Vie de Bohème (Atom)

Invité

MessagePosté le: Jeu 8 Mar 2018 - 10:23
Sa nouvelle vie avait commencé par un milkshake a la vanille. N’en déplaise à son bienfaiteur les gouts classiques lui allait très bien.

Oui, on l’avait libérée ramenée à la civilisation et offert un nouveau départ.

Elle se trouvait à présent à Ivy Town, une ville qui grouillait d’animation, comme une sorte de ruche. Il y avait un nombre fabuleux d’étudiants bruyants et de scientifiques en tout genre qui partageaient leur savoir aux terrasses des cafés. Il y avait dans cette ville une atmosphère comme aucune autre, en même temps elle ne connaissait que sa ville natale et Gotham donc son avis était peut-être un peu biaisé.

Gypsy était peut-être en train de tomber amoureuse de cette ville, après tout seize ans c’est l’âge où ce genre de choses arrivent non ?

Mais avant il fallait qu’elle devienne autonome, pour cela l’état avait été très strict il lui fallait de quoi subvenir à ses besoins un logement l’accord de ses parents ou la preuve que ces derniers étaient un danger pour elle. Encore une fois elle avait été coupable d’utiliser ses pouvoirs à mauvais escient puisqu’elle les avait manipulés en prenant une autre apparence ainsi qu’au formulaire et les avait fait signer. Pour le logement c’était son bienfaiteur, Ray qui avait fait le nécessaire. Elle se trouvait dans son immeuble mais sur le toit et un espace lui avait été aménagé. Ce n’était pas grand, mais elle possédait tout ce qu’elle voulait à savoir un lit une douche une cuisine et un espace énorme sur le toit ou elle pouvait la journée prendre des bains de soleil et le soir admirer les étoiles.

La partie « subvenir à ses besoins » entendez par là un travail était plus compliquée parce que super héros ça ne gagne pas beaucoup, et super héroïne qui débute encore moins.

Alors elle avait trouvé quelque chose dans ses capacités et qui recrutait sans trop poser de question vu la pénurie de main d’œuvre.

Elle travaillait de nuit au nettoyage de Kord Industries.

Le destin était un petit farceur, s’il était connu que sa spécialité du temps où elle était à la solde de Waller était l’espionnage industriel, nul doute que son embauche aurait été bien plus complexe. Mais un mensonge par omission ce n’était pas si grave.

En tout cas elle avait son sésame en poche ou plutôt dans son sac en bandoulière avec quelques biscuits à la cannelle précautionneusement emballés elle toqua à la porte de son bienfaiteur.

Puis une nouvelle fois.

Puis encore.
« Monsieur Ray ? Vous êtes là ?»
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1131
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Jeu 8 Mar 2018 - 13:33
La journée est belle.
Fraîche, car l’hiver est là, et a laissé tomber son manteau venteux, accompagné de températures négatives – mais belle, malgré tout, car le Soleil est haut dans le ciel. Il assiste les citoyens d’Ivy Town dans leurs démarches, dans leurs activités, dans leurs fonctions quotidiennes, faisant naître bien des sourires.
Tout est mieux, quand il fait beau ; tout est plus agréable.

La journée est belle, donc, et s’avance vers le milieu de l’après-midi. Beaucoup sont déjà à leurs postes de travail, ou à leurs écoles, ou là où ils doivent être ; quelques-uns évoluent dans les rues, les avenues, mais les grands bains de foule sont encore loin.

La ville s’écoule, dans Ivy Town, et elle est plutôt bonne.
Spécialement dans l’un des quartiers dérivés du cœur de la ville, jadis industriel, désormais rénové, qui accueille quelques communautés de jeunes actifs… spécialement dans un immeuble que beaucoup regarderaient sans chercher plus loin, alors qu’il est le siège de bien des mystères.



Un immeuble anodin, anonyme en apparence.
En vérité, le foyer du professeur Ray Palmer – connu comme le Héros Atom ; mais aussi lieu de vie de Jessica Cruz, jeune Green Lantern vivant en colocation avec le scientifique, et depuis peu d’une autre personne dotée de capacités exceptionnelles.

