Rise of the Hawk, Fall of the Eagle [Wonder Woman]

Inscription : 27/07/2015
Messages : 309
Situation : Compte en cours d'abandon, conservé pour l'ultime sujet du Shadowpact.
Localisations : Dans les airs.
Shadowpact

MessagePosté le: Mer 8 Nov 2017 - 14:39
Gateway City a été longtemps une ville côtière connue pour son activité économique, ses arts, sa culture, et son versant historique… mais cela a changé.
Depuis des années, elle est essentiellement évoquée pour la présence régulière de Wonder Woman, la célèbre ambassadrice des Amazones dans la civilisation occidentale. Et depuis quelques mois à peine, Gateway City a encore changé d’appréciation dans la psyché collective… car elle représente désormais la cité qui a fait sécession des Etats-Unis d’Amérique, pour quitter cette Nation rongée par les dissensions et rejoindre officiellement Themyscira.

Les diplomates tentent de trouver une solution pacifique depuis lors. Les soldats américains se sont placés devant les portes de la ville ; les guerrières amazones ont instauré des douanes, puis une forme d’autorité locale, entre la démocratie participative et la royauté de Themyscira.
Pour l’instant, cela tient – mais cela pourrait aisément exploser, soit via une crispation entre soldats, soit via une montée du populisme dans la ville. Tous les habitants, et notamment beaucoup d’hommes, n’apprécient guère le pouvoir amazone, et la grogne monte… même si elle est maîtrisée.
Pour l’instant.

C’est dans ce contexte qu’apparaît, à l’aube d’une journée ensoleillée mais fraîche, une silhouette ailée dans les airs.
Elle approche, rapidement. Les soldats américains l’aperçoivent et s’interrogent – mais reçoivent un mémo, leur ordonnant de laisser passer. Les guerrières amazones l’aperçoivent et s’interrogent – mais attendent avant d’agir ; elles savent qu’elles ont trop à perdre, à ouvrir les hostilités.

Elles patientent, donc. Même quand la silhouette est plus visible… même quand la silhouette semble armée…
… même quand il ressemble au célèbre Hawkman, Héros certes, mais connu pour son extrême brutalité.

Au bout de quelques instants, le nouveau venu arrive devant les murs de Gateway City, établis à la hâte par les Amazones ; il s’arrête, et donne ses ordres télépathiques à ses ailes pour rester sur place, jusqu’à se placer en face d’un groupe de guerrières.
L’homme prend une grande inspiration – puis parle, d’une voix aussi calme que possible.

« Salutations, Amazones. Je me nomme Ch’al Andar, je suis fils du soldat de Thanagar Fel Andar. J’ai adopté, sur Terre, l’identité civile de Charley Parker, et j’ai été Golden Eagle, des Titans. J’adopte actuellement le statut de Hawkman, mon ancien mentor, pour compenser son absence.
Je sollicite une audience auprès de la Princesse Diana, dite Wonder Woman. »


Il soupire, et grimace légèrement.
Cela ne suffira pas, il le sait – il doit en dire plus. Il doit en avouer plus.

« La… Princesse Diana me connaît comme l’homme qui s’est fait passer pour une réincarnation de Hawkman, afin de piéger la Justice League et la Justice Society of America. Elle me connaît comme celui qui a combattu à ses côtés à Gorilla City, puis qu’elle a combattu quand j’ai… tenté de piéger les Héros. Elle me connaît aussi comme la Recrue d’Amanda Waller qui est devenu un Red Lantern lors de la révolte de Gotham.
Mais j’ai… changé. J’ai été guéri, par Ray Palmer dit Atom. J’ai avoué mes fautes, et le Green Lantern John Stewart, qui mène l’A.R.G.U.S., a décidé de m’accorder un sursis à mon emprisonnement – j’ai juré de défendre St-Roch de l’invasion Red Lanterns comme Hawkman, pour mobiliser la ville, et après de faire ma peine.
C’est, dans cette démarche de rachat, que je me présente à vous… et que je sollicite une audience. »


Charley n’a jamais été un grand parleur, et Ch’al encore moins.
En dire autant, en avouer autant, est difficile ; douloureux, même. Mais indispensable, autant pour obtenir cette entrevue que pour aller de l’avant – ce qu’il doit faire, pour repousser cette violence et cette démence en lui.
Quoi qu’il en coûte.

« J’ai juré de protéger St-Roch… et de sauver Hawkman.
Or, je… je sais, j’ai appris qu’il pourrait se trouver… ici. Je sollicite donc une audience, pour voir la Princesse Diana – et tenter de sauver mon mentor. »


Le jeune homme est mal à l’aise, clairement.
Il arbore le costume intégral de Hawkman, à savoir des bottes rouges, un pantalon verdâtre d’aviateur, un harnais sur un torse nu, des ailes épaisses – mais il dispose d’une faible pilosité, et porte encore son casque de Golden Eagle.
Voilà les seuls éléments qui le séparent de son mentor… mais le manteau demeure lourd à porter.

Il soupire, et attend que les Amazones transmettent le message.
Son histoire, et notamment avec Hawkman, n’a rien de simple… et il redoute de devoir l’expliquer. Elevé comme un orphelin, détourné par des mafieux qui l’utilisèrent comme transporteur de leurs marchandises, lui offrant une vie dorée en contrepartie de son innocence et surtout de faibles peines s’il se faisait prendre, il a été abandonné par ces derniers dès sa majorité venue ; errant, perdu, il tenta de se suicider – mais fut sauvé par Hawkman, qui le prit littéralement sous son aile.
Devenu Golden Eagle, il fut logé, formé par le Héros, et devint même membre des Titans ; mais Hawkman l’abandonna, et Charley vécut une vie facile, de petits larcins et de surf. Jusqu’à ce que Deathstroke l’appelle à l’aide pour sauver les Titans – il répondit, mais mourut au combat. Ou crut mourir.
Récupéré par un vaisseau de Thanagar, il apprit que son père était Fel Andar : un espion qui se fit passer, jadis, pour Hawkman, et qui avait séduit puis lobotomisé une Humaine pour en faire Hawkwoman… sa mère, en fait. Quand Fel dut fuir, il abandonna son fils – mais revint pour le sauver.
Epousant cet héritage, avide de laver l’honneur de son père qu’il considérait, à tort, bafoué par le véritable Hawkman, celui qui se faisait alors appeler Ch’al Andar, son véritable nom, monta une entreprise florissante, et prépara une véritable vendetta contre Carter Hall, le vrai Hawkman ; il crut avoir réussi, en organisant sa mort et son remplacement par lui-même – mais Carter parvint à revenir, et le passa à tabac.
Ch’al perdit un œil, retourna sur Thanagar pour devenir un Wingman… mais il y fut moqué, traité comme un bâtard. Enragé, il se perdit dans la violence, jusqu’à ce que son père admette ses torts… et se sacrifie, littéralement, devant ses yeux.
Après, Ch’al tenta encore de se venger de Carter, mais le cœur n’y était pas. Il en vint même à se sacrifier, sur Thanagar, pour sauver Hawkman – mais tous deux périrent des mains de Hath-Set, le prêtre qui ne cesse de ressusciter pour tuer Khufu et Chay-Ara.
Cependant, il a ressuscité… dans un corps de Thanagarien, anonyme. Il est donc revenu sur Terre, voulant se faire passer pour Hawkman et piéger les Héros pour devenir le meilleur Vilain… mais il échoua. Comme il échoua, en général, comme Vilain, ce qui provoqua une frustration et une fureur qui appelèrent la Rage – et la transformation en Red Lantern.

Il fut guéri, néanmoins… et ouvrit les yeux.
Il n’est pas un Vilain, il n’était qu’un pauvre type paumé et abandonné. Il n’est pas Ch’al Andar, le fou de violence ; il n’est pas Charley Parker, le gosse inconsistant. Il est… entre les deux. Il est en devenir.
En soi, il ne sait pas ce qu’il est – mais il sait ce qu’il veut.

Sauver St-Roch, une ville qui souffre et qui a besoin d’aide.
Sauver Hawkman – qu’il sait être présent dans Gateway City, sûrement amnésique. Il doit le sauver… comme lui l’a sauvé, jadis.
Il lui doit bien ça.
Et si c’est bien la dernière chose qu’il puisse faire, comme ce Petit Monstre le lui a promis en Enfer quand il lui a révélé cette information, alors qu’il en soit ainsi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4149-le-retour-de-golden-eagle
Inscription : 25/09/2017
Messages : 180
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Jeu 9 Nov 2017 - 23:08
Rise of the Hawk, Fall of the Eagleft. Ch'al Andar

« Diana, un certain Ch’al Andar veut te parler. »

Diana se détourna d’Eurybé, sa générale à Gateway City, pour se tourner vers sa soeur, qui venait d’entrer et dont le visage aux traits fins affichait sans pudeur aucun le mécontentement appuyé. Le nom frappa Diana aussi violemment qu’un coup de poing l’aurait fait. A côté d’elle, Eurybé, ses longs cheveux d’or tressés sur le côté, haussa un sourcil et jeta un regard appuya à Diana. C’était une guerrière confirmée, une femme d’une grande sagesse et dont la mémoire ne flanchait jamais. Si le nom était plus que familier pour Diana, il l’était aussi pour Eurybé.

« Ch’Al Andar ? » répéta la guerrière, les sourcils froncés. « Ce ne serait pas… »

« Tu es sûre ? » la coupa Diana, ignorant avec superbe Eurybé qui n’apprécia de toute évidence pas.

L’amazone qui était venue la prévenir, Doris, hocha la tête pour finalement laisser court à son évident agacement.

« Il vole. Au-dessus de nous. »

Diana ne put s’empêcher un léger sourire en voyant la réaction de sa sœur. Themyscira était bien loin de Gateway City, mais le monde dans lequel les Amazones qui l’épaulaient en ville avaient pénétré ne s’était pas encore totalement révélé à elle. La plupart d’entre elles n’avaient pas encore accepté que les choses soient différentes ici et la transition se faisait difficilement. Diana pouvait comprendre : si elle n’était pas née à l’époque des Dieux et de l’Olympe sur Terre, c’était le cas de ses sœurs, et les changements auxquels elles devaient faire face étaient nombreux, vertigineux. Elle se rappelait elle-même du mal qu’elle avait eu à s’adapter, et elle continuait parfois à se heurter à des us et coutumes qu’elle trouvait contre-nature. Doris était têtue et fière, mais elle était loyale et intelligente. Diana ne s’inquiétait pas pour ses sœurs. C’était plutôt le reste du monde qui la rendait nerveuse face à la situation branlante de Gateway City.

« Tu n’as pas l’intention de le faire rentrer, quand même ? » s’enquit Eurybé.

Diana lui esquissa un petit sourire qui se dissipa rapidement, effacé par les souvenirs qu’elle partageait avec Ch’al – bons comme mauvais. Il y avait beaucoup d’histoire entre eux, rien de spécialement très glorieux. Rien, en tout cas, qui ne puisse l’éclairer sur la raison de sa présence à Gateway City. Elle savait que John Stewart lui avait fait don de clémence en échange de bons services rendus, mais bien que la confiance soit fragile, elle ne pouvait renier que Ch’al avait l’air déterminé à prouver sa valeur. Etait-ce de la naïveté ? Peut-être bien. Mais Diana se rappelait s’être battue à ses côtés. Même si ses intentions n’avaient pas été pures à l’époque, elle avait vu de la force dans sa façon de combattre. Quelque chose qui n’était pas tout à fait de la noblesse mais qui n’était pas non plus que de la haine.

« Princesse ? » intervint Eurybé, perplexe face au silence de Diana.

Cette dernière releva les yeux vers elle avant de se tourner vers Doris.

« Où est-il exactement ? »

Eurybé pinça les lèvres, mais elle ne prit pas la peine de discuter : elle savait que Diana était têtue et qu’une fois qu’elle s’était mis quelque chose en tête, il était inutile de chercher à la dévier de sa trajectoire. Au lieu de ça, une fois que Doris eut donné les indications à sa princesse et que cette dernière quitta la pièce, elle donna ses propres ordres à la jeune amazone. Si bien que, quand Diana arriva à la lisière de la ville, dans cette zone très particulière qui faisait la liaison entre Gateway City et le reste des Etats-Unis et où aucun membre des deux ‘camps’ ne semblait oser mettre le pied, un bataillon d’amazone se dirigeait aussi vers eux. Juste au cas où.

Diana se posa devant ses sœurs qui montaient la garde devant la frontière. Leurs lances en main, aucune d’entre elles ne lâchait du regard le jeune homme qui stagnait dans les airs, à même pas un mètre du bitume de cet espèce de No Man’s Land entre l’armée américaine et celle de Themyscira. C’était bien lui, elle n’avait aucun doute, et ça ne fit que nourrir sa curiosité quant à la raison de sa présence.

Elle jaugea les soldats de l’autre côté d’un rapide coup d’œil. Bien que de toute évidence sur leurs gardes, aucune opération offensive n’avait été mise en place. La zone était tendue, comme à son accoutumée, mais pas en ébullition. Diana s’avança donc, un pas après l’autre, avant de s’arrêter prudemment à une certaine distance du jeune homme.

« Ch’al Andar, » le salua-t-elle avec un très léger signe de la tête. « Que fais-tu ici ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman
Inscription : 27/07/2015
Messages : 309
Situation : Compte en cours d'abandon, conservé pour l'ultime sujet du Shadowpact.
Localisations : Dans les airs.
Shadowpact

MessagePosté le: Ven 10 Nov 2017 - 11:12
Les secondes s’écoulent, après la fin de son discours et de sa demande.
Elles sont longues et tendues.

Dévisagé autant dans son dos, par une armée américaine à cran et qui ne goûte guère la présence d’un de ces soi-disant métahumains, que devant lui, par des Amazones elles aussi tendues et qui entendent défendre Gateway City avec la même férocité et la même hargne que Themyscira, il se sent clairement exclu, rejeté ; mais il a l’habitude.

Flottant dans les airs grâce à ses ailes en Nth Metal, il tente de calmer les battements de son cœur, et de juguler sa respiration ; c’est difficile.
Il sait très bien que personne ne veut de lui, ici, et que s’il parvient à obtenir l’audience souhaitée, il est fort probable qu’elle se passe mal… qu’elle débute mal, surtout. Après tout, la dernière entrevue avec Wonder Woman a été à base d’échanges vifs, de coups, de menaces et de promesses de mort.
Elle doit le haïr, ou le mépriser ; elle n’aurait pas forcément tort, mais il espère malgré tout qu’elle vienne… pas pour lui.
Mais pour Carter.

« Ha. »

Il ne peut réprimer ce hoquet de surprise, en découvrant la silhouette gracieuse et impressionnante de Wonder Woman, à quelques mètres.
Cette dernière s’échappe de Gateway City, flotte dans les airs, et vient se placer directement sur le mur, séparant la frontière de la ville et le NoMan’sLand qui s’est instauré, entre elle et la Nation américaine.

Ch’al ne peut s’empêcher de la fixer, pendant de longues secondes.
Elle impressionne – elle impressionne toujours autant.
Belle, puissante, massive, élégante malgré tout, elle incarne parfaitement cette dichotomie qui rythme sa vie… force et douceur, puissance et faiblesse. Guerre et paix.

« Bon… jour. »

La réplique est faible ; presque un soufflé, un murmure.

« Je… me doute que ma présence questionne, interroge. Elle a dû susciter des… commentaires. »

Un coup d’œil rapide aux guerrières amazones réunies autour de leur Princesse le lui confirme ; elles sont prêtes à l’abattre à la moindre occasion.

« Je… je ne m’approche pas plus, car j’entends faire preuve de respect sincère. Je sollicite une audience, D… votre majesté. »

Jadis, Ch’al la tutoyait et l’appelai Diana.
Jadis. Quand il était l’assistant de Hawkman. Puis quand il se faisait passer pour lui.
Mais ces temps sont terminés – et beaucoup s’est passé, depuis. Beaucoup s’est mal passé.

