[4ML] Atom Rebirth

Inscription : 21/11/2015
Messages : 567
DC : Mister Miracle - The Bat - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Dim 8 Oct 2017 - 19:43
Ivy Town.
Petite ville située en Nouvelle-Angleterre, connue essentiellement pour son port, son estuaire et surtout son Université. Essentiellement tournée vers la Recherche et la Science, elle n’attire guère l’attention, et a longtemps été une cité anonyme, connue essentiellement dans les circuits scolaires.
Cependant, depuis que le professeur Ray Palmer a découvert une étoile naine blanche lors d’une randonnée avec ses élèves et l’a utilisé pour devenir le Héros Atom, Ivy Town a été connue pour les Vilains affrontés par le scientifique.
Par la suite, les recherches du savant Alpheus V. Hyatt, qui est parvenu à créer une Time Pool pour plonger dans le Passé et le Futur, ainsi que la mise en place d’un lien constant avec la version futuriste de la cité.



Ivy Town dispose donc de Héros, les Atom que furent Ray Palmer puis Ryan Choi, mais aussi Jade, Jennie-Lynn Hayden, installée ici sur demande du micro-Héros avec qui une liaison faillit avoir lieue ; mais non.
Atom ayant croisé par plusieurs fois la Mort, Ivy Town a besoin de protecteurs plus posés, et Jade est donc restée. Bien lui en a pris, vu que Palmer se sacrifia face aux Super-Durlans dans le cadre d'une mission Justice League, avant de revenir - non sans avoir passé deux années dans le Multivers, à commettre des dégâts pour retrouver ce monde ; mais, surtout, Ray s'est sacrifié pour stopper une bombe du Joker à Gotham City, après avoir été mortellement blessé quelques jours avant par le Thinker.
Il est revenu, néanmoins - et armé d'un anneau de l'Indigo Tribe, l'étrange nation-Corps Indigo.

Depuis, Ray Palmer s'est réinstallé à Ivy Town, et comme professeur.
Son identité n'étant pas secrète, les gens n'ignorent pas qui il est - et le saluent, appréciant sa présence. Il a récemment ramené Ryan Choi à la vie, et aurait donc tout pour être heureux... mais Palmer n'en montre rien.
Ne portant pas son anneau, devenu taiseux et même froid, il met les autres mal à l'aise, et surtout ses proches qui s'interrogent. Le scientifique ne montre ni émotion, ni sentiment, ni même preuve d'humanité dans ses actions.
Récemment, il a affronté un parasite extraterrestre à New York et a agi... froidement, comme un robot. Il l'a emporté, certes, mais au prix d'une vie qu'il n'a même pas cherchée à sauver.

Ray Palmer a changé, donc.
Ray Palmer semble ne plus avoir aucune émotion.
Et Ray Palmer est troublé.



Assis, dans son appartement jadis rempli de livres et de bibelots personnalisés, mais désormais vide et doté d'une décoration spartiate, il fixe de vieilles photos. A la taille d'un doigt, il est assis sur un objet du quotidien et regarde des proches... des proches disparus.
Isaiah Crockett, un garçon qu'il n'a pas pu sauver - revenu depuis, mais la culpabilité demeure. Adam Cray, ami, fils d'un sénateur ayant voulu bien faire en devenant lui aussi Atom, mais en est mort. Laethwyn et les Morlaidhans, présents uniquement en dessins, signe de la plaie béante que ce peuple et sa princesse ont creusé dans son âme. Et Jean Loring, bien sûr, la femme qu'il épousa, qui le trompa, et qui tua des proches pour le retrouver, dans sa folie.


"Pff."

Ray soupire.
Non pas de tristesse ou de désespoir, en subissant le poids de souvenirs douloureux.
Mais parce qu'il ne ressent rien.

Depuis son retour, il n'a ni émotion, ni sentiment ; et s'il sait que c'est anormal, il ne sait pas comment ou pourquoi, et s'interroge alors sur ce qu'on lui a fait... ce que l'Indigo Tribe lui a fait.
Il peut, il le sait, retirer l'anneau et être libre, comme maintenant ; aucun autre ne le peut. Participer à l'Indigo Tribe implique de perdre son identité et de se fondre dans le collectif. Mais lui garde sa spécificité et peut agir comme il le veut.
Pourquoi ? Comment ? Il l'ignore - et il n'aime pas cela, mais plus par curiosité scientifique que sentiment. Il est perturbé, et...


"Nok."

L'étrange langage Indigo s'élève derrière lui, alors qu'un portail de téléportation vient de s'ouvrir...
... révélant ces fameux Indigo Lanterns, en rang derrière leur chef.
Bien, pense-t-il en se levant pour les accueillir, même à petite taille. L'heure des réponses est peut-être enfin venue...


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 425
MessagePosté le: Lun 9 Oct 2017 - 13:47
[HRP]Ce qui est entre "<>" est traduit du langage inconnu de la Tribu Indigo.[/HRP]

En un cercle parfait, les jambes soigneusement croisées, les mains en des postures exactes et détendues, la Tribu Indigo se recueillait. Un vent léger balayait l'herbe céruléenne de la colline apaisée. Devant chaque membre du premier cercle, une lanterne indigo lévitait. Leurs bâtons, plantés à leur droite rayonnaient et leurs anneaux chatoyaient. Nul bruit autre que celui de leur respiration accompagné du vent ne troublait leur retraite. Les membres étaient à égale distance les uns des autres, à l'exception d'un espace manquant. Un vide qui emplissait leur transe.

Dans ces instants, leur apparaissait la trame de ce monde. Comme une ramification complexe de l'écheveau d'émotions qui compose l'univers, leurs visions étaient emplis de colère brûlante, de peur jaune, de volonté inébranlable, d'avarice insatiable, d'amour éternel, d'espoir infini, de mort rampante, de vie éclatante et de compassion agonisante.

Indigo-1, digne représentante de sa Tribu ouvrit les yeux la première. Aujourd'hui, comme tant d'autres jours avant lui, elle fut emplit d'une image, d'un nom. Le même depuis des semaines. D'autres lieux et d'autres noms étaient évoqués aux membres du cercle, mais elle était connectée plus intimement qu'eux à la destinée de la Tribu. La colline de Naak' Dok était un lieu de sagesse et de méditation. Aucun esprit prêt à s'ouvrir à l'univers n'en sortait sans une réponse. C'est ainsi que la Tribu percevait dans l'infinité des existences les lieux où sa présence était nécessaire, c'est là que s'interconnectaient ses membres. La meneuse de la troupe indigo savait où était son devoir et où était le devoir de ses semblables.

Elle se leva avec délicatesse. Sa main saisit son bâton, son anneau cessa de vibrer à l'unisson avec les autres et sa lanterne se dissipa dans le spectre émotionnel. Grande, élancée, des cheveux cascadant contre sa peau violacée, elle dominait de sagesse cette assemblée en pleine méditation.

- < Mes frères, mes sœurs. Le cercle est brisée. La Tribu doit agir. > lança-t-elle avec douceur mais détermination.

Les autres membres ouvrirent les yeux, quittant la contemplation de la trame colorée du cosmos. Ils tournèrent tous leurs regards distants vers Indigo-1 et se levèrent. Il n'y eut aucune question, toutes les réponses leurs étaient déjà parvenues. Les lanternes s'estompèrent toutes. Le vent cessait de souffler. Être un Indigo Lantern impliquait bien des obligations et parmi elle, celle d'être un tout. Un tout aussi solide que l’acier mais qui, au moindre défaut, pouvait éclater comme du cristal.

D'un geste précis leur cheffe ouvrit un portail.

A ses côtés s'installa Munk, son second. Il observa l'ouverture dimensionnelle puis le reste de la tribu qui s'installait derrière lui, prêt à franchir le passage. Il attendit quelques secondes qu'Indigo-1 prit les devant. Elle n'hésitait pas mais réfléchissait. Les brumes de ses visions s'estompaient peu à peu et éclaircissaient sa vision du moment présent. Lorsqu'elle franchit le seuil, tous la suivirent.

Tous furent téléportés dans l'appartement de Ray Palmer, leur frère perdu sur l'astre nommé Terre. Indigo-1 observa l'homme qui lui faisait face. Derrière elle, la Tribu se déployait, dans son attitude observatrice habituelle. Des regards sans haine et sans amour embrassaient l’appartement d’Atom.

