[Titans] [Clinique de la Lumière Blanche, Pawtucket, Rhode Island, USA] Les dingues et les paumés


Inscription : 21/09/2015
Messages : 132
DC : Animatrice gérée par Jade
Localisations : Titans Tower
New Titans
MessagePosté le: Dim 30 Avr - 8:04

Le plan d'action établi par Lilith Clay était finalement simple et avait le mérite de donner du relief à des événements récents.

Il était évident que Psimon pourrait découvrir le pot aux roses mais... son secrétariat avait bel et bien confirmé que le misérable directeur de la Clinique de la Lumière Blanche était "absent pour une durée indéterminée". Lilith n'avait pas décelé l'hésitation qu'une secrétaire pouvait avoir au téléphone quand elle était en train de mentir - à la demande de son patron - pour se débarrasser d'un fâcheux, aussi elle déroula son bobard avec toute l'assurance de la clairvoyante qui avait pu voir - pour les prochaines heures du moins - un avenir clair, dégagé et sans le moindre nuage.

Il ne restait plus qu'à convaincre ses Titans de la pertinence de son plan.

La Clinique - mais aussi les personnes se servant de cet établissement comme d'une façade - devait déjà connaître tant la composition actuelle du groupe que le fait que Donna et Mammoth étaient venus rendre une petite visite lors de l'inauguration de la nouvelle Tour.

De même, la Clinique savait que les Titans savaient qu'elle existait. C'était évident.

Comme les Titans avaient une réputation de gentils et d'indécrottables idéalistes, Lilith pensait qu'il ne devrait pas être trop compliqué de faire croire aux sbires de Psimon que les Titans avaient avalé leur "trip" du "on a changé, on est devenu des gentils". Mais ça, c'était mal connaître tant les Nouveaux Titans que Lilith, qui n'avait jamais été réellement portée sur ce genre d'idéalisme...

... car quand on avait la tête dans les brumes du futur, il valait mieux avoir les pieds - les deux - bien ancrés sur la terre ferme.

Et toutes ses considérations donnèrent le plan d'action suivant...

*
**

Le véhicule de location avait filé en direction de la petite ville de Pawtucket depuis qu'ils avaient atterri à l'Aéroport de Providence... Le voyage depuis la Louisiane avait été agréable et sans incident. Du moins pour Lilith qui avait passé une bonne partie du vol sous ses écouteurs à profiter de la musique et de la vue à travers le hublot.

Lui faisaient-ils la gueule ? Elle haussa mentalement les épaules : quel besoin que de ressentir ce genre d'émotions négatives quand le plan adopté était celui... du destin !

La Clinique de la Lumière Blanche se situait plus précisément dans un village intégré administrativement à la ville de Pawtucket, à Pleasant View... rien que le nom, c'était tout un programme !

Elle leur avait expliqué le plan et que celui-ci serait d'autant plus simple et crédible que bon nombre d'éléments de ce dernier pouvaient être vérifiés par la Clinique.

Conner et Courtney Mason, alias Anima, allaient faire un séjour à la Clinique - sous leurs identités héroïques - dans la division de psychiatrie méta-humaine, en tant que patients. L'argument derrière leur internement volontaire était le suivant : tous deux, il y a peu, possédés par l'un des 7 pêchés capitaux et après avoir constaté de visu la belle rédemption de Mammoth, Conner et Courtney ont décidé de recourir à la même thérapie... ne serait-ce que parce qu'ils ont vu comment Donna avait triomphé de sa dépression légitime et était devenue une nouvelle femme ! Alors leurs propres troubles mentaux... eh bien, il y avait de l'espoir pour eux ! Jouer aux fous pour en savoir plus, tel était le but : pourquoi la Clinique ? Quel but poursuit-elle ? Quel est le lien avec la Zandie ? Avec Rao ? Mammoth, Donna Troy ? Autant de blancs qu'il allait falloir compléter. Et vite.

Bien évidemment, avant de les laisser Lilith avait apposé sur leurs esprits une légère protection mentale. Cela ne pourrait tenir face à un Psimon mais ça devrait leur permettre de résister aux mentalistes lambdas, le tout sans trop attirer les soupçons : cette résistance pourrait être mise sur le compte de la physiologie kryptonienne de Conner et les pouvoirs d'Anima demeuraient - à ce jour - mystérieux.

Lilith franchit au volant de sa voiture de location la guérite de sécurité et fila à travers l'immense parc de la Clinique qui se révéla sous ses yeux : une demeure de maître, comportant plusieurs étages et dépendances. Des patients en blouse blanche qui se promenaient (ou erraient pour les moins frais) dans le parc. Des infirmiers à la mine patibulaire qui n'aurait pas détonné sur un gangster. Tout cela n'était guère rassurant.

Et cela le devint encore moins quand - à peine le véhicule conduit par Lilith garé sur le petit parking prévu à cet effet - un homme en blouse blanche - un médecin psychiatre - débarqua.


"Bonjour" lança-t-il froidement. "Je suis le Dr. Moon, responsable de la Clinique en l'absence du Dr. Jones. J'imagine que vous êtes Mademoiselle Clay ?"

Lilith opina du chef et présenta rapidement ses passagers.

Moon enchaîna de sa voix agaçante et dénuée de toute chaleur humaine :

"Mademoiselle, Monsieur, la Clinique vous souhaite un séjour agréable en nos locaux. Vous verrez : vos vies vont changer pour le mieux et vous serez comme transfigurés quand vous aurez été purgés de vos émotions négatives... Mais... comme je crois lire le doute en vous, vous voulez peut-être me poser quelques questions avant que votre... tutrice ne vous laisse et que je vous montre vos chambres et le fonctionnement de l'établissement ? Hum ?"

Ce type était malsain, c'était évident. Et Lilith eut (presque) honte de laisser ses deux amis en ses lieux.

[Un tour tranquille pour commencer. Mais ça se corsera rapidement]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 22/02/2016
Messages : 236
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Dim 30 Avr - 23:21
Anima avait choisi de manifester sa réprobation en croisant les bras et en faisant la gueule pendant tout le trajet. Attitude aussi puérile qu'inutile, digne d'une adolescente capricieuse...

... mais n'était-ce pas ce qu'elle était ?

Car bien qu'ayant été possédée par le pêché de la paresse et pouvant - après avoir été croquée par un parasite ultra-terrestre pendant la crise "Bloodlines" - faire apparaître son armure d'ombres et invoquer un gros monstre violet appelé Animus, Courtney n'était qu'une jeune fille presque-comme-les-autres...

... sa vie était un champ de ruines. Sa famille était dispersée aux 4 coins des USA et pour sa majeure partie vivait à la rue...

... à l'exception de sa mère qui était dans une sorte d'asile.

Comme celui vers lequel Lilith les conduisait.

Donc forcément ça coinçait quelque peu pour Courtney. L'hôpital psy, c'était sa crainte majeure, qu'un jour elle soit si abîmée par la rue qu'elle finisse par y atterrir mi délirante, mi alcoolisée...

Elle frissonna de terreur quand le véhicule s'engagea dans l'établissement. Heureusement qu'à ses côtés il y avait Conner sinon elle aurait déjà pris la poudre d'escampette. Et elle ne pouvait le laisser tomber.

Alors, oui, elle avait conscience de la légitimité de sa mission. Tout ce que Lilith avait pu lui dire collait : Wonder Girl, Mammoth, Psimon... ça puait la manipulation mentale et il était évident - ne serait-ce que pour "guérir" leur pote, Donna Troy - que les Titans devaient intervenir. Ne serait-ce parce que tout cela, c'était une vaste farce, une infecte secte. Un truc pour forcer les gens à faire des trucs contre leur volonté tout en leur faisant croire qu'ils sont heureux. Et des trucs comme : donner tout son argent ; ou se faire sauter avec une ceinture explosive ; ou devenir l'une des innombrables compagnes du gourou.

Autant de choses qui donnaient la nausée à Courtney et qui lui donnaient envie de se faire plus forte qu'elle ne l'était et de se dépasser.

