Manchester Black [En cours]

Inscription : 11/10/2017
Messages : 9
Localisations : Variable
MessagePosté le: Ven 13 Oct 2017 - 4:43
Nom et Prénom : Manchester Black
Pseudonyme(s) : Chester pour les intimes. (possiblement son vrai nom)
Âge : 36 ans
Genre : Homme
Orientation : Hétérosexuel
Nationalité : Anglais

Base d'opération : Metropolis
Groupe : Vilain
Faction(s) : Anciennement Elite, à son compte en l'état
Statut : Celibataire
Profession : Quand l'argent devient un paramètre à prendre en compte, il se contente de "devenir chanceux" au casino.

Description physique :

L'âge, la réflexion, l'expérience. Tant de choses qui ont transformées à la fois le mental et le physique de l'autrefois exubérant Manchester Black.

Une exubérance toujours présente, mais nuancée par un sens du sobre qui a finit par s'imposer. Alors exit le grand tatouage patriote sur ce torse trop exposé jadis, remplacé par des tenues de noir et de nuances de sombre. Quelques rides ont été finalement s'accumuler sur le visage d'un Londonien plus jeune à l'époque où son visage a fait le tour du monde. Un monde qui a oublié. Parce qu'ils sont nombreux, ces héros et vilains d'un jour. D'une semaine, tout au plus. Ne restent que les figurent inamovibles du monde des surhommes, les Superman et autres hommes en cape, les Joker et autres malades en puissance.

Ils ont pour la plupart oubliés ce sourire d'arrogance, de malice, celui qui lui par contre n'a pas changé avec le temps. Peut-être est il moins permanent, parfois remplacé par un masque d'impassibilité. De sévérité. Un visage différent pour chaque situation. Parce que l'âge lui a appris à s'adapter, aussi. Plus vieux, plus imposant : s'il n'est pas physique dans son essence, l'homme n'est plus le gringalet de ses vingt ans. Plus rauque, la voix, plus carrés, les traits de ce visage. Des contours dessinés de façon plus définitive. Plus définitif, oui. C'est une bonne façon de résumer le nouveau Manchester Black.

Un accomplissement réalisé dans l'ombre, et l'étincelle devenue feu continuera de briller dans les coulisses du pouvoir seulement. Un feu implacable qui consumera le crime de l'intérieur, loin des caméras, plutôt qu'une étincelle qui ne fera que l'égratigner à la vue de tous. Ceux qui crieront à l'amoral.

Oui, depuis ses jeunes années, celui qui s'essayait aux discours à la face du monde a gagné en prestance. La graine d'homme de l'époque, forte de sa haine affichée, de son point de vue tranché - voire extrême - a aujourd'hui muée en adulte mûr et réfléchit, fort de cet apparat de maîtrise de soi, un calme communicatif, une autorité naturelle qu'il peut faire osciller entre l'inspirant et l'intimidant d'un effort moindre. Sûrement est-il devenu bien meilleur homme à prêter sa voix pour un micro destiné à diffuser partout dans le monde.

Et pourtant, ça n'est plus son rôle. Plus maintenant.


Description psychologique :
Résolu à devenir un homme de l'ombre, parce que le passé lui a prouvé que la lumière n'était pas encore prête à accepter sa vision des choses. Qu'elle le laisserait s'exprimer, mais qu'elle le brûlera par la suite, offensée par cette conception d'une justice teintée de sombre. Elle ne tolère pas l'ombre dans son hameau, cette si brillante lumière. Celle d'un monde de héros-modèles et de justice morale. Une lumière qui guide l'humain vers quelque chose de meilleur. Parfois.
Et d'autres fois, elle l'aveugle, lui laisse entrevoir la tentation d'une impunité.

Il vous le dira : L'humain est faillible. Mauvais dans son essence, mauvais par facilité, et bon seulement par effort. Par intérêt. Mais l'effort n'est pas toujours humain, l'intérêt n'est pas toujours suffisant. Souvent, le Mal se présente sous une forme inaltérable, sous les traits d'hommes avec qui la négociation n'est pas possible. A ceux-là, Manchester réserve la seule et définitive solution au crime q'il entend incarner : la Faucheuse. Et comme en un hommage à son ennemi d'hier, lui plutôt que de se nourrir du soleil aura à coeur d'agir dans l'ombre.

