Just A Feeling ~ feat. The Bat

Inscription : 21/09/2017
Messages : 184
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mar 27 Fév 2018 - 20:25
Just A Feeling
feat. Batman

15 jours.... 15 jours depuis cette nuit à Arkham... Cette nuit où j'ai cru mourir... Je ne sais pas ce qu'est devenu Dent, je ne sais pas ce que B. en a fait et ça me rend folle... 15 jours que je ne peux pas sortir la nuit et enfiler mon costume... J'ai passé une semaine à l'hôpital, ils ont cru me perdre plusieurs fois mais c'est mal me connaître. Je sais que j'ai eu beaucoup de chance que la lame n'ait pas touché un organe important... J'ai eu de la chance, dommage pour Double Face.

Allongée sur mon lit, je fixe le plafond de mon petit appartement... Le néon de l'hôtel d'en face donne une couleur rouge à la pièce, ça a son petit côté charmant. Isis est couchée sur le lit, près de moi... C'est la seule qui m'a jamais déçue dans la vie... Nonchalamment, je lui caresse la tête, elle se met à ronronner, je souris. Je ferme les yeux et je pose une main sur le pansement sur mon ventre. C'est encore douloureux mais je prend sur moi. La plaie à mon mollet n'est plus qu'un lointain souvenir, ils en ont profité pour me faire des points, heureusement pour Batman, la cicatrice n'est pas trop visible.

Je remonte les draps sur moi, je frissonne alors que je sens une légère brise venir me caresser la peau. Je me met sur le côté, face à la fenêtre. C'est calme dehors, j'entend quelques sirènes de police au loin mais rien à voir avec les ivrognes qui se battent souvent dans la rue... Je ferme les yeux une nouvelle fois, j'essaye de trouver le sommeil... Les médecins ont voulu me donner des cachets mais je les ai tous jeté. Hors de question qu'on me gave de toutes ces cochonneries... Au bout de plusieurs minutes, à tourner et virer dans mon lit, je finis par m'asseoir sur le rebord de ce dernier. La tête entre les mains, je pose un pied sur le sol. Isis doit sentir que quelque chose me contrarie puisqu'elle ne tarde pas à venir se frotter contre moi... Je la caresse et je lâche un soupir...

"Allons nous chercher un peu de lait belle minette... ça nous fera peut-être du bien..."

Je me lève et enfile une veste par dessus mes sous vêtements. Je me dirige vers le frigo sans allumer la lumière. J'attrape une bouteille de lait et j'en vers dans la gamelle de ma minette avant d'en avaler une gorgée directement à la bouteille. Nouveau courant d'air, mais cette fois je ne frissonne pas... Je m'essuie la bouche d'un revers de la main et je range la bouteille.

Isis feule, ce qui me confirme ce que je pense... Je ferme la porte et je m'adresse à la présence qui se trouve chez moi...

"Tu peux sortir de ta cachette, ça prend pas avec moi..."

Je me tourne vers l'endroit que fixe Isis et je plisse les yeux. Je sais qu'il est là, je sais très bien reconnaître ces petits courants d'air qui l'accompagnent... et je sais aussi que ce n'est pas la première fois qu'il vient me voir depuis Arkham...
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 762
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 28 Fév 2018 - 11:00
La nuit est sombre, fraîche.
Gotham City se remet des terribles difficultés subies récemment, mais les criminels ne prennent pas de repos, et tentent surtout de profiter de la situation pour s’enrichir, gagner en pouvoir, bref dominer autrui.
Ils n’y arriveront pas, car une ombre rôde toujours sur la ville ; et si l’entité qui impose un régime de peur et de ténèbres sur la cité n’est pas seule, c’est bien son aura et sa puissance inégalées qui terrifient essentiellement les criminels.

Le Batman rôde.
Sur la ville, sur les toits, dans les rues, dans les allées, dans les impasses.
Partout.
Sans prendre de repos, et sans s’arrêter.
Même s’il peut, aussi, s’accorder quelques pauses.

Ainsi, alors que des sirènes se font entendre, qu’une urgence a lieu quelque part, le Chevalier Noir ne se précipite pas pour y répondre ; il reste où il est.
Il observe. Il étudie. Il analyse.
L’appartement en face duquel il se trouve. Le logement, petit mais propre, faiblement meublé mais chaleureux, qu’il connaît bien ; dont il connaît, surtout, très bien la propriétaire.


« Humf. »

Un soupir s’échappe de ses lèvres ; il est troublé. Il hésite.
Quinze jours plus tôt, il a retrouvé Catwoman devant l’Asile d’Arkham, après l’annonce d’une mutinerie menée par Harvey Dent – l’ancien procureur devenu criminel et surtout fou et qui, mû par une démence absolue, a enlevé, torturé puis tué leur bébé, leur faisant croire que l’enfant qu’ils avaient était le vrai ; alors que ce n’était qu’un bébé perdu, mais aussi empoisonné et condamné d’avance.
Un affrontement terrible a eu lieu entre Selina et Bruce, sur le destin réservé à Harvey ; et si lui a cédé à ses penchants, en torturant Dent, il ne l’a pas tué. Ce qu’elle n’a pas accepté.

Une haine est née dans le cœur de la jeune femme, qui a voulu stopper la mutinerie pour tuer l’ancien Double-Face ; Bruce l’en a empêché, et un combat commun a eu lieu… durant lequel Selina fut lourdement blessée.
Il l’a sauvée. Ainsi que Jane Doe, Calendar Man et même Gueule d’argile.
Mais pas Harvey.

Et si les travaux demeurent en cours, si le corps n’est pas encore retrouvé, Bruce sait au fond ce que lui voulait, au moment de le laisser face à l’éboulement du sol ; il voulait qu’il meure, et a agi pour cela.
Un autre soupir glisse de ses lèvres, alors qu’il prend sa décision, en apercevant Selina qui se lève.
Sans un mot, sans y réfléchir, le Chevalier Noir glisse via un filin, se colle contre une fenêtre, l’ouvre discrètement, et pénètre dans l’appartement ; quelques pas lui suffisent pour rejoindre la cuisine, et il laisse sa discrétion faillir légèrement pour qu’elle le sente, le perçoive.
Ce qu’elle ne manque pas de faire, évidemment.


« Je sais. »

Sa voix, modifiée par son masque, s’élève lentement, et brise un silence frais. Il approche, s’échappe des ombres, et retire lentement sa cagoule…
… pour révéler son allure, et son visage démasqué, avec une petite barbe naissante.

« Je n’ai jamais pu te cacher grand-chose… même si tu as souvent eu la politesse de me le laisser croire. »

Il fait entendre sa vraie voix, et esquisse un micro-sourire.
La situation est difficile, terrible.
Tous deux ont une histoire, un historique ; puissant. Ils ont des sentiments, encore, et profonds. Mais un fantôme, un véritable fantôme s’est installé entre eux, et cette plaie ne pourra jamais être pleinement refermée.


« Tu vas mieux. »

Souligner l’évidence, pour gagner du temps.
Il le savait, en fait, déjà. Il n’a cessé de la surveiller, de la visiter, à l’hôpital et même ici ; il a gardé un œil sur elle. Pas uniquement parce qu’il s’inquiétait des blessures que lui a occasionnées.


« J’en suis… content. »

Une vérité, réelle et sincère.
Mais qui ne suffira sûrement pas à détendre l’ambiance.
Des choses doivent être dites, des sujets abordés. Maintenant qu’ils sont plus calmes, plus posés – que le pire a eu lieu, plusieurs fois, cette terrible discussion, qu’ils appréhendent depuis des semaines, peut se dérouler. Enfin.
Hélas, aussi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 184
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mer 28 Fév 2018 - 17:02
Just A Feeling
feat. Batman

Gagné, je ne me suis pas trompée, il est bel et bien là. Oh je sais que ce n'est pas la première fois qu'il vient me voir, je sais aussi qu'il est venu à l'hôpital... A chaque fois je faisais semblant de dormir... Même chose quand je suis revenue à la maison... toutes les fois où je le sentais, où je sentais sa présence, je faisais semblant de dormir. J'aurai pu lui parler, lui poser des questions, lui dire de rester, mais je ne l'ai pas fais... pourquoi faire de toutes façons ? Pour qu'il me mente une nouvelle fois ? Autant m'épargner ça... Silencieuse, je vais m'installer dans le gros fauteuil qui lui fait face. Assise en tailleur, je fais signe à Isis de venir me rejoindre, ce qu'elle fait immédiatement. Nous le fixons toutes les deux, d'un regard perçant.

