Amsterdam la Rouge [Catwoman]

Inscription : 17/01/2017
Messages : 487
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 4 Mai 2017 - 13:38

Amsterdam.
Ville la plus peuplée et capitale du Royaume des Pays-Bas, située dans le Nord du Pays, cet ancien petit village de pêcheurs est depuis devenu puissant et célèbre, notamment pour son Quartier Rouge ou sa légalité assouplie.
Le pays est relativement peu touché par le phénomène super-criminel, et peu de Héros costumés sont ainsi présents par ici ; le pourcentage de justiciers va cependant diamétralement augmenter aujourd’hui, alors qu’un jet privé spécifique approche de l’aéroport.


« Ici WayneJet.01. Demande autorisation d’atterrissage. »

« WayneJet.01, ici contrôle. Autorisation acceptée. Bienvenue. »


L’avion principal de Bruce Wayne, un jet issu de la meilleure technologie des Entreprises Wayne, approche ainsi de l’aéroport principal d’Amsterdam.
Rapidement, l’appareil s’avance vers la piste d’atterrissage, se pose grâce au talent extraordinaire de son pilote, recruté par les meilleurs ; les dernières vérifications sont réalisées, les ceintures sont détachées et les premiers intervenants extérieurs s’approchent de l’avion – mais pas uniquement.

Une foule de journalistes et de curieux s’approche, attirée comme des mouches sur du vinaigre… ou, plutôt, comme des abeilles vers une fleur extrêmement attirante.
La porte principale du jet s’ouvre, révélant d’abord un couloir sombre devant l’escalier mobile – puis la foule bondit et hurle quand une silhouette apparaît.
Lentement, calmement, un homme élégant, fin trentaine, descend en saluant tranquillement la foule. Les yeux cachés derrière des lunettes de soleil, il sourit, serre quelques mains – mais repousse strictement les journalistes qui voudraient l’interroger ou lui soutirer quelques révélations.

Sans un mot, il s’avance sur le tarmac, un mince filet de chaleur s’échappant de ses lèvres alors que le froid est mordant en ce jour à Amsterdam. Sa démarche est calme et puissante…

… confirmant pleinement la classe du milliardaire Bruce Wayne.

Attirant toute l’attention des journalistes et curieux, ainsi que de la majorité de l’aéroport, il permet ainsi à une sublime jeune femme de s’échapper discrètement du jet privé, évitant ainsi les regards et les questions sur celle qui accompagne le célibataire le plus en vue au monde.

Environ trois-quarts d’heure plus tard, après bien des passages obligés, Bruce Wayne s’échappe de l’enceinte du bâtiment pour pénétrer dans une voiture banalisée – où l’attend, à l’avant, une jeune femme qui, toujours, fait battre son cœur un peu plus fort.


« Désolé pour l’attente. »

Il esquisse un petit sourire, avant de ranger ses affaires à l’arrière.

« Murphy est au 354 Vans Hallstraat. J’ai réservé un bâtiment au 344, à proximité. Peux-tu nous y conduire, ou tu veux que je prenne le volant ? »

Sa voix est calme, douce. Mais son esprit est déterminé et concentré.
Ils sont ici pour une mission terrible.
Il entend la mener à bien, et châtier celui qui a enlevé sa fille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mer 10 Mai 2017 - 12:46
Je n’avais jamais pris l’avion avant cela c’était terrifiant… D’autant plus quand on pensait au pourquoi je me retrouvais dans cet avion… Tuer l’homme, non, faire souffrir jusqu’à la mort l’homme qui m’a pris ma progéniture… Ma Suzy-Lou… pendant le voyage je m’étais dit que je pourrais parler et Bruce et que cela me rendrait heureuse, cependant je me suis endormie. “Comme une merde” dirait la plupart. En me réveillant à l'atterrissage toute ma peur de ce qu’il va arriver mélangé à ma colère et ma peine j’ai envie de vomir. Me dirigeant vers les toilettes la suite ne mérite aucun détail supplémentaire… J’ai un peu honte puis j’oublie. J’oublie qu’il est Bruce Wayne le playboy célibataire et me dit qu’il comprendra bien parce qu’il est humain…

L’avion à terre je sors discrètement par l’arrière de l’avion avec le personnel de l’avion. Même si cela ne me réjoui pas de devoir être mise sous le tapis considéré comme personne en quelque sorte, je ne lui dirai jamais car c’est ce que je suis. Je ne suis personne, au fond je suis simplement une des conquêtes de Bruce. Je le sais, je me souviens. De toutes. Je me sens un peu banal tout à coup au milieu de toutes ses femmes auxquelles je pense. Peut-être parce que j’aimerais être plus au fond maintenant que les choses sont ainsi. Maintenant qu’il y a un fruit.
Lasse-je me dirige vers la voiture qui servira bientôt de taxi à Bruce Wayne. Bien sûr tout est prévu à la minute près. Je monte dans la voiture louée qui comme prévu est là où je dois la prendre. Le chauffeur me donne les clés et je me glisse du côté conducteur mettant une casquette et des lunettes de soleil pour me faire passer pour le chauffeur après avoir mis mais quelques affaires dans le coffre.

Après tout. Même si cela me chiffonne de devoir rester secrète ça a un côté très excitant. Le laissant entrer en restant cachée derrière ma vitre teintée je démarre une fois la portière de Bruce fermés. Je lui fais un clin d’oeil en le regardant avant de parler et continuer à regarder la route.
Je nous y conduis ça va aller.
Là la motivation renaît de ses cendres. Avec lui je me sens prête à tout pour récupérer ce que l’on m’a volé ce que l’on nous a volé. L’adrénaline n’est pas encore là, mais presque, elle bouillonne surement tellement j’ai hâte de récupérer ma vie, mon enfant, ma fille. Le combat va être violent et même si nous sommes une équipe de choc Batman et moi il ne faut pas écarter la possibilité d’une difficulté à récupérer Lou, écarté la possibilité qu’elle souffre même si d’y penser cela me retourne entièrement. Roulant selon les limitations je suis complètement concentrée et pressée d’arriver.

Tu as un plan toi ?

Evidemment qu'il en a un. Mais je veux savoir lequel.

Enfin... Quel est ton plan plutôt ?

J’esquisse un sourire en lui adressant un petit regard. Passant par plusieurs petits endroits pour semer les trop curieux et les journalistes, le trajet est légèrement plus long. Trouvant rapidement une place de parking privé je commence à prendre les affaires pour les monter dans l’appartement réservé par Bruce. Nous faisant discrets nous ne croisons personne et c’est très bien comme ça. Une fois tranquille dans l’appartement je m’assois en tailleur sur le lit. La nuit était bientôt là et se serait parfait pour mettre en route l’opération.

