[CW] Tourments [Barbara]

Invité

MessagePosté le: Sam 20 Mai 2017 - 1:30
Razer regardait la jeune femme allongée, encore inconsciente sur la table avec une expression en apparence froide et sans émotions. En apparence détaché, clinique face à la tâche qui s'offrait a lui.

En apparence seulement.

Quand Amanda Waller elle-même était venue le voir dans sa... chambre, si on veut, mais c'est plus une cage a ses yeux, il avait sut tout de suite qu'il n'aimerait pas ce qu'elle avait a lui dire. Il avait parfaitement raison. C'était 3 jours après l'attaque de la batcave, et bien que conscient qu'ils avaient fait des prisonniers il n'avait pas crut qu'il aurait a les approcher ou leur parler d'une quelconque manière. Pour lui, il avait été rendu très clair qu'il était une arme, un outil puissant entre les mains de ses geôliers, et rien de plus.

Il se trompait car ce qu'on lui ordonna de faire le fit immédiatement bouillir de colère et de dégoût. Il refusa d'abord tout net, il n'était pas un sadique, ni cruel sans raisons valables. Il n'avait jamais torturé qui que ce soit, préférant tuer ses victimes directement et le plus souvent rapidement. La torture était un concept qu'il détestait et qui le rendait malade. Il y avait été soumis plusieurs fois, plus souvent qu'il ne voulait se le rappeler, mais toujours comme la victime de la cruauté et du sadisme d'un autre. Il connaissait intimement la souffrance. C'était une vielle amie, à ce point dans sa vie, qu'il avait étreinte et embrassé trop souvent et trop étroitement.

Mais les gens pour qui il 'travaillait' maintenant n'acceptaient pas 'non' comme réponse. Après plusieurs minutes de hurlements et de douleur insupportable, Razer était adéquatement châtié, et il accepta, bien a contrecœur, cette tâche barbare. Contre tout ses principes, contre ce que son cœur et son âme lui disaient, il entra dans la pièce où sa victime l'attendait, inconsciente et déjà prête à le recevoir. La salle avait déjà été préparée et tout ce dont il pourrait avoir besoin de trouvait là, sur place, mais on lui avait recommandé d'improviser, s'il le devait. Ça ne devrait pas être très difficile, ni très long, avaient-ils dit.

Sa bien-aimé se retournerait dans sa tombe si elle le voyait maintenant...

Il ferma brièvement les yeux pour se donner contenance, et prit d'un geste ferme et déterminé une seringue sur le plateau qui se trouvait près de la table. Rapide, il injecta le stimulant à la jeune demoiselle - elle avait presque le même âge que sa douce Illana aurait atteint aujourd'hui, ne put-il s'empêcher de remarquer - et observa ses réactions d'un regard détaché et froid. Quand les yeux verts papillotèrent, il regarda brièvement le moniteur au dessus de la tête de la 'patiente' et vit que les diverses lignes avaient augmenté leur rythmes, signe que la drogue faisait son effet. Elle s'éveillait, et fixait bientôt sur lui un regard voilé et confus.

"Je suppose que vous ignorez où vous êtes. Que vous êtes effrayée et confuse, n'est-ce pas?" Dit-il sur le ton froid et détaché que quelqu'un pourrait utiliser pour énoncer la météo ou les résultats sportifs.

Ses lèvres déjà minces semblent se pincer encore plus, et ses yeux bleu acier sont aussi tranchants et froid que les calottes polaires. Elle le reconnaitra peut-être pour l'avoir brièvement croisé a Metropolis, en ce jour fatidique près d'une semaine plus tôt.

"Je ne prends aucun plaisir à cette tâche Miss Gordon." Dit-il encore, utilisant le nom de la prisonnière qu'on lui avait apprit. "Mais je tiens a ma vie plus qu'à la vôtre." Ajouta-t-il sur un ton qui était presque triste, pesant.

Il leva la main droite où l'anneau rouge brillait comme un charbon ardent, la lueur se reflétant dans ses yeux, rendant ses iris rouges. Une sorte de filet rouge se matérialisa au dessus d'elle, qui semblait fait de flammes vivante et pulsantes. Pour le moment, il ne la touchait pas, mais elle pouvait certainement sentir la chaleur qu'il dégageait. C'était comme si des filets de lave en fusion avaient été tressés pour former un filet incendiaire. Razer la fixa dans les yeux, son regard presque suppliant, il était évident qu'il détestait ce qu'il était forcé de faire. Mais qu'il le ferait néanmoins parce que sinon, il n'était pas mieux que mort lui-même.

"Je vous en prie, Miss Gordon, épargnez nous tous les deux ce tourment et répondez a cette simple question: où se trouve le Batman? Même une supposition ou des indications sur une probable location seraient suffisantes."

Il fait une pause et, malgré que le filet brûlant qui la couvre a quelques centimètres au-dessus de son corps ne perde aucunement de sa force, les yeux qui son rivés aux siens son hantés, tourmentés, mais remplis de détermination.

" Je vous en prie!" Répète-t-il enfin, presque dans un sifflement, se penchant plus près d'elle. "Ne me forcez pas a faire ça!"
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 22/03/2017
Messages : 163
DC : Artémis Crock (Tigress)
Situation : Traumatisée et a raccrocher le costume pour le moment.
Localisations : A Gotham
Groupes : Birds of Prey
MessagePosté le: Mer 24 Mai 2017 - 23:03

Tourment [Avec Razer et Batman]
L'adversité se définit comme une épreuve à franchir, un passage à subir duquel nous ressortons plus puissant d'avoir vaincu nos peurs et nos faiblesses. Le monde se remettait très doucement du chaos dans lequel Superman l'avait plongé. Nous avions réussi à survivre à cette étape qu'on nous avait infligée et nous pansions encore nos blessures. L'Amérique toute entière se reconstruisait de jour en jour, reconstruisant ou bâtissant de nouveaux lieux et des monuments symboliques de la Justice, la Liberté et l'Egalité pour les êtres humains comme pour les surhumains afin de ne pas oublier nos erreurs.

Mon propre Père avait péri pour protéger nos idéaux et préserver le monde de la folie de l'Homme de Pierre. Un simple mortel s'était élevé de l'inconnu et la pensée que personne ne le saurait jamais, hormis moi et son cercle d'amis de Gotham, me brisait le cœur.

Le commissaire James Gordon avait toujours aidée à ce que la Justice soit faite et bien faite, loin de toute corruption, de tout acharnement politique et médiatique. Il avait été un homme de Droit permettant à un Gotham sombre, vieux et rongés par la mafia d'entrevoir la lumière. A l'époque la police elle-même avait perdu toute Foix en son pouvoir et se contenter de subir, d'encaisser et de faire, parfois, le sale boulot avec des pots de vins conséquents ou simplement l'assurance de garder la vie. Il lui avait fallu des années pour remettre sur pied le commissariat, pour redonner la base d'un meilleur futur avec deux choses : l'espoir et une volonté à toute épreuve. Il n'avait jamais rechigné à travailler et grâce à lui les rues avaient été plus sûre, laissant présager qu'un jour quelque chose de plus grand viendrait, quelque chose qui saurait s'occuper des surhumains. Oui il avait préparé la place pour Batman et il l'avait épaulé autant qu'il l'avait pu, l'appelant à l'aide dès que les bandits dépassaient son cercle de compétences. Grâce à lui et au Justicier, Gotham avait vu des jours plus heureux ce profiler.

