[CW] Opération Ctenocephalides felis


Inscription : 17/07/2016
Messages : 86
Situation : Chrysalide Criminelle
Localisations : Gotham City
Groupes : Moth-gang
MessagePosté le: Jeu 8 Juin - 22:46
La moth-cave, centre névralgique des opérations du plus grand empire criminel de gotham: le moth-gang. Structure nichée dans les égouts, directement reliée par un ascenseur caché au penthouse du rentier Cameron Van Cleer, alias Drury Walker, alias Killer Moth, elle était au groupe de criminels insectoïdes une ruche de joies, de plaisirs mais aussi hélas parfois, d'ennui...

Les cinq moths qui composaient généralement le groupe criminel étaient aujourd'hui réduits à deux, la faute à un rendez-vous chez le dentiste pour le premier, une répétition de chorale pour la fille du second et enfin un entretien d'embauche stratégique pour le troisième*. Les deux derniers champions étaient assis sur des chaises pliables inconfortables et feuilletaient une série de manuels pratiques rédigés par leur chef bien-aimé. Non pas que la lecture leur déplaise, ils étaient de fervents adorateurs de leur supérieur, mais au bout du cinquième en moins de trois heures, leur enthousiasme était devenu relatif.

Ils regardaient régulièrement l'heure, entraînant respectivement leurs zigomatiques à grand renfort de bâillements désarticulateurs et leur capacité à compter le nombre d'irrégularités sur le sol**.

De son coté, Killer Moth le Grand était dans le bureau d'étude qu'il s'était aménagé avec quatre cloisons, une planche à dessiner et un stock de feuilles en papier recyclé. L'un des moth avait tenté une fois de convaincre son chef de quitter le papier pour le format électronique, plus écologique en terme de déchet mais un autre moth avait comparé le bilan carbone de production des ramettes de papier avec la production des tablettes, ordinateurs, les besoins électriques, etc. Étant un fervent défenseur de l'autocratie dans la théorie mais jamais dans la pratique, Drury avait procédé à un vote démocratique et la solution adoptée avait été celle des feuilles recyclées, en attendant d'avoir une solution plus propre.

Pour l'heure, Killer Moth donc, planchait sur son prochain coup d'une façon très écolo: il pratiquait la feuille blanche - quoique plutôt grise en l'occurrence. Après quatre heures de profonde réflexions infructueuses, l'idée germa en lui! C'était bien sûr, c'était évident! Bondissant de son siège de dessinateur, surgissant hors de son bureau improvisé, il fit sursauter ses deux larves indolentes.

- Eurêka! Messieurs, préparez-vous, l'opération Ctenocephalides felis va pouvoir commencer!

Les deux acolytes ne purent réprimer leur curiosité et inondèrent leur chef de questions "C'est quoi un Ctenocephalides felis?", "Qu'est-ce que c'est le projet?" "Est-ce qu'il y a un code?" "Quand est-ce que ça va avoir lieu?"

- Suffit cloportes empressés! s'exclama Killer Moth pour obtenir un peu de calme. Bien. Comme vous le savez, batman est un ennemi vicieux, presque autant que l'araignée myrmécomorphe, aussi faut-il lui tendre un piège.

- Ooooh, firent les deux ahuris.

- Oui, et pour se faire j'ai LE piège qui ne pourra rater, l'ultime faille de notre ennemi sera sa perte hin hin hin! Nous allons l'appâter avec une patte de velours hou hou. Oui messieurs, nous allons piéger Batman avec Catwoman!


- Super chef, mais pourquoi elle nous aiderait?

- Oh, elle ne nous aidera pas, nous allons la piéger!


Des pièges en cascades, de quoi surexciter son auditoire déjà en extase.

- Comment?

- Très simple, nous savons que Catwoman ferait tout pour une femme en danger. Nous allons donc nous attaquer à une prostituée dans le quartier qu'elle défend habituellement le plus!

- On va vraiment en agresser une?


- Non, trop risqué et puis, quelle image donnerions-nous? Un vrai criminel n'affronte que de vrais dangers, pas de pauvres filles sans le sous. Non, à la place, on va mettre en scène une agression.

- Mais? comment?
commença à craindre le plus vif des deux.

- L'un de vous jouera la prostituée que j'agresserai! Nous ferons ainsi d'une pierre deux coups, Catwoman viendra sauver une pauvre fille et se retrouvera face à deux menaces, moi et celle (ou celui) qu'elle était venu sauver! La surprise la foudroiera littéralement!


Les deux hommes l'applaudirent, le plan était simple mais génial.

- Bien, toi, Barnabé, tu feras la prostituée.

- Hein? Mais pourquoi moi?

- Parce que s'il fallait que j'en prostitue un ce serait toi,
répliqua le chef au tac au tac.

Décidément la phrase sonnait mieux dans sa tête.

- Ben faut dire que t'es plus fin que moi, répondit Hyppolyte qui échappait ainsi au supplice du déguisement. Et puis, t'as de belles jambes.

La réflexion laissa un blanc.

- Va donc te préparer
, trancha Killer Moth, moi, il faut que je fasse les dialogues, on a l'après-midi pour répéter, ensuite on ira sur les lieux de l'opération. Toi hyppoyte tu t'occuperas de la moth-mobile, je la veux prête, et charge mon lance-filet!

Blasé, barnabé se rendit en traînant des pieds vers la salle des costumes. A cet instant, son joyeux compagnon eut une idée lumineuse.