Je pourrais passer par les conduits d’aération et faire un repérage dans la soirée pour trouver où il garde Suzy-Lou et ensuite pouvoir passer à l’attaque dans la nuit… Avec un peu de chance les hommes d'Harvey seront moins que prévu car ici Murphy est chez lui et puis... nous avons l’avantage de la surprise sur lui.

J’adoptais un comportement très “speed”. J’avais tellement hâte de la retrouver, j’avais tellement hâte de l’entendre de la voir de la câliner, de la présenter à son père… Elle était si près et en même temps si loin… J’avais peur. Tellement peur qu’elle ne soit pas là… En me levant je baissais les yeux ayant peur. Je frissonnais en pensant à tout ce qui pourrait arriver à mon bébé. Je restais là immobile regardant Bruce, le regard plus inquiet.

J'ai tellement hâte que tu la rencontre...

Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 487
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Dim 14 Mai 2017 - 21:02
Selina lance le véhicule, et lui s'installe à ses côtés. Protégés derrière les vitres teintées, ils restent silencieux quelques instants, tous deux prenant connaissance de l'importance du moment - de l'importance de leurs prochains actes.
Ils sont ici pour sauver leur fille et vaincre l'ennemi ; rien d'autre ne compte.


"Hem."

Bruce grogne légèrement, quand Selina brise le silence pesant - pour se lancer dans une, puis une seconde question. Elle se tourne vers lui et sourit... mais son coeur ne donne guère envie de faire de me ; il est rongé par la colère, la fureur mais aussi l'inquiétude.
Pour elle... pour Suzy-Lou. Pour son enfant - qui lui a été pris, arraché sans même qu'il le sache.
Mais, malgré son état, il se force à esquisser un sourire. Léger, mais présent malgré tout, ce qui souligne son intérêt et son effort pour elle.


"J'ai un plan. Nous le définirons en lieu sûr."

Sa prudence confine à la paranoïa - mais lui a permis de survivre jusqu'ici.
Bruce retrouve le silence, puis découvre rapidement le logement qu'il a réservé pour eux. Selina gare le véhicule dans le parking prévu, en souterrain, et tous deux s'en échappent pour récupérer leurs affaires et filer à l'intérieur du bâtiment qui leur est réservé entièrement.
A peine installés, ils peuvent découvrir la vue... qui donne directement sur l'adresse de l'ennemi, dans une rue anonyme d'Amsterdam.



Bruce dépose ses affaires, puis se tourne vers Selina.
Si cette dernière demeure superbe, il la découvre concentrée et très pressée de développer une stratégie. Assise en tailleur sur le lit, elle se lance dans un long discours, rempli d'idées - qui sont bonnes, et pourraient servir... s'il n'avait pas déjà sa propre tactique.
Et il n'est clairement pas du genre à changer de plan en cours de route.


"Tu ne peux pas te rendre chez Murphy."

La réplique claque à l'intérieur du logement, comme un coup de tonnerre. Les bras croisés, il fixe la jeune femme - mais se rend compte qu'il adopte une posture trop sèche, trop terrible ; inadaptée, complètement.
De ce fait, il se détend légèrement, et esquisse un petit sourire timide en reprenant d'une voix plus douce.


"Moi... aussi, j'ai hâte de la... voir. Mais nous devons être prudents - et agir sans nous faire découvrir."

Il s'approche, puis s'accroupit devant elle, juste devant le lit.
Il sourit, encore.


"Murphy te connaît, et a dû briefer ses hommes : ils t'attendent. Ils savent que tu vas venir, ils savent comment tu travailles. Qu'importent tes techniques, qu'importe ton talent... ils se sont préparés, te trouveront et te feront du mal. Je le refuse."

Un masque de détermination glisse sur son visage.

"Par divers contacts, j'ai réussi à organiser une rencontre avec Murphy... une rencontre qu'il ne pourra refuser. Je connais ses goûts, et j'ai mis sur pied une manipulation où des armes arriveront sous peu à Amsterdam ; pour s'emparer de ces armes, Murphy doit négocier avec un homme. Cet homme, ce sera moi."

Bruce offre une expression rassurante, puis pose sa main sur la cuisse de Selina.

"Je vais adopter une autre identité, et ainsi intégrer directement le repaire de Murphy. Je pourrais alors repérer les lieux, connaître son organisation, éventuellement me faire apprécier - et ainsi te permettre de récupérer Suzy-Lou.
Le plan est simple : je découvre le repaire de Murphy, je m'y fais admettre, puis je te transmets les informations... pour que tu t'empares d'elle, lors d'une diversion.
Cela peut prendre quelques jours - mais c'est la seule manière de la récupérer sans la mettre en danger. Après, quand elle sera saine et sauve... nous reviendrons. Pour lui."


Un petit signe de tête, et elle comprend.
Murphy sera châtié - mais plus tard. Suzy-Lou est la priorité. Suzy-Lou sera toujours la priorité, maintenant.


**
*
**

Plus tard.
Après qu'ils se soient installés. Après qu'ils aient finalisé la première étape du plan, et que Selina ait accepté d'attendre quelques heures dans leur logement. Après qu'ils aient inauguré le lit - et se soient plongés dans une relation qu'ils ont longtemps fuie, mais qui s'impose désormais à eux.
Bruce est parti.

Arrivant devant la porte du repaire de Murphy, il sonne et se laisse inviter à l'intérieur, sans attirer l'attention. Ayant revêtu l'identité et l'apparence de Matches Malone, un manipulateur et criminel notoire, Bruce ne craint pas grand-chose... hormis ses propres nerfs.
Faire face à Murphy sera difficile - du moins, sans écrouler ses poings dessus. Mais il le doit.
Pour Suzy-Lou.

Cependant, alors que Bruce pénètre dans le repaire ennemi, Selina se retrouve seule dans leur logement - du moins, le pense-t-elle.
Alors qu'elle évolue à l'intérieur du bâtiment, elle sent soudain une présence... une présence à proximité. Une présence qui est confirmée quand une voix calme et masculine s'élève derrière elle.


"Le Batman ne trouve que la Mort, chez Murphy."

En se tournant, Selina découvre qu'un homme la fixe - accroupi, surprenant. Un homme armé...
... mais un homme qui ne la menace pas.

"Il doit renoncer à ce plan - immédiatement."

