[WoA] The Most Dangerous Woman Alive [Artemis of Bana-Mighdall]

Inscription : 17/01/2017
Messages : 867
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mar 26 Déc 2017 - 20:34
Afrique.
Plus particulièrement, l'Egypte.

Dans ce pays doté d'une culture millénaire et de vestiges actant la prestance et la puissance d'une des civilisations les plus impressionnantes, et les plus mystérieuses par ses secrets encore enfouis, demeurent de nombreux déserts qui peuvent être des pièges mortels pour quiconque ose s'y aventurer seul ; même en étant accompagné, certains passages, certaines zones sont considérées comme trop dangereuses, trop invivables pour être explorées.
L'Homme n'a pas encore maîtrisé tout son élément, et la Nature agressive, désertique, terrifiante, règne encore dans ces endroits. Nul ne peut y survivre. Nul ne doit y aller.

Quelqu'un, pourtant, s'y avance.
Seul.

Muni de sa seule détermination, d'équipements de base et d'une volonté propre à faire tomber des montagnes, il approche et continue.
Qu'importe la chaleur. Qu'importe la soif. Qu'importe la fatigue. Il avance. Il continue.
Il n'a pas le choix...

... il est le Batman. Et si renoncer n'a jamais été dans son caractère, cela l'est encore moins depuis peu - depuis un échec, terrible, et une discussion d'une franchise absolue avec certains de ses proches, qui sont parvenus à le remotiver.

Quelques jours plus tôt, le Chevalier Noir, blessé et affaibli après une entrevue terrible avec Double-Face, Red Hood et Catwoman, a été ramené à la raison par Wonder Woman ; mais alors qu'ils s'apprêtaient à retourner dans sa Cave, pour qu'il se repose, le dieu Arès est intervenu - et s'en est pris à lui, pour toucher Diana et la forcer à le rejoindre ; il a réussi, d'ailleurs.
Arès a réussi... en tuant Bruce, littéralement.
Et l'Amazone, pour le ramener, le ressusciter, a été obligée de se sacrifier - de se vendre, corps et surtout âme, à Arès ; ce qu'elle a fait, car elle est Diana.

Alors qu'il avance dans le désert, ces images, ces moments reviennent dans l'esprit de Bruce, qui les utilisent comme motivation ; il ne renoncera pas. Pour elle, il ne renoncera pas.
Il s'est battu. Il a perdu. Il a échoué - c'est vrai, il a échoué. Mais Tim l'a bien dit : à lui de recommencer. D'échouer encore. D'échouer toujours.
D'échouer jusqu'à vaincre... et rien dans l'Univers ne pourra l'empêcher d'y parvenir. Encore moins un petit désert et un peu de chaleur.


"Hem."

Il grogne, quand il arrive à destination.
Là, seulement là, il se redresse et soupire, en découvrant son objectif...

... les ruines de Bana-Mighdall, la ville des Amazones qui avaient quitté Themyscira pour adopter une voie plus violente, plus brutale.

La cité, fondée après des années d'errance d'une communauté d'Amazones divergentes, qui ont notamment combattu aux côtés des Troyens lors de la Guerre de Troie, resta des années cachées des Hommes, des Dieux et des attentions grâce à une certaine magie ; cela s'évapora quand ces Amazones ramenèrent une Wonder Woman inconsciente à leur Reine.
Diana, sans s'en rendre compte, attira l'attention des Dieux de l'Olympe sur Bana-Mighdall - et Hermès anéantit la ville de celles qui s'étaient détournées de ce panthéon.

Les Amazones de ce clan survécurent, et une partie de la cité fut reconstruite ; mais la majorité des lieux demeure endommagée, et surtout quasiment impossible à atteindre.
Mais impossible n'est définitivement pas Batman.


"Je sais que tu es là."

Il fixe les bâtiments anciens, à moitié détruits, encore impressionnants. Sa voix est lourde, puissante ; autoritaire.

"Je sais que ma présence n'est pas acceptée, dans cette ville. Je demeure donc à ses portes."

Lentement, son attention se tourne vers les ombres, vers un endroit où rien ne semble exister - mais où il sait que quelqu'un se tient, prêt à le frapper.

"Je suis ici du fait du combat entre le monde et Arès, désormais secondé par Diana de Themyscira. Je suis ici parce que cette dernière a été obligée de se ranger du côté du dieu, et je veux autant la libérer, elle, que le briser, lui.
Je suis ici pour trouver quelqu'un capable de vaincre celle que l'on considère comme la plus grande guerrière au monde, et pacifier de force un dieu.
Je cherche la femme la plus dangereuse au monde."


Un léger sourire glisse sur son visage, plein de provocation.

"Tu sais à qui je peux m'adresser ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/12/2017
Messages : 51
DC : Timothy Drake / Slade Wilson
Situation : En quête de vengeance
Localisations : Inconnue

MessagePosté le: Jeu 28 Déc 2017 - 16:21

« The Most Dangerous Woman Alive »
[ WoA ] ft. The Bat.
_____Il ne restait plus que cendre et ruines. La belle cité de Bana-Mighdall n’était plus qu’un lointain passé. Son histoire n’était plus qu’un vague souvenir, perdue dans les débris. Il arrivait qu’une ombre se promène encore dans les environs. Rare était les Amazones aillant survécu à la dernière bataille. Arès avait fait le ménage, éradiquant les hérétiques. Les guerrières de Bana-Mighdall avaient renié les Dieux Grecs pour privilégier les Dieux Egyptiens.
Pourtant, une seule survivante avait élu domicile dans ces débris. Artemis, championne de sa cité et dernière Amazone de cette dernière. Visitant les fantômes de sa cité, la jeune femme errait encore dans les environs quand elle ne voyageait pas pour essayer de retrouver les traces de Diana de Themyscira, aussi bien responsable de sa captivité en Enfer que la destruction du foyer de la guerrière.

Elle avait tout perdue : Famille, Domicile, son peuple. Il ne restait plus rien. Son désir de vengeance était grand mais depuis quelques mois, ses recherches et ses investigations autour de Diana ne donnait plus rien. La jeune femme faisait du sur place. Cette stagnation agaçait Artemis.
Plus aucun bouclier magique ne protégeait la cité, désormais à découvert du regard trop curieux de potentiels individus mal intentionné, pilleurs et casseurs. Malheureusement pour eux, on ne les a jamais revus. La jeune femme les avait éradiquées un par un. Cette dernière n’avait aucune pitié envers ceux qui osait voler les trésors des Amazones.

Un nouvel intrus s’était approché de la cité. La jeune femme l’avait repéré à des kilomètres. Elle se tenait tapis dans la pénombre, dévisageant du regard, méprisant ce même individu qui sortait des petits pilleurs qui tournaient autour de la cité, attendant que la gardienne des lieux s’endorme pour voler les derniers trésors. Grave erreur, le séjour d’Artemis en enfer lui avait appris à dormir que d’un œil.
Pendant tout ce temps, elle garda un œil sur la chauve-souris. Ce dernier ne lui paraissait pas complètement étranger. Elle avait déjà entendu parler de la ligue des Justiciers, des individus que la princesse de Themyscira fréquentait et cet homme semblait correspondre aux critères physiques du seul humain sans pouvoir répondant au nom de Batman. Quel curieux personnage. La jeune femme se rapprocha doucement, tout en faisant de sorte de ne pas se faire repérer.

Les premières paroles de la chauve-souris stoppèrent la jeune femme dans son élan. Cet individu avait beau n’être qu’un humain sans grand pouvoir qui le démarquait des autres de son espèce, il avait néanmoins des sens assez développées pour sentir la présence assez menaçante de l’Amazone. Cette dernière, toujours stoppé dans son élan avait posé ses genoux sur le toit bétonné d’une bâtisse, la main délicatement posée sur la garde de son épée, prêt à s’en prendre à cet intrus qui était à son goût trop près malgré les efforts de ce dernier.
Toutefois, Artemis laissa le justicier parler et dire tout ce qu’il avait à dire, le pourquoi de sa venue et sa quête acharnée contre Arès. La jeune femme décida de sortir de sa cachette avant d’apparaître juste derrière la chauve-souris, prête à lui trancher la gorge s’il tente quoi que ce soit de stupide. La main de la jeune femme se rapprochait doucement de son lasso.

« Ta présence est toxique. » commença l’Amazone, histoire de bien faire comprendre que Batman n’était pas la bienvenue en ces lieux malgré tout. Se rapprocher de ce dernier lui permis de l’observer dans tous ces détails physiques. « Déguisé en chauve-souris ? Est-ce une nouvelle mode dans votre monde ? »

Elle garda une distance de sécurité raisonnable entre elle et la chauve-souris, mais finit par retirer doucement sa main de son lasso. Elle finit par comprendre qu’il ne lui serait d’aucune utilité pour l’instant, que les intentions de cet intrus étaient loin d’être néfaste, du moins pendant les premières minutes. Un sourire amusé échappa de son visage avant qu’elle ne vienne à croiser les bras.

« Alors, c’est toi que Diana a sauvé des mains d’Arès ? » demanda la jeune femme, plantant sa lame fictive à l’endroit où la blessure psychologique était encore fraîche et elle n’éprouvait aucun remord à faire cela. « Pathétique. » Son sourire disparu et son air stricte et méprisante repris le dessus. « Diana de Themyscira a toujours été stupide et fragile psychologiquement. Elle ne mérite pas son titre si c’est pour sacrifier sa vie et son âme à Arès au moindre misérable humain qui n’est pas capable de se défendre contre lui. »

Elle ne cherche pas à atténuer ou à mesurer ses paroles. Elle cherchait à faire mal mais également à tester la chauve-souris mentalement. Elle voulait voir ce que cet homme avait dans le ventre pour ensuite le rabaisser et lui rappeler qu’elle semblait être la seule solution à son problème. Un problème qui n’aurait pu concerner que lui et les Amazones de Themyscira.
Toutefois, Artemis n’oubliait pas les sévices et les tortures qu’elle avait dû subir. Elle haïssait Arès, elle haïssait Diana et cette proposition semblait pour autant attiser sa curiosité. Si la jeune femme parvient à jouer le jeu pendant quelques temps, le temps de pouvoir faire face seule à seule avec Diana, elle pourrait enfin planter sa hache dans la gorge de la jeune femme afin de venger, elle et ses sœurs défuntes.

