[Flashback] Un atome d'espoir [Jessica Cruz/GL]

Inscription : 21/11/2015
Messages : 1131
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Lun 4 Déc 2017 - 19:52
Si la Terre dispose, depuis sa création, d'un satellite naturel avec la Lune, l'Humanité s'est constituée depuis presque soixante-dix ans des satellites artificiels - des merveilles de technologie, lancées d'abord par quelques esprits aventureux, mais qui forment désormais la base des communications.
Cependant, si les premières zones spatiales autour de la planète sont désormais remplies de dizaines de satellites plus ou moins privés, il y en a qui se différencie des autres... un qui attire l'attention, par sa forme mais aussi son objet.

La Tour de Garde.
La base des Héros connus sous le nom de la Justice League - qui ont dévoué leurs vies à la défense d'un monde qui, parfois, les craint et les hait ; mais, toujours, a besoin d'eux.
Organisés depuis plus de dix ans maintenant, l'équipe s'impose une discipline forte, avec notamment la présence constante d'un membre de garde, pour vérifier qu'aucune crise n'est assez dangereuse pour nécessiter une intervention directe. Mais si cette tâche est indispensable, fondamentale... elle est profondément solitaire, et barbante.
Ce qui implique que chaque communication, chaque événement est accueilli avec un enthousiasme véritable.


"Tour de Garde, ici Cyborg... déclinez votre identité."

"Salut, Vic."

Victor Stone, plus jeune membre actuel de l'équipe, est de garde depuis dix heures - pour dix autres, encore. Et s'il a l'habitude d'être sur le satellite, il rêve plutôt d'une petite soirée avec Garfield, de passage dans sa vie ; ennuyé, blasé même, il ne peut s'empêcher de bondir sur son fauteuil, en entendant la voix qui s'exprime dans le système de communication de la base.

"Ray ! Comment va ?"

Une image apparaît sur un écran - celle de Ray Palmer, dit Atom, qui sourit en saluant le jeune homme.

"Oh, la routine... je règle quelques soucis administratifs. Revenir d'entre les morts n'a rien d'une sinécure, mais ça va... je revenais d'un cours du soir, et je me suis rappelé combien les gardes pouvaient être mortelles. Alors je me suis dis qu'appeler me ferait passer le temps en voiture, et occuperait le pauvre type coincé dans les étoiles !"

""C'est gentil, Ray... tu n'as pas tort, je m'ennuie ferme. Tu sais ce que c'est, quand une garde est vide..."

"Ouais, on se réjouit que le monde aille bien - mais qu'est-ce qu'on s'ennuie !"

Tous deux rient de bon coeur.
Ray Palmer a été l'un des premiers Héros à rejoindre la Justice League, après sa formation initiale ; s'il faisait environ vingt-cinq ans, il n'en avait en fait que dix-neuf à peine, même s'il était déjà professeur à l'Université d'Ivy Town. Alternant les passages au sein du groupe, il fut quelques mois plus tôt à l'origine de sa refondation, et mena la Justice League - jusqu'à son sacrifice, dans une crise cosmique, contre le Time Trapper et les Durlans.
Revenu d'entre les morts, en passant par de terribles épreuves, le scientifique a décidé de se retirer du groupe, qui lui rappelle des moments difficiles ; cependant, il le fait sans haine, sans rancoeur et sans remords. Désormais membre de la J.S.A., il reprend doucement pied dans la réalité... mais n'oublie pas, pour autant, les copains.


"Ouais, c'est ça... du coup, tu es où ? À Ivy Town ?"

"Oui, j'étais voir un étudiant chez lui, pour l'aider un peu... et je rentre à mon appartement. L'Université ne m'a pas encore rendu les cours en amphithéâtre, je fais du suivi scolaire... c'est déjà ça. Peut-être que je p..."

"Ray, je dois t'interrompre : il y a une alerte."

"Hein ? Quoi ? Où ça ?"

"New York. Dans un quartier Nord-Ouest - un quartier populaire, un peu branché, surtout étudiant. Proche d'une forêt. Enorme pic d'énergie... magique, selon les relevés. Un immeuble vient d'exploser - mais le phénomène s'étend. Les secours sont prévenus, mais n'y seront que dans sept minutes et douze secondes ; si le phénomène continue, tout le quartier sera atteint alors.
Désolé, Ray, mais je dois te laisser. Je prépare un Tunnel-Boum, et..."


"Victor, attends ! Je sais que tu veux y aller, mais n'oublie pas que tu es le seul de garde - et il est vingt-deux heures, personne ne viendra te remplacer. On ne peut jamais écarter l'idée d'un piège, et il faut encore surveiller le reste du monde."

"Je n'arrive pas à joindre Barry ou Clark, et il faut y al..."

"J'y vais."

"Quoi ?!"

"J'y vais, Vic. Je suis en train de formuler, avec mon téléphone, un numéro à proximité de l'explosion... oui, j'ai bidouillé ma voiture pour être en lien avec les systèmes de la Justice League. J'y vais, Vic."

"Mais Ray, tu n'es plus..."

"Vic, si tu m'interdis d'y aller parce que ma carte de la League n'est plus active... je te promets, mec, de rapetisser pour rentrer dans ton système et déconnecter les câbles qui activent tes bloqueurs urinaires. Je suis persuadé qu'une couche de métal serait du plus bel effet sur toi."

"Bon sang, Ray, je... Ray ? Ray ?!"

Le micro-Héros ne répond plus - car son véhicule vient de se garer, et l'appel via son téléphone portable vient d'être passé. Il a alors changé de taille, pour plonger dans l'appareil...

**
*
**

... et faire sonner un téléphone public, juste à côté de l'immeuble qui vient d'exploser. Aucun des badauds, concernés par l'étrange phénomène verdâtre qui affecte la zone, ne s'en préoccupe - mais une forme bondit du combiné...
... celle d'Atom, qui surfe sur les signaux téléphoniques et réussit donc à couvrir une distance énorme en quelques instants à peine.