- ça tombe bien j'ai de la cire pour épilation! s'écria-t-il.

Une fois encore son annonce laissa le public interdit.

- Euh... commença Drury plus gêné qu'il ne l'aurait voulu. Pourquoi tu as ça sur toi?

- Hein? euh...
répliqua l'autre désormais gêné. Ben, c'est pour ma femme.

L'atmosphère se détendit soudainement et tout le monde éclata d'un grand rire, même si chacun savait qu'Hyppolyte n'était pas marié.

- Merveilleux, ricana Drury, allez, barnabé, à l'épilation totale, je veux une prostitué respectable pour ce soir.

- HEIN? s'écria barnabé avant qu'Hypollyte ne l'attrape par le bras. Mais... mais non!

Hélas pour lui, le cerveau mitrailleur de Killer Moth était déjà sur une autre tâche. Assit derrière une machine à écrire antédiluvienne mais qui donnait à son travail un côté classe, le ciron du crime commença à taper son texte.

- Bon... alors.... "Me voilà sordide"... non, ça fait trop formel ah voilà! "misérable" c'est mieux... hum... Hyppolyte?

- Ouais? hurla l'homme de main depuis l'autre bout de la moth-cave.

- Un synonyme pour "prostitué", demanda le chef.

- "Catin"? proposa-t-il.

- Je vais plutôt prendre "péripatéticienne", c'est moins dur. Hum.... A ton avis, pour l'effroi, théâtral ou réaliste avec une pointe théâtrale?

-Ahhhhhhhh! hurla barnabé lorsque ton compagnon répandit de la cire chaude sur ses jambes.

- Théâtral hein?

Il tapota joyeusement sur son antiquité, se relisant de temps à autre entre deux hurlements de douleur du moth qui se sacrifiait pour la bonne cause...

***

La nuit laissait tomber son voile de stupre et de luxure sur la journée pleine de désirs et de pulsions inavouables. Gotham, brillait dans ses hauteurs et luisait dans ses bas-fonds. Dans une ruelle, à l'écart de la "voie des demoiselles" comme l'appelaient les pervers les plus inspirés la moth-mobile se posait. De là sortit un Killer Moth euphorique qui avait sorti ses ailes des grands jours (à savoir celles qui reprenaient leurs formes après avoir passé une heure en moth-mobile) et une barnabé - rebaptisée Crystal pour l'occasion.

Il fallait admettre que le résultat final avait de l'allure. Barnabé n'était pas en soit un bel homme, les bellâtres n'ayant jamais songé à pousser les portes du moth-gang, mais une fois épilé, maquillé comme la moth-mobile, perché sur des talons haut vulgaires et vêtu comme un Killer Moth dont le stock de tissu était limité, il était très... convainquant. Même le principal intéressé s'y était fait, les répétitions aidant.

Les néons alentours faisaient jouer des reflets sur le latex et le cuir synthétique qui composaient la "tenue" de travail de Crystal. Dans cette étrange pénombre miroitante de couleurs fluorescentes, l'appât fonctionnerait à la perfection.

- Bien, tu vas de poster près du "Eros Club",
expliqua une dernière fois Killer Moth, tu racoles 30 minutes, tu donnes des tarifs prohibitifs et je viendrai t'y agresser.

- Okay mon chou! lança Crystal-barnabé avec une voix de fausset et des trémolos digne d'une fille des rues tout droit sortie d'un nanard.

- Parfait, parfait, hin hin hin, ricana Drury en se frottant les mains. Hyppolyte, soit prêt! Crytal... euh... Barnabé... enfin bref, remets ton soutient gorge ce n'est pas une tenue et puis comme ça on voit que tu portes du rembourrage.

- 'scuse mon mignon.

- Oui, bon, va te poster à ton poste!


Killer Moth lança le chronomètre de sa moth-montre et s'appuya sur son engin à réaction. L'heure de la capture du chat approchait!

Trente minutes peuvent être fort longues lorsqu'il s'agit essentiellement d'attendre. Mais Killer Moth savait faire preuve de... Oh et puis trente minutes c'était indicatif, le temps que Barnabé se mette dans le rôle. Dix minutes feraient l'affaire pour sa patience. Il plissa ses ailes, vérifia sa ceinture de gadgets et annonça au conducteur de la moth-mobile qu'il y allait.

Le "Eros Club", comme beaucoup de bar à la réputation douteuse était doté d'une entrée étroite, d'une devanture tapageuse et d'une rangée de motos en ligne devant. Rien qui n'allait mettre les sens de Drury en alerte. Autour du bar, des péripatéticiennes en goguette qui arpentaient les trottoirs avec aisance, jetaient des regards dominateurs que les mâles de passage. Drury aperçut rapidement Crystal qui fumait une cigarette avec d'autres travailleuses de charme.

Le génie du mal quitta sa ruelle et entreprit de foncer vers son objectif, le plan était le plan. Ainsi se jeta-t-il comme une grenouille dans un repaire de serpents affamés. Là de jeunes femmes et des femmes moins jeunes le regardèrent comme une bête de foire et osèrent pouffer à son passage.

- On en voit d'ses tordus d'ses jours!
lâcha une inconsciente.

- Les tarés c'est pas mon genre, qu'il aille se lustrer avec sa main droite.


D'autres rires à la plaisanterie.