« Une audience, et une visite dans la ville. »

Sa voix est calme, posée. Douce, presque.
Enfin, autant que possible dans une telle situation.

« Je… n’ai guère besoin de rappeler mon historique, à charge. Je sais ce que j’ai fait, et j’entends… payer pour cela. Mais ce n’est pas l’objet de ma visite.
Hawkman… Carter, Katar, qu’importe… est mort, vous le savez. Sur Thanagar. Il est mort, mais la spécificité de son historique implique une résurrection… des résurrections, régulières. Parfois entrecoupées de quelques années.
Or, j’ai été… informé récemment que Hawkman s’est… réincarné, déjà. Et il se trouve ici, dans Gateway City – à priori, sans avoir encore compris qui il est. »


Une légère grimace glisse sur son visage, sous con casque.

« Je… j’ai mal agi, votre majesté. J’ai eu une vie remplie de mauvaises actions, de mauvaises idées, et de mal causé aux autres ; je le sais, et je l’assume.
J’ai tenté de tuer Hawkman, mais… je me trompais. Je le haïssais alors qu’il est la seule personne à avoir réellement essayer de m’aider – à m’avoir réellement donné ma chance.
Je… je veux l’aider, votre majesté. Je veux le retrouver. Je veux… »


Sa voix se brise.
Tout, en lui, hurle la douleur, la tristesse, le remords – mais, surtout, la sincérité.

« Je veux le ramener. Auprès de nous. »

Il baisse les yeux, pris par l’émotion sincère.
Carter a été la seule figure paternelle digne de ce nom dans sa vie ; et il l’a trahi, blessé, pourchassé.
Mais c’est terminé – il a compris. Il l’a compris.
Et il entend le sauver, quoi qu’il en coûte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4149-le-retour-de-golden-eagle
Inscription : 25/09/2017
Messages : 180
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Sam 11 Nov 2017 - 21:06
Rise of the Hawk, Fall of the Eagleft. Ch'al Andar

Derrière Diana, le bastion commandé par Eurybé se mit en place. Les flèches furent encochées, les arcs tendus, et les yeux rivés sur leur proie, mais fort heureusement, personne ne tira. Eurybé était fière, mais elle n’était pas stupide. Elle avait été nommée pour assurer la protection de cette petite partie de terre qui faisait maintenant partie de Themyscira, et elle ne serait pas celle qui en provoquerait la perte. Tirer de l’autre côté du mur serait pris comme une attaque franche par les armées d’hommes, mais elle ne pouvait rester sans rien faire alors qu’un ennemi puissant se trouvait à leurs portes. En entendant ses sœurs se mettre en place, Diana jeta un regard par-dessus son épaule et croisa les yeux de sa générale. Une mise en garde emplit leurs regards et les deux femmes se prévinrent mutuellement du danger que pouvait causer leurs deux actions.

Mais pour Diana, il ne s’agissait pas seulement de faire face à un ennemi. Il s’agissait de vérité. Elle était en colère et elle n’avait pas oublié, mais il y avait, à cet instant, plus en jeux que sa rancune bien fondée. Elle dévisageait Ch’al avec soin, ses yeux glissant sur la moindre partie de son visage que son casque ne cachait pas, en quête ce que jamais elle ne cessait de chercher : la vérité. Oh, elle savait qu’elle n’avait pas été la meilleure quand il s’agissait de lire en Ch’al, mais elle avait appris de ses erreurs. Elle l’avait vu tel qu’il était plusieurs fois par le passé.

Quoi qu’elle aurait pu imaginer quant à la raison de sa venue à Gateway City, elle aurait bien loin de la vérité, parce que ce qu’il lui avoua avec une honte et une culpabilité qu’il peinait à retenir, lui coupa le souffle. Il n’y avait pas de mensonge dans le regard de Ch’al, mais la confiance de Diana avait été trop malmenée par le passé pour qu’elle choisisse de croire pleinement en ce qu’il disait. Mais elle ne put empêcher son esprit de s’emballer. S’il disait vrai… Carter était revenu. Carter était là, juste à portée de main.

Diana s’extirpa de ses pensées pour reporter soin attention sur Ch’al. Elle plissa les yeux.

« Ton audience est accordée, mais elle se fera ici, Ch’al Andar, en dehors de Gateway City et à l’écart de l’armée américaine. Je ne peux t’inviter dans notre ville – je ne peux même pas l’envisager tant que je ne suis pas sûre de la vérité de tes propos. »

Diana jeta un bref regard derrière elle et Eurybé comprit immédiatement le message qui s’y cachait. Après un ordre direct de leur générale, les Amazones baissèrent leurs arcs mais restèrent en rang à la limite de la douane qui servait de point d’entrée dans la ville. La tension qui ne s’était jamais bien éloignée de la ville et de ses environs depuis la cassure était revenue au grand galop pour peser maintenant sur cette bande de bitume entre les deux territoires. La manipulation était délicate : Diana ne pouvait faire sortir les Amazones armées, pas alors que l’armée américaine se situait à quelques pas. Son objectif était d’assurer la paix et la protection pour les habitants de Gateway City et non pas de donner l’impression aux Etats-Unis qu’elle était une menace. Sans compter qu’elle avait été des plus sérieuses : Ch’al avait son audience, et aussi méfiante qu’elle était, c’était un espace de discussion qu’elle respectait beaucoup trop pour y apporter violence et armes sans laisser une chance aux mots de mettre en œuvre leurs pouvoirs.

Elle prit une profonde inspiration et s’envola du mur sur lequel elle s’était perchée pour se poser au sol, hors des frontières de Gateway City et à quelques pas de Ch’al.

« Il me faut plus de détails et d’informations, si tu veux que je réfléchisse à ta demander, Ch’al Andar. Comment en es-tu à penser qu’il pouvait se trouver dans ma cité ? Et comment pourrais-je être sûre de tes intentions – que tu affirmes être bonne ? Gateway City est sous ma protection, sous la protection de Themyscira, et tu es une menace. » Elle marqua une pause, et son regard changea, presque trop subtilement pour être vu, reflétant, l’espace d’un instant, le souvenir d’une émotion lointaine et passée. « Pour le moment », rajouta-t-elle.

Elle croisa les bras et son visage se durcit de nouveau.

« En bref, tu n’as qu’une chose à faire. Convaincs-moi. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman
Inscription : 27/07/2015
Messages : 309
Situation : Compte en cours d'abandon, conservé pour l'ultime sujet du Shadowpact.
Localisations : Dans les airs.
Shadowpact

MessagePosté le: Dim 12 Nov 2017 - 18:17
Le nouvel Hawkman s'est mis à nu, devant Wonder Woman.
Plus que devant quiconque. Plus qu'à n'importe quel moment. Plus que jamais.
Mais cela ne suffit pas.

"Ha."

Il soupire, et secoue la tête - elle ne le croit pas. Elle ne le croit pas vraiment.
Et il ne peut s'en vouloir qu'à lui-même.

"Je..."

Le regard fixé ailleurs, embué par un phénomène physique qu'il n'assume pas mais ne peut contrôler, il prend une grande inspiration - et se retourne vers Diana, en esquissant un sourire triste.

"Je comprends. Ce n'est pas comme si j'avais l'habitude de dire la vérité, hein ?"

Ch'al hausse les épaules.
Il flotte, toujours, au-dessus du sol, grâce à ses ailes en Nth Metal... ou plutôt, à celles de Carter. Les siennes sont cachées, abandonnées, depuis quelques temps déjà ; mais s'il a récupéré ces ailes dans une tombe en Egypte, à son récent retour de Thanagar, il ne les porte plus avec la même idée, le même objectif.
Il les emprunte, là ; il ne les vole plus. Et cela change tout.

"Il est... légitime, que tu interroges ce que j'annonce, et comment j'ai eu ces informations. Je me suis fait passer pour un allié de Carter, afin de le vaincre... de le tuer, même. J'ai ensuite feint d'être Carter ressuscité, pour intégrer la Justice League et la J.S.A. - mais ça s'est mal passé. Pour moi."

Il soupire, puis pose lentement ses deux mains gantées sur son casque.
Tant d'événements... tant de drames... tant d'échecs. Tant de folies, surtout.

"Tu es légitime, à donner des preuves, des explications... mais je crains de n'avoir pas forcément de quoi te convaincre."

Le jeune homme enlève son casque, révélant un visage marqué, cicatrisé, avec un oeil bionique disgracieux. Son sourire triste demeure figé sur ses lèvres, crispées.

"Récemment, j'ai intégré un groupe constitué par le Phantom Stranger, afin de plonger en Enfer pour tenter de stopper... quelque chose. J'avoue que je n'ai pas tout compris, mais j'y ai trouvé... quelque chose. Quelqu'un."

"Oh, inutile de tourner autour du pot, Chacha."

Une voix nasillarde se fait entendre - avant qu'un "pop" étrange ne révèle un nouveau venu...
... un jeune homme à la peau bleutée, et vêtu comme un des premiers colons américains.

"Chacha m'a croisé, en Enfer, douce Amazone. Et Chacha et moi avons convenu d'un... accord. J'ai réalisé un de ses rêves, et il a réalisé un des miens.
Par contre, Chacha disposait d'un souhait bien ingrat... j'ai hésité, mais, ha!, ma bonté me perdra. Son seul souhait était de retrouver son mentor disparu - et les allées-et-venues des âmes de Khufu et Chay-Ara sont tellement visibles dans le domaine Magique que ce fut un jeu d'enfant.
Votre Hawkman est bien dans Gateway, oui... mais vous devez vous hâter. Car il périra, ce soir, si personne ne vient le sauver !"


"Klarion, dis-nous-en plus, je t'en supplie..."

La voix du jeune homme est désespérée - désespérante, aussi. Tout, en lui, crie la détresse et la peur, de perdre sa dernière opportunité de bien agir.
Klarion, qui flotte à ses côtés en étant accroupi au-dessus du vide, lui jette un regard rapide puis hausse les épaules.

"Ha, mais je ne peux pas tout faire, quand même... je t'ai aidé à survivre en Enfer, et je t'ai accordé ton souhait. Tu voudrais en plus que je te révèle le reste ? Ce ne serait plus un jeu, Chacha... ce serait un jeu d'enfant ! Et tu sais ce que je pense des enfants..."

Le nouvel Hawkman tourne un oeil triste vers Wonder Woman.
Il a compris - négocier avec Klarion ne servirait à rien. Elle seule peut encore l'aider - elle seule peut encore sauver Carter !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4149-le-retour-de-golden-eagle
Inscription : 25/09/2017
Messages : 180
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Mar 14 Nov 2017 - 21:55
Rise of the Hawk, Fall of the Eagleft. Ch'al Andar

Diana peinait à mettre de l’ordre dans ses pensées, que son affect semblait apprécier venir troubler. Elle se savait généralement douée pour détecter mensonges et manipulations – bien qu’elle n’était pas impossible à tromper – et tout en elle lui disait que Ch’al était sincère, que les remords qui défilaient, lourds et pesants, dans son regard étaient réels, que sa peine, ses regrets et le désespoir qui lui affaissait la ligne des épaules étaient authentiques. Mais à a chaque fois qu’elle se sentait accepter ces faits comme réalité, elle repensait à l’historique de Ch’al, et à ce qu’il avait fait et aux nombres de mensonges qu’il avait si habilement déguisés en vérité pure et dure. Elle n’aimait pas cette situation, elle n’aimait pas ne pas pouvoir être sûre et ne pas pouvoir faire confiance à l’homme en face d’elle. Elle voulait croire, désespérément, mais… et bien, mais. Mais.

« Ecoute, Ch’al… » commença-t-elle, mais elle n’eut pas l’occasion de finir sa phrase, puisqu’au même moment, une voix nasillarde qu’elle ne connaissait que trop bien la coupa.

Le pop ! qui suivit était encore plus de mauvais augure – si c’était encore possible, et il ne lui en fallut pas plus pour dégainer son épée et se mettre en position offensive. Le regard fixé sur le démon qui venait de se matérialiser à quelques pas, elle sentit plus qu’elle ne vit, les soldats américains s’agiter, nerveux. Ils la connaissaient pourtant. Wonder Woman n’était pas juste une héroïne pour les Amazones, mais aussi pour le reste du monde, seulement Gateway City était devenue une sorte de bulle hors de l’espace-temps ces derniers mois. Surtout ici, à la frontière, les choses étaient aisément déformées par la nervosité et le sérieux de la situation. C’était comme marcher sur du fil de pêcher et essayer de ne pas basculer dans le vide.

« Klarion. »

Les dents serrées, elle leva légèrement le bout de son épée pour que ce dernier n’en manque pas l’éclat brillant. Juste au cas où il n’avait pas saisi la menace dans sa voix.

Elle regarda l’échange entre Ch’al et Klarion sans chercher à cacher sa surprise. L’arrivée du sorcier des limbes n’était jamais une bonne nouvelle, mais ça réglait au moins un des problèmes de Diana. Les doutes qu’elle avait eu envers Ch’al n’étaient plus vraiment d’actualités – et non pas parce qu’elle croyait que la vérité avait établi son droit sur les mots de Klarion, bien loin de là, mais parce qu’elle était intimement persuadée que jamais Ch’al ne serait vil au point de s’allier à un monstre comme Klarion pour se retourner ensuite contre elle et le reste de la League. Il avait ses défauts, et il avait commis ses erreurs, mais il en avait toujours été l’unique acteur.

Ce qui en soit, réglait un problème. Mais en soulevait un autre : Carter.

Le nez plissé, signe instinctif que la situation ne lui plaisait pas, mais alors pas du tout, elle regardait Klarion et Ch’al à tour de rôle. Quand ce dernier se retourna vers elle, elle soutint son regard un long moment avant de se redresser.

« Quel marché as-tu conclu ? » demanda-t-elle directement à Ch’al. « Rien n’est gratuit avec Klarion, et tu veux beaucoup trop cette information pour qu’il te la donne gratuitement. Qu’as-tu donné pour qu’il accepte de t’indiquer Gateway City du doigt ? »

Elle jeta un regard noir au démon, amoureux du chaos, avant de rengainer son épée.

Si Klarion disait vrai – et avec lui, c’était toujours un si massif – alors la tâche leur serait hardie. Gateway City comptait toujours un nombre important d’habitants masculins, et même si elle faisait entrer Ch’al, même si Eurybé la laissait faire, à eux deux, ils auraient dû mal à le retrouver à temps. Il lui faudrait demander de l’aide à ses sœurs et leur donner des indications précises.

Mais avant… Avant, Klarion.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman
Inscription : 27/07/2015
Messages : 309
Situation : Compte en cours d'abandon, conservé pour l'ultime sujet du Shadowpact.
Localisations : Dans les airs.
Shadowpact

MessagePosté le: Mar 14 Nov 2017 - 22:20
Klarion apparut, et la situation, déjà tendue, empira.
Si les Amazones et les soldats américains n'appréciaient guère l'échange entre Wonder Woman et le nouvel Hawkman, l'arrivée impromptue, imprévue et inacceptable d'un gamin à la peau bleu, qui flotte au-dessus du vide, met le feu aux poudres.

Des ordres sont hurlés. Des armes sont prises. Des coeurs s'accélèrent. Des mains se crispent.
Et des bêtises sont prêtes à être faites - puis regrettées ; mais faites d'abord.

"Ha."

Klarion, toujours accroupi, jette un regard rapide derrière lui, vers le côté américain ; puis un autre, vers le côté amazone. Son visage, très expressif, montre rapidement la surprise, l'incompréhension, puis une forme de... gêne.
Une gêne toute enfantine, comme un gamin qui se rend compte qu'il a fait une erreur, et qu'il va être grondé pour cela ; il laisse ses yeux sombres glisser tout autour de lui, avant de pousser un profond soupir - très théâtral.

