L'énigme de la montre [PV Barbara]

Inscription : 05/02/2018
Messages : 142
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Ven 30 Mar - 15:11
La pluie tombait en trombes interminables sur Gotham City, ce soir-là. Il était 21h passé, et il pleuvait à ce rythme depuis le coucher du soleil. Toute la journée, Dick avait été d'humeur maussade, à l'image des sombres nuages qui s'étaient accumulés dans le ciel. Il avait repensé à beaucoup de choses, ces derniers temps. A des personnes, également, à ce qu'il devait faire de sa vie, à ce qu'il devait arrêter de faire – fumer par exemple – et à tout un tas d'autres trucs. Son appartement n'était même pas fini de ranger, et il n'avait pas eu le courage de se faire une seule fois la cuisine depuis son installation.

Par chance, il n'avait jamais la flemme de sortir la nuit, ou d'aller au travail, ou d'enfiler son costume tout propre, tout neuf, et réajusté. Depuis l'épisode à l'Iceberg Lounge, il n'avait qu'une peur ; ressembler encore à Tony Stark en tenue moulante.

Mais qu'est-ce qui l'amenait ce soir à passer par la porte du GCPD Central ? Les mauvais esprits répondront qu'il avait envie de trouver un prétexte pour voir Barbara. Les plus sympas diront qu'il était là uniquement parce qu'il avait envie d'aider les flics à résoudre un petit problème de criminels. La vérité était entre les deux. La GCPD avait une affaire en cours depuis plusieurs nuits, et il était temps pour Nightwing de les aider à la résoudre. Le fait que Barbara travaille ici, et qu'il puisse la voir, était un bonus. Non négligeable, certes, mais tout de même.

Ruisselant d'eau de pluie, le jeune homme pénétra dans le bâtiment, s'attirant tous les regards. Il salua poliment tous les flics qu'il croisait, afin de ne pas faire de favoritisme ; une habitude prise à Blüdhaven, où pour coopérer plus efficacement avec la Police, il avait pris soin de se comporter comme l'un des leurs et de se montrer à tous. Ici à Gotham, c'était un peu différent, mais il tenait à être vu. Il tenait à ce tout le monde puisse l'accepter comme l'aide qu'il était.

 « Monsieur Nightwing ? Par ici ! »

Une femme à la peau noire, dénommée Kelly, le guida vers un bureau ; celui du commissaire Gordon. Le jeune homme s'efforça de ne pas montrer son anxiété à l'idée de rencontrer son ancien beau-père. Il était persuadé, à chaque fois que le regard du vieux flic se posait sur lui, qu'il savait pertinemment qui il était vraiment. Le loup était bien trop rusé et trop expérimenté pour ne pas avoir, au moins, des soupçons.

 « Ah, Nightwing ! Vous tombez bien. Merci, Kelly. Allez me chercher Barbara, s'il vous plaît. »

Il proposa du café à Dick, qui refusa poliment. Son malaise ne faisait que croître, et il espérait ardemment que le commissaire allait rapidement passer aux faits qui l'intéressait. Ce qu'il fit sans attendre l'arrivée de sa fille.

 « Encore une histoire de petit criminel sans ampleur, d'après les journalistes. Conneries, moi je dis ! Ça fait quatre nuit qu'on a la même personne, ou les mêmes personnes, qui agresse des gens la nuit et qui leur vole leurs montres. Avant de les tuer. Le seul témoin qu'on a, c'est un gamin terrorisé. Pas très efficace, bien sur. »

Barbara arriva sur ces entre-faits. Dick s'efforça de faire un sourire poli, et non pas le sourire rayonnant qu'il aurait voulu faire. Et il s'efforça de ne pas laisser tomber son regard sur le physique de la jeune femme. Il n'était pas censé, en tant que Nightwing, la connaître aussi intimement.

 « Mademoiselle Gordon. Commissaire, que pouvez-vous me dire sur ce vol de montres ? C'est assez singulier. »

Le vieux briscard haussa les épaules, avec un geste vague de la main.

 « Le gamin a témoigné, et nous pensons qu'il y a le même mode opératoire à chaque fois ; le type arrive, tue la personne, vole la montre et s'en va. A chaque victime, c'était la seule chose qu'il manquait. Aucun autre objet de valeur, pas même un centime, de volé. Barbara ici présente travaille sur cette affaire, et j'ai deux flics qui sont sur la scène de crime de ce soir. Si vous vous dépêchez, vous pourrez leur parler avant l'emport du corps. »

C'était vachement gros pour être une coïncidence, mais il ne releva pas. Il préféra se dire que c'était un hasard si Barbara travaillait précisément sur l'affaire qu'il comptait résoudre avec la GCPD. Il se tourna vers elle, son regard fixé volontairement sur un point entre ses deux yeux. Il était incapable de soutenir son regard avec le père à côté.

