You fix a bird, you buy a cage [Batman]

Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Inscription : 20/10/2017
Messages : 176
DC : Diana Prince ; Jessica Cruz ; Koriand'r
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Lun 4 Déc 2017 - 23:19



You fix a bird, you buy a cageRed Hood & Batman
Jason suivit du regard la chute d’Harvey Dent au sol – une chute aussi bien littérale que figurative. C’était d’un pathétique. Il était habitué à des réactions bien plus violentes quand il pointait son canon sur quelqu’un, surtout de la part de personnes aussi importantes qu’Harvey Dent. C’était donc tout ce qu’il restait d’un des criminels les plus notoires de Gotham ? Le schizophrène le plus en vue de la pègre, le monstre de sadisme dont l’humanité n’était plus que légende… il était là, roulé en boule sur le sol, à pleurnicher parce que son plan ne s’était pas déroulé comme prévu et qu’au lieu des deux invités qu’il avait prévu d’inviter à sa table, il en avait trois. Ridicule.

Mais pas aussi ridicule que son misérable plan suicide pour mettre fin au Chevalier Noir de Gotham. Bruce pouvait dire ce qu’il voulait. Il n’avait peut-être pas tué Harvey mais il était allé bien plus profondément que la mort elle-même. Une pierre tombale, c’était définitif, limité. Mais ce qu’il avait fait à Harvey l’avait rendu imprévisible, mais aussi désespéré au point de ne plus se soucier de sa propre survie. Il avait fait d’un fou une bombe à retardement.

« Super, » grommela-t-il en baissant son arme.

Il jeta un regard noir vers Bruce, histoire de transmettre toute l’étendue de son amertume, avant de se tourner vers l’épave geignarde au sol. Il le rejoignit rapidement, en quelques longues enjambées, et ne gâcha pas son temps avec un accès de conscience mal placé : il se pencha, fit voltiger son arme dans sa main jusqu’à ce que ses doigts se referment sur le canon et non la crosse et se servit de sa matraque improvisée pour frapper Harvey Dent à la tempe. Avec le gangster dans les vapes, au moins, ça lui enlèverait un bruit de fond, et il aurait besoin de silence pour la suite des évènements.

Parce que…

« Je doute que tu acceptes que nous partions sans rien faire, » dit-il en se redressant, le regard posé sur la bombe collée au mur, mais son ton moqueur et détaché ne laissait aucun doute quant à l’identité de celui à qui il s’adressait. « On aurait largement le temps de se tirer avant que ça n’explose. »

Il se tourna finalement vers Bruce.

« Ce serait trop beau pour être vrai, uh ? »

Il étouffa un grognement avant de se retourner vers la bombe et de s’en rapprocher jusqu’à ce que les lumières émises par le mécanisme emplissent son champ de vision. Son regard parcourut les fils, lia la charge de C4 au minuteur, rassembla tous les détails et transmit le tout à son esprit qui, déjà, travaillait activement à la découverte d’une conclusion à cette histoire qui n’impliquerait pas leurs carcasses dispersées au quatre vents par le souffle de l’explosion. La bombe était artisanale mais fabriquée avec brio, preuve qu’il restait, chez Harvey Dent, assez de mordant pour… et bien, mordre.

« Elle n’est pas assez puissante pour réellement endommager le quartier. La banque y laisserait probablement quelques plumes, mais ils s’en remettraient, » dit-il avant de poser une main sur le mur et d’observer d’un peu plus près le mécanisme et de pousser un long soupir.

« Très bien, » grommela-t-il. « Je suppose qu’on tente le diable alors… Apparemment, exploser une fois n’était pas suffisant. » Il jeta un regard par-dessus son épaule. « C’est pas ce qu’il y a de plus agréable, soit dit en passant, » ajouta-t-il, un peu plus fort.

