[JSA] Dans les ténèbres

Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Inscription : 02/05/2014
Messages : 180
DC : Animateur géré par Liberty Belle
Localisations : Coast City
New Titans
MessagePosté le: Sam 29 Avr 2017 - 19:40

Depuis le Tombeau de Nephren-Ka, les héros avaient franchi le seuil...

... et à travers le seuil, ils s'étaient élancés dans la lumière qui aveugle. Et ils voyagèrent en prenant des angles étranges et terribles, chevauchant l'éther et passant à une vitesse sans cesse accrue non loin de terribles astres, risquant à tout moment de franchir les portes de la folie et de l'horreur pour ne plus jamais revenir !

Le voyage était indescriptible car pour rejoindre leur destination ils devaient s'anéantir et se replier sur eux-même jusqu'à ne plus exister. Ils étaient des origamis humains et pouvaient voir pendant leur expérience de "déplacement" leur existence passée et présente. Toutes les facettes de ce qu'ils avaient jamais été. Ou auraient pu être. Ou seraient.

Et leur âme était comme leur corps : disséquée, dénudée à la manière d'un vieux fil électrique. Et ils voyageaient vers l'Univers-B. Vers Kadath. Vivant une expérience que l'on pourrait qualifier de métaphysique quantique. Voyageant sur le Train d'Einstein à la recherche des monstres ultra-terrestres. Une folie furieuse. Une vraie de vraie.

S'ils revenaient, ils n'auraient plus qu'à créer une secte et a proclamer avoir vécu une expérience messianique. S'ils revenaient.

*
* *

Ils réapparurent de l'autre côté. Sur un sol froid à la manière d'une dalle en pierre. Dans l'obscurité la plus profonde. La plus noire.

Une chose au sol paraissait en mauvais état. Cette chose, c'était leur ami. Martian Manhunter qui avait du mal à conserver sa cohésion, à protéger son intégrité physique.

Car l'endroit était malsain. Les oreilles des héros bourdonnaient. De drôles de démangeaisons les dérangeaient. Leur nez, leurs oreilles, leurs ongles saignaient. De vilains boutons apparaissaient sur leur peau.

Une torche apparut au loin. A une vingtaine de mètres de leur position. Ils purent voir qu'un homme s'approchait d'eux. D'un pas lent et assuré. L'obscurité commença à se lever et ils s'aperçurent qu'ils étaient dans un gigantesque sous-sol. Il n'y avait nulle trace de nazis. Et le plafond était d'environ 2 mètres de haut.

Marco Brandy fut le premier à s'exprimer en reconnaissant l'homme. Il se jeta au sol et implora :

"Maître ! J'ai suivi votre volonté ! Je ne veux pas tomber entre vos terribles mains, je vous en prie, ayez pitié de votre misérable serviteur !"

Car l'homme à qui s'adressait Marco, cet homme...


Tous l'avaient déjà croisé dans leurs songes. Liberty et Atom à deux reprises. Orion, quand il lui fut indiqué la localisation de la Cité aux mille piliers.

Le Roi-en-Jaune ! Celui dont la voix sifflante polluait leurs rêves !

Et il prit la parole. Et à la surprise de toutes et tous sa voix s'avéra normale :

"Bienvenue mes amis. La route a été longue jusqu'ici et vous comprendrez que nous sommes heureux de votre présence. Il ne m'a pas été facile de vous détourner de votre destin mais... d'innombrables existences comptent sur vous !"

[Le Roi-en-Jaune n'est pas hostile mais réserve bien des surprises. Vous pouvez l'interroger et je prendrai le soin de vous fournir les réponses. Les nazis ne sont pas ici. Et tout s'expliquera (du moins en partie) bientôt ! Bon jeu ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 616
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Lun 1 Mai 2017 - 19:33
La Justice Society of America est composée de Héros.
Totalement suicidaires - mais des Héros malgré tout.
Alors que Ray Palmer avait proposé de faire écrouler le plafond sur le vortex pour éviter que les horreurs de l'autre côté ne se déversent sur leur monde, les autres ont décidé de s'enfoncer à l'intérieur, pour suivre le trio de scientifiques Nazis déments qui entendent utiliser le pouvoir de Kadath pour dominer tout ce qui vit - et il les a suivis.

Au fond de lui, il est persuadé que le trio terrifiant ne survivra pas à leur arrivée de l'autre côté - mais s'il n'y a qu'une possibilité minime qu'ils réussissent leur plan impie, son équipe ne peut courir le risque. Et s'il a initialement voulu fuir en anéantissant tout autour du tombeau, il a bien compris pourquoi les autres ont voulu se lancer... et il a donc pris leur suite.

Cependant, si le scientifique n'entend plus jamais laisser ses proches et ses alliés en danger, et s'il considère donc avoir raison de les suivre... il ne peut s'empêcher de regretter, très vite, son geste.
Car leur voyage est sans raison - sans logique.
Mais rempli de douleur et de démence.

Il voudrait hurler, mais ne le peut pas. Il voudrait s'échapper, mais ne le peut pas. Il voudrait se défendre, mais il ne le peut pas.
Atom est une victime - étiré, torturé, rallongé, rapetissé, écorché, éviscéré... physiquement. Il est aussi brisé, massacré, violé, anéanti, égorgé dans son esprit, dans son âme elle-même.
Il n'y a pas de mot, pour décrire ce drame et l'abomination qu'il subit dans ce voyage hérétique.

Il voudrait hurler, oh oui ; mais ne le peut pas. Et cela en rajoute encore à l'horreur absolue du moment...


**
*
**

... qui prend fin.
Après ce qui semble être une éternité, qui le marquera encore longtemps.


"Hughn..."

Ray grimace. Par réflexe, il se touche le crâne, les membres, le torse... pour vérifier. Pour vérifier qu'il n'y a rien. Pour confirmer que tout ne fut que dans sa tête.
Pour certifier, définitivement, que leurs ennemis sont des monstres psychiques - qui paieront pour cela.


"Mon dieu..."

Sa vision, encore brouillée par les douleurs et la folie du voyage, se pose sur le sol... et sur une étrange forme, liquide et mouvante, au sol. Une forme verte. Une forme lui rappelant immédiatement leur ami...

"... c'est... J'Onn..."

Palmer se lève, hésite et tangue, puis s'approche rapidement de la masse douloureuse du Martian Manhunter. Un lien d'amitié réelle existe entre eux - il a débuté au sein de la Justice League, s'est fortifié durant leurs années de combat, et continue ici, au sein de cette nouvelle version de la Justice Society of America.
J'Onn J'Onzz est un ami sincère, en qui le scientifique a une totale confiance - et il refuse de le laisser tomber. Surtout pas dans un tel enfer.


"J'Onn... mon vieux..."

Atom grimace, et tente de penser à une solution pour sauver son ami... mais il n'en aura pas le temps.
Car, soudain, les Héros ne sont plus seuls.
Une torche apparaît, attire son attention, éclaire la zone - et une forme apparaît. S'il se concentre d'abord sur l'effet lumineux, qui lui permet de découvrir qu'ils sont dans un sous-sol anonyme, et que son corps est étonnamment couvert de boutons, qui accompagnent le sentiment de malaise général... ces impressions s'évaporent dans son esprit, quand il reconnaît le nouveau venu, qui s'adresse directement à eux.


"Non."

Il serre les poings, et sent sa mâchoire se crisper.
C'est le Roi-en-Jaune.
Celui qui les a terrorisés et manipulés dans le Royaume du Rêve. Celui qui semble être derrière tant d'horreurs et de plans impies dans cette sale histoire. Celui qui est apparemment le maître de Brandy, misérable larve qui se jette à ses pieds.

Le Roi-en-Jaune.
Leur ennemi. Leur cauchemar. Qui semble soudain parler normalement, comme s'il était lui-même enfin aligné avec eux - ou, plutôt, comme s'ils étaient tous enfin alignés avec lui.


"Donne-moi une raison."

Le scientifique s'avance, puis s'arrête à environ un mètre de l'ennemi.
Tout, en lui, irradie l'agressivité et la violence difficile à contrôler - très, très difficile à contrôler.


"Donne-moi une raison de ne pas écraser mon poing sur le visage derrière ce masque, et te rouer de coups pour ce que tu as fait à Dream et aux autres. On a vécu une très sale journée, Roi-en-Jaune... ne me provoque pas plus."

Une grimace glisse sur son visage - mais il prend une grande inspiration.
Il doit se calmer, se détendre ; essayer, au moins. Il y a trop de choses en jeu ici, pour se laisser uniquement aller à sa fureur.


"Et... et dis-moi pourquoi tu as besoin de nous... qui est ce "vous" que tu évoques, et ce que tu veux de nous..."

Atom se maintient - se contrôle.
Pour l'instant.


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 15/06/2016
Messages : 251
DC : none
Situation : devient hautement dangereux
Localisations : Présumé mort, quelque part dans un lieu oublié
Groupes : Sans pour l'instant

New Titans
MessagePosté le: Mar 2 Mai 2017 - 12:52

Ce n'était pas la première fois que je vivais ce genre d'expérience tortueuse et déboulonnante ...

Ma dernière en date avait été mon premier ressenti en sortant du mur de la Source. Même sensations, même envie de laisser sortir mon estomac par la bouche en prémisse de mes entrailles. Devenir une sorte de coulée biologique dans un fluide impalpable faute de mains n'était pas le genre d'expérience qu'on aimait subir, et la reconstitution à l'autre bout n'avait rien de bien agréable non plus.

De solide, vous devenez guimauve et ensuite vous vous reconstruisez d'une extrémité à l'autre en ressentant chaque cellule qui reprend ses droits ... /Heurk/ !

Nos vortex avaient au moins cela d'avantageux, vous passiez d'un bout à l'autre en entier sauf si vous vous y retrouviez coincé sans issue ...

Toujours est-il que je me retrouve debout de l'autre côté, époussetant mon uniforme comme si cette reconstruction y avait apporté son lot de poussière et surtout pour vérifier si tout était bien à sa place au final. Les doigts ? Ok ... Les pieds jusqu'à la ceinture ? Ouf ! Tout y est ! Même chose plus haut, on ne m'a pas inversé les yeux et la bouche ou les oreilles ... Déjà ça ! Mon armure et mon sublissime anatomie sont bien distinctes et mon A4 a suivi le mouvement ... Rien de plus ni de moins qu'à l'entrée ! Une aubaine !

Je me serais vu bien marri si une paire de seins, quelque soit la demoiselle qui me la fournisse, était venue se greffer sur mon torse musclé ou si quelqu'un d'autre s'était vu doté de mes attributs mâles sans mon consentement !

Rassuré par ces constatations inévitables, je fais le tour du port de destination ... Rien de bien transcendant ... Un sous sol ou une salle obscure d'ancienne texture. Pas un autel entouré de fidèles ou même de ces Nazis qui venaient de passer, j'aurais presque préféré rien que pour me défouler un peu de ce voyage perturbant ...

Mais non ... Juste un truc pas ragoûtant qui se plaint à terre et qui semble avoir vaguement forme humaine ... Martian Manhunter ? /Beurk/ ! Il avait mal passé le truc le pauvre ... à moins que ce ne soit ces lieux ? Mon armure s'est verrouillée dès mon arrivée, m'isolant de ce nouvel environnement dont elle me prévient qu'il n'est pas si accueillant que ça, d'où peut être aussi les problèmes du héros doué d'intangibilité ?

Je n'y vois pas comme en plein jour mais mes détecteurs se chargent du travail pour moi. Les lieux sont vastes bien que bas de plafond, j'ai tendance à me courber tant il est bas ... Un monde de lilliputiens ? Ou de petits très larges ? Curieux quand même ...

Mon attirail me confirme que nous sommes passés dans une autre réalité, chose presque anodine pour nous les Néos-Dieux, mais sensationnelle vis à vis des humains. Nous sommes dans une alternative de l'univers qu'ils nomment chez eux l'Univers-B ... Il y a du "doublon" dans l'air ou disons mieux, du "jumeau" qui risque d'être rencontré, enfin pour eux, pas pour moi ...

Je m'approche de la forme à terre, me demandant comment lui porter secours quand une lueur naît au loin, se rapprochant rapidement. C'est un homme, du moins un humanoïde qui tient une torche, une simple torche, et cet individu est celui qu'ils ont tous vu dans leurs rêves, le fameux "Roi-en-Jaune" ... Qui nous accueille comme une bénédiction au lieu de nous attaquer immédiatement comme le redoutaient mes petits camarades bien en mal d'air frais ...

Atom, qui n'échappe pas aux tourments du passage et de l'après reconstitution semble très éprouvé par l'état du Martien ... Et tourne son mécontentement vers ce nouveau venu ...

C'est le gars que vous avez vu en rêve ou je me trompe ? Je lui glisse en me penchant sur la forme parcourue de tremblements. Problème de reconditionnement à l'évidence, être dématérialisé et malaxé comme ça alors qu'on est sous forme instable sois même n'a pas arrangé les choses ...

Peut être lui manque-t-il un peu d'énergie pour se recomposer ? Rien ne coûte d'essayer et puis si on ne fait rien, il risque de se diluer définitivement ...


Je me concentre, tout en gardant un oeil sur le nouveau venu, et je fais monter l'Oméga dans mes doigts juste ce qu'il faut pour donner un petit coup à mon camarade délétère, un peu comme quand on inflige une décharge sur un coeur qui s'est arrêté pour le faire repartir ...

Doucement, j'enfonce mes doigts protégés par mon gant dans cette ... masse ? substance ? ce truc ?, et je libère une petite "joute" (traduction : décharge électrique brève) et les retire aussitôt ...

Le flux mauve se propage, mais rien ne dit que ça va marcher, du moins dans le bon sens ... Tant pis, je laisse faire et vient me mettre derrière Atom pour l'assister contre le masque jaune qui lui fait face ... Advienne que pourra pour Manhunter, je vois pas quoi faire d'autre pour l'instant à part le laisser digérer ... Pour conforter mon compagnon d'arme, je lui pose une main sur l'épaule avant de surenchérir :
Et où sont les autres ? Les Nazis ? Qu'est ce que vous voulez de nous ?



Foncer dans le tas et parler après si c'est encore possible, telle est ma devise !
My hostility kept me from making many friends.  --Orion (New Earth)
(Statut RP : 3/5)
(merci à John Constantine pour cet avatar)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mer 3 Mai 2017 - 18:31
J'Onn avait mal.

