Heureusement que chaque jour est un nouveau jour (Atom)

Invité

MessagePosté le: Ven 2 Fév 2018 - 8:48
L’installation était grande, ça elle l’avait toujours su, plus que la précédente celle où elle avait été confinée après qu’il l’ai appréhendée. Appréhendée comme si elle avait été la plus terrible personne. Un criminel dont on devait effacer jusqu’à l’ombre. On lui avait retiré ses vêtements et habillé comme une prisonnière d’état : avec une tenue orange d’un gout douteux et des chaussures blanches qui couinait à chaque pas. Puis on l’avait formée à la reconnaissance et on l’avait bazardée dans tout un tas d’endroits étranges. Evidemment elle avait tenté de s’enfuir, plusieurs fois, mais toujours elle avait reçu une vilaine décharge dans la nuque, suffisamment pour lui faire très mal, pas assez pour l’empêcher de continuer de faire que lui avait été demandé. Alors elle avait continué jusqu’à ce qu’on la déplace dans cette installation qui était un plus grande pas loin du gigantesque, et bien moins entretenue. Il y a avait eu aussi de l’agitation, plusieurs personnes étaient parties précipitamment comme si le feu était à leur trousses.

A présent on les avait laissé tranquilles, voire même un peu trop. C’était beaucoup trop calme en y réfléchissant, déjà il n’y avait plus de lumière mais plus des veilleuses de sécurité qui baignaient le bâtiment.

A la réflexion aussi cela faisait un moment que la brune n’avait vu personne…même pas un agent d’entretien.

Alors que d’autres commençaient à paniquer un peu trop violement et se faisaient zapper de manière automatique par les affreux colliers qu’ils portaient. La brune restait calme, de toute façon si on l’abandonnait il valait mieux prévoir une façon de retirer son bijou d’obéissance avant toute idée de fuite à l’anglaise. Cela sans utiliser ses pouvoirs…et sans trop le toucher non plus.

Combien de temps resta t elle à réfléchir pour s’en sortir puis à finalement s’asseoir et réfléchir à tout un tas d’autres choses que sa condition actuelle ou même à sa petite personne au final insignifiante. Mais d’un coup différents cris se répercutaient dans l’immense hangar où ils avaient été entreposés et elle resta assise de peur de se prendre une autre décharge si elle se faisait un peu trop remarquer. Alors elle ferma les yeux en attendant que l’on s’intéresse à elle, ou que tout le ramdam passe.

Et accessoirement la lumière revint.

Apparemment la première solution était la bonne puisque le brouhaha ne diminuait pas et l’adolescente sentit une présence face à elle.

- Y’a quoi au menu chef ? fit elle d’une voix teintée de lassitude.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 964
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Ven 2 Fév 2018 - 10:47
L’installation pénitentiaire est secrète et sécurisée.
Perdue, au milieu du grand Ouest américain, elle n’a jamais été sur aucune carte, et les documents l’évoquant sont si rares que seuls quelques hauts-gravés peuvent les lire. Ce secret extrême a justifié le délai long, qui a empêché jusque-là ceux qui y ont été placés, qui y ont été emprisonnés d’attirer l’attention des nouveaux maîtres de la Maison-Blanche, et surtout de l’A.R.G.U.S.
Mais le moment est désormais venu.

Alors que plusieurs cris se font entendre, que la tension monte au sein de l’établissement, une jeune femme se décale et attend que la crise passe.
Les lumières s’éteignent. Les hurlements augmentent.
Puis rien.
Le silence. Choquant et brutal. Puis les lumières.
Et une présence.


« Menu spécial, aujourd’hui. »

Une voix se fait entendre à côté d’elle – alors qu’il n’y a personne, dans ce couloir métallique et anonyme ; personne, elle ne voit personne, alors que la luminosité revient enfin.

« Une pincée de liberté, un kilo de libération, un zeste de soulagement… »

Sans prévenir, elle peut découvrir que quelque chose apparaît, que quelque chose semble grandir…
… pour former un homme, vêtu d’un costume rouge et bleu.

« … et surtout, beaucoup d’excuses. »

Il esquisse un sourire qui se veut rassurant, et tend une main qu’il veut agréable vers la jeune femme.

« Je suis Atom – de la Justice League et de la J.S.A., mais aussi de l’A.R.G.U.S., que nous venons de reprendre en main. Amanda Waller a été destituée, des élections libres ont eu lieu, et son règne de domination a pris fin. L’A.R.G.U.S. a été réformé, et nous opérons maintenant pour libérer tous ceux qui ont été emprisonnés à tort par Waller… et c’est ce que nous venons faire ici. »

Ray soupire, puis se tourne légèrement autour d’eux.

« Mes collègues immobilisent les gardiens et libèrent les prisonniers. Je vous libère, aussi… et je vous présente, sincèrement, nos excuses pour avoir mis tant de temps. »

Il grimace, sincèrement.
Ils arrivent tard, il le sait ; il espère juste que ce ne sera pas trop tard, pour éviter des drames et des rancunes tenaces…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Mer 7 Fév 2018 - 15:04
L’espace d’un instant Cynthia passe de la lassitude à l’excitation, parce qu’aujourd’hui c’est le jour de Noël, en mieux et sans vieux monsieur joufflu qui veut que vous vous installiez sur ses genoux. En prime, guise de cadeau on lui offre le plus précieux d’entre tous, la Liberté, avec petite cerise sur le gâteau rien de moins que des excuses. En vérité l’homme face à elle qui avait grandi comme un haricot magique ne lui devait en rien des excuses. Ceux qui auraient dû lui en faire étaient cette horrible Amanda Waller et le créateur de ce collier maléfique. Pas cet homme gentil qui venait de la libérer, il n’avait en rien à le faire surtout qu’il était arrivé à temps.

