[Zone 51, nouveau mexique] Another day in paradise (Martian manhunter)

Invité

MessagePosté le: Sam 5 Aoû 2017 - 10:54
Leur gouvernement les avait abandonnés.

Il les avait abandonnés avant la crise, pendant cette dernière et maintenant encore il leur faisait défaut au lieu de veiller à leurs besoins de logement, d’approvisionnement, de soins et de soutien il préférait mener une chasse aux sorcières ridicule pour se montrer et rassurer des populations effrayée qui ne comprenaient pas les enjeux. Ce que faisait actuellement le gouvernement ? C'était s'assurer d'une force de frappe conséquente et docile pour assurer que la bourse ne se s'écroule pas trop et garder le plus de fonds privés possible.

Kala avait dépassé le stade de la colère, à présent une rage froide l’animait, elle n’en montrait rien mais il suffisait de croiser son regard pour comprendre que celui qui ferait un pas de travers recevrait en pleine poire non seulement un regard assassin mais en prime toute une flopée de remarques acérées et blessantes.

D’autant plus que maintenant son emploi qu’elle adorait avait été mis sous la coupe d’Amanda Waller, leur bien aimée présidente. Une femme qu’au mieux elle méprisait au pire qu’elle détestait.
Cela n’aidait pas son charmant caractère à se calmer, pas le moins du monde.

Elle se retrouvait donc dans une ville qui n’était pas la sienne, dans un laboratoire inconnu et mal agencé (Qui était l’infâme abruti qui avait décidé de mettre la section biologie à côté de la section mécanique ?) à obéir contre son gré aux ordres d’un gouvernement qui aurait plus eu sa place au bord d’une route vu le cirque qu’ils avaient fait.

Le meilleur était que la brune devait étudier l’un des clowns qui avait failli à les protéger.

Le martien avait perdu son pari d’un procès équitable, mais sérieusement il c’était attendu à quoi ? Qu’un jury populaire le jugerai non coupable après qu’il en ai assassiné ? Etait-il naïf à ce point ?

Soupirant un peu pour évacuer sa colère, la biologiste poussa la porte de la salle ou était gardé l’alien avec une compagnie non négligeable de soldats, probablement pour sa sécurité. Elle ne ferait aucun effort pour se montrer un minimum agréable elle supportait déjà bien assez. Sans un regard pour quiconque la brune se dirigea sur son plan de travail, réajusta ses lunettes avant d’enfiler une paire de gants d’examen.

« Bien, serez-vous sage pour le prélèvement d’échantillons et les différents essais clinique ou je dois garder ses messieurs pour ma sécurité ? »

Et cela sans adresser à personne le moindre regard, qui de toute façon serait assassin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 5 Aoû 2017 - 21:46
Encore une fois, on l'avait 'réveillé' avant l'aube pour le conduire quelques part. Un autre lieu où il ne pourrait sans doute s'attendre a aucune clémence ni aucune faveurs. Une autre cage peut-être encore pire que la dernière... mais ce serait faire assez diffici8le de faire pire, en fait. La cellule dans laquelle il avait été enfermé depuis son arrestation, trois semaines auparavant, était simple et très basique. Une punition pour avoir perdu son sang froid et 'manqué de respect' au maître de la prison... Un homme qu'il avait appris a sincèrement détester, ces dernières semaines.

EN trois semaines, sa vie avait changé de tout au tout. D'abord, il y avait eu cette horrible débâcle avec l'épouvantail, menant a des actes terribles. Il ne pouvait maintenant que les regretter et retourner dans son esprit des fragments d'images sanglantes et horrifiantes... Il ne se souvenait pas de grand chose, et n'en avait sincèrement pas envie, mais il le devait aux victimes, car qui d'autre pourrait se souvenir, sinon? Il avait ardemment repoussé le moment où il devrait plonger dans son propre esprit et en faire ressortir ses souvenir, pour finalement les accepter, et peut-être commencer a s'en amender.

