[Baltimore - Maryland] Le Masque de la Mort aux deux visages [PV Dr. Fate]

Invité

MessagePosté le: Ven 21 Juil 2017 - 23:23
Le café brûlait ma gorge, il puait, avait un goût atroce, mais je l'appréciais quand même. Depuis des années, je m'étais promis de venir ici, me rendre sur cette tombe. Ce type avait eu un tel lien avec les ombres que je suis persuadé que personne d'autre n'en aurait jamais de pareils. Moustache, cheveux noirs… Bref, le stéréotype du dépressif comme on n'en fait plus maintenant. J'avais fini par me décider à quitter l'église de Westminster, après avoir fait ce qui aurait étonné n'importe qui de ma part… Une bouteille de cognac à moitié vide – il faut bien ça pour me pousser à venir ici –, ainsi qu'un bouquet de trois roses rouges. Lorsque j'étais enfant, je m'en souviens comme si c'était hier, je dévorais ses écrits, les uns après les autres ; jusqu'au jour où j'ai compris que lui-même possédait ce qui fut sa propre décadence. Mais maintenant, à l'heure où je repense à tout cela, je suis dans un Pub, à boire un café ignoble pour ne pas dire directement dégueulasse, tout en écoutant déblatérer l'autre cruche de présidente. Je souris tandis que quelques clients se mettent à râler contre elle, pestant contre les superslips avant de se faire jeter hors du Pub. Pas un mot de ma part sur cette histoire, qu'en ais-je à faire ? Rien. Ressortissant Anglais oblige, ils peuvent bien aller se faire défourailler par un panda si ça leur chante… Personnellement, je vis ma vie là où elle se trouve. Néanmoins, un flash d'information me fit "lever l'oreille". Le visage renforcé par une dose trop forte de botox, impassible, se met, tel un robot, à dévoiler les raisons de cette coupure.

- Madame, Mademoiselle, Monsieur. Le FBI ainsi que le Sheriff du Comté du Maryland vous demande de rentrer chez vous avant la nuit. D'étranges assassinats furent perpétrés en l'espace de quelques jours sur Baltimore et ses alentours. Peu d'informations nous sont communiqués à l'heure où je vous parle. Veuillez donc respecter les conseils de notre Sénateur. C'était…

Le reste, je m'en fichais. Cette histoire puait l'arnaque à plein nez. Bordel. Mais jamais je n'arriverais à avoir la paix ? A croire que j'attire les ennuis et les démons. Les mains dans les poches, la clope entre les lèvres, je marchais sous une pluie battante dans une direction que j'ignorais encore. Pourtant, quelque chose ou quelqu'un m'y attirais. C'est ainsi que, la tête détrempée par la pluie, le faciès sombre et la mine déconfite, je passais les portes d'une immense demeure de plusieurs étages. De l'extérieur, tout semblait en ordre, trop, à mon goût. Sans compter que les différences qui sautaient aux yeux, à peine entré, n'étaient autres que le paradoxe d'un extérieur aux murs et aux fenêtres d'origine, par rapport à une décoration intérieure plutôt… Atypique ! Futuriste même ! Superslip en personne s'y sentirait comme chez lui. Le bruit de mes pas attirant l'attention des deux membres du FBI, je me fis arrêter à peine les premiers mètres parcourus. Deux molosses, lunettes noires sur le nez, dont le bras était floqué du symbole de leur équipe, m'arrêtèrent. Les questions furent simples et brèves. Qui étais-je ? Que faisais-je ici ? Bah… Autant éviter de me faire des ennemis immédiatement. Quoique…

- Fermez vos gueules le duo d'andouilles ! Voilà qui je suis ! (Je sortis la carte qui devenait ce que je souhaitais, et cette dernière se mua en carte d'accès des bureaux de la CIA.) Fichez-moi le camp maintenant. Le Pentagone ne m'a pas envoyé ici pour vous botter le cul, mais pour bosser. Alors laissez faire les adultes, et retournez jouer à la marelle !

Me retenir de sourire me fit un mal de chien. Toutefois, le jeu en valait la chandelle. Et ce fut sans mal que je passais le reste des gardes chiourmes qui tentaient de me barrer la route. On m'emmena dans une pièce en retrait des autres. De ce que je pouvais en voir, le sol était recouvert d'une demi douzaine de cadavres. M'approchant de l'un d'entre eux, je commençais à observer les corps. Aucune marque, aucune traces quelconque… Tandis que mes mains palpaient les muscles, une chose me frappa. Un souffle, souffreteux, provenant d'une trachée qui ne tarderait pas à se briser monta à mes oreilles. Attrapant une chaise, je la jetais contre un mur, sous le regard médusé des toutous du FBI. Derrière le mur, qui dévoila une pièce dissimulée par un quelconque mécanisme des plus ingénieux, sorti un corps qui n'avait plus rien d'humain. Recouvert de sang et de morceaux de chair, les yeux vides me regardèrent avant de pester quelques mots… La lame ensanglantée s'éleva dans les airs et avant même qu'elle n'ait le temps de s'abattre sur moi, le temps se figea, des coups de feu retentirent, et le corps s'affala sur le sol, inerte. Il attendait quoi ? Une tape sur l'épaule pour le remercier de m'avoir éviter de me retrouver avec une lame plantée dans le front ? Sérieusement ? Une ombre s'éleva dans les airs, et disparu à travers le plafond. Possession démoniaque ? Ils étaient bien trop nombreux à avoir ce genre de déviances… Toutefois, aucun – à ma connaissance – ne laissait de pareilles traces.