L'homme ne dit rien d'autre.
Ni sur son identité, ni sur ses objectifs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Lun 15 Mai 2017 - 21:36
Dans la voiture son grognement et sa réponse plus que froide et directe m’avaient calmée dans mes hardeurs et mon stress qui débloquait chez moi une certaine logorrhée plus ou moins embêtante... Ja savait que cela le ferait grogner un peu quelque part. Seulement, bêtement je ne put m’empêcher de briser ce silence.
D’ordinaire je suis une femme qui gère pas trop mal mes émotions et évite souvent ces petits « désagréments », c’était d’ailleurs la première fois que cela lui arrivait face à Bruce. Tout cela n’est bien évidemment pas un hasard puisque maintenant tout est différent. Il est Bruce, le père de mon enfant que j’ai lamentablement perdue contre mon gré... Je ne peux être que stressée… Stressée qu’il reste fâché, stressée que les choses ne se déroulent pas bien et que Suzy-Lou ne s’en sorte pas…

Puis alors que j’attendais son avis, sa réponse vis-à-vis de mon plan. Sa voix énonce avec fermeté que je ne « peux pas me rendre chez Murphy. ». Le regardant devant moi avec cette posture de chef je le dévisage un peu et fronce les sourcils alors que je sens dans mon estomac sensation peu agréable lié aux sentiments que débloque cette phrase. Clair, simple, brutal, efficace.
Je baisais alors les yeux serrant les poings légèrement, écoutant sa réponse qui me fit ravaler ma salive. Cependant, sa voix est plus douce et avec un peu de recul je comprends qu’il est sûrement simplement terrifié à l’idée d’être père, encore une fois et avec moi. Ne préférant rien dire et gardant mes sentiments pour moi je me terre dans le mutisme pour l’instant.
Finalement je relève les yeux quand il s’accroupit mes sourcils se battant entre courbe et froncement, entre frustration et peur.

Quel plan. Comme toujours c’est parfait.

Je dis cela en étant contente, contente qu’il est un tel plan, si parfait et précis mais quelque part je me sens encore une fois je me sens un peu dévaloriser, j'arrive a esquisser un sourire. J’ai perdu notre enfant et je suis incapable d’émettre une bonne idée telle que Bruce. Pourtant, lui est choqué quelque part par la nouvelle et cela n’affecte en rien ses capacités. Même si j’apprécie son plan, son geste sur ma cuisse je me refroidis un peu du moins mon stress et mes hardeurs. Je déteste me sentir ainsi et être ainsi alors je finis par sourire à Bruce un sourire certes vrai mais difficile.

S’installant tranquillement, je réfléchis puis je finis par reprendre confiance en moi et cela je l’exprime de mes formes et pulsions. Les choses reprennent forme, doucement mais sûrement et cela est tellement appréciable…
Laissant Bruce partir j’ai revêtu le costume de Catwoman, attentive, alerte, prête. Prête à toute éventualité et prête à agir.
Tout a coup je sens la présence d’un étranger. De quelqu’un d’inattendu qui n’a rien à faire ici et en me retournant c’est Manhunter que je reconnais. Sans le connaître personnellement, je sais qui il est mais que fait-il ici. La main sur l’une de mes dagues je le regarde et vois qu’il ne me pointe point de son arme.

De quoi je me mêle Manhunter… Pourquoi dis-tu cela ? Pourquoi… Devrais-je t’écouter ?

Je le regarde, froide, à persuader et sans être menaçante je reste prête à tout. Je n’aime pas l’imprévu qu’il représente. Je n’aime pas qu’il pénètre dans mon nid. Mon nid d’amours. Cependant je ne peux me résoudre à le combattre sans tenter d’extirper des informations sur sa venue. Soudain en le regardant, en l’observant je tilt quelque chose. N’était-il pas mort… ? Sans annoncer ma pensée pour ne rien précipité je continue à le regarder froidement attendant sa réponse avec une impatience palpable. Et si Bruce m’appelait . Et si Bruce échouait . Et si Bruce mourrait par ma faute . Et si avec lui Lou, mourrait … ? La peur, non la terreur s’impose et j’espère que cela ne durera pas...
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 487
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mar 16 Mai 2017 - 14:32
L’homme accroupi en face de Selina Kyle ne bouge pas.
Calme, serein, il fixe de ses yeux sombres la jeune femme, n’offrant qu’un masque d’inexpression alors qu’elle découvre sa présence – et demeure bien évidemment sur ses gardes, vêtue de son costume désormais mythique de Catwoman.


« Tu devrais écouter ceux qui savent dans quel piège le Batman vient de pénétrer. »

Lentement, l’homme se relève, déplie ses jambes et se redresse.
Les mains négligemment posées sur les manches des armes rangées à sa ceinture, il maîtrise sa respiration et apparaît d’une sérénité à toute épreuve ; proprement déplacée et insupportable pour une femme qui joue tellement, ici.


« En outre… je ne suis pas Manhunter, même si mon corps et mon esprit sont similaires. »

Il soupire – visiblement lassé par ses propres paroles. Il secoue la tête de dépit, puis se lance dans un léger discours surprenant.

« Paul Kirk, Manhunter, fut ressuscité et cloné par Le Conseil, afin de mener l’armée de ses doubles. Paul Kirk s’y est opposé et est mort. Ses alliés ont pisté et tué tous ses clones… ou presque. Une poignée d’entre eux a survécu, et a recouvré les éléments nécessaires au clonage.
Je fais partie de la deuxième génération de clones – créé pour servir les clones de première génération, qui ont constitué une entreprise de mercenaires discrets et efficaces. »


D’un pas lent, il commence à faire le tour de la pièce, le regard constamment fixé sur Catwoman.

« Comme tu t’en doutes… Murphy a fait appel à nos services. Batman va faire face à cinq clones de Paul Kirk, et il ne sait pas que Murphy sait qui est Matches Malone. Quant à moi, si comme tous les clones j’ai ma liberté de parole, je demeure loyal par principe et par obligation génétique à mes créateurs… »

Vite, trop vite pour que Selina puisse se préparer, il s’empare de deux saïs à sa ceinture et les serre, dans une position de combat.

« … ma mission est simple : t’empêcher de le rejoindre, et te tuer. Murphy s’est apparemment lassé de tes charmes, je suis envoyé pour mettre un point final à votre relation. »

Et, sans prévenir, le clone se lance vers Catwoman.
Se préparant à frapper pour tuer.


