[WoA] Rebuild the Bat [Barbara, Tim]

Inscription : 17/01/2017
Messages : 540
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; The Shade ; Fate
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Lun 8 Jan 2018 - 10:59
Dans les profondeurs du domaine Wayne, dans les anciens souterrains ayant d’abord servis aux Manganis, puis après aux réseaux utilisés durant la Guerre de Sécession, une structure a été mise en place.
La Batcave.

Un bijou de technologie, une merveille scientifique, un trésor d’armement et de véhicules qui feraient rêver quiconque sur la planète, et serait certainement une arme destructrice pour n’importe quel tyran ou Vilain qui mettrait la main dessus.
Mais, surtout, elle est la somme des peurs, des névroses, elle est autant le foyer que l’illustration parfaite de l’âme sombre et torturée de son propriétaire.

Le Batman. Bruce Wayne.
Qui va mal – qui est, même, au bord du gouffre.



« Maître Bruce… pensez-vous que cela soit une bonne idée de ressortir… cela… »

Une forme s’échappe lentement des ombres de la Batcave et s’approche du Batcomputer, sur lequel s’affichent de nombreuses images, qui vont et viennent en boucle, comme autant de lames constamment plantées dans le cœur et l’âme du spectateur, avachi dans le fauteuil.

« Oui. »

La réplique est lente, faible… presque un murmure, un souffle. Un râle.
Les images montrent, actuellement, Double-Face – Harvey dent. Ancien procureur. Ancien ami. Vilain. Et assassin de son enfant.
Il l’a sauvé. Il y a quelques jours, il l’a sauvé… et a perdu, pour cela, l’amitié, l’amour, le respect, la présence de Selina, celle qu’il aimera toujours, et de Jason, son fils.


« Il n’y a… pas meilleure… idée. »

Son ton est si faible qu’Alfred doit s’avancer pour l’entendre.
Les images changent, alors, et se fixent désormais sur… autre chose ; pire, même. Le vieux majordome grimace, tandis que défilent les enregistrements des caméras de sécurité du siège des Entreprises Wayne.
La veille, Bruce est sorti pour patrouiller, malgré les blessures subies pour sauver Harvey ; la veille, Alfred a appelé la Princesse Diana de Themyscira, pour lui demander de forcer son employeur, son fils même, à rentrer ; la veille, la jeune femme a réussi, car elle réussit toujours et qu’il ne peut rien lui refuser ; mais, la veille, le Dieu de la Guerre Arès s’en est pris à eux – et a, littéralement, tué Bruce.

Ce dernier, affaibli, fatigué, mais surtout Humain et Mortel, est tombé face au Dieu.
Il est mort.
Et il a été ramené… suite au sacrifice de Diana.

L’Amazone a subi et suivi le piège terrible posé par Arès, et a sacrifié sa liberté, son âme, ses valeurs et son destin pour ramener Bruce à la vie. Arès, allié avec Hadès, a ainsi pu le ressusciter, et le Chevalier Noir a alors assisté, impuissant et terrifié, atterré, au départ de son amie… et à la corruption de celle qu’il considère comme une Lumière. Du monde. De son monde, aussi.

Depuis, Bruce est rentré. Depuis, il s’est assis et fixe le Batcomputer. Depuis, il regarde en boucle les images d’Harvey, de Selina, de Diana, d’Arès, mais aussi de la torture subie par Barbara et Dick face à Amanda Waller, mais aussi de la mort de Jason face au Joker, mais aussi de l’enterrement de Sarah Essen, mais aussi de l’attaque du Joker sur Barbara, mais aussi de la mort du père de Tim, mais aussi la mort de Damian.

Il regarde, oui. Il regarde tous ses échecs. Il regarde toutes ses défaites.
En boucle.


« Maître Bruce… ce n’est ni sain, ni indiqué… il vous faut vous restaurer, et… »

« Non. »

A nouveau, la réplique est faible et dénuée de toute force, de toute autorité, de tout charisme ; de tout ce qui fait l’homme qu’il est devenu, qu’il a forgé, qui a inspiré autrui, et qu’Alfred a appris à admirer malgré ses peurs.