- Nok, lança-t-elle en salut.

Elle tendit une main vers lui.

-< Ta place est parmi nous. >

Son regard descendit sur les mains du justicier, elle n’y vit pas l’anneau Indigo. Elle ferma un instant les yeux et les rouvrit, ses visions se confirmaient tragiquement.

-< Sur quel sentier t’es-tu perdu mon frère ? > demanda-t-elle finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 567
DC : Mister Miracle - The Bat - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Lun 9 Oct 2017 - 15:12
Initialement, Ray Palmer ne réagit pas quand un portail de téléportation, créé par la technologie même derrière l’Indigo Tribe et qui fonctionne via des éléments que même lui ne comprend pas. A peine fixe-t-il toute la tribu qui le rejoint chez lui, dans cet appartement désormais décoré sans âme, sans sentiment, sans personnalité.

Toujours assis sur ce rouleau de couture, il reste immobile et n’offre aucune émotion, aucune réaction quand Indigo-1 commence à parler – non sans l’avoir détaillé entièrement, bien sûr, et avoir relevé l’absence d’anneau à son doigt.
Le scientifique savait que ce moment viendrait… il savait qu’on lui demanderait des comptes, à terme, sur sa relation avec l’anneau et avec l’Indigo Tribe.
Il s’y est préparé ; ou, plutôt, pense s’y être préparé.


« Bonjour. »

Il se lève, finalement, après avoir prononcé ces deux syllabes d’une voix détachée, sans vie, en un souffle las.

« Et bienvenue… »

Atom s’approche du rebord de la table, qui apparaît comme un précipice pour lui.

« … même si vous n’avez pas sollicité mon accord pour venir. »

Il active ses pouvoirs, et retrouve une taille normale en se laissant glisser vers le vide. Il glisse alors ses fesses sur le rebord de la table, et croise lentement les bras.
Autour de lui, les membres de l’Indigo Tribe se sont déplacés dans la pièce centrale de l’appartement, adoptant cette attitude neutre et figée, observateurs silencieux et étranges de la vie qui les entoure ; ils créent un sentiment de malaise, définitivement. Encore plus ceux qui, comme lui, connaissent les sensations d’arborer cet anneau et ce bâton, et le prix que cela coûte…


« Par contre, je suis au regret de vous annoncer quelque chose… »

Si son regard a glissé sur chaque membre, sur chaque visage de l’Indigo Tribe, il fixe définitivement son attention sur Indigo-1 – la première d’entre eux, la plus puissante, la face publique, mais aussi celle qui peut parler autrement que par Nok, au moins par moments.

« … sans l’anneau, je ne vous comprends pas. »

Il hausse les épaules et soupire.
Ray ne sait pas ce qu’Indigo-1 lui a dit, mais il s’en doute ; quelque chose ne va pas chez lui, et même l’Indigo Tribe l’a compris.
Quelque chose ne va pas depuis qu’il est revenu sur Terre à Gotham City, depuis qu’il a assumé publiquement cette identité d’Indigo Lantern. Et s’il pensait que c’était lié à son statut d’Indigo Lantern, s’il croyait que la contrepartie de l’anneau et du bâton était l’absence d’émotion… au fond, il sait que ce n’est pas le cas.
Quelque chose ne va pas ; quelque chose doit être réparé, et rapidement.


« Je… »

Atom soupire, puis jette un coup d’oeil rapide dans un coffre à proximité.
Non.
Non, il ne veut pas. Non, il n’y tient pas. Non, il n’en a pas envie.
Mais il sait qu’il ne peut rien contre – que c’est une épreuve irrémédiable. Comme beaucoup, beaucoup d’autres dans son existence.


« OK. Okay. »

Il prend une grande inspiration, se détache de la table et s’approche du coffre. Il croise, au passage, quelques Indigo Lanterns, et n’ose pas les regarder.
Il arrive devant le coffre – et se fige.
Il ne veut pas. Il ne veut vraiment pas. Mais… il n’a pas le choix. Il ne l’a que trop rarement, il le sait bien.


« Okay. »

Ray ouvre le coffre, et plonge sa main dedans. Un flash lumineux violet intervient alors, avant que l’Indigo Tribe ne retrouve la vue et Ray…
… désormais sous la forme de l’un d’entre eux.

« < Bonjour. > »

Il parle maintenant comme eux, et est entouré du même halo, de la même aura.

« < Que puis-je pour vous ? > »

Atom est dans le déni, encore.
Mais tous, ici, savent que cela ne durera pas longtemps… quelque chose ne va pas chez lui, et ce depuis le début – depuis que Natromo lui-même a modifié l’anneau de Ray Palmer pour lui permettre de le retirer et d’être indépendant. C’était une erreur, indubitablement – une erreur à arranger, définitivement !


(HJ/ J’espère que je te donne assez de matière, n’hésite pas sinon à me demander de rajouter ou même à modifier si besoin ! /HJ)


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 425
MessagePosté le: Mar 10 Oct 2017 - 10:47
Ray Palmer s'était égaré loin de la lumière de la compassion. Il n'était pas le premier à avoir ôté ainsi son anneau, il n'était pas le premier à s'être égaré en dehors de la Tribu et de l'univers. Il cachait derrière une acrimonie le gouffre qui menaçait son âme et son être. La Tribu ne réclamait jamais l'"accord" de l'un de ses membres, elle allait là où se trouvait son devoir. Et rien n'était plus sacré que l'avenir de l'un des siens.

Indigo-1 avait été surprise et heureuse de trouver sur la planète Terre, source d'égoïsme et d'individualité un homme capable de rejoindre la Tribu et se montrer à la hauteur de la tâche des lanternes indigos. Hélas, comme ses semblables, il était seul. Il souffrait de cette solitude comme tous les autres résidents de cette planète, mais cette souffrance était si prenante en lui que son absence le rendrait malade. Les anneaux de la compassion imposaient à leurs porteurs une union mystique et émotionnelle des plus puissantes. Vouloir s'en défaire revenait à vouloir se défaire d'une force immense et nécessaire. Nul ne peut porter le poids de l'univers sur ses épaules. Nulle âme ne peut à elle seule endosser la compassion nécessaire à la survie du cosmos, la Tribu est inéluctable. S'en détacher revient à écraser son âme où l'éloigner de l'horreur, dans les glaces de l'indifférence. Heureusement, la Tribu savait comment remédier à ce genre de cas.

- En effet, articula-t-elle dans un américain emprunt d'un fort accent lorsque le justicier lui fit remarquer qu'il ne portait pas l'anneau et ne la comprenait pas. Ton accord nous a été donné lorsque l'anneau t'a été remis. Tout comme nous n'avons pas de porte pour t'éloigner de nous, tu n'as pas de mur pour nous éloigner de toi.

Elle n'est pas agressive, ni vindicative, sa voix est douce, mélodieuse. Elle porte en elle tristesse et joie, les rires et les cris d'enfants, les éclats de l'âge et la terreur de la vieillesse. Elle ne provoque pas Ray, elle lui parle comme à une partie d'elle-même. Un discours intime, qui efface les frontières et réduit les distances. Indigo-1 n'a pas de malveillance, mais une infinie compassion. Elle lit en lui et comprend la lutte qui se déchaîne. Il a commis le faux-pas de celui qui désir à la fois tout et rien. Être indépendant de l'anneau pour profiter de ses capacités mais sans la volonté de l'utiliser.

La Tribu observe son frère dans sa confrontation intérieure, prémisse de bien pires. Il se parle pour mieux se convaincre. Silencieux, les Indigo Lanterns ferment les yeux et sentent la présence de l'anneau dans ce coffre, ils sentent son appel, les jaillissements dans la trame de la réalité qu'il provoque dans l'espoir d'être porté. La Tribu Indigo toute entière se concentre sur Ray Palmer et les flux émotionnels qui l'entourent, le traversent, le guident ou le repoussent. Perdu dans un sentier terrible, l'homme joue ici un jeu bien dangereux, mais il n'en a lui-même pas conscience, seul le Rituel pourrait le sauver.

Une vive lumière oblige la Tribu à détourner le regard. Mettre un anneau Indigo ne provoque généralement pas une telle lumière. Terrible clarté qui révèle au groupe l'infinie vérité : Ray Palmer se détourne de la voie vers la fin de tous les conflits. La lumière Indigo le frappe mais il ne la voit pas, il ne la perçoit pas. Bientôt il parle dans leur langage si ancien et si jeune.