Les péronnelles inconséquentes! Les pies bravardes! Comment osaient-elles! Elles allaient découvrir la morsure de la mite!

- Non mais ça va! D'abord mes bottes elles sont pas lustrées, elles sont cirées, ça na rien à voir, lâcha Drury à l'adresse de l'impudente demoiselle. Et puis d'abord, vous vous êtes vues? On dirait un camion volé un soir de Noël!

- Mais y m'insulte le corniaud, fit-elle.

- Corniaud? Moi, la mite du mal, le Grand! Puissant! Impérieux! Killer Moth! Je suis l'anti-batman de cette ville, moi! L'ultime apollon du crime, la dernière blague du joker, le...

Un chat de gouttière à côté de lui, osa feuler à son adresse.

- Toi dégages! cria Drury en donnant un violent coup de pied dans le filou félin qui vola un peu plus loin. La mite se réintéressa à la nuée de femmes aux charmes tarifés pour les invectiver vivement. Et vous! Je m'en vais vous corriger fissa! Hin, hin, hin, on va voir qui fait la maligne après ça!

Il porta alors la main à sa ceinture pour sortir son pistolet à fléchettes anesthésiantes, le plan était le plan, dans les grandes lignes...

* Ceci est une autre histoire.
**78 au dernier comptage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4896-killer-moth-autobiographie-autocong http://dc-earth.fra.co/t4865-drury-walker-alias-killer-moth-l-anti-batman-l-anti-mythe

Inscription : 18/01/2017
Messages : 153
DC : Rose Wilson ~
Situation : Lost
Localisations : Bas fonds
Groupes : Solitaire
MessagePosté le: Ven 21 Juil - 9:24
Ce soir est un soir comme les autres pour moi. Je suis prête quoi qu’un peu maussade ma tenue d’épais cuir revêtue encore un soir pour sauver les plus démunis. Ceux qui n’ont rien ce a qui je n’ai rien a prendre. Ceux qui crève de faim. Ceux qui dorment le jour et danse la nuit. Ceux qui s’étouffe dans la poussière des rues. Les gens comme moi. Car c’est ce que je suis même si je donne largement l’illusion, le change du fait que je n’appartiens aucunement à cette classe sociale…
J’aime défendre East End.
East End c’est ma maison. Comment pourrais-je laisser ma maison, mes rues mes quartiers sombrer dans le crime plus encore ?

Discrète, le pas de velours je parcours les toits écoute attentivement et regarde dans la moindre impasse si une embrouille violente survient… Mais rien.
Ce soir c’est le vide tout le monde semble bien se conduire dans l’East End… Cependant, il est hors de question que je retourne chez moi pour prendre repos. Je dois continuer a patrouiller même cette patrouille s’avérera peut-être plus tard préventive. Je passe de toit en toit a travers le sombre ciel qui couvre Gotham en cette nuit d’été plutôt froide. Pas de bruits significatif, étrange, vraiment d’habitude la bonne Gotham se réserve des crimes tous les soirs ? Tous es jours même …

Je me décide d’arborer un nouveau quartier dont je ne m’occupe pas habituellement… Un quartier similaire à l’East End. J’habite Gotham depuis toujours mais j’oublie parfois certains noms de quartiers. Finalement, je me pose sur un toit pour admirer un peu le ciel tranquillement restant tout de même attentive aux bruits environnants. Puis je ferme les yeux juste un instant. Et là…

Un cri strident me perce les oreilles.
Je me lève d’un coup comme après le 5 ème rappel d’un réveil matin … L’attention en alerte je me dirige vers les cri. Je cours sur les toits, j’en volerais presque au sens propre évidemment …
Je découvre alors qu’il s’agit d’une prostitué… Quelque part je m’en doutais un peu… Je faisais alors glisser mes lunettes aux verres jaune sur mon nez refermant bien ma combinaison pour bondir sur…
Oh.. Killer Moth. Quel surprise, cela faisait bien longtemps que je ne l’avais pas vu… Mais que veut-il a cette pauvre prostituée … ? En bondissant et me faisant repousser par la mythe je comprend vite qu’il s’agit d’un de ses allié… Il ressemblais a un sapin de Noël. En réfléchissant je comprend que c’est un piège. La main sur mon fouet je parle enfin.

Alors vieille mythe de placard t’es toujours dehors ?

Je souris alors que je reste alerte aux alentours et le regard posé sur son pistolet qui devait avoir pour but de me droguer. L’éviter semble inévitable si je veux gagner ce combat…

Aller ma petite mythe laisse moi arranger ça…

Je rigole un peu et brandit mon fouet pour lui faire lâcher son pistolet . Si il ne le lâche pas il aura un sérieux hématome sur la main… Mon coup est puissant et soudain impossible qu’il s’y attende. Tout a coup je sent l’un de ses hommes de main m’attraper par derrière en me soulevant un peu sans attendre les coups de talons et de coudes s’accélère sur son torse et une fois les pieds par terre je me baisse en avant pour le faire venir sur mon dos un peu plus et la je recule rapidement pour qu’il se prenne le prochain mur/ objet qui se trouve derrière nous. Un cri de douleur lui est arraché et quand il me lâche je lui fiche un coup de poing en pleine figure pour lui péter le nez…