A petite taille, pas plus haut qu'un pouce, il manipule sa masse, s'échappe de la cabine téléphonique et s'approche de l'immeuble concerné - avant de s'arrêter, pour essayer de comprendre ce qu'il se passe.

"Bon sang... mais qu'est-ce que c'est ?"

Vêtu de son système classique, Ray active sa balise et se signale à Cyborg.
Il prend quelques secondes, encore, et se prépare à aller enquêter - quoi qu'il en coûte. Quoi qu'il risque !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 175
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Mar 5 Déc 2017 - 18:19
Fear cuts deeper than swords

Jessica Cruz & Ray Palmer


Jessica était habituée aux démons qui vivaient avec elle dans son appartement. Elle était habituée à partager son espace vital avec ses peurs et ses angoisses, mais elle n’était définitivement pas habituée à ce que ses peurs lui répondent, clairement, avec des mots à vous glacer le sang.

Ca commença avec le bruit de verre brisé. Vint ensuite la lumière verte, et enfin, la voix. Elle semblait représenter tout ce qui effrayait Jessica, si bien qu’au premier mot qu’elle entendit, elle ne put faire autre chose que de se laisser tomber au sol et se blottir contre la porte, les muscles crispés et le cœur battant si fort dans sa poitrine qu’elle crut entendre ses côtes se fendre. Elle n’enregistra qu’à moitié ce que l’anneau lui disait, et c’est à peine si elle osait le regarder directement tant sa lumière lui était douloureuse, mais une chose était sûre : il faisait de ses peurs quelque chose de tangible, de palpable, et elles étaient actuellement en train de se serrer autour de son cou.

« Laissez-moi, laissez-moi, » supplia-t-elle, les sanglots alourdissant sa voix et l’empêchant de respirer normalement.

Elle s’empara de l’arme qu’elle gardait sur elle et qu’elle ne lâchait jamais, et elle tira, une fois, deux fois, dans l’espoir qu’une fois de plus, elle parviendrait à sauver sa misérable peau alors que la mort la regardait droit dans les yeux. Les balles qu’elle tira firent mouche, mais l’anneau ricana, et elle perdit pied en se rendant compte que la seule chose qui l’avait rassurée ces quatre dernières années, la seule chose qui lui permettait de gagner quelques heures de sommeil par-ci par-là, cette chose était complètement inutile. Son arme ne l’avait protégée en rien du tout, et elle était de nouveau vulnérable, sans défense.

L’anneau susurra d’horribles promesses de torture alors qu’il fondait sur elle. Elle hurla. Et il lui sembla alors qu’elle n’arrêta pas de hurler, pas une seule seconde, alors que la chose dans l’anneau prenait sa place, la repoussait, la violentait.

Elle hurlait encore quand elle traversa violemment le mur de briques de son appartement, et elle hurlait toujours alors que la lumière toxique de l’anneau matérialisait dragons et monstres terribles qui se nourrissaient de cette rue qui avait longtemps été sa rue. Elle tenta de se débattre, de reprendre le dessus, mais elle avait peur, et plus elle avait peur, plus l’emprise de l’anneau se raffermissait sur elle. Sa vision était troublée, déformée, et le monde lui apparaissait bancal, changé. Elle voyait menaces et terreurs nocturnes partout où elle posait son regard, et l’anneau murmurait dans son oreille qu’il était la seule chose qui pourrait la défendre, qui lui permettrait de faire face à cette peur qui la rongeait de l’intérieur.

« Laisse-toi aller, » sifflait la voix. « Laisse-toi aller, laisse-moi faire, laisse-moi faire. Ton arme n’a rien pu faire, mais moi, moi, je peux. »

Il le lui démontra. Il réduisit un nouveau pan de son immeuble en poussière, créa un nouveau monstre à plusieurs têtes qui semblait issu de ses pires cauchemars, et Jessica ne se rendit compte qu’à cet instant que toutes ces créations venaient d’elle. Elle était à l’origine de ce qu’il se passait, pas seulement son corps, mais aussi son esprit, ses peurs, ses angoisses. Elle regardait son anxiété, ses doutes, et chacun de ses cauchemars droit dans les yeux.

Jamais elle ne pourrait arrêter d’hurler. Plus maintenant. Cela faisait si mal, si peur. Elle aurait préféré mourir. Bon sang, pourquoi n’était-elle pas morte dans cette forêt, aux côtés de ses amis ? Pourquoi avait-elle survécu ? Pourquoi survivait-elle maintenant ?

« Parce que tu es à moi, » susurra l’anneau. « Parce que c’est moi qui choisit. Tu n’es plus rien, Jessica Cruz, plus rien. »

Elle se vit lever le bras avec horreur, elle vit son poing se serrer et elle sentit le feu se répandre dans ses veines alors qu’un éclat de lumière pur jaillissait de l’anneau, volant droit vers un groupe d’amis terrifiés qui tentaient désespérément de se cacher derrière une voiture, au bout de la rue.

« NON, » hurla-t-elle.

Cette fois-ci, ses cordes vocales vibrèrent et sa voix franchit la barrière de ses lèvres. Sa voix, à elle seule. L’anneau répondit à cet affront par une nouvelle dose de peur liquide et de douleur brûlante qui la firent se plier en deux et fournirent à l’éclat vert qui l’entourait encore plus de puissance.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1131
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Mar 5 Déc 2017 - 21:58
Déterminer la zone de la crise, de l’attaque ne fut pas difficile : à peine débarqué dans ce quartier anonyme au Nord-Ouest de New York, Atom a aisément détecté l’étrange aura verte qui entoure un immeuble, et commence à s’avancer vers son voisin ; cependant, comprendre l’origine de cet événement, l’analyser, le stopper et également protéger les civils – c’est autre chose. C’est plus compliqué.
Mais, alors qu’il manipule sa masse pour voler et filer directement vers le bâtiment concerné, Ray ne peut s’empêcher de sourire… compliqué. C’est compliqué, oui.
C’est une chance, alors, qu’il ait spécialisé son existence, dédié sa vie à régler les problèmes ; et, si possible, les plus compliqués.