Ainsi soulagée la brune se permet de lâcher un sourire sincère et de plaisanter un peu, pas que durant sa détention elle n’avait pas à l’occasion glissé deux ou trois petites blagues ou piques mais jamais elle ne c’était laissée aller de peur de subir une décharge qui l’aurait laissée a moitié sonnée.

- Plutôt que des excuses je voudrais un enlevage de collier et un milkshake à la fraise…le tout à emporter loin loin loin loin loiiiiiiiiiiin ...très loin d’ici.

Elle termine sa tirade par un sourire adorable en posant les mains par-dessous le collier pour bien le mettre en évidence et elle espère follement qu’il pourra la libérer encore plus. Parce qu’ouvrir les portes n’est en rien suffisant malheureusement pour lui garantir une liberté totale. Pas quand on risque de se faire rappeler à l’ordre aussi douloureusement.

- Promis je ne ferais rien de répréhensible. Parole de scout ? Même si j’étais pas scout ?

Voilà qu’elle ne peut contenir son flot de paroles et quand l’objet tombe à ses pieds, elle s’enfuit. La brune se dérobe même à l’attention et la vivacité des autres, ses anciens gardiens comme ceux qui venaient la libérer. Mais au lieu de prendre la direction de la sortie la brune file au plus profond de l’installation. Vers ce que le bâtiment n’a pas encore dévoilé, Atom ne le sait pas et peut etre peut il s’imaginer que sa parole n’a pas de valeur. Mais s’il la suit, il verra tout comme elle les autres cellules, celles utiliser pour briser ceux qui etaient plus violents ceux qui ne se laissaient pas faire . Mais Cynthia s’eloigne d’eux aussi et emprunte les escaliers qu’elle gravit quatre à quatre comme si sa vie en dépendait.

Enfin, à bout de souffle et face à une porte la brune compose un code qui lui ouvre un autre accès.

La salle de communications.

Cette dernière est vide, tout l’effort des hommes est dans le combat pour assurer la victoire sur l’autre et c’est tant mieux car Cynthia n’est pas sûre de pouvoir combattre. Elle actionne quelques interrupteurs et un son strident parcourt l’intégralité de l’edifice. Un instant elle est tentée de prendre la voix d’une autre, comme le président ou alors cette horrible femme qui l’a faite enfermer. Pourtant elle n’en fait rien et c’est sa voix qui leur parle.

- Mes amis, nous ne nous connaissons pas et pourtant nous avons vécu ensemble dans cette prison où les autorités et les biens pensants ont voulu nous dépouiller de notre dignité de nos valeurs. Aujourd’hui nous allons être libérés et l’heure est venue d’être libres…vraiment libres. Donc de laisser derrière nous notre colère, notre haine et notre envie de justice qui sont légitimes. Car cela ne fera que vous rajouter des chaines inutiles qui vous empêcheront de vivre libres. Et à nos geôliers, s’il vous plait déposez les armes. Ce bâtiment à eu bien assez de violence en ses murs.


Puis elle ouvre les portes des prisonniers les plus dangereux, ceux qui vont nécessiter un suivi médical et psychologique. Elle s’assoit et regarde son horrible tenue orange de prisonnière. Un instant elle s’imagine tordre la réalité pour lui faire voir une tenue civile, mais elle n’en fait rien, même si elle ne l’aime pas cette tenue n’est pas pour elle synonyme de honte.

- Je l’aurais mérité mon milkshake….

Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 964
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Mer 7 Fév 2018 - 15:43
La jeune inconnue, qui a échangé quelques mots avec Atom avant de disparaître, en s’enfuyant et en courant comme une possédée dans les couloirs de la terrible prison secrète, s’affale sur un siège, après cette course si brutale, et cette déclaration – si pleine de vie, de puissance, mais aussi si fatigante.

Cependant, alors qu’elle recherche sûrement son souffle, son énergie, et rassemble ses pensées pour tenter d’envisager la suite, elle peut sentir une présence… puis entendre une voix, à proximité.


« Je dirais même qu’une semaine entière de milkshakes apparaît une demande légitime, à ce stade… »

En se tournant, Gypsy pourrait alors découvrir… Ray Palmer, le Héros qui s’est présenté à elle en costume et avec son pseudonyme.
Debout, à taille normale, les bras croisés, l’épaule droite collée contre un angle de l’entrée de la pièce, il la fixe – et il sourit, gentiment.


« … mais cela irait en contradiction avec toutes les indications pour rester en bonne santé et bien manger – et, soyons honnêtes, ces derniers mois ont dû être assez durs à ce niveau, pour ne pas en rajouter, non ? »

Sa voix est douce, calme.
Rassurante, réconfortante ; du moins, c’est ce qu’il essaye de faire, pour être le plus agréable pour elle.