Heureusement que j’avais renforcé mes gants de poings américain ces derniers temps c’était plutôt utile… Je me retourne alors vers mon adversaire principal et saute sur une poubelle a proximité pour pouvoir lui sauter dessus et l’assaillir de coups et griffures… Seulement il faut croire que j’ai oublié de calculer un détail … Puisque que pour moi *tout deviens noir…


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 17/07/2016
Messages : 86
Situation : Chrysalide Criminelle
Localisations : Gotham City
Groupes : Moth-gang
MessagePosté le: Dim 30 Juil - 18:41
Les prostituées de l'East End étaient des femmes à la fois fragiles face aux maquereaux et fortes lorsqu'elles se savaient dans leur bon droit. Le type en costume de clown qui les avait insultées de "succubes lubriques" en anesthésiant d'une fléchette Léa "Fourre-tout" était le genre d'adversaire contre lequel elles pouvaient faire valoir leur bon droit. Mais avant qu'elles n'aient pu faire un geste, l'objet de convoitise de Drurt apparut. La féline greffière en cuir noir avait pointé le bout de ses vibrisses! Hin hin hin. Oubliant les porteuses de maladies vénériennes pour mieux admirer son piège, la mite allait bientôt la faire sombrer dans le néant de son existence et....

Une réplique cinglante brisa les élans poétiques de sa criminelle cervelle.

- Hin hin hin, que nenni vile voleuse
, lança-t-il à Catwoman, je ne suis point une simple Tineola bisselliella mais une bien plus terrible, je suis KILLER MOTH! L'ultime alpha et oméga du crime!

Il joua dangereusement de son arme en agrémentant son discours de nazi-entomologiste avec de grands gestes exagérés. Jusqu'à ce qu'un coup de fouet vienne lacérer sa main. C'était douloureux. Un peu comme lorsque l'on vous lâche une branche de sapin dans le visage, mais sur la main, avec un câble en cuir et en acier, finalement pas grand choser à voir sauf l'abominable douleur et l'humiliation. Les nerfs écrasés par le coup violent distribuèrent de puissantes décharges électriques dans tout le bras. La mite lâcha son arme en lâchant un puissant "Gnouiiiilllle".

Heureusement, son...sa.... son agent infiltré(e?) venait de prendre les devants et en se jetant sur la félidé peu coopérative. Il tenta de la ceinturer et de la soulever, tassant les talons aiguilles qui lui servaient d'espadrilles. Comme un vrai chat prit entre les mains d'un employé de la fourrière, Catwoman se débattit avec agilité et férocité. On pouvait dire qu'elle faisait vivre son gimmick jusqu'au bout. Drury en profita pour bondir sur son arme à terre avant de recevoir un violent coup de sac à main. Killer Moth avait appris à ses dépends à craindre cette maroquinerie dont la place était dans les inventaires militaires et non dans les rayonnage de prêt-à-porter, c'était facile à transporter et avec une capacité de compression interne qui frôlait l'indécence, une brique n'aurait pas un meilleur effet.

- Infâme gourgandine
, grogna la mite en se tournant vers une fille de joie qui avait osé le frapper.

- Tu vas laisser la demoiselle tranquille okay?
articula-t-elle entre deux acrobaties de son chewing-gum.

- Nul n'arrête la mite!
s'écria-t-il en donnant un violent coup de botte dans les genoux de la jeune femme qui fut fauchée comme les blés.

Il acheva de porter la main à son arme au sol et la redressa. Son sbire peinait visiblement, le nez saignant comme une fontaine, à maîtriser la chatte de gouttière. D'un geste précis pour la situation, il tira une fléchette qui toucha miraculeusement Catwoman, passant à quelques millimètres de son appât saignant. Le Moth-gang venait d'accomplir l'impensable: une campagne digne de la fourrière municipale! Alors que les prostituées observaient horrifiées la cambrioleuse chuter des poubelles qui lui servaient de perchoir, la mite s'autorisa un petit pas de danse.

Son deuxième moth arriva alors à tombeau ouvert avec la moth-mobile.

- Allez mes braves, ricana la mite, on emporte le paquet!

Barnabé, un mouchoir sur le nez et les yeux en larme se contenta de monter à l'arrière tandis qu’Hippolyte se battait avec le colis pour le faire rentrer dans le coffre. Killer Moth, lui, tenait en respect les diverses créatures de Gomorrhe en les menaçant de son lance-dards.

- Vous n'oublierez jamais le soir où le divin Killer Moth est venu vous faire l'honneur de sa visite!

Il voulut alors partir d'un geste théâtral de la cape mais se prit la portière encore fermée de son véhicule. Barnabé, croyant aider, l'ouvrit de l'intérieur et étala littéralement son chef déséquilibré. Tricotant de toutes ses articulations pour retrouver une station verticale, Drury tira deux fléchettes qui atteignirent une poubelle et un sac à main. Lorsqu'il fut de nouveau debout il tenta de se donner un minimum de contenance en braillant un glorieux "Pour la MITE!" et il s'engouffra non sans se cogner la tête dans le véhicule qui fila dans la nuit.

Effectivement, jamais elles n'oublièrent cette soirée...

Barnabé hurla alors un "Victoire" qui fit sursauter son chef.

- Non mais ça va pas bien? Ne me fait plus jamais ça!
le gourmanda-t-il.

- Mais... chef! On a réussi! On a attrapé Catwoman!!! Vous vous rendez compte? Tout se passe comme prévu!

