[4ML][Îles Kouriles] In G.O.D. we trust (PV Groupe RP GOD)

Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Inscription : 20/10/2017
Messages : 44
DC : Diana Prince ; Jessica Cruz
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Dim 5 Nov 2017 - 17:27

In G.O.D we trustG.O.D
Le regard de Jason parcourut le reste du hangar autour de lui. L’aire de maintenance était organisée en plusieurs petits postes, et chacun d’entre eux était pris par un tank dont chaque installation était actuellement vérifiée encore et encore par un technicien spécialisé. L’infiltration dans la base s’était faite en douceur, grâce à leurs ressources – mais aussi une certaine dose de chance, et Jason n’aimait pas trop ça. Les choses pouvaient se compliquer d’un instant à l’autre. D’ailleurs, ça avait déjà commencé : s’ils avaient réussi à duper leurs ennemis en empruntant un de leurs tanks, ils étaient maintenant bloqués dans l’aire de maintenance, et un simple contrôle en profondeur serait suffisant pour mettre à bas la supercherie. Et ce serait à Jason de gérer les pots cassés. Parce que Selina avait pris la poudre d’escampette comme… et bien, comme une voleuse.

Il se demanda vaguement ce que penserait Bruce de le voir travailler aux côtés de sa plus grande faiblesse. Jason, lui, n’en pensait pas grand-chose en tout cas. A une époque, il lui avait couru après, mais il portait un tout autre insigne sur sa poitrine alors. Les choses avaient changé, et ce que Selina faisait de ses jolies mimines lui importait peu. Tant qu’elle le faisait loin de ses affaires.

Evidemment, aujourd’hui était une toute autre histoire. Jason la suivit du regard alors qu’elle se faufilait hors du hangar et un chronomètre se déclencha dans sa tête. Toute infiltration se basait sur la même règle universelle qui ne pouvait être contournée : la durée. La petite pousse à l’air désabusé qui était maintenant en train d’ouvrir le tank pour en vérifier la circuiterie interne l’avait pris en otage sans même le savoir, et, à moins de trouver une très bonne excuse, il était bloqué avec elle. Le temps s’écoulait, réduisant la fenêtre de manœuvre pour remplir son objectif, mais rien n’était encore perdu. Deuxième règle de l’infiltration ? On ne panique pas. Il pouvait faire confiance à Selina (bien que tout soit relatif) pour mener à bien sa mission, alors il n’avait plus qu’à se soucier de la sienne. Il n’y avait qu’une seule tête sur son tableau aujourd’hui, et ça resterait le cas. Il était là pour descendre un connard, pas pour faire de la casse inutile. S’il n’était pas Bruce, et s’il ne rechignait pas à se salir les mains, il n’était pas non plus un mercenaire sans cœur. Ce qui l’intéressait, lui, c’était la justice, propre et nette.

Troisième règle, la délicatesse. Heureusement que son russe tenait encore la route.

« Sabotage, uh ? » répéta-t-il en regardant par-dessus l’épaule de la jeune femme, histoire de donner un peu de contenance à son personnage. Quand elle leva les yeux vers lui, il esquissa un petit sourire avant d’hausser les épaules. « Ce ne serait pas la première fois qu’il nous pique une crise pour rien, j’ai pas raison ? »

Vu de si près, elle lui semblait jeune, trop jeune ce qui pouvait être à la fois une bonne et une mauvaise chose. Si c’était le fanatisme qui l’avait sortie de chez elle, elle resterait du côté des ennemis pour lui : il ne pouvait rien contre les cerveaux de gamins nourris à la propagande. Mais si c’était le besoin qui l’avait amenée ici, avec un peu de chance, elle avait toujours les yeux en face des trous et elle ne voyait pas le monde comme il n’était pas. Et à en juger la façon dont ses doigts visiblement expérimentés passaient d’un câble à l’autre, il optait pour la deuxième option.

« Tu crois que je devrais aller le voir pour lui expliquer ce qu’il s’est passé ? Il est où exactement ? » Jason fit la grimace, son air de soldat blasé et un peu inquiet pour le bien-être de son popotin parfaitement en place. « Des fois, je te cache pas que bosser pour lui, ça me… »

Il laissa sa phrase en suspens, histoire de ne pas se jeter dans la gueule du loup si la jeune technicienne se révélait être, finalement, une dragonne. Dans le pire des cas, il se faisait remonter les bretelles avec, peut-être en bonus, une indication quant à l’emplacement de sa cible. Dans le meilleur des cas ? Elle lui donnait l’indication et une tape sur le dos en remerciement du service qu’il était prêt à rendre à l’humanité entière.

Qui ne tente rien n’a rien.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 99
DC : Mera
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Ven 10 Nov 2017 - 23:06
In G.O.D. we trust
feat. G.O.D.

Oh yeah enfin seule ! Je savoure ce moment où je déambule dans les couloirs, sans qu'on me donne d'ordre. Après tout, avant de partir, on m'a bien dit que mon rôle était de faire du repérage et bon sang qu'est ce que j'aime le lèche vitrine. Toujours camouflée par l'uniforme ennemi, je me fais un plaisir presque jouissif de saluer ceux qui bossent pour l'adversaire. Le général a d'ailleurs poussé une sacrée gueulante, j'ai même sursauté quand sa voix à percé les hauts parleurs. Je fais mon bonhomme de chemin, je prend des notes, je mémorise les couloirs, les sorties etc... bref j'enregistre tout, tout ce qui va pouvoir nous aider pour toute à l'heure quand ce sera le moment de quitter l'endroit. Ma démarche est naturelle, je ne cours pas, je n'ai pas envie d'attirer l'attention avant d'avoir eu le temps de faire ce que je veux faire. Je croise des soldats dans les couloirs. Certains ne font pas attention à moi, d'autres ne se contentent pas de me saluer et me jettent quelques regards en biais bien insistants. Je leur adresse des clins d'oeil ou leur envoie quelques baisers volants, bref, je suis comme une gamine. Et puis j'aime tellement être le centre du monde.

Par contre, j'ai un peu de mal à trouver ce que je cherche et il me faut faire quelques petites courbettes pour qu'on veuille bien m'indiquer le chemin. J'aborde un employé qui passe par là et c'est le visage faussement grave que je m'adresse à lui, la plus sérieuse et convaincante possible.

"Dites on m'a demandé d'apporter quelque chose au Général mais je suis nouvelle et je ne sais pas trop où aller... Avec tout ce raffut, je crois que je me suis perdue..."

Quelques battements de cils histoire de et le tour est joué. En quelques secondes seulement, le mec vient de me dire où trouver le boss. Une fois seule, je me frotte les mains. Un peu d'action, ça promet. Il ne me faut pas longtemps pour trouver le fameux couloir en question mais malheureusement, il est bien gardé. Je souffle et je m'adosse au mur de façon à me cacher de la vue des gardes. J'appuie sur le bouton de mon oreillette et je lâche quelques mots.

"J'ai trouvé le nid mais malheureusement on dirait que papa oiseau a fait venir toute la famille..."

