Invitation à diner

Inscription : 09/01/2017
Messages : 58
Localisations : Throneworld
MessagePosté le: Lun 7 Aoû 2017 - 16:23
Val était assied dans une limousine. Il avait devant lui deux hommes en costumes très chic et bien baraqués et un petit homme à lunette avec un imperméable et un chapeau. Le petit homme se prénommait Sid et il ressemblait plus à un comptable qu'à un gangster. En fait, il ne savait même pas où il allait. Une limousine l'attendait à la sortie du Dojo de Richard Dragon et Sid l'avait invité à entrer. Il n'avait pas cherché à éviter pour deux raisons, la première il n'avait aucune crainte des hommes en présence et la seconde parce qu'il était particulièrement curieux.

Alors ou on va?

Chercher Mr. Moran.
Répondit Sid

Qui?
Euh... Éric Moran, votre ami.

Ah oui Éric. D'accord


Il ne se rappelait pas que Freight Train ne lui ait dit son nom de famille. Peut-être l'avait-il fait, mais il ne l'avait pas retenu. Une chose était maintenant claire, c'était soit en lien avec le Cartel, soit en lien avec le Black Gang, puisque leur lien était très tissé dans leur activité nocturne, mais que leur vie "civile" était relativement séparée. En fait, Karate Kid ne savait même pas que faisait Éric pour vivre, il devrait rectifier le tir prochainement.

Et ensuite?

Vous avez été invité à dîner.
Par qui?

Mon patron est un homme qui aime se présenter lui-même. Je préfère donc ne pas le faire à sa place.
Ah...


Il n'osa pas demander plus. Cela ne pouvait pas être des hommes du cartel ni du black Gang. Les deux factions étaient très attachées à leur héritage culturel. L'un n'engageait que des hispanophones, l'autre que des Afro-Américains. Bien que l'un des deux hommes armés, soit noirs, les deux autres dont Sid était clairement plus blanc que blanc. Ce manque de métissage dérangeait toujours un peu les yeux de Val qui venait d'une époque ou toutes les ethnies avaient fini par bien se mélanger, mais il n'en fit guère de cas. La voiture arriva devant l'appartement de Éric, puis Sid débarqua. Il ne devait pas mesurer plus de 4pied et était chétif, aucunement menaçant. Une bonne idée pour inviter Freight Train qui aurait pu mal réagir devant les deux colosses.

Bon bha attendons.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 23/02/2015
Messages : 218
DC : /
Localisations : Ivy Town
Justice League

MessagePosté le: Sam 19 Aoû 2017 - 16:29
Une bonne soirée entre colocs, ça faisait un bail que cela n'était pas arrivé entre Eric et Jefferson. Une bonne soirée devant quelques bières, et l'odeur de pizza qui envahissait peu à peu l'appartement, une odeur qui semblait ravir les papilles des deux hommes, qui regardaient ensemble une sorte de show télévisé, où un guignol de plus s'amusait à critiquer à tord et à travers les politiques et gouvernements en place, sans réellement proposer de solutions derrière, juste dans un but purement satyrique. Les deux hommes écoutaient cela sans vraiment écouter. Ils étaient plus concentrés sur les derniers événements, encore sur l'incendie du hangar mexicain, et la récente volée qu'ils se sont prises sur le coin de la figure avec Clock King, qui avait sapé leurs ardeurs.

Depuis, les deux héros, Eric et Val, ne s'étaient pas revus, et cherchaient plus à faire profil bas, surtout depuis l'accrochage du Right On Time. Jefferson finit alors par dire :


- Sinon, depuis votre accrochage, tu l'as revu ?

- Je t'avoue que non, Jeff', j'étais plus concentré sur le travail.

- Le travail ? Il n'y a pas grand monde dans le bar tu sais.


Depuis qu'il était arrivé en ville, Eric n'as pu trouver de travail aussi simplement qu'il le croyait. Surtout depuis qu'il avait découvert que divers garages servaient de couvertures à différents groupes criminels, et par peur de se retrouver à bosser malgré lui pour un gang. Il finit donc par se retourner vers Jackson, et finit par rejoindre son bar, devenant Barman par la même occasion. Cela lui permettait de toucher un peu de sous au passage, même si la paix n'était pas réellement au rendez-vous.

Ils finirent par être dérangés par un bruit de sonnette. Eric se leva et se dirigea vers la porte, et l'ouvrit, pour découvrir un type bien habillé, avec des lunettes de soleil. Eric le toisa de haut en bas, et déclara :


- C'est pourquoi ?

- Une invitation à dîner, Monsieur Moran.

- Ca tombe mal, la pizza est cuite.


Il voulu fermer la porte, mais l'individu l'a retint.

- Mon employeur serait très " mécontent " de votre absence, monsieur Moran. J'insiste pour que venez faire acte de présence.

Eric lâcha un regard, et toisa le type, qui était bien plus petit que lui : peut-être une opportunité de job ? Après avoir réfléchi quelques secondes, il attrapa son blouson et un cigare, avant de dire :

- Eh bien allons-y alors.

Ils allèrent à la voiture, et lorsqu'il monta, il remarqua alors Val ...


"I know you don't play sports. You hate the outdoors and you're afraid of heights. You have asthma and allergies. Honestly, you're a bit of a mess. But you're also the only one who knows my tech and what I do with it as the Atom as well as I do. And more important than all of that ... you're the only one I can trust with this. "
The Atom (Ray Palmer)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Lun 21 Aoû 2017 - 11:37
Plus tôt...