Plus que ça même, la souffrance était terrible. Plus que les autres, cet endroit l'affectait et lui volait ses forces, ses moyens et sa capacité a garder une forme solide. Il ne 'saignait' pas exactement comme les autres, mais il ressemblait plus a un mix entre une amibe et un homme, vert, et tremblant. Sans une gorge parfaitement formée, les bruits émis par la chose au sol étaient étrange et gutturaux. Il enregistra vaguement que quelqu'un lui parlait avec une grande inquiétude - Atom! Ray! Aides-moi! aurait-il voulu crier mais il n'avait pas de gorge pour le faire - et le regard dégoûté/horrifié des autres posé sur lui.

'Reprends-toi, J'Onn!' Son esprit en ébullition lui cria aussi fort que possible. 'Combat cet endroit, reprends pieds!'

Miraculeusement, ses paroles mentales eurent un certain effet sur sa condition, et il commença à se reformer, à se solidifier, et a ressembler plus a un homme qu'à une masse informe. Sa concentration était poussée a ses limites, à travers la terreur aveugle que sa perte de cohésion moléculaire lui avait causé, et les forme flou et brouillés qui l'entouraient reprirent lentement un aspect plus commun. Centimètres par centimètre, lentement, il fut capable de se remettre plus ou moins sur ses pieds, mais il semblait encore... trop lisse? Presque instable, comme s'il pouvait reperdre cette cohésion a tout moment.

Il enregistra enfin ce qui se tenait devant lui, et la colère et l'indignation remplacèrent la terreur alors qu'il vit enfin qui .tait leur hôte.

Le Roi-en-Jaune!

Et Atom lui parlait, dur, la colère claire dans son ton a lui également. Ses compagnons l'avaient tous suivi, finalement, dans cette dimension tordue qui l'affectait plus que tous les autres, apparemment.

"Oui." J'Onn put enfin articuler, même si ses mots paraissaient distordue, comme s'il parlait sous l'eau ou dans un porte-voix qui déformait ses mots. "Expliquez-nous.. ce que nous faisaons ici... Où sont les autres et... QUi est ce 'vous'... qui nous devras tant?"

C'est tout ce qu'il parvient a articuler, il laisseras aux autres le soin d'exprimer le reste de leurs inquiétudes. Mais pose un regard froid et hargneux sur le Roi-en-Jaune, l'être qui est à la base de toute cette aventure, et incidemment, de leur présence ici. Sa forme continue de vaciller comme s'il était vu a travers une couche d'eau, mais il parvient a garder sa solidité, pour le moment. A grand efforts de volonté de sa part.

'C'est Hal qui en serait fier, tiens...'
Penses-t-il enfin de manière très aléatoire et hors contexte.

Son cerveau, s'il devait faire un pari, est tout aussi affecté que sa forme physique par cet endroit... Le plus tôt il pourra en sortir, le mieux pour lui. Il ignore combien de temps avant qu'il ne relâche son emprise ferme sur sa forme et ne retourne a une masse informe incapable de faire quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 09/05/2016
Messages : 280
DC : Jade, Razorsharp & Tara Markov
Localisations : Philadelphie
New Titans
MessagePosté le: Sam 6 Mai 2017 - 14:56
Petite Alice en uniforme SS, passée de l'autre côté du miroir, pour s'écraser le nez le premier contre la dalle froide. Petite Alice, tombée du nid et plongée dans la folie furieuse d'un monde étrange et sombre. Liberty ouvrit l’œil et se sentait comme si elle un rouleau compresseur lui avait roulé dessus.

En trois dimensions. Ses mains étaient en trois dimensions. Ouf !

Et sur la pierre froide, dans ce drôle de sous-sol obscur et sinistre, Libby fut confrontée à l'horreur qui était arrivée au Limier Martien. Elle retint un cri. Mais J'onn réussit à aller mieux. Heureusement.

Alors quand Le-Roi-en-Jaune apparut au loin, Libby ne put refréner une mine de dégoût sur son visage. C'était LUI le responsable de tous leurs cauchemars. LUI qui les manipulait à distance depuis si longtemps. Et IL était là, en chair et en os. LUI, Le-Roi-en-Jaune.

Elle se redressa et se débarrassa de l'uniforme maudit. Elle dévisagea l'apparition, la tête bourrée de question, la tête comme prête à exploser.

"Comment ai-je pu prononcer la formule de bannissement à l'encontre du Messager ? Je n'ai jamais pratiqué la magie et..."

La vérité la frappa de plein fouet. Cet état de conscience altéré, elle l'avait déjà connu lors de leur mission en Amérique du Sud... Quand l'entité appelée Frau Freiheit avait pris le contrôle de son être.

"Frau Freiheit" dit-elle à haute voix. "C'est elle, non ? Elle, qui nous avait demandé de l'aide contre les Grands Anciens, non ?"

Pourtant Liberty se sentait "seule" dans sa tête. Mais qui était ces êtres et que leur voulaient-ils ?

Elle était vacillante comme elle ne l'avait jamais été. Figurante d'un jeu cosmique dont elle n'était qu'un simple pion, Liberty sentait bien qu'elle était au contact de l'un des joueurs d'échecs qui la manipulaient. Mais ce Dieu vivant serait-il bienveillant à leur égard ? Ou serait-ce une chose terrible que de tomber entre ces mains ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 02/05/2014
Messages : 180
DC : Animateur géré par Liberty Belle
Localisations : Coast City
New Titans
MessagePosté le: Sam 6 Mai 2017 - 17:49
Le-Roi-en-Jaune eut un léger rire sinistre quand Atom parla de lui flanquer son poing en pleine figure.

"Oui... Peut-être que tu feras ça quand tu sauras tout... Peut être oui..."

Et le Roi retira son masque et sous son masque...


... il y avait le visage de Ray Palmer lui-même. Stupéfait, Marco Brandy se jeta aux pieds d'Atom, le vrai, et se mit à proférer des insanités et des louanges. C'était son jour de chance et de gloire : il venait d'obtenir deux Dieux vivants pour le prix d'un seul !

Laissant à Atom le temps de s'adapter à l'incroyable révélation, le Roi reprit après une pause de quelques secondes :

"Et Mademoiselle Lawrence, vous avez raison : les incantations qui vous ont aidé à bannir le Noir Messager venaient de notre monde et de Frau Freiheit plus exactement... Toute personne de votre monde a un double plus ou moins exact dans celui-ci. Celui d'Orion était Lotar, notre plus grand guerrier ; et celui de Martian Manhunter, Uk, l'homme le plus courageux de cet univers ! Lui-même mort au combat..."

Le Roi soupira. Il avait effectivement - une fois son masque retiré - de nombreuses façons d'être que l'on pouvait retrouver chez Atom.

"Je... Nous, les habitants des ténèbres, sommes des négatifs - en quelque sorte - des habitants de votre univers. Nous ne sommes pas maléfiques mais... simplement différents de vous-mêmes. La séparation est beaucoup moins nette chez nous - que chez vous - quant au monde biologique et à celui des machines. Notre science emprunte énormément à la magie. Votre douleur est notre plaisir. Et nul soleil ne rayonne en notre Terre"

Remarquant les démangeaisons dont souffraient Brandy, le Roi ajouta :

"Je suis navré mais les habitants de chacun des deux univers ne peut que difficilement vivre dans l'autre. Votre mission - à vous les plus grands combattants de la liberté de votre univers, dont les exploits ont inspiré notre propre Société de Justice - devra être accomplie dans un minimum de temps... sous peine que vous ne succombiez à l'extinction de votre couleur céleste !"

Voyant l'incompréhension dans le regard des sociétaires, le Roi précisa :

"Notre monde est traditionnellement régi par la Couleur céleste. C'est le principe de vie qui nous anime tous. Celui qui fait d'une machine organique une chose vivante et digne de respect. Son absence, en revanche, identifie clairement ce que vous pourriez appeler... une présence maléfique. Sur notre planète, tout être - qu'il soit organique ou mécanique - a cette couleur... et est respecté en tant que tel... pour le reste, notre monde était administré par trois gardiennes, trois grandes prêtresses représentant la Justice, le Courage et la Sagesse. Mais tout cela, c'était avant l'arrivée des Grands Anciens..."

Un soupçon de haine alla se loger dans la gorge du monarque. Le souvenir de l'arrivée de ces monstres ultra-terrestres était douloureux et ça s'entendait.

"Les Grands Anciens... Personne ne les a jamais vu. Un jour ils sont apparus dans leur vaisseau qui est depuis lors demeuré en vol stationnaire dans le ciel de notre capitale, juste au dessus de la Tour de la Couleur, le siège de tout pouvoir sur notre planète... et ces horreurs indicibles, en dormant comme si elles étaient mortes, par leur puissante télépathie, polluent et corrompent les rêves des paisibles habitants de notre planète... en en transformant un certain nombre en leurs agents dociles..."

Le Roi étendit le bras comme s'il désignait le sous-sol où il se tenait même.

"Ceci est le siège historique de la résistance. Notre forteresse. Dans laquelle d'innombrables combattants de la liberté se sont relayés pour tenir tête aux Grands Anciens. Mais... au fil des années, nous avons été de moins en moins nombreux et de plus en plus faibles. Freiheit et moi-même, nous sommes les derniers. Deux des gardiennes sont déjà mortes, il ne demeure plus que la Gardienne de la Sagesse... Alors, je tente depuis la fin de votre 19ème siècle d'inspirer par communication télépathique des héros de votre monde..."

Il marqua une pause et annonça tout de go :

"J'ai envahi les rêves d'Ambose Bierce, de Robert W. Chambers et d'H.P. Lovecraft. J'ai envahi ceux de votre ami C.D. Ward. J'ai envahi ceux d'innombrables visionnaires pour lancer un appel au secours en direction de votre monde..."

Le Roi s'arrêta et conclut sa pensée :

"Et maintenant vous voilà..."

Nouvelle pause, gênée cette fois-ci car il existait un bémol à son discours :

"Malheureusement nos ennemis ont adopté la même stratégie. Ils sont intéressés par votre monde. Car quand ils auront fini d’annihiler notre substance vitale, notre couleur... ils comptent migrer vers votre univers et..."

Le Roi s'interrompit dans le fil de sa pensée, visiblement fatigué par tout cela, avant de reprendre :

"Vos nazis sont manipulés par les Grands Anciens depuis la chute de leur prétendu empire millénaire. L'objectif des Grands Anciens est de se servir des vortex ouverts par les nazis pour envahir votre monde. Ils ont créé une créature - le Béhémoth - qui peut vivre dans les deux univers. Cette dernière sera la première à franchir le portail et - compte tenu de sa taille - ce dernier a intérêt à être gros !"

L'Atom de l'Univers-B baissa les yeux et annonça l'immensité de la tâche :

"Vous devez empêcher vos nazis d'accomplir la quête de Kadath. Car en Kadath réside un pouvoir que même les Grands Anciens redoutent ! Et avec ce pouvoir, ouvrir un portail et briser les barrières entre les univers sera un jeu d'enfant ! Vous comprenez... Pour nous, c'est trop tard. Cela a toujours été trop tard. Pour votre monde... c'est à vous de jouer..."

[Un dernier tour pour déterminer la suite de l'action et nous nous lancerons à l'aventure ^^ Bon jeu à toutes et à tous ! Une semaine max pour répondre et puis j'envoie la suite !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 616
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Sam 6 Mai 2017 - 22:07
Alors qu'il attendait les réponses du Roi-en-Jaune, Atom avait serré les poings et se contrôlait - difficilement.
La mâchoire crispée, enragé, il fixait l'adversaire, gardant du coin de l'oeil ses camarades, pour vérifier qu'ils vont bien. Il fut très heureux de voir que J'Onn, grâce à Orion, retrouvait un peu de contenance - tandis que le Néo-Dieu restait de côté, et que Liberty Belle tentait de trouver des réponses aux terribles questions postées par les récents événements.

Le scientifique attendait, prêt à se battre.
Mais tout vient de changer.


"Non."

Le Roi-en-Jaune vient d'enlever son masque, pour révéler son identité.
Et Ray Palmer découvre que... c'est la sienne.
Le Roi-en-Jaune - c'est lui. Il est le Roi-en-Jaune, dans ce monde.


"Non... c'est... non."

Marco Brandy se précipite à ses pieds, après avoir supplié et vanté les mérites du Roi-en-Jaune. Un rictus de haine et de dégoût glisse sur le visage de Palmer, qui repousse d'abord doucement le scientifique - puis adopte une méthode plus brutale, en lui donnant un coup de pied pour le faire rouler.
Pas ça... tout, mais pas ça.


"Ce... ce n'est pas..."

Ray lève sa main, s'approche de son double - mais s'arrête, à moins d'un mètre.
Il ne peut pas. Il ne peut pas aller plus loin.

Les yeux écarquillés, absolument choqué, il écoute d'une oreille discrète le discours de... l'autre. Lotar comme double d'Orion, Uk comme celui de J'Onn, Freiheit pour Libby - et lui pour Palmer.
Cela a du sens.
Même s'il ne supporte pas cette révélation, même s'il n'accepte guère qu'une partie de lui puisse être une telle monstruosité, une telle horreur qui a hanté le XXe siècle et a fait perdre l'esprit à tant d'innocents... cela a du sens. Son esprit scientifique lui confirme que de tels concepts sont possibles, et même probables dans l'immensité du Multivers.

Récemment, il a passé plus de deux ans et quatre mois dans plusieurs Dimensions, voyageant et combattant tous ceux qui s'opposaient à lui pour rentrer - et il a vu beaucoup de choses, des choses qu'il pensait impossibles.
L'impossible n'existe pas ; le Roi-en-Jaune est bien son double, il doit l'accepter.
Aussi horrible que cela puisse être pour lui.


"Je..."

Atom pousse un profond soupir. Il passe ses mains sur son visage, et se penche en avant - il a le souffle coupé.
Tout ça fait sens, oui - mais l'accepter est terrible.
Il prend une grande inspiration, se relève, et doit se concentrer pour maîtriser la crispation de ses muscles ; il craque. Il est sur le point de craquer - mais il se maintient. Il se contrôle.

Il ne contrôle plus sa colère, mais sa démence.
Mais il se contrôle. Encore. Toujours.


"Nous... irons."

Il prend encore une grande inspiration, puis tourne son attention vers le Roi-en-Jaune. Il franchit les quelques centimètres qui les séparent, et plonge son regard dans ce visage qu'il connaît bien - mais qui lui semble si étranger, aujourd'hui.

"Je... comprends. Ta méthode. Tes méthodes. Tes plans.
Je... j'aurais fait de même, à ta place. J'aurais agi de la même façon, pour sauver mon monde - ou pour le venger. J'aurais fait de même - mais ça ne veut pas dire que ce sont de bonnes méthodes."


