(4ML) Batman vs Joker (Pv... bah, vous savez qui)

Invité

MessagePosté le: Sam 21 Oct 2017 - 1:32

>Batman vs Joker
Batou

Les lueurs hideuses de Gotham s'étendaient sur l'horizon alors que le véhicule sombre sillonnait l'autoroute qui menait vers sa ville fétiche, la voiture étrangement sobre, entourée de son armure noire, n'attira nullement l'attention des autres automobilistes sur la route, ces derniers ne prenant même pas la peine de regarder les vitres de la voiture avant de continuer leurs propres chemins en direction de la ville ou ailleurs, dans un coin de l'état déjà moins dangereux.


Les yeux verts d'un des occupants se posèrent sur un signe démontrant le maire de Gotham, un haut individu qu'il avait personnellement tourmenté au cours de sa longue carrière de criminelle. C'était toujours les politiciens qu'étaient les plus marrants, tant ils semblaient convaincus que l'argent ou la position au sein de la hiérarchie pouvait les protéger contre les horreurs de Gotham. Les faire couiner ne le lassait jamais !

Il serait tenté de dessiner un plus gros sourire sur le visage du maire mais il voulait quelque chose de mieux. Un truc plus simple et plus dangereux encore, pour célébrer son retour sans devoir s'encombrer. Il n'était pas revenu à Gotham depuis des mois après tout, il fallait bien célébrer l'occasion, n'est-ce pas ?

Où allons nous attaquer, chef ? Nos unités sont posées et..

Le Joker se tourna vers son homme de main, Nick, occupé à conduire le véhicule. Le clown prince du crime s'était équipé avec son revêtement habituel, une tenue violette et jaune, et posa simplement sa main sur l'épaule de l'homme, un petit rire s'échappant de ses lèvres. Les autres criminels costumés ne réagirent nullement, leurs expressions faciales dissimulées derrière des masques de clown inquiétants.

Nick, Nick, Nick. On ne peut pas simplement tout détruire. On va faire un tour de la ville d'abord, histoire de bien sentir l'atmosphère de Gotham. Les putes, les clodos, les petits criminels sans avenir... on va se faire un bon tour touristique, d'accord ?

Il avait ramassé le jeune homme au cours de son exile des quatre mois. Utile mais bavard, et fort heureusement, le Joker était d'humeur à l'écouter. Il retournait à Gotham et vers son batou chéri ! L'heure était aux sourires ! Et il comptait bien partager sa joie avec ses victimes favories, ses larves qui erraient sans but dans les rues, ses hommes et femmes qui servaient seulement de dommages collatéraux aux affrontements de titans entre les deux entités.

La voiture rejoignit Gotham et sillonna les rues vides, le Joker observant depuis les vitres fumées. Plusieurs endroits lui venaient, comme le bureau du GCPD, le club du pingouin, et d'innombrables banques qui attendaient seulement d'être cambriolées. Il leur fera l'honneur de recevoir le clown, mais ce sera pour le courant de la semaine.

Continue de conduire.

Ils traversèrent des ponts et passèrent près de chantiers. Le Joker hésita à rouler sur les travailleurs occupés mais ce serait juste un acte de maniaque habituel, les petites cruautés agréables d'avant. Il devait faire plus gros ce soir, et leva le doigt pour ordonner à Nick de...

Continue de conduire.

Les parcs remplis d'amoureux, de clodos ou de gardiens sous-payés s'étendaient devant lui. Encore une fois, ce serait la solution de facilité, mais il songea à attaquer un parc, un soir. Juste se glisser dans l'endroit et poignarder les couples avant de se lancer dans un cache-cache avec la police, il garda l'idée en tête.

Continue de conduire.

Et, finalement, le Joker leva la tête, et aperçut deux immenses tours. Il les reconnaissait parce qu'il avait tenté d'y crasher son zeppelin dans un dernier effort pour tuer le duo dynamique, il y'a de ça quelques années. Le royal hotel serait donc sa marque, et le Joker positionna la voiture, tournant la tête vers Nick quand ce dernier entreprit de stopper le véhicule pour le garer.

Continue de conduire.

Nick comprit, et pressa sur le turbo, l'engin se lançant à pleine vitesse vers le bâtiment principal et passant au travers de la porte en verre et des clients. Le Joker leva un magazine pour "protéger" sa tête, éclatant de rire alors que les corps et les bouts de verre brisés s'écrasèrent au sol, accompagnés de cris et de coups de feux rapides.

