La Lune chasse toute Ombre, sauf celle de l'Âme [Wonder Woman]

Inscription : 29/06/2014
Messages : 8929
DC : The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Dim 19 Nov 2017 - 17:28
La Lune.
L'extraordinaire satellite de la Terre, qui n'a jamais cessé d'exciter et d'activer l'imagination des scientifiques, des philosophes, des rêveurs. Associée à la nuit, à la romance, au mystère, aux femmes dans leur ensemble, la Lune est d'une importance fondamentale pour la planète, via ses liens avec les marées et avec son cycle autour du Soleil.

La Lune - la première conquête spatiale de l'Homme, la première annexe de l'Humanité.
La Lune, définitivement un élément fondamental pour l'Humanité ; qui prépare son installation dessus, en secret, depuis des années... et semble être sur le point d'y arriver.


La Base Armstrong, financée par les Nations Unies, est une idée vieille de trente ans, qui n'a jamais pu être réalisée ; jusqu'à récemment.
Jusqu'à ce que les Entreprises Wayne investissent un capital énorme. Jusqu'à ce que la Justice League fournisse des brevets et ruines de la Tour de Garde, jadis installée ici. Jusqu'à ce que les Héros décident de s'impliquer... et jusqu'à ce que Mister Miracle vienne en aide au projet.

Alors que la Base Armstrong dispose désormais d'un système de survie finalisé, de réserves, de stocks, de logiciels adaptés ; tout est prêt pour des semaines d'habitation. Il n'y a plus que quelques vérifications à faire, et elles sont en cours...
... réalisées par Scott Free lui-même, qui s'extraie d'une cuve de liquide réfrigérant via ses Aéro-Disques.

Sans un mot, il vole jusqu'à un des dômes de survie, et reprend le contrôle d'une console de commandes pour continuer ses vérifications ; ça se passe bien. Si les dômes de survie, d'habitation sont bien visibles, il y a, en plus, un autre dôme - invisible, bien plus grand et massif, qui entoure entièrement la Base Armstrong et permet de créer une zone d'air, remplie d'oxygène.
Indispensable, pour vivre sur la Lune ; indispensable, et donc mis en place par le Néo-Dieu - mais ce dernier apparaît bien changé, par rapport à celui qui s'est lancé dans ce projet, des mois plus tôt.

Il y a huit jours, Steppenwolf a mené une horde de Parademons sur Terre et a été vaincu - mais à un prix abominable, qui a à peine caché le trouble de Scott en découvrant un Steppenwolf inchangé, alors qu'il l'a vu disparaître à la Fin du Quatrième Monde ; impossible qu'il ait survécu, impossible qu'il soit revenu sous la même forme. Il faut enquêter.
Il y a trois jours, le quartier-général des Challengers of the Unknown a explosé, coûtant la vie à des centaines d'innocents. Wonder Woman et Mister Miracle avaient cru ramener Superman d'un exil, mais ce dernier explosa - un piège, d'un ennemi encore inconnu ; mais, surtout, cet événement a provoqué l'arrivée d'Orion, Néo-Dieu survivant ivre de vengeance envers Scott Free. Les ruines de la conscience d'Orion le firent partir, mais pas avant d'avoir révélé l'ampleur de ses accusations... et Mister Miracle disparut rapidement aussi, terrifié par les projets de son "cousin", abandonnant derrière lui une Diana évidemment perturbée.

Depuis, Scott Free a disparu des radars... jusqu'à aujourd'hui.
Jusqu'à ce que la Base Armstrong s'active. Jusqu'à ce que les capteurs de la Justice League informent la membre de garde de ce qu'il se passe. Jusqu'à ce que cette membre décide de venir - pour confronter Mister Miracle. Pour obtenir des réponses.
Pour savoir, enfin.

"Bonjour."

Le Néo-Dieu, concentré sur l'écran de la console extérieure de commandes, s'arrête - puis se tourne, laissant à l'autre le soin de le découvrir... en piteux état.
Vêtu du même costume rapiécé, endommagé et sali lors de l'explosion à Ivy Town ; sans cape, avec un masque presque arraché, et un énorme sentiment de lassitude ; surtout, il porte encore à la taille la Lame de Kanto - et se tourne vers la nouvelle venue, en poussant un long soupir, plein de mélancolie.

"Je voulais finir ça, finaliser le projet avant de... avant."

Il ne finit pas, il n'en a pas besoin.
Il croise les bras, et prend une inspiration presque désespérée.

"Tu es venue m'arrêter, je suppose ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Inscription : 25/09/2017
Messages : 257
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Lun 20 Nov 2017 - 0:21
La lune chasse toute ombre, sauf celle de l'âme ft. Mister Miracle



L’ordre était clair, net, et sans discussion possible.

Diana usait rarement de son ancienneté au sein de la League, de son titre de co-fondatrice de leur société qui se voulait être la première défense de la Terre, mais le ton qu’elle avait employé pour transmettre sa demande aux restes des membres, il y avait trois jours de cela, avait rappelé pour elle qui elle était. Personne ne discuta et elle ne se justifia pas. C’était une occasion spéciale, et elle n’avait pas de temps à perdre, et encore moins de patience à user dans les explications.

Trouvez-moi Scott Free.

Elle avait elle-même cherché du mieux qu’elle pouvait, mais Scott disposait d’une technologie qui lui permettait de parcourir des distances inenvisageables en un clin d’œil – sans parler du fait qu’il était maître dans l’art d’éviter toute confrontation, et que c’était exactement ce que Diana cherchait actuellement. Le choc de ce qu’il s’était passé trois jours plus tôt avait été digéré, rejeté et transformé, et le souvenir d’un Kal-El plus vrai que nature qui explosait à quelques centimètres d’elle ne suffisait plus à l’occuper. Elle était passée par l’horreur, la colère, la frustration, l’impuissance pour finalement se stabiliser dans un désir de vérité si brûlant qu’elle en avait perdu le sommeil. Ce n’était en soi pas très grave – elle avait déjà passé plus de trois jours sans fermer l’œil – mais la conversation que Scott et Orion avaient eus ainsi que les quelques indices qu’elle avait déjà remarqués plus tôt ne lui laissaient pas un instant de répit. Elle avait besoin de savoir, elle devait comprendre. Clark était toujours quelque part, perdu et probablement torturé par des ennemis dont elle ne connaissait rien, et tout ce qu’elle avait, c’était des pièces de puzzle par dizaines. Elle avait besoin de savoir si toutes ces pièces faisaient partie du même puzzle, et si c’était le cas, il lui fallait plus d’indices sur la nature de l’image qu’elle risquait de voir apparaître.

