Cette diabolique voix (Pv John Constantine)

Invité

MessagePosté le: Sam 6 Mai 2017 - 18:21
Cela faisait maintenant quelques jours que la jeune femme se sentait étrange, un lendemain banal, du moins, c’est ce qu’elle essayer de se mettre dans le crâne. Elle bossait ses coups foireux la journée, mais une fois la nuit tomber, c’est comme si elle ne contrôlait plus son corps, comme si un être intérieure en prenait le contrôle, et comme si cela ne suffisais pas, il fallait qu’elle n’en n’ai aucun souvenir additionner à une sacrée migraine.

Elle se leva comme tous les matins avant de se préparer un verre d’aspirine, elle avait le sentiment qu’un marteau piqueur lui explosait le crâne, en plus de cette stupide voix qui ne faisait que de la blâmer, répétant sans cesse de ne pas boire cette merde.
« Ferme la deux minutes ! C’est pas compliqué ! Deux minutes ! » Ce dit-elle à haute voix, et c’était ainsi depuis qu’elle entendait cette voix, depuis que ces migraine matinale et ces nuit sans souvenir avait commencé, oui on pouvait la traiter de folle, cela montrerai seulement qui est son géniteur.

Verre avalée, clope au bec, elle sortit quelque document où certain plan y était inscrit, elle les examinait, réfléchissait au comment elle allait les mettre en œuvre.
Si tu penses réellement que ces avec ces idées que ton pseudo père sera fière de toi, laisse-moi faire.

Une fois de plus cette maudite voix donnait son avis, la fille du Joker s’en moquais pertinemment de ce qu’elle racontait, ça lui fessais seulement un peu de compagnie le matin, le reste du temps elle lui taper sur le système. Une bonne douche s’imposer pour la jeune femme, et elle ne se fit pas attendre. Elle finit par se planter devant son miroir briser, remarquant de nouvelle marque sur son corps.
« Qu’es ce que tu as fait encore ? 
-Moi ? Rien, c’est toi qui ne te souviens pas de ce que tu fais, je n’y suis pour rien
-Arrête de te foutre de moi ! Qu’es ce que te ma fait faire ?!
- Tu le verras bien assez tôt ma belle »

Était-elle réellement folle au point de se parler à elle-même et de ne plus ce souvenir de ce qu’elle fessait le soir ? Était-elle folle au point de ne plus ce contrôler ? De ne plus gérer son conscient ? Faut qu’elle se l’avoue, c’était assez flippant cette situation.

Duela se décida enfin à partir, sortir, prendre l’air, faire du repérage, savoir ce qu’elle avait fait cette nuit. C’était la principale chose qui lui hantait l’esprit. Attrapant le journal au premier passant qu’elle croisa, l’ouvrant à la page concernant un acte criminel sur une petite supérette sans histoire attaquée durant la nuit, de nombreuse personne aurais perdu la vie, selon eux, la criminelle ne serais pas à son coup d’essais et elle serait prête à recommencer.
« Alors ? Contente ?
- Tu te fous de ma gueule ? C’est encore cette connerie ? Tu vas arrêter rapidement de faire n’importe quoi avec moi !
- Allons chérie, c’était plutôt amusant
- Je te déteste »


Ça avait le don de calmer cette maudite voix, elle lui faisait n’importe quoi, ces pas en attaquant une supérette inutile qu’elle montrerait ce qu’elle vaut à son père. Se passant à de nombreuse reprise la main dans ses cheveux avant de reprendre sa route tous en ignorant la voix qui blablatait sur n’importe quel sujet, lui infligent de temps à autre de violent coup dans le crâne, la faisant lâcher quelques grimaces.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 8 Mai 2017 - 13:20
Accroupis devant le cadavre, j'ai peine à croire que cet homme était un gros porc obèse juste assez équilibré pour marcher sur ses deux pieds. Et maintenant, regardez- le... Il pourrait postuler pour Miss America, vue sa belle silhouette de jeune fille. Les flics n'ont trouvé aucun indice, la version officielle parle d'un accident, n'ayant aucune preuve probante d'un meurtre. Les plus honnêtes murmurent la possibilité d'une combustion spontanée. Ce sont ceux qui se rapprochent le plus de la vérité, mais les indices ne trompent pas. Des indices que seul un mystique pourrait interpréter, les gens ordinaires ne peuvent pas faire de lien logique entre eux.

Premier indice: des traces de creux au niveau du coup, quelqu'un l'a étranglé. ça ne suffit pas à en déduire que c'est un meurtre, car ce n'est pas la cause de la mort d'après le médecin légiste en charge que j'ai hypnotisé de force, pour qu'il me dise tout ce qu'il sait sur son autopsie. C'est bien les flammes qui ont eu raison de lui. Une chose intriguait le docteur: d'après l'analyse des tissus, la main le tenait pendant que la victime brûlait. Lui n'y a rien compris, moi je n'ai qu'une explication: un démon était à l'oeuvre. Pourquoi pas un saleté de méta- humain ou un simple mage? J'y viens. Enfin, dernier indice, le feu semble s'être arrêté spontanément, aussi "spontanément" qu'il a commencé. Et comme vous et moi savons maintenant qu'il n'y a rien de spontané dans cette histoire, on traduit par: la même chose qui a démarré le feu, l'a arrêté. A savoir: le démon. Le feu a consumé le gars jusqu'à lui laisser une petite épaisseur de muscle, ce qui n'a aucun sens, puisqu'il restait de l'oxygène. C'est que le démon a dissipé son feu, quand il a sentit la vie du gars le quitter.