- < Merci de ton accueil, mais mieux vaut dissiper les malentendus Ray Palmer. Nous ne sommes pas ici pour avoir ton aide, mais pour t'offrir la nôtre. Merci d’avoir remis ton anneau. Sans lui toute aide aurait été impossible. >

Les autres membres de la Tribu lèvent alors leurs bâtons qui brillent de plus en plus intensément.

- < Membres de la Tribu, nos destinées ne forment plus qu'un. Le passé est et à jamais sera. Les êtres s'égarent et se portent là où leurs passions les guident, là où leurs esprits les invitent. Les erreurs sont innombrables, l'imperfection entachent nos existences. La Lumière Indigo est là pour dissiper les remords, oublier les craintes de jadis, faire-fi des errements mais toujours en elle garde les empreintes de chacun de nos pas, les leçons de nos chutes. S’écarter n’est pas une fatalité, à condition de vouloir rejoindre la piste. Tu es perdu en toi-même. >

L'ensemble de la Tribu commence à faire vibrer la toile de la réalité avec de profondes vocalises.

- Naaaaaad'ka Noook, scandent-ils tandis qu'Indigo-1 s'approche de The Atom.

- < Ray Palmer, frère parmi nos frères, nous avons pour toi les réponses. >

Son propre bâton brille d'une lumière Indigo apaisante. Munk voit alors son bâton luir d'une fuligineuse radiance insondable. A ses côtés sa sœur voit le sien suinter un orange malade ; un frère diffuse un jaune aux reflets d'angoisse ; un trait violacé amoureux zèle l'appartement, une rageuse zébrure rouge la croise ; une lumière bleue réconfortante se mêle à un panache vert voisin.

- < Reste à savoir si tu auras les questions... >

- Naaaaaad'ka Noook !

Elle frappe alors le sol de son bâton. Natromo avait fait un pari risqué. Indigo-1 ne jugeait pas Ray, mais elle ne pouvait pas laisser dans cet état de semi-vie. Elle aurait aimé pouvoir lui en dire plus sur ce qui l'attendait, mais le rituel nécessitait une parfaite innocence de celui qui le subissait.

Une intense lumière enveloppa l'appartement tout entier.


*****

Un éclair jaune zébra le ciel tandis qu'une pluie noirâtre chargée des miasmes de la ville balayait la plate-forme touristique transformée en scène de théâtre. Une tragédie a lieu. Des cris, des coups, des capes claquent aux alentours, des bruits de détonation mais surtout un rire. Dans une tenue d'un violet vif, un visage crayeux qui contraste avec la noirceur du ciel inonde les lieux de ses éclats amusés, son corps inhumain spasme de son ricanement lugubre. Autour de lui, des morts dont les rivières purpurines fêlent le sol humide.

Il tourne son visage de clown vers Atom qui se tient derrière lui.

- Oh oh ! éclate-t-il. Un tarzan schtroumphesque, moi qui croyait que cette journée serait d'un ennui mortel ! Ha ha ha ! Mais approche donc mon public adoré ! Regarde !

D'un geste théâtral il révèle les corps à ses pieds. Isaiah Crockett, le visage sanglant, observe le ciel de ces deux grands yeux privés de vie, Adam Cray, éviscéré, se tient tout proche, un rictus est gravé à même sa peau.

- Viens donc et danse ! DANSE !

Le psychopathe soulève le cadavre de Ryan Choi dont la nuque fait un angle improbable qu'il accole à lui comme une partenaire de danse. Le Joker fait alors une merveilleuse rotation de valse dans le sang, éclaboussant ses guêtres qui s'imbibent lentement, projetant une arabesque rougeoyante, frappant pas inadvertance dans un cadavre proche dont le visage glisse et révèle celui de Ray Palmer, écorché par les Durlans. D'un nouveau pas, celui de Jennie-Lynn, cendreux s'effondre du monticule. Et toujours le rire éclate comme une bulle de sang.

- Quand notre coeur fait BOUM, tout avec lui fait BOUM ! chantonne le clown en continuant de danser. Le monde fait BOUM ! Jusqu'à ce qu'il n'en reste plus un atome ! Haaaa ha ha ha !

Un nouvel éclair fait trembler la structure, The Atom est seul avec ce dément tandis que les bruits extérieurs s'estompent.

Le Rituel a commencé...

[HRP] C'était nickel. En contrepartie, si je ne te laisse pas assez de latitude pour répliquer, n'hésite pas également à le dire ![/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 567
DC : Mister Miracle - The Bat - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Mer 11 Oct 2017 - 12:25
Ray Palmer n’a pas réagi ou répliqué, quand Indigo-1 a commencé à parler sa langue avec un fort accent. Jadis, il aurait apprécié l’effort, aurait souri et l’aurait félicitée pour cette démarche, avant de lui répondre rapidement avec politesse ; mais l’homme qui agissait ainsi n’est plus, ou est en tout cas bien enfoui dans sa carcasse de froideur.
Il a bien quelques commentaires à formuler sur l’accord qu’il aurait donné à l’Indigo Tribe, quand elle est venue lui proposer l’anneau – comment refuser une telle opportunité, alors qu’il venait de se projeter pour absorber l’explosion d’une bombe du Joker, en changeant de taille pour minimiser l’impact et le cantonner au Microvers ?
Atom avait le choix entre périr anonymement… et survivre, en s’abandonnant pleinement aux Indigo Lanterns. Il a donné son accord, certes ; mais donne-t-on vraiment son accord en matière de survie ?

Il s’est emparé de son bâton, donc, et est désormais en tenue d’Indigo Lantern – il est maintenant l’un d’eux.
Le scientifique sent l’énergie en lui, ressent l’extrême puissance dont il est dépositaire. Le simple fait de mettre l’anneau le relie aux autres membres de la Tribu, et il est alors destinataire de leurs émotions, de leur union… mais surtout de leur inquiétude.
Ils s’inquiètent – pour lui. C’en serait touchant, s’il appréciait cette intrusion dans sa vie privée et cet interventionnisme forcé.


« < Je ne suis pas perdu… du moins, pas dans le sens que vous l’entendez. J’apprécie votre venue et votre proposition, mais… je n’ai pas envie d’une fusion, ou d’une communion. Je comprends le fonctionnement de la Tribu, mais… > »

Le micro-Héros, ici à taille normale, grimace.
Il est mal à l’aise – il se sent acculé, étouffé ; pris au piège. L’Indigo Tribe veut certainement bien agir ici, mais l’enfer est pavé de bonnes intentions… et Ray fait partie d’un peuple, l’Humanité, extrêmement attaché à la vie privée et à son respect.
Il a conscience que quelque chose ne va pas chez lui, il est conscient qu’il agit mal ou en tout cas sans naturel – mais il se sent acculé, rongé par l’absence d’émotion chez lui. En ce sens, dans cette situation, il n’arrive pas à saisir la main tendue par Indigo-1 et les siens – et réagit comme un Humain lambda, mal à l’aise et dans la douleur.


« < … non merci. Je trouverais mes réponses seul, et je poserais mes questions seul – quand je considérerais que le temps sera venu. > »

Il rejette l’offre.
Il se replie en lui-même.


« < Maintenant, si vous voulez bien me laisser, j’ai une planète à prot… > »

Palmer ne peut, hélas, finir sa phrase et son mouvement, qui consistait à les réunir pour les repousser.
Car Indigo-1 vient de frapper le sol, après que l’Indigo Tribe ait communié ensemble.
Atom tente de se défendre, d’appeler ses pouvoirs pour se protéger voire se téléporter ailleurs – mais il est déjà trop tard. L’appartement est entouré d’une lumière puissante, et son propriétaire est happé… emmené loin.
Ailleurs, définitivement.


**
*
**

Ray a fermé les yeux sous le choc visuel.
Il les rouvre – mais n’est plus chez lui, même s’il reconnaît immédiatement les lieux.


« < Non. > »

Gotham… il est de retour à Gotham. Plus précisément l’île de Lady Gotham, l’endroit choisi par un monstre pour y entreposer des otages officiels et menacer la ville d’une explosion. Il y est intervenu en tant que Recrue, a tenté d’agir au mieux mais a dû… prendre une décision radicale, afin de limiter au maximum les dégâts.