En même temps Selina, tu pensais vraiment qu'il allait être laissé seul avec tout le ramdam que vous avez fait ? Ben non, ça serait beaucoup trop facile. Vous avez fais des conneries maintenant faut assumer.

Je jette un coup d'oeil autour de moi, je réfléchis à toute vitesse, il faut que je trouve un moyen de l'approcher... Jackpot... Je me souviens que sur la route, j'ai trouvé une pièce avec des coffres forts.... Et si j'allais me faire un peu de shopping histoire de ramener toute la troupe ? Oh oh j'en jubile d'avance. Je sens que ça va être épique. Faut juste que je prévienne que je vais m'amuser.

"A moi la diversion, je vais m'amuser, faut en profiter."

Une fois ces mots lâchés dans la radio, je file en direction de la fameuse pièce bien décidé à déclencher la douce mélodie qui les fera tous rappliquer ce qui donnera le champ libre pour atteindre le général.
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/01/2017
Messages : 68
DC : Maggie Marzena, Cir-El / Mia Kent et Gemini De Mille
Localisations : Là où l'imaginaire règne en maitre.

MessagePosté le: Sam 11 Nov 2017 - 5:06
À ce qu’il paraitrait, la chance sourit aux audacieux et au cœur du territoire ennemi, des audacieux il y en a deux. Commençons par Red Hood, qui tente de tâter un peu le terrain et voir à qui il a affaire. Visiblement, la « mécanicienne », a un certain nombre de griefs contre le grand patron dont elle ne se cache absolument pas et ce malgré les risques de se faire dénoncer par un fanatique. Tout le monde au sein de la forteresse est au courant de la nature… Volatile… De la jeune prodige. Et tant qu’elle est utile, le général Volkov tolère son insubordination. Tolérer est le mot juste parce que dans les moments où il manifeste son… Mécontentement, prendre ce genre de risque revient à jouer à la roulette russe, sans mauvais jeu de mots. Mais la jeune femme ne semble pas s’en formaliser outre mesure. Elle est ici un peu contre son gré après tout.

Une information qu’elle fournit d’ailleurs au jeune homme, crachant son venin sur le fait que bosser pour le général la fait… Le reste se perd en insultes en russe mais pas besoin de traduction pour savoir qu’elle est plus une prisonnière ici qu’autre chose. De rage, elle lance un outil qui rebondit contre le blindage d’un char et dans un « KLONK » bien sonore, elle se le prend en plein visage, tombant à la renverse et laissant entendre une litanie de juron aussi longue que la Volga qui est quand même la plus longue rivière d’Europe. Si Red Hood se demandait où trouver les maillons pour défaire la chaine… Il vient de mettre la main sur une candidate de premier choix. Ceci dit, s’il veut capitaliser là-dessus, le temps pourrait jouer contre lui car finalement, il semblerait qu’il n’aura pas besoin de demander davantage d’informations sur où est le général. Oh que non.

Deux soldats se pointent pour lui ordonner de les suivre. Le général veut le voir car il veut savoir ce qu’il s’est passé dehors. Le Kirov foudroyé, la colonne de chars amputés… L’intégrale. Considérant que le maitre des lieux est tout sauf patient, on lui conseille de ne pas tarder à suivre. La « mécanicienne » soupire en disant que c’était bien d’avoir de la compagnie, pour une fois, que de parler aux chars d’assaut est un poil inconvenant et pour la peine, elle se prend une claque sonore derrière la tête. Tu sais où me trouver, lance-t-elle malgré tout à Red Hood avant de se remettre au travail. Au moins, quand elle fait son boulot, on ne la maltraite pas trop. Soupirant à nouveau en disant qu’elle n’aurait jamais dû accepter cette fausse proposition qu’on lui avait faite, les portes de l’aire de maintenance se referment, laissant Red Hood en désagréable compagnie.

Transportons-nous maintenant du côté de la deuxième chanceuse, Selina Kyle. Dans un laps de temps similaire, elle est retourné à la salle des coffres qui était précédemment vide de présence humaine mais plus maintenant. Apparemment, le général veut un certain nombre d’articles transportés dans son bureau et la plus grande cambrioleuse du monde se retrouve à pouvoir voir tous les trésors exposés à son regard de prédatrice. En plus des informations qu’on lui a ordonné de rapporter, elle peut aussi voir toute sorte de bijoux, de médailles et de trucs précieux qui pour la plupart ont l’intéressant avantage de pouvoir tenir dans un sac. Naturellement, la pièce est gardé et un des soldats lui indique que l’accès aux lieux est interdit non sans la dévisager ouvertement d’un air appréciateur. L’uniforme va si bien à Catwoman, ironiquement rebelle jusqu’au bout des ongles.

Certes, cela ne retire pas les gardes en fonction devant les quartiers du général mais l’objectif de Selina n’a jamais été de faire du bruit, au contraire. Seulement de l’infiltration et du vol. Du coup, c’est peut-être une bonne chose alors, ce revirement de situation. À voir, évidemment, auprès de la principale concernée. Les soldats chargés de collecter les objets demandés par le général referment les coffres et seule une sentinelle est laissée derrière. On peut raisonnablement se poser la question : qui serait assez fou pour tenter de voler, un, le maitre des lieux, deux, au sein d’une forteresse patrouillée par des dizaines de soldats et trois, sans vraie possibilité de s’échapper en cas de succès? Une sentinelle suffit amplement et cette dernière se sent un peu inutile. Mais ce n’est pas tout. Il s’agit du soldat qui dévisageait Selina comme un morceau de viande.

Ce qui veut dire vulnérable à ses charmes. Une arme que sait parfaitement utiliser la cambrioleuse. Après tout, ce n’est pas comme si on lui demandait de tuer. Juste de faire son travail avec efficacité, ce qui revient à dire de la laisser faire ce qu’elle veut comme elle l’entend, tant qu’elle ramène le gros lot à la base. Rien n’indique que ce sera facile mais personne n’embaucherait Catwoman pour quelque chose de facile et ce pour deux raisons. La première, ce serait gaspiller de l’argent. La seconde, ce serait gaspiller le talent d’une vraie de vraie professionnelle. Qui voudrait vraiment mettre en rogne une cambrioleuse de son niveau, par-dessus le marché? Quelqu’un d’arrogant et d’inconscient, peut-être. Ce qui n’est pas le cas de cette mystérieuse femme qui lui a offert tout un contrat pour sa participation, un document bourré d’avantages… Pour elle.

Et justement, parlant de cette commanditaire, Tsaritsa, connue des deux protagonistes de cette opération comme la Conseillère Principale Katryn McDougal, commence lentement mais sûrement à se dire qu’elle devrait intervenir directement. Elle sait maintenant qui lui met des bâtons dans les roues et l s’agit d’un adversaire bien trop puissant pour Red Hood et Catwoman. Ils n’ont pas été envoyés pour affronter ce genre de péril mortel mais bien pour se débarrasser d’un pathétique tyran avec des idées de grandeur. Privez votre adversaire de tous ses pions et il n’aura pas le choix de sacrifier quelque chose de plus important comme pièce. À l’inverse, Tsaritsa, elle, ne joue que rarement avec des pions, ce qui fait qu’elle gagne plus souvent contre ce type d’adversaire… Contre sa volonté, elle attend et elle surveille ses deux « agents ». Que de stress pour les deux Humains.