Bruce retire son maque et me lance une petite remarque sur le fait qu'il n'a jamais vraiment pu me cacher quoi que ce soit. Je frissonne... Le fait que Dent soit encore vivant, il a très bien réussi à me le cacher... je pourrais lui dire, mais je suis épuisée. Fatiguée de toutes ces querelles, fatiguée de toute cette histoire... Je préfère ne pas relever et je me contente de hocher la tête. Tout en caressant la tête de mon chat, je lui dis...

"Si j'avais su que tu viendrais encore, je me serais un minimum habillée..."

Je ne vais pas aller me changer pour autant. Je me contente juste de tenir la veste un minimum fermé par dessus mes sous vêtements. Après tout, il m'a déjà vu habillée comme ça et même nue alors ce n'est pas moi que ça va déranger. Si ça lui pose problème il n'a qu'à détourner la tête ou le regard. Il affiche un petit sourire... moi qui en temps normal lui en aurais renvoyé un, je m'abstiens. Mon visage est fermé, les traits tirés par la fatigue accumulée de ces derniers jours.

En tout cas, si quelqu'un vient à entrer chez moi à ce moment précis, il pourra sans soucis sentir l'ambiance pesante et tendue... Je sais très bien où cette visite nocturne va nous mener et ça me file un mal de ventre rien que d'y penser. Il souligne mon état de santé, je ne dis rien là non plus. Il me fait savoir qu'il est content de voir que je vais bien, cette fois, je répond.

"Je suis sûre que tu le savais déjà..."

Je finis par me lever de mon fauteuil. Je lui passe à côté, silencieux et le pas léger puis je vais me placer devant mon miroir. Ma main se pose sur le pansement qui décore mon ventre... J'attend quelques secondes, je prend une inspiration et je le retire lentement. Ça tire, c'est encore sensible par endroit mais je serre les dents. D'un geste nonchalant, je fais tomber le pansement dans la petite corbeille à côté. Sans me détourner de mon reflet, de son reflet, je m'adresse à lui...

"Tu tombes bien, il faut me refaire le pansement..."

Retarder l'inévitable, toujours. Sans un mot de plus, je quitte ma position et je vais m'allonger sur le lit après avoir fais tomber la veste sur le sol. D'un geste de la main, je lui montre où se trouve tout le matériel nécessaire...
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 762
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 1 Mar 2018 - 8:50
Une tension puissante, étouffante s’installe dans l’appartement de Selina Kyle.
Démasqué, debout, Bruce fait face à la jeune femme – et fait le choix, volontaire, de ne rien dire, rien faire sans son accord ; par respect, mais aussi par expérience. Elle ne supporterait guère qu’il prenne trop d’initiatives chez elle, alors autant faire preuve de prudence.

Cependant, il ne peut empêcher son regard de suivre sa silhouette, fine et attirante malgré la veste qui la recouvre, lorsqu’elle s’avance vers un fauteuil.
Elle s’y assoit, rejointe rapidement par son animal préféré ; Isis, qu’il n’a jamais forcément apprécié, tout simplement car le chat n’a pas toujours démontré son affection pour ce visiteur souvent gêneur.


« Si je t’avais prévenu de ma venue, t’aurais-je trouvé ici ? »

La voix est calme, la réponse est douce ; mais le contenu clair.
Au fond, il sait très bien que Selina n’aurait pas été là, à son arrivée, s’il l’avait prévenue. Si leurs rapports sont un peu plus cordiaux, des tensions terribles demeurent, notamment sur leur fille et le traitement de son assassin.
Si elle l’avait pu, elle aurait sûrement choisi d’être ailleurs ; et lui doit bien avouer qu’il aurait fait le même choix à sa place.
Lâche mais honnête.


« Et tu connais mes habitudes. Je ne préviens pas, ni de mes arrivées, ni de mes départs. »

James Gordon peut le confirmer. L’ombre d’un sourire glisse sur son visage, mais s’évapore rapidement ; son regard, lui, demeure fixé devant lui, sur elle.
Elle est en petite tenue, et la décence impliquerait qu’il détourne les yeux… il ne le fait pas.
Ils se connaissent trop. Ils sont trop intimes. Ils ont trop de vécu, d’histoire, d’histoires pour cela. Il ne détournera pas le regard ; il ne le fera plus.


« Je le savais, oui. J’ai… cherché à le savoir. Je me suis organisé, pour le savoir.
Mais je demeure… content que tu ailles mieux. Sincèrement. »


Il dit vrai : même s’il n’a cessé d’aller et venir, même s’il n’a cessé de la surveiller, et de hanter sa guérison comme une ombre, ses sentiments sont réels. Il est rassuré et soulagé de la voir ainsi, en meilleure forme, et sur la voie du rétablissement ; au moins physique.

Selina, néanmoins, décide de couper court à l’embryon de dialogue qui s’installait… comme à son habitude, elle surprend et trouble.
Elle se lève, se redresse, glisse à ses côtés, et provoque un micro-tremblement par le simple passage de son aura. Il la suit des yeux, fasciné, avant de grimacer légèrement quand elle enlève son pansement.
Il relève enfin son regard vers son visage quand elle lui parle, et il fronce doucement les sourcils en réaction.


« Je ne suis pas infirmier. J’ai quelqu’un, pour cela. »

La réplique, une nouvelle fois, est prononcée sans agressivité, malgré un contenu un peu sec.

« Mais je peux pallier les absences. »

Sans un mot de plus, il s’approche et la force à se caler contre un meuble, droite et redressée.
Il s’accroupit, alors, et récupère pansement, compresse et pommade ; il ne lui faut que quelques secondes pour nettoyer la plaie, la sécher, la caresser avec le produit adéquat, puis la recouvrir.

Ses gestes sont sûrs, professionnels ; calmes et compétents.
Mais son esprit est troublé, car son corps réagit à cette proximité, si directe et qui rappelle tant de souvenirs et d’envies qui n’ont rien d’anciennes… mais aussi sa responsabilité dans tout ceci ; dans la blessure.
Dans les blessures.


« Humf. »

Il soupire, et se redresse – avant de plonger les yeux dans ceux de la jeune femme.

« Je suis ravi que tu ailles mieux… et d’aider, aussi. Mais tu sais que ce n’est pas pour cela que je suis là.
Tu sais pourquoi je suis ici. »


Sa voix se fait plus sérieuse, plus appliquée.
Helena. Harvey. Eux.
Leurs fantômes. Leurs ombres. Leurs drames.
Il est temps d’en parler.
Il est temps d’avancer, enfin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 184
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Jeu 1 Mar 2018 - 11:48
Just A Feeling
feat. Batman

Il a sûrement raison, si il m'avait prévenu de sa venue, je ne serai peut-être pas restée chez moi... ça a toujours été comme ça entre nous, ce petit jeu du chat et de la souris... Je ne répond pas à sa remarque, préférant ainsi taire ma réponse même si je sais qu'il doit très bien savoir ce que signifie ce silence. On se toise, on s'observe sans que ni lui ou moi tentions quoi que ce soit. Je sais qu'il faut qu'on parle, je sais qu'il faut qu'on crève cet abcès qui nous bouffe et qui nous fait du mal mais aussi bien lui que moi, nous ne sommes pas doués pour ce genre de discussion... Il essaye bien de lancer quelque chose mais comme à mon habitude, au lieu de répondre et de continuer, je préfère créer une "diversion".

