Le maître et le premier élève [PV Batman]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Inscription : 05/02/2018
Messages : 151
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mar 13 Mar 2018 - 11:55
L'appel du Bat-signal provoquait un drôle d'effets chez Dick. Il se sentait redevenir plus jeune... et différent. L'idée de retrouver Batman, son père d'adoption depuis déjà de très nombreuses années, était grisante, mais aussi malaisante. Il ne savait pas très bien comment il réagirait en voyant son mentor. Allait-il se sentir stupide, après tout ce qu'il s'était passé entre Barbara et lui ? Ou parce qu'il avait lâchement fui après les événements de Waller ? Il avait eu vent, depuis ses retrouvailles avec la belle, des nombreux problèmes dans le monde. La Justice League se portait mal, et on racontait partout dans Gotham que Harley Quinn et une autre femme avaient fait sauté l'Iceberg Lounge. Résultat : une vague de crimes sans précédent dans toute la ville.

Bijouteries, banques, bars, restaurants et même parfois des magasins d'instruments de musique étaient, depuis le début de l'après-midi, les cibles des sbires du Pingouin et de leur redoutable chef. Ce dernier ne se déplaçait sûrement pas en personne pour braquer les différents établissements ; mais Nightwing avait pu établir une sorte d'itinéraire de repli qui, à chaque fois, semblait déboucher sur la même zone. Il ne fallait pas être un génie pour comprendre qu'à chaque braquage, les hommes de Cobblepot emmenaient leur butin dans une zone, où d'autres types le rassemblait. Mais le plus inquiétant n'était pas tant leur efficacité.

C'était le fait qu'ils parvenaient à agir à plusieurs groupes, en même temps. Rares étaient les vrais génies du crime, mais il semblait que le Pingouin en était un. Dick avait-il seulement oublié à quel point ce mec était redoutable, ou est-ce qu'il y avait vraiment quelque chose ? Il se posait la même question en boucle depuis ses retrouvailles avec Barbara. Il pensait souvent à la jeune femme, et à ce qu'il voulait pour eux deux. Le chemin était encore long, de ce côté comme de l'autre. Car il ne doutait pas, en entendant un bruit derrière lui, que ses retrouvailles avec Batman allaient être plus tendus qu'il ne l'imaginait.

Il se retourna, observant l'homme à l'armure noire qui se tenait de l'autre côté du Bat-signal. Un sourire illumina son visage ; même s'ils ne s'étaient pas quitté en mauvais termes, il était sincèrement heureux de revoir Bruce.

 « Bien le bonsoir, Batman ! Je suis content de te revoir. »

Devait-il parler maintenant de ce qu'il avait sur le cœur ? Non. Ce n'était pas le moment. Ils parviendraient très certainement à discuter sans problèmes tout en s'occupant des sbires du Pingouin. Et peut-être qu'avec de la chance, le mentor et le premier héritier parviendraient à coincer également Cobblepot.

Nightwing pointa dans son dos avec son pouce.

 « Que dirais-tu d'une petite tournée des criminels, pour cette nuit ? Le Pingouin a envoyé ses hommes piller la ville pour payer les réparations de son propre établissement. Paraît qu'Harley Quinn a tout fait sauter. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1156
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mar 13 Mar 2018 - 13:20
La nuit est encore jeune – mais chaude, et déplaisante.
Malgré la saison fraîche, une température étouffante s’est abattue sur Gotham City ; un autre signe du fameux réchauffement climatique, mais aussi la preuve que la ville est définitivement à part, coupée du monde.
Hélas, ce statut particulier s’accompagne de dérives : la chaleur provoque l’excitation, la nervosité, qui mène à la violence ; et il ne faut jamais grand-chose pour emballer les mauvais côtés de la cité.

Ainsi, alors que la nuit débute à peine, le toit du commissariat central du G.C.P.D. est déjà actif…

… car le fameux Batsignal est déjà lancé, programmé par le commissaire Gordon pour solliciter l’aide du Chevalier Noir ; la ville commence à trembler, sous les attaques, et il faut agir.

Le vieil officier patiente, donc, sur le toit – mais a le plaisir de découvrir, avant son habituel invité, la silhouette gracile de Nightwing.
Un sourire glisse sur le visage de James, alors qu’il échange quelques mots sympathiques avec le jeune homme ; aucune confirmation n’a jamais été faite sur l’historique du Batman et de ses camarades, mais Gordon sait très bien qui est Nightwing – et ce qu’il a été.

Néanmoins, ces retrouvailles sympathiques sont stoppées quand une silhouette sombre émerge des ténèbres citadines…

… le Batman arrive directement, et se reçoit parfaitement sur le toit, entre les deux hommes.

« Jim. Nightwing. »

Sa voix modifiée est lourde – mais pas agressive.
Bruce est usé par les récentes épreuves, mais se maintient ; et a adopté un ancien costume, pour changer, afin de se rappeler quelques jours plus agréables.


« J’vois que vous allez avoir de l’aide, ce soir… et que vous avez déjà quelques connaissances de ce qui nous occupe. »

Bruce acquiesce, puis se tourne vers Dick, parlant d’une voix toujours égale.

« En effet. Cobblepot semble avoir décidé de tenter d’obtenir un gain total cette nuit – mais il finira en case prison. »

Un trait d’humour – léger, mais présent.
Il se détourne des deux autres et file rapidement vers le rebord du toit.


« Suis-moi. La nuit sera longue. »

Il bondit dans les airs, ouvrant en grand sa cape et commence à planer, pour se rapprocher…
… du sol, mais surtout de la Batmobile qui approche. Il s’y installe et attend Dick, avant d’accélérer pour se lancer dans les rues de la ville.

« J’ai appris ton retour. »

Les écrans du véhicule s’activent, et tracent les informations sur les attaques.

« J’en suis… content. »

Bruce s’ouvre plus, et se confie plus, mais il demeure un handicapé social ; une telle phrase est déjà un grand pas vers lui, surtout envers ce fils qu’il admire tant – mais qu’il comprend si peu.
Il a accepté son départ après l’attaque d’Amanda Waller, et essaye de ne pas s’impliquer dans sa relation avec Barbara ; mais c’est difficile. Et, vu leur degré de complicité, ça doit se sentir…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/02/2018
Messages : 151
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mar 13 Mar 2018 - 16:57
J'en suis content aussi, faillit répondre Grayson. En prenant du recul, et en essayant d'être le plus honnête possible, oui, il était content d'être de retour, et de vivre de nouveau à Gotham ; une bonne fois pour toute cette fois, il fallait l'espérer. Il se contenta d'un nouveau sourire, tout en s'installant lui aussi dans la Batmobile. Il jeta un coup d’œil tout autour de lui. Il eut une réaction légèrement amusée.

 « Tu as changé les sièges, non ? J'ai l'impression que la Batmobile est plus confortable qu'avant. »

Une tentative de briser la glace et le silence gênant qui risquait de s'installer. Le duo filait à toute allure en direction du centre de Gotham. Le point névralgique de la ville, permettant d'accéder facilement au reste, via les grandes avenues et les larges voies de circulation. Histoire de ne pas perdre de temps avant que la conversation ne tourne dès maintenant aux sentiments, Nightwing utilise les fonctions du passager pour tenter de recouper les données de Batman avec les siennes.

Il eut un sifflement admiratif.

 « Cobblepot est sacrément veinard, ou chanceux, ce soir. D'après les premières estimations de Jim et de la GCPD, il aurait déjà amassé presque cinquante-trois millions de dollars depuis la première attaque, à 14h03. La cible la plus rentable a été la bijouterie Bvlgari... la vache ! Tout ça sans tuer plus d'une personne – en moyenne – par casse. Si le Pingouin été au service du bien, il ferait un excellent coordinateur... »

Une petite alerte lui indiqua qu'une attaque était en cours, à quelques rues d'ici. Il utilisa le GPS sophistiqué pour trouver la voie la plus rapide.

 « Et ça va être sur ta droite... maintenant ! Hmm, c'était la droite d'avant, mais pas grave ! Celle-ci fera l'affaire ! A gauche, sauf si tu veux griller le sens interdit. Oh, ça c'était un feu rouge. Que dirait Alfred de ta conduite ? »

Batman et Nightwing arrivèrent alors en vue du lieu où avait eu lieu le casse. Ou plutôt, où il se déroulait encore, même s'il touchait certainement à sa fin. Deux voitures de police avaient subi les foudres d'attaques sauvages, et une dizaine de criminels masqués et armés dévalisaient l'intérieur de ce qui semblait être une supérette. Décidément, ils raclaient presque littéralement les fonds de tiroir. La Batmobile s'arrêta en glissant, les pneus crissant sur l'asphalte.

Dick bondit, accompagné par son père adoptif et mentor. Il n'y avait pas de temps à perdre. Toutefois, le jeune homme ne put retenir un sourire.

 « Ces idiots n'ont aucune chance ! Allons leur régler leur compte ! »

Une entrée fracassante pour un duo qui avait davantage l'habitude d'opérer dans l'ombre ; mais ce n'était pas un problème pour Nightwing. Il avait depuis longtemps appris que parfois, agir doucement et prudemment n'était pas la bonne solution, ou pas la plus efficace. Il fallait savoir analyser vite la situation, et en l'occurrence, le jeune homme n'avait qu'une hâte : réduire au silence ces imbéciles.

 « Comme au bon vieux temps ! » s'exclama-t-il tout en assommant le premier voyou devant lui.

Oh non, ils n'avaient pas la moindre chance !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1156
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 14 Mar 2018 - 8:27
La Batmobile file dans la nuit, à une vitesse exceptionnellement élevée. Au-delà de l’irrespect des règles de conduite, beaucoup s’écraseraient en tentant de manier un engin qui file aussi vite ; pas Bruce. Celui qui a appris à conduire avec les pilotes de courses illégales sud-américaines en a vu des bien pires.

« Les sièges n’ont pas changé depuis la dernière destruction du véhicule. »

Sa voix modifiée demeure calme et posée ; guère émotive, mais sans autoritarisme ou agressivité particulières.

« Peut-être que ton avancée en âge te permet de te rendre compte que le transport automobile a ses avantages… jadis, tu ne rêvais que de sauter entre les immeubles. »

Il se tourne rapidement vers Dick, et esquisse un sourire fugace mais sincère.

« Tu te fais vieux. »

Un trait d’humour, même pas une pique ; il fait ce qu’il peut.
Nightwing enchaîne rapidement, après ces préliminaires, sur le cœur de la soirée – la tentative d’Oswald Cobblepot de faire main basse sur la ville, après de récents déboires. Si Tim demeure le génie du groupe, Dick a certaines compétences informatiques qui lui permettent de naviguer entre les logiciels, pour trier les informations et avancer quelques éléments.
Bruce acquiesce calmement à ses premières paroles, et enchaîne.


« Oswald est un homme intelligent – hélas rongé par une avidité qui l’empêchera toujours de bien agir. S’il a besoin de se renflouer, il ne peut nier ses psychoses, ses thèmes précis ; toujours attiré par les éléments qui brillent, il ciblera avant tout les objets précieux et rares… si la Nature n’avait pas été cruelle, son surnom du Pingouin aurait pu être remplacé par celui de la Pie voleuse. »

Un virage est abordé sèchement par la Batmobile, mais ses occupants n’en ressentent rien ; même si le jeune homme peut paraître surpris que son ancien mentor ne tourne pas immédiatement à l’indication évoquée, ou s’arrête au feu de circulation.
Bruce demeure silencieux quelques instants, avant de reprendre la parole – en accélérant.