Celle-ci, la jeune Gypsy, a été aidée par le micro-Héros, qui a pris sur lui de l’accompagner dans sa nouvelle vie ; il a ainsi fait le lien avec les autorités, et lui a même évité le pire quand elle a commis une erreur, à Gotham City. Il a apaisé Bruce, et lui a installé un nécessaire de survie sur le toit, pour respecter son besoin d’espace et d’autonomie.
Depuis, tous deux se croisent, se parlent, se découvrent… mais quand elle le veut ; quand elle en a besoin.

Respectueux de son indépendance, Palmer est une ombre qui se veut protectrice mais éloignée… sauf quand elle a besoin de lui.
Et si Gypsy toque trois fois à sa porte, il ne faudra pas une quatrième pour qu’elle puisse entendre une voix – non pas devant, mais bien derrière elle.


« C’est Ray, pas Monsieur. Mais bonjour, Gypsy. »

La voix chaude et douce du scientifique arrive aux oreilles de la jeune femme, alors qu’il finit de monter les escaliers en tenue civile, avec un grand sourire sur le visage.

« Comment va ? »

Il tient un sac de commissions, mais surtout sa sacoche en bandoulière, contenant sa tablette et quelques livres nécessaires à ses recherches constantes.

« Je peux faire quelque chose pour toi ? »

Ray est toujours ravi de la voir – même s’il craint, toujours, que ça ne soit la dernière fois ; Gypsy est adorable, mais c’est aussi un esprit libre et sauvage. Qui sait ce qu’elle peut préparer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Sam 10 Mar 2018 - 11:32
Gypsy prend ses marques, doucement et en aucun cas elle ne veut s’imposer à son sauveur elle apprend donc à le laisser tranquille la plupart du temps et ne viens le voir que pour des questions importantes, les quelques fois où il est monté dans son palais sur le toit ou encore quand ils se croisent. Une partie d’elle veut se libérer du soutien du réconfort que sa présence lui apporte en se disant que si le mini héros avait voulu d’un animal de compagnie il en aurait pris un. Mais pour l’instant elle se sait trop faible, trop fragile psychologiquement pour rompre le cordon.

Alors quand les murs de son palais lui paraissent vouloir l’avaler, la brune s’enfuit littéralement par les escaliers de secours et se balade dans Ivy town. Parfois tout le jour, d’autres fois toute la nuit jusqu’à ce que ses pieds lui fassent mal et qu’elle retrouve son chemin. Elle ne le dit pas mais elle a encore peur qu’on la kidnappe sans raison comme la dernière fois. Il lui faudra du temps, mais elle y arrivera petit à petit.

La principale difficulté qu’elle rencontre est envers les services chargés d’évaluer si elle est capable d’être autonome pour être considérée comme une adulte, même si elle est quasi obligée de mentir pour cela. Alors que Ray Palmer arrive dans son dos et la reprends gentiment sur le fait de l’appeler ou pas de cette façon. Ce n’est pas pour poser une distance entre eux qu’elle l’appelle monsieur, mais plus par respect celui absolu qu’elle lui voue et la différence d’âge entre eux. Aussi se contente-t-elle de regarder en bas avant de se justifier.

« Mais vous êtes pas une madame … »

Même s’il s’agit là d’une justification bateau, elle comprend ce que désire Atom et elle n’est pas prête à le lui donner. Elle enchaine sur la raison de sa venue pour ne pas lui donner plus d’explication qui le mettrait potentiellement mal à l’aise.

« Je vais bien … J’ai un paquet de biscuits à la cannelle, je venais vous en faire profiter … et prendre de vos nouvelles aussi.»


Gypsy ouvre sa besace et sort du fourre-tout en pagaille le paquet de douceurs même pas abimé par le transport. C’est un pas qu’elle effectue vers l’autre, pour être moins sauvage ou à défaut d’être plus sociable de montrer que même si elle est volubile et pas vraiment ancrée sur pleins de choses du quotidien le scientifique est important, son avis compte.

« Si vous avez du thé, je suis sure que cela ira très bien avec… »

En fait elle n’en sait trop rien, mais ce que font la moitié des gens aux terrasses, le reste choisissent ou du café ou des mélanges avec du lait.

« Si je ne dérange pas ? Si vous n’avez pas des recherches à faire ? »


En aucun cas il ne faudrait qu’elle s’impose…
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1131
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Lun 12 Mar 2018 - 9:17
Ray esquisse un sourire sincère, à la réaction de la jeune femme ; touchant, et compréhensible. Gypsy est telle un animal sauvage, blessé par les Hommes, qu’il faut apprivoiser et rassurer. Le travail sera long et difficile, mais il ne doute pas de réussir – car ça en vaut la peine ; elle en vaut la peine.