Cette trace, cette marque, je la connaissais que trop bien. Symbole d'une mode qui mettait en avant les délires du tatouage Egyptien dont peu connaissait réellement la signification, cet "Œil Oudjat" n'en était pas totalement un. Il manquait une chose. Mais quoi ? Je l'ignorais. Les démons, la magie, toutes ces histoires me suivaient jour après jour, mais l'Egypte… C'était autre chose. Heureusement, il existait quelqu'un sur cette fichue planète qui saurait répondre à mes questions. Mais pour le contacter, il faudrait que je passe par… L'Oblivion Bar, au risque de me retrouver avec l'autre équipe d'empaffés du Stranger… Non, certainement pas. Après avoir quitté les lieux, tout en ayant prit soin de faire oublier à toute cette bande d'abrutis que j'étais venu, mon esprit divaguait entre deux eaux. Le contacter directement était mission impossible, c'était un fait. M'asseyant sur un banc détrempé, mon trench s'étendant de part et d'autre de moi, les bras étendus sur le dossier, et la tête rejeté en arrière, ma clope se consumait rapidement. Deux doigts vinrent la prendre pour la jeter ensuite sur le sol. Ce parfum, cette voix… Zatanna… La voila ma solution ! Après quelques mots échangés, et une gifle – bien méritée paraît-il – elle fini par accepter de contacter l'autre Casque d'Or afin de lui demander un coup de main…


- Au vu du prix à payer, je suppose que ton pote sera à la hauteur Zatanna… Ca sera bien la première fois que je vais devoir payer un repas à une femme sans la faire monter dans ma chambre par la suite…
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 22 Juil 2017 - 10:10
Baltimore est une ville portuaire, la plus grande des Etats-Unis, les pêcheurs vont et viennent dans une ville qui est devenu un important axe d'affluence de bateaux en tout genre, du paquebot en passant par la petite cahute flottante, la cité ne manque pas de charme du moins si on sait éviter les endroits poisseux comme certains bars et autre ruelles douteuses.
Désormais sous la présidence Waller, les habitants n'ont cependant pas vu de changement drastique et s'estiment heureux de pouvoir vivre la ou ils ne sont pas protéger par un super héros recherché, épargné de cette bienveillance non voulu, une surveillance militaire et un couvre feu n'est pas encore en vigueur comme à Gotham ou les choses sont devenu plus strictes depuis que Hugo Strange en est devenu maire.

Si tout pouvait se passer convenablement, le petit quotidien de la population fut rapidement interrompu...
Brian O'neill est le premier à avoir trouvé un cadavre, il était d'ailleurs assez surpris de repêcher un cadavre dans son filet, le corps, au milieu de tout les poissons qui essayer désespérément de se battre pour leur vie en sautillant comme il le pouvait jusqu'au bord du bateau pour reprendre la mer, n'avait aucune trace de lutte de coups pas de signe d'empoisonnement et autre joyeuseries qui pourrait prouver un meurtre la chose notable fut le tatouage égyptien bien commun à beaucoup de personnes qui voulait suivre une mode cependant ça n'aidait pas à l'identification de la personne, alors la police comme à son habitude en a conclu à un suicide (ça fait moins de paperasse), Brian lui n'était qu'un témoin on lui avait posé de nombreuses questions comme savoir si son chalutier était bien à lui si il était marié avait des enfants etc... pourtant même si il trouvait les mots pour décrire sa version des faits son esprit lui était bien ailleurs comme un pilote automatique, il était bel et bien traumatisé.

Les jours passent et la police continue sa vie sans vraiment chercher ce qui aurait pu pousser le jeune homme à se noyer, il avait finalement pu être identifié, la vingtaine, étudiant, la mère quitta le poste de police complètement effondrer, c'était peut-être un peu trop que de lui demander une identification.
Il n'y a personne pour la soutenir, son mari ayant décédé des années auparavant elle est désormais seule au monde et la seule chose que l'on peut lui offrir et un simple: "c'est un suicide madame..."
C'est sur le parvis du poste de police qu'elle pleure ce qu'elle peut pleurer, elle n'arrive pas à se relever, jusqu'a ce qu'une main ornée d'un gant blanc se tende vers elle...

