[The Brave & the Bold] L’Ultimatum [Fate & Star Sapphire feat Question]

Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Inscription : 09/11/2017
Messages : 198
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Lex Luthor.
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
Shadowpact
MessagePosté le: Mar 4 Sep 2018 - 15:40
Nabu a disparu. Le Docteur Polaris explose de fureur, et endommage le quartier entier. Son allié, KGBeast, s’acharne sur les Héros survivants, prêt à tout pour finir un contrat ; pour garder son honneur. Le Djinn est parti.
Le danger est partout. La Mort rôde.

La zone est en ruines. Le chaos est total.
Star Sapphire et Fate sont menacés – mais le jeune homme n’y pense guère.

Concentré pour maintenir le bouclier qui empêche les balles et attaques de leurs ennemis de les toucher, son attention, son cœur, son âme tous entiers sont concentrés sur une seule et unique chose.
Shaya ; Shaya Halim.
Sa petite-amie. Sa meilleure amie. Son amour.

Menacée, hélas, par ce Djinn enragé et plein de douleur – et qui risque le pire ; qui va subir le pire, si personne ne vient l’aider.
Heureusement… heureusement, quelqu’un va venir. Quelqu’un va venir, et prend assez de temps pour un contact surprenant mais chaleureux envers le jeune Khalid Nassour, et quelques mots choisis qui changent tout.


« Je… »

Le Heaume de Toth se tourne vers Carol – et, toujours, demeure imperturbable ; juste, un peu moins, cette fois-ci.

« Oui. »

Il se redresse. Il redresse les épaules. Il ravive ses forces. Il mobilise son énergie, sa fierté, son âme – sa force.
Il s’élève dans les airs, s’entoure d’une puissance absolue et stupéfiante, et confirme qu’il va s’occuper d’eux ; et il le fait.

Carol Ferris s’en va, laissant la zone et les ennemis au Magicien – et elle a raison.
En ce jour, en ce terrible jour, l’adolescent grandit, comme Héros, mais aussi comme adepte de la Magie, et surtout en tant qu’homme.

Sans un mot, avec cette sérénité neuve mais si puissante qu’elle l’éclaire complètement, il abaisse le bouclier… et déchaîne, entièrement, son potentiel.
Un immense flash embraye alors la zone – et change tout.



Mais la suite sera déterminée… plus tard.
Quand la luminosité sera revenue. Quand les décombres se seront refroidis. Quand les cris auront cessé.
Quand le combat, terrible, aura cessé.
Et, surtout…


**
*
**

… quand Shaya Halim aura été sauvée !
Celle-ci, comme tous ses camarades, a suivi les ordres d’évacuation, et se préparait à poursuivre cette attitude passive, mais rassurante, quand Star Sapphire est apparue.

Relevant la tête lorsque plusieurs cris ont fait état de sa venue, reculant en apercevant cette femme exceptionnelle, à l’allure surprenante et qui ne cesse d’exciter les imaginations de quelques camarades bien trop bêtes et bien trop limités, elle s’arrête, néanmoins, quand l’Héroïne cosmique vient… lui parler, directement.


« Hem. »

La jeune étudiante se fige, et fixe directement celle qui vient d’arriver – celle qui, par tout ce qu’elle montre dans son allure, semble totalement opposée à elle, et à son style de vie.
Mais, et elle ignore pourquoi, Shaya ne peut s’empêcher d’être en confiance, avec elle ; calme et apaisée, malgré la situation. Malgré les mots employés, et ce qu’elle en comprend.


« Je n’ai aucune garantie de qui vous êtes, et de ce que vous dites, mais… »

Shaya claque sa langue, fronce les sourcils, soupire. Elle tire légèrement les manches de son habit, par réflexe, puis soupire encore.
Fichue journée, pense-t-elle. Elle ne pourra pas finir les cours, c’est certain.


« Ça lui pendait au nez. »

Elle secoue la tête, puis s’avance d’un pas.
Autour d’eux, un cercle de curieux s’est formé, et se resserre à mesure qu’elle approche ; plusieurs frissons parcourent ses camarades, alors qu’elle demeure toujours calme.


« Il aurait dû le dire, quand même. Je l’avais deviné. »

Shaya Halim sait – Carol le comprend.
La jeune fille sait que son petit-ami est Fate, et a pris sur elle, jusqu’à aujourd’hui, pour attendre qu’il le lui annonce enfin.
Mais, alors qu’une Héroïne galactique vient la rejoindre au campus, alors qu’elle lui tend une sorte d’anneau… il est clair que les choses ont changé ; elle ne prend plus sur elle. Et Khalid Nassour va avoir les oreilles bien rouges, une fois qu’elle les aura tirées.


« Bon… ça marche comment ? »

Shaya Halim est, malgré son visage d’ange, ses manières douces et tendres, et sa voix fluette, une dure à cuire. Il le faut, pour grandir dans un environnement comme le sien, et pour disposer de sa couleur de peau dans ce pays particulier.
De ce fait, elle n’hésite pas, quand elle comprend que des gens sont en danger – que Khalid est en danger.
Elle pose la main sur l’anneau.

Mais, au moment même du contact, une terrible double-attaque d’énergie est envoyée, et vient violemment toucher autant Carol que Shaya.
Le Djinn ; le Djinn vient d’arriver. Et il s’en prend, déjà, à la foule, tout en voulant les anéantir – pour, enfin, achever cette mission !


(HJ/ Résumé rapide :
- Fate est touché par les mots de Carol, mûrit soudain, abaisse le bouclier, et entame une terrible bataille, pleine de fureur et de lumière, contre Polaris et KGBeast ;
- En parallèle, Shaya Halim accueille d’abord froidement Carol, puis admet savoir le secret de Khalid. Elle prend l’anneau ;
- Le Djinn attaque au moment du contact, les repousse, veut les anéantir et s’en prend à la foule qui les entourait. /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 13/06/2018
Messages : 140
DC : Dove
Localisations : Zamaron / La Terre.

MessagePosté le: Sam 15 Sep 2018 - 18:08
Collateral Damage.
Le temps d'un regard, un silence, Carol se voit. Elle se voit forte, prête à tout pour lui, bien qu'il n'a eu de cesse de lui mentir, soi disant pour la protéger. Elle voit cette stature droite défiler au milieu de ces hommes et femmes qui n'ont de cesse que de tenter de la rabaisser, dans un soucis de pouvoir, d'auto gratitude. Carol voit la femme amoureuse en Shaya et elle ne peut s'empêcher, malgré l'urgence de la situation d'adresser à cet esprit déterminé un fin sourire. Un léger acte de tendresse et de compréhension, face à celle qui lui ressemblait tellement à une époque.
"J'ai tendance à penser que leur orgueil apparent, n'est qu'en partie une façade pour nous protéger. Même si en vrai, nous sommes capables de nous battre."
L'anneau de pouvoir se duplique dans un rayon de violacé et de rose entremêlés, sous les yeux de Shaya, et entre les doigts de la Star Sapphire. Car l'anneau répond. Il entrevoit Shaya Halim, l'étudiante en médecine comme une femme habitée d'un grand amour et donc digne de son pouvoir. Puis, vient le moment où cette main se pose sur l'anneau, où celui-ci luit d'une superbe lumière violacée avant de prendre la parole, comme un être à part entière.
Shaya Halim, vous êtes digne du pouvoir qui vous est incombé. Que votre amour triomphe face aux dangers.

Cet acte pourrait sceller derechef une issue favorable pour cette histoire. Mais malheureusement, le djinn invoqué par Polaris est là, et bien décidé à donner corps au voeu qui lui a été formulé. Sa venue est à la hauteur de son pouvoir mais aussi de son maléfice : brutal, et destructeur.
"METS L'ANNEAU !!!"
A-t-elle simplement le temps de hurler, avant que l'impact ne se fasse. Son bouclier n'a pas été assez solidifié pour encaisser le coup ce qui fait que la reine de Zamaron s'est retrouvée envoyée malgré elle dans les murs et vitres de l'établissement médical. Le bruit du verre, les coupures sur sa peau, les hurlements, tout est ressenti en doublé à tel point que Carol a l'impression de finir assommée pour de bon lorsque son trajet se termine. Mais malgré la fatigue et la douleur, elle arrive à nouveau à se lever, devant les regards effrayés de ces quelques étudiants pas encore évacués. Et elle repart dans un éclat de lumière aveuglante.
"Si tu crois que j'ai dit mon dernier mot ..."
Elle file à toute vitesse vers l'extérieur, tandis que l'anneau commence à générer une immense masse. Et, quand elle arrive à portée du djinn, la masse se matérialise devant l'être assoiffé de sang, tenue par une Carol Ferris au regard enflammé par la rage de vaincre son adversaire.
"... C'EST MAL ME CONNAÎTRE SALETÉ."
Et la masse frappe de toute sa surface le djinn, l'enfonçant dans le bitume à tel point que l'impact forme un énorme trou. Dents serrées et la transpiration perlant abondamment sur sa peau, Carol observe son oeuvre non sans se sentir légèrement fière de faire taire cette saleté. Temporairement.

"Shaya !!! Il va falloir tenter de l'envoyer le plus loin possible de toute présence humaine et surtout l'affaiblir au niveau de ses pouvoirs. Normalement, même un être fait de magie à une limitation au niveau de puissance."
Son regard se porte vers la nouvelle Star Sapphire qui, a le don de la frapper de par sa soudaine beauté. Bien plus mise en avant qu'elle ne se le permettait dans ses habits de tous les jours. Ses cheveux se laissent transporter par les afflux de pouvoir et perdent de leur raideur, sa poitrine bien moins volumineuse que sa consoeur n'en est pas moins mise en avant avec ce haut s'arrêtant juste en dessous de ses attributs féminins et un short a remplacé le jean cachant ses longues jambes. Carol ne peut d'ailleurs pas s'empêcher de la jauger et de se montrer quelque peu satisfaite de cette singulière transformation.
"Eh bien. Au final nous ne sommes pas si différentes."
Mais le temps n'est pas aux chamailleries et encore moins aux compliments. Shaya Halim doit survivre. Pour l'amour de Fate à son égard, et pour ce qu'elle ressent en retour.
"Matérialises tes pensées. Que ce soit le fait de voler ou de créer un dome ou une arme. Dépêches-toi il revient !"

© 2981 12289 0

Résumé:
 



Wolven Storm
These scars long have yearned for your tender caress. To bind our fortunes, damn what the stars own rend my heart open, then your love profess a winding, weaving fate to which we both atone.•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/11/2017
Messages : 198
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Lex Luthor.
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
Shadowpact
MessagePosté le: Lun 17 Sep 2018 - 13:27
Shaya Halim a peur.
Elle a beau s’être avancée vers l’Héroïne au costume étonnant, elle a beau avoir parlé, elle a beau avoir accepté… au fond d’elle, elle est terrorisée.
Terrorisée pour elle. Terrorisée pour ses camarades, autour. Terrorisée pour ses proches. Terrorisée, surtout, pour Khalid – qui semble s’être attiré des ennuis bien plus importants que d’habitude, et qui n’a apparemment pas l’opportunité de s’en sortir seul ; une première. Dont elle se serait bien passée.


« Ha… l’orgueil du mâle, hein ? Touchant et mignon. Sauf quand on doit les sortir de là où ils se sont mis tous seuls. »

Elle tente de sourire, de plaisanter – mais le cœur n’y est pas.
Elle est terrorisée… encore plus quand l’anneau la touche.
Même si, au vu des rebondissements, cela s’avère la meilleure décision de son existence, au moment où une créature inconnue vient s’en prendre à elles.

Shaya Halim passe l’anneau quand l’autre lui hurle de le faire – et tout change, alors.
Elle change.

La jeune fille a désormais accès à un autre niveau de conscience, de réalité. Elle n’est plus seulement elle-même, étudiante en Médecine, issue de sa communauté, Américaine… elle est plus, bien plus.
Elle est une force. Elle est une puissance. Elle est un sentiment. Elle est la folie et l’ardeur qui l’accompagne. Elle est la base de la Vie. Elle est le moteur de l’existence.

Elle est l’Amour.
Mais ça n’empêche pas qu’elle puisse être énervée, aussi.


« Ho. »

Lévitant au-dessus du sol, Shaya Halim rouvre les yeux après plusieurs secondes, de pure communion avec Zamaron et ses valeurs ; un délai court, mais qui a permis à beaucoup de choses de se réaliser.
Star Sapphire, dont elle connaît désormais l’identité, a été projetée par le Djinn, et le combat a commencé ; il est d’une violence inouïe.

Carol Ferris parvient à brutalement bloquer la créature au sol – mais, comme elle le dit, cela ne peut durer ; il faut agir, pour l’exfiltrer… et agir ensemble.
Pour l’empêcher de nuire. Pour l’empêcher de détruire. Pour l’empêcher de tuer… notamment les autres ; notamment ses proches.


« C’est… c’est… wow. »

Shaya Halim voit Star Sapphire – mais elle se voit, aussi.
Elle… et plus elle, aussi ; plus qu’elle.
Son corps a changé. Auréolé de l’énergie de l’anneau, il est désormais… différent, tout en restant le même ; il diverge, même si… cela n’a rien de désagréable.

C’est beau, en un sens. C’est simple. C’est pur.
C’est… elle. Elle, comme elle pourrait l’être ; comme elle pourrait vouloir être.


