Le retour du Roi

Inscription : 09/11/2017
Messages : 58
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; The Shade
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
MessagePosté le: Mar 14 Nov 2017 - 11:25

Poseidonis.
La capitale du Royaume d’Atlantis.

Riche d’une Histoire millénaire, cette civilisation est d’une puissance extraordinaire, d’une intelligence merveilleuse, mais a veillé à demeurer cachée de la Surface depuis qu’elle a coulé sous les flots, du fait d’une catastrophe.
Grâce à la technologie couvée par le premier Roi Orin, le peuple jadis béni a survécu, avant de développer la capacité de vivre sous l’eau, après être longtemps resté derrière ce dôme.

Depuis, Atlantis a évolué – changé.
Dans son coin. A l’abri de la Surface, que le Royaume a appris à rejeter, pour sa bestialité initiale, puis à craindre, pour sa folie.
Mais cela a changé.

Depuis deux décennies, un homme a changé les choses… parfois pour le pire, souvent pour le meilleur.
Orin. Fils d’Atlanna, Reine, et supposé fils de Trevis, Roi aussi ; en vérité, fils d’Atlan, sorcier mystique et légendaire, ayant fécondé Atlanna en rêve.

Orin, donc. Roi légitime. Survivant d’une tentative d’assassinat, lâche et faible. Ame errante à la Surface, où il fut même Arthur Curry, quand un Surfacien fier et bon le recueillit pour le cadrer. Héros, même, à la Surface, en tant qu’Aquaman.
Et Roi, oui, surtout. Roi d’Atlantis.
Roi ouvert, Roi généreux, Roi moderne et moderniste ; Roi contesté, souvent, mais Roi rappelé et soutenu, toujours, dans les temps difficiles.
Comme maintenant.

Le Royaume a récemment subi des événements terribles.
Pour aider des Nations de la Surface, le Roi a sollicité l’armée atlante – mais a commis une terrible erreur, tuant des soldats du peuple ami mais aussi du sien. Forcé au retrait, le Roi a laissé son ancien pupille prendre la Régence, et s’est concentré sur une lutte Héroïque à la Surface… avant d’être sauvé, par Atlantis, puis d’être rappelé au Trône, quand la Présidente américaine Waller voulut l’envahir.
La lutte fut terrible, abominable ; des dizaines de vies furent prises, mais des centaines furent sauvées.

Poseidonis s’est repliée sur elle-même, pour se reconstruire.
Le Roi, réinstallé, décida d’assumer ses actes – mais de refuser la rancœur, la haine ; il conclut une paix véritable avec la Surface, quand la Présidente américaine fut légitimement remplacée, et installa une ambassade dans ce pays, menée par ses deux illustres protégés.

Le Roi et le Royaume allaient bien, donc, et s’ouvraient sur ce monde qu’ils avaient longtemps fui.
Mais le Roi répondit à l’appel des Héros… et en paya un prix horrifiant.

Pour stopper une invasion venue des étoiles, le Batman reconstitua la Justice League, et recruta le Roi, qui répondit favorablement. Et lorsque le général ennemi s’avança, le Roi prit ses responsabilités pour le combattre – mais il échoua. Et fut puni pour cela.
Jadis, le Roi avait perdu une main, remplacée par un dispositif magique ; là, le général ennemi coupa entièrement l’avant-bras du Roi, depuis le coude, et l’abandonna, comme un vulgaire mouchoir usagé.

Ses alliés sauvèrent le monde, certes.
Mais le Roi fut vaincu – humilié. Anéanti. Brisé.

Ramené en Atlantis par ses camarades, il s’échappa de sa chambre pour aller à Mercy Reef, là où il aurait dû mourir, enfant… car il voulait corriger cette erreur initiale ; car, dans sa détresse terrible, il envisageait le pire.
Mais il n’en fit rien.
Il n’en fit rien, car il vit des pollueurs s’en prendre à la Mer… à son Royaume ; et il ne le supporta pas.

Le Roi est revenu, depuis cet événement. Depuis hier.
Et si tout Poseidonis bruisse de rumeurs, de bruits de couloir… tout cela va bientôt s’achever – car le Roi a organisé une allocution publique.
Elle doit commencer dans dix minutes. Et une tension terrible s’empare de tout le Royaume, alors que tout un chacun s’interroge sur la prochaine décision de leur monarque… ainsi que sur sa position, en soi.

Sera-t-il Arthur Curry, dit Aquaman ? Ou Orin, le Roi ?
Ou une fusion, encore ?
Qui va s’adresser à eux ? Et qui va les diriger ?
Ces idées hantent les Atlantes, impatients d’être enfin fixés…


**
*
**

A l’intérieur du Palais, dans l’un des salons privés à proximités de la Salle du Trône.
Cette dernière est déjà remplie par les conseillers, les invités, les membres du Sénat, et surtout les membres du Haut-Conseil : Koah, l’Aîné de la Loi ; Zeekil Neol, le Haut-Seigneur des Armées ; le Sénéchal Kae ; Carcharodor, Maîtresse de la Flotte ; Jurok Byss, Gardien des Monstres ; Rowa, l’Aînée de la Science ; et quelques autres, encore.
Gardés par Murk, commandant de la Garde Royale, ils patientent en bavardant – et en médisant, comme d’habitude. A quelques mètres, les scientifiques installent les écrans et relais permettant de diffuser l’allocution dans tout le Royaume.

Tous savent que cela ne va pas tarder.
Mais aucun ne connaît le contenu du discours du Roi… gardé jalousement secret, hormis pour ses proches ; et ces derniers sont malheureusement bien peu nombreux, depuis que Tula et Garth gèrent l’ambassade américaine, et que Mera l’a quitté.


« Puis-je vous aider, votre majesté ? »

Seul demeure le fidèle Vulko, dont la loyauté envers le Roi n’a jamais failli – mais qui a bien souvent manipulé et trahi, pour servir son monarque ; s’il est fidèle, oui, et précieux, le Roi sait très bien qu’il faut s’e méfier. Même s’il demeure son dernier allié, pour l’instant.

« Non. »

Une voix rauque et profonde s’échappe des ombres de ce petit salon, faiblement décoré et éclairé.

« Je me débrouille seul… et c’est Arthur, tu le sais bien. »

« Certes… mais vous ne pouvez refuser à un vieil homme son goût pour les bonnes manières et la loyauté. »

« La flagornerie n’a rien d’une bonne manière – et tu n’es pas vieux, Vulko. Tu m’as connu dans les geôles de Poseidonis… tu sais qui je suis. »

« Oui. Mon Roi. »

« Entre autres. »

L’interlocuteur du Conseiller Vulko soupire, avant de s’extirper de l’obscurité, révélant enfin son allure…
… sa nouvelle allure, plutôt. Car il a changé, depuis peu, et entend l’exprimer clairement aujourd’hui.

« Hem… êtes-vous sûr d’être… prêt ? »

« Non. »

Un regard sombre glisse sur Vulko.
Dix jours. Cela fait dix jours, que Steppenwolf et les Parademons ont attaqué la Terre – et qu’il a failli. Qu’il a échoué. Qu’il s’est écroulé.
Dix jours – à peine. Il a pourtant l’impression qu’une éternité le sépare de l’homme qui se préparait à réintégrer la Justice League… et en un sens, c’est vrai.

Cet homme… a disparu.
Arthur Curry a disparu. Aquaman a disparu.
Seul demeure… Orin. Le Roi.


« Mais je vais quand même le faire. »

« Je… vois. Peut-être pourrions-nous revoir votre discours, et quelques dét… »

Vulko ne peut finir sa phrase – car une porte du petit salon vient de s’ouvrir.
Orin se tourne, surpris que quelqu’un vienne les déranger… et ouvre la bouche, de stupéfaction, en découvrant l’identité de cette personne.


« Je… ne m’attendais pas à te voir ici. »

Et il hésite s’il s’agit d’une bonne ou d’une mauvaise surprise, quelques minutes avant sa grande allocution.
En tout cas, l’effet est terrible, et le stupéfait totalement ; si c’était voulu, c’est réussi…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/10/2017
Messages : 28
DC : Catwoman
Localisations : Atlantis
Justice League

MessagePosté le: Mar 14 Nov 2017 - 14:06
Le retour du Roi
feat. Orion / The Aquaman

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas... Chaque jour est un nouveau pas de fait sur la voie de la guérison. Je ne suis pas malade, du moins pas physiquement... Je ne laisse rien paraître, je me dois de rester digne, pour Atlantis, pour mon peuple. Je suis passée par bien des épreuves, je les ai toutes traversées avec plus ou moins de dégâts, je suis une femme forte, mais pourtant il y a tellement de fois où je souhaite disparaître à tout jamais... Assise dans ma chambre, songeuse, j'essaye de ne pas me noyer dans tout les souvenirs qui m'assaillent... Jusqu'à aujourd'hui, tout allait pour ainsi dire bien, mais les choses ont changé avec son retour. Lui qui avait disparu, lui que je pensais mort... Lui qui m'a laissée porter la cité à bout de bras... Lui que j'aime et que je déteste tout autant... Je lâche un long soupir.... Aujourd'hui, je vais encore faire comme si tout allait bien... Aujourd'hui, je vais encore endosser le rôle de Reine à merveille pour que personne ne se doute de quelque chose. Je sais qu'il a besoin d'aide, je sais qu'il a besoin de moi mais tout ça c'est au dessus de mes forces pour le moment... Un jour peut-être mais pas aujourd'hui...

Silencieuse, je m'avance dans les couloirs du Palais. Lorsqu'il est parti j'ai fais en sorte de faire déplacer ma chambre dans une autre aile. Je n'en pouvais plus de sentir sa présence, de le voir à chaque pas que je faisais. La tête haute, le port digne d'une Reine, je salue les gens que je croise. Un sourire de façade sur le visage, toujours pour faire semblant.

Une fois devant la porte du petit salon, là où l'on m'a dit qu'il y serait, je pousse un nouveau soupir pour me donner du courage. Je pousse la porte et j'entre dans la pièce. Il est là, de dos et ne me voit pas de suite. Tant mieux, je peux me préparer. Mon visage se referme instantanément. Je salue Vulko d'un signe de la tête. C'est à ce moment précis qu'Orin se retourne. Mon coeur et mes poings se serrent mais je reste de marbre. Il a l'air surpris, stupéfait de me voir ici, dans cette pièce. J'avais clairement demandé à ce qu'on ne le prévienne pas de ma venue et apparemment, on a très bien suivi mes ordres. Il lui faut quelques secondes avant de reprendre une certaine contenance puis il s'adresse à moi. Il ne s'attendait pas à me voir et d'ailleurs, à cet instant précis, je me demande encore pourquoi j'ai pris la décision de venir. Je laisse quelques secondes s'écouler avant de lui répondre, sur un ton le plus détaché possible.

"Même si nous avons quelques différents, il est de mon devoir de t'épauler... Après tout, je suis encore Reine et ta femme..."

Je veux qu'il comprenne que je ne fais pas ça spécialement pour lui, mais pour notre peuple. Ceux qui ont confiance en nous... Sans un regard pour Orin, je me tourne vers Vulko.

"Tout est prêt ?"

Les bras croisés, je reste immobile, impassible, même si me retrouver dans la même pièce que lui est compliqué. Comment a t'on fait pour en arriver là....
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/11/2017
Messages : 58
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; The Shade
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
MessagePosté le: Mar 14 Nov 2017 - 15:21
Une tension terrible s’empare du petit salon, dès que Mera y pénètre.
Clairement, sa présence n’était pas prévue – clairement, sa présence surprend suffisamment le Roi Orin pour qu’il perde ses moyens. Au moins quelques secondes.