« Maître Bruce… cessez. Vous ne pouvez rester ainsi. Vous ne pouvez vous résigner. Vous devez… »

« Que dois-je faire, Alfred ? Me battre ? »

Un gloussement terrible, cruel, s’échappe de ses lèvres, alors qu’il continue de fixer le Batcomputer, sans un regard pour son père spirituel.

« Arès est un Dieu… et je ne suis qu’un Homme. Il l’a dit, il l’a montré, et je ne peux le contester ; je ne suis qu’un Mortel. Je ne suis qu’un grain de sable face à lui – et je n’ai rien pu faire contre lui.
Clark le pouvait – mais il a disparu. Diana le pouvait – mais elle a dû se sacrifier. Pour moi. A cause de moi. »


Il soupire et secoue la tête, rongé par une culpabilité si forte qu’elle en paraît presque palpable, solide.

« Arès… a gagné. Il a gagné Diana. Il a gagné le monde. A cause de moi. »

« Maître Bruce, non ! Vous pouvez… vous devez… »

« Je ne dois rien, Alfred – car je ne peux rien. Je ne suis qu’un Homme. Je ne peux rien contre un Dieu, nous l’avons bien vu. »

« Le Batman n’est pas qu’un Homme, et… »

« C’est faux, Alfred. »

Nulle violence, nulle autorité dans ses mots ; cela est encore pire.
Il n’y a que la lassitude, que la défaite en lui.


« Je l’ai cru… mais c’est faux. Le Batman n’est… n’était qu’un Homme ; qui a échoué. Qui est mort. »

Il pousse un soupir d’un désespoir absolu – et rejette, violemment, quelque chose sur le côté, qui flotte un peu avant de s’écrouler au sol.

« Et qui ne reviendra pas. »

Alfred, dans son dos, soupire, et secoue la tête.
C’est trop. C’est trop pour lui.
Lentement, doucement, il quitte le Batcomputer, et s’approche de ce que Bruce a repoussé comme un mouchoir usagé…

… et récupère le masque et la cape du Batman, que ce dernier ne veut plus porter.

Sans un mot, le vieil homme se retire – le cœur lourd, serré, brisé.
Il a mal. Et il a peur.
Rarement a-t-il vu Bruce ainsi. Rarement l’a-t-il découvert ainsi brisé. Rarement n’a-t-il senti un tel désespoir chez lui.

Quelque chose s’est cassé, chez son employeur… chez son fils. Quelque chose qui semble impossible à reconstruire. Quelque chose de profond, qui lui échappe.
Alfred a peur, oui. Il a peur que Bruce soit brisé… et qu’il n’arrive pas à se reconstruire, cette fois-ci.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/03/2017
Messages : 193
DC : Artémis Crock (Tigress)
Situation : Traumatisée et a raccrocher le costume pour le moment.
Localisations : A Gotham
Groupes : Birds of Prey
MessagePosté le: Jeu 11 Jan 2018 - 18:14

[WoA Rebuild the Bat

[PV Bruce, Tim]

Batman. Bruce Wayne. Ses deux noms désignés en réalité une seule et même personnes. Bruce avait autrefois été un enfant heureux de vivre, entouré de deux parents aimants et d’un majordome fidèle qui le couvait du regard comme le ferait un oncle. C’était un garçon de bonne famille, doué à l’école, fils aimant et digne héritier de la famille Wayne. Il avait tout pour lui, tout pour avoir une longue et belle vie heureuse jusqu’au soir ou, dans une sombre ruelle, la vie lui reprit ce qu’il pensait acquis. Son père et sa mère moururent sous ses yeux, brisant quelque chose en lui. Quoi, ce serait dur à définir. L’espoir ? La confiance ? En tout cas ce Bruce mourut et fut remplacé par un jeune homme aigri, triste et atone entre autre choses. Alfred vit celui qu’il considéré comme son fils changé du tout au tout. Alors bien sûr pendant quelques temps il fallut faire le deuil et après il fallut se relever. Alfred fit de son mieux pour pousser le dernier des Wayne a tourné la page sans résultat.