Un petit signe de tête - pour se comprendre.
Ray Palmer ne se considère pas comme un Héros, au contraire. Il sait très bien quelles horreurs résident dans son âme, et les trésors de noirceur cachés dans son esprit. Il a déjà mal agi, il a déjà été responsable de douleurs et de décès - et il a déjà tué.
Il ne s'en vante pas... mais il ne le nie pas. Il est un tueur. Et, enragé, enfiévré par la perte de ses proches et de son monde, il est capable de tout - et surtout du pire.

Comme lui.
Comme le Roi-en-Jaune.


"Conduis-nous. Conduis-nous à eux."

Ses poings se serrent, encore. De colère.
Mais plus envers le Roi-en-Jaune.
Envers ceux qui hantent le Multivers et les âmes depuis trop longtemps. Envers ceux qui sont bien de Grands Anciens - mais qui doivent disparaître, maintenant.

Leur temps est passé.
Place aux jeunes. Place aux nouveaux mondes. Place à la vengeance.


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Mar 9 Mai 2017 - 3:10
EN fin de comptes, l'énergie Oméga transmise par Orion quelques minutes plus tôt fit son oeuvre, et Martian put enfin se reformer complètement et solidement sans crainte de perdre sa cohésion moléculaire encore une fois dans un proche avenir. Il tourna brièvement la tête vers le Néo Dieu et lui fit un léger signe de remerciement. Le sentiment de soulagement qu'il en ressentit alors qu'il retrouva une complète solidité fut cependant rapidement refroidie par la situation présente.

Le Roi-En-Jaune, et la raison de sa convocation en cet endroit précis.

Très rapidement, son attention fut de nouveau entièrement tournée vers l'étrange personnage... et quand il retira son masque, sa machoire s'ouvrit légèrement sous la choc, puis son regard passa lentement entre Atom et le Ray Palmer qui venait de se dévoiler. Un double, d'un autre univers...

Et ils avaient tous des doubles dans cet univers. C'était... difficile d'accepter un tel concept, mais J'Onn n'était pas un puissant télépathe et métamorphe pour rien. Il était très flexible, et sans doute plus ouverts que d'autres a accepter des vérités aussi choquantes. Il était malléable, et donc ça se traduisait tant physiquement que mentalement.

D'où le fait que ce soudain afflux de données ne le choqua pas outre mesure, et qu'il se reprit très rapidement. Il croisa les bras sur sa poitrine, et les implications de ce que l'autre Ray Palmer disait, les horribles, terribles conséquences que ces propos pour le moins prophétiques pourraient apporter a leur propre monde, le mirent en colère certe mais il se contrôla très bien, autrement.

Il se contenta de prendre calmement la parole, posant une question relativement simple.

"Quand vous dites peu de temps, de combien de temps disposerons nous pour compléter cette tâche? Et de quels effets adverse parlons-nous, si jamais nous demeurions trop longtemps dans votre dimension?"

Il avait dores et déjà accepter de suivre Atom, leur Ray, dans cette aventure. Ils n'étaient pas venu jusque là pour tourner les talons maintenant. Ils avaient un univers à sauver, et des grands Anciens a détruire.

Il trouva ironique qu'un auteur tels que Lovecraft, qui .tait un g.nie certe mais considéré par beaucoup comme fou a lier, ait en fait seulement décrit les faits tels qu'ils se passaient... dans un autre univers. Donc une menace colossale de type Lovecraftienne se dirige vers eux, et ils sont les seuls a pouvoir l'arrêter.

C'est terrifiant, et intriguant, tout a la fois. Mais ils sont des héros, alors ils ne baisseront pas les bras.

Et se battront jusqu'à la fin.

Quoi qu'il en coute.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 15/06/2016
Messages : 251
DC : none
Situation : devient hautement dangereux
Localisations : Présumé mort, quelque part dans un lieu oublié
Groupes : Sans pour l'instant

New Titans
MessagePosté le: Mar 9 Mai 2017 - 10:17

La tête d'Atom quand il découvre en même temps que nous la véritable identité du masque jaune ! Je suis plié de l'intérieur ... Par contre, m'identifier à ce Lotar, n'importe quoi !!!

Nous, les Néos-dieux, nous vivons hors des dimensions et accédons à toutes comme bon nous semble, enfin presque ... Pas de double, même lointain pour nous, pas de copie, juste éventuellement des "Renaissants" là ou ailleurs qui retrouveront la mémoire à un moment donné et reviendront prendre leur place parmi leur pairs comme il se doit, fort de l'expérience d'une mort et des vies passées ... C'est un peu comme s'endormir à Boston dans un train et se réveiller à New-York alors que tous les voyageurs ont déjà débarqué ...

Ce cycle est éternel, enfin du moins depuis la fin de la dernière guerre qui scinda le premier monde en ses deux autres que sont Apokolips et New-Genesis, guerre dont l'issue finale brisa les âmes des précédents dieux pour les diviser et les répartir en ces deux factions adverses. Mais cela, c'est de la Source que je le tenais, du moins de mon passage en elle et du peu qui s'était accroché à mon esprit.

Je ne relève donc pas son erreur, autant les laisser dans l'ignorance de nos cycles, on ne sait jamais, et j'écoute presque détaché ce qu'il a à nous dire. Ainsi, de ce côté ci, ils avaient un gros problème et comptaient sur nous pour le résoudre, ou du moins nous demandaient un coup de pouce puisque nous étions directement concernés par ce qui les préoccupaient. Encore des vilains-pas-beaux qui veulent s'en prendre à l'univers ... Quelle rengaine ! Ils peuvent pas changer de temps en temps ?

Atom, sans doute encore sous le choc de se rencontrer lui même, est prêt à emboîter le pas de son double, prêt à fondre sur les Anciens et les Nazis sans distinction et à pulvériser le fameux bibendum Béhémoth qui n'avait rien d'un chamallow ou d'un agrégat de pneus semble-t-il, ce qui résoudrait temporairement le problème jusqu'à ce que quelqu'un d'autre ne prenne le relais ...

Chassez un prédateur et un autre viendra prendre sa place en se nourrissant de sa carcasse au besoin.

La menace venait de l'existence de cette autre chose qui se cachait ou était enfermée dans le Kadath. Si grand pouvoir il y avait, autant en être dépositaire ou le supprimer définitivement ... Si il n'y a plus de gâteau, plus personne ne se disputera pour une part, qu'elle soit grosse ou petite ...

Le martien qui vient de reprendre enfin du poil de la bête intervient, preuve qu'il a aussi reconquis l'usage de sa langue et de ses cordes vocales, le cerveau a l'air de bien fonctionner également, et son inquiétude est des plus justifiée vu l'état où il se trouvait il y a même pas une minute.

Nous avions des ennemis et une menace encore plus délétère, pernicieuse, qui planait sur nos têtes, enfin sur leurs têtes, la mienne était à l'abri de ce genres de désagréments. Il nous fallait un plan de bataille, des informations, des objectifs, et j'entrevoyais déjà le mien au milieu de tout ce fatras ...

Je pense que nous aurons à peine celui de remplir notre mission, je me trompe ? Moi, j'ai mon objectif tout trouvé, le truc qui se cache dans Kadath. Si il n'existe plus, ils n'auront pas les moyens de passer de l'autre côté. Plutôt que de leur courir après ou de se focaliser sur ces "Anciens", il faut déterminer ce qui se cache là bas et comment le mettre hors d'atteinte à défaut de le rendre inoffensif ... En plus, c'est de toute façon de ce côté là qu'ils iront tôt ou tard, plus tôt que tard je pense car ils sont soumis aux même impératifs que vo... Nous. Montre nous le chemin sa seigneurie jaune, qu'on y soit rapidement ... Tu pourras causer en chemin si faire les deux n'est pas hors de tes possibilités ...


Foncer dans le tas et parler après si c'est encore possible, telle est ma devise !
My hostility kept me from making many friends.  --Orion (New Earth)
(Statut RP : 3/5)
(merci à John Constantine pour cet avatar)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/05/2016
Messages : 280
DC : Jade, Razorsharp & Tara Markov
Localisations : Philadelphie
New Titans
MessagePosté le: Sam 20 Mai 2017 - 11:32
Liberty tremblait comme une feuille alors qu'elle venait de voir derrière le motif dans la tapisserie. Le monde tel qu'elle le connaissait avait également sa face pile. Ce monde sur lequel elle avait rampé à la manière d'un insecte débile pendant plus de 90 années, elle en était arrivée au bout et... était passée de l'autre côté.

Alice avait morflé et avait suivi les nazis timbrés à travers le terrier du lapin blanc... et ils étaient en retard, toujours en retard, dramatiquement en retard.

Elle avait eu des certitudes par le passé. Des certitudes qui définissaient le bien et le mal, qui séparaient l'un de l'autre.

Elle avait toujours considéré que les nazis étaient la clé. Ils avaient gâché son existence et en avaient broyé tant d'autres. Et elle avait dansé à leur défaite. Et son cœur s'était emballé quand la corde avait happé et emporté dans le néant un nombre - bien que réduit - d'anciens dignitaires du Troisième Reich.

Elle avait ensuite offert son crochet du droit à bon nombre d'admirateurs du nazisme, fidèles, continuateurs ou officiers de la SS en cavale !

Elle pouvait s'énerver et devenir violente quand quelqu'un - pour se rendre intéressant ou à la faveur d'une maladie mentale - prétendait niait l'évidence de l'immensité des meurtres et des horreurs des nazis.

Aussi, quand cette nouvelle affaire avait surgi et qu'elle y avait vu la patte des néo-nazis, pour elle s'était plié : Blitzkrieg, Captain Nazi, des milices paramilitaires racistes... Les nazis étaient l'alpha et l'oméga de cette affaire. Le retour de leur Führer bien aimé était la menace absolue.

Alors, Liberty avait réuni la Société de Justice. Et ensemble ils avaient combattu sur bien des fronts. A Ivy Town. En Amérique Latine. En Egypte. Et ensemble ils avaient été...

"Manipulés. On s'est fait manipulés" lâcha-t-elle froidement, ne témoignant d'aucun égard au malheureux Marco Brandy qui était écarté du pied par Atom.

Mais... si le complot ourdi n'était pas nazi - seul l'outil l'était - pour autant il n'en était pas moins fatal !

Et elle avait partagé les pensées de Frau Freiheit. Elle sentait même - alors qu'elle était présente dans cet univers-B si terrifiant et si étrange - la présence fantomatique de son double-négatif. Des connaissances mystiques semblaient se télécharger d'elle-même dans sa tête et ces connaissances avaient une "couleur" qui n'avait pas de nom. De l'allemand qu'elle ne connaissait pas envahissait son langage. Mais aussi la langue des Grands Anciens, celle-qui-se-chuchote-dans-les-ténèbres. Elle avait accès à de nouvelle syllabes, de nouveaux phonèmes. Des triphtongues étranges, nés sous des astres noirs et froid.

Liberty ferma les yeux et... Frau Freiheit les ouvrit !

"Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn !" lança-t-elle avec satisfaction. Sa position se modifia et elle se redressa, d'une manière guindée, presque mécanique. La voix de Libby / Freiheit se fit plus froide, presque inhumaine, comme si son larynx s’accommodait à sa nouvelle utilisatrice.

"Je vous montre la voie. Je pilote votre amie. Et c'est un immense honneur de faire équipe avec la véritable Société de Justice"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 02/05/2014
Messages : 180
DC : Animateur géré par Liberty Belle
Localisations : Coast City
New Titans
MessagePosté le: Sam 20 Mai 2017 - 15:55

Le Roi-en-Jaune sourit à la réaction d'Atom. Il baissa un regard désolé en direction de son serviteur Brandy et lui dit :

"Petit homme, je te remercie de ta foi et de ton dévouement mais je ne suis pas un Dieu. Juste un être ayant grandi et vécu dans un environnement mental et physique que tu ne peux comprendre. Pour m'assurer ton concours et celui de tant des tiens, j'ai du influencer vos rêves par la télépathie inhérente à mon espèce... J'en suis désolé. J'ai fait de toi un outil pour servir mes plans et tu as gâché ta vie à servir une cause qui n'était pas la tienne... mais console-toi, en faisant ceci tu as ma gratitude infinie et tu as - peut-être - sauvé ton monde..."

Brandy pleurnicha les larmes d'un homme qui ne comprenait plus rien. Ne voulait plus comprendre. Car que comprendre ? Que la vie était une blague et qu'il avait brûlé toutes ces années en vain ? Ou que son Dieu vivant mentait ?

Mais les fanatiques avaient cet immense avantage de pouvoir - toujours - se mettre en sécurité à la faveur de leurs convictions irrationnels.

Aussi pour Brandy, les voies du Roi-en-Jaune demeuraient impénétrables et il était indigne de juger - ou de prétendre comprendre - ce qui venait de lui avoir été dit...

Il se mit à ricaner étrangement, comme s'il avait perdu la raison une bonne fois pour toutes !

Le Roi-en-Jaune remit son masque par égard pour Palmer et ses collègues.

"J'étais persuadé que tu me comprendrais, Atom. Et j'étais persuadé que vous accepteriez tous la mission qui vous incombe... Quant aux effets..."

Il avala sa salive. Il était gêné.

"Vos organismes ne sont pas adaptés à cette dimension. Vos ongles saignent déjà. Tout comme votre nez, vos oreilles. Vous allez avoir des tremblements. Une mauvaise toux. De drôles de boutons noirs vont apparaître sur votre peau. C'est votre organisme qui pourrit. La chair de votre univers ne peut vivre normalement plus de quelques heures dans cette dimension... Vos pouvoirs et votre physiologie méta-humaine devraient vous permettre de tenir une journée, peut-être un peu plus..."

Le Roi s'arrêta. Il savait à qui il avait affaire : c'était la Société de Justice. Et elle était animée par un idéal devant lequel devait s'effacer toute contingence matérielle...

Constatant que l'esprit de Frau Freiheit avait envahi celui de Liberty Belle, le Roi ajouta :

"Votre amie et leader a une affinité particulière avec ma dernière alliée. Celle-ci, physiquement présente en un lieu reculé de notre capitale a sous sa garde la dernière Gardienne, celle de la Sagesse. En prenant le contrôle de votre amie, Frau Freiheit s'expose. Elle vous aidera de toutes ses forces, au mépris des périls pouvant menacer son propre corps... Quant à la suite..."

Le Roi fit signe aux membres de la JSA de le suivre dans les ténèbres. Et leurs pieds battirent le pavé sombre de cette immense pièce pendant de longues minutes, jusqu'à gravir les degrés d'un escalier de pierre. Le Roi lança un ultime avertissement en s'arrêtant au seuil d'une porte.

