Atom Villains Assemble! [Jessica]

Inscription : 21/11/2015
Messages : 654
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; The Shade ; Fate
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Mer 24 Jan 2018 - 14:16
En plein cœur de l’hiver, il n’est pas forcément agréable vivre à Ivy Town.
Alors que la froideur du climat de Nouvelle-Angleterre s’est emparé de la ville moyenne, et ses habitants ont chaussé leurs habits de protection, et veillent à sortir le moins possible ; la neige n’est pas encore apparue, mais les vents profonds, violents et agressifs sont nombreux, et personne ne veut les subir plus que de raison.

Les jours sont courts et les nuits longues, les températures basses et, parfois, le moral aussi ; Ivy Town n’est pas bloquée par l’hiver, mais le dynamisme de la cité universitaire s’en trouve ralenti, et tout un chacun attend donc que les jours passent, que la saison s’efface, pour plonger dans le renouveau du printemps, et bien sûr de meilleurs moments.

Cependant, si l’hiver est difficile, il n’est pas pour autant insupportable… généralement.
Hélas, quelques événements qui interviennent sans prévenir peuvent changer les choses, et transformer une journée agréable et douce en véritable enfer ; que dire, alors, quand l’un de ces événements abominables s’en prend à une journée déjà triste, froide et morne ?
C’est ce que les Héros de la ville vont découvrir.

Une semaine plus tôt, Jessica Cruz a quitté New York avec ses bagages pour s’installer à Ivy Town, dans l’appartement de Ray Palmer.
Ce dernier l’a aidé dès que la jeune femme fut attaquée par Volthoom, à New York, et ils sont restés en contact, chacun trouvant en l’autre un appui, un point de repère – un allié, un ami ; et même plus.

Une semaine plus tôt, après que Ray ait montré à Jessica leur logement désormais en colocation, après les premiers déballages, tous deux ont eu… un moment.
Ils n’en ont pas parlé, depuis – pas par honte ou gêne, mais par une sorte de peur de briser cet instant dont ils ont profité. Cet instant, porteur de promesses et de possibilités, est encore trop tôt, trop récent, et trop sensible pour ces deux âmes abîmées par l’existence pour l’évoquer, et envisager une suite.
Mais ce moment n’est pas oublié, et hante régulièrement leurs absences, leurs silences ; leurs rapprochements.

Un fonctionnement quotidien simple, agréable s’est installé entre eux depuis.
Ray a récupéré un lit dans sa réserve personnelle, il l’a installé dans son ancien bureau, et tous deux cohabitent, donc ; elle dans la chambre, lui dans la pièce annexe, chacun menant ses activités de jour pour se retrouver le soir… naturellement.
Ils cohabitent, donc. Ils cohabitent bien, agréablement, et se complètent – encore.

Alors que cette journée d’hiver avance, que l’après-midi débute, Ray Palmer se trouve dans son salon ; en tailleur sur son canapé, un PC portable sur les genoux, une tablette à côté, il travaille simultanément sur ses prochains cours et fait une vérification du spectre globale des énergies cosmiques sur Terre.
Occupé, il l’est ; mais les choses vont changer.

Un bruit se fait soudain entendre, et se répète deux fois avant que le scientifique ne parvienne à sortir de sa concentration. Soudain troublé, il repousse son PC, bondit de son canapé, manque de trébucher sur son jean trop large, et se précipite vers un communicateur au mur.
Repoussant la capuche de son pull, il allume ledit communicateur.


« Atom, présent. »

« Bonjour, Monsieur Atom. Ici le commissaire Mayland. »

Ray fronce les sourcils ; Dean Mayland fut un professeur d’Ivy Town, qui engagea Ryan Choi avant de quitter l’Université pour devenir policier. Son intransigeance et sa discipline lui firent gravir les échelons, mais… il ne le connaît pas bien, et ne sait donc pas forcément sur quel pied discipliné.

« Je… vois. Bonjour, commissaire. Ray suffira. »

« Très bien. Je vous contacte sur demande de mes supérieurs, pour vous soumettre un… cas. »

« Un cas ? »

Le comportement passif-agressif de Mayland est tellement évident qu’il se ressent dans chacun de ses mots.