"Je vois... 'sont nerveux, par ici. À croire que chacun veut un truc, que l'autre veut aussi, bref que chaque camp exige de l'autre qu'il abandonne ce qu'il croit être le sien... bref, comme si deux enfants voulaient récupérer un jouet, l'un parce qu'il est le sien même s'il l'a abandonné, l'autre parce qu'il l'a trouvé.
Stupide, n'est-ce pas ? Incroyablement stupide. Américainement stupide. Amazonement stupide."


Un petit gloussement, moqueur et acide, s'échappe de sa gorge.
Avant que le petit Sorcier ne lève sa main droite - et claque des doigts.

"BOUH !"

Le claquement intervient. Et le monde change.
Le Temps se fige. Littéralement.
Les Amazones n'avancent plus. Les Américains ne chargent plus leurs armes. Les ordres sont suspendus. Les mouvements sont arrêtés.
Le Temps s'est figé - sauf pour Diana, Ch'al et leur nouvel interlocuteur, qui sourit ironiquement.

"On est plus tranquilles, là. Plus... au calme. Pour discuter. Pour... s'ouvrir, n'est-ce pas, Chacha ? Il faut s'ouvrir, tu le sais. S'ouvrir fait du bien. S'ouvrir libère. S'ouvrir permet de se sentir m..."

"La ferme."

La réplique est sèche et brutale.
Elle fige, directement, Klarion - qui ne s'y attendait pas, et n'a surtout pas l'habitude d'être traité ainsi. Il envisage sûrement de répliquer, de s'emporter... mais un regard vers le nouvel Hawkman suffit à lui faire comprendre que ce dernier n'a guère envie de supporter plus longtemps sa fantaisie.

"Ha... 'suffit de demander, tu sais. Poliment, ça aurait été aussi..."

Klarion s'en tire avec une pirouette - mais il se replie, il laisse la main, et baisse les yeux.
Vexé, et battu. Un phénomène rare, mais appréciable.

"Tu as raison, D... Wonder Woman. Rien n'est jamais gratuit, avec Klarion, et il a marchandé, pour m'offrir l'opportunité de sauver Carter."

Ch'al s'est détourné du Sorcier, qui fixe le sol, boudeur.
Le nouvel Hawkman parle d'une voix lente - usée. Il secoue la tête, puis plonge son oeil unique vers la jeune femme.

"Il voulait une décennie de vie, Wonder Woman. Une décennie entière.
Et je la lui ai donnée."


Un sourire triste glisse sur son visage, alors qu'il se tait et laisse la jeune femme encaisser.
Il l'a dit - mais il n'a pas tout dit.
Il n'a pas dit que Klarion l'avait informé qu'il ne lui restait plus que dix ans à vivre, tout pile. Il n'a pas dit que Klarion lui a, en fait, demandé de donner sa vie, ce qui lui reste de vie pour Carter ; il n'a pas dit qu'il a accepté, sans hésiter.
Il n'a pas dit... et il ne le dira pas. Jamais.

"Alors... si ça ne te dérange pas... peux-tu accepter que je cherche Carter, dans ces murs, pour l'aider... ?"

Tenant fermement son casque d'un main, il a le regard bas - mais fixé sur Diana.
Et, dans un moment de courage fou, il tente même de rajouter quelque chose, une ultime réplique...

"Et... c'est Charley, plutôt que Ch'al. Charley Parker. Je préfère."

... une ultime supplique, comme preuve de sa déconnexion véritable avec les pires moments de son existence.
Il mourra, bientôt, il le sait. Mais il veut mourir comme il le souhaite - comme il est, vraiment, au fond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4149-le-retour-de-golden-eagle
Inscription : 25/09/2017
Messages : 180
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Mer 15 Nov 2017 - 23:49
Rise of the Hawk, Fall of the Eagleft. Ch'al Andar

Chaque mouvement que faisait Klarion ne faisait que faire monter la tension de chaque camp. Diana était la seule des amazones à avoir eu un contact plus ou moins direct avec l’étrange créature, et bien que sa nature soit inconnue au reste de ses sœurs, elles n’étaient de toute évidence pas dupes. Diana les sentait s’agiter dans son dos, pour que finalement, alors que Klarion se lançait dans son monologue de sa voix criarde si particulière, la tension ne finisse par remporter la partie. Obéissant probablement à un ordre d’Eurybé, les amazones qui étaient en ligne direct derrière le poste de douane de Gateway City encochèrent chacune une flèche pour ensuite bander leur arc et prendre le démon en joue.

Sauf qu’en face, les armes également étaient de sortie, et ce n’était pas bon signe, du tout. Diana était sur le point de se retourner pour ordonner à sa générale de reprendre le contrôle de ses troupes et de ne pas se laisser aller quand Klarion claqua des doigts. Elle avait appris à craindre ce claquement sec qui retentissait dans les airs à chaque fois qu’il puisait dans ses pouvoirs, et c’est à cause de cette méfiance des plus fondées qu’elle mit quelques secondes à se rendre compte de ce qu’il avait fait.

« Qu’est-ce que… »

Diana jeta un regard autour d’elle alors que ses entrailles se nouaient dans le creux de son estomac. La magie de Klarion la mettait mal à l’aise, sans qu’elle ne sache trop comment ou pourquoi. Elle était simplement différente de celle qui rayonnait de l’Olympe, comme une image en négatif. Elle était froide et destructrice là où ses dieux étaient chauds et créateurs.

Elle reporta son regard sur Klarion alors que Ch’al lui sommait de se taire. Sa voix était lasse mais dure et déterminée, et quand il plongea de nouveau ses yeux dans ceux de Diana, elle trouva dans son regard la présence d’une âme aussi marquée que l’était son visage. Même son œil bionique semblait presque écrasé par le poids de ce qu’il ne disait pas et ce qu’il avait vécu. Diana ne fut pas surprise d’entendre le prix réclamé par Klarion, et à une certaine époque peut-être même aurait-elle attribué une certaine justice à cette sentence, mais à cet instant précis, alors que le monde s’était arrêté de tourner autour d’eux, elle sentait plus que jamais que toute cette situation était fausse. C’était malsain et incroyablement bancal, et bien qu’elle n’arrive pas à mettre le doigt exact sur ce qui était si déplacé, ce n’était pas difficile d’en trouver la direction générale.

Elle baissa doucement son épée, enfin – non pas sans un nouveau regard noir vers Klarion, ceci dit.

« Ch’… Charley, » soupira-t-elle.

Elle voyait clairement la démarche derrière ce nouveau nom, et elle en apprécia d’autant plus les intonations quand elles quittèrent ses lèvres. Il lui rappelait les premiers moments qu’elle avait passés avec Ch’al… Charley alors qu’il était le compagnon d’armes d’Hawkman.

« Je … je comprends ta démarche, et elle force le respect. Tu essaies de réparer ce que tu as brisé, de gagner le droit à une seconde chance, et je vois de la sincérité dans ce que tu entreprends – ainsi que de l’amour. » Son regard se posa sur Klarion et ses pupilles perdirent leur douceur pour un éclat bien plus aiguisé qui n’était pas sans rappeler le tranchant de son épée. « Mais jamais tu n'aurais dû devoir payer un prix si élevé. »

Elle marqua une pause, poussa un nouveau léger soupir et rengaina finalement son épée.

« Ceci dit, ce n’est pas à moi de te dicter ta conduite et te dire comment purifier ces regrets qui te collent à la peau. Nous nous sommes battus côte à côte, autrefois, et je t’ai longtemps considéré comme un ami, un frère d’arme. »

Elle n’alla pas plus loin dans sa réflexion. Les yeux plantés dans ceux de Charley, elle n’en avait pas besoin. Elle avait parlé de seconde chance et d’honneur, et sa conclusion était des plus évidentes. Elle allait honorer le souvenir de leur amitié et sa certitude qu’il pouvait devenir un homme d’excellence, et elle allait le faire de la façon la plus simple qui soit. Elle allait se tenir à ses côtés de nouveau. Elle allait lui donner cette seconde chance dont il semblait tant avoir besoin.

Diana se redressa de toute sa hauteur.

« Je vais t’aider à retrouver Carter. Gateway City est une grande ville, mais nous sommes deux, et mes sœurs pourront nous aider. Nous le retrouverons à temps, Charley. »

Une nouvelle fois, elle tourna la tête vers Klarion.

« Mais toi, » siffla-t-elle, « tu disparais. Au moindre signe de mauvais tour de ta part... »

Elle laissa sa phrase en suspens, mais la menace était évidente - presque tangible dans l'air autour d'eux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman
Inscription : 27/07/2015
Messages : 309
Situation : Compte en cours d'abandon, conservé pour l'ultime sujet du Shadowpact.
Localisations : Dans les airs.
Shadowpact

MessagePosté le: Jeu 16 Nov 2017 - 10:25
Resté silencieux durant tout le monologue de Ch’al, puis la réponse de Diana, Klarion demeure accroupis, les yeux baissés ; boudeur, vexé même, il n’a guère apprécié le tacle du nouvel Hawkman – et ne supporte absolument la lourdeur et la gentillesse de leurs paroles.
Par réflexe, il tire la langue de dégoût… avant de relever, soudain, les yeux quand Wonder Woman s’adresse directement à lui.

« Hey ! »

Klarion se relève, se redresse, et apparaît désormais debout, dans le vide. Il croise les bras, et offre un visage fermé – vexé, encore. Mais vexé-fâché, plutôt que vexé-boudeur.

« Personne me donne d’ordre, Mamazone ! Personne ! »

La réplique commence avec un ton enfantin – avant de se crisper, de s’alourdir.

« Personne n’y survit. »

La menace est clair… le danger évident.
Une tension sourde s’installe soudain sur les hauteurs des barrages de Gateway City, une tension telle que Charley en vient à poser, par réflexe, une main gantée sur le pommeau d’une lame de taille moyenne, fichée dans un étui à sa ceinture.
Jusqu’au cas où.

« Mais… »

Le mot du jeune Sorcier se suspend dans les airs, menaçant.
Avant qu’il ne reprenne, soudain…

« Vous avez tous besoin de sommeil, je le sens bien… je ne vais pas me formaliser pour ça ! Une Dame a besoin de repos, pour être au mieux, et il est clair vu ta tête, chère Mamazone, qu’on en est loin, hein ? »

… enjoué, rieur, souriant. Détendu.

« J’vous laisse, donc… j’aime pas m’imposer, vous le savez, et il est clair que vous avez beaucoup à dire et à faire ensemble… mais pas de bêtise, d’accord ? J’veux pas de Mamazone volante, hein ! Ou de Mamazone, masculin, volant. D’ailleurs, on dit quoi pour un Mamazone masculin ? Mamaz… on ? »

« Klarion… »

« Ha… d’accord. Vous voulez votre intimité, je comprends… je comprends. Je vous laisse ! »

Klarion affiche soudain un immense sourire, ouvre en grand les bras – et claque des doigts, dans les deux mains.
Pour disparaître, aussi soudainement qu’il est apparu.
Diana et Ch’al sont seuls, à nouveau – pendant une seconde. Car, celle d’après, les soldats américains et les Amazones retrouvent une animation… puis plongent, très vite, dans une terrible perplexité.

Le gamin bleu a disparu. L’urgence a disparu.
Et la crise, en soi, s’est évaporée ; au vu des grandes tensions inhérentes à la situation diplomatique, les deux côtés décident de passer outre – et de faire comme s’il ne s’était rien passé. Au moins pour l’instant.

« Je… merci, D… Wonder Woman. »

Le nouvel Hawkman se reconcentre sur la jeune femme, et esquisse un sourire sincère ; il est touché, par la chance donnée, par la main transmise, par l’ampleur de la compréhension dont elle fait preuve envers lui. Il sait qu’elle ne lui doit rien – mais lui, maintenant, lui doit tout.

« Je… suis sûr que nous le retrouverons. »

Pudique, gêné, il ne relève pas les observations, justes, de l’Amazone sur son amour, filial, envers Carter.
Prenant du courage, il inspire fortement – puis donne l’ordre mental à ses ailes en Nth Metal de l’approcher des hauteurs de Gateway City.

« Que nous le sauverons. »

Ch’al se pose, juste devant Diana, et adopte une attitude définitivement pacifique, non-violente pour éviter une crispation de la part des Amazones. Concentrant son œil unique sur la Princesse, tenant encore d’une main son casque, il lève les bras en croix – et reprend la parole, toujours d’une voix douce et posée.

« Je suis prêt à vous donner mes armes, à vous confier mon équipement… tout ce que vous voulez. »

Il esquisse un sourire timide et hausse les épaules.

« Je veux juste le retrouver… rapidement. Je suis prêt à tout pour cela. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4149-le-retour-de-golden-eagle
Inscription : 25/09/2017
Messages : 180
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Ven 17 Nov 2017 - 1:10
Rise of the Hawk, Fall of the Eagleft. Ch'al Andar

Diana n’était pas mécontente de voir Klarion mettre les voiles. Elle savait le jeune homme – si tant est qu’il pouvait être qualifié de tel – volatile et dangereux, et elle préférait éviter de s’engager dans un duel contre lui, surtout dans une zone si habitée, ce qui rendait son départ des plus arrangeants. Mais sa menace n’avait pas été faite à la légère. Elle ne lui faisait pas confiance, et la nature de son pacte avec Charley ne l’aidait pas à se montrer plus chaleureuse quant à sa présence. Elle le préférait loin, aussi loin que possible, et si pour cela, il fallait qu’elle le provoque et le vexe, alors elle mettrait les pieds dans le plat, à chaque fois. Sa part de responsabilité dans toute cette histoire en rendait les fondations bien trop branlantes à son goût et d’expérience, elle se doutait que ce soit aussi ‘simple’ que ça. Le seul avantage de leur position géographique était que si Klarion se décidait à revenir jouer l’instrument du chaos dans Gateway City, il se heurterait à ses sœurs, et peut-être que ça lui apprendrait à prononcer correctement leur nom. Peut-être même qu’il le ferait en pleurant. L’image était déjà plus que satisfaisante.

Elle jeta un regard par-dessus son épaule, vers Eurybé dont les yeux en amande balayaient le No Man’s Land avec perplexité et confusion, et fit signe à cette dernière de faire baisser les armes à son bataillon.

« Diana, » dit-elle, toujours tournée vers Eurybé qui ne semblait pas apprécier l’ordre mais qui s’y plia malgré tout, non sans un regard de reproche vers Diana.

Elle se retourna vers Charley et lui esquissa un petit sourire.

« Appelle-moi Diana, » le reprit-elle une nouvelle fois.

Elle baissa les yeux vers la tenue du jeune homme, passant du harnais de ses ailes jusqu’à la massue qu’il tenait et elle eut une petite grimace. Elle n’avait pas oublié les mots de Klarion et le décompte qu’il avait plus ou moins placé au-dessus de leurs têtes, telle une épée de Damoclès. S’ils étaient apparemment certains que Carter se trouvait dans l’enceinte de Gateway City, il semblait qu’ils avaient un temps limité pour le retrouver. Jusqu’au soir même sinon, selon la parole de Klarion, il serait tué. Les possibilités étaient nombreuses. Gateway City, bien que sous la Loi Martiale des Amazones, n’était pas dépourvu de criminalité, et c’était sans compter le mouvement de rébellion organisés par une bande d’homme à l’égo trop démesuré pour accepter d’être dirigés par des femmes. Charley pourrait avoir besoin de son arme, mais Diana n’était pas dupe : elle savait que cette décision ne lui revenait pas entièrement.

« Je crois qu’il serait plus prudent que tu laisses tu te sépares de ta massue. Je crains que mes sœurs ne refusent ton entrée dans la ville aussi lourdement armé. »

Elle lui fit signe de la suivre alors qu’elle se tournait et se mettait en marche vers la douane Amazone. Elle ne chercha pas à mettre plus de distance entre elle et Charley, le rapprochement physique de ce dernier ne l’ayant absolument pas dérangée, au contraire.

« As-tu le moindre renseignement qui pourrait nous aider à réduire le champ de recherche ? La moindre chose qui pourrait nous servir ? »

« Princesse ? »

Diana releva les yeux. Ils étaient sur le point de passer la douane, et Eurybé les regardait, les pieds plantés au sol et le nez retroussé.

