures : il devra faire en sorte d'annuler un échange de bébés réalisé par des Kobolds, sera confronté à un Dieu égyptien un peu jaloux, à une maison qui tue et j'en passe et des meilleures !


Un TPB très réussi qui oscille entre l'agréable et l'indispensable. A quand une traduction en VF ? Plus qu'une curiosité, un complément essentiel pour les fans d'Hellboy !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 18/01/2016
Messages : 3990
DC : Razorsharp, Dolphin & Tara Markov
Localisations : Ivy Town
Shadowpact
Justice League
MessagePosté le: Lun 16 Juil 2018 - 17:30
Toujours dans le rayon de la BD d'épouvante bien fichue, voici relu une petite pépite, en l'espèce...

COURTNEY CRUMRIN AND THE NIGHT THINGS, 1-4 (ONI PRESS, 2002)
COURTNEY CRUMRIN AND THE COVEN OF MYSTICS, 1-4 (ONI PRESS, 2002-2003)
COURTNEY CRUMRIN IN THE TWILIGHT KINGDOM, 1-4 (ONI PRESS, 2003-2004)
COURTNEY CRUMRIN AND THE FIRE THIEF'S TALE (ONI PRESS, 2007)
COURTNEY CRUMRIN AND THE PRINCE OF NOWHERE (ONI PRESS, 2008)

... bon, c'est à dire l'intégrale des premières aventures de Courtney Crumrin, publiées en VF chez Akileos, et signées par le très inspiré Ted Naifeh, dont le dessin est - je trouve -un mélange intéressant entre Mike Mignola et Andi Watson (Skeleton Key).


Bon, mais c'est qui d'abord Courtney Crumrin ? Il s'agit d'une gamine un peu paumée, une toute petite ado qui considère que ses parents sont un peu des crétins, qui n'a pas d'amis et qui a une petite tendance à se morfondre sur son sort... un jour, ses parents décident de quitter leur quartier modeste pour s'installer dans le quartier résidentiel le plus luxueux de la ville... sauf qu'il s'agit de vivre avec l'Oncle Aloysius, un vieil excentrique qui n'a que mépris pour ces nouveaux arrivants !

Sauf que Courtney est un peu différente... plus curieuse que ses propres parents, plus malinettes, elle va farfouiller un peu partout et se rendre compte que... son tonton est un sorcier !

Et ça, ça va pas mal l'aider dès le premier numéro : entre une bande de jeunes richards qui veut la racketter et Butterworm, un hobgolin bouffeur d'enfants (qui a dévoré son seul ami jusqu'à présent !), Courtney entend se servir d'un livre de sorts de son tonton pour faire d'une pierre, deux coups ^^


Bon, on l'aura compris : Courtney Crumrin, c'est un mélange entre Harry Potter et Hellboy et Beverly Hills et tout un tas d'autres trucs. C'est aussi une série quasi-initiatique dans laquelle Courtney va, petit à petit, se révéler en tant que sorcière mais aussi en tant que personne. Beaucoup de choses seront axées sur sa relation avec son tonton (un bel handicapé émotionnel aussi) mais aussi sur la nécessité de grandir et de changer !

La première mini-série (Courtney Crumrin and the Night Things) nous présente les personnages et nous montrent leurs premiers pas et... qu'est ce que c'est rafraîchissant ! Notamment l'épisode de l'échange de bébé et de l'escapade de Courtney à Goblinville !

La deuxième mini-série (Courtney Crumrin and the Coven of Mystics) nous en apprendra plus sur l'organisation de la magie dans ce monde (là pour le coup, ça fait très Harry Potter). Il y aura une enquête, un monstre qui fait vraiment peur (Tommy le décharné), une trahison dans le camp des sorciers, un bouc-émissaire tout trouvé avec un habitant du monde des fées et... un coup de théâtre montrant le caractère implacable de Courtney ! Une excellente mini-série donc ^^


La troisième mini-série (Courtney Crumrin and the Twilight Kingdom) est plus légère. Courtney doit suivre le samedi des cours avec d'autres jeunes sorciers et s'aperçoit - avec effroi - qu'elle n'arrive pas non plus à s'intégrer à eux ! Pourtant, c'est vers elle qu'ils se retournent quand il s'agit d'annuler un sort qu'ils ont jeté à l'un de leur camarade... et ils vont devoir, tous ensemble, se lancer dans une quête, passant par Goblinville et le château de la Dame Effroyable (Titania ?) pour se rendre jusqu'aux vergers du Roi de l'Ombre... Une super lecture, là aussi !

Les deux histoires suivantes ont été publiées sous forme de Graphic-Novel. En VF ça a été regroupé sous le titre "Courtney Crumrin et les effroyables vacances". Et le titre me semble très juste. Courtney part avec son tonton en Europe, en Roumanie, puis en Autriche, passer des vacances... Mais le tonton lui cache quelque chose : au programme vampires et loups-garous mais surtout pas mal de bleus à l'âme...


On l'aura compris, Courtney Crumrin est une héroïne réellement attachante qui évolue dans un univers à la fois drôle mais aussi enchanteur et effroyable. Entre l'émerveillement et l'horreur, entre la poésie froide du monde des fées et la chaleur humaine qui peut être à la fois brutale ou tendre, la série oscille entre différents registres, lui conférant une profondeur indéniable. Bref, un chef d'oeuvre et un must-read : ne vous arrêtez pas à l'apparence enfantine de la série, elle cache beaucoup de trésors et récompense toujours le lecteur ! Du moins la lectrice que je suis en est sortie tourneboulée ^^


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 18/01/2016
Messages : 3990
DC : Razorsharp, Dolphin & Tara Markov
Localisations : Ivy Town
Shadowpact
Justice League
MessagePosté le: Lun 16 Juil 2018 - 23:24
Et comme on ne dira jamais assez de bien de la politique éditoriale d'Urban Comics, je dois admettre que c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai lu...