Je savais bien évidemment qu'atteint d'un cancer, son espérance de vie était grandement réduit et que peut-être, l'idée de ne plus rien avoir à perdre avait motivé son sacrifice pour me sauver mais nous aurions pu avoir encore quelques mois, peut-être quelques années ensemble. J'imaginais parfois ce qu'aurait pu être notre vie s'il avait survécu. Il aurait démissionné et j'aurais pris une année sabbatique ou bien la version plus réaliste : la moitié du temps il aurait continué à pourchasser les criminels et je l'aurais aidé vêtue de ma cape et de mon masque. L'autre partie nous l'aurions passé ensemble, nous créant des souvenirs auxquels je me serais raccrochée. La nuit tombait alors et je me souvenais que non, le soleil ne s'arrêtait pas de tourner et le temps filé plus vite qu'il n'y paraissait comme ce soir.

« - Bonsoir Papa. »

Le vent balaye mon visage de mes cheveux et je savoure cette caresse, imaginant un instant sa main chaude et rugueuse contre ma joue. L'espace de quelques secondes c'est comme s'il était là, près de moi, me protégeant de sa haute taille et caressant doucement ma pommette de sa main droite comme il en avait l'habitude.

« - Si tu savais comme tu me manques... Plus rien n'est pareil sans toi. Ils ont reconstruit le café où tu m'emmenais manger des glaces quand j'étais petite, tu sais ? Oh et tu ne devineras jamais la dernière nouvelle ! Ils vont ouvrir un fast-food à l'effigie de... Batman ! Et oui, la chauve-souris va avoir son logo sur des gobelets en papier recyclable que les gens renverseront avec leurs boissons collantes de glucose. Mais ne t'en fais pas, je suis sûre que leur café sera moins mauvais que celui de la GCPD ! »

D'une main je coince une mèche rougeoyante derrière mon oreille et je caresse la pierre froide de l'autre avec la lenteur qu'on utiliserait pour bercer un nouveau né. Des tombes blanches se répètent à perte de vue représentant tous ceux que les survivants de Gotham pleurent encore. Tant de morts, tant de pertes dans les deux camps...

« - Comme tu le vois de là-haut, je profite de mes deux jambes pour faire les boutiques. Tu ne trouves pas ce jean super sympa ? Oui je sais, « Il est un peu trop moulant, jeune fille ! », imitais-je d'une voix grave. C'est la mode Papa et puis il faut bien souligner mes jambes que je raffermis en combattant le crime n'est-ce pas ? Tu crois que le logo de BatGirl finira sur un de ses horribles hamburgers au poulet ? Pire ! Au bœuf ! Oh je crois que je le prendrais très mal. »

Dire qu'il y avait de cela quelques mois, j'étais encore clouée dans un fauteuil roulant. Qui l'aurait dit ? J'avais eu beaucoup de chance d'être repérée par Lex Luthor et qu'il me propose de participer à son programme expérimental. L'expérience avait été douloureuse, mais mon esprit n'avait alors plus rien à perdre. Aucune famille, pas de travail, ni appartement vu que le nôtre avait été détruit. Luthor m'avait alors dit qu'il ne me restait plus que la vie et c'était déjà un grand cadeau. J'avais baissée la tête et guidée mes roues vers la table d'opération où j'avais subie parfaitement éveillé la pénétration de pics d'acier dans chacun de mes nerfs. Les décharges électriques m'avaient fait hurler jusqu'à ma perte de connaissance.

Aujourd'hui j'étais guérie, mais pas sans risques. Les médecins me recommandaient la plus grande prudence car le moindre coup pouvait me renvoyer aussi vite dans mon fauteuil de métal. J'avais donc déclinée l'invitation de passer des Young Justice à la Ligue des Justiciers. Il était temps pour moi de revenir à l'essentiel. Gotham était ma maison, mon foyer, la ville que mon Père avait défendue pendant si longtemps. Les Ligues sauraient gérer sans mal les extra-terrestres, les surhumains et tous les dégénérés qui couraient les rues du monde entier. Moi je prendrais soin de moi, de mes amis et BatGirl s'occuperait des bandits de bas-étages.

« - Il se fait tard Papa, je pense qu'il est temps pour moi de rentrer. Un petit tour et au lit, on ne voudrait pas que je fasse mauvaise impression à mon premier jour de travail demain n'est-ce pas ? »

La première chose essentielle à avoir lorsque l'on veut devenir un justicier sous le symbole du Batman, c'est l'ouïe. Aveugle la chauve-souris arrivera toujours à voler, mais rendait le sourd et il sera privé de sa mobilité. Ceux qui comme moi porte son blason ont subi un très long et dur apprentissage. Pareil à l'animal auquel on nous assemble, savoir tendre l'oreille était essentielle. On apprend la discrétion dans le silence et dans l'immobilité. Il est bon de couvrir ses gestes dans les bruits environnants et pour ce faire, il faut être à l'écoute des moindres clapotis, secousses du sol et vibrations du vent. C'est un travail long comme je le disais, minutieux, mais qui paye a force d'entraînement.

Je n'en ai pas besoin pour voir quelques choses de sombres jurés dans le ciel rosit par le coucher du soleil et encore moins pour sentir le tremblement de la terre qui résultat de son atterrissage. Il y eu un bruit atroce qui surpassa celui du vent et s'essouffla aussi vite pour laisser un silence anormal s'installer. La chose, qu'elle soit vivante ou non, eut le bon sens de s'échouer assez loin pour ne pas fendre la tombe de mon père.

« - Quand les oiseaux cessent de chanter, c'est mauvais signe. »

Je me penche et saisit le masque noir aux oreilles pointus. Le cuir durcit est lisse et à peine brillant sous mes doigts. Je le pose sur ma tête en me redressant et BatGirl rouvre les yeux...


Une lumière blanche m’aveugle et je referme d’instinct mes paupières dans un gémissement. Des éclats se dessine sur mes paupières closes et je ne les rouvre qu’une fois mes rétines apaisées. Ma cellule a laissée place à une pièce d’une blancheur éclatante et pendant un instant j’ai l’impression de me trouver dans un hôpital. Les souvenirs me reviennent lentement tandis que mon cauchemar s’atténue légèrement.

Batman qui me confie le protocole nuit noir et la protection de notre famille, la bataille contre les robots de Brainiac, la Ligue des Justiciers absente. Mon cœur accélère en même temps que ma panique. Tellement de blessés et de morts, tant de destructions... Et qu’est-ce que j’avais fais pour y remédier ? Rien. J’avais fournis sans le vouloir des armes à Brainiac et il s’en était servi contre nous. Contre ma famille et mes amis.