« Oui. Mes supérieurs pensent que vous pourriez nous aider. »

« Avec plaisir. Que puis-je faire ? »

« Le logement de David Clinton a été forcé, et des éléments ont été volés. Nous vous voulons sur place, dès que possible. »

« Oh. »

David Clinton – Chronos, son principal ennemi. Voyageur temporel, actuellement considéré mort, mais bien vivant quelque part dans le Temps, notamment après sa rencontre avec lui et Jade.
Un voile sombre glisse immédiatement sur le visage d’Atom, qui acquiesce doucement.


« J’arrive. »

Le commissaire raccroche, et la conversation en haut-parleur s’achève.
Ray soupire, alors.
La journée était déjà froide et morne ; elle va encore empirer…



Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 44
DC : Wonder Woman ; Red Hood
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Jeu 25 Jan 2018 - 22:41

Atom villains assemble!Ray Palmer & Jessica CruzLa vie à Ivy Town n’était pas si différente de la vie à New York. Les rues étaient occupées, pleines, et les magasins remplis, peu importe à quelle heure Jessica y mettait les pieds. Le ciel avait les mêmes tons gris perle en hiver, et le froid était tout aussi mordant, la neige toute aussi probable. Quand il pleuvait, c’était les mêmes flaques qui éclaboussaient les passants. Oui, la vie à Ivy Town n’était pas si différente de celle à New York.

La vie avec Ray, par contre, c’était une toute autre histoire. Jessica n’avait jamais vécu que seule ou en famille. Elle n’avait aucune expérience avec de quelconques colocataires qui n’étaient pas ses démons et hallucinations, mais elle savait qu’aucune expérience n’aurait pu être meilleure que ce qu’elle vivait. Quand elle rentrait tard le soir, après une soirée avec Jennie, ou, plus souvent malheureusement, une mission dans l’espace, un tour de ronde à rallonge dans le secteur, elle trouvait à coup sûre les petites lampes décoratives dans le salon allumées et la radio chantonnant à voix basse. Ray savait que le noir, le silence, que le vide la rendait nerveuse. Il s’efforçait de remplir tous les trous. Elle se levait avec du jus d’oranges pressées dans le frigo, avec un bruit de fond constant, et jamais il ne la laissait s’enfoncer dans ses spirales destructrices. En échange, elle lavait son linge, parce qu’elle s’était rapidement rendue compte que si le cerveau de Ray était exceptionnel, il était aussi distrait et occupé. Elle le voyait louper des repas, trop occupé à parcourir son ordinateur, à réfléchir et à avoir l’air terriblement concentré. Alors elle semait des petits plats, par-ci par-là, faisait en sorte que le fumet de sa cuisine quitte la pièce pour venir chatouiller le nez de Ray à des moments stratégiques et ne le laissait jamais s’oublier.

Elle en aurait été incapable, de toute façon. C’était une chose d’avoir la présence de l’anneau, discrète et symbiotique, dans un coin de son cerveau. C’en était une autre d’avoir le prénom de Ray flashant dans ses pensées comme une pancarte publicitaire de cabaret coquin. Elle pensait à lui, elle pensait à toutes ses fois où ils s’étaient installés devant la télé, l’un contre l’autre, et s’étaient pris la main, si naturellement. Elle pensait au baiser qu’ils avaient partagé, et elle pensait à tout ce qu’elle aurait voulu pouvoir lui dire, si le courage ne lui manquait pas. Ironique, étant donné que l’agitation de démons sur Ysmault l’avait obligée à passer le plus clair de son temps dans l’espace, et que du courage, elle avait dû en avoir une bonne dose pour leur faire face. Mais ce qu’elle ressentait, quand elle s’allongeait enfin, s’autorisant quelques petites heures de sommeil, ce n’était pas de la nervosité, et encore moins de la peur. Elle n’avait aucun regret, aucune frustration. Elle était impatiente. Impatience de vivre ce qu’ils vivraient sans aucun doute, impatiente qu’ils se retrouvent enfin. Elle le savait, elle avait confiance, leur baiser ne serait pas le seul baiser qu’ils partageraient.

Mais chaque chose en son temps. Une leçon qu’elle avait appris à la dure.