Il a pensé, oui. Il a constaté. Le monde veut des héros qui inspirent, qui tirent vers le haut, qui donnent envie de devenir meilleur. Les pragmatiques de son genre sont utiles, oui. Mais pas derrière un écran, ou sur les devants de la scène. Non. Ils sont utiles dans l'ombre des Héros, dans leur sillage. Il entend incarner ceux-là : ceux qui s'occuperont de nettoyer derrière les hommes en cape tandis que la caméra les suit. Finir le travail, tuer là où le gouvernement emprisonnera. Supprimer là où il expérimentera, avide de savoirs interdits, de ressources faciles. Gouvernement naïf, avide, cupide. Hypocrite, bipolaire. Et tant d'autres choses, tant d'autres choses qu'il déteste. Vous ai-je parlé de son problème avec l'autorité ?

Un parmi tant d'autres. Malgré tout, le progrès de ces concessions qu'il est prêt à faire. Reculer d'un pas aujourd'hui pour avancer de deux demain. Une maxime qui lui faisait défaut plus jeune. Pourtant il n'a pas tant changé que ça dans sa conception : seulement dans sa façon de faire. Oh oui, ils mourront tous, au final. Et c'est bien là tout ce qui compte.

On le connaît surtout pour ça, ce Manchester. Ses discours et coups d'éclats sont les seuls souvenirs vagues qui peuvent rester dans l'esprit de quelques-uns. Pourtant, il est plus. Derrière ce que l'Anti-héros a montré, il y a ce que l'homme est.

Un homme de légèreté, lorsqu'il ne s'agit pas de la punition à asséner à ces gens qui font le Mal.
Souriant, presque agréable, si ce n'était pas pour ces occasionnels relents d'arrogance. Pour ce sarcasme acerbe tout droit sorti de sa difficile jeunesse et de ses années de prison. Son sourire, c'est pour relativiser tout ça. Pour n'y penser que quand il a besoin de quelque chose pour réaffirmer sa juste colère. Un feu de colère approvisionné par de nombreuses et différentes huiles. Alors il pour s'improviser extincteur sur ces flammes qui brûlent, il y a ce sourire, ces sarcasmes, cet humour noir, cette humanité.

Humain, oui, dans ce qu'il a de meilleur comme de pire. C'est bien pour ça qu'il est prêt au pire pour parvenir au meilleur. Il trichera, il mentira, il manipulera, si cela sert le bien commun. Il tuera, aussi. Tout ça, il le fera à qui le mérite selon ses critères, et parfois à qui ne le mérite pas lorsque la situation l'exigera. Ce qui ne l'empêche pas d'être conscient de la valeur d'une confiance accordée : entre deux-eaux, Manchester s'amuse de ce jeu de funambule. Entre réalité et illusion, entre Héros et Vilain, entre juge et bourreau. Promouvoir le vrai et à la fois le faux, cultiver haine et sympathie. Tout ça selon son envie et ses objectifs.

Pourvu qu'avec un peu de sang versé, il puisse faire cesser hémorragie béante qui coule des entrailles du monde.


Version(s) :
Le Manchester du film Superman vs The Elite ( et fait celui de l'Action Comics 775 aussi, je mix un peu les deux), revu à ma sauce quant à son évolution jusqu'à aujourd'hui. Je prends également en compte son intégration express à la Suicide Squad, son évasion de ladite Suicide Squad, et m'arrête là du reste. Pas de tentative d'assassinat de Luthor, Pas de suicide, pas de kidnapping de Jon Kent. La suite incombe à ma petite tête et aux années de vide à remplir, donc.

Histoire :
C'est dur de les comprendre.

