Sommet Atlantis-Surface aux Entreprises Wayne

Inscription : 17/01/2017
Messages : 821
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 14 Déc 2017 - 13:46
Au coeur de Gotham City est installé le siège de l'une des plus vieilles mais aussi des plus puissantes sociétés du pays, voire même du monde.
Les Entreprises Wayne.
Lancée en pleine expansion de la ville par l'une des familles de fondateurs, l'organisation n'a jamais cessé de grandir, tout en veillant à conserver une vraie volonté d'aider, d'accompagner la population ; les Entreprises Wayne font du profit, mais essayent aussi de faire le bien - et leur siège incarne une forme d'espoir pour les Gothamites.



Plus de quatre mois plus tôt, les Entreprises Wayne ont aidé à reconstruire la cité dans un temps record, grâce à l'impulsion de son P.D.G. qui avait subi une tentative d'assassinat de la part de la Présidente Waller ; et Gotham City a réussi à remonter la pente, à survivre et à se recréer des bases solides.
La vie avance, donc, et Gotham City continue - mais les problèmes profonds n'ont pas encore été réglés, et les intéressés doivent veiller à toujours aider les plus nécessiteux, les plus faibles ; c'est l'objet de la soirée de ce soir.

Les Entreprises Wayne organisent un dîner mondain pour réunir des fonds afin de poursuivre la reconstruction, et surtout la réintégration des moins bien dotés. Des dizaines d'invitations ont été lancées, des centaines d'invités sont présents...

... et la soirée bat déjà son plein, alors que les premières tournées sont enclenchées et que les plats commencent à se faire sentir par tous les convives.

Cependant, cette soirée a une autre vocation : favoriser, et plutôt réenclencher, la collaboration entre le Royaume d’Atlantis et ce que ce dernier considère la Surface.
Si les choses sont évidemment plus complexes que cela, car la Surface est composée de plusieurs dizaines de pays aux histoires, cultures et intérêts divers, la présence d’Atlantis est désormais actée – et tout un chacun comprend l’intérêt et même l’indispensable obligation de composer avec une Nation qui englobe, finalement, l’essentiel de la planète.

Bruce Wayne, playboy décadent mais qui s’est découvert une fibre politique lors de la Présidence Waller, a donc organisé une soirée, autant pour Gotham City que pour nouer des liens avec Atlantis – dont les représentants ont affronté, eux aussi, la Présidente tyrannique, quelques semaines plus tôt.

Ainsi, alors que la fête a déjà commencé, et bat son plein, toutes les attentions demeurent fixées sur l’organisateur, le maître des lieux – l’homme massif, sombre, aux tempes grisées par son entrée dans la catégorie des quadragénaires, mais séduisant malgré tout, qui discute au milieu de la salle…

… Bruce Wayne lui-même.
Qui attend, patiemment, l’arrivée des Atlantes – et espère, surtout, que l’entrevue et la soirée permettront de sceller une véritable alliance avec la Surface.

Les relations ayant toujours été complexes avec Atlantis, surtout après la terrible épreuve récemment subie par Aquaman, il craint que cela tourne mal… mais compte sur Tula et Garth, les ambassadeurs en poste, pour assainir les liens. Lui-même y mettra du sien, d’ailleurs.
Il y a trop en jeu pour passer à côté de cette opportunité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 18/10/2017
Messages : 143
Localisations : A préciser
MessagePosté le: Jeu 14 Déc 2017 - 16:54
Au pied du colosse de verre et d’acier qui domine Gotham, un ballet de véhicules savamment orchestré se joue. Faire ralentir sans créer de bouchons, ne faire ombrage à personne mais vérifier chaque invité et garder le tout fluide avec un zeste de sourie. C’est l’impossible réussite du staff de la tour W. Au milieu de ce concerto en limousine je descends de mon véhicule officiel escorté par deux gardes du corps. L’un d’eux présente ses accréditations de membre des services secrets et j’entre par le grand hall de la Cathédrale des Waynes.





Nul tricherie pour une fois, la fille de l’ancien président de Etats-Unis a toute sa place dans cette réception et j’avais répondu à l’invitation envoyé à la famille. Les anciens présidents et leurs proches ont toujours eut comme rôle de jouer les médiateurs dans ce genres de réceptions et comme j’avais un rôle actif dans son administration cela aurait été dommage de ne pas sauter sur l’occasion. Par hasard mon regard croise mon image reflétée par les grands miroirs du hall et je m’y arrête un bref instant.


Narcicisme ? Pas vraiment, je ne porte pas souvent ma prothèse oculaire et pourtant elle avait certainement du coûté un rein à mon père où aux contribuables. Mais le travail est soigné et cela me fait un peu étrange d’avoir cette paire de saphirs qui me dévisagent. Je cligne des yeux pour apprécier la réaction du faux iris et mon regard descend sur ma tenue.
Comme le disais ma mère c’est l’arme de ce genre de réceptions : une robe fuseau légèrement échancrée de couleur neige assortie à mes cheveux et un cou vierge de tout ornements pour ne pas cacher la perspective. Laisser le regard couler naturellement de mes yeux bleus et mes lèvres vermeilles vers mon nombril.
Deux simples boucles d’oreilles comme parure, deux perles qui avaient appartenu à ma mère. Un œil avertis reconnaîtra certainement la finesse d'une ancienne ferronnerie orientale autour des perles. Ni plus ni moins, plus aurait certainement été jugé ostentatoire, moins je serais passé pour négligée.




Et quelques revendications, entre mon chignon et les baguettes qui tiennent ma chevelure mes traits orientaux sont mis en valeur. Mais pour contrebalancer ces saveurs orientales, une coupe moderne et occidentale de ma robe. Ainsi, esthétiquement parlant, j’affirme clairement avoir les pieds entre deux mondes. Enfin, deux mondes de la surface.


Je glisse mon téléphone dans mon sac à main est armée ainsi je m’apprête à entrer dans l’arène.
Ma fille tu voulais te lancer dans le grand bain ? Alors plonge ! Sous l’eau ils doivent bien cultiver comme nous, j’espère que je n’ai pas fait d’impair avec ces perles.
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mer 27 Déc 2017 - 14:13
Dans l’ascenseur qui la mène à une réception mondaine, Tula s’est blottie contre Garth. Le pauvre doit être un peu pris au dépourvu avant de lui rendre l’embrassade. La rousse n’a aucune envie d’être là.
Pas à cause de la surface ni même de Gotham, qui malgré l’affection que leur portent les nombreux héros qui la protègent n’est rien de moins qu’un cloaque à ses yeux. Ni parce qu’elle va devoir jouer un exercice qu’elle n’apprécie guère, à savoir faire la potiche à moitié et appliquer la diplomatie ferme voire brutale de son roi. Encore moins, parce que cette dernière promet de faire couler énormément d’encre (et se serait là un bien moindre mal) si elle est révélée au grand jour.

Accessoirement elle va devoir mener un interrogatoire poussé à un membre honoraire de la league et pas un qui est connu pour être loquace, le seul surfacien qui figure dans les plans de guerre atlantes.

Batman.