Ce jour-là, le froid mordant d’Ivy Town la surpris alors qu’elle entra de nouveau dans l’espace de plus en plus familier de la ville. Elle n’était pas rentrée sur Terre depuis les dernières soixante douze heures, et elle n’avait qu’une hâte : se doucher, voir Ray et dormir. Par bonheur, les démons d’Ysmault était contenu – tout du moins c’était ce qu’elle avait conclu suite aux grognements de mauvaise foi de Kilowog. C’était mieux que rien. Elle avait fait son rapport aux Gardiens, et était repartie en suivant. Il faisait déjà froid quand elle était partie, mais là, le ciel menaçant pesait lourdement sur la ville, bas et chargé. Jessica sentit une étincelle d’excitation s’emparer d’elle. Avec un peu de chance, il neigerait après sa sieste bien mérité.

"La probabilité de chutes de neige est de quatre-vingt dix-sept pour cent," lui répondit son anneau, directement dans sa tête, et Jessica ne put retenir son éclat de rire.

Elle passa à toute vitesse entre les bâtiments de la ville jusqu’à atteindre la fenêtre de sa chambre. De plus en plus fébrile, elle s’y glissa et n’attendit même pas que ses deux pieds soient bien au sol pour se diriger vers la porte. Le bureau se présenta à elle – bureau qui était devenu la chambre de Ray – ainsi que les livres ouverts et les tee-shirts oubliés sur la chaise qui la firent sourire, mais son attention fut rapidement redirigée vers la silhouette familière qu’elle entrevit à travers la cloison de verre qui séparait le bureau de la pièce principale.

Jessica sortit du bureau d’un pas dansant.

« Home sweet home ! » lança-t-elle en guise de salut, un grand sourire sourire au visage. « Me revoilà ! »

Elle s’apprêtait à retirer son anneau quand elle se figea, son regard croisant celui, sombre et préoccupé de Ray. Elle avisa alors sa position – près du communicateur – et l’ordinateur délaissé sur la table basse. Les conclusions n’étaient pas difficiles à tirer, même pour un esprit banal comme le sien.

« Ray ? » interrogea-t-elle en faisant un pas vers lui, les sourcils froncés. « Que se passe-t-il ? »


© 2981 12289 0

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 654
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; The Shade ; Fate
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Ven 26 Jan 2018 - 15:49
Ray appuie sur le bouton mettant fin à la conversation avec le commissaire Mayland quand Jessica arrive dans l’… dans leur appartement.
Ray, donc en jean et pull à capuche, lève directement ses yeux vers elle – et si l’idée de lui cacher, de lui mentir, de la tromper, de ne rien dire apparaît dans son esprit, elle disparaît dès que le contact visuel est établi.
Non, pense-t-il. Pas ça. Pas à elle.


« C’est… »

Sa voix se brise, un soupir profond s’échappe de sa gorge. Il secoue la tête, puis passe sa main dans ses cheveux mal coiffés, alors que son regard glisse sur le côté et qu’il cherche ses mots ; juste ses mots. Pas à fuir, non.

« La police vient d’appeler. Ils me demandent d’intervenir, de… »

Il cherche ses mots, réfléchit ; mais lutte, surtout, contre l’afflux de souvenirs qui fond dans son esprit, qui ravive des événements précédents – des mystères, des aventures, mais surtout bien des dangers.
David Clinton. Bon sang.
David Clinton.


« L’appartement de David Clinton a été forcé et cambriolé, et des éléments sont manquants. Le nouveau commissaire, que Ryan connaissait et qui n’était pas franchement un type sympa’ quand il évoluait à l’Université, a eu des pressions pour que j’intervienne, et il veut que je vienne. »

Son regard se perd, bien loin du canapé et de la table basse qu’il fixe… avant de se reprendre ; et de refixer son attention, son regard, et même un petit sourire sur Jessica.

« Pardon, je me perds moi-même… j’ai oublié. David Clinton est Chronos, en fait, mon… ha, comment dire. Je ne vais pas dire que c’est mon Joker ou mon Zod, mais ça a été mon Vilain principal. Et, le truc, c’est qu’il… ha, à dire à haute voix, c’est risible, mais ça a causé des soucis, et ça en pose encore.
Chronos voyage dans le Temps, Jess’. Mon Vilain principal est un voyageur temporel, dont j’ai un jour retrouvé et enterré le corps – même si je l’ai encore combattu, après. »


Palmer esquisse un petit sourire triste, et hausse les épaules.

