Bruit entre deux batailles [Huntress]

Inscription : 12/05/2017
Messages : 28
Localisations : Vraisemblablement là où quelqu'un de sain d'esprit se serait abstenu d'aller
MessagePosté le: Dim 14 Mai 2017 - 23:08
Huntress. Huntress. Huntress. Elle.
Elle était brisé. L'avait réussi à la stabiliser, savait pas par quel miracle. Elle aurait pu crever. Comme un chien, hémorragie simplement. Comme un chien. Hémorragie. Hémorragie simplement comme un chien. Elle, crever comme un chien. Elle. Huntress.

Son visage. Haut front altier. Sourcil très noirs. Lèvres sombres. Question détourna le regard, alla s’asseoir sur l'unique siège de la pièce. Il se mit à dessiner des flêches et un schéma compliqué sur ce qui semblait être le plan d'un batiment.

Malgré les soins précédemment reçus par des instances bien plus compétentes, ses blessures s'étaient rouvertes, sa température avait monté de façons terrifiante après quelques heures passée gelée. Il l'avait gaver de médoc et maintenant elle semblait stabilisée... Cela ne faisait qu'une heure qu'elle avait arrêté définitivement de se répendre en sang sur les draps propre que l'imper bleu avait miraculeusement réussi à dégoter.
L'avait fait comme il avait pu. Mais malgré les mois passés à l’hôpital suite à son auto-opération -et divers autres coups variés- lors du Suicide Squad ou Waller l'avait exploité, l'avait du mal à piger comment gérer un malade.
L'éssayait de rester calme. Pourtant, la haine lui bouffait les intestins et toutes les saloperies d'organes autour. Il était sortit de l'hosto le jour même. Le jour même. Après des mois dans le flous. Et c'était pour arriver dans ce foutoir... Et découvrir une Huntress blessée. Par Waller. WALLER. La présidente Waller. L'arrivait toujours pas a réalisé que ça était arrivé. Il se tourna vers Huntress.

Elle allait se réveiller ici. Sur ce matelas, couverte par un drap propre voler quelques heures plus tôt. Matelas éventré (on aurait pu cacher des micros), posé à même le sol pour gagner de la place, avec des feuilles couvertes de théories complotistes éparpillés tout autour, comme des roses blanches, parce qu'il avait du tout virer du matelas-vrac-à-dossier pour ne pas avoir à la déposer au sol. Elle allait se réveiller ici. Sa base d’opération. Vieil appart' sous loué, dénué du moindre meuble à l’exception d'un bureau ou reposait un ordinateur monstrueux et d'un frigo qui ne marchait pas dans lequel il entassait médicaments, paquets de tabacs, et bouteilles de mauvais Jack. Rien de reluisant. Les murs avaient été brûlé quelques mois plus tôt par Komodo. L'odeur de papier carbonisé n'était pas partie car Question n'ouvrait jamais la fenêtre. Quelqu'un aurait pu entrer, voler les documents. La fenêtre d'ailleurs, qui ne laissait pas rentrer la lueur des lampadaires, la plupart des carreaux ayant été remplacé par des cartons. Murs brulés. Néanmoins, comme des moisissures, les feuilles couvertes de l'écriture anxiogène et minuscule de Question avait remonté le long des parois noires. Feuilles blanches sur un mur noir. Blanc qui effaçait le noir. Comme elle, au fond. La lumière dans l'obscurité. Huntress. La croix blanche sur un fond noir.

Pour la énième fois de la soirée il alla à la fenêtre et vérifia que personne n'observait depuis les fenêtres d'en face. Waller avait des yeux partout. Cette conspiration était d'une ampleur encore jamais égalée. Ceux qui d'habitude était aveugle voyaient quelques ficelles. Lui, les cordages, dans leur ensembles. L'allait vérrifier que personne ne surveillait le pallier quand il cru voir Huntress bouger, imperceptiblement. Il alla chercher un verre d'eau (l'avait acheté une bouteille, vu les tuyaux en plomb racordé bizarrement de l'imeuble, mieux valait ne pas prendre de risque pour Bertinelli.) Il s'accroupit à sa hauteur.