Tout pourrait partir de travers. Le danger est partout. Ils sont en territoire hostile, sans possibilité de renforts physiques avec des moyens se limitant presque à leurs aptitudes personnelles… La Reine des Fables songe à renégocier leur contrat à la hausse. Des employés heureux sont moins enclins à trahir et avec ce qui se joue en ce moment, la dernière chose dont elle a besoin, c’est évidemment une trahison. Informant Catwoman d’une modification à ses ordres , soit tenter de priver financièrement son adversaire donc potentiellement vider un certain nombre de coffres avec possibilités de conserver le butin, a été apportée puis à Red Hood que s’il veut réviser à la hausse sa récompense, il est en mesure de le faire, la femme qui n’est pas une femme espère faire vibrer la corde du professionnel voire de l’ego. Si la flatterie peut augmenter leurs chances de succès… Qu’il en soit ainsi.


"Il était une fois..."



 Ma fiche RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/10/2017
Messages : 44
DC : Diana Prince ; Jessica Cruz
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Lun 13 Nov 2017 - 11:26


In G.O.D we trustG.O.D
La petite mécanicienne était de toute évidence loin d’être épanouie dans son nouveau boulot, loin d’être ravie de porter l’uniforme uni de la base et de servir sous les ordres d’un tordu à l’égo surdimensionné. Les choses auraient pu tourner très différemment si deux soldats n’étaient pas venus chercher Jason. Il aurait suffi d’un petit coup dans le château de cartes pour en faire tomber les fondations, et elle aurait été la première carte à être libérée. Pour avoir été engagée à un aussi jeune âge, Jason ne doutait pas de ses capacités – n’avait-il pas été, lui aussi, un prodige alors qu’il entrait à peine dans l’adolescence ? Mais le destin en décida autrement : on vint le chercher et en quelques secondes, il gagna son ticket pour trouver le général. Sa mission était claire et le temps continuait de s’écouler, ce qui expulsa automatiquement la petite mécanicienne à la bouche si prompte aux grossièretés de ses objectifs. Tant pis. Il ne faisait pas dans le sentiment, de toute façon. Et elle était dégourdie : il était persuadé que dans le chaos que suivrait la mort du général, elle saurait prendre la poudre d’escampette.

Il suivit donc sans discuter les soldats tout en feignant avec superbe l’inquiétude qu’une telle convocation impliquait, et alors que ses yeux papillonnaient ici et là, ronds et terrifiés, il repérait en réalité les yeux : il s’agissait de ne pas se perdre une fois que le général aurait une de ses balles logée entre les deux yeux. Il ne cessait de calculer, de prévoir, tout en sachant pertinemment que tout se jouerait aux réflexes à la fin, mais c’était ce qu’il lui restait d’un entraînement intensif auprès de Batman. Sa cible était le général, et il n’avait pas l’intention de faire d’autres victimes – à part, peut-être, quelques rotules là où il avait besoin de se dégager un passage. Si les deux soldats qui le flanquaient l’accompagnaient dans le bureau, et que ce dernier était vide, à part le général, il avait encore une chance d’expédier la mission rapidement. Un contre trois n’était pas si mauvais que ça. Il avait déjà eu pire.

Tout ce qu’il lui restait à faire, donc, c’était attendre et improviser quand il en saurait plus. Au moins, il se rapprochait de sa cible, et c’était déjà ça. Par chance, l’uniforme de rigueur à l’intérieur de la base impliquait une arme, ce qui voulait dire que la pression familière contre une de ses hanches l’aiderait à expédier rapidement la situation. A dire vrai, il se faisait plus de soucis pour l’évacuation que la mise à mort. Surtout maintenant que lui et Selina étaient séparés.

En parlant de la femme chat, il crut apercevoir la silhouette de cette dernière au tournant du couloir que ses deux bodyguards lui faisaient emprunter. Il savait ce qu’elle avait à faire, et il espérait juste qu’elle le ferait à temps. Avec un peu de chance, peut-être pourrait-elle distraire la base avec une alarme ou deux, juste assez longtemps pour qu’il s’occupe du général ? Mieux valait une base en émoi à la recherche d’un voleur qu’une centaine de militaires furieux à la recherche d’un assassin. Seul hic à cette histoire : flanqué de près par ses deux nouveaux meilleurs amis, il n’avait aucun moyen de parler dans son micro.

Il ne manqua pas la voix de Katryn McDougal dans son oreillette, ceci dit. Et ce qu’elle lui dit lui parût de très mauvais augure. Une augmentation, s’il le voulait ? Aie. Ca ne pouvait dire qu’une seule chose : problème en vue. Et étant donné qu’ils arrivaient devant une porte gardée, le problème était très évident.

« Il est beaucoup en colère ? » demanda-t-il. « Il a demandé à me voir tout seul ou … ? »

Tout seul voudrait dire que le général prévoit de le punir (sans savoir qu’il était sur le point d’être le puni lui-même). Accompagné compliquerait juste les choses. Un peu. Encore une fois, il avait déjà vu pire.

Faites que Selina se dépêche. D’un instant à l’autre, il entrerait dans la gueule du lion.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 99
DC : Mera
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mar 14 Nov 2017 - 14:40
In G.O.D. we trust
feat. G.O.D.

Bon, faut bien l'avouer, un plan qui se déroule sans encombres c'est quand même un peu ennuyeux non ? Je ne suis pas une maniaque du contrôle, loin de là, sinon je n'aurais pas choisi cette voie. J'aime les surprises, j'aime les petits imprévus bien que quelques fois, j'ai envie que tout se passe bien. Et là, forcément, vu que c'est une mission foireuse depuis le début, la suite logique est que ça continue à foirer non ? Et bien cette journée ne déroge pas à la règle. Quand ta journée commence mal, elle a tendance à continuer. Moi qui pensais pouvoir faire diversion en déclenchant l'alarme de la salle des coffres, je déchante rapidement. Alors que je pensais clairement pouvoir faire mes petites affaires tranquillement, la pièce qui il y a tout juste quelques minutes était vide, ressemble à présent à une salle de concert... A croire que le Général a senti le coup venir... Je reste donc à couvert, à réfléchir à un nouveau plan. Pendant que je cogite sur la suite, mes yeux, eux, se régalent de toutes les petites choses qui sont installées à ma vue. Je me redresse et décide de tenter le tout pour le tout. Après tout, je porte l'uniforme de la base alors pourquoi pas. Ouais sauf que ça aurait été tellement facile qu'il me laisse passer cet abruti. Il me recale séchement, je grogne et je fais demi tour avec la ferme intention de trouver autre chose. Bien entendu, je ne suis pas passée à côté du regard que le garde m'a lancé. Un détail qui va m'être particulièrement utile dans quelques minutes.