Il lui fallait la vérité.

Elle était assise devant les ordinateurs de la League quand l’alarme s’enclencha. Ses doigts étaient toujours sur les touches du clavier et ses yeux parcouraient les écrans à la recherche d’un indice, n’importe quel indice qui lui permettrait de remonter la piste, mais c’est Scott lui-même qui vint à elle. Consciente qu’il n’aurait pas pris ce risque d’être retrouvé après trois jours sans une raison des plus valables, Diana n’hésita pas une seconde. Sa présence sur la Lune n’avait pas plus de logique que ce qu’Orion avait sous-entendu, pour le moment mais elle était déterminée à avoir le fin mot de l’histoire.

Elle se leva rapidement, contacta Victor, qui était toujours quelque part dans leur quartier général à épauler Diana dans ses recherches, pour l’informer de ce qu’elle était sur le point de faire, et ne lâcha pas la Lune du regard alors qu’elle s’envolait vers cette dernière.

« Il est toujours à l’intérieur, » grésilla la voix de Victor dans son oreille quand elle atterrit devant la Base Armstrong.

Elle n’arrivait pas à faire sens de la présence de Scott à l’intérieur de l’infrastructure, et ça ne faisait qu’en rajouter à sa frustration et son impuissance. Chaque seconde qui était passée, ces trois derniers jours, elle l’avait passée tiraillée entre son désir de comprendre et son horreur grandissante à l’idée que le temps qu’elle perdait à courir après les indices, Kal, lui, le passait à être torturé, loin de chez lui, de sa famille. Elle était plus consciente que jamais qu’il s’agissait d’une course contre la montre, et Scott lui avait refusé un départ dans les temps en disparaissant. Elle essayait réellement de ne pas se mettre en colère, mais il ne lui rendait pas la tâche facile.

C’était un ami, cependant. Un ami proche, à qui elle tenait beaucoup. Elle lui devait une chance de s’expliquer, même si lui n’avait pas jugé qu’elle méritait une chance de comprendre.

Elle entra dans la base, passant sans discuter via les sas de protections qui rendait l’habitat vivable. La voix de Victor revint grésiller dans son oreille, grave et posée, pour lui donner la position exacte de Scott à l’intérieur de la base. Elle ne répondit pas et il n’insista pas. Il était bien trop intelligent pour ça. Silencieuse et drapée de sa cape rouge, Diana parcourut les courts couloirs qui composaient cette première installation de l’Homme sur la Lune. Scott ne fut pas dur à trouver, et même quand elle atteignit enfin le dôme qu’il occupait, il s’imposa à elle, comme une tâche de couleur sur un tableau en noir et blanc. Il jurait ridiculement avec l’environnement stérile et neutre qui les entourait, mais ce n’était pas seulement là la faute des couleurs sur son costume. Il portait toujours les traces des combats qui avaient mené à la terrible explosions des quartiers des Challengers, et Diana nota même quelques gouttes de sang séché de-ci de-là.

Elle avait eu tort de penser qu’il avait jugé le fait de se révéler à eux insignifiant face à ce qu’il était venu faire ici. En réalité, il avait jugé absolument tout insignifiant face à ce qu’il faisait, et ça valait, de toute évidence, aussi pour sa propre personne.

« Pourquoi, je devrais ? » demanda-t-elle alors qu’il poussait un long soupir las.

Elle le dévisagea un instant, immobile face à lui, et il ne se déroba pas – pas cette fois – à son examen silencieux. Revoir son costume déchiré, son absence de cape et ce regard tellement préoccupé renvoya Diana à ce qu’il s’était passé quand elle était venue le voir, trois jours plus tôt. Elle avait pensé recevoir son rapport, mais au lieu de ça, ils avaient quitté la Terre pour une planète inconnue, avaient pensé avoir retrouvé Clark, l’avaient ramené après s’être battu pour survivre, et avaient vu ce dernier exploser, impuissant. Il y avait eu l’épisode Orion, aussi. Et celui de la tête robotique de Superman qui avait pu glisser quelques mots à Diana avant de s’éteindre définitivement. Elle n’avait pas compris le premier épisode, et Scott avait manqué le deuxième.

Elle avait cru qu’ils se complétaient, qu’ils faisaient un duo efficace, synchronisés. Peut-être que ce n’avait été qu’une question de coïncidence, de timing.

« Tu sais pertinemment pourquoi je suis là, » reprit-elle, le menton levé mais le regard fermé, presque attristé, mais définitivement distant. « Il faut que je sache, Scott. Il faut que je sache ce que tu as fait de ton peuple et ce qu’il s’est passé avec Anthony. »

Elle croisa les bras sous sa poitrine.

« Je ne te ferai pas l’insulte de chercher à t’arrêter, alors ne m’insulte pas en me cachant la vérité, Scott. Pas après ce qu’il s’est passé. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman En ligne
Inscription : 29/06/2014
Messages : 8929
DC : The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Lun 20 Nov 2017 - 8:32
Mister Miracle reste silencieux, après la réplique de Wonder Woman et ses questions.
Il le reste longtemps.

Les bras croisés, bien redressé, calme, il apparaît… stoïque, figé. Plein d’un contrôle absolu sur sa personne, malgré son allure négligée et douloureuse – un contrôle absolu, mais froid ; vide, de toute émotion, de tout sentiment. De toute vie.
Pas de rire, pas de sourire, pas de gestes incontrôlés, pas de discours envolé ; rien. Rien d’animé.
Rien de ce qu’est généralement Scott Free.

« Le fait est, Diana… je t’ai déjà insultée. »

Sa voix demeure posée… calme. Mais froide, encore.
Elle a brisé un silence tendu, mais n’a finalement fait que renforcer cette tension qui s’est instaurée au sein de la Base Armstrong, cet environnement stérile et blanc idéal pour rassurer ceux qui craignent les troubles de l’Espace – mais qui en devient soudain étouffant, alors que débute une conversation que le Néo-Dieu a anticipée mais craint.