« Je n’ai jamais douté de ta fidélité et de ta loyauté envers tes devoirs et ton peuple. »

Sa réplique est plus fraîche et sèche qu’il ne le voudrait. Il le regrette, immédiatement – mais ne peut revenir en arrière ; comme pour beaucoup trop d’événements, de drames, de blessures entre eux, le Temps va trop vite, et les réparations quasiment impossibles.

« Je… pensais, néanmoins, que tu ne souhaiterais pas t’associer à une forme de… spectacle. »

Par réflexe, le regard bleuté d’Orin glisse du sublime visage de Mera, qui hante encore ses nuits et ses moments vides, pour se poser sur… sa honte.
Son avant-bras gauche, coupé, mutilé, anéanti par Steppenwolf. Jadis, Charybdis avait détruit sa main en la plongeant dans un bain de piranhas ; il l’avait remplacée par un crochet, un harpon, puis une énergie magique donnée par la Dame du Lac. Hélas, le Néo-Dieu a tout ravagé, par un coup de sa double-hache.
Les mages et scientifiques atlantes ont tout tenté pour sauvegarder la main mystique, voire l’étendre à tout l’avant-bras… sans succès. Tout juste ont-ils pu sauvegarder une partie de l’énergie, et l’intégrer à une prothèse métallique, reliée à son centre nerveux.
En se concentrant, actuellement, il peut former des doigts et créer une main… parfois ; par chance. Ce qui est inacceptable, et totalement dégradant pour un Roi – encore plus pour un homme aussi exigeant et perfectionniste que lui.


« Hem… oui, votre majesté, tout est prêt. Le Haut-Conseil a été prévenu, et tout le Royaume va écouter. Cependant, beaucoup ignorent encore ce que le Roi va annoncer, et s’interr… »

« Ils ne m’ont pas vu, depuis la tentative d’invasion de la Présidente américaine et ma réinstallation comme Roi. Ils ne m’ont pas vu, surtout, depuis la reconstruction de Poseidonis, puis mon départ pour la Surface.
Ils… ne savent pas. Ils ne savent pas vraiment. L’allocution du jour a vocation à faire taire les rumeurs, qui indiquent que je ne suis plus qu’un invalide sénile et brisé. »


« Votre peuple ne pense pas cela, votre maj… »

« Les Atlantes pensent exactement cela, Vulko – et ils ont raison. »

La réplique est, encore, sèche.
Il la regrette aussi – mais ne peut toujours pas revenir en arrière.


« J’ai joué au Héros… et j’ai perdu. Et j’ai perdu beaucoup. »

Son regard se fixe, à nouveau, sur sa prothèse – puis retourne vers Vulko, et surtout vers Mera.
Mera… dont la seule présence le trouble ; dont la seule voix fait battre son cœur ; dont la seule odeur active ses sens ; dont la seule aura modifie son rapport au monde.
Mera. Sa femme. Sa Reine. Celle qu’il aime tant… celle qui l’a quitté ; celle qu’il a tant déçu et blessé, en n’étant ni le mari, ni le Roi, ni le Héros qu’elle aurait voulu – qu’elle aurait mérité.


« Herm. »

Honteux, rongé par la culpabilité et la douleur, Orin se détourne, et n’offre plus que son dos à ses deux proches.
Tenant, de sa seule main valide, le Trident de Poséidon, qu’il utilise comme un bâton, une canne, il prend une grande inspiration – et secoue la tête, avant de baisser les yeux.


« Je vais annoncer… mon retrait de la Surface, Mera. Je vais annoncer que je ne remettrai plus pied sur la terre ferme, que je ne traiterai plus avec la Surface, ni avec ses responsables, ni avec ses Héros.
Je renonce à la Justice League. Je renonce à organiser une coexistence entre la Surface et le Royaume, à nouer et alimenter ces relations de paix.
Je laisse à Tula et Garth la diplomatie… et je te laisse, si cela t’intéresse, la défense du monde. »


Orin n’ose pas la regarder – la honte, encore.
La honte d’admettre son échec. La honte d’admettre ses erreurs. La honte d’abandonner.
La honte de laisser à ses proches ses charges…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/10/2017
Messages : 28
DC : Catwoman
Localisations : Atlantis
Justice League

MessagePosté le: Ven 17 Nov 2017 - 13:36
Le retour du Roi
feat. Orion / The Aquaman

L'ambiance est pesante, presque sinistre. Je me sens mal à l'aise mais je fais tout de même l'effort de rester. Ce n'est pas pour Orin que je suis là, c'est uniquement pour le peuple d'Atlantis, nos sujets. Orin parle, je l'écoute, par respect mais je ne relève pas. Seulement quand il m'avoue qu'il ne pensait me voir ici pour me mêler à tout ça, j'hausse un sourcil, surprise, avant de lui répondre, sur le même ton froid et sec qu'auparavant.

"Ne suis-je déjà pas associée à tout ça en étant ta femme ?"

C'est donc tout naturellement que j'ai décidé de venir et de me tenir derrière lui. Je laisse échapper un soupir avant de rajouter quelques mots, sur un ton las.

"Si je ne suis pas là, les gens vont trouver cela bizarre et je pense que ce n'est pas le moment pour qu'ils doutent une nouvelle fois..."

Leur Roi a été beaucoup trop absent, ils avaient l'habitude de ne voir que moi lors de présentations, de rendez-vous officiels. Vulko répond à ma question en me faisant savoir que tout est prêt. J'hoche la tête pour le remercier silencieusement. Je m'approche d'une fenêtre et j'observe un banc de poissons qui passe par là. Lorsque Orin fait savoir à Vulko que les Atlantes pensent de lui que c'est un invalide, un homme brisé... je serre les poings et les dents. Son opinion de lui est tellement ridicule, tellement indigne d'un roi... Je ferme les yeux et je prend une profonde respiration. Je le laisse échanger quelques mots avec Vulko, je reste silencieuse. Ce n'est seulement que lorsque j'entend Orin se racler la gorge que je me tourne pour lui faire face. Nos regards se croisent, mais rien... fut un temps où nous échangions des regards et nous comprenions facilement ce que voulait l'autre... aujourd'hui, il n'y a plus rien de tout ça... je ne vois plus cette lueur dans ses yeux, la lueur que j'aimais tant chez lui lorsque nous nous sommes rencontrés... aujourd'hui Aquaman n'est plus, il n'est plus que l'ombre de lui-même à présent.

D'ailleurs, il ne tarde pas à confirmer mes craintes en nous signifiant à Vulko et moi ce qu'il a l'intention de dire lors de son intervention. Plus il parle, plus j'ai envie de lui crier de s'arrêter. Je fronce les sourcils et une fois qu'il a terminé de parler, je prend la parole à mon tour, furieuse de le voir fuir... une nouvelle fois.

"La fuite ? c'est encore ça que tu as choisi comme solution ? La fuite ?"

Je suis furieuse, ma respiration est rapide. Je pointe un doigt dans sa direction.

"Quand arrêtera tu de te morfondre Orin ! Et tu as l'intention de faire quoi quand nous tous nous occuperons de ton travail ? Te morfondre un peu plus ?"

Je m'approche de lui et j'attrape le bas de son visage pour le forcer à me regarder.

"Je ne te reconnais pas ! La fuite n'a jamais été quelque chose que tu affectionnais avant..." Je finis par le lâcher dans un geste sec et je fais quelques pas en arrière. Les yeux baissés, je rajoute quelques mots. "Tu n'es plus celui que j'ai aimé..."

J'ai envie de pleurer, mais je prend sur moi. Je ferme les yeux quelques secondes, je prend une inspiration et je redresse la tête, mes yeux dans les siens.

"Je le ferai... mais uniquement pour éviter que ce royaume ne devienne la risée de tout le monde."
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/11/2017
Messages : 58
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; The Shade
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
MessagePosté le: Ven 17 Nov 2017 - 14:27
Orin, de dos, ne s’est pas tourné quand Mera l’a apostrophé.
Son visage, rongé par la barbe désormais drue, n’affiche aucune émotion – aucun sentiment. Seul un vide, un néant profond et brutal s’impose dans ses yeux, comme dans son corps ; il est brisé. Et il n’arrive plus à se reconstruire.

Même quand sa femme, sa Reine se jette sur lui, le tourne, force son visage à la regarder… il ne montre rien.
Pas d’expression. Pas de vie.
Rien. Le néant. Le vide. L’absence, définitivement – et notamment de celui qu’il fut, jadis.


« J’ai souhaité fuir, Mera… j’ai souhaité fuir définitivement. Mais je m’en suis empêché, et je suis revenu – pour le peuple, uniquement pour lui. Maintenant, tu me demandes ce que je compte faire quand Tula, Garth et toi ferez mon travail… tu me demandes quand j’arrêterais de me morfondre… au fond, tu me demandes ce que j’ai, pourquoi je suis ainsi… »

Son ton est lent, posé ; froid, surtout.
Comme son visage, comme son allure, tout semble vide, dénué de tout sentiment, de toute fibre humaine ; une telle vision, une telle présence sont perturbantes, et choquantes, encore plus pour ceux qui ont connu Aquaman avant.
Vulko, conscient de la tempête qui couve au sein du couple royal, s’est placé de côté, en retrait ; prêt à aider, si besoin. Prêt à servir. Mais surtout prêt à enregistrer, analyser… et chercher.
Chercher un indice, le moindre élément pour lui permettre de croire, encore, au retour de son Roi.


« … mais ouvre les yeux, Mera. »

La réplique est prononcée… sans rage, sans colère, sans indignation ; sans le moindre ton de fureur, qui aurait jadis été provoquée chez le Roi des Mers, si impétueux.
Au contraire, sa voix n’est qu’un mince filet, un murmure, une complainte presque. Pathétique, définitivement.
Et Vulko, qui entend tout, recule d’un pas ; tentant de réconforter, encore, son cœur qui se serre en découvrant l’agonie psychologique de celui qu’il aime tant.


« Ouvre les yeux, et vois enfin. »

Orin bouscule, légèrement, la jeune femme – et lève son bras gauche. Ou, plutôt, ce qu’il reste de son bras gauche.

« Voilà pourquoi j’abandonne mon rôle de diplomate – parce que les Nations du monde ne sauraient discuter avec un infirme. Voilà pourquoi j’abandonne la Justice League – parce qu’ils ont besoin d’un Héros sûr et entier, pas un handicap à traîner.
Voilà pourquoi j’ai voulu fuir cette vie. »


Vulko relève les yeux… et Orin les baisse.
L’aveu est terrible. Nul ne savait ce que le Roi a fait entre son retour, blessé, à Poseidonis puis l’organisation de l’allocution… il y a eu beaucoup de rumeurs, mais peu de certitudes sur son cheminement ; et la déclaration est brutale.
Orin a voulu prendre sa vie – le fait qu’il a renoncé n’arrange rien.
Il a voulu prendre sa vie ; il en est arrivé là.


« Je… ne suis plus celui que tu as aimé, non. Je ne suis plus… digne, de cela. De… »

Il se détourne, vraiment, et s’avance légèrement vers la porte du petit salon.

« De toi. »

Il le prononce avec un sanglot, difficilement étouffé.

« Je ne suis là… que pour le peuple, Mera. Pour le guider. Pour le diriger. Pour le rassurer. Pour le mener… »

Orin prend une grande inspiration et se redresse – mais semble perclus de douleur, incapable de se tenir ainsi droit sans souffrir ; l’effet est terrible, et les cœurs se serrent en le découvrant ainsi.

