[SSE] [Quelque part au fin fond du Texas...] Bad Girl, Bad Boys

Inscription : 22/01/2017
Messages : 179
DC : Jade, Dolphin & Razorsharp
Localisations : St Roch
Secret Society
MessagePosté le: Jeu 25 Jan 2018 - 23:22

Il avait fallu trouver l'endroit. Loin de tout, perdu dans le désert, presque ignoré des hommes. Quelques commerces abandonnés, un espace pour garer des mobiles-homes et puis un petit snack miteux où l'on pouvait commander un burger tout en sirotant une bière dans un gobelet en plastique, assise les fesses sur une chaise de jardin...

Un endroit où ils ne seraient pas reconnu. Un endroit où ils ne pourraient pas être arrêtés et où - en cas de difficulté - ils pourraient filer dans l'ombre et disparaître loin, très loin, du regard des hommes et des justiciers.

C'était de nuit que Tara était arrivée à pied jusqu'à cet endroit. Elle avait volé presque jusque là mais les derniers kilomètres elle les avait parcouru à pinces, les mains enfouies dans son blouson, frissonnant en raison de la fraîcheur de cette nuit et le ciel... le ciel était étoilé et en levant les yeux elle pouvait se perdre dans l'immensité de l'espace.

Au beau milieu de ce désert, sous cette voûte céleste magnifique et écrasante, il y avait un petit snack miteux. Qui n'avait qu'une seule cliente en cette heure avancée. Une jeune fille qui s'appelait Tara Markov et qui attendait que les autres la rejoignent. Le serveur, elle lui avait filé un énorme billet en lui conseillant d'apporter les consommations et d'oublier cette nuit dès que le soleil se sera levé.

En attendant, Tara était là. Elle scrutait l'horizon noir en se demandant lequel de ses camarades de la Secret Society of Evil allait arriver en premier pour cette petite réunion improvisée...

Ils se devaient d'être une équipe et pour cela il fallait se connaître. Pour ça que les Titans avaient fini par la battre : ils étaient amis. Et - Tara avait honte de se l'avouer - elle allait avoir besoin d'amis à l'avenir...

[HJ :

- Tara est assise au snack, au beau milieu du désert, seule et attend les membres de la SSE...
- ... juste pour apprendre à se connaître !

/ HJ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Ven 26 Jan 2018 - 10:43
Une nuit fraîche, venteuse bien que sèche. En plein désert, entre l’aridité du sable, l’agressivité étouffante de la poussière, la présence menaçante des canyons au loin, et la route d’apparence infinie, lézardant le pays-continent. Et un établissement, oasis d’espoir, de nourriture, de chaleur, de sociabilité, monopole puissant mais détenu par des gens brisés et sans âme.

Un Diner, typique – sale, repoussant, inutile, et sans finesse.
Un Diner, pense-t-il.
Il fallait que cela soit un Diner.

Alors que Tara Markov s’est installée à l’intérieur, alors qu’elle a fini la distance pour parvenir au Diner à pied après avoir volé jusque-là, et donc qu’elle attend, le petit carillon indiquant l’entrée d’un nouveau venu par la porte principale se fait entendre.
Et il arrive, alors.


« Mesdames. Messieurs. »

Son ton, lent et programmé, s’élève avec douceur et poésie, et ne manque pas de surprendre et d’attirer l’attention ; moins que son allure, cependant.
Conscient de son effet, The Shade se fige et laisse la plèbe l’observer. L’admirer, surtout.
Vêtu d’un complet sombre, de ses habits habituels et très connotés par cette ère victorienne qu’il aime tant, il retire avec des gestes lents et sûrs son haut-de-forme, avant d’adresser un petit signe au tenancier.


« Un thé, je vous prie. »

« Un quoa ? »

Le croassement le crispe plus que la réponse – la forme l’énerve plus que le fond.
Le Britannique prend sur lui, néanmoins, soupire lourdement, et reprend d’une voix qu’il adoucit autant que possible.


« Un café suffira, mon cher. »

Après un regard évidemment sombre, The Shade se désintéresse du grossier personnage, et vient s’installer directement en face de Terra. Il grimace de l’inconfort du lieu, avant de poser sa canne à ses côtés, puis fige son attention sur elle.

« Miss Markov. Bonsoir. »

Si Richard Swift est connu dans le milieu criminel, sa présence ici pourrait surprendre certains… mais pas les plus informés. En effet, s’il a été longtemps un Vilain de Jay Garrick, il s’était rangé ces dernières années, veillant notamment sur Opal City, en lien avec Starman.
Hélas, la ville vient d’être anéantie, et son ami est blessé ; cela a plongé le Britannique dans la fureur absolue, qui l’a ramené du mauvais côté de la Loi. Il a alors accepté l’offre de Vandal Savage, et a rejoint la Secret Society of Evil, au rang de commandant.
Il n’entend pas, néanmoins, faire office d’autorité, et esquisse un sourire sincère à Terra.


« Vous avez sollicité cette entrevue. »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 20/10/2017
Messages : 162
DC : Diana Prince ; Jessica Cruz ; Koriand'r
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Ven 26 Jan 2018 - 16:30


Bad girl, bad boysS.S.E
Il y avait quelque chose d’ironique au cadre que Tara avait choisi pour leur petite réunion informelle. L’étendue de sable, l’aridité de l’endroit, semblaient tout droit sorti d’un mauvais western spaghetti, et c’était sans prendre en compte les buissons ardents qui dévalaient le chemin effacé que la moto de Jason avalait à grands coups d’accélération. C’était l’endroit stéréotypé des années cinquante pour les réunions de méchants, et il manquait plus qu’un fond de musique par Bernard Hermann pour compléter le tableau. Il devait bien l’avouer ceci dit (et autant le faire tant qu’il était encore seul), le cadre n’était pas dépourvu de beauté, bien au contraire. Le ciel étoilé qui s’étalait au-dessus de sa tête n’était pas gêné et obscurci par la pollution lumineuse des grandes villes auxquelles Jason était habitué, et les constellations qui se reflétaient dans son casque de moto semblaient briller de mille feux. L’horizon était sans fin, à peine dérangé par le relief géométrique du paysage désertique, et le tout donnait une certaine grandeur à ce qui n’était, au final, qu’un tas de roche et de sable. Peut-être pas si stéréotypé que ça, au final. Devait-il être étonné que quelqu’un comme Tara, avec son affinité avec la roche, choisisse un tel endroit pour un rassemblement détendu ?

Quoi qu’il en soit, il approchait maintenant à toute vitesse des coordonnées qu’elle leur avait laissées et, en effet, il aperçut se dessiner au loin l’architecture d’un Dinner’s dont l’époque glorieuse était de toute évidence oubliée et enterrée depuis longtemps. Le chemin de poussière que Jason suivait sans grande difficulté grâce à la clarté argentée de la Lune l’y mena directement, et il arrêta sa moto avec un regard en coin à la façade délabrée. Un pied au sol, il retira son casque, le regard rivé sur les grandes fenêtres salies par le sable et le manque de nettoyage et discerna sans grand mal les silhouettes reconnaissables de Tara et Shade. Evidemment, ce dernier avait accepté l’invitation. Jason avait dû mal à l’imaginer refuser une quelconque invitation. Pour tout dire, il était persuadé qu’il s’excusait toujours après avoir mis un ennemi à terre, et rien ne pourrait le persuader du contraire. S’il s’était attendu à une ambiance bière et country music, il pourrait repasser.