Alors elle avait dit oui. En partie par devoir, en partie pour se racheter de l'épisode des pêchés. Mais surtout à cause de Conner. Et de ce qu'il avait fait pour elle.

Tous deux avaient été infectés par les pêchés et pourraient donner du crédit au mensonge de Lilith. D'ailleurs, nul besoin d'être grand clerc pour se rendre compte que Courtney avait des problèmes qui influaient sur son mental...

Aussi quand le Dr. Moon fit son apparition, elle laissa Lilith faire la causette. Autant en finir au plus vite, car plus vite elle serait admise dans l'établissement et plus vite elle pourrait obtenir les renseignements demandés et se barrer...

Inutile de dire qu'elle la sentait mal cette mission. Très mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani

Inscription : 05/12/2016
Messages : 1553
DC : Deadshot.
Situation : A troqué son S pour une chauve-souris.
Localisations : Gotham City.
New Titans
MessagePosté le: Dim 14 Mai - 19:05
Conner n'aimait pas être ici.

Pour être exact, Conner aurait voulu être partout sauf ici.

D'une part parce qu'un environnement médical lui rappelait de mauvais souvenirs, même si Cadmus tenait plus du laboratoire que du véritable hôpital. D'autre part parce qu'il était très mauvais acteur et risquait d'avoir du mal à donner le change. Il avait déjà du mal à faire croire qu'il était un être humain normal (et pas du tout un clone de Superman avec des bouts d'ADN de Lex Luthor), alors lui en demander davantage...

Mais il n'avait pas le choix. Parce que même s'il avait toujours autant de doutes sur sa condition et sa participation aux Titans, il ne pouvait pas laisser ses amis dans l'embarras, même s'il n'aurait su dire lesquels d'entre eux il considérait vraiment comme tels. Ils auraient besoin de toutes leurs forces pour déjouer ce plan aux ramifications tentaculaires. Enfin, il ne pouvait pas laisser Anima toute seule : à quoi rimerait de l'avoir aidée - de l'aider encore - pour l'abandonner face au danger ?

S'il ne savait trop comment la percevoir, son inquiétude pour elle était par contre une certitude. Il s'était étonné qu'elle souhaite prendre part aux Titans : preuve que si elle était solitaire, ce n'était pas nécessairement par choix. C'était peut-être pour elle l'occasion de vraiment s'intégrer qui lui avait manqué jusque là - de se construire un foyer.
Car si elle était la bienvenue chez les Kent, chez qui elle était hébergée à sa demande depuis un certain temps, il n'était pas sûr qu'elle s'y sente vraiment chez elle ; elle s'y voyait probablement encore comme une invitée. Lui aussi, d'une certaine manière : il n'était pas vraiment leur fils, après tout, même s'ils le considéraient comme tel. Il n'était là que pour remplacer Clark - ça arrangeait tout le monde.

Mais pour l'un comme pour l'autre, c'était une solution temporaire - et c'est déjà beaucoup pour des adolescents troublés. Enfin, ce ne devrait pas difficile de faire semblant d'être encore sous l'influence du Péché : celui-ci n'avait fait qu'exploiter l'existant, n'ayant rien inventé. Tout ce qu'il avait fait était déjà en lui, faisait partie de lui - autant qu'il essaie de le cacher, de l'enterrer au fin fond de son esprit. Et puis, même si ça ne suffisait pas, Conner savait que ce n'était pas la seule chose ne tournant pas rond chez lui. Quand on passe les premières années de sa vie entre le bocal et la table d'opération, qu'on se souvient de chaque moment qu'on y a passé, il se peut que le mental en soit affecté.

De même que Courtney - la cohabitation lui ayant finalement appris son nom -, il laissa Lilith se charger des dernières modalités : on allait déjà le forcer à parler suffisamment pour s'en dispenser quand ce n'était pas absolument nécessaire. Sa nervosité aurait pu être palpable si la plupart de ceux croisant sa route - patients comme membres du personnel - n'avaient pas été davantage frappés par son allure intimidante. Conner n'était pas content, non - mais rares sont ceux à l'être quand on les enferme entre quatre murs blancs. Il en profita pour scruter les alentours : l'endroit trahissait assurément une certaine opulence. S'il était compréhensible que l'on veuille offrir le meilleur environnement à ses patients, c'était définitivement trop luxueux pour être honnête.

Anima n'avait pas l'air beaucoup plus rassurée que lui, mais s'efforçait elle aussi de garder sa contenance. S'ils étaient probablement le pire choix pour cette mission, chacun ayant sa propre réticence, il était somme toute content de la mener avec elle. Des Titans actuels, elle était la seule à qui il fasse réellement confiance ; M'gann l'avait eue également, mais avait fini par la trahir - et avait de toute façon disparu après la soirée. Il ne la connaissait pas tant que ça, mais par la force des choses, ils vivaient ensemble : il s'était habitué à sa présence. On ne pouvait en dire autant des autres membres, l'autre soir lui ayant démontré qu'il en était avec lequel il préférerait réduire ses contacts.

Est-ce que vous avez beaucoup de... Gens comme nous parmi vos patients ? demanda-t-il au médecin quand ils furent livrés à eux-mêmes. La formulation « lire le doute en vous », dans la bouche d'un médecin - personnage supposément pragmatique - l'avait laissé un instant circonspect, mais peut-être était-ce lui qui était trop sous tension... Je ne vous demande pas de donner de noms. J'imagine que c'est confidentiel.


« Since before I could even think, I was told I was a living weapon.

That I was created with all this power – just so I could destroy.
But that isn’t true. It never was. The power was always mine.
»

« The choice was always mine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4444-superboy-rebirth http://dc-earth.fra.co/t4287-superboy-i-m-no-superman En ligne

Inscription : 21/09/2015
Messages : 132
DC : Animatrice gérée par Jade
Localisations : Titans Tower
New Titans
MessagePosté le: Sam 20 Mai - 8:50
Le Dr. Moon parut accueillir le départ de Lilith avec satisfaction. Mais ne dit - néanmoins - rien. Tandis qu'il se mettait en route vers l'intérieur des bâtiments, Conner et Courtney à sa suite, il entreprit de répondre aux questions du jeune homme.

"Comme vous ? Des méta-humains, vous voulez dire ? Quelques uns..."

La réponse était prudente et fut accompagnée d'un regard suspicieux de la part de Moon. On ne pouvait savoir d'ailleurs, s'il s'agissait d'un simple tic d'un psy dérangé ou d'une véritable maque de défiance. Il était en revanche évident que Moon avait l'air dégoûtant et malsain.

"... la Clinique n'est pas une usine. Ni une prison. Mais un établissement de soins. Nous ne prenons des patients que dans la limite de nos capacités. Et les noms, vous avez raison... il ne m'appartient pas, à moi, psychiatre et vice-directeur de la Clinique, de vous les révéler. Mais vos camarades de chambrée ou d'activités pourront dire leur nom s'ils le souhaitent..."

*
* *

La visite fut rapide mais instructive.

L'établissement comportait un grand parc dans lequel les pensionnaires - du moins ceux qui pouvaient aller se promener, d'autres étant, en raison de leur état mental, placés à l'isolement - pouvaient se promener. Des caméras de vidéo-surveillance à infra-rouge se trouvaient un peu partout et de nombreux infirmiers faisaient des patrouilles régulières.

L'administration de la Clinique se trouvait dans les étages du bâtiment principal. Il y avait également au rez-de-chaussée le lieu de vie et le réfectoire pour les pensionnaires et dans les ailes du bâtiment les chambres des résidents humains. Un poste de sécurité se trouvait également à cet endroit.

L'infirmerie des humains se trouvait dans une dépendance

Les quartiers des méta-humains se trouvaient dans une grande dépendance, située un peu à l'écart du reste de la clinique. Il y avait un rez-de-chaussée et plusieurs sous-sols qui ne firent pas partie de la visite organisée par le Dr. Moon.