« Ray, les premières analyses arrivent : le phénomène est mystique. Il active plusieurs signaux et alertes étranges, dans la Tour de Garde… ça parle de Terre-3, de Crime Syndikate of Amerika, et ça exige d’appeler Clark ou Bruce… ça te dit quelque chose ? »

« Oui. »

Le scientifique serre les dents, alors qu’il pénètre dans l’immeuble, flottant au-dessus de la masse d’habitants anonymes qui s’enfuient. Sa voix change, et se fait soudain bien moins enjouée qu’auparavant.

« Ca me dit quelque chose, oui. Ca me dit… que ce serait bien que tu les préviennes, oui. »

Le Crime Syndikate of Amerika est un vieil ennemi de la Justice League – un ennemi intime. Une équipe, en fait, venue d’une autre Dimension, où les principes sont opposés… où les Bons sont Mauvais ; où les Mauvais sont Bons. Et où eux, les membres du groupe, sont des tyrans abominables…

« Je suis presque à l’épicentre du phénomène. Je coupe la communication. »

Si Atom a souvent modifié ce costume, il ne dispose ni de la technologie, ni de l’argent de Bruce pour en faire une arme, un outil ; il n’a donc pas de caméra intégrée, de filtre visuel, d’ordinateur de bord. Il n’a que lui, ses capacités – son expérience. Et son courage, même s’il n’aime jamais évoquer ça publiquement.

Il ne lui faut que quelques instants pour rejoindre l’étage où la lumière, où la puissance est la plus importante ; il fonce, sans réfléchir, au travers de la serrure, abaissant sa taille au passage.
Le micro-Héros débouche donc à l’intérieur… et, il doit bien l’avouer, il ne comprend pas grand-chose à ce qu’il s’y passe.


« Wow. »

Un appartement, de taille moyenne ; il ne peut rien voir de la décoration. Une lumière, terrible, l’aveugle, mais ses yeux s’habituent… et il peut, donc, découvrir que cet appartement n’est pas vide.
Il y a quelqu’un – une femme. Une jeune femme. Aux origines latines, à priori. De taille et proportions moyennes, mais jolie.
Ce n’est néanmoins pas sa beauté qui attire son attention, et force son visage à former une grimace ; c’est ce qu’il se passe… ce qu’elle vit. Ce qu’elle subit.

Pour beaucoup, le tableau serait clair : une jeune femme, auréolée d’une puissance verte qui vient de briser des meubles, luit brutalement, et menace ; une jeune femme qui hurle, prise dans une tempête qu’elle provoque ; une jeune femme dangereuse, qu’il faut stopper – par tout moyen, vu le danger qu’elle provoque.
Mais Ray Palmer ne pense pas ça.

Le scientifique, par déformation professionnelle dira-t-il, refuse toujours de s’abandonner à la première vue, au premier avis ; il va toujours plus loin. Il regarde au plus près. Il se fixe sur le plus petit, le plus insignifiant… les détails. La vérité.
Et, là, s’il est vrai que la jeune femme hurle et incarne une menace – elle ne hurle pas de rage ; elle hurle de peur.
Elle est terrorisée. Elle fixe son bras comme s’il n’était plus le sien. Elle crie, encore et encore, et ne détruit rien ; elle se contrôle. Elle essaye de se contenir.

Elle est une victime, ici.
Et il doit donc la sauver. Par tout moyen.


« Vic, je suis sur le point de faire quelque chose d’incroyablement stupide, dans le cadre d’une situation incroyablement dangereuse. Je te conseille, je te demande même très officiellement de bien vouloir confirmer l’appel à Clark et Barry… juste au cas où cela se passerait incroyablement mal, comme je le crains. »

Sa réplique a été prononcée à haute vitesse, sur un ton enjoué ; faussement enjoué.
L’humour et la détente, pour cacher l’appréhension. Le stress. La certitude d’échouer, comme d’habitude.


« Quoi ? Ray? Qu’est-ce que tu dis ? Ray ?! »

Mais, à nouveau, les appels de Cyborg restent lettre morte.
Car Atom s’est précipité, s’est agrandi pour prendre la taille d’un enfant – et chope, littéralement, la jeune femme en manipulant sa masse.
Tous deux filent alors dans les airs, puis fracassent une fenêtre, Ray veillant à faire barrage pour qu’elle ne soit pas blessée ; ils débouchent alors à l’extérieur, et il modifie encore sa masse, puis celle de la fille, pour se précipiter vers les hauteurs… vers les cieux.


« Salut. »

Alors qu’ils filent, bien moins vite que Superman, il baisse son visage masqué, et esquisse un sourire qui se veut doux et rassurant.

« Je suis Atom – Ray Palmer. Ça va ? »

Pas d’attaque. Pas de question. Pas de jugement. Pas d’agression.
La rassurer, d’abord. Après avoir commencé l’évacuation ; la rassurer, toujours. Et, après, il pourra voir comment gérer ça…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 175
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Mer 6 Déc 2017 - 0:23
Fear cuts deeper than swords

Jessica Cruz & Ray Palmer


Tout se passait bien trop vite pour qu’elle ne puisse réagir – comme si elle savait comment réagir, de toute façon. Ses pensées se bousculaient dans son esprit, repoussées par la présence de plus en plus imposante de cette voix, cette chose qui susurraient mille promesses de torture dans le creux de son oreille. Jessica tentait, tant bien que mal, de garder le dessus, de ne pas perdre pieds en se concentrant sur les présences autour d’elle, sur ses voisins, les passants divers qui se promenaient à New York en une si belle soirée, mais à chacun des contres qu’elle essayait de mettre en place, l’anneau – Volthoom, répliquait par une nouvelle parade, et il ne ratait jamais sa cible.