C'est donc à ce moment là que je lui demande de s'occuper de mon pansement. Je sais, ce n'est pas vraiment le moment et je lui coupe un peu l'herbe sous les pieds mais que voulez vous, j'ai toujours été comme ça... spontanée et j'en ai marre des confrontations, des disputes. Comme à son habitude, il me fait savoir qu'en temps normal ce n'est pas lui qui s'occupe de soigner ses plaies. Je lâche un soupir et je regarde autour de nous quelques instants avant de le fixer de nouveau.

"Oui, mais Alfred n'est pas là, donc tu n'as pas le choix..."

Ce bon vieux Alfred a toujours été là pour couvrir ses arrières, pour s'occuper de lui et de ses caprices... Je crois même, j'en suis sûre, que Alfred est une des rares personnes qui sachent lui faire entendre raison, mais ça, c'est une autre histoire...

Bruce m'oblige à me caler droite contre le meuble le plus proche. Je ne dis rien et pour une fois, j'obéis sans résister... Je ferme les yeux et je me mordille les lèvres alors qu'il s'accroupit devant moi pour s'occuper de ma plaie. Je reste silencieuse alors que ses mains s'occupent de nettoyer, de sécher et de panser ma plaie. Je frissonne alors qu'elles touchent ma peau. Je suis troublée... j'avais presque oublié ce contact... je passe une main dans mes cheveux courts et j'essaye de me donner une certaine assurance. Ma respiration est rapide, je sais qu'il l'entend et je sais aussi qu'il est aussi troublé que moi... Mais contrairement à moi, il est plus doué pour cacher ce qu'il ressent.

Au bout de quelques minutes, il se redresse. Je ne dis rien, je me contente seulement de fixer mes yeux dans les siens. Le silence s'installe quelques secondes avant que Bruce ne décide de le rompre. Ses mots résonnent dans ma tête... oh je sais qu'il n'est pas là seulement pour refaire mon pansement... J'ai la gorge qui se noue, le ventre qui se serre quand il me demande si je sais pourquoi il est ici.

Je me baisse pour ramasser ma veste et je l'enfile avant de m'asseoir sur le bord de mon lit. Je laisse s'échapper quelques secondes et je lève les yeux vers lui. Je tapote délicatement sur le lit, à côté de moi, pour l'inviter à venir s'installer. Il me donne le tournis à tourner en rond dans la pièce.

"Oui..."

Ce seul et unique mot est lâché dans un souffle. Je baisse les yeux... Le moment tant redouté, le moment qu'on a cherché tout les deux à éviter... Cette fois, on ne peut plus reculer, on doit parler, on doit mettre tout à plat... Je finis par lever les yeux vers lui... Je devrais peut-être être en colère, mais ce n'est plus le cas... Depuis Arkham, je passe la plupart de mes nuits à pleurer, à pleurer tout ce que j'ai perdu... mais ça je ne veux pas lui dire... je ne veux pas lui montrer à quel point je ne suis pas bien.... à quel point il me manque...

"Tu as raison, il faut qu'on parle..."

Je remonte mes jambes et je pose mon menton sur mes genoux... Ça y est, on ne peut plus reculer...
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 762
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 1 Mar 2018 - 16:03
Un micro-sourire perle sur les lèvres de Bruce, quand Selina évoque Alfred.
Alfred. Alfred Pennyworth.
Son majordome. Son infirmier. Son mécano. Son cuisinier. Son allié. Son mentor. Son confident. Son père, définitivement.
Peu connaissent son existence, encore moins son importance ; Selina fait partie de ceux qui disposent de cette connaissance, et ça ne le gêne guère. Il lui fait confiance.


« Alfred aurait accompagné les soins de quelques remarques ou de vieilles anecdotes. Je n’ai malheureusement ni son talent médical, ni son tact verbal. Il faudra te contenter de moi. »

Malgré tout ce qu’ils ont vécu, tout ce qu’il s’est passé… il lui fait confiance.
Et cela ne changera pas.

Les soins débutent et avancent, donc. Bruce se concentre sur sa tâche, essayant de chasser les différents éléments qu’il relève – l’odeur de Selina, la douceur de sa peau, les frissonnements communs au contact ; tout.
Il tente de tout chasser, pour ne se concentrer que sur son activité ; il tente, oui. Ça ne fonctionne pas entièrement, même s’il se discipline autant que possible, ce qui implique hélas de se couper du reste.

Il ne ressent pas, donc, le trouble également subi par Selina ; et pense, bêtement, qu’il est seul à ressentir ces moments, ces bouffées, ces envies, ces besoins.
Il se redresse, alors, et le silence jusque-là concentré et plein de possibilités se transforme… en tension.

Ils se figent. Ils se fixent. Ils s’étudient.
Puis il parle, oui.
Puis elle se décale, se décolle, s’enfuie vers son lit, en récupérant sa veste, avant de s’asseoir – pour se tourner vers lui.
Et l’inviter à la rejoindre.

Elle baisse les yeux, et murmure un mot… une syllabe ; un accord, une confirmation.
Le temps est venu.
Elle remonte les jambes sous son menton, laisse son regard se perdre – mais accepte. Le dialogue. La proposition. Et l’échange, surtout.


« Hem. »

Bruce grogne, par réflexe, puis sent son cœur s’accélérer.
Il a peur. Il appréhende.
Il est terrorisé, même, à l’idée de se lancer là-dedans… mais il n’a pas le choix ; il n’y a plus de choix. Il faut s’y confronter, enfin.


« Merci. »

Il s’avance, s’approche, puis s’assoit. Leurs jambes se frôlent, se collent ; leurs yeux sont dans le vague, leurs respirations difficiles… leurs sentiments, troublés, sont communs.
Puis il parle.


« Je… ne l’ai pas sauvé. »

Sa voix est blanche. Calme, posée, mais mue par une émotion réelle, certaine.

« Le sol s’écroulait. Le carrelage tombait. Le trou s’étendait. Et je l’ai jeté.
Pas dedans, mais à côté. A côté. Et je lui ai dit. »


Il soupire, puis secoue la tête en la baissant.

« Je ne te tuerais pas, je lui ai dit. Mais je ne te sauverais pas… et je ne l’ai pas sauvé. »

Il passe ses mains dans ses cheveux, puis pose ses coudes sur ses cuisses.

« Après… tout ce qu’il a fait… ce qu’il t’a fait… ce qu’il lui a fait, je… je ne pouvais pas.
Je ne pouvais pas le tuer. Mais je ne pouvais pas le sauver. »


Un autre soupir, profond, s’échappe de ses lèvres.
Il est rongé. Rongé par l’événement. Rongé par la culpabilité. Rongé par l’acte. Rongé par ce qu’il veut dire de son serment, de ses valeurs…


« Et je ne regrette pas. »

… et de lui, surtout.
Bruce a laissé mourir quelqu’un – ou, en tout cas, il n’a pas agi pour sauver quelqu’un ; et il ne le regrette pas.
Mais il ne l’accepte pas, car le Batman doit être meilleur ; et il ne l’est pas.

Il est perdu, alors, mais ne vient pas chercher l’assentiment ou l’aide, ici. Il vient parler à la mère de leur enfant décédé, du trépas de l’assassin responsable ; du décès que lui a organisé, ou en tout cas laissé faire.
Rien d’autre. Pour le moment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 184
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Jeu 1 Mar 2018 - 17:12
Just A Feeling
feat. Batman

Batman... Bruce reste debout face à moi de longues secondes après que je lui ai demandé de venir s'asseoir près de moi. L'ambiance dans la pièce a changé mais je ne saurais pas vraiment dire ce qu'elle est devenue. Il y a toujours de la tension, certes, mais il y a aussi autre chose... je ne sais pas quoi... est-ce que c'est ça que ressente les parents d'un enfant décédé ? c'est ce genre d'ambiance qui les entoure quand ils font leur deuil ? on a pas eu l'occasion, Bruce et moi, de traverser cette étape tout les deux et je crois que c'est une des choses que je regrettent le plus... Au lieu de se soutenir, on s'est évité et ça n'a fait que renforcer ce sentiment de solitude et cette tristesse. Je laisse échapper un soupir alors que je me met à penser à ce qui aurait pu être différent si nous avions fait les choses différemment...