-----------------------------------------

Nat, depuis peu élève du dojo de Richard Dragon, avait fait le rapprochement entre cet initié qui avait sa propre cellule d'entraînement et de coucher au sous-sol et le soi-disant Karate Kid qui défrayait les média. Quant à Freight Train, son acolyte qui s'était annoncé devant toute la jeunesse de Metropolis venue s'encanailler au Right on Time dans les Slums, quartier qui avait pour seul mérite d'être toujours debout, elle ne savait que peu de choses sur lui, sinon que c'était un mercenaire. Deux francs-tireurs dont un qui abusait du blason de la Légion de Super-Héros, du nom de Karate Kid dont elle avait entendu parler par la Super-Family comme un membre très honorable et probable descendant de n'importe quel contemporain qui a le feu du combat dans les veines. Elle ne leur faisait pas confiance, habitude prise en Amérique du Sud et qui s'appliquait aux Slums car c'était le même genre d'endroit, juste avec des airs plus "civilisés" à l'américaine.

Depuis sa "Fonderie", un lieu qu'on avait autrefois loué comme colocation étudiante à prix exorbitants pour les pauvres provinciaux qui rêvaient de se faire un nom pour leur famille en prenant des cours à Metropolis, et qui portait encore les traces de quelques soirées bien arrosées malgré le ravalement qu'elle avait donné à la place, Nat pria Kelex de laisser un message vocal à Jimmy Olsen, le meilleur pote de Superman et surtout un photographe d'investigation hors pair. Si elle voulait se lancer dans le jeu de détective privé, et faire autre chose que dénicher des idiots qui trompaient leur femme, il lui fallait le meilleur. Et le meilleur heureusement, était joignable par une fréquence spéciale que connaissait Kelex en tant qu'ancien assistant des héritiers de Krypton. Le message ressemblait à quelque chose comme ça :

< Yo, Lil' J, c Kelex vieux frère. J't'appelle vu que Natty-Nats qui met les watts te veut dans son crew pour une job bien particulière, pour un frère avec des talents particuliers comme toi. Le merco de la cargo par rail et le gosse qui envoie du kiaï font du vilain et elle veut tout sur eux. Tu s'ras payé rubis sur l'ongle mon frère. Cherche une armoire black à lunettes noires qui broie ses mocassins noirs dès qu'il prend un oeil au beurre noir, et un p'tit babtou propre sur lui qui va au dojo Dragon dans des pyj'ees blanc et or. >

Vingt-quatre heures plus tard, elle rencontrait James Olsen au Ace O Clubs, où étonnamment le tenancier, un fan bien beauf de Superman qui n'avait jamais dû laver son T-shirt depuis le premier article de Lois Lane sur le kryptonien, servait des bières sans les facturer à un certain Eric Moran, lequel figurait sur les négatifs apportés par le jeune photographe. Ce type avait soit une chance bizarre de se trouver là au même moment, soit un instinct de dingue pour savoir quand il se fait pister par un professionnel. Du coup, Nat n'hésita pas à regarder Bibbo, le barman et proprio, dans les yeux, et lui demander sans ambages :

"Hé, patron, pourquoi le gros costaud ne paie pas ? Il vous cause des ennuis Monsieur ?"

Le visage déjà bouffi du buveux qui servait de tenancier s'empourpra, et immédiatement Nat comprit qu'elle avait trop parlé, trop fort, et que cela attirerait des ennuis au quadra essuyeur de chopes. Elle n'avait pas prévu d'avoir à apaiser les choses. Nat ne s'attendait pas à tomber directement sur une de ses cibles ici, son lieu de rendez-vous fixé par Jimmy, sûrement pour les goûts vestimentaires du propriétaire.

"Je t'ai vu à la télé, voiture-cargo, et le mot dans la rue est que tu essaie de déstabiliser les gars locaux avec ta carrure et ton garde du corps en pyjama de Shanghaï. A moins qu'il soit ton agent en fait, vu que c'est toi qui fais tous les dégâts de l'éléphant dans la porcelaine ébréchée de Suicide Slum. Un conseil ? Change d'agent, change de quartier et dis à ton pote d'arrêter de salir la mémoire d'un mec qui ne peut pas se défendre, n'étant même pas encore né."

Bien qu'elle ait fait signe à Jimmy de sortir se mettre ne sécurité, ce dernier au contraire n'en rata pas une miette et son objectif spécial intérieurs tamisés non plus.

-----------------------------------

Le présent.

"Jimmy, bon dieu, si j'avais su à quel point tu étais pot de colle, je t'aurais fabriqué une montre avec un signal qui te fasse venir juste quand j'ai besoin. Sérieux, c'est dangereux là. Moi je suis armée et entraînée. Toi... T'as été une tortue géante une fois. Ca fait pas de toi un thug, rentre chez toi."

"Hey, si Lois a pu avoir le Pullitzer en prenant des risques. Et puis, je ne suis pas devenu le meilleur pote de Superman en restant éloigné du danger. Voyons où mène cette limousine... Hey, arrête de secouer la moto."

"Je veux pas que tu montes, c'est clair ? Mais puisque t'es une glue, reste donc. Tes funérailles, va. Comme tu ne la fermes jamais à ce propos, t'as un ami haut placé pour faire ton eulogie."