Il fallait avoir une vue d'esprit très large pour considérer que jusqu'ici "tout s'était passé comme prévu", mais le moth-gang avait cette vision, elle était d'ailleurs tellement large qu'elle englobait tous le champ des possibles. Aussi se réjouirent-ils tous de cette bonne fortune qui enfin posait son regard compatissant sur leur petite équipée unie dans une bêtise crasse.

- Bon.. bon, on se calme
, fit Drury après quelques trépignements excités. Il faut suivre le plan.

Il farfouilla dès lors dans la boîte à gant pour y trouver son calepin de notes. Il tourna fébrilement les pages de ce dernier et d'un index tremblant il suivit les différentes étapes qu'il avait lui-même rédigées. Il tomba enfin sur le point 89. Oui, c'était exactement ça.

- Bien, direction le 45 Milton Road, tu te poseras sur le toit, là nous pourrons attacher notre cible et... Où sont les menottes? demanda-t-il en vidant le reste du rangement de la voiture. Mais où est-ce que vous les avez mises?

Le Silence est une réponse comme une autre, disait le philosophe, elle indique à la fois ce que l'on veut savoir mais aussi ce que l'on aurait aimé ignorer. Le chauffeur se concentrait dans cette ambiance qui s'alourdissait sur sa conduite, feignant de n'avoir pas entendu la question tandis que Barnabé admirait le paysage, le nez toujours comprimé. Le casque de Killer Moth cacha le regard noir qu'il aurait aimé leur lancé mais le tremblement rageur qui lui fit fermer les poings le trahit.

- Scolopendres en fauteuil roulant! Par les ocelles du petit Satyre des bois, comment avez-vous pu oublier les menottes?! Ma liste était pourtant claire!

Il retourna rageusement les notes de son carnet.

- Voyez? C'était simple, en plus en code de César! Mais vous vous rendez compte que l'on a une chatte sauvage dans le coffre et rien pour l'entraver?
hurla le chef désespéré. Comment on va pouvoir lui faire peur hein? En lui jetant un mouchoir plein de sang au visage?!

- Ben....
tenta le conducteur, on a toujours les chaînes des pneus pour l'hiver.

- C'est bon ça!
réagit vivement Drury. Oui! hin hin hin! On va l'enchaîner et ensuite... ensuite elle va nous aider... hou hou hou!

Le moth-gang s'apprêtait à frapper un grand coup. La moth-mobile transperça la quiétude du soir de ses couleurs infamantes et s'arrêta sur le toit du 45 Milton Road, un immeuble parallélépipédique au toit plat sur lequel attendait une table avec une nappe blanche et des couverts dessus. Le groupe quitta le véhicule en quatrième vitesse. Une prostituée dont le nez pouvait servir d'équerre munie d'un jeu de chaînes, un homme en costume de mite et un chauffeur avec un masque en laine violet se dispersèrent sur le toit. On ouvrit le coffre dont le contenu dormait encore. Catwoman fut promptement attachée de travers avec des chaînes et conduite jusqu'à une chaise qui se tenait derrière la table.

- Bon, Hippolyte, tu sors le panier repas et tu disposes de quoi manger, histoire de la calmer un peu, toi, Barnabé, tu prépares la poulie. On y va!


Killer Moth s'assit sur la chaise qui était en face de son "invitée" et s'éclaircit la gorge. Il fallait qu'elle se réveille à présent. Un peu d'eau devrait suffire depuis le temps qu'elle était endormie. Il décrocha la bouteille d'eau qu'il gardait à sa ceinture et lui en jeta une giclée au visage.

- Hin hin hin, ricana-t-il de plus belle en guise d'introduction, ce qui au réveil devait donner comme un concert d'ongles sur tableau noir. Te voilà entre les mains du terrrrrrrrible Killer Moth!

Derrière eux, Hippolyte se penchait dans le coffre et admirait le panier pique-nique fait par ses soins complètement écrasé. Ils avaient jeté la féline dessus dans faire attention. Le repas ne serait sans doute pas aussi bon qu'il aurait dû l'être. Il souleva le couvercle du panier, ou ce qu'il en restait. Une bouteille de champagne éventrée avait lentement imbibé les sandwichs et les conteneurs hermétiques fêlés contenaient maintenant de délicieux petits fours au champagne... Il haussa des épaules en se disant de toute façon que celle qui venait de lui exploser le nez ne méritait pas mieux. Il extirpa un plat bosselé et vida sans ménagement le contenu dedans. Un pâte relativement informe de blinis en morceaux baignait dans une sauce pétillante sur laquelle naviguaient des morceaux de saumon et des perles de caviar. L'un dans l'autre c'était comme un retour aux sources.

Il clopina alors jusqu'à la table où son chef s'adressait à la féline, probablement encore vaseuse.

- Ma chère, fit le ciron malveillant du mal, soyez la bienvenue. Heureux que vous ayez répondu positivement à l'invitation de l'impérieux moth-gang hin hin hin. Vous n'avez sans doute pas l'habitude des mets raffinés mais Killer Moth sait accueillir avec grâce et diligence ses invités. Profitez un peu de ces entremets.

La parodie de prostituée déposa alors le plateau devant la jeune cambrioleuse. Un petit four émit un petit bruit semblable au porridge recraché d'un pensionnaire de maison de retraite. Killer Moth eut un mouvement de dégoûts.