Les chambres de Courtney et Conner se trouvaient dans ce rez-de-chaussée. Le Dr. Moon les laissa finalement dans un vestiaire, en leur intimant d'adopter la tenue de l'établissement (un pyjama en papier comportant un pantalon et un haut, ainsi que des pantoufles) et de laisser toutes leurs affaires personnelles dans un casier. Il leur dit, de même, que leur compagnon de chambre allaient les rejoindre rapidement et que la première séance de thérapie aura lieu en fin de journée. Puis, il les laissa, seuls...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 22/02/2016
Messages : 236
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Sam 20 Mai - 9:41
Une fois laissée seule dans le vestiaire avec Conner, Anima s'effondra sur un banc, catastrophée. Sa main tremblait de manière compulsive et elle sentait les larmes monter en elle...

... elle n'était pas une héroïne et ne l'avait jamais été ! Elle faisait la manche quand elle avait été "tuée" par le parasite et était revenue à la vie pour combattre l'incarnation ultra-terrestre de la Luxure. Cet épisode lui retournait encore les tripes.

Elle avait ensuite participé à la destruction du vaisseau-mère des parasites mais avait été entourée de puissants alliés. Et Détroit n'avait pas encore eu lieu...

Les événements de Détroit lui avaient ôté toute confiance en elle. Pire même que ceux de Smallville. Et aurait-elle eu la possibilité de fuir la Clinique et de retourner dans les bras de ses amis de sa vie d'antan, qu'elle l'aurait fait. Ou aller se réfugier sur le canapé des Kent et se faire dorloter par sa famille d'adoption.

Mais non. Elle ne pouvait pas.

Moon était un détraqué. Moon allait l'enfermer dans ce bâtiment qui n'était que l'antichambre du chemin de croix qu'elle allait devoir parcourir... en pantoufles.

Une larme glissa sur sa joue et elle admit à l'attention de Conner :

"J'ai peur..."

Elle faisait attention à ne rien dire qui pourrait griller leur couverture en cas de présence de micros dans la pièce.

"J'ai peur d'être enfermée et de ne jamais plus sortir"

C'était exact. Elle avait peur de ça. Elle...

Elle se leva et alla se changer derrière la porte du casier qui lui avait été affecté. Un pyjama et des pantoufles. Elle était plus à l'aise avec sa chemise à carreaux, son jean sale et troué et ses chaussures de catcheuse mais...

"A Rome, fait comme les Romains" ajouta-t-elle, après avoir revêtu la tenue de la clinique.

"Ça aurait pu être pire, on aurait pu avoir les fesses à l'air comme à l'hôpital..."

Elle essuya sa joue et alla s'asseoir à côté de Conner :

"A ton avis, on les connait les autres ?"

Elle serra la main de Conner et précisa, en souriant timidement :

"Ça va me faire du bien, je pense... Je crois que j'en ai vraiment besoin"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Dim 28 Mai - 21:37
1 semaine…1 mois…voir plus…depuis combien de temps maintenant Osiris était ici ? Il n’en savait rien, il ne savait plus qui il était depuis que Psimon l’avait brisé. Actuellement, Osiris rêvait il dormait dans son fauteuil roulant…parlant et marmonnant de manière fragmentée de ses rêves dans lesquels il volait, il était son « lui homo-magi », le héros Osiris…qui vit son vol être interrompu par l’appel d’une voie grave, ancienne et puissante…

*Réveil toi…*

*Cette voix…. *

*Réveil toi…Osiris…*

*Osiris… ? *

*Tu dois te réveiller…Osiris…*

*Qui est-tu ?!*

La seule réponse qu’il eut en ses rêves fut celle de l’image du vieux sorcier Shazam qui l’enveloppa d’une brume mystérieuse alors qu’il volait dans le ciel avant de voir tous ses songes être noyé progressivement dans un fondu blanc avant de céder le passage à une coupure d’image noire.

Désormais réveillé par des limbes de souvenirs et de rêves égarés, Amon Tomaz se réveilla projeté sur les rives fulgurantes de l’éveil et de l’écœurement de la vie, privé de frontières lui permettant de distinguer nettement les souvenirs, les rêves et la réalité tous fragmentés par les machinations de Psimon au point d’en avoir oublier tout ce qu’il a vu de sa sieste, mais dont les impressions étaient tangibles.

Perdu dans les couloirs de la clinique, il resta la, à regarder les visages passer devant lui dans les locaux conçus pour « traiter » les méta-humain tandis que l’infermière de service poussait son fauteuil roulant pour au final s’amener à croiser la route de nouveaux résidents. C’est à ce moment donné que Osiris eut comme l’impression qu’ils les avaient déjà rencontrés par le passé… Etait-ce sa faute s’il ne se souvenait plus d’eux en tant que Amon Tomaz ? un participant à la fois amnésique, mythomane, paraplégique ?

En réalité, Amon était un patient surtout recul sur lui-même incapable de parvenir à l’heure actuelle à différencier le bien et le mal, comme le rêve et la réalité. En raison de son passé qui n’était plus qu’un « tas » de rêves semi-falsifiés, Osiris voyait la trahison partout…

Il était toutefois persuadé d’une chose : le « mot » qui dans ses rêves lui donnait la possibilité de marcher et de voler, son instinct lui disait de tenter de s’en souvenir alors qu’on le droguer à son insu pour l’empêcher d’aller plus loin dans ce sens-là.

Cependant, pour l’heure actuelle, Amon était en compagnie de Norda. Amon ne détestait pas sa présence, mais en raison de son état marqué par un regard à la fois « fatigué » et « perdu », il préféra se terrer dans le silence par faute de ne pas être en mesure d’arriver à faire confiance à qui que ce soit dans cet endroit tellement que ce qui lui restait de souvenir ne pouvait se résumer qu’à une chose : On ne peut se fier qu'à soit même en ce monde….
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 21/09/2015
Messages : 132
DC : Animatrice gérée par Jade
Localisations : Titans Tower
New Titans
MessagePosté le: Sam 3 Juin - 10:43
Norda était un jeune homme dérangé. Et il en avait parlé énormément à Osiris.


Car Norda était un grand bavard. Le jeune homme ailé, dont la peau était revêtue par un duvet faisant penser à un oiseau (il était - en fait - un hybride entre un homme et une dame-oiselle) faisait la causette à Osiris depuis tout le temps qu'il était là, il poussait son fauteuil roulant, et lui racontait que son demi-frère (c'était peu clair) Hector l'avait toujours détesté et rabaissé, qu'il avait - du coup - eu du mal à trouver sa place dans le monde et qu'il avait fini par se prendre pour un super-héros alors qu'il n'était qu'une erreur de la nature...

... invariablement, Norda finissait par pleurer et par dire à qui voulait bien l'entendre qu'il allait en terminer avec la vie, qu'il allait se trancher la langue et que personne ne le regretterait.

Et puis, Osiris comme Norda prenaient leur médicament du soir et avaient droit à une quinzaine d'heures d'un sommeil pesant. Le reste du temps, ils le passaient avec le Dr. Moon dans la machine-à-délirer, pour des séances de thérapie virtuelle dont ils ne gardaient aucun souvenir.

Et dans l'ensemble, ils trouvaient - l'un comme l'autre - que la Clinique était bonne pour eux et qu'il fallait toujours obéir à la Clinique et à son personnel. Mais aussi que - bientôt - leur destin (quel qu'il soit) allait s'accomplir.

*
* *

Norda poussa le fauteuil d'Amon dans le vestiaire. Il leur avait été demandé par Moon (et Norda avait été ravi d'accepter) d'accueillir les nouveaux, Selinda se reposant dans sa chambre (elle avait des doses plus fortes du même médicament qu'ils prenaient) et Riko étant en train de faire une séance de thérapie-virtuelle.

Norda fit un signe de la main au garçon et à la fille qui se trouvaient dans le vestiaire. La blonde avait déjà revêtu "l'uniforme" et le gars semblait plus prendre son temps...

"Salut ! Moi c'est Norda et lui c'est Amon ! Je crois qu'on va devenir copains, non ? Enfin..."