 « On reste en liaison distante ou vous m'accompagnez ? »

La vouvoyer lui paraissait tellement étrange ! Et cela lui rappelait qu'il avait également tout fait foirer avec cette femme. Mais ce n'était pas le moment d'y repenser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/03/2017
Messages : 371
DC : Artémis Crock (Tigress)
Situation : Policière et Super-Héroine.
Localisations : A Gotham
Groupes : Birds of Prey
MessagePosté le: Jeu 19 Avr - 21:50

L'énigme de la montre

ft. NightWing.


Travaillés dans la police était mon rêve depuis aussi loin que je me souvienne. Je voulais être utile, je voulais aider les gens au quotidien. Voir les enfants me faire coucou de leurs mains potelées, rassurés la population et la protéger. Être au front et me battre pour ceux qui ne le pouvaient pas. C’était aussi l’occasion de faire mes preuves, de rendre mon Père fier de moi en prouvant que bien que je n’étais pas sa fille biologique, j’étais digne de son nom.

Pendant longtemps, lui et moi nous étions combattus psychologiquement. Le Commissaire James Gordon refusé net que sa fille fasse un métier aussi dangereux. Vous avez déjà essayé de rentrer en école de police avec un père commissaire désapprouvant votre candidature auprès de cette même école ? Malgré des performances physiques quasi-parfait (Note à moi-même : remercier Batman) et résultats psychologiques excellents, j’avais enchaînée les échecs. Démotivée j’avais fini par rejoindre le Détective Jason Bards, un ancien membre de la police qui suite à des blessures avait dû arrêter sa carrière. J’étais donc devenu… secrétaire.

Néanmoins c’était quelqu’un de très professionnel et d’exigeant avec qui j’avais eu et avec qui je possédais toujours de très bon rapports. Un poil charmeur mais qui savait admettre que je faisais un boulot plus pointilleux qu’une secrétaire normal. Il ne m’a pas laissée partir de gaieté de cœur mais c’était devenu compliqué. Déjà parce-que je suis partie très rapidement et quasiment sans prévenir pour une durée indéterminée en Russie. Avouez que ce n’est pas le top de se faire lâcher par son employée ainsi hein ? Et quand je suis revenu… J’ai fais des vagues avec un discours rebelle digne de Batman mais un chouia moralisateur comme mon Père. Un mix des deux meilleurs mentors existants au monde.

Donc, quand les actualités avaient fini par se tasser et que j’avais pu passer un peu de temps avec mon père, j’étais retournée voir Jason. Je m’étais excusée à de nombreuses reprises devant son air impassible et il avait fini par soupirer.

« - Je sais Barbara. Je sais alors arrête de t’excuser. Depuis le premier jour où tu es arrivée ici, je savais très bien que ce jour arrivé. Je ne veux pas savoir mais je crois que je comprends en quelques sortes cette absence de longue durée. Tu es fait pour le terrain et te retenir derrière un bureau simplement parce-que je ne retrouverais jamais une employée aussi talentueuse que toi, ce serait égoïste. Alors va s’y, abandonne moi et fais ce que tu sais faire le mieux. Accroche-toi, la police c’est assez... spécial entre collègue, surtout au début. »

Voilà. Mes quelques années de loyaux services s’étaient terminés là-dessus et sur une étreinte. Le lendemain je repassais le concours de police et un mois plus tard j’étais prise… à Starling City.

Et bien oui, vous avez cru que c’était aussi facile ? Pfeuh ! Je n’allais pas profitée de mon nom au sein de l’école de Gotham, le favoritisme n’a jamais fait partie de mes objectifs après tout ! Et puis Starling était un peu similaire à Gotham, un bon apprentissage donc !

Alors pourquoi est-ce que je me retrouvais maintenant enfermée dans un poste de police alors que l’action était bien réelle dehors ? Pourquoi est-ce qu’on me refilée les papiers à remplir de chaque équipe constamment ? Ah oui. Parce que même si mon Père tolérait que je travaille dorénavant ici, il fusillait du regard n’importe quel flic effectuant un pas dans ma direction. Ca et le fait qu’ils en avaient tous une trouille bleue. Papa ne ferait pas de mal à une mouche. Pourquoi personne ne me croit quand je dis ca ?