« - Non... »

Je me redresse mais je suis stoppée dans ma démarche. Mes poignets sont reliés par des cordes en acier à la table. Pourquoi ? Une nouvelle salve de souvenirs : le retour à la BatCave, mes soins sur moi-même qui ont échousé, ma famille blessée. J’inspire vivement et remarque que la blessure que j’avais a la poitrine me gêne plus qu’elle ne me fait souffrir. Est-ce qu’on m’a attachée pour m’opérer ? Je redresse la tête qui me semble être dans du coton et note que je suis habillée d’une blouse médical. La panique à la BatCave, l’ordre de m’enfuir avec Damian, sa fuite tandis que je le couvrais avant de tomber au sol plus pitoyable que jamais.

« - Non... » Mes yeux s’embuent sous les larmes. J’ai échouée et j’ai étais kidnappée par les criminels venus nous détruire. Waller, c’est elle la responsable ! C’est ce que m’a dit Dick. « - Dick ! »

Le réveil dans une cellule, Dick dans celle d’a cotée, la discussion que nous avons eu avant qu’un gaz ne se répande et... Plus rien. Oh mon dieu non. Je tire sur mon poignet et l’ouïe me revient en même temps que la mémoire. Le gaz n’était pas naturel, au vu du cauchemar que je viens de faire je dirais que j’ai inhalé celui de l’Epouvantail. Il a la propriété de vous plongé dans une torpeur vous montrant vos pires frayeurs. A moins que ce ne soit un reste du gaz que j’ai inhalé involontairement lors de l’attaque à la BatCave qui reste dans mon organisme. Je pose les yeux dans un regard bleu glacial sur un visage pâle.

"- Je suppose que vous ignorez où vous êtes. Que vous êtes effrayée et confuse, n'est-ce pas?"

Je le reconnais, évidemment. C’est le Red Lantern qui s’est battu à nos côtés contre Brainiac. Que fait-il ici et pourquoi reste t-il là ?

« - Je sais que Waller m’a kidnappée et amenée ici. La seule chose que je me demande c’est pourquoi ? Qu’est-ce que je t’ai fais ? Tu étais avec nous, tu étais de notre côté, tu nous as aidé !

- Je ne prends aucun plaisir à cette tâche Miss Gordon. » Mon masque, je ne l’avais pas a la BatCave et à mon dernier réveil non plus. Ainsi donc, mon identité est désormais dévoiler. « Mais je tiens a ma vie plus qu'à la vôtre. »

Mon cœur se serre en comprenant. Il est là pour me briser et réussir là ou a en partie échouer le Joker. Je vais devoir dire ce que je sais ou souffrir jusqu'à ma mort. Mes lèvres tremblent et je sers les dents. J’aimerais être forte, tenir le coup, ne rien dire. Et c’est ma décision d’ailleurs. J’ai toujours suivie Batman, j’ai toujours était fidèle depuis le début et ce n’est pas aujourd’hui que cela va changer. Je lui en veux certes de ses mensonges mais pas au point de le trahir. Je ne suis pas une traîtresse.

Si je dois dire quelque chose, il faudra que je sois assez convaincante dans mon mensonge. Mais je n’ai pas envie de mentir à quelqu’un qui nous a soutenus au combat. On ne tourne pas le dos à la famille, même celle élargie des Super-Héros. Je ne suis pas sans savoir que les Red Lantern sont mauvais, mais comment pourrait-il l’être ? Il nous a aidés, soutenus, défendus contre Brainiac.

Un fin cordage de feu ondoyant se forme a partir de sa bague et impuissante, je l’observe se positionner lentement au-dessus de ma tête. Il dégage une chaleur atroce, comme un fil d’acier chauffé à blanc et je suppose qu’il a le même effet tranchant... J’inspire et expire tout aussi lentement un souffle tremblant.

"Je vous en prie, Miss Gordon, épargnez nous tous les deux ce tourment et répondez a cette simple question: où se trouve le Batman? Même une supposition ou des indications sur une probable location seraient suffisantes."

Je serre les lèvres et détourne mes yeux qui me brûlent.

« - Je ne peux pas... Je suis désolée... C’est ma famille ! Ils sont ce que j’ai de plus chère au cœur et tu voudrais que je te les livre ? Que je te livre un homme qui m’a formée, éduquée, tout apprit, un homme qui m’a vu grandir et que j’ai vu souffrir tout au long de sa vie quand on ne le regarder pas. Je ne peux pas... »

Son visage s’approche du mien et ses yeux hypnotiques se fixent dans les miens. Bleu contre vert. Bleu qui tournera bientôt au rouge si je ne lui dis pas ce qu’il veut entendre.

" Je vous en prie!" Me répète-t-il dans un sifflement. Est-ce qu’il commence à s’agacer ? "Ne me forcez pas à faire ça!"

Les larmes affluent et ma vision se brouille quand je murmure la tête basse.

« - Pourquoi... Tu m’en veux tellement ? » Je réponds à ma propre question aussitôt : « Oui tu dois m’en vouloir. Si seulement... Je voulais te soigner après t’avoir sorti des décombres, je le voulais vraiment mais Batman est arrivé et Robin avait disparu ! J’avais peur, je ne savais plus quoi faire alors j’ai couru me réfugier auprès de lui. Je... suis... désolée... »

Les derniers mots sont espacés de sanglots. Tout avait été si vite ce jour là. Quand j’étais retournée chercher le sac de soin et que j’avais remarquée l’absence de Damian... J’avais étais folle de rage et d’inquiétude alors quand Batman était arrivé soudainement je m’étais précipitée à ses côtés, laissant un corps sorti des décombres mais n’ayant pas eu de soins derrière moi. Avait-il de la rancœur contre moi pour ca ? Pour ne pas l’avoir soignée et sorti de la zone de combat ?

« - Je suis désolée... Tellement désolée... »





Merci Conner pour cette sublime signature mignon

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4662-fiche-rp-de-barbara-gordon-batgirl http://dc-earth.fra.co/t4648-barbara-gordon-batgirl
Invité

MessagePosté le: Sam 27 Mai 2017 - 3:10
Razer hésite.

Pendant un long moment, il ne fait que regarder la jeune femme dans les yeux , les siens froids, hantés, et difficile a lire. Il est impossible de savoir ce qu'il pense, mais sa main reste ferme, l'anneau brillant toujours de cet éclat rouge et produisant ce filet incandescent au dessus du visage de la jeune humaine. Puis sa main se met a trembler, infinitésimalement, a peine perceptible, un très, très léger tressautement, et ses yeux s'étrécissent légèrement.

Il baisse la main, le filet descend d'un centimètre peut-être, puis stoppe a nouveau.

La confusion, l'incertitude, se lisent maintenant dans son regard. Puis finalement, il basse le bras, et le filet se dissipe, emportant sa chaleur brûlante avec lui.

"Je ne peux pas..." Murmure-t-il, détournant les yeux, les fermant avec une expression douloureuse. "Je suis désolé..." Dit-il vers l'endroit où doit se trouver une caméra. "Mais je ne peux pas faire ça! Je n'ai rien a faire de ce que vous voulez de cette femme, mais je ne ferai pas votre sale boulot!"

Il regarde de nouveau la jeune femme immobilisée sur la table, et son expression est moins dure, plus pensive, et ses yeux sont... plus chaud peut-être, moins comme de la glace polaire et plus comme une océan.