« Tu as fait tout ce chemin pour chercher de l’aide, mais tu ne semble pas être au courant de tout. Ici, nous ne sommes pas sur Themyscira. Je n’ai que faire des histoires des Amazones de Themyscira, de Wonder Woman et encore moins des soucis du monde des humains. Il ne suffit pas de jouer avec mon égo pour m’avoir dans ses rangs, chauve-souris. Je vaux mieux que ça. »

La jeune femme ne jouait pas carte sur table. Elle ne voulait pas que son adversaire pense qu’il est facile de recruter la puissante Amazone de Bana-Mighdall. De plus, il n’a pas l’air assez stupide pour comprendre que si la jeune femme acceptait si vite son offre, c’est évidemment parce qu’elle avait une idée derrière la tête. Non, Artemis est bien plus maline que cela et elle n’a surtout pas finis de tester et agacer la chauve-souris.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 867
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Ven 29 Déc 2017 - 20:33
Le Batman est venu ici avec le minimum de gadgets et d'équipement - mais le minimum, pour lui, correspond au maximum et surtout aux rêves de beaucoup d'autres. Si son instinct, son expérience et son entraînement lui auraient permis de détecter Artémis en arrivant, il a surtout fait appel aux capteurs intégrés à son masque, qui lui permettent de savoir exactement où est l'Amazone et ce qu'elle prépare.

De ce fait, il ne bouge pas, il ne réagit pas quand celle-ci s'échappe des ombres et apparaît derrière lui.
Il demeure, encore, immobile durant tout son discours.
Il ne dit rien. Il ne se crispe pas. Il n'offre aucune réaction, ni verbale, ni physique à la jeune femme ; rien. Il ne lui donne rien.

Bruce a conscience d'entamer, ici, un affrontement - un combat. Psychologique plutôt que physique, au moins pour le moment ; mais non moins terrible, cependant.
Artémis est une guerrière terrible, prête à exploser et à se battre à la moindre provocation, à la moindre erreur ; il ne doit pas en faire. Il n'en fera pas.
Il y a trop en jeu. Il y a trop d'Elle en jeu.


"En effet."

Sa réplique claque, après quelques secondes - mais sa voix est calme, posée. Durant tous les mouvements, tous les pas faits par Artémis, ses yeux l'ont suivi et son corps est resté de marbre ; il le demeure, mais il parle, désormais.

"J'ai conscience de ne pas être sur Themyscira, de ne pas parler à une Amazone comme celles que je connais - et j'ai conscience que tu vaux mieux que quelques bons mots, quelques flatteries."

Lentement, prudemment, il lève les bras, et les croise doucement, dans un geste théâtral étudié.

"Reprenons au début. Ma présence n'a rien de toxique - Bana-Mighdall est un mausolée ; j'en suis désolé, et je te présence mes sincères condoléances, mais la cité n'est plus que ruines. Ma présence ne l'entache en rien... elle ne fait que raviver une vie disparue, et une âme que j'espère retrouver.
Quant à mon allure..."


De manière très imaginée, ses yeux vont et viennent sur tout le corps d'Artémis.

"... les Amazones, n'importe lesquelles, portent leurs armures, leurs valeurs et leurs patrons sur elles ; je ne fais rien de plus, rien de moins."

Il sourit - mais l'expression disparaît, quand il reprend d'une voix lente et posée.

"Je suis, en effet, celui pour qui Diana s'est... sacrifiée ; je le regrette. Je le regrette fondamentalement, de tout mon être."

Bruce soupire, rongé par cette culpabilité dévorante.
Mais, au bout de quelques instants, il relève des yeux animés par une détermination sans faille, absolue ; terrible.


"Je sais où je suis, Artémis de Bana-Mighdall. Je sais à qui je parle. Je sais ce que vous avez fait - ce que vous pouvez faire. Je sais ce que tu es.
Tu es ce que je cherche."


Le Chevalier Noir se redresse, et s'avance d'un pas en sa direction. Sa voix prend des accents du tonnerre, de puissance.

"Je veux... je vais les retrouver. Diana. Arès. Je vais les pister, les trouver, et je vais défier Arès. Je vais mener une guerre contre le Dieu de la Guerre - et je vais l'anéantir.
Je vais le faire tomber. Je vais le faire chuter de son trône, je vais le mettre à terre, je vais le faire hurler, je vais l'humilier... je vais le détruire, Artémis de Bana-Mighdall.
Je vais déclarer cette guerre, je vais la mener, et je vais la gagner. Avec toi."


Il lève sa main, et la tend à la jeune femme.

"Rejoins-moi. Aide-moi. Soutiens-moi. Combats avec moi.
Fais tomber Arès, avec moi. Fais tomber un dieu, avec moi. Mène et gagne la guerre, avec moi. Sauve Diana, avec moi. Et prouve..."


Un sourire, plein de provocation, glisse sur ses lèvres.

"Prouve qui est la meilleure Amazone. Qui est celle qui peut faire tomber le Dieu de la Guerre, plutôt que lui céder. Qui est celle qui peut ramener Diana dépassée, contrôlée, souillée et perdue. Qui est celle qui peut vaincre l'impossible."

Il s'avance d'un pas, encore, mais veille à rester à distance prudente.

"Prouve qui est la meilleure, Artémis de Bana-Mighdall. Enfin."

Dire tout cela... n'a rien d'agréable ; mais est fondamental, irrémédiable.
Bruce est motivé - et il a un plan. Mais il est seul, ou presque, et il a besoin d'alliés... puissants, expérimentés, déterminés ; et fous, aussi. Assez fous pour se lancer dans un tel pari, dans une guerre avec le Dieu de la Guerre.
Artémis... a des problèmes ; beaucoup. Mais elle est forte, très, puissante, oh oui, expérimentée, en effet, déterminée, vraiment, et folle, au moins un peu. Elle peut l'aider - elle doit l'aider.
Si, pour l'avoir à ses côtés, il doit la flatter et ainsi dévaloriser Diana... soit. Il le fera. Il fera, tout, pour Elle.

Il lui doit bien ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/12/2017
Messages : 51
DC : Timothy Drake / Slade Wilson
Situation : En quête de vengeance
Localisations : Inconnue

MessagePosté le: Ven 5 Jan 2018 - 2:35

« The Most Dangerous Woman Alive »
[ WoA ] ft. The Bat.
_____Cet humain pouvait paraître complètement inconscient, stupide et prétentieux pour oser mettre les pieds dans cette cite. C’est tout d’abord ce qu’avait pensé la seule Amazone qui errait encore les lieux jusqu’à comprendre les véritables intentions de cet humain déguisé en chauve-souris. Ces paroles sont nobles et sa détermination est sans faille, il plaît à Artemis, mais elle ne laisse rien paraître.
Il jouait avec l’égo de la guerrière, elle le savait et elle laissait faire. Sa volonté est de fer pour se permettre de s’avancer jusqu’à elle. Doucement, elle lève les yeux, en direction de son interlocuteur et laissa échapper un léger sourire, presque amusé par la situation.

« Avec ce genre de discours. Je pourrais croire que tu es du genre suicidaire, chauve-souris. Et c’est bien ce que j’ai cru comprendre. » commenta la jeune femme.

Elle se moquant toujours de son interlocuteur en oubliant pas de le prendre de haut. Malgré les belles paroles de Batman, la jeune femme ne perdait ni son égo ni ses mauvaises habitudes hautaines. Malgré ces quelques moqueries, la jeune femme finit par se rapprocher de son interlocuteur sans aucune mauvaise intention dans les premiers instants. En se rapprochant de cet individu, ce dernier pu remarquer les yeux de la rouquine plus apaisés.

« Tu n’es qu’un homme. Appart ton armure bien qu’original, rien ne te différencie des autres si on ne compte pas ta technologie, non ? Pourtant, tu es prêt à défier un dieu, à affronter l’impossible pour arriver à tes fins. Arès n’a que faire de toi. Ta présence était seulement utile pour imposer sa loi sur Diana de Themyscira. Toutefois, ta détermination est sans faille… jusqu’à traverser tout un désert avec le minimum syndical pour survivre face à une Amazone… » Elle observa la chauve-souris de haut en bas, s’arrêtant quelques secondes sur la ceinture du justicier. « Mais pas assez de réserve pour survivre une journée dans ce lieu hostile. J’admire ta détermination et ta soif de vengeance, chauve-souris. Rare sont les humains qui iraient jusque là pour sauver l’un de ses alliées, à moins que ça soit uniquement pour retrouver ton honneur ? » demanda-t-elle avec un sourire provocateur.

Il y avait une certaine admiration dans son regard alors qu’elle s’amusait à tourner autour de sa proie, à croire qu’elle attendait le bon moment pour lui sauter dessus et lui découper la gorge alors qu’il commençait à baisser la garde. Elle analysait sa manière, ses méthodes et remarqua bien vite qu’il ne baissera jamais sa garde face à un adversaire méfiant.
Elle finit par arrêter sa ronde lorsqu’il lui tendit la main et pendant une fraction de secondes, elle laissa échapper un rictus de stupeur dans son visage. C’était bien la seule expression qu’elle avait maladroitement laissé échapper dans un moment de réflexion. Même si les voyages l’ont aidé à vivre avec les humains, notamment les hommes, elle avait toujours gardé une distance de sécurité raisonnable avec eux lorsqu’elle ne leur découper pas les membres avant de les envoyer dans le Très Haut. Elle est surprise, elle s’arrêta et laissa son esprit cogité pendant un instant. Ses yeux se baladaient, son visage se referma au bout d’une seconde et retrouva son air strict.