- Huh... euh... hum... choisissez un... euh.. truc qui vous plaira et mon assistant l’amènera jusqu'à votre bouche... Bon... Il s'agit ma chère pour vous de vous porter volontaire dans une grande opération visant à capturer Batman ou l'un de ses acolytes. Nul n'ignore que... bah... enfin vous savez... les rumeurs... qui disent... bah...

Une fois encore, Drury était gêné. Les "on dit" le disaient, Catwoman et Batman avaient sans doute des rapports intimes, en tout cas elle avait un traitement de faveur ajoutait-on avec un clin d’œil appuyé que Drury n'avait jamais réellement pu décrypter. S'il fallait pêcher du bat-poisson, le meilleur appât restait le chat-pardeur hin hin hin... hum.

- Enfin vous savez. Bref. J'ai besoin d'un... d'une... demoiselle? en détresse? Acceptez de jouer ce rôle et... et... et bah je vous libère. Je préfèrerais que vous soyez volontaire, ça nous enlèverait une épine du pied vous savez. Boisson Hippolyte!

Le moth accourut jusqu'à la voiture pour en ramener deux briquettes de jus de fruit avec une paille. Les épaules de Killer Moth s'affaissèrent.

- Mais... le champagne?

Le moth regarda le plateau de petit-four et la mite comprit.

- ... Jus de pomme ou jus d'orange?
demanda finalement Drury dépité, en lisant les deux étiquettes.

- Doit-y avoir un jus de raisin quelque part dans la voiture chef
, ajouta Hippolyte d'un air enthousiaste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4896-killer-moth-autobiographie-autocong http://dc-earth.fra.co/t4865-drury-walker-alias-killer-moth-l-anti-batman-l-anti-mythe

Inscription : 18/01/2017
Messages : 153
DC : Rose Wilson ~
Situation : Lost
Localisations : Bas fonds
Groupes : Solitaire
MessagePosté le: Ven 4 Aoû - 0:24
Tout était noir mais le temps ne s’arrêtait pas pour autant.
C’est étrange de tomber ainsi, de faire un malaise. De se voir tomber comme une mouche sous insecticide. Etrange, malaisant et surtout insuportable quand c’est face a un ennemi. Surtout Killer Moth.
Cette… Bestiole? 2tait assez étrange plus qu’étrange elle avait quelque chose de carrémment flippant. Qui pourrait vouloir ressemblé a une mite poilu verte… ? Honnêtement en me sentant tomber une panique naissante me triturait le ventre sans ménagement. Pourquoi moi ?
D’ordinaire je suis plutôt la cible de mes propres cible ou bien celle de la police, mais Killer Moth ?
Sans le savoir je fut traitée comme un simple paquet cadeau, oui, ceux avec des nœuds dorés et autres fioriture inutile, ou non plutôt comme un colis a la mention « Fragile ». Oui fragile parce que généralement c’est étonnant de voir a quel point certains coursiers semble faire exprès de maltraiter particulièrement ce genre de colis. Comme si cette mention « FRAGILE » écrit en lettres capitales les narguait en leurs rappelant leur tendance a l’indélicatesse non assumée.

Cependant passons. Leurs comportements a mon égard m’aurait sûrement interpellée et même étonnée. Ils n’étaient pas aussi indélicats que cela. Néanmoins me réveillée a coup de giglée sur le visage me fit amèrement grimacer. Quel idée, cette stupide ne sait pas que les chats n’aime pas se mouiller ?! Reprenant doucement mes esprits après cette sieste durement imposée, je regardais autour de moi d’un regard furtif et rapide. Je regardais ensuite la chef des mites et gardait un air grognon. Le vent qui fouettais ma silhouette m’indiquait que nous étions sur un toit… Je dois avouer que je ne m’attendais pas vraiment a ça. D’une voix grasse et agressive j’enchaîne après l’avoir laissé s’introduire à moi de manière tout fait théâtrale et surtout assez banale et caricaturale ce qui lui donnait un effet assez comique… quelque part…

Imbécile, tu ne sais donc pas que l’eau n’est pas l‘élément favoris des chats ?!

Je regarde alors l’état de mon costume et vaguement ce que fabrique ces deux acolytes qui a eu deux semblait la cervelle d’un moineau. Bien vite je replaçais mon regard sur le spectacle comique principal. La mite en collant rayés. Je le regardais d’un air plutôt égal et hautain. A vrai dire ma peur avait disparu. Je savais, en le voyant maintenant qu’il n’était pas aussi menaçant que ça… Je ne l’avais jamais vu, si j’avais su je ne me serais pas endormie dans un tel début d’angoisse.
En le voyant j’avoue avoir un peu honte de m’être faite avoir par une fléchette anesthésiantes. Je devais très certainement améliorer mon costume et ma technique pour éviter ce genre d’incident plutôt ridicule.

Le laissant parler, j’étais curieuse de savoir enfin pourquoi il m’avait enlevé. Un de mes sourcils se leva naturellement en l’entendant prononcer le mot « bienvenue ». Je sais qu’il est cinglé mais tout de même sa voix n’était pas vraiment ironique ce qui me cloua littéralement sur mon siège malgré le fait que je n’ai pas vraiment le chois en réalité…
Je levais les yeux au ciel en entendant la suite. Ce mec … Oh… Voilà que les deux moue du neurone m’apporte un plateau ? Ce gars… ou plutôt cette insecte n’est vraiment pas nette.
Voyant que les entremets ne semblait presque vivant je me contentais d’être désobligeante. Ma spécialité.