Elle va devoir tirer les vers du nez à la chauve-souris de Gotham, dans son fief et entouré de civils. Donc pendant les quelques secondes qui lui reste, elle veut profiter de la présence et du soutien que lui procure la présence de Garth. Car la suite risque d’être bien moins agréable.
Pour l’occasion la rousse à sorti ses plus beaux atours, qui bientôt fera son effet parce que sa tenue serait considérée comme exotique, alors que les atlantes pouvaient dire la même chose des tenues surfaciennes. Parée de voiles d’écailles et de perles la tenue attirera les regards de bon nombre de gens parce que les Atlantes ne sont pas des prudes comme au-dessus et encore ce n’est rien comparé aux mœurs …légères des tritoniens. En plus ce n’est pas sa faute si l’essentiel de sa garde-robe sont des armures d’écailles.

Alors qu’elle se détache de l’étreinte de son bien-aimé, la porte s’ouvre avec un /ding/ le vigile posté à l’entrée écarquille les yeux à leur passage que ce soit la robe ou le couple qu’elle forme, Garth avec ses tatouages ne passe pas plus inaperçu qu’elle.

Au premier coup d’œil on peut constater qu’ils n’ont rien de commun avec les gens déjà présents.
Mais Tula soutient les regards et s’avance telle une conquérante (ce qu’elle est un peu en fait) dans la salle de réception, elle est une attraction avec Garth si les médias montrent des atlantes assez régulièrement ils restent un peuple de mystères et de légendes.

Le combat va commencer sous peu et leur roi leur a caché bien des choses, comme par exemple le fait que Batman porte au final un autre costume se soir que celui d’une chauve-souris, apres tout le smoking est plus adapté pour ce genre de réception. Un sourire mutin fleurit sur son visage qui aurait cru que sa magie aquatique aurait servi aussi loin des côtes à débusquer une cible ?
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 821
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 27 Déc 2017 - 15:26
La soirée bat son plein.
Des dizaines d'invités sont déjà présents, discutent, échangent des confidences, des ragots ou des critiques, profitent des plats et des alcools ; ils s'amusent, mais surtout attendent. Ils attendent la venue des vedettes de la soirée, ils attendent les fameux Atlantes, si mystérieux et si dangereux mais si excitants, et également les autres... les Héros, les métahumains ou d'autres encore.
Tout un chacun sait que ce type de soirée peut et va attirer la présence de personnes d'exception, et les invités sont là pour cela ; ils ne seront pas déçus.

Si les Atlantes ne sont pas encore là, beaucoup peuvent déjà apercevoir Rose Wilson, fille d'un précédent Président des Etats-Unis d'Amérique, tombé au champ d'honneur lors d'une des heures les plus graves du pays. Par sa beauté, sa prestance, sa classe mais surtout un soupçon d'étrangeté, elle attire les attentions, les flatteries et les envies.
Elle attire et intrigue, certes ; mais cela s'évapore à leur arrivée.

Le silence se fait, et explose comme une bombe, quand ils rentrent dans la salle ; les Atlantes.
Tula et Garth.
Elle, soeur d'un précédent Roi d'Atlantis, fille adoptive de la Reine Alanna, bien placée dans l'ordre dynastique ; lui, ancien élève d'Aquaman, finalement héritier d'une communauté perdue, Roi des Idéalistes mais aussi héritier potentiel du Trône principal par adoption. Tous deux membres des Titans. Tous deux Héros.
Tous deux désormais Ambassadeurs du Royaume à la Surface, chargés d'une mission diplomatique impossible ; et impressionnants, par leurs allures et leurs costumes.

Très vite, le brouhaha reprend, mais toute l'attention bondit littéralement sur Tula et Garth. Le duo tente de répondre aux sollicitations, aux invitations, aux commentaires, mais ils sont très vite happés et soûlés de bruit, de mots, d'appels... et ils vont perdre pied, c'est certain.
Sauf si quelqu'un les aide. Sauf si quelqu'un les protège.


"Veuillez m'excuser."

Une voix, lourde et autoritaire, se fait entendre - et, alors, la foule se fend, comme par magie.

"J'ai quelques mots à formuler à nos chers Ambassadeurs."

Une vague de déception s'empare des curieux agglutinés autour de Tula et Garth... mais ceux-ci disparaissent rapidement, s'évaporent ; nul ne souhaite provoquer la colère ou la gêne du maître des lieux, devenu sérieux et déterminé depuis la révolte contre Waller, mais aussi connu pour son caractère changeant.

"L'exotisme et l'inconnu attirent toujours l'attention, surtout de ce type de personnes. Je vous prie de m'excuser, j'aurais dû vous avertir."

Quelques pas ont suffi à Bruce Wayne pour rejoindre le duo d'Atlantes. Il s'arrête devant eux, et tend sa main vers Garth avec une attitude virile et sèche.

"Votre altesse des Idéalistes. Bienvenue."

"Garth ira très bien, Br... monsieur Wayne."

"Afin de nous éviter les plaisanteries de monsieur Grayson, nous opterons pour Bruce et Garth, d'accord ? Je n'ai nulle envie de l'entendre rire de nos politesses."

L'Atlante pouffe, mais partage la poignée de main virile et sincère du Chevalier Noir. Ce dernier se tourne ensuite vers Tula, s'empare de sa main, et lui offre un baise-main du meilleur goût.

"Votre altesse royale. Bienvenue."

Il sourit, après avoir lâché sa main. Un coup d'oeil lui suffit pour repérer sa cible, et il lève une main avant d'augmenter le ton de ses mots.

"MADEMOISELLE WILSON !"

Ainsi appelée, la jeune femme ne peut éviter d'être menée, inconsciemment, par la foule vers le trio, désormais légèrement à l'écart mais scruté par toute l'assemblée.

"Mademoiselle Wilson. Je ne pense pas avoir eu l'honneur de vous croiser... ce soir, et en de telles circonstances. Puis-je me permettre de louer le choix de votre tenue, et la grâce de votre allure ? Une véritable leçon d'élégance."

Bruce sourit, pas dupe de la connaissance de chacun ici de sa double-identité. Si Rose l'a certainement su par Slade ou par les informations gouvernementales, car il ne doute pas qu'une femme comme elle le connaisse, Garth le sait via ses liens avec Dick Grayson, et Bruce n'imagine pas un fiancé caché cela à quelqu'un comme Tula.
Tous savent, donc ; mais personne ne doit rien dire. Un petit jeu va ainsi se lancer.
Que la partie commence.


"J'ignore si vous vous connaissez... pardonnez-moi si les présentations sont redondantes.
Mademoiselle Wilson, je vous présente Tula, Princesse du Royaume d'Atlantis, ancienne Titan et désormais Ambassadrice officielle à la Surface, et également Garth, fils adoptif du Roi Orin, Roi lui-même des Idéalistes, ancien Titan, et également Ambassadeur.
Tula et Garth, je vous présente Rose Wilson, fille d'un Président des Etats-Unis d'Amérique, et... elle-même pleine de surprises, que je lui laisserais révéler."


Un léger sourire, un peu provocant, glisse sur son visage.

"Bon... que dites-vous de cette soirée ? Est-elle aussi insupportable pour vous, que pour moi ?"