"Derrière cette porte se trouve mon monde, la Planète des Ténèbres. Vous aurez du mal à la comprendre mais elle n'est pas mauvaise. Mais sa capitale - sinon ses habitants - sont sous le puissant joug des Grands Anciens... ces mêmes Grands Anciens qui inspirent télépathiquement dans leur quête de Kadath, vos nazis... Ils croyaient avoir doublé le Noir Messager alors qu'ils servent les mêmes maîtres !"

Le Roi marqua une pause. Réfléchit un instant et ajouta :

"Vous allez devoir rapidement quitter la capitale par tout moyen. Vous serez pris en chasse par les innombrables complices des Grands Anciens. C'est un fait. Nous essaierons de déclencher la grève insurrectionnelle pour couvrir votre départ mais nous ne pourrons tenir longtemps..."

Le Palmer de l'Univers-B regarda son homologue et lui dit :

"J'ai confiance en toi. Ta connaissance approfondie de notre monde t'aidera et aidera les tiens. Car, je sais par ton ami Ward qui est arrivé en ce monde pour y mourir que tu connais le Mythe. Et ta connaissance du Mythe te sauvera, toi et les tiens..."

Et avant que quiconque ne puisse interroger le Roi sur ces paroles mystérieuses, ce dernier ouvrit la porte qui donna sur l'extérieur et s'écarta, disparaissant dans l'obscurité du sous-sol...


... et les héros (et Brandy qui ricanait toujours comme un dément) se tenaient dans une drôle de ville, entièrement constituées d'un métal noir qui frémissait étrangement quand le vent fétide soufflait dessus. Le ciel était obscur et zébré de temps à autre d'éclairs menaçants. Une odeur épouvantable - de charnier, de pourri - polluait l'atmosphère.

Dans l'esprit des héros, une voix se fit entendre... celle de Frau Freiheit qui avait pris le contrôle de leur ami et qui usait de ses impressionnants pouvoirs télépathiques pour communiquer désormais avec eux.

Ils apprirent qu'ils étaient dans la zone résidentielle de la ville. Au centre se trouvaient les administrations mais aussi - flottant très haut dans les airs - le vaisseau des Grands-Anciens. Enfin, en périphérie, il y avait une sorte de gare permettant de quitter la ville... en direction du Plateau de Leng, derrière lequel devait se trouver la mythique et funeste Kadath.

Aussitôt furent-ils dehors qu'une alarme retentit dans l'air et qu'une voix mécanique déchira le ciel :

"HABITANTS PLANÈTE-TÉNÈBRES / MESSAGE PRIORITAIREIMPERATIF / ÉTRANGERS PRÉSENTS DANS ZONE RÉSIDENTIELLE / INSTRUCTIONS / MORTDESTRUCTIONINCINERATION / TOUT RENSEIGNEMENT PERMETTANT IDENTIFICATION ARRESTATIONMORTDESTRUCTION ÉTRANGERS FORTEMENT RÉCOMPENSES / AVERTISSEMENT : POLICE AÉRIENNE EN ROUTE / ..."

Le message passait en boucle. Mais des explosions commencèrent à retentirent dans un quartier éloigné de la ville... Était-ce cela la diversion annoncée par le Roi ?

Le message fut d'ailleurs complété par une nouvelle annonce :

"HABITANTS PLANÈTE-TÉNÈBRES / MESSAGE PRIORITAIREIMPERATIF / INSURECTIONREVOLTE EN COURS QUARTIER ZONE INDUSTRIELLE / QUARANTAINE ORDONNÉE INTERVENTION POLICE AÉRIENNE EN COURS / MORTDESTRUCTIONINCINERATION / TOUT GRÉVISTE SERA ABATTU SUR LE CHAMP / ..."

Ainsi les héros purent filer en direction de la gare, à la faveur de la diversion fournie par le Roi...

*
* *


... la gare était située dans un étrange bâtiment qu'ils purent rejoindre en se faufilant à travers les rues désertes. Coup de chance pour eux, la police du coin était occupée avec les grévistes !

De ce que les héros purent comprendre, il suffisait d'entrer à l'intérieur du bâtiment pour monter dans le moyen de locomotion proposée (une sorte de vaisseau volant). Néanmoins, l'entrée était gardée...


... une femme biomécanique aux yeux morts leur faisait face, ainsi que ses enfants-pilotes programmés pour manœuvrer l'appareil de transport... Il s'agissait de l'équipage de l'appareil. Et ils ne comptaient pas laisser entrer comme ça les héros. La femme parla avec un timbre mécanique :

"VOYAGEURS / VEUILLEZ PRÉCISER VOTRE DESTINATION ET JUSTIFIER DE VOTRE TERRITORIALITÉ / VOUS AVEZ 60 SECONDES AVANT QUE LES PILOTES NE VOUS INCINÈRENT..."

[Tour relancé ! Une semaine pour répondre, bon jeu à toutes et à tous !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/05/2016
Messages : 280
DC : Jade, Razorsharp & Tara Markov
Localisations : Philadelphie
New Titans
MessagePosté le: Sam 20 Mai 2017 - 16:20
Frau Freiheit, aux commandes de ce corps faible et en décomposition, posa le pied à l'extérieur et huma l'odeur âcre qui envahissait l'air de cette planète. La sienne. Une planète qui vacillait sous le joug inhumain de monstres ultra-cosmiques aux intelligences terrifiantes.

Son cœur se serra quand les alarmes retentirent. La présence de ses alliés de l'Univers-A avait été détectée. Et son Roi avait déclenché l'ultime plan. Celui qui devait permettre à leurs sauveurs d'aller en Kadath et de revenir avec les moyens de chasser les Grands Anciens. Celui qui entraînera leur perte à tous en cas d'échec. Ainsi, le Roi venait de renverser la table de jeu et le sort en était jeté.

Elle contempla ce ciel tourmenté et noir pour - ce qu'elle pensait être - la dernière fois, sachant bien que son véritable corps se trouvait dans une chambre sordide, quelque part dans les bas-fonds de la ville, veillant la dernière Gardienne, celle de la Sagesse, celle sur qui leur avenir reposait...

La mission était impossible et désespérée. Aussi, il ne fallait laisser filer aucune minute, aucune seconde. Elle conduisait ses alliés à travers les rues de la capitale, pour arriver à la gare...

*
* *

La "gare". Là où l'on pouvait emprunter un vol aérien comportant une interface biomécanique. Le pilote était automatique mais humain. Les restes - la tête - d'une femme servaient de navigateur. Ses cinq enfants avaient été intégrés depuis toujours au programme de vol. Cela pouvait paraître pour les invités de l'Univers-A inhumain mais ça ne l'était pas.

Cette femme et ses enfants suivaient une programmation qui leur donnait satisfaction dans le monde des machines : transporter d'autres organismes animés par la Couleur, pour les emmener en d'autres endroits où ils pourraient accomplir leur programmation...

... tout cela ne poserait aucun souci si ce n'était que la Pilote et ses aides étaient sous le joug des Grands Anciens (là était tout le problème de l'interconnexion des programmes !) depuis fort longtemps. Et qu'ils avaient reçu pour ordre - avant de décoller - de recueillir les destinations des voyageurs et de vérifier leur appartenance à cet univers...

... et si le test était échoué, Freiheit savait que de lourdes mitrailleuses apparaîtraient de la machinerie pour les déchiqueter ! Ou alors la Pilote utiliserait un arrache-cœur pour les assassiner sur place !

Il y avait deux questions. Freiheit répondit à la première :

"Honorable pilote, nous sommes des unités de pêche et nous nous rendons au Lac de Hali"

Le mensonge était crédible : ce Lac était effectivement exploité pour ce qu'il contenait et il y avait toujours besoin de pêcheurs... et il avait l'immense avantage de les mettre au tout début de la piste menant - en théorie - à Kadath.

Quant à la seconde question, elle prit une grande inspiration et lança, machinalement, ce qui avait été toujours son credo :

"Ma souffrance est ma souillure. Et dans l'abjection et la fange, je me vautre pour adorer les Grands Anciens dans cette nuit éternelle ! Je boirais à la coupe d'Abhoth, Graal noir de la pourriture, pour me transformer en ver !"

L’œil mécanique de la Pilote ne cilla pas mais les mitrailleuses n'apparurent pas non plus. Freiheit lança télépathiquement dans l'esprit d'Atom, Orion et Martian Manhunter :

"Vous devez réciter votre credo. Votre devise. Et elle doit être celle d'un être des ténèbres. Par le credo, nous montrons notre appartenance à notre espèce et notre adoration des noires divinités de l'abîme..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 21/11/2015
Messages : 616
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Sam 20 Mai 2017 - 19:47
Figé dans une posture de colère difficilement maîtrisée, Atom, en costume intégral, fixe le Roi-en-Jaune... se fixe lui-même, en vérité.
S'il tente d'intégrer toutes les informations transmises par cette révélation, il est également attentif aux réactions de ses collègues - de ses camarades de malheur dans ce théâtre de l'abominable et de l'horreur.
J'Onn J'Onzz est parvenu à retrouver un corps cohérent, et tente d'en apprendre plus sur leurs objectifs alors qu'il a failli périr l'instant d'avant ; l'héroïsme transpire par tous les éléments de son être, et Ray est fier de pouvoir le compter parmi ses amis. Orion, plus pragmatique, tente d'orienter les discussions sur les tâches à réaliser - et les éléments à placer en priorité ; il ne peut que se ranger à cette idée, même si le scientifique n'est clairement pas en état de formuler des pensées aussi intelligentes après ces chocs. Cependant, c'est bien la réaction de Liberty Belle qui attire le plus l'attention... et l'incompréhension.


"Hem... ?"

Palmer grogne, quand il entend le début des mots prononcés dans une langue impie par celle qui berça son enfance et son adolescence. Il saisit la portée de ces paroles, tente de s'avancer pour l'empêcher de faire - mais il est déjà trop tard.
Liberty Belle a disparu ; bonjour Frau Freiheit.


"Je... euh..."

Il hésite - il est perdu.
Il esquisse une légère grimace, puis soupire lourdement avant de reprendre la parole, d'une voix encore hésitante.


"Bien... venue..."

Heureusement, le Roi-en-Jaune enchaîne - et remet son masque, bloquant légèrement sa gêne et son incapacité à se concentrer en faisant face à un tel double de lui-même.
S'il se joue de Brandy, avec un paternalisme qui crispe légèrement Atom car il craint d'avoir le même type d'attitude avec ses étudiants ou ses élèves, l'autre Ray Palmer se concentre rapidement sur les événements à venir - et sur les dangers qu'ils vont devoir affronter pour parvenir à emporter ce défi impossible.
Il fronce les sourcils quand l'Autre évoque les conséquences sur leurs organismes, et remercie son costume de lui cacher une partie de ses saignements ; pas sûr qu'il pourrait réellement en supporter la vue.


"On ne doit pas tarder, donc. Parfait, je dois avouer que je ne voulais pas recommander cette destination comme vacance."

Un peu d'humour, pour détendre l'atmosphère... pas sûr que ça marche, mais l'attention est touchante.
Le Roi-en-Jaune n'en tient pas compte, cependant, et enchaîne, d'abord en soulignant les risques pris par Frau Freiheit pour venir les aider - des risques dont il n'avait pas conscience et qui lui permettent de relever son appréciation pour celle qui possède actuellement Liberty Belle - puis l'horreur à laquelle ils vont être confrontés.
S'il sait que l'Autre veut bien faire, l'énoncé de leurs futures épreuves est troublant... tout comme le rappel de Ward, cet allié et ami qui s'est sacrifié à Innsmouth pour lui permettre de remporter une bataille dans cette terrible guerre.


"Ward... mon dieu, il... il est mort... bordel... et le Mythe, je... oui, j'ai lu Lovecraft, et... mais... c'est lointain... et obscur..."

Atom grimace, puis se réfugie dans le silence.
Il a peur.
Peur d'échouer. Peur de ne pas se souvenir. Peur de ne pas être à la hauteur. Peur d'être, encore, responsable de pertes inacceptables.

Il n'a cependant guère le temps d'évoquer ces terreurs primaires, car le Roi-en-Jaune enchaîne et les transporte directement dans la capitale de son monde.


**
*
**

A ses côtés, Frau Freiheit, Orion, J'Onn et Brandy se tiennent, le dernier ayant désormais perdu l'esprit après tous ces événements. Le souffle coupé, Ray tente de reprendre le contrôle et ses sensations, alors que l'influence néfaste se fait plus forte et que les nausées empirent ; il n'aura cependant, une fois de plus, pas le temps de s'appesantir sur ses émotions et son ressenti.
Très vite, Frau Freiheit vient leur parler télépathiquement pour les informer qu'ils se trouvent dans une zone résidentielle, leur montra les administrations, les vaisseaux des Grands Anciens - et des frissons de dégoût et de terreur pure s'imposèrent en lui.


"Quand tu regardes l'abîme..."

Il prend une grande inspiration, et tente de calmer ses tremblements.
Le pire est arrivé ; les cauchemars sont réels. Ses terreurs enfantines, ses horreurs fantasmées, son imagination créant des abominations créatrices d'insomnie... tout. Tout est réel. Et s'oppose désormais à lui.


"... l'abîme te regarde."

Frau Freiheit évoque la gare, le Plateau de Leng qui fait remonter des souvenirs terribles encore ; mais c'est bien la volonté inhumaine et terrifiante qui se fait entendre en boucle, pour appeler aux attaques contre les nouveaux venus, contre eux.
Cependant, très vite, l'insurrection évoquée par le Roi-en-Jaune advient également - et leur donne un répit de quelques minutes.


"Bon."

Les poings serrés, il se tourne vers ses alliés.
Il n'est pas à l'aise. Il est perdu. Il a peur. Et il veut fuir.
Mais il se force - et serre les dents.


"Il n'y a pas de fuite possible, dans ce qu'on fait - et on a un job à finir. Quoi qu'il en coûte."

Et Ray Palmer file vers la gare.
Le Mal à ses trousses.


**
*
**

Après s'être faufilés dans les rues terrifiantes de la capitale, le groupe débouche devant la gare, cette forme terrible et incompréhensible.
Ils continuent de traîner Brandy, se sentant "responsables" de ce malheureux, coupable de bien des actes horribles, mais manipulé par et pour des forces qu'il ne connaissait guère - et qui sont issues du double d'Atom. Ce dernier se sent donc chargé d'une "mission", envers ce pauvre type désormais dément...
Il n'a cependant guère le temps d'y repenser - car à peine ont-ils pénétré l'étrange forme abominable qu'ils font face, entre eux et le moyen de transport pourtant indispensable à la réussite de leur mission, à une... horreur. Une horreur, tout simplement.