Il avait - naïvement sans doute - espéré que le procès pourrait lui donner une voie de sortie pour reprendre sa vie et main, mais tout le contraire était arrivé. Ça n'avait qu'empiré les choses pour lui, le forçant littéralement a travailler pour Waller et son gouvernement pour s'amender de ses crimes... C'était une farce, c'était une forme d'esclavage déguisé en 'travail pour le bien de son Pays' mais il n'était pas dupe. Quand on grattait la surface, il était facile de voir que sous le vernis se cachait une vérité bien amère et hideuse.

Il avait été, par édit de la Présidente et par le Verdict de la Cour, réduit en esclavage.

Évidement, ça n'avait jamais été énoncé de la sorte. L'esclavage était, après tout, illégal dans ce pays, mais le Martien était quelqu'un d'intelligent, de sage et qui savait lire a travers les lignes. Comme beaucoup de ses collègues, tels que Batman entre autre. Et il avait tout de suite comprit ce qu'il en était... et l'humiliation avait été totale, écrasante et avait fait exploser en lui toute une gamme d'émotions négatives qu'il gardait habituellement sous scellés.

En cet instant, avec le collier et les menottes qui annulaient ses pouvoirs en grande partie, bloquait son accès a leur usage, il ne pouvait rien faire a part attendre, et couver une rage immense. Une rage impuissante et dévorante, qui pouvait se voir dans la lueur de ses yeux rouges et dans la rigidité de ses traits en apparence neutre et froids.

Une nouvelle prison... une nouvelle forme d'humiliation... Et il ne pouvait rien faire pour le stopper. Il ne voulait faire de mal a personne d'autre, ne voulait pas aggraver son cas encore plus mais c'était difficile... Il se trouvait après tout dans l'un des endroits qu'il aurait ardemment préféré éviter de fréquenter en tant qu'hôte...

Après tout, les rumeurs de dissection d'aliens et d'expériences bizarre et horrible sur des êtres d'un autre monde - tel que lui - circulaient a foison autour de cet endroit particulier. Qui avait une très mauvaise réputation et qui, en fin de comptes, était du moins partiellement à la hauteur de sa réputation effrayante.

Quand elle entra dans la salle, il suivit du regard la femme alors qu'elle se dirigeait vers le comptoir où toute une panoplie d'objets de nature médicale se trouvait, mais garda le silence, tendu et décidément inquiet. Les quatre gardes armés de telle manière a être capable de neutraliser un être tel que lui étaient une autre source d'inquiétude et d'irritation, silencieux et menaçants par leur seule présence.

Avec un accès aussi limité a ses pouvoirs, J'Onn se sentait terriblement vulnérable. Ce n'était pas une sensation particulièrement agréable, et il n'était vraiment pas impatient de participer à ce qui allait suivre. Il serra les dents et sa mâchoire était tendue et ses yeux étrécit, mais il opta de ne pas répondre à la question posée par le scientifique qui se tenait devant le poste de travail. Il n'avait rien a dire. Que pouvait-il dire? Tout ce qu'il dirait ne serait sans doute même pas pris en compte...

Il se contente d'un bref et sec mouvement de tête pour indiquer son intention de demeurer silencieux mais autrement, il n'eut pas de réactions.

//HJ: Pour ceux qui pourrait être confus, ça se passe entre le procès et sa rencontre/confrontation avec Batman et Atrocitus.//
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Dim 6 Aoû 2017 - 10:52
Ses gants en latex posés sur ses mains après les avoir fait claqué pour éviter toute bulle d’air, la scientifique se retourne. Si elle n’était pas d’humeur déjà ce qu’elle voit la met hors d’elle pas moins.
Les infâmes abrutis qui assurent sa sécurité l’ont attaché et son cou est enserré d’un collier inhibiteur de pouvoirs comme en dispose la prison de belle-rêve. La brune hésite entre sourire et leur balancer tout au visage…mais c’est la présidence Waller qui lui donné ses ordres et on ne s’oppose pas à Waller d’un claquement de doigts.

Heureusement, elle n’a pas besoin d’entrer frontalement en conflit pour obtenir ce qui lui convient.

« Détachez-le. »

Les militaires bloquent et se regardent, ils n’obtempèrent pas et lui lancent un regard un peu perdu.