Enfin, elle ouvrit les yeux. Il avait mit son masque. Jamais elle ne l'avait vu sans. Personne ne devait. Puis voir sa triste gueule usé était peut être pas ce qu'il fallait à la sicilienne pour reprendre connaissance. Les yeux de l'italienne rencontrèrent l'absence de visage du détective. Il l'empêcha immédiatement de se relever, connaissant le caractère un tantinet hargneux de la combattante. Puis ses non-traits devinrent durs.

-Idiote.

Il ne laissa pas Huntress répondre, le non-visage crispé dans une expression indéfinissable mais de laquelle ne transparaissait aucune bienveillance, et poursuivit de cette voix-murmurée et rauque, filtrée par son masque, inquiétante.

-Batman. A toujours utilisé les membres de sa...secte...de façons irresponsable. Mais ce qu'il s'est passé avec Brainiac...Irresponsabilité ? Pire. Incompétence. Jouer avec cette donnée en main. Impératif...Et toi...Et toi il t’appelle et tu cours dans la Batcave ? Suis sure qu'il savait que le Squad arriverait, l'a comploté pour t’amener et t’utiliser. Non. Pas lui. Peut pas saquer Waller. Alors il ne savait pas et c'est encore plus grave. Sonnez les tambours, révélation : Batman est dépassé...A l'échelle de Gotham pas grave mais là...Saura pas géré Waller. Faut que quelqu'un d'autre s'en occupe. Que quelqu'un enquête. Lui saura pas. A faillit vous tuer. Tuer des gamins. A faillit te tuer. Tu... Il faut que quelqu'un règle son compte à Waller. Liberté finie. Tu as faillit...

Question s’interrompit brutalement et tout son visage se ferma. Il tandis sombrement le verre à Huntress.

-Bois. Tu es déshydratée.

Il prit une pause. Malgré le masque, impossible d'ignorer qu'il la regardait.

-Tu n'as rien à prouver, chère. Et certainement pas à la Batfamily, et encore moins à Batman.

Ceci était la fin de sa tentative de communication.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Lun 15 Mai 2017 - 3:35
Helena revoyait ce visage, encore et encore. Le visage de cette kryptonienne qui avait manqué de justesse de la tuer lors de l'attaque de la Suicide Squad à la Batcave. Cela hantait ses nuits de convalescences, lorsqu'elle n'était pas trop droguée pour voir quoi que ce soit. Depuis lors, les douleurs crâniennes étaient horribles, et il lui arrivait à de nombreuses reprises de perdre connaissances. Ses blessures allaient des contusions, aux fractures jusqu'à la commotion qui avait été stabilisé depuis lors. Parfois, les douleurs étaient même si vives qu'à son réveil, elle n'arrivait même plus à se rappeler certaines choses, comme ce qu'elle avait fait, où elle était. Mais elle se souviendrait toujours du visage de cette Faora. Elle s'était jurait de nombreuses fois de se venger, de se préparer à cela. Batman s'était toujours préparé a affronté de telle puissance. Helena jamais. Elle comprenait aujourd'hui cette nécessité.

Mais les choses viendraient en leur temps. Helena commençait doucement à se réveiller. Elle ne se souvenait pas cette fois encore ce qu'elle avait fait avant de sombrer. Sa vision était trouble à son réveil, et elle se rappela rapidement en revanche de la douleur qu'elle ressentait actuellement. Elle jura et maudissait tout ces pseudo méta-humain avec leurs super-force, super-vitesse, super-tout... qui ne saurait sans doute jamais ce qu'elle pouvait ressentir actuellement. Des démons parmi les hommes.