(HJ/ Je propose que tu décrives dans tes messages tes réactions à l’attaque et l’environnement dans lequel Bruce arrive… quant à moi, je décrirais les réactions de Bruce aux attaques ennemies et j’indiquerais les réactions de Manhunter. Chacun s’animera l’un l’autre. Préviens-moi si ça te pose un souci ! /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Jeu 15 Juin 2017 - 20:25
Bruce n’est pas là, Bruce est partie, il est partie pour la mission. Que se passe-t-il pendant que moi, je suis ici face a ce clone mystérieux ?

***

En ce qui concerne Bruce, il ne le sait pas mais il est attendu, oui, il est repéré et il va devoir se battre. Matches Malone, quel bonne idée que d’avoir pensé a se mettre dans sa peau seulement Bruce, je te le dis ce n’est pas suffisant, non. Suzy-Lou est a moi. Selina, Irena, personne n’a aucun droit sur elle et je vais te le faire comprendre Bruce Wayne. Le réel père, l’ignoble et l’infâme que je déteste de toute mon âme.
En arrivant chez moi c’est un garde qui t’ouvre la porte un garde costaud avec la moitié de la face brûlée aux manières de double face. Seulement la face est brûlée et non l’esprit qui lui est plus a rude épreuve que n’importe qui. Le garde fait semblant et tellement bien on dirait qu’il sort d’une grande école de théâtre alors qu’il n’en est rien.

 Matches Malone… Monsieur Pendleton est prêt a vous recevoir. Suivez-moi. 

Dit-il de sa voix imposante. L’espace est petit, les couloirs son long et fins ne pouvant accueillir que des corps en allumettes à la Tim Burton tant cette endroit se prend pour une fourmilière. Le garde en serait presque a se mettre a demi en biais pour passer sans se cogner nulle part. Une multitudes de portes s’offre au regard de Bruce, des portes en bois ayant souffert de l’humidité des lieux, en réalité l’endroit n’a rien d’accueillant et de réjouissant car franchement toutes les conditions sont réunis pour vomir. Les murs gras, une odeur infâme, innommable, les portes qui grince, les escaliers en colimaçon qui vous crie dessus toutes leurs douleur d’être piétiné, la poussière dans les coin, la crasse et le sang, surtout le sang qui se fond dans le décors règne. Malaisant, étrange n’est-ce pas Bruce ? Quand enfin tu arrive au second étage celui-ci est bien différent de l’étage inférieur…

Effectivement tu observera que cette étage est totalement séparé en deux a la vertical. Si la moitié du couloir est propre l’autre et sale. Les porta sont d’un coté noir et de l’autre blanche. Avançant le garde te fais enfin entrer dans une pièce du coté « beau » pour t’y enfermer. Et là tu entend ma voix et simplement ma voix a travers des sono accroché aux quatre coins des murs du petit salon tout en noir et blanc… Une seule fenêtre est visible est donne sur un mur rouge seulement des barreaux y entrave la possibilité de sortir. Un des barreaux est cassé mais ça je ne le sais pas encore…

Bruce Wayneeee, bienvenue ! Mon cher ennemi. Je savais que tu viendrais… Je savais qu’elle craquerais pour tout t’avouer cette vieille cat-in…

Je rigole, fan de mon humour beauf.

Tu as vraiment cru que tu pourrais m’avoir moi et récupéré le fruit de ton amour interdit ?
Tu es vraiment roi, Bruce, le roi de la solitude et Selina est bien ta reine… Malheureusement cher roi te voilà veuf…


Je ris encore une fois de manière calme et sournoise.

Voyons si seul, tu peux vaincre mes pions...

Sur la table basse se trouve un échiquier et Batman y est représenté seul en tant que pion roi debout et Selina aussi en reine mais cassé en deux. Autour de lui les pions blanc le menace et ceci n’est que la maquette de ce macabre théâtre. Là apparaissent 4 clone de manhunter... Clone sur qui Murphy a le pouvoir.

Tu n’aura jamais ton rejeton que tu sera incapable d’aimer, elle sera plus heureuse avec moi, hein Suzy-Lou ?

La détresse de l’enfant s’en ressent de par ses pleures, audible puisqu’elle est dans ses bras. Je la tiens dans mes bras mais elle n’aime pas entendre des combat, tout a fait normal pour la fragile petite fleur qu’elle est.Un claquement de doigt et les sonos cessent tandis que les clones attaquent tous ensemble. Les deux étant face a Bruce lui fonce dessus alors que ceux étant derrière reste plus a distance. L’un des clone face tire sur Bruce un autre viens, par derrière le faire tomber a l’aide d’une sorte de fouet volé a Selina…


***

La tension monte, mon cœur bas fort vite et pourtant je reste calme face a l’agresseur qui comme tout bon méchant explique son machiavélique plan et ses intentions avant de frapper. La main sur mon fouet, tonique et prête a bondir a son dernier mot je fonce sur lui pour l’attraper par les épaules en sautant venant les pieds joint en pointe les planter dans son torse pour le faire tomber sur le dos coinçant ses mains de mes griffes, il est puissant et m’envoie son genou dans la nuque reprenant le dessus sur moi pour m’étrangler. Devenant rouge je réfléchis même si l’acte deviens bien difficile et viens lui griffer le cou ainsi qu’un œil pour me dégager et me remettre.

Personne ne m’empêchera de faire payer ton salopard de patron qui n’est qu’un voleur d’enfant. PERSONNE !

Fis-je énervé et surtout très motivé. Grognant je lui saute une nouvelle fois dessus saisissant ses chevilles de mon fouet pour le faire tomber. Prenant une dague de décoration qui arpentait un meuble je viens lui planter en plein cœur avant de venir l’étrangler en plantant mes griffes dans son cou la rage au ventre, sauvage. Pour moi le combat est gagné et alors que je le regarde doucement perdre pieds. PAN
Un petit trou de balle sur ma hanche… Nous tombons évanoui… Le premier en vie éveillé sera victorieux seulement qui ?
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 487
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Lun 19 Juin 2017 - 12:04
Le plan ne fonctionne pas.
Alors qu’il pénètre à l’intérieur du repaire de Murphy, Bruce sent immédiatement que quelque chose ne va pas. Ce n’est pas seulement l’attitude et l’allure de l’armoire à glace, ou les étranges couloirs dans lesquels il s’enfonce pour avancer à l’intérieur de ce bâtiment surprenant ; c’est également quelque chose… d’immatériel, d’invisible, d’intangible.

Quelque chose ne va pas, non.
Son instinct lui hurle que c’est un piège – qu’il est détecté, et que sa stratégie ne tournera pas comme prévu. Et, malheureusement, il se rend bien vite compte que, une fois de plus, son sixième sens avait raison.