« Madame… »

Cette fois s’en est trop, ses yeux lui lancent des éclairs et elle va perdre son calme de surface.

« Je vous demande pardon soldat ? Comment m’avez-vous appelé ? »

On ne lui manquera pas de respect comme cela, Kala c’est battue pour avoir ses résultats, ces diplômes, ce poste. On ne l’abaissera pas comme cela au rang de femelle. C’était une biologiste, quelqu’un qui travaillait qui mettait son intelligence au service des autres et de son pays. Ce n’était pas une femme, c’était un docteur et on lui parlerai comme il se doit.

« Madame Avasti … »

C’était officiel, cet homme était un infâme abruti et il persiste et signe dans sa bêtise.

« Bien vous le prenez comme ça, soldat. Je vois aux deux barrettes sur votre épaule que vous n’êtes pas que soldat mais monté en grade d’adjudant. C’est relativement récent puisque l’idiot à votre droite à failli prendre la parole à votre place. A votre teint, je gage que vous n’êtes pas de cette base mais probablement détaché pour le transfert et la surveillance de l’alien. Enfin à vos cernes et votre posture vous étiez avant en bien charmante compagnie, virile et vigoureuse, je me dois d’ajouter pour que vos camarades cessent dans l’œuf leur sourire aussi idiot que vous. »

Le pauvre adjudant, Marcus si elle en croit le nom sur sa tenue, blêmit instantanément.

« Je ne suis pas Madame, adjudant Marcus , je suis Docteur, je vous prierais de vous adresser à moi de cette façon. Je vous demande le retrait des menottes et du collier inhibiteur, ainsi que votre départ de la salle des prélèvements. La pièce est équipée de caméras et vous pourrez laisser deux unités à la porte qui pourront se charger de récupérer le sujet si jamais il se décide à lui aussi jouer au plus idiot. »


La brune retire alors ses gants et les jette dans la poubelle jaune non loin.

« Je vous laisse faire Adjduant Marcus, je reviens avec un café et des biscuits de la machine à coté dans cinq minutes, le temps de vous préparer et de faire ce que je vous ai demandé. A moins que vous ne préfériez que nous discutions ensemble avec la présidente de comment nous devons travailler ? »

Jeu set et match, le pauvre soldat est à sa merci, il n’a que d’autre choix que celui d’obtempérer. L’hispanique s’enfuit donc dans un des couloirs pour récupérer à un prix exorbitant deux cafés et quelques biscuits. Elle ne fait pas cela par compassion envers la créature, non, plus parce que le stress et la colère ne constituent pas un environnement serein aux cellules pour qu’elles se reproduisent et ne s’autodétruisent pas.

Pas plus de cinq minutes plus tard, le martien était détaché et Kala entrait dans la pièce avec deux gobelets en plastique et un sachet de biscuits.

« Je comptes toujours sur vous pour vous tenir dans cette pièce et pendant les prélèvements »

La brune se détourne alors du Martien et remets ses gants, commence la préparation de ses divers instruments et les dépose sur une tablette mobile avec le café et les biscuits, elle fait gentiment alors glisser le tout face à l’humanoide.

« Les biscuits et le café son pour vous, le reste pour moi »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mar 8 Aoû 2017 - 17:34
J'Onn regarde avec intérêt, un sourcil se levant légèrement, la jeune femme se fâcher contre le leader du petit groupe de soldats après qu'il se soit adressé a elle inadéquatement. Et tout ça parce qu'elle lui avait tout simplement demandé de la détacher et de lui retirer le collier inhibiteur. D'une certaine manière et si la situation n'était pas si humiliante en elle-même, il aurait put apprécier la fougue et la verve de la jeune femme, qui n'hésite pas a déchirer en pièce la soldat bien plus grand et imposant qu'elle.

Quand elle quitte la salle, la seule femme du petite groupe qui l'a escorté ici ne peut retenir un petit sourire, alors que l'Adjudant Marcus fume de colère et semble sur le point s'exploser. J'Onn opte pour demeurer silencieux mais intérieurement, il est lui aussi amusé. Et une satisfaction un peu perverse a être témoin de l'humiliation d'un autre le rempli momentanément, presque férocement, et il s'empresse d'écraser cette sensation dérangeante. Avant de partir, cependant, Marcus n'hésite pas a user de sa faible autoritée contre le prisonnier et se plante fermement devant lui, les yeux jettant des éclairs et la mâchoire serrée.