Il grimaça. Certainement, qu'ils ne l'aimeraient pas car personne ne l'aimait... à part Moon et la Clinique. Il ajouta, la voix un peu pleurnichante :

"Je suis un raté mais j'aimerai m'améliorer et vous ? Vous êtes là pourquoi ? Vous vous prenez également pour des super-héros ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 05/12/2016
Messages : 1553
DC : Deadshot.
Situation : A troqué son S pour une chauve-souris.
Localisations : Gotham City.
New Titans
MessagePosté le: Sam 3 Juin - 14:59
Conner considéra avec une pointe de dédain la blouse qu'on lui avait remis. En plus de ne pas aimer ce qui se rapportait de près ou de loin au milieu hospitalier - même s'il était prêt à jurer que peu de « médecins » ici avaient prêté le serment d'Hippocrate -, il détestait ce qui l'obligeait à sortir de ses habitudes vestimentaires.
Sa tenue de tous les jours - qui était aussi son uniforme de héros - était celle qu'il s'était choisi lui-même au sortir des laboratoires de Cadmus ; elle était en quelque sorte le symbole de son libre-arbitre. Devoir non seulement s'en séparer mais que ce soit en plus pour s'habiller en « malade » lui donnait la désagréable impression de revenir en arrière - de retourner de lui-même dans sa cage.

La crispation qui en résultait n'était pas pour aider à son self-control - ce qui, en un sens, le préparait à entrer dans son rôle. Si c'était du Superboy sur les nerfs qu'ils voulaient, ils allaient en avoir. Quoique muet, il entendait parfaitement les plaintes d'Anima - et partageait ses craintes. Dès lors, il eut été malhonnête de lui dire que tout allait bien se passer - qu'ils allaient s'en sortir alors qu'il se voyait déjà de retour sur l'acier froid de la table d'opération. Non que beaucoup de scalpels passeraient à travers sa peau dorénavant, mais ça ne rendait pour autant l'idée plus agréable.

Au moins étaient-ils là-dedans ensemble - même s'il ne souhaitait pour rien au monde que la jeune fille ait à subir ne serait-ce qu'un dixième du souvenir qu'il gardait de ses années en pseudo-centre médical (tu parles). En partie car ça ne manquerait pas de lui faire regretter sa vie de bohème - celle à laquelle il l'avait arrachée, lui et personne d'autre.
S'il lui arrivait quoi que ce soit, ce serait sa faute - et même avec une force comme la sienne, il ne savait s'il était prêt à supporter le poids de cette responsabilité. Il avait un devoir envers elle ; il lui avait promis un foyer - un endroit où elle serait à l'abri du danger. Il n'avait pas le droit de la décevoir ; pas après toutes ces belles paroles. Comment Clark faisait-il pour en lancer à longueur de journées sans être écrasé sous la pression ?

Pensif, il entreprit de se changer - sans prendre la peine de se cacher d'une quelconque manière. La pudeur, comme bon nombre d'autres choses (surtout en ce qui a trait à la vie en société) avait été exclue lors de sa « fabrication », pour faire plus de place à ce que son concepteur aurait jugé bon. S'il avait depuis saisi le concept et l'appliquait la plupart du temps, cela relevait plus de l'imitation et de l'automatisme que du sentiment de honte qu'y associe une personne normalement constituée.
Aussi arrivait-il tout simplement qu'il oublie, en particulier quand il avait quelque chose à l'esprit. Ce n'est qu'en lisant la gêne dans le regard de Courtney qu'il comprit qu'il faisait quelque chose de travers, et un distrait « ah, désolé » plus tard trouva refuge derrière la porte de son propre casier. S'il ne se baladait pas non plus en tenue d'Adam, elle avait plus d'une fois dû lui rappeler d'enfiler un tee-shirt en le croisant dans la maison avant qu'ils se fassent à l'idée de vivre sous le même toit.

Faisant la moue tout en baissant les yeux sur sa dégaine - le blanc n'était vraiment pas sa couleur -, il sentit sa main se faufiler dans la sienne. Bien qu'il soit toujours aussi réfractaire au contact physique, ça ne l'empêcha pas de refermer les doigts sur les siens. Il arrivait de temps à autre qu'elle en ait besoin, et il lui donnait sans discuter ; il ne voulait pas lui donner la sensation d'être rejetée, et ça lui permettait de s'habituer, tant que ça restait à petite dose. Même en ayant déjà vu ses pouvoirs en action - et à quel point ils pouvaient être terrifiants -, il ne pouvait s'empêcher de la trouver fragile quand elle venait se réfugier auprès de lui de la sorte. Vulnérable. A qui d'autre daignait-elle montrer cette fissure, la faille dans son armure ?

Je ne pense pas. rétorqua-t-il, imperturbable, s'adossant au compartiment qu'il venait de refermer sans pour autant la lâcher. Il avait également mûrement réfléchi aux quelques paroles que le médecin avait bien voulu leur confier ; son timbre de voix lui était à peu près aussi agréable que des griffes sur un tableau noir. Cyborg nous aurait prévenus si ça avait été le cas, à moins qu'ils n'aient été admis entre sa prise d'informations et le moment où nous sommes arrivés. Le bleu de glacier de ses yeux s'orienta vers le couloir par lequel il allait leur falloir repartir, s'animant d'une dose de méfiance supplémentaire. S'il y en a qu'on connait, ce ne sont sûrement pas des gens qu'on a envie de voir.

À peine eut-il le temps de prononcer ces paroles - tout en ajustant une veste qui semblait trop petite pour sa carrure - que la porte s'ouvrit à la volée. Ses doigts lâchèrent ceux d'Anima tandis qu'il échangeait avec elle un regard l'incitant à se mettre sur ses gardes ; même s'il était improbable qu'ils soient déjà sous attaque, le risque n'était pas inexistant. En lieu et place de ça vit-il entrer un homme-oiseau poussant une chaise roulante - une vision qui aurait pu suffire à faire douter un autre que lui de sa santé mentale.
Quoique circonspect, il ne s'en tint pas moins prêt à agir si besoin - mais se rendit rapidement compte que ce ne serait pas nécessaire. S'il pouvait déjà sentir que l'hybride volatile allait mettre sa patience (fragile) à rude épreuve, il ne semblait pas représenter une menace - ou était très doué pour s'en cacher.

Superboy, marmonna-t-il en guise de présentation, quelque peu agacé de s'être tendu à ce point pour si peu. Pour ce qui était supposé être un lieu de guérison, cet endroit ne lui faisait décidément pas du bien. Il laissa le soin à Anima de se présenter elle-même, avant d'ajouter avec un inconfort presque palpable : Je suppose qu'on peut dire ça comme ça. Bien qu'il ne se considère plus vraiment comme un héros, c'était purement par choix ; qu'on dise qu'il se prenait pour l'un d'entre eux le prenait à rebrousse-poil plus qu'il n'aurait pu l'imaginer. Ses yeux dévièrent brièvement en direction du passager du fauteuil, apparemment dans un état catatonique ; était-il comme ça avant d'arriver ici, ou... ? S'il était capable de parler, il ne semblait en tout cas pas pressé de le faire. Il reporta son attention sur son « chauffeur » : Ça fait longtemps que vous êtes là ?


« Since before I could even think, I was told I was a living weapon.

That I was created with all this power – just so I could destroy.
But that isn’t true. It never was. The power was always mine.
»

« The choice was always mine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4444-superboy-rebirth http://dc-earth.fra.co/t4287-superboy-i-m-no-superman En ligne

Inscription : 22/02/2016
Messages : 236
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Jeu 8 Juin - 22:19
Anima avait plissé les yeux quand Conner s'était changé. Ce qu'il avait interprété pour - peut-être - de la pudibonderie n'était rien d'autre que de la jalousie. Jalousie pour cette sculpture grecque, jalousie quant au fait d'être à l'aise avec son corps, jalousie de l'apparent équilibre mental dont jouissait son ami.