Les hommes masqués bondirent hors de la voiture pour ouvrir le feu, et d'autres compères surgirent via la porte brisée, ayant été placé en guet-apens pour l'avènement du Joker, qui sortir justement du véhicule, un rire s'échappant de ses lèvres alors qu'il leva le pouce en direction de ses élites, se dirigeant ensuite vers le bureau et tapant sur la cloche pour attirer l'attention de standardistes criblés de balles.


Irrité, le clown prince du crime se tint droit alors que d'autres membres de son gang s'emparaient de l'établissement, pas tellement choisi au hasard que ça. Il tourna son regard vers Nick, écroulé sur l'avant, sa mâchoire brisée dans deux directions différentes, son visage complètement ravagé par les morceaux de verre, un bout du volant enfoncé sur son oeil.


Faisant fi de la mort de Nick, le Joker bondit au dessus du bureau.


Les hôtels de nos jours ! Hahahahaha !


--


Il ne savait pas ce qui avait été le plus embarrassant : voir ses hommes échouer à bien calibrer les fréquences télé pour effectuer un piratage global sur les émissions de Gotham, s'apercevoir que le "trône" désigné pour lui servir d'humble porte-fesse avait été détruit par accident, ou se rendre compte que le GCPD avait mis un temps effarant à poser leurs véhicules devant les deux bâtiments, les lumières bleues et rouges illuminant les deux tours alors que le Joker continuait sa marche, tenant un énorme révolver devant lui.

Un sbire le suivait, armé d'une caméra. Toutes les chaînes de télé étaient finalement calibrées sur la silhouette du Joker, traversant les couloirs, exécutant personnel, clients ou sbires incapables de façon parfaitement casuelle, un rire inhumain s'échappant de sa gorge alors qu'il fixait la caméra.

SALUT GOTHAM ! C'est moi, le Joker, revenu de mes quatre mois de vacances pour continuer à vous tourmenter ! En honneur de ces quatre mois d'absences, j'ai décidé de faire un service à 4 : PRISE D'OTAGE ! BOMBES SUR LA VILLE ! TOXINE DANS LES CRECHES ET UN BONUS ! Hahahahahahahahahahahahahahahahahahahaha !

Le Joker leva quatre doigts en se faisant, son visage déformé en un sourire hideux qui découpait son visage pâle en deux. 

POUR CETTE REUNION CHALEUREUSE, NOUS ALLONS FAIRE DANS LE SIMPLE ! ENUMERONS LES REGLES POUR LES PLUS LENTS ! UNE BOMBE QUI EXPLOSE PAR POLICIER QUI S'INTRODUIT DANS L'HOTEL ! UNE BONBONNE DE GAZ QUI FUITE DANS UNE CRECHE PAR SBIRE DE BATOU QUI SE LA JOUE ESPION ! UN OTAGE QUI MEURT PAR MINUTE ! LE BONUS, C'EST POUR PLUS TARD !

LE SEUL ENNEMI QUE JE VEUX DANS L'ENDROIT, C'EST BATOU ! RAMENE TOI ICI MON GROS ! JE MEURS D'ENVIE DE TENTER DE TUER DE NOUVEAU APRES MES QUATRE LONG MOIS LOIN DE TOI ! T'AS TOUTES TES CHANCES PARCE QUE CES CONS DE SBIRES SONT PARTICULIEREMENT INCAPABLES CE SOIR !

Le Joker accompagne le geste en tirant sur un sbire blessé au loin, puis achève le membre de la sécurité victorieux, jetant le revolver à la poubelle avec un geste expert.

JE SERAIS EN HAUT ! NE ME FAIS PAS ATTENDRE ! ET SOIS LA POUR MON BONUS SURTOUT ! HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !

Le poing du Joker s'écrasa sur la caméra, et tout redevint sombre sur les téléviseurs de Gotham.

Et maintenant, Boss ?

Le Joker se frotta les mains, le sbire musclé observant la caméra brisée avec dépit.

Maintenant, on se fait des retrouvailles sincères ! Que lui et moi ! Pas de Robin, de Batgirls ou autres ninjas ou emos rouges ! CE SOIR ! JOKER CONTRE BATMAN !
   