« Par contre, je peux vous offrir un milkshake – et même un milkshake chaque semaine, un pour toutes les semaines passées ici. Ça ne rattrapera rien, mais ça permettrait peut-être de compenser un minimum ? »

Son sourire demeure… mais se fait plus triste, plus gêné.
Quelques instants plus tôt, il fut content de voir qu’elle acceptait ses excuses, et sollicitait surtout une libération. Il s’est alors approché et l’a libéré, en usant de ses pouvoirs pour changer la densité du collier de Gypsy, et le briser aisément.
Cependant, avant de pouvoir lui proposer de la sortir de là, il découvrit que la jeune femme s’échappait – et, après une hésitation, changea de taille, pour manipuler sa masse et filer à sa poursuite.

La course fut rapide, mais désagréable ; il passa devant des couloirs, des cellules, des geôles qui lui retournèrent le cœur, et donnèrent envie de retrouver définitivement Amanda Waller – pour régler quelques comptes.
Le scientifique a cependant pris sur lui, et s’est calmé en se rappelant que l’ancienne Présidente était sous les verrous… mais, aussi, que les gens de bien parviennent enfin à libérer tous ses prisonniers ; enfin, oui. Enfin.

Il a donc retrouvé Gypsy, juste au moment où elle lançait le micro.
Il l’a laissée faire.
Et il a souri, en l’entendant – en appréciant son discours, son geste.
Bien joué, petite, pensa-t-il. Bien joué, vraiment.


« L’A.R.G.U.S. – les types biens de l’A.R.G.U.S., je veux dire – récupère les prisonniers. Les plus dangereux sont libérés, mais surveillés ; les blessés sont soignés. L’évacuation est en cours.
Vous avez bien fait d’ouvrir tout ça, et de dire tout cela… vraiment. C’est courageux, noble et intelligent. Mais je peux vous rassurer : on a mis du temps, mais les types biens prennent le relais – et ne vous laisseront pas comme ça. »


Il se décolle de l’entrée, et s’avance puis tend la main vers elle.

« Je propose de vous ramener chez vous… où vous voulez. Avec, avant, un passage pour un milkshake. »

Un sourire. Une proposition.
Une solution, enfin.
Ray espère que ça suffira, que ça l’aidera ; et il espère, surtout, que Gypsy parviendra à se reconstruire – car, même s’il ne la connaît pas, ces quelques moments, et surtout ce geste de sa part, lui confirment ce qu’il sentait déjà.
C’est une bonne gamin.
Et il est temps que quelqu’un la traite comme elle le mérite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Sam 24 Fév 2018 - 10:05
Gypsy c’est à présent presque effondrée sur la chaise face au panneau de communication, pas parce que son petit discours l’a fatiguée ou même la course même s’il y a de ça. Mais plus parce que son esprit digère enfin l’information.

Elle est libre.

Et cela fait un bien fou, son corps se libère de toute la tension nerveuse qu’elle avait accumulé pour en profiter encore plus la brune délivre ses petits pieds des horribles chaussures qui les enserraient ces derniers retrouvent un sol froid et métallique. Derrière elle ou plutôt à sa gauche Atom qui lui a enlevé le monstrueux collier lui promet une semaine entière de milkshakes et cela la fait sourire. Pire lorsqu’il invoque le bien manger et sa bonne santé un fou rire s’empare d’elle c’est tellement hors de propos, tellement absurde si on le place dans le contexte actuel et cela fait également un temps infini qu’elle n’a pas rit.

- Désolée, je me suis emportée, mais vraiment juste un seul ira. J’hésite juste sur le parfum… Apres tout ce sera celui célébrant ma liberté alors il doit compter vous comprenez ? ça a quel gout la liberté retrouvé à votre avis ? Fraise ? Vanille peut être ?

Mais alors qu’elle ferme les yeux pour apprécier et envisager si le gout liberté retrouvée ne serait pas en fait peut être chocolat …mais alors qu’il explique la suite des évènements l’évacuation du complexe notamment elle tique sur plusieurs mots /prisonniers/dangereux/surveillés/ et ça ne lui plait pas le moins du monde. Un instant la pensée qu’il s’agit d’une autre manœuvre de cette méchante femme lui vient. Il serait dans ses capacités d’engager un héros …d’un autre coté un suppôt de Waller ne lui aurai jamais retiré son collier pas en sachant de quoi elle était capable. Pourtant ces mots-là ne devraient pas sortir de la bouche d’un héros envers des gens qui sortent à peine d’enlèvement séquestration et actes de torture perpétrés par leur propre gouvernement. Mais lui ne peut le comprendre ainsi n’est-ce pas ?

Mais la brune ne compte laisser aucune chance à quiconque de mettre la main sur des données aussi sensibles. Heureusement elle peut compter sur d’autres de ses personnes présentes pour l’aider. Alors qu’il s’avance elle lance à nouveau un appel

- Jennifer Pierce, poste de communication, maintenant.