« Il est… fondamentalement dangereux, et a déjà menacé la Justice League. Récemment, une Lady Chronos est même apparue – contre Ryan. J’ai revu David il y a quelques mois, mais il était moins… criminel, on va dire. »

Une ombre glisse sur son visage.
Il a revu David Clinton quand ce dernier a informé Atom et Jade qu’ils ne pouvaient poursuivre leur début de romance, du fait des dangers causés pour le Futur par une telle union ; Ray en a souffert, même si cette peine a depuis disparu – notamment grâce à Jessica, il en vient à l’admettre de plus en plus.
Mais il n’empêche que ce souvenir n’a rien d’agréable.


« Enfin… ça ne sent pas bon, clairement. Que ça soit David qui revienne pour s’emparer de vieux trucs, ou qu’un imbécile veuille profiter de lui – ça ne sent pas. Je dois y aller, et… »

Palmer va activer ses pouvoirs, disparaître et laisser Jessica seule… quand il s’arrête ; et relève ses yeux, son regard pour les plonger sur le doux visage de la jeune femme.
Un petit sourire timide glisse alors sur ses lèvres.


« Enfin… tu veux peut-être venir… ? »

Jadis, il serait parti et l’aurait laissée là ; jadis, il aurait agi ainsi pour la protéger, pour éviter de la mettre en danger, pour ne pas trop se livrer… parce qu’il se disait que ça ne servait à rien, parce qu’il ne voulait pas gêner, parce qu’il se disait qu’il allait l’embêter.
Jadis.
Mais c’est terminé.


« A moins que tu sois crevée… mais… »

Son sourire s’étire, alors qu’il enlève son pull à capuche, et révèle juste son torse nu, recouvert de quelques cicatrices, mais étonnamment musclé – merci la manipulation de la masse. Il n’y fait guère attention, car il se prépare à activer ses pouvoirs, et donc à faire apparaître son costume, mais il tient à ce pull, et l’envoie donc sur le canapé pour le préserver.

« … j’aurais besoin de toi. Si tu veux bien. »


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 44
DC : Wonder Woman ; Red Hood
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Lun 29 Jan 2018 - 18:08


Atom villains assemble!Ray Palmer & Jessica CruzJessica s’approcha doucement de Ray, les sourcils froncés. L’émoi et la confusion de ce dernier étaient évidents sur son visage, et elle le regarda osciller entre chacune de ses émotions sans rien dire. Ils étaient déjà proches l’un de l’autre – ils l’avaient été presque depuis le tout début – mais cette dernière semaine à partager l’espace vital de l’autre lui en avait appris encore plus, et elle parvenait désormais à lire le visage de Ray avec bien plus d’aisance. Surtout que ce dernier semblait s’être encore plus… ouvert avec elle. Là où il présentait une façade de professionnalisme au reste du monde, il ne cachait aucun de ses tics d’expression avec elle. Que ce soit conscient ou pas, elle en était reconnaissante et… plus encore.

Evidemment, elle ne se rendait pas compte qu’en retour, elle offrait également à Ray bien plus que ce qu’elle n’avait jamais donné à qui que ce soit.

« Hey, » souffla-t-elle avec douceur une fois aux côtés de Ray, histoire de lui faire comprendre qu’elle était là, qu’elle était prête et que tout allait bien.

Elle le regarda se débattre avec ses mots, avec ce qu’il se passait dans son esprit, avant de jeter un regard inquiet au communicateur. Que s’était-il passé ? Elle reporta son attention sur Ray et quand ce dernier parvint finalement à se lancer dans ses explications, elle leva la main pour glisser ses doigts dans ses cheveux et le recoiffer avec douceur, mais aussi pour l’encourager silencieusement alors qu’il lui expliquait la situation.

« Je vois, » dit-elle finalement une fois la situation présentée un peu plus clairement. Elle pouvait comprendre l’inquiétude dans les yeux de Ray et son hésitation, mais elle lui adressa un petit sourire pour le remercier d’avoir franchi le pas – un pas de plus – avec elle.

Le regard qu’il lui jeta par la suite lui fit l’effet d’une détonation interne, et son cœur s’emballa immédiatement. C’était comme si, tout à coup, elle était passée de l’autre côté. Comme s’il avait accepté de l’inviter dans un cercle encore plus interne de la personne incroyablement complexe qu’il était, et cette preuve de confiance ne la laissa pas indifférente. Elle lui adressa un large sourire, oublia sa fatigue et tout le reste pour hocher la tête.