« En m’enfuyant d’Ivy Town. En te laissant gérer les retombées de l’explosion. En ne te révélant rien, en te laissant dans l’ignorance… mensonge par omission, certes. Mais mensonge malgré tout. »

Il déplie, lentement, les bras et commence à marcher, sur le côté.
Les mains jointes dans le dos, toujours redressé d’une manière très peu humaine, Scott Free adopte une allure presque professorale – mal choisie, et surtout fort désagréable ici.

« La culture amazone, ta culture, ton mode de vie, ton hymne de vie… réprouve, par principe, le mensonge. Ton Lasso de Vérité n’est pas seulement une arme ou un don, mais bien un symbole – un artefact de ta culture.
En soi, donc, oui… je t’ai déjà insultée. Et si je regrette le principe… »


Mister Miracle de profil, s’arrête dans sa marche lente et maîtrisée – puis soupire, en fixant un point invisible devant lui.
Avant de se tourner, pour plonger des yeux terribles dans ceux de la jeune femme.

« … je ne regrette en rien de vous avoir laissé dans l’ignorance, et de n’avoir rien révélé des plans et des événements qui ont précipité la disparition des Néo-Dieux. Il s’agit de concepts, de spécificités qui dépassent la compréhension des Mortels, et qui influent sur l’Univers – ce que, malgré votre bravoure et votre vaillance, vous ne maîtrisez pas. Et ne maîtriserez jamais. »

Son ton se refroidit encore plus, et devient franchement condescendant – et agressif.
Voir définitivement insultant.

« Cependant… par égard à notre amitié, certainement passée après ces actes que tu ne peux que réprouver, mais aussi par égard à ta valeur au sein de l’entité de défense de la planète dite Terre, il me semble opportun de répondre à tes questions. »

Il n’y a plus rien du Héros et de l’ami qu’elle a connu, chez celui qui lui parle.
Jamais ce dernier n’a paru aussi… étranger. Inconnu. Différent. Froid. Distant. Dangereux. Déconnecté.
Déshumanisé.

« Anthony, Orion plutôt, m’en veut et a projeté des accusations… qui sont fondées.
Un affrontement cosmique a eu lieu, Diana de Themyscira. La Guerre entre Néo-Génésis et Apokolips, si longtemps crainte, si longtemps espérée décaler du fait de tentatives stupides de paix… »


Il bute sur cette dernière phrase, et grimace.
C’est fugace, mais utile – car cela peut faire espérer que tout sentiment n’a pas disparu en lui. Pas encore.

« … la Guerre des Néo-Dieux a éclaté, donc. Des mondes en ont été ravagés – des civilisations ont péri.
La planète Abyss a été anéantie. Le Système Bêta-Alpha-Douze a été transformé en champ de mines. Le Système Treize a été séparé en deux, précipité pour partie dans le Passé, pour l’autre dans une Dimension de poche qui s’est effondrée sous son poids. La Galaxie Blanche s’est suicidée sous la crainte de devenir un champ de bataille. Les Planètes Jumelles d’Emeraude ont cessé de chanter, pour la première fois depuis la Création, quand les Néo-Dieux ont égorgé les Montagnes Sifflantes. Le peuple Krop, l’un des plus anciens de l’Univers, a été réduit en esclavage, en batteries de puissance pour des machines de mort ; le peuple Krap, son héritier direct, s’est révolté mais brûle encore dans les Flammes Eternelles déchaînées par Lightray.
Des milliards sont morts, Diana, et ce ne sont que des exemples diffus ; des milliards sont morts. Des milliards allaient mourir – et rien ne les arrêtait. Néo-Génésis avait répondu à l’appel guerrier, au piège de Darkseid… et rien ne les arrêtait.
L’Univers dans sa totalité allait périr, dans les feux de la Guerre des Néo-Dieux. Alors… »


Scott Free reprend, soudain, un peu de vie – un peu de chaleur, dans son ton.
Il parle. Il raconte. Il explique.
Et, par quelques signes, quelques tournures, quelques mimiques… son amie peut sentir ; elle peut comprendre ce qu’il a vécu – ce qu’il a ressenti.
La peur. La honte. La colère. L’horreur. La culpabilité. L’inutilité. L’incapacité à trouver une solution. La honte, encore. La colère, encore.

« … alors, j’ai pris une décision. J’ai décidé de forcer ma nature, Diana de Themyscira. J’ai décidé d’assumer ma position et mon rang.
J’ai décidé de cesser de fuir. »


La fureur. La rage. Le sentiment d’impuissance qui tourne les hommes bons…

« J’ai organisé la Fin du Quatrième Monde, qu’on considère comme l’Âge de mon peuple. J’ai poussé les deux armées à s’affronter sur Oa. J’ai mis en place un bain de sang.
Et, finalement… »


Il se redresse, et se crispe. Il coupe ses émotions – pas par colère, ou par suffisance, ou par arrogance ; Diana le sait, elle le sent.

« J’ai tué les Néo-Dieux. »

Les mains jointes dans le dos, calme, il espère la tromper – mais elle voit clair en lui. Elle sait pourquoi il se coupe, ainsi, de ses sentiments, il se referme sur lui après s’être livré dans son explication.

« Pour la Paix et la survie de l’Univers… j’ai tué les Néo-Dieuxtous. Et j’entends traquer et anéantir ceux qui restent. »

Mister Miracle est anéanti, brisé par le poids de ces événements et sa culpabilité.
Et, comme toute personne qui souffre, il se replie sur un comportement de base… d’habitude ; il fuit. Il fuit les autres et les émotions. Il se replie sur lui.
Et repousse, absolument, tout ce qui pourrait venir vers lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Inscription : 25/09/2017
Messages : 257
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Lun 20 Nov 2017 - 17:31
La lune chasse toute ombre, sauf celle de l'âme ft. Mister Miracle



Diana écouta, sans défaillir, les attaques répétées d’un Scott changé, métamorphosé. Il pensait peut-être lui donner toutes les raisons de faire demi-tour, ou sacrifier une certaine dose d’informations qu’il jugeait nécessaire à la suite de sa mission, mais ce faisant, il lui donnait tellement plus d’indices qu’il ne le pensait. Il affichait indifférence et arrogance, mais elle voyait douleur et colère. Certes, il connaissait la puissance que ses mots auraient sur elle – ils étaient amis et le lien qui en avait résulté lui avait appris à maîtriser les armes qui pouvaient faire faillir Diana avec précision, mais elle n’était pas sans défense. S’il savait comment se glisser sous sa peau et enclencher tous ces mécanismes qui feraient de ses doutes et de ses peurs du poison, elle, elle savait comment lire le regard que son masque ne faisait rien pour camoufler, elle savait comment déchiffrer le langage utilisé par son corps – et le message était tout autre.