Son regard se posa sur la silhouette toute en courbe et en muscles secs de Selina et il perdit, l’espace de quelques instants, toute envie de jouer au plus sarcastique des deux. Ce qu’Harvey lui avait fait – et pas seulement ces dernières heures, ce n’était pas pardonnable. La cambrioleuse avait plusieurs vies, et elle était connue pour toujours retomber sur ses pattes, mais il y avait certaines choses qui faisaient en sorte qu’on ne tombe pour ainsi dire jamais. Il était difficile de passer à autre chose quand on était bloqué en pleine chute libre.

« Cette bombe aurait un effet bien plus définitif sur lui que ce que tu lui as fait subir, B. » Son regard se posa une nouvelle fois sur Selina. « Tu n’es pas seul détenteur de ce choix. »


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 222
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Ven 15 Déc 2017 - 23:16
You fix a bird, you buy a cage
feat. The Bat & Red Hood

Le noir total... La seule chose dont je suis consciente... Mon corps, mon cerveau, mon coeur.... plus rien ne semble vouloir répondre à mes ordres.... Je veux me relever, me réveiller et me sortir d'ici mais rien n'y fait. Mes supplications restent silencieuses et demeurent sans réponse... C'est comme si j'avais décidé inconsciemment de m'en aller une bonne fois pour toute... de quitter cet endroit mais aussi cette ville, cette planète... de quitter cette vie tout simplement. Depuis tout ce temps, je m'imaginais des choses, j'essayais de me convaincre que tout allait bien dans le meilleur des mondes, je m'étais forcée à reprendre le cours de ma petite vie tranquille.... Seulement voilà, la donne a changé lorsque j'ai su qu'il était toujours en vie et qu'il était ici... la donne a changé lorsque je suis entrée dans ce bâtiment.... elle a changé quand j'ai entendu ses pleurs... les pleurs de ma fille, celle que ce fumier a lâchement laissée mourir. Depuis tout ce temps, je me berçais d'illusions, j'essayais de croire des mensonges... Alors pourquoi lutter, pourquoi me réveiller ? Sans m'en rendre compte, les larmes coulent sur mes joues. Je suis fatiguée... fatiguée de toute cette vie, fatiguée de me dire qu'on me ment depuis le départ et fatiguée d'espérer quelque chose, quelqu'un qui n'arrivera certainement jamais...

Laissez moi, laissez moi partir rejoindre ma fille. Laissez moi rejoindre Helena... Pourquoi rester ici quand on sait qu'on peut avoir une vie meilleure ailleurs. Je n'ai pas peur de partir pour de bon, je n'ai pas peur de me laisser mourir. Je veux juste arrêter de souffrir... j'ai tellement perdu... elle... lui... alors pourquoi essayer de lutter et de se convaincre que tout va s'arranger...

Alors que je suis prête à quitter ma dernière vie, quelque chose d'imperceptible semble vouloir me voir me relever. Il y a comme une énergie qui vient d'entrer dans la pièce... Une présence que je connais si bien... Je sens qu'on me détache de la chaise et qu'on me soulève. J'ai envie d'ouvrir les yeux, de voir qui me vient en aide mais rien, mes yeux refusent de répondre pour le moment... Je sens que mon corps flotte, c'est une sensation assez étrange. Sans m'en rendre compte, je me blottis un peu plus dans les bras qui me serrent.

Je ne sais pas combien de temps je reste dans cet état d'inconscience mais je sais que lorsque j'ouvre les yeux, ce que je vois ne me plaît pas. Je déglutis alors qu'une autre voix s'adresse à mon mystérieux sauveteur... Je suis dans les bras du Chevalier, celui qui m'a menti durant tout ce temps. Je cligne des yeux plusieurs fois, il faut que je me ressaisisse, que je me réveille pour de bon. Lorsque je sens que j'en suis capable, je prononce quelques mots.

"Pose moi..."

Batman ne semble pas entendre ce que je lui dis, ou alors il fait semblant de ne pas l'entendre. Mes poings se serrent alors que je suis toujours dans ses bras. Je prend une profonde inspiration et ma voix se fait plus clair mais aussi plus sèche.

