[4ML] [New York, QG de la JSA] Premiers pas [The Atom]

Invité

MessagePosté le: Mer 20 Sep 2017 - 17:00
J’Onn fit une pause et regarda autour de lui.

Le Hall de la Société de Justice n’avait pas changé ces derniers mois, il était exactement tel que le martien s’en souvenait, mais malgré tout… il se sentait… un peu comme la première fois qu’il y avait mis les pieds, il y avait tant d’années. Pendant un moment, il ne put que rester immobile et absorber tous les détails de ce qui l’entourait.

Si le Hall n’avait pas changé… ce n’était pas son cas. J’Onn lui-même avait changé. Il n’était plus le même qu’il y avait quelques mois. La dernière fois qu’il avait pénétré l’immeuble de la Société, il avait été un Héros calme, confiant et parfaitement en contrôle et sur de sa place et de ses pouvoirs. Maintenant…

Maintenant, il était diminué, et les doutes, les frayeurs et les cicatrices apportées par la crise des derniers mois qui avait ravagé sa vie le rendait nerveux, solitaire et il souffrait d’un manque de confiance en lui-même qui était vraiment nouveau pour lui. Il craignait de retomber, de chuter de nouveau et de se laisser emporter par les mêmes démons qui avaient bien failli le détruire.

Il n’était plus aussi assuré de sa place ici, de sa place de Héros, et se sentait… au mieux il se sentait isolé et cherchait sa place. Craignant toujours, malgré les paroles de Batman, qu’elle ne soit plus ici.

Il était surpris qu’on ne lui ait pas encore demandé de répondre de ses actions à Gotham. Ces évènements avaient eu lieux avant que Waller ne devienne Présidente, alors même si elles les avaient utilisés à son avantage… Il sentait toujours qu’il se devait de répondre de ce qu’il avait fait. Il s’y était préparé, et attendait anxieusement qu’on vienne lui demander des comptes.

Il accepterait la responsabilité de ses actes. Quel autre choix avait-il? Mais pour le moment… personne n’était venu dans la confusion qui avait suivi la fin de la présidence de Waller et la reconstruction lente de ce pays qu’il aimait.

Les cicatrices étaient profondes et ne guériraient pas de sitôt… pour certains jamais, sans doute.

J’Onn redressa les épaules et se remit à marcher. Il ne servait a rien de s’appesantir sur ce qui pourrait ou pas se passer. Alors qu’il passait la salle commune du rez-de-chaussée pour atteindre l’escalier et voir si l’un de ses anciens collègues de la Société était à la maison, une silhouette attira son regard… et il stoppa net.

Il crut avoir imaginé mais…

Il fit face a la porte ouverte et se figea encore une fois. Ses yeux ne l’avaient pas induit en erreur. Il se tenait bien là, près de la fenètre, au fond de la pièce. Quelques choses se tordit presque douloureusement dans sa poitrine, quelques choses qui rugit pour être libéré, mais il l’écrasa sans pitié et le fit taire. Il se concentra pour se donner au moins une expression de neutralité, avant de carrer les épaules. Sans qu’il n’en ait vraiment conscience, ses poings s’étaient serrés a ses côtés, et il dut faire un effort conscient pour relaxer sa posture et desserrer les poings avant de même envisager d’approcher l’autre homme.

C’était… difficile, certes. Il avait connu le goût de la trahison, et de la colère, maintes fois dans sa longue vie, mais honnêtement… celle-ci était fraiche, une blessure encore ouverte et saignante sur son cœur et son âme. Peut-être devrait-il juste passer son chemin, et ignorer la présence de l’autre Héros… mais cela ne ferait-il pas de lui un lâche?

Non.

Il affronterait et confronterais l’homme parce que… il devrait le faire, éventuellement. Ils faisaient encore partie de la même équipe. Ils devraient coopérer, et travailler ensemble, pour la sauvegarde de la Terre.

Il prit une grande inspiration, silencieusement, se donnant une contenance, puis dit aussi neutre et calme que possible.