"Bordel."

Le juron s'échappe de sa bouche, alors qu'il découvre une femme mécanique, accompagnée d'enfants abominables.
Ce monde est celui des Ténèbres, pense-t-il ; des Ténèbres qui n'ont eu de cesse d'inspirer les artistes de sa planète. Mais même eux, même les pires d'entre eux sont dépassés par les créations originales de cette dimension...

S'il ne sait quoi répliquer, Frau Freiheit s'y colle elle-même.
Elle évoque le Lac de Hali, qui rappelle d'autres souvenirs en lui - et se rattachent directement au Roi-en-Jaune, son double. Elle se lance ensuite dans une déclaration dégoûtante, qui le choque et le surprend... avant qu'il n'en comprenne le sens.
Bien sûr, pense-t-il. Un signe de ralliement. Une confirmation de leur statut. Une "formalité", bien compliquée pour eux hélas...


"Ah. Oui."

Il déglutit difficilement.
En pensée, il en appelle à Frau Freiheit puis à J'Onn J'Onzz - pour leur demander de le connecter à Orion, et de créer un circuit commun. Là, il propose de les aider, de leur donner des citations liées au Mythe, de Cthulhu et d'autres horreurs du même genre.
Après quelques échanges, tout semble au point - et l'heure de se lancer est venue.


"Hem."

Ray s'avance, prend une grande inspiration... puis reprend la parole, d'une voix aussi déterminée que possible.

"Je domine le Lac. Les rayons des deux soleils et des lunes ne m'atteignent guère. Les chansons des Hyades me sont dédiées. Je récolte les âmes et les larmes. Je suis Maître de Carcosa - et jamais je ne porte de masque."

Il serre les poings et attend.
C'est un pari, une tentative folle - mais si le Roi-en-Jaune est de ce monde, alors la preuve que lui aussi est à trouver dans l'oeuvre originale. Et les terribles blancs qui en ont mené beaucoup trop à la démence...


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Sam 20 Mai 2017 - 22:34
Après seulement quelques minutes dans cet univers, J'Onn sent déjà que sa forme se déstabilise de nouveau. Le Boost donné par Orion ne dureras pas longtemps, mais assez pour accomplir leur mission, il l'espère. Il doit maintenir une concentration constante juste pour garder son apparence solide et ne pas montrer aux autres à quel point cet univers malsain l'affecte. Tout autour de lui semble vaciller étrangement et presque... pulser. Comme si tout, absolument tout ce qui les entouraient, y comprit l'air, était vivant. Il baisse les yeux vers ses mains et les regarde pendant un instant, et peut voir les légères craquelures, les 'vagues' qui courent sur sa peau. Signe que sa cohésion moléculaire elle-même est encore compromise, et il sait que son état ne s'améliorera pas le plus longtemps ils demeureront en ce monde.

Mais J'Onn J'Onzz est un héros. Ce titre n'est pas qu'honorifique, et il compte bien y faire honneur. Il ferme les yeux pendant un moment en se concentrant sur le cœur de son être, réalignant les molécules par la force de sa volonté pour qu'elles restent dans un état de stabilité le plus longtemps possible. Quand il rouvre les yeux, ses mains sont de nouveau d'une apparence normale, les signes de 'déconstruction' moléculaire pour le moment enrayés.

Mais ce n'est que temporaire, et il le sait bien. La 'putréfaction' qui affecte tous les autres ne l'épargne pas mais se manifeste juste d'une manière différente. Il a peut-être 48 heure au plus avant de perdre tout contrôle sur sa forme et de se retrouver en un état semi-liquide qui le fait frémir à la simple idée.

Peut-être moins, au vu de l'endroit où ils doivent se rendre.

Il observe de manière détaché l'humain perdre le reste de sa santé mentale, mais ce sont les paroles de l'autre Ray qui captent le plus son attention, ainsi que la soudaine transformation de Libby. Il cligne lentement des yeux quand elle prononce ces mots, qui résonnent presque plus fortement dans son esprit que a haute voix, remplissant complètement sa tête et il presse les mains contre ses oreilles par réflexe, bien qu'inutile. C'était comme des griffes qui grattaient contre de l'acier rouillé et un peu comme de l'huile et de la fumée noire et suffocante tout en même temps. Pendant un moment, quand ces mots son prononcés, il n'entends et ne voit plus rien.

Ces mots sont terriblement puissants, et affectent le plan mental encore plus fortement que le plan physique. Quand il rouvre les yeux, Liberty Belle a été remplacée, et à sa place se tiens son double de l'univers qu'ils occupent présentement. Et maintenant qu'il y prête attention, il ressent à quel point cet être est... malsain. Glauque, noir, sale d'une manière qui n'a rien de physique. Et il frémit intérieurement à ce bref contact mental.

Mais sa curiosité est piquée. Ce monde est tellement différent d'une manière qu'il parvient difficilement à comprendre... Il est normal de croire que les esprits et les mode de pensées y sont aussi drastiquement différentes.

Et J'Onn étends son esprit.

Et le regrette immédiatement.

Il ne ressent que ténèbres, discordance, et un désordre étrangement organisé centré autour d'une présence... Une présence qui le fait reculer mentalement d'effroi. Ce sont les Ténèbres, le Mal incarné, aussi ancien et corrompu que l'Univers lui-même. Et aussi affamé et avide de destruction que l'Obscurité ne peut l'être. C'est la mort, l'anéantissement incarné, la Fin du Monde. Son esprit se fige de terreur, mais il est incapable de reculer davantage. Au contraire, c'est comme si un vortex était en train d'aspirer son 'simple' esprit vers le centre de tout ce Mal pour l'y aspirer, le faire disparaitre. L'absorber, et faire disparaitre son être véritable comme s'il n'avait jamais existé. C'est un sort pire que la mort, c'est... la cessation de toute forme d'existence.

Il n'a pas remarqué qu'il avait ouvert la bouche dans un hurlement d'horreur silencieux juste au moment où... QUELQUES CHOSE d'extrêmement puissant et ancien note la présence de son esprit inquisiteur. Une curiosité terrifiante, malsaine, destructrice l'observe pendant un moment comme un insecte intéressant, avant que ce qui doit être un rire, démoniaque, inhumain, ne remplisse son cerveau et qu'il ne sente son esprit vaciller dangereusement sous l'effet à la fois de cette scrutation et de ce rire qui le fait trembler jusqu'à l'âme. La présence le repousse si violemment, enfin, qu'il tombe à genoux, puis se retrouve à regarder le sol entre ses mains crispés contre le métal noir qui est si présent partout ici.

On dit que la curiosité tua la chat, mais dans ce cas ci, elle faillit bien le rendre fou. De terreur et d'horreur sans nom.

J'Onn se rends comptes que les autres avancent suivant le Roi-En-Jaune, et se dépêche de les suivre. Pour une quelconque raison, il ne dit rien de l'expérience qu'il vient de tenter. Quelques chose lui souffle de garder pour lui cette expérience, et il ne questionne pas cette soudaine épiphanie. Cette expérience l'a secoué jusqu'au cœur. Il est préférable que les autres ne sachent pas a quel point il a faillit sombrer dans les ténèbres, juste un moment auparavant. Il s'est reprit, mais son esprit lui semble toujours dangereusement tanguer juste au bord d'un précipice sans fond.

Quand tu regarde l’abime, l’abime te regarde en retour. Les paroles dites par Ray résonnent étrangement dans son esprit, et il reste muet. Il se contente de suivre, à travers les passages sombres et terribles de cette ville de l'horreur, mais quand son regard se pose sur le vaisseau des Grands Anciens...

-Un flash, une silhouette impossible a décrire, ou a accepter pour un esprit humain, ou martien apparemment. Monstrueux. Destructeur. Avide. Affamé. Ancien. Ancien. ANCIEN!-

J'Onn laisse échapper un grognement presque inaudible et porte une main a son front. Une douleur soudaine comme une dague fine perçant son cerveau a explosé juste au dessus de ses yeux, au milieu de son front, et il a vite détourné le regard du vaisseau des Grands Anciens, et évite de le regarder de nouveau. Il garde les yeux fermement devant lui. Il se sent étrangement... déconnecté. Comme en flottement, son esprit difficilement contenu dans les limites de son cerveau. Apparemment, il n'y a pas que son corps qui soit affecté plus fortement que les autres par ce monde.

J'Onn J'Onzz est l'un des mentalistes, télépathe et maitre des pouvoirs de l'esprit, les plus puissants sur Terre et dans l'univers - SON univers. Son puissant esprit est dépassé, submergé par une force bien, bien plus puissante que tout ce qu'il a put rencontrer jusqu'à présent. Bien plus puissante que lui... Et il est compromis.

Il mettra en danger ses amis, et ses collègues de la Société, par sa simple présence. Il n'aurait pas dut franchir le portail, mais il est trop tard pour faire marche arrière. Il terminera la mission... où mourra en essayant. La dernière option lui apparait la plus probable...

Ils arrivent à la Gare et une autre horreur s'offre a ses yeux.

Une femme mécanique, des enfants monstrueux, une énigme a résoudre.

J'Onn ne connait pas les œuvres de Lovecraft. Il ne s'est jamais intéressé au genre 'horreur' de la littérature Terrienne, mais peut-être aurait-il dut. Peut-être aurait-il put répondre si seulement il avait un point quelconque de référence... Mais, comme les humains disent, il est complètement paumé...

Jusqu'à ce que des mots soient murmurés dans son esprit par une source qu'il n'arrive pas a identifier. Peut-être est-ce Ray, il semble être à l'aise avec cet univers étrange. Ils sont tous liés mentalement - mais pas a travers lui.

Il ouvre cependant la bouche pour parler, presque contre sa propre volonté.

"Sous l'œil froid d'un soleil mort, le sang verdant inonde les plaines rougeoyantes, et je me tiens telle une effigie, un vigile, une relique d'un lointain passé oublié, observant la fin. Je vois, mais je suis aveugle, j'entends mais je ne peux savoir, je parle sans voix. Je suis la sentinelle, le rescapé, l'unique."


Puis il se tait, et sa voix, qui résonna étrangement, trop profonde, trop grave, presque comme dans une transe, retourne au silence de ces lieux abjects. Comme la sentinelle de ses paroles, il semble figé dans le temps, et fixe un point qui est au-delà de tout ce qui l'entouré. Les murmure sont diffus mais habitent encore son esprit... Peut-être est-il condamné après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 15/06/2016
Messages : 251
DC : none
Situation : devient hautement dangereux
Localisations : Présumé mort, quelque part dans un lieu oublié
Groupes : Sans pour l'instant

New Titans
MessagePosté le: Mer 24 Mai 2017 - 14:06

Je reste en retrait, observant mes compagnons et ce "Roi jaune" à la figure d'Atom ou plutôt de Ray Palmer l'humain. Eux sont impactés par l'environnement néfaste et étranger qui siège ici. Je les vois se dégrader visiblement, tantôt si forts de l'autre côté et si fragilisés par cet univers qui se nourrit d'eux plus qu'autre chose. Manhunter n'est pas dans de meilleures dispositions, mon petit coup de pouce suffit à peine à le garder cohérent physiquement, le mental semble fonctionner beaucoup mieux semble-t-il.

C'est Liberty qui m'inquiète et sa transformation me donne raison. Son double d'ici en a pris le contrôle, pour un bien ? Pour un mal ? Je ne les connais pas et ne peux prévoir leurs réactions, savoir leurs intentions, définir les limites des sacrifices qu'ils sont prêts à faire pour atteindre le but qu'ils se sont fixé et auquel ils nous font participer bien contre notre propre liberté et notre libre arbitre aussi. Je n'aime pas cette sensation d'être manipulé comme le disait Liberty à l'instant et conduit vers une destination que je ne peux appréhender.

Ce que je ne peux supporter, c'est cette impression de déjà vu, de déjà ressenti qui s'est insinuée en moi depuis notre arrivée ici, comme si ce qui nous entoure avait une nature familière, personnelle ... Mais laquelle ?

Nous voilà donc partis avec comme guide une Belle zombifiée, pilotée par son double local. Le roi jaune nous lâche, retournant à l'ombre et nous nous retrouvons dehors, déjà poursuivis par les autorités personnifiées en une sorte de machine semble-t-il dont l’attention est détournée par les membres d’un mouvement de résistance à ce pouvoir omnipotent, les « Grévistes ». Drôle d’appellation non ?

Je voyais dans mon esprit une bande d’excités avec des drapeaux et des brassards soufflant dans des trompettes ou des sifflets, mais ce n’était à l’évidence pas ça du tout … Chez nous, on aurait plutôt dit des anarchistes non ? Autres lieux, autres mœurs et autres langages dit-on, ici, c’était un bon exemple …
J’en étais à me demander si Darkseid n’était venu ici un jour pour y prendre quelques une de ses idées horribles, pas de doute possible !

J’avance donc avec les autres, un peu en arrière pour reluquer les environs et pousser devant moi un Brandy dont le cerveau a cédé face aux conditions. Nous devons rejoindre une sorte de train si j’ai bien compris.

Cette ville vous donnerait le cafard en moins d’une demi-journée, seul avantage, pas de taxe d’espaces verts à payer, ils ont oublié les pelouses et les arbres dans le projet. Pourtant, dans toute cette sombre architecture, des effets me laissent toujours cette impression de déjà vu, de connu, de familier, sans que je n’arrive à mettre le doigt dessus.

Finalement, nous arrivons sans encombre à destination, un truc encore plus glauque que le reste.

Le bâtiment a l’air d’une pustule plus grosse que le reste et à la place d’un préposé aux tickets une chose tenant plus de la machine à composter que d’une humaine nous barre la route avec de chaque côtés ce qui ressemble à une progéniture aussi peu engageante. Et voilà qu’elle qui nous demande non pas nos billets mais un justificatif de voyage …

J’assiste alors à la plus ahurissante des scènes. Frau Freiheit aux commandes de Liberty se livre à un petit jeu d’énigmes après avoir indiqué notre raison d’être ici. Elle nous sort une extravagance linguistique sans vraiment queue ni tête avant de nous intimer de faire la même chose …

C’est bien beau ça ! Mais quoi dire à ce truc !?!

Une conversation silencieuse plus tard, j’ai mon propre morceau choisi de ce qu’ils appellent une œuvre de fiction, œuvre où nous marchons aujourd’hui en plein jour, si on peut dire, preuve que son auteur n’avait pas autant d’imagination que ça, mais une bonne mémoire au demeurant …

Je m’avance donc après le Martian et récite la strophe que je viens d’essayer, non de comprendre, mais de mémoriser :
“Il y a des horreurs, aux frontières de la vie, que nous ne soupçonnons pas, et de temps à autre, la funeste curiosité d'un homme les met à portée de nous nuire.”