« Je… okay. »

Mais Carol relève ses yeux, et fronce les paupières.
Plus tard. Plus tard les compliments. Plus tard l’appréciation.
Cette saloperie la voulait ? Il va l’avoir !


« OKAY ! »

Et, sans attendre, Shaya libère la bouffée de pouvoir qu’elle retient depuis qu’elle a l’anneau – elle libère sa puissance, née de son Amour infini ; pour ses proches, et Khalid.
Des formes apparaissent, donc. Et elles valent le détour.

Des crayons, par dizaines, qui filent vers la créature pour la bloquer au sol. Des stéthoscopes, par dizaines, qui viennent entourer et bloquer ses membres. Des manuels, par dizaines, qui viennent frapper son crâne, pour l’affaiblir.
Et… et autre chose ; quelqu’un d’autre. Une forme, rose évidemment, mais qui prend l’allure d’une silhouette – d’un homme. D’un Docteur Fate immense, haut de plusieurs mètres, puissant et… majestueux ; extraordinaire, serein et beau.
L’illustration même de la grâce et de la sagesse. Un espoir, en fait ; l’espoir de voir Khalid devenir ainsi… et de pouvoir l’aider, elle, à agir.


« ALORS, ÇA TE SUFFIT ?! »

Le Docteur Fate frappe le Djinn – sur son ordre.
Il vient l’aider ; pas la sauver. Shaya Halim n’est définitivement pas une demoiselle en détresse… et elle n’a pas besoin d’un Héros, mais d’un équipier !


(HJ/ Résumé rapide :
- Shaya est perturbée par la situation ;
- Shaya plane au contact de l’Anneau, puis en se redécouvrant ;
- Shaya se reprend face au Djinn, et l’attaque violemment, notamment avec un Dr Fate fantasmé, comme aide et non comme sauveur. /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 13/06/2018
Messages : 140
DC : Dove
Localisations : Zamaron / La Terre.

MessagePosté le: Lun 24 Sep 2018 - 21:53
Collateral Damage.
Si il y a bien certaines choses qui peuvent impressionner, la première serait la capacité de l'être humain à être créatif. Par moments, cela peut prendre simplement la forme d'une amélioration sur une avancée déjà innovante, et parfois ... cela peut prendre d'immenses proportions. Comme la situation actuelle. Bien que Carol ait écrasé le djinn dans ce cratère de surface moyenne à l'aide de son immense masse, rien ne lui aurait laissé présager de la puissance et surtout du fantasme amoureux jaillissant de Shaya. Un Fate immense, un Fate puissant écrasant ses poings contre la masse de "chair" du djinn. Dévouée. Amoureuse. À la folie. Shaya Halim crée, Shaya Halim montre aussi son amour envers Fate et ce qu'elle imagine de lui. Pendant un instant, Carol la femme se voit à ses débuts de Star Sapphire. Dévouée, folle d'amour et bien trop puissante à combattre pour des Green Lantern confirmés. Puis, avec le temps, Carol la Star Sapphire, Reine de Zamaron est apparue. Peut-être plus posée, peut-être plus à même de comprendre une certaine réalité. Et de contenir un pouvoir puissant, pouvant sans doute titiller les dieux.

"Merci. Mais garde ton énergie pour la suite. Je te rappelle que nous partageons la même, avec ton anneau clone."
La tempérance est aussi apparue avec le temps, une vertu utile lorsqu'un ennemi de cette puissance se révèle brutal et capable du pire, afin d'imposer sa stratégie. Il ne fallait pas enlever à la jeune femme son intervention impressionnante, qui permet du côté de Carol de reprendre son souffle et surtout, de voir depuis sa position, le djinn faire preuve de difficulté pour se relever, après ces deux assauts quelque peu ... fracassants. Carol se met à voler jusqu'à Shaya, l'attrapant doucement par le bras pour qu'elle diminue sa puissance et se concentre sur ses paroles.
"C'est toi qu'il veut. Il faut qu'on le distance. Son voeu prime sur l'attaque de civils. D'autant plus en sachant que nous l'avons humilié par deux fois."
Star Sapphire se montre sérieuse. L'heure n'est plus aux louanges et cette dernière étape de combat va se révéler cruciale. Puis, sentant Shaya hésiter quelque peu sur la manière de décoller rapidement, elle prend les reines, non sans s'assurer que la jeune fille tienne le vol.
"On ne peut pas rejoindre Fate. Il est déjà en train de se battre et, j'ai foi en ses capacités, sa volonté. De plus, tu es capable de te débrouiller seule et c'est un atout que nous devons utiliser."
Elle relâche Shaya, sentant qu'elle arrive cette fois à contrôler son vol. Ce qui en soi, arrange Carol au vu des divers immeubles qu'elles doivent esquiver, pour obliger le djinn à user son énergie, mais aussi à accumuler assez de frustration en ses sens pour que ses attaques, durant la prochaine confrontation soient moins efficaces. Le djinn semble ne pas les avoir rattrapées. Pour le moment. Mais soudain, l'anneau de Carol se met en relation avec celle-ci et lui donne des renseignements la faisant immédiatement dévier de leur objectif initial.
Les mythes concernant les djinn sont vrais, Carol Ferris.
Et Carol se revoit étudier, se revoit lire mille et une choses sur les cultures, avec cette furieuse envie de devenir historienne, la prenant à chaque instant, quand elle oubliait son envie de plaire à son père. Elle revoit les mythes associés aux créatures, aux implications faites dans des livres comme l'Odyssée, le Coran, ou bien les folklores des régions d'Asie. Et, sur cet indice, avec cette intuition guidant la Reine de Zamaron, les deux femmes arrivent finalement devant la Central Synagogue.



Carol le pointe immédiatement à Shaya pour que celle-ci comprenne l'intérêt de ce point stratégique. Et ce, malgré le fait que l'on puisse croire qu'il s'agisse d'une mauvaise blague. Mais durant le trajet, l'anneau a été clair. Pour affaiblir un djinn il faut un lieu empli de foi. Malheureusement à cette heure, les églises ne sont pas les plus fréquentées. Quand au reste ... oh et puis crotte, lecteurs. Dans tous les cas son acte pourrait paraître raciste aux yeux de l'américain moyen. Et à vos yeux si vous êtes des social justice warrior. Mais il a un sens.
"Les djinn sont faibles face aux gens de foi. Je n'ai pas envie de mettre en danger des civils mais c'est le seul moyen que nous avons pour contre attaquer."
Carol n'hésite pas à passer les portes du bâtiment, devant les regards hagards et effrayés de quelques civils et habitués du lieu.


"Veuillez m'excuser messieurs dames, mais nous devons impérativement nous rendre dans votre lieu de prières. Votre Rabbin est là bas ?"
Un des fidèles lui annonce que oui d'une toute petite voix, intimidé par la prestance de cette femme habillée de rose violacé, et aux cheveux noirs flottant dans l'air comme une grande vague d'encre. Elle pose ensuite le pied sur le carrelage et hâte plus fermement Shaya.
"Dépêches toi ! Il risque d'arriver d'une minute à l'autre ! Que tout le monde évacue le bâtiment !"
Le coeur de Carol bat fort, rapidement. Si son anneau n'a pas eu l'audace de lui créer une épreuve à conséquences ignobles, tel la Pythie, elles auront le djinn dans ce lieu. Sinon, elle se sentira idiote et coupable, une chose rare depuis qu'elle est redevenue normale. Elle se retourne vers Shaya, pose ses mains sur ses épaules et, malgré sa fatigue apparente et ses membres tremblant, Ferris se montre déterminée.
"Voilà mon plan. Je te cède la plus grande partie de mon énergie, Shaya. Ensuite, Je pars expliquer la situation au rabbin. Toi, tu vas devoir attirer le djinn jusque dans la salle de prières. Comme je l'ai dit, c'est toi qu'il veut. Ne le confronte pas. Esquive, défends toi, mais ne l'attaque pas. Tu n'as certes pas besoin de Fate pour te défendre, mais il ne sera plus rien sans toi. Et sache que ce lien, cet amour, est bien plus précieux que n'importe quel pouvoir. L'on peut vivre grâce à lui."
Carol la relâche et tourne les talons pour se rendre au lieu de prières.
"Tu le chéris bien et sais montrer sa force. Maintenant, fais en une puissance que tu sais contrôler et utiliser à bon escient."
Et elle disparaît du champ de vision de la jeune femme qui encore quelques heures auparavant, avait une existence paisible, sans se soucier de ce qu'importait l'amour, sa puissance et le devoir qu'il génère.

© 2981 12289 0

Résumé:
 


Wolven Storm
These scars long have yearned for your tender caress. To bind our fortunes, damn what the stars own rend my heart open, then your love profess a winding, weaving fate to which we both atone.•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/11/2017
Messages : 198
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Lex Luthor.
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
Shadowpact
MessagePosté le: Mer 26 Sep 2018 - 15:30
Shaya Halim s'en prend au Djinn, et s'en sort bien avec sa copie d'anneau.
Presque trop bien.

Car, alors qu'elle harcèle la créature avec les capacités de l'arme, alors qu'elle utilise les éléments de son subconscient pour repousser l'ennemi... elle utilise énormément d'énergie, mais surtout met son environnement en danger ; dont l'Université, dont ses proches.
Si elle était elle-même, elle en prendrait conscience et s'arrêterait ; mais Shaya Halim n'est pas elle-même.


 « RAH ! »

Elle est Star Sapphire – et elle adore ça.
Sans aucune volonté de se poser, de réfléchir... et, surtout, de s'arrêter.


 « JE... JE VAIS... »

... se calmer, pense-t-elle quand Carol Ferris vient l'arrêt et, très justement, très doucement, prendre la main pour apaiser la folie ambiante.
La Reine, par des mots simples et une gestion fine de leurs capacités, permet à Shaya de se reprendre – et de se rendre compte de la situation ; et de ce qu'elle a fait.


 « Je... wahou. Okay. Okay, je... d'accord. »

Sortie de la tourmente de pouvoirs et de possibilités offerte par l'anneau, la jeune fille revient peu à peu dans la réalité – mais n'en oublie pas pour autant le Djinn, et le danger qu'il cause.
Ainsi, quand Carol exprime le besoin de partir, d'attirer l'ennemi ailleurs, Shaya confirme en hochant la tête, l'air déterminée ; mais cela s'évapore rapidement, quand elle comprend le plan de sa nouvelle mentor !


 « M... mais... MAIS !!! »

Elles volent, en fait ; elle vole.
Shaya Halim vole.


 « HO... HOOOO !!! »

La jeune fille se sent d'abord happée par Star Sapphire – puis s'élève dans les airs ; et vole.
Et si, dans les premiers moments, elle est dirigée par Carol... cela ne dure pas ; cela ne dure plus. Car, très vite, Shaya Halim sent qu'elle prend le contrôle – et qu'elle vole. Elle vole, littéralement !


 « WOUUUUHOU ! »

Elle hurle, de joie. Elle virevolte, de plaisir. Elle sourit, de bonheur.
Elle brille, de liberté.


 « C'est... ho. C'est... wow. »

Elle n'a pas de mots. Il n'y a pas de mots.
Mais, hélas, il y a une urgence.
Que lui rappelle Carol, en évoquant autant le Djinn que Fate ; Khalid. Son Khalid, qui se bat ailleurs – et qu'il va falloir aller aider, bien sûr. Et lui tirer les oreilles.
Une fois que ce fichu Djinn sera retourné dans sa lampe.


 « Je... okay. Okay, on va le battre. »

Mue par une détermination forte, basant toute sa force sur l'amour qu'elle ressent pour Khalid et ce besoin définitif de le retrouver pour le serrer dans ses bras – et lui tirer ses fichues oreilles, oui – Shaya hoche la tête et suit Carol. En écoutant attentivement ses mots et conseils, puis ses explications sur son plan.

 « D'a... d'accord. »

Elle ne comprend pas tout – mais elle a foi en Carol Ferris.
Et la suit, ainsi, quand celle-ci se dirige puis rejoint une synagogue.

Pénétrant pour la première fois dans un tel lieu saint, se sentant gênée vu les rapports complexes entre la religion régnante ici et la sienne, qui demeure celle de son existence même si elle n'est pas pratiquante, Shaya Halim... n'est pas à l'aise.
Elle flotte dans les airs, se tient de côté, hésite ; mal à l'aise.
Il faut l'intervention de Carol, et la sensation d'arrivée du Djinn pour la réveiller ; pour lui faire prendre conscience de ce qu'il se passe... et sentir, surtout, l'afflux de puissance transmis par Star Sapphire.


 « Okay, Carol. Je... okay. Et... wahou. Le pouvoir, c'est... okay. Ça va aller. Ça va le faire. »

Shaya acquiesce, aux paroles de sa mentor, puis serre le poing et hoche la tête.
Ça va le faire, oui ; elle le dit. Elle le promet. Et elle va s'en sortir.
Car elle a des oreilles à tirer – et, aussi, des lèvres à embrasser, après.


 « HEY ! »

Le Djinn arrive, et défonce un mur.
Shaya l'attend ; au sol, les poings serrés – et un sourire provocant sur le visage.