« A priori, non, je ne suis pas une Dame… enfin, sauf preuve du contraire. »

Sa voix est douce, calme.
Il continue de monter les escaliers, et arrive au niveau de son appartement et de la jeune femme, qu’il frôle lentement.


« C’est… très gentil. Vraiment très gentil – et, en plus, très adéquat. »

Tenant ses commissions d’une main, il s’empare de l’autre de son trousseau de clés et ouvre la porte de son logement, avant de se tourner vers la jeune femme.

« J’ai… faim, en fait. »

Un grand sourire glisse sur son visage, alors qu’il se décale pour laisser l’ouverture béante.

« J’ai du thé… et j’ai faim et soif, oui. Et je suis libre, j’ai mon après-midi. »

De sa main libre, il désigne son appartement.

« Suivez-moi. Et merci, vraiment… c’est exactement ce que je voulais, sans le savoir. »

Le scientifique précède Gypsy chez lui, et se dirige directement dans la cuisine, accessible depuis l’entrée qui offre une vision directe sur le salon et la chambre. Quelques pas lui suffisent pour pouvoir déposer le paquet sur le plan de travail, puis ouvre quelques placards afin de récupérer une bouilloire.
Après avoir lancée l’eau, Ray se tourne, cale ses fesses contre un rebord – puis sourit, en fixant son attention sur la jeune femme.


« Bien… installez-vous. Comment ça va ? Tout se passe bien ? »

Le ton est calme, posé.
Il veut la rassurer. Il veut l’accompagner. Il veut l’aider… mais, surtout, il ne veut pas la brusquer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Mer 14 Mar 2018 - 18:48
Alors qu’il ouvre la porte et s’engouffre dans son chez lui la brune reste sagement sur le bord, ce n’est pas qu’elle a peur d’entrer chez un inconnu qui fais plus de deux fois son âge. Non ce sont pour d’autres considérations.

Ses pieds nus sur le sol

Parce que la brune n’est pas arrivée a remettre des chaussures depuis sa libération et même si les rues d’Ivy sont propres il reste toujours de la poussière et d’autres résidus qui ne partent pas ou sont ajoutés par les citoyens de ce fait ses pieds ne sont pas un exemple de propreté , mais plutôt l’inverse.

- Je vais salir votre sol …désolée

Mais elle rentre à la suite du scientifique, la décoration est minimale mais pas austère et il y a une impression d’appartement de célibataire ou d’un atelier de travail. C’est assez reposant …

- J’ai des nouvelles, pour mon émancipation j’ai un travail chez Kord industries je nettoie les bureaux la nuit.

D’accord ce n’était en rien un travail idéal ou rêvé mais c’était un début et surtout cela lui permettrai de gagner son émancipation et après elle pourrait courir les états sans porter préjudice à son sauveur. Celle qui s’occupe de son dossier le lui avait confirmé : sans officialisation il pourrait arriver des déboires judiciaires à Ray Palmer.

Et c’était absolument hors de question.

Bien sûr à son âge et dans la normalité la plus totale une jeune de seize ans ne serait pas à travailler mais plus probablement dans un cursus scolaire avec en fin d’année le bal de promo. Mais pour Gypsy se genre de …possibilité était complètement surréaliste. Alors que Ray lui demande encore une fois comment elle va elle se décide à se dévoiler un peu plus

- Je … je fais des cauchemars… je tombe dans le vide et je me retrouve dans mon tube avec Waller qui m’affirme que c’est ma place parce que je suis dangereuse, le plus dangereuse de tous les complexes où elle retient les menaces envers la terre.

Elle retire son sac et le paquet de biscuits qu’elle pose sur la table, même si Gypsy ne veut pas alerter son interlocuteur elle lui doit la vérité non ?

- Donc si je me tiens bien dans trois mois je serais une adulte … je me cramponne à ça en attendant.