Tiens ! Prends ça dans les mirettes et mijote le moi pour voir ! Moi-même j’essaye encore d’y trouver un sens quelques instants avant de réaliser que pour les Néo-Dieux, c’est si évident … Et du coup, ce qui me semblait si familier prend toute sa dimension. Je commence à voir clair dans ce qu’ils nomment les Grands Anciens … Ils sont si jeunes ceux là que ce qui leur semble vieux n’est pour nous même pas la fin de l’enfance ….



Foncer dans le tas et parler après si c'est encore possible, telle est ma devise !
My hostility kept me from making many friends.  --Orion (New Earth)
(Statut RP : 3/5)
(merci à John Constantine pour cet avatar)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 02/05/2014
Messages : 180
DC : Animateur géré par Liberty Belle
Localisations : Coast City
New Titans
MessagePosté le: Sam 27 Mai 2017 - 22:49
La femme-machine émit un bourdonnement, à la manière d'un insecte chuchotant dans les ténèbres. Puis, ses yeux morts clignèrent pour la première fois et elle lança d'une voix mécanique :

"BIENVENUE A BORD / LE DECOLLAGE EST IMMINENT / ET L'ARRIVEE AU LAC DE HALI EST PREVUE POUR DANS DEUX UNITES TENEBRIENNES"

Le toit de la gare, ressemblant à une membrane bio-organique s'ouvrit et révéla un ciel de traîne, tourmenté par d'épais nuages qui n'annonçaient que de funestes présages.

Le vaisseau s'ouvrit et permit aux cinq compagnons de pénétrer à l'intérieur du véhicule. Là, la voix de la femme retentit à nouveau à mesure que l'embarcation s'élevait dans les airs.

"LAC DE HALI / CINQ PÊCHEURS A SES RIVAGES / ET CINQ PLACES DE PLUS VIENNENT DE SE LIBERER POUR L'ETERNITE / CAR CELUI QUI ENTRE ICI DOIT PERDRE TOUT ESPOIR"

*
* *

La traversée fut rapide et sans incident. A travers les hublots, les héros pouvaient observer les étendues désertiques et grises de la Planète des Ténèbres. Nulle végétation, nulle vie. Seulement des machines de mort - squelettes mécaniques de gigantesques appareils roulants - parcouraient la lande dévastée.

La mort, la mort à perte de vue. Le désespoir pour ce qui n'était qu'organique. Et nulle part n'était visible cette couleur qui n'avait pas de nom et qui semblait être le principe actif de ce monde, dorénavant corrompu par l'empreinte des Grands Anciens...

*
* *

La machine-femme leur apprit, néanmoins, négligemment, qu'ils n'avaient pas été les premiers aujourd'hui à prendre ce vol. Que d'étranges étrangers, sanglés dans du cuir, avaient demandé à traverser. Et avaient su réciter le credo des Ténèbres aussi bien que l'aurait fait un Grand Ancien lui-même ! Et l'un d'eux...

... l'un d'eux était en fauteuil roulant !

Schneider. Le Général-SS Schneider. Jace. Brandt. Et leurs troupes de choc. Ils étaient là. Et ils avaient déjà atteint depuis un bon moment le Lac de Hali, première étape vers la mystérieuse et terrifiante Kadath, demeure des Dieux-très-anciens, où celui qui y pose le pied est transfiguré à tout jamais et obtient la puissance et le contrôle sur tout...

*
* *

L'appareil se posa au bord d'une étendue d'eau noire et pestilentielle, aux pieds de gigantesques montagnes - plus hautes que nulle montagne terrestre - dont les sommets narguaient de manière inquiétante les héros, Brandy et Frau Freiheit.

Et clapotant de manière sinistre, quelque chose dans l'eau sombre faisait du bruit, remuait l'eau. Quelque chose de l'autre côté du Lac de Hali. Ce lac qu'il allait falloir franchir pour arriver au début de la piste, celle qui menait de l'autre côté des montagnes. Pourtant il n'y avait nulle trace d'une quelconque embarcation...

Et du bon côté du Lac, là où sur la berge s'accumulaient de nombreuses et misérables cabanes de pêcheurs, un homme - qui paraissait en être un - se baignait nu dans l'eau...


Des habitants décharnés et vêtus de haillons se prosternaient devant l'individu et lui jetait des choses qui paraissaient précieuses. Des bijoux. Des objets manufacturés. Ils s'écriaient :

"La Gloïre est notre sauveur ! Il lave nos pêchés ! Et nous le payons pour cela !"

[Comme d'habitude, une semaine pour répondre ! Bon jeu les copains !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/05/2016
Messages : 280
DC : Jade, Razorsharp & Tara Markov
Localisations : Philadelphie
New Titans
MessagePosté le: Sam 27 Mai 2017 - 23:03
Tous avait réussi à réciter le credo et la femme-machine avait été leurrée. Comme elle l'avait déjà été, un peu plus tôt dans la journée par les agents nazis des Grands Anciens.

Frau Freiheit jura dans la langue secrète de son peuple : elle maudissait les Dieux très sombres et leurs alliés ! Car qu'étaient deux combattants de la liberté, comme elle ou le-Roi-en-Jaune, face à la toute puissance hypnotique de ceux-qui-dormaient-à-tout-jamais dans leur vaisseau ?

Elle savait très bien que nul parmi eux ne pourrait tenir plus d'une seconde face au Behemoth.

Et alors que le vaisseau s'envolait dans les airs, Freiheit se tint le ventre. Martian Manhunter avait vu la noirceur en elle ? Elle grimaça : ce n'était pas ce qu'il pourrait penser mais, oui, elle était damnée et maudite.

Pour la liberté. Pour la sagesse.

Et il allait falloir qu'ils se damnent, eux aussi, pour la justice et la lumière. Faute de quoi tout sera perdu et les Grands Anciens triompheront !

*
* *

Arrivés sur les rivages du Lac de Hali, Frau Freiheit observa les hallucinantes montagnes noires et anciennes. Son esprit n'était pas adapté à de telles émotions. Car elle savait que derrière cette paroi prétendument infranchissable se tenait la demeure des Dieux... mais il n'était pas - normalement - leur lot que de fouler du pied la blancheur immaculée des neiges perpétuelles du Plateau de Leng, ni de déranger la poussière millénaire de Kadath que même en rêve on ne pouvait troubler.

Car ces lieux sont mystiques et irréels. Du moins, elle le pensait jusqu'à présent. Mais pour rattraper les nazis de l'Univers-A dans leur trekking insensé, il allait falloir accomplir l'impossible et se rendre de l'autre côté du Lac de Hali.

Freiheit lança ses pensées au travers des esprits de ses compagnons de route. Elle leur tint ce discours :

"Le Lac de Hali doit être traversé. On ne peut le survoler et on ne peut le contourner. Mais une créature y rode, une créature qui dévore les impétrants insuffisamment préparés. Une créature que jamais personne n'a vu, cette dernière se tenant toujours à distance respectable de la berge..."

Elle marqua une pause, fixant de son regard pénétrant le clapotis sinistre - seule manifestation visible de ladite monstruosité - qui se trouvait de l'autre côté... du côté qu'ils devaient rejoindre. Elle soupira mentalement et reprit :

"La Gloïre, l'homme que vous voyez se baigner a une affinité avec ces eaux. Il y passe le plus clair de son temps et permet aux pêcheurs que vous voyez de pêcher, en échange d'une part de leur âme... La Gloïre se charge des choses dont personne ne veut... Il peut être intéressant à interroger..."

Car Frau Freiheit était dorénavant elle-même, à l'instar de son homologue de l'Univers-A, perdue et dans les ténèbres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 21/11/2015
Messages : 616
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Dim 28 Mai 2017 - 13:37
Après un entretien télépathique avec ses camarades, Ray Palmer a délivré sa propre version du poème gothique exigé par la terrible machine-vivante qui leur fait face - et intervient comme un barrage entre eux et leur moyen de transport vers le Lac de Hali.
Heureusement, J'Onn et Orion parviennent à énoncer des mots repoussants et terrifiants... qui sont suffisants pour déclencher l'accord puis le fonctionnement de la créature devant eux, qui accepte de leur autoriser l'accès au moyen de transport - direction le Lac de Hali, et les horreurs qu'il charrie dans l'imaginaire populaire et collectif.


"Ouf..."

Le toit de la gare s'ouvre, comme le véhicule qu'ils doivent emprunter.
Avec des gestes lents, prudents mais déterminés, Atom pénètre à l'intérieur, et ne peut réprimer des grimaces de dégoût en découvrant l'intérieur. Il vient se poster directement contre une membrane, une paroi, et fige son regard sur un hublot.
Tandis que l'appareil s'élève dans les airs, il pousse un profond soupir - et laisse quelques mots s'échapper de ses lèvres pincées par la tension.


"Celui qui entre ici doit perdre tout espoir... Dante Alighieri hante l'imaginaire des écrivains fantastiques depuis des siècles... après toutes nos découvertes du jour, je ne serais pas étonné, maintenant, que certaines de ses idées soient venues d'ici."

Il secoue légèrement la tête, puis passe lentement sa main sur son visage à moitié masqué.

"La Divine Comédie aurait pleinement sa place dans un tel décor..."

Le voyage continue, donc.
Dans l'observation de l'Horreur et du Désespoir, qui les entourent et règnent pleinement dans ce monde abominable.


**
*
**

Plus tard, le véhicule impie et repoussant se pose, libérant les surprenants voyageurs, déjà touchés par les événements.
Si, physiquement, ils continuent de subir les conséquences douloureuses de leur présence dans cette Dimension qui n'a de cesse de les affaiblir et de les repousser pour les faire quitter ce plan qui n'est pas fait pour eux, les Héros de la Justice Society of America souffrent également psychologiquement. Au-delà de l'impact de la révélation de l'identité du Roi-en-Jaune, c'est bien le fait d'évoluer dans un milieu qui leur est étranger, à avancer dans un monde qui les dégoûte, pour tenter de réaliser l'impossible qui est terrible...
Comme de savoir que le trio ennemi les a déjà devancés. Comme de savoir que leurs adversaires sont déjà un peu plus loin, ayant survécu aux premières étapes douloureuses et violentes. Comme de savoir que le pire, tout simplement, est encore à venir.

Ray tente de chasser ces pensées négatives, déprimantes, nées de cet environnement désespérant pour se concentrer sur le Présent - la mission. La prochaine étape à réaliser, pour continuer encore et encore, pour tenter de s'en sortir... pour tenter d'arrêter le Mal, tout simplement.
Même si le Mal est, au fond, éternel ; et extrêmement diversifié, ici.


"Bon dieu."

Palmer soupire, en découvrant les montagnes sombres et maléfiques - mais aussi le Lac de Hali, qui a hanté ses lectures d'enfance en tentant de l'imaginer. Il craignait d'être déçu, mais... même son imagination débridée ne pouvait créer une telle vision, une telle horreur.
S'il survit à cette histoire, et s'il n'en finit pas dément... il aura de la chance. Vraiment beaucoup de chance.


"J'imagine que personne ne peut décrire cette créature, Frau Freiheit, car personne n'y a jamais survécu..."

L'être qui possède et contrôle actuellement Liberty Belle s'est lancée dans un discours explicatif bienvenu - mais Atom ne peut s'empêcher de se méfier d'elle. Déjà, car elle est actuellement dans le corps d'une amie, d'une amie proche, et qu'il voit très bien qu'elle se tient le ventre et a donc des difficultés à rester dans cette position ; ensuite, car même si elle veut bien agir, elle est une ressortissante de ce monde... et cela le trouble, car il ne voit ici que des éléments repoussants et terrifiants.
Malgré sa bonne volonté, Frau Freiheit est d'ici - et elle n'est donc pas pleinement digne de confiance.


"Hem. La Gloïre."

Les yeux fixés sur l'étrange homme plongé dans le Lac de Hali, il entend les paroles des habitants, il écoute le discours de Frau Freiheit - et creuse dans sa mémoire, tentant de se rappeler pourquoi ce nom lui rappelle quelque chose. Quelque chose, oui... mais quoi ? Ou qui, plutôt ?
Et, après que Frau Freiheit ait proposé d'aller interroger l'homme, la lumière se fait enfin - les souvenirs se réactivent. Et une grimace étrange glisse lentement sur son visage.


"L’Arrache-cœur, de Boris Vian. Un roman étrange, fantastique, où La Gloïre est un vieil homme qui a pour mission de récupérer dans une étendue d'eau les éléments jetés par les habitants - qui illustrent leur honte. Il absorbe leur honte, et leur permet de commettre des actes innommables, sans trouble de conscience."

Il soupire, puis se tourne vers ses camarades.

"Au vu de la réaction des habitants... du Lac... oui, ça semble être lié, et ça ne serait pas étonnant que Vian ait aussi été influencé par cette Dimension."

Atom regarde encore une fois La Gloïre, puis refixe son attention sur ses alliés.

"Autant y aller, alors."

D'un pas décidé, mais prudent, le scientifique s'avance et s'approche du rivage. Il passe à proximité des habitants décharnés et repoussants, retient quelques grimaces, puis s'arrête à l'arrivée des vagues.
Il laisse une nouvelle fois son regard glisser sur La Gloïre - puis se lance, conscient que sa connaissance de la littérature fantastique et populaire lui donne ici un avantage.


"Salutations, La Gloïre. Nous entendons traverser le Lac de Hali, pour les mêmes raisons que ceux qui nous ont précédé."

Pour lui, pas de doute : le trio Nazi est déjà venu là, et a certainement déjà sollicité les services de la Gloïre ; la question est maintenant de trouver un moyen de les suivre, voir de les dépasser.

"Que veux-tu, pour nous faire traverser ? Que veux-tu, pour poursuivre notre quête - et nos cibles ?"

Il croise les bras, et attend.
Atom sait qu'il va droit au but - et La Gloïre risque de ne pas apprécier. Mais ils n'ont guère de temps à perdre en diplomatie... ni eux, ni les Univers ne peuvent attendre !


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 15/06/2016
Messages : 251
DC : none
Situation : devient hautement dangereux
Localisations : Présumé mort, quelque part dans un lieu oublié
Groupes : Sans pour l'instant

New Titans
MessagePosté le: Lun 29 Mai 2017 - 10:59
*********************

Le voyage est aussi monotone et abject que la chef de gare. Le paysage n'est pas sans me rappeler Apokolips. Combien de fois suis donc passé d'un monde à l'autre, de New-Genesis à la planète de Darkseid je veux dire, et combien de fois n'ais je ressenti ce même sentiment de désolation qu'aujourd'hui.