« Evidemment que je viens, » conclut-elle. « Je fais partie de la ligne de front d’Ivy Town maintenant, non ? Ca me semble être l’occasion parfaite pour s’affirmer en tant que duo et partenaires. »

Elle désigna son costume qu’elle n’avait même pas eu le temps de retirer.

« Et en plus de ça, je suis déjà en tenue ! »

Elle releva les yeux juste à temps pour assister au spectacle des plus intéressant de Ray qui retirait son pull. Avant même qu’elle ne puisse faire quoi que ce soit, elle sentit la chaleur monter à ses joues et s’y répandre avec une efficacité cruelle. Elle s’éclaircit le fond de la gorge et tenta de cacher son embarras sous un air faussement professionnel. (Chose qui, elle n’en douta pas, échoua lamentablement : si elle était devenue presque experte dans la lecture du visage de Ray, elle ne doutait pas que ce dernier soit imbattable dans la lecture du sien de visage.)

« Tu l’as revu il n’y a pas longtemps tu disais ? Mmmh… tu… euh…. Tu penses qu’il serait de retour ? »

N’en pouvant plus, et encore plus embarrassée par son incapacité à cacher son embarras et ce petit quelque chose de plus que la vue d’un Ray torse nu avait provoqué en elle, elle se détourna et utilisa comme prétexte le fait de plier le pull de Ray pour occuper ses mains.

« Il habite loin d’ici ? »


© 2981 12289 0

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 654
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; The Shade ; Fate
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Mar 30 Jan 2018 - 9:33
Ray est, évidemment, perturbé par l’annonce du nouveau commissaire, mais aussi par la perspective de refaire face à Chronos. Il a envie de foncer directement là-bas, de filer au plus près du danger, et d’être grosso-modo imprudent, car il est rongé par l’inquiétude.
Mais.
Mais les choses ont changé. Mais Jessica est arrivée.


« Hem. »

Il esquisse un petit sourire, grogne légèrement quand elle se rapproche, et vient recoiffer ses cheveux ; elle est si proche qu’il sent son odeur, son aura, et… et il adore ça. Il adore cette proximité. Il adore la douceur de sa voix. Il adore la tendresse de ses mains. Il adore l’intensité de son regard. Il…
Stop. Pas ça. Pas maintenant.
Pas comme ça.


« C’est… gentil. »

Son sourire s’intensifie, augmente quand elle accepte de l’accompagner, notamment quand elle évoque leur duo, leur partenariat ; il aime ça.
Il aime leurs rapports. Il aime leurs liens. Il aime leurs confiances, et leurs communications non-verbales.
Alors que le retour de Chronos fait peur – Palmer se surprend à se détendre ; grâce à elle.


« Yep… et quelle tenue, Miss Cruz ! Vous allez faire forte impression, en illuminant la journée des agents de l’Ivy Town Police Department. »

Un petit gloussement accompagne sa remarque – mais cela disparaît, quand il se rend compte du rouge sur les joues de Jessica, et de sa gêne, visible dans ses mots, ses hésitations, et son choix de se tourner.
Le scientifique perd quelques instants à chercher, à comprendre… quand la lumière se fait, et que lui-même se met à rougir.
Saisissant que la situation provoque un trouble, même s’il n’aurait jamais pu penser que son torse nu pouvait provoquer cela chez quelqu’un, il se précipite pour activer ses pouvoirs, et apparaître directement en costume d’Atom.


« Je… oui. David Clinton vivait dans une rue dans un quartier proche, nous y serons bientôt. Et je l’ai revu… »

Une grimace glisse rapidement sur son visage.
Il hésite. Il réfléchit. Puis il se lance.
Ne rien cacher. Ne rien lui cacher. Ne plus jamais rien cacher, et encore moins à elle.


« J’ai revu Chronos avec Jade. Il… ha. »

Le micro-Héros, à taille normale, se tourne vers Jessica et grimace ; il n’aime pas ça. Il n’aime pas devoir dire ça, parce qu’il sent qu’ils… construisent quelque chose.
Mais il doit le dire. Il doit tout lui dire, même le désagréable, même le dangereux.