Oui la brune change de sujet, oui elle passe du coq à l’âne et si elle mélange plein de sujets en même temps, peut être que le scientifique oubliera ? Le coup ce tente…

- J’ai dû par contre…omettre certaines informations, parce que je suis pas sûre qu’ils auraient engagé quelqu’un qui possède mes compétences en espionnage industriel…

La brune fait la moue, parce que déjà elle sait que mentir fera de la peine à son vis-à-vis et puis ce n’est pas qu’elle à honte de ses capacités. Plus que ses dernières sont en train de devenir un frein .

- Au fait, on en a toujours pas parlé mais vous désirez connaitre mes capacités ? Vous êtes tellement gentil que je vous le dois bien.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1131
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Jeu 15 Mar 2018 - 10:40
En rentrant dans son logement, Ray sent la gêne de la jeune femme. Il se tourne vers elle, et esquisse un sourire touché quand elle évoque clairement l’objet de ses doutes.

« Oh, ne vous en faites pas pour ça… je dispose de quelques gadgets utiles pour ça. »

Un bruit électronique se fait entendre, et un aspirateur autonome apparaît. Il commence à s’approcher de Gypsy, mais Palmer appuie sur un bouton au mur et il s’éteint ; mieux vaut éviter de gêner la jeune femme.

« Oh, mais c’est formidable ! »

Une expression sincère de joie glisse sur son visage, alors qu’il entend que les difficultés administratives de Gypsy pourraient se régler, surtout du fait d’un emploi qu’elle vient d’obtenir.

« Ce n’est sûrement pas un job de rêve, mais ça peut vous donner un pécule nécessaire pour chercher autre chose… je suis sincèrement ravi pour vous. »

Il ne lui dira pas qu’il avait suivi, de loin et discrètement, ses recherches d’emploi ; et il ne lui dira surtout pas que, après l’avoir vue candidater chez Kord Industries, il a sollicité son camarade Ted pour faciliter l’embauche. Ce n’est pas grand-chose, et Gypsy a besoin d’une victoire personnelle.

Cependant, l’expression positive s’évapore de ses lèvres, alors que la jeune femme évoque ses difficultés nocturnes. Gênée, elle enchaîne sur autre chose, parce qu’elle n’aime pas devoir affronter ses problèmes – même si elle les évoque, malgré tout ; une preuve de courage, même s’il n’est pas encore absolu.


« L’âge adulte sera un grand cap, j’en suis sûr. Si vous le souhaitez, nous pourrons organiser une petite fête pour ça… »

Sa voix est douce, il sourit pour la rassurer et la guider sur une voie plus agréable.

« … tout comme, si vous le voulez, nous pouvons parler de vos rêves. J’ai eu moi-même quelques expériences difficiles, qui ont hanté mes nuits les mois qui ont suivi ; je connais. Et je sais que, même si on le veut, gérer seul est difficile. »

Il ne la forcera pas ; mais il entend être disponible pour elle, réellement.
Et si son visage est sérieux et calme, il sourit malgré tout quand elle évoque ses capacités occultées à son entretien.


« Un employeur n’a pas à tout connaître de sa recrue… mais je suis touché, oui, que vous me proposiez de connaître ce que vous savez fait. »

La bouilloire siffle, il l’enlève de la plaque et serre le liquide brûlant dans deux tasses. Il sort ensuite sa boîte à thés, et la propose à Gypsy.

« Si vous voulez, on peut faire un échange… vous dites ce que vous pouvez faire, et je fais pareil. Deal ? »

Il sourit, et s’adosse contre un meuble en croisant les bras.
Calme et serein.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Mer 21 Mar 2018 - 10:46
L’appartement du héros n’a de cesse de l’étonner alors qu’elle rentre avec ses pieds nus un petit appareil vient vers elle pour récupérer les saletés qui sont de façon inévitable sur le sol. Mais Ray l’en empêche en le désactivant et la machine retourne à son poste bien sagement.

« Si cela me permets d’être autonome à mes yeux c’est déjà un rêve vous savez …je pourrais peut être commencer à payer un loyer pour mon palace sur le toit »

Non parce que Cyndi est peut être jeune, mais pas stupide au point de croire qu’un logement à Ivy town est gratuit surtout comme celui qu’elle occupe. De plus son côté indépendant lui ordonne presque de ne rien devoir à personne, si pour l’instant elle n’avait pas les capacités financières pour le faire c’est en train de changer et elle compte bien régler ses comptes.