JUSTICE LEAGUE, 23-24 (DC COMICS, 2017)
ACTION COMICS, 982-983 (DC COMICS, 2017)
FLASH, 26-27 (DC COMICS, 2017)
HAL JORDAN AND THE GREEN LANTERN CORPS, 23-24 (DC COMICS, 2017)

... soit tout simplement le contenu du magazine VF Justice League Rebirth n°14, paru il y a une dizaine de jours.


Comme d'hab', on en a pour son argent avec 8 épisodes au total pour 5,90 €. D'autant plus que le sommaire de ce mois-ci est plutôt réussi (et même carrément !). Mais voyons ça de plus près. Nous avons :

- Justice League n°23 et n°24 pour lesquels Bryan Hitch laisse temporairement les manettes du scénario à Tom DeFalco (n°23) et Dan Abnett (n°24). Le premier des épisodes est axé sur Jessica Cruz et ses éternels dilemmes quand - lors d'une baston contre un terroriste américain-patriote-baisé-de-la-caisse qui veut tuer plein de gens - elle fiche la trouille à une petite fille... Plutôt pas mal et le dessin de Tom Derenick se laisse regarder (mais sans enthousiasme). Le second épisode est une grande bagarre entre Mera (qui fout la pâtée à la Ligue) et la Ligue. Dessiné par Ian Churchill (graphiquement c'est déjà mieux), l'épisode se laisse lire... mais vraiment sans plus pour le coup. Bref, ce mois-ci Justice League ne fait pas des étincelles... Dommage !


- Action Comics n°982 et n°983 poursuivent l'arc Revenge attaqué le mois dernier. Pour rappel Cyborg Superman, Eradicator, Zod, Blanque, Mongul et Metallo ont décidé de foutre la pâtée à Superman et... le rendent aveugle. Obligé de se réfugier avec sa famille dans la Forteresse de Solitude, il doit à nouveau répondre à un assaut de ses pires ennemis... heureusement pour lui une Super-Team a été constituée sous la houlette de Luthor pour riposter (avec Supergirl, Steel, Lana Lang et ses super-pouvoirs et le nouveau Superman asiatique). Franchement, un arc époustouflant dont j'ai hâte de lire le dénouement ! Du pur Dan Jurgens, avec des dessins de Jack Herbert (n°982), Jose Luis (n°982) et Viktor Bogdanovic (n°983) collant parfaitement à l'ambiance ^^

- Flash n°26 et 27 voient le dénouement de l'arc "Plus vite que la peur" dans lequel Thawne a enlevé Iris et l'a emmenée au 25ème siècle pour finir de briser la vie de Flash. Le rejoignant sur place, Flash apprend les véritables raisons qui pousse Thawne à lui pourrir la vie et... est démasqué devant Iris ! Un final apocalyptique (mais un brin triste) pour un arc parfaitement réussi. J'adore ! Joshua Williamson est vraiment excellent au scénario ! Quant aux dessins de Howard Porter, ils sont particulièrement réussis !


- Hal Jordan and the Green Lantern Corps n°23 et 24 mettent toujours à mal avec l'arc "Fracture" la sainte alliance entre les jaunes et les verts. Car maintenant Stewart et Jordan sont au courant : Tomar-Tu a tué de sang-froid un Yellow Lantern et les conséquences vont être lourdes. Plus un gros gros clash entre Soranik et Rayner et encore un team-up entre Arkillo et Gardner. Franchement, ça envoie du lourd ! Et c'est toujours Robert Venditti à la manœuvre avec une double ration d'Ethan van Sciver ce mois-ci, aux dessins !

En conclusion, hormis les épisodes de Justice League (clairement de transition) que j'ai trouvé un brin faiblards, le sommaire de ce mois-ci est une véritable tuerie !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 29/06/2014
Messages : 10843
DC : The Bat ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Ven 20 Juil 2018 - 18:22

Justice League #4 poursuit sur la même voie, le même domaine, les mêmes thèmes et les mêmes tics que précédemment. Même si c'est moins fort, moins puissant, car nous sommes ici au milieu de la saga que Scott Snyder développe depuis le #2, et qui est toujours aussi foutraque mais intense.
Je m'amuse énormément dans cette ambiance de fin du monde et de cosmique qui se veulent cool et fun - et ça fonctionne. Les nouvelles Forces développées ici sont intéressantes, même si je trouve que ça va trop vite sur les bases pour se concentrer sur des effets extrêmes ; mais c'est un détail.
C'est fun, bien dessiné par Jorge Jimenez, et très bien rythmé ; je suis très client, vivement la suite !


Tom King est toujours passionnant sur Batman #51, et confirme son projet d’écrire un Bruce Wayne sous l’émotion, sur la corde raide. Si son aspect suicidaire et brisé se ressentait beaucoup jusqu’à la fin de I Am Bane, les numéros suivants laissaient apparaître un Batman avec de l’espoir, lié à l’amour et à la possibilité du bonheur ; le #50, fort prenant, prouva le contraire, et on est donc sur l’après. Dans le dur.
En jouant sur le contrepied de l’attendu, en s’inspirant de l’excellent Douze hommes en colère, en surfant encore sur sa maestria de gestion de l’émotion et du silence, Tom King livre un récit rude et prenant, encore une fois ; mais, surtout, c’est le magnifique Lee Weeks qui illustre, et c’est encore une fois juste magnifique.
Une proposition fort pertinente et prenante, en plus sublime graphiquement ; si le bonheur fuit Bruce Wayne, le lecteur intéressé le trouve bien souvent dans ce titre !