------------------------------------
Un peu plus tard que le plus tôt d'avant, mais toujours plus tôt...

"Maître, qui est cet homme qui vit au sous-sol. Je l'ai vu plusieurs fois aller et venir, mais vous faites comme s'il était chez lui. Suicide Slum est un moulin pour certains êtres mal famés, mais j'ignorais que vous preniez des wannabe lieutenants du crime chez vous pour nous surveiller et établir leur territoire."


Nat tâchait d'arborer un air d'humilité, mais salir la légion c'était salir Superman et par extension la Super-Family dont elle avait été membre honoraire en tant qu'un des Superman of the World. Elle admirait Richard Dragon, même si elle ne saisissait pas encore sa posture vis-à-vis de la corruption des enfants des Slums par le monde extérieur. Du coin de l'oeil, elle vit l'enfant de salaud qui se faisait passer pour un Légionnaire connu de la Forteresse se faufiler par là, vraiment comme si c'était un moulin ici. Elle le haïssait déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 18/07/2017
Messages : 63
DC : Madame Xanadu
Localisations : Suicide Slum, Metropolis

MessagePosté le: Mer 23 Aoû 2017 - 3:02
La rue. Pour Jose Delgado, elle était devenue une seconde maison. Chaque soirée, il les passait sur le pavé, à tenter de nettoyer la racaille qui empestait sa ville, son quartier. Ses débuts s’étaient faits dans les règles de l’art, à la force de ses poings, lui qui était un ancien champion national de boxe. Malheureusement, la vie étant ce qu’elle est dans les Slums, il réalisa bien rapidement que ses techniques ne rapportaient pas beaucoup, ayant perdu certains proches dans son combat perpétuel contre les gangs. Il avait alors changé de technique. C’était radicalisé, abaissé au niveau des criminels qu’il affrontait.

Cela faisait maintenant quelque temps qu’il s’acharnait sur un groupe de revendeur, remontant lentement le réseau à grand coup poings, de rotules cassées et de balles bien placées. Gangbuster avait dû prendre quelques jours de repos suite à une altercation plus musclés et n’était pas mécontent de retrouver la rue en cette soirée, surtout suite aux informations qu’il avait reçues lors de sa dernière sortie. Une info qui n’avait jamais quitté son esprit lors de sa rémission. Même avec une armure dernier cri, le corps humain a ses limites et doit récupérer, heureusement le temps et les bons soins de ses alliers de S.T.A.R labs aidait à accélérer le processus. Les paroles du revendeur qui avait perdu la majorité de ses dents des poings de Gangbuster avant d’être suspendu su dessus du vide du toit de l’immeuble où il opérait sa vente pour le compte d’un certain Sydney Debris lui revenait en tête.




___________________


-NON! NON!! Fait pas l’con me jette pas. Je.. je suis qu’un pion…

-Faudra faire mieux que ça mon grand, mes bras se fatiguent.

-AHHHH! Ok. Ok… Monsieur Debris, c’est le type qui m’emploie. Tu ne sais pas à qui tu te frottes, t’a aucune chance.

-Le plongeon tu aimes? Parce que de mon point de vue, les menaces dans ta situation ce n’est pas trop un choix logique.

-Fait chier! J’t’emmerde pauvre con d’une façon où d’une autre je suis un homme mort… Il y a un dîner de prévu dans quelques jours, mais tu n’as aucune chance de trouver où c’est… AHHHHHHHHHHhhhh!


___________________


La chute du type avait été brève, un étage et demi, stoppant sur un balcon. Quelques os brisés en plus de sa tronche précédemment malmenés par Delgado. La suite avait été plus ardue, trouver des infos sur ce Debris, tabasser quelques types de plus, chercher a trouvé quand aurait lieu ce dîner. C’est là qu’il s’était pris une magistrale raclée. Toutefois, les autres s’en étaient pris une bien pire et avaient craché quelques informations utiles. Un lieu.

C’est là qu’il se dirigeait en cette soirée avec la ferme intention d’en apprendre plus sur cette réunion si importante qui l’avait tenu à l’écart du « boulot » quelques jours. La subtilité. Lorsque nécessaire, Gangbuster pouvait en faire la démonstration, bien que ses méthodes soient plus directes, dans ce cas précis, il allait devoir prendre son temps, en savoir plus avant d’agir, c’est pourquoi il s’était approché du lieu de rendez-vous à pied, utilisant les ruelles comme couverture. Un bon point car tout le fouilli qu'il avait causé au cours des derniers jours avait sensiblement fait augmenter la sécurité des lieux
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/01/2017
Messages : 58
Localisations : Throneworld
MessagePosté le: Mer 23 Aoû 2017 - 15:51
Val salua Eric lorsqu'il entra dans la voiture. Il n'osait pas trop lui parler ou "parler" tout court, car il n'était pas à l'aise avec ce petit... comptable? Il ne savait pas se qu'il savait ni pour qui il travaillait, mais une chose était sur mieux valait garder ses questions pour plus tard. La voiture s'arrêta devant un petit restaurant sobre. Une seule fenêtre toute petite en carré et une porte avec une vitre givrée. Une petite enseigne écrit : Le repos d'Achab. Sid ouvrit la portière de la limousine puis la porte du restaurant invitant les deux hommes à y entrer.

La vache...