Elle encaissa chaque coup, recolla les morceaux avec la glue qu’il lui offrait et prit un instant pour intégrer le fin mot de l’histoire à tout ce qu’elle avait pu penser et imaginer. La vérité n’était pas si loin de ce qu’elle avait conclu lors des trois derniers jours, mais c’était une toute autre chose de l’entendre de la bouche de Scott, une toute autre chose d’en être si violemment exclue.

Elle décroisa les bras et la cape qui avait été retenu en arrière par sa posture retomba sur sa silhouette.

« Je ne suis pas étrangère à la notion de sacrifice, Scott Free, du Quatrième monde, » répondit-elle finalement, froidement, durement.

Il n’avait pas eu tort de dire qu’ils étaient différents, que les problèmes qu’il affrontait, elle ne les comprendrait jamais entièrement, mais elle n’était pas aussi inutile et stupide qu’il semblait vouloir lui faire comprendre. Ce qu’il avait perdu, les choix qu’elle avait dû faire, elle était largement capable de les comprendre et de les concevoir. Elle ignorait peut-être tout des rouages de l’univers qui l’avait poussé à prendre un tel choix, mais elle voyait le résultat et, plus que cela encore, elle comprenait le résultat. Malgré les insultes à peine déguisées de Scott.

Elle poussa un léger soupir et riva son regard dans celui de Néo-Dieu, mettant de côté la froideur et la dureté avec lesquelles elle avait fait face aux attaques de Scott pour afficher un regard bien plus profond et humain.

« Je suis désolée, » souffla-t-elle. « Je suis désolée que tu aies dû prendre cette décision. »

Ils avaient parlé de ne pas s’insulter l’un l’autre, alors elle ne le fit pas. Elle ne l’insulta pas en en rajoutant, parce que, s’il avait raison sur le fossé qui les sépareraient toujours, cela ne l’empêchait pas de ressentir une réelle tristesse face au combat qu’il menait contre lui-même. Elle garda son regard rivé dans celui de Scott un instant avant de jeter un regard autour d’elle.

« Est-ce que c’est pour ça que tu es venu ici alors que tu savais que je te repèrerais facilement ? Tu… traques et… »

Elle marqua une pause avant de froncer les sourcils.

« Orion a survécu, » dit-elle. « Et… Et Steppenwolf aussi, de toute évidence. »

Elle fronça un peu plus les sourcils en se perdant visiblement dans ses propres pensées. Voilà qu’elle se heurtait encore à ce mur dont Scott avait souligné l’expérience. Elle se savait proche d’une compréhension totale de ce qu’il se passait mais se sentait en même temps dépassée par l’afflux d’informations et la nature de ces dernières.

Elle ferma brièvement les yeux puis les rouvrit, déterminée et affirmée.

« Je ne te laisserai pas affronter tes démons seul, Scott, du Quatrième monde. Tu es peut-être bien plus apte que moi à comprendre les mécanismes de l’Univers et à en mesurer les conséquences, mais tu es de toute évidence bien moins doué quand il s’agit de ne pas se faire happer par le poids de tes décisions, » rajouta-t-elle en désignant d’un vague mouvement de la main l’allure générale de Scott.

« Tu es parti en panique après Orion, il y a trois jours de cela. Pourquoi ? Que fais-tu ici, exactement ? »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman En ligne
Inscription : 29/06/2014
Messages : 8929
DC : The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Mar 21 Nov 2017 - 8:19
A nouveau, Mister Miracle demeure silencieux durant les répliques de Wonder Woman.
Il observe. Il analyse. Il étudie. Il juge.
Les mains jointes dans le dos, redressé comme nul Humain ne pourrait l’être, il tente de se maîtriser, de contrôler ses émotions – mais son visage demeure indomptable, et son masque sensible reproduit fidèlement les grimaces, tics et autres mouvements ingérables et inhabituels, qui dénotent son grand trouble.

Un nouveau silence tendu s’impose quand Diana pose sa question, et lui laisse l’opportunité de répondre… ce qu’il ne fait pas, volontairement.
Pour créer un malaise. Pour lui faire comprendre qu’il dirige. Pour tenter de se convaincre qu’il contrôle.

« Je ne souhaite pas t’insulter, Diana de Themyscira… mais tu t’es trompée. Deux fois. »

Sa réplique est sèche – elle claque, comme une baffe.
L’effet est voulu.

« En premier… je ne suis pas Scott Free du Quatrième Monde – Scott Free n’est pas mon nom, tout comme Mister Miracle. J’ai emprunté ce dernier à Thaddeus Brown, pour lui faire hommage, pour faire vivre sa légende mais aussi en guise de respect, de… promesse. »

Le Néo-Dieu se détourne, et ferme une seconde les paupières.
La promesse.
La promesse de ne pas causer de mal. La promesse de divertir. La promesse de s’amuser. La promesse d’incarner quelque chose. La promesse d’offrir au monde un héraut inarrêtable. La promesse de ne pas tuer.
La promesse qu’il a brisée.

« Et… Scott Free n’est qu’un nom que j’ai choisi – comme un hymne, comme une maxime, comme un mantra. Etre libre, toujours, quoi qu’il en coûte. »

Sa respiration se bloque, soudain devenue difficile.
Il a brisé la promesse à Thaddeus. Il a trahi son mantra. Il a fait au mieux, mais… il sait, alors, qu’il a rejeté toutes ses valeurs, tous ses principes. Pour finir ainsi.
Accusé. Poursuivi. Condamné. Seul.

« Je ne connais pas mon nom, Diana de Themyscira. Izaya, le Haut-Père de Néo-Génésis, n’a jamais jugé utile de me l’indiquer. »

Il vient de faire face à un affreux moment de sincérité intime, de désespoir personnel ; mais ce moment est terminé, alors qu’il se tourne vers l’Amazone et offre un visage rongé par la rancœur et la douleur.