J'avais commencé et aimé la série The Flash au Rebirth, mais lâché pour d'autres lectures. J'ai repris à l'occasion de la dernière saga, Flash War, où Barry Allen & Wally West s'affrontent, le premier voulant empêcher le second de "briser" la Speed Force, car Hunter Zolomon (le Vilain Zoom, mais à la base ami de Wally) l'a convaincu qu'il libérerait ainsi Jay & Irey, ses enfants perdus.
C'est bien. Même si la saga ne mérite pas son nom (c'est une dispute, pas une guerre), Joshua Williamson gère extrêmement bien ses personnages et ses rebondissements ; c'est bon, c'est fort, c'est fun, c'est rempli d'émotions, et de la bonté des Flash. Howard Porter revient sur l'une des séries qui ont fait sa renommée, et ça fonctionne vraiment bien.
Une belle réussite, qui en plus ramène quelqu'un et permet d'espérer pour plus de retours ; c'est vraiment top, et très positif. Quel plaisir.


A la base personnage créé dans un dessin-animé, repris dans une veine très sombre de l'univers Marvel, X-23 a eu plusieurs vies, et est donc passée de jeune prostituée perdue à tueuse sans pitié, jusqu'à devenir apprentie de son "père" Wolverine, pour finalement le remplacer sous ce pseudonyme à sa disparition. Sa dernière série a ainsi achevé l'évolution de Laura, en lui donnant en outre une "soeur", une clone plus jeune et fun.
Ici, Mariko Tamaki reprend le scénario, et signe avec Juann Cabal ce X-23 #1 qui est une belle réussite. Vu le retour annoncé du véritable Logan, elle perd donc son pseudonyme, mais demeure avec Gabby, et se concentre encore sur le trafic du matériel génétique des mutants, utilisé pour créer des armes ; c'est pertinent, en lien avec l'actualité, et le retour ici des Stepford Cuckoos est une idée.
Avec des dessins solides et plutôt jolis, c'est un bon lancement, qui donne envie de lire la suite ; content que Laura demeure dans ce statut, et continue de grandir comme personnage.


Je suis toujours fan de ce que Tom Taylor propose dans X-Men Red #6, qui prend la suite thématique des derniers événements et achève la construction du groupe. Via Nezhno, qui est ici bien plus construit que précédemment, mais via aussi l'humour de Gabby, la pertinence profonde des actions de Jean, et la reconstruction de Cassandra Nova en Vilaine charismatique et intelligente, l'auteur s'en sort vraiment très bien, et ne cesse de confirmer le bien qu'on peut penser de lui.
Carmen Nunez Carnero prend la suite d'Asrar, et si son style diffère un peu, cela demeure très bon et solide ; un qualificatif qui correspond totalement au titre, qui est définitivement la meilleure chose arrivée aux X-Men depuis longtemps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Inscription : 29/06/2014
Messages : 10843
DC : The Bat ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Ven 20 Juil 2018 - 20:09

Jason Aaron s'amuse grandement dans Avengers #5, et m'embarque avec lui. Si, jusque-là, sa saga était fort classique, dans le fond (les Célestes attaquent la Terre, des héros se réunissent par hasard), dans la forme (la narration, l'éclatement des membres à venir), et seuls son sens du dialogue, sa maîtrise des personnages et l'évocation des Prehistoric Avengers faisaient la différence ; mais ce numéro change tout.
En lâchant complètement les chevaux, en offrant une (énième) explication à l'originalité de la Terre dans l'Univers (avec tant de héros et métahumains), mais surtout en jouant encore sur les dialogues, en assemblant ses héros et en allant à fond dans sa dernière page sur les idées WTF mais fun, l'auteur m'amuse énormément. J'ai conscience que ça risque de ne pas plaire ou d'excéder, mais ça me convient totalement, et la réunion des personnages est dynamique et très bien faite.
Quel dommage que Paco Medina, certes très solide, doive aider Ed McGuinness ; franchement, ça ne fait pas sérieux, alors que l'épisode est si agréable et fun !


Après la brillante réussite du #1, je craignais que la lecture Tony Stark : Iron Man #2 soit décevante ; heureusement, Dan Slott brille encore dans sa gestion du personnage principal, mais aussi de son casting secondaire déjà si bien fourni. Surfant à nouveau sur la haine viscérale qu'éprouve Stark à l'idée que sa technologie soit réutilisée sans son accord, en plus à des fins guerrières, l'auteur prend son temps pour caractériser Rhodey (qui souffre de reprendre une armure), Jocaste, son époux, Bethany Kane, et prépare même la future relation entre le nouveau venu et la mère de Tony (hélas toujours là).
C'est fun, c'est rigolo, c'est très dynamique, c'est très bien dialogué, c'est rempli de bonnes idées, et le casting est très fort et très vivant ; une réussite éclatante, exactement ce que je veux lire sur la série. Avec un Valerio Schiti en outre excellent, totalement dans le ton, ça donne une lecture jouissive pour le fan du personnage que je suis. Vivement la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Inscription : 18/01/2016
Messages : 3990
DC : Razorsharp, Dolphin & Tara Markov
Localisations : Ivy Town
Shadowpact
Justice League
MessagePosté le: Mar 24 Juil 2018 - 7:27
Je viens de découvrir et de lire une petite pépite, en l'espèce...