Si l'extérieur ne payait pas de mine, l'intérieur était tout simplement somptueux. C'était magnifique dans les teintes de gris, de blanc et de bleu. C'était épuré et sobre, mais d'une manière qui ne pouvaient qu'inspirer la classe et le succès. Personne qui n'avait pas mis les pieds ici ne pouvait se douter que sous ses dehors très "slums" se cachait se diamant de haute cuisine. Dans un coin un homme noir jouait sur un piano à queue et au centre, un seul homme mangeait assied devant une table bien remplie. Derrière lui deux hommes probablement ses gardes du corps. Sid alla avertir de l'arrivée des deux hommes.


((ne prenez pas en compte le dialogue))
L'homme était chauve et d'une blancheur impressionnante. Il portait un ensemble pourpre et mangeait avec appétit. Le mot qui pouvait le mieux le décrire était "gargantuesque". Il était énorme et pas simplement de graisse, on voyait la puissance dans chacun de ses mouvements même si pour l'instant il ne faisait que manger.

Éric, je parie que si ce type te frappe tu tombes Knock-out.
dit Val avec un sourire amusé qui s'effaça dès que Sid revint.

Mr. Whale vous attend messieurs. Je ne peux que vous conseiller de rester polie en sa présence.

Puis il s'écarta pour laisser passer les deux justiciers.

Bonjour messieurs, prenez place.

------------------------------------------

Flashback Nat Irons.

Richard souris à la question de Nat. Il osa ses épaules et lui dit sobrement.

Si tu as des questions à poser adresse toi directement à lui, il me loue une chambre au sous-sols.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 23/02/2015
Messages : 218
DC : /
Localisations : Ivy Town
Justice League

MessagePosté le: Jeu 24 Aoû 2017 - 0:55
La voiture semblait tracer sa route, et Eric ne put réellement voir où on l'amenait. A vrai dire, ce qui le dérangeait le plus était les différents gorilles présents dans la voiture, et même si l'envie lui démangeait d'écraser son poing sur leurs figures, il allait devoir faire avec. Il préféra prendre son mal en patience et regarder la route, ou du moins "essayer" de regarder la route.

La voiture finit par s'arrêter à un coin de rue, non loin d'un immeuble qui semblait ressembler à un restaurant. Après s'être penché de plus près, Eric finit par distinguer une petite affichette, d'où on pouvait voir le titre : Le Repos d'Achab. Il regarda les deux gorilles avant de leur lancer :


- C'est ici qu'on descends ?

Pas de réponse. L'envie de critiquer l'endroit de trou à rats démangeait affreusement Eric, mais il devait se retenir, sous peine de voir les deux gorilles s'exciter et se jeter sur Eric. Quoi que dans le fond, ce ne serait pas une si mauvaise idée non ?

Eric finit par se ressaisir, et sortit alors de la voiture, et commença à se diriger vers le restaurant. Ce restaurant pseudo classe allait-t-il vraiment être l'endroit de cette mystérieuse rencontre ? Il finit par passer la porte.

L'intérieur fit changer immédiatement d'avis à Eric sur le restaurant : L'intérieur était rempli de riches décorations, de tapis, broderies, et on pouvait même voir des tableaux de maîtres dans certains coins du restaurant. Au milieu de tout cela, on pouvait voir un homme, de très haut taille, et très imposant, pour ne pas dire obèse, au milieu d'une table, remplie de divers mets, mêlant entrées et desserts, sucrés et salés. L'homme, qui avait un oeil mauvais, semblait observer Eric et Val dès leur entrée dans le restaurant. Il dévorait divers plats, alors que Val lâcha une petite remarque à Eric :


- Éric, je parie que si ce type te frappe tu tombes Knock-out .

Eric lâcha un grand sourire et répondit :

- Chiche ?

C'est vrai que ce colosse semblait puissant, et c'est ce genre de type qu'Eric aime cogner. Il y a toujours une sorte de challenge pour lui là dedans. Il finit par se rapprocher du géant, dont il connu le nom assez rapidement : Monsieur Whale. Avec un nom pareil et un physique aussi atypique, ce monstre semblait clairement être mauvais. Il finit par entendre des paroles de cette masse :

- Bonjour messieurs, prenez place.

Eric tira une chaise et s'installa.

_________________________________________________

Flashback Natasha Irons.

Une bonne bière fraîche au Ace'O'Club. Un bon bar, un bon pote derrière, de la bonne musique, et un match de Foot à la télé. Que demandez de plus ? La belle vie en somme. Et c'est quoi le plus beau dans tout ça ? C'est que tout est gratuit. Et pourquoi ? tout simplement pour les divers petits coups de main qu'Eric fournissait à Bibo. Il avait par ailleurs éviter que son bar soit mis à sac, et avait effectué une bagarre dans l'arrière-cours. Mais il fallait que quelqu'un vienne l'emmerder.

- Hé, patron, pourquoi le gros costaud ne paie pas ? Il vous cause des ennuis Monsieur ?

Eric ne releva pas cette première picque. A vrai dire, il n'avait pas encore envie de cogner. Il voulait siroter cette bière tranquillement. Il lâcha un clin d'oeil à Bibo, histoire de lui montrer que pour le moment, c'était cool.