« Je ne sais qui je suis… car je n’ai guère été prévu pour être. Izaya s’est dépêché de m’échanger contre Orion, à ma naissance, dans l’espoir futile d’un traité de paix avec Apokolips… un traité ! De paix ! Avec Darkseid !
Quelle folie. Quelle stupidité. Quelle bêtise, qu’un Haut-Père n’aurait jamais faite ; le constat est clair, Diana de Themyscira – il savait que Darkseid ne tiendrait pas. Il savait que ce traité était faux. Il savait ce que son héritier vivrait… mais il savait qu’il récupérerait alors le fils de l’ennemi, et pourrait le former pour accomplir la Prophétie.
Il l’a fait, donc. Il m’a sacrifié. Sans jamais me donner de nom, car l’on ne nomme pas une chose dont l’on se sert, non ? »


Si son discours est énoncé avec une voix neutre, froide, la jeune femme ne peut que ressentir l’extrême souffrance, le désespoir profond qui affectent son ami ; mais si la compassion pourrait naître en elle, le Néo-Dieu ne tarde pas à reprendre cette arrogance insupportable.

« Tu es donc dans l’erreur : je ne suis pas Scott Free du Quatrième Monde.
Je suis le Dernier du Quatrième Monde… le Survivant. »


Une bouffée de chaleur s’empare de lui, et son corps se met à trembler.

« Le Vainqueur. »

Incapable de faire face au poids de cette révélation, qui lui fait apparaître soudain ce que son inconscient considère de ses actes, il se détourne de Wonder Woman. Il lui faut quelques secondes pour se reprendre, et passer ses mains gantées sur son visage masqué ; calme. Il doit retrouver son calme.

« Et… pardon. Je te présente mes excuses, cela… ça va mieux.
Bref. Ta deuxième erreur est… elle est de considérer que je suis venu ici pour être détecté, pour être trouvé, pour être confronté ; ce serait noble. Mais c’est faux. »


Le Néo-Dieu pousse un profond soupir. Il fait quelques pas, puis retourne son visage vers Diana – plus calme. Pour l’instant.

« Je suis venu terminer ce que j’ai commencé. Cette base est la première tentative civile des Humains pour habiter la Lune – elle est la première étape vers une extension, qui permettrait de vous faire avancer et toucher ces Etoiles dont vous rêvez tant.
Je… je veux vous aider. Je veux confirmer ces bases, vous offrir une base… en état de fonctionnement. Je veux que vous ayez ça, je veux vous offrir ça avant… avant… »


Il se fige, les yeux rivés dans ceux de Diana.
Un trouble profond s’empare de lui, et il reste bloqué pendant quelques instants.

« Avant. »

A nouveau, le Néo-Dieu se détourne, et replace ses mains dans son dos pour reprendre une petite marche professorale autour de Wonder Woman.

« Mon travail est presque terminé ; je partirai, après. J’irai, en effet, récupérer le corps comateux de Steppenwolf pour l’étudier, puis j’irai retrouver Orion… et je finirai ce que j’ai commencé. »

Il s’arrête sur la gauche de l’Amazone, le regard fixé sur l’immensité de l’Espace, via une fenêtre de la Base Armstrong.

« Je… les ai tués, Diana. Tous.
Je sais que tu as déjà beaucoup sacrifié et perdu – mais, et j’en suis désolé, je crains que tu ne comprennes jamais, non. Je les ai tués. Je les ai tous tués. Himon. Lightray. Forager. Lonar. Kanto. Godfrey. Darkseid. Bekka. Izaya. BBarda. »


Il retient, difficilement, un sanglot désespéré.

« Je les ai tués… pour les sortir d’un cycle infini et maléfique, pour briser une roue abominable, pour stopper un tyran cosmique devenu dément. Je les ai tués, pour qu’ils revivent, libérés… et je ne sais pas si j’ai eu rai… »

Il s’arrête. Il baisse les yeux. Il soupire.
Puis se retourne, et pose un regard froid et dénué de sentiment sur Diana.

« Je vais finir ici, puis récupérer Steppenwolf, puis m’occuper d’Orion, qui n’aurait pas dû survivre.
Eût égard à notre amitié, je te déconseille de me suivre ou de t’impliquer. Considère cela comme un avertissement – l’unique.
La Balance Cosmique est en jeu ; je ne saurais faire preuve de pitié ou de remords pour la protéger. »


L’instant d’émotion est passé.
Le monstre inhumain est de retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Inscription : 25/09/2017
Messages : 257
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Mar 21 Nov 2017 - 22:55
La lune chasse toute ombre, sauf celle de l'âme ft. Mister Miracle



La proximité physique de Scott, qui s’était rapproché d’elle, et le désespoir, la profonde détresse, qui ne cessaient de passer dans son regard lui donna envie de tendre le bras et de serrer celui de Scott entre ses doigts, mais elle se retint. Il y avait un temps où elle aurait su avec précision quelle aurait été la réaction de Scott à sa tentative de rapprochement, un temps qui, d’ailleurs, ne remontait pas à plus tard que trois jours auparavant, mais elle n’était plus si sûre de ce qu’il se passait désormais. Si son amitié pour Scott était toujours profondément ancrée en elle, il était clair que l’homme qui se tenait à ses côtés, le regard perdu dans l’immensité étoilée qui pouvait être aperçue via les fenêtres de la base, n’était pas celui aux côtés duquel elle s’était battue pour sauver Clark. Mais elle savait également que Scott n’était pas non plus devenu quelqu’un d’autre en l’espace de trois petits jours. Elle avait vu les premiers indices quand elle l’avait retrouvé à Ivy Town pour recevoir sa mise à jour sur l’affaire de la disparition de Kal-El. Mais elle avait choisi de les ignorer, elle avait fait le choix clair et net de passer outre les regards de Scott et de ses hésitations, parce que la piste qu’il lui offrait sur Clark lui paraissait bien plus importante.

En bref, Scott avait raison sur un point : elle ne comprenait pas. Pas vraiment. Si ça avait été le cas, l’issue de leurs retrouvailles aurait été bien différente. Peut-être que le puzzle aurait même été complet, déjà, au lieu de se révéler encore plus complexe que ce qu’il avait été quelques instants plus tôt.