C'est voix de Bruce qui me sort de ma torpeur. Il s'est finalement décidé à venir s'installer près de moi et cette proximité me fait un bien fou. Il a cette façon bien à lui de m'envelopper de chaleur... on a peut-être pas la meilleure relation qui soit mais je sais que j'en souffrirai si je ne l'avais pas... Nos jambes se touchent mais ce contact ne me dérange pas, bien au contraire... Je tourne les yeux vers lui alors qu'il se met à parler... je l'écoute avec attention alors qu'il me parle de ce qu'il s'est passé durant cette fameuse nuit à Arkham... durant la nuit où j'ai failli tuer Dent et où il a failli me tuer... je l'écoute sans l'interrompre. C'est seulement une fois qu'il a terminé de parler que je décide de me lancer...

"Pourquoi ?"

Je marque une pause avant de reprendre, le souffle court.

"Pourquoi ne pas l'avoir fait avant ? Pourquoi m'avoir menti ?"

Cette question me brûle les lèvres depuis tellement de temps... j'ai besoin de savoir pourquoi il a fait ça, pourquoi m'a t'il caché la vérité sur Dent... Oh je sais très bien ce qu'il va me répondre et je préfère le mettre doucement en garde à ce sujet.

"Et ne me dis pas que c'était pour me protéger... tu me l'as déjà donné cette réponse..."

Je suis calme, ma voix est calme et douce, ce qui tranche parfaitement avec mon comportement d'il y a 15 jours... même moi je ne me reconnaissais pas... j'avais totalement perdu pieds et sombré dans la folie...

"Pourquoi on a pas su traverser tout ça sans tout le monde..."

Je lève les yeux vers lui, cette fois, ils sont pleins de larmes. Je pose ma main sur sa jambe et je lâche un soupir.

"Je me suis sentie tellement seule Bruce... j'aurai tellement voulu que tu sois là, qu'on traverse ça ensemble..."

Je marque une pause et de ma main libre, je viens essuyer les larmes qui coulent. Je n'aime pas être dans cet état, je me sens faible... et je n'ai pas pour habitude de le montrer... Sans le regarder, je continue.

"Est-ce qu'il t'arrive d'aller la voir... je veux dire... sa tombe..."

Je ferme les yeux et je prend une profonde inspiration pour étouffer un nouveau sanglot.

"J'y vais toutes les nuits...dés que je peux..."

Ça c'était mon secret et même Bruce n'en savait rien... Toutes les nuits, bien que je sois en costume je me rend au cimetière pour aller sur sa tombe. J'y passe le plus de temps possible même si j'en ai pas souvent l'occasion... Seulement là dans mon état, je n'y suis pas allée depuis quelques temps...
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 762
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Ven 2 Mar 2018 - 17:25
Le silence est terrible, et la tension absolue entre eux ; ils souffrent. Ils en souffrent.
Mais ils ne fuient pas, cette fois-ci. Ils affrontent leurs peurs, leurs douleurs, leurs drames ; ils affrontent leurs difficultés. Ils s'affrontent.
Mais sans violence, sans agressivité, sans auto-destruction. Ils collaborent, échangent, et s'ouvrent. Enfin.


"Pourquoi... pourquoi je ne l'ai pas fait avant ?"

Bruce soupire.
Assis à côté d'elle, partageant une proximité physique mais aussi mentale, il respire difficilement - mais parle, malgré tout. D'une voix faible, mais continue.


"Parce que je ne le pouvais pas. Parce que je ne pouvais pas me permettre de tuer, de tuer quelqu'un ; alors j'ai fait autrement.
Après... après tout ce qu'il a fait, je voulais le tuer. Au fond, je le veux toujours. Mais je ne l'ai pas fait. Quand je l'ai trouvé, quand je l'ai retrouvé - je voulais le tuer ; mais je ne l'ai pas fait.
Je l'ai frappé. Je l'ai tabassé. Je l'ai fait hurler. Je l'ai fait demander pitié... mais je ne l'ai pas tué. Je ne pouvais pas. Mais j'ai voulu faire... quelque chose, autrement. Je lui ai brisé sa pièce, je l'ai tatoué, je l'ai scarifié. J'ai voulu l'anéantir, comme... il l'a fait, pour nous."


Il parle, oui. Il explique.
Mais il ne peut pas la regarder.


"Je pensais que ça serait suffisant - pour moi, pour lui. Pour toi. Mais j'ai su que non... dès que j'ai quitté Harvey, j'ai su que non. Une... mère ne pourrait pas accepter ça ; juste, ça.
Alors je t'ai menti. Alors je n'ai quasiment rien dit, et je t'ai... laissé croire ce que tu voulais. C'était une erreur, mais... je ne savais pas quoi dire. Pas quoi faire."


Il soupire, et secoue la tête, le regard toujours dans le vide.

"Je l'ai fait... pas pour toi, en fait. Pour moi. Pas pour te protéger - mais pour me protéger."

Il se penche en avant, légèrement, puis hausse les épaules quand elle l'interroge ; lui aussi s'est demandé cela, s'est laissé happer par ces questions.

"Je pense que... personne ne sait comment gérer ça. Je pense qu'aucun parent ne sait comment gérer ça. Et je pense, aussi, que... nous... nous deux... nous sommes trop... différents, pour être comparés aux autres. Je..."

Un léger frisson parcourt son échine.
Puis Bruce se tourne - et plonge, pour la première fois depuis plusieurs minutes, son regard sur Selina.


"J'étais seul, aussi. Nous aurions dû... être ensemble. Je le regrette."

Un sourire triste glisse sur son visage, avant qu'il n'acquiesce doucement aux prochaines paroles de la jeune femme. Il la voit pleurer, essuyer ses larmes, mais ne réagit pas ; il voudrait, pourtant. Il voudrait la prendre dans ses bras. Il voudrait la consoler.
Mais non. Pas maintenant. Pas encore, peut-être, si jamais cela pourrait revenir ; mais ils en sont encore loin.


"J'y vais, oui. J'y vais..."

Il soupire - puis lève sa main.
Et la pose sur le genou de la jeune femme.


"Mais... ce serait mieux..."

Un sourire, encore triste mais sincère, apparaît sur ses lèvres.

"... d'y aller. Ensemble."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 184
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Ven 2 Mar 2018 - 23:47
Just A Feeling
feat. Batman

Je baisse les yeux alors qu'il me répond... je fais ce que je peux pour calmer mes pleurs, je ravale mes larmes, je les essuie d'un revers de la main. C'est bizarre mais depuis quelques secondes, depuis qu'il a commencé à me donner des explications enfin valables, je me sens soulagée... A un certain moment, j'avais peur de ne jamais les avoir ces explications et bon dieu, à ce moment précis je le remercie d'avoir enfin bien voulu cracher le morceau. Je sais, je le connais, je sais comment il fonctionne mais bon sang pourquoi ne me l'a t'il tout simplement pas expliqué ? Je ferme les yeux, mon visage toujours posé sur mes genoux. Le néon de l'hôtel éclair toujours le petit studio de sa lumière rouge. Dehors tout a l'air calme et j'apprécie... je crois même que c'est la première fois depuis pas mal de temps que je me sens enfin bien, enfin sereine, enfin apaisée... cette boule au ventre a disparu rien que de connaître le fin mot de cette histoire...