- Je t'ai vu à la télé, voiture-cargo, et le mot dans la rue est que tu essaie de déstabiliser les gars locaux avec ta carrure et ton garde du corps en pyjama de Shanghaï. A moins qu'il soit ton agent en fait, vu que c'est toi qui fais tous les dégâts de l'éléphant dans la porcelaine ébréchée de Suicide Slum. Un conseil ? Change d'agent, change de quartier et dis à ton pote d'arrêter de salir la mémoire d'un mec qui ne peut pas se défendre, n'étant même pas encore né.

Eric commença à virer au rouge. Et le bar se tut. Il se leva, et commença à s’asseoir face à celle qui s'était adressé à lui. En s'installant, il frappa sa bière sur la table, l'éclaboussant au passage et son comparse. Puis, lorsqu'il s'installa, il lui lança :

- C'est quoi ton problème ? Besoin de prendre un bol d'air frais ? Ça peut s'arranger ...

Et avant même que son collègue puisse ouvrir la bouche, il continua. On pouvait sentir le verre se fissurer dans les mains de Freight Train :

- Toi, j'te recommande de la fermer, M'dame à envie de causer.


"I know you don't play sports. You hate the outdoors and you're afraid of heights. You have asthma and allergies. Honestly, you're a bit of a mess. But you're also the only one who knows my tech and what I do with it as the Atom as well as I do. And more important than all of that ... you're the only one I can trust with this. "
The Atom (Ray Palmer)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mar 29 Aoû 2017 - 16:47
Flashback Val :

"Puisque vous ne m'en dissuadez pas, j'attendrai devant sa porte qu'il entre ou daigne m'ouvrir."

Nat salua son sensei, qui paraissait plus amusé qu'intimidé par la situation. Celle-ci alla tirer un tapis d'entraînement dans le couloir qui menait au sous-sol, puis commença une phase de méditation. Il s'agissait de vider son esprit, ce qui n'était pas chose facile quand tout ce que l'on cherchait c'était à questionner le monde pour mieux le réparer ici et là.

Retour au présent :

La jeune détective et le photographe chéri de Metropolis parvenaient à suivre la limousine tout en conservant leurs distances, grâce à l'utilisation de mini-drones qui empêchaient la voiture de luxe de se démarquer sans pour autant être évidents à repérer, surtout qu'ils volaient en-dessus des lampadaires pour ne pas se faire voir. Entassés à deux sur une moto, ils prenaient de petits détours pour ne pas être vus des richards qui avaient pris Freight Train et Karaté Kid avec eux. A l'arrêt du véhicule, ces deux derniers entrèrent dans un restaurant assez banal et qui ne semblait avoir abandonné l'idée de faire des clients. Le repos d'Achab, nota Natasha.

Les hommes entrèrent, et Nat stationna son deux-roues une fois la porte claquée derrière eux. Jimmy avait eu le temps d'envoyer un drone à l'intérieur. Ces robot-caméras étaient de petite taille, plus petits que le poing, mais encore facilement discernables à l'oeil nu, à moins de ne pas chercher à les voir. C'était un risque énorme mais la moindre information glanée était envoyée sur un serveur sécurisé. Broyer ou débrancher la pile de l'appareil ne servait donc à rien. Il portait de la technologie Steelworks principalement, implémenté de composants kryptoniens inspirés par Kelex qui le rendaient inopérable par branchement sur un appareil qui ne parlait pas le langage du petit robot imaginé par Jor-El. Evidemment, ils étaient équipés de capteurs sonores pour pouvoir surprendre les conversations. Bien que Jimmy et Nat soient trop occupés à tracer leur propre plan des lieux, les données seraient enregistrées et consultables une fois de retour à la Fonderie.

Flashback Eric :

Nat répondit au langage corporel et aux demi-mots pleins d'une rage à peine contenue par un rire sardonique.

"Un bully. Un instant j'ai eu peur que vous vous preniez pour quelqu'un d'important. Mais vous êtes juste une brute de plus dans une ville qui en a bien assez pour pouvoir les reconnaître. Honnêtement, je vais me présenter sans animosité ni perfidie, ce dont je ne suis pas certaine que ce soit le meilleur pied à engager dans mon métier. Je m'appelle Nat Irons, je me suis installée au Slums avec un permis tout neuf de détective, dans l'idée de protéger les gens des abrutis qui intimident les plus faibles. Et au cas où vous vous poseriez la question, ce bras métallique n'est pas pour la déco. Je ne suis pas désarmée contrairement à ce qu'on pourrait croire d'une jeune fille comme moi. N'oubliez pas mon visage, Freight Train. Ce n'est pas celui de quelqu'un qui laisse tomber. Quant à mon nom, il figure sur ma carte de visite. Je vais en laisser une pile sur le bar de toutes façons, vu que les gens méritent d'éviter les faces de rage comme la vôtre qui ne savent que cogner pour mériter leur version du respect. La crainte n'est pas le respect, l'un est imposé l'autre se gagne. Lequel avez-vous vraiment l'intention de rechercher, si on doit vivre dans le même quartier, monsieur muscle ? Parce que je n'ai pas l'intention de bouger et d'abandonner l'Amérique qui souffre, que vous ayez des amis dangereux ou que vous soyez simplement une petite frappe qui se la joue."