« Eurybé, » commença Diana, adoptant de fait exprès un ton plus commanditaire - royal que d’habitude. C’était un signe des plus évidents que ses ordres ne devaient pas être discutés. « Charley, qui se tient à mes côtés, va te confier ses armes en gage de bonne conscience. Il est mon invité à Gateway City, puisqu’il est venu à notre porte avec une mission de la plus haute importance. Rassemble tes guerrières, nous avons besoin de ratisser la ville et ce, rapidement. »

Eurybé dévisagea un instant Diana, comme si elle n’en croyait pas ses oreilles, avant de se tourner vers Charley, le visage fermé. Il n’échappa pas à son regard noir – pour lequel elle était presque célèbre – mais elle se mit à la tâche sans rechigner. Elle attendit que Charley lui donne ses armes et rassembla ces dernières avec précaution avant de s’éloigner pour les ranger là où il ne pourrait les récupérer sans son accord.

« Ne t’inquiète pas, » dit Diana, d’un ton qui se voulait rassurant. « Tu les récupèreras, sans aucune exception. »

Elle suivait du regard sa générale avec un petit sourire, les yeux voilés par les souvenirs d’une vie qui lui semblait avoir eu lieue il y avait des siècles de cela. Le sérieux retomba sur son visage alors qu’elle se détournait des courbes d’Eurybé pour faire de nouveau face à Charley.

« Mes sœurs nous aideront, mais elles n’ont jamais connu Carter et nous n’avons pas le droit à l’erreur. Y a-t-il un signe distinctif que je pourrais leur communiquer et qui pourrait les aider ? Klarion ne t’a rien donné de plus que le nom de notre ville et la perte de dix années de ta vie ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman
Inscription : 27/07/2015
Messages : 309
Situation : Compte en cours d'abandon, conservé pour l'ultime sujet du Shadowpact.
Localisations : Dans les airs.
Shadowpact

MessagePosté le: Ven 17 Nov 2017 - 13:40
Ch’al attend, patiemment, la décision de Wonder Woman à sa proposition.
S’il n’a jamais vraiment été proche d’elle, son temps comme partenaire de Hawkman lui a permis de la côtoyer – et d’être impressionné, définitivement, par son aura et sa puissance. Il n’avait ni l’esprit, ni l’envie de noter ces éléments quand il tenta de la piéger, avec la Justice League, mais maintenant que ces ténèbres ont quitté son cœur… il ne peut s’empêcher d’être impressionné, bluffé par sa seule présence.

Elle est belle. Elle est extraordinaire. Elle est bonne et généreuse – définitivement généreuse, car elle l’accepte et lui offre même la possibilité de l’appeler par son prénom.
Cet élément, cet événement n’est qu’un détail pour certains… mais cela le marque, cela représente énormément pour lui. Une des digues, une des barrières qui le séparent des Héros et des personnes de bien se fissurent ; il est loin, et il le sait, d’avoir réussi à se racheter – mais c’est un signe encourageant. Un pas en avant.
Un motif d’espoir.

« Je… merci. »

Il esquisse un sourire, léger et timide, en baissant son oeil unique. Lui qui est une masse de muscles, certes moins massive que Carter mais qui impressionne malgré tout, semble soudain tout ramassé – tout penaud devant elle.

« Merci… Diana. »

La jeune femme enchaîne en évoquant ses armes, qu’il doit laisser – ce qu’il comprend, même s’il aurait préféré agir différemment.
Il acquiesce, en silence, et commence à sortir son équipement, au moment où la dénommée Eurybée soulève une observation presque silencieuse. Quelques mots sont échangés, vifs et secs ; par réflexe, Charley baisse les yeux, mal à l’aise.
Finalement, il les relève quand la situation semble clarifiée, et il tend ses armes – une masse en Nth Metal et une lame, de la taille d’un katana, entièrement doré – à l’Amazone. Il glisse un léger sourire, timide, en espérant ainsi briser la glace… en vain, sûrement.

« Hem… excusez-moi, pour le dérangement. »

Le jeune homme n’est plus habitué à s’excuser – et cela lui fait bizarre, autant parce qu’il se sent dépossédé de ce droit que parce que l’user lui fait… du bien. Cela le ramène à une forme de normalité, d’humanité qui lui ont manqué, finalement.
Il se retourne vers Diana, quand l’Amazone s’en va avec son équipement, et il se place légèrement de profil, pour ne pas lui offrir de vision sur son œil bionique. Il a bien noté, précédemment, la grimace de la Princesse, quand elle a détaillé son corps ; il considère qu’elle ne supporte pas la vue de son visage, et il le comprend.
Légèrement honteux, gêné, il profite néanmoins de l’opportunité donnée par la jeune femme pour changer de sujet – et plonger, directement, dans ce qui les intéresse.

« Oui, Klarion m’a donné une piste… j’ai dû hausser le ton, mais j’en ai eu une. Il m’a dit de me rendre au Musée des Antiquités de Gateway City… je sais que tu y as eu des habitudes, nous pouvons sûrement commencer par là. »

Le nouvel Hawkman replace son casque, seul héritage de Golden Eagle, sur son crâne, et serre les poings.
Le temps presse. La journée vient de commencer, et il doit trouver Carter. Sinon…
Non. Il refuse d’y penser… il refuse de l’envisager. Il le trouvera. Il le sauvera – quoi qu’il en coûte.

**
*
**

Un peu plus tard, un peu plus loin.
Ayant finalisé son passage aux douanes de Gateway City, Ch’al a été directement escorté par Diana vers son ancien lieu de vie et d’activité. Il ne leur a pas fallu longtemps pour parvenir au Musée d’Antiquités, devant lequel le jeune homme se fixe en croisant les bras.
Il pousse un léger soupir, puis se tourne vers la jeune femme.

« Ca… fait bizarre. Ça me rappelle… le Musée de St-Roch, où Carter et Shiera ont eu leurs habitudes. J’ai… aussi vécu, là-bas. C’était… c’était bien. »

Soudain happé par une bouffée de nostalgie, son regard se perd quelques instants dans le vide – tandis que les images de cette époque reviennent, une époque où il était recueilli, soigné, aidé, reconstruit ; heureux.
La seule période de bonheur dans son existence – qu’il a anéantie. Seul.

« KKlarion m’a indiqué qu’il faut interroger la curatrice. Je pense que ta présence pourrait permettre de faciliter les choses. »

Se reprenant, ou essayant plus tôt de se reprendre, le nouvel Hawkman s’avance et va toquer. Ils sont tous deux reçus par le concierge, surpris et encore endormi – mais qui se reprend vite en découvrant Diana, qu’il salue chaleureusement.
Charley le laisse faire, puis exprime son souhait de rencontrer la curatrice ; le concierge acquiesce, et l’informe qu’il va la chercher… avant de livrer son nom, en se tournant et en filant dans le Musée.
L’homme ne peut, alors, voir l’effet terrible de ce nom sur Ch’al.

« C’est… c’est… »

Il est figé, bloqué ; brisé, presque.
Stupéfait, au-delà de ce qui est possible.

« Diana, c’est… »

Sa voix n’est qu’un soufflé, un murmure ; faible, presque enfantin. Il se tourne vers l’Amazone, le regard perdu, en quête d’aide et de soutien.

« Elle… son nom… c’est… »

Sharon Parker.
Tel est le nom de la curatrice évoqué par le concierge.

« … c’est celui de ma mère. »

Ce mot est prononcé avec une douleur, absolue, et une détresse, abominable.
Sharon Parker. Une femme séduite par le Thanagarien Fel Andar. Une femme conquise par l’exotisme. Une femme épousée puis mère de Charley. Une femme manipulée, lobotomisée, forcée à devenir Hawkwoman pour piéger la Justice League, par l’espion étranger. Une femme qui a pu soulever cette barrière psychique pour révéler la supercherie, au prix d’un terrible effort.

Sharon Parker. Sa mère. Une femme héroïque.
Mais une femme morte, surtout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4149-le-retour-de-golden-eagle
Inscription : 25/09/2017
Messages : 180
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Dim 19 Nov 2017 - 23:16
Rise of the Hawk, Fall of the Eagleft. Ch'al Andar

Le Musée d’Antiquités se dressaient, toujours aussi imposant, toujours aussi immaculé entre deux autres immeubles bien plus modernes, bien plus oubliables. Gateway City avait beau être une ville d’arts, de culture et d’épanouissement – toutes ces notions et ces idéaux que les Amazones chérissaient tant – le Musée d’Antiquités était le seul endroit qui donnait réellement l’impression à Diana qu’elle était chez elle. Ce que les hommes appelaient antiquités et vestiges, reliques et ruines, pour elle avaient longtemps fait partie de son quotidien. Elle savait comment les amphores étaient fabriquées, quels sont s’échappaient des aulos et quelle créativité exigeait l’art de la mosaïque. C’était une partie de chez elle, une partie gardée vivante à toutes ces cages de verre et ces rubans de protection.

Elle savait que cette nouvelle mission était importante – vitale, même, pour Carter, mais elle ne put s’empêcher de sourire en voyant les colonnes et l’architecture plus qu’inspirée par la Grèce Antique. Cet endroit ne perdait jamais son charme.

Elle tourna la tête vers Charley alors que ce dernier se perdait dans ses propres rêveries. Une nouvelle fois, elle aperçut l’ombre d’un regret profond et sincère sur son visage, le tout saupoudré d’une nostalgie plus qu’évidente. Si sa confiance n’était toujours pas entièrement accordée, elle ne pouvait s’empêcher d’espérer que ce nouveau chemin que Charley semblait avoir emprunté le mènerait à sa propre rédemption, à une nouvelle vie qu’il serait fier de mener.

« La curatrice, » approuva-t-elle d’un hochement de tête. « J’ai pu la rencontrer plusieurs fois, déjà. Je pense qu’elle sera ravie de nous aider. »

Elle ponctua ses propos d’un sourire rassurant, réconfortant. Elle comprenait la tension qui crispait toujours les muscles de Charley, mais elle voulait lui montrer que la démarche qu’il avait entamée était la bonne, elle voulait l’encourager sur ce nouveau chemin qui n’était pas des plus évidents.

Fidèle à son habitude, le concierge les accueillit avec chaleur, malgré l’heure peu conventionnelle de leur visite. Son visage s’éclaira littéralement lorsque ses petits yeux noisette se posèrent sur Diana et elle lui rendit de bon cœur son sourire en lui tendant la main, qu’il serra longuement. Elle était arrivée dans le monde des hommes il y avait de là bien des années, et même si elle restait une étrangère aux yeux du monde, elle en avait assez parcouru les cieux et les rebondissements pour être devenue une figure familière. Mais pour certaines personnes, comme pour le concierge qui travaillait au musée depuis ce qui semblait être la nuit des temps, elle restait… spéciale. Elle le remercia donc de sa gentillesse et de son obligeance et laissa Charley lui faire sa demander particulière, que le concierge sembla ravi de pouvoir remplir. Il tourna rapidement et les laissa là où ils étaient avec l’ordre de ne pas bouger, qu’il serait rapidement de retour avec la dénommée Sharon Parker.

Le prénom sembla avoir un impact puissant sur Charley, dont le visage devint livide. Ses yeux s’écarquillèrent et ses lèvres se pincèrent alors qu’il se tournait vers Diana, l’air perdu mais aussi douloureux. Perplexe, elle ouvrit la bouche pour lui demander ce qu’il se passait quand il expliqua lui-même, aussi clairement qu’il le put vu son état actuel.

Sauf que son explication n’avait aucun sens.

« Ta… ? » questionna Diana, elle-même perturbée par cette révélation. Elle n’avait jamais été intimement proche de Charley, mais elle en savait bien assez pour savoir que la mère de ce dernier ne faisait plus partie de ce monde, qu’elle avait succombé aux nombreuses épreuves placées sur son chemin. Oh, elle aurait pu croire à la coïncidence – après tout, combien existait-il de Sharon Parker en ce bas monde ? Mais Klarion avait envoyé Ch’al ici, et ça, c’était loin d’être une coïncidence.

Le visage de Diana se ferma alors qu’elle refermait instinctivement le poing sur le lasso attaché à sa taille.

« Il est possible que Klarion ait décidé de jouer un peu avec toi avant de te donner ce que tu veux, Charley, » lui dit-elle. « Nous avons le Lasso d’Hestia. Qui que ce soit cette femme, elle n’aura d’autres choix que de nous dire quel est son rôle dans cette histoire. »

Elle n’eut malheureusement pas l’occasion d’en dire plus puisque, déjà, les bruits de pas familiers du concierge se rapprochaient, cette fois accompagnés du son reconnaissable des talons contre la pierre qui pavait le sol. Diana se retourna, tendue et sur ses gardes, le regard rivé sur les deux silhouettes qui se rapprochaient.

« La reconnais-tu ? » souffla-t-elle à son partenaire, les doigts flottant toujours près du lasso.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman
Inscription : 27/07/2015
Messages : 309
Situation : Compte en cours d'abandon, conservé pour l'ultime sujet du Shadowpact.
Localisations : Dans les airs.
Shadowpact

MessagePosté le: Lun 20 Nov 2017 - 21:53
Introduits au sein du Musée d'Antiquités de Gateway City, Diana et Charley sont laissés dans un des salons d'attente, une des nombreuses pièces décorées avec soin, avec un canapé, quelques sièges, un bureau et plusieurs magnifiques objets de collection.
Wonder Woman ne peut que s'y sentir à l'aise - car le concierge a eu l'intelligence de les placer dans le musée grec, bien sûr. Et si le nouvel Hawkman n'a rien de la connaissance encyclopédique de Shiera et Carter, ses connaissances et son vécu devraient lui permettre de relever divers éléments, de se replonger dans ce Passé agréable ; mais sa nervosité est trop grande, ses tremblements trop puissants pour qu'il puisse s'en occuper.

En fait, Ch'al est terrorisé, et n'arrive pas à le cacher.

"Bon sang."

Ses ailes en Nth Metal repliées dans son dos, les bras croisés, il ne cesse d'aller-et-venir, faisant littéralement les cent pas - à la limite.
Il ne parvient pas à rester sur place, ou calme ; il est une boule de nerfs, et son activité cardiaque frôle le danger.

"Je doute que Klarion soit derrière ça, W... Diana. Il est moqueur, joueur, manipulateur, trompeur... et piégeur, aussi, mais uniquement pour son intérêt. Or, il a eu ce qu'il voulait - et il respecte les règles."

Surtout quand elles sont à son avantage.

"S'il m'a envoyé ici... c'est que Carter est par ici. Et si Sharon Parker est bien curatrice, ce... bon sang."

Charley se tourne vers la jeune femme, et elle découvre, dans le bas de son visage, toute sa détresse, sa douleur.

"Et si... et si c'est e..."

"Ted m'a dit que vous vouliez me voir, Diana, et que vous avez amené un ami, mais c'est plutôt inhab..."

Une voix douce et féminine se fait entendre dans le couloir, et coupe la réplique du nouvel Hawkman - comme le discours de cette voix s'achève, quand sa propriétaire arrive dans la pièce.
Elle est belle. Elle est grande. Elle est musclée. Elle est rousse. Elle a un peu plus que la quarantaine, ce qui correspond à l'âge qu'elle aurait dû avoir... qu'elle devrait avoir.
Elle est belle, oui. Et son regard se fige sur Charley, alors que lui laisse son oeil unique entièrement fixé sur elle.

"C'est... oh. Oh. Oh bon sang."

"C'est... non. Non. Ce n'est pas possible."

Le jeune homme se crispe.
Il s'avance, un peu - puis s'arrête. Et ouvre la bouche, éberlué... tandis qu'elle fait de même, mais recule, marquée par le moment.

"Tu... je te connais. Tu es... non. Non. C'est... c'est toi... ? Ch... Ch'al ?"

"Je... non. Non. Ce n'est pas p... ce n'est pas possible. Ce n'est pas possible."