 « J'SUIS ICI, GROS DUR ! »

Le Djinn ne parle même plus. Il se précipite, et file vers elle ; qui ne l'attend pas.
Shaya bondit, utilise son surcroît de pouvoir pour se déplacer, et rejoindre la salle de prières. Heureusement vide.


 « ALORS ? CA FAIT QUOI DE S'FAIRE HUMILIER... PAR DES FILLES ? »

Elle vole – mais sans s'émerveiller.
Avec précision et efficacité.
Elle vole, file dans les côtés, et entame un ballet terrible avec le Djinn ; qu'elle provoque, mais évite. Toujours à la dernière minute.

Ils vont et viennent, se chassent et se manquent ; encore et encore.
Le danger s'accroît, elle le sent. Mais elle ne s'arrête pas.
Shaya Halim continue. Elle utilise ses capacités pour tenter, provoquer, éviter et rendre fou le Djinn... en espérant que Carol réussisse ; mais ses pensées ne sont pas concentrées sur elle.
Mais sur Khalid.
Qu'elle aime. Qu'elle veut retrouver. Dont elle veut tirer les oreilles.
Qu'elle Aime, oui.
Et, alors, Shaya Halim et son anneau brillent plus forts. Et, alors, la victoire apparaît possible...


(HJ/ Résumé rapide :
- Shaya se perd dans le combat, mais se reprend grâce à Carol ;
- Shaya s'émerveille de voler, complètement heureuse ;
- Shaya reprend son sérieux et suit Carol, même si elle est mal à l'aise dans ce lieu de culte ;
- Shaya se reprend, encore, et attire et provoque le Djinn. Elle joue au chat et à la souris, mais son Amour se renforce, et la fait briller encore plus, tandis qu'elle suit à la lettre le plan de Carol. /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 13/06/2018
Messages : 140
DC : Dove
Localisations : Zamaron / La Terre.

MessagePosté le: Jeu 11 Oct 2018 - 21:49
Collateral Damage.
Deux essais. Voilà à quoi se résume le reste d'énergie coulant encore en elle, avant que son anneau ne se taise, jusqu'à rechargement sur sa batterie lanterne. Elle continue de courir dans les couloirs, de monter ces escaliers, en ne cessant de se rappeler l'urgence de la situation et le poids qui à présent pèse sur ses épaules. Si elle se rate, Shaya risque de mourir, et elle et le rabbin, et les personnes que Doctor Polaris souhaite éliminer pour détruire mentalement Fate. Elle regarde à nouveau son anneau lorsque ses pas la mènent finalement devant la porte de la salle de prières. Moment solennel durant lequel elle se décide à étouffer ses doutes, et surtout penser que si le pire arrive arrive, elle aura fait de son mieux. Même si l'humanité risque de ne pas le retenir ainsi.
"Comme on le dit si bien, ça passe ou ça casse ma grande."
Elle inspire un grand coup et, ouvre avec fracas les portes. Le rabbin sursaute, manquant de faire tomber le menorah en interrompant sa prière. Puis il voit, il voit cette femme habillée de rose violacé se diriger vers lui de ce pas ferme et droit. Le temps de la prière semble bel et bien terminé.
"Rabbin, ou Grand Rabbin. Je m'excuse de venir jusqu'à vous en votre lieu de prières, mais une urgence m'a conduit à vous. Je suppose que vous connaissez les djinns des mythologies
- Oui, à vrai dire. Mais quel est le rapport avec votre venue ..."
Ses lèvres restent suspendues un moment dans le vide. Un djinn. Un vrai djinn est entré dans la synagogue, si cette femme dit vrai. Quand tous deux se fixent dans le blanc des yeux, la parole est donnée, confirmée dans le silence le plus complet. Il faut agir et enfermer le djinn dans la salle de prières et surtout, faire preuve de foi face à cette menace on ne peut plus dévastatrice.

Malgré les quelques mots échangés sous forme de paroles rassurantes ou d'établissement du plan, malgré sa foi immense envers son dieu, le rabbin tremble. Il tremble en entendant à l'extérieur de ce lieu saint les cris, les explosions résultant du fameux affrontement entre une autre femme et cette créature mythique. L'effroi le gagne, mais il réaffirme ses convictions. La curiosité l'enflamme, car jamais de sa vie il n'a pu voir un être extraordinaire autre que ces héros à super pouvoirs. Quand à Carol, elle guette. Elle guette l'arrivée de sa binôme temporaire quand enfin le bruit des affrontements se rapproche. Puis, quand Shaya arrive, quand Carol ressent l'énergie qu'elle a prodigué à la jeune femme jusqu'au plus profond de son être passer, elle n'hésite pas, pas une seule seconde. Un énorme filet d'énergie se crée entre deux piliers et le djinn tombe droit dedans. Malgré sa puissance et l'incroyable esprit dont il peut faire preuve pour réaliser les voeux de son maître, il tombe dans un piège aussi grossier. Les portes se referment derrière lui tandis que résonne à présent dans toute la surface de la pièce cette voix chevrotante, mais tout de même emplie de la puissance de ses croyances.
"Baroukh ata Adonaï, Elohènou, melekh ha‑olam, asher kideshanou bemitzvotav,
veratza banou, veshabbat kodsho bèahava oubèratzonn hin'hilanou,
zikaron lema'asse bereshit, t'hila lèmiqraeï kodesh, zekher li'ytziat Mitzraïm,
ki banou ba'harta vèotanoukidashta mikol ha'amim,
vèshabbat kodshèkha bèahava oubèratzon hin'haltanou,
baroukh ata adonaï, mekadesh hashabbat"

Traduction:
 
Carol tient, resserre l'étau contre l'être voué à détruire alors qu'il pourrait servir à faire le bien. Et, même si celui-ci s'affaiblit, il n'en reste pas moins violent, fort pour tenter de sortir de sa prison de fortune.
"Shaya je jure que si nous nous en sortons, ton petit ami nous devra une fière chandelle !!!!"
Et celle là, elle ne sera pas juive. Mais elle se garde de toute blague concernant la religion, étant donné la situation.
"Frappes-le ! Il faut à tout prix l'affaiblir plus qu'il ne l'est ! Mais s'il te plaît ... évite de générer un autre Fate géant. Ou crée un dôme autour de lui pour contenir ses accès de puissance !!! Il serait capable de s'exploser si jamais on ne l'affaiblit pas !"
C'est le premier essai. Si elles se ratent, elles n'auront plus qu'une chance, avant que Shaya ne voit son anneau disparaître de son doigt, car il ne s'agit là que d'une copie générée par l'anneau de Carol. Et celui-ci est presque à bout, comme sa porteuse.

© 2981 12289 0

Résumé:
 


Wolven Storm
These scars long have yearned for your tender caress. To bind our fortunes, damn what the stars own rend my heart open, then your love profess a winding, weaving fate to which we both atone.•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/11/2017
Messages : 198
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Lex Luthor.
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
Shadowpact
MessagePosté le: Lun 15 Oct 2018 - 9:47
Shaya Halim est exténuée.
Passés les quelques moments initiaux, où elle est véritablement grisée dans son affrontement contre le Djinn, elle ressent désormais le poids de l’exigence de l’anneau lui impose – et chaque mouvement, chaque attaque, chaque création deviennent plus difficiles, moins fluides.
Elle fatigue ; elle perd pied.
Mais pas le Djinn.


« Hrm. »

Elle grogne, alors qu’elle pare difficilement une pique ennemie ; elle ne tiendra plus longtemps, elle le sait. Et la peur, alors, commence à naître dans son être – dans ses tripes, pour grandir et infecter toute son âme.
Elle a peur, oui ; elle la sent monter, se développer, s’emparer de toutes ses fibres.
Et, évidemment, sa lumière faiblit – son anneau devient plus vulnérable, et ses mouvements sont moins clairs, moins beaux ; moins bons.


« Hughn. »

Elle souffre, quand le Djinn la protège au sol ; elle a peur.
Mais elle repousse cette pensée, ce sentiment… elle le repousse, car elle se concentre sur autre chose. Sur quelque chose d’autre.
Sur quelqu’un d’autre.


« KHALID ! »

Elle hurle, alors qu’elle est à terre. Elle hurle, alors que le Djinn veut la frapper. Elle hurle, pour expulser cette puissance absolue qui s’échappe d’elle – qui prend naissance dans son cœur, dans son âme, dans toutes les fibres de son être.

Elle hurle, oui ; et repousse violemment le Djinn, pour le projeter là où il doit aller.
Dans la salle de prière.
Dans le piège.

Le Djinn, surpris d’être ainsi attaqué, baisse ses défenses… et se laisse prendre, alors, par la stratégie de Carol Ferris ; non. Des Star Sapphires.
Toutes deux se dressent contre lui, et usent de leurs pouvoirs, de leurs anneaux contre lui ; pour le retenir, l’empêcher d’agir – tandis que le rabbin se lance.
Tandis que l’impossible se produit.


« Wahou. »

Shaya Halim prend les choses au sérieux, et a acquiescé aux demandes de sa mentor ; elle utilise ses pouvoirs pour s’en prendre au Djinn, et comprend qu’elle doit encore plus l’affaiblir – ou créer un dôme, autour de lui.
Il faut le bloquer, il faut le stopper ; mais, malgré cela, elle ne peut s’empêcher d’être… impressionnée. Par ce qu’il se passe. Par ce qu’il fait.


« Je… oui. Oui. Oui, oui, oui. Oui. »

Elle hoche la tête, et se reprend.
Pour enfermer le Djinn.
Pour l’emprisonner dans un dôme brutal, rempli également de piques et de créations agressives ; pour l’attaquer. Pour l’affaiblir. Pour le briser.
Et ça fonctionne.

Le Djinn tombe. Le Djinn a déjà utilisé beaucoup de puissance – et en perd encore plus, à mesure que le rabbin continue.
Le Djinn tombe. Le Djinn s’affaiblit.
Le Djinn… perd.


« Ho. »

Le Djinn est tombé ; le Djinn est stoppé.
Le rabbin continue, bien sûr – mais le Djinn ne bouge plus. Le Djinn n’a plus de force.
Il est vaincu… elles ont réussi !


« HO ! »

Shaya a flotté tout autour du Djinn et du dôme, durant ces dernières secondes ; tournant, pour maîtriser la structure du dôme.
Dos à Carol, elle se précipite pour se tourner vers elle – et esquisser un sourire immense, enfantin, gourmand, soulagé ; victorieux.


« Vous… VOUS AVEZ VU ? VOUS AVEZ VU ÇA ?! »

Elle hurle, mais rit ; elle est exténuée, mais ravie.
Elle a le dos tourné au Djinn, mais le dos demeure – et le Djinn est vaincu. Elles ont réussi, et elle n’en revient pas.


« ON L’A EU ! ON L’A VRAIMENT EU ! KHALID VA VRAIMENT DEVOIR NOUS LECHER LES B… »

SCHLACK

Elle ne peut finir sa phrase ; elle ne peut aller plus loin.
Car elle s’est trompée.
Le Djinn était affaibli, oui ; il était tombé, il était stoppé – mais il n’était pas vaincu.
Il l’est, maintenant. Il n’a plus de force… mais il lui en restait un peu.
Suffisamment pour une dernière attaque. Suffisamment pour une dernière pique. Suffisamment pour une dernière salve d’énergie.

Suffisamment pour lancer sa main, la transformer… et trancher la tête de Shaya Halim.
Qui retombe, désormais, à ses pieds ; avant que son cadavre ne la suive.

Le Djinn est maintenant vaincu, oui. Et il tombe, brisé.
Il n’est, hélas, pas le seul…


(HJ/ Résumé rapide :
- Shaya souffre beaucoup, sent la peur monter, mais expulse tout son Amour et repousse le Djinn ;
- Elle suit les ordres de Carol, créé un dôme, et le Djinn tombe, brisé et stoppé ;
- Shaya est ivre de joie, tourne le dos au Djinn ;
- Le Djinn utilise sa dernière force pour décapiter Shaya Halim. Le Djinn est désormais vaincu, vidé… mais la tête de Shaya est au sol, et son cadavre la suit. /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 13/06/2018
Messages : 140
DC : Dove
Localisations : Zamaron / La Terre.

MessagePosté le: Lun 15 Oct 2018 - 18:17
Collateral Damage.

Il n'est pas rare de voir des gens mourir dans de telles circonstances. Encore moins quand il s'agit de proches, tués ou effacés par des entités. On a beau regarder ces morts avec le même choc, choc venu de cet effet de surprise morbide, l'appréhension est moindre quand on ne se sent pas lié à la personne. C'est ce qu'il se passe pour Carol qui, même si le sang de Shaya a giclé sur son visage, même si elle a vu la tête se désolidariser du tronc dans un flot de sang, reste interdite. Shaya n'était pas une Star Sapphire et, en cela, sa douleur est moins grande que lorsqu'une de ses soeurs tombe réellement au combat. Elle a aussi besoin de rester calme, concentrée au vu de la situation sanglante, des cris et prières du rabbin venant de son dos, en étant en face du meurtrier ... dont elle a malheureusement besoin. Un long soupir fuse d'entre ses lèvres, ses paupières se ferment et, la reine de Zamaron encaisse, tandis que l'énergie non utilisée par Shaya revient à elle. Son anneau se remet alors à parler.
Si l'énergie n'était pas revenue à vous Carol Ferris, vous seriez là à sa place.
J'ai préféré jouer la sécurité de cette jeune fille plutôt que la mienne, pourtant.
Le destin en a décidé autrement.
Carol fronce les sourcils, appréciant peu qu'on vienne lui sortir que le destin a la main mise sur tout et son prochain. Ce sont des conneries qui selon elles, font juste mumuse avec leurs pions quand ça leur chante. Son costume et son aura se stabilisent à nouveau avec l'afflux d'énergie, mais elle reste assise à terre, depuis la mort de Shaya, les membres encore engourdis sous le choc et le nombre d'émotions frappant le pas en son coeur. Le rabbin vient finalement à sa suite et pose une main sur l'épaule de la jeune femme en train de faire le deuil de celle qu'elle semblait tout de même beaucoup considérer, malgré son manque de réaction.
"Une vie inutile est une mort anticipée mon enfant. Elle a donné sa vie pour en sauver d'autres
- C'était sa mort qui devait être évitée, Rabbin. Et elle était si jeune, si amoureuse, si ... si puissante. Elle était la vie., lâche-t-elle de sa voix quelque peu brisée.
- Elle trouvera la paix. Car elle a fait le bien."