Elle vit, pendant un court instant, les silhouettes vagues mais bien trop familières de ses amis se matérialiser dans le large halo vert qui l’entourait. Horrifiée de voir ses peurs prendre vie autour d’elle, d’entendre toutes ces choses qu’elle avait toujours craint d’entendre, elle lâcha finalement prise. C’était comme de glisser le long d’un toboggan, sauf que ce toboggan là n’avait pas de fin et que le tube n’avait rien des attractions colorées pour enfants. Folle de douleur et de panique, elle tenta une nouvelle fois d’arracher l’anneau qui s’était accaparé son doigt, mais ses ongles eurent beau griffer, ses doigts agripper, aucune prise n’était assez forte.

Elle était perdue. Après tout ce temps, après tout ce qu’elle avait vécu. Elle en aurait pleuré. Elle éclata à la place d’un rire hystérique aux accents graves qui n’étaient pas les siens.

C’est à cet instant précis que quelque chose à priori solide et plutôt rapide lui rentra dedans. Le choc lui coupa le souffle, mais c’est la colère et la réponse de l’anneau qu’elle enregistra alors qu’on la propulsait à travers les airs. Son bras se leva de lui-même et elle sentit la puissance étrangère en elle se préparer à l’assaut et, ses yeux écarquillés cherchèrent en vain la future cible. Elle sentait les bras autour d’elle, la présence contre elle, mais la lumière verte l’éblouissait bien trop pour qu’elle ne discerne un visage. Elle aperçut, ceci dit, un combo de couleurs familiers, et juste à temps, puisque ses doigts se serrèrent sur l’attaque qui était sur le point d’être lâchée.

« Non, non ! » paniqua-t-elle.

Son refus de céder face à la peur lui brûla les veines, et elle laissa échapper un cri mêlé de sanglots, mais elle avait au moins réussi à dévier le jet de puissance pure qui s’échappa de son poing. Elle le regarda s’enfoncer dans la nuit sous ses pieds, et c’est à cet instant qu’elle se rendit compte qu’ils s’envolaient, bien qu’elle ne sache pas comment. Elle perdait totalement pied avec la réalité, et ça la terrifiait. Encore plus.

« Ne me lâchez pas, » supplia-t-elle en s’agrippant finalement à l’homme qui la tenait.

Elle avait reconnu les couleurs – elle avait passé les quatre dernières années à regarder la télé et à rêver être aussi courageuse que tous ces héros qui ne cessaient de sauver la peau de l’humanité. Elle savait qui était Atom. Elle l’avait vaguement entendu prononcer un nom quelques instants plus tôt, mais il était passé à travers la terreur qui brouillait son esprit. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’il était là, qu’il la tenait, et que s’il sauvait le monde régulièrement, alors peut-être… peut-être pourrait-il la sauver elle.

« Egoïste, » ricana la voix dans son esprit avant de jouer avec ses souvenirs, sa culpabilité. Ce n’était pas elle qui devait être sauvée, c’était ses amis qui auraient dû être sauvés d’elle.

Jessica s’agrippa encore plus fort au héro venu à sa rescousse, les dents serrées et les yeux remplis de larmes.

« Je vous en prie, » supplia-t-elle. « Aidez-moi… Aidez-moi avant qu’il ne m’utiliser pour tuer, avant qu’il ne vous tue. Ce n’est pas moi, je vous jure que ce n’est pas moi… »

« C’est ton bras, » fit la voix dans sa tête. « Tes peurs. C’est toi qui me rend si puissant. »

Jessica secoua vivement la tête avant de fermer les yeux, tremblante.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1131
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Mer 6 Déc 2017 - 8:45
« Je sais. »

La phrase est prononcée avec suffisamment de force, de calme et de courage pour passer pour une réplique de cinéma – pas digne de l’échange entre Leïa et Han, plus proche des lignes de dialogue d’un Chuck Norris ou d’un Sylvester Stallone dans leurs grandes heures ; ces mots veulent apaiser, rassurer, réconforter.
En les disant, Atom veut que la jeune femme inconnue puisse penser, se persuader même que tout ira bien, qu’il va trouver une solution – même si, en réalité, il n’a strictement aucune idée de ce qu’il se passe, ou de ce qu’il peut faire pour gérer ça.


« Je vous crois, et je vais vous aider. »

La tenant fermement contre lui, Ray a désormais une meilleure prise, un meilleur maintien. Il peut donc plus aisément manipuler leur masse à tous les deux, et modifie ainsi la densité de la jeune femme pour faciliter le vol – et accélérer leur fuite vers les cieux.
Ce qui devient indispensable, vu l’ampleur du danger qui repose sur New York.

Quelques instants plus tôt, il a pu pénétrer dans l’appartement, s’emparer de l’inconnue et partir – mais l’étrange anneau à son doigt a directement tiré une rafale d’énergie émeraude, qui a disparu dans l’obscurité nocturne ; heureusement, il a entrevu globalement sa traînée, et elle n’a touché personne. Cette fois-ci.
Palmer a suffisamment d’expérience pour savoir quand il ne faut pas tenter sa chance la fois de trop… et il est clair que, s’ils restent près des civils, cela ne peut que mal se passer ; sa conscience ne supporterait pas un nouvel échec, autant donc prendre le plus de distance possible.


« Mademoiselle… Mademoiselle comment, au fait ? »

Le scientifique vole toujours, mais prend un instant pour baisser les yeux vers la jeune femme.
Jolie, définitivement. Apeurée, indubitablement.
Il lui sourit, en essayant d’adopter une voix sympathique et rassurante ; virile, presque, même s’il est loin d’être un modèle à ce niveau.


« Moi c’est Ray… et ça va bien se passer. Je sais que vous avez peur, je sais que vous ne savez pas ce qu’il se passe – mais ça va aller. »

Il plante son regard dans le sien, et l’intensifie pour marquer ses paroles.