Sans prévenir, les ailes en Nth Metal se rouvrent en grand - et une expression de rage glisse soudain sur le visage du jeune homme.

"CE N'EST PAS POSSIBLE !!!"

Le nouvel Hawkman bondit dans les airs... et file directement vers la curatrice !

"CE. N'EST. PAS. POSSIBLE !"

Il semble enragé - totalement incapable de se contrôler.
Charley propulse la curatrice contre un mur, et la pousse si fort qu'une marque se forme... et qu'elle glapit, de douleur.
Le jeune homme tourne un visage plein de fureur vers Diana - mais aussi plein de confusion.

"LE LASSO, DIANA ! DONNE-MOI LE LASSO ! IL... IL FAUT QUE TU VOIS ! IL FAUT QUE TU VOIS VRAIMENT !
IL FAUT QUE TU VOIS CE QU'ELLE EST VRAIMENT !!!"


Ch'al semble fou - absolument fou.
Alors que le concierge approche et, atterré, se prépare à intervenir, Wonder Woman est maintenant face à un choix... atroce et brutal.
Libérer une femme qu'elle connaît et côtoie depuis des années des mains d'un dément absolu - ou faire confiance à quelqu'un qui a menti, manipulé, tenté de la tuer et a récemment cédé à la Rage des Red Lanterns.

À qui faire confiance ?
À qui donner sa chance ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4149-le-retour-de-golden-eagle
Inscription : 25/09/2017
Messages : 180
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Mar 21 Nov 2017 - 0:01
Rise of the Hawk, Fall of the Eagleft. Ch'al Andar

Diana aurait dû se douter que la situation ne serait pas aussi simple que ce qu’elle avait d’abord laissé paraître. La nervosité de Charley était contagieuse, et elle se répandait à vitesse grand V dans la petite salle d’attente qu’il parcourait avec de grandes enjambées. Il pouvait dire tout ce qu’il voulait, elle restait persuadée que Klarion, même s’il n’avait pas orchestré cette rencontre en particulier, s’était délecté d’apprendre l’identité de la curatrice. Elle voulait croire à un hasard, mais tout en elle rejetait avec véhémence l’idée même. Elle ne croyait pas aux coïncidences, plus maintenant, et elle ne croyait pas non plus aux coups de chance. La femme dont elle gardait un souvenir agréable et chaleureux était plus que ce qu’elle n’y paraissait.

Et ça n’arrangeait pas leur situation, pas vraiment.

« Qui qu’elle soit, Charley, nous trouverons le fin de mot de cette histoire, » répéta-t-elle, avant de tendre le bras pour poser la main sur le biceps du jeune homme, sensible à la détresse qui lui tirait les traits. « Respire, » rajouta-t-elle. « Calme-toi. »

Elle ne sut jamais si sa tentative aurait porté ses fruits puisque, à peine sa phrase terminée, une nouvelle voix vint s’ajouter à l’acoustique de la petite pièce décorée façon Grèce Antique. Diana y reconnut immédiatement les intonations et la douceur de la curatrice du musée, et à en voir l’ombre qui passa dans le regard de Charley, elle ne fut pas la seule.

Maintenant qu’elle était face à la vérité, elle devait bien admettre qu’il serait difficile de blâmer quelconque mensonge ou machinerie. Ses doutes étaient ainsi confirmés : Klarion n’avait pas joué avec les prénoms juste dans l’espoir de laisser une nouvelle traînée de chaos derrière. Non, Sharon Parker était la Sharon Parker. Debout si proches l’un de l’autre, il y avait chez la mère et l’enfant une étrange ressemblance, quelque chose qui dépassait l’ordre du physique mais qui n’en était pas pour le moins authentique.

« Sharon, » commença Diana en faisant un premier pas vers la jeune femme, le regard grave et la main tendue devant elle, comme pour tenter d’amortir le choc de ce qu’elle était sur le point de dire, mais une fois de plus, elle fut devancée et complètement écartée de ce qu’il se passait.

Les ailes de Charley la frappèrent dans le flanc alors qu’elles s’ouvraient brusquement et Diana perdit l’équilibre, un court instant. Assez en tout cas pour que Charley ne se jette en avant, furieux et trop confus pour réfléchir proprement, et ne s’en prenne à la curatrice du musée. Ses cris de colère, la douleur furieuse dans son regard persuadèrent Diana de la situation. Elle savait qu’un animal blessé était bien plus dangereux qu’un animal en pleine santé, et à ce moment précis, Charley était profondément blessé. La situation était étrange, presque mystique, certes, mais aucune conclusion ne devait être tirée à la va-vite, pas alors que la vie d’une femme peut-être innocente était en jeu.

« Charley ! » protesta Diana en attrapa vivement ce dernier par une de ses ailes.

Elle le tira de toutes ses forces en arrière avant de libérer Sharon Parker de l’emprise surhumaine de Ch’al. Le temps qu’elle ne virevolte vers ce dernier, elle avait dégainé son épée dont elle pointa le bout vers Charley, en guise de précaution.

« JE brandis le lasso. Tu es sur un territoire amazone, et tu n’as pas le pouvoir de déclencher les hostilités, » le réprimanda-t-elle avant de se tourner vers Sharon et d’attraper son lasso de sa main libre.

« Sharon, » reprit-elle, toujours aussi durement, les sourcils froncés et le regard fermé. « Je vous remercie d’avoir pris le temps de venir me parler. Je suis désolée de devoir vous interroger, mais vous comprendrez bien que la situation l’exige. »

Elle déplia le lasso d’un coup sec et, d’une simple courbe de son poignet, en enroula le bout autour du bras de la curatrice.

« Quant à vous, Ted, » dit Diana en direction du pauvre concierge confus, d’une voix plus douce et bienveillante cette fois-ci. « Il serait plus prudent pour vous de reprendre vos occupations. Je vous promets de vous rendre votre salle en parfait état. »

Elle attendit que le vieil homme ne tourne les talons pour se retourner vers Sharon et Charley. Son regard se posa sur ce dernier et elle jugea qu’il s’était assez calmé pour qu’elle puisse baisser son arme et arrêter de le menacer. Elle ne l’avait pas fait de bon cœur, mais perdre le contrôle de la situation était la dernière chose qui leur fallait. Elle lui adressa un regard d’excuse accompagné d’un léger salut de la tête avant de se tourner vers Sharon, les deux mains désormais fermées sur le lasso. Elle donna un nouveau coup de poignet et l’autre bout du lasso vint se nouer autour du poignet libre de Sharon, lui immobilisant ainsi les deux bras, aussi précautionneusement que possible.

« Le Lasso d’Hestia vous oblige à dire la vérité. Alors dites-nous la vérité. Qui êtes-vous exactement et quels sont vos liens avec Charley Parker, ici présent ? »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman
Inscription : 27/07/2015
Messages : 309
Situation : Compte en cours d'abandon, conservé pour l'ultime sujet du Shadowpact.
Localisations : Dans les airs.
Shadowpact

MessagePosté le: Mar 21 Nov 2017 - 21:24
La situation est tendue - terriblement tendue.
Alors que Ch'al maintient la curatrice contre le mur, ayant provoqué une marque dans la pierre, il affiche un visage crispé et enragé, sous son casque. A quelques mètres, Ted le concierge tente de rassembler son courage pour agir... mais Wonder Woman le prend de vitesse, pour son plus grand soulagement.

La jeune femme, rapide et efficace, sort son épée et menace directement le nouvel Hawkman - qui semble tellement en fureur que rien ne pourrait le ramener à la raison.
Rien... ou presque.
Car, s'il a évidemment des problèmes de colère, s'il a récemment cédé face à la Rage et à un anneau de Red Lantern, s'il semble définitivement pris par une émotion absolue ici... Charley tient à sa nouvelle vie, à ses nouvelles valeurs ; à sa rédemption.

"D... Diana."

Il tremble. Il maintient toujours la curatrice au mur, qui baisse les yeux et gémit.
Mais, lentement, le jeune homme tourne la tête - et fixe son regard, sous son casque, sur l'Amazone.

"C'est... dangereux. Terriblement dangereux. Tu n'as pas idée... tu n'as pas idée de ce que c'est !"

"Hughn... lâ... lâchez-moi... vous me faites mal..."

Les mots de la curatrice ne sont qu'un souffle, un murmure plein de faiblesse et de vulnérabilité ; ils déclenchent une réaction immédiate chez Ch'al.

"TAIS-TOI ! NE DIS RIEN ! SURTOUT, NE LUI DIS RIEN, SERPENT !"

Le nouvel Hawkman lève son poing droit, et semble être sur le point de frapper celle qu'il refixe - mais il se retient.
Il retient son bras. Il retient son coup.
Et pousse un profond soupir.

"Je..."

Il recule, alors que Diana s'approche et entoure les mains de la curatrice avec le Lasso de Vérité. La femme semble blessée, affaiblie - mais il voit clair dans son jeu, et se méfie.

"Je... je suis faible... je devrais me rep..."

"Tais-toi, serpent ! Réponds ! Réponds-lui !"

Si l'attitude du jeune homme semble incompréhensible, Wonder Woman choisit de lui faire confiance, et passe donc son fameux Lasso autour des poignets de la curatrice. Celle-ci semble sur le point de reculer, voir même de s'enfuir - et elle a même une hésitation, par un coup d'oeil vers un coin, rapidement couvert par Ch'al qui fait un pas en sa direction ; elle renonce, alors.

"OK... Okay. On arrête les conn'ries, c'est ça ?"

Elle se redresse. Elle se remet droite. Elle oublie sa douleur.
Et affiche soudain un sourire... arrogant.

"Toi aussi alors, Jax. Faut qu't'arrêtes aussi, faut qu'tu montres tout à la dame..."

La curatrice se tourne alors vers Diana, et celle-ci peut alors découvrir... que le corps de la curatrice change ; se module. Se transforme. Jusqu'à prendre une autre allure, jusqu'à devenir...
... celui d'un homme, ou plutôt d'un humanoïde, dont les mains se transforment en monstruosités qu'il exhibe devant lui.

"J'connais pas d'Charley Parker, et j'm'en moque... j'suis Byth-Rok, Wonder-Nana, et fier d'l'être !"

"La ferme, Byth-Rok. Ne tente pas ta chance, serpent !"

Charley relève son poing - mais Byth-Rok en sourit, et lève même son menton en signe de défi.
Byth-Rok.
Ancien officier de police de Thanagar, parmi les meilleurs. Ancien traître à son ordre, corrompu et violent, dénoncé et emprisonné par le jeune Katar Hol. Ancien détenu en cavale, fuyant sa planète pour un monde plus simple. Ancien criminel s'intégrant sur Terre. Ancien Vilain poursuivi par Hawkman et Hawkwoman, alias Katar & Shayera Hol, policiers de Thanagar établis comme Héros sur Terre après l'avoir attrapé et être tombés amoureux de ce monde.
Et, désormais, prisonnier du Lasso de Vérité - mais bien trop arrogant pour le reconnaître.

"Ouais, ouais... t'as une grande gueule, Jax ! Mais va falloir la fermer !"

"TOI, ferme-la ! Y a pas de Jax ici ! Y a que toi ! Et tu vas me dire où tu gardes Carter, MAINTENANT !"

Charley s'approche, encore, prêt à frapper - mais Byth-Rok ne l'entend pas ainsi.

"OH, calme-toi ! T'as oublié, Jax ? T'as oublié qu'ceux qui prennent l'Krotan voient toujours derrière la métamorphose ? On a chopé c'te drogue sur Thanagar quand les Hol m'ont fait tomber, et on s'est séparés... bon sang, Jax, j'comprends qu'tu veuilles tenir ta couv', mais là, tu déconnes !"

Le criminel se tourne vers Wonder Woman, et affiche un visage sincère... qu'il ne pourrait fausser, car ses mains sont toujours tenues par le Lasso.

"C'mec est pas Charley ou j'sais pas quoi ! C'mec est Jax, un voleur de Thanagar qui avait pris la drogue Krotan, comme moi ! Ça permet d'être métamorphe ! Et il peut l'être ! C'pour ça qu'il s'fait passer pour Hol, bordel !"

"Tu mens... TU MENS !"

Ch'al veut frapper - mais se retient, encore. Pousse un soupir, encore.
Puis enlève son casque, pour tourner son oeil unique vers Diana.

"Il... ment, Diana. Il ment. On n'a pas le temps, mais Byth-Rok fut un ennemi de Katar Hol... l'autre Hawkman, celui qui a succédé à Carter. Et Carter s'était réincarné dans le corps de Hol, à sa mort, fusionnant ces deux âmes. Ce ne peut être une coïncidence."

Un soupir, encore - puis Charley lève sa main gantée, et s'empare d'un bout du Lasso.

"Le Lasso de Vérité a fait apparaître la vraie forme de Byth-Rok... il est trop buté pour parler, tant qu'il n'aura pas ce qu'il veut. Voilà, donc. Voilà ma véritable forme."

Ch'al, qui n'a pas encore expliqué comment il a pu voir sous la métamorphose de la curatrice, tient donc un bout du Lasso - et fixe Byth-Rok, debout et calme, ayant entièrement détourné son attention de Diana.

"Ça te va ? T'es content, bordel ?!"

Charley Parker, dit Ch'al Andar, dit Golden Eagle, attend alors.
Inconscient de ce qu'il se passe - de ce qu'il lui arrive.
Car tandis qu'il fixe Byth-Rok, tandis qu'il patiente... Wonder Woman découvre que sa forme change ; que son corps se module. Que son allure se transforme...
... pour devenir, entièrement, celle d'un autre.
Celle d'un homme avec deux yeux. Celle d'un homme brun. Celle d'un homme grand, fort, au torse poilu. Celle d'un homme que Diana connaît - celle d'un homme qu'elle croyait mort.

"Alors ? Tu vas parler ?!"

Sa voix diffère, car ce n'est pas celle de Charley.
Mais c'est celle d'un autre - de cet autre. Qui se tient désormais là où était Ch'al - qui est apparu à sa place, comme Byth-Rok est apparu à la place de la curatrice.
Et qui est... Carter Hall. Le véritable Hawkman. L'homme qu'ils recherchent... et qui semble avoir été parmi eux depuis le début !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4149-le-retour-de-golden-eagle
Inscription : 25/09/2017
Messages : 180
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Mar 21 Nov 2017 - 23:26
Rise of the Hawk, Fall of the Eagleft. Ch'al Andar

Diana regarda la curatrice, cette jeune femme avec qui elle avait partagé bien des conversations passionnées sur la Grèce Antique, se changer devant ses yeux avec une expression de dégoût qu’elle ne chercha même pas à camoufler. Quand elle vit les mains de l’homme qui se tenait maintenant face à elle, et qui n’avait honnêtement pas grand-chose à voir avec de vraies mains, elle resserra instinctivement le lasso de vérité, ses doigts serrés autour de la relique. Si elle n’en était pas encore au regret d’avoir laissé Ch’al entrer dans Gateway City (après tout, si cela lui permettait d’arrêter ce Byth-Rok, ce serait déjà une victoire), elle avait largement dépassé ce stade en ce qui concernait son choix de ne pas entraîner tout un bataillon d’amazones à sa suite. La présente d’Eurybé aurait été des plus agréables à cet instant précis, juste au cas où. Oh non, elle ne craignait pas d’être vaincue par l’imbécile qui jacassait sous l’emprise du lasso, elle craignait plutôt qu’il ne blesse quelqu’un avant qu’elle ne l’arrête une bonne fois pour toute.

Elle serra les dents quand l’extra-terrestre l’appela Wonder-Nana et resserra encore plus sa prise sur le lasso, pressant ainsi les deux choses monstrueuses qui pendaient des poignets de l’intrus l’une contre l’autre avec force.

« Arrête de jacasser, » grogna-t-elle.