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 762
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Dim 22 Oct 2017 - 15:02
Une cellule de crise s'est organisée autour du Royal Hotel de Gotham City.
Des dizaines de véhicules de police sont ainsi localisés autour du bâtiment, formant un cordon de sécurité - autant pour éviter les fous d'en sortir, que d'autres déments, plus volontaires mais tout autant dangereux, d'y entrer. Et, au milieu de cette assemblée de policiers et de spécialistes de l'urgence, un homme parle... et tente de gérer ce chaos.


"Bon... où en est ?"

"Ça fouette, boss."

"Plus de détails, Harvey."

Harvey Bullock acquiesce, en s'emparant de son cigare qui menaçait de s'écrouler de ses lèvres.

"Le périmètre est bouclé, ouais, mais on sait pas c'qu'y a à l'intérieur. Et l'taré répond pas aux appels, évid'mment."

"Evidemment, oui."

Le commissaire James Gordon, en tenue de sécurité, soupire et se tourne vers le Royal Hotel.
Quel enfer.
Depuis plus de quatre mois, la ville se reconstruit - et parvient à remonter la pente. Même s'il y a eu des morts, des destructions, des horreurs, Gotham City va de l'avant... et avance, tout simplement. Mais, maintenant... maintenant que le Monstre est revenu... maintenant qu'il s'est échappé, et qu'il s'en reprend aux innocents...


"Evidemment."

Le vieux policier soupire, et se prépare à donner des ordres - quand un appareil vibre, dans la poche d sa veste.
Un appareil précis. Un appareil spécifique. Un appareil donné par un allié... pas vraiment officiel.
Un autre soupir, mais plus positif cette fois-ci ; enfin.


"On attend, pour l'instant."

"On attend ?!"

"Oui, Harvey."

Gordon reconcentre son attention sur le Royal Hotel, et prend une grande inspiration en cherchant une cigarette dans ses poches.

"On attend. Pour l'instant."

**
*
**

A l'intérieur.
Le Joker vient de finir son discours. Ses hommes s'affairent, tentent d'éviter son regard, se préparent au siège.
Ils ont peur, bien sûr - de ce qui va arriver, mais surtout de ce qu'il pourrait leur faire.
Ils savent ce qu'il va se passer ; ils savent qui va venir. Ils savent que beaucoup ne finiront pas entiers, ce soir, mais qu'ils ont l'opportunité... de changer les choses. D'impacter Gotham City. De modifier l'Histoire, tout simplement.

Le Boss va tout organiser, le Boss va monter, le Boss va s'isoler, le Boss va se prép...
Leur Boss n'aura pas le temps, en fait.
Car une forme apparaît dans les vitres devant eux, une forme s'approche - une forme se projette.



Et la silhouette roule au sol, lâchant plusieurs petites sphères métalliques qui glissent sur la moquette - et libèrent une épaisse fumée.
Lentement, la silhouette se relève, se redresse, ses yeux blanchâtres se fixant sur toute l'assemblée devant lui.


"Joker."

Entouré de cette fumée agressive, étouffante, le nouveau venu apparaît grand, terrible, brutal...
... charismatique, et surtout dangereux.
Le Batman en impose, définitivement.


"Tu m'as invité."

Sa voix lourde et puissante roule, alors que la fumée en vient à plus que gêner les personnes présentes.

"Mais je préfère l'intimité aux grands ensembles - libère les otages, et peut-être que tu pourras repartir à Arkham sur tes jambes."

Le Chevalier Noir apparaît énervé et crispé.
Il l'est.
Rarement une bonne chose, pour quiconque ose l'affronter...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Dim 22 Oct 2017 - 19:35

>Batman vs Joker
Batou

Le Joker se calait près d'un mur, son corps bâti comme un fil de fer calé contre un morceau particulièrement criblé de balles, l'ascenseur opérant lentement pour aller vers l'étage du clown prince du crime. Les gars en haut avaient le temps d'être prêt, au moins. S'ils ne l'étaient pas... héhé, il allait devoir commettre un petit massacre.

Les yeux verts du Joker n'étaient toutefois pas posés sur le bouton de l'ascenseur, maladroitement pressé par un sbire de moins en moins confortable ou le reste des gangsters, qui communiquaient sur les talkies-walkies pour signaler aux membres plus en bas de défendre une portion du bâtiment contre un groupe de police ambitieux ou autres tentatives dans le genre. Ni sur son propre engin qui lui permettait de garder à l'oeil les gardes présents sur toute la bâtisse gigantesque, qui empruntaient tous les chemins possibles pour couvrir les bases.