Qui pouvaient être ces Anciens pour se révéler aussi semblable dans leur conception que mon géniteur ? Ici la vie est effacée, la nature brisée et anéantie, pervertie si elle résistait un peu avant son éradication.

Et le but de notre voyage ne fait pas défaut à cette constatation ni les mines de mes camarades de mission qui sont de plus en plus marqués par l'environnement qui les tue à petit feu.
Nous voici au lac, une chose laiteuse comme l'eau de l'aquarium qu'un ami m'avait laissé en charge alors qu'il partait un mois entier en vacances à l'étranger. Il m'avait demandé de nourrir ses poissons, mais ma générosité et mon ignorance secondées par des température plus que chaleureuses avaient contribué à rendre insalubre ce petit biotope.

Quand il était revenu, il ne restait que quelques survivants à peine frétillants au milieu du liquide opaque saturé de pourriture. Ce monde était exactement dans le même état sauf que là, quelque chose se nourrissait de sa substance ... Les Anciens ou quelque chose qu'ils avaient laissé libre sans surveillance ...

Les habitants étaient dans le même état que les pauvres poissons de mon ami, décharnés et dégénérés, et l'un d'eux faisait trempette dans un rituel que nous découvrions à peine le pied posé sur le sol.

Liberty, enfin celle qui l'occupe actuellement, nous annonce la couleur immédiatement. Pas de survol ni de contournement ... Et pour couronner le tout une cochonnerie qui rôde sous cette surface impénétrable prête à nous bouffer, enfin à essayer.

Elle nous invite à entrer en contact avec le gars qui prend son bain ... Pourquoi pas ? Atom prend immédiatement les devant et s'y colle, mais avant de s'en approcher, il évoque un roman que j'ai lu en son temps, il traînant sur une étagère poussiéreuse en Allemagne et je le lisais dans la langue de Goethe tout en remuant la choucroute ...

Pas terrible comme livre, un peu touffu et farfelu, mais certains passages étaient emprunts d'une réalité qui me parlait ... Hors du système Terrestre usuel ...

Atom va droit au but, comme à son habitude, et use d'une vieille ruse en supposant que les Nazis ont utilisés les service de cet homme là. Mais de ma lecture me revient un détail ... Le personnage principal de cet ouvrage sur un monde abracadabrant met à un moment les enfants en cage pour ne pas qu'ils volent après qu'ils aient consommé des limaces bleues ... Et justement, des limaces bleues, on en voit plein qui ondulent sous la surface de l'eau, leurs petits dos apparaissant de temps à autres à l'air libre ...

Pourquoi pas ?

Petite demande à mon A4, et après analyse et spectrométrie, il s'avère que les ingérer ne serait pas nuisible, juste dégueulasse pendant la prise, et, fait important, que plus on s'éloigne du bord, plus la taille des bestioles devient importante ...
Je tapote sur l'épaule de Liberty et lui demande :

Hey Miss ? Faudrait demander si il peut nous demander un taxi non ? Je lui montre au large un dos bleuté de la taille d'un autobus qui vient de crever brièvement la surface des flots avant de disparaître. A moins qu'en mangeant ces trucs on puisse survoler les flots sans danger d'être interceptés ? Au pire, je nous ouvre un Boom-Tube ou même je transforme mon A4 en glisseur pour tous ... Qu'est ce que tu en penses ?



Foncer dans le tas et parler après si c'est encore possible, telle est ma devise !
My hostility kept me from making many friends.  --Orion (New Earth)
(Statut RP : 3/5)
(merci à John Constantine pour cet avatar)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mer 31 Mai 2017 - 3:10
Heureusement, le femme mécanique accepte leurs réponse et leur donne accès au train, et J'Onn suit les autres dans le compartiment sombre et glauque, comme tout le reste de ce monde. IL se sent toujours... déconnecté, étrangement effacé, presque irréel. Sa fugace, brève rencontre mentale avec l'entité qui habite ce monde a laissé une marque profonde sur sa psyché, qu'il n'est pas prêt d'oublier. Alors que le train démarre et part de la gare, le Martien se poste dans un coin et observe, en silence, le paysage par une fenêtre qui se trouve près de lui.

Ils ont été chanceux lors de cette rencontre. Leurs 'mots de passe' ont été correct, mais J'Onn ne comprends toujours pas leur signification, ni d'où ils pouvaient venir. Quand les mots qu'il a prononcé lui ont été murmuré, il était toujours trop choqué, trop révulsé et horrifié, par sa précédente expérience pour noter qui la lui avait donné, mais il lui semble que ça avait de l'importance. Lentement, alors qu'ils voyagent, il s'approche enfin de Ray, qui semble le plus versé dans ces étranges connaissances, et se poste près de lui, son expression sombre et tourmentée.

"Ray." Commence-t-il. "Je... je ne sais pas a quel point je pourrais vous être utile ici." Admet-t-il enfin, donnant voix a ses inquiétudes. "Je ne connais malheureusement rien a la littérature d'horreur terrienne... Et ce n'était pas un genre connu ou très utilisé sur Mars. Mes connaissance dans ce domaine sont... dangereusement limitées."

Il soupire, son ton est tendu, presque tremblant. Il y a définitivement quelques chose qui le tourmente, qui le hante, dans cet endroit. Un rire démoniaque, grinçant comme un gond de m.tal rouillé, résonne pendant un moment dans sa tête et il ferme les yeux, le repoussant avec toute la force de sa volonté.

"J'ai peur d'être compromis..." Dit-il a nouveau, sa voix presque inaudible et, oui, terrifiée. "J'ai... fait l'erreur d'étendre mon esprit pour... ressentir cet endroit. J'ai... j'ai été noté par quelques chose de très ancien qui sait que je suis là et qui semble... qui est toujours là, au fond de mon esprit. Je... pourrais tous vous mettre en danger."

Il ne mentionne pas l'horreur causé par cette réalisation ou par ce qu'il a put ressentir en cette présence qui est le Mal incarné... et aussi ancienne que l'Univers, ou proche de l'être. Il décide de ne rien dire de plus, et reporte son attention sur la fenêtre.

Espérant que son manque de jugement précédent ne reviendra pas les hanter...

***

Ils arrivent enfin a destination.

Le Lac de Hali est un endroit glauque, sale, répugnant, tout comme le reste de ce monde, et J'Onn n'est pas surprit de se retrouver devant un autre obstacle. Un autre qu'il ne comprends pas ni ne connait. Il reste en retrait alors que Ray parle a cet homme qui se fait appeler La Gloïre et qui pourrait bien être leur seule chance d'atteindre l'autre rive du lac. Quant a lui, il se poste sur la rive près des autres et regarde vers le large, les eaux blanches et putride le faisant frémir de dégoût.

Il est hors de question de mettre un pieds dans ce lac. Même sans l'avertissement d'une créature qui hanterait ces eaux et tuerait les voyageurs, J'Onn ne s'y serait pas aventuré. C'est comme... quelques chose de gluant, de malsain et putréfié qui bouge et rampe lentement comme un cauchemar animé. Il rétracte vite son esprit encore plus profondément. Il ferme les yeux et prends une grande inspiration, qu'il relâche en un profond soupir.

Puis il rouvre les yeux et les pose sur Orion suite a ses dernières paroles qu'il a entendu. Et il n'en croit pas ses oreilles. Il regarde encore dans l'eau et voit une limace bleu de la taille d'un chat environ qui nage près de la surface. Manger une de ces choses? SOn estomac se retourne rien que de l'imaginer...

"Est-ce que c'est sérieux?" Demande-t-il finalement, incapable de se retenir, trop horrifié et dégoûté pour se taire. "Il y a surement un autre moyen! C'est... répugnant!"

Ses yeux étrécit, ses lèvres pincées et son teint un peu pâle dénote bien de son état d'esprit actuel en ce qui concerne cette idée en particulier. En fin de comptes, il dit plus calmement.

"Laissons d'abord Atom tenter de négocier notre passage, avant de faire quelques chose d'aussi... drastique."
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 02/05/2014
Messages : 180
DC : Animateur géré par Liberty Belle
Localisations : Coast City
New Titans
MessagePosté le: Dim 18 Juin 2017 - 8:55

L'homme décharné que l'on appelait La Gloïre se redressa aux paroles d'Atom et se tint, devant les héros, nu, de l'eau croupie et laiteuse à mi-cuisse.

Il avait l'air dans un tel état d'épuisement qu'il semblait miraculeux qu'il puisse se tenir debout. Il paraissait être fait en basalte et y'aurait-il eu une bourrasque de vent qu'il aurait pu s'envoler dans les airs.

Il observa Atom et ses camarades d'un œil vide puis entreprit de répondre d'une voix caverneuse et lente, comme si chacun des mots venaient du fin fond des temps.

"Vouloir ? Qu'est-ce ?"

Un regain d'intérêt pétilla dans le regard terne de l'homme. Il ajouta :

"Cela fait tant de temps que je suis ce que je suis et que je ne désire plus rien... Je suis au bord de l'eau et je me baigne dans le Lac et je l'entretiens avec de l'or et des objets précieux..."

Il se pencha et fouilla les eaux à ses pieds. Il en sortit un vélo d'enfant rouillé et un épluche patate. Il exhiba un instant les objets puis les laissa choir dans le lac.

"Avec ces choses que l'on oublie, les pêcheurs peuvent pêcher dans ces eaux d'amertume. Le poisson y est fort mauvais et il émousse le sentiment. Mais ce n'est qu'ainsi que la Tragédie millénaire peut se jouer aux pieds des montagnes qui rendent fous ! Et la barbarie de la vie sur les berges du Lac de Hali dans toute sa splendeur peut être vécue par les autochtones pécheurs : en l'absence de toute conscience..."

Il s'arrêta et toisa Atom. Un léger sourire vint s'afficher sur ses lèvres :

"Aller de l'autre côté ? Une embarcation ?"

Il secoua la tête, un brin désolé.

"Ces eaux sont étranges. Rien ne peut y flotter : même le bois y coule à pic. Seul un corps humain ou ces immondes limaces peuvent y tenir, au prix d'immenses efforts. Mais l'amertume rend fou ! Et au moment d'affronter la-Grande-Baleine-Blanche, votre folie sera peut-être votre perte..."

Son regard allait vers la chose indistincte qui se trouvait de l'autre côté du lac.

Il soupira.

"Aujourd'hui, des hommes en noir ont voulu traverser. Ils ont laissé sur place bon nombre d'objets et de pièces d'uniforme. Des outils manufacturés pour tuer leur prochain. Une chaise roulante. Ils ont traversé à la nage ou sur le dos de l'une des limaces bleues. L'une de ces dernières s'est envolée dans les airs mais la gravité a été trop forte - même pour elle - aux abords de l'autre rive. Ces montagnes sont magnétises ! Et l'une des tentacules de la-Grande-Baleine-Blanche l'a saisi et l'a tué. Car nul ne peut survoler les eaux du Lac de Hali... Cet homme est mort et les autres se sont entretués. Ou se sont crevés les yeux. Ou se sont noyés ou jetés dans la bouche de la chose pour y être dévorés. Ils ont été seulement une poignée - les plus insensibles, les plus forts - à rejoindre l'autre berge et à prendre le sentier à travers la montagne qui monte vers le Plateau maudit. La femme et l'infirme étaient parmi eux"

La Gloïre marqua une pause et soupira. Il avait l'air las, si las...

Marco Brandy qui avait quelque peu repris ses esprits s'écria :

"Il s'agit d'un sacrifice ! Ma vie doit disparaître dans sa forme première pour traverser le Lac"

Il poussa un rire dément et enleva sa veste et ses chaussures qu'il jeta directement dans les eaux laiteuses du Lac de Hali.

Il marqua une pause et tonna de sa voix de déséquilibré :

"C'est tellement bon de ne plus être soit ! C'est tellement bon de se libérer du poids des ans !"

Il enleva le reste de ses vêtements et - nu comme un ver - il ramassa une pierre qu'il lança en riant sur les misérables pêcheurs qui peuplaient la rive du Lac. Il ajouta, fier de lui :

"JE PEUX TOUT FAIRE !"

Et il fila vers les cabanes, un regard de dément sur le visage.

La Gloïre avertit les héros :

"Ces eaux rendent fous les esprits les mieux préparés... Souhaitez-vous vous soumettre à cette épreuve du feu ?"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 616
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Dim 18 Juin 2017 - 21:26
Les bras croisés, Ray Palmer fixe la Gloïre - immobile, figé.
Derrière lui, il sent ses camarades bouger, il entend leurs quelques mots et discours ; Orion, notamment, tente une initiative et envisage de trouver une solution à leurs difficultés... mais elle n'emporte pas la pleine adhésion des troupes.
L'esprit qui possède le corps de Liberty Belle demeure silencieux, tandis que J'Onn J'Onzz, clairement mal à l'aise dans ce monde après leurs petits échanges dans le train de transport, préfère attendre les résultats de la négociation entamée par le scientifique ; cette dernière ne tarde pas à venir, et à troubler encore les choses.


"Hem."

Il grogne, en entendant les premières paroles de la Gloïre - surprenantes, troublantes, mystérieuses, voire même dénuées de sens.
Ce dernier développe les caractéristiques du Lac de Hali, et de ses terribles dangers. A de nombreuses reprises, le scientifique grimace, change de position, est clairement mal à l'aise ; au-delà des douleurs ressenties par sa seule présence dans ce monde, douleurs physiques, démangeaisons et autres phénomènes désagréables, il est clair que son appréciation du programme le perturbe.

Pour passer le Lac de Hali, il faut un sacrifice - et espérer que l'amertume, le désespoir, la démence ne soient pas trop forts, pour leur permettre d'atteindre l'autre rive.
Il serait possible de passer via ces limaces, mais... non. Définitivement, non. Ça a tout de la mauvaise idée, et ils en ont subi beaucoup trop depuis le début de cette aventure - hors de question de tenter encore le diable.

Par la suite, la Gloïre confirme ses doutes : leurs adversaires ont tenté de passer le Lac de Hali. Si seulement une partie a réussi, il est aussi évident que leurs ennemis principaux sont parvenus à aller de l'autre côté... ils sont en retard, donc.
Et ils n'ont donc plus de temps à perdre.


"Bon, je ne vois pas d'autre solution..."

Atom se tourne pour discuter avec ses camarades - mais Marco Brandy le surprend.
De la pire des manières.


"Mais..."