***

Après avoir essayé du mieux qu'elle pouvait de rassurer la vieille femme, Zatanna s'introduit dans la morgue du commissariat, en hypnotisant tout les flics présent sur les lieux, aucun n'aura souvenir de son passage, c'est l'avantage d'être magicienne.
Ses pas sur les escaliers, menant à la salle lugubre à peine éclairé de néons branlant, se font lent en effet elle n'a pas vraiment envie de rentrer la dedans, une pièce pleine de cadavres ça rien d'attrayant.
A peine hier avait elle entendu cette sinistre affaire de noyade, des gens qui se suicide il y'en à malheureusement bien trop, ce qui l'a poussé à enquêter fut le vent glacial du camion de la police qui passa devant elle lorsqu'elle avait fini sa représentation au cabaret du coin il devait transporter quelque chose de pas très net, le genre de vent qui vous donne des frissons alors que vous êtes couvert sous des kilos de pull.

Elle pouvait sentir un énergie noire se dégager de la morgue, elle hésita un instant à ouvrir la porte, elle en tremblait presque, quoiqu'il pouvait y avoir ce n'était pas bon, elle avait peur mais elle trouva le courage d'entrer.
la magicienne fit les sorts qu'elle connaissait pour analyser en quelque sorte le corps livide, mais rien ne se produisit, peut être avait elle rêver et enfin de compte elle repartit bredouille du poste de police, dans son passage une ombre inquiétante s'échappa du jeune homme décédé, un vent glacial revint la trouver, quelque chose clochait et cela l'inquiétait de plus en plus.

***

Ses soupçons furent vites confirmé lorsque d'autres morts firent leur apparition et la seul piste qu'elle avait était "l'oeil oudjat" tatoué sur toutes les victimes, Zatanna à bien finit par s'apercevoir qu'il n'y avait rien de naturel à ce genre de marques qui apparaissent subitement alors que les victimes n'avait jamais été tatoué de leur vie, et pourtant malgré ses recherches et les sorts appliqués sur les autres cadavres, rien ne se passait seulement cette satané brise glaciale qui apparait à chacun de ses passages, cette fois le FBI avait pris le relais quand douze personnes ont été retrouvé dans le même état.

A son arrivé, les agents avait l'air en furie, il s'enguelent pour quelques raisons que Zatanna ignore et pour une fois elle pu s'introduire sur la scène de crime sans utilisé de magie, seulement voila en constatant les corps alignés et la pièce caché qui révéla un corps décharné qui ne ressemblait pas à grand chose, aucune brise ou vent ne se manifesta, étrange...
Les agents revenait de leur pause, la magicienne pris le temps de se dissimulé un tour d'invisibilité et hop ! plus de magicienne en vue, les deux Gus s'accroupirent et firent les constatations nécéssaire pour mettre Zatanna sur la piste... et qu'elle piste...

"t'a dis qu'il s'appelait comment déjà ?"

"Je sais pas moi... j'ai juste vu CIA et j'ai fermer ma gueule..."

"Tu trouve pas ça bizarre toi qu'un anglais soit de la CIA ?"

"ET OH ! mieux vaut pas poser de questions... et puis quel con j'te jure ! pour ce qui se prends cet abruti à avoir péter le mur comme ça..."

"Rien qu'avec son odeur de clope il aurait pu contaminé la scène..."

Il n'y avait rien à ajouter, Zatanna savait qui était passé par ici, quel surprise... avec un peu de chance il ne devait pas être bien loin.
Et d'ailleurs son intuition avait vu juste non loin de la sous la pluie l'anglais assis sur un banc trempé comme jamais jeta sa clope par terre comme le malpropre qu'il aime tant être, elle ne tarda pas a ramasser sa cigarette à peine éteinte par les gouttes de pluies et l'écrasa sur le banc avant de la faire disparaitre, un grand sourire aux lèvres qu'elle ne tarda pas d'effacer en giflant le mage blasé.

"ça c'était pour Londres... et crois moi que j'ai bien envie de t'en coller une autre mais je suppose que tu n'es pas la par hasard..."

Une conversation qui tourne bien court, car John à raison si Zatanna n'a rien tiré des tatouages mystérieux peut-être que son ami au casque pourra l'aider, pourquoi n'est-elle pas venu a lui en premier lieu ? car elle sait que maintenant c'est un homme recherché et il ne peut risquer de se faire repérer en dehors de la tour.
Constantine se paye encore le luxe de faire une blague de mauvais gout, un trait d'humour qui ne passe pas du tout auprès de la jeune femme, elle se contente de le regarder un sourcil relevé une main sur la hanche.

"Dis toi que tu as de la chance c'est peut être le seul qui n'a rien à te reprocher, maintenant contente toi de te taire et suis moi..."

***

La Tour du Destin

Pour une fois depuis un moment, la Tour n'a en son sein que le Docteur et lui à son habitude passe son temps dans la salle de l'orbe, lévitant devant la boule de cristal brumeuse il médite et charge ses pouvoirs, puis se pose pour se retrouver sur le balcon ou il contemple le vide comme il aime bien le faire, son temps de réflexion se voit couper lorsqu'un portail s'ouvre pour la Tour, Zatanna revient et cette fois ci avec un invité.