Elle retrouva peu à peu ses sens et compris rapidement qu'elle était sur un pauvre matelas, par terre. Elle avait connu pire, Dinah l'avait une fois hébergé et laissé dormir sur de vieux vêtements, car elle n'avait ni sofa, ni matelas à lui fournir. Elle sentait sa tête tournée, et également qu'elle avait dû perdre à nouveau du sang. Elle se félicitait, quelques parts, de ne pas déjà être morte. Elle imaginait le nombre de mort que le poing de Faora pouvait provoquer, en quelques instants, sous les ordres d'une horrible femme tel qu'Amanda Waller. Cette vision accentua le tournis qu'elle avait déjà, et manqua de vomir, si les nombreux médicaments qu'on lui avait donné ne l'empêchait pas d'en arriver là.

Elle se rendit compte alors qu'on lui parlait. Elle releva péniblement la tête, et reconnu une silhouette et un non-visage familier. Question. Une vision étrangement rassurante. Elle ignorait ce qu'elle faisait là, elle ne se souvenait pas de ce qui s'était passé. Mais elle entendait Question, qui était parti dans son discours complotiste si particulier. Mais c'était rassurant, oui. Après tout, vu les événements actuels, Waller qui attaquait les héros jusque dans les bases les plus sécurisés avec des groupes hyper armés, les héros qui étaient devenus des rebelles hors-la-loi, se retrouver chez un sociopathe reclus qui s'était toujours méfier de ce genre de personnage était agréable. Et Helena avait de l'affection pour l'homme sans visage.

« Contente de te voir moi aussi, finit par dire Helena en prenant le verre d'eau que lui tend Question.

Les mots restent difficile à sortir tant la douleur à sa mâchoire reste présente et vive. Mais Helena se fait violence, c'est ce qu'elle sait faire de mieux. La douleur, l'esprit de revanche, tout cela marque ses déterminations et sa vie depuis des années désormais. Elle devait juste se remettre, désormais, de cette douleur surhumaine dont elle n'était pas habituée. Et elle devait effacer de son esprit cette défaite qui aurait pu, qui aurait dû même dans neuf scenario sur dix, la tuer. Elle n'arrivait pas à se faire à l'idée qu'elle avait faillit mourir quelques heures plus tôt pour, comme le soulignait Question, répondre à l'appel de Batman. Qui avait déjà échoué face à Brainiac et laissé, par conséquence, Waller monter au pouvoir. Et qui ne s'était pas douté, même après s'être préparé à toutes sortes de scénario, à l'attaque.

« Il y a longtemps que j'ai... que j'ai arrêté d'essayer de plaire à Batman, de lui prouver que... que j'étais capable. Mais mes amis étaient à Métropolis. Batgirl... Waller l'a capturé, il me semble... Nightwing aussi ?.... tout était flou, j'ai dû mal à me rappeler...

Helena avait essayé de se relever mais, prise d'un tournis et d'une migraine effroyable, dû se résoudre à se recoucher et rester immobile. Elle ne se souvenait plus... Plus de rien, à part le visage enragé de Faora, juste avant qu'elle ne déclenche son coup de poing sur le visage de Huntress. Elle se souvenait vaguement d'une vague rouge, d'explosion, de cris... Barbara ? Dick ? Que leur était-il arrivé ? Elle ne savait pas. C'était de sa faute. Elle avait provoqué la kryptonienne, elle avait provoqué une puissance tellement grande qu'elle était inimaginable pour Helena, hors de son rayon de compréhension. Des décennies d’entraînement, des années d'expérience sur le terrain, et elle avait été balayé d'un seul coup. Sa précieuse fierté en avait pris un coup elle aussi.

« Et toi, qu'est ce que tu fais ici ? Et pourquoi moi je le suis ?
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 12/05/2017
Messages : 28
Localisations : Vraisemblablement là où quelqu'un de sain d'esprit se serait abstenu d'aller
MessagePosté le: Mar 16 Mai 2017 - 23:31
Il fallait qu'elle se repose. Il fallait qu'il fasse en sorte qu'elle se repose.