Je me place donc à bonne distance. Je suis à la fois invisible et je peux clairement voir ce qu'il se passe dans la pièce. Au bout de quelques minutes, les gardes se mettent à refermer les coffres. Je me frotte les mains... voilà enfin ma chance. La petite troupe se met donc en route et c'est non sans amusement que je me rend compte que la seule personne, que le seul garde qui ferme la marche, c'est celui qui me reluquait l'arrière train avec un regard de crève la faim.

"Que le spectacle commence...."

Démarche chaloupée, j'avance dans la direction opposée du petit cortège, du fait exprès. Je sais parfaitement ce que je vais faire, il faut juste que je sois rapide et discrète mais ça ne devrait pas poser de soucis. J'accentue les mouvements de mes hanches alors que je passe à la hauteur des premiers gardes. Certains me regardent, d'autres bavent, tant mieux. Finalement, j'arrive à la hauteur de ma proie et je fais en sorte de le rendre un peu plus vulnérable à mes charmes. Je lui envoie un baiser et lui adresse un clin d'oeil. Je ralentis la démarche, mais ondule toujours autant du bassin. Ces petits gestes ont l'effet escompté et en quelques secondes, le garde en oublie clairement son boulot. Il me suit, pas besoin d'être devin pour deviner ce qu'il a dans la tête ce gros porc. Une fois à l'abri des regards, je me retourne vers lui et alors qu'il pense que je vais l'embrasser, il se prend un coup bien placé et tombe au sol.

"Tu m'as pris pour qui toi...."

Je pousse un soupir et je secoue mes mains quelques secondes. Maintenant, cacher le type dans les vapes et faire en sorte qu'il ne puisse pas s'échapper. Et pour ça, rien de mieux qu'un placard. Je traîne le garde au sol en lui disant qu'il est temps qu'il arrête d'abuser des cochonneries et je finis par le caler dans un placard à balais. Je prend bien soin de fermer le verrou de l'extérieur et je m'empresse d'aller rejoindre le cortège.

Chose faite en quelques secondes, je me retrouve à la place du garde assommé, en queue de peloton. Alors qu'on approche du bureau du Général, je repère immédiatement Jason. En passant non loin de lui, je lui fais un clin d'oeil discret.

Nous allons au même endroit, ce qui est une aubaine. Ce petit concours de circonstance promet du grand spectacle. Finalement, on dirait bien que la roue tourne...
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/01/2017
Messages : 68
DC : Maggie Marzena, Cir-El / Mia Kent et Gemini De Mille
Localisations : Là où l'imaginaire règne en maitre.

MessagePosté le: Mar 14 Nov 2017 - 21:33
[justify]Deux personnes distinctes avec deux objectifs différents pour une mission commune. Est-ce que le dénouement approchait? Est-ce que la tête du serpent allant être tranchée? Et si oui, que se passerait-il ensuite? Comment s’échapper d’une base ennemie avec d’une part un obstacle abattu et de l’autre encore du travail à faire? Car éliminer le général Arkady Volkov était la mission de Jason. Selina a un autre mandat dont elle doit s’acquitter. Surtout que pour compliquer les choses, il semblerait que le dictateur local ait voulu faire un exemple un brin particulier. Entouré de son état-major, de sa garde d’élite et d’un certain nombre de trésor, il semble plutôt vouloir tenir une sorte de… Cour martiale? Qui peut prétendre ce qui se passe dans la tête d’un illuminé? Tous ces trésors proviennent visiblement de l’ère soviétique. Curieux?

Certainement pas pour quelqu’un qui se prend pour celui qui va ressusciter d’entre les morts cette super puissance du passé. La situation devient plus complexe, les enjeux de plus en plus intéressants. Au moins, personne, pour le moment, n’a remarqué Selina qui s’est substituée à un des gardes. À savoir si c’est un avantage pour Jason, maintenant, difficile à dire sans avoir l’opinion du principal concerné. Concentrons-nous plutôt sur ce qui semble en train de se passer. Arkady Volkov commence un long discours sur ses motivations et ses objectifs, comment il est l’élu qui va paver la voie pour la création d’une nouvelle URSS. Comment venu d’ailleurs va lui permettre d’obtenir la victoire. Comment le Japon, l’Asie, l’Ouest et le monde tomberont sous la botte de ses armées. S’il subsistait encore un doute quant à la mégalomanie de cet homme, plus maintenant.

Il parle ensuite de sa vision du monde futur, de ce qu’il essaie d’accomplir puis se lamente sur le fait qu’il est entouré de gens qui sont incapables de se conformer à sa vision et qu’il faudra inévitablement faire une purge dans les rangs de sa glorieuse armée pour ne garder que ceux qui sont dignes de se tenir à ses côtés. Ces paroles ne semblent pas rassurer certains des officiers qui se raidissent visiblement. Personne n’avait parlé de purge ou d’éliminer une partie de l’armée. Plus se sont joint à lui par pur opportunisme et donc seront les premiers à tomber sous les balles. Les fanatiques, ceux qui voient Arkady Volkov comme un messie ne sont que trop contents de pouvoir se débarrasser des « infidèles ». Ils n’attendent qu’un ordre pour se mettre au travail comme un seul homme. Une situation périlleuse dans les rangs qui pourrait profiter au duo infiltré ici.

Et le dictateur de service continue à monologuer, sous les regards inquiets ou étonnés de certains et ceux fanatiques et dévoués d’autres. Pourquoi est-ce qu’il fait ce discours, pourquoi maintenant? Est-ce à cause de l’incident qui vient de se produire? Au pire, c’est un léger contretemps. Certes, des hommes sont morts et de l’équipement a été détruit mais ce n’est pas SI dramatique que cela. Sauf que personne n’ose l’interrompre de peur de se prendre une balle. Tous savent ô combien le général peut être… Volatile. Ultimement, tout le sens de ce cirque prend un sens : il y a des traitres dans les rangs, des saboteurs qui tentent de ruiner son projet et de détruire ses rêves et le premier sur la liste est Jason, le conducteur du char qui se trouve en ce moment dans l’aire de maintenance. Confesse tes crimes, hurle le général, qui ressemble plus à un dément qu’autre chose.

Seulement voilà, quel crime? Jason n’a pas saboté le char. N’a pas fait s’écraser le zeppelin. On peut lui reproché d’avoir pris la place, avec Selina, des soldats en charge du char mais en dehors de cela, tout est imputable à un mystérieux phénomène électrique. Plus encore, les résultats des tests sur le char qui pourraient indiquer un acte de sabotage n’ont même pas encore été présentés. Ça Jason le sait, il était avec la personne chargée de cette tâche. Pire encore, le général Volkov exige qu’on lui amène le deuxième membre d’équipage du char pour être jugé… Soit Selina, qui est un, déjà dans la pièce et deux, là où elle ne devrait pas être. Les conséquences si elle était découverte pourraient être vraiment très fâcheuses. Ce qu’il leur faudrait, surtout à Jason, en ce moment, c’est un sérieux coup de main. Ou un coup de chance, comme précédemment. Ce serait bien.