En fait, il était surtout concentré sur un petit chronomètre, détaillant avec attention chaque seconde et poussant un ricanement lent alors que la petite aiguille s'approchait de la minute. Batou était t-il mort ou de sortie ? Il s'attendait à voir venir un Robin ou une Batgirl aigre de faire ses preuves mais seule la police était là, bien incapable de prendre d'assaut un endroit aussi gigantesque, sans compter sur les nombreux pièges, ici et dans la ville.

Cinquante secondes, il devrait déjà être capable de voir le Batman. Le criminel observa des escaliers tout proche puis l'ascenseur et leva la main de façon énergétique, son lent ricanement se transformant peu à peu en hideux rire sonore, le genre qui était entendu par des sbires et otages au milieu du bâtiment ou la police en bas.

On va faire rouler une tête, les garçons ! Apportez la moi pour que je puisse y mettre un coup de pied personnellement !

Le Joker leva le doigt pour annoncer l'exécution, mais fut interrompu quand une figure massive s'écrasa contre la fenêtre, frappant deux gardes moins chanceux et provoquant la panique générale, le Joker restant parfaitement droit et éclatant de rire alors que la figure familière de son némésis favori lui apparut, tonnant son nom avec sa froideur habituelle, les gardes échouant à reprendre leurs armes dans la panique.

Fâché, le Joker ramassa un fusil d'assaut et plaça une balle dans la tête de son ancien propriétaire, sans quitter Batman des yeux, explosant d'un nouveau ricanement.

Batou ! T'es venu dans les temps ! 

Il n'y aura pas d'execution pour cette minute. Enfin, sur un otage tout du moins.

Hahaha ! je te sens moins familier. Tu sais très bien que je vais les garder, Batou, même si tu dis "s'il te plaît". Je pourrais te punir pour ta triche mais pour l'occasion de mon retour, je vais être magnanime et simplement exécuter mes snipers incompétents.

Le Joker n'eut naturellement pas de réaction aux menaces physiques ennemies. Même, son sourire eut l'occasion de s'agrandir, une lueur cruelle dans ses yeux.

Mes jambes ? Tu m'offres donc le menu "Barbara Gordon", Batou ? Merci, merci ! 

Fier de sa petite pique cruelle, le Joker se pencha en avant et les gardes bondirent en avant, les coups de feus résonnant dans les airs alors que les proches de Mr.J ouvrirent directement le feu sur la cible, le tyran du rire s'engageant dans l'ascenseur bien éclairé, marchant sur un cadavre avec son homme de main.

Allez, tue ces minables pour moi et monte jusque au prochain niveau ! Je vais te présenter quelqu'un !

Les portes se fermèrent et l'ascenseur débuta sa course. Seulement quelques hommes de main se tenaient devant le Bat, trois avec des flingues et deux avec des couteaux. Il était clair que ce n'était qu'un test !
   
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 762
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Lun 23 Oct 2017 - 15:12
Le Batman est arrivé.
Un innocent n’a pas été tué ; mais un homme du Joker, si.
Et s’il ne pleurera pas autant le second que le premier… le nouveau venu prend cet événement comme un échec – un de plus. Un autre, encore, à faire payer au Sinistre Clown, dès qu’il aura enfin remis la main dessus.

Son rire, encore, s’élève dans la salle.
Son rire maléfique, malfaisant, horrible ; repoussant, dégoûtant, malsain.
Ce rire, qu’il lui fera ravaler d’ici quelques minutes.

Bien entendu, les agents du Joker sont envoyés contre lui et obéissent aveuglément ; imbéciles. En partie terrorisés, en partie rongés par les drogues et la folie, ils ne se contrôlent plus et agissent par instinct – et leur instinct leur hurle que le monstre en cuir et noir est moins pire que le dément en violet et vert.
Au fond, ils n’ont pas peur… ils ne risquent pas de mourir, en l’affrontant ; ils risquent seulement de ne plus jamais pouvoir remarcher.
En fait, non – ils ne risquent pas ; ils s’abonnent à un tel destin.

Le Chevalier Noir ne dit rien, quand ils foncent sur lui.
Quand les balles fusent, quand les hurlements se succèdent, quand les hommes deviennent des bêtes – il ne dit rien.
Il sait qu’il n’y a rien à dire, en fait. Seule compte l’action. Seules comptent les secondes qui le séparent… de leurs retrouvailles.