« J’admire ton audace et ta volonté. » confirma la guerrière avant de serrer la main de la chauve-souris. « Je combattrais à tes côtés, justicier. Comme tu dois probablement le savoir, j’ai quelques comptes à régler avec Arès. »

Bien évidemment, la jeune femme est parfaitement consciente du savoir de son interlocuteur. Elle ne savait pas jusqu’où s’étendait les connaissances de l’homme au sujet de son histoire. Artemis leva doucement les yeux en direction de son foyer, sa cité en ruine, l’œuvre du Dieu de la Guerre. Elle resserra son poing, elle aurait dû être là et périr aux côtés de ses sœurs. Mais elle est toujours là, animé par la haine et la rancune à cause de la même personne. Inutile pour la jeune femme de mentionner sa descente en Enfer grâce à son sacrifice, imposé par la reine Hyppolyte pour sauver sa fille bien-aimée.
Les deux nouveaux alliés avaient désormais un objectif commun : détruire Arès et l’humilier publiquement. Cependant, il n’était pas le seul individu dans le collimateur de la jeune femme. Comparé à la chauve-souris, elle n’allait pas chercher à ramener Diana de Themyscira à la raison, simplement lui faire payer ses années de tortures, le génocide de son peuple qu’elle et son peuple avait admiré sans broncher. Le pardon n’était pas envisageable.

« Ne te vexe pas, mais tu ne tiendras pas une journée de plus avec aussi peu de vivre et d’eau. Nous devons discuter d’Arès, mais pas ici. » La jeune femme tourna légèrement le dos au justicier. Quelque chose semblait attirer son attention. Elle fronça les sourcils et balada son visage dans les environs jusqu’à ressentir la présence néfaste d’une troupe à quelques mètres de la cité. Son regard se tourna violemment vers la chauve-souris, remplis cette fois ci de haine. « Tu les as amenés ici ?! »

Méfiante et solitaire, la jeune femme avait injustement accusé la chauve-souris. Elle s’occupera de son cas plus tard. La jeune femme posa la paume de sa main sur la garde de son épée et se dirigea vers la menace qui planait autour des ruines de Bana-Mighdall. Accourant jusqu’aux débris de la muraille délimitant la cité, la jeune femme pu observer trois pillards tenter de fuir avec les derniers trésors de la ville sur leur monture. L’Amazone lança son épée telle une dague pour venir empaler la gorge du plus proche et faire chuter son cadavre de son cheval. Elle descendit de la muraille pour accourir vers les deux derniers voleurs. Elle se positionna juste devant eux, d’un coup d’épaule, elle fit trébucher et chuter l’animal et son cavalier au sol avant de se prendre le talon de sa botte sur son crâne, à peine eut-il le temps de supplier. Quelques secondes plus tard, le dernier survivant sentir le lasso d’Artemis se resserrer sur sa gorge et lui briser la nuque alors que son corps était en train d’être traîner dans le sable.

Elle laissa les animaux fuir, récupérant les affaires qu’on venait de lui dérober, de l’argenterie traditionnelle de son peuple disparue, une fortune sous la main idéale pour les enchères. Alors qu’elle vérifiait le contenu des sacs qu’elle sentit à nouveau une présence néfaste. Malheureusement, ce n’était pas un petit trio qui avait profité de la distraction d’Artemis, mais bien une quinzaine de pillards qui avaient attendu le bon moment pour agir ensemble. Agacée, énervée la guerrière retourna à l’intérieur afin d’achever chaque individu qui était entré dans les ruines qui lui servaient de domicile. Ces hommes avaient probablement suivi la chauve-souris pendant son parcours, ou peut-être guettait-il les moindres faits et gestes de la gardienne des lieux depuis plusieurs jours. Il est vrai que les visites étaient de plus en plus rares ces derniers jours. Artemis aurait dû davantage se méfier, mais elle jura qu’aucun d’entre eux n’en ressortira vivant.

La jeune femme mit la main sur une puissante et imposante hache, promenant son regard jusqu’à apercevoir le premier individu qui avait grillé son infiltration. Elle saisit l’individu par la gorge, le soulevant légèrement de quelques centimètres au-dessus du sol, foudroyant du regard ce même individu, n’attendant qu’un signal pour lui briser ses os. Elle l’entendait supplier, mais elle, de son côté, n’entendait que le hennissement des montures et les cris des vautours rôdant autour de la cité.

« Je ne connais pas la pitié. » pesta Artemis, les seuls mots que son ennemi, aussi pathétique soit-il à ses yeux, aura le droit d’entendre avant de sentir le craquement de ses os. Cependant, la jeune femme ne s’attendait pas à un élan de solidarité de la part des voleurs. Deux hommes armés de fusil d’assaut tentèrent tant bien que mal de percer la chair de l’Amazone qui parvenait à esquiver les balles à l’aide de ses bracelets de forces, lâchant sa victime. Elle laissa sa hache glisser le long du sol pour se rapprocher dangereusement des deux tireurs, prêt à les trancher en deux pour en finir une bonne fois pour toute, oubliant que le justicier n’était pas bien loin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 867
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Ven 5 Jan 2018 - 16:47
La main tendue, à quelques mètres d'Artémis, sur ses terres, et après avoir livré un discours motivé mais dangereux, le Batman sait qu'il risque beaucoup ici - il a conscience que l'Amazone peut aisément s'en prendre à lui, et sûrement l'anéantir ; c'est un risque de venir dans les ruines de Bana-Mighdall, et encore plus de former une telle proposition.
Mais il ne regrette rien.

Alors qu'Artémis tourne autour de lui, alors qu'elle évalue ses arguments, envisage ses réponses, et commence lentement à répliquer, d'abord en le provoquant sur ses pensées suicidaires, puis ensuite en réfléchissant à haute voix sur le courage, la motivation, la débrouillardise et la détermination qui lui ont fallu pour parvenir ici - et il ne dit rien.
Bruce garde sa main tendue, et ses yeux ne cessent de suivre la jeune femme ; mais il ne dit rien.
Il observe. Il étudie. Il analyse. Il enregistre, chaque mouvement, chaque réaction, chaque tournure de phrase... jusqu'à, finalement, lui aussi répondre, après l'ultime parole d'Artémis.


"Je sais très bien ce qu'Arès t'a fait - et, pour poursuivre le début de cette collaboration, je t'avoue que je suis venu à dessein, en connaissance de cause."

Sa voix est calme, posée. Elle demeure modifiée par son masque, mais elle semble allégée depuis que l'Amazone a annoncé son accord pour le rejoindre ; il sait, déjà, que leur alliance sera difficile - mais elle est fondamentale, pour la réussite de son plan.
Arès n'est pas le seul à préparer une tactique, à créer une stratégie... mais lui a un avantage sur le Dieu de la Guerre ; il connaît son ennemi et ne le sous-estime pas.


"Il est, en effet, difficile d'envisager survivre dans ce désert sans assistance et sans plus d'éléments que ceux que j'ai."

Il baisse lentement les yeux vers son équipement, et hausse doucement les épaules.

"Cependant, tu dois apprendre que je ne s..."

Bruce ne peut aller au bout de sa phrase - car Artémis hurle, soudain, et se précipite vers une muraille, en reprenant une allure discrète.
Plus rapide, plus endurante, plus expérimentée que lui dans Bana-Mighdall, elle le quitte rapidement et tombe violemment sur trois pillards... sur trois types qui ont eu la mauvaise idée de venir dans les ruines, à la recherche d'artefacts ou de richesses perdues ; grosse erreur.

Il ne faut que quelques secondes à Artémis pour tuer ces trois voleurs, dont l'un d'entre eux a le crâne explosé par son talon.
Arrivent alors quinze camarades, qu'elle aperçoit avant de fondre dessus ; à nouveau, l'Amazone ne fait aucune pitié sur sa première victime, avant de s'emparer de ses armes pour se défendre contre deux tireurs, tandis que les treize autres se dispersent dans les ruines.

Cependant, si Artémis envisage de découper, trancher ou décapiter les deux tireurs... elle n'en aura pas l'occasion.
Trois Batarangs sont brutalement envoyés depuis les ténèbres, et viennent frapper les pillards, qui s'écroulent, inconscients, juste aux pieds d'Artémis. Celle-ci peut sentir le Chevalier Noir avant même d'entendre sa voix.


"Je réprouve toute forme de meurtre ou d'assassinat - je considère qu'il s'agit d'une arme, d'une méthode de faible, de criminels ; le feu par le feu, je n'y crois pas. Et je trouve cela improductif et inutile."

Sa voix est calme, froide, déterminée. Il n'y a, pour une fois, pas de colère dans ses mots, mais un constat implacable.
Il s'approche calmement d'Artémis, et laisse son regard glisser sur les treize pillards qui fuient et se préparent au combat.


"Spécialement ici, Artémis. Spécialement quand on affronte Arès... et ses alliés."

Le Chevalier Noir lève soudain son bras, soulève sa cape blindée - et arrête, ainsi, une balle tirée dans le dos de l'Amazone.

"Dont Hadès."

Bruce se tourne, en compagnie d'Artémis, pour découvrir le responsable...
... un pillard qu'Artémis a tué, et qui vient de se relever... en mort-vivant !
A ses côtés, deux autres se relèvent aussi - heureusement, pas le quatrième, pas celui qui a eu la tête écrasée.


"Les pillards sont sûrement envoyés par Arès - et un sort doit les protéger, pour les ramener. Félicitations, Artémis... vous venez de transformer un ennemi en ennemi qui ne ressent plus la douleur ou les doutes !"

Le Batman envoie un Batarang aux pieds du zombie, qui se prépare à tirer... mais en est empêché par une explosion, provoquée par le projectile ; le zombie est expulsé à plusieurs mètres, et a perdu ses deux bras. Il se relève, mais apparaît bien moins dangereux avec ses seules jambes.
Hélas, les deux autres zombies arrivent, et les treize autres fuyards se sont installés, et instaurent un tir de barrage.


"Je gère les morts-vivants. Identifiez les pillards et les situations, et trouvez une façon de les arrêter."

Bruce s'est placé, par réflexe, dos à l'Amazone, mais lui jette un rapide coup d'oeil.