« Les attaques ont commencé dans la journée, et Oswald a de la réussite – et il n’est pas stupide. Il sait qu’elles vont attirer notre attention, et va donc se préparer ; il va se défendre. Tu sais comment je réagis, quand un ennemi s’organise pour me recevoir. »

Il improvise ; et prend par surprise.
Ainsi, la Batmobile passe par l’arrière d’une bijouterie de renom, pour s’avancer vers un cambriolage en cours. Le véhicule s’arrête brutalement, et s’ouvre pour laisser sortir Batman et Nightwing… dont la simple vision bloque quelques instants leurs ennemis.


« C’EST TERMINE ! »

Ne jamais sous-estimer l’impact de la théâtralité sur des criminels.
Deux véhicules de police sont déjà endommagés, et une dizaine de criminels s’acharnent sur la boutique. Les sales types se reprennent néanmoins et préparent leurs armes…

… eux qui ne ressemblent pas à grand-chose, mais conservent énormément d’atouts dangereux dans leurs ensembles vestimentaires illogiques.

Ça commence, donc.
Bruce et Dick fondent sur leurs adversaires ; les coups s’enchaînent. Le Chevalier Noir a toute confiance en son ancien protégé, et se désintéresse donc de lui, pour s’acharner sur les criminels.

Un enchaînement lui suffit pour propulser à terre l’un d’entre eux, en frappant son plexus solaire. Il accompagne le mouvement de sa victime pour se baisser, et réaliser ainsi un coup de pied latéral qui en fait chuter deux autres ; ces derniers n’ont pas le temps de tomber pleinement que leurs visages sont déjà écrasés par deux poings gantés.
Il se redresse, alors, pour parer une batte de baseball filant sur son crâne. Ses avant-bras l’interceptent, le bois se brise contre le métal, et il se projette pour écraser son front sur le nez ennemi ; un craquement sinistre en ressort.
L’adversaire recule, perturbé ; Bruce ne s’en occupe qu’après avoir édenté le premier ennemi, puis retourne vers nez-cassé afin d’écraser sa glotte, et le plonger dans l’inconscience.

Quatre en moins, donc.
Mais il est loin de s’en réjouir, car il aperçoit alors le meneur de la troupe qui émerge des ombres et de la fine pluie chaude et désagréable qui commence à s’abattre sur la ville…

… Ignatius Ogilvy, adjoint du Pingouin dont Bruce s’est toujours méfié.
La soirée va devenir plus compliquée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/02/2018
Messages : 151
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mer 14 Mar 2018 - 15:00
Evidemment, fracasser quelques crânes et empêcher quelques rigolos de dévaliser un magasin n'était pas le plus difficile ; il fallait forcément qu'il y ait un type au-dessus, pour commander tout ça. Et ce type, c'était Ogilvy. En dehors du fait qu'il avait un nom à coucher dehors – non mais sans déconner, qui s'appelait encore Ignatius en 2018 ? - et qu'il semblait tout droit sorti des années 50, il fallait se méfier de ce type. Bruce le connaissait peut-être ; pas Dick. Mais il avait déjà entendu son nom, et s'il était le bras droit du Pingouin, alors c'était forcément un type intelligent.

On pouvait dire ce qu'on voulait de Cobblepot, mais il choisissait avec soin ses sbires. La plus petite vermine ne l'intéressait pas, mais les vrais méchants, eux, subissaient une sélection difficile. Que ce gars ait réussi à la passer était une preuve suffisante qu'il ne fallait pas sous-estimer le bonhomme.

Mais ça ne voulait pas dire qu'il représentait un réel danger.

 « Bonsoir, Batman et Nghtwing. Mon patron vous envoie ses salutations. »

Le bougre s'alluma une cigarette, ce qui ne manqua de rappeler à Grayson qu'il fallait que lui-même arrête de le faire. Il avait noté facilement les regards désapprobateurs de Barbara, lorsqu'il l'avait revue, et savait très bien que ce n'était pas bon pour sa santé. Evidemment, c'était plus facile à dire qu'à faire...

Ignatius – sérieusement, qui oserait appeler son gamin comme ça ? - eut un petit sourire, avant de désigner d'un geste de la main la supérette jonchée des corps inanimés de ses copains.

 « Monsieur Cobblepot espérait que tu te montrerais, Batman. Quant à toi, Nightwing, tu m'as fait gagner mille dollars ! Le patron ne pensait pas que tu étais bel et bien revenu en ville. »

 « Ravi d'avoir pu être utile ! Surtout, dis bien au Pingouin qu'on va lui botter les fesses s'il arrête pas maintenant. »

Le sourire du voyou ne s'effaça pas, mais une lueur d'agacement passa dans ses yeux.

 « Il m'a chargé de vous transmettre un message : ceci ne vous concerne pas. Harley Quinn et Catwoman ont dévasté l'Iceberg Lounge il y a peu, et les réparations coûtent très cher ! Le patron prends simplement ce qu'il faut pour rembourser le prix exorbitant qu'il a du payer. Je suis certain que ça ne vous suffira pas.... aussi a-t-il prévu de vous laisser un petit quelque chose. Le temps que vous vous occupiez, bien sur, de ça, il sera libre d'agir. Comme ça, on fera d'une pierre deux coups ! Vous arrêterez de dangereux criminels, et nous on sera payés. »

Il tira une bouffée avant de sortir un téléphone portable dernier cri.

 « Alors... nan pas ça... ça c'est la liste de courses... ah, voilà ! On a piégé un bâtiment, pas très loin d'ici. Quatre des plus célèbres médecins de la ville y sont retenus, contre leur gré bien entendu, accompagnés par des bombes à retardement. Elles exploseront dans... euh... il est quelle heure ? Putain déjà ?! Magnez-vous, les chauve-souris, ça va sauter dans neuf minutes ! Huit maintenant ! »

Il fallait agir, et vite. Trouver les otages, les libérer, puis revenir s'occuper d'Ignatius et de son patron, le Pingouin. Dick savait pertinemment de qui s'inspirait cette sinistre tactique ; du Joker. Cobblepot détestait le Joker, mais il savait quand même s'en inspirer ou s'allier avec lui pour faire de sales coups. Il tourna le visage vers son mentor, s'apprêtant à parler quand Ignatius, remonté dans sa voiture, lui lança une pique bien sentie.

 « Nightwing ! Tu salueras Batgirl pour moi, tu veux ? »

Il s'en fallut de peu que le jeune homme n'agisse impulsivement, et ne court derrière la voiture. Il ragea, serra les dents et les poings. Non, il ne devait pas céder à la colère. Il avait toujours été trop prompt à céder à ses émotions.

Il ne devait pas le faire.

Ils avaient des otages à sauver.

 « Dépêchons-nous avant qu'il ne soit trop tard. » dit-il alors simplement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1156
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 14 Mar 2018 - 15:47
Ignatius Ogilvy.
Bras droit du Pingouin. Criminel échappé des bas-fonds. Jeune homme plein d’ambition, de vice mais aussi de professionnalisme ; un profil dangereux, inquiétant. Pas pour ses capacités actuelles, mais pour ce qu’il finira par devenir – car il ira loin.
Trop loin, bien sûr ; il faudra le stopper. Mais plus tard.


« Nous adresserons nos propres salutations à Oswald dès que nous le verrons, plus tard dans la nuit. Avec nos poings. »

Même si Bruce doit avouer que l’attitude et l’arrogance de ce homme de mains lui donnent envie de sauter directement à l’étape où il met hors d’état de nuire.

« Je ne tolère aucune vendetta dans ma ville, Ignatius. »

Nightwing s’est chargé de transmettre ses propres menaces, mais son ancien mentor a tenu à les doubler – et à confirmer l’évidence.
Il est clair que les troubles provoqués par Harley Quinn et Catwoman allaient provoquer une réaction chez Cobblepot ; il voulait lui-même s’entretenir avec Oswald pour empêcher les événements du jour, mais les épreuves subies récemment l’en ont empêché.
Il s’en veut, maintenant ; et se sent frustré. Ce qui n’est jamais une bonne nouvelle pour ses cibles.


« Hrm. »

Il grogne, quand il entend le plan du Pingouin.
Son attitude se crispe, ses muscles se tendent alors qu’Ogilvy se détourne, s’amuse d’eux, et remonte directement dans une voiture.
Il finit par une petite pique, une provocation envers Nightwing… en évoquant Barbara ; évidemment. Bruce sait très bien quels sentiments compliqués unissent ses deux premiers élèves, sentiments qui vont et viennent mais dureront toujours. Il a bien un avis sur la question, mais celui-ci ne sera jamais sollicité… et il ne le donnera jamais, de toute façon.
Même s’il est clair qu’Ignatius souffrira pour ces mots ; encore plus.

Cependant, alors que son véhicule s’en va, Dick change de sujet et prend sur lui en évoquant les otages… et s’attend donc à une confirmation de son mentor.


« Non. »

Dont la réponse, froide et détachée, ne manquera pas de le surprendre.

« Ogilvy nous provoque, mais ce n’est pas pour cela qu’il faut le poursuivre maintenant – c’est parce qu’il sait tout des prochaines attaques, et il faut l’intercepter pour les stopper. »

Bruce baisse les bras.
Autour d’eux, les corps inconscients et brisés des criminels reposent, incapables de se relever ; il ne les regarde même pas, surtout quand il s’empare d’un élément à l’arrière de sa ceinture.


« Occupe-toi des otages. Sauve-les. »

De la main gauche, il envoie quelque chose à Nightwing – les clés de la Batmobile. De la main droite, il récupère son lance-grappin, vise vers les hauteurs, et appuie.

« Je te fais confiance. Prouve-moi que je n’ai pas tort… Vieux Prodige. »

Un petit sourire accompagne la petite provocation… et Bruce file dans les airs, tracté par le système du grappin.
Il quitte ainsi le jeune homme, et commence son superbe ballet aérien ; bien moins efficace que celui de Dick, et il n’apparaît pas forcément logique qu’il s’occupe d’Ogilvy. Cependant, l’échange sur Batgirl a laissé des traces, et Bruce connaît suffisamment Nightwing pour savoir que ça l’occuperait ; or, il faut un professionnalisme total, autant pour sauver les otages que pour stopper l’ennemi.

A lui, donc, de poursuivre Ignatius ; et à Nightwing de sauver les otages, au volant de la Batmobile et de ses gadgets.
Silencieusement, il flotte dans les airs – tandis qu’une atmosphère studieuse règne à l’intérieur du véhicule d’Ogilvy. Ce dernier est satisfait du coup joué aux Héros, et se prépare à le confirmer à son employeur… quand un bruit sourd impacte la voiture, et notamment son toit.
Il l’ignore, mais le pire lui arrive ; il ne va pas tarder à le comprendre…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/02/2018
Messages : 151
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Sam 17 Mar 2018 - 15:20
Grayson resta un instant silencieux, les clés de la Batmobile à la main, à se demander s'il ne devait pas suivre Batman et l'épauler. Mais la réponse s'imposait d'elle-même ; non, il devait rester sur son propre objectif. Et après, seulement après, il pourrait aller aider son mentor. Si toutefois il parvenait à le rattraper, ce qui n'était pas aussi simple qu'il pouvait le sembler.