Son ton, enjoué, et son discours, léger, peuvent surprendre, vu sa double-identité ; il le sait. Il agit ainsi autant parce qu'il veut, réellement, s'ouvrir et être moins sombre, que parce qu'il veut tester chaque partie.
Beaucoup se joue, ce soir. Beaucoup se jouera après ce soir. Les tests commencent ; et, pour l'avenir de l'Humanité, personne ne doit échouer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 18/10/2017
Messages : 143
Localisations : A préciser
MessagePosté le: Ven 5 Jan 2018 - 11:54


Non, je n’étais pas au milieu d’une foule compacte, jouant coude à coude pour sauvegarder quelques centimètres carrés d’espace vital afin de respirer…..
Cela aurait été bien trop simple.
Dans cette situation j’aurais nagée dans la meute jouant nonchalamment de ma force pour me tailler un chemin. Jouant les jeunes filles ballotées par la foule alors que j’étais en train de la traverser. Laissant les invectives derrière moi entre les dents de jaloux bloqués par la meute.
Mais ici tout est bien différent.




La meute sociale, bien plus dangereuse mais son manque de densité est juste une illusion d’optique.
Chaque « personnage » est entouré d’un espace vital difficile à approcher sans se montrer grossière. Et d’une simple interjection, ou d’un simple regard vous pouvez vous retrouver bloquée aussi fermement qu’avec des menottes.
Sans compter ce petit côté bal mortel.


Regardez-moi ce sénateur, véritable requin de ce genre de cérémonies. Place centrale, placé de trois-quarts par apport à l’entrée. Position royale d’interception et d’observation nonchalante des nouveaux arrivants. Il fait semblant de se tourner vers une invité et son regard se pose sur moi. Un petit geste pour me saluer tout en m’invitant et comme je ne peux faire semblant de ne pas l’avoir vu je suis piégé comme un homard dans sa nasse. Et au sourire vicieux qui se lit dans ses yeux je sens bien qu’il en jubile.

« Sénateur, c’est toujours un plaisir de vous rencontrer. »

« Mademoiselle Wilson, comment va la famille ? »

« Oh, je n’ai pas encore trouvé de pierre à mettre au doigt pour en fonder une. Faites confiance dans la presse people, je suis persuadée que la moitié de la planète sera au courant avant mes proches. »

-Je lui rends son sourire en le voyant déstabilisé par ma réponse, je sais bien que ce n’étais pas la question.
« Et pour le reste, et bien …
Laissons ce genre de détails pour la Présidence des Etats-Unis. Le jour où il faudra faire une annonce je serais bien présomptueuse pour essayer de voler la vedette. D’ailleurs ce n’est pas le nouveau directeur des services fédéraux à côté du buffet ?
Excusez-moi mais Il faut absolument que je le remercie pour son petit mot, je vous laisse en si bonne compagnie. »


Voilà, mange digère, cogite…

Mademoiselle Wilson….

J’aurais dû prendre un taser…..

Je me retourne en gardant mon masque radieux quand j’entends notre hôte lancer les présentations des invités d’honneurs. Bon je ne sais pas qui voulait lancer une nouvelle joute mais j’ai un peu de répit. Je commence à détailler la foule qui me sépare du centre de la pièce. Certes ce n’est que quelques enjambées, mais que la route semble longue. Par la voie centrale je vais tomber dans un nid de journalistes, les frelons c’est encore bien moins agressif. Par la gauche sur une volée de politiciens …

Mon nom roule sur les lèvres de notre hôte, un ton plein de franchise ferme et enjoué. Mais qui tonne comme un coup de tonnerre attirant d’un seul coup les feux des regards sur ma personne. Je prends la pose en ignorant les regards sur ma personne. Pour mieux observer le messie qui fend la mer rouge devant lui. La foule s’ouvre en deux comme la mer rouge repoussée naturellement devant son pas aussi naturel que vif. Et j’ai à peine le temps de m’en rendre compte que j’ai déjà franchis l’abime infranchissable.

Citation :
"Mademoiselle Wilson. Je ne pense pas avoir eu l'honneur de vous croiser... ce soir, et en de telles circonstances. Puis-je me permettre de louer le choix de votre tenue, et la grâce de votre allure ? Une véritable leçon d'élégance."

Merci monsieur Wayne, je n’ai pas l’habitude d’avoir un tel chevalier servant. Vous savez, j’essaye juste d’être au niveau de votre réception.

Se tournant vers les habitants des profondeurs.

Vos Altesses, c’est un honneur de vous rencontrer.

- Je me fais une légère révérence. -

Idéaliste, c’est quoi ? J’ai l’impression que c’est une ville où une communauté. Un mouvement politique ?

Je vais travailler de concert avec vos anciens collègues. Avec un peu de chance nous auront la chance de nous faire plus ample connaissance à l’avenir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mer 7 Fév 2018 - 10:54
Atlantis a toujours été depuis sa fondation en surface une ville qui crépite qui vibre d’actions et de personnes, pour ne pas dire de personnages colorés. Avec sa chute en mer la cité-état à un peu perdu de sa superbe et à présent les réunions mondaines sont assez rares. Pour ne pas dire rarissimes. Du coup les atlantes sont presque comme des poissons hors de l’eau. Cela va prendre un temps à ce qu’ils s’accommodent d’autant de personnes venues pour se montrer et parler. A vrai dire le concept s’éloigne un peu de ce qu’elle avait personnellement imaginé, Tula aurait vu peut être quelque chose de plus studieux et de moins alcoolisé. Mais après un petit temps nécessaire d’adaptation les deux atlantes font front face aux sollicitations diverses et variées englobant entre autres des questions parfois douteuses.

Heureusement qu’ils ont un peu l’habitude avec l’ambassade de répondre à toutes sortes de questions.
Mais le flux ne tarit pas et menaçait de les submerger ce qui aurait été un comble quelque part pour des êtres à moitié aquatiques. Heureusement un homme interrompit les questions en se positionnant à leurs côtés, demandant presque une entrevue privée. L’hôte de la soirée, dirigeant d’une des majeures fortunes du globe, Bruce Wayne de son nom et probable promoteur dans tout ce qui pourrait se construire dans les relations naissantes entre leurs peuples.
Un allié à ne pas négliger sans aucun doute.

- Heureusement l’ambassade atlante nous a donné un petit aperçu de la fascination des humains pour notre peuple.

Pourtant, ce n’est pas cela qui déstabilise un quart de seconde la rousse mais bien le fait que derrière ce visage affable et courtois ce cache le seul surfacien prévu dans les plans de guerre atlantes.
Aussi elle lance un regard mutin à son homme alors qu’il ne sait trop comment l’appeler et lui serre maladroitement la main. De son côté elle retire vivement la sienne, parce que toute empreinte de l’éducation et des mœurs atlantes, ce genre de comportement sous l’eau aurait signifié une demande de relations intimes.

Aussi Tula se retourne-t-elle un peu vivement alors qu’une autre invitée est interpellée, il s’agit d’une jeune femme superbe dans une tenue blanche. Rose Wilson, fille d’un ancien président des Etats-Unis…et effectivement elle semble pleine de surprises… Pour le moment Tula ne voit que l’implant qu’elle a posé qui paraitrai naturel si l’atlante n’avait pas une vision aquatique et sa musculature discrète mais semblable en tous points à la sienne. Une jeune femme entrainée au combat, cela ne fait aucun doute. La rousse tend sa main et adresse un sourire.

- Je vous en prie Mademoiselle Wilson, nos titres ne sont que cela, et je préfère largement plus de simplicité…. De plus s’il s’agissait de réunions officielles de la royauté atlante, croyez bien que ni mon fiancé ni moi-même ne serions présents.