Malgré le fait que ces choses ai plus l’air de furoncle infectés quand bien même je voudrais vous faire plaisir je ne pourrais même pas en déguster les mains attachée…

Je déteste être attachée, enfermée, obligée de rester a un même endroit un bon moment la plupart du temps… Mais pour le coup il s’agit d’une bonne excuse pour refuser l’hospitalité de ces blattes d’égouts…
Je l’entendais me proposer une solution idiote et j’eus un mouvement de recul dégoûtée en entendant cette proposition… Me faire manger ? Comme un bébé ? Si il approchait ses doigts de ma bouche je pourrais le morde quand bien même son hygiène transforme l’idée en défi.

Je m’en passerais…

Dis-je d’une petite voix dégoûtée en regardant l’acolyte qui se serait chargé de cette tâche l’air de lui dire « si tu t’approche t’es mort. » . Celui-ci restait donc tranquille et je pus regarder son supérieur quand il me proposa quelque chose… En l’entendant bafouiller je souris fièrement et très amusé qu’il soit gêné par cela.

Je sais quoii ?

Dis-je d’un ton de fifille en le regardant très amusée pour le mettre d’avantage mal a l’aise… Puis, alors que j’entendais sa proposition je décidé de profité de son acédie et alors que l’autre imbécile allait chercher le champagne je réfléchissait un petit sourire en coin de lèvre. Il n’y avait pas de piège. Du moins je ne pense pas qu’il y ai de risque. Ces trois clown m’ont eu par chance. Vous savez la chance du débutant… Je décidais d’accepter malgré que cela me fit mal aux lèvres surtout quand je vis la sous-mite apporter des jus de fruits. Cela m’arracha un petit rire moqueurs… Ces gars étaient vraiment des blagues limites dans leurs genre… Je rigolais alors avant de regarder la mite d’un air plus enjôleur.

Ma foi qui n’accepterais pas une telle proposition. J’imagine déjà la célébrité que nous apporterais la capture du Batman chéri des habitants de Gotham !


Les laissant me libérer je me lève et viens rapidement attraper une briquette de jus pour venir faire les yeux doux a la mite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Inscription : 17/07/2016
Messages : 86
Situation : Chrysalide Criminelle
Localisations : Gotham City
Groupes : Moth-gang
MessagePosté le: Jeu 10 Aoû - 9:59
Sous la voûte d'un ciel rétro-éclairé par l'ampoule de la ville, l'étrange parodie de la belle et le clochard (miteux) commençait petitement.

Sous leurs pieds, un toit, sous ce toit, un immeuble gothique. Façade sculptée façon Pinkney, mais pas trop travaillée, il s'agissait déjà à l'époque de quartiers populaires (malgré leur impopularité dans le journal télévisé) et dans chaque pièce, entre deux couloirs aux tapis usés et des cages d'escaliers dont certains coins sentaient l'urine se nichaient des appartements. Pièces étriquées, cuisine à cheval entre le salon-entrée et la chambre, des sanitaires avec vue sur la douche fatiguée, pas de balcon, pas de lumière pendant la journée, pas d'espoir de quitter ce modèle réduit du rêve américain. C'était l'Amérique travailleuse qui s'anéantissait. Le salon était construit autour du téléviseur, tables, chaises, le canapé usé, en un étrange enchevêtrement semi-circulaire. C'était là un étudiant désespéré qui pleurait sur son bulletin, seul ascenseur social qu'il pouvait espérer, son voisin, au chômage se noyait dans la pornographie, encore à côté la vieille dame veuve s'était endormie devant une émission de télé-réalité*, là une jeune fille-mère terminait la vaisselle, le cœur vidé de tout espoir.

Inconscient des drames domestiques mais communs de ces hommes et des femmes qui composaient le pays pour lequel il avait prêté serment, Drury s'enfonçait à sa manière dans cet étrange déni folâtre. Il voyait les capes des Batman, les tenues de Catwoman, il entendait les rires du Joker et les éclats sadiques de Black Mask, mais les larmes simples, l'agitation des hôpitaux après les catastrophes, les pas traînant de la masse silencieuse lui étaient inconnus. Et ses projets subissaient cette étrange distorsion.

La mite aurait pu blesser, estropier ou même tuer la féline, mais à la place il avait eu pour projet de s'allier à elle. Nombre de criminels n'auraient pas eu cette stupidité, et au moment même où la première giclée d'eau enjambait la table pour venir s'écraser sur le visage du chat, jamais Drury n'imaginait agir de travers. L'"invitée" eut une première réaction plutôt négative. Et face à la férocité des premiers propos de Catwoman, la mite balança par dessus son épaule sa bouteille d'eau avec la célérité d'un enfant qui ne désirait pas se faire punir d'une inconséquence.

Les "bouchées-royales façon Barnabé" ne rassemblaient pas non plus les suffrages, même si la félonne eut un temps l'idée de s'en servir pour recouvrer la liberté. Killer Moth ne s'en était pas aperçu, trop accaparé par un sentiment de victoire diffuse et cherchant à faire oublier sa malhabile manœuvre aquatique. De son coté, le moth qui devait servir de fourchette pour la jeune prisonnière recula de quelques pas lorsqu'elle lui lança un regard signifiant en termes moins élégants: "J'vais t'buter!".