"Je ne savais pas que c'est v-.."
Une hésitation, puis il reprends avec un demi-sourire. "Toi qui m'avais sorti des décombres. Je t'en remercie... Miss Gordon."

Il lève une main presque timide, et la pose sur la joue de sa captive, rencontrant encore une fois son regard. Il étudie ses traits et son pouce caresse doucement, pensivement, sa joue. ELle ne ressemble que très superficiellement à sa douce Illiana... Mais les yeux sont semblable, presque la même teinte. Elle à presque la même taille et stature. Il laisse échapper un soupir presque inaudible entre ses lèvres entrouvertes, et ferme de nouveau les yeux, exsudant tristesse et douleur. Il laisse retomber sa main a ses côtés et détourne le regard, a nouveau, vers le plateau qui contiens différents objets et drogues.

"Je ne t'en veux pas. J'ignorais tout de ce qui était arrivé jusqu’à ce que je me réveille et j'étais déjà dans la rue a ce moment là. Je... serais sans doute mort si personne ne m'avais sorti des décombres de cet immeuble alors... Merci. Je te dois la vie, sans doute."

Il Prends délicatement une seringue sur le plateau et l'examine quelques instants. Il doit maintenir les apparences et éviter que quelqu'un ne débarque pour le remplacer avant qu'il ne puisse penser a un moyen d'aider la jeune femme. Il a une dette envers elle. Peu importe ce qu'elle a put faire ou ce qu'elle sait qu'ils peuvent vouloir, c'est plus important a ses yeux que ces considérations.

Une légère teinte rouge apparait dans ses pupilles, et il laisse échapper un grognement guttural. IL est en colère a cause de la situation dans laquelle on l'a forcé. Il hésite encore, cependant, cherchant une solution a son dilemme. Il ne s'inquiètes pas trop de ce qu'on pourrait lui faire subir... Pour avoir désobéis a ses ordres, et pour l'avoir fait si délibérément.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 22/03/2017
Messages : 163
DC : Artémis Crock (Tigress)
Situation : Traumatisée et a raccrocher le costume pour le moment.
Localisations : A Gotham
Groupes : Birds of Prey
MessagePosté le: Dim 25 Juin 2017 - 19:10

Tourment [Avec Razer et Batman]


Les perles salées s’échappent le long de mes tempes pour se perdre dans mes cheveux. Je ne peux pas cacher ma tristesse puisque je suis maintenu immobile par des attaches. Je n’ose même pas bouger sous l’intense chaleur que diffuse le filet incandescent. Plutôt que de fermée les yeux face à la peur et la résignation, je lève les yeux et plonge mon regard dans ses yeux glaciaux, presque sans vies.

Je ne suis pas stupide. Je sais très bien que je suis à la fois traumatisée de l’attaque contre Brainiac et en état de choc de l’attaque à la BatCave. Bon sang, je savais dès le début les conséquences que cela aurait sur moi. C’est pour cette raison que j’avais tout d’abord refusée de gérer le Protocole Nuit Noir. Je n’ai jamais su faire face à l’échec, à la défaite et aux pertes. Le complexe du héro, vouloir sauver tous le monde, ne blesser personne, ne rien détruire, tout ca est trop ancrée en moi parce que je sais ce que c'est de tout perdre. D'être une enfant sans attaches, d'avoir peur de se lier, peur d'échouer, peur de ne pas etre à la hauteur, peur, peur, peur, toujours la peur.

Chaque simulation, chacun des tests effectués lorsque j’étais membres des différentes Ligues l’a toujours montré. Ce. N’est. Pas. Pour. Moi. Mon erreur fut d’essayée de prouvée le contraire. A cause de ca une suite d’événements que j’aurais du prévoir s’était enclenchée. Est-ce que je me sentais coupable ? Oui absolument.

Je me replie sur moi-même et un mouvement de recul m'échappe en sentant le fil de matière rouge s'abaisser. Un frémissement d'appréhension me parcours et je me prépare a encaisser la douleur. Dans ma tête une chose tourne en boucle: "Je ne dois rien dire". Je suis si concentrée que je ne prête plus attention a ce qui m'entoure.

Quand je réalise enfin que la source de chaleur a disparu. Je rouvre mes yeux que je n'avais pas eu conscience d'avoir fermé pour découvrir mon tortionnaire en train de me fixé avec un éclat différent dans son regard.

Je cligne vivement des yeux pour empêcher les larmes de couler quand je le vois parler a une caméra parfaitement fondu dans le décor. Alors nous sommes filmés... Rien d'étonnant ! Il se tourne vers moi mais je reste scpetique. Est-ce un piège ? Joue t-il avec mes nerfs ? Essaye t'il de me perturber ?

"- Je... Pourquoi..."

J'éclate en sanglot en écoutant sa réponse. Il me remercie de l'avoir sorti mais au fond, il en est là par ma faute. C'est ironique et horrible d'être remercié pour une action qui ne le mérite pas.

"- Je suis désolée... Ne me remercie pas alors que tu en est là sûrement par ma faute. Si j'avais agis différemment, tu..."

J'inspire et ferme les yeux, c'est si dur. Une main froide se pose sur ma joue et j'écarquille les yeux. Il me scrute du regard, semble chercher quelque chose de précis. Une réponse, une information, un détail ? Est-ce qu'il va changer d'avis d'un moment à l'autre et me frapper du revers de la main ? Je ne sais pas ce qu'il voit a part une pauvre fille paumée, mais il détourne les yeux vers le plateau contenant plusieurs instruments de tortures. Un couteau, un marteau, une scie, un cutter et des seringues. Quoi, qu'a t-il vu pour changer d'avis ?

"- J'ai", je commence mais ma voix se coince sous la rugositée de ma gorge. Je n'ai pas bu d'eau depuis trop longtemps. "J'ai fais ce qu'il me semblait juste de faire. On avait besoin de toi, besoin de ton aide et tu étais là. Je... On ne peux et on ne doit pas laisser de côté des personnes de notre camp. Je..."

Il se saisit d'une seringue et je le regarde en secouant négativement de la tête. Je me débats dans mes attaches et bégaye.

"- Non je t'en prie, il doit y'avoir une solution ! Pourquoi tu... Qu'est-ce qu'on utilise contre toi ? Un proche ? De l'argent ? Il doit y'avoir une solution pour que ni toi, ni moi ne soyons victimes de tout ca !"

Je cherche veinement une solution. On nous observe par une caméra, je ne peux pas faire mine de battre le Red Lantern parce que je suis attachée et ce serait trop suspect qu'il me détache. Il ne peut même pas e faire si ca se trouve parce que le prix a payer pour lui serait trop lourd et je ne suis pas sûre de méritée qu'il soit prêt à tout. Je laisse ma tête basculer vers l'arrière et entraperçoit la porte dans mon dos. Bon sang... Il nous faudrait un miracle.




[HRP: Je m'excuse vraiment pour mon temps de réponse !]



Merci Conner pour cette sublime signature mignon

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4662-fiche-rp-de-barbara-gordon-batgirl http://dc-earth.fra.co/t4648-barbara-gordon-batgirl
Inscription : 17/01/2017
Messages : 395
DC : Mister Miracle - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Lun 26 Juin 2017 - 20:54
Razer et Barbara Gordon sont perdus dans une pièce sombre et anonyme.
Disposant d'un équipement spartiate, métallique, elle est entièrement concentrée sur un objectif, et un seul : la torture, pour extorquer des informations de la part de la victime... ici, Batgirl, malheureusement blessée à Metropolis, puis enlevée honteusement dans la Batcave.