Elle laisse échapper cela, autant pour créer une sorte de connivence qu’elle utilisera plus tard et la rousse se réserve sur le comment de son utilisation. Mais en aucune façon elle ne laissera passer le moindre petit profit que cette soirée promet. Mais encore une fois Bruce vient orchestrer tout cela , en bon maitre de cérémonie et de maison. Il n’y a pas à dire cet homme sait manier ses masques avec une dextérité à en rendre jaloux plus d’un.

- Je dois avouer que nous n’avons pas l’habitude de tant de monde …et de telles réceptions…
La rousse profite alors de voir son homme s’attarder plus que de raison sur un plateau de petits fours au poisson qui ne lui avait rien demandé.

- Pourquoi ne pas nous échapper un instant à la terrasse ? Profiter de l’air frais et d’un peu moins de bruit. Vous nous accompagnez Mademoiselle Wilson ? Je ne sais pas si j’arriverais à supporter deux hommes et leurs discussions …

[hj]avec mes excuses pour la lenteur de ce post [/hj]
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 821
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 7 Fév 2018 - 13:13
La réception bat son plein – remplie de monde, d’invités, de pique-assiettes, mais aussi de personnalités importantes, concernées ; qui nouent des liens, provoquent des rencontres, envisagent des suites.
Discutent. Parlent. Echangent.
Planifient, finalement. Tel est l’objet de tels moments… de telles réceptions.

Mais Bruce n’y a jamais été à l’aise.
Que cela soit enfant, aux quelques-unes auxquelles il a dû participer, puis adulte, aux trop nombreuses qu’il a dû subir, il n’a jamais cessé de s’y ennuyer – d’y être troublé, gêné, par la foule, mais aussi par le bruit et l’inintérêt des conversations.
Evidemment, ces événements peuvent avoir quelques avantages, et il y a appris quelques éléments intéressants ; mais les retours sont bien faibles, par rapport aux lassitudes trop souvent ressenties.

Cependant, alors que tous les invités échangent, lui se concentre sur certains d’entre eux… ceux qui recueillent son intérêt, et sa curiosité.
Rose Wilson, d’un côté. Guerrière. Fille de mercenaire, Vilain, Président. Titan. Et bien plus encore. Qui va et vient, virevolte au milieu des invités, parfaite dans l’apparence, terrible dans les contacts.
Et les Atlantes, bien sûr ; l’objet de toutes les attentions. Tula, impressionnante et belle ; Garth, terrible et imposant.


« Mademoiselle Wilson, ma réception a été organisée dans l’espoir que des gens comme vous répondent à l’invitation. Vous m’en voyez honoré, et surtout ravi. »

Un sourire – de surface, surtout, mais sincère, aussi.
Depuis une récente rencontre, sous un autre masque, Bruce apprécie réellement Rose ; il s’est d’abord pris de compassion pour elle, puis après d’affection. L’existence terrible de la jeune femme attire un peu de pitié, mais c’est surtout sa détermination et son refus de se laisser abattre qui l’impressionnent.
Elle est une guerrière… dans tous les sens du terme ; il respecte cela. Admire cela.


« Votre altesse royale, je crains de devoir vous contredire : si votre Ambassade vous a permis de nouer quelques contacts, ils ne sont rien par rapport à ce que vous pourrez rencontrer. A l’Ambassade, vous jouez à domicile ; ici, vous êtes clairement en terrain… »

Extérieur, peut-on s’attendre à entendre.

« … adverse. »

Les mots sont bruts, secs – mais sincères.
Que Tula et Garth ne se trompent pas ; ils sont en représentation, mais aussi évalués et jugés. Ils ont peu d’alliés, ici.
Mais peuvent au moins compter sur lui, comme son langage physique le leur confirme.


« Votre trouble est compréhensible, Princesse Tula, et votre proposition d’instant à part me paraît pertinente. Mademoiselle Wilson, peut-être pourriez-vous faire admirer les hauteurs de la ville à notre invitée, tandis que je présente son altesse des Idéalistes à quelques représentants ? »

« Hem… un bol d’air m’aurait plu, aussi. »

« Je n’en doute guère, mais votre ancienne école écossaise a adressé des envoyés, pour vous rencontrer… mieux vaut faire cela rapidement, n’est-ce pas ? »

« Euh… oui. On va dire que oui. »

Garth sourit, en façade. Puis se tourne vers Tula, qu’il prend par la taille quelques instants, avant de glisser quelques mots à son oreille.

« Fais attention – mais je suis là. Je garde un œil sur toi. »

Un petit clin d’œil, et l’Atlante disparaît dans la foule avec Bruce.
Abandonnant ainsi la guerrière et la princesse.


(HJ/ Aucun problème ! Smile /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 18/10/2017
Messages : 143
Localisations : A préciser
MessagePosté le: Lun 12 Fév 2018 - 15:39
La princesse tique vraiment sur mon faux œil, visiblement les hommes poissons ont le nez fin.
« Avec plaisir, la vue de Gotham est toujours enivrante du haut d’un nid d’aigle. »

Se tournant vers l’atlante.
« Votre Altesse, vous avez certainement déjà eut l’occasion de voir Gotham, mais le ballet de la vie qui parcours les artères de cette ville est un spectacle saisissant à tout heure. Du moins pour une citadine comme moi.

D’ailleurs êtes-vous plutôt ville où campagne ?

Vous préférez passer vos temps libres dans les rues d’une citée où à visiter un canyon sous-marin ? »


Je marche vers la terrasse d’un pas décidé afin de ne pas me faire interrompre où coupé par un invité.
« Je comprends parfaitement votre situation, nos habitudes sont parfois un peu étrange. Si vous prenez une personne au hasard dans nos rues, elle sera très certainement antimonarchique. Et pourtant, nos stars et nos vedettes forment une aristocratie qui a les mêmes … travers.

Et cette schizophrénie n’est pas notre seule mauvaise habitude. Je ne connais pas votre monde mais ici, nous avons toujours vécus dans les contacts entre civilisations. Certes c’est une grande force, mais nous avons aussi récolté certaines mauvaises habitudes.

Comme l’étiquette par exemple...

Si je me présentais devant vous avec trop de modestie. »


Bref comme toi

« Cela pourrait être perçu comme une grave insulte politique car la traduction serait quelque chose se rapprochant de :
Vous ne méritez pas le déplacement. »


Une princesse et diplomate qui avoue être la cinquième roue du carrosse, soit elle est en train de faire ses classes soit elle se fiche clairement de notre gueule. Bref, oui je suis peut être jeune, mais tu ne vas pas me faire tomber dans un piège rhétorique aussi grossier.

« Mais cette coutume n’est pas si étrange que cela. C’est un peu une parade guerrière où chaque soldat fait étalage de ses talents afin d’intimider et de clarifier les choses avant le dialogue. Et les clients surpris à cacher des dagues dans les manches sont toujours mal perçus. »


Tout en marchant l’ambiance animée de la réception laisse place à l’air vivifiant de Gotham à cette hauteur.