Poussé dans ce qui semble être la zone propre du lieu, étrangement séparé entre deux extrêmes, Wayne ne peut s’empêcher de trouver des parallèles avec un vieil ennemi… qui apprécie particulièrement les attaques intimes.
Harvey serait-il derrière tout ça ? Selina l’avait informé que Murphy était lié à l’ancien procureur, mais… et si c’était Dent ? Et s’il avait tout manipulé depuis le début ?
Le doute naît dans son esprit, et déclenche une paranoïa accrue ; mais il ne peut se concentrer là-dessus. D’autres menaces, bien plus directes, apparaissent bien rapidement.


« Hem. »

Il grogne, tandis qu’il découvre uniquement une seule fenêtre dans cette pièce – et qu’une voix se fait entendre via une sono, depuis une autre pièce.
La voix émet des commentaires qu’il n’apprécie guère, et qui déclenche une fureur qu’il entend maîtriser ; pour le moment.
Calme, figé, il laisse son regard faire le tour de la zone, notant le barreau cassé et toute possibilité de fuite ou de combat – il sait très bien que cela ne va pas tarder, dès que Murphy aura terminé de développer son discours suffisant et arrogant.


« Tu ne le sais pas encore… »

Sa voix s’élève… calme et puissante.
Son regard a croisé pour quelques instants l’échiquier, et ses muscles se sont crispés quand il a entendu les pleurs… ceux de la petite. De sa petite.
Il découvre les quatre Manhunters qui l’entourent, quatre clones de Paul Kirk – il savait que certains existaient encore, il ne pensait pas les trouver ici ; mais ça n’a rien de grave.


« … mais je vais te trouver. Quoi qu’il arrive. Quoi qu’il arrive à Selina ou à la petite… quoi qu’il m’arrive aussi.
Tu peux m’envoyer tes hommes, tes mercenaires, tes assassins. Tu peux écrouler cette maison sur moi. Tu peux me tirer dessus – quoi qu’il arrive, je vais venir pour toi. Et je vais te trouver.
Et je vais te châtier. »


Sa voix est froide, terrible.
Il prend ensuite une grande inspiration – et se lance dans le combat.

Identifié comme Bruce Wayne, il comprend que son identité est certainement déjà dévoilée… mais, au fond, il s’en fiche ; il y a plus important, ici. Il y a elle – il y a elles, même.
Selina et Suzy-Lou. Sa fille et sa mère – son amour et sa fille.
Rien ne l’empêchera de les retrouver ; rien ne les séparera.

Un Manhunter tire sur lui, un autre frappe dans son dos… mais s’ils sont des clones d’un combattant exceptionnel, formés par les meilleurs, ils demeurent des mercenaires – se battant pour l’argent.
Lui se bat pour les siens… et il est le Batman. Ils n’ont aucune chance.

Le premier Manhunter tire, mais Bruce se baisse pour éviter le projectile. Dans le même mouvement, il se tourne vers son second agresseur, et s’empare de sa jambe, levée pour le frapper, pour le déséquilibrer ; d’un mouvement sec de la main, il projette l’adversaire sur le côté – droit sur un troisième Manhunter.
Wayne se relève, pour faire face au premier et quatre Manhunter ; le premier tire encore, le forçant à réaliser un salto de côté pour éviter l’attaque. Le second sort deux lames spécifiques, et tente de le frapper en plein vol.
Le coup est bien porté et vicieux ; il est éraflé au niveau de l’épaule. Il s’accroupit en atterrissant, effectuant un violent balayage pour faire chuter le quatrième Manhunter. Il ne le laisse cependant pas tomber, et le récupère dans sa chute pour le relever comme un colis – et le brandir, à l’horizontale, comme un bouclier.

Le premier Manhunter continue de tirer… sur le quatrième.
Après quelques secondes, Wayne propulse le corps blessé vers le tireur, puis se tourne par réflexe… et parvient à éviter, au dernier moment, le saï lancé par le deuxième Manhunter, qui s’est relevé. Le troisième s’est remis sur pied aussi, et tente une prise de judo sur le Chevalier Noir – qui feint de se lancer faire, avant d’effectuer une subtile contre-attaque qui propulse son adversaire au sol.
Un craquement sinistre se fait entendre… la nuque. La nuque est touchée. Il n’est pas mort, mais ne remarchera pas avant longtemps…

Ne restent donc que deux Manhunters. Le premier continue de tirer ; le deuxième tente de le planter.
Le combat devient encore plus brutal… sa fureur ne fait que s’amplifier, alors que les pleurs de son enfant redoublent ses forces – et sa haine.


**
*
**

Plus loin.
Selina, blessée, a néanmoins réussi à vaincre le Manhunter. Touchée sur la hanche, elle a plongé pendant quelques instants dans l’inconscience – mais se réveille.
Elle grimace, bien sûr, de douleur. A quelques mètres, elle découvre son adversaire… immobile et vaincu. Déjà ça de pris.

Cependant, son cœur est certainement rongé par l’inquiétude, suite aux paroles énoncées par l’ennemi – Bruce est-il sauf ? Y a-t-il un piège ?
Pour le moment, elle l’ignore… mais peut apercevoir, à quelques mètres, une lumière rouge clignotante. Issue d’un petit dispositif, positionné sur la table.
Le signal – le signal d’alerte, convenu entre elle et Bruce. Qu’il enclencherait si Murphy venait à le découvrir.

Les faits sont clairs, donc.
Bruce est pris au piège ; et leurs ennemis sont donc en train de l’emporter… pour le moment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mar 4 Juil 2017 - 17:07
Je souris, que puis-je faire d’autre que sourire face à cette scène, cette scène si bien orchestrée est par moi… Que de fierté. Je m’adore, m’idolâtre tandis que comme un ver luisant la gamine gigote et s’agite. Elle n’aime pas ça. Il laisse le micro-ouvert pour que Batman entende. Qu’il entende sa progéniture pleurer toute sa peur, toute sa frustration de ne pas être saine et sauve dans son petit lit douillé ou dans les bras d’une mère aimante que je ne lui donnerais jamais… Entendre ses pleurs ne me fait pas particulièrement plaisir, mais c’est tellement appréciable de voir le Batman frustré, en colère crachant une haine contre moi que je ne lui permettrais jamais d’assouvir. J’aime savoir cela.