La Jeune ouvre les portes de la salle de l'orbe, Fate se retourne pour accueillir ses hôtes et même John car même si sa réputation n'est pas des plus reluisantes, cela n'a jamais empêcher Nelson d'être poli.

"On a problème Docteur..."

Une inquiétude palpable peut se lire dans les yeux de la magicienne, le Doc pour le moment est prêt à écouter ce qui se passe, la situation semble grave car même Constantine s'y intéresse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 23 Juil 2017 - 19:50
Zatanna avait ce petite quelque chose qui me fait frémir d'envie et de désir. C'est une femme bien différente des autres, un caractère de merde, un langage des plus érudits et une croupe à vous en faire tourner de l'œil ! Sans compter sa tenue qui, en plus d'être des plus sexy, démontrait des courbes affriolantes. Et après on se demande pourquoi j'aime passer du temps en sa compagnie. Il fallait que je me lève étant donné que la dame me l'avait presque imposé. Mais quelle bande d'abrutis… S'ils en avaient marre de l'autre potiche brune au pouvoir, pourquoi n'agissaient-ils pas en conséquences ? Bande de lâches ! C'est capable de porter un slip sur son pantalon, mais quand il s'agit d'agir avec intelligence, il n'y a plus personne… Pathétique. Tout bonnement pathétique. Je suivais Zatanna dans un de ces "portails magiques" dont elle avait le secret tout en ajoutant un "oui madame la directrice" lors de ma traversée. Jamais je n'avais réussi à comprendre comment fonctionnaient ses pouvoirs. Bah, après tout, ce n'est pas comme ça m'intéressait vraiment. Ses mains n'attiraient mon attention que lorsqu'elles agitaient une autre baguette magique. Notre voyage fut aussi bref et intense qu'une nuit de débauche dans un cloaque insalubre de la Nouvelle-Orléans. Le Jazz et les bayous en moins bien entendu. Tout autour de nous passaient des images, des tableaux, des peintres, et diverses choses qui s'étaient déjà déroulées ou qui le feraient dans quelques semaines, mois, ou années même. Je prenais toujours un plaisir enfantin à voyager entre les mondes, ceci m'offrait toujours une excuse pour laisser ma marque là où je passais. Faire chier quelqu'un, briser les ailes d'un ange déchu, chatouiller le trident d'un démon un peu tatillon… On s'occupe comme on peu lorsqu'on a droit à une seconde vie n'est-ce pas ?

Le portail fini par s'ouvrir à nouveau, et le spectacle qui s'offrit à mes yeux aurait pu étonner n'importe quel féru d'archéologie. Mais pas moi. Les murs étaient peints et recouverts de tentures toutes plus anciennes les unes que les autres. De ci de là, je percevais des parchemins, des stèles gravées en diverses langues – donc certaines m'étaient une peu trop communes –, des sceptres, vasques, coupes, etc… Une décoration d'intérieur qui démontrait bien à quel point Fate vivait dans le passé. Le matérialisme latent qui décrivait sa demeure me laissait toujours plus blasé qu'à mon habitude. M'allumant une clope, je suivis Zatanna dans la pièce où devait se trouver l'autre Casque d'Or. Deux gigantesques portes, soit pour combler un gène physique, soit pour démontrer un égocentrisme digne d'un superslip de base, s'ouvrirent, nous laissant le champ libre. Et c'est dos à nous qu'il se présenta. Je ne pouvais le nier, il aimait faire part de sa puissance magique. C'en était presque écrasant. Sa "toute puissance" envahissait la pièce et je la sentais même tenter de pénétrer mes veines. Désolé mon grand, mais c'est raté ! Il y a déjà trop de monde dans mes veines, moi, déjà, du sang de démon, du tabac – beaucoup de tabac –, et quelques litres de Brandy bien entendu. La brunette s'approcha de Casque d'Or, dandinant des fesses et se mit à parler. Mais quelle tragédienne ! Quelle classe dans le choix des paroles ! Antigone se serait-elle réincarnée dans une magicienne aux cheveux noirs et aux courbes de folie ? Je virais ma clope sur le sol, clope qui disparue dans un portail rouge et noir, et je m'approchais.


- On va passer outre les salutations d'usage, car toi et moi on n'a autre chose à faire. On a une merde sur les bras, et pas une petite. On a un comique qui s'amuse avec les possessions démoniaques. Le problème, c'est qu'il invoque des démons qui le dépassent… Des démons Egyptiens, des créatures de TON monde Casque d'Or !