Avec un petit sourire qu’il garda pour lui-même, Jason secoua doucement la tête, amusé, tout en enfonçant son casque – son autre casque – sur sa tête. Il glissa les mains dans son blouson en cuir et gravit les deux trois marches qui menaient à l’intérieur de l’établissement. Il rejoignit la table de ses comparses en quelques enjambées et s’assit nonchalamment sur le tabouret de bout de table. A ce moment même, le serveur s’approcha pour déposer une tasse de café devant The Shade.

Jason la regarda, puis releva les yeux vers Shade avant de se tourner vers le serveur.

« Un whisky, mon gars. » demanda-t-elle. « Et ne sois pas avare sur la dose. »

Il se retourna vers Terra et The Shade alors que le pas traînant du serveur – visiblement seul membre du staff présent – s’éloignait dans son dos.

« C’est un sacré endroit que tu nous as trouvé, Terra, » lança-t-il en guise de bonjour et en époussiérant son épaule, comme si ça allait changer quelque chose.« Mais je dois bien avouer que ça ne manque pas de style. J’avais pas vu les étoiles depuis… euh… un sacré bout de temps, tiens. »

Il se tourna vers The Shade et le salua d’un léger signe de tête, son index et son majeur sur sa tempe.

« Bonsoir. C’est marrant de vous voir ici. »



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 26 Jan 2018 - 19:22
La Secret Society of Evil. La S.S.E pour faire court. Depuis qu’il l’avait rejoint, suite à une aventure assez rocambolesque aux côtés de Sportmaster, Albert Desmond, n’avait pas eu que des bons souvenirs à se mettre sous la dent. Une altercation avec la J.S.A. avait été quelque peu déstabilisante. Il avait bien failli y laisser la peu n’eut été le seul membre de l’organisation qu’il considérait réellement comme un allier, l’athlète olympique.

Lorsque l’idée d’une rencontre, plus « amicale », un repas-causerie fût évoqué, Alchemy demeura un long moment perplexe. Surtout lorsque l’origine de cette demande provenait d’un des membres les plus instables de leur organisation, Terra. Le souvenir qu’il avait de la jeune femme n’était pas des meilleures. Il avait donc hésité longtemps avant d’accepter de se rendre dans un coin perdu des États-Unis, un petit café crado dans les fins fonds du désert du Texas.

Encore le désert, à croire que les membres de la Society aimaient les coins arides. Arrivé sur les lieux assez tôt, l’alchimiste laissa quelques collègues entrées en premier ne souhaitant pas être le seul présent afin d’avoir à entretenir une discussion en tête à tête avec l’élément instable du S.S.E.

La réunion aurait-elle du bon? Qui sait? Ce genre de rencontre avait lieu avec les Rogues, mais l’unité était bien différente chez le groupe mené par Cold. Le leadership manquait durement au sein de la troupe de Vandal Savage, trop de têtes fortes, pas assez d’implication, trop d’imprévisibilité. Un point qu’il faudrait remédier, car les héros lors de leur prochaine altercation risquaient bien de ne faire qu’une bouchée de la troupe de vilain. Leur réussite contre la J.S.A. avait été méritée, mais étonnante au vu de leur peu de collaboration.

Décidant finalement d’entrer dans le petit café, Alchemy remarqua les membres déjà présents ainsi qu’une figure qu’il connaissait beaucoup moins, un être étrange, un envoyé de Vandal Savage. Un type que Red Hood semblait assez amusant de voir dans ce coin perdu. Alchemy salua de la tête les gens présents avant de s’asseoir aux côtés de Shade, son regard se posant sur le serveur.

Quelques instants de silence. Le serveur emportant la commande de Red Hood et Shade, Alchemy profitant de ce moment pour demander un verre d’eau. Peut-être pas le meilleur choix considérant le type d’établissement dans lequel ils se trouvaient, mais un choix qui pour l’alchimiste revenait beaucoup plus économe tout en offrant la possibilité de boire ce qu’il souhaitait, car l’eau qui lui fût donnée fut rapidement transformée en alcool, beaucoup plus attrayant.


-Bon, maintenant que je suis installé, de quoi on cause? Perso, je crois qu’apprendre à se connaître serait un bon début…

Doc Alchemy posa son regard sur Shade tandis qu’il prononçait ces propos.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 22/01/2017
Messages : 179
DC : Jade, Dolphin & Razorsharp
Localisations : St Roch
Secret Society
MessagePosté le: Sam 27 Jan 2018 - 9:58
"Ouais, je crois qu'apprendre à se connaître ça peut être un bon début" répliqua une Tara, étonnamment calme - presque apaisée - en baissant le nez vers son gobelet de bière éventée. "C'est l'idée même de cette rencontre..."

Elle observa ses "coéquipiers" : Alchemy qu'elle avait failli tuer, Red Hood qui arborait son casque (lui, il leur faisait une confiance plus que moyenne : ça avait le dos d'agacer la dissimulatrice qu'elle était ! En bonne tricheuse, il n'y avait rien de plus qui la mettait en rogne qu'un type dont elle ne connaissait pas le jeu...) et le nouveau commandant... Shade, un type qui était réellement très-très-très flippant. Elle soupira tandis que le serveur ramenait les consommations des uns et des autres. Elle attendit qu'il s'éloigne car - même si il y avait de fortes chances pour qu'à la fin de la soirée, son établissement et lui-même finissent sous plusieurs tonnes de roches volantes - il était inutile qu'il en sache trop. Les vilains allaient parler librement, les vilains n'avaient pas besoin d'oreilles indiscrètes.

"Déjà, ça nous aidera peut-être à améliorer nos performances quand il s'agit de se battre contre les gentils..."

Elle jeta un regard noir à Shade, comprenant bien qu'il ne s'agissait pas que d'un simple collègue mais d'un type terrifiant qui avait réussi à gagner la confiance de Savage. Une sorte de middle-manager du crime qui risquait de les envoyer dans un monde obscur et glaçant s'ils ne filaient pas droit.

"... et puis, j'sais pas pour vous mais..."

Elle prit une grande inspiration.

"La route que nous suivons est parfois un brin solitaire. J'veux dire : vous me prenez pour une folle et je sais bien que je mérite ce jugement..."

Tara eut un petit sourire timide, tandis qu'elle empoignait son gobelet à deux mains et s'amuser à le faire craquer.

"Mais vous savez pas ce qui anime mon existence. Ce qui me fait me lever le matin. Ce que je prends au p'tit déj', ce genre de trucs... J'veux dire : je dois avoir l'air super confuse..."

Elle renversa un peu de bière sur la table. Elle reposa le gobelet malmené par ses soins.

"Vous voyez : je suis nerveuse. Mais ce que je veux vous dire, c'est que les gentils aussi agaçants, aussi niais et aussi idiots qu'ils soient... ils sont potes entre eux. Ils vont prendre des bières ensemble après le boulot. Ils... Ils s'invitent au mariage les uns des autres ! Ce... Ce genre de trucs..."

Tara soupira. Tout cela lui rappelait trop l'affaire dite du contrat Judas, également connue - pour la jeune femme - sous le nom de "la première fois où je suis morte par ma faute". Mais elle en arrivait à ce qu'elle voulait dire.

"J'aime être une méchante. J'aime ça plus que tout. Mais les Titans (maudites soient leurs âmes et puissent-ils crever salement) m'ont au moins appris ça : on a toujours besoin de quelqu'un..."