Avec ces données cryptiques, Atom ne peut se douter de rien au pire peut-il envisager des scenarios brumeux, mais Cynthia n’a jamais fait le moindre geste de violence ou de défense envers lui donc raisonnablement il ne peut rien conjecturer. Il lui tend la main et lui propose de rentrer chez elle, la brune doit gagner du temps avant que jennifer n’arrive. Elle n’a aucune envie d’exécuter la suite de son plan, pourtant elle n’a pas véritablement d’autre choix. Elle se renfrogne un peu, comme aurait pu le faire une adolescente lambda auquel on propose le choix entre des choux de Bruxelles et des brocolis au diner.
Mais Cynthia n’est pas une adolescente Lambda. Jennifer non plus, elle a été enfermée en isolement dans une des parties les plus sécurisées et dures du complexe. Pour le seul motif d’avoir refusé d’exécuter des ordres de son gouvernement.

- Je n’ai pas de chez moi où je voudrais rentrer… et je suis désolée pour ce que je vais faire.

Une part d’elle espère qu’Atom comprendra ce qu’elle fait, qu’on ne peut pas clamer la liberté des gens et après les considérer comme des menaces. Elle est navrée de ce qu’elle va faire mais la liberté n’est pas sous conditions.

Le héros voit sa vue se modifier, face à lui il n’a plus l’image d’une adolescente brune amincie de multiples privations mais au regard pétillant.
Devant ses yeux ce tiens une toute autre personne, un homme dont le visage n’existe plus enfin si puisque que nombreux lambeaux de peau de bonne taille pendouille en bas de sa mâchoire. Les dents sont bien visibles ainsi que ses yeux mais aucune expression ne pourrait s’appliquer sur le visage de l’écorché.
Si le regard du héros descend il peut contempler de nombreuses blessures sur le torse et les épaules dont certaines suintent encore de rouge ou d’un liquide transparent. Plus bas encore il peut voir qu’une partie manque.
Sa jambe gauche à mi-mollet.
L’os est bien blanc, cassé de façon non propre et goutte lentement, comme un robinet mal fermé, l’autre jambe est touchée aussi mais bien moins profondément en tout cas rien ne manque autant. Il clopine jusqu’à Atom et s’agrippe faiblement à sa tenue alors que les lambeaux de peaux battent une mesure qu’ils sont les seuls à comprendre.

- Ai….Aiiii…Ai….de.
Souffle la victime avec une voix d’outre-tombe

Atom à face à lui une victime de mine, il ne le sait pas, parce que cette image provient des milliers d’enregistrements que Gypsy a été forcée à voir pour que son pouvoir se développe. Sa capacité d’illusion ne peut créer quelque chose qu’elle n’a jamais vu et son imagination à ses limites.
Aucun être humain sensé ne peut rester de marbre devant une telle vision et l’adolescente compte bien profiter des précieuses secondes de réajustement dont à besoin le cerveau de son interlocuteur pour que Jennifer la rejoigne.

- Jenni crame le système électrique pour qu’ils ne puissent récupérer la base de données.
Spoiler:
 
La seconde adolescente s’exécute en touchant un câble alors que sa peau lui d’un éclat tout sauf naturel, une demi seconde plus tard une odeur de plastique et de composant brulés emplit la pièce ainsi que le reste de l’installation. Un générateur de secours prend cette fois définitivement le relais.

- La liberté des victimes n’est pas sujette à conditions, ces gens qui ont été désignés comme dangereux ne le sont pas vraiment, laissez leur une chance de vous le prouver, mais loin de la pression d’un gouvernement qui les à arrachés à leur famille qui les a forcés à faire des choses qu’ils ne voulaient pas et qui à torturé méthodiquement ceux qui le refusait en les catégorisant de menace. Aucune personne ici présente n’a rien fait de répréhensible avant d’être dans ces installations.

Elle se recule alors pendant que l’autre adolescente s’enfuit

- S’il vous plait, ne nous regardez pas comme eux le faisaient, comme des dangers à mater. Laissez-nous une chance de décider de faire ce qui est bien. Pas ce qui est juste.

Parce qu’il y avait une différence fondamentale. La justice c’était tendre vers l’équité totale, le bien c’était de déstabiliser la balance pour entrainer plus de bienveillance envers les autres et soi. La justice aurait voulu que ces gens soient fichés, surveillés sur le principe de précaution. La force de la bienveillance est de croire que ces gens avec leurs capacités naturelles ne les utiliseraient pas pour nuire aux autres. C’était un pari quelque part, surement risqué, mais peut etre le seul qui valait la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 964
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Dim 25 Fév 2018 - 16:52
Prise par l'ampleur des événements, encore choquée, la jeune fille a besoin de quelques instants pour se remettre, pour encaisser ; il le comprend.
Alors qu'elle s'assoit, alors qu'elle se laisse aller, notamment en enlevant ses chaussures et en tentant de maîtriser sa respiration, il ne peut s'empêcher d'esquisser un petit sourire - c'est vraiment la part la plus agréable de cette partie, en fait.
Aider, autrui. Aider, tous ceux qui ont souffert. Aider, tout simplement.


"Hum, non... pas vanille, pas fraise."

Il sourit, et parle d'une voix douce et tendre, chaude encore ; rassurante, toujours.

"Fruits de la passion, peut-être ?"

Ses épaules se haussent, un léger rire s'échappe de sa gorge.

"Car la liberté est une passion."