"Écoute-moi bien, alien, on va te débarrasser de tes menottes et du collier puisque le Docteur en a fait la requête, mais tente quoi que ce soit de stupide et ces petits bijoux seront le dernier de tes soucis. Tiens-toi tranquille, comprit?"

J'Onn le regarde calmement alors qu'il rage a deux pouces de son visage, complètement imperméable a son explosion colérique et machiste, qui se voulait une manière de regagner sa masculinité écrasée par la scientifique, sans doute. Il se contente de lever ses poignets entravés vers lui avec un demi-sourire, et ses yeux rouges se fixe aux siens, profonds et intense, impossible a supporter très longtemps. Comme il l'avait prévu, l'autre baise les yeux en premier, et avec des mouvements brusques et rude, le débarrasse des menottes et puis du collier. Le flot de ses pouvoirs de nouveau pleinement accessibles est un véritable soulagement, et cette fois, il sourit fortement alors qu'il fixe de nouveau l'Adjudant dans les yeux.

L'autre se met a transpirer après quelques secondes, comme paralysé, avant de se secouer et de tourner les talons pour quitter la pièce, lançant un dernier regard un peu effrayé vers le Martien. J'Onn n'a parant rien fait de bien méchant, juste un légère suggestion mentale qui a convaincu l'Adjudant de partir sans demander son reste. Un jeu d'enfant qu'un Martien peut accomplir presque dès la petite enfance. Il enttends ses ordres alors que la porte se referme.

"Collins, Withaker, restez ici et surveillez la porte. Smith, avec moi!"

Puis J'Onn est seul dans la salle pendant quelques minutes. Il aurait sans doute put utiliser ce temps pour tenter de s'enfuir, mais a quoi bon? De plus, il n'a pas l'intention de donner raison a ceux qui le voient comme un monstre en détruisant du matériel gouvernemental et tuant d'autres innocents. Alors en fin de comptes, il se co0ntente de s'asseoir et d'attendre. Le Docteur Avasti revient quelques minutes plus tard, avec deux cafés et un paquets de cookies. Elle pose l'un des cafés et un paquet de cookies devant lui, et il la reagrde, surprit.

"Merci... Docteur."
Dit-il enfin après quelques instants, et ouvre la paquet de cookies en premier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 10 Aoû 2017 - 9:38
Bon, après toute cette effervescence il serait temps de revenir au sujet principal de cette entrevue, à savoir la prise d’échantillons du limier martien. Pour Kala, c’était un grand moment, tant pis que cela ne soit pas dans des conditions idéales compte tenu de tous les a cotés principalement le fait que son sujet n’était pas spécialement réceptif à l’idée de donner des cellules et qu’elle travaillait probablement pour ce que l’on pourrait qualifier si on était un peu religieux d’un suppôt de Satan.

Mais il faut faire contre mauvaise fortune bon cœur et apprécier que bientôt elle pourra trouver le secret de la régénération du martien, une fois fait elle mettrai ses recherches accessibles au plus grand nombre et des vies seraient sauvées.

Par contre ce ne sont pas les seules capacités du sujet en face d’elle et peut être il serait intéressant de mettre les choses au clair. Elle détesterai faire cela pour rien ou pire être manipulée, il faut donc énoncer clairement ce qu’elle veut, même si le sujet peut lire ses pensées il devrait se réfréner de le faire.

« Je sais que vous n’êtes pas là volontairement et qu’à choisir vous seriez très certainement ailleurs, je ne vous le cache pas, moi aussi. »

Elle attrape son café pour l’engloutir d’une gorgée, le rush de caféine qu’il lui procure est agréable et elle se sent prête à la suite. Dans un bruit mou elle pose son gobelet en plastique.