Courtney devait se l'admettre pour elle-même : la rue l'avait usée, sa famille lui manquait et elle se sentait appartenir à aucun lieu ni à aucun groupe. Elle était désespérément seule au monde, les idées noires la taraudaient impérieusement.

Peut-être aurait-elle eu d'autres choses à dire à Conner ? Peut-être que cette main - sa main - qui se dérobait avait une signification ? Elle l'avait remarquée. La question lui brûlait la langue mais...

... Norda arriva avec son ami en fauteuil roulant.

Et le sang de Courtney se glaça une fois de plus : que lui était-il arrivé ? Était-ce cela leur sort commun ? Leur destination finale ?

L'esprit dérangé d'Anima hurlait au fond des ténèbres de son coeur. Et ce cri silencieux aurait été capable de l'arrêter, son palpitant, et elle - de tomber au sol - inconsciente, comme écrasée par la chaleur d'un soleil rieur.

Son esprit glacé divaguait et elle dut prendre quelques instants pour regagner visage humain et consistance suffisante pour articuler...

"B-Bonjour ?"

La forme interrogative était de mise. Il n'y avait en effet rien pour se réjouir dans cette salle. Leurs affaires personnelles allaient être verrouillées à double-tour. Elle était au rez-de-chaussée d'un bâtiment dont on ne sortait vraisemblablement pas. Avec deux types complètement à côté de leurs pompes : un légume et un maniaco-dépressif. Il ne restait plus qu'à trouver le coupe-papier qui lui permettrait de se trancher les veines sur le champ.

Elle hasarda néanmoins des présentations en bonne et due forme en indiquant qu'elle s'appelait...

"Courtney. Euh... et..."

Instant de vérité. Il fallait se dévoiler. Se mettre à nue. S'humilier et boire jusqu'à la lie la coupe d'amertume qu'on lui tendait. Dissoudre son ego dans l'abjection.

"Je... Je suis clocharde et j'ai cru - à un moment - pouvoir changer le monde mais - vraisemblablement - je n'y suis pas arrivée"

Elle était essoufflée et honteuse. Le sol pouvait maintenant s'ouvrir et l'aspirer. Néanmoins, elle avait tout de même une question. Elle pointa de son index le garçon en fauteuil roulant et lança à Norda :

"Il a quoi ton pote ? Il est mort ou il est débile ?"

Cela avait été dit sans agressivité aucune. Mais la curiosité était réelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Ven 16 Juin - 18:52
Observant les nouveaux venus, Amon restait attentif à chaque mot qui sortait de la bouche de ces deux-là. C’est alors que Amon soupira après avoir entendu les propos d’Anima pour au final lui répondre sèchement, mais sans une once d’agressivité afin de lui donner une réponse à ses questions qu’à son « état vital » actuel.

« Une clocharde…hein ? ...toi au moins tu n’es pas paraplégique avec pour seul souvenir un mur fait de blanc…et de sang…ou tout n’est que fragment avec un sentiment des plus étranges…ou tu te sens capable d’être...tellement…plus…mais en quoi ? ».

Psimon ne lui avait rien épargné, il avait soigneusement effacé la quasi-totalité de la mémoire de Amon afin de s'assurer que les seul souvenirs restant sont son passé d’esclave et la torture que Intergang lui avait infligé. Il n’avait plus en tête les chaleureux visages de Isis et de Black Adam ou encore l’âge d’or de Kahndaq… Pourtant…

Pourtant…Amon dévisagea soudainement Conner, non pas par méfiance, mais parce que le visage de ce dernier lui semblait très familier, lui laissant un sentiment de « déjà vu » et la prononciation de « Superboy » ne fessait qu’appuyer cette impression.

Certes de base il n’était pas de la même génération des Titan que le jeune homme et la jeune fille ici présents, mais la rencontre de ce dernier en la présence de Kid Flash 2ème du nom lors du lendemain du « jour le plus lumineux » lors du quel ces deux-là lui avait proposé de « réintégrer » l’équipe refit brutalement surface tel un faucon fonçant sur sa proie.

Rapidement des maux de têtes extrêmement violents frappèrent Amon qui se plia en deux les jambes toujours aussi inanimé tout en se tenant la tête avec ses mains comme si elle aller se détacher de son corps pour tomber sur le sol.

« HAAAAGRN !!! ».


Parallèlement, des infirmiers qui passaient par-là virent toute la scène et se dirigeaient d’un pas pressé sur le paraplégique, alors que Amon commencer à revoir d’autres images tel que sa mort provoquée par une créature à mi-chemin entre l’alligator et l’homme, son combat contre la ligue de justice mené aux côtés de Slade qui était entrains d’empaler supergirl à coup d’épée en Kryptonite, tandis que Amon, en tant que Osiris venait d’envoyer Donna Troy au tapis.

Ces images qui venaient d'émerger se dissipèrent peu à peu...comme si Amon était entrain de tomber dans le noir le plus total avec pour seul mot...

*respire* « ...que...! ».*respire*

Les mots manquez à Amon qui se sentait perdu devant ces souvenirs qui naissaient et disparaissaient à maintes reprises...ne lui laissant que des impressions de ce qu'il avait vu...
Revenir en haut Aller en bas

Inscription : 21/09/2015
Messages : 132
DC : Animatrice gérée par Jade
Localisations : Titans Tower
New Titans
MessagePosté le: Lun 26 Juin - 16:19
Les infirmiers vinrent gentiment s'occuper d'Osiris et lui donnèrent son sédatif. Et le monde parut à nouveau blanc et doux, tout cotonneux... et le rideau tomba sur le garçon en fauteuil, victime de sa narcose médicamenteuse qui l'empêchait de se souvenir du mot.

Norda eut l'air inquiet pour son ami. Vraiment concerné. Il en pleurait presque. Et il gronda d'un ton gémissant Anima de son peu d'empathie pour Amon qui était quand même le plus malheureux d'entre eux.

Conner et Courtney purent se rendre compte qu'il existait de vrais liens d'amitié entre les pensionnaires. Psimon leur faisait un truc au point de leur retourner la cervelle mais ils fonctionnaient à la manière d'une équipe, et c'est peut-être ça qui expliquait l'union impie qu'avaient formé Donna Troy et Mammoth : compagnons de galère dans l'univers angoissant de l'hôpital psychiatrique, Wonder Girl et Mammoth avait trouvé l'un dans l'autre un soutien...

Ou bien : cela faisait-il partie du plan tordu de Psimon ?

Mais le rideau tomba sur Osiris pour ce soir...

*
* *

Le reste de la journée, Conner et Courtney le passèrent séparés. Conner avec Norda. Courtney avec Riko, la dernière membre de "l'équipe"... car ils formaient une équipe pour laquelle le Dr. Moon avait de grands projets...

*
* *

De ce qu'ils apprirent, le Dr. Simon Jones (Psimon) était à l'étranger avec un certain nombre de pensionnaires. Moon ignorait quand Jones reviendrait et dans l'attente était chargé d'à peu près tout. Il leur fit un grand laïus sur la nécessité pour leur guérison de croire en l'esprit de Rao et en son pouvoir guérisseur. Qu'il fallait agir de façon à se transformer. Laisser libre court au papillon intérieur qu'ils avaient en eux. Ouvrir leur troisième œil. Ce genre de trucs...

Le tout dit avec une voix très rassurante, légèrement soporifique. Dans une pièce aux murs tout blanc, dans une pièce seulement éclairée par une drôle de lampe qui émettait une étrange blancheur...

"Laissez-vous pénétrer par la puissance de l'esprit de Rao..." répétait Moon en boucle.

*
* *

C'était ça la machine à délirer : une machine à décérébrer. Au bout de plusieurs heures, même Conner et Courtney se sentaient ensuqués et abrutis. Et encore ! Ils bénéficiaient de la protection de Lilith.

Norda et Riko, la dernière fille de l'équipe qui se prenait pour une nouvelle Robin...


... étaient complètement subjugués. Ils avaient l’œil vide et vitreux des toxicomanes sous l'emprise du produit.