"Pose moi !"

Cette fois, je suis réveillée pour de bon et je me débat presque pour qu'il me lâche et me pose enfin au sol. Une fois les pieds au sol, il me faut quelques secondes pour que ma tête arrête de me lancer. Je porte une main à l'arrière du crâne, je sens quelque chose d'humide. Je ferme les yeux quelques secondes. Je lâche un soupir, ouvre les yeux et sans rien dire, je m'approche du Chevalier pour lui coller mon poing dans la figure.

"Ça c'est pour m'avoir menti."

Je me tourne ensuite vers Jason.

"Aide moi à attacher ce salopard. Je veux qu'il saute avec sa bombe."

Je lâche un regard à Batman, lui faisant clairement comprendre qu'il n'est pas en position de me faire changer d'avis. Je tiens aussi à lui faire savoir qu'il ne va pas s'en tirer comme ça. Il va payer pour toutes ces choses qu'il m'a dites et que j'ai crues jusqu'à présent.
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1006
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor ; Tempest.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Lun 18 Déc 2017 - 9:49
La situation échappe définitivement à tout contrôle, et notamment le sien.
Bruce ne le supporte guère – surtout comme ça.
Surtout quand une bombe est prête à exploser. Surtout quand ses secrets sont révélés. Surtout quand il doit faire face aux conséquences de ses actes… surtout quand Jason veut tuer et se sent légitime pour cela, quand Selina explose en comprenant ce qu’il a fait, et quand Harvey gémit entre eux.


« Herm. »

Il grogne et recule, par réflexe, quand Selina s’échappe de ses bras, et le frappe ; elle est déçue. Elle est évidemment déçue.
Il lui a dit, il lui a juré qu’il avait châtié, sanctionné, puni et géré Harvey, après ce qu’il leur avait fait – et c’était vrai ; mais ça n’a pas duré. Et, maintenant, elle pense qu’il lui a menti… qu’il n’a jamais été aussi loin, et donc, au fond, qu’il ne tient pas assez à elle… à elles, pour cela.

C’est faux.
Mais elle ne le croira plus, maintenant. Et il ne peut bien sûr pas compter sur Jason pour le soutenir…


« Je refuse. »

Sa voix est lourde, brutale. Définitivement autoritaire.
Mais il sait que cela ne suffira pas – pas avec eux ; pas avec ceux qui le connaissent si bien, qui le connaissent bien plus que certains autres.
Selina et Jason connaissent son côté sombre, ses pulsions les plus terribles ; la grosse voix ne suffira pas, avec eux.


« Je… refuse que Harvey soit tué. »

Une grimace, réelle, glisse sur son visage – une partie de lui-même ne supporte pas ce qu’il dit. Une partie de lui-même veut se frapper, veut se maltraiter, veut se hurler de la fermer, veut se forcer à partir pour laisser ses pires penchants agir.
Il le veut, oh oui ; mais il n’en fait rien.
Il se contrôle, il prend sur lui – il ne regarde pas Harvey, il ne regarde pas les images, il se concentre ; il se plonge, en lui-même. Mais ça ne fonctionne pas entièrement.


« La bombe… »

Le Batman se tourne vers elle – il reste moins de trois minutes, maintenant.
Court… beaucoup trop court.


« La bombe va exploser. Et elle n’entraînera personne avec elle. »

Il soupire, et sent ses muscles se crisper.

« Vous partez, maintenant. »

Le Chevalier Noir se tourne directement vers la bombe, et y projette un petit gel, qui se solidifie de suite ; ce n’est pas grand-chose, mais ça devrait limiter l’explosion. Au moins un minimum.

« J’emmène Harvey. »

Il s’approche de Double-Face, et s’accroupit pour se préparer à le prendre en bras ; il n’ose pas relever les yeux – il n’ose pas les regarder.
Il sent, cependant, leurs regards… leurs présences ; leurs jugements.