Après sa tirade, elle appuya simplement d'un point de pression de son index métallique sur le verre de Freight Train, qui se brisa immédiatement.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 18/07/2017
Messages : 63
DC : Madame Xanadu
Localisations : Suicide Slum, Metropolis

MessagePosté le: Dim 3 Sep 2017 - 2:27
Jose Delgado avait mené son enquête à sa façon. La violence avait des avantages dans les sphères qu’il fréquentait et il l’avait appris rapidement. Parfois même à ses dépens. Aujourd’hui, il était un justicier beaucoup plus brutal qu’à ses débuts, il y avait parfois quelques écarts, mais presque toujours il réussissait à se contenir. Presque toujours. Il avait réussi à trouver le Repos d’Achab, lieu de rendez-vous d’un étrange dîner. Des ruelles, il avait gravi sur les toits, observant ce miteux restaurant. Une limousine, deux gorilles, le petit homme dont on lui avait parlé. Puis deux types d’étonnants grandement avec le reste de la troupe présente. Un black au physique impressionnant et un type au style asiatique, genre karatéka.

Le groupe s’engouffre dans le restaurant laissant les rues vides. Ou pas. Non loin, un deuxième bolide avait traqué la limousine. Des hauteurs Gangbuster avaient tout remarqué. Un duo à moto. Demeurés à l’écart, ils semblaient observer la limousine. D’autres personnes à la solde du type qu’il traquait? D’autres gens comme lui qui cherchait à en savoir plus sur ce groupe de criminel? L’instituteur croyait en la seconde option, mais souvent les apparences étaient trompeuses…

S’approchant du bord du toit de l’immeuble où il se trouvait, il jaugea la distance entre celui-ci et le toit de l’autre côté de la ruelle. Un bond important, mais rien d’impossible avec ses implants. Un bond prodigieux, une roulade et un atterrissage sans dommage. Se glissant aussi subtilement que possible par les hauteurs, le justicier descendit l’escalier de secours situé sur le côté de l’immeuble où il se trouvait. Un passage qui le guiderait dans une ruelle. Une ruelle qui aboutissait près du duo.

Allait-il utiliser la force afin de les questionner sur leur implication? Attendre et observer? Gangbuster s’approcha encore un peu. Le duo observait les environs. Trop sur leurs gardes pour les surprendre. Trop sur leurs gardes pour faire partie des hommes de main du criminel qu’il s’était mis en tête de traquer. Trop sur leurs gardes. Avait-il été repéré? Instinctivement, ses mains se glissèrent dans ses poches, ses doigts glissants dans ses poings américains. Une main droite où se trouvait l’inscription « gang », une main gauche où se trouvait l’inscription « buster », de quoi imprégner quiconque à grand coup de poing, avec son pseudonyme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/01/2017
Messages : 58
Localisations : Throneworld
MessagePosté le: Lun 4 Sep 2017 - 16:21
Vous pouvez manger si vous le désirez. Tout ce qu'il y a sur la table est aussi pour vous que pour moi. Dit-il en portant une crevette à la bouche.

Val pris ce qui semblait être du poisson pané. Il n'avait guère eu le temps de manger et même s'il savait que la réunion n'allait pas être de tout repos, il profita du moment pour goûter. C'était délicieux, réellement délicieux.

Wow, c'est excellent!


Merci, il s'agit de mon restaurant, je glisserai votre compliment au chef.

Goûte à ça mec! dit-il en toisant Éric d'un visage un peu naïf.

Puis derrière eux, Sid racla de la gorge, comme pour rappeler que la réunion bien qu'ayant une allure sympathique n'en était pas une. Karate Kid, fini rapidement son poisson pané et essuya ses doigts à l'aide d'une serviette de table de tissu brodé du nom du restaurant : Le repos d'Achab. Puis il regarda à nouveau le propriétaire qui n'avait cessé de manger.

Euh... Mr. Whale. Je ne veux pas vous paraître insolent, mais, c'est vous qui avez demandé à nous voir, est-ce qu'il y a une raison particulière?

Il se doutait que son ton ne devait pas plaire à Éric. Il parlait de manière polie et complaisante. Pour dire vrai, en ce moment Tobias Whale, lui semblait civilisé et des plus sympathique. Il n'avait pas à se battre contre lui et l'endroit portait bien son nom, tout était pensé pour vous reposer. Il n'y avait aucun sentiment agressif chez Mr. Whale ni chez Karate Kid. Seul Sid semblait nerveux, mais à l'allure du petit personnage, c'était probablement son état naturel.

Droit au but hein? j'aime bien.

Il prit une gorgée de vin et essuya sa bouche à l'aide d'une serviette.

J'ai eu vent de votre petit tour à la trop bruyante discothèque d'un de mes associés. Vous avez faire beaucoup de bruit dans les derniers jours, autant à l'atelier de Loro Rojo qu'au Right on Time. Cependant, je ne suis pas comme les autres. Je suis un homme d'affaires, rien d'autre et je sais voir une affaire quand elle s'offre à moi. Je vous ai donc convié à manger à mon restaurant pour vous offrir un travail. Vos capacités sont surprenantes, particulièrement vous Éric.

Sid s'avança et déposa un document devant Éric écrit TOP SECRET à l'effigie du gouvernement canadien. Projet "justice league Canada" et il y avait toute les informations sur Éric Moran "alias Freight Train" à l'intérieur.