« … avant de renoncer à la couronne, quand j’aurais trouvé quelqu’un pour la reprendre. »

« Votre majesté, non, je… »

« Vulko. »

La réplique est sèche, brutale ; elle surprend, vu la teneur de son discours jusque-là.
Pour un instant, le conseiller croit avoir ainsi retrouvé son Roi, son meneur…


« Pas maintenant… »

… mais non.
La suite n’est qu’une complainte, faible et pathétique ; une de plus.


« Cela va commencer, Mera. Veux-tu entrer avec moi… ou après moi ? »

Une entrée commune serait un signe fort ; une entrée décalée serait un aveu de division.
Mais Orin n’a plus la force, ni l’envie de se battre ou d’imposer. Il est brisé. Et il est sur le point d’intensifier encore sa misère, lui-même…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/10/2017
Messages : 28
DC : Catwoman
Localisations : Atlantis
Justice League

MessagePosté le: Lun 20 Nov 2017 - 22:16
Le retour du Roi
feat. Orion / The Aquaman

Abattu, triste et morose, je ne le reconnais pas. Orin, celui que j'ai épousé n'a rien à voir avec l'homme qui se trouve en face de moi. Je suis à la fois en colère et attristée de le voir dans cet état. Je pourrais lui dire que tout va s'arranger, que je vais rester près de lui et l'épauler, j'aimerai lui dire toutes ces choses mais j'en suis incapable. J'en suis à un stade où le voir m'est insupportable... Plus rien ne semble l'animer de l'intérieur, il n'a plus cette hargne, ce courage qui lui allait tellement bien. Le regarde sévère, je n'arrive pas à le regarder droit dans les yeux, je n'arrive même pas à le regarder plus de quelques secondes. Je ne sais pas comment nous en sommes arrivés à ce stade et je ne sais pas si un retour peut être possible pour nous... Pourtant, souvent, nostalgique, il m'arrive de repenser à toutes ces belles choses que nous avons vécues tout les deux. Rien n'aurait pu présager que tout ça disparaisse du jour au lendemain... A quelques centimètres seulement de lui, de l'homme que j'ai aimé, j'hésite entre faire demi tour et quitter la pièce ou rester ici, pour le peuple.

Alors que je suis en pleine hésitation, Orin brise de nouveau le silence et s'adresse directement à moi. L'ambiance change dans la pièce, elle est à présent électrique et je sais, je sens qu'elle annonce une dispute... une de plus à ajouter à la liste bien trop longue... Lorsqu'il me demande d'ouvrir les yeux, qu'il me l'ordonne, je finis par lever les yeux vers lui. Les lèvres pincées, les poings serrés, je plonge mon regard dans le sien. Il me pousse, doucement, mais ça suffit pour attiser un peu plus ma haine. Je ne le quitte plus des yeux alors qu'il me montre son bras. Je laisse échapper un grognement, furieuse avant de m'exprimer à mon tour.

"Au lieu d'en faire une force tu en as fais une faiblesse." Je prend une inspiration. "Cesse de t’apitoyer sur ton sort... Il n'y a pas que toi dans cette pièce qui a subi milles tourments..."

Je me recule et je m'écarte alors que le Roi se dirige vers la porte du petit salon. Vulko est là, dans un coin, à nous observer. Ce n'est pas la première fois qu'il assiste à ce genre de scène mais à chaque fois il semble touché par ce qu'il voit. Orin continue sa plaidoirie, je l'écoute bien que mon visage soit marqué par les traits de la colère. Je le laisse parler, il en a le droit, bien que je ne supporte pas entendre les mots qui sortent de sa bouche. Il ajoute qu'il n'est là que pour le peuple, je ne le montre pas mais cette remarque me touche en plein coeur.

"Si tu es là que pour le peuple, essaye de le faire correctement... tu leur dois bien ça."

Ma voix est sèche, froide et ne tremble pas. Pourtant à l'intérieur, je boue... j'ai envie d'exploser, de m'enfuir loin d'ici et de ne jamais revenir. A cet instant précis, j'ai envie de ne jamais l'avoir rencontré... Alors qu'il annonce attendre juste quelqu'un pour prendre sa place, Vulko essaye de lui faire comprendre que c'est une mauvaise idée mais le roi ne lui laisse pas le temps de continuer.

"Pas maintenant? Une nouvelle fois tu fuis... tu fuis les problèmes. Il va bien falloir que tu arrêtes de fuir pour prendre une décision !"

Ma respiration est rapide, saccadée. J'ai envie de tout envoyer valser mais je me retiens. Je n'ai pas à me donner en spectacle... ce n'est pas la peine d'en rajouter. Il me faut tout de même de longues secondes pour me calmer alors que Orin me demande si je souhaite l'accompagner ou arriver avec lui. Je me dirige vers la porte du salon et en passant, je lui donne un coup, volontairement.

"Je ne te ferai pas le plaisir d'arriver avant moi."

Le peuple a besoin de nous voir ensemble, besoin de voir que je suis à ses côtés même si en réalité, je suis loin de lui... Sans un mot de plus je quitte la pièce.
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/11/2017
Messages : 58
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; The Shade
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
MessagePosté le: Mar 21 Nov 2017 - 19:45
A nouveau, Orin demeure silencieux face aux répliques, aux accusations de Mera.
Il reste stoïque, immobile ; figé, dans sa douleur et son désespoir. Debout face à la porte, dos à sa femme et Reine et à Vulko, il ne daigne pas répondre aux piques lancées par la jeune femme... mais, quand elle le touche, elle le frappe, quelque chose se passe.

Orin se tourne, immédiatement.
Orin utilise la vitesse surhumaine des Atlantes pour tourner son crâne vers elle. Sans s'en rendre compte, son bras droit s'est crispé, ses doigts se sont serrés sur le manche de son trident - et il s'est avancé ; il s'est penché en avant.
Dans une posture... agressive. Dans une attitude... brutale.
Il semble prêt à frapper - prêt à hurler.


"Mera !"

Sa voix rugit ; Vulko, par réflexe, recule - mais sourit.
Le trident tremble peut-être, l'attitude n'est pas assurée... mais les principes sont là ; Orin est énervé. Orin ne supporte pas la pique physique de la Reine. Orin est sur le point de craquer. Orin se réveille. Orin...


"Je ne t..."

Orin est sur le point de se réveiller, oui.

"Laisse-moi parler en premier. Pour les convenances."

Mais il en est encore loin - comme Mera et Vulko peuvent le comprendre, le voir, en découvrant que l'attitude de colère du Roi s'évapore soudain, comme la fureur de son ton ; sa voix a repris des accents faibles, vulnérables, alors qu'il baisse les yeux, exprimant définitivement la douleur et le désespoir qui l'emportent.

"Le... peuple nous attend."

Ses mots ne sont qu'un souffle, qu'un murmure.
Et c'est le regard bas, les épaules voûtées que le Roi pousse la porte - et pénètre dans la Salle du Trône.

Immédiatement, toutes les attentions, tous les regards se tournent vers cette entrée... vers ce couple royal, qui rentre directement dans l'immense salle.
Lentement, Orin s'avance - faisant claquer le pommeau du trident au sol, pour marquer chacun de ses pas, mais aussi pour l'aider à marcher. Il laisse son regard bleuté glisser sur la foule, sur ces visages qu'il connaît... mais qui ne cessent de le fixer, de le dévisager, de chercher quelque chose en lui ; une réponse. Une faille.
Au bout de quelques instants, le Roi s'arrête devant le trône ; il prend une grande inspiration - puis se lance.


"ATLANTIS ! Ton Roi te parle !"

Habituellement, ces mots provoquent un beuglement en réponse, des cris et des hourras ; aujourd'hui, rien.
Orin fixe l'assistance, les conseillers, les élus, les gardes, les invités - puis reprend, avec autant de courage qui lui reste.


"J'ai conscience que des rumeurs courent, sur le Pouvoir et sur moi. Cette allocution a vocation à vous informer, à vous rapporter les événements, à vous prouver q..."

"Il y a beaucoup à prouver, en effet, votre majesté."

Une forme s'échappe de l'assemblée, accompagnée de quelques autres...
... des membres parmi les plus sages et calmes du Haut-Conseil.

"Conseiller Elot... ?"

"Je vous présente nos excuses pour vous interrompre, votre majesté - mais nous intervenons en représentants du Haut-Conseil. En envoyés du Sénat."

"Il est toujours agréable que les élus et conseillers interviennent et s'intéressent, mais là n'est pas le temps p..."

"Je n'ai pas terminé, votre majesté. Nous sommes ici comme représentants... mais aussi comme évaluateurs."

"Evaluateurs ?"

Jadis, Orin aurait immédiatement stoppé cette discussion, et renvoyé les conseillers à leurs places ; jadis, ces derniers auraient tellement eu peur de leur Roi, auraient été tellement impressionnés par eux, qu'ils n'auraient même pas essayé.
Jadis.


"Oui, votre majesté. Nous sommes ici... pour déterminer si vous êtes encore digne d'être Roi.
Si vous avez encore ce qu'il faut pour nous diriger."


Une douleur abominable s'empare des tripes d'Orin, dès qu'il entend ces quelques mots ; il est frappé, en plein coeur, alors qu'il est déjà dans une situation terrible. La fureur et la douleur se mêlent en lui - mais rien ne sort ; rien ne s'échappe.
Tout demeure bloqué, en lui. Tout le hante. Tout le brûle.
Tout le tue, de l'intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/10/2017
Messages : 28
DC : Catwoman
Localisations : Atlantis
Justice League

MessagePosté le: Dim 26 Nov 2017 - 21:41
Le retour du Roi
feat. Orion / The Aquaman

Ma provocation a eu l'effet que je souhaitais. En quelques secondes, je sens Orin qui s'agace, je sens l'énervement monter en lui. Mon petit coup ne lui a pas plus je le sais, je le sens et c'est ce que je veux. En faisant ce geste, je souhaitais le voir réagir, le voir bondir, prêt à réagir... comme il le faisait dans le temps. Alors qu'il crie mon nom, juste au moment où je m'apprête à quitter la pièce avant lui, je m'arrête net. Stoïque, le visage impassible, je ne me retourne pas vers lui, je n'en ai pas envie. Il pale, je l'écoute, je suis intriguée. L'espace de quelques secondes, j'ai l'impression d'avoir retrouvé l'homme que j'ai épousé mais malheureusement, cette impression ne dure pas... Il veut parler en premier, soit, je ne vais pas le contrarier. Après tout, il est encore le Roi ici. Je m'écarte, sans un mot pour lui ni même un regard. Alors qu'il passe près de moi, détourne le visage pour ne pas avoir à croiser son regard une nouvelle fois. J'attend seulement qu'il soit passer pour me lancer à sa suite, aux côtés de Vulko. D'ailleurs, sur le visage de ce dernier j'ai clairement eu l'impression de voir un sourire dessiné le temps de quelques secondes. Pourquoi ? je ne le serai peut-être jamais mais peut-être était il content, tout comme moi, de voir son Roi réagir comme au bon vieux temps.

Nous entrons dans la gueule du loup. Ils sont tous là... tous là à attendre ne serait-ce qu'un regard de la part de celui qui se dit leur Roi mais ce dernier se contente de leur passer à côté, le regard baissé. Je le suis de près et je peux lire sans grande difficulté, une certaine incompréhension. Certains affichent un certain espoir et le fait de savoir qu'ils vont être de nouveau déçus m'attriste au plus haut point. Je souris à qui le veut, je les regarde un à un, je leur montre qu'ils sont tout aussi importants que nous ici. Je sais que certains ne m'aiment pas, certains continuent de se méfier de moi et je les comprend. J'accepte leur attitude envers moi.