Elle sourit et baissa à nouveau les yeux, laissant échapper une dernière pique :

"Mais je vous promets que le premier qui répète ça à Savage ou aux autres, il finit enterré sous une montagne..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Sam 27 Jan 2018 - 10:46
Digger avait rejoint la Secret Society of Evil, très récemment et il ne savait même pas de qui l'équipe était composée, il pensait qu'il croiserait d'ancienne connaissances comme des Rogues ou des membres de la Suicide Squad. Pour tous dire depuis qu'il était sorti de prison la seule personne avec qui il avait réellement reprit contact était Abra Kadabra qui jusqu'à preuve du contraire ne faisait pas partie de cette équipe. Alors quand il appris que l'une des membres Terra avait invité les membres à une réunion de groupe il avait accepté. Cependant il était loin de se douter que la réunion se déroulait tard la nuit dans un bled perdu du Texas. Harkness aimait le Texas et cette ambiance western ses films qu'il adorait a ça c'est fun, pourquoi il n'y en a quasiment plus des films comme ça se dit Boomerang.

D'une certaine façon Digger était un cow-boy sauf qu'il avait remplacé les flingues par des boomerangs mais à part ça il se sentait comme , dans cet environnement Digger ce sentait comme chez lui en Australie a une différence près il n'y avait pas de Kangourous. Digger alla donc à cette soirée des moins romantiques mais il allait sortir le grand jeu tous d'abord il troqua son bonnet pour un chapeau de cow-boy et décrocha sa ceinture en bandoulière pour la mettre à sa taille et mit ses boomerangs dans des portes revolvers. Il fit le plus clair du chemin en voiture mais pour arriver au fast Food il loua un cheval et acheta un harmonica pour jouer un air très connu :

Aucun doute son arriver se ferais remarquer, une arriver comme il les aime spectaculaire avec une musique mytique et phénoménal et même si Boomerang ne la jouer certainement pas aussi bien que l'original il aimait la chanter. Il savait que la plupart des personnes présentent à cette réunion trouvère sa énervant il s'en foutait, car ça faisait bien longtemps qu'il avait appris qu'il fallait d'abord pensait à soi.

Digger arriva donc en retard par rapport aux autres qui avait déjà commencé à parlé, mais bon ce n'était pas grave les grandes star se font toujours attendre se dit-il.

« Salut les gars, ça va ? Vous auriez pu m'attendre quand même, il se tourna ensuite vers le barman, un alcool très fort s'il vous plait, puis revenant vers le groupe, alors c'était comment mon petit air. »
.

Hj/
Terra t'aurais pu attendre que je post avant de relançé quand même/Hj
Revenir en haut Aller en bas
Invité

MessagePosté le: Sam 27 Jan 2018 - 16:40
Calme, tranquille, presque serein d'apparence, The Shade attend et demeure silencieux - bien conscience que son allure, que son aura, que ses ombres ne peuvent que mettre mal à l'aise les quelques clients présents, mais aussi ses interlocuteurs ; bien. Très bien.
Il entend ici les tester, et voir ce qu'ils ont dans le ventre... même si les mots et salutations utilisés en viennent à changer, légèrement, son avis sur les autres.

Il n'est pas surpris quand Red Hood débarque, casqué, et commande un produit évidemment viril d'apparence ; cet homme a définitivement des choses à compenser, des manques, et beaucoup à prouver. Surtout à lui-même.
Richard ne réplique pas au jeune homme quand il l'interpelle, et laisse son regard glisser sur l'étrange nouveau venu - le Docteur Alchemy, proche de lui dans le domaine mystique, mais une âme bien plus errante et troublée. Lui va directement à l'essentiel - et est suivi par Terra, qui enchaîne et se révèle énormément en quelques mots, rapides et précipités.

Ces paroles se bousculent d'ailleurs, mais s'arrêtent quand Digger Harknesss, Captain Boomerang, arrive dans une attitude de cow-boy idéale. Il les rejoint et recherche leur assentiment, ce que n'apprécie guère le Britannique, habitué à offrir ses compliments, pas à les offrir sur demande.


"Le principe d'une conversation ne comprend pas le respect de tours, d'horaires ou d'attente. L'art de la discussion se joue de ces obligations, et il est légitime que ceux qui ont pris l'honneur de venir à temps puissent se lancer ; il est cependant agréable de vous avoir avec nous... même si je pense que quelques leçons supplémentaires de musique seraient bien vues. Votre potentiel n'est pas dénué d'intérêt, cependant."

Sa voix est calme, gracile, poétique. Les mains gantées réunies autour du café, à la recherche d'une chaleur qui le fuit depuis 1838, il esquisse un sourire poli vers l'Australien, avant de se tourner vers les autres - vers Red Hood, en premier.

"Ce qui est propre à la plaisanterie, Red Hood, est d'entendre la voix étouffée d'un criminel qui considère qu'il doit protéger son identité de ceux à qui il confie sa vie. Ayez au moins l'honnêteté basique d'enlever ce casque - je suis persuadé que personne ne cherchera à vous faire chanter, tout simplement car votre identité nous désintéresse au plus haut point. Vous n'êtes pas un Héros, non ? Révéler qui vous êtes n'a, pour nous, aucun intérêt."

Satisfait de son tacle, The Shade se tourne ensuite vers Alchemy et Terra - et son visage se fait moins dur, moins strict pour reprendre lentement.

"Miss Markov, je me permets une observation directe, et même deux - oui, en effet, vous pouvez être considérée comme, objectivement, folle. Mais ce bilan, et le fait que vous ayez pu comprendre l'avantage qu'ont les Héros sur nous, et votre souhait de combler cela, autant pour accumuler les victoires que pour tromper la solitude qui nous hante, tous, dans notre activité... et bien, cela implique que, si vous êtes folle, vous êtes le type de folle qui me semble indispensable d'avoir avec soi."

Un sourire tendre et sincère glisse sur le visage pâle de The Shade, alors qu'il pose sa main sur celle de Terre ; et malgré son gant, il transmet sa froideur absolue, même si ce n'était pas l'effet recherché.

"Rien de ce qui sera dit ne sera répété à Vandal Savage ou ses mignons. Je suis, finalement, comme vous : employé dans cette organisation, qui se sert de moi et dont je me sers ; j'ai, cependant, bien conscience de l'intérêt de se connaître, de s'entraider, et je partage l'avis de Miss Markov - cela nous fera la différence, et nous permettra de conserver cet atome d'âme qui nous sépare des Jokers ou autres Zsasz."

Même si, pense-t-il, lui-même a fait bien pire qu'eux, il y a longtemps.

"Et, à ce titre..."

Il soupire, puis esquisse un léger sourire.

"Vous pouvez m'appeler Richard. Richard Swift."
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 20/10/2017
Messages : 162
DC : Diana Prince ; Jessica Cruz ; Koriand'r
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mar 30 Jan 2018 - 17:15



Bad girl, bad boysS.S.E
Jason n’avait jamais eu le plaisir de rencontrer Boomerang sur le terrain, que ce soit pendant sa période Robin, ou celle qui avait suivi sa mort, et à le voir se pavaner dans le bar avec son chapeau de cow-boy, il se dit que c’était probablement pour le mieux. C’était une sacrée personnalité ceci dit, il fallait bien se l’avouer. Il en fallait du courage pour ainsi s’affirmer en tant que bouffon du roi avec autant de fierté, mais s’il se sentait bien dans sa peau, c’était tout ce qu’il comptait, non ? Jason le suivit du regard, son casque cachant le sourire qui s’étirait malgré lui sur ses lèvres. Il devait bien admettre une chose : que leurs intentions soient légèrement bancales, il y avait bien une chose qui n’était pas à discuter des vilains de ce bas monde. C’est qu’on s’amuse bien plus chez eux. Jason avait bouffé du discours moralisateur toute sa vie. Ici, on joue de l’harmonica, on monte à cheval, et on boit de l’alcool pendant les réunions de fins de mois. Bon sang, mais avait-il choisi le mauvais camp toute sa vie ?!