« Je suis désolée, » répéta-t-elle une nouvelle en tournant la tête vers Scott, mais sans se tourner complètement vers lui.

Elle avait commencé la discussion inquiète, désireuse d’aider son ami, mais si il continuait à parler par énigmes, elle n’était pas non plus complètement dans le noir. Il n’était pas difficile de faire la séparation, et il la faisait lui-même assez clairement : il n’était pas en train de discuter avec elle en tant qu’ami. Ce qui était en jeu était bien plus important, bien plus grand que leur relation et, si elle en croyait ce qu’il disait, plus important que toutes ses relations sur Terre. Cette distance qu’il créait, il ne l’imposait pas juste à leur amitié, mais au reste du monde également. Il pensait qu’elle s’était trompée en l’appelant comme elle l’avait appelé, mais Diana, elle, pensait une toute autre chose. A cet instant précis, il était réellement Scott Free, du Quatrième Monde. Il était celui qu’il choisissait d’être, et il l’était en dehors de sa réalité à elle, des limites de son monde.

« Steppenwolf est sous la protection de la League, » finit-elle par dire. « J’imagine que tu n’as pas l’intention de demander la permission. Tu sais ce qu’il va se passer. »

Ce n’était pas une question, pas non plus une supplique ou une tentative de lui faire entendre raison. C’était un fait. Scott prenait place d’un côté de la ligne, et elle, elle restait de l’autre côté. Elle ne pouvait rien faire pour lui s’il refusait de tendre la main.

« Et que va-t-il se passer, après ? Qu’est-ce que tu ne me dis pas ? »

Elle finit par pivoter elle aussi pour se tourner vers les fenêtres, mais surtout vers Scott. Il agissait comme s’il n’avait pas le choix, comme si sa seule chance était de travailler loin d’elle, d’eux, et de s’isoler complètement, mais elle refusait d’y croire. Elle avait grandi dans une communauté soudée, qui fonctionnait à l’entraide et à l’amour, et même après son arrivée dans le monde des Hommes, elle avait découvert que l’espoir brûlait toujours plus fort quand on se tenait aux côtés de gens à qui on pouvait faire confiance. Avec tout ce que Scott avait perdu… il ne devait pas perdre ça non plus, qu’il soit de ce monde ou pas.

« Rentre au quartier général avec moi, » demanda-t-elle. « Laisse-nous une chance de t’aider, explique-nous ce qu’il se passe. Tu auras accès à Steppenwolf et nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour t’aider, et t’épauler. »

Elle hésita un instant, ses yeux fouillant de Scott, avant de finir par se laisser tenter par une prise de risque.

« Je peux me battre à tes côtés, si tu m’en laisses la chance. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman En ligne
Inscription : 29/06/2014
Messages : 8929
DC : The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Mer 22 Nov 2017 - 10:56
Le regard fixé sur les Etoiles, via la fenêtre d’un des habitats de la Base Armstrong, Scott Free reste silencieux – longtemps.
Les paroles, toutes les paroles de Diane résonnent dans son esprit ; elles vont et viennent, et s’immergent complètement dans ses pensées, pour les impacter… pour les transformer. Pour, peut-être, envisager un changement.

La proposition est belle, en soi ; alléchante.
Retourner au Hall de Justice. Demander et obtenir de l’aide. Être assisté par la Justice League, désormais considérée à raison comme une force de paix dans l’Univers. S’ouvrir à ses amis. Être accompagné, rassuré… consolé.
Être aidé, en fait. N’être plus seul. N’être plus seul, enfin.

La proposition est alléchante, oui – et il doit bien avouer qu’il a affreusement besoin d’aide… de soutien… de présence… de réconfort.
Il veut accepter, en soi. Il est sur le point d’accepter. Il va accepter.

« Non. »

Mais non… pas d’aide. Pas de soutien. Pas de présence. Pas de réconfort.
Pas le droit.

« Je reconnais la valeur et l’intérêt de ton offre – mais je la refuse, Diana de Themyscira. »

Sa voix est froide, ses mots sont hachés, chaque prononciation est parfaite mais mécanique ; inhumaine, définitivement.

« Les forces et défis en présence vous dépassent… j’en suis désolé, ce n’est pas une insulte mais l’exposé d’un fait. Les Néo-Dieux avaient choisi ce nom par vanité, égocentrisme, mais cela exprimait une part de réalité : nous sommes… nous étions une civilisation par principe située dans les hauteurs de l’Ordre Cosmique ; nous manipulons la Réalité, tout simplement.
Je ne saurais vous demander, vous permettre de vous impliquer dans cette chaîne d’événements. D’une part, car je refuse qu’une telle implication puisse perturber la Balance que je tiens à préserver ; de l’autre, parce que… »


Sa voix se brise.
Discrètement, son corps se met à trembler, et il met de longues secondes à se reprendre – et à reprendre la parole, soudain atteinte d’une émotion réelle.

« Parce que je refuse de vous mettre en danger. »

Il soupire – et exprime, indirectement, toute son inquiétude, toute son affection pour les membres de la Justice League.
Il reprend, encore, mais son ton est bien plus bas… bien plus faible.

« Tu… ne peux te battre, ici. Ni pour moi, ni tout court.
Je… me suis damné, Diana. J’ai brisé mes valeurs, mes principes, mon mode de vie ; j’ai tout anéanti. J’ai tout détruit. J’ai tout tué.
Je… dois poursuivre, car hélas tout n’est pas terminé ; je dois achever mon travail. »


Mister Miracle se tourne, enfin – et plonge un regard d’une tristesse insondable sur le doux visage de l’Amazone.

« Seul. »

Il prend une grande inspiration, se rendant soudain compte qu’il cherche l’air – que la situation l’étouffe, tout simplement.