Puis vint ensuite le moment où je lui demande pourquoi nous n'avons pas fais comme tout le monde, pourquoi nous n'avons pas été capable de nous aider, de nous soutenir... Tout comme moi il n'a pas la réponse... mais il a raison, nous sommes trop différents... nous n'avons pas la même vie que tout ces parents... alors que je commence à calmer mes sanglots, Bruce me fait un aveu, un aveu qui aurait pu changer tellement de choses entre nous, un aveu qui nous aurait certainement éviter toutes ces batailles, toute cette colère... Lui aussi il regrette... il regrette que nous n'ayons pas traversé tout ça ensemble. C'est le coup de grâce et je continue de me dire que nous avons tout fait de travers... est-ce que tout aurait été différent si on avait fait ça tout les deux, ensemble ? Au combat, je sais qu'à deux on est presque invincible... on se complète et on a cette facilité déconcertante à se comprendre... mais est-ce que dans des situations comme celle-ci, comme la mort de notre fille, les choses se passeraient de la même façon ? Là encore je n'a pas la réponse et j'avoue que je ne sais pas si tout se déroulerait aussi bien...

Bruce me dit que lui aussi se rend sur la tombe d'Helena. Je m'en doutais un peu mais j'avais besoin de l'entendre me le dire... Le silence se fait le temps de quelques secondes, puis il rajoute, après avoir posé sa main sur mon genou, que ce serait sûrement mieux si on y allait ensemble. Je lève les yeux vers lui et le léger sourire qui est dessiné sur son visage me fait sourire. Je pose ma main sur la sienne et je lui souris en retour...

"Tu as raison... on lui doit bien ça non ?"

J'essuie mon visage... Isis sait que quelque chose ne va pas puisqu'elle finit par me rejoindre sur le lit. Je la caresse nonchalamment et elle se met presque immédiatement à ronronner...

"Merci de m'avoir dit tout ça..."

Je ne vais pas lui dire que j'aurai aimé savoir tout ça dés le départ, il le sait déjà et ce soir, je n'ai pas envie qu'on se dispute. J'ai envie qu'on se conduise comme des gens normaux... autant que cela est possible.

"Ça m'a fait du bien de te l'entendre dire..."

Lui aussi il a souffert, lui aussi il a essayé de se forger une carapace mais malheureusement, tout comme la mienne, elle a ses faiblesses... Le voir me fera toujours penser à elle mais ce n'est pas pour autant que je vais continuer de l'éviter. C'est fou, mais j'ai tellement besoin de lui... Sans rien dire, je vais poser ma tête sur son épaule. Rien de plus, je veux juste sentir sa présence près de moi et ce léger contact m'aide. Je n'attend rien d'autre de sa part, juste qu'il soit là, près de moi... c'est tout...

"Reste avec moi... s'il te plaît..."

Je n'ai pas envie d'être seule, pas ce soir... Je sais que je lui demande beaucoup mais je n'ai pas envie de le voir partir une nouvelle fois...
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 762
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Lun 5 Mar 2018 - 13:19
Bruce conserve son regard sur Selina.
Le moment est terrible, intense ; il est plein de regrets, de douleurs, d’actes manqués, de paroles jamais prononcées, et de souffrances absolues.
Mais l’instant est pur, aussi. Et permet, enfin, de reconstruire, de réparer, de cicatriser… au moins un peu. Au moins de débuter le processus.


« On lui doit énormément. »

Sa voix est douce, mais faible.
S’il est ravi de pouvoir bénéficier d’un fils naturel, de Damian, il a conscience qu’il ne pourra jamais compenser les années d’enfance qu’il a manquées. Et si un autre enfant n’a pas vocation à rattraper le temps perdu pour un autre, Bruce espérait pouvoir, avec Helena, avoir une parentalité normale… être un père, vraiment.

Faire bien les choses, enfin.
Mais non.
Cela lui a été refusé, interdit ; enlevé. Et il a conscience qu’il ne s’en remettra jamais vraiment.


« De ne jamais l’oublier. De ne jamais l’abandonner. Et, toujours, de la chérir… »

Il sourit, tristement.
Alors qu’elle essuie son visage, qu’elle chasse les larmes, qu’elle accueille son chat qui a senti sa détresse, lui ne peut offrir que cette expression simple – mais chaleureuse, espère-t-il.


« C’est… normal. Ça m’a semblé… juste, de le dire. »

Bruce n’est pas doué avec les sentiments, encore moins avec les mots ; mais il est satisfait d’avoir pu ainsi énoncer ses vérités, de s’être ouvert.
Il en avait besoin ; elle aussi, surtout.


« Hem. »

Il soupire, discrètement, quand elle vient poser sa tête sur son épaule.
Et ferme les yeux, doucement, quand le contact se créé – quand une parenthèse agréable s’instaure, confirmée par les quelques mots murmurés par la jeune femme.
Reste, demande-t-elle. Reste, supplie-t-elle.


« Je… »

Au loin, des sirènes se font entendre. Au loin, des innocents sont en danger. Au loin, des crimes sont commis, des monstres courent, des innocents sont menacés.
Au loin.


« Oui. »

Au loin, des urgences sont en cours – mais ses proches gèrent.
Et elle a besoin de lui.
Comme il a besoin d’elle.


« Je reste. »

Lentement, il se recule sur le lit – puis se couche, et entraîne Selina avec lui.
Tous deux sont couchés, l’un à côté de l’autre, et partagent un moment tendre ; calme, de douceur et de tendresse.
C’est rare, pour eux. C’est inhabituel, même.
Mais ça fait du bien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 184
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Lun 5 Mar 2018 - 15:49
Just A Feeling
feat. Batman

Même si c'est douloureux, même si j'aurai préféré ne pas avoir à le faire, je commence peu à peu à me faire à l'idée que je ne serai peut-être pas maman. Et plus les jours passent, plus je me dis que c'est sûrement une bonne chose. Je ne suis pas sûre d'être le genre de personne fait pour ça... Je ne pense pas être capable de pouvoir gérer une autre personne, une si petite personne... Oh Helena serait là, je ferai tout ce que je peux pour la rendre heureuse... Malheureusement, elle n'est plus là et je n'ai pas eu l'occasion de savoir ce que je vaux dans le rôle de maman. La tête posée sur l'épaule de Bruce, je lâche un soupir et je ferme les yeux quelques secondes. Le ventre serré, la gorge nouée, je lâche ces quelques mots. C'est quelques mots qui pour moi ont un sens et ne sont pas prononcés à la légère. Je sais très bien ce qu'il pense de nous, de notre relation, il ne s'est pas gêné pour me l'exprimer la dernière fois... Pourtant, tout au fond de moi, une petite part de moi continue d'y croire et d'espérer. Espérer quoi je n'en sais rien, certainement une petite part de bonheur...

C'est donc fébrile que j'attend qu'il me donne sa réponse, qu'il me dise si oui il reste avec moi cette nuit ou si il préfère me quitter comme toujours. Et je sais que si il décide de ne pas rester, le supplier ne servira à rien... Je ne suis pas du genre à me mettre à genoux et à supplier mais ce soir, la donne a changé, ce soir j'ai envie de passer du temps avec lui... ce soir j'ai envie qu'on soit autre chose que Catwoman et Batman... Ce soir, j'ai juste envie qu'on soit Selina et Bruce... Il prononce un mot puis des sirènes se font entendre un peu plus loin dans la ville. Il va aller voir j'en suis convaincue, il ne peut pas s'empêcher... Je ferme les yeux une nouvelle fois, j'attend qu'il me dise qu'il doit partir, qu'il me dise qu'il ne peut pas rester mais rien... Au lieu de ça, il prononce un "oui"... ce simple mot, ce tout petit mot a un effet immédiat. Ce simple mot à la capacité de m'insuffler une petite dose de bonheur... Je ferme les yeux, soulagée de l'avoir entendu me dire qu'il restait. Ma tête toujours posée sur son épaule, je souris, je souris de l'avoir entendu me dire qu'il ne me laissait pas.