Il ne put retenir un éclat de rire quand Clint Eastwood leur revint, l’air tout fier, et demanda un p’tit compliment ou piécette m’zelle pour sa performance des plus osées. Osé, c’était le cas de le dire. Jason ne prit pas la peine de répondre et préféra détourner son attention pour la reporter sur Terra. En voilà un personnage des plus intéressants. Bien sûr, il avait fait ses devoirs avant de se glisser dans les rangs de la S.S.E, et Terra n’avait cessé de piquer sa curiosité. Il n’était pas sans savoir ce qu’il s’était passé lors de son passage chez les Titans, et elle en avait apparemment toujours le souvenir. Sacrée dualité à garder dans ce petit bout de femme. Pas étonnant qu’elle soit toujours en colère.

(Mais au fond, Jason ne pouvait s’empêcher de se demander… et si. Et si, comme elle, il avait fait un seul choix différent des autres, serait-il lui aussi… comme elle ? De ce côté-là de la ligne ? Etait-il du bon côté, de toute façon ?)

Il fut sorti de ses pensées - merci - par l’intervention toute en pompe de The Shade, qui lui arracha un nouveau sourire, encore une fois, ce dernier camouflé, mais évident dans le ton de sa voix.

« Sérieusement, vous improvisez ce genre de discours ou vous en apprenez toute une myriade d’avance, juste par précaution ? »

Il tourna ensuite la tête vers Tara et hésita un bref instant.

« Pour être honnête, Markov, je suis pas sûr qu’il y ait la moindre personne de saine autour de cette table. »

Il marqua une pause et leva les yeux au ciel avant de se rendre compte que son effet était perdu, dissimulé du reste de l’équipe par son casque, alors il y joint un petit soupir, histoire de ne pas gâcher tout ce sarcasme et ce côté blasé. Puis il capitula, leva les mains et déverrouilla son casque avant de le retirer et de le poser sur la table devant eux.

« Mais, ce que tu dis n’est pas bête – loin de là. »

Son regard se posa sur son verre, et il s’en empara avant de le lever devant lui, pour porter un toast modeste et glauque, tout à l’image de l’endroit dans lequel ils avaient l’intention de faire plus ample connaissance.

« A ce qui nous sépare de Zsasz et du Joker, alors. » Amen.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Il avala son whisky d’une seule traite, l’alcool de bien basse qualité lui brûlant le fond de la gorge et répandant un feu dormant dans ses veines. La situation était complètement surréaliste. Il était assis dans un Dinner perdu dans le désert, entouré de malfrats et était en train de trinquer à leur bon plaisir avec eux. Et bien, il en connaissait un qui en aurait fait un infarctus.

Cette fois-ci, son sourire ne fut pas caché par le casque – qu’il ne portait plus.

Il se tourna vers Shade.

« Alors. Richard, uh. Rassurez-moi, pas de diminutif – pas de Dick, hein ? J’ai connu un Dick. C’était une vraie… » Il sourit et haussa l’épaule. « ‘Fin, vous avez saisi l’idée. »


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Jeu 1 Fév 2018 - 17:22
-Boomerang! Toujours aussi théâtrale à ce que je vois. Jolie pièce que tu nous joues, bien que loin de Shakespeare.

Digger. Voilà un visage familier dans cette troupe de vilain. Ancien Rogue, tout comme le Docteur Alchemy. Toutefois, celui qui se faisait appeler Captain Boomerang était l’un des éléments trouble du groupe qui sans la main de fer et les aptitudes de leader de Cold aurait très certainement été encore plus intolérable ce qui expliquait peut-être l’expression mitigée du maître de la pierre philosophale lorsqu’il vit apparaître son ancien collègue.

Son attention se reporta rapidement vers Red Hood qui venait d’enlever son casque avant de trinque à ce qui les différenciait du Joker et de Zsasz. Ainsi l’on allait réellement faire copain copain, révéler à tous qui l’on était réellement et papoter afin de tisser des liens pour mieux collaborer dans le futur et qui sait comme l’avait mentionné Terra, peut-être inviter ses nouveaux petits camarades à son mariage, si mariage il y avait dans le futur. Tout ça semblait irréel pour Albert Desmond, lui qui ne savait pas réellement qui il était, chambardé entre deux identités, l’une bonne et l’autre mauvaise. Dans tous les cas, il se prêta au jeu, levant son verre.


-À ce qui nous différencie d’eux

L’on donne nos vrais noms, Shade semble vouloir spécifier qu’il n’est pas la marionnette ou le bras armé de Savage, on se justifie. Pour Hood, qui est somme tout un charmant jeune homme sans son masque, on blague un peu sur les surnoms potentiels du maitre de l’ombre. Tout ça est troublant. L’unité peut-elle réellement exister dans une telle organisation? N’avait-il pas été presque tué par ses « collègues »? Alchemy hésite avant de céder et de se lancer également dans les confidences.

-Si on doit se présenter… Moi c’est Albert, Albert Desmond, mais je préfère de loin Alchemy.

Son véritable nom le ramenait à son ancienne vie, à une entité qu’il avait réussi à enfouir au fond de son être, une entité que le docteur Alchemy avait réussi à maîtriser. Offrir son nom donnait aux autres une opportunité bien qu’indirecte de faire ressurgir son double amical et l’alchimiste ne souhaitait aucunement voir cette situation se produire, il souhaitait demeurer le maître à bord, d’où la précision dans sa présentation.

-Je dois avouer être un peu mal à l’aise avec toute cette situation. Je veux bien donner la chance à une unité au sein de ce groupe, qui sait les liens se créeront-ils d’eux-mêmes, mais pour ma part la confiance ce bâtît sur le terrain. Je doute que vous « héros » soit devenu copain qu’en s’assoyant et en papotant comme on le fait, il y avait une base avant même de faire ça non? Je ne veux pas dire que je ne souhaite pas en apprendre d’avantage sur vous, mais voyez vous, jusqu’à présent il n’y a qu’un type ici qui m’a prouvé qu’il était fiable pour assurer mes arrières. Bon deux si on compte Digger ici présent avec qui j’ai un passé plus vaste. D’ailleurs, il est où ce cher Sportmaster?

L’honnêteté. On ne pourrait pas lui reprocher de ne pas avoir été honnête envers ces collègues du S.S.E. Il avait offert ses réticences, mais sa volonté de travailler à améliorer la situation tout en affirmant que pour lui la confiance se prouvait sur le terrain.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 22/01/2017
Messages : 179
DC : Jade, Dolphin & Razorsharp
Localisations : St Roch
Secret Society
MessagePosté le: Mer 14 Fév 2018 - 16:51
"Ouais, j'trinque moi aussi pour pas qu'on finisse à Arkham un jour prochain" lança Tara avant de boire une gorgée de bière de plus.