« Mais j’ai un travail à faire et je compte sur vous pour garder vos capacités, surtout celles qui pourraient corrompre mon travail pour vous. En contrepartie je m’assurerai que vos besoins physiologiques et psychologiques soient remplis ce qui au vu de votre captivité et des idiots que j’ai vu ne dois pas être remplis »

Elle s’éloigne alors du Martien pour lui laisser le temps de la réflexion, ce qu’elle lui propose est plus que correct mais encore faut-il qu’il soit d’accord , après tout il peut être butté sur le fait que les humains soient comme Marcus et que la scientifique ne soit là que pour tromper sa vigilance. Ou il peut se décider à lui accorder le bénéfice du doute et dans ce cas ils peuvent partir du bon pied.
Kala aligne alors un nombre impressionnant de boites de Petri qui lui serviront à recueillir des échantillons et après les analyser au calme et le plus sereinement possible. La scientifique s’arme d’une raclette qui parait assez banale et inoffensive, parce qu’elle l’est, autant commencer gentiment. La brune va procéder à l’extraction des cellules et de la flore présente sur certaines parties de sa peau, pour comprendre le biome qu’est Martian Manhunter.

« Sommes-nous d’accord ? »

Bien sûr elle court le risque de le croire sur parole, de croire qu’il a une parole et que cette dernière vaut quelque chose. Mais avec les capacités du sujet en présence, elle doit se rattraper sur ce qu’elle peut pour qu’il n’y ai pas d’entourloupe. Apres elle n’a pas forcément besoin de le croire mais plutôt que lui y croit et se tienne tranquille.

La vraie question donc est : Est-ce que Martian Manhunter croit qu’il est digne de confiance , que sa parole a encore du poids malgré ce qu’il a fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 23 Aoû 2017 - 20:46
Comme la scientifique entre directement dans le vif du sujet, J’onn l’écoute attentivement sans l’interrompre. Elle a raison, il n’est pas ici volontairement, et aurait préfère être ailleurs, mais il faut faire contre mauvaise fortune bon cœur, et puis, jusqu’à présent, la jeune femme n’a rien fait qui soit particulièrement suspect ou agressif. C’est un fait qu
Il est en colère, mais il serait contre-productif que de diriger cette colère contre ceux qui ne la mérite pas. Le Docteur Avasti a jusqu’à présent, été parfaitement honnête quant à son but et la raison de sa présence ici. Bien que frustre, en colère, humilie et pousse plus bas que terre, J’onn n’en demeure pas moins quelqu’un de droit et de bien. Il se refuse à faire du mal a des innocents, et n’explosera pas de rage comme le dernier des sauvages.

Après quelques minutes, il hoche lentement la tête, posant doucement sa propre tasse de café sur la table devant lui.

« Je n’ai pas l’intention de vous causer d’ennui, Docteur Avasti. SI mes manières vous sont apparue… brusque… depuis mon arrivée, je m’en excuse. Ma situation est un peu… difficile ces derniers temps alors vous comprendrez mon hésitation a croire quoi que ce soit venant d’un représentant du Gouvernement… »

Il observe la jeune femme alors qu’elle sort ses différents outils de travail et les dispose sur la table devant elle. Il y en a beaucoup, et J’onn, pas tellement familiers avec ce genre de procédure, est plutôt curieux, et un peu inquiet. Après quelques instants, enfin, il demande calmement mais un peu tendu.

« Pouvez-vous m’expliquer exactement ce que vous avez l’intention de faire, Docteur? J’ai cru comprendre qu’il s’agissait de prise d’échantillon, mais je ne suis pas très chaud a l’idée de laisser le Gouvernement mettre la main sur ce genre d’information me concernant personnellement. Après tout, ces informations pourraient aisément être utilise pour me causer du tort… »

‘Plus que je n’en ai déjà reçu’ est sous-jacent a cette déclaration, et le silence qui suit est pesant, alors que le martien concentre son attention entièrement sur la jeune femme qui est devant lui et prépare ses instruments. La confiance du Martien a été profondément ébranle depuis le début de toute cette débâcle et il se refuse maintenant à s’ouvrir et à faire confiance à qui que ce soit. Comme le dicton le veut, Chat Échaude craint l’eau Chaude…

//HJ: Desole pour l'attente dans cette reponse mais j'ai ete plutot surchargee!//
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 6 Sep 2017 - 10:58
Bon L’alien semblait bien luné ( hahaha) puisqu’il s’excuse de son comportement et de ses manières. En même temps avec des abrutis comme ceux qui se trimbalaient non loin de lui, Kala aurait depuis longtemps explosé. Mais sans nul doute que les bracelets inhibiteurs avaient également cet office, réduire le potentiel dangerosité du détenu.