« Je reprendrai Steppenwolf, alors confiez-le-moi directement… puis je stopperai Orion. Et j’achèverai mon travail, Diana de Themyscira.
J’ai mis fin au Quatrième Monde… pour libérer les Néo-Dieux du Cycle. Je mettrai au monde le Cinquième Monde, le dernier – puis je fermerai le Cycle. J’effacerai les traces.
J’effacerai le Quatrième Monde… et toutes ses traces. »


Scott Free ne dit rien, ne formule pas clairement sa pensée – mais elle est évidente.
Il va finir son travail, oui. Il va causer des drames, agir abominablement.
Puis, il supprimera les ruines du Quatrième Monde… il se supprimera, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Inscription : 25/09/2017
Messages : 257
DC : Jason Todd ; Jessica Cruz
Localisations : Gateway City
Justice League
MessagePosté le: Lun 4 Déc 2017 - 1:13
La lune chasse toute ombre, sauf celle de l'âme ft. Mister Miracle



Le moment arriva, et Diana le reconnut, comme elle aurait reconnu une vieille amie. Même à Themyscira, elle l’avait vécue, cette réalisation aux conséquences inévitables, et le fait qu’elle se soit toujours faite sur le terrain d’entraînement des Amazones n’y change rien. Quand on se tenait face à quelqu’un d’autre et que cet instant particulier s’imposait, le résultat était toujours le même : que ce soit temporaire ou pas, l’on ne pouvait rien y faire. Diana aurait aimé avoir la solution, elle aurait aimé être persuadée que, comme lorsqu’elle s’entraînait à Themyscira, face à l’une de ses sœurs, ce bref moment ne soit qu’une pause dans une longue amitié. Mais le masque de Scott ne faisait rien pour cacher l’émotion de son regard, la profondeur de ses propos, le sérieux de la situation. Elle reconnaitrait ce moment entre mille, et malgré l’affection qui la liait à cet homme pour qui elle aurait pu donner sa vie sans hésiter, elle ne pouvait nier la vérité de ce qu’il se passait : à ce moment très précis, elle se tenait d’un côté, et lui de l’autre. Entre eux se trouvait un fossé et derrière eux, des objectifs distincts. A ce moment précis, ils étaient opposés, ils étaient rivaux – pour ne pas dire… ennemis.

Elle riva ses yeux dans ceux de Scott.

« Je voudrais pouvoir te dire que je comprends, » souffla-t-elle. « Mais ce n’est pas le cas. Je réalise cependant, les raisons de certains de tes choix. »

Elle appréciait qu’il ait laissé tomber sa fausse couverture de condescendance et de rejet, elle appréciait réellement qu’il lui fasse avec vérité et sincérité malgré ce fossé qui, inexorablement, qu’elle le veuille ou non, se creusait entre eux. Son offre de l’aider avait été sincère : elle se serait battue à ses côtés sans hésiter, elle aurait mené cette guerre qu’elle ne comprenait qu’en partie avec lui sans trembler de peur. Mais si sa proposition était vraie, elle ne l’était pas plus que les raisons qui justifiaient le refus de Scott : si elle aurait pu donner sa vie pour lui la conscience tranquille, lui n’aurait pu accepter un tel prix avec le même état d’esprit. Et cela valait pour chaque membre de la League. Cela valait pour tout.

Elle dévisagea son ami avec une affection sincère qui ne faisait que faire écho à celle qui emplissait le regard de Scott. Ils avaient vécu beaucoup ensemble, et cela même avant de se lancer dans leur quête de Kal-El ensemble. Elle éprouvait pour lui un profond respect que seul le temps, une amitié vraie et un passif des plus fournis pouvaient justifier, et si elle détestait se retrouver, pour la première fois, face à lui et non pas à ses côtés, cela ne changeait en rien ce qu’elle ressentait. C’est ce qu’elle tenta de lui faire comprendre alors qu’elle le regardait droit dans les yeux. Elle leva le bras, posa avec délicatesse – tendresse, presque – sa main sur l’épaule contusionnée de son ami, bleus et blessures facilement visibles à travers les lambeaux qui servaient désormais de costume à Scott, et exerça une légère pression sur le bras de son ami. Car, ami, il restera.

Malgré tout.

Malgré le regard de Diana qui se ferma, malgré la tendresse, l’affection et l’amitié qui se durcirent, se changèrent en métal liquide alors qu’elle écartait son bras. S’il pensait avoir été discret et avoir réussi à camoufler les détails sinistres de son plan, il avait de toute évidence oublié à qui il parlait. C’était cette certitude-là qui avait donné naissance au moment très précis où Diana avait réalisé qu’ils se tenaient désormais chacun d’un côté de la ligne. Mais elle n’était pas stupide. Il en fallait plus pour la berner.

« J’ai peur de pouvoir affirmer, au nom de la League, que Steppenwolf restera captif sur Terre, et qu’il ne te sera pas remis. Il sera gardé là où il ne pourra plus faire de mal à qui que ce soit. »

Son ton était solennel, presque cérémonieux. C’était le ton de la Princesse des Amazones, la Championne des Dieux de l’Olympe. C’était aussi un ton nuancé de la colère qui grondait en elle, car elle avait lu – clairement – entre les lignes, et si elle se tenait dans le camp opposé aux yeux de Scott, elle n’était pas pour autant indifférente à ce qui pourrait arriver à ce dernier. Bien loin de là.

Tellement loin, à vrai dire, que sa façade se brisa rapidement et qu’elle fit un nouveau pas vers Scott en secouant doucement la tête.

« Je ne peux pas te laisser faire ça, » reprit-elle, avec beaucoup plus de douceur et un brin de supplique dans la voix. « Tu sais pourquoi. Ton plan n’est qu’une mission suicide. Je ne peux accepter de te donner ce qui te mènera à ta mort, Scott. »

Elle dévisagea ce dernier, et dans sa tête, elle imagina cette nouvelle ligne de démarcation entre eux. Elle se tenait tout au bord, les orteils sur la limite, les muscles prêts à la propulser de l’autre côté. Elle n’avait qu’une seule chance, et elle le savait. C’était à Scott d’accepter qu’elle traverse.

« Je t’en prie, » dit-elle, dans un souffle. « Tu es mon ami. Je refuse de te laisser courir à ta perte. »

Elle avait vécu ce moment bien trop de fois auparavant, que ce soit temporaire ou pas, pour un entraînement ou pas, pour penser qu’il était facilement réversible. Et elle connaissait Scott, malgré ce qu’il semblait vouloir lui faire miroiter. C’était son unique chance, certes, mais il était déjà trop tard. Mais elle ne pouvait pas la laisser passer, elle ne pouvait pas ne pas essayer.

Elle ne pouvait pas ne pas croire et espérer.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5194-diana-prince-princesse-des-amazones-ambassadrice-de-themyscira-et-wonder-woman En ligne
Inscription : 29/06/2014
Messages : 8929
DC : The Bat ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Situation : Réincarné.
Localisations : En pleine évasion.