Carol se redresse face à ces paroles, courroucée. Non, elle ne trouvera pas la paix. Le djinn l'a tuée, lui a volé l'occasion de prouver à Fate qu'elle l'aimait et que son amour pour lui la rendait forte. C'était comme cracher sur son corps que de dire pareille infamie, alors que l'on avait encore la chance d'être vivant. La Star Sapphire tourne donc sèchement les talons pour s'emparer du corps encore tiède de Shaya. Et, lentement, avec un ruban d'énergie venant de son léger amour pour la jeune fille, elle remet la tête en place sur le tronc. L'énergie cautérise alors les dégâts faits sur le corps de feu l'enjouée, tandis que le djinn est placé dans un filet d'énergie. Elle emporte ensuite ces deux poids avec elle dans un silence glaçant, pour retourner auprès de Fate, et lui apporter en soi, la mauvaise nouvelle.
C'est donc le coeur lourd qu'elle arrive sur le lieu de combat, non loin de Fate, lâchant dans un énorme bruit l'épais corps du djinn dégagé de la plateforme. Carol prend quand à elle le corps de Shaya dans ses bras et pose pied à terre, le visage assombri.
"Fate elle ... elle a combattu pour te sauver. Pour me sauver."
Elle s'avance, non sans tenir cette tête de nouveau soudée au corps avec précaution. Elle se tait pendant un long moment, laissant Fate consumer sa tristesse car si elle se met à parler, la reine de Zamaron sait qu'elle devra faire face à une personne destituée de toute pensée raisonnable.
"Il n'y a qu'un moyen de la sauver. Et cela ne doit pas se faire avec l'aide de la nécromancie, et encore moins à l'aide d'une remontée dans le temps. Cela risquerait d'altérer sa condition ou pire, de la tuer sans que jamais nous n'ayons la possibilité d'arrêter cet événement. Le djinn ... le djinn doit retrouver l'anneau des White Lantern. Tu dois formuler ce voeu. C'est le seul moyen."
Et pourtant, pourtant en regardant ce sourire encore présent sur les lèvres de Shaya, elle voudrait qu'une autre solution puisse lui venir. De tout son coeur. Fate ne mérite pas ça. Pas de perdre ce qu'il a de plus précieux à cause des imbécilités de certains comme Polaris ou bien cet autre Fate imbu de lui-même. Elle serre les dents, elle voudrait lâcher une larme, de déception et de tristesse mélangés. Mais elle se retient car si elle ploie, Fate sera incontrôlable. Peut-être l'est déjà-t-il. Pendant ce temps là, l'anneau Star Sapphire se met à émettre une légère lumière comme si ... quelque chose le poussait à vouloir s'interposer, donner une solution à ce tragique événement et surtout, rappeler à Carol qu'elle a un pouvoir pouvant surpasser celui du White Lantern, qu'elle n'a pas besoin du djinn. Du moment qu'elle et Fate croient en ce qu'est l'amour.

© 2981 12289 0

Résumé:
 


Wolven Storm
These scars long have yearned for your tender caress. To bind our fortunes, damn what the stars own rend my heart open, then your love profess a winding, weaving fate to which we both atone.•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/11/2017
Messages : 198
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Lex Luthor.
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
Shadowpact
MessagePosté le: Mer 17 Oct 2018 - 10:10
Quand Star Sapphire est partie, elle a laissé un Khalid Nassour en pleine possession de ses moyens – actant sa mission, acceptant son destin, s’offrant à ce Heaume de Toth, et assumant donc ce qu’il est véritablement.
Fate.
Le protecteur et surtout soigneur du monde.

A son retour, Carol Ferris redécouvre le jeune homme dans la même situation.
Avec KGBeast et le Docteur Polaris vaincus, stoppés ; et le quartier sauvé, même s’il a été endommagé.

Mais.
Mais tout change… quand il les voit ; quand il la voit.

Lévitant au-dessus du sol, maîtrisant encore son énergie pour empêcher les deux Vilains d’agir, il s’est tourné en la sentant arriver – un grand sourire, sur le visage ; tout simplement fier de ce qu’il a fait, et se préparant à fêter l’événement.
Mais cela n’arrivera pas ; car il la voit.


« Shaya. »

Ces deux syllabes, ce mot… ce nom.
Ce sont les seuls sons qui s’échappent de ses lèvres, de sa bouche.

Il la voit, oui. Il voit le cadavre. Il sent, via l’instinct magique, et comprend ce qu’il s’est passé.
Le Djinn tombe à ses pieds, mais son regard demeure concentré ailleurs ; sur elle. Shaya. Shaya Halim. Une connaissance d’enfance, mystérieuse, indépendante, forte. Une forte tête. Têtue. Superbe. Magnifique.
Il en est tombé amoureux immédiatement ; rien n’a changé depuis. Rien, hormis la quantité d’efforts pour la séduire… et réussir. Enfin.

Shaya. C’est Shaya.
Son amour ; qui est morte.
Il le comprend. Il le voit. Il ne l’accepte pas.

Carol parle, bien sûr. Elle prend sur elle, elle dépasse sa propre douleur, elle… tente de trouver des solutions ; d’en proposer, à Khalid.
Qui, hélas, n’est pas en situation, en état de les entendre. Encore moins de les comprendre.

Ses muscles se crispent. Son visage se ferme. Sa respiration accélère. Ses poings se serrent.
Son cœur bat plus vite ; son esprit se ferme.
Les émotions bondissent. La douleur concurrence la tristesse… mais toutes deux s’inclinent, devant un autre sentiment. Bien plus fort. Bien plus terrible.
Bien plus absolu.

Khalid ne dit rien, toujours ; mais il réagit, malgré tout.
Il s’entoure, inconsciemment, d’une aura d’énergie – puissante. Massive. Extraordinaire.
Dangereuse.



Les vêtements tâchés et endommagés, il se détourne à regret du corps de Shaya – de sa Shaya, de son amour, de sa princesse, de… celle qu’il ne peut, encore, considérer comme morte ; il est en déni.
Il n’écoute pas Carol, il ne s’y intéresse pas. Il n’y croit pas. Il ne veut pas y croire.
Il se détourne, pour fuir… mais pas uniquement.
Il se détourne, pour fuir – et pour les voir.

KGBeast. Docteur Polaris.
Emprisonnés. Bloqués. Vaincus.
Mais… responsables.

Même s’il refuse. Même s’il est dans le déni. Même s’il n’écoute pas Carol. Même s’il fuit cette vision, pour ne pas la voir, pour ne pas y croire.
La douleur demeure. La tristesse grandit.
Et la rage…



… explose.
Une énergie terrible, aveuglante, s’échappe de lui – et projette Star Sapphire sur plusieurs mètres ; ça ne s’arrête pas là.

Les immeubles s’écroulent. Le sol est anéanti. Le quartier est agressé.
Et les Vilains…
Les Vilains font l’objet d’attaques d’une puissance absolue, terrible, définitive ; de la part d’un Khalid Nassour qui n’a plus aucune envie de se contrôler.


« RAH ! »

Il lévite, et les frappe.
Sans création, sans manipulation, sans douceur ; il les frappe, avec une énergie pure. Destructrice.


« RAH ! »

Il les frappe, et il hurle.
Toute sa douleur, toute sa tristesse ; toute sa rage.


« RAH ! »

Il les frappe, et anéantit tout autour de lui.
Sans remords, sans regret, sans hésitation ; car s’il souffre, tout le monde doit le suivre.


« RAH ! »

Il les frappe… et les tue.
Avant de s’écrouler.
Avant de tomber, entouré d’une aura de puissance absolue ; mais corruptrice.

Khalid Nassour a cédé. Il s’est perdu, dans sa douleur, dans sa tristesse. Dans sa rage.
Il s’est perdu.
La puissance coule en lui – mais le Heaume de Toth, incarnant sa sagesse et sa douceur, se brise ; comme lui.
Il s’est perdu.
Que les dieux aient pitié du monde.



(HJ/ Résumé rapide :
- Fate avait maîtrisé KGBeast et Dr Polaris quand Carol arrive ;
- Fate craque, en voyant Shaya, et s’enfonce dans la douleur, la tristesse… et la rage ;
- Fate est dans le déni, augmente sa puissance, se détourne pour fuir la vision – et s’en prend aux Vilains ;
- Fate explose de colère et de puissance, repousse Carol, anéantit le quartier, et frappe les Vilains ;
- Fate les tue, puis s’écroule. Le Heaume de Toth se fissure, mais la puissance demeure… et Khalid s’est perdu dans la rage. /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 13/06/2018
Messages : 140
DC : Dove
Localisations : Zamaron / La Terre.

MessagePosté le: Lun 29 Oct 2018 - 0:28
Collateral Damage.

Combien de fois avait-elle perdu Hal. Que ce soit par rupture, par abandon simple, par possession par une entité maléfique ou par la mort. Ce n'est plus comparable avec la mort d'un être aimé et fidèle, comme dans le cas présent. Elle, elle peut encaisser en ayant tant perdu. Elle, elle peut aller de l'avant même si une soeur meurt. Mais à une époque ses actions auraient été toutes autres, voir équivalentes sur la forme à celles de Fate. Blesser ceux qui nous aident, tuer ceux qui ont détruit une partie de notre vie, détruire un peu plus le cadavre de la personne que l'on souhaitait protéger. Des réactions qui ne surprennent guère Carol qui, est obligée d'encaisser cette rage, de préserver comme elle le peut le corps inanimé de Shaya, au détriment de sa propre protection. La Star Sapphire est projetée, jetée à terre, rebondit, se racle contre le goudron et les éclats de taule, de verre générés par le précédent combat. Et, son corps à nouveau reconstitué se barde, se fait trancher, lui impose la douleur physique car elle ne ressent pas assez la douleur psychologique de Fate. Il faut compenser, c'est le destin qui le souhaite ou plutôt la fatalité. Son râle de douleur se fait entendre, faible, comme le reste de son corps, mis a rude épreuve en cette journée.
Cela nous rappelle des heures bien sombres ...
"Quoi ... que quelqu'un tue par amour ... ?"
Elle rit, amère, mécontente de voir en un si jeune esprit le même genre de déliquescence l'ayant habitée, l'ayant rendue folle et capable de tuer. Et, lentement, elle s'assoit sur ces ruines que Fate produit dans sa rage, en ravalant tout ce qui l'a un jour torturé et qui ne cesse de vouloir la faire vomir face à ce nouveau reflet de ses propres abominations. Folie, jalousie, rage, abandon, injustice. Tout lui revient des coeurs aux tripes.
Il n'y a qu'un moyen Carol Ferris, mais Fate ne peut le fournir. Pas dans cet état.
Et elle entend, elle voit ce que lui transmet l'anneau. L'un des rares pouvoirs pouvant égaler l'anneau White Lantern. Redonner la vie, par amour. Soupir.
"Je vois ... Je n'ai plus le choix. Appelle Fatality."