« Ray. Ça faisait longtemps… »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 904
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Fate.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Jeu 21 Sep 2017 - 11:18
New York, l’hôtel particulier qui fait office depuis des années de quartier général de la Justice Society of America.
Grand, imposant, puissant, il attire l’œil par sa masse et son architecture, même pour ceux qui ne savent pas que l’équipe de Héros la plus ancienne et encore en activité a élu domicile ici. Pour les expérimentés, pour les sachants, pour ceux qui disposent de cette connaissance, le building porte une ombre protectrice sur la ville, et rassure.
Cela dure depuis des décennies – et cela durera encore, tant que des hommes et des femmes de courage se tiendront debout pour protéger ce pays et ce monde.



A l’intérieur se trouvent des salles de réunion, des chambres, des salles d’armes, des cellules, des bibliothèques, des salles de trophées… beaucoup de pièces sont globalement abandonnées, laissées de côté par le groupe actuel. Ce dernier se concentre, en effet, dans quelques espaces-clés, où les membres se retrouvent et échangent.

C’est dans le cadre d’une telle démarche, d’une discussion entre un Héros et un autre, que l’un des participants actuels de la Justice Society of America se retrouve à déambuler dans les couloirs.
Il vient de discuter, longuement, avec Ted Grant, le premier Wildcat, qui a sollicité l’appui de l’équipe pour retrouver son fils, Tom Bronson, un autre Wildcat ; le jeune homme a disparu depuis plus de quatre mois dans les bas-fonds de New York, une période durant laquelle un certain Confiseur a commencé à réunir et dresser les gangs sous sa coupe.
La coïncidence est troublante, et pousse le vieux boxeur à demander de l’aide pour chercher – il est, en effet, bien conscient que ses sentiments risquent de le pousser à l’erreur.

Ray Palmer, dit Atom, a répondu à l’appel et se prépare à se lancer dans les milieux sombres de la ville.
Cependant, bien des choses ont changé depuis qu’il a, pour la première fois, rejoint la J.S.A. suite à une attaque à Ivy Town – il a disparu, une première fois contre les Durlans, puis est revenu en passant plus de deux ans à errer dans le Multivers. Il a, encore, disparu, cette fois-ci à Gotham City, en se sacrifiant pour empêcher une explosion destructrice provoquée par le Joker.
Il était mort, clairement – mais il est revenu, encore à Gotham, lors de la révolte contre Waller, mais sous la forme d’un membre de l’Indigo Tribe, les Lanterns mystérieux.

Depuis, quatre mois après, Ray Palmer s’est réinstallé à Ivy Town et comme Atom… mais n’est plus intervenu en Indigo.
Il est, surtout, entouré d’une forme de mystère, ayant adopté une attitude très froide, très déconnectée des émotions et des autres ; surprenant pour un homme comme lui, mais peu ont pu s’en rendre compte… car il a veillé à limiter les contacts avec autrui.
Jusqu’à aujourd’hui – jusqu’à ce qu’il réponde à l’appel de Ted Grant, puis croise un autre membre de l’équipe dans cet hôtel.


« J’Onn. »

Atom a entendu avant de voir le Martien. Lentement, calmement, il s’est tourné et a posé son regard sur son camarade, en affichant une allure stricte et figée…
… muni de son nouveau costume, composé d’une combinaison classique, d’une veste rouge avec poches et d’un masque plus ouvert.

« Longtemps, oui. »

Palmer s’avance, lentement, vers le Martien.
Il a découvert, bien sûr, la déchéance que ce dernier a subi depuis des mois : après l’avoir arrêté et livré aux forces de Waller, il l’a abandonné… mais a lui-même eu de lourdes difficultés, avec le Reverse-Flash notamment ; mais J’Onn J’Onzz a échoué dans sa mission de Recrue, s’est laissé emporté par la Rage en devenant un Red Lantern, puis a été soigné… mais au prix de moultes souffrances.
Une tension certaine s’installe entre eux…


« Peut-être pas assez. »

… qu’il n’entend pas apaiser, du moins pas par cette réflexion.