Sans un mot, Bruce se recule sur le lit et m'attire doucement avec lui. Je me laisse porter et je me blottis tout contre lui alors que nous sommes étendus l'un à côté de l'autre. Ma main est posée sur son armure et d'un geste lent et précis, mes doigts dessinent le contour de la chauve souris. Ce contact, cette proximité, je crois que même dans mes plus lointains souvenirs, elle n'a jamais été aussi calme et sereine. Ce n'est pas dans nos habitudes ce genre de petit moment, mais je crois que ce soir, lui comme moi en avions terriblement besoin. On reste là, sans rien dire, juste collés l'un contre l'autre. Au bout de quelques minutes, je me lève le laissant seul sur le lit. Je reviens quelques secondes plus tard avec un pantalon dans les mains. Je le pose sur le lit avant de lui dire, avec un sourire.

"Tu l'avais laissé là la dernière fois... tu seras peut-être plus à l'aise dedans..."

En aucun cas je ne cherche à l'obliger de faire quoi que ce soit... Je retourne m'allongée près de lui, la tête posée sur son torse et ma main caressant doucement le creux de son cou.

"Merci de rester..."

Je ne lui dis pas que j'ai besoin de lui... Je n'ai pas besoin de le lui dire puisque je sais qu'il le sait et je sais aussi que lui aussi a besoin de moi...
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 762
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mar 6 Mar 2018 - 9:09
Le moment est doux.
Il est exceptionnel. Il est inhabituel. Il est en contradiction avec ses principes, ses règles, ses obligations, ses devoirs. Il est rare.
Mais il est doux, et tendre ; et donc, il le chérit réellement.


« Mmh. »

Il soupire, doucement ; de plaisir.
Couché sur le dos, sur ce petit lit qu’il connaît si bien, il sent Selina contre lui – et c’est bon ; et c’est juste.
Même s’il sait que ça ne durera pas, même s’il sait que ça ne finira pas ainsi, cet instant, cette nuit qui se profile est agréable, et même salvatrice. Ils en ont besoin. Ils en ont affreusement besoin, pour continuer à se remettre, et tenter d’avancer.

Les secondes s’écoulent, donc. Calmes. Figées. Tendres.
S’il demeure vêtu de sa combinaison, il est suffisamment lié à elle pour sentir autant les chocs que la moindre caresse ; et son corps réagit, aussi, aux mouvements légers de Selina, dont le doigt suit la gravure du symbole.

Il sourit, doucement ; il est bien, vraiment.
Et c’est donc pour cela que son visage exprime une telle surprise, et une pointe de déception, quand il découvre que la jeune femme se lève, et brise l’instant.


« Selina… ? »

Il se redresse, laisse son regard suivre la silhouette de la jeune femme, tente de comprendre – puis esquisse un petit sourire en la voyant revenir.

« Ha. »

Bruce a peur.
Peur qu’elle veuille cesser ce moment. Peur qu’elle veuille fuir. Peur qu’elle veuille le faire partir.


« Je vois. »

Il se redresse, et sent son cœur s’apaiser ; il aurait été peiné de partir, il l’avoue. Et s’il en est surpris, lui qui a décidé de se fermer, lui qui a fait le choix de se couper pour ne plus souffrir et moins faire souffrir… lui se révèle, ainsi, et enlève doucement son armure, qu’il débloque en quelques gestes sûrs.

Bruce se déshabille, donc, dos à Selina, qui peut alors découvrir ses formes…

… mais surtout ses cicatrices, nombreuses et terribles.

« J’avais oublié sa présence ici. »

Bruce enfile le vêtement, délaisse son armure, et retourne sur le lit.
Il s’allonge aux côtés de Selina, l’aide à s’installer – et tous deux se collent, partagent un moment pur et sincère ; juste bon, juste vrai.
Un léger sourire glisse, alors qu’il colle doucement sa joue sur celle de la jeune femme.


« Merci d’avoir proposé. »

Ses mots ne sont qu’un murmure, qu’un souffle.
Il n’y a pas besoin de plus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 184
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mar 6 Mar 2018 - 15:37
Just A Feeling
feat. Batman

Alors que je quitte le lit, alors que je quitte son étreinte, je sens le corps entier de Bruce se tendre. A-t'il peur que je m'en aille ou que je lui demande de partir ? Il prononce mon prénom et je sens comme une crainte dans la tonalité de sa voix. Je ne dis rien, je reste silencieuse et je me contente seulement d'aller chercher le pantalon pour le lui donner. Alors que je tend le vêtement dans sa direction, j'aperçois un léger sourire sur son visage et c'est un sourire qui me fait chaud au coeur. Pas besoin d'être psy pour comprendre qu'il a eu peur que je m'en aille. Je ne dis rien, je me contente seulement de lui rendre son sourire. Je retourne près de lui, on reste ainsi quelques secondes, puis c'est finalement à son tour de se lever. Je me redresse et je vais m'installer correctement sur le lit.

Il me tourne le dos... je l'observe, silencieuse, alors qu'il retire son costume avec douceur et précision. Rapidement, il se retrouve torse nu et je ne peux pas ne pas voir toutes les cicatrices qu'il a sur le dos. Je sais qu'il a subi plein de choses pas sympas, je suis moi même à l'origine de certaines d'entre elles... mais c'est terrible de le voir dans cet état... Je ne dis rien car de toutes façons je sais qu'il ne répondra pas à mes questions... et puis, je dois bien avouer que ce soir, j'ai envie de mettre toutes ces questions de côté. Il y a juste nous... Bruce et Selina et personne d'autre.

Une fois l'armure retirée et le pantalon enfilé, Bruce revient s'installer sur le lit tout près de moi. D'un geste sûr et doux, il m'aide à prendre place. Blottie tout contre lui, je fais glisser mon bras sur son ventre pour aller poser ma main sur son torse. Sa joue vient se coller à la mienne et ce contact m'envoie une décharge dans tout le corps. Dans un murmure à peine audible, il me remercie de lui avoir proposé de rester. Par simple réflexe, je viens me blottir un peu plus contre lui. Je laisse échapper un léger soupir de satisfaction. Cette sensation, je ne l'ai pas ressenti depuis longtemps et ça me fait un bien fou... Le sentir près de moi, sa peau contre la mienne, son odeur... tout m'avait manqué... Ces moments m'avaient manqué... Il m'avait manqué... Dehors, les sirènes se sont arrêtées. Il n'y a plus que nous, nous dans notre bulle... bulle que même Isis n'essaye pas de franchir. Couchée sur le fauteuil, elle nous observe.

Au bout de quelques minutes, je me redresse et je me place légèrement au dessus de lui. Ma main caresse doucement sa joue et un petit sourire se dessine sur mes lèvres. La gorge nouée, j'ai envie de lui dire tout ce qui me passe par la tête à ce moment précis, mais je ne sais pas vraiment si c'est le bon moment, si il a envie d'entendre tout ça. Je lâche un soupir, je grimace légèrement au moment où ma plaie me fait mal.

"Ces moments me manquent..."

Je dépose un léger baiser sur sa joue avant de rajouter, mon regard plongé dans le sien.

"Tu me manques..."

Je ne suis pas du genre à parler comme ça, aussi facilement, encore moins quand il s'agit de sentiments. Je ne sais pas non plus comment il va réagir, si il va prendre la fuite ou rester là sans rien dire... Une partie de moi aimerait qu'il me dise qu'il ressent la même chose mais l'autre partie a peur de ce qu'il m'a dit la dernière fois... Seulement voilà, j'ai envie de croire que nous deux ce n'est pas seulement une question de costume... Je n'ai pas envie de croire que c'est une histoire perdue d'avance...
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 762
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mar 6 Mar 2018 - 16:09
L’instant est pur. L’instant est doux. L’instant est exceptionnel.
Mais l’instant est terrible, aussi.

Allongé aux côtés de Selina, à moitié nu, Bruce est bien ; juste, bien. La joue collée sur le crâne de la jeune femme, paisible, il parvient à avoir une respiration sereine, et à apaiser son esprit. Enfin.
L’ombre d’un sourire glisse même sur son visage, devant la simple douceur de l’instant ; et l’expression positive se prolonge, quand la jeune femme se redresse légèrement, et vient caresser tendrement sa joue.