Mais Byth-Rok n’arrêta pas. Au contraire. Il se tourna vers elle, posa des yeux de cette même sincérité profonde que seul le lasso pouvait créer sur elle et il rouvrit la bouche. Seulement ce qui en sortit, et qui ne pouvait en aucun cas être dénaturé par le mensonge ou l’omission surprit Diana au plus haut point. Elle connaissait le pouvoir du lasso presque intimement maintenant, et ce Byth-Rok avait peut-être conservé son parler peu savoureux, il n’en était pas pour autant moins sous l’emprise du cadeau d’Hestia. Or, il semblait convaincu que Charley n’était pas… Charley.

Diana tourna la tête vers ce dernier, les mains toujours fermées autour du lasso.

« Charley ? » interrogea-t-elle,

Le principal intéressé se tourna vers elle, sa colère faisant place, de nouveau, à une immense lassitude. Elle le regarda retirer son casque, elle-même tendue malgré elle, prête à s’emparer de son arme. Elle avait eu assez de surprise désagréable pour la journée, et le soleil n’était même pas encore à son zénith. Quelque chose lui intimait cependant de ne pas tirer de conclusions hâtives, et même si elle avait toutes les raisons du monde pour ne pas faire confiance à Charley, elle le fit malgré elle. Elle le regarda prendre un bout du lasso et le tenir fermement en main pour répondre à la provocation directe de leurs trouvailles de la matinée.

Sauf que, la surprise ne s’arrêta pas là. Diana regarda, les yeux écarquillés, le regard plein de défi et de colère de Ch’al s’étirer, se brouiller, alors que son visage se changeait, petit à petit, pour prendre une forme qu’elle connaissait parfaitement bien. Le moindre détail collait, de la carrure aux ridules d’expression dans le coin des yeux. Et pourtant, l’homme qui n’était plus Charley conservait le regard agacé de ce dernier, comme s’il… comme s’il ne savait pas.

« Charley, » souffla-t-elle, avant de jeter un regard vers Byth-Roc, d’assurer sa prise sur les mains de ce dernier puis de pivoter pour faire un peu plus face à Charley, ou à…. Carter.

Le lasso sécurisé dans son poing fermé, elle leva l’autre main et enroula le bout que tenait Charley autour du poignet de ce dernier, sans le quitter du regard. Quelque chose lui disait qu’elle n’était pas au bout de ses surprises, et qu’elle n’aurait pas les réponses qu’elle pensait. Ou alors, elle aurait exactement les réponses qu’elle pensait. Mais ce n’était pas… C’était…

« Dis-moi qui tu es, » souffla-t-elle avec douceur. « Dis-moi qui tu es réellement et pourquoi ta véritable apparence m’était cachée. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman
Inscription : 27/07/2015
Messages : 309
Situation : Compte en cours d'abandon, conservé pour l'ultime sujet du Shadowpact.
Localisations : Dans les airs.
Shadowpact

MessagePosté le: Mer 22 Nov 2017 - 13:35
Le guerrier ailé qui fait face à Byth-Rok est énervé.
Tenant fermement un bout du Lasso de Vérité, il laisse son regard fixé sur le criminel, tentant de calmer, d’apaiser, de contrôler la fureur qui grandit en lui ; c’est difficile. La situation est sensible, douloureuse et pleine d’inquiétude… car il se sent près de la réponse, près de retrouver Carter, mais les obstacles sont nombreux.
Le premier obstacle est Byth-Rok, cette saloperie qu’il aimerait écraser ; et le second est… Diana.

Wonder Woman, Héroïne et héraut de la Vérité. Wonder Woman, un des modèles les plus puissants et les plus clairs de la Terre. Wonder Woman, qui a accepté de le tolérer dans Gateway City et l’aide, même.
Wonder Woman, qui lui fait confiance… mais l’interroge, maintenant, comme s’il était cette raclure de Byth-Rok.

« Diana… »

Sa voix se brise, quand il pronounce son nom – et laisse ses yeux glisser sur sa main, désormais entourée par le Lasso de Vérité.
Comme Byth-Rok. Comme s’il n’était pas mieux que lui. Comme s’il était encore l’ennemi, le traître, le monstre.
Comme si rien n’avait jamais changé.

« Mais… je… je suis… moi. »

Il est troublé… perturbé.
Autant par la remise en question de Diana, la griffe à l’ego et à la confiance, que par la situation ; il a peur. Il est en quête de réponses, de Carter – d’une rédemption.
Il est prêt à tout pour cela, il est prêt et va sacrifier sa vie… mais a un impératif de temps à respecter ; la fin de la journée. Il doit retrouver Carter d’ici la fin de la journée. Sinon…

« Je suis Ch… Charley. Charley Parker. Je… je viens chercher Carter. »

Avoir entrevu sa mère, ou le spectre de sa mère, l’a touché plus qu’il ne le pensait ; avoir découvert, sans savoir comment et sans réfléchir à ce sujet, que Byth-Rok se cachait sous cette peau l’a perturbé. Il est troublé, définitivement.
Mais il se tient – il se retient. Pour Carter.
Toujours, pour Carter.

« Ma… mon apparence n’est pas cachée, Diana. Je suis moi. Je suis à la recherche de Carter, et… et cette raclure doit nous manipuler ! Il doit nous tromper ! Il d… »

Celui qui parle avec la voix de Carter Hall lève un poing similaire à celui de Carter Hall, prêt à frapper – mais se fige, soudain.
Comme Byth-Rok, qui se préparait à recevoir le coup. Comme Ted, qui espionnait toujours, au loin. Comme toute la pièce.
Comme tout le monde… hormis Diana.

« Je l’ai envoyé à toi pour cela. »

Une voix nasillarde, que la jeune femme connaît désormais, se fait entendre derrière elle.

« Pour le Lasso. Pour la Vérité. Pour qu’il y fasse face. »

En se tournant, elle découvre alors ce qu’elle s’attend à voir – un jeune homme, à la peau bleutée, assis en tailleur sur la vitrine d’une œuvre d’art…
… et qui la fixe, avec un air sombre et très sérieux ; et ce n’est jamais une bonne nouvelle de voir Klarion ainsi.

« Je l’ai croisé en enfer, lors d’une mission du Shadowpact du Phantom Stranger. J’ai immédiatement vu sous l’apparence – j’ai immédiatement détecté la difficulté, de cet homme qui croit être quelqu’un sans l’être. »

Son ton est calme, posé ; sérieux, oui, mais aussi… concerné.

« Il croit être Charley Parker ou Ch’al Andar – qui est en quête de Carter Hall ; mais il est Carter Hall, sans le savoir. »

Klarion déplie lentement ses jambes, et descend de la vitrine. Il s’approche, faisant claquer ses petites chaussures à talons, puis s’arrête devant le guerrier ailé, figé dans son geste pour frapper Byth-Rok.

« J’ai enquêté… remonté le fil du Temps. Et j’ai trouvé – compris. »

Il soupire, puis tourne ses deux yeux sombres vers l’Amazone.

« Tu connais l’histoire… il est né sur Terre, de l’espion Fel Andar qui a lobotomisé la pauvre Sharon Parker, avant de l’abandonner dès qu’il fut découvert ; Sharon Parker mourut, et l’enfant fut laissé à l’orphelinat. Byth-Rok l’a vu, d’ailleurs, le sait, et emprunte depuis l’identité de la morte pour se cacher. Bref.
L’enfant grandit, est récupéré par une mafia locale pour servir de transporteur, misant sur sa jeunesse pour échapper aux poursuites en cas d’emprisonnement ; mais le temps passe, et l’âge aussi. L’adolescent est abandonné, quand l’âge légal de la majorité judiciaire arrive, et il ne peut le supporter – il tente de mourir, mais est sauvé par Hawkman, qui lui offre une reprise brutale mais bienvenue.
Les années passent, dures mais positives ; il devient un Héros, Golden Eagle, qui se retire finalement, mais revient pour les Titans – il meurt, aux yeux de tous. Mais son père l’a récupéré aux portes de la Mort, l’a sauvé, et le bienheureux décide de venger l’honneur paternel, qu’il considère bafoué par Hawkman ; à tort. Mais l’homme se rattache à ce qu’il peut.
La vengeance s’enclenche – puis échoue. Il est renvoyé sur Thanagar, honteux, où son statut bâtard lui offre une vie misérable. Il finit par revenir, pour se venger… mais retourne sur Thanagar, pour le procès de Hawkman ; où, comprenant son attachement pour lui, il se sacrifie pour stopper l’attaque de Hath-Set, l’âme troublée qui poursuit Khufu & Chay-Ara depuis des générations.
Mort, donc. Mort, jusqu’à ressusciter, car affecté par la malédiction – pour revenir, et tenter de vous piéger. Voici l’histoire, donc. Voici l’histoire fausse. »


Klarion se tourne, et pose un regard déterminé et froid sur Diana.

« Ch’al Andar, Charley Parker, qu’importe… n’a pas ressuscité sur Thanagar après y être mort. Il n’a pas été impacté par la malédiction, car elle ne le concerne pas.
C’est Carter Hall, Khufu qui a ressuscité dans un corps si similaire au sien qu’on dirait lui… et c’est lui qui se prend pour Ch’al depuis. »


Il soupire, secoue la tête, puis croise les bras.

« Avant de périr là-bas, Carter Hall a vu Charley mourir… pour lui. Son assistant, son élève, son pupille est mort pour lui|/i] ; un homme comme lui ne peut l’accepter. Un homme comme lui ne peut entrer dans le Grand Sommeil apaisé, après cela.
Cependant, ce passage dans ce Grand Sommeil n’est que temporaire, pour [i]Khufu
… et quand il s’est réincarné, dans un corps presque clone du fait des spécificités du Destin pour lui, cette idée fixe, cette culpabilité, ce besoin irrépressible d’aider, de sauver, de protéger, de ramener Charley ne l’a pas quitté – elle l’a impactée.
A son retour, Carter Hall voulait tellement sauver et ramener Charley… qu’il s’est convaincu qu’il était Charley. »


Le Sorcier passe ses mains dans ses cheveux, et reprend de sa voix lente, professorale – mais dénuée de toute agressivité ou de toute arrogance. Klarion est bon, aujourd’hui.

« Khufu s’est réincarné dans le corps de Jax, un criminel notoire ayant pris du Krotan, une drogue donnant des pouvoirs métamorphes. En prenant ce corps, privé de toute vie car Jax venait de mourir, Khufu a inconsciemment pris l’apparence de Charley… et cela explique quelques spécificités, comme le fait qu’il soit revenu sur Terre avec ses deux yeux, avant quelques mois après de faire apparaître le fameux œil bionique de Ch’al ; sa Réalité fluctue… car la situation n’a rien de normale.
Cela explique tout, en fait. Son incapacité à choisir un camp, tiraillé entre le Bon de Khufu, et le Mauvais présumé de Charley. Son incapacité à nouer des relations. Son incapacité à vraiment mal agir – et la colère, la fureur, la Rage qui découlent de ce duel intérieur inconscient, la Rage qui a appelé les Red Lanterns.
Voilà la situation, Princesse. Et voici pourquoi je te l’ai envoyé. »


Il se retourne, et repose son attention sur le guerrier ailé figé.

« Le Krotan est une drogue étrange, très efficace – mais avec un désavantage. Si l’on ne change pas, si l’on conserve une même apparence trop longtemps… cette apparence demeure acquise, sans possibilité de retour arrière. Et cette durée s’achève ce soir.
Je n’ai pas menti, avant : si rien ne change – si rien n’est fait – Carter Hall disparaît ce soir… pour laisser uniquement place à Charley ; mais Charley disparaît, alors. Il vivra, rongé par la perte de Carter – mais vivant.
Vivant un mensonge. »


Klarion soupire, et reporte son visage vers Diana. Il semble véritablement concerné, touché par la situation.

« J’ai vu… j’ai su tout cela ; mais je ne sais que faire. Je ne sais que choisir.
Charley Parker est sur une voie de rédemption – mais il n’est plus ; il est mort. Carter Hall vit, et est un Héros, bien plus que ne pourrait l’être Ch’al.
Je… n’ai su quoi faire, Princesse. Je ne sais gérer la Vérité aussi crue, aussi extrême, aussi violente. Alors j’ai… joué. J’ai mené. J’ai orienté. Et je te l’ai envoyé. »


Il recroise les bras, et s’avance d’un pas vers elle.

« Héritière d’Athéna, Héroïne de la Liberté… je ne sais que faire. Qui choisir. Qui sauver. Qui condamner.
Aide… moi. Aide-le. Aide-les. »


Klarion semble sincèrement peiné – par la situation, horrible, mais aussi la situation, abominable, dans laquelle il met Diana ; il n’a cependant pas le choix.
Il ment, manipule, trompe et triche… et la situation demande ici une honnêteté, une sincérité, un courage qu’il n’aura jamais. Envoyer Ch’al/Carter à Wonder Woman, vu son aura, son expérience, sa bonté est légitime et logique ; mais cela demeure un cadeau horrible, empoisonné. Dont les conséquences risquent de la hanter encore longtemps…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4149-le-retour-de-golden-eagle
Inscription : 25/09/2017
Messages : 180
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Lun 4 Déc 2017 - 0:24
Rise of the Hawk, Fall of the Eagleft. Ch'al Andar

Le temps se figea autour d’elle, mais Diana ne lâcha pas pour autant son emprise sur le Lasso, trop désireuse de garder le peu de contrôle dont elle bénéficiait dans cette situation des plus chaotiques. Son regard coula sur le visage de Carter, si semblable à celui dont elle se rappelait que l’expérience était des plus surréalistes, avant qu’elle ne se demande même ce qu’il se passait. L’alien qui avait pris l’apparence de feu la mère de Ch’al lui aussi été figé, et en tendant l’oreille, elle se rendit rapidement compte que le charme qui avait plongé le petit salon dans un silence de mort avait fait son effet sur le reste de Gateway City. Elle s’humidifia les lèvres et jeta un regard autour d’elle, cherchant désespérément un début d’explication, et elle le trouva, sans s’y attendre, dans la soudaine apparition de Klarion.

Oh, elle aurait dû s’en douter.

« Klarion, » grommela-t-elle. « Qu’est-ce que… »

Il posa sur elle un regard des plus sérieux, mais aussi profond et presque… vieux et sage. Autant d’adjectifs qu’elle n’avait guère l’habitude d’attribuer à l’enfant-démon, et cela suffit à ce qu’elle referme la bouche, intriguée par ce qu’il avait à lui dire. Elle le suivit du regard alors qu’il dépliait ses jambes et se rapprochait d’elle, et quand ses yeux ses posèrent sur Ch’al, elle, ne le lâcha pas du regard. Les signes physiques étaient toujours des plus présents : de la peau pâle aux reflets bleutés jusqu’aux larges cernes et aux yeux d’un noir d’obsidienne. Klarion restait un démon, et la sincérité troublante qu’elle lisait sur son visage tandis qu’il dévoilait ce qui semblait tant le préoccupait ne devait en aucun cas lui faire faire l’impasse sur ce fait – le seul en fait qu’elle pouvait croire aveuglément.

Elle le garda donc à l’œil, peu désireuse de se jeter la tête la première dans ce piège qui prouverait être si habilement tressé. Diana ne pouvait cependant nier qu’il lui offrait une explication des plus concrètes et dont chaque détail rejoignait la scène irréelle dont elle avait été témoin. Ne se tenait-elle pas à quelques centimètres de Carter, qu’elle avait cru mort depuis si longtemps ? Le Lasso avait effacé le visage de Ch’al avec une rapidité qui n’évoquait aucun doute. Les faits étaient là, et ils n’attendaient qu’elle pour se mettre dans l’ordre et dévoiler la vérité, pure et dure.

Elle dénoua doucement ses doigts du Lasso et ferma les yeux un bref instant, afin de ramener le calme dans son esprit. Si ce que Klarion disait était vrai, il n’y avait aucun doute à avoir. Elle servait la justice, la vérité, l’équilibre. Ses choix se devaient d’être raisonnés, posés, et réfléchis. Son choix, en réalité, était déjà fait, car il était le seul que la logique appelait. Mais il impliquait de lourdes conséquences dont elle devrait à jamais payer le prix, et elle refusait de prendre une telle décision basée sur les paroles de Klarion.