Mais la scientifique veut qu’il coopère pleinement, sinon tout ceci ne sera que désastre en plus d’être une mascarade.

« Je me permets de vous reprendre, monsieur, ce n’est pas le gouvernement qui signe mes chèque en fin de mois. C’est StarLabs, je vous le concède il s’agit d’une antenne du gouvernement, mais elle dispose de sa propre liberté d’actions. Tout comme moi.»

C’est une nuance, mais qui fait la différence en ces temps troublés. La différence entre liberté et loyauté notamment.

Si Kala est attachée à l’ordre établi, aux policiers à l’armée elle n’éprouve que mépris pour Amanda et ceci depuis que cette dingue c’est introduit comme une furie dans son labo pour le découper en pièces. Littéralement Waller a utilisé des scies pour démonter son laboratoire à Metropolis. Non une femme qui s’attaque à ses recherches ne mérite rien de plus.

L’alien continue en lui demandant exactement ce qu’elle va faire et comment seront utilisé les échantillons prélevés. Il peut craindre à juste titre une utilisation néfaste de ses précieuses cellules, cela a déjà été fait avec superman, mais là encore il s’agissait de Cadmus puis avec SuperGirl et pour le coup StarLabs était impliqué….Mais il s’agissait d’Hamilton et non d’elle.

« A votre avis, il y a combien de maladies potentielles pour les humains ? »

La brune ne le laisse pas parler et continue.

« Une quasi infinité, que les causes soient génétiques environnementales ou autres nos médecins n’ont pas vu toutes les maladies que le corps peut abriter voire même créer. Avec l’ouverture de notre monde aux extraterrestres et à l’aller-retour d’humains comme le Green lantern qui ne saisissent pas le caractère dangereux de telles expéditions sans nettoyage minutieux. Le nombre de maladies orphelines à fait un bond spectaculaire. »

Kala c’est éloignée de la tablette et lui fait face elle n’a rien à cacher surtout pas la finalité de ses travaux. Le comment c’est obtenu par contre ….c’est une autre histoire.

« Et bien des gens meurent. C’est un fait. Notre interaction ensemble peut avoir un millier de conséquences négatives et je ne vous parle qu’au niveau microbien. Le corps humain n’est pas adapté pour tous ces changements. En faisant une prise d’échantillons, mon but est de trouver ce qui peut causer des anomalies et les résoudre. De plus avec vos capacités de régénération, de restructuration moléculaire si j’arrive à n’en canaliser ne serait-ce qu’un pourcent. Imaginez le nombre de vies sauvées au long terme … »

Le martien peut la sonder il n’y verra que la sincérité de ses propos.

« Alors certes cela n’absoudra pas ce que vous avez fait, mais au moins on ne se rappellera pas uniquement de cela quand votre nom sera évoqué »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Jeu 14 Sep 2017 - 16:10
J’Onn écoute silencieusement les paroles du scientifique, et quand il étend son esprit pour délicatement effleurer le siens, il ne ressent que sincérité et détermination. Elle ne ment donc pas, son but est tel qu’elle le décrit. Aider l’avancée de la médecine et de la science à travers l’étude de ses caractéristiques biologiques particulière et trouver des cures et des moyens de combattre certaines tares génétiques et maladies qui affectent l’humanité.

La cause est noble, il ne peut pas le dénier, et elle est enflammée dans ses paroles alors qu’elle lui expose son plan et ses idées. Elle demande sa coopération, et il est persuadé que, s’il refuse, elle sera terriblement déçue mais elle ne tentera pas de le forcer à lui donner ce qu’elle désire. Il pourrait aisément la stopper de toute manière.