Malheureusement, Tsaritsa ne saurait intervenir à cette distance sans attirer l’attention d’un être qui vient d’essayer de changer les choses une première fois. En cas de détection, l’existence même de ses deux agents pourrait être effacée. Chose qu’elle ne veut pas, naturellement. Ils vont devoir compter sur leurs propres moyens ou sur une aide à l’interne. Une odeur de tabac qui n’est pas étrangère à l’homme de ce duo commence à flotter dans l’air et le général semble s’en être aperçu aussi puisqu’il jure entre ses dents serrées. Entre alors dans le bureau une certaine surdouée avec un sourire comme celui du chat ayant mangé le canari. Général, dit-elle, le char n’a pas été saboté. Cet homme est innocent. Je l’avais bien dit. Voilà qui met l’homme encore plus en colère. Lui qui pensait pouvoir assouvir ses besoins sadiques en assassinant un énième subordonné…

Le pire est évité, pour le moment. Mais la mission n’est pas terminée. La présente situation offre même un certain nombre d’avantages. Volkov est présent. Il y a un certain nombre d’objets que Selina pourrait voler. Pour les informations, cela risque d’être plus complexe mais pas tout à fait impossible. Le général en a peut-être sur lui et c’est son bureau, après tout. Et enfin, techniquement, ils ont une alliée potentielle, avec sa grosse clé anglaise sur l’épaule et un sourire à donner des crises d’urticaire à n’importe quel parent ayant dû endurer la crise d’adolescence de sa progéniture. La surdouée étant en charge du maintien de cette technologie venue d’ailleurs, elle en connait un rayon sur ce que veut savoir leur commanditaire. À savoir si ce sera une prisonnière ou quelqu’un venant de sa propre initiative, si tant est qu’elle les accompagne reste à déterminer.

Quoi qu’il se décide, s’il faut que ce soit fait rapidement, le moment semble être maintenant. Volkov disperse l’assemblée, congédiant une partie des soldats et de l’état-major et ceux qui ont amené les trésors sont en train de tout remballer, ce qui en ferait des cibles faciles du fait que leurs armes ne sont pas à portée de main. Selina n’aura pas vraiment le choix que de les aider si elle ne veut pas que les choses paraissent suspectes, au risque de se faire repérer. Mais bon. La cambrioleuse a l’habitude quand il faut jouer la carte de l’innocence, non? Il reste un quatuor de soldats armés soit la garde rapprochée, un trio d’officiers, le général et les « porteurs de trésors ». Tout au plus, une douzaine de personnes. Il reste à se poser la grande questions : qu’est-ce qui constitue un risque acceptable pour la mission? La réponse à cette question ne saurait tarder…


"Il était une fois..."



 Ma fiche RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/10/2017
Messages : 44
DC : Diana Prince ; Jessica Cruz
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mer 15 Nov 2017 - 11:35

In g.o.d we trustG.O.D
Jason savait jouer les imbéciles, et c’était fort heureusement, quand on voyait le nombre impressionnant d’imbéciles en train de boire les paroles d’un général délirant persuadé qu’il était la clé du salut du monde entier. Il savait que le discours, bien que sans queue ni tête, cachait un message et annonçait un objectif qui, pour lui, était des plus évidents. Il avait été convoqué dans le bureau du général après tout, lui ainsi qu’un petit public non négligeable, et il n’était pas compliqué d’en comprendre les raisons. Le général voulait son audience, il voulait des spectateurs alors qu’il ferait passer un message précis, et Jason, lui, servirait d’exemple. Seulement, il n’avait pas le moins du monde envie de crever sur le sol d’une base de délurés, alors le message, ce serait lui qui le passerait.

La tête baissée, en imitation parfaite d’un repenti à vous réduire les genoux en mousse, il analysait silencieusement la situation et son entourage proche. Il y avait du monde dans le bureau, oui, mais ce n’était pas impossible. Par chance, ce que les soldats voyaient quand ils posaient les yeux sur lui, c’était un simple costume comme ils en portaient et une unique arme à feux, alors que Jason était en réalité venu préparé, ce qui voulait dire qu’il avait bien plus de puissance de feux sur lui que ça. Grâce à Bruce et à sa super bat-ceinture, Jason portait sur lui une véritable armada et contraire à celui de Bruce, la sienne était bien plus… expéditif. Alors si la situation tournait mal, il pourrait se défendre. Il pourrait même peut-être s’en sortir sans une égratignure, mais ça… Il n’en était pas parfaitement sûr. Et s’il n’avait pas la moindre envie de crever à cause d’un fanatique, il n’avait pas plus le besoin d’y passer à cause d’une mission à l’autre bout du monde – aussi noble soit-elle.

Ce serait donc son dernier retranchement, mais inutile de presser l’affrontement. Il avait assez d’expérience pour savoir que les situations évoluaient parfois pour le meilleur, et il ne lui restait plus qu’à attendre de voir si le sort jouerait – encore une fois – en sa faveur. Il savait, après tout, qu’il était innocent, que par miracle, ce qu’il s’était passé à leur entrée dans la base n’avait rien à voir avec une quelconque tentative de sabotage. Peut-être que cela suffirait à lui éviter l’exécution publique. Même s’il en doutait. Ce cher général n’avait franchement pas l’air des plus équilibrés.

Par chance - encore - son discours et sa soif de sang de plus en plus évidente furent tous les deux coupés par l’arrivée quelque peu anti-climatique de la jeune mécanicienne avec qui Jason avait échangé quelques mots dans l’aire de maintenance. Un sourire de merdeuse aux lèvres, elle affirma haut et fort son innocence et le Général ne chercha même pas à la contredire, trop occupé à se mettre en colère. Jason se tourna vers la jeune fille et posa sur elle un tout autre regard. Il l’avait jugée importante dans la base, et contrainte d’avaler par paquets la propagande du déluré qui lui servait de boss, mais il semblait qu’elle était encore plus que ça. Sa parole, même irrespectueuse, avait été écoutée, suivie et surtout, n’avait pas été discutée. Qui que cette gamine soit, c’était un allié de taille pour le Général et son opération, et ça ne pouvait vouloir dire qu’une seule chose : surdouée.

Jason croisa brièvement son regard alors que la pièce se vidait autour de lui, et il lui esquissa un léger sourire en coin avant de laisser courir ses yeux autour de lui. De presque trop risqué, la pièce était passée à presque trop facile. Selina se tenait toujours dans un coin, près des soldats qui s’occupaient des richesses personnelles du Général, ce qui voulait dire que seule la garde armée et les officiers seraient un problème pour lui – un problème facilement réglable. Le décompte qui s’était enclenché dans sa tête à l’instant même où ils avaient passé les portes de la base se fit plus insistant. Attendre une nouvelle fenêtre pourrait prendre trop de temps et ruiner la mission. C’était maintenant ou jamais.