"Sans empirer la situation, cette fois."

Sans prévenir, le Chevalier Noir se précipite et bondit vers les deux zombies, en espérant qu'Artémis trouve une solution... et, surtout, qu'elle ne rende pas leur combat encore plus difficile !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/12/2017
Messages : 51
DC : Timothy Drake / Slade Wilson
Situation : En quête de vengeance
Localisations : Inconnue

MessagePosté le: Dim 7 Jan 2018 - 16:52

« The Most Dangerous Woman Alive »
[ WoA ] ft. The Bat.
_____Elle ne cherchait pas à mesurer la puissance de ses attaques, ni même à épargner les ennemis qui l’entouraient. Bien sûr que non, Artemis de Bana-Mighdall veut faire mal. Elle veut marquer les esprits, faire comprendre les étrangers qui osent s’approcher de trop près de sa ville qu’elle n’est pas loin et que c’est probablement la dernière fois qu’on entendra leur cœur battre dans ce désert de sable pour la dernière fois.
Pendant ces combats, la jeune femme faisait preuve d’une certaine violence et brutalité dans ses gestes et ses contre-attaques. Elle venait de réduire en miette le premier groupe de pillards, laissant leur monture fuir la brutalité de l’Amazone. Alors qu’elle s’apprêtait à en finir avec un second groupe, voulant leur imposer le même et seul châtiment qu’elle réservait à ce genre de personnage. Elle s’arrêta vivement en pleine action, laissant son imposante hache volée au-dessus de son crâne, près à décapiter.

Immobile et spectatrice, elle vit ses adversaires tombés devant elle les uns après les autres. Elle ne les avait même pas effleurées. Pendant une fraction de secondes, elle avait presque oublié l’existence de cette chauve-souris. C’était lui qui était intervenu alors que la guerrière gérait parfaitement la situation. Voulant arrêter le plus rapidement possible le massacre de cette dernière, il s’était occupé des hommes menaçant Artemis avec leurs armes à feu avant de lui faire la morale.
La jeune femme le foudroie du regard, ne supportant pas vraiment qu’un étranger venant de nulle part, suppliant presque son aide, se permette d’imposer ses règles, sa loi et ses principes envers l’Amazone. Son égo en prend un coup, et la jeune femme est malheureusement connue pour être également une tête de mule en plus d’avoir un certain égocentrisme. Les quelques paroles de la chauve-souris avaient suffi pour remettre en question son alliance encore fraîche avec lui. Son regard et sa concentration se centre sur le justicier.

« Qui êtes-vous pour m’ordonner et imposer vos lois au sein de ma cité ? » grogna la jeune femme, à deux doigts de chopper le héros par le col et l’envoyer dans le tas des hommes inconscients pour lui faire comprendre qu’elle était supérieure à lui. Du moins, c’est ce qu’elle pensait et elle avait tord de le sous-estimer. « Le sang, par le sang, chauve-souris. Ce n’est pas à coup de claques que j’empêcherais ses hommes de revenir dans la cité. Ils ont osé mettre les pieds dans un endroit sacrée, même réduit en cendres par les Dieux Grecs. Je leur ferais payer de leur vie pour avoir commis cet affr… »

Elle se retenait de ne pas le faire voler hors de la muraille qui protégeait et délimitait autrefois les frontières de la cité. Elle fut à deux doigts de laisser son agressivité s’exprimer. Cependant, à force de se distraire et de se concentrer sur la même personne, elle en oublia de couvrir ses arrières. Ces dernières furent immédiatement défendues par la chauve-souris. Cette action, bien que naturelle aux yeux du justicier permis à Artemis de faire redescendre la colère envers ce dernier. Pendant un instant, elle se permet d’oublier les quelques paroles qui l’avaient agacée.

« Hadès… » répéta la jeune femme, finissant par comprendre qu’elle était épiée depuis longtemps par l’une des divinités responsable de sa captivité et d’une partie ses supplices. « Je n’ai pas peur de lui, encore moins de ses hommes de mains, chauve-souris. »

Elle ne craignait pas ses êtres morts-vivants, elle les avait déjà longuement fréquentés et savait pertinemment comment mettre à terre ce genre d’individu. Toutefois, elle laissa la chauve-souris se charger de ses créatures. Déviant les quelques balles qui lui étaient destinées avec ces bracelets de forces, elle se retourna vers les quelques pillards qui profitaient encore de la distraction de la gardienne des lieux pour voler les derniers trésors qu’ils trouvaient sur leur chemin.
D’un bon, la jeune femme atterrit au second étage d’une des bâtisses en ruine. Elle savait où se trouvait les derniers trésors de son peuple, c’est elle qui les avaient cachés, tous regroupé au même endroit pour éviter que les voleurs ne se dispersent pas. La guerrière manqua de briser l’un des murs de sa cité et se retrouva au milieu d’un second groupe. Ne pas les tuer, ordre de la chauve-souris ? Artemis ne reçoit les ordres de personne, encore moins d’un homme. Elle serra les dents et laissa échapper un sourire plutôt sadique et moqueur. Pour une fois, elle allait jouer au jeu du justicier.

Artemis envoya son genou en plein visage du premier qui la menaçait avec son fusil d’assaut. Ces collègues tentèrent de répliquer mais la guerrière était rapide, plus rapide qu’un être humain et désarmait un par un ces mêmes intrus à mains nues. Cela semblait tellement facile pour elle de leur retirer toute possibilité d’attaquer. La jeune femme avait beau faire preuve d’une certaine puissance et résistance, les balles réussissaient tout de même à transpercer sa chair, mais aucune n’était assez rapide pour y parvenir.
En quelques secondes, elle démonta l’un des fusils sous les yeux impuissants de son propriétaire qui l’avait encore en mains, entier. La jeune femme observa la désillusion dans ses yeux avant de se prendre un coup de poing en pleine face. Le dernier gars encore intact tenta d’attaquer la guerrière dans le dos, espérant avoir une maigre chance. Cette dernière finit par saisir une lame pour poignarder l’épaule de son agresseur à un endroit stratégique. La lame ressortit de la chair et vint à se bloquer contre le mur, immobilisant complètement son adversaire.

« Ose bouger ou retirer cette lame et tu te videras de ton sang avant même avoir franchis les limites de ma cité. Ne pense pas que tu es tiré d’affaire pour autant. » pesta la jeune femme.

C’est bien la première fois qu’elle adressait la parole à ce genre d’individu. D’habitude, elle laissait sa hache parler à sa place. Ce n’est pas comme ci les voleurs avaient la capacité mentale pour répondre à la guerrière, sûrement effrayé par cette dernière qui avait déjà assassiner en moins de cinq minutes quelques collègues. Elle prit quelques secondes pour reculer, observant les deux autres voleurs à terre, inconscient en un coup bien placé. Elle ne comptait pas les laisser vivre, mais elle avait un autre plan derrière la tête. Elle bascula cette dernière en direction de l’extérieur du bâtiment. De nouveau cavaliers tentaient de fuir la cité. Le bruit des sabots frappant le sable alerta immédiatement l’Amazone qui abandonna ces victimes pour en attraper des plus vivants.

Bondissant hors du bâtiment, elle sortit de nouveau son lasso et ne tarda pas pour le lancer sur le premier cavalier aillant débuter sa course. La corde s’enroule autour de l’antérieur de la monture et la fait basculer en avant, provoquant la chute de son propriétaire qui atterrit la tête la première dans le sable, manquant de se faire le coup du lapin. Une fois les deux bottes collées au sable, la jeune femme sortit son épée et trancha le bras du voleur qui se tenait juste derrière le premier fuyard.
Les deux derniers encore debout tentèrent de faire un long détour pour fuir l’Amazone, mais cette dernière n’avait pas perdu en matière de vitesse. Elle lança son épée dans la gorge du premier et bondit sur l’autre pour enfoncer ses doigts dans ses yeux et les lui crever, le faisant également chuter de sa monture. Elle ne se tardait pas sur ces pillards et ne prenait pas sur elle pour s’empêcher de les tuer. Toutefois, elle finit par en maintenir quelques-uns en vie, au moins la moitié d’entre eux. Tous regroupé et attaché à l’aide de son lasso, elle finit par reporter son attention sur la chauve-souris qui s’occupant des morts-vivants envoyés par Hadès.

Alors qu’il venait de s’occuper des quelques créatures qui avaient ressusciter, la chauve-souris finit par remarquer quelques choses de surprenant. De la chair pourris, des membres commencèrent à sortir sous le sable chaud du désert. Des hommes, des pillards que la jeune femme avait tué à différente période de sa vie finirent par revenir d’entre les morts pour se venger de l’Amazone. Elle avait entassé leur dépouille et laisser le sable et le temps agir sur ces derniers sans leur offrir la moindre sépulture. A ses yeux, leur vie ne valait plus rien au moment même où ils avaient franchi les frontières de sa cité pour y dérober ces derniers trésors. Leur valeur était assez inestimable pour que les nombreuses disparitions inexpliquées ne servent de leçon à aucun de ses individus.
De peur que le justicier ne soit pris de cours par tout ce beau monde qui s’invitait au combat, la jeune femme escalada les murailles les plus proches avant de s’emparer de son arc et de tirer les premières flèches dans le crâne des premiers qui tentèrent d’attaquer le héros par derrière. Une fois avoir ralenti les premiers, elle se rapprocha de Batman pour faire face au combat, à ses côtés.

« J’avais oublié de préciser que ce ne sont pas les premiers visiteurs de la cité. » commenta Artemis sans aucune honte, assumant complètement sa cruauté devant le justicier.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 867
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Lun 8 Jan 2018 - 10:22
Artémis est une guerrière puissante, expérimentée – mais surtout fière.
Elle ne goûte pas, elle ne supporte pas le discours du Batman, et il le savait avant même de voir l’expression de fureur sur le visage de son alliée, il l’imaginait alors même qu’il finissait de parler. Elle veut le détruire, elle veut l’anéantir, elle veut le briser… mais elle prend sur elle, quand elle comprend l’ampleur de la menace qu’ils doivent affronter, et surtout qu’elle aura besoin de lui pour s’en sortir.
Bien, pense-t-il. Elle sait se raisonner. Elle sait réfléchir. Cela sera utile.