Au bout de longues minutes qui me semblent durer des heures, Orin et moi rejoignons nos trônes. Alors qu'il reste debout devant le sien, je m’assois dans le mien. Silencieuse, je sonde les regards des personnes qui nous observent, qui se demandent quelle annonce le Roi va t'il leur faire. Il finit par prendre la parole. Le silence se fait instantanément dans la salle alors que quelques secondes plus tôt, il y avait des murmures à notre passage. Je jette un regard vers Orin, il les fixe, sûrement perplexe face au manque de réactions de la part de son auditoire. Au bout de quelques secondes, il prend de nouveau la parole. Je me redresse dans mon trône et je l'écoute sans, pour autant quitter des yeux les personnes présentes devant nous.

Il s'apprête à se lancer dans un monologue sans fin lorsqu'il est interrompu par un membre du Conseil. Contrairement à lui, je ne suis pas surprise de cette interruption et c'est avec un intérêt important que j'écoute le dialogue qui se met en place entre le conseiller et le Roi. Cette fois, les murmures jaillissent un à un de la foule. A l'évidence, personne ne s'attendait à ce genre d'intervention. Mes doigts tapotent doucement sur les accoudoirs du fauteuil. Alors que le conseiller explique le pourquoi de la présence du Haut Conseil, je finis par me lever et je vais me placer sur la droite d'Orin. Jusque là silencieuse, je prend finalement la parole, le visage tourné vers le Roi. Je sais déjà qu'il ne va pas apprécier ce que je m'apprête à dire mais tant pis.

"Mon Roi, c'est moi qui ai demandé cette évaluation. Nous avons tous besoin de savoir si tu es encore capable de prendre des décisions digne d'un haut dignitaire."

Je soutiens son regard, je ne tremble pas et pour la première fois depuis nos "retrouvailles", je suis calme. Etat d'esprit dans lequel ne se trouve pas Orin, je le sais.

"Nous ne faisons pas une telle chose pour te blesser ou te faire du mal. Nous avons tous besoin d'être rassurés... moi y compris..."

Dans la salle, les murmures sont plus présents, plus bruyants. Des cris d'exclamations viennent ponctuer mes phrases et ajoutent un peu plus de lourdeur à l'atmosphère. Je le fixe des yeux, je plonge mon regard dans le sien pour lui faire comprendre que si il veut régler ses comptes avec moi plus tard, en privé, je serai là. Par contre, alors que ma main va se poser délicatement sur son avant bras, mon regard change du tout au tout... Je lui lance comme un appel, un dernier appel au secours... je le supplie de se reprendre en main, je le supplie de me rendre fière, fière de lui et fière d'être sa femme...

"Si tu dois en vouloir à quelqu'un, c'est à moi et non au Haut-Conseil."

©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/11/2017
Messages : 58
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; The Shade
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
MessagePosté le: Dim 26 Nov 2017 - 22:59
La douleur rôde et règne toujours dans les tripes d'Orin, alors que la vérité se fait jour quand Mera se lève, prend la parole et explique ce qu'il se passe.
À vrai dire, elle explose même littéralement, quand le Roi comprend qui l'a piégé - qui a organisé tout ceci.

Son regard d'azur glisse lentement du Conseiller Elot, aux autres membres du Haut-Conseil, puis directement sur Mera ; celle-ci peut alors découvrir... une flamme, une fureur qui dansent dans ses yeux.
Cela s'efface rapidement, quand son ouïe lui apporte les rumeurs, les bavardages, les murmures insistants qui commencent à critiquer, à poser des questions de plus en plus pressantes.
Lentement, Orin se détourne d'elle - et pose son attention sur la foule ; il la fixe. Il cherche quelque chose, même s'il ne sait pas encore quoi.

Mera.
C'est Mera qui a organisé ça... qui l'a trahi.

À quoi bon, alors. À quoi bon continuer, se demande-t-il.
Même elle l'a trahi. Même elle ne croit plus en lui. Même elle pense qu'il n'est plus apte, et qu'ils ne peuvent plus lui faire confiance. Même elle se détourne de lui.
Alors... à quoi bon, vraiment. À quoi bon défendre et mener un Royaume qui n'a jamais voulu de lui. À quoi bon se battre pour ceux qui l'insultent. À quoi bon s'acharner, face à ceux qui considèrent que le Royaume serait mieux sans lui - et à qui il n'arrive pas à donner tort.

À quoi bon, ne cesse-t-il de se dire. À quoi bon, cela le ronge.
À quoi bon... à quoi bon ? À quoi bon ?! À QUOI BON ?!


"Ces questionnements apparaissent compréhensibles, au regard des récents événements. Je ne saurais en vouloir au Haut-Conseil et au peuple de s'interroger, après mes aventures exotiques à la Surface et leurs conséquences... sur le Royaume et ma personne.
Cependant..."


Sa voix est calme, posée ; froide, à nouveau.
Mais plus de la même froideur - Mera, qui le connaît si bien, peut y lire quelque chose. Oh, c'est faible, c'est discret, presque éteint... mais c'est une braise. Une braise de passion.
Une braise de son homme.


"Cependant, cela ne peut être apprécié que comme une trahison."

La réplique est dure, terrible.
Elle est prononcée avec plus de force, plus de fougue. Son ton demeure loin de ses discours enflammés, de son timbre habituel - mais il se détache, légèrement, de la loque qu'il n'a cessé d'être depuis sa mutilation.


"Par principe, vous devriez, tous, être arrêtés, jugés et condamnés sur le champ pour trahison - et la peine encourue est la mort. Vous devriez tous la subir..."

Son regard froid et dégoûté glisse sur chaque personne qui lui fait face, tourne sur la foule entière et s'arrête sur Mera.

"Absolument tous."

Ses sentiments demeurent perturbés.
Il est touché, blessé, anéanti ; mais une part de lui, une petite part au moins, demeure l'homme qu'il fut jadis. Et ce dernier, même affaibli, même brisé, ne peut supporter cette situation.


"Cependant..."

Il gère les silences, les moments d'attente. La foule, ici et partout, est entièrement suspendue à ses lèvres - mais il ne saurait en profiter. Il joue sa place, mais aussi sa vie, ici.

"Cependant, je ne saurais vous en vouloir de craindre pour le Futur du Royaume, vu mes... échecs, et mes régulières piètres tentatives pour se lier à la Surface."

Orin soupire, et secoue la tête.
Lentement, il s'avance vers le Conseiller Elot - et lève sa main humaine, tenant son Trident, vers lui.


"Je suis Orin Atlan-son... fils de la Reine Atlanna, héritier légitime du Trône d'Atlantis. Seul et unique Roi de notre civilisation.
Je... consens à cette évaluation. Je consens à répondre à vos demandes, et à prouver que je suis encore apte à vous diriger."


Il jette un regard autour de lui - et ignore, abominablement, Mera, dont il comprend l'attitude, même si cette dernière le blesse au plus profond de son coeur.
Orin fixe, finalement, ses yeux sur Elot... et lui offre un regard d'une brutalité que ce dernier n'oubliera jamais.


"Allez-y. Commencez."

Il est blessé, brisé, vaincu - mais pas encore mort.
Et, alors que la foule s'interroge sur la suite, il apparaît soudain possible que le Roi, le Héros qu'ils ont connu puisse ressusciter un jour... même si la route sera terriblement longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/10/2017
Messages : 28
DC : Catwoman
Localisations : Atlantis
Justice League

MessagePosté le: Mar 28 Nov 2017 - 21:52
Le retour du Roi
feat. Orion / The Aquaman

Il est furieux. Je le vois sur son visage et pas besoin d'être sa femme pour voir à quel point il est déçu. J'ai pris cette décision, demandé cette évaluation et je l'assume complètement. Il faut qu'on soit sûr qu'on peut lui faire confiance en tant que Roi, qu'il prenne ses responsabilités, qu'il ne prenne plus la fuite au moindre soucis. Une part de moi comprend la décision que j'ai prise mais l'autre part me dit que je suis peut-être allée trop loin dans ma démarche... Je sais qu'il a besoin de soutien, je sais qu'il a besoin de savoir sur qui compter et il sait que je suis là pour tout ce qui a attrait au Royaume... Seulement voilà, je ne veux pas qu'il attende de moi quelque chose que je ne suis pas encore prête à lui donner. J'ai beau le regarder et me dire qu'il est encore là, que l'homme que j'ai épousé et aimé et là quelque part, je n'arrive pas à voir autre chose que la loque qu'il est devenu. Je l'ai épousé parce que je l'aimais, parce que je voulais l'aider à porter Atlantis au plus haut et voilà que maintenant, je me retrouve obligée de faire tout le travail à sa place... même de prendre sa place dans la Justice League... C'est cruel mais j'ai la sensation, depuis pas mal de temps maintenant, d'être prisonnière... Je n'ai plus le contrôle sur ma vie et c'est quelque chose qui me déstabilise au plus haut point. Depuis la mort de notre fils, j'ai cette sensation étrange de ne plus avoir ma place ici. Alors pourquoi me demande t'il de faire tout ça ? Si seulement je savais... En tout cas, il y a une chose que je sais, le Arthur que j'ai épousé ne se serait pas apitoyer sur son sort après un échec... ou alors, je l'ai mal cerné dés le départ...

Je lâche un soupir et je tourne une nouvelle fois mon visage vers Orin alors qu'il prend la parole pour la première depuis mon annonce. Devant nous, les gens sont dans l'incompréhension. Certains mots, certaines insultes me parviennent, on me traite de manipulatrice mais je n'en ai que faire. Je ferme les yeux quelques secondes, concentrée sur les mots que prononcent le Roi et non sur ceux qu'on dirige à mon encontre. Lorsque Orin parle de trahison, j'ouvre les yeux et je les pose sur lui. Mes poignets se serrent, il est furieux je le conçois mais pourquoi ne voit-il pas que j'essaye de l'aider... Je ne dis rien même lorsqu'il me fait comprendre que Reine ou pas, j'aurais du moi aussi subir les conséquences de mes actes.

Le silence se fait dans la salle alors qu'il s'avance lentement vers le conseiller. Je ne bouge pas d'un millimètre mais je suis prête à bondir, prête à l'empêcher de faire une énorme bêtise... J'ai un léger sursaut, à peine perceptible, lorsque Orin brandit son trident en direction d'Elot. Je serre la mâchoire, seulement au lieu d'agir et de m'approcher, je reste là, immobile. L'espace d'un instant, de quelques petites secondes, je crois apercevoir cet éclair dans le regard d'Aquaman. L'éclair de folie, l'éclair de rage qui l'a toujours habité... Celui là même qu'il avait dans les yeux au moment où il m'a demandé de l'épouser... Il a la rage, il a envie d'avancer, ça se sent à son attitude, ça s'entend à ses mots... mais malheureusement c'est infime espoir s'envole au bout de quelques minutes lorsqu'il finit par se calmer et par accepter la proposition du Conseiller, qui je sais, l'espace d'un instant, a bien cru se prendre un coup.

Perplexe, Elot tourne son visage vers moi et m'adresse un regard comme pour me demander la permission. Je hoche la tête et c'est d'une voix douce mais sèche que je lui intime de poursuivre.

"Votre Roi vous a demandé de commencer noble Conseiller... Alors faites ce qu'il dit."

Intérieurement, je pousse un soupir de soulagement alors que Orin semble accepter ce contrôle. Je tourne le dos et je vais m'installer dans mon trône. Au passage, je peux lire dans le regard de Vulko, une certaine fierté mêlée à un certain espoir. Peut-être que tout comme moi, il a décelé cette flamme qui, même si elle est encore fragile, est encore présente dans l'âme de son Roi... Seul l'avenir pourra nous le dire mais au fond de moi, je garde secret l'espoir de le voir renaître...