« Mais vous devez déjà savoir tout cela votre altesse. Aussi n’hésitez pas si vous avez des questions après tout notre hôte m’a invité à être votre guide. » Qu’est-ce que tu peux bien faire ici, en plein jour dans cette tour et avec tes yeux inquisiteurs.
« Je vous en prie j’ai l’impressions que certaines questions vous brulent les lèvres. »



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 2 Mar 2018 - 11:54
Une fois plus ou moins congédiée sur la terrasse, Tula n’a pas de doutes sur la suite de l’entrevue que va avoir Bruce Wayne avec son bien aimé. Il va lui présenter méthodiquement celles et ceux suffisamment intéressés et braves pour venir se lier avec des Atlantes. Le charme naturel de Garth fera le reste à merveille, il les rassurera, les complimentera et ces pauvres surfaciens se retrouveront à manger dans le creux de sa main en moins de temps qu’il n’en faut à un requin pour dévorer une tortue.

Mais elle n’est pas seule, la fille l’accompagne ce qui pourrait donner à un œil extérieur une vision très rétrograde des choses, les hommes partent d’un côté discuter contrat les femmes de l’autre à prendre l’air.

Ce n’est pas important, au final de comment sera perçu la scène, aussi elle se décide à respirer l’air pollué, presque vicié de la ville du chevalier Noir. Elle en apprécie néanmoins le ballet nocturne de lumières vives et de bruits. Ce qui manque à la ville sous-marine

« Effectivement les lumières de circulation ont un effet hypnotique assez apaisant je peux le reconnaitre. Ce n’est pas quelque chose que nous avons chez nous » concède-t-elle à son interlocutrice.

Appuyée élégamment à la rambarde l’atlante écoute le babillage de la femme aux cheveux blanc qui pour elle n’a pas de sens. Enfin si et c’en est presque désolant, comment une espèce aussi primitive peut se revendiquer d’avoir dominé la surface ? Un mystère. Comment arrive-t-elle à garder son statut d’espèce dominante avec les menaces extérieures en présence ? Un mystère de plus. A moins que les surfaciens jouissent d’une chance insolente.

« Mais ma chère c’est là tout le message … »

Elle coupe sa phrase par un petit rire délicat, camouflé, comme si elle était la seule à comprendre une farce, sinistre en l’occurrence sur les relations entre les peuples sous-marins et surfaciens.

« Vous n’êtes dignes pour Atlantis et ses dirigeants que d’une princesse batarde et d’un potentiel roi en exil et estimez-vous heureux de la bienveillance de notre souverain et de son attachement à la surface. Et ces deux dernières tendent à s’affadir de jour en jour au fur et à mesure de ses passages en surface, comme si vous agissiez en acide. »

Car son roi a changé il est devenu violent et froid sa reine également n’est pas en reste avec un passage chez les lantern de la rage. Tout cela ayant pour origine des surfaciens.
C’est là que Garth et Tula entrent en scène.

A la diplomatie, en tant que liaison privilégiée avec les surfaciens, ils peuvent laisser leurs dirigeants se reposer et se reconstruire ensemble et eux profitent d’être loin d’atlantis pour vivre leur romance pleinement.

C’est ce qui compte au final, que soit mis en place pour s’arranger.

« Mais si j’osais une question je vous demanderais vous qui êtes une surfacienne et versée dans cet art me semble t il, pourquoi vous aimez à ce point le mensonge et la manipulation ? »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 821
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Ven 2 Mar 2018 - 17:48
Tula et Rose échangent, sur le chemin jusqu'à la terrasse, et après.
Les tons sont calmes, les manières appliquées, mais toutes deux sont expérimentées dans la gestion de la politesse et de la diplomatie. Si la fille de l'ancien Président Wilson n'a pas forcément l'éducation aristocratique de l'Atlante, le duo de jeunes femmes prouve combien elles sont devenues exceptionnellement douées dans ce domaine - elles pourraient en remontrer à beaucoup, c'en est sûr.

En parallèle, la réception poursuit son cours.
Les pique-assiettes s'en donnent à coeur joie. Les officiels officient. Les diplomates discutent. Et les Atlantes sont sollicités, en parallèle du couple royal, notamment pour des questions souvent accessoires et exotiques, loin des spécificités et des impératifs d'une future coexistence pacifique.
A priori, il est plus passionnant de savoir comment les Atlantes vont aux toilettes, que de réfléchir à des liens entre la Surface et les bas-fonds.

Et, au milieu de tout cela, Bruce Wayne guide Garth dans la foule.
Entre les interlocuteurs, entre les invités, entre les personnes importantes ; entre les requins.

S'ils n'ont pas de complicité, tous deux se connaissent néanmoins, notamment via Dick Grayson - alors Bruce veille sur lui.
Il l'aide. Il le guide, oui. Et il l'accompagne.
Mais non sans garder, au loin, sur le duo formé par Tula et Rose... surprenante association, de laquelle pourraient sortir des projets intéressants, autant que le pire...


(HJ/ Petit message, car vous vous débrouillez très bien ensemble. Wink /HJ))
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 18/10/2017
Messages : 143
Localisations : A préciser
MessagePosté le: Ven 9 Mar 2018 - 11:53
- J’explose de rire – Elle me prend vraiment pour une pintade en fait.

« J’adore votre fraicheur votre altesse. »

Inspirant un grand coup, tout en souriant.
« Vous aimez respirer ?
Vous aimez sentir la vie couler dans vos veines ?
Car quel que soit votre réponse où vos sentiments c’est une variable intrinsèque de la vie. »


Elle prononce ces derniers mots en gardant ses mains à plat, bien visibles, éloignées du corps. Il ne manquerait plus qu’elle pense que je la menace.
« Alors, non je ne comprends pas vos paroles.
Est-ce que la vie serait plus belle sans respirations….
Peut-être, ou pas….. Je ne suis pas une scientifique et je ne peux vous aider en ce domaine. Et je ne me suis jamais posé cette question. Mais dans la plupart des sociétés où les esprits sont individualisés le mensonge existe que ce soit chez les misérables humains extra-terrestres ou chez les animaux.
Le mensonge commence où ?
Quand une araignée où une mante, trompe sa dulcinée avec un faux cadeau pour éviter de se faire tuer ?
Quand un poisson où un herbivore développe des techniques pour se fondre dans la nature et tromper le prédateur ?
Je suis assez mal placé pour vous dire si suis versé ou non dans cet art. Néanmoins à chaque champs de bataille sa tenue et ses armes appropriés. Si vous n’avez pas cette donnée de base, cela ne m’étonne guère que vous n’êtes pas la bienvenue dans les hautes sphères de votre société.»