Ils ne comprennent pas. Ils ne comprendront pas, jamais.
Et cela lui serre le cœur.
Il les aime… il les aime plus que tout, plus qu’ils ne pourront jamais l’imaginer ; mais ils ne se comprendront jamais, non plus.

Il veut tuer Harvey – il veut le torturer, l’anéantir, le briser, le détruire jusqu’au plus profond de son être.
Mais il n’en fera rien… il ne se le permet pas ; il ne s’en donne pas le droit.
Il doit être mieux que cela, que lui. Il doit être au-dessus. Même si ça lui déchire l’âme, même si ça piétine son cœur, même s’il perd du coup l’amour et la présence de ses proches… il doit se contrôler.

Pour une cause plus grande que lui, il doit sauver l’homme qu’il hait le plus… et se détourner de ceux qu’il aime.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/10/2017
Messages : 176
DC : Diana Prince ; Jessica Cruz ; Koriand'r
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mar 19 Déc 2017 - 19:57


You fix a bird, you buy a cageRed Hood & Batman
« C’est une blague ? » cracha Jason.

Son regard fit le trajet entre la bombe, maintenant cachée derrière le gel de Bruce, et le monstre toujours allongé au sol au-dessus du quel Bruce se penchait. La colère qu’il avait déjà balancée à la tête de son ancien mentor un peu plus tôt lui revint, brûlante et épaisse, dans le fond de sa gorge, et il eut du mal à en ravaler le poison. Il savait que la décision qu’il avait alors pris – de quitter Gotham pour de bon – même si elle avait été prise sur un coup de tête était désormais sa seule issue possible. Il ne pouvait pas continuer à tout faire pour évoluer si tout autour de lui continuait à le tirer en arrière. Il avait arrêté sa guerre contre Bruce, il avait arrêté d’essayer de lui montrer qu’il avait raison, mais Bruce, lui, n’avait pas de toute évidence pas arrêté de faire encore et encore la même erreur. Et Jason ne pouvait plus regarder ça.

« Tu veux rire, j’espère ? » reprit-il en s’écartant de la bombe, les muscles tendus. « Que tu ne m’écoutes pas moi, à la rigueur. On sait tous les qu’on n’a jamais réussi à se parler et à s’écouter, mais elle ? » Il désigna Selina d’un geste du poignet. Elle était si furieuse, tellement sans pitié. Elle aurait forcé le monde à se mettre à ses pieds dans un état pareil, mais Bruce, lui, faisait face. Il osait faire face. Après ce qu’elle avait subi, ce qu’ils avaient tous les deux perdu. « Si tu ne veux pas le faire toi-même, alors ne le fais pas, mais tu n’as pas le droit de décider pour moi. Pour Catwoman. »

Son regard se tourna vers cette dernière et il leva les bras en l’air, en signe de reddition. Il avait assez payé, assez donné. Il était mort pour ces idéaux gravés dans la pierre. Et bien, cette fois-ci, il traçait la ligne et il n’irait pas de l’autre côté. C’était des limites que voulait Bruce, non ? Il les aurait, ces foutus limites.

« Si tu veux le tuer, » dit-il à Selina, « je ne t’en empêcherai pas. Bordel, je t’aiderais même si tu me le demandes. » Il sentait la colère gonfler, hurler dans ses veines, dans sa tête. Les voix, les cauchemars, les souvenirs, tout revenait et il perdait pied. Il se tourna vers Bruce et haussa les épaules avec un petit éclat de rire toxique et brisé. « Tu veux le sauver ? Sauve-le. Mais ne compte pas sur moi pour t’aider. C’est fini, B. C’est fini. Je vais partir, mais pas parce que tu me l’as demandé. Parce que ma vie vaut plus que la sienne, et j’ai mieux à faire que de lui donner une autre chance de m’arracher ma famille ! »

Il jeta un regard à la bombe et au temps qui défilait toujours, inexorablement, vers le dénouement de leur situation. Il aurait dû rester sur son toit, il aurait dû tuer son dealer, faire le vide dans ce club de ratés et rentrer chez lui pour profiter d’une nuit dépourvue de Bruce. Il avait appris sa leçon cette fois-ci, et une chose était sûre, il n’allait pas refaire la même erreur. Quand il rentrerait, il ferait ses valises, et ciao Gotham, sayonara Batman. Il n’aurait jamais dû revenir de toute façon. Gotham ne lui avait jamais rien offert.