Rien de tout ça n'est un accident, on a tué cet homme. Comme les six autres victimes que j'ai rencontrées sur mon chemin depuis des jours. La première victime est une collègue magicienne que j'avais l'habitude de visiter pour apprendre quelques trucs, en échange de ma compagnie. Quand je suis arrivé chez elle, elle était morte dans son salon. Elle a eu le temps de me laisser un message parlant de son meurtrier: le cerbère. Elle avait dessiné un chien à trois têtes avec des gerbes de flammes que la bestiole utilisait pour la brûler. C'était une femme extraordinaire, elle me manquera.

Me voilà donc à Gotham, sortant de la morgue où est entreposé le corps de la dernière victime en date du démon, après avoir vérifié que c'était bien lui le meurtrier. J'ai pu entrer grâce à ma carte Joker qui montre ce que les autres veulent voir comme insigne. Je rejoins rapidement le quartier où je me sens le plus à l'aise: East End. Je me rends sur le lieu du tout dernier crime ayant eu lieu, je ne vois pas où commencer d'autre. Je peux me tromper, mais je dois bien commencer quelque part. Dans la superette, pas mal de fantôme se sont mis à squatter récemment. Après avoir posé quelques questions, ils me donnent une description physique du responsable du crime. Que je me rappelle avoir croisé en train de se parler à elle- même et de se donner des coups sur la tête. ça ne m'avait pas choqué plus que ça, c'était une punk, donc forcément droguée et assez abusée pour être dérangée. C'est pas le quartier où il faut s'étonner de ce genre de choses.

Je reviens au dernier endroit où je l'ai vue et cherche un reste d'elle. Je tombe finalement sur un cheveu que j'enchante pour qu'il s'envole vers son ancien propriétaire. Après quelques minutes de marche, je retombe enfin sur elle. J'attrape son bras en venant par derrière et la retourne d'un coup sans ménagement.

"Hey chérie, j'aurais quelques questions à te poser concernant ta petite fiesta d'hier soir à la superette du coin. Tu veux bien m'expliquer ce qui t'es passée par la tête? N'aies pas peur, je suis pas de la police."

Il n'y a aucune chance que cette histoire finisse bien. Mais comment dire... Je voulais juste la jouer comme ça, franc et direct. Je secoue le nid, on verra ce qui va me piquer. Si c'est une abeille, un frelon ou une guêpe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 17 Mai 2017 - 11:44

Cette diabolique voix


John Constantine




J'avais décidé de m'éloigne rapidement de la population, certes cela n'étonne personne de voir quelqu'un se parlé à lui-même, mais je refuse que l'on me traite de folle et qu'on me foute dans ce panier, ils ne peuvent pas comprendre ce que c'est d'avoir une putain de voix qui passent son temps à perturber t'es pensé, non, je souhaite de toute mon âme qu'un jour ils le sachent.

« Allez, rigole un peu, c'était hilarant de le voir te supplier ainsi. Ton père aurais rigolé lui.
-Arrête un peu de parler de mon père, ce n'est pas avec ça que je vais me faire remarquer auprès de lui !
-Tous les grands criminels on commencé par de tous petits crimes comme ceci tu sais.
-Je m'en moque, je veux juste que tu ailles faire chier quelqu'un d'autre ! Je ne t'es rien demander !
-Non, c'est vrai, mais c'est toi que je voulais ma chère Duela »


Soupirant pour l'énième fois, je continue ma route, ignorant de nouveau ce parasite dans mon crâne qui continue de me donner des coups afin que je m'intéresse à elle. Que je lui apporte un peu trop d'attention. Je pris la direction d'une rue peu fréquenté, sombre, juste pour avoir un raccourcie, rentrer rapidement chez moi, pouvoir lui dire de la fermer en toute intimité.

« Fait pas la tête, tu devrais être flatté que je t'es choisie, c'est un honneur pour toi
-Un honneur ? Tu me pourris la vie depuis que tu es la, je ne me souviens même plus de quand tu as débarqué dans ma vie.
-Je m'en souvient, tu étais bourrée et c'est là que je me suis dit que tu étais sûrement celle que je cherchais.
- Okay, c'est bien, maintenant ferme la jusqu'à ce que je sois rentrée. »

J’accélérais le pas, presser de la faire taire, presser de me refermer dans mon appartement pour ne plus passer pour une folle. C'était mon envie, je me fis arrêter dans mon élan, sentant une main m'attraper le bras avant de me faire faire un demi-tour, me retrouvant en face à face avec un homme, grand, blond, yeux bleu, je le scrutas quelque seconde avant d'afficher des traits durs sur mon visage, j'avais sortie une arme, le pointant discrètement vers l'abdomen.

« Fait attention, lui, il va vouloir nous séparer, ne dit rien, bute le ! Vite ! 
-Bordel mais t'es qui toi ? Je ne vois pas de quoi tu parles ! »
Nous séparé ? Il est sûrement temps que cela arrive, mais elle semblé réellement paniquer, c'était qui lui encore ? Un autre super-héros qui veut ce la jouer en mode, je suis proche du peuple.

« Écoute moi mec, je ne sais rien sur ce qui c'est passer à la supérette, j'y es même jamais foutues les pieds, alors oui, c'est malheureux pour ce pauvre homme, mais si tu continue à m'emmerder comme sa, tu vas te retrouver dans le même état en moins de cinq secondes et une balle dans l'estomac en prime. »
Je place le bout de mon canon contre le lui avec un sourire des plus provocateur, puis d'un côté elle disait la vérité, avant cette nuit elle n'y était jamais allée et j'y serais certainement jamais foutue les pieds.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Cette diabolique voix (Pv John Constantine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Voices / Les voix psy - John Vornholt
» Série "Kojak"
» [Grisham, John] Pas de Noël cette année
» mes 1 ere maquette Constantine John
» Quand la voix de Morten nous donne des frissons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-