Au-delà de ça j’aime voir que mon fier petit soldat du passé le surpasse et lui font mal… malheureusement deux tombes au combat et cela m’arrache un râle énervé. Je confie alors l’enfant à un homme de main qui la fait sortir de la pièce. Ses pleurs ne sont plus. Plus…

Tu ne t’en sortiras pas comme ça Batman… Crois-moi !

Le micro s’éteint et Murphy semble inexistant. Quand je vois que le Manhunter sensé tué Selina est mort je perds patiente et balance mon poing dans le mur… Que vais-je faire ? Double face me tuera si le Batman ne le fait pas… Je réfléchis bien et me décide à choisir entre deux plans. La fuite ou le combat. Dans mes pensées, le regard vide je me souviens d’une dernière carte que je n’ai pas encore jouée à ces deux voleurs sans vergogne… Sale. Je rigole alors un peu avant d’appuyer sur un bouton. Un bouton rouge. Le genre de bouton qui annonce une destruction finale, une victoire et quelque chose de foutrement dangereux…

Un rire dément m’échappe et je le laisse entendre à Batman tandis que de mes doigts je caresse le bouton comme un pervers caresserait le fruit de son désir le plus étrange… Je perds les pédales. Parce que j’ai peur. J’ai peur de la mort.
Ce bouton est ma porte de sortie la garantie que je gagne alors j’appuie. Là, les murs de la pièce se mettent à doucement bouger et rétrécir l’espace de vie …

Tu vas mourir ce soir Batman tout comme ta chère Selina qui est déjà au ciel… paix à elle...

***


Bouffon.
La tête dans la brume j’entre ouvrent les yeux et dans un râle la douleur me rappelle à l’ordre. Je suis ailleurs mais je sais qur je suis en vie mais blessée. Il me faut encore quelques minutes pour me remettre en tête tout ce qui s’est passé… Je me tiens la hanche et je me lève fièrement sur mes gardes alors que je vois mon ennemi dans une flaque de sang. Mort. Je prends le temps de le regarder et de voir à quel point je l’ai massacré certaines de mes griffes encore plantées dans son cou ensanglanté.
Puis, comme une illumination j’aperçois le signal et là je comprends qu’il est en peine. Qu’il a besoin de moi.

Bruce !

Comme le son d’un toxin ma voix résonne et je suis prête à bondir. Je passe alors par la fenêtre dans les escaliers de secours pour rejoindre l’appartement de murphy. Sur le chemin je me fais une sorte de pansement pour éviter à la plaie de couler plus intensément... Rien ne m’arrête. Les gardes qui m’ouvrent sont accueilli par des fumigènes qui me permettent de les maîtriser avec facilité par-derrière. Je galope ensuite à travers les escaliers et j’arrive aux seconds étages d’où j’entends bien des râles. Au premier étage je reconnais la voix de Murphy mais je ne peux pas l’attaquer maintenant je dois d’abord retrouver Bruce.
Je place alors un imposant meuble devant la porte bloquant presque le passage avant de monter et défoncer la porte de prison de Bruce avec un vieux pied-de-biche récupérée dans les escaliers de secours…

Je le vois alors galérer avec les deux dernières copies de Manhunter. Un autre râle m’échappe et je me glisse derrière un canapé pour éviter les tirs d’une des copies. C’est plutôt une bonne chose… Au moins il ne s’occupe plus de Bruce qui est déjà bien occupé avec un clone muni d’une arme blanche. Je réfléchis et d’une seconde alors je brandis mon fouet sur le tireur lui faisant lâcher son arme. Par la même occasion je remarque que les murs doucement se rejoignent…

Merde...

De nouveau dos au fauteuil j’attends que l’ennemi s’approche pour bondir et me lancer dans un combat avec lui, le dernier… Pour moi c’est une éternité tant recevoir ses doigts dans ma plaie est affreux, mais je lutte et viens alors lui exploser un vase dans la gueule le poussant pour lui foutre un vilain coup dans le bas du dos et finir par lui faire bouffer le dossier en bois du canapé… Les murs condamnent bientôt la porte et je regarde alors Bruce dans les yeux.

Bruce ! Viens !

Je lui tend la main et viens attraper sa cape pour l’entraîner dans ma sortie... Nous sommes vivants, à reprendre notre respiration dans ce couloir dément. Je le regarde alors en reprenant mon souffle et lui souris avant de lui chuchoter.

Murphy est en bas. J’ai condamné sa porte pour qu'il ne sorte pas...
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 487
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 5 Juil 2017 - 11:36
La situation empire – encore.
Alors que Bruce est occupé avec ses ennemis, Murphy le provoque encore, en faisant évacuer Suzy-Lou et en modifiant l’équilibre du combat… en agissant directement sur la géographie des lieux.
Les murs se rapprochent.

Il continue d’affronter les clones de Manhunter, mais Bruce sait que le temps est compté ; il doit agir, autant pour sauver sa vie que pour éviter que Suzy-Lou soit emmenée au loin.
Il doit agir, oui. Vite.

Il se plonge, donc, dans un état second. Dans une concentration optimale. Dans un oubli de l’esprit, en confiant pleinement le contrôle à son corps – et à son instinct.
Et, à ce moment-là, son instinct ne dit qu’une chose, impacté par sa colère et sa haine de voir son enfant être ainsi enlevée : DETRUIS. Maintenant. Sans aucune pitié.

Bruce agit, alors.
Il entrevoit Selina qui vient l’aider, mais il n’a aucun mot pour elle, il ne peut en avoir aucun ; il frappe. Il pare. Il feinte. Il piège. Il combat.
Il réussit.

Les clones de Manhunter s’écroulent, vaincus et brisés. En quelques secondes à peine. L’effet est saisissant, par l’efficacité des coups mais aussi par leur vitesse ; l’œil nu n’a rien pu voir, n’a rien pu constater. Bruce a été trop vite – trop efficace. Trop brutal.

Mû par une fureur absolue, il acquiesce aux indications de Selina et parvient à s’échapper de la pièce alors que les murs se rapprochent ; les clones de Manhunter ne sont pas sauvés, déjà car son état ne lui permet pas d’y penser, ensuite parce que la vie les a déjà quittés. Ils ne vivent que pour une mission, et périssent à son échec.

Il est dehors, donc. Avec elle.
Suzy-Lou est proche – Murphy aussi.
Une décision doit être prise.


« Il l’a fait partir. Retrouve-la. »

Sa voix est froide, terrible. Elle n’est pas dictée par un rejet de Selina, mais par une concentration absolue ; il est sans arme, sans costume, en vêtements civils, dans un environnement ennemi. Il est en mauvaise posture.
Mais il ne faillira pas… ils ne failliront pas. Ils retrouveront l’enfant – et Murphy sera châtié. Lourdement.