« Tu sais ce qu’il va se passer, n’est-ce pas ? » reprit-il en direction de Bruce, sa voix légèrement plus posée cette fois-ci. « A force de tous les sauver, tu vas perdre tout ceux que tu aimes. Parce qu’ils se feront tuer par ceux que tu refuses d’arrêter, ou parce qu’ils en auront marre de passer en second plan. Mais au bout du chemin, tu seras seul avec eux. »

Il se mit en chemin vers la porte puis se tourna vers Selina. S’il avait appris quelque chose de la voleuse pendant ses années de service en temps que Robin, c’était qu’elle n’était pas à sous-estimer. Si elle voulait prendre sa revanche, elle l’aurait. Et il l’aiderait. Il avait été sérieux. Il lui donnerait toutes armes, tous les moyens qu’elle voulait. Il tiendrait Double Face pendant qu’elle le tabasserait s’il le fallait. Elle n’hésiterait jamais, elle, il le savait.

« Tu viens ? » lui demanda-t-il, sans un regard pour Bruce.

Il était temps qu’il arrête d’hésiter, lui aussi.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 222
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mar 2 Jan 2018 - 17:40
You fix a bird, you buy a cage
feat. The Bat & Red Hood

Le voir stoïque, sans réactions alors que je viens de lui mettre mon poing dans la figure me rend encore plus furieuse. Je ne supporte pas quand il est comme ça, quand il se contente de marmonner. Il se contente d'encaisser sans un mot. Les poings serrés j'ai envie de le battre jusqu'à ce qu'il me supplie d'arrête même si je sais qu'il n'en fera rien et qu'il me laissera faire jusqu'à ce que moi je décide d'arrêter. A défaut de pouvoir le cogner à mort, je me tourne vers Double Face qui est au sol et qui gémit comme un gamin. Lui par contre, je ne m'arrêterai pas même si il me supplie de le faire. Alors que je demande à Jason de me donner un coup de main pour attacher cette moisissure près de sa bombe, une nouvelle fois, mr le super-héro décide de prendre une décision pour moi. Cette fois, je laisse aller ma haine contre lui et je le pousse violemment de façon à l'écarter un peu plus de la bombe et d'Harvey.

"Ne me donne plus d'ordres ! Tu n'as plus le droit de décider pour moi !"

L'entendre dire qu'il refuse que Dent soit tué me fait mal. C'est comme si il acceptait qu'il ait tué notre fille. Si j'avais une arme à ce moment là, je lui aurai tiré dessus.

"Tu comptes le laisser en vie ? Il a tué ta fille, TA FILLE et tu veux le laisser en vie ?!"

A cet instant précis, je sais que ce que je vais dire risque de ne pas lui plaire mais j'en ai rien à faire. Il m'a prise pour une idiote et je vais le lui faire payer.

"Tu ne vaux pas mieux que lui et que toutes ces enflures qui grouillent à Gotham."

Je me retourne de façon à lui tourner le dos et je plaque mes mains sur mon visage pour étouffer mes pleurs et mes larmes. Jason prend la parole à son tour. Je l'écoute d'une oreille, il me fait savoir que si je veux crever Dent, il me donnera un coup de main. Je me redresse et je prend une profonde inspiration alors que Red Hood s'apprête à quitter la pièce. Il s'adresse à moi et me demande si je le suis. Je m'approche de lui et je me tourne vers Batman, la mâchoire crispée et les poings serrés.