Il aime cela ; ça a toujours été le cas.
Tout comme entendre la douceur des paroles de Selina – tout comme sentir son cœur qui s’accélère quand elle parle, quand elle dit cela ; quand elle le touche.
Quand elle l’embrasse. Il en frissonne.

Sa respiration s’accélère. Ses muscles tremblent. Son trouble, réel, augmente.
Il aime cela ; il aime tout cela.
Il est bien, juste bien.
Mais.


« Toi… aussi. »

Sa réponse n’est qu’un souffle, qu’un murmure. Et si ses mots sont doux, en principe, le regard qu’il offre à Selina est différent.
Il est terrible.
Terriblement triste.


« Je… voudrais vivre ces moments à jamais. »

C’est vrai. C’est définitivement vrai.
Mais.


« Mais j’en suis trop loin. »

Doucement, sa main se lève et vient glisser sur la joue de la jeune femme ; un sourire d’une tristesse insondable passe sur ses lèvres.

« Je… ne peux te les garantir. Je… ne suis plus fait pour cela. Pour… la vie. »

Deux balles, deux corps, un cri et un serment dans Crime Alley. La perte du procureur Dent, premier allié et ami. Jason. Barbara. Bane. Sarah Essen. Le père de Tim. Stephanie. Damian. Et Helena.
Tout cela – tous ceux-là l’ont touché, marqué ; au fer rouge.


« Je… ne peux rien t’offrir. »

Il le regrette.
Il s’en veut. Il s’en maudit. Il se hait, pour cela.
Mais il ne peut mentir.
Il ne peut lui mentir, surtout. Aussi douloureux que cela soit, il lui doit la vérité.


« Hormis… une nuit. »

Sa voix se brise, sous l’émotion, tandis que ses yeux s’humidifient.

« Une seule. »

Il se redresse, et la prend dans ses bras.
Il le regrette ; il en souffre, en pâtit, ne veut pas de cela. Mais n’a pas le choix. N’a plus le choix.


« J’en suis… désolé. »

Elle peut le haïr. Elle peut le détester. Elle peut hurler.
Il est honnête ; il est tristement et terriblement honnête.
Et ne peut, hélas, rien lui offrir de plus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 184
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Jeu 8 Mar 2018 - 18:18
Just A Feeling
feat. Batman

Je sais définitivement que je me berce d'illusion, que je fais fausse route et que je ne suis pas celle qui aura une place particulière dans son coeur... Nous ne serons jamais rien d'autre que Batman et Catwoman, rien d'autres que deux individus pouvant aussi bien travailler ensemble que se détruire. Je sais que je dois arrêter de m'imaginer que quelque chose d'autre pourrait se passer... Je ne suis pas celle-la et il doit sûrement mériter mieux que moi. Alors que je lui dis ce qui se passe dans mon coeur, je vois que son regard prend une nuance toute particulière. Il y a tout juste quelques secondes, il avait l'air bien, heureux et apaisé... et moi en quelques secondes je viens de tout détruire. Je ne bouge pas pourtant, je pourrais m'écarter de lui et lui demander de partir parce que je sens que je vais encore souffrir, pourtant je n'en fais rien. Je ne bouge pas, je reste dans la même position, mon visage surplombe le sien. Les yeux plongés dans son regard, je reste figée alors qu'il me répond.

Les apparences sont trompeuses, je devrais pourtant très bien le savoir... mais j'ai cru... j'ai cru que l'espace d'un instant, les choses auraient pu changer... j'ai cru que tout ce qu'il m'a dit la dernière fois n'avait plus de valeur... mais encore une fois je me suis trompée. Je devrais pourtant le savoir et arrêter de vouloir à tout prix qu'il soit de nouveau dans ma vie puisque ça ne sera jamais le cas... mais ça fait mal... ça fait mal de me dire que la seule chose que je vais partager avec lui à l'avenir ça sera nos disputes et nos combats... Je ferme les yeux alors qu'il continue de parler. Immobile, ma main toujours posée sur son torse, le visage fermé, j'attend... Quoi ? en fait je n'en sais rien... Que l'orage passe ? sûrement... Est-ce que je dois partir et le laisser là ? peut-être...

Dans ma tête, alors qu'il me dit qu'il ne peut rien m'offrir d'autre qu'une nuit, tout se bouscule. Je me redresse, je m'assois sur le lit et je remonte la couverture à moi. Je lâche un soupir et je finis par briser le silence à mon tour. Je me tourne vers lui, je le fixe droit dans les yeux. Je me pince les lèvres alors que je vois clairement qu'il est peiné par tout ça. Une larme perle sur ma joue, je l'essuie rapidement d'un geste de la main et j'affiche un sourire de façade...

"J'ai été stupide de... de croire que tout allait changer..."

A son tour, Bruce se redresse et me prend dans ses bras. Je sais que je devrais le repousser, ne pas le laisser m'approcher, me forger une carapace mais je n'y arrive pas... j'ai tellement besoin de lui... ce n'est pas humain... Je n'y arrive pas, je n'arrive pas à le rejeter... pourquoi est-ce que ça fait si mal... Je pourrais rentrer dans une colère terrible mais ça changera quoi... Je me blottis contre lui et sans m'en rendre compte, je pleure. Je sais que cette nuit sera la dernière et je sais que nous nous verrons plus... du moins pas comme ça et ça me fend le coeur. Je me serre un peu plus contre lui et je lève mes yeux mouillés vers les siens. D'un geste de la main, je lui prend délicatement le menton pour l'obliger à me regarder. Je lâche un soupir et je lui dis.

"Donne moi juste une nuit... je t'en prie..."

Mes mots sont comme une supplication, un appel désespéré. Je sais que ce n'est pas la solution, je sais que je ne devrais pas mais c'est plus fort que moi... Même si ce n'est qu'une nuit, je veux en profiter... même si je sais que demain, il ne restera plus rien de tout ça...
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 762
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Ven 9 Mar 2018 - 8:46
Selina est brisée.
Il la connaît assez pour le voir, le comprendre, le savoir… le savoir même à l’avance. Il savait, oui, qu’en parlant ainsi, qu’en anéantissant son rêve fou, qu’en repoussant ses demandes et désirs, qu’en refoulant ses propres envies, il allait lui faire mal – il allait la blesser, et piétiner son cœur.

Il savait. Il l’a fait quand même.
Car il est persuadé… car il sait que c’est le mieux à faire ; la seule chose à faire.

Le visage de la jeune femme se décompose, alors qu’elle absorbe le choc, encaisse le coup.
Digne, fière, elle tente de ne pas trop en montrer, mais il la connaît trop bien ; il déchiffre la moindre de ses réactions, le plus petit élément en elle. Il sait.
Et pourtant, il l’a fait quand même.

Elle se redresse, s’assoit sur le lit, remonte la couverture ; se ferme. C’est légitime.
Elle soupire, brise le silence abominable qui s’est imposé après ses propres paroles. Lui se relève aussi, et recule sur le lit.

Une distance s’installe. Par respect. Par pudeur, notamment quand il entrevoit une larme qui coule sur le visage de Selina, qu’elle se dépêche d’évacuer ; un sourire factice suit, alors qu’elle reprend doucement, en tentant de reprendre son masque de comédienne.
Elle excelle, dans ce domaine. Mais il sait… il saura toujours ce qu’elle pense.


« Non. »

L’étreinte est douce, tendre ; terrible, car elle ferait espérer tant d’autres, de suites… qui ne viendront pas ; pas comme ils le veulent.
Elle se blottit contre lui, puis se lâche ; elle pleure. Elle s’abandonne.
Il la tient, alors. Il la serre. Il la caresse, tente de l’apaiser par des gestes simples et calmes ; mais lui aussi est touché. Lui aussi est brisé. Lui aussi est vaincu.