La suite nous la connaissons tous non ? Enfin tous ceux qui peuvent se targuer d’être proche du grand homme qu’est devenu Bruce Wayne. L’enfant décida de faire justice en retrouvant le meurtrier de ses parents et pour se faire de s’entraîner sans relâche. Ainsi naquit le Batman. C’est lui qui m’inspira autrefois, c’est lui qui m’accueillis presque malgré lui. C’est cette figure, cette vision incarnée de la justice et du bien. Moi, la fille adoptive du commissaire qui avait vu sa famille mourir dans un accident de voiture. Moi qui vis ma tante et son fils partir peu de temps après mon arrivée dans cette famille. Moi cette enfant perdu dans cette vie trop étroite pour moi. Je voulais faire plus, je voulais aider, je voulais sauver et protéger ceux qui perdaient tout.

Comme James Gordon, celui que j’aime appeler mon père depuis que j’ai débarquée dans sa vie, le faisait au sein de la Police, lui ce brillant commissaire reconnu par tous qui avait contribué à faire de Gotham un endroit plus sûre. Malheureusement à l’époque je n’ai jamais réussis à lui faire accepter cela et la seule solution qui me vint à l’esprit fut de faire comme le Batman : de me déguiser et de devenir une héroïne. Malgré mon haut niveau en combat au corps à corps, je serais sûrement morte si Batman n’avait pas décidé de me former. Que ce soit tuée dans un combat contre un méchant ou par inconscience avec du mauvais matériel…

Oui je ne serais sûrement plus ici aujourd’hui. Quand j’y pense, je me dis que les débuts n’ont pas été faciles. Batman me tolérée à peine, pour lui je n’étais qu’une gamine inconsciente des risques et sans motivations qui vaillent le coup. Et puis je ne sais pas, peut-être que Robin a plaidé en ma faveur, mais j’ai passé ses tests et au bout d’un certain temps, il faut croire que ce fut concluant puisqu’il accepta de me voir à ses côtés. Dès lors il devint mon mentor, mon modèle et je voulu élevé le nom de BatGirl au même rang que celui de Batman.

Nous eûmes des durs combats à mener ensemble. A trois, en duo ou en solo, en tant que Batman, Robin et BatGirl ou en tant que Bruce, Dick et Barbara. Depuis le début, j’ai toujours fait de mon mieux pour aider, les soutenir et les protéger parce que dès lors nous devînmes une équipe, une famille, des amis. Tellement de mots, tellement de noms, tellement de sentiments…

Je suis sorti avec Dick. Pourquoi je dis ça ? Parce que je sais pourquoi on s’est séparés, je crois que lui aussi et je pense que nous avons tous les deux des torts mais… La vérité c’est que c’est un sujet de discorde qui revint à chacune de nos disputes de couples. J’ai eu des sentiments pour Bruce, il y’a très longtemps comme une étudiante aurait eu le béguin pour son professeur. C’est rapidement passé et il n’y a jamais rien eu : je le jure ! Néanmoins ce fut toujours un des seuls doutes de Dick. Bref, pourquoi je raconte ca : pour que vous compreniez que même sans avoir de sentiments romantiques, Batman et Bruce ont toujours eu une place à part dans ma vie. Je lui dois tellement !