« Je me doute que ça ne va pas, que vous vous sentez mal… mais je ne vous demanderais qu’une chose. Expliquez-moi. Décrivez-moi ce que vous ressentez… ce qu’il se passe. »

Le micro-Héros jette un rapide coup d’œil autour de lui ; ils se rapprochent des nuages, mais sont encore loin d’être dans une zone sans air.

« J’imagine ce que vous ressentez – vous ne comprenez rien, vous volez, ce qui est génial mais pas prévu, et vous avez peur ; mais ça va aller. Je suis là. Je vais vous aider.
Mais, pour ça, il faut me dire ce que vous avez – ce que vous ressentez. Après, on se débarrassera de ça, et on ira… se commander un truc, OK ? J’ai faim, et je crois qu’il y a de bons livreurs à New York, non ? »


Atom tente de détendre l’atmosphère – il est sûr que cela ne fonctionne pas, et s’en veut de sa lourdeur.
Il continue de voler et de monter, entendant dans son oreillette quelques réflexions de Cyborg, qui finalise ses recherches ; il sent, il sait déjà ce qu’il se passe, mais il a besoin d’entendre la version de la fille… autant pour confirmer sa théorie que pour la détendre, elle.
Il fait certainement face à une attaque d’un anneau maléfique venu d’un autre monde. Pour réussir, il aura besoin de toutes les informations – mais d’elle, aussi.

Ils ne s’en sortiront qu’ensemble.
Quoi qu’il arrive, c’est à deux qu’ils devront agir – à deux qu’ils vaincront, ou périront.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 175
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Mer 6 Déc 2017 - 23:33
Les yeux du héros étaient les seules choses que Jessica pouvait voir. Elle sentait le vide sous ses pieds et le coin de son champ de vision se remplissait de vide, mais elle n’osait détourner le regard, elle n’osait même pas battre des paupières. Il était la seule chose qui l’ancrait à ce qu’il se passait à l’extérieur d’elle-même, la seule chose qui n’était ni sa peur, ni la voix dans sa tête, ni la lumière verte acide qui lui brûlait les rétines. C’était un héro qui était venu la sauver, un héro qui la tenait contre lui, c’était la preuve tangible et physique qu’il restait quelque chose de bon dans ce monde et que l’espoir n’était pas mort. Ces quatre dernières années, elle avait souvent mis cette idée de côté, trop en colère et trop apeurée pour accepter que, quelque part, des ados comme ses amis, comme elle avait jadis été, étaient sauvés par ce que l’humanité avait produit de mieux. Maintenant, elle était consciente que le moment était venu d’y croire. Si elle ne voulait pas sombrer, il fallait qu’elle croie, ne serait-ce qu’un peu, qu’il restait quelque chose d’elle qui méritait d’être sauvé.

« Il va te blesser, Jessica, » susurra la voix. « Tu as blessé, détruit. Il est en train de te neutraliser. Pourquoi crois-tu qu’il t’emmène loin de la ville ? »

Jessica prit une profonde inspiration. Ses yeux se posèrent sur ses propres doigts, agrippés aux épaules d’Atom, et elle prit alors conscience de la force avec laquelle ce dernier la tenait. Ses pensées, toujours affolées, n’y voyaient là aucun signe, bien trop effrayées par le feu que la voix avait lancé, une fois de plus, mais elle décida de se forcer à voir dans cette force plus qu’un prélude à la chute qu’il pourrait très bien lui infliger.

« Jessica, » laissa-t-elle finalement échapper. « Jessica. Je m’appelle Jessica Cruz. »

« Il s’en moque, il s’en moque ! Il va te blesser, te laisser tomber, te faire mal. »

Son souffle se coupa dans le fond de sa gorge, réflexe physique qu’elle ne pouvait contrôler, réponse logique de la vague de peur qui s’empara de nouveau d’elle. Elle sentit quelque chose gronder dans les veines de son bras, quelque chose pousser et tenter de se frayer un chemin vers la sortie – sortie que l’anneau terrible représentait. Il n’y avait même pas une heure que l’anneau était à son doigt, mais déjà elle reconnaissait la familiarité de ce rugissement qui était, jusque-là, toujours venu avec son lot de destruction. Elle serra son bras contre elle, encaissa la douleur, sanglota alors que cette dernière lui blanchissait la vue et enfouit instinctivement son visage contre le torse de celui qui la tenait.

« Aidez-moi, » répéta-t-elle une nouvelle fois, suppliante, terrifiée. « J’ai … j’ai peur. J’ai si peur. Il… L’anneau, il me parle… il dit que vous voulez me faire du mal. »

Le poing fermé et serré, elle sentait ses ongles écorcher sa paume, mais elle n’osait plus bouger, elle n’osait pas déplier son bras, de peur que la colère grandissante de la présence dans son esprit ne prenne le dessus et l’utilise pour détruire, une fois de plus. La ville était en grande partie hors d’atteinte, elle le voyait bien, mais il restait quelqu’un près d’elle qui pouvait faire une cible de choix. Il y avait de l’espoir chez cet homme. Elle les avait regardés, lui et tous les autres, sauver le monde, sauver des anonymes, se battre pour une cause sans nom. Dans la grande balance de l’univers, il était tellement plus important qu’elle, tellement plus nécessaire. Si l’un d’eux devait y rester cette nuit-là, ça devait être elle. Elle préférait encore se faire avaler par la chose qui avait pris possession de ses angoisses que de laisser ce monstre détruire tout ce qu’Atom représentait à cet instant – pour elle, et pour le reste du monde.

« Je ne serais pas contre quelques empanadas, » dit-elle, pantelante, revigorée par son accès soudain – et inattendu – de courage et désireuse de prendre le plus de distance possible avec cette peur qui grondait en elle. « Il y a un restaurant pas loin de chez moi où ils les font… »

Sa voix se noya dans l’éclat de rire qui lui vrilla les tempes. La présence dans sa tête se moquait ouvertement de sa tentative de reprise de contrôle.