Oui, c'est particulièrement dur de concevoir l'altruisme de ces hommes en slip, capes et tenues moulantes qui ne cessent d'être toujours plus bons même envers les pires - Même envers les irrécupérables -, lorsque l'on a le vécu d'un Manchester Black. Lorsqu'on a vécu le pire, et que l'on a appris à s'en émanciper en commettant le pire. Au feu d'une oppression, répondre par le brasier plus fort encore d'une rébellion sanglante. A l'injuste d'un système, lutter par l'impitoyable d'une révolution, écrite du rouge des corps sans vie sur le papier d'un bitume calciné, avec pour illustrations à cet ouvrage nommé "Vengeance" les ruines fumantes d'une ville sans vie.

Car oui, avant de devenir un idéal de Justice, ça a longtemps été une Vengeance, pour le jeune Chester.

La Vengeance sur une vie qui lui a donné ce père. Ce lieu de vie. Quartiers pauvres de la ville de Manchester. Une prison. Avant d'être homme, Chester a été enfant, et cet enfant, il a évolué dans les murs d'une prison de misère, avec pour geôlier un père bien incapable de donner les clefs pour s'échapper de cet enfer. Sans la capacité, et d'ailleurs sans l'envie. Un homme médiocre, alcoolique et violent, abonné aux emplois éphémères et aux emprunts d'argent à de sources douteuses. Un homme ruiné, un homme fragile qui a perdu le peu de bonne volonté qui pouvait peut-être lui rester lorsque sa compagne est morte en accouchant de la petite dernière d'une fratrie maudite. Une mère, seule lueur d'espoir d'un foyer rongé par l'obscurité, seule bouée de sauvetage d'un homme à la dérive. Mais la lumière s'est éteinte, alors le foyer s'est retrouvé plongé dans des abysses de fatalité, l'homme s'est noyé dans sa dérive sur cet océan d'alcool. Un alcool qui apaise les maux, et trop vite, celle qui soutenait la famille sur ses épaules se ses multiples emplois cumulés avait été remplacée par les courbes plus arrondies de la tentante bouteille de whisky, devenue nouvelle aimée de ce père lâche et risible. Lâche, au point de devoir trouver un coupable à sa perte, risible, jusqu'à laisser grandir dans son cœur de rage cette conviction selon laquelle s'il faut pointer le doigt vers quelqu'un, ce serait vers la petite dernière.

Dans tout ça, Chester n'a qu'à peine connu sa mère. De sa fratrie, il ne retient que les visages indistincts de frères connus que de loin, parce que la morgue et les barreaux les ont trop longtemps étreints pour qu'ils puissent être une vraie famille. Ne reste que ce père haït, et cette sœur surprotégée. De la vie et de ses déboires, de la faim et de ses maux de ventre. De la haine paternelle et de ses crises incohérentes, quitte à se les approprier. Les subir à sa place. Bien assez tôt, les coups ont finit par pleuvoir. Les coups, les mots et ce qu'ils peuvent avoir de blessant. Puis parfois, pire. Plus malsain.

Des choses qui marquent, mais la vie ne laisse pas le temps pour les traumas qui paralysent. Alors il faut se battre, pour soi, mais aussi pour elle. Se battre même si ça veut dire tricher, blesser. Alors ça n'était pas toujours très beau à voir ni toujours très éthique, mais ils survivaient. Ça marchait. Ainsi, tandis que des milliers d'enfants chanceux dans le monde apprenaient que dans la vie il faut sourire, tendre la main puis l'autre joue pour réussir, pour être quelqu'un de bien, d'autres comme Black apprenaient la dure réalité d'une vie moins clémente. Lui a appris de son propre vécu, eux du récit de ces héros bien éloignés des problèmes de tous les jours. Des surhommes cachés dans leur armure de toute-puissance qui jugent et combattent ce qu'ils ne comprennent pas, ne vivent pas. Et pourtant, il les a aimé longtemps. Des lueurs d'espoir, des idéales à chérir, des modèles à imiter.

Mais petit Chester n'arrête pas les balles à mains nues. Et à chaque fois qu'il a tenté de tendre l'autre joue, il a regretté. A chaque fois qu'il a tendu la main, on a tiré le bras pour le traîner dans le précipice.