Et Amon... Moon le regarda et annonça à tout le monde :

"Et maintenant, je vais accomplir un miracle !"

Et en claquant ses doigts à proximité de l'oreille d'Amon, ce dernier se souvint... de son mot. Et il devint Osiris, le puissant Osiris !

Mais pour autant l'influence de Rao n'avait pas cessé. Et Norda, Riko et Osiris eurent cette volonté étrange de s'enfuir d'ici pour...

"Allons tuer le Gouverneur" lança Norda, déterminé.

Et ça semblait une excellente idée à Riko et à Osiris. Conner et Courtney (mais ça Moon l'ignorait) avaient la conscience d'être soumis à une puissante manipulation mentale. S'ils n'écartaient pas l'envie d'assassiner le Gouverneur, ils étaient suffisamment maîtres de leurs moyens pour ne pas commettre l'irréparable.

D'autant plus que Moon les conduisit jusqu'à la sortie de l'établissement et leur remit les clés d'un véhicule. Norda s'installa au volant... visiblement, le plan était arrêté !

*
* *

Et ils roulaient en silence, en direction de la maison du Gouverneur...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 05/12/2016
Messages : 1553
DC : Deadshot.
Situation : A troqué son S pour une chauve-souris.
Localisations : Gotham City.
New Titans
MessagePosté le: Sam 8 Juil - 15:06
Courtney avait le mérite d'être directe.
S'il n'aurait pas lui-même posé la question - et certainement pas en ces termes -, ça ne l'empêchait pas de partager en partie sa curiosité. Était-il arrivé ici dans cet état, ou fallait-il y voir les conséquences de quelque chose qui lui avait été fait ? Si oui, quoi ? Superboy aimait de moins en moins cet endroit à chaque seconde - ce qui tombait mal, car il risquait d'y demeurer un moment.
Il avait assez joué les rats de laboratoire avant d'être « activé » une bonne fois pour toute ; l'idée de servir à nouveau à il ne savait quelle sordide expérience suffisait à lui hérisser le poil. Mais d'un certain côté, il se satisfaisait d'être celui en charge de cette mission ; cela voulait dire qu'il épargnerait à ses camarades d'avoir à vivre ce qu'il avait vécu - Anima exceptée. Et encore, s'il pouvait le lui éviter d'une quelconque manière...

Mais il était encore trop tôt pour en parler. De plus, pour être hélas familier de ce genre d'environnement, qui mieux que lui saurait comment s'y comporter ? Le seul risque dans tout ça était que de se retrouver à nouveau dans une de ces prisons aux murs blancs allait le rendre de plus en plus nerveux - jusqu'à l'inévitable explosion.
Toutes les thérapies qu'ils avaient à leur disposition ne saurait empêcher cela ; ce n'était pas faute d'avoir déjà essayé par tous les moyens. Et même si c'était possible, il ne savait comment il vivrait de devoir son salut à des crapules dans le genre de celles qui se cachaient derrière tout ça... Il avait assez de vice dans son arbre généalogique, pourtant composé de deux personnes uniquement.

Pour une raison qui lui échappait, l'occupant de la chaise roulante se mit soudain à le fixer avec intensité. S'il s'efforça de ne pas le prendre personnellement - dans son état, il ne devait pas avoir conscience de la grossièreté de la chose -, être épié de la sorte avait le don de le mettre mal à l'aise. Une fois encore, il avait passé assez de temps sous la loupe quand il était encore connu uniquement sous le nom de « Projet Kr ». Fort heureusement, beaucoup de noms s'y étaient substitués depuis. Kon-El. Conner Kent. Superboy. Quant à savoir lesquels il méritait réellement...

Il se tendit quand le paralytique se mit à hurler, entraînant machinalement Anima en arrière en l'agrippant par l'épaule. Elle était largement capable de se défendre par elle-même, mais on ne contrôle pas ses réflexes - et elle prendrait moins mal que d'autres d'être ainsi couverte. Cette clinique était emplie à ras bord de patient doté de facultés surnaturelles ; qui savait de quoi pouvait être capable ce type en fauteuil, sinon ceux qui avaient eu la main sur son dossier ?
Sa crise n'alla toutefois pas plus loin, les infirmiers se précipitant pour y mettre un terme - d'une manière qui, toute légitime qu'elle soit, ne manqua pas de lui faire grincer des dents. Même s'il avait rapidement acquis l'invulnérabilité qui les empêcherait de le faire si facilement, il avait eu son content d'injections en son temps. Qui sait quelles sortes de cochonneries ou s'était amusé à faire circuler dans son sang ?

Pour ce qu'il en savait, il se pouvait même que certaines d'entre elles fassent aujourd'hui partie de ce qui bloquait ses pouvoirs - qu'il ait été « restreint » chimiquement pour mieux pouvoir être contrôlé. Selon toute vraisemblance, une telle bride se serait brisée depuis le temps - surtout en voyant tout ce par quoi il en était passé depuis -, mais qui sait ? Comme on n'avait pas manqué de lui rappeler, Conner était un cas unique, inédit. Le premier croisement de gênes humains et kryptoniens - et pas de la plus naturelle des manières. Il gardait encore des séquelles de cette époque, même si elles étaient essentiellement psychologiques... Alors pourquoi pas, au fond ?

Après cette scène, ils furent séparés - et s'il fallait s'y attendre (il est plus facile de briser des jeunes sans aucun soutien ; ils n'allaient pas leur laisser cette bouée de sauvetage), il n'en fut pas rassuré pour autant. Courtney était loin d'être sans défense, et avait une expérience de la vie beaucoup plus réelle que la plupart des Titans étant donné ce qu'elle avait traversé, mais ils n'en étaient pas moins en plein territoire ennemi. Dans la gueule du loup.
Même s'ils n'avaient au final vraiment appris à se connaître qu'assez récemment, Conner était sincèrement inquiet pour elle. Sans qu'ils aient réellement discuté la chose, il se demandait si elle n'avait pas simplement rejoint les Titans pour « faire comme lui », ou que cela ait tout du moins joué dans sa décision. Sans tout à fait être une brebis égarée, Anima n'avait pas non plus de nombreux repères dans le monde des héros en cape et costume. Il craignait d'être pour elle une sorte de balise - et malheur à celui qui le prendrait comme modèle.

Il n'eut que le temps de voir que sa « colocataire » était accompagnée d'une jeune femme aux airs asiatiques qu'il se vit lui-même affublé d'un Norda désœuvré - plongé dans un sommeil artificiel, son ami n'avait plus besoin d'être poussé. Et si l'homme-oiseau n'était pas un méchant garçon, le fait est que ses babillages incessants eurent tôt fait de mettre sa patience à rude épreuve. Et il dut s'en rendre compte ; Conner avait beau serrer les dents, il n'avait jamais été très doué à cacher ses émotions - du moins son agacement. Ils étaient de toute façon tout deux trop occupés que pour vraiment pouvoir faire la conversation - au point qu'il en fut presque soulagé.

Laissez-vous pénétrer par la puissance de l'esprit de Rao, leur dit-on.
C'est ça, cause toujours, pensa Conner.

Oh, leur machine était efficace ; Conner n'avait aucun doute là-dessus. S'il n'émettrait aucune théorie sur les défenses mentales de Mammoth, pour avoir réussi à briser une volonté aussi forte que celle de Donna Troy, elle ne saurait être prise à la légère. Mais là où la plupart des sujets y étaient soumis sans savoir à quoi s'attendre, lui y était parfaitement préparé. Ce à quoi venaient s'ajouter la barrière dressée par Lilith - et surtout, tout ce à quoi il pouvait se raccrocher.
Ce n'était pas la première fois qu'on essayait de le soumettre à une influence mentale, et il savait que le meilleur moyen de s'en sortir était de se concentrer sur ce qui lui ferait ressentir le plus d'émotion. Ce qui briserait son carcan - celui qu'on essayait de lui imposer, encore. On s'était suffisamment servi de lui. Il y a quelques jours encore, il avait succombé au Péché de l'Envie, une entité qui l'avait dévoré de l'intérieur et savait se servir de ses pouvoirs mieux que lui. C'était la goutte de trop.