Le regard de Bertinelli était incapable de se centré, trouble, allant d'un objet à l'autre. Objet présent dans le meilleur des cas, absent dans le pire. Devait déjà prémédité sa vengeance. Saloperie qui la bouffait depuis qu'il la connaissait. L'une de leur nombreuses différences fondamentales. Bertinelli était toujours éternellement dans le passé à vouloir réparer ou venger ce qui était arrivé ; Question toujours dans le futur à vouloir prévenir ce qui pourrait arrivé. Deux engins remplis des mêmes explosifs brinquebalant sur une même route. Allant dans deux sens opposés. Incapable de se rencontrer. Question remua la tête, pourquoi avait il des pensées aussi tragiquement inutile ? Imbécile. Focus. Ne pas se laisser distraire. La calmer. L’apaiser. L'empêcher de réfléchir. La soigner car elle était ...elle était...une bonne personne.

Contente de te voir aussi ? Ironie? Même pas... Ou alors si douce... N'importe qui serait entré dans la confrontation après l'un de ses monologues paranoïaques. Elle, non. Comme d'habitude elle se retenait d'émettre le moindre jugement. Certes de toute façons il en avait pas grand chose à foutre des jugements mais être accueilli par de la douceur après de la violence c'était...Ressentait pour cette femme une tendresse froide, comme un tapis de cendre, néanmoins impossible à chasser. Juste un tapis de cendre. Un tapis de cendre. Sans la moindre braise. Sans le moindre feu. Il FALLAIT qu'il s'en convainque. Une tendresse froide, présente quoi qu'il fasse, depuis qu'il avait apprit qui elle était. Néanmoins, il continuerait à se bagarrer avec ses émotions, à essayer de les étoffer, jusqu'à réussir ou au moins croire qu'il avait réussi. Toute attache émotionnelle était une faiblesse. C'était ce qui le distinguait de Batman : Batman était un orphelin qui connaissait ses parents. Question un orphelin qui ignorait ses parents. Il étai Il avait été dur avec elle. Peut être aurait il du s'excuser. Non, s'il n'était pas violent jamais elle ne s’arrêterait. Il devait être dur. Il y avait une phrase qu'il avait lu une fois, il ne savait plus où...De la nécéssité de mordre ses amis. Cela définissait bien sa relation au gens qu'il aim...des gens qui était important pour lui. Dont Huntress. Il ne supporterait pas de la voir à nouveau dans cet état à cause de ses foutus débordement émotionel « allons sauver la bat-secte après tout ils sont seulement une trentaine dont un milliardaire pour veiller les uns sur les autres. »

-Peu importe pour tes potes. Sommes en guerre. Suis le seul à l'avoir compris ? Maintenant il est temps de réfléchir avec son cerveau, plus avec son cœur. La league et la batfamily se sont effondré à cause de leur dépendance émotionnel. Ne fais pas la même erreur.

Sa voix était comme un volcan sur le point d'explosé. Il hésita quelques secondes avant d'expliquer, d'une voix plus feutrée encore qu'à l'accoutumée :

-C'est ce qui nous divisera toujours Batman et moi, et le rendra toujours inapte à faire quoi que ce soit d’efficace. Il tiens à des gens. Moi non.

Question essayait de penser ce qu'il disait. Hardument.
Il ignorait si elle connaissait l’identité secrète du Bat et ne parla pas du fait que Wayne était un orphelin qui connaissait ses parents, là ou Sage était un orphelin qui ignorait qui étaient ses parents. Le point de rupture de leur deux conceptions du monde, aimait à penser le détective, le second meilleur détective aux dires de chacun. Question ratura une flèche sur le schéma de bâtiment qu'il examinait, puis s'agenouilla à nouveau près de Helena et mis sa main sur le front. Elle était de nouveau brûlante. Putain de frigo foutu. L'émotion. Les putains d'émotion. Il fallait qu'il la calme. Il avait été trop violent. Il ne savait jamais doser. Jamais trouver le bon compromis. Idiot, idiot, idiot...Si elle ne guérissait pas...Ne pas y penser. Mais la question de Bertinelli le mit face à un nouveau dilemme.