Ray est bien.
L'épreuve de la libération de la prison fut difficile - mais elle est terminée ; et il en est ravi. Il va enfin pouvoir passer à autre chose, il va pouvoir aider les prisonniers à aller de l'avant... et cette terrible page va être tournée.
Pas oubliée, non ; mais tournée.
Ou presque.

Car alors que Palmer se sent bien, alors qu'il est ravi de lui, alors qu'il est à l'aise - tout change.
En un instant. En une fraction de seconde. En un battement de coeur.
La voix de la jeune femme change - elle se refroidit, se fait plus sèche, plus dure ; et ses mots, d'abord surprenants et incompréhensibles, se modifient... et il comprend.

Un piège.
Elle est en train de le piéger.


"Non, attendez, je..."

Mais il est interrompu - il est interrompu, et tombe... ailleurs.
Dans un autre monde.
Dans un autre pan d'existence.

Dans une abîme.
Sa vue se trouble. La Réalité change. La jeune femme disparaît - une horreur prend sa place ; et sa respiration, à lui, se fige.
Bon sang, pense-t-il, quelle abomination.

Il ne sait que dire, que faire. Atom se perd dans l'illusion de Gypsy, dont il ignore tant le nom que les capacités ; il est piégé. Il a été pris, manipulé, et s'il continue de penser qu'elle a du bon en elle, il peut comprendre maintenant pourquoi certains ont voulu la contrôler, l'emprisonner - comprendre, mais pas accepter, ou avoir le même avis.

Cependant, il doit bien admettre que l'effet est terrible.
Cependant, il se rend vite compte de ce qu'il se passe - de ce qui lui arrive.
Il est à terre.

A genoux, brisés, haletant, terrifié et terrorisé, le scientifique a du mal à se reprendre, à reprendre pied avec la Réalité ; mais il y arrive. Notamment en se concentrant non pas sur les râles de la créature, mais sur les mots qu'il entend, de loin - d'abord faibles, minimes, ces sons se font rapidement plus forts, plus puissants, à mesure qu'il intensifie son écoute.
Il réussit.


"Hughn."

Le micro-Héros, pourtant à taille humaine ici, parvient à entendre les paroles de la jeune femme - qui explique, qui justifie, qui expose son point de vue, et en soi ses peurs.
Elle ne veut pas être reprise. Elle ne veut pas que d'autres soient repris, ce qui est noble... mais dangereux.


"Ce... ce ne sont pas..."

Il relève ses yeux, et les pose sur elle ; non pas sur la créature, qui disparaît, mais bien sur la jeune femme, dont l'alliée vient mystérieusement de disparaître.

"Ce ne sont pas... des méthodes, pour rassurer autrui. Ou pour se faire aimer."

Il se redresse.
Tremblant, branlant, les yeux brisés par ce qu'il vient de subir - mais debout, maintenant.


"Ce qui est bien peut être juste... mais ce qui est bien, et ce qui est juste, est de protéger les innocents. Ceux qui ne peuvent se défendre. Ceux qui ne peuvent se préparer. Ceux qui ne peuvent rien.
Et je parle autant des innocents d'ici - que ceux qu'eux pourraient croiser, ailleurs."


Ray soupire. Sa voix est calme et posée, mais... il a changé.
Il n'est plus bien, il n'est plus serein. Il se méfie. Et on le comprend, après cette terrible épreuve.


"Je ne peux vous laisser fuir, tous. Je ne peux vous laisser causer des risques sur les autres, sur autrui en général. Mais..."

Un autre soupir ; puis une grande inspiration, alors qu'il croise les bras - plutôt que les poings.

"Mais je comprends votre méfiance, et je ne veux pas vous imposer une protection surveillée de l'A.R.G.U.S. - je comprends, vraiment, ce rejet de toute organisation gouvernementale. Mais... j'ai peut-être une solution."

Palmer s'avance, puis s'arrête à un mètre d'elle. Sa voix demeure douce et calme, mais moins chaude qu'avant - il ne fallait pas le maltraiter, après tout.

"Faites-moi confiance. Croyez-moi. Suivez-moi. Et laissez-moi vous prouver que tous ne sont pas mauvais... et qu'il y a encore du bon, dans ce monde. Du bon. Du juste."

Il sourit, alors, et déplie ses bras pour tendre, encore, sa main gantée vers elle.

"Et du bien."

Si sa voix demeure douce, oui, le message est clair.
La main est tendue, encore.
Mais c'est bien la dernière fois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Mer 28 Fév 2018 - 15:41
La conversation il y a peu était légère, pourquoi alors ce héros a-t-il tout gâché ? Pourquoi a-t-il fait planer le spectre d’une capture ? D’un nouvel emprisonnement, de nouvelles méthodes pour utiliser ses pouvoirs…

- Je suis désolée, mais ici personne ne supportera à nouveau de pareils traitements.

Elle parle d’une toute petite voix, comme un enfant qui confesserait avoir fait une bétise. Ce qui est un peu le cas. Mais surtout on peut entendre la peur de revenir dans de pareilles installations même si son coup d’éclat devrait lui octroyer un petit voyage à belle reve pour lui apprendre les bonnes manières envers un héros.