Elle rouvrit les yeux et se tourna vers ce dernier, le Lasso toujours en main, bien que détendu.

« Pourquoi ? » questionna-t-elle,#ccccffard perçant. « Pourquoi te soucierais-tu de ce qui pourrait leur arriver ? Pourquoi te donner tout ce mal pour me l’amener – me les amener ? Pourquoi les sauver ? »

Elle jeta un regard vers Ch’al – Carter ? – puis tendit le bras pour dénouer avec douceur le bout du Lasso qui suivait toujours la courbe musclée de son avant-bras. Elle se tourna vers Klarion, le halo du lasso jetant une aura aux nuances dorées sur le sérieux de son visage.

« Tu me parles de vérité, d’une vérité à laquelle tu ne peux faire face, mais c’est la seule chose entre nous qui ait un sens. »

Elle tendit la main, le Lasso dans sa paume. Les doigts de son autre main vinrent se serrer autour de la garde de son épée et ses muscles de bandèrent, réflexe qui suivait la tension qui, soudain, s’empara d’elle et remplit le vide de la pièce autour d’eux.

« Soumets-toi à la vérité, Klarion. Si tu refuses, je saurais que tu me mens. Ce choix que tu me demandes de faire… » Elle marqua une pause. Au fond, elle savait. En quelque sorte. Quelque chose était différent. Ne l’avait-elle pas senti quand Ch’al avait posé pour la première fois son regard sur elle un peu plus tôt ?

« Si tu es aussi sincère que tu le prétends, ce choix que tu me demandes de faire, je ne peux le faire si je ne suis pas sûre de la véracité de tes propos » reprit-elle.

Le cœur lourd, elle tendit un peu plus la main qui tenait le Lasso vers le seigneur du chaos. En tant qu’Amazone, son instruction s’était toujours basée sur les principes de vérité, de justice, de balance. Elle avait prié les Déesses de l’Olympe, s’était réfugiée dans la sécurité de leurs jugements. Elle avait trouvé refuge dans la bonté de leurs préceptes, mais ce n’était que lorsqu’elle avait quitté Themyscira qu’elle s’était rendue compte que ce que l’Olympe lui avait donné avait un prix. La vérité n’était pas toujours brillante de bonté et de justesse. Elle était, d’ailleurs, bien plus souvent sombre et lourde, terrible. Diana avait payé pour cette vérité. Elle avait payé quand elle avait dû voir la nature vraie de Barbara Minerva, désormais Cheetah, elle avait payé quand la vérité des risques qu’elle faisait encourir à Steve Trevor à cause de leur relation s’était imposé à elle. Mais aucun prix ne serait plus élevé que celui qu’elle s’apprêtait à ajouter à la balance.

Les humains disaient parfois que la vérité n’avait pas de prix. Diana, elle, savait à quel point c’était faux. Et aujourd’hui, pour la première fois, elle allait devoir partager l’addition. Quelqu’un d’autre paierait pour son choix, pour la victoire de la vérité.

Les yeux de Diana se posèrent sur le visage familier de Carter. Son cœur se serra dans sa poitrine.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman
Inscription : 27/07/2015
Messages : 309
Situation : Compte en cours d'abandon, conservé pour l'ultime sujet du Shadowpact.
Localisations : Dans les airs.
Shadowpact

MessagePosté le: Mar 5 Déc 2017 - 9:39
Klarion est, par principe, un enfant-démon – une créature essentiellement venue du Chaos, même si Limbo-Town demeure une zone, un monde bien plus complexe que la simple division entre l’Ordre et son concept-frère.
Il évolue depuis bien longtemps au milieu des Hommes… bien plus que tous ceux qui l’ont croisé le pensent, bien plus que sa relative jeunesse peut le faire croire ; derrière cette apparence de gamin dissipé, de petite teigne, il y a en vérité un esprit centenaire, bien plus expérimenté, ayant vécu et mené bien plus d’horreurs qu’on ne l’imagine.

En ce sens, il se doutait… il savait que Wonder Woman ne le croirait pas.
Pas comme ça. Pas aussi facilement. Pas avec sa réputation, et pas avec ses manières habituelles.

« Tu poses beaucoup de question, Princesse. »

Sa voix change.
Elle n’a plus rien de stridente. Elle n’a plus rien de rigolarde. Elle n’a plus rien de moqueuse. Elle n’a rien plus d’enfantine.
Silencieusement, le Witch-Boy se redresse, et lève lentement une main sûre vers le Lasso ; il ne tremble pas. Il est calme, serein – et déterminé.

« Certaines dont les réponses sont évidentes… au moins pour ceux qui t’entourent. Il pourrait être considéré comme chou ou mignon que tu les ignores – personnellement, je trouve cela surprenant, voir grave ; mais d’aucuns diront que cela fait partie de ton charme. »

Calmement, Klarion pose sa main sur le Lasso… et Diana comprend, alors.
Elle fait face à Klarion… au vrai enfant-démon.
Pas le simulacre. Pas le masque qu’il met si régulièrement. Pas le rôle qu’il apprécie tant jouer. Le vrai. Le Sorcier parmi les plus puissants de l’Univers.

« Je te les ai amenés… car je sais qui tu es, même si tu l’ignores au fond. Tu es Wonder Woman, certes ; Diana de Themyscira. Ce sont tes titres, tes attributs… mais tu es tellement, tellement plus.
Même dans le monde des Vilains – même dans l’Underworld magique, même dans les Etoiles, tu es plus ; et tout le monde le sait.
Tu es digne. Tu es droite. Tu es sûre. Tu es juste. Tu es loyale. Tu es vraie. Dans l’enfer qui nous entoure, dans le chaos provoqué par tout un chacun, dans la violence qui nous anime, dans la fureur qui nous emporte tous… tu demeures. Un point de repère. Un phare. Un symbole. »


Il soupire, et secoue la tête – mais tient toujours le Lasso.
Et ne peut, donc, mentir.

« De Vérité, de Justice – d’honnêteté, définitivement. Pour tous, pour Héros et Vilains, il est clair que tu es digne de confiance, et que l’on peut venir te voir pour être aidé… quoi qu’il arrive. »

C’est une déclaration belle et puissante qu’il fait, là.
Mais le visage, sombre et fermé, de Klarion n’amène pas à l’apprécier ; au contraire, ce dernier embraye, toujours aussi sérieux.

« Quant aux raisons qui m’ont poussé à te les amener… je sais que je ne suis guère connu pour cela, mais soyons honnêtes : je suis un manipulateur, je suis fourbe, je suis un menteur ; mais je vis sur Terre. J’y passe souvent, j’y sévis, je m’y amuse, je m’y occupe.
Or, pour continuer… il faut que ce monde perdure, n’est-ce pas ? De ce fait, je suis fondamentalement attaché à la survie de la Terre – et j’ai croisé Charley ou Ch’al en Enfer, tandis qu’il participait au Shadowpact du Phantom Stranger ; il aidait. Il menait une mission impossible.
Il protégeait ce monde, tout simplement, d’une menace qu’il vaut mieux que tu ignores… mais qui a été heureusement repoussée. Ch’al ou Charley participaient donc à sauvegarder quelque chose que j’apprécie… »


Le Witch-Boy secoue encore la tête, puis refixe son regard sombre dans le doux visage de la jeune femme.

« J’ai voulu l’aider – mais j’ai vu, alors, la Réalité. J’ai vu le mensonge. J’ai vu la tromperie. J’ai vu le risque… la perte d’une âme, soit le faux Charley, soit le vrai Carter.
Je… ne savais que faire. J’étais face à un Héros, que j’avais envie d’aider, que j’avais envie de soutenir dans sa quête – mais que je découvrais agonisant, pris par une Malédiction atroce ; je ne savais que faire, Princesse. J’étais perdu.
Alors… »


Il soupire, et raffermit sa prise sur le Lasso, comme pour marquer chacun de ses mots.

« Alors, je suis venu voir le phare connu de tous, par tous. Je suis venu chercher de l’aide, Princesse. »

Il marque un temps, puis reprend d’une voix lente.

« Ton aide. »

Lentement, ses yeux se tournent vers Charley/Carter – et attend.
Il n’a plus besoin de rien dire ; tout a été annoncé, expliqué. A Diana de choisir. A Diana de décider.
A Diana de faire face à ce dilemme abominable… qu’elle seule, par son statut et sa sagesse, peut trancher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4149-le-retour-de-golden-eagle
Inscription : 25/09/2017
Messages : 180
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Mar 5 Déc 2017 - 23:50
Rise of the Hawk, Fall of the Eagleft. Ch'al Andar

Diana dévisagea longuement Klarion, jusqu’à ce que ses iris ne s’imprègnent de la peau aux reflets bleutés du sorcier devant elle. Il parlait avec une sincérité et un sérieux auquel elle n’était pas habituée, mais elle n’avait jamais eu la prétention de décider qui était doué d’honnêteté et qui ne l’était pas. Depuis son arrivée dans le monde des hommes, elle avait vu autant de mensonges que de vérités, et chacun venant de personnes inattendues. Klarion n’était peut-être pas un homme dans le sens propre du terme, mais il faisait partie de ce monde malgré tout. Et, de toute façon, elle l’avait cru la première fois qu’il avait raconté son récit surprenant – sinon, le lasso toujours entre les doigts de la créature du chaos aurait suffit à tuer dans l’œuf le moindre de ses doutes. Oh, elle savait pertinemment pourquoi elle prenait son temps à accepter la vérité telle qu’il la lui présentait : parce que cette fois encore, elle venait avec un prix des plus lourds et une décision que jamais elle ne pourrait oublier.

« Très bien, » souffla-t-elle.

Elle récupéra le bout de son lasso et l’enroula lentement, ses gestes mesurés et familiers. Son regard ne cessait de naviguer entre Klarion et le cordage qu’elle ramassait doucement entre ses doigts.

« Je te remercie d’être venu me chercher et de me mettre à jour sur la situation. »

Sa voix traîna légèrement et elle finit enfin par tourner la tête vers Ch’- Carter, le cœur lourd. Elle avait pleuré sa mort, malédiction ou pas, elle avait souffert de l’imaginer disparu, de penser à la douleur qu’il avait dû ressentir dans ses derniers moments. Ch’al lui avait inspiré compassion et affection également, il y avait bien longtemps de cela, et elle avait vu dans son retour un signe de rédemption, d’espoir. Il n’était pas perdu, il pouvait revenir. Ombre, lumière, le tout mixé à souhait, c’était, encore une fois, le propre de l’humanité. Elle avait devant elle deux vies qui pouvaient se continuer, deux vies qui, toutes deux, avaient une chance de fleurir et de représenter tellement plus. Elle ne pouvait parler de mérite, pas quand elle savait pertinemment que certaines choses restaient à prouver et qu’il était injuste d’en utiliser l’absence pour quelconque justification. Des erreurs, ils en avaient tous fait.

Elle ferma les yeux un bref instant dans l’espoir de faire face au tumulte de pensées dans son esprit. Son choix était déjà fait. Son choix s’était fait de lui-même dès la première seconde où la situation s’était éclaircie pour elle. Maintenant, il fallait l’assumer.

Lorsqu’elle rouvrit les yeux, son regard se posa sur Byth-Rok, dur et distant.

« Occupe-toi de cet idiot, » ordonna-t-elle à Klarion. « Téléporte-le ailleurs. Inutile de rajouter à ce qui est sur le point de se passer. »

Elle prit une profonde inspiration et fit le dernier pas qui la séparait de Carter – puisque c’était bien Carter qui se tenait devant elle. Elle enroula doucement, presque délicatement, le lasso autour de ce dernier puis, une fois sa besogne terminée, glissa sa main dans une poche cachée de sa tenue. Elle en sortie une pièce en or, usée par les ans et aux bordures irrégulières. Elle la posa contre le cœur de Carter et l’y maintint avec sa paume.

« Puisses-tu, Charon, trouver l’âme de Ch’al Andar et la livrer au repos éternel qu’il mérite. Puisses-tu trouver le chemin le plus paisible à travers le Styx grâce à ce paiement. Puisses-tu, Hermes, transmettre ma voix aux juges des Enfers, qu’ils accordent à Ch’al Andar le passage vers les Champs Elysées où paix et bonheur l’attendront enfin. »

Elle ferma les yeux, murmura quelques mots de plus dans sa langue natale, la langue des Dieux, puis releva finalement la tête, solennelle et détachée. Elle glissa la pièce d’or dans la poche de Carter et se tourna vers Klarion.

« C’est Carter, » lui dit-elle. « Tu me l’as dit toi-même. Il se prend pour quelqu’un d’autre, mais c’est lui. Il n’y a aucun choix à faire. Juste la vérité. »

Elle se retourna vers Carter, le regard fermé et les lèvres pincées. Elle serra ses deux mains sur le lasso et prit une profonde inspiration.

« Libère-le, » demanda-t-elle.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman
Inscription : 27/07/2015
Messages : 309
Situation : Compte en cours d'abandon, conservé pour l'ultime sujet du Shadowpact.
Localisations : Dans les airs.
Shadowpact

MessagePosté le: Mer 6 Déc 2017 - 8:09
Klarion reste silencieux, durant la réflexion de Wonder Woman.
Il comprend – et, au fond, une part de lui s’en veut d’imposer cela à la jeune femme. Il a conscience de lui faire porter un poids immense, une charge abominable ; une part de lui le regrette et, même, voudrait prendre ce fardeau, pour le subir lui, et ainsi libérer une Héroïne qui, il le sait, a déjà tant souffert.
Hélas… il ne le peut.

Le Witch-Boy est ce qu’il est – une créature ambivalente, essentiellement liée au Chaos, propre au mensonge, à la manipulation, à la fourberie.
Par principe, il n’est pas taillé, il n’est pas apte à prendre une décision ; par principe, il ne peut que la fuir, s’échapper face à ce poids. Par principe, il a conscience qu’il ferait pis que mieux en choisissant qui doit survivre – et le Héros qui s’est battu des siècles pour le Bien, le Héros perdu qui a décidé de s’amender méritent mieux que cela.

Ils méritent une décision honnête, vraie – juste.
Ils méritent la Vérité et la Justice.
Ils méritent Wonder Woman.

« Byth-Rok ne mérite guère d’assister à… cet événement, en effet. Ni de rester sur Terre. »

Lentement, le regard de l’enfant-démon se tourne vers le métamorphe, toujours figé mais conscient de ce qu’il se passe. Un éclair de terreur glisse dans ses yeux vitreux, alors que Klarion esquisse un sourire d’une cruauté absolue.

« Je suis persuadé que Takron-Galtos dispose d’une météo idéale, en cette période. »

Le petit Vilain profite de quelques secondes de pure stupeur chez le criminel, qui comprend qu’il va atterrir dans la pire prison de l’Univers – avant de claquer des doigts, pour le faire disparaître la seconde suivante.
Enfin. Seuls.

Accompagnement musical:
 

Hélas.
Car, alors que Klarion jouit encore un instant du plaisir d’avoir châtié Byth-Rok, son esprit ne tarde pas à se souvenir de ce qui se joue, ici… de l’événement, terrible, qui va, qui doit avoir lieu.

Sans un mot, il recule quand Diana s’approche du corps encore immobile de Ch’al/Carter.
Il baisse les yeux, en signe de respect, lorsque la jeune femme dépose une pièce et récite la litanie mortuaire de son peuple. Sans s’en rendre compte, les yeux du Witch-Boy s’embuent, se troublent ; un étonnant liquide trouble sa vue, et doit être chassé d’un revers de main. Son nez se bloque, et des reniflements sont nécessaires.
Il ne comprend pas. Il ne veut pas comprendre.
Et chasse, autant que possible, avec la hargne d’un enfant blessé, l’émotion qui s’empare d’un cœur qu’il a toujours cru sec.