Le chercheur se déshabille, entièrement, puis se lance dans un discours incohérent et dément... avant de filer vers les cabanes, malheureusement mû par une volonté fort peu amène pour les villageois. Même si le scientifique n'a pas d'a priori positif envers eux, notamment via sa lecture de Boris Vian, il est clair que tout ça ne veut rien dire de bon... et qu'il semble peu intelligent de laisser un Brandy s'acharner sur eux, qui qu'ils soient.

"Orion."

Son regard demeure fixé sur Marco, mais sa voix lasse et lourde reprend, dans l'étrangeté de l'ambiance qui règne dans ce lieu maudit.

"Peux-tu l'immobiliser, s'il-te-plaît ? Sans lui faire trop de mal ?"

Il soupire, puis se tourne directement vers ses alliés. Il hausse les épaules, puis reprend.

"Je ne me vois pas prendre une limace - et on n'a pas le temps. Il faut qu'on passe ce Lac, quoi qu'il en coûte. Quoi qu'il nous en coûte."

Un sacrifice - un sacrifice doit être fait avant les eaux.
Il soupire, secoue la tête, puis palpe son costume. Rapidement, Ray tombe sur quelque chose - mais il ne veut pas. Il repousse l'idée, initialement ; il la repousse, et il s'en veut d'y avoir pensé. Mais il y revient. Encore. Et encore.
Jusqu'à sortir l'objet - jusqu'à le regarder, directement.


"Ah."

Une photo... une photo de la Justice League, quand il l'a lancée.
Une photo de lui, de ses amis - et de Jade.
Palmer soupire, puis secoue la tête. Cette photo l'a suivi durant son périple ailleurs, dans ces autres Dimensions dangereuses... cette photo lui a permis de se raccrocher à quelque chose, quand il croyait avoir tout perdu.

Cette photo représente beaucoup, pour lui. Mais cette photo est brutalement projetée sur le sable du village.
Un sacrifice - terrible et brutal. Mais nécessaire pour la réussite de cette mission... et la survie du monde. Tout simplement.


"J'y vais. Suivez-moi, comme vous pouvez."

Atom soupire, puis pénètre directement dans les flots du Lac de Hali. Il ne tarde pas à s'immerger complètement, puis à commencer à nager.
Il tente de se concentrer, de fixer son attention sur des pensées positives - mais ça ne fonctionne pas. Pas vraiment.
Son esprit se délite, se dilue. Des flashs terribles glissent devant ses yeux. S'il continue à nager, à avancer, il sent son coeur battre plus fort - il sent ses tripes se nouer.

La colère monte.
La colère d'être obligé de se trouver ici ; la colère de sentir qu'il ne maîtrise plus rien ; la colère d'être encore manipulé par des événements cosmiques contraires ; la colère de n'avoir plus rien en contrôle... la colère, tout simplement.
La colère envers tous ceux qu'il a affronté - et tous ceux qui l'entourent.

La colère monte ; la démence aussi.
Le Lac de Hali réussit son effet... Atom n'est plus lui-même. Et gare à ceux qui oseraient s'approcher ou nager près de lui...


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Lun 26 Juin 2017 - 0:21
J'Onn se tient a l'écart, incertain de ce qu'il doit, ou peut, faire dans cette situation. Cet endroit le prends complètement au dépourvu, et il se sent... dénudé, vulnérable et a cran. Il écoute les paroles de La Gloire, et comprends que... quoi qu'il en coûte, ils doivent traverser ce lac et rejoindre l'autre côté.

Peu importe le prix.

Marco a perdu la raison définitivement, Orion le restreint comme il peut sans lui faire de mal. J'Onn... J'Onn est perdu. Il sent toujours cette présence qui englobe cet univers entier, peser sur son esprit. Presser contre ses défenses mentales et il sait, il sait sans l'ombre d'un doute, que quoi qu'elle soit, cette présence pourrait aisément les percer comme une feuille de papier de soie. Et que si elle le fait, aussi facilement et aussi destructivement, il sera perdu sans possibilité de retour. Il perdra la raison aussi certainement que leur infortuné ami Marco.

Et cette perspective le terrifie, le pétrifie, l'empêche de bouger alors que ses amis font le premier pas. Atom entre dans l'eau, déjà, et commence a nager, mais une vague de peur irrationelle mais puissante stop J'Onn juste au bord de l'eau. Il regarde vers le large et... sent que ce qui se trouve de l'autre côté le voit aussi aisément que s'il se trouvait juste en face de lui. Il le voit et il voit son esprit comme si c'était un livre ouvert.

"Non..." Murmure le martien, faisant un pas, puis un autre, en arrière.

L'eau est répugnante, répulsive, pas invitante. Quelques chose de terriblement malsain y nage et il le sent a travers tout son être. Quoi que ce soit, c'est capable de télépathie a un certain niveau et il n'aime vraiment pas ce qu'il peut ressentir. Un monstre vit dans ce lac. Ce lac est vivant et veut les dévorer... et ils n'ont pas le choix que de sauter dans sa gueule. J'Onn serre les poings et se lèvre deviennent une fine ligne de tension alors qu'il se bat contre lui même pour avancer, et pour mettre un pieds dans l'eau, puis un autre.

Et c'est comme un choc électrique.

Quelques chose de puissant le traverse de part en part et il se fige comme une statue, les yeux écarquillés et fixés sur le large. Il sent maintenant la démence, la folie, qui s'empare de son ami. Il est perdu dans les horreurs générés par le lac et il nage avec une rage et une folie qui ne font que croitre. L'esprit de Ray est en proie au chaos. Et il sent quelques chose qui tente d'influencer son propre esprit alors qu'il s'avance plus profondément dans le lac, arriver de l,autre côté son seul objectif maintenant.

Avec un sursaut de détermination, le martien touche les esprits de ses amis, alliés, et érige un bouclier autour de leur propre psychée pour les protéger des effets néfaste du lac. Le résultat est mitigé... il ne peut pas être certain qu'il a réussi, mais il contact néanmoins les autres télépathiquement.

*Je tente de protéger vos esprits contre l'influence néfaste de ce qui se trouve dans le lac. Je ne sais pas combien de temps je serai capable de tenir.* Admet-t-il, sentant la présence qui l'entoure peser lourdement contre les boucliers mentaux qu'il a érigés. *Assez longtemps pour atteindre l'autre côté, je l'espère.*
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 09/05/2016
Messages : 280
DC : Jade, Razorsharp & Tara Markov
Localisations : Philadelphie
New Titans
MessagePosté le: Jeu 6 Juil 2017 - 19:09
Frau Freiheit soupire quand La Gloïre parle de sacrifice, d'abandon de soi, de destruction de l'âme dans le but de sauver le corps.

Ce prophète miteux et galeux, récipiendaire final de la mauvaise conscience d'un monde sauvage et inhumain, est une sorte de déversoir pour le trop-plein de cette existence. Anus Mundi. Là où tout s'arrête et où plus rien ne commence.

Il était celui qui avait choisi de périr sur la croix pour que leur vie à toutes et à tous puissent être vécue. Et là, sur les rives du Lac de Hali, là où la pression de ce plan d'existence était la plus forte, il fallait se servir de ce que proposait La Gloïre comme d'un anti-corps...

... mais elle, l'héroïne de l'Univers-B, qui avait sacrifié sa propre existence à la protection de la dernière des Gardiennes, celle de la Sagesse, qui avait envoyé son esprit à travers la membrane dimensionnels - affrontant la douleur subtil et indicible qu'est celle de la réduction de l'âme en un point unique de l'espace pour pouvoir réaliser la translocation dimensionnelle - et avait méprisé à outrance sa propre existence... qu'avait-elle encore à sacrifier ?

La Gloïre permettait au matérialisme sordide des pêcheurs du Lac de Hali d'exister. Et toutes leurs sinistres pratiques et leurs dégueulasseries de la Foire au Vieux à la crucifixion des chevaux, en passant par le meurtre des petits apprentis, s'en trouvaient validés et facilités.

Elle, elle avait choisi l'idéalisme ascétique : son existence se réduisait à une peau de chagrin et elle se sentait déjà diaphane et légère. Comme un ange. Aurait-on soufflé sur elle qu'elle se serait éteinte à la manière d'une bougie dans le noir.

Frau Freiheit frissonna. Ray Palmer avait choisi son sacrifice et s'était enfoncé dans les eaux étranges du Lac de Hali. Le Martien utilisait ses formidables dons pour servir d'anti-virus pour ses alliés. Son esprit à elle (qu'elle partageait avec Liberty Belle) s'étiolait et finir par disparaître. Peut-être à la fin de la traversée ? Peut-être avant ? Une vie-triple grandissait en elle. Des trumeaux mentaux. Deux vrais jumeaux qui étaient bien d'ici et puis un troisième, héritage de l'Univers-A. Quand, elle ne sera plus et qu'elle disparaîtra, elle sera triple et le pressentiment mauvais du Martien sera de nature à se réaliser.

Bah ! Fi de bavardages et de craintes ! Elle était elle-même son propre sacrifice. Elle méprisa les sangsues et s'enfonça dans les eaux étranges du Lac de Hali, prête à voir sa psyché se consumer. Elle avait été et sera toujours une bonne nageuse, qu'elle vienne de l'Univers-A, comme du B. Elle s'élança, comme Libby Belle franchissant la Manche sous le tir nourri des avions allemands. Comme si cette nage était sa dernière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 15/06/2016
Messages : 251
DC : none
Situation : devient hautement dangereux
Localisations : Présumé mort, quelque part dans un lieu oublié
Groupes : Sans pour l'instant

New Titans
MessagePosté le: Ven 7 Juil 2017 - 16:16

Pas facile de retenir contre sa volonté un dément sans lui faire du mal, j’en arrive à le prendre sous le bras malgré ses cris, bien coincé alors que ses jambes s’agitent en tout sens. L’envie de lui mettre un bon coup sur la tête pour « l’endormir » me titille, mais je réserve cette extrémité pour un moment mieux choisi des fois qu’il reprendrait ses sens …

De fait, je ne fais qu’assister au plongeon d’Atom qui se met à progresser lentement en direction du large, suivi dans son sillage par quelques limaces paresseuses. Vient ensuite le tour de Martian qui prend sur lui pour avancer pied à pied dans cette plaie purulente de la taille d’un lac.

Enfin, c’est Liberty qui s’y colle à son tour, courageusement, aidée par son prédécesseur qui les soutient tous.

Est-ce mon tour ? Flanqué d’un Marco aussi nu qu’un ver, je réfléchis à ce qu’on nous a livré comme informations. On ne peut voler, sous peine d’être attiré ou d’attirer une monstruosité cachée sous les eaux. Si on se plonge dedans, même en ayant fait une sorte de don, on devient fou ou presque, quoique cela ne devrait pas me toucher plus que ça. Car je suis un Néo-Dieu, né dans une dimension hors des dimensions, appartenant à toutes et à aucune, baignant dans la technologie et la magie depuis mon premier souffle et n’étant que passagèrement affecté par l’une ou l’autre. Ce monde et ce qu’il contient, cet univers et ce qui le maintient en place, sont aussi naturels et manipulables que dans n’importe lesquels que je puisse traverser. S’ils m’affectent, ce ne sera que le temps que je m’adapte alors que mon A4 compensera … La preuve en est que je n’ai été affecté au début que quelques instants et que depuis, j’évolue bien mieux que n’importe lequel de ces autochtones.

Marco m’agace, et finalement, je l’expédie dans le monde des songes d’une tape ferme mais amicale.
Je ne peux voler, mais je peux essayer de flotter dessus, même de marcher et de courir éventuellement si mon Harnais venait à être défaillant …

De fait, j’avance résolument vers la berge tout en ressentant les efforts menés par Martian pour nous prodiguer sa protection, activité que je ressens dans mon cerveau comme une odeur de fleur dans un champ de défécations. Je n’y prête pas attention, essayant de lui indiquer de porter ses attentions sur les autres car, comme on s’habitue à la puanteur des villes, à l’odeur des étables ou du fumier, mon âme élude les agressions et y reste insensible maintenant.

Lorsque j’entre dans « l’eau », portant maintenant mon chargement sur l’épaule comme un sac de son, je ressens la résistance de ce liquide au début qui me demande bien plus d’efforts que son équivalent terrien, puis, après plusieurs pas, mon armure compense avant que finalement mes muscles s’adaptent d’eux même. Mais ce n’est pas ce que je veux. Nager serait trop lent et mes coéquipiers risquent leur santé mentale dans l’affaire.

Mon A4 se met alors en fonction et mes pas viennent battre la surface comme si je cheminais sur une surface molle et souple. Les limaces qui me suivaient au début firent demi-tour et en quelques enjambées, je rejoignais Liberty Belle qui soufflait à qui mieux mieux pour avancer.

De mon bras libre, pliant le genou pour l’atteindre, je l’attrape par la ceinture et l’extirpe de sa gangue, toujours battant des bras et des jambes pour nager, comme une automate.

Hey Miss ? Si vous voulez bien vous agripper à ma propre ceinture, mon harnais prolongera son action sur vous … Ho hé ?!?
Elle avait le regard fixe et continuait à s’agiter au bout de mon bras que j’avais soulevé jusqu’à hauteur de mon visage, remarquant son regard fixe et ses traits tirés alors qu’elle s’égouttait peu à peu du jus qui la couvrait.

Une lueur d’intellect vint s’allumer dans ses yeux soudain et je la soutenais un peu tout en glissant sa main dans mon ceinturon et en reprenant ma progression vers son prédécesseur qui peinait lui aussi un peu plus loin …
Comme prévu, le champ protecteur s’étendit et l’engloba, m’aidant ainsi à la faire marcher plus efficacement de pas en pas et nous permettant de rattraper notre seconde cible.

Je vais devoir vous lâcher une seconde pour chopper Martian, ça va aller ? Ne lâchez pas votre prise sur mon harnais, ok ?

Et je me penchais pour la seconde fois et extirpais Manhunter à son tour.


Foncer dans le tas et parler après si c'est encore possible, telle est ma devise !
My hostility kept me from making many friends.  --Orion (New Earth)
(Statut RP : 3/5)
(merci à John Constantine pour cet avatar)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[JSA] Dans les ténèbres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Lovecraft, H.P] Celui qui chuchotait dans les ténèbres
» AT n° 9 : Et ils tombèrent dans les ténèbres...
» Descent
» Perdu dans les ténèbres de la nuit (PV Lilith)
» [L'Ivre-book] Proposition d'At The Tunnel's End, de Dans une autre vie peut-être, de Rouge pair et manque épisode 6, de Mes Nuits dans les ténèbres volume 1, de Lune de miel, de La Crypte des fantasmes, de Pour l'amour d'Yvi, de Cheveux de feu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: Espaces :: Les autres planètes-