TANTRUM (ALFRED A. KNOPF INC., 1979)

... de Jules Feiffer, une des dernières légendes du comics encore en vie, qui a travaillé quasiment dès le début avec Will Eisner sur le Spirit et à qui l'on doit beaucoup, beaucoup de strips (et les illustrations du film "I want to go home" d'Alain Resnais). Il a, d'ailleurs, un prix Pulitzer pour son oeuvre dans les journaux ^^


"Tantrum" est l'histoire d'un père de famille, Léo, qui a en marre de sa vie et de ses responsabilités. Il déprime et menace à chaque fois de se jeter par la fenêtre au grand dam de Carole, son épouse, et de Phil et Ruth, ses enfants. Finalement, interpellé par Carole - une fois de plus - en lui disant qu'il faudrait qu'il grandisse un peu et assume ses responsabilités, il pique une grosse colère (le "tantrum") et décide d'avoir... 2 ans !

Et aussi sec, Léo retrouve le corps qu'il avait quand il avait 2 ans (tout en gardant son intellect). Et là, Feiffer va nous broder des situations sur un ton doux-amer associé à un très solide sens de l'humour, critiquant le monde prétendument responsable : en effet, Léo va être confronté à ses propres parents (qui semblent plus heureux quand il n'y a personne aux alentours), à son frère Charlie dont la réussite n'est qu'apparente, à ses frangines qui ne semblent pas réellement être heureuses pour au final revenir vers son épouse et quitter cet album sur un final aussi étonnant que réjouissant !


"Tantrum" qui est l'un des premiers comics à avoir été publié par une maison d'édition "sérieuse" (enfin qui édite des livres, quoi) est une oeuvre surprenante et est un hymne à la légèreté et au lâcher-prise.

En plus le dessin de Feiffer est très, très expressif.

Il existe une édition en français publié par l'éditeur québécois "Mécanique Générale" et distribué en France par les éditions du Seuil. Une curiosité à lire !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 18/01/2016
Messages : 3990
DC : Razorsharp, Dolphin & Tara Markov
Localisations : Ivy Town
Shadowpact
Justice League
MessagePosté le: Ven 3 Aoû 2018 - 8:55
Je viens de terminer, avec beaucoup de plaisir...

LEGION OF SUPER-HEROES, 298 (DC COMICS, 1983)
AMETHYST - PRINCESS OF GEMWORLD (VOLUME I), 1-12 (DC COMICS, 1983-1984)
AMETHYST - PRINCESS OF GEMWORLD ANNUAL, 1 (DC COMICS, 1984)
DC COMICS PRESENTS, 63 (DC COMICS, 1983)
AMETHYST - PRINCESS OF GEMWORLD (VOLUME II), 1-11 (DC COMICS, 1985)

... l'ensemble étant regroupé dans le volumineux (645 pages) tome de la collection "Showcase Presents" (des pavés de 500/600 pages en noir et blanc rééditant 20/25 épisodes d'une série et vendus à prix réduit) consacré à Amethyst !


Scénarisée par Dan Mishkin et Gary Cohn, dessinée essentiellement par l'excellent Ernie Colon (mais on retrouve également Paris Cullins, Ric Estrada, Alex Saviuk, Kurt Schaffenberger et même... Dan Jurgens ^^), Amethyst est une série qui ne paye pas de mine mais qui est un véritable régal à découvrir !

La première mini-série (en 12 parties) nous narre le difficille apprentissage du Gemworld par la Princesse Amethyst... qui n'est en fait qu'Amy Winston, une fille de 13 ans qui pensait n'avoir rien d'extraordinaire ! Sauf que pour son anniversaire, elle a eu une pierre précieuse (une améthyste) qui lui a été envoyée par Citrania, la Magicienne du Gemworld... et en mettant cette pierre autour du cou, Amy passe dans la dimension du Gemworld... et devient Amethyst, d'environ une dizaine d'années plus vieilles qu'Amy, qui a des pouvoirs magiques et qui est l'une des 12 nobles dirigeants le Gemworld !


D'ailleurs, les dirigeants du Gemworld tirent tous leurs pouvoirs d'une pierre. Et ils sont plus ou moins en bons termes les uns avec les autres. Dans la première série, il va falloir pour Amethyst les unir sous sa bannière pour faire tomber Dark Opal, l'un des leurs, un despote qui faire régner la terreur !

Par la suite, Amethyst regagnera la Terre pour tenter de mener sa vie normale de collégienne (une jeune princesse du Gemworld, de la Maison d’Emeraude l'a accompagnée et se fera passer pour sa cousine) mais les ennuis du Gemworld la rattraperont : d'abord par l'action de la mystérieuse Fire-Jade qui a juré la perte du Gemworld puis par celle de Démons Très Anciens qui entendent faire respecter un drôle de contrat passé par Citrania lors de la naissance du Gemworld...

Je n'en dit pas plus tant l'histoire est palpitante ! Le Gemworld est un panier de crabes, d'ailleurs. Et même parmi les alliés d'Amethyst, c'est pas toujours joli-joli : Lord Aquamarine est - par exemple - un despote qui tyrannise ses sujets. D'autres passent le plus clair de leur temps à intriguer. Il y a un côté assez proche - je trouve - de l'ambiance (le désert et les vers des sables en moins) que l'on peut trouver dans "Dune". Pire même ! Lady Emerald sera clairement assassinée (mais pas par Amethyst) pour les besoins de la cause ^^


Le dessin est somptueux et déroule sous nos yeux un univers enchanteur. Il me fait énormément penser au travail de Colleen Doran sur "A Distant Soil" ce qui est carrément une bonne chose. Mais au-delà de l'aspect féerique, ce monde étrange peut également être inquiétant et terrifiant, pour peu qu'on y mette son nez d'un peu trop près ^^

Enfin le personnage d'Amy qui n'est une grande guerrière magicienne que dans le Gemworld est intéressant : comment quand on a - en fait - que 13 ans conserver l'amour de Lord Topaz et éviter de se le faire souffler par sa copine Turquoise ?