Dick prit donc les commandes du véhicule, retrouvant avec un plaisir non feint la Batmobile qu'il avait lui-même piloté à une époque. C'était des années auparavant, lorsqu'il était quelqu'un d'autre... Et cela lui semblait pourtant si lointain qu'il se perdit un instant dans des souvenirs parasites. Arriverait-il un jour à se concentrer suffisamment pour éviter d'y repenser ? Peu probable. Il n'avait pas la sagesse de son père d'adoption, ni le recul. Et s'il avait de l'expérience, elle était minime en comparaison de celle de Batman. Il lui était supérieur en tout point. Sauf peut-être en matière de conneries. Dick conservait la palme des erreurs, de très loin.

 « Je suis persuadé qu'il a changé les sièges. Ou alors, il a au moins fait changer le revêtement. C'était pas aussi confortable à l'époque. »

Tout en conduisant, il utilisait les appareils du véhicule pour localiser les fameux otages. Il se demandait si ce qu'avait dit Ignatius était vrai. Si les quatre médecins les réputés avaient disparu, ils auraient du en entendre parler... à moins bien sur que ce ne soit tout récent. Mais si c'était Nightwing qui avait organisé ce plan, il aurait enlevé les mecs avant, ou à la limite au début de l'opération. Donc en pleine journée. N'importe quel habitant de Gotham savait que les Héros sortaient davantage la nuit, même s'il arrivait de les apercevoir de jour.

Il distingua alors les sources de chaleur émises par les explosifs, non loin. Il immobilisa le véhicule, avant d'examiner plus en détail les relevés. Le bâtiment était une petite résidence, avec plusieurs appartements bons marchés, délabrés et inoccupés. L'endroit parfait, en somme, pour cacher quelque chose. Mais il y avait un truc qui le chiffonnait ; personne ne semblait se cacher parmi les explosifs. Ça puait le piège à plein nez.

Mais il devait y aller quand même. Il n'avait pas le choix. C'était son rôle, de se mettre en danger pour s'assurer qu'il n'y avait vraiment personne là-dedans. S'il n'y allait pas, et qu'il y avait des victimes, il le regretterait toute sa vie. Et il ne méritait pas de porter son costume et de se faire appeler Nightwing.

 « Je suppose qu'il a pas rajouté une armure anti-explosion... tant pis ! Allez, on y va ! Barbara sera fier de moi quand je mourrais stupidement dans une explosion. »

Il se dirigea vers la résidence, et ouvrit doucement la porte non-verrouillée. Il avança à pas feutrés, tâchant de ne pas se faire remarquer. S'il y avait quelqu'un ici, la dernière chose dont il avait besoin était une panique d'un otage ou l'attaque d'un malfrat alerté. Mais son pressentiment, à chaque instant, se muait de plus en plus en certitude. Il était seul ici, et il risquait inutilement sa vie. Toutefois, la curiosité le poussait presque à vouloir chercher partout.

Que devait-il faire ? Rester plus longtemps ici, au risque de se faire sauter ? Ou partir, sachant qu'il laisserait peut-être passer un indice.

 « Alors, Nightwing ? On vient fouiller dans mes propriétés ? »

La voix désincarnée de Cobblepot, évidemment. Il y avait sûrement un haut-parleur pas très loin.

Plutôt que de répondre, Nightwing regarda autour de lui. Il se posait en même temps la question suivante :

Que faisait Batman, de son côté ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1156
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Lun 19 Mar 2018 - 9:49
Maintenant.
Dick Grayson avance au milieu d’une zone… vide.
Vide de toute présence humaine.
Si la voix nasillarde et désagréable d’Oswald Cobblepot ne tarde pas à se faire entendre, Nightwing est d’ores et déjà sur ses gardes, et s’attend sûrement au pire ; il n’a pas tort.


« N, ici B. C’est un piège. »

Via le système de communication mis en place au sein de ce que certains appellent la Batfamille, la voix calme mais autoritaire du Batman s’élève, à destination de son premier élève.

« Une bombe a été déclenchée dès ton arrivée. Il te reste… deux minutes et douze secondes pour fuir. »

Au loin, dans un coin, des chiffres défilent et l’explosion approche.
Et, dans le haut-parleur, le rire gras du Pingouin s’élève, et emporte toute la zone.


**
*
**

Avant.
Ignatius Ogilvy pense avoir réussi son coup ; il a tort.
Alors que l’adjoint de Cobblepot s’enfonce dans les ténèbres, dans son véhicule, il se prépare à communiquer les informations à son employeur… mais cela n’arrivera pas.
Car l’homme de main aux côtés du chauffeur est soudain arraché de sa place – la vitre brisée par un poing venu du toit, qui s’empare ensuite du col du criminel et le projette de l’autre côté ; en neuf secondes. Nouveau record.


« Bordel. Boris, dévie, dévie, dév… »

Ignatius ne peut finir sa phrase – car le toit est littéralement défoncé, percé par un autre poing, qui gifle soudain le chauffeur.
Le véhicule fait immédiatement une embardée, et l’arme qu’Ogilvy voulait prendre s’élève dans les airs, vient s’enfoncer contre une vitre, et disparaît dans la rue.
Des grognements se font entendre, alors que le chauffeur est propulsé contre le volant, et plonge dans l’inconscience ; la voiture plonge, elle aussi.

Alors qu’une forme s’échappe du toit, pour rouler sur le flanc, le véhicule continue sa route… et va violemment s’impacter contre un lampadaire ; sortie de route douloureuse, mais au moins pas mortelle.
Ignatius, habitué aux coups, se reprend, s’échappe de la voiture en titubant ; il essaye de maîtriser ses tremblements pour prendre une autre arme… mais il sait que c’est trop tard, avant de sentir le poing dans son dos.

Une forme émerge des ombres, le fait tomber pathétiquement, puis le relève avant de lui administrer un terrible coup de tête.
Ogilvy grogne, tente de s’emparer encore de son arme… mais échoue, quand un Batarang s’enfonce dans son poignet ; aïe.


« Parle. »

Sous le sang et la transpiration, ses yeux découvrent alors le visage qui lui fait face – le visage qui lui hurle dessus.

« Ou je te ferais parler. »

Le visage de la peur incarnée.

**
*
**

Maintenant, bis.
L’explosion intervient après le délai indiqué.
Elle est terrible.
Le bâtiment est entièrement soufflé, anéanti. Les murs sont brisés, repoussés. Les toits sont soufflés. Rien n’y résiste. Rien n’y survit. Rien n’en reste.

Et Nightwing, alors ?
Va-t-il encore réussir l’impossible, et survivre à cet enfer ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/02/2018
Messages : 151
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mar 20 Mar 2018 - 11:48
Lorsque l’explosion retentit, la résidence est soufflée, anéantie, dévastée par la déflagration. Les murs se brisent, les fenêtres sont vaporisées, les meubles et la saleté désintégrés par la chaleur et la force dégagée par le souffle. Personne ne sait pourquoi, soudainement, tout ceci explose. Ce sera sûrement la panique d’ici peu, dans le voisinage, dans les environs. Mais les habitants de Gotham ont l’habitude, ils savent qu’il ne vaut mieux pas trop s’en préoccuper. Ce serait dangereux, aussi bien pour eux que pour les personnes plus qualifiées qui vont s’en charger. Comme la GCPD, ou les pompiers, qui vont mettre de nombreuses minutes avant d’arriver.

Mais c’est largement assez pour que Nightwing ne puisse sortir des décombres, remonter dans la Batmobile, vérifier que tout y est intact, puis repartir à toute allure pour rejoindre son mentor. Oh, il est bien vivant, le Grayson ; mais pas indemne. Comme il ne tarde pas à le démontrer, par un trait d’humour :

« Bébé, ici Nounours. Je suis une peluche grillée, mais ça va. Je te rejoins au plus vite. »

De fait, localiser le Batman n’est pas difficile. Mais en revanche, parvenir à ne pas grimacer lorsqu’il vérifie l’état de son armure est une toute autre histoire. Dick a souffert, lors de l’explosion, il a même reçu quelques éclats dans le bras. Mais heureusement pour lui, sa combinaison l’a empêché de se faire saigner à blanc par des débris, et un mur plus épais lui a évité d’être broyé par l’onde de choc. Il serre les dents, s’assure une dernière fois qu’il n’est pas mort – c’eut été dommage de décevoir Barbara en mourant aussi bêtement – et reprends les commandes de la Batmobile.

Conduire l’oblige à être attentif à la route, et à en oublier la douleur qu’il peut parfois ressentir dans son bras ou dans le dos. Il sait à quel point c’est important d’ignorer sa souffrance, dans de pareilles circonstances ; et l’adrénaline lui assure une façon temporaire – et seulement temporaire – de passer outre. Il doit donc faire l’effort conscient de l’oublier, de la refouler pour qu’elle ne l’handicape pas. Car la nuit va être encore longue, et il y avait un Vilain à coincer. D’une manière définitive, mais non-létale. Batman y mettait un point d’honneur, et même si Dick n’avait pas toujours été d’accord avec ça, il respectait cette volonté. Tuer des gens qui méritaient la mort n’était pas un crime, c’était de la justice. Mais le meurtre avait une particularité étonnante : on ne l’oubliait pas. Pas la première fois.

Nightwing avait déjà tué. Il avait été plus violent et plus expéditif que son mentor, à plusieurs reprises. Mais aujourd’hui, il était différent. Il était plus tolérant avec les volontés des autres, et souhaitait montrer qu’il avait mûri. Du moins, par certains aspects. Car il restait quelqu’un de nonchalant par bien des aspects, et d’imprudent par d’autres. Mais il y avait un point sur lequel il était devenu intransigeant : le passé, c’était le passé, et il faisait ce qu’il fallait pour réparer les erreurs commises.


« J’arrive. Prépare la fête. Ou l’étape suivante, qu’au moins on ne perde pas de temps. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1156
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mar 20 Mar 2018 - 15:18
Debout, devant le corps fracturé d’Ignatius Ogilvy, le Batman attend.
En apparence, il semble figé, statue de convictions et de puissance. Il vient de passer l’adjoint d’Oswald Cobblepot à tabac, il vient de lui exploser plusieurs dents et nerfs, et il ne regrette rien ; il en faut, pour le forcer à parler, et lui a ce qu’il faut pour cela.
Il attend, donc ; mais sans patience, et sans sérénité.

Car alors que la pluie fine continue de s’abattre sur cette zone de Gotham City… il analyse, en fait ; il étudie.
Sa cagoule est reliée directement aux systèmes du Batordinateur et, par quelques mouvements rapides sur son costume, il a lancé un contact pour obtenir une vision satellite de la ville ; et, notamment, de Nightwing.

Alors que l’explosion embrase le bâtiment dans lequel le Pingouin entendait les piéger, alors que les murs sont anéantis et que le plan de l’ennemi se réalise, lui suit, de loin, le petit point qui incarne le jeune homme… et il s’inquiète.
Bruce fait confiance à Dick, bien sûr ; mais le fait demeure. Il s’inquiète. Comme il s’inquiète pour tous ses proches.