Il a fait de moi celle que je suis, il m’a sauvée la vie tant de fois ! Quand j’ai fini à l’hôpital, handicapée par le Joker, Bruce est venu me voir et il m’a aidée à m’en sortir financièrement et émotionnellement. Il m’a conseillé, aidé, soutenue alors que mon père me surprotéger, Dick n’était pas là et j’avais peur, terriblement peur de ne plus… De ne plus pouvoir agir en tant que justicière. J’ai pu compter sur lui mais je sais qu’il s’est senti coupable de cet événement et malgré le nombre de fois où j’ai essayé de le rassuré, rien n’y fit. En retour j’ai fait de mon mieux pour être un exemple pour les générations suivantes de la BatFamily, pour assurer auprès d’eux quand lui ne pouvait pas. J’ai essayée d’être à sa hauteur. Le chemin est encore long si je veux y arriver un jour. La dernière fois que j’ai essayée, c’est Waller qui a réussie à nous attraper Dick et moi. Et encore une fois, qui est venu me sauvée ? Bruce en Batman. Oui ma dette est immense envers lui et je passerais sûrement le restant de ma vie à la payer mais je le ferais et c’est pour ça que je suis ici aujourd’hui.

J’observe le Manoir tel que je l’ai connu malgré les reconstructions, figure toujours gothique qui apparait régulièrement au palmarès des plus belles propriétés de Gotham. Bon en même temps, que ce soit le manoir ou le propriétaire, tous les magazines de Gotham en font des choux gras régulièrement. Si la tête de lion à l’entrée portant entre ses crocs un anneau est toujours là, il y’a désormais une sonnette émettant un délicieux « ding-dong » qui a la préférence d’utilisation. Je ne fais pas exception en appuyant deux fois et attends silencieusement dans l’air glacial. La porte s’ouvre sur le faciès épuisé d’Alfred. Epuisé mais souriant quand il réalise qui est derrière la porte.

« - Miss Gordon, dit-il d’un soupir.

- Alfred… »

Je m’approche et contre toute attente je l’enlace. Il m’a appelé il y’a quelques heures très inquiet pour Bruce. Inquiet comme toujours. C’est quelque chose que nous avons en commun lui et moi. Nous nous inquiétons toujours beaucoup trop pour cette famille, famille dont nous n’avons pas le nom contrairement aux enfants adoptifs que sont Dick, Jason, Tim et le seul biologique : Damian. En tout c’est cinq personnes qui aimes risqués leurs vies, cinq personnes qui m’occasionne déjà les quelques cheveux blancs que je possède. Que dois en ressentir Alfred… Ses mains se posent sur mes épaules et serre quelques secondes avant de m’écarter pour voir mon visage.

« - Miss Gordon c’est bon de vous revoir. Je sais que ça ne fait que quelques jours que vous n’êtes pas passés mais… Je ne sais plus quoi faire. Il ne m’écoute pas. Jusqu’ici je pouvais toujours essayer de glisser quelques mots et quelques phrases qu’il enregistré mais là… Il est absent et il se passe en boucle ses images-

- Alfred, de quoi vous parlez ? Quelles images ?

- Dans l’ordinateur, il garde des séquences des épreuves de sa vie. Des épreuves qu’il considère comme ses échecs personnels. Il est dans une sphère de tourments et il refuse d’en sortir. La mort de Jason, votre situation après l’attaque du Joker, celle de Dick et vous, la mort du père de Tim, la mort d’Helena, de Damian, les dommages émotionnels causés à Selina Kyle, l’enterrement de Mme Essen et des tortures d’Harvey Dent… Mais il n’y a pas que ça Miss Gordon. »


Aujourd’hui, dans cette maison plus lugubre et silencieuse que jamais, c’est moi qui tire Alfred jusque la cuisine et qui l’y assoit. Pendant qu’il m’explique, c’est mon tour d’effectuer ses gestes routiniers qu’il a tant fait pour nous. Sortir les tasses, le sucre, le lait pendant que le café s’écoule. Après un instant de réflexion je tire deux autres tasses que je place à part pour le moment. Une fois que tout est prêt, je m’installe face à lui et une main dans ma hanse, l’autre sur sa main froide et blafarde, j’essaye de me montrer rassurante.

« - Alfred, ça va aller, vous savez que vous pouvez tout me dire. Pourquoi maintenant ? Pourquoi d’un coup ?