Après une levée laborieuse et un passage entre débris et cadavres encore fumant de ceux qui ont été leurs adversaires il y a encore quelques minutes, Carol s'avance lentement, en clopinant un peu, sa cheville étant sévèrement tordue suite à l'explosion d'énergie engagée par Fate. Ce qu'elle s'apprête à faire ne l'enchante guère mais ... à travers la duplication de l'anneau, elle a reçu certains souvenirs de Shaya. Ses gestes envers celui qui se nomme Khalid tendres ou plus bruts, ses sentiments, son apparence. Et tout cela, elle le crée face à Fate au prix de grands efforts. Elle crée une Shaya à partir de ces souvenirs, vaporeuse et lumineuse qui vient alors envelopper de ses bras Fate, lentement. Toucher ses pommettes, ses veines pulsantes dévoilées sous ce casque brisé. Elle vient poser la tête contre son épaule et resserrer sa prise douce pour qu'il sente ce qu'il reste d'elle à travers cette émanation.
"S'il te plaît Khalid ..."
Sa voix est étouffée par les larmes qui tentent à nouveau de monter. Tandis que Fatality apparaît dans une lueur rose, batterie en main. Elle observe la scène, non sans se montrer condescendante et dégoutée une fois de plus par la stupidité des mâles de cette planète.
"Si tu persistes sur cette voie, le retour ne sera pas possible. Et ... je ne peux me résoudre à t'arracher Shaya de cette manière. Ni à lui imposer ça ... "
Oh dieu qu'elle la connaît cette manière. C'est celle employée par les Gardiens, par Sinestro encore green lantern à cette époque ... c'est celle de vous séparer à jamais d'un être aimé en faisant en sorte qu'il place de hautes barrières, des excuses sous le couvert de la responsabilité et de l'égoïsme. Pourtant, si cela permet qu'elle puisse vivre, elle le fera.
"Fais-le. Je préfère savoir cette fille vivante et à nos côtés, ma reine. Ton amour encore présent pour l'espèce humaine t'honore, mais obscurcit ton jugement."
Fatality tend la batterie à Carol, pour qu'elle puisse recharger son anneau. Mais pour cela, la reine de Zamaron doit effacer cette Shaya serrant Khalid.
"Tu ... as raison."
Et elle soupire, avant de faire disparaître cette image presque réelle et de laisser seul dans le froid et les débris Fate, pour placer son anneau au centre de la lanterne. Un nouveau flux la parcourt, la transcende et lui rend toute la puissance de cet amour qu'elle vit de plus en plus pour une cause, pour des femmes de tous horizons. Son amour pour Zamaron, pour les Star Sapphire, pour les femmes aimantes comme Shaya. Et ...

Carol le fait. Elle se concentre sur ce corps à moitié raide encore parcouru d'un sourire satisfait, sur ce que Shaya lui a transmis en terme d'amour pendant ces quelques moments, ses sentiments à sa mort, ou bien avant. Cet enthousiasme et cette envie de dépasser ces barrières qu'elle s'était imposée à cause de la société. De son envie d'être femme, femme aimante. Toute son énergie et son attention ne sont que pour elle, même la main de Fatality apposée sur son épaule ne perturbe en rien son envie de réparer, de revoir une femme qui a le mérite d'être, et de la voir vivre encore longtemps. Même si cela aura un prix. Un prix caché dans le poing fermé de Fatality. Pendant plusieurs minutes, de l'énergie rose violacé entre en Shaya. Pendant plusieurs minutes, on entend Carol gémir, grogner, et manquer de faillir face à cette rude tâche. Car son amour ne vaut pas autant que celui partagé avec une personne unique. Et Fatality s'avance, quand enfin elle voit un doigt bouger, puis un autre, avant de s'agenouiller aux côtés de Shaya et de lui passer l'anneau des Star Sapphire. Une explosion d'énergie, bien plus salvatrice que les précédentes, vient alors baigner une petite zone. Fatality prend la main de la jeune fille, encore sonnée et inconsciente de ce qui lui est arrivé depuis. Jusqu'à ce qu'elle pose les mains sur sa gorge par réflexe. Fatality la prend alors aux épaules pour la réconforter.
"Tu es revenue parmi nous ma soeur.
- Elle est vivante."
Carol s'est retournée vers Fate, toujours recroquevillé et à moitié engouffré dans sa solitude folle. Ses yeux luisent d'une intense lumière rose, toujours transcendée, mais tremblant de tout ses membres.
"Mais elle est à présent une Star Sapphire. C'est la seule chose qui la maintiendra à présent en vie. Si jamais son lien se brise, ou qu'elle ne recharge pas son anneau à temps, elle mourra. De même si son amour disparaît."
La Star Sapphire grimace.
"Si seulement ..."
Si seulement Fate n'avait pas cédé à l'animosité. Peut-être qu'il en aurait été autrement. Carol serre les poings, toujours dans la retenue et imposant toujours sa fierté au grand jour pour ne pas céder au sentimentalisme.
"Shaya."
Ses bras se croisent, toujours tremblants, son air est grave.
"J'ai pu t'accorder une seconde chance malgré la mort qui t'a frappée injustement ... cela ne m'enchante guère mais tu vas devoir choisir en fonction de ce que tu vois, de ce qui peut advenir dans le futur."
Fatality vient presser sa main entre les omoplates de Carol, afin que celle-ci ne soit pas tentée de s'évanouir pour de bon. Bon dieu qu'est-ce que la reine de Zamaron donnerait pour avoir une nuit de sommeil, de quoi passer toute la frustration accumulée durant cette journée, mais aussi ce qui risque d'advenir dans la finalité.
"Va le voir ..."
Elle inspire profondément, sans se rendre compte du sang qui coule et de son nez et de ses oreilles tant elle a forcé. Peut-être qu'elle aurait dû s'abstenir, au final ... se taire et laisser les choses aller, malgré l'installation du chaos, de la tristesse et de la violence. Comme diraient les terriens "tout le monde n'est pas Wonder Woman".

© 2981 12289 0

Résumé:
 


Wolven Storm
These scars long have yearned for your tender caress. To bind our fortunes, damn what the stars own rend my heart open, then your love profess a winding, weaving fate to which we both atone.•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/11/2017
Messages : 198
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Lex Luthor.
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
Shadowpact
MessagePosté le: Lun 29 Oct 2018 - 11:41
« … »

Fate ne parle pas ; il ne peut plus.
Aucun son ne s’échappe de ses lèvres. Aucun mouvement ne bouge sa carcasse. Aucune réaction ne s’empare de lui… même alors que beaucoup de choses se passent, tout autour.

Sa fureur absolue a quasiment anéanti le quartier. Elle a, en tout cas, pris bien des vies – et notamment celles de KGBeast et du Docteur Polaris ; mais cela ne l’a pas apaisé.
Les destructions se comptent par milliers, des vies ont été détruites, et plusieurs blessés sont dans un état critique. Il a libéré une énergie absolue, terrible, dont il ignorait la puissance ; mais cela ne l’a pas apaisé.
Rien ne l’a apaisé ; rien ne l’apaise. Rien ne l’apaisera jamais.

Shaya est morte.
Tout est perdu. Plus rien n’a de sens.

Khalid Nassour a disparu sous la douleur, la tristesse, la souffrance absolue.
Le deuil, qu’il ne peut accepter ; la perte, qu’il ne peut tolérer.
Shaya est morte.
La pensée le hante, le ronge, le détruit. Il ne songe qu’à cela. Il ne voit que cela. Il ne comprend que cela. Le reste… le reste n’existe plus.

Replié sur lui-même, brisé, il ne prend même pas conscience de la construction réalisée par Carol Ferris. Il frissonne, quand la créature d’énergie vient le toucher, le caresser, le consoler ; mais il refuse de reconnaître son existence.
Son esprit est touché, fragmenté, et il ne peut plus faire les liens. Il n’arrive plus à se dire qu’il s’agit d’un élément créé par l’anneau de Star Sapphire – il n’a plus les capacités mentales pour cela.
Il n’est que douleur, tristesse ; souffrance.
Et considère, alors, que ceci… que cette forme, si douce, si tendre, si chaude, si proche d’elle… ce n’est qu’une illusion. Un extrait de sa psyché.
Une illustration de sa démence.


« N… nnnn… »

Ses dents crissent, tant sa mâchoire est serrée. Replié sur lui-même, les bras autour des genoux, il va et vient – comme un fou ; comme le pauvre locataire d’un asile, rongé par la folie, incapable de gérer ses pulsions.
Il bouge, tremble ; va et vient en avant.
Il n’est plus là.
Mais il accueille, presque avec soulagement, le départ de la créature – de l’énergie, qui s’évapore.

A proximité, Carol Ferris est autant touchée que lui ; la perte de Shaya n’impacte pas que le jeune homme, même s’il ne peut en avoir confiance.
Cependant, si la Star Sapphire a subi de plein fouet le trépas de la jeune fille, si elle doit faire face à ses anciens démons en découvrant la puissance furieuse d’un Fate incapable de se contrôler… elle se reprend ; elle se contrôle. Elle essaye, au moins.
Plus âgée, plus expérimentée, plus souvent touchée par les drames aussi, hélas, Carol parvient à s’extraire de sa douleur – et à se projeter. Pour trouver une solution.
Même si Fatality manque de tact, pour énoncer les détails de cette dernière.

Le jeune homme ne prend pas conscience de la suite, de ce qu’il passe.
Une partie de lui les entend – il les entrevoit, même, du coin de l’œil ; mais il ne s’y attache pas. Il ne s’en préoccupe pas, tant son esprit est uniquement concentré ailleurs.
Shaya est morte.
Tout est perdu. Plus rien n’a de sens.


« M… mmh… »

Mais.
Mais… il sort peu à peu de sa léthargie ; mais il la remarque.
Elle.
Quand Carol Ferris parle d’elle, Khalid tremble – frissonne ; bouge. Légèrement. Difficilement. Douloureusement.
Mais il bouge.


« T… tt… »

Le Heaume de Toth se redresse. Les spasmes reprennent, encore pires, encore plus violents, encore plus douloureux… quand il la voit.
Shaya.
Shaya est morte ; mais Shaya est debout.
Vivante.
Ou presque.


« N… nn… »

Sans se rendre compte, Khalid se redresse – et la voit.
Alors que ses vêtements sont en lambeaux, que son casque est quasiment brisé… il la voit ; elle.
Shaya.
Shaya est morte. Mais Shaya est revenue.
Ressuscitée, en quelques sortes. Par les Star Sapphire. Par Carol et son alliée.
Par elles deux – et elle, surtout. Carol.


« N… nnnn… »

Qui lui explique ce qu’il s’est passé – ce qu’elle a fait.
A Shaya.
Shaya est morte. Mais Shaya est revenue.
Elle l’a ramenée.
A moitié. Incomplète. Dépendante. Vampire.
Si éloignée de ce qu’elle était… de ce qu’elle devrait être ; de ce que leurs valeurs, leur religion, leurs codes exigent.


« Non. »

Sa vue se trouble – les larmes l’empêchent de voir ; des larmes de douleur.
Et de rage.


« NON ! »

La puissance furieuse l’entoure, à nouveau. Son esprit, fragmenté, se coupe une fois de plus – et son instinct, sa douleur absolue reprend le contrôle.
Hélas.


« NON ! »

Fate lève ses bras, et tire deux immenses et terribles rayons d’énergie magique ; une puissance pure, qui s’échappe de ses mains et vient frapper Carol et Fatality.
Mais pas Shaya ; qui avance. Qui semble sur le point de parler… quand il réagit.


« NOOOOON !!! »

Il dévie ses tirs, et frappe vers elle – mais pas elle.
Son énergie se transforme, se module, et devient une immense barrière dorée ; qui empêche Shaya, muette devant les événements et la violence de Khalid, d’avancer.
Il la voit, alors.


« S… shhh… »

Le casque est brisé, ses yeux sont gorgés de larmes – mais son regard accroche celui de Shaya ; il la voit. Il voit ses yeux.
Mais, surtout… il se voit ; dans ses yeux.
Il voit sa fureur. Il voit sa violence. Il voit ses meurtres. Il voit ses destructions.
Il voit sa démence.
Et… il voit ce que cela a provoqué ; ce qu’il a provoqué.


« S… shhh… Shaaa… »

Les morts. Les destructions. Mais… pire encore.
Elle.
Shaya. Shaya est morte – certes, revenue, mais plus jamais comme avant ; elle est changée. Il l’a changée.
Par sa faute. Par la faute du Heaume.
Par sa faute.


« Sha… ya. »

Khalid, enfoncé dans sa douleur absolue, en prend conscience ; et ne le supporte pas.
Il lève son poing, brillant d’énergie. Arrête sa main sous sa gorge. Adresse un regard de pur douleur vers Shaya – et soupire.
En activant ses pouvoirs.
Et en anéantissant son crâne ; en se supprimant.

Il retombe, alors.
La tête liquidée. L’esprit détruit. L’âme souillée, salie.
Mort.

Et le Heaume de Toth anéanti, également ; ce qui n’est pas une bonne idée. Ni une bonne chose… car les cieux se colorent en jaune ; en jaune et en obscur.
Avec de sinistres craquements dans les airs ; qui se répètent, et se multiplient.



Khalid Nassour est mort ; Fate n’est plus.
Mais les difficultés des Star Sapphires et de New York ne sont peut-être pas encore terminées…


(HJ/ Résumé rapide :
- Fate est en état de choc, et ne comprend rien à ce qu’il se passe ;
- Fate frissonne quand la Shaya d’énergie le touche, il pense à une hallucination ;
- Fate se relève quand Carol ressuscite Shaya, et l’écoute alors, toujours en état de choc ;
- Fate pense que tout est de sa faute, mais ne supporte guère une telle résurrection. Il s’en prend violemment à Carol et Fatality, avant de bloquer Shaya dans son énergie ;
- Fate, hanté et rongé par sa culpabilité, pense être responsable de tout… et se supprime, en anéantissant son crâne. Et le Heaume de Toth. Ce qui provoque un changement dans l’atmosphère, de bien sinistre augure. /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 13/06/2018
Messages : 140
DC : Dove
Localisations : Zamaron / La Terre.

MessagePosté le: Mar 6 Nov 2018 - 12:08
Collateral Damage.