« Ne vois-tu pas, Jessica ? Il te manipule. Il veut profiter de la chute, il veut profiter de ton impuissance, et tu le laisses faire ! Ca ne te rappelle rien ? Tu. Le. Laisses. Faire. »

Jessica fut parcourue d’un frisson. Elle resserra son bras contre elle, de toutes ses forces, en essayant de ne pas paniquer de sentir ses veines gonflées et pulsantes sous ses doigts – mais c’était peine perdue. Elle ferma les yeux, serra les dents et tenta de faire disparaître la litanie de la voix dans sa tête sous le bruit de ses propres pensées.

« Ce n’est pas moi, » murmurait-elle. « Ce n’est pas moi, ce n’est pas moi, ce n’est pas moi… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1131
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Jeu 7 Déc 2017 - 11:47
Atom continue de filer dans les airs.
Une partie de lui est ultra-concentrée : il doit manipuler la masse de Jessica pour faciliter le vol, il doit manipuler sa propre masse pour s’alléger et monter dans les hauteurs, mais aussi se re-densifier par moments pour éviter qu’il ne monte trop vite, trop haut ; s’il a pris l’habitude, au fil des ans, de mener cette gymnastique intellectuelle intense, elle est toujours difficile dans les moments de tension et de stress – et il en vit un important, là.
Mais il ne montre rien.


« Jessica… salut, Jessica. Moi c’est Ray, mais je l’ai déjà dit, non ? Je me répète souvent. On dit souvent que les Héros ne sont pas bavards, mais je crois que je fais exception… enfin, en un sens, c’est surtout Batman qui ne dit rien, mais les gens ont tendance à croire que les Héros sont tous comme lui. Hey, il n’y a pas que la Chauve-Souris, hein ! »

Ray parle – autant pour lutter contre son stress, sa pression, que pour occuper la jeune femme. S’il n’est pas le meilleur ou le plus expérimenté des Héros, il a suffisamment affronté de menaces et secouru des civils pour savoir quel impact ces événements ont sur eux ; et il devine, il soupçonne que Jessica Cruz est dans un état encore pire que les autres.
Elle a besoin d’aide… besoin d’être rassurée, calmée. Occupée.
Alors, il parle – pour lutter contre son stress, et le sien.


« Des empanadas ? Mais qu’est-ce que c’est ? Rien que le nom a l’air bon ! »

Volontairement, il n’a pas répliqué à la litanie de la jeune femme sur la peur.
Pas maintenant. Pas encore.


« Et bonne idée, pour le restaurant. Saviez-vous que la Justice League prend les notes de frais ? C’est génial ! Je n’en fais plus partie, mais je crois qu’ils ont oublié de révoquer mes droits… ça a dû se perdre, entre deux fins du monde et un changement de base.
Bref, ça me dirait bien d’aller au restaurant, et je peux même payer ma tournée ! Enfin, si ça ne vous gêne pas d’être invitée, bien sûr. »


Palmer sourit encore – et s’arrête.
Il stoppe leur vol au niveau des nuages, et fige leur avancée ; ils flottent, désormais, Jessica dans ses bras. La gymnastique intellectuelle pour rester ainsi est encore pire, mais il sait… il sent qu’il vaut mieux s’arrêter là.
Et affronter directement la crise.


« Jessica. »

Sa voix, jusque-là rieuse, plaisante, agréable et joueuse, change.
Elle devient plus sérieuse – plus directe. Mais plus douce, aussi. Plus rassurante.


« Je sais que vous avez peur… et c’est normal. Je sais aussi que ce n’est pas vous… c’est ça. »

D’un mouvement de tête, il désigne l’anneau, avant de figer ses yeux dans ceux de la jeune femme.

« J’ai toutes les raisons de penser que vous êtes victime d’un anneau venu d’une autre Dimension. En apparence, il est similaire à un anneau de Green Lantern – vous savez, ces poseurs qui aiment créer des dizaines de trucs verts – mais il a un fonctionnement différent, opposé.
L’anneau des Green Lanterns vise ceux qui contrôlent leurs peurs ; cet anneau vise ceux qui ont peur. »


Atom soupire, discrètement. Il parle calmement, posément ; sans se presser, sans aller trop vite, sans aller trop loin.

« Vous avez peur, Jessica – je le sais, je le sens, je le comprends. Mais pas uniquement à cause de l’anneau, non ? »

Son regard se fait soudain doux, tendre.

« L’anneau vous harcèle, vous ronge, vous attaque à cause de votre peur, Jessica. Je n’ai aucune idée de ce que vous avez subi, de ce qui est arrivé – et, oui, je ne vous connais pas. Pas encore. »

Un petit sourire, et il reprend rapidement.

« Je sais que vous avez peur – et je le comprends. Mais vous n’avez pas à subir la peur… pas tout le temps.
Je… me doute que vous ne savez pas comment faire. Je me doute que vous souhaitez juste… abandonner, lâcher, vous recroqueviller dans un coin ; c’est légitime. Mais vous êtes forte, Jessica. Très forte. Sûrement plus que vous ne le pensez. »


Il sourit, encore, mais pour lui donner de la force, de la confiance.

« Vous êtes la cible d’une entité extra-dimensionnelle qui veut vous posséder. Le phénomène a débuté il y a… quoi ? Une heure ? Moins ? Qu’importe.
Vous subissez une attaque venue d’une créature qui a dominé et vaincu des centaines de porteurs ; et vous êtes toujours là. Vous n’avez tué personne. Vous n’avez rien détruit qu’on ne peut reconstruire. Vous n’avez pas libéré l’énergie.
Vous la maintenez… vous la contrôlez. Difficilement, j’en suis sûr – mais le principe demeure. Vous la contrôlez. Ne comprenez-vous pas, Jessica ? »


Ray se penche en avant, approchant un peu plus son visage du sien.

« Vous contrôlez l’énergie – vous avez peur, mais vous êtes forte.
Allez au bout alors, Jessica. Prenez conscience de ce que vous faites. Prenez conscience de votre force.
Contrôlez vos peurs… comme vous contrôlez, déjà, ce qui vous fait peur. »


Le scientifique se doute que c’est plus facile pour lui que pour elle – mais il sent qu’elle peut le faire ; qu’elle va le faire.