Alors petit Chester a arrêté de croire aux héros.

Les héros ne volent pas, mais lui oui – eux, même. Et il survit. Il sourit. Il s'offre le luxe de passer de bons moments avec sa sœur, de se lier d'amitié avec d'autres qui partagent au moins un fragment de son histoire. Il sourit, joue, s'amuse, même si ça doit être sur le compte de ces vieillards délestés de leurs porte-feuilles et autres magasins dévalisés de leurs trop grands rayons. Un arrangement honnête, si vous l'aviez écouté à l'époque : les plus aisés qui abandonnent une faible portion de leur confort pour sortir les plus démunis d'une détresse invivable, leur donner droit à la vie, et non les condamner à la survie. Et peu importe la loi, la loi n'a que peu de valeur dans un monde que, déjà jeune, Chester commençait à trouver trop... Perfectible. Une réflexion qui se continue, se répète, se fait son chemin dans sa petite tête qui cogite, en filigrane de ces maux de tête trop prenants qui ont ultimement commencés à lui torturer la cervelle. Prémices douloureux d'un pouvoir dormant, n'attendant que le bon moment pour exploser à la face du monde.

Quelques semaines d'un mal qui préoccupe mais qui n'enraye pas la machine à survie du duo pour autant. Vol, combines, récupération, encore et toujours. Jusqu'à ce qu'il y a ces voix qui interpellent au loin, tandis qu'ils sont sous ce tunnel, prés de la voie ferrée. Un policier, puis deux, ça tandis que cette douleur était venue se rappeler aux tempes du jeune Chester. Impuissant, immobile, et petite sœur décide de le protéger. Petite sœur court, distrait, mord. Petite sœur se fait attraper. Petite sœur se débat, tombe vers cette voie ferrée.

Petite sœur est là, dans le vide, tandis qu'une lourde masse métallique se profile derrière elle, fumante, surmontée de ces deux points de lumière qui la fixent. Monstre ferroviaire.

Et il crie, Chester, il crie si fort que le métal plie à sa commande, se stoppe net dans sa course folle. Pour que le sang ne coule pas. Du moins pas celui de sa sœur. Celui de ces dizaines de gens dans les wagons du train derrière. Maisc'est une horreur à laquelle l'enfant n'aura pas même besoin de confronter directement. Non, il n'y aura que cette sœur saine et sauve, cette impression de toute-puissance qui lui a pris le cœur lorsqu'il s'est interposée entre elle et ce train. Tout ça, puis ces deux officiers sous le choc qui parlent dans leur radio.

Quelques temps plus tard, Chester et sa sœur étaient enrôlés dans les services secrets britanniques. Avant ça, il y a eu une brève fuite. Il y a eu le père, les pouvoirs. Et la rencontre des deux n'a rien donné de bon. Parce que donner un moyen de défense à ce fils malmené, maltraité face à un paternel tant violent que détestable, ça n'a fait qu'accélérer l'inévitable d'un dénouement prévisible : la mort d'un des deux partis lors d'une altercation de trop. Lorsque Chester décidera de rendre les coups. Or, l'adolescent était entre temps devenu infiniment plus à même de rendre les coups. Première Vengeance sur le monde, celle du parricide. Si jeune, et pourtant déjà : ce sentiment satisfait lorsqu'il a vue la vie quitter le corps d'autrui. Le corps d'un être haït. Après les prémices du pouvoir, les prémices de l'ultraviolence.