« < Non… non… > »

Atom a souvent croisé et trompé la Mort.
Il en a été le témoin, quand ses proches l’ont subie, mais lui-même a cru s’y abandonner – via les Super-Durlans, mais il a pu fuir dans le Multivers, où il a hélas causé des dommages ; mais via aussi son affrontement avec le Thinker, avec une alliance hérétique avec le Reverse-Flash, ce combat l’ayant laissé condamné à court-terme après des dommages internes trop importants.
C’est pour cela… c’est pour cela qu’il s’est sacrifié, à Gotham. Car il savait mourant. Car il savait qu’il était alors le seul à pouvoir arrêter le plan du…


« < Toi… mais… tu es… en prison… > »

Joker.
Le Joker lui fait face.

Immense, imposant, terrifiant, encore plus monstrueux que dans son souvenir.
Et il n’est pas seul.
Il est accompagné… de ses cauchemars. Des échecs de Ray. De ses peurs. Des souvenirs des moments les plus terrifiants de son existence.

Joto, mort alors qu’il menait une équipe de Titans. Adam, mort en se prenant pour lui quand Palmer avait renoncé à l’héroïsme. Ryan, ayant subi le même sort – et la résurrection de son ami qu’il a obtenue ne lui fera jamais oublier que Choi est mort par sa faute.
Lui-même, maltraité et torturé par les Super-Durlans, qu’il avait piégés dans la Dimension du Time Trapper avant de s’enfuir en anéantissant de trop nombreuses vies dans le Multivers. Mais surtout… Jade.
Jennie-Lynn. Sa Jennie. Celle avec qui il aurait pu… il aurait voulu… mais non. Elle est là – elle est là, brisée, détruite, anéantie. Rayée du monde.

Atom est crispé, ses yeux sont ouverts au maximum, son corps est stoïque, son cœur bat la chamade.
Il a peur. Il est figé. Il est terrorisé.
S’il avait toute sa tête, il comprendrait qu’il s’agit d’une illusion, formée par l’Indigo Tribe ; mais il n’est pas dans cette situation. Il est happé par les événements, confronté à des émotions contraires qu’il ne peut plus maîtriser… qu’il maîtrise depuis trop longtemps. Qu’il ne veut plus maîtriser.


« < Jennie… non… Adam, Ryan, les pauvres… toi… toi… TOI ! > »

Une bouffée d’Amour glisse en lui, suivie d’une bouffée de Compassion, suivie d’une bouffée de Rage…
… et son pouvoir Indigo se déclenche, lui permettant d’accéder aux capacités de tous les autres Corps.

« < CA SUFFIT ! > »

Il parvient enfin à se reprendre, et son bâton irradie soudain d’une énergie pourpre.

« < JE NE TE LAISSERAI PAS VAINCRE ! JE NE TE LAISSERAI PAS ME TOUCHER ! > »

Une bouffée de Volonté pure s’empare alors de lui, et son bâton devient alors émeraude. Ray se tourne vers le Joker et lève son anneau, avant de tirer une terrible rafale…
… verte, bien sûr.
Il ne construit rien, néanmoins, et se contente d’un tir de pure puissance ; il veut détruire, en fait. Il veut détruire, et y met définitivement toutes ses tripes…


(HJ/ Non, c’est parfait ! Merci beaucoup, je me régale ! N’hésite pas si tu veux que je rajoute quelque chose d’ailleurs ! /HJ)


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 425
MessagePosté le: Jeu 12 Oct 2017 - 21:44
Ray Palmer tenta de se reculer face à l'inéluctable. La Tribu l'entendit mais ne l'écouta pas. Son anneau et les traditions étranges et partagées de ce groupe homogène réclamaient de lui un devoir sacré. Il allait s'unir, qu'il le veuille ou non à la destinée du groupe pendant son rituel. Son corps et son esprit en seraient l'habitacle. Là se déchaînerait le combat qui le mènerait aux terres salutaires de la paix intérieure. Les Blue Lantern méditaient à leur façon et s'invitaient mutuellement à l'introspection, la Tribu Indigo usait de la coercition du groupe et des accords tacites qui enchevêtraient leurs destinées. The Atom put parler, mais il n'eut pas voix sur ce chapitre de sa vie.

Et le voilà, perdu de nouveau dans les émotions si vivantes qui pulsent en lui.

La maîtrise qu'il présentait au monde cachait mal l'absence de contrôle qu'il avait réellement sur lui-même. Il était du devoir de ses frères et de ses sœurs de l'aider à relever les barrières salutaires de ses sentiments et à les construire pour que plus jamais il ne soit l'objet de ses passions. Mais pour y parvenir, il fallait porter le matériau de son être à un point de rupture pour le mieux le modeler ensuite. La frontière entre la mort et la vie sera l'ultime frontière de son voyage.

Le rire lentement s'estompa alors que les salves d'énergie verte balayaient la plate-forme. Les plaisanteries s'évanouirent dans les airs comme les volutes d'une fin de feu de cheminée. La pluie cessa, les éclairs jaunes qui sillonnaient les nuages noirs cessèrent leur terrible chevauchée. Tout sembla calme à la suite de cette fureur indescriptible.

Bientôt cependant un rire plus rauque, comme surgi des tréfonds d'un caveau fit vibrer l'univers. Une brume ignoble commença à lécher les chevilles de Ray Palmer. La dépouille du Joker, devant lui, était à genoux et observait le sol de son immobilité morbide. Le Joker était mort.

Un silence de cimetière prit place.

Une odeur de charogne empuantit l'atmosphère et des oiseaux qui volaient çà et là tombaient subitement en se décomposant pour ne plus être qu'os et poussière à leur atterrissage. La brume devenait aussi grise que le marbre d'une pierre tombale et une voix de cercueil résonna.

- Fossoyeur... Assassin...

Derrière Atom, le visage de Lady Gotham était devenu celui du terrible Nekron, maître des Black Lantern et il riait de ses dents noirâtres suintant d'un musc malsain. Sa main ne tenait plus l'épée de la Justice mais la faux de la mort ornée de la lanterne noire qui projetait ses rayons de désespoirs.

- Tu es l'un des nôtres, murmurait la brume.

Un rire caverneux issu des noirs recoins de l'âme humaine fit trembler la plate-forme une nouvelle fois.

- L'on échappe pas à la mort... Tu as fui... fui... Tuer le Joker n'est qu'une affliction vétérinaire... Tes amis... eux... sont morts...

Les cadavres laissés plus tôt commencèrent à remuer. Ils pleuraient, suppliaient qu'on les laisse en paix dans des gémissements d'affliction. Ils n'étaient pas comme les zombies que les Black Lantern savaient si bien animer, ils étaient tous des pantins conscients de leur terrible sort.

- Raaaaaaaayyyyyy...
gémissent les uns. Aiiiiide.... moi....

- Raaaaaaayyyyyyy !
hurlent les autres. Pooooouuuuuurquoi ?

Macabre pantomime, les corps aux jambes fatigués glissaient, frottaient la surface moisie du sol. Ils s'approchaient de leur ancien ami tandis que des anneaux noirs venaient se glisser à leurs doigts décharnés. Leurs yeux s'emplissaient de morgue, leurs gestes devenaient de plus en plus vifs, leurs veines noircissaient comme la nuit. Leur peau blanchissait.

- Tu me les as offert.... L'amour.... la volonté... la compassion... ne valent rien, vomit Nekron de sa voix sépulcrale. La haine est vaine... Seule la mort importe... tu l'as déjà regardé... tu l'as déjà affronté... Tu as cru lui échapper mais elle te suit, toi et tes compagnons...

Des craquements accompagnèrent les propos du terrible maître de la lanterne noire tandis qu'il déplaçait la carcasse décomposée de son être gigantesque. Les lambeaux de sa tenue flottaient tels des étendards de dévastation. Des toiles d'araignées voletaient entre ses côtes grisâtres, un suc poisseux suppurait de ses chairs à vif. Incarnation d'une mort perpétuelle, Nekron observait de ses yeux purulents l'être qui lui avait trop longtemps échappé.

- Tu as tué... Tu as fossoyé... Tu es mien !

Il commença à armer sa faux comme pour attraper cette âme piteuse. L'étrange arme brilla d'un éclair malsain à la lumière d'une lune malade et le reflet de multiples vies agonisantes apparut le temps d'un râle d'agonie sur sa lame.