- Mlle Prince… Je soupçonne Maitre Bruce d’avoir des sentiments un peu plus qu’amicaux pour elle. Hors… Mon dieu que c’est compliqué. Pour faire court, j’ai appelée Mlle Prince en pensant bien faire, en songeant que peut-être elle arriverait à lui remonter le moral après la soirée difficile avec Maitre Todd et Mlle Kyle. Il s’en est découlé des événements fâcheux. Arès, ce… Dieux de la Guerre, il l’a tué, Miss Gordon. Il a tué le Batman et Mlle Prince a sacrifié tout ce qui faisait d’elle quelqu’un de bien pour le ramener à la vie. Il est rentré et il est désormais sain et sauf… physiquement mais mentalement… »


J’avale ma salive en même temps qu’une gorgée de café et je me lève pour le serré de nouveau dans mes bras.

« - Si il y’a une chose que j’ai retenu de toutes ses années, c’est qu’on ne peut rien prévoir. Rien. Vous avez fait les bonnes choses à faire. J’aurais certainement agis de même. Les choses ont dérapés mais ce n’est pas la première fois et ce ne sera pas la dernière. Alfred, vous êtes sa famille, vous avez toujours été là pour lui et vous n’avez pas à vous en vouloir. Comme nous, vous faites de votre mieux. Bruce le sait, ne vous en tiens pas rigueur mais sa colère, sa peine il la redirige contre lui. Le Batman est ainsi fait. Heureusement vous êtes là, nous sommes tous là. Ou presque tous. »

Je saisis mon téléphone dans la poche arrière de mon jean et envoie un sms à l’un de mes contacts. Ce contact que j’aime comme un petit frère et à qui je tirerais bien les oreilles de temps en temps.


"Tu devrais ramener tes fesses illico presto.
Je crois qu’on ne sera pas trop de deux."



Je sors le plateau et dépose ma tasse et les deux autres accompagnés d’un thermos de la substance marron encore brûlante dessus et m’apprête à soulager ma dette. Ou du moins d’essayer. Je réfléchis un instant à la façon d’agir mais il n’y a jamais de mode d’emploi.

« - Vous n’êtes pas seul Alfred et comme Bruce vous avez tendance à l’oublier. Je vais essayer de lui remonter les bretelles et de le ramener parmi nous. Tim ne devrait plus tarder, alors si vous pouviez lui dire que du café attend en bas, ça serait gentil », dis-je avec un sourire rassurant.

Très bien, je me dirige vers l’ascenseur qui mène au sous-sol, bien plus pratique que les escaliers quand on a les mains prises et rejoins l’espace central. Celui qui m’a accueillis pendant des longues journées et celui qui accueille aujourd’hui la personne torturé devant l’ordinateur. Je pose le plateau et mes lèvres forment un petit sourire en annonçant que non, ce n’est pas Alfred qui apporte de quoi se réchauffer cette fois. Je lève enfin les yeux vers le propriétaire des lieux et le trouve austère, froid et triste. Oui il est malheureux, c’est quelque chose que je conçois tout à fait surtout quand je lève les yeux sur l’écran géant un peu plus haut. Des photos s’alternent avec des coupures de presses et des vidéos. Je me revois alitée dans une chambre aseptisée et c’est comme si je m’y retrouvée l’espace d’un instant. Les odeurs me reviennent en mémoire et l’absence de sensation dans mes jambes. J’inspire et soudain c’est terminé, je suis de retour dans cet espace sombre au côté de cet homme que j’admire et auquel je tiens comme à un second père.