MessagePosté le: Lun 4 Déc 2017 - 21:35
À nouveau, Mister Miracle demeure silencieux... et perdu, surtout.
En proie à un chaos émotionnel, à un trouble absolu de ses sentiments, de ses pensées et également de ses espoirs et de ses doutes, il ne cesse de fixer Wonder Woman - et ne sait plus comment réagir.
Il ne fait rien quand elle le touche... mais frissonne, discrètement, implicitement. Il demeure figé, immobile, stoïque encore, ses yeux perdus et hagards, fixés uniquement sur la jeune femme à ses côtés ; il ne sait pas quoi faire. Il ne sait plus quoi faire.

En son for intérieur, un débat absolu a lieu... partagé entre, symboliquement, le Scott Free qu'il fut si longtemps, et le Néo-Dieu qu'il est désormais devenu.
D'un côté, il veut croire Diana - il veut accepter la main tendue ; il a pleinement conscience de ce qu'il risque, de l'ampleur de ses projets, et des menaces réellement qui rôdent sur... mais il n'a pas le choix.
Il doit avancer - il doit continuer ; et c'est pour cela qu'il y a cet autre côté, cette autre facette... ce reflet, sombre et terrible, qui ne cesse de le hanter. Et qui dicte, définitivement, sa position.

"Diana."

Sa voix est rauque. Les deux syllabes sont énoncées, exprimées avec une difficulté absolue.
Son regard demeure fixé sur elle - mais, enfin, elle peut y avoir quelque chose ; enfin, l'émotion y perle... comme les larmes, qu'il retient avec ténacité.

"Tu as... raison."

Il murmure. Il prononce chaque mot en un souffle, si difficile, si terrible à arracher de sa gorge, de ses tripes.

"C'est... une mission suicide. Je... n'y survivrai pas."

Ses yeux demeurent plantés dans le doux et beau regard de la jeune femme. Autour, il y a le visage - le sublime visage de la Princesse, qui fait tant rêver autour du monde ; il s'en fiche.
Seul compte son regard... leur intensité. Et leurs liens, leur lien, si intense, si profond, si réel.
Cette relation, qui compte tant pour lui. Cette relation, qui lui a permis de s'adapter à ce monde. Cette relation, qui l'a relié à l'Humanité, bien plus qu'Oberon ou d'autres. Cette relation, qui l'a aidé à tomber amoureux de la Terre...

"Tu es... mon amie, Diana. Définitivement. Irrémédiablement. Indubitablement.
Ton amitié... est extraordinaire. Même dans cet instant terrible, même dans ce moment où je suis prêt à rompre mes serments, à briser mes valeurs - tu entends encore m'aider, tu insistes, tu imposes un soutien que tu espères fécond.
Même au plus profond des abysses où je m'enfonce... tu veux toujours me secourir, me tendre la main."


Il sourit - timidement, faiblement, mais il sourit. Car cette relation est indispensable, fondamentale pour Mister Miracle.
Certes.
Mais Mister Miracle est mort.

"Mais, j'en suis désolé... tu te trompes, Diana de Themyscira."

Ce sourire, cette fine expression positive disparaît ; tout comme l'éclair dans son regard.
Il se fige, à nouveau ; il se statufie, encore.
Scott Free disparaît, hélas.

"Je ne cours pas à ma perte - je l'ai déjà trouvée."

Un profond, un désespérant soupir s'échappe de ses lèvres, alors qu'il bouge enfin... qu'il se détourne, lentement, pour n'offrir plus que son profil à Wonder Woman.

"Mon sort a été scellé quand j'ai anéanti mon... quand j'ai tué les miens. Un génocidaire ne peut bien finir, Princesse. Un génocidaire doit être sanctionné - qu'importe le bien-fondé de mes actes, je demeure cela.
Un génocidaire. Un tueur. Un meurtrier. Un monstre."


Il sait, par principe, qu'il va répondre - répliquer.
Il agit donc pour empêcher cela.

"Ton amitié fut l'une des plus belles choses que j'ai connues - mais elle s'achève ici, je le crains."

Le Néo-Dieu lève sa main - et Diana est soudain agressée par un choc sonique, prélude à une apparition bien connue...
... celle d'un Tunnel-Boum, juste derrière Wonder Woman, qui l'attire irrémédiablement.

"Je finis ici - et je quitte les lieux. Vous pourrez tout faire vérifier mais, je le promets... il n'y aura ni piège, ni stratégie ici. Juste un présent, pour l'Humanité..."

Il baisse les yeux, soudain mélancolique.

"Le dernier."

Alors que l'attraction du Tunnel-Boum la pousse irrémédiablement vers le vortex, le Néo-Dieu se tourne une nouvelle fois - une dernière fois vers elle.

"Diana."

Une pointe d'émotion se lit, imperceptiblement, dans sa voix et dans ses yeux.
Une nouvelle fois, c'est faible, minuscule - mais présent. Avant qu'il ne s'en débarrasse, via une posture d'une rigidité absolue.

"Je viendrai, pour Steppenwolf. Je viendrai.
Alors... préviens-les. Laissez-le-moi. Je t'en supplie, au regard de notre amitié..."


Il soupire - mais sans mélancolie, sans tristesse ; il soupire, d'exaspération, et croise les bras dans une attitude franchement hostile.

"... ne me force pas à vous le prendre. De force."

Le Tunnel-Boum absorbe, définitivement, Wonder Woman.
Et laisse le Néo-Dieu sur la Lune, dans la Base Armstrong... seul. Face à lui-même. Face à ses doutes. Face à son destin immuable et terrible.
Enfin. Seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t2742-l-odyssee-de-mister-miracle#28695 http://dc-earth.fra.co/t2525-mister-miracle
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

La Lune chasse toute Ombre, sauf celle de l'Âme [Wonder Woman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» la Lune, la semaine dernière
» LA FILLE DE LA PLEINE LUNE de Christian Grenier
» Raymond QUENEAU
» Il y a deux réponses à cette question, comme à toute les questions : celle du poète et celle du savant.
» Les gardiens de l'ombre • T1 Pleine Lune • Rachel Hawthorne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: Espaces :: Les autres planètes :: La Lune-