©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 01/07/2017
Messages : 208
DC : Kala Avasti
Localisations : Atlantis
MessagePosté le: Mer 29 Nov 2017 - 9:55
Pour ceux qui savent apprécier la situation, nous avons un roi dont les conseillers et sa propre reine doutent de lui et de ses capacités à les gouverner. Le dit roi reste dans un stoïcisme qui le dessert plus qu’autre chose, les conseillers sont nerveux. Enfin sauf le conseiller Elot qui ne manque jamais de faire un mauvais coup à la royauté en place et une autre conseillère.

Mère Cestea, de la tour du veuvage, celle qui est chargée de protéger à jamais Atlantis en mettant au défi par l’intermédiaire d’épreuves les épouses des souverains. Les reines Atlanna et Mera sont passées entre ses mains et toutes deux ont eu son accord avant d’être à la charge d’Atlantis. Son avis pèse lourdement auprès de ses pairs.

- Je me permets un aparté, Mesdames et messieurs, avant que tout jugement et évaluation ne soient faits. Il y a un point que nous devons mettre au grand jour, car nous ne pouvons nous jeter dans une évaluation douloureuse sans prendre en compte la suite. Le peuple d’Atlantis ne mérite pas la précipitation, ni l’angoisse d’être sans souverain légitime. En tant que conseillers il est de notre devoir de prendre en compte chaque paramètre.

Le conseiller Elot grogne, les autres lancent des regards perplexes ne sachant ce que la mère supérieure leur réserve. Heureusement Mère Cestea ne donne pas dans les intrigues comme Vulko il n’y a donc rien à craindre venant d’elle.
N’est-ce pas ?

- Quel est donc ce point à dévoiler Mère Cestea ? Allez-vous nous sortir de votre manche un candidat ?

Certains conseillers laissent échapper un rictus à la pique du Conseiller Koah, auquel la vieille femme ne répond pas. Mais elle fait un geste de la main, d’arrière vers l’avant pour inviter quelqu’un à venir au centre des discussions.

- Pas de ma manche…Une jeune personne c’est présentée à moi, pour vérifier ses capacités à la gouvernance et je dois admettre que ses résultats ont été excellents. Meilleurs que ceux de notre bien aimée reine actuelle. Viens par ici ma fille que tous te voient.

Un soupir se fait entendre tant personne n’ose piper mot après la présentation qui a été faite de ce candidat. Des pas résonnent et laissent apparaitre Tula vêtue d’une écaille dorée du sceptre de sa famille et d’une couronne similaire à celle de son demi-frère Orm. Elle pourrait faire reine ainsi parée pourtant avec son regard fuyant il ne fait aucun doute qu’elle souhaiterai être ailleurs qu’ici.

- Ce n’est pas ce que vous croyez…

Leur adresse-t-elle d’une petite voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4938-tula-seconde-en-ligne-pour-la-couronne
Inscription : 09/11/2017
Messages : 58
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; The Shade
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
MessagePosté le: Mer 29 Nov 2017 - 11:05
La tension, au sein de la Salle du Trône du Palais Royal d’Atlantis.
Le Royaume entier fixe la scène, via d’étranges mais efficaces systèmes de relais, mi-technologiques, mi-magiques. Tout le peuple atlante observe l’avancée de ce qui était initialement une allocution royale, et qui semble devenir une évaluation douloureuse, créatrice d’un malaise grandissant pour tous ceux qui en sont témoin.

Plusieurs frissons parcourent la foule au fil des mots, des réactions ; le Conseiller Elot ne s’attendait sûrement pas à ce que son Roi, connu pour être si prompt aux explosions, aux coups de sang et aux actes irréfléchis, accepte ainsi cette proposition… cette évaluation imposée et dégradante.
A vrai dire, il est fort probable, et cela se confirme par ses réactions perdues, que le Conseiller s’attendait à ce que son Roi refuse – et il avait sûrement déjà prévu un discours indigné, en réaction ; mais non.
Orin les trouble, les perd en acceptant ; et alors qu’il attend, et fixe toujours Elot en défi, daignant à peine écouter Mera quand elle invite le Conseiller à agir, il se rend compte que son acceptation, basée sur son appréciation si faible de lui-même… est un bon coup politique.

Involontaire, totalement – mais un bon coup quand même.
Il en serait presque à se réjouir, à se féliciter intérieurement… quand il se rend compte que cette évaluation avait fuité depuis un temps certain dans le Palais, et surtout que d’autres peuvent faire de tels bons coups.


« Mère Cestea… ? »

La vieille femme, considérée comme une mégère par beaucoup mais détentrice d’un pouvoir politique et moral extraordinaire, s’avance et parle. Par réflexe, Orin baisse son Trident et se met en position semi-défensive ; la Tour du Veuvage n’intervient jamais par hasard, et sa présence ici dénote autant un projet bien préparé par Mera et Elot… mais aussi un impératif puissant pour le Royaume.
En clair, ça ne sent pas bon – et cela se confirme, alors qu’elle développe un argumentaire qui mène logiquement à une présentation… une candidature.
Une autre, que la sienne.


« Hrm. »

Il grogne – puis prend une grande inspiration.
Il sait. Il a compris.
Avant même que la foule ne s’ouvre. Avant même qu’une silhouette n’apparaisse. Avant même que Tula ne s’avance, vêtue des attributs de sa famille et des couleurs d’Orm, le demi-frère d’Orin.

La jeune femme, visiblement au comble du malaise, s’avance et se stoppe, au milieu de la Salle du Trône – au milieu de l’arène.
Orin la fixe, alors. Reviennent dans sa mémoire les souvenirs, nombreux, de leurs aventures communes… de leurs expériences communes, de leurs douleurs communes.
Toujours, il a su pouvoir compter sur elle. Toujours, il a su pouvoir lui faire confiance. Toujours, il a su qu’elle était loyale et fidèle, autant à la Couronne qu’à lui. Toujours, il a su qu’elle était une alliée indéfectible, immortel.
Toujours… jusqu’à aujourd’hui.


« Tula. Demi-sœur d’Orm. Fille adoptive de la Reine Atlanna. Membre de la Famille Royale. Ambassadrice à la Surface. Membre des Titans. Aquagirl. »

Sa voix est froide… inhumaine, presque.
Alors qu’il liste les titres et l’historique de la jeune femme, il laisse son regard azur figé sur elle – et une flamme ardente peut s’y deviner aisément.
La fureur explose, dans son cœur. La fureur absolue. La fureur née de l’indignation, de la trahison, de la déception.

Ceux qui pensaient qu’il n’était plus qu’une loque avaient raison – mais cela a changé. Cela change.
Ils se rendront vite compte que ce n’est pas forcément mieux pour eux.


« Sa légitimité au Trône est réelle, mais indirecte. »

Orin abandonne la jeune femme, et se tourne vers la foule – vers l’assemblée, et notamment Cestea et Elot.

« Selon les règles de succession, le Roi Trevis ne disposait de la Couronne que du fait de son mariage avec la Reine Atlanna, héritière directe de nos premiers monarques. Fils ainé d’Atlanna, je suis l’héritier légitime du Trône ; vient ensuite le second fils d’Atlanna, Orm, actuellement… indisposé. »

Sa voix sonne, tonne comme la foudre.
La foule, par réflexe, se recule sur chacune des chaises ; le Roi parle, en fait. Leur Roi parle.
Leur vrai Roi, commencent à penser certains.


« Tula est demi-sœur d’Orm, par son père. Elle n’a donc aucun lien de sang avec Atlanna – mais a été adoptée par elle.
Tula est, donc, par lien indirect mais légitime, héritière au Trône, en effet. Elle pourrait être Reine, et la Tour du Veuvage semble considérer qu’elle dispose des attributs nécessaires pour cela. »


Il soupire, et laisse un silence s’imposer suite à cela.
La partie est difficile – le jeu pipé, dès le début. Il mène un combat qu’il doit perdre, où toutes les chances sont contre lui ; mais une chance demeure. Faible, infime… mais elle demeure.
Il va mal, toujours. Il se sent, encore, indigne de beaucoup de choses, et sent que sa dépression persévère ; mais il se reprend, au moins maintenant. Poussé dans ses retranchements, humilié, vexé… Orin rue, malgré tout.
Il refuse la défaite. Il refuse l’exil. Il refuse la chute – et il se bat, alors. Et commence à prouver que tout n’est pas mort en lui.


« Cependant, une question demeure, Mère Cestea. »

Orin tourne sur lui-même – douloureusement, car ses cicatrices sont encore fraîches. Son regard glisse sur Tula, dont la trahison est violente car c’est bien elle qui s’est présentée à Cestea, et sur Mera, qui sera blessée par ses prochains mots il le sait… mais qui l’a blessé, lui aussi, par cette évaluation.
Il ne veut pas cela – il ne veut rien de cela ; mais il n’a pas le choix.
La Couronne est sienne. La charge aussi. Nul autre ne doit les porter – nul autre ne doit en souffrir.


« Tula, fille adoptive d’Atlanna, est héritière légitime et a, selon vos mots, des résultats meilleurs que ceux de la Reine Mera. Elle serait donc une Reine pertinente et forte, pour le Royaume.
Soit. Mais une question demeure, oui. »


Ses doigts libres se serrent sur son Trident, sa respiration s’accélère. Il prend son courage, et se lance – conscient de ce qu’il fait, conscient d’où il va ; conscient qu’il n’y a pas d’autre solution, hélas.

« Tula est-elle un choix légitime et validé par la Tour du Veuvage pour régner à ma place… ou à mes côtés ? »

Un frisson et des murmures parcourent soudain la foule.
Orin laisse un silence, puis reprend rapidement.


« Ma faiblesse actuelle est évidente – et je l’admets, je l’accepte. Cependant, si Tula est validée par la Tour du Veuvage, cela implique qu’elle est considérée comme une Reine pertinente… et nous n’avons aucun lien de sang.
Je pourrais la prendre comme épouse. Je pourrais bénéficier de sa légitimité. Je pourrais… »


… vous piéger, retourner votre complot et vous mettre dans un embarras infini, pense-t-il.

« … répudier Mera pour Tula, que vous considérez plus digne. »

C’est une politique de terre brûlée – il en a conscience, et le regrette.
Il n’espère qu’une chose… que Mera comprenne. Qu’elle réfléchisse, au moins un instant. Qu’elle saisisse qu’il n’y a là nulle insulte, nul rejet réel – mais une fuite, une tentative désespérée pour s’en sortir.
Orin est entouré de crabes, et désarmé ; il n’a qu’une chance de réussir, et la saisit. Qu’importe le prix.


**
*
**

Plus loin.
Aux frontières du Royaume, les gardes aussi suivent l’allocution, le test et cette terrible déclaration, qui provoque immédiatement des réactions, tantôt impressionnées, tantôt indignées.
Certains gardes veulent même communiquer avec leurs collègues – mais certains ne répondront pas.