Les autres cadavres revenus à la vie rampaient jusqu'à lui, implorant de leurs voix éthérées leur ancien compagnon, le suppliant de les rejoindre.

L'anneau de Ray Palmer commença à vibrer dangereusement de multiples couleurs. Les manipulations de Natromo avaient déstabilisé l'artefact comme le craignait la Tribu. Le Rituel était là pour aider un membre à retrouver la voie, difficile dans ces conditions d'être sûr du résultat. Ray Palmer pouvait parfaitement mourir, malgré la pure illusion de la situation. L'esprit était d'une fragilité remarquable. Il fallait cependant aller désormais jusqu'au bout du processus. Le justicier de la planète Terre était seul face à lui-même et allait devoir affronter lui-même chaque épreuve que son esprit ferait jaillir de ses souvenirs, ses désirs, ses rêves et ses cauchemars. Il en allait de sa propre survie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 567
DC : Mister Miracle - The Bat - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Ven 13 Oct 2017 - 17:00

Atom utilise toute sa Volonté pour libérer la puissance d’émeraude de son anneau, qui l’emprunte au Corps d’Oa.
Son objectif est simple : détruire le Joker. L’anéantir. Le rayer de l’existence. Supprimer le moindre de ses atomes. Faire disparaître même l’ombre de sa poussière.
Il le hait – il veut le détruire. Et il réussit.


« < Ha… ha… ha… > »

Quand la fumée, provoquée par l’explosion de puissance qui impacte le sol sur l’île de Lady Gotham, disparaît, le scientifique halète après un tel effort de Volonté ; il en appelle encore à cette dernière pour se défendre… mais s’écroule presque sur lui-même, quand il découvre les conséquences de son acte.
Le Joker… le Joker n’a pas été détruit, brisé, anéanti. Le Joker est devant lui, à genoux, stoïque, le regard vide et immobile.


« < Haa… haaaa… > »

Il souffle comme un boeuf – mais ne peut réprimer un sourire.
Le Joker n’est pas détruit… mais le Joker est mort. Mort ! Le Joker est mort !
Enfin ! Enfin, la ville est libérée ! Enfin, il est protégé ! Enfin, il…


« < Ha… non… non ! > »

Ray Palmer a blêmit en se tournant, quand une voix d’outre-tombe et qui sue le Mal par chaque aspect s’est élevée, dans le silence terrible et étouffant qui s’était installé au trépas du Joker. Il s’est tourné, donc, et a découvert celui qui vient de parler, de l’insulter… et il veut fuir.
Atom veut fuir, courir, s’échapper, disparaître, user de ses pouvoirs pour non pas filer ailleurs, mais plonger directement dans le Microvers. Pour qu’on ne le retrouve pas, pour qu’on ne le touche pas, pour qu’on ne l’arrête pas… pour qu’on ne le regarde pas.
Pour qu’on ne le reconnaisse pas pour ce qu’il est – ce que décrit l’abomination qui vient d’apparaître, géante incarnation de la Mort et du désespoir.


« < NNe… > »

Les Humains disposent de capacités merveilleuses, mais souffrent aussi de reflexes stupides voir inutiles… comme celui de nommer ce qui se trouve sous leurs yeux, quand la simple présence de la chose ou de l’entité les effraient au plus haut point.

« < Nekron ! > »

Nekron, donc.
L’entité des Black Lanterns – l’incarnation de la Mort, tout simplement.
Nekron lui fait face.


« < Tu… je… non… non, je ne suis pas… je suis pas… je… > »

Il ne peut finir sa phrase, ni sa pensée. Autour de lui, la brume parle, se meut, le hante, tente de s’en prendre à lui ; à proximité, les cadavres qui ont rongé sa conscience et rappelé ses échecs se ravivent… se relèvent. Et se tournent vers lui.
Les morts s’animent – et l’interpellent.
Pourquoi ? Pourquoi eux ? Pourquoi ne les a-t-il pas sauvés ? Pourquoi n’est-il pas le Héros qu’il a juré d’être ? Pourquoi eux sont morts… et pas lui ?


« < Non… je… je ne voulais pas… je voulais… vous… Adam, je suis tellement désolé… Ryan, tu… je t’ai ramené, mais… Jennie, pas toi, pas toi, pas toi… surtout pas toi… oh, Jean… > »

Atom pourrait fuir – ou au moins essayer.
Il pourrait essayer de rapetisser, ou même de grandir, ou encore d’utiliser l’anneau Indigo pour repousser les cadavres qui s’approchent, soudain gonflés par une puissance inconnue, blanchissant à vue d’œil.
Il pourrait, oui ; mais n’en fait rien.


« < Non… je… non… je suis… je ne suis… > »

Il ne sait pas quoi dire – car il ne sait pas quoi répliquer.
A-t-il fixé la Mort et fui constamment ? Oui, il a joué avec la faucheuse, il y a échappé, mais il a toujours senti que cette course ne serait jamais une victoire définitive.
A-t-il tué ? Oui, trop souvent hélas, et notamment quand il a été piégé dans le Multivers et qu’il a dû commettre des actes réprouvables pour revenir.
A-t-il fossoyé ? En un sens oui, ses proches sont morts, il n’a pas su les protéger, ils sont morts parce qu’ils le connaissaient ; sans lui, ils seraient encore vivants – et heureux.

Il en prend conscience, enfin. Il fait face aux conséquences de ses actes, enfin.
Il ne fuit plus, enfin.

Les morts approchent et sont presque sur lui.
Il ne bouge pas.
Il ne bougera plus.


« < Je… je suis… je… > »

Ray s’écroule, à genoux.
La tête basse, les épaules voutées, les paupières closes.
Il ne lutte plus.

Il s’offre aux morts – il s’offre à la Mort.
Enfin.



Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 425
MessagePosté le: Lun 16 Oct 2017 - 21:26
Affronter ses démons, les combattre et vaincre sont trois actes bien différents et tous impliquent de leur porteur une force incroyable. Il n'est pas d'homme qui soit capable d'affronter toutes ses contradictions sans éprouver un malaise existentiel, aucun être vivant prêt à regarder en lui et mirer les parts qu'il n'aime pas. L'esprit se calfeutre, se referme, se réinvente dans le but d'éviter les zone d'ombres qu'il ne se pardonne pas. Ces aberrations psychologiques se nichent à l'ombre de la raison et comme des plaies purulentes déversent leur bile corrosive dans les interstices du conscient. Dès lors les gens plongent dans la folie, la dépression, des excès maniaques, tout ce qui permet à l'hôte d'expectorer ce mal-être. Impossible d'aider un homme qui ne veut être aidé sur la planète Terre, la volonté de se guérir est la première clef de la rémission.

Ray Palmer, inconsciemment, savait qu'il ne se portait pas bien et souffrait. Capable du plus grand et du plus petit, souvent il se cachait hors du regard, loin des yeux d'un monde qu'il observait avec un détachement toujours plus dangereux. Et ce détachement l'affectait plus qu'il n'osait encore l'admettre. Le lui faire accepter impliquait de la part de la Tribu et de son Rituel, de lui faire accepter absolument tout. Une fois le Cosmos embrassé, une fois pardonné par l'Univers et en harmonie avec la moindre parcelle de matière qui le compose, il devient évident de s'observer soi-même et de ne plus pouvoir s'accorder qu'un regard distant et réfléchi. Être implique de se connaître.

The Atom, s'abandonne.

- Enfin...

La large faux de Nekron s'abat dans un soupir d'extase caverneux au moment même où les cadavres réanimés plongent sur le justiciers. Les corps se liquéfient et enrobent Ray, la faux tranche l'étrange amalgame noirâtre et de nouveau, une intense lumière. La lame transperce la chair du justicier, sa lame dévore ses entrailles et une brûlure intense irradie de cette plaie. Son corps se déchire en deux, ses os se brisent. Lorsque sa colonne vertébrale est tranchée, les signaux nerveux se taisent et hurlent en même temps. Son corps désarticulé vole et s'effondre au sol tandis qu'un nouvel éclair noir transperce le ciel anthracite et l'aveugle dans son dernier souffle.