Aucun mot ne s’échappe de ses lèvres, donc.
Mais son corps agit.
Les coups pleuvent. Son corps file au gré de la fumée, épousant ses volutes, devenu un avec elle ; il semble être partout et nulle part à la fois. Au-delà de l’expérience, il a désormais maîtrisé cette technique, il est devenu tout simplement un artiste de ce type d’affrontement.
Nul ne peut l’arrêter, alors ; et encore moins quelques agents terrorisés et drogués.

Les hommes s’écroulent, donc. Les coups s’arrêtent.
Seuls quelques-uns se sont terrés devant les portes de l’ascenseur – et commencent enfin à comprendre quel courroux ils ont provoqué, quel enfer de douleurs s’ouvre devant eux.
Trop tard.

Leurs hurlements sont courts, mais intenses.
Ils s’écroulent comme les autres.


« Hrm. »

Il prend une grande inspiration, et fixe la cage d’ascenseur.
C’est un piège, bien sûr.
Il s’est juré de ne plus tomber dans ses pièges – mais a-t-il le choix ?

Il y a des otages. Il y a des innocents, en danger.
Et il y a un monstre, qui rôde.
Non, pense-t-il. Il n’y a pas de choix. Il n’y en a jamais, avec lui.

Le Batman soupire, puis ouvre de force la cage d’ascenseur. Armé de son lance-grappin, il commence une lente et difficile montée – en tentant d’être le plus prudent possible.
Inutile, il le sait bien… le monstre saura trouver à le surprendre, à le choquer, à le troubler et à l’énerver.
Inutile – mais c’est bien la seule chose qu’il puisse faire ; être prudent. Prendre sur lui. Avancer.
Et prier pour pouvoir se contrôler…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mer 25 Oct 2017 - 12:10

>Batman vs Joker
Batou

Le Joker balançait sa tête pâle au rythme de la musique calme de l'ascenseur, ignorant les cris répétés de ses sbires sur son propre walkie-talkie. Quoi que, ça ajoutait une sorte de rythme charmant à la musique, quoi que Batman devrait tenter de travailler un peu sur son tempo en tapant sur des têtes. Il lui demanderait bien d'y aller plus lentement mais il se doutait que son cher Batou payerait attention à ses ordres.

Le plan marchait bien pour l'instant. Il avait bien prévu que son cher némésis prenne la porte rapide en allant directement attaquer le Joker-lui même. Dans ses jours plus jeunes, peut-être que son ennemi serait allé directement sur le pied de guerre et aurait passé aux travers des étages de l'hôtel, éliminant les sbires et sauvant les otages avec une fluidité impressionnante, son cher Robin travaillant en dehors pour aller faire un truc de.. fréquences ou ce que font les sidekicks quand ils ont rien à faire.

Mais ce Batman là avait affronté le Joker trop de fois pour tomber dans des pièges aussi basique. Son plan était de décapiter la tête de l'organisation avant de l'envoyer à Arkham, conscient que le maniaque effrayait ses sbires autant qu'il effrayait la population de la ville. Simple et efficace, et le clown prince du crime allait répondre de son côté, arrivant à un étage et laissant quelques sbires stressés arriver dans l'ascenseur. Son détecteur et les communication s des sbires indiquaient que son ennemi de toujours se hissait dans la cage, probablement conscient que les escaliers étaient piégés.

Ou alors il ne pouvait pas prendre la voie du haut comme une personne normale ? héhé. Peut-être aurait t-il du lui renvoyer l'ascenseur. Le clown se contenta juste de laisser un sbire se couper un gros trou dans la carcasse de l'immeuble, l'homme de main transformant sa main en une lame tranchante capable de découper l'acier avec aise. Avoir un méta-humain ou deux chez soi, c'était toujours utile, surtout quand le Joker eut l'occasion de donner un coup de pied dans la partie découpée pour tenter de propulser un bout de la machine vers le chevalier noir en bas.

Repoussant le métahumain au loin, le Joker signala aux autres sbires de se presser et leur donna simplement des couteaux, observant les cibles avec son sourire sinistre habituel. Ils étaient assez proche pour le poignarder, il le savait parfaitement, mais aucun des bonhommes ne prit la peine de se défendre alors que le clown se cala pour leur donner des coups de pieds, envoyant un homme toutes les cinq secondes dans la cage.