**

Peut-être la question de la morale s'est-elle posée, mais en tout cas n'est-elle pas restée bien longtemps au centre du débat : quelques semaines après l'incident du train - semaines pendant lesquelles l'adolescent a multiplié les faits d'armes macabres – les services secrets ont mis la main dessus. Une évaluation psychologique aura démontrée toutes les tares de cet esprit rendu instable, mais l'avis des psychologues n'a pas eu grand poids dans la balance du jugement de plus hautes instances : celles qui voulaient un pantin surpuissant à contrôler, un héros national. Alors Chester devint Manchester, et le drapeau du pays lui fut apposé sur le torse, comme pour affirmer une identité nationale face à la vague de héros Américains de l'autre côté de l'océan. L'adolescent a grandi sous le giron de cette branche du pouvoir, à développer ses facultés ainsi que les aspects les plus dérangés de sa psyché, pour enfin devenir un homme, un homme aux multiples missions qui s'est par la suite acoquiné avec d'autres Métahumains, au détour d'une opération en Afrique. Magicien d'Orient, brute à la peau d'ébène et femme serpent s'agglutinèrent autour d'un idéal peu à peu formé par Manchester avec le temps : Celui d'une justice plus implacable, plus définitive, pour ces criminels sans cesse emprisonnés, puis relâchés ou échappés. Une logique simple que le britannique a pu affermir tant par son vécu d'enfant que par son expérience de soldat : Pour une vie prise, mille autre épargnées. Alors ce que certains prennent pour de l'Altruisme et de la droiture, lorsqu'ils voient Superman épargner un Vilain responsable de centaines de morts, lui ne voit que de la faiblesse. Un manque de rigueur qui ne peut que nuire sur le long-terme. Tuer. Tuer et ne laisser aucune place au hasard, ni à la pitié. Voilà comment il faut procéder.

Un point de vue martelé, démontré, asséné, encore et encore, lors des diverses apparitions publiques de l'Élite. Jusqu'à confronter Superman lui-même. Le symbole de cette Justice molle et permissive, celle qui ne suffit plus dans un monde en proie à la décadence. Ainsi, pour une fois, le combat de Superman ne fut pas une lutte du bien contre le mal, mais une lutte idéologique. Une lutte de pouvoir, mais aussi d'influence, de communication, de médias et de jeu avec l'écran. Quelque chose que l'encore jeune Manchester maîtrisait plutôt bien.

Et pourtant, dure fut la chute face à l'Homme d'Acier.

Parce qu'il eu été une erreur de prendre celui qui inspire des millions de gens à travers le globe pour un demeuré. Lui aussi a su jouer de l'image. La comédie d'une défaite cryptée, pour mieux prendre le Britannique à son propre jeu. Lui démontrer la faille dans son raisonnement, la lui claquer au visage devant les écrans du monde. Feindre, puis défaire Manchester et ses sbires, puis finalement gagner. Le combat, le débat, l'approbation d'une planète Terre qui a faillie donner sa voix à Black. De peu. Mais non, ce n'est pas le moment. Et la colère s'est emparée d'un vaincu enragé, impuissant face au maintien d'une Super-Justice de l'altruisme, de l'humain dans ce qu'il a de meilleur. Adieu, pragmatisme terre-à-terre de l’Élite; rebonjour, lueur d'espoir inextinguible de Superman. Et les rideaux se ferment sur l'histoire d'une Élite désormais oubliée de tous.

**

Prison, de nouveau.

Mais pas celle de misère et d'oppression. Non, la vraie, faite de murs bien concrets, avec de vrais geôliers. Stryker's Island. Elle, puis une autre. Celle dans la tête d'un Chester qui retrouve tout le temps qu'il lui faut pour d'abord enrager. Puis ressasser. Cogiter. Remettre en question. Les autre, mais surtout lui. Coupé du monde, coupé de son pouvoir et de cette ivresse sanguine, à trop abuser de ses facultés. Pour mieux se rendre compte de ce qu'il a perdu. Une sœur qu'il avait juré de protéger, désormais perdue de vue au profit d'un combat perdu d'avance, d'une vendetta puérile. Celle d'un môme en colère contre le monde, sans l'envergure pour relâcher cette colère. Mais lorsque les pouvoirs sont venus, l'ambition s'y est invitée aussi. L'ambition de continuer ce road-trip autodestructeur en veillant à y emporter autant de monde que possible avec soi. Jusqu'à y oublier les bonnes intentions derrière. Sa philosophie, oubliée, alors que profonde, sincèrement pensée. Mais sur la fin, peut-être n'était-ce devenu qu'un prétexte pour... D'autres choses. Enfouies en lui depuis longtemps, frustrations et colères jamais criées. Parce qu'il a longtemps voulu hurler, sans en avoir le courage. Quand il a pu, il n'a pas été capable de s'en empêcher. S'empêcher d'en faire trop. De devenir trop. Trop... Comme lui, presque. Comme ce père.