Le Red Lantern a été envoyé ici pour deux raisons : d'une part, pour obtenir les éléments nécessaires à la poursuite des plans de la Présidente Waller ; de l'autre, forcer sa nature, et ainsi l'obliger à réaliser des actes insupportables.
Ainsi, s'il y arrive - et il n'a pas le choix - ses supérieurs pourront utiliser cet événement fondateur pour le tenir définitivement... et ainsi continuer à le plonger dans les ténèbres et l'horreur.

Cette séance est donc perdant-perdant pour Barbara et Razer - et ils le savent.
Ils ne peuvent pas s'enfuir. Ils ne peuvent pas s'aider. Ils ne peuvent pas s'arrêter.
Ils doivent suivre leurs ordres, et leurs rôles. Aussi horrible que ce soit.

Ainsi, le Red Lantern est obligé de s'emparer d'une seringue, et se prépare à infuser dans le corps de la jeune femme immobilisée et enchaînée une substance dangereuse, qui va provoquer de terribles douleurs mais aussi la forcer à parler... c'est horrible. Définitivement horrible.
Mais c'est exactement ce que ceux derrière les caméras et les contrôles espèrent - ce qu'ils veulent. Ce qu'ils exigent.

Razer s'avance, donc.
Il est sur le point de piquer Barbara, de la torturer... mais cela n'arrivera pas.
Car la porte de la salle explose.



La porte de la salle est propulsée dans toute la pièce, et vient brutalement s'écraser contre la paroi opposée - heureusement à quelques mètres de Barbara et de Razer. S'ils sont légitimement surpris et concentrés par un tel événement, ils ne peuvent donc pas remarquer que les caméras qui les fixent et les enregistrent... s'éteignent.
Les petites lueurs rouges des caméras disparaissent, et les centres de contrôle font souvent l'objet d'un chaos certain, alors que les hommes à l'intérieur tentent de savoir ce qu'il se passe ; ils ne comprendront que trop tard.


"Il y a une solution."

Une voix lourde et puissante se fait soudain entendre. Elle est modifiée, mais elle impose un ton autoritaire et absolu qui ne souffre d'aucune contestation - d'aucune réplique.

"Je suis la solution."

Une silhouette commence alors à se dégager dans la fumée, massive et puissante...
... celle du Batman, qui adopte néanmoins une allure différente, plus proche de la guérilla urbaine que du Héros qu'ils connaissent si bien.

"Razer : je connais ta réputation, je connais ton histoire, et je sais comment Amanda Waller te tient. Je n'aurais aucun remords à m'en prendre à toi et à te briser - mais je te laisse une chance."

Ses bottes claquent sur le sol carrelé de la pièce. Il s'avance vers l'extraterrestre, et plonge un regard terrible vers lui, alors qu'une étrange arme trône en bandoulière sur son flanc.

"Pars. Fuis. Laisse-nous seuls.
Alors, et seulement alors... je te laisserais sans te faire le moindre mal. Ne gâche pas cette chance, Razer : elle ne se reproduira pas une nouvelle fois."


Il s'arrête, devant lui.
Il n'a aucun regard pour Barbara - pour l'instant. D'abord, s'occuper de l'ennemi ; ensuite, sauver celle qu'il considère comme une héritière.
Les priorités... toujours les priorités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Jeu 29 Juin 2017 - 22:58
La main de Razer est ferme alors qu'il s'apprête a injecter a la jeune femme le produit qui la fera souffrir, la fera parler, la torturera. Il se hait pour ce qu'il s'apprête a faire, et il hait encore plus ses geôliers pour l'y forcer. Ses yeux sont d'un rouge de braises ardentes et son expression, bien qui froide, reflète sa rage comme un miroir de l'âme. Sa haine brûle dans son sang tout autant que le napalm qui remplis ses veines et le consume lentement. Le jour viendra où il pourra avoir sa revanche, et ce jour là, tous regretteront de l'avoir jamais rencontré, et d'avoir essayé de le contrôler. Mais ce jour-là n'est pas encore venu... Bientôt, cependant, très bientôt!

Il n'a cependant pas le temps de terminer son geste quand les évènements soudainement deviennent bien plus chaotiques.

Quand la porte de la cellule explose vers l'intérieur dans un éclat de bruits, de débris et de flammes, Razer lâche la seringue qu'il tenait et elle va s'écraser sur le sol, se brisant et libérant son contenu. Razer, maintenant couvert de flammes rouge et dans une position prête a se défendre contre ce qui vient d'exploser la porte de la cellule, étrécit les yeux en voyant la forme massive qui se profile dans l'embrasure détruite puis se définir en une forme reconnaissable.

Batman.

EN fin de compte, quelqu'un est venu pour sauver Barbara de son tourment, et ce quelqu'un pourrait bien aussi l'aider a se sortir de ce puits sans fond... s'il joue bien ses cartes. La rage brûle encore en lui, mais il pause, écoutant les paroles de Batman. Qui lui offre une chance de stopper cette folie, de s'en extraire, de se rendre sans avoir a se faire démolir mais... Razer est conscient que, avec la puce implanté dans sa tête, il ne peut pas quitter la Terre. Il ne peut pas aller a l'encontre de ce que ses supérieurs, ses tortionnaires, attendent de lui.

Comme un chien en laisse, il doit obéir aux ordres de son Maitre.

Batman menace, exige et le force a se mettre en position de défense. Razer secoue lentement la tête. Quel choix a-t-il? Il est l'escale des circonstances et de Maitres cruels. Une maitresse qui tiens sa laisse très, très courte. Il se doute bien qu'il ne faudra pas longtemps avant que l'on ne vienne voir ce qui se passe ici, quelques minutes tout au plus, et razer doit se décider très vite.

"Vous devez me blesser." Dit-il finalement, son ton dur, sans compromis, déterminé. "Me blesser suffisamment gravement pour que ça paraisse convaincant. Ce qu'on me force a faire... je ne l'ai pas voulu, je n'ai jamais cherché a être échoué sur Terre!"

Il sait que c'est la vérité. Il ne peut pas fuir, ils le retrouveraient grâce a la puce qu'il a dans la crane et le feraient payer. Il ne craint pas la souffrance, mais il ne tiens pas particulièrement a savoir ce qu'une tentative de rébellion lui apporterait comme punition. Et s'enfuir serait considéré comme tel. Mais il y avait une autre option... qui elle aussi se solderait pas la souffrance, mais il n'y avait pas de 'bonne' solution.

"Je ne peux pas fuir. Ils me retrouveraient et... me feraient payer. Il faut donc que j'essaie de vous arrêter mais... échoue, et que ça soit convaincant. Nous n'avons pas beaucoup de temps... Vous voulez m'aider? Voilà ce que je vous propose!"