Il reste silencieux un long moment, avant de finalement prendre la parole, sa voix douce et calme. IL est posé et une grande part de sa colère et de son manque de confiance se sont dissipés. Pas entièrement, il demeure sur ses gardes, mais il est bien plus ouvert maintenant.

« Je ne ressent aucune tromperie ni mensonge en vous, Docteur. Vos buts sont tels que vous les décrive, et je ne peux que supporter cette idée. » Il fait une pause pour l’observer intensément quelques instants de plus, jaugeant sa réaction, puis reprends. « Prenez vos échantillons, Docteur. Je ne vous en empêcherai pas. Je vois la noblesse de vos intentions. »

Et puis juste comme ça, il lui sourit, et comme une invitation, tends vers elle un bras pour qu’elle puisse commencer son travail. Il était entré dans cette salle remplie d’appréhension et de colère. Il était prêt à se battre contre n’importe quoi qu’on allât lui imposer, mais en fin de comptes… C’est de son propre gré qu’il coopèrera.

La jeune femme est directe et rude dans ses manières, mais elle est plus intéressée par son travail, ses recherches et les résultats qu’elle pourrait engranger par sa présence ici que de se montrer courtoise et amicale. Il n’est pas difficile pour J’Onn de déterminer, d’après les paroles de la jeune femme et le feu qu’il contiens, qu’elle vit pour son travail et s’y dédie entièrement.

IL peut respecter ça. Il l’observe donc alors qu’elle se prépare à prendre ses échantillons et finalement, demande.

« Serait-il possible pour moi de connaitre les résultats de vos recherches Docteur? Vous comprendrez ma crainte de voir ces échantillons tomber entre de mauvaises mains, malgré toute votre bonne volontée. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Ven 13 Oct 2017 - 10:30
Kala n’était pas le genre de femme à faire des secrets, bien sûr elle gardait ses recherches pour elle que ce soit leur développement ou leur conclusion. Mais cela uniquement dans l’optique d’empêcher un vol d’idées ou de résultats qui malheureusement étaient légion en sa profession. Alors quand on lui demandait la brune se contentait de réponses vagues et de forcer a posteriori la sécurisation de ses données. Mais avec un être comme celui en face d’elle, aucun mensonge ne pouvait passer, enfin sauf ceux qui étaient convaincu du genre les grands traumatiques au point d’en modifier la structure même de l’information dans leurs synapses.

« Je ne crois pas que l’usage de vos pouvoirs était nécessaire, surtout aussi près de militaires qui n’attendent qu’un battement de cils de travers de votre part pour vous remettre aux fers. Mais oui aussi incroyable que ce soit, je ne suis pas une menteuse, juste une scientifique avec des capacités sociales d’interaction avec sa propre espèce limitée »

Jenet, son ancienne supérieure l’aurait applaudie devant autant de conscience de sa propre personne, ce à quoi elle aurait répondu d’un regard noir et serait partie s’enfouir dans son bureau pour mener une recherche quelconque ou s’occuper de Lottie. Son amie lui manquait, sa bestiole intelligente lui manquait. Metropolis lui manquait tout n’était que ruines et désolation à présent.

« En même temps avec les dirigeants qui se sont succédés les doutes sont permis… »

Elle soupire avant de commencer son travail, Kala s’arme d’une petite raclette pour récupérer ce qui sur un humain serait poussières poils et peaux mortes, mais sur un sujet aussi unique que celui-là …qui sait ce qu’elle pourrait trouver. Bon il y aurait très probablement pas mal de poussières de la terre avec un peu de chance elle pourrait récupérer des choses intéressantes.

Puis elle se saisit d’un film pour ramasser le reste de présences invisible sur sa peau, ce n’est qu’après, alors qu’elle va entamer les prises d’échantillons plus désagréables que la brune fait une pause. Déjà pour sceller les premiers prélèvements et préparer les nouveaux, plus invasifs.