Sans aucun doute est-ce le déclic qui l'a fait réaliser son erreur. Ce qui a motivé sa réflexion, plutôt que sa rengaine. Des centaines de gens que Superman a envoyé en Prison, il ne serait pas de ceux qui fomentent une infinie machination pour faire tomber le Kryptonien. Non, plutôt, il sera de ces rares qui décideront de se demander pourquoi est-ce qu'ils en sont arrivés là. Et il comprendra que oui, le monde n'a pas besoin de lui comme du visage d'une justice implacable et sans pitié. Pas... Pas maintenant, en tout cas. Non, le monde a besoin de ses modèles. De ses héros de Lumière qui font ressortir tout ce que l'Humain a de meilleur en lui, parangons de vertus dressés au rang de presque-Dieux. Des phares qui guident les futures générations dans les ténèbres d'un avenir fait d'obscurité, pour en faire des hommes meilleurs.

Mais tous les enfants ne suivent pas la lumière. Alors il faut aussi des héros de la Nuit, ceux qui agissent dans les coulisses d'une grande scène, d'une grande mascarade qui rassure les foules et les aspire au meilleur. Le monde n'est pas prêt, non, et si l'on lui donnait aujourd'hui de ces héros de l'ombre en guise de têtes d'affiche, il croulerai. Et tous ne laisseraient pas faire, pour sûr. Pour autant, il en reste plein là-dehors, des irrécupérables, des créatures dont l'on ne peut pas attendre quoique ce soit. Ils sont là, ricanants, savent qu'ils ne risquent que quelques bleus et saignements. Parce que ceux qui veulent tuer ne peuvent pas tuer, et ceux qui peuvent se l'interdisent. Il y a pensé, encore, encore et encore. Et il s'est dit que le monde a toujours besoin d'un Superman, oui. Mais qu'il lui faut aussi un Chester. Loin des projeteurs, loin des caméras. Le monde veut des résultats, mais veut garder ses modèles. Alors il y pense. Il y pense, à devenir l'ombre de ceux-là.

Oui, il y pense, à ce combat de Superman contre n'importe quelle abomination sans morale ni raison. Il y pense, à sa victoire, et aux caméras et photos qui iront suivre l'Homme d'Acier lorsqu'il s'éloignera du corps inconscient de son ennemi.

Manchester sera là. Prêt à finir le travail, loin des caméras. Quitte à aller chercher le gibier jusqu'en prison s'il le faut.

Il y pense, il y pense. Changement de forme, pas de fond. Réflexion et vécu en proche contact avec certains des pires vilains qui peuplent la surface du globe n'ont faits que renforcer son idée. Alors quand Lex Luthor le libère pour user de ses talents à son avantage, pour mener cette Suicide Squad, il accepte. Et jusqu'à un certain point, il coopère, sous la menace d'une puce qui fait boom et avec l'argument d'un plus grand mal à arrêter. Il joue une longue comédie, parce qu'ils n'ont pas besoin de tous savoir. Personne ne sait vraiment par quelles étapes est passé Manchester Black depuis son incarcération, et il entend garder le flou. Et puis, après tout, s'il a accepté l'offre de Luthor, c'est bien pour une simple raison : la réflexion ne lui a pas enlevée sa confiance en soi, moins encore son arrogance. Alors dés que l'occasion s'est présentée, la puce a sautée, et lui s'est volatilisé. Plus question de travailler pour un gouvernement.