« Ce n’est ni le jour, ni l’heure pour des débats philosophiques, mais il m’apparaît clair que ce qu’il se passe ici confirme ma pensée. »

Il évite une balle tirée par un ennemi, et se tourne vers Artémis pour afficher un sourire un brin provocateur.

« Tuer nos adversaires ne sert à rien – cela ne les arrête pas. Ils reviennent pour nous hanter, encore pires qu’avant… et nous en avons ici la manifestation physique. »

Il se précipite vers l’un des deux zombies, issus des deux hommes tués quelques secondes avant par Artémis, et effectue une prise de judo pour le faire tomber – et briser, littéralement, son crâne au sol.

« Je me doute qu’une Amazone comme toi n’a peur ni d’Hadès, ni de ses troupes – mais tu comprends que leur présence change l’équilibre du combat. »

Le Chevalier Noir bondit, et écrase ses deux bras dans le torse du dernier zombie ; un craquement sinistre se fait entendre, alors qu’il arrache sa cage thoracique et la jette au sol.
Dégoûtant… mais efficace ; la créature s’écroule, vaincue définitivement.


« Il convient donc d’éviter de produire de nouveaux… »

Bruce se tourne pour suivre Artémis des yeux – et la découvre, bondissant de muraille en muraille, de cible en cible, abattant ses poings, ses membres, ses armes même.
Elle est extraordinaire… mortelle, brutale, certes, mais extraordinaire. Elle effectue un ballet de violence et de sang, qui le bloque pour quelques instants par la beauté brute, par la sauvagerie pure, par l’efficacité absolue de ses actes.
En ce moment, en cette seconde… elle est belle ; sublime, même. Mais horrible, aussi.


« … adversaires. »

Il soupire et secoue la tête, quand il la voit tuer. Encore. Et encore.
Elle est belle, certes ; dangereusement belle.
Alors qu’elle saute de victime en victime, lui grimace et serre les poings – cela va être compliqué. Cela va être compliqué de travailler avec elle, ou au moins de travailler avec elle sans finir par la rappeler, brutalement aussi, dans le droit chemin.


« Humf. »

Bruce grogne, et se prépare à enchaîner… quand il découvre, autour de lui, plusieurs formes qui s’échappent de terre.
Des zombies. D’autres, encore. Issus d’anciens combats, d’anciens affrontements, d’anciennes tentatives de pillages qui ont échoué, du fait de la violence d’Artémis et de sa mortelle efficacité ; magnifique, pense-t-il. Il ne manquait que cela.

Le Batman distribue quelques coups, quelques enchaînements de judo et d’autres techniques de combat, mais il se retrouve rapidement acculé dans un coin. Il doit faire face à de nombreux ennemis…

… et si ces derniers ne sont pas gênants en soi, leur nombre commence à devenir réellement un handicap !

Bruce ne disposant pas beaucoup d’équipement, il laisse son formidable esprit prendre le relais et tenter de trouver une solution, même si les options commencent à se limiter ; cependant, Artémis ne tarde pas à le rejoindre, pour lui expliquer ce qu’il avait déjà compris.
Il abat violemment son coude sur la mâchoire d’un zombie, qui explose au contact, et il se tourne vers sa camarade, tout en appuyant sur un mystérieux bouton caché de sa combinaison de voyage.


« Dommage que vous n’ayez pas daigné crématiser les corps. »

La réplique est sèche, et de mauvais goût ; mais le Batman a subi plusieurs journées compliquées, qui influent sur son moral et son rapport aux autres.
Les coups s’enchaînent, les affrontements aussi, et si Artémis et lui parviennent à repousser l’ennemi, ce dernier se fait de plus en plus nombreux – de plus en plus menaçant ; il devient clair qu’ils ne tiendront pas longtemps.
Heureusement, cela ne va plus durer.

Alors qu’ils combattent encore, un bruit de tonnerre se fait entendre, avant que le vrombissement d’un moteur n’agresse leurs oreilles. Plusieurs tirs s’abattent alors sur la foule de zombies, les fauchant au passage, avant qu’un appareil ne passe au-dessus des deux alliés…

… le Batplane a été appelé à la rescousse, et vient aider son propriétaire qui le commande à distance.

« Je sais que les Amazones ne goûtent guère la technologie des Hommes… mais je pense que vous saurez faire une exception, non ? »

Bruce esquisse un petit sourire en continuant le combat.
Artémis n’est pas la seule à réserver des surprises.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/12/2017
Messages : 51
DC : Timothy Drake / Slade Wilson
Situation : En quête de vengeance
Localisations : Inconnue

MessagePosté le: Jeu 18 Jan 2018 - 1:47

« The Most Dangerous Woman Alive »
[ WoA ] ft. The Bat.
_____Malgré le nombre d’aversaire qui ne cessait de se multiplier, aucun d’entre eux ne parvenaient à affaiblir Artemis de Bana-Mighdall. Sa rage était puissante, assez pour terrasser un peuple entier. Toutefois, elle ne pouvait cacher qu’ils étaient nombreux, trop nombreux, même pour elle, même accompagné par un homme à l’accoutrement toujours aussi bizarre malgré les justifications de la chauve-souris. Les premiers morts vivants commencent à effleurer sa peau, les coups de feu deviennent de plus en plus importants et difficiles à esquiver tant ils se multiplient.
La jeune femme ne voulait pas l’avouer, encore moins face à un homme, mais elle commençait à être être surmené. Sa hache était recouverte du sang de ses ennemis, quand ce dernier ne s’était pas évaporé avec le temps. La chair pourris de ces hommes se détachaient facilement des os qui maintenaient la créature debout. Alors qu’Artemis tentait de retirer sa hache de la cage thoracique d’un pilleur en pleine décomposition elle se permit d’adresser quelques paroles le justicier.

« Je n’avais aucun souci avec Hadès jusqu’à ce que tu mettes les pieds à Bana-Mighdall. Ne me dis pas que quelques adversaires supplémentaires surprises vont te désorienter chauve-souris ? » se moqua Artemis. « Je commence tout juste à m’amuser » La jeune femme se moquait, mais elle ne se déconcentrait pas pour autant. « Montre moi ce que tu as dans le ventre au lieu de te plaindre. »

Au bout de quelques secondes, elle eut le droit à une réponse suite à sa requête. Un bruit assourdissant attira son attention, manquant de la déconcentrer. Artemis frappa un énième ennemi d’un violent coup de coude qui lui fracassa la mâchoire ainsi que la moitié du crâne avant de lever les yeux en direction de cette immense masse sombre volante.
Le Batplane survolait le ciel au-dessus de l’Amazone. Cette dernière avait déjà eu connaissance de la technologie avancée des Humains, mais elle n’avait encore jamais croisé un engin comme cela. Au début, elle pensa immédiatement à une attaque ennemie et posa ses deux mains sur sa hache en faisant dos aux restes de ses ennemis, Alors qu’Artemis était à deux doigts de se servir de ses armes pour mettre ce véhicule hors d’état de nuire, les paroles du justicier l’arrêtèrent immédiatement dans son élan. Elle baissa sa garde sur le Batplane, l’observant voler à ras du sol devant elle pour mettre hors d’état de nuire les derniers rescapés.

Elle observa la scène, complètement admirative de la technologie que détenait cet homme à lui tout seul. La guerrière laissa échapper un léger sourire satisfait au visage face à l’ingéniosité de la chauve-souris. Elle laissa le Batplane terminé les derniers hommes qui tenaient encore debout avant de se tourner vers la chauve-souris.

« Les Amazones de Bana-Mighdall n’ont jamais rejeter la technologie des hommes contrairement à Themyscira. Tu as fait preuve d’une bonne initiative, chauve-souris. Tu iras plus loin que je ne le pensais dans ta lutte contre Arès. Ta technologie est impressionnante et plutôt inhabituelle. »

Planant au-dessus des deux seuls survivants à l’extérieur de la cité, le Batplane avait terminé sa mission et survolait à une vitesse constante. La jeune femme commençait déjà à achever les morts-vivants qui avaient encore le courage de continuer leur lutte impossible contre l’Amazone et la chauve-souris. Prenant un malin plaisir à achever, une seconde fois et d’une manière assez lente, mais pas trop pour ne pas alerter la chauve-souris qui semblait très à cheval sur certaines règles, surtout celle du meurtre.
Lorsqu’Artemis fut certaine d’avoir mis hors service les derniers zombies, elle se rapprocha de la chauve-souris, sa hache sanguinolente en main, le manche planté sur le sable. Elle continua à jeter quelques coups d’œil sur le Batplane. Même si la chauve-souris semblait démontrer qu’il était temporairement du côté de l’Amazone, elle ne le connaissait que très peu et ne pouvait lui accorder sa confiance après quelques heures. La jeune femme restait méfiante.

« Tu commences à me plaire, chauve-souris. » commenta la jeune femme avant de se retourner vers les murailles qui délimitaient son ancienne demeure. « Je te suivrais. Toutefois, j’ai encore une dernière chose à régler avant de quitter la cité. »

Elle n’attendait pas que le Chevalier Noir réponde. En un saut, elle se retrouva au-dessus de la muraille. A l’intérieur de sa belle cité, elle avait laissé quelques pillards en vie et cela ne semblait lui plaire. Malgré les bonnes intentions de la chauve-souris, elle allait mettre un terme à leur vie, comme ci la jeune femme n’avait guère compris la leçon. Ce n’est pas quelques cadavres revenues d’entres les morts qui allaient l’empêcher de punir de la pire des sentences des moins que rien.
La guerrière les alignait devant elle, agenouillés sur le sable brûlant, ils étaient six encore en vie. A la fin, il ne restera plus qu’Artemis et la chauve-souris qu’elle avait rapidement abandonné pour revenir à ses instincts de guerrière revancharde. Elle les foudroie du regard, un par un. Ils savent ce qu’elle va faire, ils ne sont pas stupides. L’un d’eux avaient tenté de s’enfuir en vain. Artemis ne comptait laisser personne repartir vivant de sa cité.