Elle reposa son gobelet et considéra ses alliés. Alchemy marquait un point : boire des canons entre collègues ne risquait pas d'être suffisant pour qu'ils deviennent amis... mais...

Markov se mordit les lèvres et réfléchit un instant dans sa petite caboche. Amis ? Ça voulait dire quoi ? Elle plissa les yeux et se remémora ses vies passées...

Elle avait été l'amante et le jouet de Deathstroke mais ce dernier avait-il ressenti le moindre sentiment pour elle ? Certainement pas et la réciproque était vraie. L'amour, elle savait pas ce que c'était.

Elle avait côtoyé les Titans avant de tous les trahir. Avait-elle ça sur la conscience ? Elle savait même pas ce que c'était que d'avoir une conscience. L'amitié, ça aussi, c'était mystérieux?

Alors c'était quoi le truc ? Comment faire pour ne pas que jouer à être amis ? Comment ?

"Bon on tombe les masques, on s'appelle par notre petit nom, c'est déjà un bon début, non ? Pour ma part, mon identité est publique : c'est l'avantage d'être une criminelle de guerre recherchée, vous allez me dire... c'est bien le seul d'ailleurs : on risque pas de vous demander vos papiers d'identité pour rentrer en boite..."

Elle esquissa un sourire avant d'ajouter :

"Vous marquez tous un point dans ce que vous dites, les copains. Et pour la fiabilité, va falloir surtout qu'on bosse en salle d'entraînement et qu'on arrête de se la jouer perso. D'ailleurs, désolée Alchemy d'avoir failli te tuer. Je peux être - euh - des fois un peu excessive dans le feu de l'action..."

C'était le moins qu'on pouvait dire. En fait, c'était même limite un mensonge : dans le feu de l'action, quand le sang lui montait à la tête et que tout devenait blanc et sans bruit dans son esprit, elle pourrait faire exploser la Terre qu'elle n'y trouverait rien à redire. Alors la sécurité de Doc'Alchemy ou de ses coéquipiers...

Son nom était calamité, fallait pas l'oublier quand on bossait avec Tara.

"Je crois que je me sens un peu seule, voilà tout. Et je crois que... euh... pour vous ça doit être un peu pareil, non ? Sinon, on serait pas tous là, on serait avec - euh - nos vrais potes ou notre famille. J'imagine que si Sportsmaster n'est pas là c'est qu'il doit avoir mieux à faire que traîner avec des ratés comme nous..."

Elle renifla. S'apitoyer sur un sort qu'elle avait elle-même contribué à créer était lamentable. La phase mélancolique de son état-limite en quelque sorte. Elle aimerait bien savoir ce que pourrait lui en dire un psy si elle n'était pas persuadée qu'il ne survivrait pas - ni lui, ni l'immeuble dans lequel se trouverait son cabinet - à la première séance.

"Franchement, je sais pas comment me faire aimer. J'veux dire... J'sais pas comment m'y prendre, alors bon... va falloir que tout ça se fasse petit à petit. Ou alors prendre en otage un gentil et lui demander comment il fait pour se faire des potes ?"

Elle s'imaginait torturer un Titan pour obtenir ce genre d'informations. En fait, elle s'imaginait torturer un Titan tout en oubliant de lui poser des questions... Cette pensée la fit sourire.

"A moins que vous ayez une meilleure idée pour savoir comment mieux se connaître..."

Elle zyeuta du coin de l'oeil Digger qui avait sa panoplie de cow-boy et ajouta :

"Enfin, sauf si ça implique de coucher avec Captain Boomerang, là je passe..."

Tara eut un rire sonore, reprit de la bière et lança :

"Savage, d'ailleurs, vous en pensez quoi ? On a misé sur le bon cheval pour une fois ou on va tous finir en taule ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Invité

MessagePosté le: Ven 16 Fév 2018 - 15:23
La glace se brise.
Alors que les membres de la Secret Society of Evil invités par Terra se sont rassemblés, et ont échangé quelques mots, la jeune femme les a informés de la vraie raison de leur réunion - et, après quelques hésitations, les visages se décrispent, les révélations se font.
Ils communiquent. Ils échangent. Ils se confient.
Presque comme des gens normaux.


"Il me serait facile de vous confirmer que mon extraordinaire mémoire m'a permis d'enregistrer des centaines de répliques et de discours entendus au cours de ma longue carrière, Red Hood, d'Edgar Allan Poe à Howard Philips Lovecraft, en passant par ce cher Hemingway. Mais je suis au regret de vous informer que tel n'est pas le cas."

Lentement, The Shade se tourne vers le criminel au casque, qui l'a sollicité par une boutade. Il y répond avec un ton calme, posé et encore très noble.

"En vérité, cela me vient naturellement - je sais, cela peut surprendre, mais que voulez-vous..."

Il hausse légèrement les épaules, et lève doucement ses mains gantées en esquissant un sourire plein de provocation.

"... l'on ne peut renier le talent, même quand il est une charge difficile à supporter en compagnie des inférieurs."

La réflexion n'a, néanmoins, rien de cassant et se veut humoristique.
Elle est même suivie d'un signe de tête appréciatif, quand Red Hood enlève son casque et lance un toast, suivi par les autres. Richard ne dit rien, mais lève sa tasse et suit le mouvement.
Un moment fondateur, peut-être, de leur petite assemblée, si hétéroclite.


"Pas de diminutif, Red Hood. Ni de Dick. Ni de Rich. Ni rien d'autre. Je viens d'une époque où prononcer deux syllabes n'avait rien d'un effort surhumain, je suis persuadé que vos générations, rongées par MTV et trente secondes d'attention, sauront se mettre à cette hauteur minimale."

Un autre sourire, et le Britannique se tourne ensuite vers le Docteur Alchemy, qui a partagé le toast et s'est présenté, mais exprime désormais des doutes sur la réussite de cette entrevue et de ce rapprochement ; il acquiesce, gravement, mais demeure silencieux.
Terra enchaîne, d'ailleurs. Elle partage le toast, exprime des excuses envers le Docteur Alchemy pour ses méthodes de combat, puis confirme les doutes que tous partagent : la jeune femme se sent seule, et a besoin d'alliés - voir d'amis, même si elle ne saurait comment s'y prendre.
Elle termine en s'interrogeant sur la pertinence de l'organisation de Vandal Savage - mais The Shade prend quelques instants pour répondre.


"Hem."

Il grogne, légèrement, alors que les mots de Tara Markov s'inscrivent dans son esprit ; des proches. Il en avait, lui.
Hope O'Dare. Jack Knight.
Tous deux dans le coma. Tous deux en grave état. Tous deux impactés par la destruction d'Opal City, sa chère Opale, à cause de la décision stupide des Héros ; une grimace glisse sur son visage. Cela ne restera pas impuni.


"J'ignore si Vandal Savage, un homme vieux de plusieurs millénaires, est vraiment capable de tenir son projet sur la durée... soyons réalistes, il est plutôt rare que notre camp réussisse. Cependant, je pense que nous pourrons profiter de son organisation et de son pays pour nos propres besoins, et surtout que nous pourrons disparaître sans trop de difficulté, quand cela sentira aussi mauvais que l'intérieur du casque de Red Hood."

Un petit sourire, de provocation, et il enchaîne avec ce ton si calme et distingué qui le caractérise.