"Tu ne l'auras pas toujours en vue et sache que je ne le louperais pas..."

Je marque une pause avant de rajouter, les sourcils froncés et le visage fermé.

"Et si tu te trouves sur ma route, tu paieras cher pour tout ce que tu m'as fais."

Je finis par tourner le dos avant de m'engouffrer dans le couloir. A ce moment précis, mon seul et unique but c'est de mettre de la distance entre lui et moi.
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1006
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor ; Tempest.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 3 Jan 2018 - 10:46
Selina et Jason réagissent à son discours, à ses discours – à ses ordres.
Ils ne les comprennent pas ; ils ne les acceptent pas. Ils ne supportent pas ce qu’il dit, et ce que ses mots disent de lui et de son rapport au monde. Mais, malgré tout… ils suivent ; ils obéissent.
Ils s’en vont. Ils le laissent, seul, avec Harvey – et la bombe.

Evidemment, Bruce les a entendus, écoutés. Evidemment, chaque mot, chaque parole, chaque gifle verbale que son fils, que la femme qu’il aime lui envoient portent ; ils portent à son esprit, à son cœur, à son âme.
Cela le blesse, le ronge, le détruit ; une partie de lui-même est anéantie, liquéfiée par ce qu’il se passe, par ce qu’il fait, par ce qu’il perd.
Mais cela ne change rien.

Ni Jason, qui décide de lui tourner définitivement le dos, qui abandonne toute possibilité de rédemption, qui rejette tout lien entre eux, qui s’exile de la ville, qui se détourne véritablement de sa voie et de leur relation.
Ni Selina, qui tape au cœur, qui évoque Helena, qui le considère comme le pire des monstres, qui le menace, qui le rejette, qui le repousse, qui en vient à le considérer comme un ennemi, et à le haïr.
Cela ne change rien.

Bruce doit sauver Harvey Dent – malgré ce qu’il a fait.
Malgré ce qu’il leur a fait.
Malgré ce qu’il lui a fait.

Il savait qu’ils ne comprendraient pas, et s’est détourné d’eux pour s’occuper de la bombe ; mais il a écouté. Il a été touché. Il a été blessé.
Bien sûr qu’il est d’accord avec eux ; bien sûr qu’il veut faire comme eux. Bien sûr qu’il veut détruire, briser, torturer, anéantir, tuer Harvey Dent. Bien sûr qu’une partie de lui-même se hait pour tout cela, bien sûr que la pulsion de mort l’anime.
Mais il se contrôle ; il se tempère. Parce qu’il y a trop en jeu – parce que la mission le demande. Parce que le Serment l’exige.

Alors que Selina et Jason s’en vont, après un flot de haine pure et définitive, Bruce se permet… un petit soupir ; un regard vers le bas ; des épaules voutées.
Il est, soudain, écrasé par l’événement, la situation. Il est, soudain, happé, par l’ampleur des rebondissements, et par la douleur réelle qui l’emporte.
Il a mal. Il est anéanti. Il est sur le point de s’effondrer… mais il tient ; il tient sur ce rebord, sur ce filin minuscule entre eux et lui, entre le Bien et le Mal.

Jason a raison, il le sait ; le Serment exige trop de lui, ses codes sont impossibles à tenir. Mais il ne peut faire autrement.
Pour Mère… pour Père… il ne peut faire autrement ; il doit continuer, suivre cette voie, essayer, toujours. Et il perdra tout, il le sait – amour, amis, famille. Tout. Il perdra tout, il en a conscience – mais il l’accepte.