- Si ça arrive, quelque chose en nous ce perdra et de citoyens inconscients de nos capacités il y aura un changement, un passage à l’acte sans possibilité de retour. Moi y comprise, je …plus jamais…

Gypsy s’arrête de parler, parce que les larmes qu’elle essaie de réprimer vont sortir et que décemment on n’utilise pas un super héros comme doudou. Il faut qu’elle change de sujet, pour éloigner ses vilaines pensées et aussi rassurer son interlocuteur.

- Mon nom est Cynthia Reynolds, je vivais avant avec mes parents mais j’ai fugué…je sais ce n’est pas bien. En fuite, j’ai montré mes talents à un cirque qui m’a accueilli….ils ont été si gentils avec moi. Ils m’ont appellé Gypsy parce que depuis ma fugue je supportais plus les chaussures, j’avais l’air d’une bohémienne.

Une partie d’elle est honteuse de dévoiler comme ça son passé, heureusement qu’elle occulte certaines parties dont le pourquoi de sa fugue notamment cela viendra si le mini héros demande, mais pour l’instant la brune n’est pas prête à se livrer totalement. C’est une preuve de confiance ou du moins une preuve de bonne volonté.

- Ma capacité à faire des illusions était toute petite à l’époque, je m’occupais de rendre le spectacle plus grandiloquent. Mes pouvoirs en étaient là quand l’A.R.G.U.S m’a récupérée. Ce qui signifie que la personne que vous avez vu, ce pauvre homme victime d’une mine anti-personnel…c’est une des vidéos parmi tant d’autres, plus horribles, que j’ai dû visionner pour « former » mon don. Un de mes dons.

La brune espère que cela suffira a lui faire comprendre, le rassurer sur ce qu’elle est vraiment, a savoir une fille un peu perdue et surement dépassée par la suite d’évènements qui lui est arrivé. Pas une criminelle dangereuse.

- Le reste des gens ici vous donneront leur nom, je suis certaine qu’une installation pareille doit avoir les effets personnels que l’on avait en arrivant et si aucune de ces deux solutions n’apparait pour que vous puissiez savoir qui était vraiment présent ici … Ces gens devront toujours refaire leurs papiers d’identité et à ce moment précis vous saurez qui ils sont. Mais les données brulées contenaient des choses dont aucun d’entre nous ne veux se rappeler. Des choses que l’on nous a fait exécuter, des choses que l’on a subi….il y a parfois des choses que l’on ne veut avouer ni à soi ni aux autres…

Et qui les condamneraient autant que le gouvernement à des années de prison, ou pire. Ces données sont mieux irrécupérables.

- Je demande qu’à vous croire et faire le choix du bien. Mais je faisais confiance au gouvernement à nos élus pour nous protéger et vous voyez ce qu’ils ont fait…

Pourtant, alors que sa posture était plus ou moins recroquevillée elle s’approche du héros et tends la main. En signe d’apaisement à défaut de paix.

- Je suis désolée pour la vision de tout à l’heure, la prochaine fois j’en parlerais et j’exposerais mes arguments, sauf si c’est cette méchante femme. Cette madame Waller…
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 964
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Jeu 1 Mar 2018 - 10:53
Atom a souffert, face à la vision, mais aussi face à cette forme de trahison exercée par la mystérieuse jeune femme. Non pas qu’il attendait beaucoup d’elle – mais il l’a sauvée, l’a aidée, et elle a décidé de s’en prendre à lui.
Il peut comprendre pourquoi. Il peut imaginer pourquoi.
Mais, il n’empêche ; ce n’est pas agréable.

Cependant, il a décidé de prendre sur lui, et de conserver un discours clair, positif, optimiste et rassurant – et lui offre, à nouveau, sa main, en signe universelle de paix et d’accord.
En espérant que, cette fois-ci, cela soit suivi d’effet.
Même si cela ne démarre pas forcément bien… car la jeune fille reprend, donc, d’une toute petite voix, pour confirmer ce qu’il savait déjà ; que personne ne supporterait de subir ces folies une nouvelle fois.


« Et je refuse que de tels actes soient à nouveau commis. Ici ou ailleurs. A vous, à eux, ou à d’autres. »

Sa voix est calme et claire ; il croit à ce qu’il dit.
Il fera ce qu’il dit.


« Vous avez souffert, cela ne doit plus arriver. Mais, surtout, vous ne devez pas être placés dans une situation vous imposent de défendre… cela aussi, je le refuse. »

Autant dans l’idée que des tiers viennent maltraiter ces pauvres âmes au point de les forcer à agir – que sur le principe de laisser les victimes se faire Justice.
Un tel système ne peut pas fonctionner ; et ne peut mener qu’au pire, définitivement.

La jeune femme continue, cependant, et tout son corps exprime l’intense émotion qui s’empare d’elle. Ray reste de marbre, même s’il est touché par la situation et ce dialogue, ainsi que les révélations qu’il déclenche.
Il sourit, timidement, quand elle se présente… quand elle fait le grand pas de se raconter, de s’identifier, d’éclaircir un peu le mystère.


« Et bien… enchanté, Miss Reynolds. Ou Gypsy, si vous voulez garder ce nom – même si j’espère un autre destin que celui évoqué dans la chanson des Who. »

La référence est ancienne, et peut-être inconnue pour elle, Palmer en prend conscience ; il espère juste ne pas sentir trop vite son âge, même si son expression positive s’évapore quand elle continue, et explique l’origine de sa vision.
Il grimace, se crispe ; sent son cœur accélérer. Cela l’énerve. Cela le trouble.
Mais il prend sur lui, et demeure calme… pour elle. Pour ce qu’elle a vécu. Pour ce qu’elle n’aurait jamais dû vivre.