A ses côtés, Diana prend finalement une décision… la décision.
Sûrement l’une des pires de son existence ; sûrement l’une des plus absolues, des plus définitives.

Un silence, encore ; une hésitation, la dernière. Et elle choisit. Et elle le dit.
Et elle signe un arrêt de mort… et une renaissance.

« … soit. »

Klarion pose ses yeux sombres sur la silhouette, toujours celle de Carter car le Lasso le touche encore.
Son cœur s’accélère, sa bouche s’assèche – et il s’avance. Il fait quelques pas, s’arrête devant la forme massive, puissante, musclée… et enlève, lentement, le Lasso ; quelques secondes lui suffisent, pour libérer l’homme – qui passe de la silhouette de Carter à celle de Ch’al.
Le Witch-Boy pose une main étonnamment tremblante sur l’épaule de l’homme… et soupire.

« Tu… as eu un destin contraire, Ch’al Andar, Charley Parker. Tu as souffert. Tu as fait souffrir. Tu as été dans l’erreur. Tu t’es fourvoyé. Mais, dans la fin… »

Sa voix se brise, alors qu’il lève sa main libre et joint trois de ses doigts.

« … tu as été un Héros. L’Univers t’en remercie. »

Klarion claque des doigts.
Libère la forme massive – qui s’écroule, soudain, aux pieds de Diana.

« NOOOOOOOOOON !!! »

La silhouette de Ch’al… change. Elle se modifie. Elle se transforme.
Et elle devient, elle redevient… celle de Carter.
Qui abat, avec une force décuplée, ses poings sur le sol, au point de faire craquer le carrelage.

« NON ! NON ! NON ! »

Il frappe. Encore. Et encore.
Il frappe jusqu’à se faire saigner les poings. Il frappe à se briser les phalanges.
Il frappe. Et il pleure.

« NON ! NON ! IL NE FALLAIT PAS ! »

Il tourne ensuite son visage vers Diana – qui découvre alors une expression non pas de colère, mais de pure douleur dans ses yeux.
Ses yeux… ceux de Carter. Définitivement ceux d’un homme qui a passé les âges, les générations, les siècles – et ne se remet jamais vraiment de la perte d’êtres chers. Encore moins aujourd’hui.

« J’ai… j’ai tout entendu… j’ai… non… Charley… non… »

Carter se recroqueville soudain sur lui-même, enfermant son crâne dans ses bras, ses ailes formant une sorte de cocon autour de lui.

« Charley… non… Diana… il… il fallait… non… Charley… »

Carter Hall a tout entendu, oui, durant les explications du Witch-Boy – qui a mystérieusement disparu.
Carter Hall, qui est mort sur Thanagar en voyant son ancien apprenti, son pupille se sacrifier ; qui a tellement voulu le sauver qu’il s’est pris pour lui ; qui découvre, maintenant, ce qu’il s’est passé… et subit une souffrance si abominable qu’elle anéantit la masse de puissance et de détermination qu’il a toujours.

Carter Hall. Hawkman.
Aux ailes et au coeur brisés par la perte d’un fils, dont l’âme pourrait peut-être enfin trouver la paix…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4149-le-retour-de-golden-eagle
Inscription : 25/09/2017
Messages : 180
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Mer 6 Déc 2017 - 20:00
Rise of the Hawk, Fall of the Eagleft. Ch'al Andar

Le premier coup que Carter donna au sol envoya un tas de vibrations qui s’écrasèrent avec violence contre les semelles des chaussures de Diana. Elle en sentit le choc sourd jusque dans ses tibias, et eut l’impression que le léger vrombissement remontait le long de ses os pour finir par venir faire exploser son cœur contre sa cage thoracique. Son souffle se coupa, sa gorge se noua et elle en perdit l’équilibre elle aussi. Ses genoux cognèrent contre le sol alors qu’elle s’écroulait près de Carter. C’était comme si elle ressentait au plus profond d’elle-même chaque coup qu’il dirigeait contre le sol, chaque craquelure qui en résultait, chaque sanglot qui se noyait dans le fond de sa gorge. Il riva sur elle un regard désespéré, un regard déchiré et brisé qui se joignit à la douleur qui enserrait déjà la poitrine de Diana. C’était comme d’être transpercée par un poignard à la lame chauffée à blanc, comme de se voir éventrée et être impossible de détourner le regard ou de fermer les yeux.

Elle s’était attendue à la culpabilité, au chagrin. Elle ne s’était pas attendue à la tempête qui la prit d’assaut, aux rafales qui la firent tanguer, aux vagues de larmes qui inondaient les joues de Carter.

« Carter, » souffla-t-elle. « Je suis désolée… »

Elle attrapa un des poings de son ami de longue date et usa juste assez de sa force pour l’empêcher de s’en prendre de nouveau au sol, qui déjà, était dans un sale état. Elle le regarda écarter son bras et se replier sur lui-même, le corps agité des spasmes de ses sanglots et de sa douleur. Elle venait de lui arracher une des choses les plus profondes qu’il avait pu avoir, un lien et un amour plus fort que nature, et surtout, l’espoir qu’il avait nourri par-delà la mort d’être réuni avec celui qu’il considérait comme son fils, celui qu’il voulait voir s’élever par-dessus ses péchés passés. Elle avait fait tout ça, au nom de la vérité, de l’équilibre, de la justice. Elle l’avait fait en connaissance de cause, parce que c’était le seul et unique choix qui devait être pris. Mais toute cette douleur, cette peine, ce chagrin… Si elle avait pu, elle en aurait porté le poids seule. Oh, comme elle aurait souhaité que ce soit possible…

Elle leva la main et l’approcha, tremblante, des ailes de Carter. Ses doigts en effleurèrent les plumes, délicatement, avec hésitation.

« Carter, » répéta-t-elle, avec toute la douceur, toute la compréhension dont elle était capable. « Son âme est au repos. Il séjourne désormais parmi les plus grands héros de ce monde. Les rivages blancs de l’autre monde continueront de scintiller jusqu’à la fin des temps ; il y aura toujours de la musique là où il voudra en entendre, et ses yeux ne pourront jamais se repaître des merveilles qui lui sont accessibles. »

Elle chassa ses propres larmes, sa propre culpabilité et le poids qui lui serrait le cœur par quelques battements de paupières, sa main désormais bel et bien posées sur les ailes de Carter. Elle se pencha un peu plus vers ce dernier et reprit, dans un chuchotement qu’elle voulait calme et apaisant.

« Il verra les Dieux, entendra leurs chants, et goûtera les fruits sucrés de leurs jardins sacrés. Il ne souffrira d’aucune douleur, aucun regret et les dilemmes qui étaient les siens sur cette Terre seront à jamais oubliés. »

Elle ferma les yeux, l’image des Champs Elysées qu’elle peignait doucement avec ses mots se gravant sur le dos de ses paupières. Elle le voyait presque, marcher parmi les héros des histoires que sa mère lui racontait alors qu’elle était encore enfant. Elle sentait presque les rayons de soleil sur son visage, les odeurs, délicates et irréelles, et la douceur de la brise qui ferait virevolter ses mèches rebelles. Sa culpabilité répondait par soubresaut à cette tentative de réconfort, mais Diana s’accrocha à sa vision aussi fort qu’elle le put, et jamais elle ne cessa de parler, de détailler, de décrire ce qu’elle voyait maintenant si clairement. Sa voix n’était pas plus élevée qu’un murmure, mais ses lèvres étaient si proches des oreilles de Carter qu’il ne pouvait en manquer une miette.

Charley Parker s’était éteint. Mais sa lumière, elle, continuerait de briller, et là était le seul réconfort que Diana pouvait offrir à Carter, pour ce qu’elle avait fait. Cette certitude que, quelque part, il continuait d’être et qu’il était baigné de paix, de bonheur et de chaleur. C’était la seule façon qu’elle avait de lui enlever le plus possible de ce poids qu’elle lui avait imposé. Ce serait son fardeau, aussi longtemps qu’elle respirerait.

Alors elle aussi, elle voulait croire que rien ne pouvait être perdu et que tout, d’une certaine façon, était gardé, protégé. Elle pouvait faire face, avec ça. Elle ferait face à n’importe quoi.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman
Inscription : 27/07/2015
Messages : 309
Situation : Compte en cours d'abandon, conservé pour l'ultime sujet du Shadowpact.
Localisations : Dans les airs.
Shadowpact

MessagePosté le: Mer 6 Déc 2017 - 22:25
Recroquevillé sur lui, les bras crispés sur son crâne, Carter Hall est... vaincu. Brisé.
Rongé par les spasmes, par des tremblements incontrôlables, il semble entièrement perdu - abandonné en lui-même, anéanti par les éléments développés par Klarion... par les événements, qui l'ont mené à découvrir, à se rappeler qu'il existe.
Mais que Charley, lui, est mort.

Pendant de longs moments, de longues minutes, le Prince Khufu demeure silencieux.
Même quand Diana le touche, même quand elle le réconforte, même quand elle énonce et prononce des mots beaux, simples, purs et directs - qui touchent à l'âme, qui pénètrent au coeur, qui ravivent des souvenirs chez l'ancien Pharaon, dont la vision du monde et de la vie est forcément impactée par ses nombreuses existences et croyances.

Pendant de longs moment, de longues minutes, Hawkman demeure silencieux, oui ; de marbre.
Jusqu'à ce que le sort cède.

"Diana."

La Princesse pouvait s'attendre à une voix brisée par l'émotion, rauque ; un sanglot, presque.
Il n'en est rien.
Le ton est sec, brutal - terrible.

"Charley Parker, ou Ch'al Andar est décédé il y a des mois... sur Thanagar. Le monde de son père. Le monde qu'il a voulu servir et épouser. Le monde qui l'a traité comme un bâtard, comme une honte, comme un moins-que-rien.
Il est mort en tentant de me sauver - en tentant de sauver celui officiellement considéré comme un traître, une anomalie."


Ses bras tremblent encore, mais il les retire de son crâne... et plonge un regard d'une noirceur, d'un désespoir absolus.

"Son âme appartient autant aux dieux de Thanagar qu'à ceux de ce monde... et ni ceux d'un monde qui l'a méprisé, ni ceux d'un monde qu'il a voulu asservir n'accepteront sa présence à leur table."

La réplique est terrible, brutale. Il sait que Diana ne sera pas d'accord - mais il se relève, se redresse, actant par ses mouvements secs un refus de réponse.

"Ma femme, l'âme-soeur qui m'est dédiée dans l'existence, est vouée à périr si nous nous aimons - et nous nous aimons dans chaque existence qui nous est imposée, quoi qu'il arrive. Mon ennemi est condamné à se réincarner à chacun de mes retours, pour me traquer et m'anéantir - et réussir, quoi que je fasse. J'ai perdu des milliers d'enfants - mais le dernier, celui dont je me souviens le plus, a vu sa femme perdre la raison, leur enfant devenir le Dieu des Rêves, et lui-même subir mille morts, notamment sous le Heaume de Nabu, un ami qui s'est perdu au fil des siècles.
Et... Charley. Mon élève. Mon pupille. Mon fils. Je l'ai... perdu, il y a des années déjà. Je l'ai perdu, en l'abandonnant, en le délaissant. Je l'ai perdu, et il a voulu se venger - et je l'ai maltraité, car je ne sais agir autrement. Je l'ai maltraité, mutilé et... malgré tout, il s'est sacrifié. Pour moi. Sans réussite, car j'ai finalement péri."


Toujours tremblant, faible, Carter récupère le casque de Golden Eagle, seule relique que Ch'al... qu'il s'était permis, quand il se croyait encore être le jeune homme. Désormais, toute trace d'Andar a disparu - et la métamorphose du criminel Jax, décédé avant d'être l'hôte de son âme, est maintenant complète.
Il est Carter Hall, Khufu ; maintenant et à jamais. Hélas.

"Ce que je touche... je le détruis. Toujours."

Il soupire - et ses mains tremblent encore plus, alors que l'émotion s'abat violemment sur lui.

"Je n'ai... plus rien.
Ni femme. Ni fils. Ni pupille. Ni alliés, car la J.S.A. m'est éloignée, et je ne sais rien de votre Justice League. Je n'ai... plus rien. Plus de proche. Plus de famille. Plus de but."


Un silence de plomb s'écrase dans cette salle du Musée.
Carter, définitivement, est perdu... brisé, véritablement. Il a fallu des dizaines de vies, des centaines d'années, des tonnes d'horreurs pour en arriver là - mais il est brisé.
Les épreuves sont trop fortes. Les douleurs trop absolues. La renonciation trop évid...

"FLASH SPÉCIAL - La situation à St-Roch ne s'améliore pas - Le domaine Red Lantern continue de s'étendre - Notre envoyé spécial nous expl..."


Carter, surpris, se tourne vers l'origine du bruit - et découvre le concierge, toujours tétanisé, qui trifouille ses poches jusqu'à tomber sur son smartphone, qui délivre une alerte-info' incontrôlée.
Hawkman fronce les sourcils, tente de comprendre ce qu'il se passe... avant de pouvoir accéder aux souvenirs de Ch'al... à ses souvenirs, quand il se prenait pour Ch'al.

"Oh."

Alors, il se rappelle.
Alors, il se souvient - de tout. De St-Roch. Des Red Lanterns. De l'anneau. De la Rage, plus la sienne que celle de Charley. De la ville, assiégée et dominée. De sa ville, vaincue, agonisante, en douleur.

"Il... ils..."

Son regard se perd, sur le concierge. Il reste silencieux, figé, perdu pendant quelques instants ; mais cela ne dure pas.
Il soupire. Il se redresse. Il se crispe.
Il soupire, encore ; bien plus agressivement.

"J'ai tout perdu, Diana. Je n'ai plus rien."

Sa voix est sèche, brutale. Il appuie sur un bouton secret du casque, qui se transforme - et devient similaire à celui en forme d'oiseau, qui est le sien, mais aussi celui des policiers de Thanagar.

"Plus rien... sauf la douleur. Sauf la colère. Sauf la Rage."

Carter pose le casque sur son crâne, et se tourne vers Diana ; ses ailes bougent dans son dos, prenant une posture plus guerrière.

"J'ai plusieurs centaines d'années - de vies, de pertes, de douleurs. De guerres. De fureur.
Ils croient prendre St-Roch ? Ils croient l'emporter ? Ils croient connaître, maîtriser et dominer la Rage ?"


Il serre les poings, et sent ses dents se crisper.

"Ils ne savent rien de la Rage.
Il est temps que ces foutus envahisseurs reçoivent une leçon - et je me sens l'âme d'un professeur."


Carter se détourne, et se précipite d'un pas lourd et agressif vers la sortie ; il fuit, définitivement. Il opère une fuite en avant. Il transforme la crise en exutoire, il fige ses douleurs et horreurs sur cette excuse, pour y expulser tous ses sentiments dans une colère absolue.
Mais a-t-il le choix ? Peut-il faire autre chose... et y survivre ?

"Diana."

Il ouvre la porte, et se prépare à partir - avant de se tourner, légèrement.

"Merci."

Sa voix est soudain plus basse, plus faible.

"Pour..."

Il soupire, et secoue la tête.

"... lui."

Le mot n'est prononcé qu'en un mot, qu'un souffle.
Après, Carter sort. Après, Carter ouvre ses ailes. Après, Carter s'élève dans les airs...
... et une silhouette déterminée, brutale, absolue se précipite vers St-Roch.

Hawkman est de retour.
Que les dieux gardent les criminels, les envahisseurs, les monstres... Hawkman est de retour.
Aucun d'entre eux n'est en sécurité ; il le jure, aucun d'entre eux ne s'en sortira !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4149-le-retour-de-golden-eagle
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Rise of the Hawk, Fall of the Eagle [Wonder Woman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Track AMV Naruto]The fall of the black hawk
» Rise : Blood Hunter
» connaissez-vous Eagle Force ?
» Fall of the Hulk - RED HULK
» The rise of the apes de Rupert Wyatt ( nouveau planete des singes)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gateway City-