J'ai mes relations dit Tobias en souriant. Ne vous inquiétez pas il ne s'agit que d'une copie. Le vrai document est toujours au parlement du Canada. Mais vous savez les secrétaires et autres petits fonctionnaire sont si mal payé. J'aime bien les aider à augmenter leur pécule en échange de petit boulot. Rien de bien compliqué, mais pour un cela peut vouloir dire 1 an de salaire qui les aides à nourrir leur famille. Parfois je me demande pourquoi les gouvernements ne prennent pas plus soin de leur main d'oeuvre. Enfin...

Karate Kid ne peut s'empêcher de zyeuter le document. Il n'en savait pas beaucoup sur Éric à l'exception du fait que c'était un homme bon. Il le savait dans son for intérieur. Il eut peur pendant quelques instants qu'un dossier de la Légion vienne se poser à côté de celui de Éric, mais il se rappela que la Légion n'existerait pas encore avec plusieurs siècles. Il n'y avait donc aucun souci à se faire de ce côté.

Donc pour en revenir à nos moutons, j'aimerais que vous veniez travailler avec moi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 23/02/2015
Messages : 218
DC : /
Localisations : Ivy Town
Justice League

MessagePosté le: Dim 10 Sep 2017 - 16:29
Ce repas d'affaire tournait légèrement à l'embrouille. La grosse embrouille qu'Eric sentait venir. Le mastondonte en face de lui semblait vouloir parler affaires, mais avoi été garde du corps pour Simon Staggs l'avait formé à ce genre de choses. "Monsieur Whale" n'était autre qu'un commercial, le genre de type qui vient sonner à votre porte pour vous vendre le produit vaisselle miracle, ou le dernier aspirateur dernier cri qui tombera en panne la semaine suivante.

Oui, Eric le sentait mal. Et ce n'était pas cette ambiance semi-conviviale qui le ferait changer d'avis. L'homme d'affaires finit par sortir un dossier de sa poche, où Eric vit son nom, ainsi que la dénomination "Justice League Canada" et son pseudonyme ajouté en dessous. Effectivement, ce "projet secret" n'était pas censé se retrouver dans toutes les mains, et encore moins dans le public. En même temps, au Canada, tout est affaire de services secrets, surtout quand on voit que la plupart des actions du JTF2 (La principale force spéciale du Canada) sont généralement cachées au public. Alors une petite cachoterie de plus avec le projet "Justice League Canada" n'était pas réellement étonnant. En voyant ce dossier, Eric se contenta de lâcher un grand sourire. Après tout, beaucoup étaient déjà au courant de ces capacités, surtout au pays, et Simon Staggs n'as pas dû se contenir lorsque Freight Train s'est retourné contre lui.

Et finalement, après avoir clairement dit qu'il était intéressé par les capacités des deux héros, surtout celles d'Eric, Mr Whale arriva enfin au but de cet interminable monologue :


- Donc pour en revenir à nos moutons, j'aimerais que vous veniez travailler avec moi.

Et voilà ! Comme prévu ! On voulait les acheter, pour mieux les rediriger vers le crime. Travailler pour ces ordures ? Jamais ! Mais en même temps, avant de dire poliment non (même si Eric se doutait que la demande de Whale n'en était pas réellement une), Eric vit là une opportunité de s'informer un peu plus sur l'organisation en elle même. En effet, en reprenant un peu le fil de la conversation, Eric avait noté que Whale était parfaitement aux courants des diverses actions commises par le duo, et tout semblait indiquer, surtout depuis leur échec au Right on Time, qu'une très grosse organisation chapotait tout cela. Eric se risque donc à poser une question :

- A vrai dire, je ne travaille pas pour quelqu'un dont je ne connais rien. Pourriez-vous me parler de votre organisation ?

Il fit au passage un léger signe à Val, pour lui faire comprendre qu'il bluffait.
________________________________________________________

Flashback Nat' Irons

La jeune femme semblait prête à exploser. C'était signe qu'Eric avait réussi son coup : la rendre folle de rage. Et l'avantage des gens quand ils sont nerveux, c'est qu'il parle, et souvent trop. La jeune femme se mit à déblatérer et à tout raconter, ce qui permit à notre héros de tracer un portrait rapide de la jeune femme.

- Un bully. Un instant j'ai eu peur que vous vous preniez pour quelqu'un d'important. Mais vous êtes juste une brute de plus dans une ville qui en a bien assez pour pouvoir les reconnaître. Honnêtement, je vais me présenter sans animosité ni perfidie, ce dont je ne suis pas certaine que ce soit le meilleur pied à engager dans mon métier. Je m'appelle Nat Irons, je me suis installée au Slums avec un permis tout neuf de détective, dans l'idée de protéger les gens des abrutis qui intimident les plus faibles. Et au cas où vous vous poseriez la question, ce bras métallique n'est pas pour la déco. Je ne suis pas désarmée contrairement à ce qu'on pourrait croire d'une jeune fille comme moi. N'oubliez pas mon visage, Freight Train. Ce n'est pas celui de quelqu'un qui laisse tomber. Quant à mon nom, il figure sur ma carte de visite. Je vais en laisser une pile sur le bar de toutes façons, vu que les gens méritent d'éviter les faces de rage comme la vôtre qui ne savent que cogner pour mériter leur version du respect. La crainte n'est pas le respect, l'un est imposé l'autre se gagne. Lequel avez-vous vraiment l'intention de rechercher, si on doit vivre dans le même quartier, monsieur muscle ? Parce que je n'ai pas l'intention de bouger et d'abandonner l'Amérique qui souffre, que vous ayez des amis dangereux ou que vous soyez simplement une petite frappe qui se la joue.