« Vous avez osez pénétrer dans une cité autrefois sacrée. Malgré les années qui passent cet endroit reste toujours un sanctuaire et aucun humain n’a le droit de mettre les pieds dans ce sanctuaire sans mon accord. Vous vous êtes permis de vous introduire en ces lieux sans autorisation en plus de convoiter ses richesses comme certains de vos collègues l’ont probablement fait il y a quelques années de cela. Le crime que vous avez commis ne vous donne le droit à aucune clémence de ma part. C’est pourquoi, sous le regard des Dieux Egyptiens, je vous condamne, chacun d’entre vous à la peine de mort. »

« Vous êtes complètement folle ! » protesta l’un d’entre eux, impossible pour la jeune femme de savoir qui était le responsable de cet affront. Cette dernière était bien trop occupée à retirer les quelques morceaux de chair pourrie présents sur le tranchant de la lame, histoire de faire monter le stress des condamnés. L’Amazone orienta lentement la tête en direction de ces derniers, le visage remplis de colère. Les plus fragiles et pleurnichards d’entre eux manquèrent de se pisser dessus et d’éclater en sanglot.

« Je suis Artemis de Bana-Mighdall, gardienne de ce sanctuaire et lieu de mémoire et vous allez payer pour vos crimes. »

Sur ces mots criés fièrement par l’Amazone, cette dernière brandit sa hache. La jeune femme avait sa puissante arme au-dessus de son crâne, prenant de l’élan pour découper chacune des têtes de ces pillards et un seul coup de lame.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 867
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 18 Jan 2018 - 10:15
Maintenant.
Six hommes sont réunis dans un coin de la cité brisée.
Agenouillés. Vaincus. Terrifiés.
Et sur le point d’être assassinés… exécutés.

Artémis de Bana-Mighdall lève sa hanche, après quelques bons mots – elle la lève pour frapper ; pour tuer.
Mais la hache ne tombera pas… elle en sera empêchée.

Alors qu’elle essaye, l’Amazone découvre que quelque chose la retient – un filin. Un filin terrible, bloqué à quelques mètres par une poigne solide.
Celle du Batman.


« Je suis Batman de Gotham, et je ne laisserais personne les exécuter. »

**
*
**

Avant.
Artémis et Bruce sont acculés.
Entourés de zombies, le dos au mur, littéralement, ils combattent valeureusement, brutalement, puissamment – mais cela ne suffira pas.
Malgré leurs expériences, leurs forces, leurs talents, le nombre l’emporte ; le raisonnement est mathématique, et terrible. Ils vont tomber. Ils vont céder. Ils vont perdre.
Ils vont se faire battre.
Mais cela ne peut avoir lieu.

Au-delà des nombreuses responsabilités qui reposent sur eux, au-delà de la pression subie face à la menace qu’incarne Arès sur ce monde, autant l’Amazone que le Chevalier Noir ne peuvent accepter la défaite ; ce n’est pas dans leurs sangs, dans leurs tripes.
Ils ne cèdent pas. Ils ne perdent pas. Par principe.


« Tu es dans l’erreur, et tu le sais : Hadès demeure, depuis toujours, une difficulté pour ton peuple et toi. Je ne pense pas que le traitement de tes sœurs en son royaume te désintéresse, et je suis persuadé que le sort qui leur est réservé n’a rien d’enviable. »

Les dieux, par Arès, avaient anéanti Bana-Mighdall ; si Hadès n’avait pas, précédemment, de litige direct avec ces Amazones, il apparaît évident qu’il ne leur a pas réservé les meilleurs moments en son monde souterrain.

« Si Arès tombe… Hadès le suivra. Vois le combat que je te propose comme l’opportunité de nommer quelqu’un d’autre à sa place, en pouvant prévoir un meilleur sort pour les tiennes. »

Bruce arrache la gorge d’un cadavre réanimé – et se décale, pour laisser intervenir le Batplane.
Esquissant presque un sourire, il découvre, amusé, la réaction d’Artémis à l’arrivée de l’appareil. Ce dernier, piloté à distance, s’acharne directement sur les nombreux morts-vivants, qui n’ont objectivement aucune chance contre lui.

En soi, cela dure très peu de temps… c’est un massacre, au sens premier du terme.
Les ennemis sont anéantis, fauchés, brisés, liquidés. Point.
Au bout de quelques minutes, les balles cessent de filer, les canons s’apaisent, le Batplane repasse encore au-dessus d’eux, mais le calme revient enfin. La fumée se dissipe, la chaleur de l’affrontement se refroidit, et les deux combattants peuvent y voir un peu plus clair ; c’est terminé.

Les troupes d’Hadès sont détruites, et Bana-Mighdall est pacifiée.
Ou presque.


« Hem. »

Le Batman grogne de satisfaction quand Artémis reconnaît les mérites du Batplane. Ce dernier redescend, et son propriétaire s’avance pour vérifier que rien ne l’a endommagé – mais l’Amazone reprend, et évoque directement un autre sujet. Bien plus inquiétant.

« Une dernière chose ? »

Sous son masque, il fronce les sourcils et grimace.
Cela ne lui plaît pas ; pas du tout.


**
*
**

Maintenant.
Une tension terrible s’est installée depuis que le Batman a réussi à bloquer la hache d’Artémis en lançant un Batarang autour d’elle, suivi d’un filin.
Il tient, depuis. Il la retient. Et lui adresse un recul que très peu réussissent à tenir…


« Je sais ce que tu veux faire. Je sais pourquoi tu veux le faire.
Je respecte les rites et coutumes de tout un chacun – jusqu’à ce qu’ils interfèrent avec les Droits de l’Homme. Et même ce type de crapules ont des droits, c’est ce qui nous sépare d’eux.
Je doute, je sais que tu ne comprends pas… alors je te demande de les laisser. Je te demande de les laisser vivre. Je te demande de me les livrer, en gage de bonne foi dans nos rapports. »


Sa voix se fait plus stricte, plus directe.

« Je te le demande, Artémis. »

Un vrombissement se fait entendre, et le Batplane réapparait, se positionnant derrière lui.

« Mais je ne me cantonnerais pas à une demande. »

La menace est claire.
Il sait ce qu’il risque – il sait qu’il peut perdre une alliée d’importance ; il le sait, mais continue. La guerre contre Arès demande beaucoup, et le force à bien des sacrifices… mais il n’y sacrifiera pas tout.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/12/2017
Messages : 51
DC : Timothy Drake / Slade Wilson
Situation : En quête de vengeance
Localisations : Inconnue

MessagePosté le: Sam 20 Jan 2018 - 16:56

« The Most Dangerous Woman Alive »
[ WoA ] ft. The Bat.
_____La volonté de fer d’Artemis de Bana-Mighdall est sans appel. La jeune femme allait faire couler le sang avec ou sans l’approbation de la chauve-souris. Cependant, ce dernier semblait être aussi borné que l’Amazone, imposant ses règles. Elle sentit comme une puissance rivale de la sienne l’empêcher de mettre fin à l’existence de ces intrus.
Elle se retourna vivement pour faire face à la chauve-souris qui s’était interposé. Son visage est complètement fermé, stricte. La jeune femme n’était pas décidée à laisser le justicier dicté ces belles paroles. Cet individu lui rappelait bizarrement Diana lorsqu’elle travaillait avec elle. Leur bonté les perdra, elle a déjà fait tomber Wonder Woman dans les bras d’Arès. Il semblerait que la chauve-souris n’est toujours pas comprise la leçon.


« Oh, mais ils ont des droits, chauve-souris : Le Droit de mourir.» La jeune femme tenta de dégager sa hache une première foi, les gadgets du héros sont plutôt résistants. « Si je fais preuve d’indulgence, ils reviendront avec plus d’hommes. » Doucement, elle perd patience et accentue son acharnement jusqu’à trainer le héros jusqu’à elle. « Jusqu’à preuve du contraire, tu n’es pas chez toi. Ma cité, mes règles. Que cela te plaise ou pas, je m’en moque. Ce n’est pas toi qui m’empêchera de tuer ces moins que rien et s’il te faut une bonne correction pour comprendre cela, je n’hésiterais pas. »


La chauve-souris ne comptait surement pas abandonner malgré les menaces de l’Amazone qui avait déjà fait ses preuves en matière de force physique. En quelques secondes, la jeune femme transforma un potentiel allié en ennemi. Elle hésita pendant de longues secondes à laisser parler sa rage sur le justicier. Elle ne pouvait le cacher, elle avait besoin de lui pour retrouver Arès ainsi que Wonder Woman. Elle ne pouvait se permettre de se mettre cet individu à dos, du moins pas tout de suite.
Elle met longtemps à se décider. De longues secondes à balader son regard entre ces moins que rien et la chauve-souris. Elle finit par lâcher sa puissante hache, laissant la lame s’enfoncer dans le sable bouillant de Bana-Mighdall. Les pillards frôlèrent la crise cardiaque en pensant que leur tête allait tomber malgré la présence de leur sauveur. L’un d’entre eux soupira de soulagement après avoir manqué de se faire exécuter par une femme semblant venir d’un autre monde.


« ECARTE TOI DE MON CHEMIN CHAUVE-SOURIS. » hurla la jeune femme.