Ca va faire des années de ça maintenant. Des années pendant lesquelles il s'est attelé à mettre à l'oeuvre sa nouvelle philosophie. De lointains liens gardé avec son Élite de jadis, il continue de préférer la solitude pour le moment. Alors les corps s'accumulent dans son sillage, les corps des pires criminels, à chaque fois morts dans d'étranges circonstances. Parce qu'il est si aisé de faire porter des chapeaux et faire croire à des accidents, lorsque l'on s'appelle Manchester Black.

Des années, jusqu'à aujourd'hui. Ombre méconnaissable, Black ne fait même plus parler de lui sur aucun média. Son nom a été oublié, et il le restera encore pour le moment. Silencieuse faucheuse sans identité ni discours, il moissonne sans laisser de traces.

Et s'il fallait s'amuser à suivre le sillon sanglant de ses agissements, l'on remonterait jusqu'à Gotham. Une capitale du crime qui n'a que trop longtemps souffert du laxisme d'une chauve-souris désuète. Qu'elle continue de jouer l'épouvantail. Celui qui effraie sans agir. Chester préfère être le pesticide. L'invisible délivrance qui tue sans sans qu'on ne la remarque.

Qu'ils enchaînent les présidents incapables à n'en plus finir, que d'autres tentent bien de noyer le monde sous un torrent de Rage fait d'anneaux rougeoyants. Ceux dans la lumière s'en chargeront.
Et s'il le juge nécessaire, lui aussi s'immiscera dans la danse.


Famille : Vera Lynn Black, sa soeur. Père et mère décédés, frères morts ou emprisonnés, quasi inconnus.
Alliés : Coldcast, Ménagerie, The Hat, membres de feu l'Elite. Contacts lointains pour le moment, mais qui sait...
Ennemis : Anciennement Superman, mais le Kryptonien n'est pour ainsi dire plus une menace à l'heure actuelle et Black a eu l'occasion de mûrir et réfléchir pour apaiser les griefs à son encontre. Bien que leurs idéologies différentes amèneraient sûrement à une énième confrontation si rencontre il devait y avoir.

Pouvoirs/Capacités/Équipements/Relations :
- Télékinésie de haut niveau (assez pour arrêter net un train à l'éveil seulement de ses pouvoirs, atteindre Superman/s'en défendre, soulever des charges improbables, ect ect)
- Illusions détaillées sur une grande échelle
- Mind-Control de masse (Potentiellement des milliers d'esprits en même temps)
- Télépathie (Lecture et transmission de pensée, altération mémorielle)



Faiblesses :
Aussi puissant soit son esprit, Manchester reste un être humain lambda sur le plan physique, dans tout ce qu'il a de fragile entre les mains des surhommes qui peuplent les sphères qu'il côtoie. Plus sage que lors de sa jeunesse et ses frasques médiatisées, il garde une arrogante confiance en soi pouvant s'avérer dangereuse lorsque mal placée - bien qu'il sache mieux la garder pour lui qu'avant.

Aussi, l'origine de son pouvoir trouve apparemment sa source dans une excroissance au niveau du cerveau. Superman a pu jadis temporairement le priver de ses pouvoirs grâce à sa vision laser, ayant reçu l'information grâce aux fichiers donnés par la soeur de Manchester.


Hors Jeu

Présentation personnelle :Nico, 20 ans, aime les chips et les JDR.

Disponibilités et rythme de réponse : Variable. Très.

Pourquoi avez-vous choisi ce personnage ?
Pour la faire courte : ma connaissance de l'univers DC et des Comics en général n'est pas aussi étendue que j'aimerais qu'elle le soit, et j'ai de base une aversion assez prononcée pour les prédefinis. Peur de mal jouer un personnage dont on attend tel façon de faire/penser/agir, me sentir restreint par ce qui a été défini comme les limites d'un personnage... Je préfère créer, et me fixer mes limites tout seul comme un grand. MAIS, le forum me faisait tout de même de l'oeil, alors pour concilier toutes ces problématiques, j'ai pris un perso un poil oublié, pas trop TROOOOP développé, mais qui me plait dans sa base et dans le peu qui a été dessiné sur lui pour me donner un matériau de base sympa à jouer et solide, tout en me donnant la largesse d'y ajouter mon grain de sel. Voilà voilà.