« En plus si j’intègre l’équipe en charge de nettoyage après les interventions de la ligue, je pourrais voyager …et ce serait vraiment bien. »

Gypsy n’a pas perdu son envie de parcourir le monde, au contraire avec sa période de détention cela n’a fait que le renforcer mais elle doit rester pour le moment au même endroit pour avoir son émancipation. De là personne n’est à l’abri qu’elle laisse absolument tout ce qu’elle a ici pour partir. D’aucuns répondraient que cela fait partie de son charme.

« Je suppose que c’est normal de faire quelques cauchemars avec ce qui s’est passé, je veux pas vous embêter avec ça. C’est juste que durant ces derniers mois j’ai eu beaucoup de frayeurs quand on je me suis enfuie, quand on m’a attrapée et puis à Gotham … je crois que mon esprit digère petit à petit les informations qu’il a eu c’est si cela continue que je me poserais des questions. »

Ce n’est pas qu’elle n’a pas confiance ou qu’elle cache des choses, c’est juste que pour l’instant il lui est préférable de se focaliser sur ce qu’elle peut améliorer dans sa vie plutôt que les élucubrations de son esprit.

« Ce ne serait pas équitable, vous êtes presque a la hauteur d’un dieu vivant au point où je ne peux qu’utiliser le vouvoiement, alors que j’ai seize ans… »

Elle laisse sa phrase ainsi, au pire il pourra toujours lui montrer ses capacités juste après sa petite explication. La brune s’assoit et ouvre le paquet qu’elle avait apporté elle saisit l’un des gâteaux dans sa main.

« Au départ à l’A.R.G.U.S ils ont cru que je ne faisais que générer des illusions, ce qui est déjà sympa mais pas la vérité. Alors oui cela s’apparente à de l’illusion, mais pas au niveau de la vision. C’est compliqué, on va prendre un exemple : vous m’aviez dit que vous aviez faim. Alors fermez les yeux puis ouvrez les sur le gâteau que j’ai en main »

Elle attend qu’il s’exécute alors même sur son pouvoir enveloppe la douceur.
Quand Atom ouvrira les yeux, il verra exactement ce qu’il désire manger.

« Mon pouvoir d’illusion fonctionne directement sur l’esprit des gens et non sur leur vision. »

Elle sourit alors maladroitement, espérant que son petit tour fasse effet mais pas au point de lui faire peur. Gypsy reste dans l’expectative.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1131
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Mer 21 Mar 2018 - 12:01
Ray esquisse un sourire, devant la surprise de Gypsy face à l’aspirateur mobile, mais aussi face à sa réplique – qui dénote un comportement fort correct, et agréable.

« Oh, ne vous en faites pas pour ça… il s’agit d’une mise à disposition à titre gratuit, pas d’un bail. Vous pouvez y rester autant que besoin, et je ne vous demanderais rien de plus que de vivre au mieux. »

Il sourit, encore, et s’empare d’une tasse ; encore brûlante, mais il aime la placer près de lui, pour pouvoir humer les relents de chaleur impactés par le thé.

« Voyager ? C’est une bonne idée. Vous voudriez aller où ? Quelque part en particulier, ou à l’aventure ? »

Un éclair dynamique glisse dans son œil.

« L’aventure m’a souvent passionné… j’en ai rêvé, jeune, mais je n’ai rien fait, hormis des études. Je me suis rattrapé depuis, mais… rien ne vaut d’explorer le monde à votre âge. Faites-le, quand vous le pouvez – et n’oubliez pas de m’envoyer une carte ! »

Il glousse, légèrement, avant de fermer les yeux en humant le thé.

« Mmh… ça sent bon. »

Palmer rouvre les yeux – et s’il conserve son sourire, il reprend aussi son sérieux, vu le sujet abordé.

« Il n’y a pas de honte à évoquer ses cauchemars, très chère. J’en ai fait après être revenu de deux épreuves qui ont failli me coûter la vie, et je n’ai pas honte de dire que j’ai dû solliciter des professionnels pour m’aider à évacuer cette épreuve ; ça arrive.
Vous ne m’embêtez pas, en évoquant vos difficultés. Je suis là pour ça, pour vous… même si je comprendrais que vous préféreriez un professionnel. Je peux vous en conseiller, si besoin – et vous écouter, surtout. »


Son sourire se transforme en rire, quand elle le compare à une divinité ; il a besoin de quelques instants pour se reprendre, et reparler d’une voix douce.