Est ce qu'il devait lui dire que Nightwing et Batgirl avait été effectivement enlevé ? Non, elle allait de nouveau avoir une montée de fièvre. Oui, il était serviteur de la vérité. Non. Oui. Non, elle allait s'en vouloir. Oui, il voulait qu'elle sache qu'elle pouvait lui faire confiance, toujours, à chaque seconde, en chaque occasion. Qu'elle avait un allié, en ces temps difficile. Oui, sa décision était prise.

-Waller les a eu oui. Et Faora s'en est sortie.

Il la regarda en silence.

-Mais je m'en charge. J't'en fais la promesse. Tu en as déjà bien assez fait. Je m'occuperais de Batgirl et Nighwing. Tout comme Faora. Mais toi, n'y pense pas. Surtout n'y penses pas. Ton devoir est de récupérer. Rapidement. Si tout se passe selon mes plans, Question eu une grimace à ses mots et regarda Helena à regret, comme si ces plans impliquait quelque chose de négatif à son égard, demain matin, à 6 heures, les journaux sauront ce que Waller a fait. Il y aura surement des violences mais ce sera un premier pas. Tu pourras faire les autres plus tard. Mais pour cela il faudra que tu sois capable de marcher. Reposes toi. Je sais que c'pas l'endroit idéal.. Mais...Pour répondre à ta question..

Il prit le plan qu'il gribouillait depuis le début de la soirée et le fourra dans son imper.

-Waller faisait son petit marché dans la batcave quand j'ai...su que le Suicide Squad était intervenu. Ton état était plus que critique. Il l'est toujours. La ligue est détruite. La batcave également. Espions de Waller dans les hôpitaux. Je n'avais pas d'endroit ou t'emmener. Voici..Mon...Mes...Question regarda le misérable appartement qui les entourait, chercha le moyen le moins pathétique de le définir et cru trouver...Ma base d'opération.

Sur ce moment presque socialement recevable, Question se dirigea vers la porte, mit son chapeau et alla au frigo, d'ou il revint avec une bouteille de whisckey, plusieurs bouteille d'eau et une dose de morphine. Il regarda la porte, et pris un ton aussi froid qu'il pouvait, tachant de ne pas regarder Huntress pour ne pas qu'elle voie à quel point il avait conscience d'être un connard.

-Sur ce...Il faut que j'aille prouver que Waller est à la source d'un gigantesque complot, sauver tes amis chauve souris et maitriser Faora. Mais cela peut attendre. Quand penses tu que tu seras capable de rester seule ?

Oh oui il savait à quel point ce qu'il voulait faire était inhumain mais plus il la voyait plus il songeait à la responsabilité qu'il avait de prouver la culpabilité de Waller pour sauver d'autres Héros. S'il restait avec Huntress il ferait passer l'intérêt personnel avant l'intérêt collectif. Il n'en avait pas le droit. Pas avec ce qu'il prétendais incarner. Et pourtant...La main de Question se serra violemment contre la poignée, en lutte contre lui même, contre son désir de rester avec elle et son devoir de commencer à mettre fin à tout cela dès cette nuit, dès maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 16 Juin 2017 - 23:11
« Je crois bien avoir compris que nous étions en guerre, Question. Je crois bien avoir été pris entre deux feux nourris. Si ce n'était pas le cas, je ne serais pas ici... pas que j'apprécie pas ta compagnie, mais mon matelas est plus... confortable.