« - Oh Bruce… Je t’en prie éteins-moi ça. Dis-moi ce que je peux faire. »


Codage par Libella sur Graphiorum



Merci Conner pour cette sublime signature mignon

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4662-fiche-rp-de-barbara-gordon-batgirl http://dc-earth.fra.co/t4648-barbara-gordon-batgirl
Inscription : 22/03/2017
Messages : 256
DC : Artemis of Bana-Mighdall
Situation : Devant son CAFÉ
Localisations : Gotham City
Groupes : Batfamily

MessagePosté le: Aujourd'hui à 1:54

« Rebuild The Bat »
[ WoA ] ft. The Bat./ Barbara Gordon
_____Ce n’était pas la première fois que l’adolescent prenait de la distance avec ce qu’il lui restait de famille. C’était sa marque de fabrique, il prenait de la distance avec les gens qui l’entourent pour ne pas qu’ils se mêlent de trop de ses problèmes. En effet, le garçon était connu pour sa discrétion et son talent pour ne pas jouer carte sur table avec ses sentiments, même avec son mentor.
Depuis quelques jours, le garçon n’était pas rentré à la maison depuis quelques jours. Toutefois, il parvenait à montrer quelques signes de vie, le strict minimum pour inquiéter personne. L’adolescent avait un second refuge au sein de son Université. Alfred avait eu la bonne idée de souligner à la chauve-souris qu’un pied à terre au sein de son établissement scolaire lui permettrait de se reposer plus facilement et dans un vrai lit au lieu de s’endormir sur sa table pendant les cours.

Tim possédait une chambre universitaire, sommaire mais sans colocataire. Il n’avait jamais dormi dans ce lit. La nuit, il n’avait pas le temps et les seuls moments où il parvenait à s’endormir restait toujours ces heures de cours. Pendant ces quelques jours de solitude, l’adolescent avait continuer ses patrouilles solitaires de quelques heures, grand maximum. Le jeune homme n’oubliait pas que son corps avait besoin de plus de temps et de davantage de repos pour panser ces blessures. Sa triste expérience avec le nouveau psychopathe de Gotham City ne l’avait pas laissé indifférent aussi bien physiquement que mentalement.
Toutefois, l’adolescent était coriace et ne se laissait pas abattre aussi facilement. Lentement, il augmentait la durée des patrouilles et reprenait un entrainement un peu plus intensif aussi bien physique que mental. Tim avait accentué les nuits blanches, Derrière son masque, il avait une mine fatiguée.

Alors qu’il parcourait les rues de Gotham, se baladant sur les toits des immeubles, veillant sur la cité, l’attention du jeune justicier s’arrêta sur un détail, le Batsignal. Il était rare que ce dernier soit éteint à cette heure ci de la soirée. En plein élan, il fronça les sourcils, hésita pendant quelques longues secondes avant de faire demi-tour et de se rendre sur les lieux.
Son instinct avait vu juste. Il s’était effectivement passé quelque chose en ces lieux, quelque chose de grave. L’adolescent enjamba la barrière qui le protégeait du vide pour poser ces deux jambes brutalement sur le sol. En frappant ces jambes sur le sol, il entendant comme le craquement de débris de verre sous ces semelles. Il baissa les yeux pour observer ces mêmes débris. Cette situation était loin d’être habituelle.
Doucement, il se rapprocha du Batsignal, ou de ce qui en restait. Il avait été complètement détruit par une force surhumaine. Une partie du métal composant cette lanterne géante avait été complètement modifiée, pliée. L’adolescent passa doucement ces mains sur ce qu’il restait du Batsignal, cherchant à assembler les indices et les éléments qui l’aideront à comprendre ce qui s’était passé.
Des morceaux de tissus, de chairs encore collées sur les quelques débris de verre qui tenaient encore sur la structure métallique. Le jeune homme récolta quelques échantillons et finit par comprendre qu’un individu avait été pratiquement encastré dans la structure, voir fixé sur cette dernière. La méthode est plutôt radicale et les rares indices présents sur la scène de crime témoigne de la violence de la scène. Les morceaux de tissus présents lui semblaient familiers et c’est bien cela qui l’inquiétait davantage.