"Maintenant...
Maintenant, même si je ne recherche pas fondamentalement l'amitié ou le rapprochement, je reconnais que nous connaître plus que comme des mercenaires est, vraiment, une bonne idée. Cela peut éviter des sacrifices inutiles ou des décisions stupides, sur le champ de bataille.
Nous pourrions... nous pourrions..."


Il soupire. Hésite. Réfléchit.
Puis se lance.


"Nous pourrions nous retrouver dans l'une de mes maisons, en fait. Je dispose de beaucoup d'entre elles, notamment en Amérique, et... cela pourrait être l'un de nos camps de base. L'une d'entre elles, notamment, dispose d'un sous-sol qui pourrait permettre quelques... entraînements."

Il doute que ce soit une bonne idée ; mais il entend donner une chance à ce groupe, à cette initiative. Rien que pour se confirmer qu'il a encore, au moins un peu, de cette âme qui a tant plu à Hope et Jack.

"Peut-être même pourrons-nous alors convaincre ce bourreau de travail de Sportsmaster à nous rejoindre..."
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 20/10/2017
Messages : 162
DC : Diana Prince ; Jessica Cruz ; Koriand'r
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Jeu 15 Mar 2018 - 21:57


Bad girl, bad boysS.S.E
Jason se vantait toujours d’avoir eu la « chance » de grandir à la dure : son matelas était le sol humide de Gotham et sa maison s’arrêtait aux panneaux de sortie du trou à rat dans lequel il avait vu le monde. Son bref passage au sein de la Bat-secte n’avait fait que confirmer ce qu’il avait toujours pensé : on était toujours mieux seul que mal accompagné – puisque la mauvaise compagnie était, de toute façon, inévitable. Après son grand retour miraculeux, il s’était empressé de donner un bon coup de botte dans le derrière de sa petite idylle avec la notion de famille, et il n s’en portait que mieux. Du moins, c’était ce qu’il affirmait haut et fort à tous ceux qui voulaient bien l’entendre (point bonus si les oreilles en question appartenaient à ses anciens… partenaires), mais au fond de lui, la vérité était toute autre. Et à cet instant-là, il en voyait le reflet au fond des yeux (pourtant hermétiques) de Tara.

Il était de mauvaise foi, ce n’était pas nouveau, et par conséquent, son premier reflexe fut de lever les yeux au ciel, d’ignorer avec une détermination détournée la vérité des propos de Tara. Il était même prêt à lui en vouloir d’avoir eu le courage d’admettre ce qu’elle ressentait face à une bande de vauriens de bas étage, mais cette corde sensible qu’elle avait touchée, il ne pouvait pas l’empêcher de vibrer en lui.

Fais chier, pensa-t-il. Ca faisait un moment qu’il était revenu et un moment que le mensonge s’était estompé. Sa colère suffisait, la plupart du temps, à lui faire oublier la vérité, mais elle restait malgré tout bel et bien là. Et la vérité, c’était qu’il n’avait jamais été aussi fort que pendant ces quelques mois où il avait porté le costume maudit de Robin. Qu’il soit mort dans ce même costume n’était qu’un détail au final. Il aurait crevé dans les rues de Gotham tôt ou tard, de toute façon.

La pique de ce cher Richard le sortit de ses pensées – pas seulement parce qu’il avait entendu son alias dans la voix grave de Shade, mais aussi pour l’inédit de la situation. Il se mettait à faire de l’humour maintenant ? En voilà, un développement intéressant.

« Je lève mon verre à la vérité vraie, » ricana-t-il avant de lever le coude pour finir son verre. Il tapota le haut de son casque de son autre main, amusé.

Il écouta avec attention le reste des propos de Richard – Richard, en deux syllabes. Il répondait toujours présent pour les blagues et les piques de mauvais goût mais il y avait du sérieux, beaucoup de sérieux, dans le fond de leur rencontre, et c’était un sérieux que Shade et Tara ne reniaient pas – malgré l’inconfort évident de cette dernière. Ca lui paraissait tellement étrange, cette idée de nouer des liens entre vilains, lui qui avait toujours vécu cette partie de sa vie en solitaire. Mais il était bien placé pour admettre que c’était une idée intelligente, efficace même.

La proposition de Shade se conclut avec un silence dans leur petit comité. Jason jeta un regard à Boomerang et Alchimie, essayant de lire sur leurs visages le secret de leurs pensées. Probablement ce qu’ils essayaient tous de faire, à cet instant. Jason laissa échapper un soupir.

« J’imagine que vous en savez tous assez sur mon passif pour savoir que j’ai pu côtoyer la bande de Batman une ou deux fois, à Gotham. La Justice League est différente, parce qu’il s’agit avant tout de politique, mais leur petit groupe de chauve-souris frappées, à Gotham, est le parfait exemple de ce que nous devons accomplir. Ils ne forment pas une simple armée, ils ne sont pas là à se battre aux côtés des uns des autres par devoir mais par… » Par quoi exactement ? choix ? besoin ? loyauté ? Jason releva les yeux. « Ils le font parce qu’ils croient en leurs objectifs, ils croient sincèrement en ce qu’ils font ensemble. Ce n’est pas une armée, c’est une foutue famille. »

Encore faut-il y être accepté.

« On n’arrivera probablement jamais à ce niveau de confiance et … » D’amour, pensa-t-il, et l’idée même le laissa vidé de ses forces. « Mais ça veut pas dire qu’il ne faut pas qu’on essaie. Surtout si on veut éviter de se retrouver à Arkham ou pire, à Belle-Rêve. Il faut qu’on se serre les coudes. »

Il se redressa sur sa chaise et son regard parcourut leur petite assemblée.

« Si le plan de Savage s’avère aussi bidon que tous ceux qui sont venus avant, je vous le dis tout de suite, je n’ai pas l’intention d’y laisser ma peau. Voilà sur quoi on peut commencer à bâtir notre confiance : il nous faut un plan. Une porte de sortie. Quelque chose qui nous assurera que Savage tombe, nous, nous puissions nous en sortir sans servir de dommage collatéral. Nous tous. Sans exception.»

Son regard se posa finalement sur Shade, et il eut un léger signe de tête en guise d'approbation.

« Pour ça, il faut qu'on forme une vraie alliance. Commencer par s'entraîner ensemble n'est pas une mauvaise idée, loin de là. Histoire de ne pas s'entretuer sur le terrain et d'évoluer en vraie équipe. »


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Sam 7 Avr 2018 - 16:02
Les échanges continuent ; agréables et sains.
Aussi fou que cela puisse paraître, cette bande de criminels commence à créer des liens, chacun commence à esquisser des sourires et à en révéler plus. Surprenant, surtout vu leurs parcours, mais positif, pour ceux et celles qui ne cessent de se méfier d'autrui – alors qu'ils ont, fondamentalement, besoin d'aide et d'appui.

Cependant, alors que les discussions reprennent, que les consommations s'enchaînent, et qu'un Futur un peu moins abominable s'esquisse... l'un des invités se fige, soudain.
The Shade cesse de parler, de boire, et même de s'intéresser aux autres ; il semble ailleurs. Il est ailleurs, même.

L'instant dure moins d'une minute, mais il ne peut que surprendre.
Mais moins que ce qu'il prépare.


 « Hem. »

Il grogne, puis se reprend – et fige son attention sur les autres, à qui il adresse un sourire poli.