« Je suis là, Jessica. Pour vous. Avec vous. Je ne partirais pas. »

Il sourit, et gonfle ses muscles inconsciemment.

« Jamais. »

Atom connaît la valeur d’une promesse – et il ne la fait pas à la légère.
Il ne la laissera pas, non ; il ne laissera plus personne. Et surtout pas quelqu’un, comme elle, qui n’a rien demandé, et subir un enfer qu’il entend lui éviter.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 175
DC : Wonder Woman ; Red Hood ; Starfire
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Jeu 7 Déc 2017 - 23:45


Un atome d'espoirRay Palmer & Jessica Cruz
La voix d’Atom - Ray était chaleureuse, profonde. Elle était aussi constante et jamais ne disparaissait, jamais ne se laissait vaincre par le halo de lumière ou la voix dans la tête de Jessica. Les yeux clos, les pieds pendant dans le vide et le corps blotti dans les bras de ce héros qu’elle n’aurait jamais pu espérer voir venir, elle écoutait, elle l’entendait. Elle n’enregistrait pas tout ce qu’il disait, mais dans le vide qui les entourait, c’était un son qu’elle appréciait et sur lequel elle souhaitait continuer à se concentrer. Ils n’étaient pas plongés dans le silence – et elle aurait eu du mal à l’entendre de toute façon, avec le chaos en elle – mais leur position exceptionnelle avait le mérite de lui donner l’impression d’être dans une bulle, loin du reste du monde. Le bruit des voitures, les cris, les explosions, tout ça était resté loin sous ses pieds. Elle sentait et entendant le vent, sa respiration et celle de Ray Palmer. Quelque chose se détendit en elle, comme la tension qui lui brûlait les muscles s’effaçait peu à peu, alors qu’elle s’apercevait qu’elle ne pouvait plus blesser quiconque, qu’elle avait presque été neutralisée.

« Neutralisée ?! » fit la voix. « Mais tu es à moi, Jessica. Tu as toujours été à moi. »

Jessica se mordit la lèvre inférieure.

« Les… Les empanadas, c’est… mexicain. C’est une pâte à pain farcie avec... avec… »

Sa voix mourut dans les hauteurs autour d’eux alors qu’elle tentait désespérément de faire le vide dans ce qu’il se passait dans sa tête. Elle peinait à s’entendre penser, à entendre ce qu’Atom lui disait, à entendre son propre cœur battre. Son bras pulsait d’une puissance qui lui était inconnue et douloureuse, et son sang semblait être d’acide désormais. Elle essayait de fuir, de créer distraction après distraction pour éviter la confrontation, mais chacun de ses stratagèmes s’écroulait dans son esprit les uns après les autres, et sa peur redoublait d’intensité. Elle était pourtant passée maître dans l’art de la fuite ces quatre dernières années… Elle aurait dû pouvoir, elle aurait dû en être capable…

« N’est-ce pas la seule chose dont tu es capable ? » minauda la voix, et Jessica se revit tourner les talons et courir - fuir - alors qu’un de ses amis tombait, un trou de balle fumant entre ses deux yeux.

Son corps se crispa, parcouru par quelques spasmes saccadés alors que l’anneau vibrait autour de son doigt. C’est son prénom qui la sortit du brouillard qui s’emparait d’elle. Son prénom, prononcé avec toute la douceur et la force possible venant d’un homme qui ne la connaissait pas. Un homme qui ne la lâchait pas. Jessica leva les yeux vers lui et ne lâcha pas son regard une seule fois, le cœur battant à tout rompre dans sa poitrine. Elle sentait les larmes couler le long de ses joues alors qu’elle buvait presque ses paroles. Quelque chose se passait pendant la nano seconde qui s’écoulait entre le moment où les mots quittaient les lèvres de Ray et celui où ils arrivaient dans le cerveau de Jessica. Ses oreilles attrapaient l’information, ses canaux auditifs les transportaient et ses synapses en extrayaient le sens, mais quelque part, au milieu de toute cette danse, les paroles de Ray se transformèrent en mantra et bientôt, chaque mot qu’il lui disait intégrait une litanie qui gagnait en ampleur dans sa tête.

« Elle est à moi, elle est à moi ! » cria la voix en elle, mais elle ne parlait plus assez fort maintenant. L’esprit de Jessica était déjà rempli des mots de Ray.

« Jamais, » répéta-t-elle dans un souffle, les yeux rivés dans ceux de Ray.

« Quoi ?! » s’égosilla la voix, enragée.

Comme à travers la lunette encrassée d’un vieux télescope, Jessica crut apercevoir une silhouette verdâtre dans un coin de son esprit. Elle la repoussa.

« Jamais, » dit-elle une seconde fois, d’une voix plus assurée.

« Il veut abuser de toi ! Il n’est pas le héros que tu crois ! Tu ne mérites aucun héros ! »

Jessica secoua doucement la tête, son regard toujours ancré dans celui de Ray Palmer. Elle ne le connaissait pas, et lui non plus ne la connaissait pas. Elle ne savait de lui que ce qu’elle avait vu à la télévision, et il ne savait d’elle que ce qu’il avait vu ce soir même, mais elle ne pouvait s’empêcher de le croire. C’était une certitude dont elle ne comprenait pas l’origine, mais qui était bel et bien là et qui prenait de plus en plus de place en elle, repoussant à chaque instant les remous de ses propres peurs.

« Tu crois qu’il tiendra sa promesse ? » chuchota la voix, mais cette fois-ci, Jessica y vit la preuve de son affaiblissement plutôt qu’une tentative de lui faire encore plus peur. « Comme toi tu as tenu ta promesse cette nuit-là, dans la forêt ? De toujours être là pour tes amis ? »

Ce n’est pas la peur qui s’empara d’elle cette fois-ci. Le regard rivé dans celui de Ray Palmer, elle succomba, certes, mais pas à la terreur. Au chagrin. La vague la balaya sans crier gare, lui coupant le souffle et lui brouillant la vision. Elle s’accrocha à cet homme qui avait promis de ne jamais la laisser, et éclata en sanglots tandis que les flots en elle noyaient la présence étrangère – pour le moment.