« C’est passé. C’est du Passé, même, et ça l’est vraiment, mais… ha. Bref, je sais pas comment le dire. Jennie et moi… avons failli avoir quelque chose. Ca a failli. Ca aurait pu. Mais ça n’a pas eu lieu.
Pour plein de raisons, pour plein de raisons qui font que nous sommes et avons, finalement, toujours été amis… mais, aussi, parce que Chronos nous a informés qu’un… rapprochement pouvait provoquer des dangers cosmiques. »


Mal à l’aise, Ray passe sa main dans ses cheveux, mais conserve son regard sur Jessica ; ne pas fuir. Ne plus fuir. Et encore moins elle.

« Il mentait, je le sais, mais ça n’a fait que confirmer ce que Jennie et moi savions, pensions… nous étions juste amis, voilà. Mais Chronos s’est amusé avec le Temps – et nous. Ce qui ne me plaît guère. »

Un silence épais s’installe, alors. Tendu, bien sûr.
Jessica et lui n’ont pas vraiment parlé de ce qu’il s’est passé, lors de son arrivée – mais la pensée hante, rôde toujours entre eux ; et provoque des envies, des doutes, des désirs, des espoirs.
Il y tient. Il tient à tout cela, à ce qui se construit, autant qu’à elle ; et il espère, sincèrement, ne pas avoir tout gâché… même s’il ne pouvait faire autrement.
Ne plus mentir. Ne plus cacher. Ne plus fuir.


« Hem… je te propose qu’on y aille, OK ? »

Il esquisse un sourire timide, puis modifie sa taille, rapetisse, et manipule sa masse pour passer par une fenêtre.
Vite, chez David Clinton !
Vite, quelque chose à faire et pour s’occuper…


**
*
**

Quelques minutes plus tard, Jessica et Ray arrivent dans l’une des artères typiques d’Ivy Town, et notamment un immeuble spécifique…
… celui devant lequel se trouvent deux véhicules de police, et notamment l’austère commissaire Mayland.

« Bonjour. »

« Atom. »

L’ancien responsable d’Université lance un regard sombre vers Ray, qui s’illumine dès que Jessica apparaît.

« Oh. Bonjour, Green Lantern. La… l’appartement est libre, si vous le souhaitez. »

Retenant un petit sourire en coin, Palmer acquiesce en silence, reprend taille normale, et pénètre dans l’immeuble – classique, anodin. Il monte un étage, s’avance vers une porte, puis se tourne vers Jessica.

« Prépare-toi à un choc. »

Il ouvre, alors, et révèle l’appartement de David Clinton…
… surprenant, assurément !

« Bienvenue chez les savants fous… »


Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Inscription : 20/11/2017
Messages : 44
DC : Wonder Woman ; Red Hood
Localisations : Secteur 2814
New Titans
MessagePosté le: Mer 31 Jan 2018 - 18:52



Atom villains assemble!Ray Palmer & Jessica CruzAu regard que Ray lui lança, Jessica comprit qu’il s’attendait à ce qu’elle prenne mal la nouvelle de sa romance ratée avec Jennie, mais la vérité était qu’elle ne savait absolument pas comment rebondir sur une telle révélation. Elle savait que l’hypocrisie seule serait la raison d’un possible discours jaloux face à ce qu’il venait de lui avouer à demi-mots. Elle était entrée dans cette… relation, à défaut d’avoir un mot plus adapté pour la qualifier, les bras emplis de bagages. Elle ne pouvait pas s’attendre à ce que Ray ne soit qu’une ardoise blanche dans l’attente d’être remplie. Après tout, et ce n’était plus à prouver, c’était sa complexité, sa personnalité, qui faisaient de lui l’homme qu’elle… qu’elle appréciait, et il était comme ça à cause de son passé.

Non. Ce n’était pas de la jalousie qu’elle ressentait. C’était… Ca piquait un peu, certes, mais c’était surtout de la surprise ? Ou… Quelque chose de ce genre. Elle se demanda pourquoi elle n’en avait pas entendu parler plus tôt. Jennie était son amie également. Le lui avait-elle caché volontairement ? Probablement pas. Ce n’était pas comme si Jessica lui avait laissé entendre qu’elle ressentait plus que de l’amitié pour Ray, de toute façon. Comment Jennie aurait-elle su alors ? Jessica n’était pas bouleversée, non, juste… un peu perturbée.