« Et puis merde, » grommela-t-il avant de sortir son arme, tellement rapidement qu’il put tirer avant que quiconque n’ait le temps de faire quoi que ce soit.

Sa balle se logea entre les deux yeux du Général avec un petit bruit humide, et le corps de se dernier bascula, amorphe et mort avant même de toucher le sol. Jason tira sur soldat de la garde personnelle du Général, visant cette fois-ci tout ce qui mettrait hors d’état de nuire sans en faire, cependant, un état irréversible, puis bloqua le coup qu’un des officiers tenta de lui porter. Le bras de celui-ci coincé entre celui de Jason et son flanc droit, il tourna sur lui-même, pliant le membre de l’officier dans un angle tout sauf naturel, récupéra l’arme que ce dernier lâcha et l’assomma avec un coup de coude bien placé. Son effet de surprise maintenant bien dissipé, il préféra se recroqueviller derrière un des énormes fauteuils en face du bureau pour éviter la rafale de balles qui vola dans sa direction.

Il baissa les yeux vers l’arme qu’il avait récupérée et, avec un petit sourire aux lèvres, la jeta vers la jeune surdouée. Il était temps qu’elle ait entre les mains quelque chose d’un peu plus expéditif qu’une clé à molette.

A l’autre bout de la salle, Selina jouait des pieds et des mains contre les ‘trésoriers’ et Jason eut presque de la peine pour eux. Presque. C’était un honneur de se faire tabasser par Catwoman après tout. Quant à lui, il n’attendit pas plus longtemps pour repasser à l’attaque. Inutile de laisser à ses partenaires de jeux le temps de se regrouper. Il se redressa et bondit au-dessus du fauteuil, ses deux mains maintenant refermées sur ses deux automatiques. Il parvint à toucher deux nouveaux soldats et glissa au sol pour en envoyer un troisième par terre. Un coup de crosse dans la mâchoire et ce dernier sombra à son tour dans l’inconscience, réduisant ainsi le nombre d’ennemis au nombre de deux. Un lancer de couteau plus tard, l’affrontement se réduisit à un pauvre face à face auquel Jason mit tragiquement fin par un coup de la magnifique lampe de bureau du Général contre la tempe du dernier soldat debout. Ce dernier s’écroula en travers du corps de Volkov. Une conclusion presque artistique.

Jason se tourna vers Selina qui, elle aussi, avait réglé son problème de parasites.

« Si tu as quelque chose à trouver, mieux que tu le trouves ici, et vite, » lui lança-t-il en bloquant les portes du bureau.

Ses yeux se posèrent sur la mécanicienne.

« Quant à toi, merci pour ton coup de main. Tu es libre maintenant. Seul petit hic, si tu veux sortir vivante de cette maison pour fous, il va falloir que tu nous guides. On assure ta protection et toi, tu nous trouves un moyen de sortir pas trop risqué, ça te va ? »

Il tendit la main vers elle. Il aimait bien cette petite, mais elle avait déjà été embrigadée une fois. Inutile de lui faire subir ça une deuxième fois. Il était temps qu’elle choisisse elle-même ce qu’elle voulait faire, mais en attendait, il fallait qu’elle choisisse de mettre sa connaissance de la base à leur service avant que la-dite base toute entière ne leur tombe sur le coin de la figure.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 99
DC : Mera
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Lun 20 Nov 2017 - 22:44
In G.O.D. we trust
feat. G.O.D.

Alors quand je parlais d'aubaine, je ne pensais pas vraiment à ce qu'on exauce mon souhait. En quelques secondes, nous voilà, Jason et moi, dans la même pièce que le Général, la cible à abattre. Fière de mon coup, je ferme la marche du petit cortège et je prend place à l'endroit qu'on m'a indiqué. Je repère assez rapidement toutes les jolies petites choses que je vais récupérer dés que j'en aurais l'occasion. Je suis sûre que cette occasion arrivera bien assez tôt en plus. Le Général attend que tout le monde soit bien installé avant de se lancer dans une allocution, qui, à mon goût prend beaucoup trop de temps. Les minutes passent et plus elles passent, plus Jason semble devenir le suspect parfait concernant tout le branle-bas de combat qui a eu lieu un peu plus tôt. Je laisse échapper un soupir, quelque peu agacée par tout ça et je lève les yeux au ciel ce qui me vaut un regard réprobateur de mon chef par intérim. Je me pince les lèvres, les bras croisés dans le dos, en position garde à vous. Mes yeux ne quittent pas tout les petits trésors qui sont présents dans la pièce à seulement quelques petits mètres de moi. Je vous jure que c'est une situation très frustrante !

Les minutes passent, le Général semble ne plus vouloir s'arrêter de parler. Je crois même que je suis à deux doigts de m'endormir lorsque la gamine prend la parole et se met à défendre Jason, au grand étonnement du patron. Je ne peux pas m'empêcher de sourire, amusée par la situation. Mais c'est qu'elle en a celle la. Vu le regard que Volkov lui balance, je suis prête à parier qu'il a l'intention de lui faire passer un sale quart d'heure. Seulement voilà, pour le moment il ne fait rien et arrête même de parler. Il s'apprête à quitter la pièce, c'est le moment ou jamais... Jason semble entendre ce que je pense puisque sans prévenir, il dégaine son arme et fait feu sur le Général qui s'écroule, au sol, inerte. Une bonne chose de faite comme dirait l'autre, seulement voilà, maintenant c'est un sacré bordel, ça crie et ça court dans tout les sens. Je laisse échapper un soupir alors que je dois, à mon tour, me jeter dans le bain.

En quelques minutes, la pièce se transforme en arène. J'évite les balles, je balance des trucs à la tête des soldats, je claque mon fouet et je sors les griffes. Pas besoin de jeter un coup d'oeil sur Jason, à entendre les coups de feu, je suis sûre qu'il s'en sort plutôt bien. Il ne manque plus que de la bonne musique pour que tout ça ait l'air d'une mise en scène et d'un joli show. Alors que je m'occupe de mon dernier assaillant, Jason m'ordonne de me dépêcher de trouver ce que j'ai à trouver. Je laisse échapper un soupir.

"Ah les hommes, toujours besoin de tout faire dans la précipitation..."

Il n'a pas besoin de me dire ce que je dois faire. Sans un mot, je me bouge pour mener ma mission à bien. Retrouver des documents importants et au passage, récupérer quelques trucs de valeur. Bon j'avoue que je m'occupe en priorité des objets de valeur. Après tout, je ne sais pas si je vais mourir dans cinq minutes alors autant faire en sorte que je meurs riche. Mais bon, apparemment, les soldats n'ont pas l'air plus motivés que ça pour faire une entrée fracassante. Tant pis pour la mort richissime... je vais pouvoir récupérer les documents qu'on m'a demandés. Une fois chose faite, je m'approche de Jason qui s'adresse à la mécanicienne. Alors qu'il lui tend une main après lui avoir proposé un marché, je ne peux pas m'empêcher de dire quelque chose, sourire aux lèvres.