Lui, le Grand Dr Fate, celui-là même qui se disait être touché par l'Ordre des choses, serait-il capable de gérer une pareille histoire ? Après tout, l'Egypte, les Dieux, les trucs comme ça… C'était SON truc, pas le mien. C'est juste que je déteste qu'on s'amuse à invoquer des démons sans savoir ce qu'on faisait… Les tablettes, les messes noires, toutes les conneries dans le genre, c'était bien gentil. Sauf quand c'est capable de détruire la moitié de la planète ! La prochaine étape serait quoi ? Trigon ? L'autre Cornu ? Ou pire encore… Une démone canadienne mélomane ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 25 Juil 2017 - 13:12
Au yeux de Fate, John Constantine était quelqu'un qui avait toujours su passer entre les mailles du filet, ses nombreuses altercations avec le monde des démons lui a permis d'acquérir une certaine renommé, lui et le Docteur se sont déjà croisé à quelques occasions, mais Nelson n'a jamais pensé à mal le concernant, c'est un homme qui connait bien des choses son expertise peut être utile mais pas seulement, John à du coeur même si il a du mal à l'admettre et se cache derrière un masque d'ironie et de cynisme pour se moquer de ce qu'il y'a autour de lui, il serait étonnant que ses intentions soit malicieuses, après tout il fait aussi son devoir.

Nabu semble pour le moins étonné de ces affirmations, Zatanna soupire un instant constatant la subtilité légendaire de Constantine.

"Ce que John essaie de dire Docteur... c'est qu'il y'a une série de suicide particulièrement étrange, évidemment ce ne sont pas des suicides, on dirait des possessions qui pousse les victimes au bord de la folie et les pousse à se suicider, la seul trace qu'il reste est un oeil Oudjat sur la nuque des cadavres, sur des personnes qui n'ont jamais été tatoué de leur vie, j'aurais du vous en parler je sais mais... je n'était sure de rien..."

Il est difficile de dire si cela intrigue Kent ou non, aucun des deux protagoniste n'ont une vision à rayons x qui peut voir à travers le métal, cependant Fate saisi le problème.

"Cela dure depuis longtemps ?"

"Environ deux semaines..."

"Et tu n'a rien retrouvé ? pas une trace mystique ? rien que le tatouage ?"

"ce n'est peut-être qu'une impression, mais j'ai ressenti un vent glacial à chaque fois que j'inspectais les scènes, John à trouvé un corps très étrange sur le lieu des dernière victimes, fait de chair et de sang, d'après ce que j'ai compris celui était encore possédé et à fait s'échapper une ombre..."

Nelson n'a pour le moment pas de confirmation exacte sur ce que cela peut-être, cependant la théorie de John pourrait coller, un culte qui essaierais de réveiller un esprit ancien ça ne peut que mal ce terminer.

"Je dois inspecter les victimes moi même, à la lumière de ce que vous me dites cela pourrait être n'importe quoi, je dois examiner une victime et le corps étrange que tu as trouvé John"

"Ils ont surement du les emporter à la morgue du commissariat de Baltimore, les derniers corps doivent s'y trouver..."

"Très bien..."

Kent ouvre un portail qui mène droit à la morgue invitant ses compagnons à le suivre, Fate est assez inquiet pour la suite des évènements, les rituels et autres malédictions égyptienne sont insidieuse le meilleur comme le pire peut se produire.

***

Traversant son portail, Nelson remarque qu'il n'y a personne pour le moment, c'est une bonne chose il va pouvoir examiner en détails sans être interrompu, il ne reste plus qu'a se mettre au travail, après avoir déroulé l'un des compartiments d'une des victimes le Docteur se met à invoquer un sort particulier ou des hiéroglyphes dorées viennent se poser le corps, quelques minutes de silence après Fate passe au corps désincarné qu'a trouvé John, il y passe moins de temps qu'il n'en faut pour tirer une première conclusion.

"Ce ne sont pas des suicides, ce sont des sacrifices... et ce corps n'est pas humain, ou il n'était pas humain, c'est une tentative raté de donner une forme physique à une force maléfique qui m'est pour le moment inconnue, les sorts conventionnels ne nous donnerons pas de réponse nous devrons user de la nécromancie sur ce malheureux pour savoir ce que nous voulons"

Si la nécromancie est le dernier recours pour parvenir à ses fins, c'est que le problème est bien complexe.