Un petit vent vint jouer avec la nappe lorsque visiblement la candide créature ne comprit pas les allusions maladroites de Drury sur sa relation avec le Batman. Les on-dits se seraient-ils à ce point leurrés sur la jeune femme? Ne serait-elle, malgré un costume hautement suggestif, qu'une innocente et candide créature perdue dans un monde brutal? Kiler Moth commençait à voir ce qu'il y avait derrière la pelisse lubrique, il y avait un cœur pur et honnête. Si elle ne pouvait comprendre que Gotham toute entière la considérait comme la poupée du Chevalier Noir, c'était que nécessairement elle ne l'était pas. L'infâme encapé de noir était un monstre qui déviait les plus nobles serviteurs vers l'enfer! A coup sûr elle était une jeune femme née loin d'ici, arrachée à sa famille par un gang et plongée dans la violence de la ville des super-criminels, là, désespérée, elle se tourna vers le crime et sombra dans les bras maléfiques de Batman qui acheva de la corrompre! La pauvre. Drury ignorait tout du commun, mais se forgeait une vision si romantique de la vie que même Hugo et Lamartine en auraient vomi d'écœurement.

Mais elle sembla d'un seul coup prête à rejoindre la mite! Ce n'était guère étonnant avec une vie aussi misérable que la sienne, elle devait voir en lui un phare de bénédiction dans le flot de déréliction de sa piètre existence. D'un geste magnanime de la main droite, Killer Moth intima à son homme de main de la libérer.

- La mite n'est point l'impératrice de cette machine inhumaine que l'on nomme civilisation, lança-t-il sans vraiment chercher de sens à ses propos.

- Mais chef? voulut s'opposer un Hippolyte commotionné qui ne ressentait pas l'envie de finir en jouet éducatif pour chat.

- Suffit! siffla la mite. Fais ce que l'on te demande! Le Moth-gang a une tradition d'excellence dans le domaine de l'accueil! Dit le ravisseur...

A contre-coeur, le moth enleva doucement les entraves de Catwoman, sentant poindre l'instant où tout partirait définitivement en vrille.

La chatte fut plutôt docile si l'on mettait en perspective la situation et se dirigea vers Killer Moth, c'était à peine si on ne l'entendait pas ronronner.

Drury, pour qui gente féminine ne rimait avec rien, n'avait pas beaucoup de savoir-faire. Les féministes auraient pu lui ériger une statue tellement il était inconcevable pour lui de distinguer les sexes, même si dans le règnes des hexapodes le féminin avait un rôle prépondérant et généralement assassin (les mantes religieuses en tête). Être une femme ou un homme n'était pas rédhibitoire et si le moth-gang était pour l'instant cent pour cent masculins, c'était pour la bonne raison que l'inexpérience de Killer Moth avec le sexe opposé se limitait à des bonjours avec la caissière d'un supermarché, tout à fait charmante au demeurant.

Se retrouver soudainement à proximité d'une femme étrangement sensuelle était une expérience inédite auquel la mite n'était pas préparée, mais la pitié était actuellement plus forte que le reste. Voir cette jeune femme saisir l'opportunité d'une vengeance et qu'il puisse en être un outil lui paraissait plus important que le reste. Killer Moth planta son regard casqué vers Catwoman.

- Ma pauvre enfant, commença-t-il avec une voix à fendre un cœur de cristal. Vous n'avez pas eu une vie facile et elle ne vous a pas fait de cadeau, elle vous a endurcie, elle vous a forgée. Vous fûtes l'enclume que le marteau de la vie a modelée dans la violence. J'entends encore votre cœur vibrer en cadence. Vous êtes furieuse, vous êtes prête à la vengeance et je peux vous l'offrir!

Il acheva ses envolées lyriques pathétiques debout puis posa deux mains fermes sur les bras de la féline avant de porter le regard au loin.

- Car il y a une raison à tous vos malheurs: Batman, ce monstre arrogant, cette créature de la nuit qui engloutie tout et corrompt notre belle cité! Il a prit votre innocence pour la réduire à néant! Et bien je vous promets que cette nuit sera la fin de vos ennuis! Et le début d'une gloire nouvelle!

Essoufflé, il se rendit compte qu'il tenait encore la féline. Il la lâcha, gêné.

- Oui... hum... bien. Demain sera un grand jour pour vous, vous aurez eu l'occasion d'enfin prendre votre revanche. Je vous promets la dépouille du justicier. Après quoi, je puis même vous aider à devenir Recrue de notre beau gouvernement et vous pourrez reprendre votre vie en main!

Derrière eux, Hippolyte restait interdit et Barnabé avait terminé d'installer l'étrange poulie instable qui devait permettre d'accrocher la "demoiselle en détresse". Ils se rapprochèrent de la scène, plus à même que leur chef de s'apercevoir que le plan venait de partir en vrille.


* Ce qui relevait du miracle lorsque l'on connaissait les montages épileptiques et les musiques abêtissantes qui composaient ces programmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4896-killer-moth-autobiographie-autocong http://dc-earth.fra.co/t4865-drury-walker-alias-killer-moth-l-anti-batman-l-anti-mythe
 

[CW] Opération Ctenocephalides felis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Opération BLACK OPS
» [Santé] Opération des yeux au laser
» Libération de Metz, par la 1e demi-brigade (8e,16e,30e BCP)
» mélange de génération
» Merchandising du festival de la nouvelle génération

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City :: East End-