« Je m’occupe de lui. »

Son regard se fixe sur la direction qu’il doit prendre pour trouver l’ennemi. Ses poings se serrent. Son cœur s’accélère. Sa posture se crispe.
La haine explose – mais il la retient.
Car il se tourne, et esquisse un sourire difficile sur son visage ; un sourire malgré tout tendre, et plein d’affection… et même plus. Bien plus.


« Retrouve-la… pour nous. Je m’occupe de lui… pour nous. Et je te rejoins. »

Il voudrait l’embrasser, la prendre dans ses bras, la rassurer.
Mais il n’y arrive pas.
Alors il lui adresse un signe de tête – et file dans la direction indiquée. Vers la pièce fermée de l’extérieur. Vers Murphy.
Vers la vengeance.


**
*
**

Selina part, elle, dans la direction prise par l’agent de Murphy.
Blessée, elle arrive au bout de quelques instants dans une pièce anonyme, à la décoration spartiate. Suzy-Lou est allongée à une table, à même un linge entourant vaguement ses jambes ; elle doit avoir froid. Un homme est à côté, de dos… il urine.
Il se soulage. Il croit être seul. Il croit avoir du temps. Il se trompe.

Une femme vient d’arriver. Une femme blessée. Une femme usée. Une femme abusée.
Mais une femme enragée – mais pas uniquement.
Cette femme est une mère… une mère privée de son enfant. Une mère qui retrouve son enfant, et qui découvre qu’un nuisible pisse à proximité de sa fille unique.

Selina Kyle est blessée et fatiguée, oui.
Mais l’homme qui remonte lentement sa braguette n’a pas idée de l’ampleur des douleurs qu’elle est encore capable de lui imposer…


**
*
**

La porte s’ouvre.
Murphy attend quelques instants puis se précipite pour frapper avec un couteau – mais une main de fer vient bloquer son poignet, puis le forcer à effectuer un tour impossible ; l’os se brise, un hurlement s’échappe de sa gorge. Le couteau tombe, lui aussi s’écroule.
Cela ne fait que commencer.

Un genou vient brutalement rencontrer son visage, et un pied pousse son corps ; il roule sur le sol et la poussière, pathétique.
Murphy tente de se remettre, de se relever, mais deux coudes viennent violemment s’enfoncer dans son dos ; son souffle se coupe, aucun cri n’arrive à sortir.
Ce n’est que le début.

Les mains dans le dos, par réflexe, Murphy lève les yeux – et sa vision tombe sur l’homme devant lui, qui claque la porte derrière lui.
L’homme ne dit rien… mais Murphy le reconnaît. Et comprend.
L’homme a l’allure de Bruce Wayne – mais ce n’est pas lui. Ce n’est pas le milliardaire policé, l’homme doux, l’homme civilisé. C’est quelqu’un d’autre. C’est autre chose.

Le Batman.

C’est le Batman qui lui fait face, dans sa forme la plus pure et la plus absolue. Le Batman qui s’avance, et s’empare de ses cheveux pour le relever ; un glapissement de douleur s’échappe de ses lèvres, avant que la tranche de la main ennemie vient frapper la gorge.
Sa respiration se bloque, et il s’écroule ; encore. Puis le Batman le reprend par les cheveux, et le resoulève pour l’approcher de son visage.


« Tu vas tout me dire. Tout. »

Il l’approche un peu plus. Murphy découvre alors que le Batman a des yeux… vides. Sans émotion. Sans sentiment.
Sans la moindre parcelle d’humanité.


« Tu vas tout me dire : qui t’a donné ces informations, qui t’a donné ce lieu, qui t’a donné l’idée. Comment. Pourquoi. Où.
Tu vas tout me dire. Maintenant.
Et après, je t’autoriserais à demander à mourir. »


**
*
**

Quelques minutes plus tard.
Après que Selina ait vaincu le garde. Après qu’elle ait repris l’enfant. Après que le Temps se soit arrêté, alors qu’une mère retrouve enfin sa fille.
Une voix se fait entendre dans cette pièce minable.


« Selina. »

Bruce. Bruce est là. Bruce est vivant et entier.
Bruce est derrière elles – et Bruce sourit.
Timidement, certes. Mais le plus sincèrement possible.


« Murphy est… incapacité. Il vivra, mais rêvera de pouvoir remarcher, voir même reparler. Il m’a tout dit, sur celui derrière tout ça – mais nous verrons cela plus tard.
C’est terminé, Selina. C’est terminé. »


Il soupire… puis s’approche.

« Est-ce que… est-ce que je peux… ? »

Il ouvre les bras, timidement.
Puis accueille dans ses mains l’enfant – sa fille.

Il se tait, alors. Et la fixe. Longuement.
Sa fille. Son enfant. Son bébé.
Damian est son fils, et il l’aime d’un amour infini ; mais il ne l’a pas connu bébé. Il ne l’a pas tenu dans ses bras. Il ne l’a pas senti aussi faible, aussi dépendant. Il ne s’est pas senti… responsable. Et merveilleux.


« Bonjour… en… enchanté de te connaître. »

Il sourit. Il lui sourit.
L’enfant – son enfant. Sa fille.
Leur fille.


« Selina… »

Bruce relève ses yeux. Ils sont brillants des larmes qu’il retient difficilement.

« Est-ce que… est-ce que je pourrais… lui donner en deuxième prénom, celui de ma grand-mère ? C’est… une tradition familiale. Et… elle mérite d’en profiter. »

Il rebaisse ses yeux, et esquisse un sourire attendri.

« Qu’en dis-tu, hein ? Ca te dirait de t’appeler Suzy-Lou Helena… Wayne ? »

Son regard se redresse, et se plonge dans celui de Selina.
Il attend, réfléchit – puis se lance. D’une voix douce et tendre, plus douce et tendre que jamais.