"John, Zatanna vous savez ce que nous devons faire... fermez les issues le temps que nous ayons fini"
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 8 Aoû 2017 - 16:12
Tandis que je venais à peine de finir d'expliquer les choses, la brunette se senti obligée de me reprendre en donnant de plus en plus d'informations. A croire que le fait que je balance à la tronche de l'autre tête de seau le fait que ça tenait plus de ses emmerdes que des miennes ne lui avait pas plus. Mais qu'en avais-je à faire ? Rien du tout. Si je m'étais retrouvé dans cette merde ce n'était pas par volonté, pire encore, comme je m'en étais rendu compte il y a bien longtemps, plus j'avançais, plus ça me tombait facilement dessus. Etais-je un aimant à démons ? Question conne. Je croisais les bras devant moi, prenant un air détaché tout en rongeant mon frein. Mes clopes me manquaient, mon appartement me manquait, à vrai dire, même la femme que j'avais laissée ce matin dans le lit de la chambre d'hôtel me manquais. Ou plutôt… Son corps. Quoique je n'avais pas perdu au change avec Zatanna. Plus ils parlaient, plus l'envie de me barrer d'ici me cherchait, Toutefois, il m'était impossible de laisser une histoire pareille entre leurs mains. Les démons c'était mon affaire, et puis… Je ne pouvais pas laisser un des fils du Cornu en liberté après ce qu'il s'était passé là-bas. Cette putain d'histoire continuait de me hanter malgré les années. Bordel John ! Tu es un putain de sentimental ! Il me fallait une clope, encore une. Il fallait que j'arrête. Un jour. Mais pas demain. Plus tard. Ouais c'est ça, bien plus tard. Posant mon regard un peu partout dans la pièce je pouvais reconnaître bon nombre de reliques de l'ancien temps, des trucs que j'aurais préférer ne jamais revoir. Que ce soit ici ou autre part d'ailleurs. La décoration de la demeure de Casque d'Or ne manquait pas de panache, elle était comme lui. Brillante, étincelante, avec cette once d'arrogance qui lui allait si bien. Mais aucune classe à l'Anglaise. Pas de cabine téléphonique bleue ni d'écharpes multicolores. Rien de tout ça. Aucune classe. Une "ombre" ? C'était une blague ? Comme si une "ombre" pouvait posséder un esprit… Après coup, et à force d'y réfléchir, ça tenait plus de la marque de possession qui s'envolait, retournant vers l'abruti qui avait trouvé bon d'invoquer ce démon. Un portail s'ouvrit devant nous alors que la discussion semblait s'être terminée, au final, je n'avais rien écouté. Ils ne faisaient que parler de ce qu'il s'était passé dans les grandes lignes, partant en conjectures toutes plus inutiles les unes que les autres. Un sourire aux lèvres, la clope entre les doigts, je passais à côté de Zatanna et lui envoya une boutade au moment où mon pied passa le portail.

- Il fait froid dans une morgue… Tu ne crains pas de traverser ton corset ?

Fier de moi, je ne pu m'empêcher de rire légèrement. Sacrée Zatanna… Toujours prête à jouer les héroïnes, sauver la veuve et l'orphelin… C'en était presque… Admirable ?

***

Bon, c'était officiel, je ne m'y ferais jamais. Quelque chose de malsain flottait toujours dans l'air lorsqu'on pénétrait dans une morgue. Et une fois n'est pas coutume. C'était bel et bien le cas ici. Du carrelage blanc recouvrant toute la pièce, du sol au plafond, des "frigos" de métal, une porte à chaque extrémité de la pièce, et des néons pour éclairer le tout. Et cette sensation de mal-être lugubre qui traînait tout autour de nous, tentant de nous embrasser dans ses grands bras blancs. Sur deux des cinq tables qui meublaient la morgue se trouvaient des cadavres. Tête de seau s'approcha du premier, prononça quelques mots, et des symboles flottèrent au dessus d'un corps avant de se poser sur la peau nue. La magie de Fate ne m'étonna pas, je l'avais déjà vu à l'œuvre plusieurs fois. Rien de bien fantastique. Beaucoup d'effets de lumière, quelques moyens pyrotechniques par-dessus, et il aurait été super comme animateur de soirées pour un groupe de métal industriel Allemand… Puis il se décida à passer au second. Une chose ne m'avait par sautée aux yeux lors de mon altercation avec mon camarade possédé, ses doigts ressemblaient bien plus à des griffes qu'à ce qu'ils devaient être en théorie ; sans compter que sa peau avait prit une teinte verdâtre des plus étrange. Ca sentait de plus en plus mauvais. Je ne pu m'empêcher de m'adresser à Fate avec une pointe de sarcasme dans la voix.

- Félicitations Sherlock ! A quoi tu as vu ça ? A la couleur de sa peau ou plutôt au fait qu'il possède désormais des griffes et non plus des doigts ? C'est toujours rassurant d'avoir quelqu'un d'aussi perspicace dans son équipe !

De la nécromancie… User de la magie des morts dans une morgue, ou comment se retrouver entourer de zombies assoiffés de sang en une leçon ! M'approchant de la porte la plus proche, je tournais le verrou et, du bout de l'index, lançait un sort pour être sûr que personne ne puisse l'ouvrir avec quelques heures. Cela étant fait, j'enlevais mon trench avant de le poser sur une des tables vides – je n'allais quand même pas le salir non plus –, remontais les manches de ma chemise et écrasait ma clope sur le rebord d'une autre table. J'avais beau faire le con à longueur de temps, la magie restait une science inexacte dont la moindre erreur pouvait être fatale pour tout le monde. Croisant mes doigts, je tendis les bras, le craquement de mes os résonna dans la pièce vide. J'étais prêt, un peu de magie, une pointe de nécromancie, et beaucoup de savoir-faire. Voilà ce qu'il fallait pour faire parler un cadavre possédé ! Nous devions nous préparer à toutes éventualités. Surtout au fait que le démon pouvait revenir à tout moment pour prendre corps dans le cadavre…