« Pas stupide… jamais. »

Sa voix est d’une tendresse absolue, presque du miel.

« Nos vies… ce monde… c’est ça qui nous a détruit. C’est ça qui… nous sépare.
Autrement, ailleurs, je… j’aurais eu le courage de te demander ta main, et je t’aurais offert la plus belle existence possible. Mais… il y a trop. Il y a eu trop. »


Ses mots ne sont qu’un souffle, qu’un murmure, alors qu’il énonce… assume les raisons qui font qu’il renonce à son véritable amour.

« Je ne peux pas. Je ne peux plus. Et je ne supporterais pas qu’il t’arrive quelque chose – et je ne peux vivre avec cette pensée.
Je ne peux plus. Je suis cassé. Et je suis tellement, tellement désolé… »


Elle se décale, légèrement, et le fixe avec ses yeux mouillés.
Il la regarde, aussi. Le regard embué de larmes.
Il esquisse un sourire doux et triste, quand elle lui touche le menton – et frissonne, quand elle parle, quand elle le supplie presque.


« Selina… »

Le prononcé de son prénom l’électrise.
Il la fixe, encore, reste silencieux et immobile pour quelques secondes – puis se penche en avant ; puis décide.


« … oui. »

Ses lèvres se posent sur les siennes. Leurs corps se collent, se mêlent, fusionnent, s’additionnent. Leurs instincts se trouvent, et prennent le relais.
Leur nuit commence.
Elle sera fantastique. Elle sera extraordinaire. Elle sera douce.
Elle sera la dernière.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 184
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Jeu 15 Mar 2018 - 14:26
Just A Feeling
feat. Batman

Ses mots font mal, ses mots me blessent, me tuent presque... Je sais que je devrai pas... Pourtant, c'est plus fort que moi... J'ai besoin de cette dernière opportunité de l'avoir rien que pour moi... cette dernière chance de nous voir en tant que Bruce et Selina... J'ai besoin de ça même si je sais que demain, à l'aube, je serai de nouveau seule ici, dans ce petit appartement... Les yeux levés vers lui, je l'écoute parler, je l'écoute me dire que dans une autre vie, un autre monde, il aurait sûrement eu le courage de me demander en mariage... peut-être aurions nous été heureux, peut-être aurions nous pu, enfin, avoir la vie qui nous manque tant... Mais malheureusement, lui comme moi, on sait qu'on a le droit à rien d'autre qu'à du malheur, de la peine et de la douleur... Nous n'avons pas le droit au bonheur et la vie nous l'a bien fait comprendre en nous retirant la seule et unique chose qui aurait pu tout faire changer... notre fille. Cassé... moi aussi je suis cassée, cassée de l'intérieur et perdue... perdue de me voir comme ça, supplier pour avoir cette chance, cette unique chance de passer une dernière nuit avec lui.

Mes yeux sont rivés sur les siens... je ne veux rien manquer de ce moment, profiter jusqu'au bout de ce que le vie a la bonté de nous laisser. Ma main caresse sa joue alors que je le supplie, je l'implore de m'offrir cette seule et unique nuit... Bruce prononce mon prénom et c'est comme si une partie de mon coeur était arrachée à mains nues... Les secondes passent et nous restons là, à ne rien faire... Ne rien faire à part nous regarder, nous toucher. Chacun immortalise ce moment à sa façon... Bruce me fixe, moi j'attend sans bouger, sans rien dire, qu'il me donne une réponse, quelque chose à quoi m'en tenir... Je suis suspendue à ses lèvres, j'attend... j'attend qu'il me dise si il m'autorise cette nuit, si il me donne la permission de pouvoir le toucher, le sentir une dernière fois.

Bruce finit par se pencher vers moi... le temps est comme suspendu, comme arrêté alors qu'un petit mot passe à travers ses lèvres... un seul petit mot qui me procure une sensation étrange. Ses lèvres viennent se poser sur les miennes, nos mains caressent l'autre, je frissonne à chacun de ses baisers, de ses touchers... La nuit... cette dernière nuit... celle qui n'appartient qu'à nous commence... Je veux faire durer les choses, je ne veux pas que la nuit passe vite... si seulement j'avais le pouvoir d'arrêter le temps...

A chaque seconde, chaque minute qui passe, je me rappelle tout ces moments qu'on a passé tout les deux... tous étaient parfaits mais cette nuit c'est différent. Nos instincts prennent le dessus est pourtant il y a une certaine tendresse, une certaine douceur dans nos gestes... chose qui était assez rare avant... Mes mains touchent la moindre des parcelles de sa peau pour se mémoriser chaque détail... ses cicatrices, le grain de sa peau... tout... je veux aussi me souvenir de son parfum, de la chaleur de son corps contre le mien et du goût de ses lèvres sur les miennes.

Les larmes coulent... coulent beaucoup... tout est plus puissant, toutes les sensations sont décuplées...

Je ne veux pas dormir, je veux rester éveillée toute la nuit... malheureusement, le sommeil va avoir raison de moi et je vais sombrer dans un profond sommeil tout en sachant qu'à l'aube, il n'y aura plus aucunes traces de lui...
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 17/01/2017
Messages : 762
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Sportsmaster ; Fate.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 15 Mar 2018 - 15:18
La nuit se passe, donc.
Intense. Puissante. Pleine. Absolue. Définitive. Terrible.

Sélina et Bruce ont eu bien des mots, et encore plus de maux, mais tous deux s’abandonnent pleinement dans cette étreinte, qui dure des heures. Au-delà des réussites, des performances, des envies, des pulsions, ils se donnent à cœur perdue dans ces moments ; car ils savent que ce seront les derniers.

Amants maudits, couple damné, ils ont conscience qu’ils passent et passeront à côté de quelque chose – quelque chose de grand, quelque chose de beau, quelque chose de pur, quelque chose de magique ; ils passent et passeront à côté d’eux.
Leurs cœurs en sont brisés. Leurs âmes en sont marquées.
Mais il n’y a pas d’alternative.

Ce bonheur leur est interdit ; et s’ils ont essayé, s’ils ont défié le destin et les malédictions, ils en ont payé le prix le plus fort… et Helena aussi.
Ils ne peuvent plus, alors. Lui ne veut plus, surtout. Il ne pourrait supporter plus, plus fort, plus terrible, plus violent, plus dur.
Alors il abandonne ; alors il arrête. Alors il s’arrête là.

Après cette nuit.
Cette nuit de passion. Cette nuit de folie. Cette nuit d’amour.
Cette nuit unique.

Aucun ne veut s’endormir, aucun ne veut laisser la fatigue l’emporter – mais aucun ne peut le supporter.
Ils s’écroulent, donc. Usés. Anéantis. Satisfaits, évidemment, mais ravagés, surtout.
Ils s’écroulent. Ils s’abandonnent. Ils abandonnent.

Les heures s’écoulent, alors. Le sommeil les emporte. Les rêves se succèdent ; les cauchemars aussi.
Avant l’aube. Avant le réveil. Avant le retour à la réalité, après cette parenthèse enchantée. Avant les conséquences de leurs choix.

Bruce n’est plus là, quand Sélina se réveille.
Il est parti ; il a fui. Pour ne pas la confronter. Pour ne pas s’imposer. Pour ne pas faire souffrir. Pour ne pas souffrir.
Il a fui, oui. Mais il a laissé un mot, déposé sur l’oreiller aux côtés de la belle.


Citation :
Sélina,
Tu sais déjà tout. Je t’ai déjà tout dit.
Je regrette. Je regretterais toujours. Mais je serais toujours là pour toi.
Tu seras toujours dans mon cœur, et mon âme est tienne.
Prends soin de toi.

Avec une rose – la préférée de Sélina.
Et c’est tout.
Pas de fracas. Pas de tempête. Pas de fureur.
Juste des mots, et deux âmes qui s’anéantissent sous le poids des épreuves.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Just A Feeling ~ feat. The Bat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-