Un Palais. Lumineux, végétal, aux arches hyperboréennes magnifiquement sculptées. D'imposantes statues dominent une large salle baignée d'une lumière ocre de fin de journée. Des tapisseries brodées selon une technique inconnue de la Terre habillent certains murs, des drapeaux aux formes surprenantes cascadent le longs de piliers. Quelques Morlaidhans vaquent à diverses occupations. Discussions de courtisans, déambulations de palais. Une étrange atmosphère de calme et de sérénité règne ici.

Les jungles gigantesques sont de l'autre côté de l'impressionnante maçonnerie. Les Morlaidhans ne portent plus les pagnes et des tenues guerrières, ils les ont troqué pour de larges manteaux brodés de motifs végétaux. Un large tableau digne des plus grands maîtres montre Ray Palmer mettant à bas le traître Deraegis et ses hordes de rebelles. A une large fenêtre, dans la lumière enflammée d'un coucher de Soleil, se tenait la reine Laethwen dans une robe que le justicier ne lui avait jamais connue. Jadis plus guerrière, elle avait, comme ses semblables, quitter les tenues plus légères, idéales pour des escarmouches dans des jungles de végétation hostile au profit de parures plus royales.

La paix avait prit le pas sur la violence. Une civilisation venait de s'élever. Atom était sur son trône et dominait de la hauteur de l'estrade la salle toute entière. Laethwen tourna vers lui un regard doux et paisible.

- Comment vas-tu ? lui lança-t-elle.

Des courtisans se turent et se tournèrent vers le couple avant de sortir en silence, suivis par les domestiques. Quittant la fenêtre et son éclairage chaleureux, elle se rapprocha de lui, jusqu'à s'asseoir sur le trône voisin, l'astre solaire se couchait lentement, caressant de ses dernières chaleurs la peau du monarque.

- Tu as l'air ailleurs Ray, ajouta-t-elle.

La reine posa une main délicate sur celle de son roi. Sa peau d'un jaune délicat était mise en valeur par son regard apaisant. Combattante et en perpétuel conflit avec les intrigants qui menaçaient son père et sa lignée, elle n'avait portée qu'un regard fier, puissant, montrant au monde le visage d'une femme forte. Aujourd'hui, dans la douceur de ce palais acquis d'un combat qu'elle croyait sans fin, elle osait détendre ses expressions. L'on sentait toutefois dans sa démarche, dans ses gestes, dans la lueur de certains de ses regards qu'elle restait l'héritière vindicative et qu'elle n'offrait à son peuple un visage délicat pour mieux le rassurer, comme à son époux qui l'inquiétait.

- Je t'en prie, dis-moi ce qui t'arrive mon amour... < Dis-moi ce qui t'arrive >...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 567
DC : Mister Miracle - The Bat - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Mar 17 Oct 2017 - 9:06
Ray Palmer a accepté son sort.
Il va mourir. Il veut mourir.
Et alors que Nekron lève sa faux, alors que la masse de ses proches qui ont disparu ou souffert par sa faute se projette sur lui, alors qu’il sent la juste sanction pour ses crimes venir à lui… il soupire.
De soulagement.

Enfin, pense-t-il. Enfin, cela s’achève.
Enfin, il a ce qu’il mérite.

Le choc est terrible – innommable. Indescriptible.
Ce qu’il ressent… n’est pas de la douleur ; c’est plus. C’est bien plus.

Le coup est abominable, au-delà de la brutalité. Au-delà des mots.
Il est coupé. Il est tranché. Il est brisé. Il est détruit.
Il souffre, oui. Il hurle. Il agonise. Il devient fou. Il perd le peu d’esprit qui lui reste.

Mais… il meurt, donc.
Cela s’achève enfin. La peine. La douleur. La culpabilité. La violence. L’abandon.
Tout – tout s’achève. Enfin.
Non ?
Non ?!

Atom a fermé les yeux, prêt à accueillir le froid baiser de la Mort… mais des bruits lui viennent, quelques secondes après.
Des bruits de pas. Des bruits de conversation. Des bruits de vie.
Lentement, malgré la terreur qui s’empare de son cœur, le micro-Héros rouvre les yeux… et sent son esprit chavirer.

Il n’est pas mort.
Il n’est pas mort, car il est à… Morlaidh. Dans la petite cité des Morlaidhans, les extraterrestres issus de la civilisation des Katarthans qui se sont écrasés jadis, et se sont installés en Amérique du Sud, via une société barbare.
Il n’est pas mort, car Morlaidh… Morlaidh correspond à l’une des périodes plus belles, les plus agréables de sa vie ; et s’il s’y retrouve après le coup de Nekron – non, il n’est pas mort.

Si c’était le cas, cela voudrait dire qu’il est au Paradis.
Et Ray Palmer ne mérite pas une telle destination après la Mort.
Il n’est donc pas décédé ; l’enfer continue.

Cependant, alors que son regard glisse autour de lui, redécouvre des visages sympathiques et proches qu’il a oubliés après leurs décès ; alors qu’il se lance lentement happer par cette ambiance, par cette sensation d’être grisé au sein d’un peuple simple qui avait fait de lui son Héros, son Sauveur, son Roi ; alors qu’il tente, en vain, de s’empêcher de se laisser glisser dans ce rôle qui lui plaisait tant…
Elle arrive.

Sublime, dans une robe inconnue. Magnifique, au naturel. Gracieuse, par des gestes simples et anodins. Belle et superbe, tout simplement…

… Laethwen. Princesse de Morlaidh. Rebelle. Héroïne. Reine, par la suite.
Son épouse.

Elle s’assoit à ses côtés, et ressent son trouble – comme d’habitude. Elle a toujours su lire en lui. Elle a toujours su le comprendre. Elle a toujours su l’apaiser.
Elle dépose sa main sur son bras, lui sourit… et tente de l’aider, de le comprendre.

Ray sourit.
L’illusion est parfaite. Elle est… comme avant, comme elle fut. Toujours aussi belle, toujours aussi extraordinaire, toujours trop bien pour lui.
Sa voix… est la même. Tout est similaire, en fait. L’illusion est parfaite.
Sauf la fin.

Sauf ce glissement, final.
Sauf ce moment, terrible, où la voix de Laethwen prend les accents… de l’Indigo Tribe.

Ray comprend, alors. Ray sait ce qu’il se passe.
Le Rituel. L’épreuve. Le test.
Tout… tout ce qu’il a vécu est une partie du Rituel. Tout ce qu’il a subi est une partie du Rituel.

Nekron, les victimes – le Rituel. Les Morlaidhans – le Rituel.
Laethwen aussi.
Mais Laethwen est de trop.

Il la fixe, tristement. Puis une larme glisse, silencieusement, depuis son œil sur sa joue.
Mais ce n’est pas de tristesse – elle a disparu.
C’est une larme de colère. C’est une larme de haine. C’est une larme de refus de voir celle qui a tant compté être utilisée ainsi.
C’est une larme de Rage.

Et, sans prévenir, Ray Palmer sent cette bouffée de Rage grandir en lui… cette Rage qui rôde en son être depuis des mois, des années, et qu’il a toujours contrôlée, repoussée. Cette Rage issue de l’adultère de Jean. Cette Rage issue de la mort des Morlaidhans et de Laethwen. Cette Rage issue de la disparition d’Adam, de Sue, de Ralph, de Ryan, de Jean, par sa faute. Cette Rage issue de ses sacrifices inutiles, oubliés, délaissés.

Cette Rage.
Elle explose – et il la libère, épousant enfin son Amour pour ses proches, sa Peur de les perdre, son Envie de les avoir avec lui, sa Volonté de se battre pour eux, son Espoir de les retrouver, sa Compassion pour ceux qui se sont perdus et qu’il veut aider… sa Rage d’en être privés.
Il a longtemps gardé ça pour lui, s’est empêché d’exprimer tout cela, par crainte, par timidité, par certitude de n’en être pas digne, de n’être pas assez… mais c’est terminé.
Tout est terminé

Un hurlement animal s’échappe de sa gorge.
Alors que ses Emotions se libèrent enfin – dans une gigantesque explosion d’énergie, épousant toute la fréquence du Spectre Emotionnel.

Tout explose. Tout fuite.
Et Ray Palmer, enfin, se libère.