Il scanna les quelques échantillons qu’il avait récolté sur l’ordinateur présent dans son uniforme. Le jeune héros était particulièrement silencieux et attentif aux moindres détails. Sans aucun bruit, il enquêtait sur les lieux et cherchaient à comprendre qui se trouvaient ici, pourquoi et comment tout cela était arrivé. Red Robin jeta un coup d’œil à la flaque de sang présent juste devant le Batsignal. Le sang était sec et la quantité perdue était importante, trop importante pour espérer la moindre chance de survie de la part de la victime.
Pourtant, aucun cadavre ne se trouvait dans la scène de crime et les échantillons de sang récoltés et analysé laissait paraître qu’il appartenait pourtant au même individu. Les derniers résultats d’analyse laissaient paraître que le propriétaire de ce sang n’était autre que son mentor et Chevalier Noir, Bruce Wayne.
Les résultats de ces analyses sont assez surprenants et laisse échapper la stupeur dans le regard de Tim.

« Non… Je ne comprends pas… » lança Tim, fronçant les sourcils et reculant d’un pas pour tenter de comprendre et prendre du recul sur la situation. « C’est impossible… Comment… Pourquoi ? » continuait de se demander l’adolescent.

Il était au courant au sujet du passage de Wonder Woman dans l’armée d’Arès. Il restait attentif aux dernières nouvelles. Pourtant, il ne parvenait pas immédiatement à faire le lien, totalement perturbé par ses résultats. Tim est désorienté, son regard se promène à la recherche de nouveau indice, en vain.
Son ordinateur se mit à le rappeler à l’ordre sur sa vie sociale. Un nouveau message de la part de Batgirl. L’adolescent hésita un instant, de peur de se déconcentrer dans son enquête. Toutefois, il finit par céder et lire ce fameux message.

« Tu devrais ramener tes fesses illico presto.
Je crois qu’on ne sera pas trop de deux »

Le message est clair et finit par faire comprendre la situation. C’est bien la chauve-souris qui a fait basculer Diana dans l’armée d’Arès. Il s’est servit de lui, de ses sentiments pour lui pour l’atteindre, elle. L’adolescent se détourna du Batsignal. Il est temps de rentrer à la maison.

Il ne traine pas pour rejoindre la Batcave. L’adolescent arriva juste derrière Batgirl et resta complètement silencieux. Il n’a pas les mots, mais il salua sa sœur aînée d’un mouvement de tête, lui faisant comprendre qu’il avait fait au plus vite pour les rejoindre, avant d’orienté cette dernière en direction de son mentor. Il ne l’avait jamais vu dans cet état et pourtant, il ne le voyait que de dos, les yeux rivés sur son Batordinateur. Doucement mais surement, il se rapprocha de la chauve-souris pour tenter une première approche.

« Bruce, je suis au courant. Tu ne voulais sûrement pas que je le sache mais je sais et j’ai vu. » Ces pas sont lents, il continue à se rapprocher tout en adressant la parole à son mentor. « Arès s’est servit de toi et tu te sens coupable de la situation de Diana. Tu penses avoir échoué. Bruce, tu ne dois pas te morfondre. Ce n’est pas le moment. Tu n’es pas resp… » Il se rend compte des images qu’il diffuse en boucle : ces échecs. Dans l’une d’elle se trouve celle de la mort de son père, Jack Drake. Pendant un instant, Tim se fige et prend un mouvement de recul loin d’être discret. En quelques secondes, il se ressaisit et continue d’avancer. « Tu n’es pas responsable de ce qui est arrivé. Diana ne t’a pas sauvé la vie pour rien. Elle sait que tu l’aideras. Elle sait que tu pourras faire face à Arès. Bruce, écoute-moi je t’en prie. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4664-fiche-de-rp-tim-drake-red-robin http://dc-earth.fra.co/t4651-timothy-drake-alias-red-robin
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[WoA] Rebuild the Bat [Barbara, Tim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Barbara Kingsolver
» [Taylor Bradford, Barbara] A force d'aimer
» Barbara PYM
» Interview de Barbara kanam
» L'annuaire de Barbara

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City :: Manoir Wayne-Batcave-