Arrêtant de sourire …
« Donc dans votre monde, cela n’existe pas… Pas de mensonges, tout le monde est franc, fidèle….magique !
Ce qui élimine un grand nombre de paramètres ennuyeux, comme les trahisons, assassinats, coup d’états.
De plus, comme tout le monde il est parfait, les rebelles Atlantes cela n’existe pas ? Donc si nos côtes sont attaquées par des forces de votre pays, inutile de discuter pour voir si ce n’est pas des traitres à la couronne ?
On peut ainsi directement annihiler toute forme de vie sous-marine et abandonner les sushi pour des burgers pour quelques millions d’années ? Si franchement vous voulez la négocier comme cela comme vous voulez, chez nous aussi on a des cow-boys. Le genre de personne à estimer toute forme de vie différente comme étant une menace à leur confort personnel. »


Secouant la tête.
« Je ne cherche pas à vous énerver mais cet arme n’es pas un apanage de l’espèce humaine. Alors ne nous faites pas porter le chapeau pour tous les maux.
Vous savez, je ne suis pas une personne à impressionner. Soit vos nous laisser en paix, soit je défendrais nos côtes quoi qu’il arrive. Ces genres de festivités, sont par contres idéales pour nouer des ententes. Aucune de nous deux se fera totalement confiance quand le soleil se couchera se soir.
Néanmoins cela n’empêche pas de s’apprécier et se respecter. C’est le premier ciment à toute relation. Et c’est un outil utile pour désamorcer les situations de crises. »


Rose boit une gorgée avant de parler du petit morceau de gâteau qu’elle n’allait pas laisser en l’ignorant.
« Roi en exil et bâtarde, c’est presque romantique dans votre bouche. Je ne l’avais jamais vu ainsi. Mais pourquoi pas !
Mais pour une somptueuse jeune femme qui habite dans une contrée idyllique que votre vision du monde est triste et morne. En quoi je devrais m’estimer heureuse de la bienveillance de quiconque. »


Fixant intensément son altesse.
« J’ai gagné cette estime de mes mains, par mon talent et mes compétences. J’ai mérité et payé chèrement chaque parcelle voulut où même refusée de cette … estime. Sans .. »

Ne termine pas sa phrase, elle la coupe brutalement pour en revenir au principal sans se disperser.
« Alors oui mademoiselle je suis fière de qui je suis. Et libre à vous de ne pas me prendre sérieusement ou de m’estimer comme vous l’entendez. Mais cela sera votre choix et celui de ceux qui le suivront. »

Tu veux la discuter cool, je la discute cool.
Tu veux la discuter hard, je la discute hard.


HJ-
Quiproquo........ Laughing Te sauve pas batou Razz
Le joueur adore ta réponse mais sans les lignes de tes pensées tes propos peuvent être assez mal pris. Pompom


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Sam 10 Mar 2018 - 18:41
Désolant

Les surfaciens étaient désolants.

Peut-être était-ce parce que Garth avait reçu une éducation partiellement surfacienne qu’il était plus enclin à les pardonner et leur Roi avec son père qu’il avait profondément aimé. Mais par tous les dieux d’Atlantis comment une espèce pouvait elle être aussi vile… Dire qu’au départ Tula n’avait fait cette remarque que par rapport à l’œil cybernétique de son interlocutrice et sa capacité à orienter les conversations. Car oui les Atlantes ne sont pas aussi superficiels, du moins ils n’ont pas ce culte idiot de beauté les cicatrices qu’ils portent sont le reflet de leur vie et de leurs choix et pour une très large majorité ils en tirent un certain honneur. Murrk est à cette image et ne cesse de conter aux nouvelles recrues de l’armée régulières atlantes que les cicatrices de son visage sont celles récoltées en protégeant la cité.

Au lieu de cela elle subit une pensée minable et pseudo psychologique sur le règne animal et le mensonge.

Pathétique

Atlantes comme surfaciens ne sont pas des animaux, ils ont une capacité de raison d’entraide et de communication qui ne sont suivis que par des minorités du règne animal. Une gazelle sait par instinct que quand elle s’abreuve elle est une proie facile pour un crocodile ou un lion. Une araignée se doute que s’engager dans un terrier est à double tranchant. Un raisonnement simpliste d’une créature simplette, au mieux. Dire que « ça » avait eu une place dans la présidence…

Parce que si elle n’est pas très invitée aux mondanités atlantes, c’est déjà qu’il n’y en a pas ou quasi pas, sauf si on exclut les combats à mort classiques, et surtout car cela fait désordre d’avoir une prétendante possible à la couronne présente alors que le dépositaire de cette dernière se fait vomir de remontrances. Il y a également le fait que son géniteur à enfermé bon nombre de ses pseudo détracteurs pour leur apprendre les « bonnes » manières.

Devait-elle expliquer à l’évaporée face à elle que les ennemis de la couronne étaient connus et que c’était pour cela que le roi gardait un être comme Vulko à ses cotés ?

Ou alors rappeler que les plus grand destructeurs de la faune et de la flore était l’humain ? Devait-elle citer à ce point l’évidence ?

Ce n’est que lorsque la jeune femme face à elle parle de rebelles et d’attaques de cotes que Tula comprends. Enfin l’atlante comprend, la brebis qu’elle a face à elle bêle les mensonges entendus plutôt que d’avoir une vraie démarche d’information et de compréhension du monde qui l’entoure.
La pauvre est manipulée par Waller et confonds le sauvetage d’Aquaman sur les côtes américaines avec une vulgaire attaque.

Par contre elle omet sciemment le massacre de civils atlantes sur ordre de cette femme alors dirigeante des états unis, quelques jours après. Attaque où il s’en est fallu de peu pour qu’elle perdre Garth et des trésors antiques ont été volés.

Petit singe naïf

Grimpe en haut de la colline

Et crois qu’il est grand

C’était un haïku qui correspondait à merveille à son interlocutrice, que pouvait-elle faire si les atlantes se décidaient à les noyer ? Que pouvait-elle faire si Tula décidait d’en avoir assez de cette discussion minable et de lui trancher la gorge par le champagne qu’elle avalait ? C’était un singe qui se prenait pour plus important qu’il ne l’était véritablement.

Minable

Alors que sa jeune interlocutrice continue de parler , le rousse ne l’écoute plus en même temps elle a déjà bien supporté aussi sans rien dire elle suis un serveur qui lui ouvre la route et dans son sillage elle retrouve son bien aimé et l'hôte de la soirée. Si le premier ne remarque rien celui qui la connait depuis enfant comprends immédiatement que quelque chose ne vas pas et se rapproche d'elle.

- Navrée de vous interrompre, mais j'aimerais que cette soirée soit un peu plus productive.

Il manquerait plus que l'on croit que c'est Garth qui est le responsable de la diplomatie Atlante et qu'elle ne soit reléguée qu'au rang de potiche.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 821
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Sam 10 Mar 2018 - 22:25
Bruce Wayne introduit l'héritier Garth auprès du beau monde.
Et le Roi des Idyllists a une conduite idéale face à la haute société, enchaînant les plaisanteries, les anecdotes, les mots doux, les alertes, mais aussi et surtout des avancées réelles dans la diplomatie ; il est bon. Trop, sûrement.

Car alors que l'ancien Aqualad se fait connaître et entendre, le maître des lieux sait que ce n'est pas la meilleure tactique : un diplomate ne doit pas autant se découvrir, ni montrer toutes ses forces ; le dialogue est une zone de combat comme une autre, et Garth met trop de force dans la bataille.
Il est trop bon ; car trop gentil.
Et ça pourrait le perdre.


"Hey."

Le jeune homme se tourne vers Tula, se détourne des mondais, alors qu'il sourit en découvrant la jeune femme qui partage sa vie, pour son plus grand plaisir.

"Ca va ?"

Il sait que non ; mais il sait aussi qu'elle n'en dira rien, et qu'il devra lire dans ses réactions à sa demande l'ampleur des difficultés.
Du coin de l'oeil, il avise Rose Wilson, que Tula vient de quitter - ça n'a pas dû bien se passer. Mais avant que l'Atlante y réfléchisse plus loin, Garth aperçoit Bruce Wayne qui quitte leur zone pour... s'avancer vers Ravager.

Abandonnant le couple sous-marin, le milliardaire rejoint Rose, et esquisse un sourire de convenance avant de lui glisser quelques mots, eux qui sont encore déconnectés de la foule, avec donc une forme de discrétion encore bienvenue.