Les trois Star Sapphire restent un moment figées sur place, encore choquées par ce qu'il vient de se passer. Shaya, de nouveau vivante, mais obligée de vivre en tant que Star Sapphire étant donné que Khalid s'est engouffré dans la folie plutôt que de se battre pour elle et la rendre à nouveau complète, ne cesse de fixer ce corps, duquel la tête a été désintégré. Et ce, devant ses yeux. Elle tremble de colère et de tristesse, ne comprenant en rien la réaction de Khalid, ni pourquoi, en ayant tout donné le destin avait fait en sorte de lui retirer la vie.
"Idiot jusqu'au bout."
Shaya regarde ses mains, maintenant auréolée de cette douce aura qu'est celle du pouvoir de l'amour qui, se couvrent de larmes.
"Tu ne m'as même pas laissé le temps de te dire au revoir."
Et, à mesure qu'elle pleure son amour perdu, alors qu'elle vivait à nouveau pour le voir, la jeune fille perd peu à peu cette lumière l'entourant. Comme si ce ciel jaune et cette ombre oppressante dominait bien plus que son amour pour Fate. En soi, cela est vrai, Shaya n'a plus personne à aimer. Khalid est mort, et son sang a tâché le corps de celle qu'il était censé aimer, avant de devenir fou, autre. Tandis qu'autour, la population commence à crier, à voir que quelque chose a altéré la réalité qu'ils connaissent. Ils fuient, hurlent de plus belle et abandonnent leurs véhicules, espérant sans doute regagner un bâtiment qui leur cache cette abomination jaune.

Fatality a pu encaisser de son bouclier la majorité de la puissance envoyée par le jeune Fate, en la déviant en partie grâce à la forme de son moyen de défense, faisant rebondir les rayons formant la partie la plus dangereuse de cette attaque. Mais elle a dû lâcher Carol qui se retrouve alors à genoux et mains appuyées sur le sol, encore consciente, mais pas en bon état. Heureusement que sa consoeur est là d'ailleurs, car elle aurait sombré dans un profond coma, à coup sûr.
"... Les valeurs religieuses auraient pris le pas sur son amour pour Shaya.
- C'est pour cela que je ne comprendrai jamais les religions humaines.
- Faut-il te rappeler qu'ailleurs, il existe ce genre de codes qui régissent l'identité même d'une personne, Fatality. Humaine ou non..."
Fatality hausse les sourcils, troublée. Sa reine a raison. Car du peuple d'où elle vient, la religion, la foi faisait aussi partie des moeurs et de la construction même des futurs adultes dont un jour elle a fait partie. Alors elle mord furieusement sa lèvre inférieure et se contente de grogner de rage. Suite à cette attaque, suite à cette éviction violente de Fate, elles ne peuvent observer qu'avec une certaine amertume ce qui se profil dans le ciel. Ce jaune traitrise, ce jaune tromperie ne donne en rien l'impression que la joie va tomber sur la ville.

"Shaya."
Fatality s'avance, après avoir une nouvelle fois prêté son épaule à Carol, encore en phase de régénération de son énergie. Elles arrivent près de la jeune femme, en train de paniquer intérieurement et comprendre qu'elle est revenue à la vie alors que cela va à l'encontre de sa religion, ou même du côté rationnel des bases de la vie qu'on lui a inculqué en médecine. Bien qu'au fond d'elle, elle remarque aussi que l'existence d'un tel pouvoir a un but. La seule chose qui arrive à l'apaiser est le sentiment envoyé par différentes Star Sapphire, alertée par la mise en danger de l'amour sur Terre. Six apparaissent alors dans une myriade d'éclats lumineux venant de leur téléportation.
"Écoute Carol Ferris, Reine de Zamaron, et cheffe des Star Sapphire.
- Écoute notre appel ..."
La reine grimace et tente de rester digne, malgré son état. Car elle transpire, est devenue plus blanche que lors de leurs derniers affrontements. À bout, mais pas encore morte, pas encore prête à céder à une quelconque émotion négative.
"Tu veux devenir médecin pour sauver des vies Shaya. Et je sais que ce que je vais dire risque ... de t'offusquer."
Elle appuie une main sur son ventre, afin de diminuer la douleur la prenant par moments, sous forme de convulsions.
"Mais j'ai sauvé ta vie. Comme tu sauverais des personnes, que tu les arracherais à la mort. Parce que tu avais le droit de vivre, d'aimer. Que ton amour était fort. Que ... mon amour pour toi était assez fort."
Carol clos quelque peu ses paupières. Puis s'adresse aux Star Sapphire présentes, et celles qui peuvent ressentir avec cette connection unique qu'elles ont, son amour pour son peuple.
"Car ... vous êtes ma raison d'aimer Shaya. De me battre ..."
Elle ravale sa salive, voit Hal apparaître. Ses larmes montent, mais elle avoue sous ce ciel jaune la triste vérité.
"On ne choisit pas qui aimer. J'ai aimé celui qui inquiète, celui qui repousse, qui sans cesse m'effrayait par ses actions, ses abandons. À présent, j'aime ces tempêtes, ces courants et ces glissements de terrain que chacune fournit car vous toutes êtes, ce que j'ai été. Sous différentes formes, différents passifs."
Ses yeux viennent observer ce ciel qui ne cesse de se craqueler. Le sang ne cesse de filer de ses narines et oreilles comme si elle était de ces statues de dieux ou déesses qui pleurent du sang. Elle, saigne simplement car ... Elle n'aime plus Hal. Son amour n'est plus exclusif, plus impératif. Il est un sentiment plus universel, plus maternel et passionné. Il est plus grand.
"Ne perds pas espoir... Pas maintenant, Shaya. Si tu veux devenir médecin .... il faut que tu apprennes à aller au delà de cette douleur, et sauver ce qu'il est encore possible de sauver."
La Terre. Ses habitants. Qu'ils soient idiots, simples suiveurs ou bien lâches de nature dans le fond, comme sans doute Khalid, ou bien Hal qui les ont abandonnées, elles ne doivent pas pour autant laisser tout tomber. Quoiqu'il arrive aujourd'hui, elles doivent tenir bon et outrepasser ces nombreuses blessures. Peut-être qu'elle délire même, et qu'elle n'a pas dit tout cela. Ce qui est sûr c'est que pour elle, tout devient flou, noir ... lourd. Tout s'arrête, elle a besoin de se reposer.
Et Fatality s'inquiète malgré son courroux et le chagrin formant une boule dans sa gorge. Elle ne comprend définitivement pas l'attachement qu'a sa reine pour cette planète.

© 2981 12289 0

Résumé:
 


Wolven Storm
These scars long have yearned for your tender caress. To bind our fortunes, damn what the stars own rend my heart open, then your love profess a winding, weaving fate to which we both atone.•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/11/2017
Messages : 198
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Lex Luthor.
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
Shadowpact
MessagePosté le: Mer 7 Nov 2018 - 12:56
Les cieux se colorent. L’atmosphère change. L’ambiance se trouble.
Quelque chose approche.

Alors que New York n’a même pas encore commencé à se remettre, alors que les blessés sont toujours en état de choc, que les cadavres sont encore chauds, les Star Sapphires ont conscience que le danger rôde toujours.
KGBeast et Docteur Polaris sont morts ; le Djinn est vaincu.
Khalid Nassour a pris sa vie.
Mais… la menace n’est pas écartée. Elle est toujours présente – elle approche.


« Carol Ferris. »

Elle est là.
Sous la forme d’une voix profonde, gutturale, terrible.
Et familière.


« Ta présence est requise. »

Les cieux dorés deviennent de plus en plus brillants – aveuglants.
Et même si les Star Sapphires veulent protéger leur reine, celle-ci le comprend très vite : elles ne pourront rien.
Elles ne pourront rien, pour empêcher ce qui vient.


« Ta tâche n’est pas encore terminée. »

Un flash lumineux intervient, alors ; un de plus.
Avant que l’effet ne se dissipe. Avant que la vue revienne aux Star Sapphires.
Avant qu’elles se rendent compte… qu’elles sont seules.
Carol a disparu.


**
*
**

Mais elle n’en a pas conscience ; pas tout de suite.
Elle aussi aveuglée, elle finit par retrouver sa vue – et se rend compte du changement. Du… déplacement, plutôt.



Elle n’est définitivement plus à New York, même si elle ignore où elle se trouve ; bien qu’elle ait quelques indices, notamment sur l’ambiance, les objets, les meubles, et les bruits à l’extérieur… bien loin du brouhaha urbain, et bien plus proches de la Nature et de la quiétude. Celles des temps jadis, en fait.
Celles des temps immortels, plutôt.


« Carol Ferris. »

La fameuse voix reprend encore, et une forme apparaît à ses côtés…
… une forme qu’elle attendait, sûrement ; Nabu.
Qu’elle a croisé, il y a quelques minutes – mais qui peuvent sembler une éternité, vu l’ampleur et le drame des événements intervenus depuis.


« Sache que ta présence ici n’est qu’exceptionnelle. Les rapports entre Science et Magie demeurent complexes, mais une certitude demeure : nulle Mortelle n’a accès en ce lieu – encore moins une Mortelle si liée au Spectre Emotionnel. »

A nouveau, la suffisance du Sorcier est évidente, mais il semble… moins éclatant qu’auparavant ; comme s’il était lui-même impressionné d’être ici.

« En outre, il t’est indispensable de démontrer ici le respect immense que tu dois ressentir, d’être en présence de tes supérieurs, et notam… »

« Allons, allons. Nabu. Cesse donc cela. »

Une autre forme apparaît, alors. Mais non pas du vide, mais des ténèbres de la pièce.
Une forme massive. Une forme immense. Une forme humanoïde, devine Carol en découvrant ses pieds, ses jambes, sa jupe, son torse… mais cela s’arrête là.
Car la suite surprend ; car l’identité de ce nouveau venu ne peut que surprendre.



Thot.
Le dieu égyptien Thot ; évidemment.


« Salutations, Carol Ferris. Je devine, à ton visage, le trouble qui t’anime – et j’ai pleinement conscience de ce que tu viens de vivre. J’ai conscience que mon Panthéon ne dispose plus de la même puissance à ton époque, mais je sais que tu me connais ; brisons-la les convenances. »

Thot tient, d’une main, un livre immense ; et de l’autre une plume, prête à écrire.
Sa tête d’ibis demeure fixée sur la jeune femme, troublante.


« Shaya Halim est morte, et ne mène qu’une semi-existence grâce à toi. Le Djinn est tombé, mais beaucoup de pertes ont été relevées aujourd’hui – parmi eux, de bonnes et mauvaises personnes, qui patientent en attendant le Jugement de l’Âme.
Ils patientent sur ma demande. Anubis a accepté ma requête, formulée sur demande expresse de mon disciple Nabu ; mais il n’attendra pas longtemps. »


A ses côtés, le Sorcier immortel s’abaisse, comme une révérence ; avant d’acquiescer, lentement, posément.

« Sache, Carol Ferris, que j’ai conscience que mes méthodes d’apprentissage, envers Khalid Nassour, ne sont pas celles favorisées par ton époque. Je n’entends guère les remettre en question – mais les événements de ce jour me confirment ce que je pressentais ; j’ai échoué.
J’ai échoué à guider Khalid Nassour vers sa fonction. J’ai échoué dans mon mentorat. J’ai… perdu, mon élève. Et je ne puis l’accepter.
J’ai alors sollicité mon Maître, mon Dieu, afin qu’il intercède en ma faveur ; afin qu’il agisse. Celui-ci dispose du Livre de Thot – mais a également accès au Livre des Morts. »


« Et je puis, par mon souhait, barrer les noms de décédés – afin de les rendre à la Lumière de Rê. Uniquement ceux qui attendent le Jugement de l’Âme, cependant.
Uniquement ceux qui sont décédés aujourd’hui… du fait de Khalid Nassour.
Lui y compris. »


Nabu acquiesce, et accomplit une révérence de plus. Avant d’enchaîner.

« Thot dit vrai… mais s’il demeure la divinité de la connaissance, il est quelque chose qui l’ignore ; et que je ne parviens pas à lui apporter.
Pourquoi.
Pourquoi agir ainsi. Pourquoi ramener les décédés à la Lumière de Rê. Pourquoi… les ressusciter.
Pourquoi les ramener – et pourquoi ramener Shaya Halim et Khalid Nassour. Malgré ses actes innommables. »


Il ne dit rien de plus ; il n’en a guère besoin.
Carol comprend.
Elle est en présence du plus grand Sorcier de l’Histoire, et d’un Dieu égyptien ; capables de ramener les morts à la vie… mais qui hésitent. Et attendent, d’elle, une raison pour cela.
Carol Ferris tient, dans ses mains, dans ses mots, dans son cœur, la clé pour ramener les morts – et notamment Shaya, et notamment Khalid ; quelle pression.
En sera-t-elle digne ?
Après une telle journée, de telles horreurs… en a-t-elle encore la force ? A-t-elle encore assez d’Amour en elle, pour réussir ?


(HJ/ Résumé rapide :
- Les cieux changent encore, un choc visuel intervient, les Star Sapphires découvrent que Carol a disparu ;
- Celle-ci se réveille ailleurs, dans un décor égyptien ;
- Nabu arrive - puis Thot, le dieu égyptien. Ceux-ci expliquent que Thot peut ramener tous les morts du jour à la vie, si Carol parvient à le convaincre qu'une telle décision est la bonne. /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 13/06/2018
Messages : 140
DC : Dove
Localisations : Zamaron / La Terre.

MessagePosté le: Sam 10 Nov 2018 - 18:19
Collateral Damage.