A l’aide de sa vitesse, elle saisit la chauve-souris par la gorge et fit décoller ces bottes du sol à la seule force de son bras. Ces doigts se resserrent lentement mais surement sur la gorge du justicier, l’étranglant pendant quelques secondes avant de lui envoyer un violent coup de boule pour le remettre à sa place et lui rappeler que ce n’est qu’un humain comme tout les autres, du moins aux yeux de l’Amazone. Après lui avoir fracassé le crâne, la jeune femme se permit de le jeter contre un des murs piliers d’un bâtiment avant de se diriger vers un pas lent vers les débris qui s’étaient écroulé sous la chauve-souris.
Elle leva ensuite les yeux sur le Batplane qui était en train de s’en prendre à elle. Ces bracelets de force la protégeaient des quelques balles qui tentèrent de l’arrêter. Elle tourna le dos au justicier pour saisir son épée et bondir sur la carcasse du véhicule pour tenter de transpercer la coque et ainsi le mettre hors d’état de nuire. La coque était bien plus résistante qu’elle ne le pensait. Elle n’arrivait qu’à égratigner le Batplane, mais la force exercée sur ces bottes arrivaient à le déséquilibré pendant un bref instant. Elle finit par faire demi-tour et prendre impulsion sur cette carcasse pour arriver à l’intérieur du bâtiment dans lequel elle avait laissé le Chevalier Noir. Le mur qui se trouvait derrière elle la protégeait, du moins pour l’instant.


« Je ne veux pas me battre contre toi. Les choses auraient pu être plus simple si tu ne t’étais pas interposé. Nous avons un objectif commun, mais je ne peux me permettre de les laisser s’enfuir. Maintenant que tu as compris la leçon. Eteins cet engin immédiatement, ou je devrais le détruire en morceau comme je détruirais tes os, un par un. »


Elle tournait le dos à l’engin, ces deux jambes plaquées devant la chauve-souris, le foudroyant du regard d’un air stricte et déterminé. Une chose est sûre, elle n’a pas peur de se battre pour ramener l’humain à l’ordre. La jeune femme surveillait les moindres faits et gestes du Chevalier Noir. Cependant, elle avait perdu de vue les pillards et les moins blessés par la jeune femme ont réussis à se détacher et tente de s’enfuir. L’un d’entres eux, souhaitant récupérer son égo face à cette guerrière qui avait tendance à se surestimer, planta une des dagues qu’il avait volé aux Amazones pour poignarder la jeune femme dans le dos, plus précisément sur son épaule gauche.
La lame est puissante et parvient à s’enfoncer dans sa chair. Artemis ne broncha pas, malgré le sang qui commençait à s’écouler le long de son bras. Sous la haine, elle se retourna en direction de son agresseur dont le visage était en pleine décomposition. Pour lui, elle ne traina pas pour retirer la lame de sa chair et pour l’enfoncer violemment dans la gorge de son adversaire, ne lui laissant aucune chance pour survivre. Elle finit par lancer la dague sur le pied d’un second homme à travers le trou d’un mur pour l’empêcher de s’enfuir et décourager les autres.


« Tu vois ? » lança Artemis. « Il n’y a pas de place pour la bonté ici. Je ne pensais pas devoir faire cette leçon de moral à un homme comme toi. Tu semblais plus intelligent que cela. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 867
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Lun 22 Jan 2018 - 10:42
En pistant Artémis, en la découvrant en train de préparer une série de mises à mort, en faisant le choix d’agir pour l’empêcher, le Batman savait ce qu’il faisait.
Il brisait les avancées de leur alliance, il se mettait au milieu d’un rite amazone, et provoquait le courroux de celle qu’il espérait recruter ; il mettait en péril son plan général contre Arès, et risquait ainsi de se faire une ennemie de celle qui devait être une alliée.
Il le savait, oui ; mais il l’a fait quand même. Certaines choses ne peuvent être sacrifiées. Certains principes ne peuvent être reniés.

Il s’attendait, donc, à ce qu’Artémis explose.
Mais, même s’il ne l’avouera pas, il ne s’attendait pas à une telle explosion…


« Hughn. »

Il grogne, quand elle bondit sur lui et le frappe – car c’est la seule chose qu’il puisse faire.
Frappé, soûlé de coups, maltraité, il ne doit sa survie qu’à son équipement protecteur, et notamment son casque. Ce dernier, qui peut résister aux pressions des grands fonds, se craquelle sous l’impact du coup de tête de l’Amazone.
Il est, ensuite, renvoyé pathétiquement sur un côté, avant que son adversaire s’en prenne au Batplane ; logique. L’appareil est l’élément le plus dangereux de son attirail, et elle doit le stopper pour espérer continuer comme elle le souhaite.

Heureusement, l’appareil est plus résistant qu’elle ne le pensait, et elle ne peut que le repousser avant de bondir dans les ruines, à la recherche des pilleurs qui ont eu la bonne idée d’essayer de fuir ; malheureusement, leur tentative n’est pas assez efficace.
Si Artémis a semblé les laisser vivre précédemment, ce n’était que pour piéger le Chevalier Noir – et elle ne fait donc plus aucune pitié sur sa première victime, en arrachant sa vie sans hésitation.

Alors qu’elle envisage déjà la suite des assassinats, Artémis glisse quelques mots pleins de suffisance et de leçon envers le Batman, qu’elle pense ainsi pouvoir dominer, tant physiquement que psychologiquement.
Elle se trompe.
Elle n’imagine même pas à quel point.


« Beaucoup pensent, en effet, que je suis intelligent. »

Sa voix est lente, faible – mais sûre. Il a profité de l’affrontement contre le Batplane pour se remettre, et se redresser. Il a rejoint Artémis, et la fixe après avoir vu la mise à mort, qu’il n’a pas pu empêcher.
Une colère froide l’anime, maintenant. Une colère née de la frustration et de la douleur.
Il regrette, toujours, qu’Artémis ne le suive pas… mais il ne regrette pas d’avoir engagé ce combat ; et s’il l’a débuté difficilement, une chose est certaine. Il le finira.


« Et ils ont raison. »

La seconde d’avant, Bruce a appuyé sur un bouton de son équipement.
La seconde d’après, l’ordre est reçu.
La seconde d’après, encore, l’ordre est exécuté.

Un terrible rayon s’abat alors sur Artémis… depuis les cieux. Depuis l’espace. Depuis…

… un satellite des Entreprises Wayne, gardé secret car agressif et offensif.

L’attaque ne dure que cinq secondes, mais dispose d’une puissance de feu capable de faire fondre un tank – et même trois tanks, en fait.
L’effet est terrible, brutal et aveuglant ; par réflexe, Bruce recule et se protège les yeux – avant de garder les mains levées, prêt à reprendre le combat.


« Je ne peux te battre physique – mais je peux te tuer. Ne laisse pas ton arrogance mettre fin à ta vie et à ta quête.
Tes sœurs ont besoin de toi. Abandonne ces nuisibles, qui raconteront ce que tu as fait et feront bien plus pour que personne ne revienne ici ; la nouvelle d’une furie vengeresse n’attire pas les curieux, là où l’absence de survivants créé le doute et l’envie.
Je ne te demande pas de soumettre ou d’oublier, Artémis ; mais d’agir en générale, en tacticienne, en chef. Des Amazones. »


Le tir s’est achevé, une fumée âpre s’échappe du cratère ainsi provoqué. Il ignore si elle a survécu, même s’il s’en doute, et surtout si elle la écouté ; mais il espère.
Il peut la vaincre, il peut la tuer – mais il n’en a pas envie.
Artémis doit être une alliée, elle est indispensable pour son plan ; mais elle doit être matée. Et il ne reculera devant rien pour cela.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 20/12/2017
Messages : 51
DC : Timothy Drake / Slade Wilson
Situation : En quête de vengeance
Localisations : Inconnue

MessagePosté le: Mar 23 Jan 2018 - 22:14

« The Most Dangerous Woman Alive »
[ WoA ] ft. The Bat.
_____Artemis de Bana-Mighdall avait laissé parler sa rage, sa colère envers les étrangers qui avait tenté de voler les trésors de sa belle cite, du moins ce qu’il en restait. La colère de la guerrière était assez déstabilisante lorsque l’on n’était pas habitué. Elle n’hésita pas à frapper un homme qui était venu lui proposer un marché plutôt alléchant. En une fraction de seconde, la jeune femme avait complètement corrompu cette alliance déjà instable.
L’Amazone laissa la chauve-souris se redresser, elle qui était occupé à retirer le sang qui avait souillé les derniers trésors de son peuple. Elle ne prêta pas davantage d’attention sur son adversaire. Il n’était pas parvenu à se défendre contre la force surhumaine de la guerrière. Elle pensa immédiatement être supérieure face au justicier, laissant parler son égocentricité, l’un de ces principaux défauts.

Elle fronça les sourcils lorsqu’elle entendit les paroles plutôt provocatrices de la chauve-souris. Elle ne le connaissait que depuis quelques heures, mais elle avait pourtant entendu la légende de cette dernière sans réellement en être impressionné. Il préparait un mauvais coup, c’était certain. Pendant les quelques micro secondes qui succédèrent ces dernières paroles, la jeune femme observa le justicier dans les moindres détails. Il n’était que très peu armé, du moins munis du minimum syndical en guise d’équipement, d’arme et de munitions.
La jeune femme recula d’un premier pas. Sa main se glissa lentement mais surement en direction du pommeau de son épée alors que sa hache reposait encore prêt des pillards encore hésitant pour prendre leur courage à deux mains et fuir cette cité au plus vite avant que la fureur de la guerrière ne reporte son attention sur eux. Alors qu’Artemis enfonça péniblement ses bottes dans le sable sur un mouvement de recul, elle sentit que quelque chose n’allait pas. Elle redressa doucement la tête pour apercevoir un second halo de lumière sur le ciel bleu de Bana-Mighdall. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il ne s’agissait pas de la lumière provenant de l’astre solaire. Peu rassuré sur ce qui allait lui tomber sur la tête, la jaune femme noua ces bras au-dessus de sa tête pour protéger cette dernière, attendant le déluge.