"Je suppose que vous avez fait connaissance avec la diplomatie atlante. Un avis ?"

Bruce connaît et a confiance en Garth ; mais il connaît peu Tula, et commence à peine à connaître Rose.
Il se méfie. Il analyse, étudie, enquête.
Et prendra, plus tard, une décision - sur la conduite à tenir. Envers Atlantis, et les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 18/10/2017
Messages : 143
Localisations : A préciser
MessagePosté le: Lun 12 Mar 2018 - 9:53
Alors que Tula se lance dans la parfaite diplomate, mon regard change.
Je m’étais volontairement découverte un peu. Afin de la laisser réagir, parler, bref dialoguer la main sur le cœur. Et la porte venait d’être violemment refermée, avec classe et style. Quand Garth et Bruce me croise mon regard n’est ni souriant ni amical.

Il est froid.

Il se pose sur chaque geste de Tula, détaillant ses réflexes, sa vitesse. S’intéressant à la manière dont elle touche le sol. A la signature de ses muscles dans ses habits de cérémonie. Pour un connaisseur je suis clairement en train d’analyser un ennemi potentiel.

Alors qu’elle se tourne un peu vivement vers le serveur ma main semble plonger à ma ceinture et se ferme dans le vide. Négligemment la main se trouve une excuse en défroissant un pli. Ma concentration est telle que la voix de notre maître de cérémonie me surprend. Je fais un effort pour me détacher de Tula et je le regarde bien dans les yeux en lui répondant.

J’hésite une fraction de seconde. Bon cela ne va pas être fin, mais seule une totale franchise peut éviter le désastre total.

« Ce que je vais te dire, Tula où Garth peuvent l'entendre tu sais.
Bruce, pour moi, l’Atlantide est pour un un vieux pilier datant d’éons passés. On se perd dans ses dates de construction et dans la formidable ingénierie ayant été requis pour son édification. Mais une vérité perdure il est bel et bien toujours fièrement érigé.

Toutefois, sa propre force est en train de se retourner contre lui. Les tensions internes le divisent et affaiblissent sa structure alors que les menaces extérieures se font de plus en plus pressantes sur ses fondations. Un peu comme une bête blessée, le sang appelle les prédateurs.

Mais personne n’est plus dangereuse et forte que quand elle est acculé.
Et rien de vraiment étonnant dans notre monde actuel. Nous en sommes tous un peu là, aussi une seule question nous brule tous les lèvres :
Sont-ils des amis assez fiables pour aller se battre cote à cote pour faire front commun contre nos adversaires ? On pourrait croire que l’adage : les ennemis de mes amis sont mes amis est toujours une source fiable d’alliance.

Et c’est ce que je pensais avant de venir ici.

Comme quoi on peut se tromper…. »


Rose semble pour le coup, franchement plus triste que blessée.
Détaillant sur ses doigts :

« Il y a en général deux types d’alliances qui marchent.
-Celles qui ont été forgés par le temps, par des voisins devenus des alliés faces aux pires horreurs. Mais cela nécessite d’avoir beaucoup de temps et nous sommes en train d’en manquer. De plus il faut des porteurs de flambeaux fiables pour renouveler le pacte.

-Celles qui sont forgés par des personnes de terrain, et qui voient l’apocalypse leur sauter à la gorge. Mais c’est un terrain glissant. Car ces guerriers doivent se faire confiance et être sur un pied d’égalité, sinon tôt ou tard le remède est pire que le mal.

Bruce imagine toi un vieux guerrier, le genre à avoir connu toutes les guerres. A moitié dans le présent et à moitié dans sa gloire passée. A chaque fois que tu viens l’épauler pour le combat, va-t-il te remercier où va-t-il se sentir insulté intimement d’avoir eu besoin d’aide d’un minable ?
Ne va-t-il pas se fermer ?
Ne va-t-il pas ignorer la réalité pour te considérer comme un jeune sot inconscient ?
Ne risque-t-il pas de te donner des leçons ?

Pour résumer la situation, es-tu capable d’envoyer une équipe en enfer avec des atlantes sans craindre d’entendre une phrase du genre : « pour votre bien, petits humains nous avons dû les éliminer, vous n’êtes pas prêt pour ce genre de savoir. »

Si demain j’étais obligée de refaire ce genre de choix. Je dirais, non.

Et cela m’énerve au plus haut point car j’ai franchement l’impression de voir deux frères jumeaux en train de se chamailler pour une broutille au bord d’une falaise.

Pourtant, de ce que je vois de la formidable vue du peuple de la mer, elle s’attache beaucoup à des détails que je considère insignifiant sans voir le fond du problème. Une vue partiale sans la curiosité et la franchise nécessaire dans les circonstances actuelles pour dénouer les nœuds qui nous séparent.

Les seules ouvertures qu’il y aura seront donc couchées sur le papier. Et chaque syllabe sera finement pesée. Bref, tu auras une alliance d’encre, et tu avais besoin d’une alliance de sang. »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mer 14 Mar 2018 - 18:51
Alors qu’elle s’approche de Garth, l’atlante glisse ses doigts entre ceux de son compagnon aussi délicatement que discrètement. Rien que cela est un indicateur probant de sa psychée de l’instant. Tula veut se raccrocher à quelqu’un et à son amour plus précisément. Cette proximité aux yeux des autres peut être perçue comme un moyen d’affirmer leur relation et à Atlantis les premières fois cela avait jasé dans les sept mers (ou au moins quatre ce qui est déjà pas mal), mais il s’agit également d’un moyen pour elle de commencer une conversation télépathique avec son bien-aimé.

« J’ai l’impression que tous nos sacrifices n’ont rien valu, qu’ils nous voient comme des inférieurs qu’il nous détestent …Comme le conseil te regardait pour la couleur de tes yeux.»

Sa voix mentale est peinée, Atlantis n’a jamais fait d’alliance officielle avec la surface mais leur roi est mort une première fois pour eux ils ont également sacrifié Arthur junior l’héritier de la couronne. Définitivement sa petite entrevue avec l’écervelée qui maintenant tente un meurtre oculaire l’a chagrinée. Bien évidemment les apparences tiennent alors que Garth lui présente un des actionnaires Lexcorp, de la branche construction, auquel elle sert la main et dévoile un sourire charmant.

Tula maintiendra les apparences, parce qu’elle sait le faire, mais à présent elle comprend l’envie de son roi de se fermer au monde surfacien.

«Je peux comprendre votre intérêt pour nos coraux constructeurs, effectivement ils feraient un ajout de poids à votre concept récemment dévoilé …Lexor city si je ne m’abuse. Une ville de renouveau en accord avec son temps et la préservation de la nature. Un projet ambitieux si vous me le permettez. »

Elle laisse échapper un petit gloussement non pour se moquer mais pour trinquer, ces coutumes surfaciennes sont étranges mais la rousse s’y plie. Tour a tour elle se montre polie, intéressée mais également incisive quand l’humain tente d’avoir un échantillon des talents atlantes gratuitement.

« Monsieur, je suis jeune mais la tour des titans est une preuve de la rapidité de construction de nos coraux guidés par nos ingénieurs …ce bâtiment nous a pris une petite journée pour la réaliser. Je conçois votre intérêt, mais ce genre de capacités ne se brade pas, vous en conviendrez ? »

Juste ce qu’il faut de douceur, pour faire comprendre que les accords se négocient des deux côtés. Les entreprises Wayne feraient mieux de l’assimiler vite avant que l’intérêt atlante ne s’affadisse.

Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 821
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 15 Mar 2018 - 10:13
Garth connaît Tula depuis des années.
Il lui suffit d’un regard, d’un coup d’œil, d’un geste même pour sentir les émotions de sa douce, qui peut ne pas l’être ; et alors qu’elle revient de son entretien avec Rose Wilson, qu’elle échange avec quelques officiels, il sait avant même la communication télépathique que quelque chose ne va pas.


* Nous sommes des étrangers, Tula. Venus d’ailleurs, d’un endroit qu’ils ne comprennent pas, et qui leur fait peur. L’Humain est faible, comme l’Atlante, et voit l’étranger comme un ennemi. Ils nous voient moins comme des inférieurs que comme de potentiels ennemis, et il nous faut leur prouver qu’ils ont tort. *

Le jeune homme se colle contre elle, pose une main rassurante sur son dos, et sourit alors que les échanges continuent.

* Arthur nous a donné une tâche plus que difficile à réaliser, mais je sais que nous pourrons y arriver. Le chemin sera long, terrible, mais… on en est capables. Avec toi, je sais que je suis capable de tout. *

« Toute demande de partenariat devra évidemment être formulée par écrit, et étudiée autant par l’Ambassade que par la Royauté. Mais soyez assurés que chaque proposition sera étudiée avec le plus grand soin. »

Les sourires continuent, de façade ou non.
Les deux Atlantes gèrent bien leurs premiers pas, et apparaissent bien dans leurs bottes dans cet exercice ; même si, à quelques mètres, Rose et Bruce ont certainement un autre avis.


« Mon alliance vise à éviter le sang, et à limiter l’encre. »

Bruce sourit. Sa voix est calme, basse ; ils sont décalés de la foule, et leur discours est difficilement audible dans le brouhaha.

« Je partage, néanmoins, certains de tes doutes, même si l’Histoire d’Atlantis justifie une partie de l’attitude. Après tout, nous ne cessons de polluer, piller et détruire leur domaine, leur univers ; la méfiance est légitime, spécifiquement après tant d’années d’exil.
J’ai néanmoins bon espoir que l’alliance se forge, que la paix se fasse… même si elle impliquera des sacrifices. Et des pertes. »


Il soupire, discrètement, avant de reprendre.

« Je me doute de tes sentiments – mais je pense qu’il serait utile que la fille d’un Président, qui se fait connaître et appréciée, tente des séjours en Atlantis, ou de collaborer avec les Ambassadeurs. J’ai fini par comprendre que ceux qui travaillent le mieux ensemble sont ceux qui s’entendent comme chien et chat. »

Il sourit – mais cette expression s’évapore rapidement.
Quand son regard glisse à l’extérieur. Quand ses yeux se tournent sur les cieux. Quand son attention…

… fait bondir son cœur, en découvrant un signal qui ne cesse de hanter son existence.

L’assistance entière le voit, quelques cris sont étouffés, et l’assemblée se tourne vers l’extérieur.
Passées les premières secondes, les conversations reprennent, les Gothamites étant blasés ; mais certains semblent manquer à l’appel. Dont Bruce, qui vient évidemment de disparaître mystérieusement…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 18/10/2017
Messages : 143
Localisations : A préciser
MessagePosté le: Mar 27 Mar 2018 - 11:36
Je me la joue anguille, glissant entre les courants dans la vague direction du gros de la foule. Pour me donner une contenance et profiter de l’invitation je m’arrête un instant au buffet. je ne peux même pas partir, ce ne serait que mettre en évidence la disparition du mulot tondu. J’hésite entre deux petits fours, et je décore mon autre main d’une flute de champagne.

Un ou deux sourires …. Quand …

Tel un petit requin, un gentil journaliste me tombe dessus avec une fraicheur et une énergie qui signifie en général que vous allez avoir des soucis. Un peu comme une petite lueur de sang dans les prunelles mais avec un grand sourire carnassier.

« Quel plaisir de vous voir mademoiselle Wilson, vous avez quelques secondes pour une ou deux questions ? » Comme je m’en doutais, il enchaine directement avec les questions qui suivent. La forme interrogative n’était que pure rhétorique. Une forme de salut avant le combat en sommes.

« Vous semblez inconfortable avec nos invités, des commentaires ? » Et bien sûr j’aperçois de dos Tula qui est justement à portée de voix, quelle magnifique situation. Tout en souriant je bois à ma flute, histoire de formuler mes phrases avant de parler assez clairement pour être comprise dans cette foule.

« Pas du tout, un simple souci de traduction. Même en partageant des sentiments en commun il est facile de se tromper sur une simple forme rhétorique. Mon seul inconfort a été de ne pouvoir parler de mes projets. Mais ce sont des personnes au planning chargé et c’est bien normal. » Le pire c’est que je le pense vraiment. Je ne comprends pas vraiment pourquoi nous nous sommes énervés.

« Oh ! Est-il indiscret de vous demander ce que vous souhaitiez demander ? »

« Je n’ai pas mémoire que l’indiscrétion soit une qualité qui vous arrête dans vos investigations. Mais je souhaitais juste parler de bénévolat. Les précédents Atlantes que nous avons rencontrés, ont souvent aidés les populations humaines faces aux divers dangers. Je pensais de bon ton d’aller plus en avant pour proposer notre aide pour les populations atlantes. » Oui, je suis franchement trop conne.

Mon regard se perd sur les divers investisseurs.
« Mais l’ambiance est plus à l’investissement et aux opportunités formidables que ces nouveaux amis nous proposent. Alors je vais laisser les investisseurs qui ont toujours fait la force de l’Amérique forger les projets de demains. » Bénévolat … tsss …. Je devais être malade. Je suis la seule qui se retrouve ici sans vouloir gagner d’argent. Eh bien moi aussi, je vais faire comme eux.

Nouveaux marchés,

Nouveaux contrats …

(...)

Les contrats se nouent, les poignées s'échangent et les seigneurs des eaux s'éloignent vers d'autres bancs de poissons.

Semblant parler pour elle même, mais clairement à destination d'autres oreilles.

"Un peuple évolué ne connaissant pas les mensonges et les faux semblant de l'espéce humaine, que c'est magnifique. Un véritable exemple ...

Enfin,

Si nos cotes sont attaqués par des atlantes cela signifiera donc une volonté claire de leur gouvernement. Au moins ainsi les choses sont claires.
" [i] Je pensais que c'était un univers féodal violent, avec des familles prêtent à s’entre-tuer. Mais si tu me prend pour une conne je vais jouer à ta partie ma belle, je vais te croire au pied de la lettre.


Des petits fours, et autres discutions diverses avant de quitter la réception. La nuit et encore belle ...
Oh, je vais aller au cinéma, cela me changera les idées ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Sommet Atlantis-Surface aux Entreprises Wayne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RESOLU] Recherche logiciel calcul surface et volume
» Stargate Atlantis
» comment obtenir liste des entreprises pouvant répondre à des appels d'offres
» [Colfer, Eoin] Artemis Fowl - Tome 7: Le complexe d'Atlantis
» Utilisation modele de chalumeau en grande surface ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City :: Wayne Techs-