Trente ans plus tôt, dans une ruelle sombre et humide, les genoux baignant dans la pluie et le sang, les doigts sur des mains qui refroidissent, l’ouïe ravagée par son proprement hurlement, les yeux rougis de larmes, le cœur explosant sous la pression… le Serment fut formé, forgé.
Et il sut, alors. Il sut qu’il le suivrait, à vie. Il sut qu’il y sacrifierait tout. Il sut qu’il serait sa perte.
Mais il s’en fiche.
Seul le Serment compte. Seule la mission compte. Seule sa quête impossible pour venger, conceptuellement, ses parents et sa douleur compte.

Bruce prend une grande inspiration et relève les yeux, pour se reconcentrer après ce moment d’absence, de faiblesse ; trop tard.
Cela lui a pris trop de temps – les mots de Selina et Jason l’ont impacté plus qu’il ne le pensait. Le délai est trop court. La bombe va exploser, et il n’a guère le temps de l’arrêter. Il doit… il doit…


« Bon sang. »

Il laisse son instinct réagir, et se détourne de la bombe pour bondir sur Harvey, inconscient. Il s’empare de ce dernier d’une main, de son lance-grappin de l’autre, et vise vers l’extérieur ; son doigt appuie sur la gâchette, le grappin file, brise une vitre et s’arrête dans le béton d’un bâtiment connexe – au moment où la bombe explose.


La Gotham National Bank est emportée par le souffle.
Plusieurs bâtiments aux alentours sont endommagés, et le bâtiment en lui-même est entièrement anéanti ; le Batman, lui survit… difficilement.

Projeté par l’impact, il agit par instinct et protège Harvey Dent avec son corps ; il prend donc le gros du choc, avant de s’écrouler sous plusieurs gravats.
Il lui faut plusieurs minutes pour se reprendre, et encore plus pour se sortir des ruines ; seul. Il ne l’espérait pas, mais l’absence de Selina et de Jason lui pèse, et une partie de lui croyait encore qu’ils viendraient l’aider… mais non.
Ils sont partis. De la banque, et de son monde.

Blessé, lourdement, touché au cœur surtout, le Chevalier Noir s’extirpe des gravats et emmène avec lui Harvey Dent, qu’il tire vers la Batmobile qui s’est protégée elle-même ; il veille à ce que le criminel ne soit pas trop blessé, mais ne lui offre aucune douceur. Il ne la mérite pas.
Alors qu’il installe Double-Face à l’intérieur, Bruce soupire – brisé.

Il a sauvé Harvey Dent. Il a sauvé le tueur de sa fille.
Et il a perdu… beaucoup. Tout, même.
Son fils. Sa femme. Son héritier. Son amour.

Pour la mission, pour le Serment, il a tout sacrifié – encore. Et tout ce qu’il gagne, ce sont quelques grognements de l’assassin de son enfant.
Alors qu’il démarre la Batmobile et la dirige vers le commissariat du G.C.P.D., Bruce serre les dents et sent la question exploser dans son crâne… encore. La question qui le hante. La question qui le ronge. La question qui l’empêche de dormir. La question qui justifie certains accès de violence, certaines bouffées de haine. La question qui peut tout changer, mais dont il n’a jamais la réponse.

Est-ce que ça vaut le coup ? Est-ce que le Serment, la mission impossible justifie tout cela, de tout perdre ?
Il n’en sait rien ; il n’ose pas savoir, de peur de s’effondrer. Alors il continue – alors il accélère. Au propre comme au figuré.
Quoi qu’il arrive, Bruce ira au-devant de son destin… au-devant du Futur promis par le Serment. Quoi qu’il arrive. Et quoi qu’il y perde.


(HJ/ Je pense que le sujet peut s’arrêter là. Smile Je ne saurais vous remercier assez pour cet extraordinaire RP, intense et profond, qui est juste superbe et fut un immense plaisir à jouer ! Merci mille fois et bravo ! /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

You fix a bird, you buy a cage [Batman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» You fix a bird, you buy a cage [Batman]
» Tuto - Steel Cage (Jakks)
» Pappy Boyington Tryptique
» Classics Ring Cage Deluxe
» Kanoko Sakurakouji - Black Bird T2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-