Ils ne répondront pas, car certains gardes se vident désormais de leur sang, tandis que leurs agresseurs s’avancent, discrets, efficaces et violents…

… le fonctionnement désormais bien connu et horrible de leur meute, qui s’enfonce discrètement dans le Royaume !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/10/2017
Messages : 28
DC : Catwoman
Localisations : Atlantis
Justice League

MessagePosté le: Mar 5 Déc 2017 - 13:28
Le retour du Roi
feat. Orion / The Aquaman

La situation prend une tournure à laquelle personne ici présent n'aurait osé penser. La foule qui grogne, qui se questionne sur énormément de choses, semble pousser un nouveau cri lorsque Mère Cestea apparaît et prend la parole. Je me redresse, les poings serrés alors que mon regard ne la quitte pas des yeux. J'ai à la fois un énorme respect et une haine profonde pour cette personne. Elle m'a fait subir tellement chose, elle m'a dit tellement de choses que j'ai fini par me méfier d'elle et de ses décisions. Aujourd'hui encore, elle ne va pas déroger à la règle... Silencieuse, je reste immobile sans quitter la scène des yeux. J'ai hâte de voir ce que cette vieille dame va proposer comme solution à tout les problèmes d'Atlantis... Un souverain légitime ? Ne suis je pas assez légitime pour tenir les rênes jusqu'à ce que leur Roi se remette sur pieds ?

Certaines personnes dans la foule me regardent. Je ne croise pas leurs regards, je reste impassible alors qu'en réalité, je suis furieuse à l'intérieur. Je croise les bras sous ma poitrine et je hausse un sourcil alors que Mère Cestea nous annonce avoir trouvé le candidat idéal pour reprendre le Royaume. Elle fait un geste de la main et la foule s'écarte pour laisser passer une silhouette que je connais très bien. Finalement, j'aurai dû m'en douter... Tula... Celle en qui Orin croit tant, celle en qui il a tellement confiance... Voilà qu'elle est là, maintenant, à vouloir prendre sa place. Je laisse échapper un grognement alors qu'elle apparaît complètement auprès de Mère Cestea. La mâchoire serrée je ne quitte pas la jeune femme des yeux. Cette journée vire au cauchemar et plus les minutes passent plus je me rend compte que je n'ai peut-être plus ma place ici. Après tout, beaucoup ne m'ont jamais apprécié alors pourquoi continuer à vouloir les aider...

Orin prend la parole à son tour. Il expose les faits. Je m'avance pour me placer à ses côtés, à sa droite. Je suis encore loin de m'imaginer l'annonce qu'il va faire dans quelques minutes et qui va me tomber dessus comme une hache tombe sur la gorge d'un condamné à mort. Je suis près de lui, prête à le soutenir, prête à leur montrer que malgré tout, malgré les apparences, je suis et je reste à ses côtés pour lui apporter mon aide. Seulement voilà, il décide de donner une solution qui me blesse au plus profond de mon âme. Me répudier pour épouser Tula, pour l'épouser elle... elle qui après avoir pris mon fils va me prendre mon mari... Elle était là le jour où notre fils a été tué, elle l'avait sous sa garde... Je lui en veux à elle aussi et maintenant, elle ose se présenter ici sous mes yeux, prétextant prétendre au trône... prétextant pouvoir prendre ma place... Je pourrai réagir, je pourrai devenir folle mais je crois que toutes ces histoires, toutes ses trahisons m'ont épuisée... Je suis fatiguée de lutter pour tout, pour ma vie, pour ceux que j'aime... Je baisse les yeux quelques secondes avant de relever la tête, digne.

"Si il doit en être ainsi pour la survie du Royaume, alors soit... Je partirai sans faire d'histoire et je laisserai ma place de Reine..."

Je sais que Orin fait ça pour Atlantis mais je ne peux pas m'empêcher de le détester. De les détester tout les deux... Je fais un pas en arrière et je baisse de nouveau les yeux prête à entendre la décision de la Tour du Veuvage même si je sais qu'elle ne me plaira pas...

©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 01/07/2017
Messages : 208
DC : Kala Avasti
Localisations : Atlantis
MessagePosté le: Jeu 7 Déc 2017 - 14:04
Si le sol pouvait l’engloutir présentement, la rousse en aurait été la plus heureuse car en cet instant il n’y a pas une personne dans poséidonis qui ne pose son regard sur elle. Non pas pour des faits brillants qui pourraient la mettre en valeur ou au moins caresser son égo dans le sens du poil, voire même se gonfler de fierté Garth.

Parce qu’a aucun moment Tula n’avait envisagé une telle situation et pour tout dire mère Cestea était une fourbe de premier ordre. La vieille était venue la voir toute penaude sous ses rides pour lui demander de venir lors de l’allocution du roi, parce qu’au départ elle ne voulait pas y assister, parce que ses relations avec mera sont …au mieux froides et qu’il ne vaut mieux pas provoquer une femme qui a été entrainée depuis l’enfance à l’assassinat. Ce serait là une faute de gout au milieu d’une allocution royale. Mais elle était venue en prétextant que ses résultats seraient une bonne nouvelle à annoncer au couple royal qui le détournerait de ses problèmes voire même pourrait les encourager sur la voie du dialogue.

Le guet-apens de la Mère du Veuvage se referme sur elle.

Pire.

Parce qu’il y a bien pire.

Tout simplement parce que non content d’être proposée comme reine, ce qui n’était pas le but premier, Orin l’accepte presque comme épouse potentielle.

Le comble c’est que sa Reine ne fait rien et accepte.

Elle abandonne encore plus Arthur à ses tourments.

Tula n’est pas du genre à hurler, si elle est enjouée et prompte à donner ses idées quand la situation l’exige elle sait se tenir et expliquer calmement et rationellement son point de vue et ses remarques.
Un héritage sans doute de sa pseudo education auprés du Roi Trevis.

Pourtant alors que les deux protagonistes principaux de cette mascarade semblent s’en accomoder, la rousse hurle.

Dans leurs esprits.

Il va sans dire qu’aussi bien Mera qu’Arthur se trouveront avec une migraine de tous les dieux d’atlantis demain.

*Hors de question ! Je n’épouserais personne et surtout pas Vous mon Roi. Je vous dois la vérité : oui je suis allée voir Cestéa pour vérifier si je pouvais être une reine et oui j’ai eu des résultats excellents. Pour les idéalistes ! Pas pour Poséidonis ! Pour que si un jour Garth se décide à … et s’il devient roi je puisse rester à ses côtés ! Pour aucune autre raison je n’ai passé ses tests !*

Sa bouche reste close mais ses yeux brillent d’une lueur farouche, une détermination qui ne vacille pas.

* Et bon sang vous vous rendez compte de vos agissements à tous les deux ! Vous étiez nos modèles à présent vous agissez comme des étrangers l’un envers l’autre. Depuis quand vous n’avez pas passé une soirée entre vous ? Eu un moment de tendresse ? Un mot gentil envers l’autre ? Un scoop les vieux : Vous n’êtes pas les seuls à avoir perdu un enfant ou un membre et n’avoir plus aucune crédibilité. Des tas de gens ici ou à la surface ont ce genre d’aventure dans leur vie sauf qu’au lieu de se rouler en boule et pleurer sur le monde cruel envers eux ils prennent leur problèmes à bras le corps et tentent de les résoudre même si ça fait mal *

Son corps est aussi rigide qu’une planche, ses poings fermés son message précédent est martelé dans le crâne des destinataires. Mais finalement la rouquine se calme et la fin de son message se fait doux et légèrement mélancolique.

*Vous avez cette chance de vous aimer malgré ce que les océans ont voulu faire de vous. Aidez-vous de l’autre pour vous remettre sur pieds, au lieu de vous admirer l’un l’autre s’enfoncer dans son trou. *
Finalement la princesse d’Atlantis, la batarde , se retourne vers l’une des instigatrices de ce coup médiatique. Elle compte jouer une carte que personne pour l’instant n’a eu ni l’envie ni l’audace de jouer.

« Mère Cestéa, Chers membres du conseil et de l’évaluation, je m’oppose à ma propre candidature. En effet même si nous n’avons pas de lien de sang, la reine Atlanna m’a reconnue comme princesse de ce fait je ne peux épouser son engeance sous peine de contrarier nos dieux antiques. »

La carte de la vengeance divine. Celle-là même qui avait condamné le premier roi d’Atlantis à vivre sous l’eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4938-tula-seconde-en-ligne-pour-la-couronne
Inscription : 09/11/2017
Messages : 58
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; The Shade
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
MessagePosté le: Jeu 7 Déc 2017 - 14:57
Un silence de plomb s’est installé après l’annonce, choquante et provocante, d’Orin.
Lentement, le regard sombre du Roi glisse autour de lui, se pose sur chacun – et perce quiconque ose le défier ; il n’a plus rien à perdre. Il a déjà perdu sa main, son avant-bras, sa dignité, et même lui-même. Maintenant, d’autres veulent lui prendre son Trône… son droit de naissance. Sa malédiction.
Il le refuse – personne d’autre ne subira cette pression. Personne d’autre ne se perdra sur le Trône.

Le silence demeure, donc, tendu à l’extrême, et confirmé encore par la réplique, rapide mais sèche et pleine d’une violence passive, de Mera.
Mera… il lui jette un coup d’œil rapide, et sent son cœur se serrer ; Mera. Sa Reine. Son épouse. Son amour, définitivement.
Malgré tout ce qu’ils ont vécu, malgré tout ce qu’ils ont subi – ses sentiments demeurent forts, puissants, absolus ; il l’aime. Il l’aimera à jamais.
Mais il doute qu’elle puisse, un jour, lui pardonner cet acte horrible, dicté par sa propre faiblesse ; à nouveau, le Destin se joue d’eux.

Alors que tous attendent la suite, alors que les regards convergent désormais vers Cestea, qui demeure imperturbable et immobile après de tels rebondissements ; alors que l’attention se porte aussi et surtout sur Tula, victime innocente et otage des propositions de chacun, la jeune femme décide de répliquer… de reprendre le contrôle.
Ou, au moins, d’essayer.

Ainsi, l’ancienne Aquagirl décide non pas de répondre publiquement, mais embraye sur une communication télépathique, visant directement Mera et Orin.
Ce dernier demeure silencieux durant tout le discours de la jeune femme – évidemment agressif, évidemment brutal, mais avec des accents de vérité à plusieurs moments ; s’il se refusera de l’avouer, par fierté, il est clair que le Roi est sensible à plusieurs éléments, plusieurs arguments de son ancienne élève.

Poussant un profond soupir, il resserre ses doigts autour du Trident… et jette un regard sombre vers Tula, avant de se lancer lui aussi dans cette conversation télépathique à trois.


* Tula, j’ai pleinement conscience de ton souhait de ne pas m’épouser – et moi non plus, je n’en ai aucune envie. Nul ne me croira, mais j’agis ainsi pour Atlantis, pour éviter que Elot ou Cestea ou quiconque prenne la main sur un Trône, qui n’apporte que malheurs et tristesse.
Mera est Reine – non pas par droit ou titre, mais par choix. Mon choix. *


Orin se tourne vers Mera, et acquiesce lentement, gravement.

* Tu es ma Reine, Mera. De ce Royaume. De mon être. De mon cœur. *

La déclaration… est brute, brutale ; elle vient de nulle part, et semble ne répondre à aucune logique, n’est préparée en rien. Elle est brute, oui ; mais elle est sincère.
Orin est, définitivement, perturbé et usé. Il a failli mourir, autant par Steppenwolf que par lui-même ; il n’est plus lui-même, et se contrôle peu. Autant dans le pire, par ses fureurs et décisions impromptues, que dans le meilleur – avec cette révélation, brute, qu’il n’aurait jamais osée dire en temps normal.


* Cependant, Tula, mesure tes paroles : nul n’a le droit ici de juger le couple royal – autant du fait de notre statut, que parce que nul ne pourra jamais comprendre ce que nous avons vécu. Ne nous insulte pas, ne t’insulte pas à croire le contraire ; ou prépare-toi à subir mon véritable courroux. *

Orin sait qu’il n’a rien d’autre à dire.
Alors que Tula réplique, publiquement, à Cestea pour refuser le montage grossier que la vieille femme a réalisé, le Roi a conscience que sa menace est évidente ; mieux vaut ne pas le provoquer, en ce moment. S’il alterne phases terribles et phases de doute, il est clair que la douleur et la fureur qui règnent en lui ne cherchent qu’une voie de sortie, et mieux vaut ne pas en être la cible.