Tout n'aurait dû être que calme, que vide et distance avec cette situation de crise, ayant vu deux êtres s'aimant ne devenir que des choses à détruire, pour des esprits aussi malsains que le djinn ou bien Dr Polaris. L'un suivait l'autre donnait les ordres. Et Carol, au milieu de tout cela, avait essayé de faire tampon, de donner de sa personne pour que Shaya comme Khalid puissent avoir une place, alors que l'on voulait leur soutirer au fur et à mesure ce qu'ils gagnaient, créaient. Un avenir valide dans un monde de plus en plus fou et braqué sur un individualisme peu sain.
Elle était maintenant en train de flotter, de sombrer dans une sorte de coma jusqu'à ce qu'une voix, puis une lumière, viennent la soutirer à ce repos forcé. Son corps s'agite, se meut, mais la jeune femme ne comprend pas tout de même la finalité de ces mots et de cette action. Pourquoi veut-on encore lui imposer une tâche alors qu'elle a déjà vidé son énergie au maximum. Il ne lui reste que le strict nécessaire pour survivre.
Il est pourtant acté qu'il ne fait plus froid, que la chaleur a remplacé toute cette grisaille. Que les immeubles ont été effacés pour devenir des piliers de bâtisse d'un autre temps. Que le bruit ambiant de New York a disparu au profit du chat du vent et des oiseaux. Tout cela, Carol le voit, alors qu'elle se pensait fatiguée, à bout, incapable d'ouvrir ses paupières et voir à nouveau.

"Qu'est-ce que ..."
Main plaquée sur son front et doigts passant dans ses cheveux, la reine de Zamaron pense halluciner au départ, avant qu'une voix familière, lui rappelant la folie égocentrique d'un homme ou d'une entité ne lui rappelle son dégout.
"Vous ..."
Elle fusille Nabu du regard, encore vexée de ses dispositions qui ont coûté la vie à des gens, et ont été les bases de ce massacre. De nouveau, il se montre pédant, orgueilleux et surtout condescendant envers cette humanité dont il a pourtant besoin pour se mouvoir dans les temps présents. Carol aurait été capable de lui donner un coup de poing, avec ou sans ses pouvoirs pour que son fichu casque résonne tel un gong, si une autre voix ne l'avait pas arrêtée dans ses envies. Car ce qui se passe face à elle la subjugue. Tout ses rêves, tout ce qui aurait dû être dans sa vie prend forme. Thot, le dieu inventeur de l'écriture, protecteur des scribes et gardien du savoir. Devant elle. C'est une impression d'halluciner qui envahit tout son être et pourtant, son souffle, sa présence, cette ambiance tout semble réel. Où est-elle bon sang de bonsoir. Même ce qui est dit lui semble surréaliste. Enfin quand on a vu un djinn, l'on peut s'attendre à voir des dieux de l'ancien temps. Son coeur palpite, ses yeux brillent. Elle est émerveillée et en oublie Nabu un moment. Jusqu'à ce que la situation soit énoncée dans son entièreté.
"Je confirme Nabu. Vos méthodes n'ont rien d'adéquat dans le présent. Car vous n'avez plus que quelques millions d'individus sur cette planète. Ils se comptent à présent en milliards et se répartissent dans des villes comme New York."
Carol croise les bras et juge avec impartialité les faits qui lui sont rapportés.
"Des villes superbes, grouillant de créativité, mais dangereuses. Les hommes se sont confinés dans des espaces voulant toucher le ciel. Ce n'est plus de petites maisons pouvant juste raser une petite dizaine d'individus. Ce sont des immeubles contenant des centaines de personnes. On l'ébranle avec une attaque, et on tue nombre d'âmes qui ne vous ont rien demandé."
Durant ce petit discours, elle explique cela en imageant une maison de l'égypte antique, puis un immeuble régnant en certaines régions du monde à l'aide de son anneau. La vision est terrible quand on sait que les gratte ciel contiennent dix à vingt fois plus de personnes qu'en ces temps reculés.

Elle s'avance ensuite vers Toth, et s'envole pour se mettre à hauteur de sa vue, avant d'accomplir à son tour une révérence emplie d'un profond respect.
"Je pense qu'il sera plus aisé de parler ainsi, si vous le permettez."
Les images de l'immeuble s'effacent et la jeune femme se met à ouvrir ses mains en signe de surprise, surprise se lisant d'ailleurs sur son visage.
"Mais je suis étonnée de vos propos. Hathor n'aurait-elle pas pu vous donner des pistes, ou bien n'aurait-elle pas des recueils qui soient à votre portée ... ?"
Ou peut-être est-ce parce qu'elle l'a ressentie en tant qu'humaine et gardienne de l'amour. Qu'elle aime, quel que soit les barrières ? Carol secoue la tête et soupire tant la confusion la mange.
"Soit, je vais vous expliquer de mon point de vue de ... mortelle."

Discours de Carol
J'ai ressenti ce que Shaya a ressenti concernant Khalid. Il n’était pas beau à ses yeux. C’était au-delà, bien au-delà des simples mots qu'imposent nos cultures pour encadrer, barrer des principes. BIl s’imposait à elle en attirance simple, en complicité naturelle. Ça se passe d’explications grandiloquentes car les sentiments nous sont propres. On peut parler peu et comprendre ce que dit autrui d'un simple regard. Sentir sa main sur l'épaule, lire ses textes et avoir un sentiment d'immense paix. Mais on peut aussi sentir sa détresse et vouloir soulever des montagnes. Créer un Fate géant à l'image de l'amour qu'on porte à cette personne. Pleurer à s'en déchirer la voix et l'âme quand il nous abandonne ou nous est retiré violemment, de façon injuste... J'ai vu ce sentiment partagé par chacun d'eux.

Khalid Nassour et Shaya Halim s'aiment. Et j'aime mes soeurs, celles qui aiment, sans avoir peur de tout sacrifier. Je voulais simplement sauver cet amour volé par des gens qui ne savent plus faire que cela en ce moment même. La folie a gagné votre disciple Nabu, mais qui ne serait pas fou de perdre la moitié de son coeur, de son âme, quand chaque jour durant, quel que soit notre planète ou bien la religion à laquelle nous appartenons, ils est appris cet amour. Que l'amour est une partie de notre vie.

Aujourd'hui, des personnes sont mortes. Non pas parce que Khalid est responsable. Mais que nous le sommes tous, à plus ou moins grande échelle. Je suis responsable d'avoir ramené Shaya à la vie grâce à mon amour et d'avoir cru que sa vision aiderait Khalid à compléter ce qui manquait à la jeune fille. Mais peut-on juger cela comme une faute. Khalid est responsable d'avoir succombé par sacrifice et folie en étant dépassé par des événements violents et acerbes. Mais peut-on considérer cela comme une faute. Nabu a péché par orgueil, trop sûr de sa puissance, ignorant et dépassé par un monde qui n'est plus ce qui est ici. Peut-on le juger cela aussi comme une faute. Un individu est unique et réagit de manière différente face aux événements. D'autant plus quand ceux-ci impliquent des notions et des personnes liées à leur construction mentale et physique. C’est incroyable comme le coeur fait cavalier seul dans ces moments là, comme il n’a aucune cohérence, aucune logique, aucun bon sens, aucune tactique, aucune idée de la mathématique, de la géométrie ou de l’histoire ! C'est aussi triste. Car le juste milieu est toujours proche mais aussi si éloigné de nous. On ne peut pas être que raison ou sentiments, on ne peut-être que des fluctuations par moments trop intenses. Et ces fluctuations nous font faire des choix absurdes, pénibles, drôles, délicieux ... et parfois ceux-ci nous mènent à la mort.

Je ne sais pour le Docteur Polaris, lui aussi mort en ce jour, ce qu'il a vécu. Mais il est sûr que si celui-ci est ramené à la vie, je me devrai avec mes soeurs de chercher ce qu'il reste d'amour en lui, le neutraliser et l'apaiser. Pour ce qui est de Khalid, il a essayé de faire au mieux, de faire ce qu'il pouvait malgré la pression. Shaya m'a aidée et s'est montrée sous un nouveau jour, plus radieuse, plus à même d'aimer et de le montrer. Les autres victimes ont toutes une vie, sans doute une famille. Nous sommes beaucoup sur Terre, mais un acte de compassion vaut mille fois plus dans le coeur des gens que la perte. Car ils doivent vivre avec et se rappeler que l'on leur a donné une seconde chance. J'ai déjà vu cela sur d'autres planètes qui maintenant ont su s'équilibrer.

À vous de voir si mon point de vue aide votre jugement, ô dieu Toth... j'ai beaucoup donné moi aussi pour un amour, et j'ai remarqué que celui-ci me détruisait. J'ai fait des erreurs, j'ai créé des injustices. J'en fais encore malgré ma bonne volonté. Peut-être suis-je dans une phase de rédemption, peut-être ma vision peut paraître opportuniste pour qui le veut, en sachant ce que j'ai fait par le passé. Mais je vais de l'avant et je me fais un devoir de protéger ce qui me semble important pour que chaque être puisse encore vivre en cette époque trouble.


© 2981 12289 0


Wolven Storm
These scars long have yearned for your tender caress. To bind our fortunes, damn what the stars own rend my heart open, then your love profess a winding, weaving fate to which we both atone.•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/11/2017
Messages : 198
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Lex Luthor.
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
Shadowpact
MessagePosté le: Lun 12 Nov 2018 - 8:33
Carol Ferris est légitimement surprise, choquée et troublée d’être extirpée de New York, pour être amenée dans un lieu saint des divinités égyptiennes ; mais elle ne s’en laisse pas compter pour autant.
Après quelques secondes d’hésitation, elle retrouve sa fougue et son dynamisme, et enchaîne les bons mots – notamment envers Nabu, qui reste de marbre mais se crispe.
Il ne dit rien, cependant ; car ce n’est pas à lui de parler.

La Star Sapphire est interrogée, et doit livrer un discours pour justifier un acte cosmique d’une proportion extraordinaire… ramener des morts à la vie.
Elle doit expliquer pourquoi Thot devrait rayer les noms des disparus de New York du Livre, pourquoi celui-ci devrait les extraire du Jugement de l’Âme. Une charge infinie repose sur elle – et Carol en prend conscience, alors qu’elle file aux devants du dieu… et se lance.

La jeune femme parle, alors.
Elle explique. Elle argumente. Elle justifie.
Elle… demande.
Un miracle, en fait. Tout simplement un miracle.

Carol se tait, ensuite ; elle a terminé. Elle attend.
Elle fixe Thot, elle regarde le dieu immobile – et, comme tout être humain, elle cligne des yeux ; par réflexe. Par habitude. Par instinct
Elle cligne des yeux… et tout change.

Car, en rouvrant les paupières, elle ne découvre plus Thot et Nabu, dans une demeure égyptienne typique…

… mais une allée très urbaine, hantée par une pluie fine, rongée par une circulation dense ; elle la reconnaît.

Cette rue… est à New York. Elle vient de la quitter.
Car c’est celle où Khalid Nassour a libéré sa fureur – et tué le Docteur Polaris et KGBeast, avant de prendre sa vie ; et celle de centaines de personnes, autour.
Mais la Star Sapphire ne voit plus aucune trace de cela, ici.


« Ca… Carol ? »

Une voix se fait entendre, derrière la jeune femme ; une voix familière.
Une voix qu’elle reconnaît.


« Qu’est-ce… qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

Carol Ferris est entourée de ses Star Sapphires, qui viennent la rejoindre, et murmurent quelques mots – de soulagement, d’interrogation, de crainte ; mais elle s’en détourne, sûrement, pour voir derrière elle… pour la voir.

« Je… je me souviens, mais… c’est flou, et… »

Shaya ; c’est Shaya Halim.
Sans anneau.
Et… vivante. Sans anneau, et vivante !


« Que… s’est-il passé ? »

« Les dieux ont eu pitié. »

Une voix lourde et puissante se fait entendre, à proximité. Ni Shaya, ni Carol n’ont à se tourner pour déterminer qui leur parle… même si quelque chose paraît différent ; même si quelque chose est différent, oui.

« Cette journée de l’abomination avait pris un tour bien cruel ; les dieux nous ont épargné cela. »

Son ton est lent, posé ; bien trop lent, bien trop posé.
Fate flotte au-dessus du sol, à quelques mètres d’elles. Toujours dans ses vêtements d’étudiant, toujours doté du Heaume de Thot ; vivant, lui aussi.
Mais… quelque chose a changé. En lui, et pas uniquement.


« Nous… vivons. »

Le jeune Magicien lève légèrement sa main, pour désigner un coin de la rue ; où reposent, vaincus et entourés de chaînes mystiques, le Docteur Polaris et KGBeast.
Ils vivent, aussi. Ils ont été ramenés.
Comme tous les new-yorkais… comme tout le monde.
Mais tout n’a pas été ramené, hélas.


« Ha. »

Shaya fixe le duo de Vilains, après avoir regardé rapidement Fate ; elle n’a pas pu plus, et il a lui-même détourné le regard.
Il ne peut pas. Ils ne peuvent pas.


« C’est… bien. »

Mais ça ne l’est pas ; plus rien ne l’est, en fait.
Ils le sentent. Ils le savent.