 «Très chers, je suis au regret de devoir vous laisser. Un... impératif spécifique m'appelle. »

Jadis, Richard Swift était un homme bien – devenu un monstre, par le fait d'une abominable malédiction. Devenu mauvais, puis Vilain, il s'est transformé en anti-héros pour l'amitié d'un homme, Jack Knight, et l'amour d'une femme, Hope O'Dare, qui partagent sa passion d'une ville, Opal City.
Mais Opal City a été anéantie par la Justice League et les Paradémons ; Hope a été blessée durant l'attaque, désormais plongée dans le coma ; et Jack a été blessé dans les ruines, par des Héros.

Le Britannique a alors repris le chemin du crime... d'où sa présence ici.
Mais il vient de sentir quelque chose.
Si Hope demeure comateuse, Jack... Jack vient de se réveiller, il le sait ; et il ne peut le laisser reprendre conscience sans un ami – sans lui.


 «A très bientôt. »

Impatient, troublé, The Shade adresse des signes de tête polis – puis sort rapidement du diner perdu, après avoir payé ses consommations.
Puis, il s'évapore dans les ombres... afin de retrouver, très vite, son cher ami perdu !
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 22/01/2017
Messages : 179
DC : Jade, Dolphin & Razorsharp
Localisations : St Roch
Secret Society
MessagePosté le: Sam 14 Avr 2018 - 8:51
Tara, épuisée par ses instants de vérité, ses instants dans lequel elle avait accepté de se mettre à nue et de s'ouvrir, sans succomber à sa haine cosmique de tout ce qui vivait et respirait, écouta en silence ses camarades...

... elle était prête à tuer, à massacrer, à démembrer quiconque se ficherait de sa trogne, quiconque se moquerait d'elle mais...

... tant The Shade (qui lui faisait un p'tit peu peur) que Red Hood (qui était à la Bat-Family ce qu'elle avait été aux Titans) l'écoutèrent avec sérieux et opinèrent à la majorité des trucs qu'elle avait pu exprimer.

Et personne ne trouvait que c'était une bonne idée de coucher avec Digger.

La vérité vraie ? S'entraîne dans une planque de The Shade ? Préparer un plan B au cas où une addition serait un jour à régler ? Faire en sorte que Savage tombe mais qu'eux subsistent ?

"Ouais, les Titans, c'est une bande de fichus raseurs mais ils assurent leurs arrières..."

Tara vida son verre et ajouta :

"Et je préfère, clairement, avoir l'un d'entre vous - pas toi, Digger - pour surveiller mes fesses plutôt qu'un taré comme le Joker..."

... même si Tara en tenait une couche elle aussi, elle se sentait moins baisée de la caisse que le clown sinistre de Gotham.

The Shade fila à l'anglaise. Un peu trop rapidement. Un peu trop brusquement. Un impératif ? Balancer les paroles légères qui avaient été inconsidérément prononcées, ici, à Savage ? Ou des raisons plus... personnelles ?

"Hum... les garçons, j'aurai bien traîné encore un peu ici mais..."

Tara se leva et zieuta Alchemy et Digger qui annoncèrent également leur départ. Ils filèrent les premiers d'ailleurs. Tara était pas forcément pressée mais... son sixième sens lui indiquait qu'il ne valait pas - forcément - traîner plus que ça ici. Il n'y avait plus qu'elle et Red Hood :

"Je... J'ai bien apprécié ce que tu as dit. Et... j'suis partante pour qu'on se revoit, genre histoire de s'entraîner et apprendre à mieux se connaître..."

Tara rougit. Le jeune homme devait être un malade aussi. Mais il avait connu le bon côté, il s'était brûlé les ailes et avait embrassé le côté obscur de la méta-humanité. Elle sentait de la rage en lui. Bref, elle sentait un esprit-frère. Qui l'attirait. Comme la phalène à l'ampoule, comme Icare au soleil. Se brûler les ailes et tomber... vaincue par sa propre volupté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 20/10/2017
Messages : 162
DC : Diana Prince ; Jessica Cruz ; Koriand'r
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Lun 16 Avr 2018 - 20:52

Bad girl, bad boysS.S.E
Leur petite réunion tirait à sa fin. Entre parler de confiance et faire réellement confiance, il y avait, apparemment, un certain fossé chez les vilains. Le départ précipité de Shade avait jeté un blanc sur leur petite assemblée et même le malaise était plutôt évident, tout le monde avait bien pris de soin de faire comme si de rien n’était. Alchemy et Digger mirent les voiles sans un regard par-dessus leurs épaules, et Tara fit rapidement comprendre à Jason qu’elle comptait, elle aussi, évacuer la scène du crime – si crime il y avait. Shade était… Et bien, un obscur personnage, et son affiliation avec Savage était encore une inconnue dans les calculs de Savage. S’il était vraiment un parfait lieutenant, il était parti tout raconter à son patron, ce qui justifiait, bien entendu, qu’ils prennent tous leurs jambes à leur cou. Evidemment, ils avaient raison de craindre un traître dans leurs rangs et une taupe. Sauf que, Shade n’en était probablement pas une. C’était Jason qui tenait le rôle. Tout du moins, c’était ce qu’il pensait. Et s’il n’était pas seul ?

Il se leva donc à son tour après avoir échangé un regard avec Tara. Elle était peut-être en colère contre le monde entier, elle n’était pas non plus stupide. Il avait lu son dossier, il savait ce qu’elle avait fait, et toute la colère du monde seule n’aurait pas suffi à la bonne œuvre de son plan diabolique. Elle était intelligente. Très intelligente. Il ne restait plus qu’à savoir si elle le savait.

« On dirait bien que la fête est finie, » lança-t-il en récupérant son casque.

Il ne le remit pas de suite, puisque Tara venait de prendre la parole. Il se tourna de nouveau vers elle et la dévisagea un instant. Elle était différente des autres jouets de Savage, tout comme Jason l’était. Ils n’avaient pas le même passif – pas tout à fait – que Digger ou Alchemy. Shade aurait pu comprendre, à la rigueur, mais quelque lui disait que Shade était peut-être trop… british ( ?) pour ressentir la même chose que ce que Jason et Tara ressentaient à cet instant, alors qu’ils se jaugeaient du regard l’un l’autre.

« Je suis partant aussi, » dit-il sobrement.

C’est tout ce qu’il dit pour le moment. Le sentiment d’urgence ne disparut pas parce qu’il était soudainement intrigué par Tara – disons, encore plus intrigué que d’habitude. Shade s’était quand même fait la malle de la manière la moins délicate et discrète possible, et si Jason, tout comme Tara, avaient tenu jusqu’ici, c’était parce qu’ils avaient pour habitude de protéger leurs arrières. Dans l’immédiat, ça voulait dire mettre le plus de distance possible entre lui et ce bar vraiment très mal placé.

Cependant, quand ils sortirent, son regard se posa de nouveau sur elle et il la dévisagea un instant. Devant eux, la nuit avait jeté sur le désert un air d’infini et d’horizon sans fin. Le ciel s’étirait au-dessus de leurs têtes, éclairés par les nombreuses étoiles qui pouvaient s’y épanouir et malgré l’impression d’immensité, il lui semblait être piégé dans ce décor si étendu qu’il ne pourrait jamais s’en sortir.

« On a été de l’autre côté, toi et moi, » finit-il par dire à la jeune femme en face de lui. « Avec eux. On sait ce que c’est, vraiment, d’avoir quelqu’un sur qui on peut compter – vraiment compter. Je suis sûr que tout comme moi, tu trouvais ça lourd la plupart du temps. »

N’était-il pas parti chercher sa mère seul à l’autre bout du monde justement pour éviter cette protection constante ? Et quand on voyait où ça l’avait mené… L’univers avait vraiment un humour tordu.