Et Razer se tiens toujours dans une position accroupie, tendue, prête a l'action. Quelle que soit l'Issue, il souffrira. Mais la souffrance est une vielle amie... elle ne lui fait pas peur.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 22/03/2017
Messages : 163
DC : Artémis Crock (Tigress)
Situation : Traumatisée et a raccrocher le costume pour le moment.
Localisations : A Gotham
Groupes : Birds of Prey
MessagePosté le: Dim 9 Juil 2017 - 16:01

Tourment [Avec Razer et Batman]


Malgré mon appel au destin, il reste fermement décider a ne pas me donner un miracle. Le Red Lantern s'approche de moi avec sa seringue a la substance violette. Tellement liquide qu'il lèche les parois a chaque mouvement. C'esté trange comme tout me semble au ralenti et comme dans ses situations nous nosu concentrons sur une chose infime. La longue et fine aiguille se tend dangereusement de mon bras rattaché a la table et mon poing se sert. Mes muscles se bandent comme si cela pouvait servir a quelque chose. Comme si cela pouvait atténuer la douleur. Comme si c'est la solution a tout mes problèmes.

Des débris se retrouvent projetés dans les airs tandis qu'une fumée grise rentre dans la pièce. Instinctivement j'ai tournée la tête a l'opposée et fermer les yeux pour tenter de me protéger. Avec un peu de chance, je n'aurais que des éraflures. La chance, c'est peut-être elle qui me tend enfin les bras ?

Non. Comme toujours, c'est une voix grave, lourde, puissante qui vient a mon secour. Comme toujours Il vient me chercher, me sauver. Il l'a toujours fais et même après mon échec complet en tant que BatGirl, il prend la peine de venir me sauver. Je sers les dents et plisse les yeux pour retenir mes larmes. Je n'ai qu'une envie, me replier sur moi-même. On est venu pour moi. Encore. Je ne sais pas si je pleure parce que je me sais et sens faible ou parce que je suis soulagée de voir que malgré tout, on vient me délivrer.

- Batman.

Ma voix est faible, coupé dans son élan par l'émotion qui me sers le coeur.

- Non attends ! Il n'est pas mauvais ! C'est ma faute si il est là, ne lui fais pas de mal !

Je reste silencieuse et me fais toute petite, assistant impuissantea la discussion.

- Il suffit juste... De le mettre KO ! Je t'en prie Batman ! Fais le vite et sans douleur !

Je tire sur les liens qui me mordent la peau, je ne sais pas quoi faire, quoi dire. Cette sensation de me sentir inutlie, de n'être que spectatrice me ramène des jours en arrière et un sanglot m'échappe. J'essaye tant bien que mal de ne pas prêter attention aux souvenirs qui me ronge l'esprit mais c'est plus fort que moi.

- Je t'en prie...





Merci Conner pour cette sublime signature mignon

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4662-fiche-rp-de-barbara-gordon-batgirl http://dc-earth.fra.co/t4648-barbara-gordon-batgirl
Inscription : 17/01/2017
Messages : 395
DC : Mister Miracle - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Dim 9 Juil 2017 - 21:08
Le Batman ne bouge pas.
A quelques mètres devant la porte anéantie, recouvert d'un costume qui diffère clairement de ses habitudes, il demeure figé et immobile. Son regard glisse alternativement entre Razer, qui s'est accroupi en position de défense voir en position de contre-attaque, et Barbara Gordon, toujours attachée par des liens qui mordent sa chair et la blessent.
Il ne bouge pas. Il ne dit rien. Il réfléchit.

Il sait très bien qu'il ne peut pas rester longtemps ainsi - sous peu, sous très peu, les autres agents de la Présidente Amanda Waller ne tarderont pas à les rejoindre ici. Et s'il peut en gérer une partie, même le Chevalier Noir peut céder sous la masse et le nombre...
Autant ne pas en arriver là, donc. Autant se décider. Vite.


"Je ne peux pas, Batgirl."

Sa voix est froide, terrible... sans émotion.
Son attention s'est recentrée sur le Red Lantern. Ses bras demeurent le long de son corps. Il est calme.
Trop.


"Je ne peux pas faire ce que tu me demandes - le mettre K.O., sans lui faire de mal."

Il se tourne vers elle - et pousse un soupir las.

"Pour qu'ils y croient... pour qu'elle y croit... il faut faire vrai. Il faut être vrai."

Et, sans prévenir, il agit.
Il s'empare de l'arme à feu qui pend contre sa hanche, glisse son doigt sous la gâchette - et tire.
Un puissant projectile s'échappe du canon, et vient impacter le torse de Razer ; l'effet est immédiat. Une explosion terrible emporte le Red Lantern, qui est violemment projeté contre le mur. Des flammes bondissent sur son costume, et une épaisse fumée agresse son crâne.


"Il vivra."

Le Batman range l'arme dans son dos, et s'approche de Barbara. Il s'empare d'une lame, et coupe rapidement les liens.

"Mais il s'en souviendra longtemps - et ses supérieurs ne pourront pas douter de sa version."

En quelques secondes, la jeune femme est libérée.
Il l'aide à se relever, et esquisse un léger sourire qui se veut sympathique - ou au moins rassurant.


"Je te le jure... il vivra. Et nous l'aiderons, si tel est ton souhait. Mais pour cela, nous devons vivre - et partir. Maintenant."

Bruce glisse un bras sous les épaules de Barbara, et l'aide à marcher ; à vrai dire, il marche plutôt pour elle et la porte, mais il ne l'évoque pas.
Il l'a retrouvée - il l'a retrouvée. Enfin.


"Nous avons peu de temps..."

Ils sortent de la cellule, abandonnant derrière eux un Razer lourdement touché - mais vivant, oui. Même si on ne le dirait pas vraiment.
Les deux Héros débouchent alors à l'extérieur, dans un couloir...

... qui surprend par son apparence. Une sirène se fait soudain entendre, et des bruits de course ne tardent pas à l'accompagner.

"... mais nous pouvons y arriver. Tiens-toi - je ne te lâcherai pas."

Ils avancent, et il la serre un peu plus fort - il la colle un peu plus contre lui.

"Je ne te lâcherai plus.
Jamais."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Jeu 13 Juil 2017 - 17:59
Razer se tiens droit comme un 'I' et se tiens prêt. Malgré les paroles de Barbara, qui supplie qu'on ne lui fasse pas de mal, il sait que c'est impossible. I prends une seconde pour regarder la jeune femme dans les yeux, et ils sont étrangement calme, doux même, et d'un bleu d'azur froid comme le ciel d'hiver. Tellement de compassion, tellement d'innocence, malgré le férocité qui l'habite... Elle n'hésite pas a prendre la défense d'un ennemi qui s'apprêtait a la torturer pour la forcer a trahir son plus proche allié...

Tellement semblable a sa douce Illana, le même esprit déterminé, la même compassion sans limite, la même conviction inébranlable en ce qui est juste et bien, et la même férocité à protéger ce en quoi elle croit. Ils auraient put être amis, dans une autre vie, dans d'autres circonstances, mais... le destin joue aujourd'hui contre eux.

Razer se contente de quelques mots dit d'un ton doux mais ferme, déterminé, inébranlable.

"Ta compassion est digne d'éloge, mais il n'y a pas d'autre solution. Pour t'aider... je dois souffrir." Une brève pause puis. "Merci, Barbara. Je n'oublierai pas ton geste."