En plus Amethyst fait partie du DC-verse, comme nous le montre cet épisode de "DC Comics Presents" relativement fade où elle est en duo avec Superman.

En résumé, une intéressante série qui vaut clairement le détour !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 29/06/2014
Messages : 10843
DC : The Bat ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Ven 3 Aoû 2018 - 9:04
Ca a l'air pas mal ! Je crois que ça avait été relancé au début du New52.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Inscription : 05/12/2016
Messages : 3624
DC : Ra's Al Ghul.
Situation : Cherche sa propre voie.
Localisations : Metropolis.


MessagePosté le: Ven 3 Aoû 2018 - 12:01
J'ai effectivement souvenir d'avoir croisé le personnage, notamment pendant Futures End.


« No cape. No tights. No offense. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4444-superboy-rebirth http://dc-earth.fra.co/t4287-superboy-i-m-no-superman
Inscription : 03/11/2017
Messages : 296
DC : M'gann M'orz & Queen Clea
Situation : Procureur
Localisations : Los Angeles
MessagePosté le: Ven 3 Aoû 2018 - 18:12
Comme j'ai fais ce choix de personnage, dont j'en savais assez peu, j'ai trouvé la série en VO sur le net afin de faire ma fiche.




C'est une bien belle découverte !

L'histoire est assez classique, Kate Spencer désabusée par l'impunité d'un criminel choisit de lui régler son compte en enfilant un costume et en s'équipant d'armes diverses, mais tranche déjà par le fait qu'elle l'assassine sans broncher. En tant que procureur elle appel à la peine de mort et en tant que justicière elle cherche à tuer, en tant que maman elle est absente, négligée, en tant qu'ex-femme insupportable et sur la défensive, elle fume trop... bref un personnage peu sympathique mais pourtant le deviens vite.




Le scénariste Andreyko peut écrire l'origine de ce nouveau personnage de manière assez libre et intelligente. Il y a bien peu de bagarre, c'est le personnage qui prime plutôt que l'action.
Son évolution positive sur tous les plans justement la rend attachante au fur et à mesure, subimée par les dessins de Saiz (bien qu'après avoir lu OMAC Crisis, Kate Spencer est la copie Sasha Bordeaux ^^).
A ce sujet la série se déroule dans ce qui est pour moi l'Age d'Or scénaristique de DC : Identity Crisis/Infinty Crisis/52. Des liens sont fait, les super-vilains sont très bien écrits et c'est pour moi l'un des éléments les plus important quand on traite d'un héros, et quand un OMAC s'en mêle ça fais toujours plaisir de se remémorer le point culminant qu'est cette période pour DC.




Bref, j'en suis à la moitié et je recommande.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 29/06/2014
Messages : 10843
DC : The Bat ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Ven 3 Aoû 2018 - 21:11
Ha oui, c'est une très bonne série. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Inscription : 23/03/2014
Messages : 8463
DC : Queen Clea & Manhunter
Situation : Après avoir discrètement infiltrée des survivants martiens blancs trouvés sur Mars sur Terre, une altercation entre eux et les Red Rockets tourne au drame. Son enquête avec Mister Miracle aprend à M'gann que J'onn serait le responsable. Celui-ci semble invincible et lui annonce que le feu n'a plus d'effet sur elle. Elle apprendra que ce n'est que psychologique et tentera de se suicider lors de la bataille de Gateway City après avoir revu sa famille réanimés en Black Lanterns. Elle est depuis hospitalisée à St Camillus.
Localisations : Earth


MessagePosté le: Dim 5 Aoû 2018 - 14:37
Ça y est ! Je suis arrivé jusqu'au numéro 30 !

Bon, je vais pas pousser au delà et jusqu'à lire les autres épisodes où elle apparait et bientôt avant de poster ma fiche, même si la série Birds of Prey et Streets Gotham me font de l’œil...

Finalement, je suis content d'avoir choisi ce personnage pour m'avoir offert cette découverte, c'est un vrai coup de cœur, vraiment ! Smile
Et c'est la première fois qu'en lisant une série je perçoit tout l'intérêt du single, tout l'intérêt de lire les aventures d'un personnage mois par mois plutôt que tout d'un coup, car l'attachement aux personnages sera plus étalé, plus grand, l'attente sera autant un plaisir que la lecture, donnera du temps à l'imagination (comme ce que l'on fait en RP ici).
On va voir maintenant si elle m'inspire en RP justement.

(Pour ceux qui aimerait savoir comment lire tout ça, vous pouvez m'envoyer un MP Wink)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5125-miss-martian-l-heritage-blanc#69347
Inscription : 18/01/2016
Messages : 3990
DC : Razorsharp, Dolphin & Tara Markov
Localisations : Ivy Town
Shadowpact
Justice League
MessagePosté le: Mar 7 Aoû 2018 - 7:51
Relu pendant ces vacances l'une des comics les plus zarb que j'ai eu l'occasion d'avoir en main car...

TRUE SWAMP (VOLUME I), 1-5 (SLAVE LABOR GRAPHICS, 1994-1995)
TRUE SWAMP - UNDERWOODS AND OVERTIME (ALTERNATIVE COMICS, 2000)
TRUE SWAMP (VOLUME II), 1-2 (UNCIVILIZED BOOKS, 2011)

... soit la quasi-intégrale du "True Swamp" de Jon Lewis, narrant la vie, le quotidien et les non-aventures des drôles d'habitants d'un petit coin de forêt marécageux.