« Oh, je ne suis pas un dieu… juste un type qui a bidouillé une ceinture, et qui a vu son ADN changer à cause de la ceinture – mais, au fond, je ne suis qu’un type, Gypsy. Que vous pouvez appeler Ray. Et tutoyer, surtout. »

Mais il se tait, après.
Il la laisse parler. Il la laisse s’ouvrir, puis suit ses indications – il acquiesce en évoquant la faim, puis ferme les yeux… et les rouvre, pour découvrir autre chose qu’un gâteau.
Une pizza.
Dans sa boîte, issue de sa pizzeria préférée. Ses yeux s’arrondissent sous la surprise, il a besoin d’une seconde – mais se reprend, et lève des yeux intéressés vers la jeune femme.


« Wow, mais c’est extraordinaire ! Etes-vous consciente de ce que vous faites ? Voyez-vous, sentez-vous ce que les autres veulent, ou le découvrez-vous comme eux ? Quel est l’effet sur vous ? Y a-t-il une dépense d’énergie ? Quels sont vos ressentis ? »

Le scientifique prend le relais – et il est surexcité.
Gypsy va devoir un peu le calmer, pour éviter d’être pleinement soûlée de questions !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Invité

MessagePosté le: Mer 28 Mar 2018 - 9:26
Comme toujours son sauveur tente de la rassurer il lui semble être toujours un peu gauche dans ses interactions, même s’il y a une nette amélioration mais avec quelqu’un comme Ray tout semble facile. Il fait tout pour la rassurer, la comprendre et lui laisser un certain espace.

« Vous faites tellement pour moi… »

C’est presque un soupir, mais sincère et aucunement triste peut-être avec un peu de regret de ne pouvoir rendre la pareille. Mais c'est une leçon que Cindi doit apprendre ; accepter que certains donnent et accepter de recevoir. Alors elle prend une gorgée de thé pour se reprendre et donner un peu d’espace à ses mots, comme si elle voulait que le scientifique comprenne aussi qu’il donne beaucoup.

« C’est bon, ça réconforte. »

Alors que Gypsy pose sa tasse elle essaie de mettre en ordre ses pensées et ses sentiments son ressenti et son vécu pour être le plus claire possible. Déjà pour elle ce n’est pas facile à l’exprimer clairement alors pour quelqu’un d’extérieur … surtout qu’elle ne voudrait pas passer pour une ingrate et encore moins l’inquiéter.

« J’ai toujours voulu partir, parcourir les routes, rencontrer des gens découvrir des paysages…aller à l’aventure en quelque sorte. J’avais …j’ai des parents qui ont pas été à la hauteur alors je crois que m’enfuir à toujours été dans un coin de ma tête. La route c’était le moyen idéal pour m’échapper. Je n’ai jamais prévu de rester au même endroit une fois partie. Bon il y a eu les évènements avec l’A.R.G.U.S et l’administration qui font que je suis obligée de rester ici et ce n’est pas que je n’apprécie pas mon petit palais , au contraire ! Mais quelque part tout en moi se rebelle à cette idée. Les cauchemars doivent venir de là. Une fois que je serai officiellement adulte, en vadrouille et plus ou moins libre de tout engagement je pense que cela s’arrêtera. »

Au moins on ne peut reprocher à l’adolescente, mais future adulte, d’etre sincère pour ne pas dire directe dans ses mots. Comme quand elle le compare à un dieu vivant, qu’elle lui parle de ses angoisses et de son futur.

« Je ne sais pas de qui vous parlez là, mais ce n’est pas celui qui m’a sauvé de là où j’étais condamnée à être utilisée comme un outil jusqu’à ce que je ne serve plus, qui m’a offert après une possibilité d’avenir. Je veux bien essayer le tutoiement monsieur Ray mais il faut accepter une certaine réalité… »

Si elle est honnête, Gypsy ne peux s’empêcher de rougir de façon assez adorable, pas parce qu’elle à honte des mots qu’elle va prononcer, mais plus parce qu’ils reflètent sa vérité inébranlable.

« Tu es à mes yeux le plus grand des héros et ça n’a rien à voir avec une ceinture ou de l’A.D.N. »

Elle reprend alors une gorgée de thé pour reprendre contenance et espérer, peut être vainement, que la chaleur du breuvage sera la cause de sa rougeur aux yeux du scientifique.
Puis à la démonstration de ses pouvoirs et l’engouement scientifique de son interlocuteur la brune esquisse un petit sourire, inquiet avant d’expliquer ce qu’elle sait .