« Merci, » laissa-t-elle échapper entre deux hoquets, et alors qu’elle se laissait aller à la douleur et à la fatigue, se vêtements changèrent sur son corps. Le vert maladif que l’anneau lui avait imposé disparut et elle se retrouva vêtue comme elle l’avait été quand elle avait perdu pieds : en pyjama.

Au moins, pour le moment, le silence était revenu dans son esprit. Mais ce foutu anneau était toujours à son doigt et elle sentait bien que la chose n’était pas partie. Pas encore. Ses pleurs se firent presque enragés à cette idée. Pas encore.


© 2981 12289 0

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1131
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Sam 9 Déc 2017 - 11:54
Atom reste silencieux - longtemps.
S'il a souri et été positif quand elle lui a expliqué le fameux plat mexicain, il a repris ensuite un air sérieux, calme, déterminé ; sympathique, encore, avec une ombre de sourire au creux des lèvres. Mais le moment n'est plus à la conversation ou à la diversion.
L'instant est au combat, terrible, absolu, aride et définitif de Jessica contre l'entité ; et c'est un affrontement, hélas, dans lequel il ne peut rien.

Ray se tait, donc, mais ne fait pas rien pour autant ; il la regarde. Il laisse ses yeux fixés, plongés dans ceux de la jeune femme - et il l'aide autant qu'il le peut.
Par ses mots, il a tenté de lui faire prendre conscience de sa force. Par ses diversions, il a tenté de la détendre. Par son discours, il a tenté de lui donner l'envie et le courage de se battre ; mais c'est à elle de prendre la main, maintenant. D'enchaîner.
Par sa présence, la seule chose qu'il puisse maintenant lui offrir... il ne peut que lui confirmer ce qu'il a dit, ce qu'il a promit. Il ne la laissera pas. Jamais.

Et alors qu'elle répète ce mot, ce mot incarnant cette promesse - il sait, il sent que ça fonctionne.
Elle se défend. Elle se bat. Elle repousse l'ennemi.
Et elle gagne.

Palmer ne dit rien, encore. Il sait que ces moments sont terribles, absolus ; c'est un combat contre soi-même, contre un adversaire à l'intérieur, ici réel mais qui s'appuie sur les propres doutes, les propres peurs de la jeune femme. Celle-ci fait face à elle-même - et lui sait très bien que le pire ennemi que tout un chacun peut affronter est bien la personne dans le miroir ; bien plus qu'un Darkseid ou Brainiac, c'est soi-même qui peut être son pire adversaire.
Jessica y fait face, aujourd'hui ; et elle ne se démonte pas. Elle se bat. Elle serre les dents. Et elle réussit, vu qu'elle ne cède pas en larmes de désespoir... et qu'il est toujours vivant, surtout.

Alors que les secondes passent, défilent, le scientifique se rend compte qu'il tient dans ses bras... une sacrée femme, oui.
Bien peu auraient supporté l'attaque de Volthoom, que Cyborg a maintenant clairement identifié et vient de le lui confirmer par réseau interne. Bien peu auraient réussi à tenir l'énergie maléfique. Bien peu auraient pu se calmer ainsi, et décider d'affronter le monstre ; et encore moins auraient réussi.


"Merci à vous, Jessica."

Elle pleure, explose en sanglots et se blottit contre lui - mais pas de désespoir, de peur, de défaite ; de fatigue, de lassitude.
Elle a gagné... même si elle l'ignore encore, Palmer le sait. Elle a gagné. Elle a réussi l'impossible.
Sacrée nana, oui. À surveiller, encore, au cas où. Et à mieux connaître, assurément.


"C'est une première étape - il y en aura d'autres. Elles seront difficiles."

Sa voix est tendre, douce.
Lentement, il a amené une main gantée vers elle - et caresse, doucement, sa tempe. Son regard demeure fixé sur elle, souriant et rassurant.


"Mais pas autant que celles-ci... pas autant que la première. Déjà, parce que ce premier combat est gagné - et cela, personne ne pourra jamais vous enlever cette première victoire. Ensuite..."

Il se penche encore plus, et sourit.

"... parce que vous n'affronterez pas les suivantes seule. Je suis là, je l'ai dit. Et je ne serais pas le seul à vous soutenir."

Le micro-Héros jette un regard au-dessus d'eux, et esquisse un sourire plus plaisantin.

"Pardonnez l'humour un peu naze, mais... je viens de vous mener au septième ciel. Que diriez-vous de vous offrir la Lune, maintenant ?"

Il glousse, légèrement - mais est sérieux.
Cyborg se tient prêt à les emmener, à les ramener. Toute la Justice League est alertée ; tout le monde est prêt, présent. Pour elle.
Jessica Cruz vient de mener une des plus terribles batailles de son existence - et elle a gagné. Autant face à Volthoom, mais aussi le droit d'accéder à d'autres niveaux, d'autres strates de vie ; où elle ne sera pas la seule.
La Justice League l'aidera, la conseillera, l'accompagnera ; et Ray aussi.

Le chemin est long, pour elle, pour réussir à contrôler l'anneau et sa vie - mais elle y arrivera, Palmer le sait. Il y veillera. Il l'a promis.
Et, définitivement, il ne revient jamais sur ses promesses... surtout aux jolies filles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] Un atome d'espoir [Jessica Cruz/GL]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mystery In Space [Jessica Cruz]
» [Gavalda, Anna] 35 kilos d'espoir
» UN ETE POUR TOUT CHANGER (Tome 1) de Melissa De La Cruz
» Vers l'espoir d'une vie nouvelle...
» une lueur d'espoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-