Il se focalisa sur son aversion à l'idée de redevenir une marionnette. Sur sa rancœur envers ceux qui conduisaient de tels expériences... Sur son besoin farouche de conserver son libre-arbitre ; d'être plus fort que ça. Sur sa volonté de ne pas décevoir Lilith. Sur sa compassion pour tous ceux prisonniers de cet endroit. Sur la crainte qu'il ressentait qu'il arrive quoi que ce soit à Anima. Sur son profond désir, malgré deux ans complets d'inaction, d'être à la hauteur ; d'être plus qu'une bombe à retardement enterrée dans une ferme du Kansas qu'une sombre entité cosmique peut s'amuser à aller déterrer de temps en temps.
On pourra penser ce qu'on voudra du pouvoir de la pensée positive, mais pour l'avoir déjà expérimenté, il savait qu'il suffit parfois d'y croire suffisamment fort. Et si cela n'aurait peut-être pas suffi sans l'assistance d'Omen, il restait persuadé que cela jouerait un rôle dans le fait de rester maître de lui-même. Quels que soient les doutes qu'il pouvait avoir sur son identité - sur ce dont son avenir serait fait -, il ne devait pas perdre de vue qui il était. Les raisons qu'il avait de faire ce qu'il faisait.

Même ainsi, ce n'était pas assez pour repousser entièrement l'influence qu'on avait tenté de leur apposer - mais il était encore suffisamment conscient pour se rappeler la raison de sa présence ; pour savoir ce qu'il devait faire et surtout ne pas faire. Comme par exemple tuer le gouverneur - ce qui ferait assez tache sur le CV de ces Titans fraîchement reformés. La jeune femme - japonaise, d'après son prénom - qui avait suivi Courtney toute la journée arborait désormais un costume ressemblant à celui de Robin ; que dirait Tim s'il voyait ça ?
Ce qui était plus étonnant, en revanche, c'est qu'il suffit à Moon d'un claquement de doigts pour transformer le jeune estropié en Osiris, apôtre du tristement célèbre Black Adam auquel les Titans s'étaient heurtés plusieurs fois par le passé. S'il s'efforça de ne rien montrer de son inconfort - le bon docteur étant de toute façon plus focalisé sur les airs ébahis de son public -, Conner n'en était pas moins gêné par cette révélation ; si les choses devaient dégénérer, avoir un tel poids lourd dans le camp d'en face n'avait rien de rassurant. D'autant que lui-même ignorait à quel point il pouvait compter sur ses pouvoirs après le passage du Péché...

...Et ce serait peut-être ce qui ferait la différence s'il devait encore une fois perdre le contrôle. Ce qui l'empêcherait de commettre un acte terrible. Car si la protection érigée par Lilith tenait encore pour l'heure, il ne savait si ce serait le cas indéfiniment ; dans le doute, il fallait faire vite. Avant qu'ils ne soient eux aussi dévoués à cette cause qui - ils en possédaient désormais la preuve - n'avait rien de charitable.

On les entassa tous les cinq dans une voiture et les envoya en direction de la maison du gouverneur - de leur cible - avec l'espoir qu'ils en rapportent la tête. Et même s'ils venaient à échouer - si improbable que ce soit avec une telle équipe de choc -, qui oserait accuser un centre médical faisant tant de bien autour de lui ? Tout au plus considérerait-on que c'était le lieu où ils s'étaient rencontrés et avaient ourdi leurs plans, et que même les bons traitements qu'on leur administrait n'auraient pas suffi à les défaire de leurs tendances psychotiques. Une ombre sur la réputation de la clinique, certes, mais bien moins qu'une tentative de meurtre - et ils n'auraient qu'à réessayer avec d'autres de leurs pions. Ils étaient sacrifiables.

Et c'est ce raisonnement qui donna à Conner la motivation d'agir alors qu'ils n'étaient plus qu'à quelques minutes de leur destination. Le plus important était d'être suffisamment éloignés des installations pour que personne d'autre ne puisse s'en mêler. Et s'il était probable que la voiture soit équipée d'un traceur ou de quelque chose de ce genre, il doutait fort que leurs bienfaiteurs aient poussé le vice jusqu'à la doter de micros ou de caméras. Ceux-ci seraient trouvés par la police et soulèveraient immédiatement des questions.
Sa main se referma sur celle d'Anima en guise de signal - on les avait assis à l'arrière, et il s'était arrangé pour avoir la place au centre. Ainsi, Superboy arrêta la voiture... En passant ses deux pieds au travers du plancher alors qu'elle roulait à pleine vitesse. Il fit de son mieux pour tenir Courtney en place, mais celle-ci ayant pu attendre à ce que ça secoue - il n'était pas connu pour faire dans la finesse -, elle devrait s'en tirer sans problème.

Ne voulant pas non plus les mutiler atrocement - la pseudo-Robin était humaine jusqu'à preuve du contraire, et Norda ne devait pas être beaucoup plus résistant -, il usa de sa télékinésie pour limiter la casse. Seul Osiris n'eut droit à aucune prévenance de sa part ; non seulement s'en sortirait-il parfaitement indemne maintenant qu'il avait recouvré ses pouvoirs, mais en plus serait-il déjà assez difficile à neutraliser sans prendre le temps de le ménager.
N'étant guère prévu pour être freiné de cette manière et se trouvant dans un virage au moment des faits, le véhicule bascula sur le côté - ce qui lui rendit d'autant plus facile d'en arracher la portière et une partie du toit pour sortir à l'air libre, aidant Courtney à en faire de même à sa suite.

Ne t'en fais pas, je me suis assuré qu'ils s'en sortent. prit-il le temps de lui glisser étant donné le radical de sa décision. La voiture n'allait pas si vite et la route était déserte - et donc vide d'obstacles potentiels -, mais provoquer sciemment un accident de voiture ne viendrait pas à l'esprit de beaucoup de héros.

Norda fut le prochain à sortir en rampant - malgré ses précautions, sa tête semblait avoir heurté le volant, mais il avait suffisamment modéré l'impact pour le savoir sans conséquences. Le coup que Superboy lui asséna sitôt après à l'arrière du crâne afin de l'assommer pour de bon avant qu'il ait pu reprendre ses esprits, en revanche, bien que dosé à la perfection, risquait de laisser sa marque.

Désolé, l'ami. Sans rancune. lui adressa Conner d'un ton qui n'avait pourtant pas grand chose d'amical - et pour cause ; sitôt après, son regard se tourna sur la carcasse d'où deux autres formes commençaient à s'extirper. Il fit craquer ses phalanges ; ce n'était pas encore fini. Un de moins. Plus que deux.



« Since before I could even think, I was told I was a living weapon.

That I was created with all this power – just so I could destroy.
But that isn’t true. It never was. The power was always mine.
»

« The choice was always mine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4444-superboy-rebirth http://dc-earth.fra.co/t4287-superboy-i-m-no-superman En ligne

Inscription : 22/02/2016
Messages : 236
DC : Jade, Liberty Belle & Tara Markov
Localisations : Gotham City
New Titans
MessagePosté le: Ven 4 Aoû - 7:12
Le brusque arrêt du véhicule envoya Courtney bouler contre sa ceinture. Cette dernière éclata : la jeune femme avait eu la présence d'esprit d'invoquer au préalable son armure d'ombres, ce qui l'empêcha de s'exploser quelques côtes contre le dispositif de sécurité et elle n'eut qu'à faire appel à son champ de force pour éviter d'être blessée.

Elle sourit timidement : les dés étaient jetés et c'était Conner qui avait décidé de les lancer ! Ou bien était-ce Moon ?

Il était évident qu'ils ne pouvaient laisser tuer le Gouverneur. Il était évident que les trois héros au cerveau lavé ne pouvaient voir leurs mains chargées d'un tel crime. Et en dépit de toute la clarté aveuglante et perturbante à laquelle ils avaient été soumis - d'où pouvait bien venir cette prétendue lumière de Rao ? - Conner et Courtney ne pouvaient demeurer spectateurs du crime en préparation.