(HJ/ J’espère que ça ne gêne pas tes plans, n’hésite pas sinon ! /HJ)


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 425
MessagePosté le: Mar 17 Oct 2017 - 21:51
[HRP]Aucunement, c'est parfait ![/HRP]

L'être humain est une force irrésistible avec ses semblables, mais fragile et périssable seul. La Nature ne l'a doté d'aucune autre force que celle de se construire en société pour bâtir les fortifications qui lui permettraient de survivre dans un environnement hostile. La civilisation galopante et l'inversion de ses valeurs lui a toutefois fait oublier l'essentiel : seul, un être humain est voué à la mort, au dépérissement. Dévoré, déchiqueté, affamé.

La solitude est la meilleure arme de Nekron, la meilleure alliée du crime et du désespoir. L'égoïsme avide détruit des vies par milliers, et pourtant, l'individualisme règne, les individus s'enferment dans des logements trop petits pour eux tandis que la surface de leur monde est rendue aride par ses mauvais traitements. Les souffrances solitaires que la solidarité sait dissiper se développent à l'aise. Seuls face à un monde où l'adversité est unie les hommes désespèrent et sombrent dans la folie, unique réponse à l'absurdité de ce retournement.

En comparaison, Ray Palmer était fort, puissant. Toujours capable de compassion et de se lier, de s'unir aux destinées, d'aider, de soutenir, il était un géant de cette planète. Les évènements terribles qui s'abattirent sur lui lentement le renfermèrent. Mais au lieu de soigner sa douleur, cette solution la répandit. Elle engourdit lentement son âme et celle-ci hurlait silencieusement, appelait à l'aide dans l'assourdissante cacophonie de sa souffrance. La Tribu Indigo devait faire de cet être l'un des siens au risque de perdre la force infinie qui se terre en lui.

Natromo avait vu en lui cette force nécessaire à la Tribu, cette force capable d'être autant un chaînon qu'un satellite gravitant autour d'elle grâce à la domination de son anneau. Cet anneau unique, aussi unique que son porteur.

Indigo-1 était comme ses semblables l'hôte de son anneau, son amie mais aussi son esclave. Un mal nécessaire pour faire en sorte que le mal à jamais demeure loin d'elle. Et la compassion infinie qui coulait en son être l'obligeait à agir ainsi, l'obligeait à appliquer le Rituel. Mais quelque chose changea. Là où les autres sujets ne percevaient jamais les illusions de cette transe initiatique, l'anneau de Ray l'avait averti en faisant bégayer la transmission de pensées.

The Atom s'était engouffré dans la brèche avant que les Indigos ne puissent le soumettre de nouveau. Ses émotions, libérées par les premières étapes du rituel étaient devenues des armes dont il venait de faire usage pour briser sa prison mentale. L'homme hurla pour accompagner ce déversement émotionnel. Des traits de lumières jaillirent de son anneau. Chaque trait alla frapper directement les bâtons des autres membres qui le noyaient dans leur spectre. Les membres de la tribus se déconcentrèrent un à un et reculèrent sous la puissance de se réveil. L'image des Morlaidhans s'estompa, le palais disparut, le rire de Nekron s'effaça avec celui du Joker... La Tribu reculait...

Sauf Indigo-1. La cheffe du groupe s'était prémunie avec un bouclier vert des projections incontrôlées de leur frère. Après le cri et le déchaînement, le silence. Les bâtons et les anneaux se calmèrent lentement. Elle baissa son bouclier et observa la silhouette de son nouveau frère qui avait bousculé les usages ancestraux et mit un terme au rituel avant que le groupe n'ait pu, une à une éteindre ses émotions et les
enfermer dans l'anneau pour en faire le réceptacle de son être, son ultime ami, son ultime prison.

Ray Palmer rayonnait d'une lueur qui changea jusqu'à stabilisation de ses émotions pour retrouver un halo indigo constant. Ses émotions avaient été libérées sauvagement pour le plonger dans cette transe terrible qui devait lui faire accepter la mort. Désormais et même sans son anneau, l'Indigo Lantern de la Terre serait capable d'éprouver des sentiments...

- < Natromo... > soupira Indigo-1.

Le vieil ermite, fondateur respecté mais toujours éloigné de la Tribu était l'objet de bien des conjectures de la part de la guide du groupe. Savait-il réellement ce qu'il faisait ? Il avait forgé les premiers anneaux indigo pour le bien de l'univers sans se soucier du prix ou des conséquences pour les porteurs. L'objectif de la Tribu primait sur chaque individu du groupe. Mais Ray... remettait en cause l'harmonie collective.

Munk, second de la Tribu fut le deuxième à oser s'avancer, prêt à en découdre avec leur frère perdu dans les méandres de l'inconnu. Il gonfla le torse, le regard sérieux et légèrement emprunt de pitié pour cet homme qui esquivait la joie et le bonheur de la Tribu. Son bâton luit alors d'une couleur verte.

Indigo-1 pose une main apaisante sur son épaule et s'intercala entre lui et Ray Palmer, leur frère, étrange mais leur frère malgré tout. Elle prend une grande inspiration et lui parle dans un américain que ses semblables peinent à comprendre.

- Ray Palmer...
articule-t-elle. Enfant de la Terre... Qui es-tu ?

La question devait être posée, la Tribu devait savoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 567
DC : Mister Miracle - The Bat - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Hier à 9:07
Il n’y a pas de mot pour décrire ce qui arrive à Ray Palmer.
Les mots ont un sens, un intérêt, un objectif, un but ; mais malgré leur richesse, malgré leur utilité, malgré même leur puissance, qui a permis aux Hommes de s’arracher de l’animalité pour forger des civilisations et des cultures, les mots ont leurs limites.
Quand une situation dépasse l’entendement, quand les événements vont au-delà de ce qui a pu être expérimenté par l’Homme, quand ce dernier est purement dépassé… les mots n’ont plus la possibilité d’exprimer la pensée, de structurer une idée.

Les mots ne peuvent décrire l’impossible, l’irréel… le miraculeux.
Et Ray Palmer vit un miracle.

Depuis des années, il a peu à peu abandonné ses émotions, les cachant derrière une armure, une défense construites suite aux trop nombreuses épreuves affrontées, mais aussi aux drames subis. Ouvert, sympathique, volontairement porté vers les autres, il a vécu de la pire des manières les troubles qui ont affecté son existence, et celles de ses proches.

Il s’est fermé, en fait.
Pour ne plus souffrir. Pour ne plus périr. Pour ne plus se sentir mourir à chaque drame… à chaque échec.
Mais c’est terminé.

A genoux, entouré d’un halo de pure énergie épousant, alternativement, chaque élément du Spectre Emotionnel, il fait face… enfin.
Il fait face à ses peurs. Il fait face à ses colères. Il fait face à ses amours. Il fait face à ses envies. Il fait face à ses vœux. Il fait face à sa compassion, surtout, celle qui a guidé toute sa vie, et l’a toujours poussé à offrir des secondes chances.
Il fait face – tout court.

Avant de, lentement, relever des yeux habités par une Volonté farouche, celle d’affronter enfin ses troubles, et de s’affronter surtout.
Il pose son regard devant lui… sur Indigo-1, qui se présente devant lui ; avec, derrière, l’Indigo Tribe, troublée par les événements et surtout les résultats. Atom sait que le Rituel n’a pas été terminé, que d’autres étapes devaient être franchies – mais il les a grillées, il les a dépassées, et il est désormais… à un autre niveau.
Qui ne semble pas leur plaire.


« < Je… > »

Son regard glisse d’Indigo-1 à Munk, qui s’est avancé, visiblement plus troublé – ou plus démonstration que sa cheffe. Il le fixe quelques instants, puis regarde son anneau, tenu par sa main crispée.
Puis, il se relève.
Il se redresse, se remet sur ses pieds – et fait face à l’Indigo Tribe, tenant son bâton entre sa main libre.


« < Je suis Raymond Palmer. Je suis professeur. > »

Sa voix est calme, posée. Son énergie ne cesse de varier entre les émotions, mais de manière plus… contrôlée que précédemment.

« < Je suis Atom. Je suis… un Héros. > »

Il esquisse une légère grimace – la révélation est difficile, mais indispensable ; et surtout vraie.

« < Je suis un Indigo Lantern – mais je demeure moi. Je suis dans votre collectif… mais je suis un individu, dans votre collectif. > »

Le scientifique s’avance, et lève sa main. Il esquisse un sourire sincère, en proposant sa paume tendue.