Encore une bonne femme qui rêvait de sauver le monde, alors qu'elle n'est clairement pas du quartier. Plus grandes sont les attentes, plus lourde sera la chute, et quand la désillusion l'envahira, Eric ne sera pas en train de rire, bien au contraire. Il n'avait que trop vu de jeunes gens, des étoiles pleins les yeux, redescendre en flèche après une échauffourée dans les ruelles. Les Slums ne sont pas tendres, surtout avec les nouveaux venus, et ça, la petite dame, elle ne le savait pas.

Puis, elle toucha du doigt le verre fissurée, qui se brisa. Sans le savoir, elle déclencha une partie du pouvoir du héros, puisque la force appliquée se transmit au héros. On vit alors son poing virer légèrement au rouge, avant de redevenir comme avant. Eric lâcha un grand sourire, et fit un signe à Bibo, qui lui amena un autre verre.

Il huma le doux parfum de sa bière, et en but deux goulées, avant de commencer à parler.


- Un bully ? Je vois que t'as regardé les infos ah ah ! Parce que tu crois les journalistes ? Oui je fais les gros bras, et tu penses que j'ai abandonné l'Amérique ? Mais d'où tu sors ma petite ? T'étais où quand les parasites ont déboulé ici ? T'étais où quand ils m'ont sucé la moëlle ? Tu ne sais rien du quartier. Tu ne sais pas ce qu'il se passe ici. Et tu sais c'est quoi le dindon de la farce dans l'histoire ? C'est quand t'essaye de faire un truc, et qu'au final, ça te retombe sur la gu*ele. J'ai pas attendu ton arrivée pour faire des choses. Et j'en ai plus fait que le pense.

Il vida sa bière d'une traite, et se leva :

- Sur ce, bonne soirée.

Eric tourna les talons et se redirigea vers le comptoir.


"I know you don't play sports. You hate the outdoors and you're afraid of heights. You have asthma and allergies. Honestly, you're a bit of a mess. But you're also the only one who knows my tech and what I do with it as the Atom as well as I do. And more important than all of that ... you're the only one I can trust with this. "
The Atom (Ray Palmer)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/01/2017
Messages : 58
Localisations : Throneworld
MessagePosté le: Lun 2 Oct 2017 - 15:55
Karate Kid n'était pas un homme d'affaires. Il n'était pas non plus un fin négociateur, il était simplement quelqu'un qui essayait de faire au mieux avec ce qu'il avait. Alors tout ceci commençait vraiment à le mettre mal à l'aise et il voulait s'en aller. Pourtant Freight Train, lui semblait en pleine possession de ses moyens. Il savait quoi dire et quoi faire, il répondit donc du tac au tac à Whales et Val se félicita d'être avec lui. Il préféra donc ne pas parler et laisser Éric mener la conversation... il allait cependant reprendre quelques crevettes, elles étaient EXCELLENTES.

En fait Mr. Moran, je travaille pour les slums. Je suis née ici, j'ai grandi ici et j'ai envie de faire prospérer le quartier. Mais vous savez comme moi que ce quartier à des difficultés et que les gens de ce quartier se retrouvent prit en otage dans tout ce chaos.


Il arrêta et se servit une coupe de vin. Il le goûta puis la déposa à nouveau sur la table. Il regarda ensuite Karate Kid manger le temps qu'il savourait son vin. Il semblait apprécié que Val mange à sa table avec autant d'appétit, probablement qu'à la plupart de ces "rendez-vous" les invités ne mangeaient que très peu et au physique de Whale on devinait qu'il appréciait très certainement l'art culinaire.

Je travaille dans les relations de commerce, Mr. Moran. J'ai fait ma fortune en mettant différents types de personnes en contact avec d'autres personnes. Je suis très doué pour cela. Il y a des choses qu'on ne peut pas changer Mr. Moran, alors que faut-il faire s'écraser et attendre qu'elle s'autodétruise? Ou plutôt s'inviter à la table et tenter d'améliorer les choses?

Il mit un morceau de saumon dans sa bouche. Il le mangea puis s'essuya les lèvres avant de reprendre.

100 emplois supplémentaires, c'est ce qui se dégagera de la reconstruction de Loro Rojo.inc. Ça pour les gens des slims. Le Right on time, est pensé et construit pour amener les gens de la ville ici dans les siums afin de faire entrer du nouvel argent. Le port était en désuétude, nous l'avons fait rouvrir et la Black Dragon Society y fait un travail de sécurité impeccable. Nous recommençons à avoir des navires de types cargo internationaux qui vont venir s'y installer. Les slims ont besoin que leur économie fonctionne et au lieu de cracher sur les forces en présence Mr. Moran. Je m'arrange pour que tout ce beau monde travaille ensemble à l'amélioration du quartier, ils font de l'argent, je fais de l'argent et les siums font de l'argent. Tout le reste... n'est que dommage collatéral. Vous savez j'ai grandi dans les slims, dans sa violence, dans sa pauvreté et dans sa corruption. Je comprends comment fonctionnent les slums, j'en suis le produit.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Invitation à diner

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» invitation ..............
» Mise en place d'un diner presque parfait dans votre département!
» L'invitation de Mermoux et Jim
» invitation à participer au tournois de Beach Impro
» Une petite invitation graphique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Metropolis :: Suicide Slums-