« Je suis heureux que tu ais pu te libérer de l’anneau rouge, J’Onn. Et je comprendrais que tu veuilles limiter les contacts avec moi. »

Ray a traqué, piégé, arrêté et livré son ami à Amanda Waller. Ses actes sont inqualifiables, inacceptables, et justifient pleinement la sanction d’intégrer le Suicide Squad en punition.

« Je peux quitter l’hôtel dès maintenant, si tu veux. »

Et il le fera, si J’Onn le veut.
Atom est à sa disposition, et attend clairement la décision de cet ami trahi et meurtri.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Ven 29 Sep 2017 - 19:24
J’Onn reste lo0ngtemps silencieux a juste regarder son ami, la tension claire sur ses traits. La trahison est trop récente, peut-être, pour être pardonnée, mais J’onn est quelqu’un de pragmatique, de fort et par-dessus tout, de sage.

Après un moment, il laisse échapper un long soupir, la tension s’écoulant en même temps, et il secoue la tête, son regard doux mais toujours hanté se pose sur celui qu’il a du mal à encore considérer un ami, mais qui pourrait le redevenir avec un petit effort, puis dit d’un ton usé et un peu froid, mais calme.

“Tu n’as pas à partir à cause de ma présence, Ray. Tu es tout autant à ta place ici que moi. Sans doute davantage, considérant… »

Il laisse la phrase en suspens, ne souhaitant pas s’appesantir sur ce qui n’est pas clairement énoncé. Malgré les paroles et les assurances, les mots échangés avec Batman il y a quelques jours, J’Onn se sent toujours… difficilement à sa place. Il a été profondément blessé, et sa confiance en lui-même est très diminuée. Il est cependant encore un héros. De ça Batman lui a fait prendre conscience, et il a t0oujours une mission, un devoir envers la Terre et ses habitants. De plus, il refuse de se cacher plus longtemps, cependant…

C’est difficile.

Il aurait dû savoir qu’en revenant, qu’en reprenant sa place au sein de la JSA et de la Ligue, il aurait à faire face à ce qui est arrivé et confronter des anciens alliés et amis qui l’ont blessé, trahi, livré à l’ennemi. Il a joué cette conversation dans son esprit maintes fois en se demandant ce qu’il pourrait faire et dire, ce qu’il voulait dire à Ray si leur route venait à se croiser encore. Il n’avait pas prévu de juste… le trouver là alors qu’il revenait au QG de la JSA pour la première fois en plusieurs mois.

Mais il était là, et il devait y faire face, et avoir cette conversation qu’il avait imaginé si souvent pendant des mois. Non, Ray n’avait pas à partir, même si J’Onn ne savait pas s’il pourrait encore le considérer comme un ami. C’était cependant un collègue de la Société, et il se devait de mettre carte sur table et éclaircir les choses entre eux s’ils voulaient être capable d’encore travailler ensemble.

« Je ne te blâme pas pour ce qui est arrivé. Tu… tu n’as fait que ton devoir, et tu ne pouvais pas imaginer ce qui allait arriver par la suite. » J’Onn dit finalement, après que le moment de silence ne se soit étendu de manière inconfortable entre eux. « Je ne souhaite pas m’étendre sur le sujet, je veux juste que tu sache que… Je ne t’en veux pas. J’ai été… blessé et tourmenté pendant des mois par des souvenirs que je refusais de vor en face. Si quelqu’un est à blâmer… c’est moi, pour avoir préféré m’enterrer la tête dans le sable et laisser la colère me diriger. »

Il n’a pas encore bougé de l’endroit où il s’était arrêté, juste à l’entrée de la pièce, mais après avoir dit tout ça, il semble… diminué, et usé, par les épreuves qu’il a subies et qui l’ont presque détruit. La trahison d’Atom ne fut en fait qu’un aspect d’un tout qui l’avait mené à se perdre complètement dans la rage qu’il avait laissé grandir au lieu de faire la chose sensée, et confronter ses démons.

Évidemment, il y a toujours une pointe de colère et de ressentiment quand il rejoue la trahison d’un ami qu’il considérait proche, mais… tout le monde est passé par des moments difficiles durant la dernière année. L’important est qu’il s’en est relevé. Meurtri, blessé, affaibli, mais plus ou moins intact.