- Je ne sais pas vous, mais j'ai envie d'un Scotch avec de la glace… Beaucoup de glace !
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 13 Aoû 2017 - 12:00
l'ambiance d'une morgue ça n'a rien de chaleureux, les corps conservés dans des frigos qui n'attendent que d'être transporté aux pompes funèbres pour se faire incinérer ou enterré, à de quoi créer une tension palpable, Constantine s'efforce de rester concentrer sur la situation mais il ne peut bien sur s'empêcher de faire valoir sa marque de fabrique: l'ironie.
Révélant peut-être une évidence, le Docteur n'écoute pas sur le moment les commentaires incessant de son collègue, l'oeil l'obsède et comme l'a dit John il y'a quelque chose de louche avec celui ci, mais les différents sorts de révélation n'ont rien donné et les méthodes conventionnelles ne suffiront pas, la nécromancie peut paraitre extrême, surtout dans une morgue, cela dit ce sont tout les trois des mages accomplis il ne devrait pas y avoir de problème même si la magie noir reste effectivement dangereuse, mais une série de suicide qui ne risque pas de s'arrêter et d'autant plus inacceptable.

Fermant alors les issues, Zatanna ne se sent pas vraiment à son aise et son expression blafarde laisse suggérer qu'elle n'aime la tournure que prenne les évènements quelque part elle sait que le démon est vicieux son intuition et la manière dont cet espèce de vent froid qu'elle a ressenti plusieurs fois à chaque fois qu'elle croisait le chemin des victimes, lui laisse un mauvais souvenir.
Si Fate et John n'avait été présent elle aurait surement eu du mal à finir ce job toute seule, quoique John n'est pas vraiment la figure la plus rassurante mais sa présence reste tout de même la bienvenue à ses yeux, pour ce qui est de Kent il reste une valeur sure.

Une fois les sceaux posé et le pentacle dessiné, le corps de la victime est posé au sol, le rituel peut désormais commencer, une série de mouvement de mains et d'incantations dans une langue peu sympathique, chacun connait son rôle autour du cercle jusqu'a ce que Nabu prononce la phrase...

"Toi qui a trépassé, reviens une dernière fois en ces lieux, reviens vers nous je te l'ordonne !"

Les néons de la salle éclate tous un à uns laissant une trainée de sable en tombant, le corps revient à lui désincarnée les yeux blancs livides, la mâchoire tombante, il est prêt à être interroger.

"Qu'est-ce... Qu'est-ce... Qu'est-ce qui ce passssseee ?"

Le sort ne lui permet pas de parler correctement balbutiant ce qu'il peut, le pauvre homme ne pourra donner que quelques réponses, il s'agira alors de poser les bonnes questions.

"Tu ne t'es pas suicidé, dis moi qui t'a obligé à le faire ?"

"Une... Une... Une vvvvooiixx... Je...elle...eeellle m'a hanté pen...pendant des se...se...semaines...elle m'a dit de...de..de dormir...éternellement"

Fate fronce les sourcils on peut voir cela à travers son casque, l'affaire devient de plus en plus trouble, Zatanna prends ensuite la parole.

"Dans vos relations est-ce quelqu'un vous paraissez étrange, est-ce que vous vous êtes fait entrainer dans un culte, il faut nous donner plus d'informations je vous en prie..."

"Je...Je...suivais...psychologue..arrgh...laisser tomber la thérap...pie

Les choses s'éclaircissent mais Constantine n'a pas encore demandé ce qu'il voulait savoir, il voudra sûrement poursuivre l'interrogatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Lun 21 Aoû 2017 - 10:47
Et voilà que le spectacle commence enfin… Pentacles, psalmodies, paroles en diverses langues mortes : bref, tout le toutim habituel quoi. Habituellement, j'aurais gardé une clope allumée à proximité, toutefois, pas cette fois-ci. Nous ignorions tous quelles étaient les capacités et les pouvoirs du démon qui serait invoqué. Et comme l'idée même de me faire griller par ma propre clope me débectait au plus haut point… Je préférais éviter de le tenter. Mais quel magnifique mouvement de bras ! Encore un peu, et il aurait pu travailler dans un cabaret sur Broadway l'encasqué ! Sérieusement, la magie ce n'était pas son et lumières… Mais sérieux et réflexion. Après qu'il eu prononcé son incantation, je restais calme, observant ce qui allait se passer. La nécromancie n'était pas le genre de choses que je pratiquais tous les jours. J'avais effectivement eu besoin de faire appel à ce type de magie il y a des années, liant la vie de l'autre abruti qui m'avait donné naissance à l'état du cadavre d'un chat qui flottait dans un bocal de formol, affronté quelques zombies et autres non-mort avec l'aide de Chas'… Mais pour le coup, c'en était tout autre. Nous n'attendions pas simplement le retour à la vie d'un mort, mais l'arrivée d'un démon et les réponses à des questions qui pourraient nous donner de plus amples détails sur sa mort…