Il n’en dit rien, cependant ; demeure stoïque et calme.
Jusqu’à un micro-soupir… jusqu’à une minuscule expression de soulagement, quand la voix bondissante de son ancien protégé résonne dans le système de communication.


« Prends le nuage d’Ulysse et rejoins-moi, Nounours. P’tit Louis dort déjà, mais Mirabelle nous attend. »

Une référence, sous la forme d’un trait d’humour – inhabituel, tout comme une collaboration entre le Chevalier Noir et Nightwing ; mais agréable, évidemment, pour les deux amis qui se retrouvent, et replongent dans une atmosphère plus douce, plus ancienne, plus simple aussi.

« Je ne fais pas de fête, tu le sais. »

Lentement, il se détourne d’Ignatius – mais non sans abattre, une dernière fois, son poing ganté sur le visage de l’ennemi ; prudence est mère de sûreté.

« Je suis une fête. »

Ses bottes claquent sur le sol, alors qu’il s’avance vers un coin de rue… et s’arrête, juste au moment où la Batmobile se stationne.
Dirigée non pas par Dick, mais par le système automatique du véhicule, ce dernier a suivi les ordres de son maître, qui l’a guidé à distance ; jusqu’à lui.
La porte s’ouvre, mais il se détourne et s’avance vers l’arrière, pour ouvrir le coffre, et en sortir quelque chose ; qu’il envoie directement vers Nightwing.


« Tiens. Le tien doit être endommagé… »

Le jeune homme découvre alors un costume, dérivé du sien.[/url]

« … et Alfred a tenu à tenter quelque chose, sur le design. »

[i]Presque la vérité.
Le majordome a bien réalisé ce costume – mais sur demande de Bruce, qui a décidé de toujours conserver avec lui des éléments accessoires ou de secours pour lui et ses proches ; par prudence. Par affection.


« Allons-y, maintenant. »

Reprenant sa place de conducteur, le Chevalier Noir monte, ferme les portières quand Dick est prêt – et enclenche les gaz.
Direction le port. Direction la suite de leur soirée. Direction l’ennemi. Direction…

… l’Iceberg Lounge, et son propriétaire – Oswald Cobblepot !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/02/2018
Messages : 151
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mer 21 Mar 2018 - 10:57
[font=Trebuchet MS]Il y avait quelque chose de gênant avec ce nouveau costume. Dick mit quelques instants à comprendre, alors qu’il était assis sur le siège passager de la Batmobile. Ce n’était rien d’autre qu’une situation d’inconfort, quelque chose d’aussi simple et ordinaire qu’on ne s’imaginait pas le retrouver chez un Héros. C’était une chose facile à gérer, normalement, mais Nightwing n’avait pas cette habitude. Il avait toujours su l’éviter, mais pas là. Peut-être parce qu’il avait changé, ou peut-être parce qu’il s’agissait d’un costume tout neuf ? Mais qu’importait la raison, au final.

Il ne se sentait pas à l’aise avec ce costume, qui lui moulait et lui serrait désagréablement l’entre-jambe.

« Rha, ça me serre comme pas possible. Tu m’as pris pour Tony Stark ou quoi, à porter des pantalons moulants ? »

La Batmobile filait à toute allure en direction du repaire de Cobblepot. Personne ne tentait, ou tenterait, de les arrêter. Car la nouvelle de Batman de sorti, et potentiellement accompagné de Nightwing, allait rapidement se répandre parmi les criminels du coin. Le pire, pour eux, aurait été la présence du quator : eux deux, plus Barbara et Timothy. Dick avait aisément deviné que son amie rousse avait raccroché le costume, par désespoir et probablement à cause d’autre chose aussi. Mais sa présence à ses côtés lui manquait quand même. Elle pouvait se débrouiller toute seule.

Il aurait été facile de placer un objet de surveillance pour s’assurer qu’elle allait bien. Mais c’eut été à la fois mesquin et profondément dérangeant. Il ne voulait pas créer de sentiment d’oppression, ni d’étouffement. Et de toute façon, une telle manœuvre, malgré toute la bonne volonté du monde, se retournerait forcément contre lui un jour. Donc il était hors de question d’y recourir, et quelque part, il regrettait d’y penser. Cela ne lui ressemblait plus de faire comme ça. Peut-être que jadis, dans une autre vie, il l’aurait fait. Mais plus maintenant.

Il aurait aimé qu’elle soit là avec lui, à ses côtés. Il avait longtemps considéré qu’il était de sn devoir de la protéger, avant de comprendre – trop tard – qu’elle n’en avait pas besoin. Mais la traiter comme son égal n’était pas suffisant ; elle était meilleure que lui. Et c’était pour ça qu’il l’aimait et qu’elle lui manquait ce soir ; Batgirl était la lumière qui mettait en scène Nightwing.

Il dut toutefois sortir brusquement de ses pensées lorsqu’ils arrivèrent devant le repaire de Cobblepot. Les réparations avaient bien commencé, mais elles seraient encore longues et coûteuses. Des traces de la dévastation perpétrées par Harley Quinn et Catwoman restaient visibles, telles des cicatrices, tandis qu’ils approchaient. Un sifflement admiratif s’échappa de Dick.

« Eh bah ! Elles y sont pas allé de main-morte. Ta copine est douée pour accompagner Harley Quinn dans la partie destruction gratuite. »

Il eut soudainement une pensée pertinente. Oui, ça lui arrivait.

« Tu crois que le Pingouin est là ? Ca m’a pas l’air ouvert, au public ou au privé… »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1156
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 21 Mar 2018 - 14:49
Le moteur de la Batmobile vrombit, alors que le véhicule file dans les longues allées de Gotham City.
Avec expertise et compétence, le conducteur mène le bijou de technologie directement vers l’Iceberg Lounge ; il envisage déjà de nombreux scénarios pour s’en prendre au Pingouin, mais son esprit extraordinaire lui permet de faire autre chose – notamment écouter Nightwing, après l’avoir observé du coin de l’œil.


« Je me suis fié aux mesures intégrées dans le Batordinateur, pour connaître tes mensurations. »

Sa voix, modifiée, demeure calme – même si, en se tournant vers Dick pour lui répondre, un zeste de malice se laisse voir dans son œil.

« A priori, elles ne sont plus à jour… à priori, tu as grossi, Vieux Prodige. »

Une pique, encore ; la dernière.
Car ils arrivent à destination, et il convient de ne plus plaisanter.

Devant eux apparaît donc l’Iceberg Lounge, impacté par les attaques de Catwoman et d’Harley Quinn. Si Dick est demeuré silencieux durant l’essentiel du voyage, préoccupé par ses pensées, que Bruce devine proches d’une certaine rousse qui n’a jamais cessé de hanter le jeune homme, son ancien élève reprend la parole – et siffle, même, d’admiration devant l’efficacité des criminelles.


« Catwoman n’est en rien ma copine. »

La Batfamille sait que Selina et Bruce ont eu une romance, il y a peu, et qu’une enfant en est née ; puis morte. Les circonstances demeurent floues, car ni l’un ni l’autre ne veulent en parler, mais tous savent combien le sujet du lien entre Catwoman et Batman est difficile, douloureux… même si Dick Grayson semble s’en désintéresser.

« Je doute que Cobblepot ait décidé de laisser son bien sans surveillance, surtout après une première agression. »

La Batmobile se gare, sur le parking de l’établissement.
Sans discrétion. Aux yeux de tous.
Beaucoup pourraient considérer que c’est une déclaration de guerre ; ils auraient raison. Nul ne saurait mettre en danger ses proches, dont Dick lors de cette explosion, sans craindre une sanction terrible du Chevalier Noir.


« Je suis persuadé qu’il est là, oui. »

Le Batman sort de la Batmobile, et fixe l’immense entrée de l’Iceberg Lounge. Son visage n’exprime aucune émotion, encore moins quand il reprend lentement la parole.

« Allons le déranger. »

Quelques pas suffisent pour se rapprocher de la porte, avec deux gorilles qui gèrent l’entrée…
… et qui tentent, en vain, de se redresser et de paraître sûrs d’eux face au duo qui arrive ; franchement, ils n’y arrivent pas.

« C’est… pour boire ? »

« Ou pour danser ? »

Le Chevalier Noir s’arrête devant les deux hommes, et hausse les sourcils – de l’humour.
Soit.
Certains hommes de main ont de l’ambition…


« Soirée privée. »

… ou une bonne dose de démence.
Quelques instants après, quelques coups après, les portes de l’Iceberg Lounge s’ouvrent, et permettent au duo de déboucher à l’intérieur…

… au sein de l’établissement possédé par Oswald Cobblepot ; établissement, d’ailleurs, étonnamment vide et silencieux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/02/2018
Messages : 151
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Ven 23 Mar 2018 - 12:51
Le silence de mort qui planait dans l'établissement ne pouvait laisser supposer qu'une seule chose : une embuscade imminente. Non pas que Nightwing se sente vulnérable, mais un léger stress s'emparait de lui alors qu'il sentait, comme une sorte de sixième sens, le regard d'une bonne vingtaine de personnes braqué sur lui.

 « regarde-moi tous ces échafaudages... on dirait que Cobblepot veut tout reconstruire en encore plus grand et encore mieux. »

Il n'étais sans doute pas loin de la vérité. L'Iceberg Lounge en reconstruction avait l'air deux à trois fois plus vaste qu'il ne l'avait été avant, et aussi cinq à six fois plus luxueux et plus cher. Les lumières étaient éteintes, mais les couleurs projetaient leur propre luminosité, donnant au club un aspect lugubre volontaire. De nombreux meubles étaient encore sous leurs protections et leurs bâches, mais les escaliers avaient déjà été conçus pour mener, au niveau supérieur : là où se trouvait certainement le bureau du Pingouin. Où était ce dernier, d'ailleurs ?

Dick examina leurs environs, à Batman et lui. Il y avait peu de chances pour eux de s'en sortir si un ennemi caché – qui l'était certainement – décidait soudainement de leur tirer dessus. Lui-même sentait encore les démangeaisons de son pantalon trop serré, alors il ne risquait pas de pouvoir esquiver une balle qu'il ne verrait pas venir. Il s'attendait à ce que soudainement, d'immenses projecteurs s'allument pour les révéler au grand jour, suivis d'une apparition théâtral de Cobblepot.

La lumière s'alluma, brusquement, les aveuglant. Vingt silhouettes se découpèrent à contre-jour, bien éloignées pour être hors de portée des deux assaillants. Et la forme caractéristique du Pingouin se découpa au sommet des escaliers.

Sérieusement ?!

 « Alors là, toutes mes félicitations, Nightwing ! Tu as survécu à une explosion en t'en sortant indemne. Je suis impressionné, et grâce à toi, j'vais regagner l'argent du pari que j'dois à... mais qu'est-ce que tu fous à gigoter comme ça ? »

De fait, Dick ne cessait de triturer son entrejambe trop serré.

 « Désolé ! Le couturier m'a pris pour Tony Stark ! »

Nan, sérieusement, c'était obligé de se coltiner un pantalon aussi serré et moulant ? Merde quoi, c'était gênant. Et ça cassait tout lt speech du méchant.