Helena avait du mal à cracher cela sans souffrir, mais cette fois la souffrance était aussi intérieur. Oui, la guerre était déclaré, entre les chiens de Waller et les héros qui refusaient de plier genou devant son atroce visage. Batman faisait parti des indépendants, de ceux qui jamais ne s'agenouillait face à quelqu'un, et la nouvelle présidente le savait. Son attaque était préventive. Elle voulait destabilisé le Bat et ses proches avant qu'ils ne puissent véritablement réagir. Ils étaient tous blessés ce soir là, et l'était encore plus après l'attaque de la Suicide Squad. Helena ignorait ce qui s'était passé après son départ. Même après les explications de Question, tout cela était encore assez flou.

« Et le fait que je me tienne ici me fait croire que tu as tord. Tu tiens à des gens. En fait, tu es comme Batman. Tu préfères juste les imper aux capes, c'est tout.

Question apprit à Helena que Dick et Barbara avait bien été capturé. La jeune femme fut alors pris d'un nouveau vertige. Comment tout cela avait pu arrivé ? Pourquoi Waller faisait-elle cela ? Elle n'avait jamais été une sainte, mais agir comme cela... c'était de la pure folie. Jamais Batman ne la laisserait s'en prendre à ses proches impunément. Mais désormais, elle avait des otages, des moyens de pression... Qu'allait devenir les deux amis proches de Hel dans ses mains ? Ses méthodes pour contraindre les gens à faire ce qu'elle voulait étaient efficaces, à n'en pas douter... Helena avait peur pour ses amis, et était horriblement frustré de ne rien pouvoir faire dans cet état. Et elle avait horreur de se l'avouer, mais Question avait entièrement raison. Elle devait récupérer avant d'agir. Mais qui sait combien de temps sa convalescence prendra ? Elle ne pouvait pas se permettre de laisser ses amis dans les mains de Waller aussi longtemps. C'était hors de question.

Mais combien de temps allait-elle rester ici ? Question lui demanda d'ailleurs si elle pouvait rester seule. Il était incroyable, une de ses amies c'était faite frappé par une kryptonienne et il voulait déjà repasser à sa lutte complotiste. Il était complètement dans son élément dans cette guerre civile qui s'annonçait. Helena ne s'imaginait même pas à quel point il pouvait être exciter à l'idée d'aller chercher des preuves pour compromettre le nouveau gouvernement.

« Je peux me débrouiller sans toi, si c'est la question que tu me poses. J'ai pas besoin qu'on me tiennes la main pour... pour...

Helena défaillit une nouvelle fois. Elle avait encore tenté de se relever, pour montrer à Question à quel point elle était forte, à quel point elle pouvait se débrouiller seule. Mais le choc physique était de toute évidence encore bien trop présent. Elle avait dû d'ailleurs perdre connaissance. Quelques secondes, quelques minutes, quelques heures ? Difficile de savoir, mais le mal de crâne de la justicière quand elle reprit connaissance n'était pas spécialement un bon signe.

« Bon j’avoue j'ai menti, dit-elle après avoir mis quelques minutes à émergé. J'ai peut-être besoin qu'on me tienne la main un ou deux jours. J'ai juste besoin de... de me reposer un peu. Tu peux aller faire ce... ce que tu as prévu de faire, cette fois je bougerais pas... promis..

Helena finit alors par s'endormir la phrase à peine terminer. A son réveil, peut-être que Question ne sera plus là, en pleine action pour déjouer le complot de Waller, qui sait ? Mais elle n'avait plus la force de se le demander. Elle avait à peine la force pour tenir bon. Mais une fois qu'elle irait mieux, les responsables de l'attaque de la batcave, de ses blessures, de l'enlèvement de ses amis... tout ceux là allait le payer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Bruit entre deux batailles [Huntress]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entre deux ciels
» joint entre deux pièces sur kit moto
» Pont de l'entre deux : 2 points de vue
» Michel Entre Deux Feux
» [ABC Studios] Ghost Whisperer - Mélinda Entre Deux Mondes (2005-2010)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-