Le dessin pourra dérouter en raison de son aspect simpliste, enfantin, voir un peu maladroit. C'est le style de la série et ça lui donne aussi son charme, à la réflexion, même si clairement Lewis n'est pas le meilleur dessinateur du monde.

Non, l'intérêt majeur est de réaliser une série où les animaux et les insectes sont les héros, sans jamais totalement verser dans l'anthropomorphisme : Lenny, Hale et les autres héros ne sont pas des humains à têtes d'animaux. Ce sont des grenouilles, des marmottes, des lézards, des oiseaux... dont on connait les paroles et les pensées ! Par moments proches des nôtres (comme celles de Lenny, la grenouille dépressive, par moments guère intelligibles pour les humains que nous sommes !

Il est aussi intéressant pour Lewis de construire tout un système de croyances et de coutumes. Ainsi les animaux utilisent le nom des villes des humains comme monnaie pour leurs échanges (et une fois le nom remis au créancier, celui-ci peut librement imaginer quelle vie on peut mener dans une telle ville ^^). Il y a aussi la croyance que s'ils se comportent bien, après leur mort ils deviendront des humains dans la ville. Ou celle-ci, propre aux amphibiens : si la proie ne bouge pas c'est qu'elle doit être empoisonnée et qu'elle a été placée là par une sorte de divinité - le "Pink Guy" - pour empoisonner grenouilles et crapauds ^^ C'est la doctrine de l'agitatisme !

Il y a une foule de petites trouvailles qui rendent ce comics si savoureux : je pense notamment que dans le "True Swamp", on ne lit pas un livre, on le devient... Ainsi, la mouche - Zuchenberg - qui assiste Hale dans ses expériences et consigne ses pensées... est elle-même le journal de bord de Hale !

J'ignore ce que fiche, en revanche, dans la vie de tous les jours Jon Lewis car la série a près de 25 ans et seuls 9 comics sont sortis...

Le premier volume (1994-1995) se focalise sur les aventures de Lenny. Cette petite grenouille dépressive a comme meilleur ami Hale, la marmotte misanthrope mais industrieuse (qui a un talent inné pour l'injure). Un jour, Lenny, est kidnappé par un homme qui souhaite l'emmener en ville pour l'étudier. Quand celui-ci décide de le tuer, Lenny - inspiré par un peu de drogue [le conservateur présent sur les insectes en pot dont le nourrissait l'humain] et par une araignée apparue de nulle-part [et qui aura son importance dans la série]... arrive à tuer l'humain.


Et à partir de ce crime initial, notre grenouille va flipper pendant 4 épisodes ! Le tout ,pendant que le Peuple des Fées vient de forger une alliance avec les fourmis pour prendre le contrôle des environs !

Ces 4 premiers épisodes sont super-zarbs, limite inquiétants, mais fascinants à souhait !

Le dernier épisode (n°5) de cette première mini-série est un recueil d'histoires courtes, assez sympas, traitant de diverses légendes du "True Swamp". On notera que Jon Lewis s'adjoint au dessin, le temps d'une histoire Jason Lutes (Berlin, Jar of Fools) et Pat McEown (Grendel : War Child).

Par la suite en 2000-2001, deux one-shots sortiront dont je n'ai lu que le premier et dans lequel Lenny s'enfonce, un peu plus, dans la dépression depuis l'arrivée de Nikolas, une moisissure intelligente mais amnésique qui est devenu l'assistant de Hale sur son projet mystérieux (dont on ignore encore tout !).

En 2011, Lewis sortira deux numéros tirés à très peu d'exemplaires (500, les miens portent les numéros 13 et 18... c'est dire si ça s'est vendu ^^) qui nous introduit un moineau magicien et poursuit la découverte du monde par Nikolas !

La première série se trouve encore assez facilement à l'import. Le reste est plus coton à dénicher mais Lewis a publié il y a quelques années un TPB reprenant l'intégrale de ce qui est sorti à ce jour. Sinon, y a le wordpress de Jon Lewis qui file en ligne l'intégrale du volume II ainsi qu'une histoire courte (excellente !) tirée de l'épisode 5 de la première série ^^

Bon, on va dire que "True Swamp" est une curiosité qui peut engendrer des fans hardcore... au nombre desquels je suis ^^

Pas de VF, mais ça on l'aurait deviné ^^


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 18/01/2016
Messages : 3990
DC : Razorsharp, Dolphin & Tara Markov
Localisations : Ivy Town
Shadowpact
Justice League
MessagePosté le: Mer 15 Aoû 2018 - 9:03
Nouvelle (re)lecture de l'immense "trilogie"...

VIOLENT CASES (ESCAPE BOOKS, 1987)
SIGNAL TO NOISE (THE FACE, 1989)
MR. PUNCH (GOLLANCZ, 1994)

... de Neil Gaiman (scénario) et de Dave McKean (dessins, photographies, collages...).

Et là encore, c'est une immense claque dans sa gueule qu'on prend ! Quand on pense, d'ailleurs, que "Violent Cases" est le premier travail pour l'industrie du comics de Dave McKean (Arkham Asylum, toutes les couvertures de la série Sandman), on se dit qu'il y a des mecs qui sont quand même outrageusement doués !


C'est aussi un beau témoignage de l'immensité du talent de Neil Gaiman et de son évolution, somme toute, très rapide : 7 ans séparent "Violent Cases" de "Mr. Punch" et on voit la progression dans la narration gaimanesque ! Si "Violent Cases" peut - par moments - avoir l'air un brin maladroit, tel n'est pas le cas de "Mr. Punch" qui est d'une perfection époustouflante.