Conner fut le plus rapide. Il était déjà à pied d'oeuvre quand la jeune femme s'extirpa péniblement du véhicule. Il prit même la peine de l'aider.

Norda eut moins de chance et fut mis KO sans difficulté aucune. Riko était déjà - plus ou moins dans les vapes - et Anima n'eut même pas à puiser dans son pouvoir.

Il ne restait plus que le plus puissant des trois... Osiris.

Il irradiait de pouvoir et de folie. Il était évident qu'il était la carte mystère, l'atout secret de la Clinique. Il s'éleva légèrement dans les airs, de l'électricité crépitante au bout des doigts.

Anima était prête à le combattre, sa dague d'ombres fixée à l'avant-bras, les yeux gorgé d'énergie. Mais...

Quelque chose dans l'expression d'Osiris la fit changer d'avis. Car le jeune paraplégique qu'il était au fond de lui ne voulait pas de cette puissance confinant à la folie. Il ne voulait pas tuer un Gouverneur innocent d'un Etat qui n'était pas le sien. Il ne voulait pas servir les projets dingues de la Clinique de la Lumière Blanche.

Peut-être pouvait-il se permettre cette réflexion grâce au siphon psychique qu'avait mise en place Anima ?

Quoiqu'il en fut, Osiris laissa échapper un unique mot entre ses lèvres désespérées...

"Black Adam"

Et le tonnerre fut et la clarté vint les éblouir.

Et à la place du puissant guerrier, il n'y avait plus que le garçon infirme, en larmes et en état de choc, désolé d'avoir été l'outil de plus puissants et de plus dérangés que lui...

Anima reprit son apparence normale et se jeta à ses pieds. Elle le prit dans ses bras.

Après la foudre, la pluie. L'orage était en train de passer. Et il pleuvait...

[Conner, si tu veux laisser un dernier message, sinon je posterai la conclusion commune à toute l'équipe s'agissant de ce deuxième scénario. La suite viendra bien assez vite ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani

Inscription : 05/12/2016
Messages : 1553
DC : Deadshot.
Situation : A troqué son S pour une chauve-souris.
Localisations : Gotham City.
New Titans
MessagePosté le: Ven 11 Aoû - 5:34
Conner ne put s'empêcher d'éprouver une pointe de mépris quand la pseudo-Robin s'effondra sur la chaussée ; ce n'était pas Tim qui se serait laissé arrêter par si peu. Ses sens étaient assez affûtés pour savoir que si elle avait été sérieusement secouée, ses jours n'étaient pas en danger. Dans tous les cas, ça faisait bien leurs affaires.
Deux de moins. Plus qu'un.
Et non des moindres ; Osiris était à Black Adam ce qu'il était à Superman. Black Adam qui était lui-même une sorte de pendant négatif à Captain Marvel. Autrement dit, un adversaire à sa mesure ; à ceci près que lui devait s'opposer continuellement à l'influence mentale là où Amon avait choisi de s'y abandonner totalement.

Car s'il avait été capable d'y résister alors qu'il n'arrivait déjà pas à contrôler ses émotions, on ne lui ferait pas croire que quelqu'un investi de la puissance d'un dieu n'arriverait pas à en faire de même s'il s'en donnait les moyens. Certes, il avait reçu l'aide de Lilith, mais ça n'aurait pas marché s'il n'avait eu ses propres défenses pour faire rempart au contrôle qu'on tentait de leur infliger.

S'il aurait été plus qu'heureux de lui faire regretter d'avoir baissé les bras, de s'être laissé faire, il n'y arriverait pas tout seul : résister à cette camisole mentale drainait une bonne partie de sa concentration. Même s'il aurait préféré ne pas avoir à l'exposer, l'aide d'Anima ne serait pas de trop pour tenir l'élu de l'Éclair en respect.
Fort heureusement, elle avait réagi à temps et n'avait que peu souffert de l'accident de voiture ; même s'il avait d'autres préoccupations dans l'immédiat, il n'aurait pas supporté l'idée de l'avoir blessée dans la manoeuvre... Il ne l'avait pas sortie de la rue où elle vivait pour la mettre dans un lit d'hôpital. Ç'aurait pu être la goutte de trop qui lui aurait fait perdre le contrôle - contrôle qui ne tenait déjà qu'à un fil.

Car la colère affleurait déjà de tout son être. S'en remettre à elle pour lutter contre l'invasion psychique était une bonne idée sur le papier - mais c'était oublier la quantité inouïe de rage qu'il gardait en lui. Une fureur terrible qui lui avait déjà plus d'une fois causé du tort. À lui et à ses proches.

Celle-là même qui l'avait amené à quitter les Titans la première fois ; celle-là même que M'gann était censée traiter et n'avait finalement fait qu'exacerber. La colère d'avoir à se battre contre leurs compagnons ; la colère de mettre Anima en danger ; la colère qu'on tente à nouveau de le contrôler.
Cette dernière en particulier lui rappelait qu'il avait été conçu pour être un jouet, un pantin entre les mains du marionnettiste. Retournait le couteau dans la plaie encore fraîche de sa possession par un Péché Capital, rien de moins. Il lui fallait serrer les dents pour résister - mais grande était la tentation de lui laisser libre cours. De se convaincre qu'Osiris pourrait l'encaisser, et qu'il avait grand besoin de se défouler. Qu'il avait mérité ça.

Aux prises avec cette lutte intérieure, il n'eut pas le temps de s'élancer que le Champion Junior de la Magie prononça son mot de pouvoir - lui rendant son apparence normale : celle d'un gamin estropié d'à peu près leur âge. La surprise fut telle qu'elle stoppa net le fil de ses pensées, et avec lui le sang qui battait à ses tempes.

Aussi abasourdi qu'Anima, il s'approcha prudemment du corps inanimé de leur ennemi. Il ne savait où il en avait trouvé la force, mais Osiris leur avait épargné un combat qui aurait pu leur coûter très cher. Bien qu'elle fut sûrement motivée en partie par l'aversion qu'il pouvait ressentir pour un élève de Black Adam, il regretta la faiblesse dont il l'avait inculpé mentalement : Amon Tomaz était plus coriace qu'il n'en avait l'air.
Avec suffisamment de temps et d'efforts, peut-être qu'ils parviendraient à lui rendre l'usage de ses jambes... Mais pour l'heure, la première priorité était de faire payer ceux qui avaient voulu se servir de lui - de chacun d'entre eux - pour leurs basses besognes avant qu'ils en fassent de même avec d'autres. Qu'ils ne fassent pas d'eux les ennemis du monde. Il posa les yeux sur Anima alors qu'elle berçait doucement le corps inerte du paralytique ; pour une première mission sur le terrain, on avait connu de meilleures expériences.

Viens, lui dit-il en posant la main sur son épaule en guise de soutien. On rentre.

Par « on », il voulait dire tous ; les malheureux avaient assez souffert.
L'averse achevait de lui redonner ses esprits ; ils en avaient assez fait pour aujourd'hui. Quand les voitures de police firent hurler leurs sirènes dans la nuit, alertées par le bruit, ils étaient déjà partis.


« Since before I could even think, I was told I was a living weapon.

That I was created with all this power – just so I could destroy.
But that isn’t true. It never was. The power was always mine.
»

« The choice was always mine. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4444-superboy-rebirth http://dc-earth.fra.co/t4287-superboy-i-m-no-superman En ligne
 

[Titans] [Clinique de la Lumière Blanche, Pawtucket, Rhode Island, USA] Les dingues et les paumés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pvt.,K Co. 3rd Batt., 8th US Colored Heavy Artillery 1864
» Navigation
» UN CHAT MÉDIUM NOMMÉ OSCAR de David Dosa
» [Touchstone Pictures] Coup de Foudre à Rhode Island (2008)
» Rhode Island : Book Around the States

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-