Mais surtout incapable de trouver quoi répondre, tout comme elle avait été incapable de mentionner ce baiser qu’ils avaient partagé quelques jours plus tôt et dont le souvenir la hantait. La révélation de Ray, son ton presque désolé et la façon dont il la regardait les emmenait sur un terrain dangereusement proche du dit Baiser, et Jessica craignait plus que tout cette discussion. Non pas qu’elle le regrettait - loin de là - mais elle n’était pas aussi… articulée et intelligente dans ses propos. Elle ne ferait probablement que… bafouiller qu’elle aurait aimé que ce baiser soit sans fin, ou quelque chose du genre. Rien de très impressionnant, donc.

« Ce… Mmmh. Merci de me l’avoir dit, mais ce n’est pas un problème, » tenta-t-elle d’une petite voix. Avant de rajouter, après une petite pause. « Merci. »

Leurs regards se croisèrent et elle lui adressa un petit sourire avant d’hocher la tête à sa proposition de se mettre en route. Il diminua, et s’envola aussitôt par la fenêtre, et elle s’éleva à sa suite. L’air frais d’Ivy Town lui saisit immédiatement le visage, et elle fila à la suite de Ray en essayant de chasser toutes pensées douteuses de son esprit pour se concentrer sur le problème plus urgent qu’ils avaient sous la main. A savoir, Chronos.

Ray n’avait pas menti. Ils arrivèrent très rapidement chez ce dernier, et furent accueillis par le Commissaire de la ville qui jetait à l’immeuble de sombres regards. Vu de l’extérieur, l’endroit avait l’air parfaitement normal, mais Jessica était prête à ce que l’intérieur ne le soit pas, avec la gravité dont tout le monde faisait preuve pour traiter cette affaire. Elle se posa près de Ray et salua d’un signe de tête et d’un petit sourire le Commissaire.

« Merci, Commissaire. Et bonjour à vous aussi. »

Le Commissaire le loupa peut-être, mais pas elle : le regard de Ray se fit pétillant et elle devina la présence d’un sourire sous son visage au premier abord neutre. Rien de mieux contre le froid hivernal qui s’était emparé de la ville. Elle le suivit à l’intérieur de l’immeuble, ses propres lèvres courbées en un petit sourire et sa fatigue oubliée. Peu importe les non-dits et ce qu’elle voulait dire, elle était contente de bosser sur sa première affaire avec Ray. Terriblement contente.

« C’est plutôt chouette comme immeuble, » commenta-t-elle en jetant un regard autour d’elle, avant que ses yeux ne se posent sur Ray, qui l’attendait à la porte d’un appartement en particulier.

Elle haussa les sourcils quand il la mit en garde, main ne releva pas, curieuse. Et elle ne fut pas déçue. Quand il ouvrit la porte et que l’intérieur se dévoila à elle, elle écarquilla les yeux, surprise. Ca n’avait rien d’un appartement. Comment quelqu’un avait-il pu vivre dans un tel endroit ? C’était… c’était une usine, un laboratoire, mais certainement pas un lieu de vie.

« Et bien, » dit-elle en faisant un premier pas dans l’appartement. « Je suis bien contente que tu ne sois pas ce genre de savant. » Elle se tourna vers Ray. « Qu’est-ce qui a été volé exactement ? Avec tout ce bazar, comment être sûr qu’il ne manque pas plus et… plus dangereux ? »

Elle reporta son regard autour d’elle et s’approcha d’une étrange bobine dont le diamètre était probablement plus important que son propre tour de taille et elle fit la grimace.

« Qu’est-ce que c’est que tout ça ? Des machines à remonter le temps ? »


© 2981 12289 0

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/11/2015
Messages : 654
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Sportsmaster ; The Shade ; Fate
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Jeu 1 Fév 2018 - 8:58
Ray esquisse un petit sourire, quand Jessica détaille son appréciation de l’immeuble, puis de l’appartement de David Clinton. Il est tellement venu ici, il a tellement de souvenirs surprenants ici, qu’il en oublie parfois ce qui l’entoure – et l’effet que cela doit avoir.

« Oui, le bâtiment est sympa’… à la base, David était un savant ordinaire, un type de l’Université, un peu perché, comme nous tous. Mais il a dérivé, et il s’est enfoncé dans l’étude du Temps – un domaine étudié aussi à l’Université, d’ailleurs, mais David a toujours préféré gérer ça seul. »

Il s’avance, lentement, à l’intérieur.
Les bras croisés, il laisse son regard dériver autour de lui, et rappeler les images, les éléments d’un Passé qu’il croit avoir oublié, mais qui ne cesse de revenir et de le hanter.