 « Tu m'en vois désolé. Batman, où est-ce que tu as trouvé le courage de reprendre ce bouffon à tes côtés ? Même si je ne m'étonne plus de tes fréquentations... Catwoman m'a volé, et a aidé Harley Quinn à faire exploser mon club ! Quand je mettrais la main sur ces deux salopes, je peux t'assurer qu'elles le regretteront. Mais avant, je dois m'occuper de vous deux ! »

Il poussa un soupir, et sembla se gratter la tête.

 « J'ai rien contre toi personnellement, Bat'. Pas plus que contre ton fiston. Mais vous êtes en train de gêner mes affaires, et j'aime pas ça. Je suis obligé de vous foutre au moins une raclée, tu comprends ? Mais ça m'emmerde de le faire, car j'aurais bien besoin de votre aide, au final. Je te propose un marché, Batman. »

Grayson n'écoutait qu'à moitié. Son sang n'avait fait qu'un tour alors qu'il avait entendu Cobblepot utiliser le mot « fiston ». Connaissant le personnage, se pouvait être une utilisation tout à fait innocente comme une déclaration subtile qu'il connaissait leurs vraies identités. A vrai dire, c'était une possibilité alarmante, mais tout à fait plausible. Et sur le moment, ce n'était même pas à la sécurité de sa propre personne, mais à celle de deux autres.

Bruce lui-même, qui était bien plus facile à atteindre sans son masque, et Barbara, bien sûr. Il se fichait pas mal qu'on sache qui il était réellement. C'était plus par commodité que par conviction.

Mais il ne devait pas laisser son malaise paraître.

 « Voilà le deal : je te laisse Ignatius, Batman. Tu le fais tomber pour la raison que tu veux. La moitié de l'argent que j'ai pris, je l'utilise pour reconstruire ce que mes sbires ont détruit dans Gotham. L'autre moitié me sert pour payer les réparations de mon club. Et en échange de ça, je te donne une information qui sera sûrement utile à ta bande de copains de la Justice League. Quelque chose concernant votre amie Zatanna et ses petits projets. »

Ce type avait le sens des affaires. Mais de ce qu'en savait, la magicienne était une personne puissante, luttant pour le bien par des moyens pragmatiques. Mais la façon dont Cobblepot tournait son speech, ça laissait supposer qu'elle préparait une connerie.

Il jeta un coup d’œil intrigué à Bruce. Il la connaissait bien mieux que lui.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1156
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Sam 24 Mar 2018 - 21:47
Un silence de plomb s'impose au sein de l'Iceberg Lounge.
Alors que le Batman et Nightwing rentrent à l'intérieur, font claquer leurs bottes sur le sol parfaitement ciré et surtout parfaitement blanc, ils notent les nombreux échafaudages et éléments de construction – jusqu'à arriver en bas d'un immense escalier.
Vingt types... vingt sales types apparaissent, évidemment menaçants ; mais les attentions des deux Héros se figent sur l'homme qui apparaît en haut de l'escalier – le maître des lieux.


 « Pingouin. »

Le surnom, si longtemps haï par celui qui le porte, est lâché avec une pointe de dégoût et de fureur difficilement contrôlée ; elle est, pourtant, sincère.
Le Pingouin s'en est pris à des innocents, des civils, des banques et des bijouteries ; mais, surtout, à Nightwing. A eux.
Ce fut une erreur ; il va la payer. Ce soir.


 « Hrm. »

Il grogne.
Il grogne, quand la discussion débouche directement sur les difficultés de Dick avec son costume. Il grogne, quand l'autre insulte Nightwing. Il grogne, quand le Pingouin insulte Harley Quinn et Catwoman, toujours si importante pour lui. Il grogne, quand un marché est évoqué. Il grogne, quand l'ennemi évoque un lien de filiation entre eux... mais, surtout, il grogne quand Oswald évoque Zatanna.


 « C'est tout ? »

La réplique est sèche, froide ; brutale.

 « C'est tout ce que tu as à proposer ? C'est tout ce que tu as, pour nous menacer ? »

Bruce s'avance, d'un pas. La nervosité chez les hommes de main est immense – mais il ne s'y intéresse guère ; son attention entière est fixée sur Oswald, qui grimace en le voyant agir ainsi.

 « Tu nous insultes. Tu as voulu nous tuer. Tu nous menaces. Et tu me proposes un arrangement infâme. »

Il soupire, et secoue la tête.
Il a entendu, comme Dick ; fiston. Cobblepot a utilisé ce mot, qui peut n'être rien... ou tout. La filiation évoquée peut être celle de Batman & Robin, dont beaucoup ont cru voir un père et un fils ; naturels.
Cela peut être ça – ou pire. Il y a doute, hésitation ; risque.
Il déteste cela.


 « Non. »

Il ne supporte pas cela.

 « Non ! »

Sans prévenir, Bruce lâche les deux bombes préparées discrètement – qui s'écrasent au sol, et forment rapidement un nuage puissant... et étouffant.
Rapidement, le phénomène se propage, bloque toute visibilité ; phénomène habituel, mais ô combien pratique et efficace. Il n'a d'ailleurs rien besoin de dire – il sait que Dick saura comment faire, comment gérer.

Sans un mot, le Batman se précipite en avant.
Quelques coups suffisent pour faire tomber définitivement trois des vingt hommes de main du Pingouin – mais ils ne l'intéressent pas ; lui l'intéresse.
Un bond et quelques flexions lui permettent de rejoindre le niveau supérieur, où Oswald Cobblepot tente de s'enfuir, avec deux alliés de plus ; ils n'iront pas plus loin.

Les deux sales types s'écroulent, brisés par deux Batarangs électrifiés. Le Pingouin se retourne, pour savoir ce qu'il se passe... mais il est déjà trop tard.
Pour lui, il est déjà trop tard.


 « PINGOUIN ! »

 « Je... je... »

 « PARLE. DIS-MOI TOUT. DIS-MOI TOUT SUR ZATANNA. »

La menace est claire, terrible. Et alors qu'Oswald se rend compte de sa situation...
... le Batman s'empare de lui.
Le pire vient de s'abattre sur le Pingouin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/02/2018
Messages : 151
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Sam 24 Mar 2018 - 23:39
Lorsque la fumée apparaît, Dick est presque prêt. Et le presque fait là toute la différence ; car lorsque Batman part, s'envole pour aller rejoindre Cobblepot, il en oublie les tireurs. Et dix-sept mecs se mettent mitrailler l'épais écran de fumée qui dissimule Nightwing aux yeux des autres. Mais cela le gêne tout autant – ou quasiment – pour vois ses ennemis. Il bouge, néanmoins. Ils e mouve à une grande vitesse, histoire de ne pas être une cible stupide en plein milieu de l'Iceberg Lounge. Et comme dit avant, il était presque prêt à e qu'il venait de se passer.

Une vive douleur secoua son flanc gauche, tandis qu'il se mettait à courir et sauter pour esquiver les balles et, dans le même temps, atteindre les voyous armés. Il y parvint, et put rapidement voler d'adversaire en adversaire, leur collant à chacun une taloche suffisante pour assommer un ours, à l'aide de ses poings ou de ses matraques. Tel un acrobate survolté, il ne pouvait pas être touché. Son corps dessinait des contours flous alors qu'il se mouvait avec la grâce d'un félin, et qu'il sautait, plus souple qu'un chat, d'échafaudage en échafaudage.

La lourde tâche de devoir se coltiner tous les tireurs se facilitait à chaque adversaire, car ils n'osaient guère tirer sur leurs copains. Une chance pour Grayson, qui ne put s'empêcher de sourire sous son masque.

**

Pendant ce temps, Cobblepot partit d'un léger rire. Un rire malsain, désagréable, de celui qui détient une connaissance qui fera certainement du mal quand il la partagera. Car en effet, il possède des informations qui ne raviront pas Batman, ni les autres membres de la Justice League. Ni personne sur Terre.

 « Ah... Batman ! Tu n'apprendras donc jamais à être un gars bien, pas vrai ? Bon, je suppose que tu vas vouloir tes infos... »

Il n'est pas aussi rassure qu'il semble le montrer. L'inquiétude peut se lire dans son regard mauvais. Mais il dira la vérité, car rien ne lui fera davantage plaisir que de savoir Batman – un ami de la magicienne – ruminer la portée des actes de la belle brune.

 « Il existe bien des rituels obscurs de magie, dans ce bas-monde, mon cher Batman. Ton amie joue peut-être les héroïnes quand une menace se profile à l'horizon, mais elle est poursuivie par d'étranges échos. De sinistres esprits l'observent ! Elle marche sur le fil entre la Vie et la Mort, m'a-t-on rapporté. Et elle m'a acheté à prix d'or un artefact d'une puissance redoutable... »

De l'artefact il ne dira rien. Car même lui et son esprit pervers ont eu peur de ce qu'il impliquait, une fois utilisé dans le rituel que semblait préparer Zatanna.

**

Nightwing achève son dernier adversaire, avant d venir se poster près de son mentor et du Pingouin. Son flanc le fait souffrir ; il a pris une balle, qui n'a heureusement rien fait de grave. Mais la plaie saigne, le calibre trop gros ayant percé la combinaison. Il devra faire attention à la dépense d'énergie, à l'avenir, ou en payer le prix lors d'un effort trop important. Et maintenant que l'adrénaline retombait, il serrait les dents face à la douleur.

Certes, il savait ce que c'était, avoir mal. Mais une blessure, ça faisait pas de mal.

 « Je sais pas où tu vas chercher tout ça, Pingouin, mais tu as une imagination incroyable. Jamais Zatanna ne viendrait t'acheter quoi que ce soit. Tu ne sais rien de la magie et de tous ces trucs là. »

 « Plus que tu ne le crois, petit gars ! Je fais du business de tout, y compris d'objets magiques. »

 « Pour autant, je suis persuadé que tu nous mènes en bateau. C'est beaucoup trop tiré par les cheveux. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1156
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Dim 25 Mar 2018 - 19:35
Plus bas, les tirs crépitent.
Des dizaines de balles sont expulsées des armes des dix-sept hommes de main encore debout. Nightwing est leur cible, leur objectif principal, et ils n'entendent ni abandonner, ni perdre ; beaucoup trop de leurs collègues ou concurrents ont déjà échoué face aux justiciers, et eux le refusent – eux sont différents.

Ils se battront. Ils s'acharneront.
Ils vaincront.
Ils n'ont pas le choix ; l'échec équivaut un séjour en prison, à Blackgate... ou pire, à l'Asile d'Arkham. L'un et l'autre sont abominables. L'un et l'autre sont un ticket direct pour l'enfer, et les terribles monstres qui règnent dans ces murs.

Ils vaincront, donc.
Ou périront en essayant.

Beaucoup auraient peur, pour l'allié laissé derrière qui doit gérer cette menace. Beaucoup jetteraient un œil derrière, pour espérer voir, pour confirmer que tout se passe. Beaucoup s'inquiéteraient.
Mais pas le Batman.
Qui a confiance en son allié. Qui a foi en ses capacités. Qui entend, pleinement, se concentrer sur l'homme qu'il tient, sur le pauvre type qui est désormais totalement en ses pouvoirs.