« Et… et tu penses que ça rend comment, Selina Wayne ? Ou Selina Kyle-Wayne ? Tu crois que… que ça plairait à Maman ? Tu crois que… ça lui dirait de porter ce nom… officiellement ? Et pour… longtemps ? »

C’est une demande.
Maladroite. Mal placée. Mal envisagée. Et dans un contexte abominable.
Mais c’est une demande sincère – et une vraie, pour lui. Elle provoquera des tensions, des soucis, et beaucoup d’ennuis ; mais c’est une demande, une vraie. Une venue du cœur.
Une évidence, pour eux deux… pour eux trois, maintenant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Sam 15 Juil 2017 - 16:35
La tension ne retombe pas a peine nous sommes sorties de cette étroit enfer. Et, l’enfer n’est pas finis, pas du tout. Suzy-Lou n’est pas encore dans nos bras. Elle n’est pas encore en sécurité et l’enfer continue pour nous trois… Je regarde Bruce prête a le suivre. Alors que je compte le suivre j’entends sa suggestion, non son ordre. Je le regarde et regarde dans la direction qu’il fixe un peu avec haine et colère. Il veut s’en occupé, il doit s’en occuper, il est de son devoir de s’en occuper. En tant que père blessé et écarté. Je hoche la tête a ce qu’il dit avec un certain respect dans mon regard. Les choses pourrait être tellement pire que cela… Nous pourrions toujours être séparé et Suzy-Lou loin de nous tous sauf Murphy… Cette enflure va payer le prix juste et élevé que Bruce a fixé. Ses mots sont pleins d’émotions et j’en ai tout un charivari de papillon dans l’estomac.

Très bien…

Je le regarde prêt a partir, prêt a bondir pour faire régner la justice, sa justice. Je lui souris, j’aimerais qu’on s’embrasse, j’aimerais qu’on s’enlace mais la tension, la tension ne le permet pas la colère non plus la haine et la vengeance encore moins… J’élance ma main pour tenter de lui faire un geste amical sur l’épaule mais je n’y arrive pas. Parce qu’il est déjà partit.
Partit pour sa vengeance, notre vengeance qui se nomme Murphy…
Quel nom ridicule en y repensant…

Je compte sur toi … Bruce.

**

Je m’élance alors dans les couloirs a pas de velours pour retrouver ma fille, pour retrouver tout ce pourquoi je me suis battu jusqu’a maintenant. J’ai mal, mes blessure me lance mais je continue, je dois continuer, absolument jusqu’au bout et sans attendre Quand j’arrive devant la bonne pièce je me fais discrète. J’ai envie de saisir Suzy-Lou et de fuir avec elle ainsi mais ça serait trop risqué.
Et surtout, ça serait trop lâche.
Cette homme qui pisse contre le mur comme il peut le faire au figuré sur la loi. Je le dévisage , je le hais et je vais lui faire du mal. Alors que je caresse la joue de ma petite qui grelote je lui sourit et reste en face d’elle. Je pointe alors une arme sur lui. Une arme que j’ai trouvé sur un meuble sûrement la sienne vu qu’a sa ceinture il n’a rien et dans son pantalon non plus. Suzy-Lou est un peu plus de son coté alors je dois faire attention.
Il est surpris et moi je le dévisage toujours fermant la porte d’un ferme coup de pied arrière dedans.

Recule. Toi. Tout de suite. Les mains sur la tête.

Ma voix est lente dure. Terrible. L’homme reste froid sans peur mais pas pour longtemps alors qu’il fait ce que je lui dis je m’approche et d’une main sans le quitter des yeux j’écarte doucement Suzy-Lou de lui en la laissant sur la table. Toujours proche de lui je met le flingue dans sa bouche n’arrêtant pas de le regarder, tenant bien fermement mon arme, personne ne me l’arrachera. Personne de vivant.
J’enlève alors son pantalon et viens alors frotter mon unique couteau contre son entrejambe. Il transpire alors en me regardant et ça me plaît. D’un coup je lui retire d’un mouvement sec sa virilité ayant osé pisser devant ma fille. Je le pousse et je le laisse souffrir mettant le feu avec son briquet au morceau de chair saignante.
Rapidement j’attrape Suzy-Lou que je blottit contre moi, elle pleure un peu, je tremble et sens dans mon estomac un pique venir me triturer. Le sang coule. Il coule beaucoup comme ses hurlements que je finis par avoir marre d’entendre. Une balle dans sa boite crânienne résout tout. C’est parfait.


Fermant la porte je me dirige vers la pièce ou Bruce se trouve je garde le pistolet et une fois devant la bonne porte je m’accroupis pour venir remettre son linge sur Suzy-Lou et ainsi mieux la couvrir. Je l’embrasse ensuite ne pouvant cesser de la regarder. Je la console, du moins j’essaie et je la garde au chaud tout contre moi, tout contre mon cœur et elle finis par se calmer.

Je suis si contente de la retrouver que je la câline et la dorlote un maximum dans mes bras pour qu’elle puisse enfin arrêter d’avoir peur… Je la serre doucement mettant mon front contre le sien encore si petit.
Puis. Bruce sort. Son père sort et je lève les yeux sur lui et je souris. Je me relève alors pour être face a lui et alors qu’il me fait un compte rendu dont je ne peut-être que fier je le vois regarder la petite que je lui donne .

Bien sur… Prend là. Elle n’attendais que ça…

Il a les yeux brillants et moi aussi car l’instant est exceptionnel, unique et magique. Cette instant aurait du se produire il y a quelques mois mais il se produit et n’aurais pu jamais se produire. Je m’approche et viens poser ma tête sur épaule caressant l’un de ses bras doucement. Je relève les yeux en entendant mon prénom et je sourit a sa demande.

C’est un très jolie prénom Héléna, ça me plait oui… je suis d’accord…

Lui accordé cela est bien la moindre des choses lui qui s’est lamentablement fait écarté de la situation par la peur la culpabilité et la honte... Je sourit et retient mes larmes comme Bruce. Je suis tellement heureuse… Je ne pourrais l’être plus que maintenant avec lui. Avec elle. Je regarde notre création, le fruit de notre passion et profite de cette instant.
Je sursaute un peu a sa nouvelle question et le regarde dans les yeux me remettant face a lui. Sur mes lèvres s’inscrit un sourire et mon regard est malicieux et intrigué. Je le laisse continuer a poser toutes ses questions en regardant sa petite et je sourit. Je suis étonnée, complètement sur le cul mais il ne me faut quelques secondes pour trouver la réponse. La vraie et l’unique possible maintenant.

Je crois que ça lui plairait beaucoup a cette Selina…

Je viens alors du bout de mes doigts fin de velours lui saisir délicatement la nuque pour venir déposer un baiser sur ses lèvres. Un baiser sincère sur la folie de l’instant T. Gravé a jamais dans mon cœur… Maintenant. Tout est finis.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Amsterdam la Rouge [Catwoman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Amsterdam la Rouge [Catwoman]
» fil rouge :catwoman 02/11/10
» Collection rouge (SEP)
» BROC AND TROC DE L'ESCARGOT ROUGE
» Kre-rouge : mes bracelets

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Europe-