Mais de quoi tout cela parle-t-il ?

On pourrait considérer qu'au-delà de l'identité des scénariste et dessinateur, le point commun entre ses 3 graphic-novels est qu'ils traitent - tous trois - de l'art de raconter une histoire. Deux d'entre eux ("Violent Cases" et surtout "Mr. Punch") semblent trouver leur origine dans un souvenir d'enfance de Neil Gaiman (réel ou non), le dernier ("Signal to Noise" est une oeuvre de pure fiction.

Dans "Violent Cases", le comics s'ouvre sur Neil Gaiman - lui-même - tel qu'on a l'habitude de se le représenter : lunettes noires, blouson de cuir, clope au bec. Et il nous explique rapidement que son père lui a fait un jour mal au bras involontairement et qu'il a du consulter un ostéopathe. Un ostéopathe qui s'est avéré être l'ostéopathe d'Al Capone pendant la prohibition ! Et cet ostéopathe va aider le jeune Neil à surmonter certaines terreurs infantiles (comme celle des goûters d'anniversaire et des magiciens), tout au long d'une courte histoire, un brin farfelu qui navigue entre présent et passé, entre mémoire et mensonge.

Comme indiqué plus haut, "Violent Cases" n'est pas exempt d'une certaine maladresse. La narration est un peu "forcée", pas très subtile. S'il y a une perfection, c'est en revanche déjà du côté du graphisme : mélange de dessin et de photographie et de collage.


Dans "Signal to Noise" (dont le titre est tiré d'une citation de Roland Barthes), Gaiman narre les non-aventures d'un réalisateur à qui l'on vient de diagnostiquer un cancer mortel du poumon. Il sait qu'il n'en a plus pour longtemps et qu'il n'aura pas le temps de tourner le film qui devait être son chef d'oeuvre. Du coup, il va l'imaginer dans sa tête et nous suivrons un tournage qui n'aura jamais lieu. Tournage qui tourne autour d'une idée complètement en lien avec la situation présente du "héros" : c'est l'an 999, le 31 décembre, et des villageois craignent qu'à la fin de la journée - pour le passage à l'an 1000 - le monde s'arrête...

Une oeuvre dérangeante, peu aimable, aux images saisissantes (les plans du "tournage" sont magnifiques) et à la narration totalement maîtrisée. Là encore, ça pose la question de l'histoire non pas sur le plan de sa véracité (comme dans "Violent Cases") mais sur le plan de sa réalité (à partir de quand une histoire existe-t-elle ?) et de son apparition dans le monde (ce qui va distinguer le bruit du "signal", du message).

Enfin, "Mr. Punch", réalisé si mes souvenirs sont bons alors que les 75 numéros de Sandman sont sortis, revisite un souvenir d'enfance qui semble on ne peut plus réel : le jeune Neil est chez ses grands-parents tandis que sa mère est sur le point de lui donner une petite sœur. Il s'ennuie au bord de la plage (une histoire similaire a déjà été narrée dans Miracleman : the Golden Age) et s'intéresse à un marionnettiste qui anime un spectacle de Mr. Punch et de Judy (une sorte de théâtre de Guignol en beaucoup plus flippant). En parallèle, on comprend (le narrateur, nous-même mais pas le petit Neil) que son grand-père a mis enceinte une de ses salariées (il tient une sorte de parc d'attractions tout pourri) et que ce dernier ne sait pas trop que faire...


C'est une oeuvre qui est pénétrée par une terrible mélancolie mais qui est magnifiée par l'art de la narration de Gaiman (le parallèle entre Mr. Punch et la réalité) et le graphisme époustouflant de McKean. Pas une oeuvre aimable (tout comme les deux autres) mais une oeuvre parfaite.

Tout a été édité en français, notamment aux excellentes éditions "Au Diable Vauvert".

Et ce sont clairement des must-reads.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 18/01/2016
Messages : 3990
DC : Razorsharp, Dolphin & Tara Markov
Localisations : Ivy Town
Shadowpact
Justice League
MessagePosté le: Sam 18 Aoû 2018 - 8:51
J'avais déjà chroniqué le n°1, j'ai mis la main sur le n°2, du coup j'ai lu et relu...

BIG NUMBERS, 1-2 (MAD LOVE, 1990)

... d'Alan Moore et de Bill Sienkiewicz, série qui aurait du comporter 12 numéros, dont seuls ces deux là sont sortis (même si une version inachevée du n°3 peut se trouver en ligne) et qui se voulait être une illustration dans le domaine de la BD des fractales de Mandelbraut (ne me demandez pas ce que c'est ^^).


Si le dessin est toujours parfait (c'est un des comics les plus beaux que je n'ai jamais vu), l'histoire s'éclaircit un brin. Nous y suivons les faits et gestes de quelques habitants de la ville d'Hampton, en Angleterre, au moment même où des promoteurs américains veulent construire un gigantesque centre commercial. De ce que j'ai pu comprendre du projet de Moore, il s'agissait d'illustrer au niveau "micro" (l'individu, l'entité familiale) les évolutions que l'on trouve au niveau "macro" (l'implantation de ce centre commercial mais aussi la réforme du système d'aide social, les coupes franches dans les crédits des hôpitaux psychiatriques, ...).


La principale héroïne est extérieure à Hampton : il s'agit d'une poétesse, Christine, qui - après 10 années d'absence - décide de revenir chez sa mère... et s'aperçoit que tout a changé. Elle illustre la notion d'impossible retour. Nous suivons aussi une mamie cleptomane qui sort de taule, un jeune prodige dont le père est dépressif...