« Je vois… comme je vois pourquoi vous avez tout supprimé. »

Son regard coule sur les appareils, les ordinateurs.
Les données qui s’y trouvaient avaient une importance fondamentale, qui auraient pu réellement aider l’A.R.G.U.S. et les Héros, notamment dans leur gestion des prisonniers, mais… mais il peut comprendre, oui.
Cette prison fut un antre des cauchemars ; il est légitime de vouloir les supprimer. Pour qu’ils cessent de hanter.


« On fera avec, alors. Et on repartira d’une page blanche avec tout le monde – un nouveau départ. Dans tous les sens du terme. »

Atom sourit.
Ça ne l’arrange pas pleinement, mais il fera avec ; il fera en sorte que tout le monde fasse avec.


« Je… vous pardonne, pour la vision. Et je comprends, autant le réflexe, que votre décision, et surtout leurs raisons. Je suis profondément désolé que votre confiance et votre foi dans les officiels soit brisée, mais… »

Son cœur se gonfle, quand il voit Gypsy s’avancer et tendre aussi sa main.
Les deux se joignent, alors. La poignée s’accomplit.
Et un grand pas est alors franchi, dans un espoir réel de réconciliation.


« … je suis sûr qu’on peut vous prouver que tout le monde n’est pas aussi pourri qu’Amanda Waller. Elle est tombée, elle a été destituée, et elle croupit en prison.
Ce monde n’est pas forcément beau, Miss Reynolds, mais certains essayent de l’améliorer ; je pense en faire partie. Et, si vous me laissez faire, si vous me laissez une chance… »


Son sourire s’agrandit, son visage s’éclaire alors qu’il lâche Gypsy, mais sait qu’un lien plus fort est en train de se construire ; basé sur un début de confiance, au moins.

« … alors je pourrais sûrement vous prouver que les officiels et ceux qui agissent pour les autres peuvent bien faire. »

Il laisse un petit silence, pour souligner ses paroles, avant de reprendre sur un ton plus anodin.

« Bon, mes camarades gèrent et aident les vôtres… ça vous dirait, ce fameux milk-shake ? »

L’invitation est sincère.
Il est temps de faire droit à cette promesse. Il est temps de sortir d’ici.
Il est temps d’aller de l’avant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Mer 7 Mar 2018 - 11:47
La poignée de main d’Atom est ferme et plus que toutes les paroles qui ont été échangées précédemment qui ne sont que des mots. Et que même avec la meilleure volonté du monde on ne peut empêcher certains drames d’arriver .Mais on peut réparer après et c’est peut-être là le message que le Héros veut passer. Aussi la brune veut croire que tout recommence pour elle, un meilleur début qui peut être l’amènera à quelque chose de bien. Avec un peu de chance ce sera même mieux que le cirque où elle était. Mais avant tout il faut sortir et avoir un milkshake.

« Reynolds, c’est le nom de mes parents et …disons que …je n’ai pas envie de les revoir, jamais. Du coup je pourrais demander un papier officiel comme quoi j’ai plus à aller chez eux, même si je suis mineure. »

Elle se lève de sa place avec la main du héros dans la sienne Cynthia le sait, elle demande beaucoup, laisser partir une adolescente formée contre son gré par probablement la femme la plus dangereuse de l’Amérique qui pourrait avoir des griefs contre « l’establishment » et à déjà usé de ses pouvoirs envers un héros reconnu et apprécié. Définitivement Gypsy tends la corde de sa chance.

« Je connais pas la référence, je suis pas très calée niveau musique…mais je l’écouterais en pensant à vous… Vous pensez que, que je pourrais être un jour un peu comme vous ? Je sais que je commence peut-être pas forcément bien, mais … »

Gypsy lâche la main d’Atom et se dirige vers la sortie du poste de communications et de cette installation. Quand il l’absous de son action, guidée par la peur un poids se lève de sa poitrine et quelque chose d’autre prends sa place un soulagement d’un autre ordre plus psychologique qu’autre chose.

« Merci. Vraiment et pour tout. Je sais qu’il y a des gens bien…disons que j’ai juste pas eu un bon échantillon, pour le coup. »

Gypsy part dans un rire discret, comme pour exorciser ce qu’il c’est produit en ses murs et minimiser les faits. Une technique mise en place par sa psychée pour que la jeune femme puisse se reconstruire.
Mais a présent il faut qu’elle se libère de l’emprise de ce lieu.

Certains des captifs auraient pris un plaisir sans borne à le brûler ou à le détruire méthodiquement, pour expulser la colère légitime qu’ils ont envers ce lieu mais pas Cynthia.