En chute libre, les sbires avaient pour role de servir de projectiles et de tenter de s'écraser contre le Bat, et de le poignarder au possible ! Il n'y en avait que quatre, mais c'était bien suffisant. Il trouverait un moyen de punir les autres snipers durant la course-poursuite.


FOOOOOOR THE FIRST TIME IN HISTORY, IT'S GONNA START RAINING MEN !


Hilare, un long rire maniaque s'échappa de la gorge du clown, s'échappant de l'ascenseur pour continuer sa marche, accompagné du sbire métahumain. Quatre subordonnés se calèrent devant l'ascenseur pour tenter de retarder le chevalier noir une fois ce dernier arrivé.

HALLELUJAH !

Qu'il était bon de retourner à Gotham ! Il ne s'y ennuyait définitivement jamais !
   
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 762
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 25 Oct 2017 - 13:41
La montée n’a rien d’agréable.
Evidemment, le Monstre entend la rendre encore plus difficile.

Alors qu’il évolue au sein de la cage d’ascenseur, utilisant son lance-grappin, des crochets et divers éléments d’escalade pour avancer et se rapprocher des étages supérieurs, le Batman ne tarde pas à entendre du grabuge, plus haut – et à entrevoir l’ennemi, et ce qu’il lui prévoyait.


« Hrm. »

Le Monstre lui envoie ses hommes de main.
Littéralement.


« Imbéciles. »

Attirés par l’ordre de leur chef, quatre hommes se sont rassemblés autour de l’ouverture de la cage d’ascenseur – et ont été propulsés dans le vide, armés de couteaux.
Sûrs de mourir. Sûrs de disparaître. Mais drogués, brisés, rongés, prêts à tout pour contenter le Monstre… et tenter de le toucher, lui, dont la réputation est depuis devenue légende, mythe de pure terreur chez les criminels.


« Imbéciles, oui. »

Bloqué contre une poutre métallique vertical, le Chevalier Noir fixe les quatre hommes qui tombent ; il entend le rire et la folie du Monstre, mais tente de ne pas en tenir compte – de ne pas s’en préoccuper.
Il doit se concentrer, fixer son attention sur autre chose ; une tâche, puis l’autre. Encore, et encore, et encore.
Jusqu’à ce que la prochaine tâche consiste à stopper le Monstre. Jusqu’à ce que cette tâche lui demande d’abattre ses poings sur son crâne.

Les hommes tombent, donc, et s’approchent de lui ; mais il est prêt.
Se tenant d’une main à la poutre, se bloquant également avec ses jambes, il a utilisé sa main libre pour s’emparer de quelque chose dans sa cape – et il l’exhibe, désormais, devant lui.
Une micro-arbalète. Tirant deux petits poids, reliés par un filin en acier.

Les ennemis le fixent, mais il ne leur accorde aucune véritable attention ; il tire, quatre fois.
Et, quatre fois, les poids sont expulsés, et viennent entourer un poignet de chaque criminel. Puis, la Science joue son rôle.
Les poids sont magnétisés et, à peine tirés, cherchent le métal pour s’y relier. Les quatre hommes sont donc brutalement attirés vers des poutres métalliques proches, leurs poignets s’écrasant douloureusement dessus.

Ils hurlent, bien sûr. Ils ont mal, bien sûr. Leurs poignets sont brisés, et leurs épaules disloquées.
Mais ils sont vivants.
C’est bien plus qu’ils ne méritent.

Le Batman reprend son avancée, alors. Sans un regard pour eux.
Il continue de monter. Il grimpe. Il passe à leurs côtés, sans s’intéresser ; et finit par approcher de l’étage supérieur, auquel il pressent un piège.
Se bloquant à nouveau contre une poutre, il active ses verres sensibles sur son masque – et découvrent, via les infrarouges, les quatre hommes de main qui l’attendent ; prévisible.
Pathétique, presque. Une nuisance, qu’il entend gérer rapidement.

Avec toujours sa main libre, il s’empare d’une boule dans sa ceinture et l’envoie en hauteur… avant qu’une explosion ciblée n’en sorte, propulsant les quatre criminels au sol.
Le Batman enchaîne en réalisant un bond extraordinaire, se reçoit parfaitement à cet étage, puis se précipite sur chaque homme de main, encore groggy ; il les frappe, suffisamment pour les plonger dans l’inconscience – puis se relève.

Il pousse un profond soupir, et serre les poings.
OK Joker, pense-t-il. La suite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

(4ML) Batman vs Joker (Pv... bah, vous savez qui)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-