ENsuite... c'est comme si temps ralentissait jusqu'à se trainer comme une limace, presque immobile, et il voit le Batman qui lève son arme, qui la pointe sur sa poitrine, et Razer lève les bras - pour se protéger, instinctivement, c'est tout naturel - mais on aurait dit qu'il s'apprêtait a attaquer, pour n'importe qui d'autre regardant cette scène.

Pendant ces brève secondes, il a le temps de se tendre en anticipation de la douleur, de fermer les yeux, de laisser ses flammes rugir une dernières fois, puis mourir autour de lui, et de souffler une dernière parole, entre des lèvres pincées, le visage pâle et déterminé.

"Je n'oublierai pas..."

Et puis le coup de feu est tiré, et le frappe en pleine poitrine, déchirant à travers sa combinaison, déchirant sa chair, brisant ses os. Brûlant à la fois chair et uniforme et explosant jusqu'à l'étouffer dans un cocon de flammes, brièvement, qui l'entoure d'un linceul mortel. La peau de son visage se fendille et se flétris sous la chaleur intense, l'anneau ne fait rien pour l'empêcher, du moins pas entièrement, il le sauve seulement des blessures les plus extrêmes. Pour la simple raison que Razer l'a voulu ainsi. A forcé l'anneau a laisser l'attaque le blesser, a laisser le feu le dévorer, a laisser son corps être lourdement affecté...

Puis tout est fini, il frappe violement le mur derrière lui et puis glisse jusqu'au sol en un amas de membres partiellement carbonisés. Sa poitrine est maintenant une grande plaie brûlée et déchirée, et quelques côtes sont brisés, et la brûlure est asse z profonde pour laisser voir le blanc de l'os en un endroit où l'impact fut le plus terrible.

Il ne mourra pas, mais il souffrira. Inconscient pour le moment, il ne peut qu'attendre que les secours arrivent... Mais ce jour restera gravé dans sa mémoire et... il n'oubliera pas. Il n'oubliera pas la compassion et le détermination d'une jeune femme qui tenta de lui épargner sa propre torture...

Et éventuellement, il se libérera du joug de ses ennemis... et aura sa revanche.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 22/03/2017
Messages : 163
DC : Artémis Crock (Tigress)
Situation : Traumatisée et a raccrocher le costume pour le moment.
Localisations : A Gotham
Groupes : Birds of Prey
MessagePosté le: Jeu 13 Juil 2017 - 18:59

Tourment [Avec Razer et Batman]


Ses yeux aguisés se pose enfin sur moi dans un va et vient incessant entre mon "bourreau" et la "victime" que je suis. Il me transperce du regard et instinctivement je m'immobilise comme une enfant ayant fait une bétise et s'apprétant a se faire gronder par son père. Mais qu'est-ce que je raconte... Je le supplie mentalement et me mords les lèvres pour que la litanie ne les franchissent pas. Le Batman ne peut être corrompus, c'est bien connu !

Mes suppliques n'ont malheureusement aucun effet puisqu'il focalise bien vite son attention et tire sans attendre davantage. Je n'ai prêter aucune attention aux paroles qui se sont échappés de ses lèvres. C'est a peine si j'ai remarquée qu'elles bougeaient. En revanche tout mon corps s'est tendu en un cri, comme si d'un coup j'allais me libérer des liens qui m'entravent. Comme si j'allais me réveiller en hurlant, seule face a la télé. Si seulement tout cela pouvait être un rêve...

Cette pensée... Je me stoppe et sent a peine les larmes coulaient en abondance sur mes joues. Plus de retenus, seulement un muetisme comme je l'ai eu après que "lui" m'ai tiré dessus. "Si seulement tout cela pouvait être un rêve". Oui ce soir là... Le soir ou le clown a décider de clouer mon visage dans l'horreur plutôt que dans le rire...

"- Non."

C'est un croassement qui m'échappe et tout me semble assourdissant. Trop de bruits d'un coup, trop de sensations, trop de sentiments.

"- Trop de morts. Trop de bléssés. Assez."

Qui est mort ? Qui est bléssé ? Est-ce que je suis dans le présent ou dans un moment antérieur ? La peur... Pourquoi ? Où est le courage ? Où est l'espoir ?

"- ASSEZ !"

Un frôlement et mon corps se recroqueville, détaché des liens dont je ne me rends même pas compte d'être libérée. J'ai mal. Mon estomac, mon coeur ou est-ce mes jambes ? Douleurs réelles ou douleurs fantômes ? Je ne sais pas. Je ne sais plus. Un autre frôlement et je laisse échapper un cri de panique. J'ai envie de me griffer, de m'arracher la peau hypersensible qui me recouvre. Si je le fais, si je me blesse sur une partie suffisamment fort, est-ce que la douleur s'y localisera et laissera mes autres parties en paix ?

Un ballotement, des secousses qui me font hoqueter dans mes larmes. Laissez-moi... Je ne veux rien... Je ne mérite rien... Pourquoi ? Pourquoi moi et pas un autre ? Pourquoi ne pas sauvée ceux qui le mérite ?

Mes pieds survolent un couloir plus crasseux que la cellule. Comment suis-je arrivée ici ?

"- Je n'oublierais... pas..."

Un rictus m'échappe pendant que mes jambes me lâchent. Qui a dit ca ? Pourquoi ca me semble précieux ? Mes doigts crochètent la surface la plus proche à l'instinct.

"- Mal... Peur... Par... Don..."

Ce sont les dernières pensées qui m'effleurent l'esprit. Je n'ai pas conscience de dire les dires à hautes avant de sombrer dans les ténébres.





Merci Conner pour cette sublime signature mignon

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4662-fiche-rp-de-barbara-gordon-batgirl http://dc-earth.fra.co/t4648-barbara-gordon-batgirl
Inscription : 17/01/2017
Messages : 395
DC : Mister Miracle - The Atom - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Ven 14 Juil 2017 - 21:51
En sortant de la cellule dans laquelle Batgirl a été emprisonnée, son libérateur, le Batman, doit faire face à de nombreux adversaires - à de nombreux geôliers qui tentent de l'arrêter.
Ils échouent. Tous.
Cependant, le détail de ces combats ne sera pas retenu... cela ne compte pas, après tout. Seul compte le résultat.

Seule compte la libération de Barbara Gordon.

Une fois que le Chevalier Noir sort de la zone d'emprisonnement, il amène la jeune femme qui s'est évanouie dans ses bras... ailleurs. Ils rejoignent tous deux un endroit sûr, discret, où il la porte jusqu'à un lit de fortune préparé pour elle - avant de se tourner vers les commandes.
Pour décoller. Pour partir d'ici. Pour fuir, enfin.

Le véhicule du Batman s'élève alors dans les airs, et disparaît dans la nuit...

... grâce à ses moteurs puissants et silencieux. Le vaisseau, surnommé The Bat par Harold Allnut et Lucius Fox qui l'ont conçu, est certainement l'un des appareils les plus avancés de l'arsenal du Chevalier Noir - et ce dernier est ravi de pouvoir l'utiliser pour sauver quelqu'un d'aussi cher à son coeur.