Artemis ne put contenir ces cris, à la fois remplis de haine et de douleur. La puissance de feu de ce satellite était suffisamment forte pour ne pas laisser l’Amazone complètement indifférente. La jeune femme finit par se laisser absorber par l’imposant et puissant faisceau lumineux, disparaissant peu à peu du champ de vision de la chauve-souris. Lorsque ce dernier s’évapora au bout de quelques secondes, le justicier n’entendait plus rien, à croire que le pire était arrivé. Un trou béant se trouvait à la place de l’Amazone. Une odeur de chair et de sable brûlée se laissait sentir. Le silence demeurait malgré les quelques gémissements apeurés des pillards encore présent, observant d’un regard admirateur leur sauveur.
Doucement, un bras apparu, puis quelques mèches rousses. Artemis était en vie, sans surprise. Elle enfonça difficilement ses doigts fins dans le sable pour parvenir à se hisser hors du trou encore brûlant. La jeune femme avait été protégé en grande partie grâce à ses bracelets de force mais le satellite était parvenu à brûler la chair d’Artemis sur son corps, laissant échapper une grimace entre ses lèvres alors qu’elle tentait toujours de se hisser pour se redresser et se mesurer de nouveau face à la chauve-souris. Elle planta sa lame encore fumante sur le sol. La chauve-souris pu percevoir désormais le haut du corps de la jeune femme se hisser hors du trou. Son visage était entièrement caché sous ses mèches de cheveux. Derrière ces dernières, la guerrière tentait de dissimuler une énorme frustration et un visage défiguré par une haine immense envers Batman. Sa main est tremblante, son corps est sous le point d’exploser sous la fureur.

« SOIS MAUDITE CHAUVE-SOURIS »

Ce cri de guerre se fit entendre dans toute la cité. La haine de la jeune femme envers le justicier était grande, plus importante que d’habitude. Elle mourrait d’envie de l’achever et de faire en sorte que jamais il ne revienne d’entre les morts. Le monologue de la chauve-souris, tentant de calmer la jeune femme sonnait comme des échos dans les oreilles de l’Amazone. Elle rêvait d’en finir, de laisser sortir toute cette rage qu’elle accumulait. Toutefois, en aucun cas elle ne sauta au visage du justicier pour lui arracher un poumon. Elle avait pris sur elle, de manière plus ou moins discrète. Elle ne pouvait le nier, la chauve-souris avait raison. Sa vengeance devra attendre encore un peu, mais la chauve-souris ne sera pas impunie pour l’humiliation qu’il avait organisé pour l’Amazone. Cette dernière pivota légèrement sa tête en direction des pillards qui avaient finit par prendre la fuite avec les dernières montures encore en vie. Artemis laissa échapper un cri de fureur avant de sortir définitivement du trou creusé par le satellite. Le sang recouvrait son visage ainsi que son épaule qui avait été profondément entaillé.

Le soleil venait de se coucher. La fraîcheur commençait à envahir la cité. Le calme était définitivement revenu, les morts qui y erraient pouvait désormais reposer en paix. Artemis avait laissé les cadavres pourrir sur le sable froid de la demeure de son peuple. Elle avait récolté un petit tas de bois morts pour y mettre le feu et s’en servir en guise de feu de camp.
Depuis quelques heures, elle avait fini par retrouver un calme olympien. Son visage laissait dégager une certaine sagesse et une indifférence malgré tout ce qu’il s’était déroulé quelques temps auparavant. Elle avait réussi à dissimuler sa rage derrière un masque qu’elle imitait désormais à la perfection. Ces yeux se promenèrent aux alentours, toujours à l’affut du moindre intrus. Elle s’était d’ailleurs servit des dépouilles les plus fraiches en guise d’avertissement, enfonçant la tête décapitée des pillards morts sur une pique, les affichant à la vue de tout le monde autour de la cité et proche de l’entrée de cette dernière, histoire de dissuader les derniers courageux.

Brisant les dernières brindilles à l’aide de ses poings avant de les jeter dans les flammes. La jeune femme avait laissé l’extrémité de sa lame baigner dans la chaleur ardente jusqu’à rougir le métal de son épée. Elle saisit le pommeau de sa lame avant de la déposer sur la plaie pour aider à la cicatrisation de cette dernière. Elle laissa échapper une faible grimace avant d’abandonner son arme sur le tas de sable et de recouvrir ces blessures et brûlures d’épais bandages après avoir retirer le sang qui se trouvait sur sa peau pâle et lisse.

« Ne croit pas que tout ceci est oublié, chauve-souris. » commenta froidement l’Amazone, elle ne savait pas où se trouvait le justicier, mais elle savait néanmoins qu’il traînait non loin de là, gardant surement ces distances avec la jeune femme en pensant qu’elle allait lui sauter au cou pour lui arracher les yeux de ses orbites. « Nous ne sommes pas amis. Tu m’as humilié publiquement devant ces moins que rien, tout ça pour une simple règle que je trouve toujours aussi ridicule et sans fondement hormis la faiblesse. Si je ne te démembre pas, c’est parce que nous partageons un objectif commun pour l’instant. Lorsqu’il sera accompli, tu subiras la colère des Amazones de Bana-Mighdall. » Elle laissa échapper un soupir et découpa le bandage en surplus sur son épaule. « Mes sœurs ont besoin d’être vengé. » Un ange passa, Artemis continua de balader son regard un peu partout dans la cité, toujours à l’affut du moindre bruit. « Tu aurais dû garder ta technologie pour Arès, et non pour ces hommes. Tu as été stupide. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 867
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 24 Jan 2018 - 10:43
Il ne l’avouera pas – mais le Batman n’est pas à l’aise.
Il n’aime pas ce qu’il fait.
Il n’aime pas ce qu’il a dû faire, surtout.

Traverser le désert, s’enfoncer en Egypte, trouver les ruines de Bana-Mighdall fut difficile – mais finalement facile, en comparaison de sa rencontre avec Artémis. Si les premiers mots échangés ont été brutaux, un accord semblait avoir été troublé… mais l’apparition de pillards, puis de Morts-Vivants, et enfin la décision de l’Amazone de s’en tenir pleinement à ses engagements ont complexifié leur relation.

Alors qu’un cratère fumant a remplacé l’espace sur lequel se trouvait Artémis avant, alors que, plus haut, le satellite se recharge et attend un éventuel deuxième ordre pour reprendre son tir, Bruce soupire discrètement.
Il n’aime pas ça ; il n’aime pas ce qu’il a dû faire.
Mais il ne pouvait pas la laisser tuer ces types – même eux ne méritent pas la Mort. Même eux ne méritent pas d’être exécutés.

Alors que l’Amazone s’échappe du cratère, intacte malgré la puissance de feu, impressionnante par sa survie et par sa haine absolue, qu’elle crache littéralement au visage de l’allié devenu ennemi… il attend.
Et il espère, surtout.
Il espère avoir fait mouche. Il espère avoir visé juste. Il espère avoir convaincu.
Et… il a raison.

Oh, peu de mots sont dits, quasiment aucun en fait ; tout est dans le geste, l’attitude. Le regard.
Elle le hait. Elle le méprise. Elle veut le tuer.
Mais elle attendra ; elle cède. Elle le laisse remporter cette bataille, au moins morale – la pire.

Sans un mot, Bruce se retire dans les ombres et les ruines, et la laisse se reprendre.
Elle est intacte, mais elle a souffert ; surtout en esprit. Artémis est une Amazone, par principe fière. Mais elle est surtout la survivante de Bana-Mighdall… et cela implique une force, une détermination, une puissance psychologique qui a besoin de se reposer, de se reprendre.
Elle vient de perdre une bataille ; elle a besoin de l’accepter.
Et lui n’entend que respecter cette demande silencieuse.


**
*
**

Le temps passe, donc.
Lui observe.
Discret, félin même, le Batman a fait le tour de Bana-Mighdall, notant dans son esprit divers éléments nécessaires en cas d’éventuelle difficulté – en cas d’éventuelle menace.

Finalement…
Le silence est rompu ; par elle.

Artémis parle. Elle répond aux questions silencieuses, posées par les actes et la présence discrète du Chevalier Noir.
Sans un mot, ce dernier s’échappe des ténèbres et s’avance, avant de s’arrêter à une distance ; prudence. Et respect.


« Arès m’a défié, vaincu, tué. Arès me considère faible, Mortel, Humain ; il a raison. Mais il sait, désormais, que je veux le combattre, et que je me considère assez fort pour cela.
Ce que j’ai montré aujourd’hui – l’a été à dessein. Pour qu’Arès voit ce que je peux faire. Pour qu’Arès évalue mes forces. Pour qu’Arès se prépare à ce que je peux faire. »


Le vrombissement des moteurs se fait entendre, alors que le Batplane réapparait au-dessus de lui ; une échelle descend, et vient se ficher devant lui.

« Pour qu’Arès pense savoir ce que je prépare… et, donc, pour le piéger. »

Il pose sa main sur un barreau, et prend une grande inspiration.

« Je sais que rien n’est oublié. Je sais que, dès la chute d’Arès, tu exigeras réparation pour ce jour ; je l’accepte.
Nous sommes alliés, pour l’instant. Quand Arès sera tombé, nous nous opposerons selon les règles de l’Agôn, et je m’y livrerais sans vice, sans cruauté, sans appui, et sans piège. »


Bruce soupire, et commence à monter.

« Tu trouveras dans les ruines un appareil moderne, par lequel je te contacterai.
Prépare-toi, Artémis. Arès tombera. Et tu auras ta… tes vengeances. »


Le cœur lourd, mais déterminé, le Chevalier Noir se drape dans sa dignité et monte, pour rejoindre le poste de pilotage de l’appareil – et partir de Bana-Mighdall.
Il est fort probable qu’il périsse face à Arès, et encore plus sûr qu’Artémis l’anéantisse s’il survit jusque-là ; il l’accepte. Sa mission justifie ces sacrifices, ces risques. Faire tomber Arès justifie cela.
Diana justifie tout cela.


(HJ/ Merci pour ce super RP ! Very Happy /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[WoA] The Most Dangerous Woman Alive [Artemis of Bana-Mighdall]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [WoA] The Most Dangerous Woman Alive [Artemis of Bana-Mighdall]
» Artemis of Bana-Mighdall
» Artemis Fowl
» Alive - the final evolution
» [ROM WM 6.5.5][WWE/FR][12.07.2010]**Artemis HD2** V24 [BUILD 23572][SPL 1.66]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Afrique-