« Ils ne comprendront pas. Les autres. Ce ne sera jamais pareil. Mais on en a besoin. »

Il jeta un regard sur le côté pour s’assurer que sa moto était toujours là. Aucune trace d’un véhicule quelconque que Tara aurait pu utiliser, mais connaissant la jeune femme, elle était arrivée avec panache, juste avec la force de son esprit et de sa colère. Bon sang, il y en avait pas deux comme elle – si farouche qu’elle était capable de moduler la terre – la Terre - selon ses envies. Et c’était probablement mieux comme ça.

« Ca prendra probablement un certain temps, mais je suis prêt à assurer tes arrières, Markov. Si tu assures les miens. »

Il lui adressa un sourire en coin.

« Commençons d’abord par nous taper dessus régulièrement, et avec amitié. Ca devrait aider. »

Il enfonça ensuite son casque sur sa tête et tendit la main à Tara, en guise de… salut ? Officialisation d’un contrat seulement sous-entendu ? En guise de quoi, exactement ? Il se retrouvait dans cette grande organisation mystérieuse pleine de vilains et d’horribles crapules qu’il aurait combattu avec plaisir il n’y avait pas des mois de ça. Tout ça pour suivre les ordres d’un mentor qu’il avait renié et continué à vouloir en même temps. L’univers avait peut-être un foutu sens de l’humour, mais Jason avait le chic pour lui fournir toute l’ironie dont il avait besoin. Quoi qu’il en soit, il était seul, en territoire ennemi à essayer de toutes ses forces de ne pas se laisser séduire par l’idée de voler de ses propres ailes au-dessus de règles qu’il n’était pas sûr de comprendre. Et Tara était la seule qu’il comprenait, la seule qui pourrait, peut-être le comprendre. Elle se tenait dans la même équipe que lui après avoir, elle aussi, fait partie d’un ensemble qui allait bien au-delà de sa propre existence. Et il était bien placé pour savoir que ça laissait des marques indélébiles.

Alors en guise de quoi ? En guise de message caché, peut-être. Hey. Je comprends. Moi aussi.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/01/2017
Messages : 179
DC : Jade, Dolphin & Razorsharp
Localisations : St Roch
Secret Society
MessagePosté le: Sam 21 Avr 2018 - 10:22
"Hum..." maugréa Tara, prise au sein d'un affreux conflit mental.

Faire confiance, c'était pas son truc à elle. Elle, c'était la trahison, le meurtre et la fourberie. Elle, elle était du côté de ceux qui taillaient en pièces le monde, pas de ceux qui le reconstruisaient. Elle...

"OK... Tapons-nous dessus à l'occasion..."

Elle avait dit cette dernière phrase dans un murmure. Jason avait touché dans le 1000. A force d'être une vilaine, une solitaire et une tarée, elle... rentrait chez elle et chez elle c'était juste là où elle posait son sac. Elle allait dans des palaces quand elle avait un peu d'argent mais elle ne faisait que noyer son spleen dans des champagnes aux prix indécents. Ou alors, elle fréquentait des taudis, des vrais de vrais, quand elle était d'humeur duraille et qu'elle voulait voir le sang jaillir derrière son regard et que...

Stop.

C'était peut-être la dernière station avant le terminus à Arkham. Ou à Belle Reve. Le dernier changement possible pour éviter que ses pieds ne la précipitent directement dans la tombe.

Tara sortit un calepin et soupira. Elle sortit un stylo et griffonna une adresse mail pour la joindre. Pas un téléphone, elle en changeait tout le temps. Pas une poste restante, elle avait trop peur de se faire attraper et enfermer. Pas une adresse physique, elle n'en avait aucune. Une adresse mail.


Elle arracha la page et la tendit à Jason.

"Pour se taper dessus. Quand tu veux. Où tu veux. Et..."

Elle montra les dents et persifla :

"... tu te moques pas de l'adresse, OK ? J'avais pas d'idées, c'est tout..."

... mentit-elle, avant d'aviser une grosse pierre, de monter dessus et de la faire s'élever dans les airs pour disparaître dans la nuit noire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 20/10/2017
Messages : 162
DC : Diana Prince ; Jessica Cruz ; Koriand'r
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Dim 22 Avr 2018 - 23:24


Bad girl, bad boysS.S.E
Décidément, Tara Markov ne manquait pas de ressources.

Le regard qu’elle lui jeta alors qu’ils sortaient du bar était limpide comme de l’eau de roche. A vrai dire, il pouvait presque voir les rouages dans son esprit fumer tandis qu’elle envisageait sa proposition. Il al voyait peser le pour et le contre, se demander si vraiment, il valait la peine, et la vue de air perdu aurait pu être amusante si elle n’était pas si… parlante. Il commençait à peine à réaliser l’immensité des risques que Bruce avait pris à l’envoyer ainsi infiltrer la S.S.E. Jason s’était attendu à des mégalomanes en manque de grandeur et à l’ambition trop chargée comme Sportsmaster, mais à sa grande surprise, il avait trouvé plus que ça. Il avait trouvé Markov. Bruce s’était-il rendu compte qu’il le renvoyait littéralement là où Jason s’était tenu, quelques mois après son retour prodigieux à Gotham ? Si oui, était-ce là une marque de confiance ? Un test ? Et si non… cela voulait-il dire que Jason pouvait se permettre de flirter un peu plus avec l’idée de redevenir le criminel en manque de règles qu’il avait été, il y avait au final, encore peu de temps ?

Ca faisait bien trop de questions pour cette heure tardive de la nuit, et pour l’endroit désertique dans lequel ils étaient perdus. Bien trop de questions auxquelles il n’avait pas les réponses – la recette parfaite pour un tas d’insomnies et de comportements destructeurs. Jason en avait marre de frapper dans les murs, alors il chassa, du mieux qu’il le pouvait, toutes ces réflexions de mauvais goûts.

A sa grande surprise, c’est Tara qui lui offrit le remède parfait.

Jason baissa les yeux vers le papier qu’elle lui avait tendu et, avant de pouvoir se retenir, un sourire vint étirer ses lèvres. Par chance, son visage était de nouveau caché par son casque, ce qui lui évita probablement de se prendre un éboulement sur le coin de la tronche et ce malgré le manque de montagnes dans les alentours.

« Quand je veux et où je veux, » répéta-t-il en hochant la tête. Il reporta son regard sur Tara et leva le papier avant de le fourrer dans la poche de sa veste. « Ca marche, Markov. J’en tremble d’impatience. »

Il leva ensuite les mains en signe d’innocence, un éclat de rire coincé au fond de la gorge.

« Loin de moi l’idée ! » se défendit-il.

Il ravala les dizaines de taquineries qui menaçaient de sortir et observa la jeune femme alors que cette dernière mettait les voiles.

« A la revoyure, l’agneau. »

Il enjamba sa moto, déclencha le moteur et démarra en trombe, soulevant derrière lui un nuage de poussière.

Un sacré bout de femme, ça, il n’y avait pas à dire. Mais peut-être pas perdue. Tout comme lui.
Peut-être pas.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[SSE] [Quelque part au fin fond du Texas...] Bad Girl, Bad Boys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Gavalda, Anna] Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
» Quelque part dans le temps
» Quelque part en Anatolie
» [Anna Gavalda] Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
» [Michelet, Claude] Quelque part dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-