« Je peux vous proposer une autre façon d’utiliser mon pouvoir, parce que pour tout avouer j’ai pas spécialement envie de regarder plus longtemps ces horreurs… »

A proprement parlé, ces *horreurs* n’en sont pas vraiment, c’est sans doute des bijoux de technologie pour les yeux avertis mais certainement pas pour nos deux personnes ici présentes. Sans attendre de véritable réponse, Gypsy délie ses pouvoirs avec cette fois l’idée de rendre le lieu, bucolique et printanier, aussi il n’y a pas de sol froid qui couine mais un sentier en terre un peu frais. Plus de capsules mais des arbres massifs entourés de végétation plus de plafond mais un ciel clair bien que parsemé de nuages.

Une fois sortis, la brune peu voir des tas de gens dans leur affreuse tenue orange, déstabilisés bien que soulagés et certains pleurent.Beaucoup pleurent en fait.

Des innocents arrachés à leur famille qui retrouvent une liberté qu’ils n’auraient jamais dû perdre. Certains demandent à prendre à bain , d’autres à appeler leur famille et enfin les derniers comme Cynthia réclament leur nourriture favorite.

«Je crois que l’A.R.G.U.S va devoir payer pas mal de steaks et de Milk-shakes… »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 964
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Mer 7 Mar 2018 - 14:20
Atom sourit.
Il sourit, tout simplement, car il est content – content d’avoir pu libérer une des dernières prisons secrètes d’Amanda Waller ; content d’avoir aidé des personnes en difficulté ; content d’avoir rencontré Gypsy ; content d’avoir pu obtenir sa confiance, au moins une partie, malgré tout ce qu’il a vécu.
Rien n’est encore réglé, il le sait… mais ça va dans la bonne direction ; et ça le rend, sincèrement, content.


« Un mineur peut être émancipé, à partir de seize ans, selon certaines procédures… il y a des documents à remplir, mais c’est possible. »

Sa voix demeure calme, posée ; rassurante et chaude, toujours.

« Je pourrais vous orienter vers des professionnels, pour vous aider. Ou vous aider moi-même, si ça vous dit. »

Il est sincère – il veut l’aider, vraiment. Car elle le touche, par sa situation, par son passé, par ses douleurs ; elle a souffert, beaucoup, trop même. Il est temps que ça change, et que ça aille mieux.

« Ca me permettra de vous faire entendre la chanson… subir un historique musical de quelqu’un de plus vieux, et donc de plus chiant évidemment, ce n’est pas trop payé pour être libre – avec un milkshake, non ? »

Un sourire, un trait d’humour.
Toujours.
Tous deux sortent alors de la salle de communications, et déambulent dans les couloirs, qui se sont vidés et semblent même s’être… assainis, depuis la libération. L’atmosphère change, l’ambiance s’apaise, et les gens semblent réussir à mieux respirer ; c’en est très agréable.


« Je me doute… vous avez vécu des moments très difficiles. Je ne pourrais pas les faire disparaître, et ceux avec qui je collabore non plus – mais nous pourrons vous aider à vous construire d’autres souvenirs, d’autres moments. Bien plus positifs. »

Il sourit, calmement, et acquiesce au petit rire de la jeune femme ; l’ambiance entre eux s’est aussi apaisée, et ça lui plaît.
Ils finissent par sortir de la base, retournent à l’air libre. Ils découvrent que la majorité des anciens prisonniers est déjà partie, les autres sont aidés, gérés, soignés, accompagnés, et même eux se sentent bien ; tout participe à un ensemble plus léger, plus pur. Enfin.


« Je serais ravi de découvrir vos autres capacités… mais ce sera quand vous voudrez. Beaucoup de gens mauvais vous ont forcé, Miss, et je pense que c’est maintenant à vous de décider quand et comment vous souhaitez les utiliser. »

Tous deux se figent, au milieu des blessés, des allées-et-venues de ceux qui tentent de faire au mieux ; une cacophonie grandissante les entoure.

« L’A.R.G.U.S. va tenter de s’amender, et de partir du bon pied… ça prendra du temps, mais ils y arriveront. Nous y arriverons. »

Son regard glisse sur les engins, les hommes, les femmes… les douleurs, les drames, les échecs, mais aussi les espoirs et les petites joies de l’instant ; il y a beaucoup à reconstruire, oui, mais il sait que ça fonctionnera. Car ça doit fonctionner.
Ray finit néanmoins par se détourner de cette vision, et se tourne vers Gypsy en souriant.


« Par contre… je vous propose d’aller prendre ce milkshake, okay ? J’ai mon propre vaisseau. »

De l’index, il désigne l’un des appareils posés devant l’ancienne prison…
… l’un des fameux Javelin de la Justice League.

« Je vous amènerais ensuite à l’A.R.G.U.S., pour une douche et du repos avant d’être prise en mains pour découvrir votre nouvelle vie. Ha, et au fait… »

Palmer sourit, et pose les mains sur son masque pour l’enlever, révélant son vrai visage.

« … appelez-moi Ray, okay ? »

Il l’invite, ensuite, à le rejoindre dans le Javelin.
Pour partir. Pour tourner le dos à la prison. Pour aller de l’avant. Pour avancer.
Enfin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Heureusement que chaque jour est un nouveau jour (Atom)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» À chaque jour suffit sa joie
» [Rémond, Alain] Chaque jour est un adieu.
» Chaque jour......UN PRÉNOM, choisisez votre préféré
» Question du jour....( chaque jour, une nouvelle question )
» Torchwood - Chaque jour de plus - Jack/Ianto - G

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-