"Décidément, il te les faut toutes à toi."

Trêve de plaisanterie, on doit vraiment se barrer de là et j'espère que la midinette ne va pas nous la faire à l'envers. D'ailleurs pour lui montrer que je n'hésiterai pas à m'en servir, je sors les griffes à quelques centimètres du visage de la petite protégée de Jason.

"C'est quand vous voulez !"
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 31/01/2017
Messages : 68
DC : Maggie Marzena, Cir-El / Mia Kent et Gemini De Mille
Localisations : Là où l'imaginaire règne en maitre.

MessagePosté le: Mar 21 Nov 2017 - 5:59
On ne pouvait pas dire que Jason n’était pas l’homme de la situation. Il avait neutralisé une menace dont plusieurs ne suspectaient pas l’existence et ceux qui savaient n’allaient certainement pas en parler. Pour les autorités japonaises, ce serait, au mieux, une note de bas de page dans un rapport. Pour les Russes, une consigne claire : il ne s’est rien passé. Pour la GOD…Un rapport complet qui prendrait le chemin des archives mais une affaire loin d’être terminée. L’Asie se voyait menacée de déstabilisation par un être venu d’ailleurs aux motifs pour le moment bien nébuleux. S’il s’agissait de conquête pure et dure, il y avait des moyens considérablement plus efficaces de procéder. Tout ceci était inutilement complexe… Mais il y avait forcément une raison derrière. Et la grande patronne de la GOD, apparemment, ne comptait pas en rester là.

Malgré le chaos et la confusion qui avait régné dans le bureau du général, peut-être par la chance la lus incroyable qui soit ou parce qu’en quelque part, dans une maison de fous, qui remarque encore l’inhabituel ou l’inusité, aucune alarme n’avait été déclenchée, pour le moment. Ce moment de « calme » risquait de ne pas durer, naturellement, mais pour le moment, au moins, Selina, Jason et une alliée de fortune pouvaient reprendre leur souffle. Ou tout du moins, se hâter de remplir les paramètres de leur mission, pour les deux premiers, avant que les problèmes ne deviennent trop importants. D’accord, Volkov était mort et oui, techniquement, leur patronne avait les moyens de transformer en ruine cette forteresse mais en sortir pourrait être incroyablement plus complexe que d’y entrer. Même avec quelqu’un pour les guider. La GOD ne connaissait pas le mot « normal ».

Dans l’immédiat, Selina, en plus d’une fortune en petits objets divers, put mettre la main sur trois items des plus intéressants : une clé USB, un ordinateur crypté et un petit coffre-fort de style coffret de sûreté. À voir Volkov, il était clair que les deux premiers articles, bien que lui appartenant, n’étaient pas pris en charge par lui. Quand on parle d’une relique de la guerre froide, on parle d’un homme qui rédigeait tous ses documents à la main. Cela voulait dire que le contenu du coffret promettait d’être… Édifiant. Quant à la menace de se servir de ses griffes sur la mécanicienne, cette dernière la traita de « prostituée » en russe, en guise de réponse et de raffermir sa prise sur sa clé anglaise. Oui, elle avait une arme à feu mais bon. Pour le moment, le « cadeau » de Jason était très bien dans son holster. Quant à sortir d’ici… Il y avait bel et bien un moyen.


« Bon. Si vous ne voulez pas ressortir par la porte, ça vous regarde. Volkov a un ascenseur dissimulé dans son bureau qui mène à une sorte de hangar secret avec un VTOL pour le sortir d’ici en cas d’urgence. Je le sais parce que c’est moi qui ai dû assurer la maintenance de cet engin. Il y a juste un léger problème. Enfin. Deux. Le premier, le hangar est gardé par des fanatiques au service de Volkov. Et…

Ce sont des types en combinaison tesla. Autrement dit, ils sont pratiquement blindés et s’ils vous tirent dessus, soit vous êtes désintégrés, carbonisés ou vous devenez une guirlande de Noël sur pattes. Ils sont trois. L’autre problème c’est que… Comment dire… On fait comment pour échapper à la DCA et aux défenses de la forteresse si elles nous considèrent comme ennemis? Quand ils vont trouver le corps du général… »


Ledit ascenseur fut vite révélé et il était clair et net que la mécanicienne ne comptait pas s’éterniser ici. Déjà qu’elle était loin d’être une fanatique et qu’elle avait été forcée de travailler pour Volkov, toute occasion de liberté était une chance à saisir. Et c’était dans son intérêt que de faire en sorte d’avoir des alliés parce que jamais elle ne pourrait atteindre son ticket de sortie sans aide. Au mieux, on pouvait la considérer comme une ingénieure de combat, au pire comme une personne modérément compétente avec un flingue. Elle ne paniquait pas sous le feu ennemi mais ce n’était pas une tireuse d’élite pour autant. Un beau bouc émissaire, aussi, pour les fanatiques de Volkov qui voyaient des traitres à la cause partout est des éléments qui n’étaient pas assez « convertis » à la glorieuse vision du général. En fait, tout ceci était de peu d’importance.

Pourquoi? Parce que dans la théorie, la situation venait de tourner à l’avantage de nos héros. Cependant, ils semblaient avoir perdu de vue un détail. Arkady Volkov était peut-être le visage public de toute cette armée de fanatiques mais elle ne s’était pas formée par sa volonté. Au contraire, c’était une puissance venue d’une autre dimension qui lui avait fourni les moyens de pouvoir mener à bien ses ambitions. Une puissance qui n’avait aucune raison de continuer à voir des ressources gaspillées par un incompétent désormais décédé. Quelque chose protégeait ces deux gêneurs qui venaient de se mêler de ses affaires. Soit. Mais rien ne protégeait la forteresse et ses environs. Comme toute entité un tant soit peu mégalomane, le vrai maitre d’œuvre derrière cette attaque était un partisan du « ce que je donne, je peux aussi le reprendre ». Avec Volkov mort… Bien…

Les Kirov, les chars et tous les éléments qui n’étaient pas de ce monde commencèrent à disparaitre un à un. Les membres d’équipage de ces véhicules se retrouvèrent à tomber au sol, certains de très haut d’ailleurs. Les dispositifs de sécurité tesla disparurent à leur tour et la forteresse était également en train de se désintégrer. Au début, pendant que le trio se dirigeait vers son objectif, rien de tout ceci ne fut bien apparent car ils étaient à priori dans une succession de corridors sans fenêtres, éclairés uniquement par la lumière crue de groupes électrogènes. Les problèmes prirent forme en arrivant dans le hangar quand le trio de soldats tesla vint pour les mettre en joue et que leurs armes et armures disparurent tout d’un coup, comme si on avait soufflé sur la flamme d’une bougie. Un revirement de situation à l’avantage de nos héros mais qui pourrait bien leur causer du tort. C’est que…

La plateforme où se trouvait posé le VTOL surplombait une étendue d’eau agitée de courants extrêmement violents et de rochers acérés. Si l’ensemble se désintégrait avant le décollage de l’appareil, retrouver les corps ou ce qu’il en resterait prendrait une éternité à la GOD. Même sans armes tesla, il y avait entre Jason, Selina et un moyen de prendre la fuite trois combattants endurcis. La mécanicienne ne fait pas partie du compte car elle avait profité de la confusion pour sprinter jusqu’au VTOL puis au poste de pilotage de ce dernier. L’objectif : faire chauffer les moteurs avant que toute la situation ne vire à la catastrophe. On ne pourra pas critiquer sa prise d’initiative dans de telles circonstances, en tout cas. Une tournure des choses plutôt imprévu qui leur facilitait et leur compliquait les choses : et si des données cruciales avaient été abandonnées derrière, hum?