Mais Oswald Cobblepot n'entend pas se laisser faire, surtout devant ses hommes.
Alors il rit. Il ricane. Il tente de donner bonne figure, de maîtriser la situation.
Ca ne prend pas ; pas avec lui. Pas avec le Chevalier Noir.


 « Être un gars bien, à tes yeux, n'a aucune valeur pour moi, Pingouin. »

La réplique est sèche – mais ses yeux le sont encore plus, alors qu'ils se fixent avec ardeur sur la pauvre créature dans ses mains ; qui comprend, bien vite, qu'il doit se mettre à table, selon l'expression consacrée.

 « Qui t'a dit cela ? »

Bruce enregistre.
Chaque mot. Chaque élément. Chaque intonation. Chaque indice.
Il enregistre tout, et se prépare à agir – plus tard.


 « Quel artefact ? »

Une de ses mains lâche le col du Pingouin... et recule son poing, prêt à frapper.
Mais le coup ne partira pas.
Car Dick vient de les rejoindre – et sa seule présence calme, pour un instant au moins, la violence de son ancien mentor.

Un coup d'oeil rapide lui permet de faire un bilan du combat de Nightwing, et Bruce esquisse une légère grimace en découvrant sa blessure ; gênant. Il faudra qu'il sache comment cela est arrivé, pour éventuellement forcer Dick à reprendre un entraînement intensif.
Hors de question de laisser son premier fils courir les rues et les toits, s'il n'est plus à la hauteur.


 « Nightwing a raison. »

Un échange rapide a eu lieu entre Dick et Oswald... mais le premier a visé juste ; cela ne cadre pas.
Ni avec Zatanna. Ni avec Oswald, qui est un businessman mais évite de collaborer avec les Héros, surtout les plus lumineux.
Ça ne cadre pas. Ça ne lui plaît pas.


 « Ha, mais la première règle d'une transaction réussie, c'est la conf... »

 « Plus de mensonge. »

Le poing du Batman repart – et s'écrase, brutalement, sur le visage du Pingouin ; la douleur est terrible.
Si Oswald recule, la poigne de l'autre main le maintient... et le ramène, même, vers le visage imperturbable et terrible du Chevalier Noir.


 « Parle. Clairement. Directement. Sans mensonge.
Sinon... il me laisse seul. Avec toi. »


La menace est claire.
A voir si le Pingouin saura la comprendre – et agir en conséquence !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/02/2018
Messages : 151
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Lun 26 Mar 2018 - 11:22
La menace de Batman semble avoir un effet froid et immédiat sur le Pingouin. Ce dernier est forcément habitué aux menaces, et ce depuis longtemps, mais lorsqu'il s'agit de la chauve-souris, n'importe quel criminel se met à table. Ou presque. Mais les hommes du Pingouin gisent, inconscients, et lui-même a déjà reçu des coups. Il n'a plus la certitude de pouvoir s'en sortir, à moins d'avoir un ultime atout dans sa manche. Mais si c'était le cas, alors il n'aurait pas attendu aussi longtemps pour l'utiliser. Cobblepot était un lâche par nature, et il évitait la confrontation directe.

Se trouver aussi près de ses deux ennemis ne faisait pas partie du plan, c'était évident. Il ne se mettrait pas en danger comme ça. Dick attendit patiemment qu'il réponde enfin aux interrogations de son mentor, examinant ses traits pour s'assurer qu'il ne mente pas.

 « Très bien... »

La voix, le ton, tout avait changé. Un ton résigné avait remplacé celui, plus fanfaron, adopté au début de leur échange. Toutefois, l'assurance de celui qui détient la vérité, avec laquelle s'exprima alors le Pingouin, n'était pas de bon augure. Comme cela se vérifia après ces mots :

 « Vous vous souvenez de Felix Faust, je présume ? Il m'a contacté il y a quelques temps. Il était à la recherche d'un certain livre, un truc antique et magique, qui aurait la capacité de conférer à son détenteur des pouvoirs phénoménaux. J'ai pas cherché à questionner Faust plus avant ; ton larbin Nightwing a raison, je m'y connais pas assez. Mais je suis un homme d'affaires, donc je me dois de savoir certaines choses sur ce que je vends. Le deal, c'était que je trouve l'objet, ou le lieu où il se trouve, et que je vende l'une des deux possibilités, à prix d'or, à Faust. »

Il déglutit, la poigne du Batman étant forte et inexpugnable.

 « Le Livre de Thot. Voilà l'objet que cherchait Faust. Et ta copine Zatanna, Batman, elle sait que Faust le cherchait. Elle l'a doublé ! Elle a réussi à récupérer le livre à sa place ! Tu n'imagines même pas les conséquences de ce que ça peut faire. Quand j'ai su ce que c'était, plus précisément, j'ai dit à Faust d'arrêter ses conneries. Un faible comme lui n'avait aucune chance de maîtriser cet artefact. Je doute qu'aucun mortel n'en soit capable. »

Grayson choisit ce moment pour intervenir :

 « Thot... le dieu égyptien de la magie et de la connaissance ? »

 « Précisément. Imaginez un livre capable de donner toutes les connaissances magiques de l'univers à une seule personne. Imaginez un peu la force de cet individu. Maintenant, imaginez l'effet corrupteur sur cette même personne ! Faust était cinglé de vouloir ce truc, et Zatanna aussi ! Je me suis renseigné assez pour savoir qu'aucun mortel, ni même aucun Homo Magi, n'a une chance de s'en sortir ! Le seul moyen, ça serait de se rendre immortel, ou divin, ou je sais pas quoi... »

C'était dur à avaler, mais c'était la vérité telle que la voyait le Pingouin. Pourtant, Nightwing ne pouvait s'empêcher de buter sur les derniers mots de Cobblepot. Il était à peu près persuadé que Batman avait, de son côté, le même raisonnement intérieur.

 « Est-ce possible ? Se devenir... un dieu, ou une déesse ? »

Cobblepot tourna son regard mauvais vers Grayson, qui put y lire, chose étonnant, plus que de la peur ; de la compréhension. L'acceptation entre deux ennemis qu'une tierce personne était plus dangereuse que leur petite querelle. Et ils le comprenaient tous, tous les trois.

 « Il existe un rituel magique. Comment crois-tu que certains soient devenus si puissants, à travers l'Histoire ? Mais personne n'est allé au bout. Il demande beaucoup de force. Du sacrifice. Aucun Vilain n'en est capable. Mais une Héroïne pragmatique... »

Zatanna, mais qu'es-tu en train de faire ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1156
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mar 27 Mar 2018 - 9:41
Bruce n’aime pas la violence.
Mais le Batman sait qu’elle est indispensable, pour atteindre ses objectifs – pour poursuivre la quête folle de pacifier une ville démente.

Alors que son poing s’est abattu sur le visage d’Oswald Cobblepot, alors que l’impact a été terrible, il laisse son adversaire se reprendre… et s’ouvrir.
Comme d’habitude.
Le visage grave, fermé, il entend le Pingouin accepter de se livrer, et acquiesce lentement quand l’autre commence à parler ; vas-y, semble-t-il dire. Vas-y, et nous verrons si ce que tu racontes me plaît.

Les réponses affluent, donc.
Via un ton différent, Oswald Cobblepot explique : il évoque Félix Faust, le terrible sorcier qui rôde dans le domaine mystique, qui recherchait un livre – le Livre de Thot, que Bruce met en lien avec le récent nouveau Docteur Fate. Ce dernier refuse encore ce titre médical, car il semble jeune, mais les sources indiquent qu’il ne porte pas le Heaume de Fate… mais celui de Thot, le dieu égyptien de la sagesse.


« Hrm. »

Le Chevalier Noir grogne, quand il comprend que Cobblepot évoquent des concepts dangereux. Il n’apprécie guère son implication là-dedans, surtout quand il évoque Zatanna, qui a doublé Faust.
Dick participe, et Bruce acquiesce lentement – en gardant une poigne terrible sur Oswald, pour continuer à le faire parler ; et ça fonctionne.
Il explique alors l’intérêt de ce livre, qui ne plaît guère à Bruce, évidemment. Une grimace de frustration glisse sur son visage, quand il suit la pensée du Pingouin et de Nightwing… et comprend ce qu’il se passe.

Zatanna.
Zatanna est en train de se mettre en danger – et le monde aussi.


« Comment as-tu trouvé le livre, la première fois ? »

Sa voix demeure lourde et puissante… mais moins autoritaire, moins menaçante qu’avant.

« Quels ont été tes moyens pour le trouver ? Comment un criminel de Gotham a pu remonter la piste d’un livre magique, et si excitant pour les Mages ? »

La soirée avait débuté comme une lutte contre les casses du Pingouin ; elle se poursuit en découverte d’une menace mystique globale.
Sa vie est définitivement passionnante.


« Si tu peux retrouver le livre, si tu connais des sources, si tu as des informations… parle, Oswald. »

Bruce hésite – mais il relâche le Pingouin, le maintient, et le remet sur ses jambes.
Le geste est fort ; il le libère. Que l’autre ne gâche pas sa chance.


« Parle, maintenant. »

Il doit retrouver Zatanna, et l’empêcher de faire.
Quoi qu’il en coûte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/02/2018
Messages : 151
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mer 28 Mar 2018 - 15:00
« Venez avec moi. »

Le père et le fils suivirent Cobblepot, qui ne représentait pas une menace suffisante pour leur tendre un piège aussi grossier. Ils arrivèrent dans un bureau temporaire ; un truc officiel, carré, austère, qui ne méritait que le surnom de placard. Mais même le Pingouin avait du être obligé de faire certaines concessions de luxe lorsque son précieux Iceberg Lounge avait explosé. L’homme d’affaires se place derrière son bureau, comme pour mettre une distance de sécurité entre lui et les deux Héros. Une manœuvre bien futile, mais qui n’amena aucune réaction. Dick savait parfaitement qu’il serait assez rapide, et Batman aussi, s’il y avait un piège quelconque.

Le Pingouin sortit de quoi se servir un verre, et se remit à parler en même temps. La peur avait disparu de sa voix, remplacée par le ton assuré d’un marchand aguerri. Il connaissait son sujet, et était dans son domaine ; les affaires.

« Quand Faust m’en a parlé, j’avais refusé. Je n’aime pas me mêler de magie, car c’est un domaine imprévisible, dangereux pour les néophytes, et j’ai déjà assez de mal avec des types habillés en chauve-souris ! Mais il a insisté. Il a – et ça m’a étonné de lui ! – su trouver des arguments convaincants. Alors j’ai dans un premier temps vérifié que je pouvais lui obtenir ce qu’il voulait. La réponse était oui. Je peux tout obtenir, à n’importe quel prix. Et ça se vérifiait encore une fois. »

Une gorgée.

« J’ai d’abord cru avoir trouvé un simple artefact magique ; mais non, c’était bel et bien un objet divin. Ou du moins, un truc que les Egyptiens de l’époque trouveraient divin. Beaucoup de mes sources me recommandaient de laisser tomber. Que c’était trop dangereux, et que nous ne pouvions pas prévoir ce qu’il se passerait si quelqu’un s’en servait. Dans l’Histoire, une seule personne a réussi à le faire, et deux autres ont essayé. J’ignore leurs noms, toutefois, c’était il y a de nombreux siècles. Je me suis alors demandé ce qu’il se passerait si Faust mettait la main sur un truc comme ça. »

Seconde gorgée.