Du plafond un éclair lèche les néons qui éclatent lors de son passage. L'invocation à fonctionner. Me protégeant le visage de mon bras, la lumière auparavant diffuse fini par disparaître. Le sol, recouvert d'un sable fin et brun donne à la pièce une impression de ténèbres dégueulasses et malodorantes. Désormais nous nous tenions chacun à notre place, sous une lumière créée par Zatanna. Cette sphère bleutée flottait sous le plafond, plongeant la morgue dans une ambiance des plus étrange. A moins que ce ne soit le fait qu'un cadavre venait de se relever façon catcheur américain, la tête tenant "parce que c'était la mode", les yeux aussi blanc que les fesses d'une vierge et la mâchoire pendant jusqu'au niveau de ses épaules. J'espérais ne jamais finir ainsi. De toutes façons, le jour où je passerais l'arme à gauche… L'équipée de Cornus serait tellement occupée à se mettre sur la gueule qu'ils ne penseront plus à moi. C'est ça la "Manière de faire à la Constantine". Tu t'arranges pour que tes ennemis s'entretuent, et toi, tu as la Paix. Devant ce cadavre revenu à la vie, je m'allumais une clope et tirant quelques bouffées je tendais mon paquet vers notre nouvel ami cadavérique.


- Mort pour mort, tu en veux une peut-être ?

Même sans pouvoir voir au travers de la matière, je sentais que les regards qui se dirigeaient vers moi n'étaient pas des plus amicaux. L'encasqué et Zatanna ne semblaient pas trop apprécier mon humour, a moins bien entendu qu'ils n'en avaient rien à faire. L'un dans l'autre… Qu'en avais-je à faire ? Tout commençait à devenir plus clair. Une possession démoniaque. Une manipulation mentale. Peu de démons étaient capable de faire de telles choses. Merde ! Je n'avais pas mes bouquins sous la main. En même temps, au vu du symbole qu'ils arboraient tous sur le corps, je n'y trouverais rien. Nombreux furent les démons qui passaient inaperçus pendant des années sans jamais se dévoiler, passant entre les mailles du filet, se muant en d'autres démons… Bref, de parfaits salopards ! Les questions se suivaient et ne se ressemblaient pas. Il parlait de voix, de thérapie… C'est alors que je sentais au fond de moi qu'il était temps pour lui de partir. Devrais-je lui poser une quelconque question ? Non… Il souffrait, ramener un défunt à la vie, même pour l'aider, revenait à vouloir garder quelqu'un à l'état végétatif à ses côtés… Je m'approchais de lui, souriant, et alors que ma clope continuait de se consumer je lui parlais.

- Fais-moi plaisir, quand tu seras de l'autre côté et que tu verras l'enfoiré qui t'a fait ça, dis-lui bien que John Constantine va le retrouver. Et quand ça sera le cas, je lui botterais le cul tant et si bien que ça lui remontera les fondements jusqu'au fond de la gorge !

Manipuler les gens, les pousser au meurtre, puis au suicide… C'en était pathétique. Nous en savions assez. Pour le reste, l'étiquette accrochée à un de ses orteils nous donnerait les informations manquantes. Il ne me fallait que son identité. Avec cela, Epiphany serait capable de faire les liens entre lui et les potentiels thérapeutes de Baltimore. En espérant bien entendu qu'il était suivit ici. Tournant les talons, je me dirigeais vers mon trench que je jetais alors sur mon avant-bras. Nous n'avions plus rien à faire ici. Il méritait de retrouver le repos tant espéré. Fat s'attendait très certainement à ce que je pose une question, histoire d'en savoir plus sur notre homme… Toutefois ce n'était pas le cas, mon pied essuya une partie du pentacle sur le sol, coupant ainsi tout lien avec l'âme du défunt, lui offrant le repos éternel. La souffrance des âmes est la pire chose que l'on puisse subir ici, ou de l'autre côté.

- Maintenant qu'on en sait un peu plus. Tu ne pense pas qu'il serait temps pour nous de disparaître ?

De l'autre côté des portes des bruits de pas, ainsi que des voix s'approchaient rapidement. Les médecins légistes et autres infirmiers devaient venir pour s'occuper des cadavres. Je n'imagine même pas la tête qu'ils auraient faite s'ils nous auraient trouvés ici, avec un cadavre totalement nu, allongé sur le sol au milieu d'un pentacle…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Baltimore - Maryland] Le Masque de la Mort aux deux visages [PV Dr. Fate]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» nouvelle armure pour masque de mort et camus
» Masque de mort et Shura ont-ils tords? justice et sagesse
» Loïs, Molière et le masque de fer
» [Christie, Agatha] La mort dans les nuages
» Undertaker serait mort !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-