« Je ne sais pas encore où j’en suis par rapport a mes anciens amis et collègues, pour être honnête. Je sais cependant que, pour être capable de travailler ensemble, il faut tourner la page par rapport au passé, et se concentrer sur ce qui est devant nous. On ne peut pas changer ce qui est arrivé, et malgré la colère et le ressentiment que j’éprouve encore face à ce que tu aies fait, Ray, je ne peux pas te haïr. J’en suis incapable. Je te demande juste de me laisser encore du temps pour… mettre de l’ordre dans mes émotions. »

Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 904
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; Fate.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Lun 2 Oct 2017 - 15:00
Atom ne réagit pas quand le Martian Manhunter lui demande de ne pas partir, évoquant même le fait que le premier serait plus légitime que le second vu leur historique.
Ray n’est pas d’accord, bien sûr ; mais il ne dit rien.
Il comprend, en voyant ainsi son camarade, son ami, qu’un terrible trouble intérieur règne encore en lui. J’Onn J’Onzz a besoin de temps – mais surtout de parler, de se libérer de mots, d’émotions, de sentiments encore difficiles dans son cœur ; peut-être, d’ailleurs, l’avait-il fait plus tôt que des drames auraient pu être évités… mais il sait bien que le Passé ne peut être réécrit, et que les hypothèses impossibles n’ont ni sens, ni intérêt.

Il ne dit rien, donc.
Du moins jusqu’à ce que son interlocuteur s’arrête, et lui laisse l’opportunité de reprendre.


« Tu n’as rien à demander, J’Onn. »

Sa voix est calme, monocorde. Debout, dans ce couloir, son regard neutre demeure posé sur le Martien devant lui, alors qu’il reprend sur le même ton.

« Tu as eu des torts, oui, mais tu demeures essentiellement une victime dans ces troubles – une victime qui a erré, qui n’a pas su appeler à l’aide quand il le fallait, qui aurait dû solliciter ses proches plutôt que de s’enfoncer dans la violence et la Rage, mais une victime malgré tout. »

Ses mots n’ont rien de doux ou de rassurant ; ils sonnent comme des faits, comme si une machine déshumanisée les énonçait.

« C’est moi qui dois te demander du temps – pour accepter ce qui est arrivé.
Entendons-nous bien : je ne regrette pas ce que j’ai fait. »


La réplique est terrible, brutale.
S’il ne fallait qu’un exemple du trouble qui semble avoir emporté Ray Palmer depuis son retour, s’il ne fallait qu’une illustration de l’absence d’émotion qui semble régner en lui depuis sa réapparition à Gotham City, ce moment serait amplement suffisant… quelque chose cloche, chez lui.
Quelque chose a transformé un homme rempli de compassion et de douceur en un robot, et ça n’a rien de réconfortant…


« Tu étais un hors-la-loi soupçonné d’actes criminels, il fallait t’arrêter. Cependant… la méthode de ton arrestation et les conditions de ton emprisonnement puis de ton utilisation par la Présidente Waller sont inacceptables.
Je suis désolé d’avoir participé à cela sans avoir réussi, et même tenté, de te sortir de là. J’aurais dû – et je ne l’ai pas fait. »


Le micro-Héros soupire, puis se détourne lentement. Il n’offre désormais plus que son dos à son camarade.

« J’aurais dû te sauver, J’Onn… toi et beaucoup d’autres. Je ne l’ai pas fait – et je n’ai même pas essayé.
Je te laisse au milieu de ce Hall des Héros. A ce jour, je n’y ai pas de place. »


Il s’en va, donc.
Ni miné, ni brisé, ni vaincu ; juste réaliste envers lui-même, selon son point de vue.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[4ML] [New York, QG de la JSA] Premiers pas [The Atom]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La solitude des nombres premiers, Paolo Giordano
» Toy Fair International New York 2010 - 14 au 17 Février 2010
» Jouez au jeu des premiers mots et gagnez une étoile de sheriff
» Comic con New York 2010
» Paris-New York New York-Paris de Drommelschlager

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-