« Il est… décevant qu’une candidate idéale, venue proposer son étude, décide finalement de tourner le dos à une opportunité d’aider le Royaume. Peut-être faut-il y voir une faiblesse passagère… »

Cestea, flottant au-dessus du sol, réplique de sa voix lente, posée, nasillarde.

« … ou la preuve d’une incompétence réelle à régner. Comme Reine d’Atlantis – ou de la Vallée Perdue. »

Un murmure terrible s’empare de la foule, une fois de plus ; la réflexion, la menace sont claires, et Tula ne peut qu’être blessée et terrifiée à l’idée d’être considérée indigne d’épouser Garth.
Ce dernier, d’ailleurs, finit par arriver, visiblement essoufflé – et retenu, encore, par quelques gardes ; il est clair que quelqu’un ne voulait pas qu’il soit présent, mais Tempest est moins facile à gérer que prévu.
Cependant, si le jeune homme est sur le point de se faire entendre, et bruyamment, pour défendre l’honneur de sa bien-aimée…


« Cestea. Il suffit. »

… il n’en aura pas besoin.
Car Orin vient de parler, d’une voix qui ne souffre ni réplique, ni contestation ; l’on dirait presque qu’il est revenu à sa grandeur. Presque.


« Il apparaît clair que la candidate que vous avez souhaitée proposer n’est ni volontaire, ni destinée à ce poste ; j’invite de ce fait la Princesse Tula à se retirer, et à la Tour du Veuvage de faire de même – sauf si elle dispose d’une autre carte à jouer ? Une éventuelle bâtarde d’Orm, ou quelque chose d’autre ? »

Les paroles sont crues, les mots violents ; au point que même Cestea grimace.
Au fond, Orin sait qu’il va trop loin – mais il n’est toujours pas bien, et ne sait plus forcément comment faire au mieux.


« Non ? Soit.
Après cette parenthèse, il apparaît qu’une seule problématique demeure… n’est-ce pas, Conseiller Elot ? »


Le Roi se retourne directement vers le membre du Haut-Conseil, qui était resté silencieux jusque-là – et appréciait, finalement, cet anonymat retrouvé. Elot se reprend, se redresse, et s’avance au milieu de la foule.

« Hem… oui… bien sûr… »

« L’évaluation. L’évaluation si je suis encore apte à diriger. »

Orin s’avance encore.
Il est prêt à agir. Il est prêt à reprendre la main. Il est prêt à lâcher les fauves, aussi dur que cela lui soit. Il est prêt à tenter. Il est prêt à essayer de redevenir lui-même, de redev…


« ALERTE ! »

Un cri terrible, désespéré, stoppe son avancée mais aussi ses pensées.
Immédiatement, il se tourne vers l’une des entrées de la Salle du Trône… et découvre directement un garde, terrifié, qui en oublie entièrement les convenances pour se précipiter vers le cœur du lieu.


« ALERTE ! LE ROYAUME EST ATTAQUE ! LES FRONTIERES SONT ATTAQUEES ! LES TROUPES TOMBENT PAR DIZAINES ! »

Plusieurs soldats tentent de le calmer, mais aussi de l’empêcher de s’avancer plus avant.

« LES TRENCH ! LES TRENCH ATTAQUENT ! LES TRENCH ATTAQUENT ET NOUS ANEANTISSENT ! »

Un frisson parcourt la foule, mais également tous ceux qui observant la situation à distance.
Les Trench… les Trench attaquent.
Orin se crispe, serre les dents – et frissonne, lui aussi. Les Trench. Les monstres qui ont failli le tuer.

Les Trench – une menace terrible, absolue.
Une menace… peut-être trop grande, pour lui. Une menace qu’il n’est peut-être pas capable de gérer, dans son état…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/10/2017
Messages : 28
DC : Catwoman
Localisations : Atlantis
Justice League

MessagePosté le: Sam 16 Déc 2017 - 0:28
Le retour du Roi
feat. Orion / The Aquaman

Oui je suis prête à céder ma couronne pour Atlantis. Je suis prête à laisser ma place pour qu'ils aient une Reine digne de régner, une Reine qu'ils apprécient. Je sais que je ne suis pas appréciée de tous et je le regrette. J'ai, je pense, fais tout ce que j'ai pu pour leur montrer ma dévotion mais j'ai toujours l'impression d'être jugée en permanence. Chose qui ne s'est pas arrangée depuis la mort de l'unique héritier du Royaume... A cet instant précis, je ne peux m'empêcher de penser que les choses auraient sûrement été différentes si notre enfant, notre fils était encore là. Je baisse les yeux vers le sol alors qu'un silence s'est installé dans la salle. Mon annonce quant à elle a l'effet d'une bombe. Près de moi, je sens Orin réagir silencieusement à mes mots. Si il croit que c'est quelque chose de simple pour moi, il se trompe. Ces mots m'ont fait mal... Contrairement à ce qu'il peut penser, même si je le déteste, je tiens encore à lui... Il est encore mon mari et pour ça je lui dois du respect.

C'est Tula qui est la première a briser le silence. Je lève les yeux et je la fixe du regard. Je ne la quitte pas des yeux alors qu'elle fait savoir qu'en aucun cas elle ne veut ma place sur le trône. Elle a l'air sincère pourtant j'ai du mal à la croire. Elle se permet de nous juger tout les deux, de nous dire que tout les deux nous sommes ridicules à nous déchirer de la sorte alors qu'on s'aimait tant. Orin reprend la parole et s'adresse à la jeune femme sous les regards curieux de l'auditoire Je l'observe alors qu'elle écoute son Roi lui parler. Le regard du Roi est sombre et l'espace d'un instant, c'est le Roi que j'aime qui est là et qui s'adresse à tout le monde. Tout comme moi, il ne veut que le bien du royaume et éviter que ce dernier ne tombe entre de mauvaises mains. D'ailleurs, il ne se gène pas de prononcer leurs noms et ça me fait rire intérieurement. Ces gens sont assoiffés de pouvoir et la seule chose qui les intéresse c'est de gouverner en mettant volontairement de côté tout les sujets.

Cependant, je suis rapidement déstabilisée. Orin prononce mon prénom et fait savoir à tout le monde que si je suis Reine, c'est parce qu'il l'a décidé. Je lève les yeux et je tourne le visage vers lui pour me rendre compte qu'il me regarde lui aussi. Son ton est grave alors qu'ils prononcent les mots qui font chavirer mon coeur l'espace d'un instant. Chose rare depuis tellement longtemps, les gens présentes au premier rang peuvent déceler un sourire timide sur mon visage. Je reste muette, je ne sais pas quoi dire. Je me contente seulement de poser ma main sur son avant bras et d'exercer une légère pression pour lui faire comprendre que j'ai entendu ses mots.

De nouveau il s'adresse à Tula en la menaçant ouvertement sur ce qui l'attend si elle se permet de faire d'autres réflexions à notre sujet. Cestea finit par montrer les crocs et se fait remettre à sa place par Orin. Cette vipère n'a pas encore gagné et on ne la laissera pas réduire le Royaume à néant. En tout cas, tant que je serai Reine, je l'empêcherai de prendre les rênes. Elle finit par se retirer, à mon grand soulagement et Orin s'adresse à Elot en lui rappelant qu'il reste le sujet de l'évaluation à traiter. Evaluation que j'ai moi même demandé.

Alors que Orin s'avance vers le conseiller un cri à glacer le sang surgit de la foule. Un garde paniqué hurle que le royaume est attaqué par des Trench. Sans attendre je me tourne vers Orin.

"Allons leur montrer de quoi les Seigneurs d'Atlantis sont capables."

Je tend ma main dans sa direction.

"Ensemble ?"

©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 01/07/2017
Messages : 208
DC : Kala Avasti
Localisations : Atlantis
MessagePosté le: Mer 27 Déc 2017 - 14:14
Etrangement, ou pas considérant le tempérament des atlantes, c’est par la colère que c’est réglé le conflit. La rousse c’est énervée du comportement de leurs deux dirigeants et à laisser parler sa frustration de les voir se comporter ainsi. Alors que sa reine reste silencieuse, son Roi parle.

Enfin il agit en souverain et pose ses sentiments enfin il engage le dialogue avec sa reine. Bien évidemment c’est elle qui se retrouve perdante dans cette sombre mascarade. La tour du veuvage lui retire son appui. Orin se moque de son frère devant elle et la menace presque directement. La veille Garth n’a pas eu droit à un tel traitement alors même qu’il a lui aussi sorti des mots violents à son encontre.

Preuve s’il en était que Tula est et restera un membre à part dans la royauté n’y ayant pas de place véritable a part celle de risquer sa vie et accepter ce que l’on veut bien lui donner à grappiller.
Enfin après tout c’est ce que l’une des épreuves de la tour lui avait révélé, une vision, un fragment de son passé.

Son père, le roi Trevis qui se penchait alors qu’elle n’était qu’un nourrisson et qui lui murmurait comme un vœu solennel.

Tu n’auras rien.

Ton seul privilège sera la boue.

La guerre sera ta seule liberté

Et la douleur ton seul droit

Une fois de plus cela se vérifiait, Tula s’exécute alors que son roi parle que sa colère laisse place à un autre sentiment qu’elle a appris à connaitre et apprivoiser. Garth arrive près d’elle pour la soutenir, ne serait-ce par sa présence et le sentiment s’éloigne un peu.

Sa liberté arrive, bientôt elle affrontera les terribles meutes de Trench, des cannibales qui ne désirent que nourrir leur monstre de mère et prendre les habitations de poseidonis pour y installer leur descendance.

Heureusement qu’ils sont là se surprend t elle à souhaiter car avec eux au moins la solution est aussi rapide que violente et lui fera moins mal. Exorciser ainsi sa violence lui fera le plus grand bien, néanmoins pas sans les formes.

- Quels sont vos ordres mon Roi ?

Ces mots ne sont pas grand-chose, mais ils remettent Orin à la place qui à toujours été la sienne et devant tout le monde. Plus de doute pour personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4938-tula-seconde-en-ligne-pour-la-couronne
Inscription : 09/11/2017
Messages : 58
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; The Shade
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
MessagePosté le: Mer 27 Déc 2017 - 14:56
La panique s'empare de la Salle du Trône, mais aussi de ceux et celles qui observent, au loin, la scène, via des dispositifs de communication scientifique et magique. Les Trench. Les terribles Trench, ces créatures sans conscience, sans âme, mues uniquement par une faim absolue, semblables à des piranhas invincibles et instoppables.
Les Trench.
Les Trench attaquent. Et tout le monde le regarde, en quête d'une solution - d'un ordre. D'un miracle.

Lui.
Tout le monde le regarde, lui.
Le Roi.

Le monarque. Le Héros.
L'exclu, l'outsider, le rejeté, l'exclu... le bâtard, pour certains ; mais le Roi, malgré tout. Le Roi de sang. Le Roi de droit. Le Roi d'honneur et de respect, aussi.
Le Roi qui a gagné son titre et son statut par sa force, sa détermination, son courage - et ses valeurs, qui commencent à germer dans le coeur de beaucoup d'Atlantes.