Avez-vous lu le règlement et approuvez-vous tous les points ?
Oui.

Comment êtes-vous venu ici ?
En Uber. Mon chauffeur s'appellait Conner, de mémoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 29/06/2014
Messages : 7396
DC : The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Ven 13 Oct 2017 - 7:43
Bonjour et bienvenue. Smile
Bon courage pour la fiche, n'hésite pas si tu as des questions et préviens-nous quand tu auras terminé ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle En ligne
Inscription : 22/03/2017
Messages : 232
Situation : Toujours plus de CAFÉ
Localisations : Gotham City
Groupes : Batfamily

MessagePosté le: Ven 13 Oct 2017 - 12:37
Encore Bienvenu parmis nous ! Bon courage pour ta fiche ! c:



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4664-fiche-de-rp-tim-drake-red-robin http://dc-earth.fra.co/t4651-timothy-drake-alias-red-robin
Inscription : 23/03/2014
Messages : 7736
Situation : Après avoir discrètement infiltrée des survivants martiens blancs sur Terre, une altercation entre eux et les Red Rockets tourne au drame dans des conditions mystérieuses. Ayant perdue ses proches M'gann, meutrie, réclame la libération des autres martiens blancs prisonniers.
Localisations : Earth


MessagePosté le: Ven 13 Oct 2017 - 19:43
Bienvenue Smile

Très bonne référence !

Bonne inspiration !


Bonnes fêtes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2895-wow-incredible-adventures
Inscription : 25/09/2017
Messages : 142
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Sam 14 Oct 2017 - 14:08
Bienvenue à toi! Voilà qui devrait épicer les jeux Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman
Inscription : 11/10/2017
Messages : 9
Localisations : Variable
MessagePosté le: Sam 21 Oct 2017 - 7:47
Hop ! Merci pour les bienvenues de plus haut o/ Petit message rapide pour dire que j'ai enfin terminé. °°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/12/2016
Messages : 2324
DC : Deadshot.
Situation : Revendique son héritage.
Localisations : Metropolis.
Justice League

MessagePosté le: Sam 21 Oct 2017 - 9:06
Une fiche appréciable et appréciée pour un personnage méconnu. J'aurais à la rigueur précisé que les pouvoirs mentaux sont par essence assez délicats et que perturber sa concentration peut donc les mettre à mal, mais ça se classe plus ou moins sous la faiblesse « humain normal ». Tu as donc droit à ma première validation.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4444-superboy-rebirth http://dc-earth.fra.co/t4287-superboy-i-m-no-superman
Inscription : 29/06/2014
Messages : 7396
DC : The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; Ch'al Andar/Hawkman ; Orin - The Aquaman
Situation : Last of the Fourth World.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Sam 21 Oct 2017 - 10:46
Une fiche bien agréable, oui. Smile
Le personnage est compris et maîtrisé, cela justifie ta deuxième validation !

Tu peux donc désormais parcourir le forum à ta guise avec ce nouveau compte. Nous te conseillons de créer une fiche RP afin de ranger toutes tes aventures. Si tu ne trouves pas tout de suite de partenaires avec qui jouer, tu peux faire une demande de RP. Si jamais tu venais à t'absenter, si tu souhaite nous quitter ou simplement changer de personnage signale-le nous dans ce sujet, ce serait sympa de ta part.

Je t'invite chaleureusement à jeter un œil à nos équipes, et si tu le souhaites tu peux venir jouer et partager avec nous dans l'aire de jeux.

Je te souhaite de la part de toute l'équipe de DC Earth d'agréables moments sur le forum avec ce personnage qui, je l'espère, te donnera entière satisfaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle En ligne
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Manchester Black [En cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Black Swan (nouveau film avec Natalie Portman)
» Votre liste de manga en cours
» Black Devils et Pink Elephants...
» Lacie Black max tuner (avec TNT HD)
» Opération BLACK OPS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: Plateforme joueurs :: Présentations :: Présentations validées-