« Je venais de lui vendre l’info, quand un de mes hommes m’a informé que l’équipe responsable de retrouver l’objet, quelque part dans le désert égyptien, avait été réduite au silence. Ils n’étaient pas morts, mais plongés dans un sommeil magique. Faust a tout de suite compris que Zatanna l’avait doublé ; je ne sais pas comment elle a appris l’existence de ce truc, malheureusement. Conscient qu’il y avait là un danger potentiel, j’ai ordonné à Faust de me dire tout ce qu’il savait. Et il m’a alors révélé que Zatanna avait contacté beaucoup de magiciens, bons ou mauvais, à travers le monde, leur ordonnant de se préparer à faire la paix. Elle avait un plan, pour permettre aux Homo Magi et à leurs confrères magiques de vivre ailleurs que dans la réclusion ou le secret. Ce plan, je ne sais pas de quoi il retourne. Mais le Livre de Thot fait parti d’un rituel inventé par des sorciers de l’Antiquité, que personne n’a mené à son terme depuis plus de deux millénaires. Je mettrais ma main à couper qu’il s’agit de ce rituel de puissance, immortalité ou je sais pas quoi. Votre amie Zatanna, si je vois juste, a beaucoup plus d’ambition qu’aucun Héros n’en a eu avant elle. Elle ferait une très bonne reine impitoyable… »

Il eut un sourire mauvais, tout en buvant sa dernière gorgée d’alcool. Il semblait avoir terminé son récit. Ce qui amena Dick à se demander ce qu’il allait se passer, maintenant. Une autre castagne, en bonne et due forme ?

Mais non, il prit les devants, posant la question qui trottait sûrement dans l’esprit de son mentor également :

« Admettons. J’ai du mal à y croire, mais admettons. Zatanna pète soudainement les plombs, veut rassembler la communauté magique de la Terre… en quoi se rendre immortelle va-t-elle l’aider à y parvenir ? Beaucoup de mages la haïssent, et il en existe sûrement qui seraient prêt à tout pour l’empêcher d’effectuer ce rituel, non ? »

Des sirènes se mettent à retentir dans tout le bâtiment, ponctuant la dernière question de Nightwing. Un acte délibéré de détourner leur attention, ou un hasard des plus incroyables ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1156
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 29 Mar 2018 - 10:11
Les hommes de main du Pingouin ont été frappés, brisés, vaincus. Ils reposent au sol, devant l’Iceberg Lounge, et à l’intérieur ; incapables de se relever, de se remettre.
Et leurs bourreaux fixent le maître des lieux, lui-même maltraité, avant d’être forcé à s’ouvrir, à révéler des secrets jusque-là inconnus… et qui font envisager des suites bien sombres aux événements.

Oswald propose au duo de le suivre, et le Batman le suit ; silencieusement.
Ils parviennent dans un bureau temporaire, dans lequel Cobblepot s’installe, en tentant de garder dignité et arrogance ; en vain, mais le Chevalier Noir ne se risque à aucune pique, à aucun tacle. Pas maintenant. Pas encore.

Le criminel parle, alors ; il se livre, encore.
Après un verre, le moulin à paroles bien connu du Pingouin s’actionne, et Bruce le fixe, en enregistrant les éléments transmis.
Oswald a donc refusé, puis a été convaincu, et s’est mis en chasse d’un objet divin. Il est parvenu à obtenir l’information voulue, et l’a vendue – mais trop tard, car une autre était sur la trace du Livre, et avait bien plus d’efficacité que Cobblepot ; normal, vu le domaine concerné.

Le plan de Zatanna est évoqué, autant que le Pingouin le connaît… et si cela demeure obscur, lui parvient à tisser des liens, créer des connexions ; ça ne lui plaît pas.
Zatanna est en quête de pouvoir – et d’unité, entre les Magiciens ; la paix qu’elle évoque est une belle idée, mais il préfère lier cela à autre chose… à la récente crise avec Darkseid, et aux difficultés de la jeune femme à lutter contre ; à accepter de ne pas pouvoir tout gérer.


« Hrm. »

Bruce grogne – de frustration, de dépit, mais aussi d’une colère sourde ; celle de n’avoir rien vu venir, celle d’être devant le fait accompli. Celle de devoir planifier une stratégie – contre une amie ; contre une proche.

« Fais disparaître ce sourire… ou je le ferais. »

La menace est claire, face à l’ignoble expression mauvaise du Pingouin.
Bruce se prépare à enchaîner, mais Dick le précède et pose de bonnes questions – mais est interrompu par des sirènes, étranges.

Un blanc s’instaure entre les trois hommes… mais Oswald blêmit instinctivement, confirmant qu’il ne maîtrise rien, ici ; une mauvaise nouvelle, car le Batman espérait qu’il soit derrière cette diversion – et qu’ils n’aient pas à gérer une autre urgence, donc.


« Reste ici. »

« Mais… »

« Reste. Ici. »

Cobblepot s’avance… mais Bruce lève sa main, et un Batarang s’échappe, bloquant la manche et un bout de peau du Pingouin contre un mur.
Faisant fi de ses cris, il se détourne de lui et se précipite dans la salle principale de l’Iceberg Lounge… pour découvrir qu’elle est prise d’assaut.


« PINGOUIN ! TU VAS PAYER POUR TES CRIMES ! »

Des forces magiques sont utilisées et déclenchées dans l’immeuble…
… par le magicien Sebastian Faust, ivre de rage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/02/2018
Messages : 151
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Jeu 29 Mar 2018 - 14:02
Le moins qu’on puisse dire, c’est que le Pingouin allait en avoir pour son argent. Lui qui espérait avoir à utiliser l’argent de Gotham pour se rembourser les coûts ahurissants de la reconstruction, il allait certainement devoir payer encore plus cher, suite à l’intervention de cet énergumène. Dick ne le connaissait pas, mais il faisait confiance à Batman pour avoir des infos sur lui. En tout cas, une chose était certaine : c’était un magicien qui en voulait beaucoup à Cobblepot, lequel continuait de geindre depuis son bureau. Peut-être qu’il ne savait même pas qui venait lui rendre une visite explosive. Ce n’était pas important, de toute façon. Ce qui comptait, c’était que le duo allait devoir défendre les lieux d’un ennemi contre un autre ennemi.

Ironie, quand tu nous tiens…

« J’aime pas la magie. C’est chiant de combattre un mage. »

Au moment où sa phrase s’achevait, un éclair bleuté frappa le mur au-dessus de leurs têtes, et fit tomber quelques éclats d’Iceberg Lounge sur le sol. Evidemment, il n’y avait plus qu’une seule chose à faire : neutraliser le magicien. Mais le problème, c’était pas tant lui. C’était plutôt le fait qu’avec son énergie et la façon dont il envoyait des coups partout, il n’allait pas tarder à tout faire s’effondrer. La voix du mage retentit à nouveau, annonçant à Cobblepot une bien mauvaise nouvelle :

« Je vais détruire l’Iceberg Lounge, Cobblepot ! Tu vas payer pour le mauvais tour joué à Felix ! »

Okay, c’était donc un problème purement familial. Grayson soupira, peu enclin à se mêler d’une telle histoire. Mais il devait quand même essayer d’intervenir. Il se planqua derrière la balustrade où s’était tenu le Pingouin quelques temps auparavant, puis agita une main par-dessus.

« Eh ! On peut discuter ? Cobblepot est déjà pris par Batman et Nightwing ! Fallait réserver avant, si tu voulais tout casser ! »

« Pas de discussion ! Je suis là pour tout détruire et venger le nom des Faust ! Le Pingouin a ruiné le plan de Felix, et… »

« Hola, hola ! Pas si vite, je sais même pas qui vous êtes ! Et comme dit, Batman et moi on a réservé la soirée ! En plus l’Iceberg Lounge est même pas terminé de reconstruire. Vous êtes bien pressé, mon bon monsieur ! »

« Je veux le Pingouin ! Et détruire cet endroit ! »

« Et nous, on veut partir ! On peut s’arranger, non ? Vous nous laissez partir, vous réglez votre petite histoire avec monsieur Pingouin, et tout le monde est content ! Deal ? »

Nightwing tourna la tête vers Batman, espérant obtenir son accord pour cet échange. Evidemment, Batman n’était plus là où il s’était trouvé quelques secondes encore avant. Le jeune homme serra les dents, espérant ardemment que son mentor allait profiter de la diversion, du coup. Il ne tenait pas à finir en Dick grillé pour le simple plaisir d’une conversation avec un magicien dégénéré.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1156
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 29 Mar 2018 - 15:25
Sebastian Faust, fils de Felix Faust, s’acharne dans l’Iceberg Lounge.
Usant de nombreux sorts, de terribles sortilèges, il libère un véritable enfer au sein du repaire d’Oswald Cobblepot – et personne ne semble pouvoir le stopper.


« Bordel ! Bordel ! Bordel ! »

Le Pingouin est parvenu à se libérer, au prix d’un peu de peau et de sang, mais son cœur s’arrête en découvrant la situation ; il ne peut supporter une telle situation, mais il parvient à se reprendre… et à éviter une boule d’énergie qui lui était destinée.

« MEURS, PINGOUIN ! MEURS POUR FELIX ! »

Nightwing tente de discuter, d’échanger avec Sebastian – mais ce dernier explose en découvrant Cobblepot, qui s’enfuie déjà.
Autour d’eux, les hommes de main maltraités par le Dynamique Duo se réveillent et tentent de se remettre… mais beaucoup comprennent qu’ils sont dépassés, et fuient ; abandonnant l’Iceberg Lounge à Sebastian Faust, avec seulement Dick comme Héros… Bruce ayant évidemment disparu.

Mais pas pour longtemps.
Comme d’habitude.


« REVIENS ICI ! REVIENS SUBIR LE JUSTE CHÂTIMENT QUE JE TE RESERVE ! »

« Ce châtiment n’est pas celui de Sebastian Faust, n’est-ce pas ? »

Flottant au-dessus du sol, le Magicien est troublé par une voix dans l’ombre – et perd une seconde, en se tournant ; et c’est trop tard.
La silhouette du Batman en émerge, bondissant vers lui, pour écraser violemment son poing sur le mystique… qui recule, comme s’il venait de subir une abominable agression ; en soi, c’est le cas.


« Tu n’es pas Sebastian Faust – tu es l’infâme abomination dont il a hérité les gênes. »

« Tu… ha… ha… ha ! »

Des grognements s’échappent du Magicien flottant – dont le visage est soudain rongé par une tâche pourpre, qui grandit à chaque seconde.

« Sebastian Faust a été conçu pour être sacrifié par son père afin d’obtenir des pouvoirs – en vain. Une haine profonde les lie, et Felix tente constamment de s’emparer du corps de son fils… a priori, tu as réussi, et tu entendais te venger aujourd’hui de Cobblepot. Mais tu as oublié une chose. »

Bruce se réceptionne parfaitement au sol, et se retourne lentement vers le mystique qui souffre.

« Je suis Batman. »

Il lève son poing – et tous peuvent alors découvrir ce qu’il tient, ce avec quoi il a frappe l’ennemi… un poing américain en bois, et luisant.