Le Roi. Ils attendent tous un signe, un ordre, une solution, un miracle de leur Roi.
Mais...
Mais il ne sait pas s'il en est digne. Il ne sait pas s'il le peut, encore. Il ne sait pas... il ne sait plus.
Les images explosent dans son esprit - les images des échecs, des défaites. Des douleurs. Les meurtres, accidentels mais terribles, des Amazones et Atlantes. Le combat contre Steppenwolf, perdu, et la mutilation, l'humiliation qui ont suivi.

L'échec. La défaite.
Cela ne cesse de le hanter - de le ronger. Il ne sait s'il pourra les dépasser. Il ne sait s'il pourra se reconstruire. Il ne sait si...


"Je..."

Mera. Mera parle.
Mera, son amour. Mera, son épouse. Mera, son âme-soeur.
Mera, qu'il a blessée ; Mera, avec qui une douleur absolue l'unit ; Mera, qui le hait sûrement pour partie ; Mera, qu'il... Mera.
Mera, qui l'a touché, lui a souri, et lui propose maintenant de combattre... ensemble. Encore une fois. Ensemble.


"Oui."

Orin a peur. Orin n'est pas remis de sa défaite, de son échec, de son humiliation. Orin est terrorisé par la présence et les regards des Atlantes, leurs espoirs en lui.

"Ensemble."

Il prend la main de Mera - avec ses doigts aquatiques, et il se concentre au maximum pour les rendre solides, sûrs. Il parvient à serrer la main de Mera... et sourit.
Cela fait du bien.


"Zeekil Neol, battez le rappel des troupes et concentrez-les sur les Trench. Sénéchal Kae, rappelez les réservistes pour protéger Poseidonis. Carcharodor, lancez les navires pour bloquer les Trench dans une zone. Jurok Byss, préparez les Monstres."

Les mots s'échappent de ses lèvres - par réflexe, à un rythme soutenu ; il parle d'instinct. Il parle juste, surtout, et ne lâche en rien la main de Mera. Il s'y cramponne, même, comme à une ancre.

"Tula."

Orin se tourne vers elle - et sent, sait la douleur qu'elle ressent ; ses mots télépathiques ont été durs, et il les regrette. Une partie, au moins.

"Comme membre de la Famille Royale, comme guerrière, je ne connais pas meilleure générale. Tu mèneras les Armées contre les Trench, sur les flancs - toi sur la gauche, Garth sur la droite."

Il s'avance, sans jamais lâcher la main de Mera ; et pose, lourdement, sa main valide sur l'épaule de la jeune femme.

"Vous êtes les meilleurs pour cela... les meilleurs du Royaume. Allez."

Garth demeure silencieux, ayant préféré prendre sur lui durant cette crise ; mais cela ne durera pas, et Orin sait très bien que son ancien élève exigera des comptes. Ils seront rendus... s'ils survivent.

"ATLANTIS !"

Il se tourne vers les conseillers, vers la Salle du Trône.
Il se redresse, se met en avant ; il a peur, toujours. D'échouer. De perdre. Le Royaume, les siens, et lui-même... il est terrorisé, même. Mais il s'avance encore - car il sent, il tient Mera ; elle le soutient, l'aide. Elle lui est indispensable.


"Allons protéger nos terres. Murk, la Reine et moi mènerons la Garde Royale... directement vers les Trench."

Le capitaine acquiesce, et disparaît pour préparer ses hommes. Orin, lui, se tourne, et esquisse un sourire timide vers sa Reine.

"Ensemble."

Rien n'est réglé entre eux ; rien ne pourra être oublié.
Mais, peut-être, que quelque chose pourra être reconstruit... s'ils survivent.


**
*
**

Dix minutes après.
Les frontières d'Atlantis ont été attaquées - et anéanties. Une traînée, une tornade de fureur, de griffes, de sang et de destruction a quitté la bordure, et se précipite vers Poseidonis, avec l'impression que rien ne pourrait l'arrêter.



Les Trench. Les monstrueux et terribles Trench, qui ne sont plus qu'à un kilomètre de Poseidonis.
Mais cela s'arrêtera là.
Sur les flancs, les navires de la Flotte arrivent et empêchent l'immense troupe de Trench de s'ouvrir. Les Armées arrivent sur chaque flanc, menées par Tula et Garth. Les Monstres sont prêts - mais l'attaque n'a pas lieu. Pas encore.
Ils attendent le signal. Ils attendent...


"ATLANTES !"

... leur Roi et leur Reine, qui arrivent à la tête de la Garde Royale.
Orin, lui-même, s'avance, pour se faire pleinement voir par tout le Royaume.


"Les Trench ont tué. Les Trench ont détruit. Les Trench veulent nous anéantir, nous asservir... comme tant d'autres, dans notre Histoire. Et qu'avons-nous fait ? Qu'avons-nous toujours fait, face à ces monstres qui nous menacent ?"

Le Roi se fait voir en pleine lumière, et le peuple peut le découvrir tel qu'il est...
... dans son costume d'Aquaman, sa main aquatique glissée dans un de ses gants ; il est mal à l'aise, se sent étranger, indigne de porter ce costume. Mais Vulko lui a rappelé l'importance des symboles, et dans ce moment terrible... oui, le symbole est opportun. Indispensable, même.
Il tient son Trident, et demeure terrorisé ; mais il avance, encore, et ne cesse de jeter des regards vers Mera. Son ancre. Son phare. Son amour.


"NOUS LES ANÉANTISSONS !!!"

Orin lève son Trident - et nage, brutalement, vaillamment, violemment, en avant.
Vers les Trench. Vers les ennemis. Vers les horreurs.
Vers les adversaires d'Atlantis ; vers son destin. Vers la rédemption, il l'espère. Et vers la gloire, peut-être !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/10/2017
Messages : 28
DC : Catwoman
Localisations : Atlantis
Justice League

MessagePosté le: Mar 2 Jan 2018 - 16:27
Le retour du Roi
feat. Orion / The Aquaman

La main tendue vers lui, vers celui qui fut jadis le seul en qui je croyais, je lui souris. "Ensemble"... ces mots résonnent dans ma tête et me ramènent à tant de souvenirs. Il est temps de faire ce qu'il faut, pour le Royaume et même si tout n'est pas résolu entre lui et moi, je tiens à lui montrer que je ne suis pas fermée à toutes les actions qu'il pourra entreprendre. Du temps, c'est tout ce que je demande. Du temps, seulement du temps et de la patience... beaucoup de patience. Je sais qu'un jour je finirai par lui pardonner toutes ses erreurs mais ce pardon ne me permettra pas d'oublier tout ce qu'il s'est passé... Comment pourrais je tout oublier de toute façon.

Il est temps, temps de partir au combat pour la cité, pour notre peuple. Orin prend la parole, donne ses ordres. Sa main serre toujours la mienne et je ne peux m'empêcher d'y jeter quelques coups d'oeil de temps en temps. Cette sensation, ce contact entre lui et moi c'était quelque chose que j'avais oublié, quelque chose que je ne pensais plus pouvoir goûter. Quelque chose que je m'étais interdite d'avoir.

Je suis ramenée à la réalité par les cris des soldats, motivés plus que jamais à en découdre avec ces envahisseurs. La main dans celle de mon Roi, je le suis, à la tête de la Garde Royale. Nous marchons côte à côté, unis dans la bataille, avec la même envie... celle de voir les trenchs réduits à néant.

Nous ne tardons pas à rejoindre les premières lignes et une nouvelle fois, Orin, cette fois vêtu de sa tenue d'Aquaman, prend les rênes. Il scande quelques mots qui motivent les troupes. Mon coeur se serre. Quel plaisir de le voir se reprendre en main.... Il me lance des regards et cette fois, je ne les fuis pas. Je le soutiens du regard pour lui montrer que je suis à ses côtés, que je ne le laisserai pas seul. Ensemble... après tout c'est ce que j'ai dis un peu plus tôt. Et je suis une femme de parole.

Il s'élance, trident en avant, prêt à en découdre avec nos ennemis. Sans un mot et tout aussi motivée que lui, je m'élance à sa suite jusqu'à le rattraper. A sa droite, je reste à son niveau. Je sais ce qu'on vaut ensemble, je me souviens des batailles qu'on a menées tout les deux. Pas besoin de se parler, pas besoin de dire les mots, on se comprend.

Mâchoire serrée, je n'ai pas peur d'aller au combat, j'ai toujours aimé ça. Je suis une Reine certes mais je n'ai pas peur de rejoindre les autres dans la bataille. Près d'Orin, comme au bon vieux temps, je sens une montée de bonheur. Bonheur que je n'ai plus ressenti depuis un long moment....
©️ nightgaunt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/11/2017
Messages : 58
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; The Shade
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
MessagePosté le: Lun 15 Jan 2018 - 8:54
Le combat est terrible – mais inégal.
Les Trench sont une communauté abominable, une assemblée de créatures affamées et terrifiantes, incapables de la moindre pitié ou compassion ; il s’agit d’une machine de guerre, lancée et inarrêtable.
Mais ils affrontent l’Armée atlante… méconnue, discrète, secrète même, mais extrêmement efficace – car monstrueusement puissante.

Plusieurs bataillons sont ainsi sollicités, et menés par des gens de talent.
Les groupes de Tula et Garth viennent brutalement impacter les Trench, les anéantir et couper toute retraite ; mais c’est surtout la percée du Roi, de la Reine et de la Garde Royale qui marque les esprits – car elle est directe, car elle est franche, car elle est en plein cœur de l’ennemi.

Le combat est terrible, oui. Inégal, définitivement.
Les Trench n’avaient aucune chance.

Il faut moins d’une heure d’un combat acharné, violent et sans concession pour que l’Armée atlante se débarrasse de l’ennemi.
Quelques survivants demeurent, sont stoppés, bloqués, parqués même ; le Roi Orin a retrouvé, ici, sa fougue guerrière, mais il n’est pas pour autant sans âme, sans morale. Les créatures seront emprisonnées, puis analysées aussi humainement que possible – il veut savoir s’ils peuvent être calmés, apaisés. Si une coexistence avec ce peuple est possible. Ou s’il doit se résoudre au pire.

Alors que la fumée, les cris, le sang et les gravats retombent enfin après l’affrontement, le monarque s’arrête quelques instants. Il se fige, au sein du champ de bataille désormais apaisé, et laisse son regard glisser autour de lui.
Que de destructions. Que de pertes. Que de violence. Que de drames.

Les Trench ont péri, ont été repoussés – mais de nombreux braves sont tombés, et leurs morts seront pleurées ; mais le Royaume avancera. Leurs noms seront oubliés, leurs sacrifices oubliés, et le Royaume avancera.
Il pousse un profond soupir, et secoue la tête ; il a peur.

Est-il à la hauteur ? Est-il assez fort pour régner ? Est-il assez dur, assez puissant, assez déterminé, assez confiant, assez courageux pour faire face aux défis, aux pièges, aux complots, aux attaques ?
Est-il digne ?

Orin l’ignore – et cela lui fait peur, affreusement.
Mais il sait, au moins, une chose.
Cette Couronne est sienne. Cette charge est sienne. Cette responsabilité est sienne. Et il ne laissera nul autre la porter… la subir.

Il est Orin, Roi d’Atlantis. Et il défendra ce peuple, ces gens, ces guerriers, ces veuves, ces orphelins.
Il défendra Atlantis, oui. Des menaces intérieures ou extérieures. De la Surface, aussi.
Comme il défendra la Surface de son peuple…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Le retour du Roi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [REQUETE] Activer le retour clavier sur HTC HD2
» [AIDE] HD2 et retour sav
» [RESOLU] Echange + retour SAV Orange
» [RESOLU] Restauration ROM Officielle et retour SAV
» Echanges "aller-retour"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Atlantis-