... et tout cela dégage une telle impression de maîtrise de la narration et du dessin que l'on ressent l'immense oeuvre qu'est (et qu'aurait pu être sous sa forme complète) "Big Numbers".

Au fond, on se fiche presque de quoi ça parle (parce qu'en résumé, on voit bien que ça ne parle pas de grand chose), ce qui compte (et c'est le moteur de toute histoire, comme j'ai pu m'en rendre compte avec le travail de Gaiman sur Mr. Punch) c'est la manière dont on le raconte.


Et clairement, Alan Moore sait raconter les histoires.

Souvent, on dit que Moore a fait trois chefs d'oeuvre absolus : "Watchmen", "V for Vendetta" et "From Hell". "Big Numbers" aurait été, à mon sens, le quatrième et peut-être le plus beau.

(ce qui est marrant c'est que Moore - qui a définitivement renoncé à ce projet - avait laissé entendre que le comics n'était pas adapté pour narrer "Big Numbers" et qu'il aurait fallu en faire un film... alors que franchement les adaptations au cinoche de Moore sont franchement fadasses et édulcorées ["From Hell" qui perd toute sa puissance graphique] ou relèvent du divertissement sympathique ["V for Vendetta"] ou sont, au final, un brin anecdotiques et relèvent du fan-service ["Watchmen"])

Bon en résumé : "Big Numbers", monument (inachevé) de la bédé américaine et qui vaut clairement le détour. Je dis pas que c'est le truc le plus bouleversant que j'ai jamais lu en comics mais... ça doit en être pas loin ^^

Je me mets de côté la lecture des scans du n°3 jamais sorti que Moore et Sienkiewicz ont accepté de voir diffuser sur le net (de manière non commercial, il s'entend). Car, il est évident qu'après celui-ci, il n'y aura plus de nouveau "Big Numbers" à lire ^^


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 29/06/2014
Messages : 10843
DC : The Bat ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Sam 18 Aoû 2018 - 13:17
Pffou, c'est magnifique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Inscription : 05/12/2016
Messages : 3624
DC : Ra's Al Ghul.
Situation : Cherche sa propre voie.
Localisations : Metropolis.


MessagePosté le: Mer 12 Sep 2018 - 17:16
Beaucoup le savent, le moment où je me suis plongé sérieusement dans les comics coïncide à peu de choses près avec mon arrivée sur le forum. Mais cela ne veut évidemment pas dire que je n'ai pas eu l'occasion d'en lire quelques-uns par le passé, dont certains remontent à assez loin.

Malgré les années, j'en garde un souvenir assez précis ; par curiosité, je me suis donc débrouillé pour retrouver les premiers titres sur lesquels j'ai eu l'occasion de poser les yeux, ne possédant malheureusement plus la version physique à ce jour.

C'est ainsi que je suis (re)tombé sur le bien nommé Carnage : Mind Bomb, publié initialement en 1996.


Bon, premier constat : mes parents étaient sacrément irresponsables pour me laisser avec un truc pareil entre les mains, sachant que je ne devais pas avoir plus de sept ou huit ans. Savoir que ce titre associe le nom de Warren Ellis - qui n'est pas connu pour faire dans la dentelle - à celui de Carnage, il y a de quoi s'attendre à du lourd.

Et du lourd, c'en est effectivement, puisque cette jolie petite histoire nous fait suivre le docteur Kurtz, psychiatre, alors que celui-ci rend visite à Cletus Kasady AKA Carnage, alors emprisonné dans un institut de haute sécurité. Si le personnage lui-même ne paraît déjà pas très net alors qu'on nous le présente, ses travers sont évidemment insignifiants face à ceux de l'individu - de la créature - qu'il s'apprête à rencontrer.

Ainsi, leur dialogue - qui ne prend place qu'après avoir neutralisé le symbiote pour désarmer son hôte ; pas fou non plus - nous donne un aperçu de ce qui se trame dans la tête de l'un des plus grands tueurs en série de l'univers Marvel.
Chaque page se veut alors un pas de plus dans une marche vers l'horreur, nous laissant prendre toute la mesure de sa dégénérescence avec la fascination morbide qui convient.


S'il y a bien évidemment quelques planches assez trash dans le lot, l'on pourra s'étonner que le texte soit la véritable source d'effroi, Kasady prenant un plaisir non-dissimulé à décrire en détails toutes les perversions qui se trament dans son esprit malade avec une éloquence grandissante.

On en vient à percevoir Carnage non plus comme un « simple » génocidaire, mais une véritable personnification de la démence et du chaos - et c'est ce qui m'amène à considérer ce tome comme une réussite, car il confère à son sujet une profondeur permettant de le classer comme un archétype plutôt que comme un cliché du genre (ce que l'on tend à voir en lui bien souvent).

Bilan : si je m'en rappelais dans les grandes lignes, je n'étais bien entendu pas en mesure de saisir toutes les subtilités - sordides - de l'oeuvre à l'époque de ma première lecture, et dois dire que j'en sors avec une appréciation nouvelle pour le personnage.

À lire, donc - bien qu'il convienne d'y réfléchir à deux fois si vous pensez être une âme sensible.


« No cape. No tights. No offense. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4444-superboy-rebirth http://dc-earth.fra.co/t4287-superboy-i-m-no-superman
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Les comics que vous lisez en ce moment

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 21 sur 22Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22  Suivant

 Sujets similaires

-
» Les comics que vous lisez en ce moment
» Quel(s) livres lisez vous en ce moment?
» Ce que vous lisez en ce moment
» Ce que vous lisez en ce moment
» Combien de livres lisez-vous en même temps?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: Plateforme partage :: L'univers Comics :: Comics-