« Je me prépare à tout. »

Le poing américain a été forgé dans le bois de la Sainte Croix, et béni régulièrement par de l’Eau Sacrée ; un poison, pour tout sorcier attiré par le Mal.
Felix Faust hurle, alors, et se débat dans les airs, clairement affaibli… clairement sur le point de s’écrouler !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/02/2018
Messages : 151
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Ven 30 Mar 2018 - 14:48
Dick poussa un soupir, en voyant Batman flanquer un coup dévastateur à Faust.

 « Pourquoi j'ai pas tout ça moi ? Et où il les cache, sans déconner ? J'ai à peine la place pour ce que j'ai déjà. Comment fait-il pour avoir tout ça sur lui ? »

Poser directement la question à Bruce était une perte de temps : ce dernier ne répondrait sûrement pas avec honnêteté, voir par un trait d'esprit destiné à cacher la vérité. A base de « je suis Batman », comme il aimait le répéter assez souvent. Un véritable runnin' gag. Personne d'autre n'avait une punchline aussi connue à travers l'univers. Sauf peut-être Freeze et ses nombreuses blagues sur le froid. Ou Alfred et ses nombreux sermons toujours plus élaborés. Bref. Reconcentration.

Felix Faust semblait passablement énervé par l'intervention de Batman. De son côté, Cobblepot se planquait encore, mais Dick ne lui laissa pas le temps de recouvrir ses esprits. Le saisissant par la peau du cou, il l'approcha des deux autres hommes, alors que les alarmes se taisaient et qu'un silence lourd s'installait dans l'Iceberg Lounge. Un nuage de poussière et de saletés donnait un aspect lugubre à l'environnement. Nightwing traîna son prisonnier jusqu'aux pieds de Batman. Evidemment, le Pingouin tenta de se relever mais il n'osait pas croiser le regard de Faust. Lequel semblait hors de lui.

 « Toi... sale petit traître ! »

 « Eh, du calme Faust ! Sinon, Batou va encore te taper. Tu ne voudrais pas qu'on se fâche, quand même ? Eh puis, même si ça m'en coûte, je dois défendre Cobblepot : c'est pas sa faute si Zatanna est meilleure que toi. Elle a toujours eu plus de cran et de force que toi. Personne n'a vendu l'info, elle a tout fait toute seule comme la grande fille qu'elle est. »

 « Maigre consolation, mais j'espère qu'elle va aller jusqu'au bout de son plan. Vous verrez alors ce que c'est, que la persécution. »

Grand silence. Persécution ?

 « Mais de quoi tu parles ? »

Faust coula un regard sur les trois autres, qui le regardaient d'un air étonné. Il finit par partir d'un petit rire cruel. Il détenait manifestement une sinistre vérité, et devoir la leur révéler le faisait littéralement bondir de joie.

 « Tu es un garçon intelligent, Nightwing. Le premier des Robin de ce cher Batman. A ton avis, pourquoi les sorciers, magiciens et autres adeptes de la magie se sont fait persécuter jadis ? »

Pas besoin de répondre, c'était évident. La magie avait toujours fait peur aux non-initiés. Même encore aujourd'hui, les gens vivaient avec les métahumains sans trop de mal, même s'il existait encore des anti-supers et des gens méfiants. C'était normal, car la majorité de la population était totalement humaine. Mais les adeptes de la magie attiraient la méfiance, car c'était un pouvoir très différent, imprévisible, et qui, par définition, modifiait la réalité de leur monde. Zatanna elle-même se cantonnait à des petits spectacles, d'ordinaire, pour éviter que les gens n'aient peur en la voyant faire. Il était rare qu'on accepte bien la magie.

Toutefois, cela ne permettait pas de comprendre avec exactitude où il voulait en venir, ce type. Heureusement, il eut la présence d'esprit de répondre de lui-même à cette sourde interrogation.

 « Cobblepot vous a-t-il révélé qu'il existait un rituel de magie pour devenir une divinité ? Je mettrais ma main à couper que c'est le plan de Zatanna. Devenue une déesse, elle serait plus puissante que n'importe quel mage de l'Histoire, et pourrait aisément nous fédérer sous une seule bannière. Son but est louable, mais j'ai peur qu'un tel rituel n'affecte l'esprit et qu'elle ne perde rapidement de vue ses idéaux... Cela dit, je l'admire. Cette femme a, en plus d'un physique à tomber, une détermination incroyable. »

Cette fois, ce fut le poing de Nightwing qui partit, s'enfonçant dans les parties génitales de Faust. Lequel se plia en deux, momentanément réduit au silence par ce coup bas.

 « Que fait-on d'eux ? » demanda-t-il à l'intention de son mentor.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Inscription : 17/01/2017
Messages : 1156
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Ven 30 Mar 2018 - 22:30
L'impact du coup du Batman est terrible ; Sebastian Faust, possédé par l'esprit de son père Felix, souffre abominablement – mais parvient à conserver assez de consistance pour se poser, au milieu de l'Iceberg Lounge.
Oswald Cobblepot a voulu s'enfuir, mais Nightwing l'a récupéré... et un dialogue s'est enclenché entre eux, avec Dick intervenant comme relanceur ou participant.

Silencieusement, discrètement, Bruce s'est mis de côté – pour écouter, analyser ; et apprécier.
S'il sait, depuis toujours, l'immense potentiel dont dispose son premier élève, il a grand plaisir à découvrir que ce potentiel s'est réalisé ; Nightwing assure. Il est devenu un Héros définitif, véritable, absolu... autonome.
Il est un grand, déjà. Et il le sera encore plus dans les années à venir.


 « Nous les réduisons au silence. »

La réplique du Chevalier Noir est froide.
L'interrogation de Nightwing vient après qu'il ait frappé Sebastian/Felix Faust, et le Pingouin recule, par réflexe, en espérant pouvoir éviter les coups ; faux espoir.


 « Et nous gérons. »

 « Mais... mais... mais... »

 « Rien. »

Le Magicien tente de se remettre du coup – mais si Cobblepot essaye de fuir, le Batman bondit et lui adresse un terrible crochet du droit, qui l'étale et le propulse au sol ; inconscient.

 « Felix. Libère-le. »

 « Tu... tu ne peux rien... m'im... »

 « Felix. »

Dos à l'ennemi, Bruce tourne à peine la tête – et lance un regard d'une noirceur absolue, qui fait reculer le Magicien.

 « Hem... okay. Tu... tu diras à mon fils que j... »

 « MAINTENANT ! »

Le hurlement est saisissant – et le corps de Sebastian Faust est soudain ponctué de tremblements, avant de s'écrouler brutalement ; libéré, de toute évidence, de l'influence maléfique d'un père abominable.

 « Nightwing. »

Le ton du Batman est froid, mais calme ; plein d'une fureur contrôlée, mais prête à être utilisée.

 « La crise du Pingouin est passée. »

Il soupire, puis plante son regard dans celui de son ancien apprenti.

 « Celle de Zatanna débute. »

Bruce n'est pas à l'aise en équipe ; il préfère travailler seul, par convenance personnelle, mais aussi parce qu'il peut ainsi tout maîtriser, tout gérer.
Mais cela ne lui réussit pas.


 « Veux-tu... en être ? »

L'effort est important – il espère que Dick le comprendra.
Et alors qu'il se dirige d'un pas décidé vers la Batmobile, il espère surtout que Grayson acceptera...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 05/02/2018
Messages : 151
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Dim 1 Avr 2018 - 11:32
Le duo se dirigea vers la Batmobile, mais ne partit pas dans l'immédiat. D'abord, ils furent obligés d'attendre que la GCPD vienne sur place récupérer le Pingouin et le corps inanimé du fils Faust, ce qui prit plus de temps que Nightwing l'aurait voulu. Mais c'était nécessaire, et les deux justiciers ne purent s'y soustraire. Il était inutile de froisser davantage le vieux commissaire Gordon, qui allait certainement avoir déjà du pain sur la planche pour expliquer comment la moitié de Gotham avait vécu dans la terreur la plus totale en ce sinistre jour.

Mais au moment de partir, Dick n'avait toujours pas décidé. Il était conscient que la proposition de son père et mentor n'était pas anodine. Il faisait un effort, autant pour célébrer le retour du fils prodigue que parce qu'ils étaient tous les deux au courant de ce qui se tramait. Mais qu'elle était la place de Nightwing dans ce tableau ? Zatanna était une amie de Bruce, et la plus puissante magicienne de son temps. Un domaine de compétence qui le dépassait largement.

Mais au moment où il s'apprêtait à l'évoquer, il fronça les sourcils, pris d'une idée soudaine.

 « On en saura peut-être plus en fouillant son appartement. Je ne la connais pas beaucoup, mais je sais qu'elle en a un dans Gotham. Ça peut valoir la peine d'essayer ? On trouvera peut-être un indice, un truc. »

C'était maigre, mais c'était toujours ça de pris. Le duo prit la Batmobile et se dirigea à toute allure, après avoir localisé le bâtiment où résidait la magicienne, vers l'endroit indiqué par l'ordinateur de bord. Plongé dans ses pensées, Grayson essayait de démêler tout ce qu'il avait appris avec tout ce qu'il savait déjà de la magie et de Zatanna. Mais c'était maigre, et il n'avait rien de concluant à énoncer pendant que son mentor conduisait.

La trentenaire était connue du grand public pour être une prestidigitatrice de renom, et parmi les Héros et sa propre communauté pour être une Homo Magi très puissante. Elle possédait des connaissances dans beaucoup de domaines, et détenaient quelques secrets bien gardés. Elle avait longtemps souffert de difficulté, ces dernières années, mais pour quelle raison ? S'il en croyait ce qu'on lui avait dit, la brune avait même créé un soleil miniature dans le centre de la Terre. Un tel exploit, bien que vain, était-il suffisant pour créer la situation actuelle ? Car selon toute vraisemblance, la seule raison qui pouvait pousser Zatanna à se plonger dans une histoire comme celle-ci, c'était pour devenir plus forte, pour pouvoir réitérer son exploit sans en mourir.

Il aurait aimé questionner Batman à ce sujet, mais il n'était sans doute pas beaucoup plus avancé que lui. Les deux hommes restèrent donc plongés dans le silence, jusqu'à ce qu'ils arrivent enfin à destination. Evidemment, l'appartement était verrouillé...

Mais pas assez pour empêcher les deux hommes d'entrer.

 « Eh bah... »

Il s'était attendu à un antre typiquement magique, un truc rempli d'artefacts ou de d'objets mystiques ; mais certainement pas à un simple appartement, qui ne semblait pas avoir été beaucoup utilisé de toute façon. Une atmosphère de propreté – même de neuf – se dégageait. Mais c'était maintenant ou jamais. Leur seule chance de trouver un indice était ici.

 « Fouillons. S'il y a quelque chose ici, ce sera toujours ça de pris. »

Sans répondre à la question de Batman, il s'était de lui-même greffé à la chasse. Tant pis, trop tard pour faire marche arrière.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Le maître et le premier élève [PV Batman]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Conseils pour achat d'un premier appareil photo
» Des conseils pour mon premier "reflex"................
» conseils : mon premier ampli Home-Cinema
» Mon premier chaperon (rouge)
» premier combat du tournois . 2 contre 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City-