« Je… ouais. Ouais. »

Khalid baisse légèrement la tête, puis pousse un profond soupir ; Shaya détourne le regard, et croise les bras, en fixant le sol.
Ils savent.
Ils savent ce qu’il s’est passé. Ils savent ce qui est arrivé.

Par la faute du jeune homme, elle a été mise en danger – forcée de pénétrer dans ce monde, dont il lui refusait la connaissance ; et elle en est morte.
Avant de revenir.
Mais il n’a pu l’accepter… le supporter, oui, mais surtout l’accepter. Ce fut trop, trop lourd, trop intense, trop difficile ; il a fui, alors, tandis qu’elle acceptait un mode de vie qu’il ne pouvait que réprouver.

Chacun a été trop loin ; chacun en a fait trop.
Trop… pour que l’autre le supporte.

Ils savent – et Carol le sait, aussi, après l’avoir senti.
Ils vivent.
Les new-yorkais, les Vilains, Shaya et Khalid vivent – grâce au dieu Thot, qui a validé l’argumentaire de la Star Sapphire. Ils vivent.
Mais leur Amour, qui a déclenché tout cela, permis tout cela, mené tout cela… leur Amour, non.

Shaya et Khalid sont revenus.
Mais pas ce qui faisait leur unité, leur puissance… leur force.
Ils vivent, mais leur Amour est mort.


« Je… vais les mener à la police. »

Fate lève une main, et soulève le duo de criminels ; avant de s’élever, un peu plus, dans les airs.
Lentement, son regard dérive vers Shaya – et il frissonne, tremble. Sent son cœur se serrer… puis détourne le regard ; vers Carol.
A qui il adresse un signe de tête.
Merci, veut-il dire. Merci pour tout. Merci… malgré tout.


(HJ/ Résumé rapide :
- Carol attend la réaction de Thot, silencieux ;
- Carol cligne des yeux, et quitte la demeure égyptienne pour revenir à New York, dans la rue qu’elle venait de quitter. Cette rue est désormais reconstruite, pleine de vie ;
- Shaya la rejoint, sans anneau et vivante. Khalid aussi, qui a enfermé Dr Polaris et KGBeast ;
- Mais si tout le monde est vivant, Carol sent que quelque chose ne va pas, et ils le savent aussi. Ils vivent, mais leur Amour est mort après que chacun ait commis des actes que l’autre ne peut tolérer ;
- Fate envisage de ramener les Vilains à la police, et remercie Carol d’un signe de tête, le cœur anéanti. /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 13/06/2018
Messages : 140
DC : Dove
Localisations : Zamaron / La Terre.

MessagePosté le: Lun 12 Nov 2018 - 23:09
Collateral Damage.

Sans s'en rendre compte, sans vraiment voir le changement d'un battement de cil et une pulsion remontant vers son coeur, Carol venait de sceller le destin de gens. Des sons apaisants de cette demeure égyptienne coupée du monde, elle bascule à nouveau dans le vacarme assourdissant des klaxons, des sirènes de police ou de pompiers sans voir ce qui a été scellé. Le coeur soudainement lourd, déséquilibrée et confuse, elle ne comprend qu'au moment où l'un de ses soeurs l'aide à ne pas tomber à terre. Ils sont vivants. Le ciel n'est plus jaune, des corps ne jonchent plus les trottoirs. Seul les immeubles aux vitres cassées, les voitures retournées et fumantes, les crevasses sur le bitume, prouvent que cette zone a été le lieu d'un carnage. Le lieu où un homme, un jeune a préféré s'auto détruire qu'accepter les compensations tendues devant ses yeux enflés par les larmes. Par peur. Par tristesse.

Les Star Sapphire soupirent, parlent, émettent à quel point elles sont soulagées, fières de voir leur reine à nouveau présente, vivante et surtout moins mal en point que lors de sa disparition. Carol les regarde sans dire un traître mot, encore confuse car ce qu'elle comprend, amène d'autres questions. Et les réponses ne tardent pas à prendre forme devant elle, encore ahurie et subjuguée par sa rencontre avec un dieu de la mythologie égyptienne qui, a décidé de ramener toutes les victimes de cette journée. Avec un prix. L'amour de Shaya Halim et Khalid Nassour. Elle ne peut rien faire pour changer cela. C'est ... leur décision. C'est ... le reflet de ce qu'elle a déjà vécu. Et ça vaut mieux pour la jeune femme. Elle reste en observatrice et c'est suffisant, bien. Il ne fallait pas l'interrompre, malgré l'envie de Fatality de s'insurger et de secouer le garçon. Ça ne sert à rien, ce ne sera que brasser du vent et assécher des gorges. Elle aussi, elle sait. Un peu de son histoire vient de refaire surface quand ces deux coeurs ont arrêté de battre à l'unisson.

Ce n'est que quand Fate s'éloigne, et qu'ils s'échangent un dernier regard en hochant simplement la tête en guise d'adieu, qu'elle s'avance vers Shaya.
"Je ne sais pas comment tu prendras cet aveu mais ... j'ai vécu la même chose."
Shaya la regarde, fixement, surprise et surtout prise au fait dans ce dernier échange qu'elle avait avec celui qu'elle ... aimait avant tout ça. Qu'elle voyait comme quelqu'un d'ouvert et de joyeux, qui aurait pu lui faire une place dans ce monde si ... c'était vrai. Vraiment lui.
"Hal Jordan. C'était son nom. Il m'a laissée au départ. Pour aller au delà de ce ciel crever de sa lumière. Sans rien me dire, alors que je savais. On a eu nos disputes, nos ruptures, nos moments de réconciliations. En boucle. Jusqu'à ce que je sois pleinement Star Sapphire et capable de crever l'espace de ma lumière. Il m'a sermonnée, m'a dit d'abandonner. Mais j'ai persisté."
Si seulement l'on pouvait avoir la force de prendre autrui dans ses bras dans ces moments là, quitte à prendre des coups. Mais Carol avait pris trop de coups, et ne pouvait pas se montrer trop tendre dans une situation qui n'en mérite pas.
"Ça fait des mois que je n'ai pas de ses nouvelles. Et je m'en porte comme un charme. Tu sais pourquoi ? Parce que j'ai compris que la plupart des hommes, dès que ceux-ci ont des pouvoirs, ne peuvent cautionner que tu deviennes leur égale. Ils ont peur, pour toi, mais ils ont aussi peur que tu les dépasses, et te montre plus à même de réussir ta vie comme tu l'entends. Car ils n'ont plus le même contrôle sur toi, sur l'environnement qui les entoure. C'est d'ailleurs pour cela que Hal a continué à me tromper alors qu'on en était à notre je ne sais combien de chances de redevenir un couple. Parce que ces femmes ne voulaient que lui, pas ... être libre."
Soupir. Elle détourne le regard pour se concentrer vers le ciel, tandis que ses soeurs écoutent, solennelles. Sombres, touchées par ces mots et ces sentiments.
"L’amour et l'amitié à l'absolu ça n'existe pas. Tout le monde peut devenir déloyal en un claquements de doigts. Quand on veut, on peut, après tout. Et le temps passe, en nous emportant dans son sillage. Par peur de se noyer, on oublie. Mais on vit. Malédiction de l'adulte guerrier. On vit Shaya. Et on se souvient que l'on aime ce que l'on fait le jour suivant, en se doutant que ça nous suffit. Jusqu'à la prochaine fois, jusqu'au prochain ébat de battements."
Elle sourit. Fatality se mure dans le silence et fulmine encore, mais voit où la situation n'est plus propice à emmener cette possible recrue. Et elle accepte.
"Tu as fait ce qu'il fallait. Ne renie jamais ce que tu veux aimer et être. Personne ne doit t'enlever ce choix. Tu le sais au fond de toi. En tout cas, je sais que l'on se reverra."
Carol tourne les talons et regarde ses soeurs. Mains sur les hanches et tout de même droite malgré sa fatigue apparente, elle se montre forte.
"Merci de votre présence. Mais je pense que nous ne devrions plus nous attarder en ces lieux. De plus, l'univers est vaste et d'autres problèmes risquent de requérir notre présence."
Il faut toujours aller de l'avant. Même si par moments on doute et que l'on a besoin d'une oreille attentive pour nous rappeler que tout cela, vaut le coup. Malgré tout.

© 2981 12289 0


Wolven Storm
These scars long have yearned for your tender caress. To bind our fortunes, damn what the stars own rend my heart open, then your love profess a winding, weaving fate to which we both atone.•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 09/11/2017
Messages : 198
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Lex Luthor.
Situation : Jeune Héros, guidé par Walter West qui est possédé par Nabu.
Localisations : Mouvante, surtout New York.
New Titans
Shadowpact
MessagePosté le: Mar 13 Nov 2018 - 14:26
Khalid Nassour récupère le Docteur Polaris et KGBeast.
Ceux-ci sont soulevés au-dessus du sol par ses pouvoirs, et le rejoignent dans les airs. Il se prépare à filer vers la prison la plus proche… quand il s’arrête. Et se retourne.
Pour la regarder ; elle.
Shaya.
Celle-ci ne détourne plus le regard, cette fois-ci ; elle le regarde aussi. Même si le Heaume de Thot l’empêche de voir les yeux du jeune homme… elle les devine. Elle les connaît, et elle les devine.

Ils se regardent, l’un l’autre ; ils se fixent, et tentent… tentent de comprendre. Ce qu’il s’est passé. Ce qui est arrivé.
Ce qui leur est arrivé.

Cela ne dure que quelques instants – une poignée de secondes ; avant la fin, mécanique.
Avant qu’il ne soupire, et se détourne d’elle. Avant qu’elle ne reprenne sa respiration, bloquée par l’instant.
Avant qu’il ne coupe ce regard partagé… pour partir ; loin.
Loin de cette rue. Loin de Shaya.
Loin de son cœur – qui, il le sait, ne s’en remettra jamais vraiment.

Si le brouhaha de la circulation règne dans cette rue de New York, Shaya a l’impression qu’un silence abominable est tombé sur elle.
Les mains jointes, les doigts se triturant les uns les autres, elle fixe le sol… et s’interroge, encore ; pourquoi. Pourquoi c’est arrivé. Pourquoi ça leur est arrivé.
Mais… elle s’échappe de cette pensée, de ces pensées. Quand Carol la rejoint – et parle.

Shaya l’écoute, alors ; en silence.
Elle l’écoute, d’abord surprise des premiers mots de Carol, puis attentive. A ce qu’elle dit, à ce que ça veut dire… à ce que ça dit de la Star Sapphire, aussi, et de ce que ça dit de son rapport au monde – aux autres.
Avant de se taire.
Avant de se taire, après un discours terrible, d’une violence absolue sur les relations humaines… mais d’une justesse totale, aussi.

Carol s’arrête, donc, et se détourne de Shaya ; pour rejoindre les Star Sapphires. Et se préparer à partir.
Mais… pas encore. Pas tout de suite.


« Je… »

La voix de Shaya s’élève, dans le vacarme des véhicules ; dans le silence assourdissant de son cœur.

« Je… vois. Ce que tu veux dire. Ce que vous voulez dire, et ce que vous faites. »

Ses yeux sont fixés sur Carol, et les autres ; ils sont secs.
Elle ne pleurera pas. Elle ne pleurera plus.


« Mais… »

Ses poings se serrent, ses ongles se crispent sur sa peau, pour en arracher quelques lambeaux ; vieille et mauvaise habitude.

« J’ai rien demandé. J’ai rien voulu.
Je… ne voulais pas de tout ça. Je ne voulais pas être libre – comme je ne voulais pas qu’il… qu’il soit comme ça, qu’il ait ce Heaume. Je m’en fichais.
Je l’aimais avant, je l’aurais aimé sans. Mais… je l’aimais, aussi, avec ; pas plus, mais… différemment.
Je n’ai rien demandé. Je… n’ai pas voulu être libre, ou arracher ma liberté, ou autre chose. Je… comprends ce que vous avez vécu, ce que vous avez fait, et pourquoi vous l’avez fait – mais vous avez tort. »


Shaya soupire, et secoue la tête.

« Vous n’avez pas vécu la même chose que moi.
Vous avez perdu un amour, qui ne vous acceptait pas comme vous étiez.
J’ai… perdu un amour, qui m’acceptait comme j’étais – et que j’ai toujours accepté, quoi qu’il ait été ; le monde… nous a changé. Et ça… ça ne l’a pas supporté. Mais ce n’est pas la même chose. »


Elle plonge un regard d’une noirceur terrible sur Carol, et jugule sa respiration.

« Je… ne suis pas comme vous. Je… je vous estime, Star Sapphire ; mais je ne suis pas comme vous.
Alors… n’appliquez pas vos critères, votre grille sur moi. Vous n’êtes pas comme vous – vous n’avez pas vécu la même chose.
Votre amour n’était pas assez fort, pour tenir. On m’a arraché le nôtre. »


Et, sans un mot de plus, Shaya se détourne de Carol – pour marcher, et s’enfoncer dans la foule ; pour y disparaître.
Seule, encore. Seule dans la masse.
Seule… à jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[The Brave & the Bold] L’Ultimatum [Fate & Star Sapphire feat Question]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Batman: The Brave and the Bold [DA].
» BRAVE AND THE BOLD
» [The Brave & The Bold][Ossaville] Les champions
» Le prochain Doc Fate (possible Spoil)
» Père brave, père doux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-