« Grosso-modo, oui, nous avons ici des prototypes de machines temporelles, mais aussi des éléments pour en fabriquer, mais aussi des pièces de rayons de la mort et ce genre de choses. David était… est… enfin, difficile à dire, mais David a une passion pour le Temps, dans son ensemble.
Si, comme beaucoup, il a un goût prononcé pour le Passé, et notamment cette fameuse ère victorienne qui excite tant nous autres geeks, il s’est beaucoup plongé dans le Futur – et cela s’est mal passé. »


Palmer sort de sa rêverie, et s’approche rapidement de Jessica. Il se coule à côté d’elle, leurs épaules se frôlent, et il tourne son visage pour lui sourire directement.

« David a perdu le peu d’esprit qui lui restait, qui n’avait pas été fractionné par les changements impulsés par les voyages temporels, quand il a exigé d’être formé dans le Futur ; il l’a été, mais il en a été… transformé. A jamais.
David… David n’était pas mauvais, à la base, mais sa quête temporelle, sa quête de puissance, de connaissance, l’a perdu. Il est l’exemple typique du savant qui s’est oublié dans ses recherches, et qui en a tiré égocentrisme, suffisance, quête de pouvoir, et certitude d’avoir raison ; il est notre côté sombre. »


Le scientifique soupire, et secoue la tête ; il n’aime pas dire cela, car énoncer la vérité n’a rien d’agréable. Mais il le doit, et il le doit surtout à Jessica, qui doit savoir ce qu’il se passe, et ce qu’elle doit affronter.

« Il est mon reflet dans le miroir, en fait. Il est ce que je serais devenu, si je n’avais pas eu quelques proches pour me retenir. »

Ayant toujours été conscient des risques de ses études, de ses recherches, Atom n’aime pas faire face à cela, et surtout de devoir enquêter dans ces souvenirs, dans cet appartement si bordélique, si dangereux.

« Quant à ce qui a été volé… je dois vérifier. J’avais fait plusieurs séjours, ici, pour tout compulser, noter, analyser, lister. La police a dit que des éléments ont disparu, je vais maintenant jet… »

Le micro-Héros s’arrête, cependant.
Car, du coin de l’œil, à la lisière de son champ de vision, il aperçoit… quelque chose.


« Oh. »

Il se tourne – et se crispe, quand il comprend que sa crainte est fondée, qu’il y a bien quelque chose sur une table à proximité…
… quelques choses, même – des dizaines de créatures mécaniques rampantes, qui filent vers eux !

« JESS’ ! »

Ray active ses pouvoirs, rapetisse, manipule sa masse et se prépare à foncer dessus – mais il est stoppé, impacté, repoussé par une forme volante…
… accompagnée par d’autres robots ailés, qui foncent vers lui et tentent de les attaquer !

« Protège-toi ! Ils sont plus dangereux qu’on ne le pense, mais je les connais ! »

Atom densifie ses poings, et les écrase sur deux insectes mécaniques, avant de se tourner vers sa camarade.

« Ils sont envoyés par… »

Mais, à nouveau, Ray est interrompu – car il est violemment propulsé dans les airs, par un tentacule… vert.
Un tentacule d’émeraude, donc. Un tentacule naturel. Un tentacule…

… issu de la terrible plante agressive, qui vient d’apparaître et de se développer dans tout l’appartement !

« Bon sang. C’est un piège. »

Palmer se relève, toujours à petite taille et sonné, mais le constat est clair.
C’est un piège.
Et ils ont directement foncé dedans !



Présentation. - Fiche RP. - Demandes de RP. - Présentation des PNJs.
Tor lorek san, bor nakka mur, Natromo faan tornek wot ur.
Ter Lantern ker lo Abin Sur, Taan lek lek nok--Formorrow Sur!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Atom Villains Assemble! [Jessica]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jessica Stroup vs Eva Longoria
» Atom Heart Mother de Pink Floyd à Montreux !
» Supernatural - Amour Perdu - Dean/OFC Sam/Jessica - PG-13
» ATOM de chez SIVERLIT
» [Editions Kirographaires] "About A Girl" de Jessica Giovagnoli

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ivy Town-