"Tu ne m'entends sûrement pas."

Alors qu'il mène le vaisseau dans un endroit sûr, il s'adresse lentement à Barbara, allongée dans une alcôve prévue à cet effet. Il sait qu'elle a beaucoup souffert, mais il espère qu'elle se réveillera vite - il en a besoin. Il a besoin d'elle.

"Mais je te présente mes excuses pour ce qui est arrivé... pour l'attaque de la Batcave, mais aussi pour les mensonges durant la Bataille de Metropolis. Je n'aurais pas dû, et cela a mené à... tout ceci.
Cela ne change rien - cela n'arrange rien. Mais je suis désolé, et... je n'ai pas de repos, pas tant que je ne vous ai pas tous protégés, guéris... ou sauvés."


Il soupire, et secoue légèrement la tête.

"Je... je ne te demanderais plus rien. Je ne te cacherais plus rien, non plus. Je te laisserais - je vous laisserais en paix. Tous.
Je... ne veux plus vous faire souffrir. Je ne veux plus vous forcer à agir."


Son regard se perd dans le vide, dans l'horizon devant lui.

"Si... et seulement si tu veux bien m'aider... je n'aurais qu'une requête. Une dernière.
J'ai besoin de toi - pour vaincre Amanda Waller. Pour l'arrêter. Pour nous sauver.
Mais... je ne t'imposerais rien. Je ne t'obligerais à rien. Je ne veux plus être celui qui vous a tant fait souffrir, qui vous a plongé dans ces enfers - je ne le suis plus, déjà."


Ses mains se serrent sur les commandes, par réflexe.

"Il est temps que je vous le prouve."

The Bat s'enfonce dans les ténèbres nocturnes - mais vers la liberté et le renouveau, surtout.
La liberté pour Barbara.
Le renouveau pour elle et Bruce.


(HJ/ Message court, et un peu rapide, mais comme ça je réponds avant mon absence : tu es donc libre, et tu pourras conclure ici avant de te plonger vers autre chose en RP. Wink /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/03/2017
Messages : 163
DC : Artémis Crock (Tigress)
Situation : Traumatisée et a raccrocher le costume pour le moment.
Localisations : A Gotham
Groupes : Birds of Prey
MessagePosté le: Mer 9 Aoû 2017 - 20:24

Tourment [Avec Razer et Batman]


Dans mon rêve, je suis encore en âge d’être considérée comme une enfant. Jim, ou Papa comme je le nomme de plus en plus souvent dans ma tête, m’emmène faire un tour dans la grande roue du parc d’attraction. Dans une main j’ai une énorme barbapapa rose fuchsia et dans l’autre sa main. James Jr n’a pas voulu venir et ma tante est restée avec lui, prétextant qu’il ne devait pas se sentir délaissé. Je renifle en y repensant et passe ma manche sur mon nez, ne faisant pas attention a la substance rose qui vient se collée sur mes cheveux. James… Il n’est pas gentil. J’aimerais pouvoir dire à tous le monde qu’il est méchant mais j’ai peur que Jim m’aime moins alors je me tais.

J’avance un pied dans la cabine tremblante et je la sens bouger en montant dedans. Jim s’assoit mais il est si grand qu’on dirait qu’il touche le plafond. La porte se referme et je resserre les doigts sur le bâtonnet. Mon autre main désormais vide se pose sur la vitre et l’espace d’un instant j’entends ma Maman me dire de ne pas le faire, que je vais laisser des traces. Je cligne des yeux et me retourne pour la voir mais il n’y a personne, juste la baie de Gotham de l’autre côté du fleuve. Maman ne reviendra pas.

Je suis coupée dans ma réflexion par un tremblement plus fort que les autres qui me fait lâcher ma sucrerie quand je tombe à genoux au sol. On se balance vite et mon cœur accélère subitement. Les tonneaux, les cris, le verre qui se brise, la chute, l’impact et le sang. La main de Maman tendu vers moi inerte. Je pleure en gémissant et Jim me prend sous les bras comme le faisait Papa pour m’asseoir sur ses genoux.

« - Tout va bien Barbara, la grande roue va redémarrer bientôt d’accord ? Ce n’est rien, ne t’en fais pas. »

J’agrippe de mes mains sales et collantes sa veste et appuie mon front contre son torse. Sa main qui me caresse doucement les cheveux me calme juste assez pour que je demande :

« -Tu va pas partir hein ? Tu va pas m’abandonner ? Je suis sage ! Je ferais tout ce que tu voudras mais s’il te plait ne pars pas !

- Non je ne vais nulle part, je reste avec toi. Je ne t’abandonnerais jamais ma puce !»

A ce moment là, la grande roue redémarre et je tends le petit doigt :

« - Juré ? »

Son petit doigt qui s’enroule autour du mien et sa voix qui conclu la promesse sèche mes larmes et me font sourire doucement. J’ai plus mon Papa d’avant, mais j’ai un nouveau Papa et il a promis de ne jamais partir !


Je rouvre les yeux brièvement sur du métal gris, l’espace est sombre et comme dans mon souvenir, je sens un déplacement. Pas de parc d’attraction, pas de grande roue et pas de Papa. Une voix retentit dans le local et je ferme les yeux. Non je ne veux affronter personne, pas pour le moment. Je ne veux pas qu’on attende quelque chose que je ne me sens pas prête à donner, ou plutôt que je ne me sens plus, capable de donner.

J’identifie bien vite la voix comme étant celle de Bruce sous le masque de Batman. Je crispe les doigts sur la couverture qui est douce sous mes doigts. Les excuses de Bruce… J’aimerais lui dire qu’il n’y est pour rien, que ce n’est pas sa faute mais je me mords la langue. Est-ce que c’est vrai ? Est-ce que ce n’est pas de sa faute ? Et moi ? Quel est mon degré d’implication dans tout ceci ?

Ses paroles me touchent profondément, comme chaque mot que dit Bruce peu importe son apparence. Papa… A su rester près de moi et Bruce… A su me sauvée et me protéger comme il le pouvait. Je lui dois énormément alors si, et malgré tout ce qui s’est passé, s’il a besoin d’un dernier service de moi… De Barbara parce que je sais, je sens au fond de moi une fêlure dans ce qui me liée à BatGirl. J’ai peur et j’espère à la fois ne jamais la revoir. Tant que je serais dans cet état, je ne veux… Je ne peux plus être BatGirl. Alors je ne peux que donner mon aide en tant que Barbara, en tant que jeune fille geek et pirateuse à ses heures perdues.

« - D’accord. »

Un mot, un acquiescement je me tourne sur le côté en fermant les yeux. Bruce… Batman… Jim…




(HJ: Voilà mon message final, avec beaucoup de retard. Je vous remercie tous les deux pour ce RP ! Vraiment, un très grand merci !)



Merci Conner pour cette sublime signature mignon

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4662-fiche-rp-de-barbara-gordon-batgirl http://dc-earth.fra.co/t4648-barbara-gordon-batgirl
 

[CW] Tourments [Barbara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Barbara Kingsolver
» [Taylor Bradford, Barbara] A force d'aimer
» Barbara PYM
» Interview de Barbara kanam
» L'annuaire de Barbara

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-