« En fait ça dépends, soit j’ai une image précise et je vous la fait voir comme la première fois dans le bunker …Soit je transmets une idée, un sentiment à votre tete qui se charge de tout combler comme maintenant. Ce que vous voyez je ne le vois pas et c’est votre mémoire, vos gouts personnels qui rendent l’illusion complète, vibrante, inconsciemment votre cerveau veut se faire berner par ce qu’il désire. »
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 21/11/2015
Messages : 1131
DC : Mister Miracle ; The Bat ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Ivy Town


MessagePosté le: Mer 28 Mar 2018 - 13:56
Ray sourit sincèrement, quand Gypsy exprime son appréciation de ce qu’il fait pour elle. S’il est gêné dans ce type de moment, il est satisfait de pouvoir l’aider – et de pouvoir être présent pour elle, tout simplement.

« C’est normal… enfin, pour les gens normaux, ou en tout cas pas mauvais, c’est normal. »

Sa voix est calme, douce ; apaisante, espère-t-il.

« Pour l’instant, vous avez malheureusement surtout rencontré d’autres gens… mauvais, vicieux, cruels ; mais il n’y a pas qu’eux. Il y en a bien d’autres, et heureusement en plus grand nombre. »

Son sourire s’étire, et il lève un pouce en sa direction.

« Et après tant de mauvaises rencontres… ça veut dire que vous ne devriez plus qu’en avoir des bonnes. Et ça c’est super, non ? »

Palmer sait que c’est faux, que ça ne fonctionne pas ainsi ; mais c’est agréable de le dire, de le penser – de l’espérer.
Il se tait, néanmoins, après… et la laisse réfléchir, puis parler. Exprimer ses pensées, ses doutes, ses peurs, son goût pour l’aventure et la vadrouille ; il comprend, et n’est pas gêné à l’idée qu’elle parte.
Au contraire : du moment qu’elle est heureuse, ça lui va ; et en sécurité.


« Ca s’arrêtera, je l’espère… mais il faudra surtout apprendre à vivre avec. On ne peut pas refouler son Passé, on doit l’accepter, l’assumer et vivre avec ; faire autrement ne fonctionne pas, ou qu’un temps. Mais… je suis persuadé que ça ira, Gypsy. Je suis sûr que vous êtes assez forte pour ça. »

L’échange tourne ensuite sur lui, sur le tutoiement – et il sourit, d’abord, quand elle commence à le flatter, à rappeler son aide quand elle était enfermée.
Elle accepte, et il en est ravi… mais c’est alors à lui de rougir, comme elle, quand la jeune femme exprime ce qu’elle pense de lui.


« Euh… je… je ne sais pas quoi dire… »

Gêné, troublé, Ray laisse son regard fuir et passe sa main dans ses cheveux ; ses lèvres bredouillent quelques mots – mais il finit par se reprendre, et fixe son regard dans celui de la jeune femme.

« … mais merci, vraiment. Ça me touche énormément, même… même si je n’ai rien fait d’extraordinaire, et que je ne fais toujours rien d’extraordinaire ; mais merci. Je suis touché, et j’apprécie – même si je pense que ton avis sur le plus grand des Héros changera quand tu croiseras Superman ou Flash ou Green Lantern ! »

Il sourit et ricane… pour fuir les mots, les gestes, la tendresse de cette relation pure qui s’installe entre eux.
Heureusement, la surhumaine embraye sur ses propres capacités, et il saute dessus pour changer de sujet.


« Hum, okay… mais, du coup, quel est l’effet chez toi ? Qu’est-ce que tu ressens, quand ça arrive ? Ca te fatigue, ou bien tu ressens du plaisir… une émotion ? »

Ray est curieux, définitivement.
Et pas seulement pour fuir un sujet qui le met mal à l’aise !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3185-atom-sa-petite-histoire-dans-la-gra
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Vie de Bohème (Atom)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Atom Heart Mother de Pink Floyd à Montreux !
» ATOM de chez SIVERLIT
» elle est là RAKETA ATOM VINTAGE
» Atom 500 Compass
» Vidéos Atom 500 Compass

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ivy Town-