Ceci dit les regrets devraient attendre. La mission n’était pas encore terminée et le danger était omniprésent. Il faudrait des nerfs d’acier et surtout ne pas paniquer. Tout contretemps pourrait être fatal donc pas le temps de faire dans la dentelle. Le combat n’en serait pas un qui soit honorable, ce serait une affaire de survie. Et quand votre vie est en jeu, certains préfèrent sauver leur peau à tout prix. S’il faut trouver un point de consolation, au moins, la mécanicienne ne leur avait pas fait de coup fourré, elle semblait attendre anxieusement que Selina et Jason soient à bord avant de partir. Une situation qui ne pourrait être maintenue indéfiniment par contre. De haut en bas, « brique par brique », la forteresse continuait de se désintégrer. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne reste qu’une vaste étendue vide et les ruines d’un village…


"Il était une fois..."



 Ma fiche RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/10/2017
Messages : 44
DC : Diana Prince ; Jessica Cruz
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Lun 4 Déc 2017 - 23:50



In g.o.d we trustG.O.D
Il y avait quelque chose de lourd dans l’air, de tendu.

Jason n’avait pas la prétention de se qualifier de génie, et encore moins de penser que, s’il avait développé une connaissance du surnaturel accrue aux côtés de Talia, puis de la All-Caste, il était devenu un as de la magie. Loin de là. Son truc, à lui, c’était ce qui était tangible et solide, ce qui pouvait se briser et dont il pouvait prendre le contrôle avec une balle bien placée. Ce qu’il se passait dans la forteresse à cet instant n’avait rien de palpable : la menace était évidente et pesante, mais elle était aussi anonyme et tapie dans l’ombre. Il n’était pas idiot non plus, pas au point de penser que la G.O.D était une organisation immaculée (surtout pas après le genre d’objectif qu’il venait de remplir), et malgré sa brève expérience en tant que Robin sur son CV, il avait quand même appris un truc ou deux auprès du plus grand détective du monde (tu parles d’un égo) et, bref. Les maths étaient fait, il avait ajouté deux et deux, et le résultat était foireux. Il s’était fourré dans un croisement de fer qui n’impliquait pas que des armes matérielles. Pourquoi leur aurait-on tout dit, après tout ? Aucune organisation au monde ne fonctionnait sur le partage total des informations.

Seulement, là, c’était quand même un sacré secret. Et une putain d’épine dans son pied.

« Bordel de me… » commença-t-il alors que le haut du hangar se dématérialisait littéralement au-dessus de leurs têtes.

Un bref regard vers Selina lui apprit qu’elle aussi découvrait le revers de cette belle mission de sauvetage de l’Asie toute entière, et un autre coup d’œil vers les trois armoires à glace qui les attendaient, vêtues de Tesla et prêtes à les canarder suffit à lui faire comprendre que tout cela était aussi inédit pour eux. Malheureusement, ça n’enlevait rien au sérieux de la situation – situation qui voulait que Jason et Selina se retrouvent face à face à trois mercenaires armés jusqu’au dents alors que le hangar s’écroulait sur eux.

Jason se mit aussitôt à couvert, arme au poing, et plus reconnaissant que jamais pour les coins de murs particulièrement bien placés. Il s’attendait à un combat enragé, penchant sur l’apocalyptique, ou l’adrénaline rugirait si fort dans ses oreilles qu’il en perdrait sa prise sur la réalité. Bref, quelque chose d’épique. Hors, quand il jeta un regard au-delà du mur pour se préparer à tirer et à prendre les combinaisons de Tesla comme elles viendraient, il eut la surprise de voir ces dernières partir en fumée, main dans la main avec les belles armes toutes brillantes qui les avaient accompagnées jusque là.

Ses yeux écarquillés se posèrent sur ceux de Selina, qui avait également prit refuge derrière une pile d’énorme caisses.

C’était plutôt une bonne nouvelle, ça, non ? Apparemment, la forteresse n’était pas la seule à s’envoler. Apparemment, le matériel aussi s’envolait. Il s’en réjouit. A peine, ceci dit, parce que son cerveau ne le laissa pas oublier pendant une seconde entière que leur billet de sortie se trouvait être… et bien, du matériel qui avait également appartenu à feu Général Mégalomane.

« Fais chier, » grommela-t-il avant de croiser de nouveau le regard de Selina.

Il était temps de passer à l’action une nouvelle fois. Il espérait qu’elle avait pris tout ce qu’elle avait à prendre puisqu’il était clair maintenant qu’aucun retour en arrière ne serait possible. Maintenant, il leur fallait prendre la poudre d’escampette, et pour ça ils avaient non seulement besoin de la mécano de génie qui s’agitait dans le VTOL à quelques pas, mais aussi du-dit VTOL.

« On fonce, » cria-t-il à Selina.

Il sortit immédiatement de sa cachette, tira sur un des trois hommes mais n’eut pas l’occasion d’ouvrir le feu sur les deux autres. Rapides et de toute évidence surentraînés, ils avaient eu aussi couru à couvert, et si le haut du hangar se faisait la malle, ce qui occupait l’espace au sol était encore bien réel, et ça impliquait tout un tas de caisses qui étaient possiblement remplies d’armes.

« Allez, allez ! » cria-t-il une nouvelle fois en tirant à l’aveuglette vers la cachette des deux hommes qu’il entendait s’agiter.

Il avait juste besoin d’assez de temps pour les empêcher de les prendre en joue, lui et Selina. Juste assez pour qu’ils atteignent leur porte de sortie et mettent les voiles. Il était déjà mort une fois parce que son prétendu sauveur était arrivé en retard, et depuis, il mettait un point d’honneur à être toujours à l’heure. Hors, il avait rendez-vous avec la vie sauve et un VTOL bien palpable. Il s’agissait de ne pas être à la bourre.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[4ML][Îles Kouriles] In G.O.D. we trust (PV Groupe RP GOD)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Photo de Rosacée : Cerisier des Kouriles - Prunus kurilensis - Prunus nipponica var. kurilensis - Kurile cherry tree
» Ipanema percolateur 1er groupe Italien
» La vraie liberté ne consiste pas à faire ce qu'on veut...
» Avis de marché - Paris - église Ste Marguerite - Lot 1 peinture murale
» 1er Bataillon de Chasseurs Portés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Asie-