Alors qu’elle lui tourne le dos, la martien lui demande s’il peut avoir le suivi de ses recherches, il est clair que normalement l’hispanique aurait dit non. Parce que se sont ses recherches et qu’elle n’est pas le genre à partager. Mais elle a une porte de sortie toute trouvée et qui va l’arranger.

« En êtes-vous bien sûr ? En l’état actuel des choses, si je devais le faire je devrais passer par toute l’administration Waller qui se ferait un plaisir de censurer mes rapports et voler mon travail. Pas que Waller précisément mais l’armée, et les milliards de nuisibles qui l’entourent dans les pôles scientifiques …mais si vous venez me voir à Starlabs…je me ferais un plaisir de vous expliquer les tenant et aboutissants de mes recherches »

Voilà le premier mensonge de Kala, elle ne le recevrai pas « avec plaisir »
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Mer 18 Oct 2017 - 18:49
J’Onn la laisse patiemment prendre ses échantillons, sans siller ni sembler ne s’en irriter aucunement. Son expression ne change en fait par du tout, restant neutre et vaguement curieuse. Il la suit par contre attentivement des yeux et enregistre tous ses mouvements avec précision. Il n’est pas un scientifique lui-même mais peut reconnaitre une méthode rigoureuse et précise quand il en rencontre une. Cette femme sait de toute évidence ce qu’elle fiat, et d’une certaine manière, il en est rassuré.

Jusqu’à maintenant, le Martien n’a put détecter aucune tromperie chez la scientifique. On lui a donné pour tâche de découvrir tous ses secrets, et bien que la science humaine soit bien avancée, elle n’en demeure pas moins trop limitée pour cette tâche qui, elle s’en rendra compte bien assez tôt, est bien plus complexe qu’il n’y parait. La physiologie martienne est complexe et n’est pas aisément décodée. Même les scientifiques et experts médicaux martiens n’en connaissaient pas tous les détails, et découvraient encore de nouvelles données régulièrement.

Alors quelle chance avait une humaine de décoder la physiologie du Martien? Elle était vraiment minimale. C’est l’une des raisons pour lesquelles il ne s’inquiétait pas outre mesure de ce qu’elle pourrait découvrir ou non dans le cadre de ses recherches. Il n’en demeurait cependant pas moins inquiet. Non pas de ce qu’elle pourrait découvrir, mais de qui pourrait en bénéficier.

« Je doute que vous puissiez décortiquer la physiologie martienne aisément, vous savez, Docteur. Les scientifiques martiens n’avaient pas réussi à en découvrir tous les secrets encore, avant la Grande Peste… » Commente J’Onn en la regardant travailler, lui exprimant clairement ses doutes quant à la pertinence de ces recherches.

Alors qu’elle se prépare à la deuxième phase des prises d’échantillons, il ne peut s’empêcher de lui demander un suivi de ses recherches, qui après tout, le concerne de près. Il n’est pas surpris de recevoir une réponse négative… Et voit clairement le mensonge dans ses paroles. Il prend cependant note de lui rendre visite, dès qu’il en sera capable, pour demander quelques réponses…

« Très bien. » Répond-t-il simplement, ne relevant pas le mensonge. « J’en prends note. »

Il est clair que, quoi qu’il ajoute, il ne recevra que des demi-vérités et des mensonges de plus. IL n’est pas en position d’exiger quoi que ce soit, en plus… Pas alors qu’il est emprisonné et utilisé comme une arme par Waller et les siens. Il n’est pas libre de ses mouvements, et en est très conscient. La colère, qui lui est devenu intimement familière ces dernières semaines, se réveille un peu a ses pensées, mais il a vite fait de l’écraser de nouveau. Il est inutile de se mettre en colère. Il est inutile de rager contre sa situation. Il doit garder la tête froide.

Pour distraire sa pensée qui s’égare dans des directions qu’il préfère éviter, il observe entièrement trop intensément la jeune femme alors qu’elle prépare et installe les objets dont elle aura maintenant besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Zone 51, nouveau mexique] Another day in paradise (Martian manhunter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fluorine de Bingham Nouveau Mexique
» fort bowie et apache pass
» Buffalo Soldiers
» Communauté Restante En Californie ?
» Rapaces

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-