« < J’ai été un ami, un amant, un mari… un lâche, un Héros, un prince, un guerrier, un savant. Je suis Ray, je suis Atom, et je suis avec vous – mais je ne suis pas vous.
Je suis un dans le collectif… unique. J’apporte mon histoire, mon expérience, mon individualité à votre ensemble. > »


Il sourit, encore, et sa voix est chaude et douce.

« < Je suis ce que Natromo voulait – un Indigo Lantern conscient, autonome. Sans obligation de fusionner, sans interdit d’indépendance, sans forcer une personnalité dans une conscience troublée.
Je suis Indigo… volontairement. Et je vous aiderai, et je vous assisterai, et je participerai – selon mes possibilités. Selon mes Vœux. Selon mes Amours. Selon mes Peurs. Selon mes Colères. Selon mes Envies. Mais, surtout… > »


Il s’avance encore, pour presque toucher Indigo-1 avec sa main tendue.

« < … selon ma Compassion. > »

Ray se tait, alors – il attend.
Mais il est heureux, surtout. Car complet, enfin.



Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 10/12/2012
Messages : 425
MessagePosté le: Hier à 21:42
Toute la Tribu était dans l'expectative tandis que leur frère reprenait ses esprits et se relevait. Leur cheffe avait été obscure dans ses propos et le lien qui les unissait diffusait son trouble. La puissance de leur unité coulait toujours en The Atom. L'essence de la Compassion n'avait donc pas quitté l'homme nouveau qui se révélait. Inachevé, le Rituel l'avait fait renaître. Il répondit à Indigo-1 dans la langue si profonde et oubliée du groupe. Un symbole fort qui décrispa Munk.

Les réponses qu'il fournit aux cercles de lanterns révélèrent qu'il avait lui-même trouvé les réponses à ses questionnements.

Il parle comme un enfant fait ses premiers pas et découvre la gravité. Lui découvre le vrai poids des émotions. Mais le groupe reste encore distant. Les paroles s'accumulent et il étend devant lui le poids de son passé, les conséquences de ses actes.

Il ne faisait plus qu'un avec lui et pourtant. Un fil le maintenait dans l'harmonie du groupe. Oui, il était un Indigo Lantern, un membre de la fratrie intersidérale et malgré ce qu'il venait de subir, il le restait. Lorsqu'il tendit la main, tous les membres l'observèrent, sauf Indigo-1 qui resta concentré sur ses yeux, comme pour un dernier examen. Elle l'écoutait, attentivement, scrutant tonalité et mouvements de sa part.

Unique il l'est, tant pour son histoire que sa façon de passer outre les desseins de la Tribu. Son attitude cependant est réconfortante. Pas de violence incontrôlée, par de larmes excessives, rien qu'un homme en accord avec lui-même et l'univers.

Il parla ensuite de Natromo et de son volontariat. Oui, un indigo Lantern qui choisit de l'être est une nouveauté pour tous. En total désaccord avec leur passé, les Indigo Lantern cachaient de noirs secrets et s'offraient à leur anneau qui en retour dispensait une médecine à leur âme tourmentée.

Raymond Palmer s'avance encore et termine sa tirades dans un silence d'intense introspection. Le groupe s'harmonise. Lentement. Doivent-ils craindre ou accepter l'étrangeté de ce frère ? Les questions et les interrogations se succèdent mais la compassion, toujours guide leurs pas. Qu'importe ce qu'il est devenu, il reste un Indigo Lantern. Finalement, Indigo-1 porte sa main dans celle de The Atom.

- < Je ne prétends pas comprendre parfaitement les intentions de Natromo lorsqu'il modifia ton anneau. Je ne prétends pas saisir l'immensité de l'Univers. Mais je te comprends mon frère. Ton unicité sera une force comme une faiblesse mais que nous partageons volontiers avec toi. >

Les autres membres de la Tribu s'avancèrent alors et posèrent un membre sur leur nouveau frère.

- < Revenu d'entre les morts, te voilà vivant. > ajouta-t-elle. < Soit fort pour cette planète qui souffre. Soit honnête envers toi-même. Soit volontaire pour les âmes qui reculent. Soit compatissant envers la vie. >

Tous les Indigo Lantern récitèrent alors le serment de leur Tribu dans en une harmonie parfaite..

Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo ffan tornek wot ur.
Ter Lantern ker to Abin Sur. Taan lek lek nok--Formorrow Sur !


- < Nous te voyons notre frère. Et n'oublie pas que nous serons toujours là si tu as besoin de nous. >

Le bâton d'Indigo-1 brilla puissamment et un portail s'ouvrit.

La Tribu quitta lentement le contact de leur frère et retournèrent sur leur mystérieux astre. A la sortie de leur portail, Natromo se tenait à la lisère d'une forêt et observait la Tribu revenir à la colline de méditation. Il souriait comme un beau diable qui était ravi du tour que prenait les évènements. Oui, du changement, voilà la seule chose qui permettait à l'univers de perdurer. La Vie impliquait l'évolution, impliquait l'adaptation et dans peu de temps, il en était sûr, sa dernière décision montrerait qu'elle était la meilleure qu'il ait jamais prise et assurerait aux Indigo Lantern de ne pas disparaître...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 567
DC : Mister Miracle - The Bat - Sportsmaster - Ch'al Andar/Hawkman
Localisations : Ivy Town
Justice Society of America
Suicide Squad
MessagePosté le: Aujourd'hui à 8:28
Ray reste silencieux, après sa longue tirade. Il observe Indigo-1 et les autres membres de l’Indigo Tribe, troublés par le Rituel qui a été stoppé, choqués par son statut marginal, surpris par ses paroles.
Il a conscience qu’il y a beaucoup à enregistrer pour eux – et, même s’ils correspondent à l’une des formes de Vie les plus évoluées de l’Univers, il est clair que leur fonctionnement tribal ne les a pas préparés à un tel changement, à une telle révolution en leur sein.
Ils ont donc besoin de quelques secondes, pour tout encaisser et aller de l’avant ; heureusement, ils le font.

Quand Indigo-1 s’empare de sa main tendue, Palmer sourit et acquiesce en silence.
Bien.
Tout s’arrange. Tout se répare. Tout évolue.


« < La Compassion est ce qui me définit le plus… ma sœur. Vous m’avez offert un cadeau sublime – une seconde chance, non pas en me ressuscitant, mais en m’offrant la possibilité de faire enfin face à mes émotions.
Je vous en serais éternellement reconnaissant – et me battrais, définitivement, à vos côtés, pour apaiser cet Univers. > »


L’ensemble de l’Indigo Tribe soupire d’aise, alors que leur meneuse et l’élément jusque-là considéré comme renégat trouvent une forme de paix… d’entente.
Dans un geste commun, l’énergie violette transite en eux, et une mélopée douce s’échappe de leurs lèvres, alors que leur serment s’élève à l’intérieur de l’appartement spartiate du scientifique.


« < Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur! > »


L’instant est fort, l’instant est puissant, l’instant marque.
Puis l’instant s’achève, et Ray sourit.
Un portail de téléportation apparaît derrière l’Indigo Tribe ; le départ est proche. Indigo-1 glisse encore quelques mots au micro-Héros, qui acquiesce en silence quand elle lui rappelle qu’ils seront là pour lui – l’inverse est vrai, mais tellement évident qu’il n’en dit rien.

Ils disparaissent, donc. Le laissant seul, dans son logement.
Lentement, le scientifique tourne la tête et fixant ce dernier, ses biens – si peu nombreux, si anonymes, si spartiates. Idéaux pour un homme qui se retranche loin de ses émotions, se coupe de tout et s’est construit un château autour de lui ; mais il n’est plus cet homme… et ça lui plaît.

Lentement, Ray Palmer enlève son anneau, et le range avec son bâton dans son coffre.
Il redevient alors Atom – et prend une grande inspiration.
Son regard glisse dans son appartement, qu’il va meubler, et se fixe sur Ivy Town – sa ville. Son monde. Il sourit.



Qu’il est bon d’être de retour, pense-t-il.
Qu’il est bon d’être, enfin, de retour.



Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
 

[4ML] Atom Rebirth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Castlevania The Adventure Rebirth
» Rebirth project
» Commentaires sur la fanfic Castlevania : Rebirth
» Castlevania : Rebirth [fanfic]
» Green lantern: rebirth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ivy Town-