« Monsieur Nightwing ? Par ici ! »

Quoi ? Je me retourne et voit mon ex-petit-ami/ex-meilleur-ami se glissé entre les bureaux dans sa tenue moulante. Evidemment ma collègue le dévore du regard, pour changer et le suit jusqu’au bureau. Bah bien sûr. C’est toujours les mêmes qui font des choses. C’est injuste… Je pose ma tête de profil sur mon bureau et me demande pourquoi je ne me faufile pas dans un coin pour enfiler mon costume fissa. Réponse : mon Père sait très bien que je suis BatGirl et il sait aussi que nous avons un accord. Affaire de flic se passe entre flic, BatGirl doit être un bonus et je ne dois pas disparaître subitement parce que même si tout les flics ne sont pas futés, ils finiraient par se douter de quelque chose.

« - Barbara, le commissaire te demande. »

Je redresse la tête subitement, un peu sceptique sur la raison. Allons bon, est-ce que j’allais devoir apporter un café aux hommes ? Non Papa ne me ferait pas ca… Est-ce que j’allais devoir faire équipe avec Dick ?

Je me hisse sur mes pieds en prenant appuie sur le bureau et repousse mes cheveux roux par-dessus ma chemise. Bien, peut-être que le moment était venu ? Je rejoins en quelques enjambées la porte et sent malgré moi les regards qui me fusillent dans le dos. Je lève les yeux au ciel, toc et entre. Deux paires d’yeux me fixent ici aussi et je fronce les sourcils en me rapprochant du bureau. Bien que sceptique j’écoute attentivement et fini par hausser un sourcil.

« On reste en liaison distante ou vous m'accompagnez ?

- Si cela ne vous dérange pas, j’ai quelques mots à échanger avec le Commissaire Gordon. En privé. Parlons de tout cela dehors après. Avancez, je vous rejoins dans le hall. »

J’attends qu’il sorte et referme la porte avant de lâcher mon self-control.

« - C’est une blague ? Je travaille sur cette affaire ? Vraiment ? Derek et John sont sur cette affaire oui, mais pas moi ! Moi je suis bloquée ici à remplir leur paperasse. Loin de moi de me plaindre d’ENFIN… » Et j’insistais fortement sur le mot, « aller sur le terrain mais pourquoi mentir ?

- Barbara, prends le comme un test. Tu va réussir à gérer la situation en tant que policière et me prouver de source sûre que je peux compter sur toi pendant tes heures de travail même si la personne en binôme avec toi est une personne que tu connais bien, ou plutôt que ton alter-ego connait bien. »

J’ouvre la bouche et fais un vague geste de la main englobant l’air et soupire. D’accord, très bien. Si c’est le prix à payer.

« - Si j’y arrive tu me mettras sur des affaires tout aussi intéressante ? Sans super-héros comme baby-sitter ? »

Il acquiesce et je tourne les talons. La vedette du soir est comme toujours entourée de femmes, des collègues parfois plus âgés et plus expérimentée sur le domaine professionnelle qui risquent de mal prendre qu’une bleue les doubles au côté du sexy NightWing. J’attire son attention et lui montre d’un doigt la sortie. Je saisis ma plaque, mon manteau et le dossier et attends plus loin dans un couloir vide. Quand il arrive enfin, je lui parle sans quitter des yeux le dossier.

« - Donc je dois vous accompagnez sur place et ne pas vous quitter d’une semelle. Mes deux-coéquipier ne feront pas de zèles, dépêchons-nous la scène est à dix minutes en voitures. »

Je sors mes clefs et avance vers le parking.



Codage par Libella sur Graphiorum



Merci Conner pour cette sublime signature  mignon

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4662-fiche-rp-de-barbara-gordon-batgirl http://dc-earth.fra.co/t4648-barbara-gordon-batgirl
Inscription : 05/02/2018
Messages : 142
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Ven 20 Avr - 11:05
Dick se retint de sourire, en montant dans la voiture de la GCPD avec Barbara. Il se retint de lui dire qu'il lui trouvait un côté diablement sexy dans sa tenue de flic, et qu'il était content d'avoir le privilège de se retrouver seul avec elle pendant quelques minutes. Il se retint également de lui dire tout ce qu'il aurait voulu lui raconter ; ce que Bruce lui avait conseillé, ce qu'il pensait, ce qu'il avait sur le cœur. Il se retenait également de faire des commentaires, et au final, même de parler tout simplement. La pluie battante couvrait presque le son du moteur et de la radio policière. Il se concentra donc sur un point devant lui, et attendit en silence qu'ils arrivent à destination.

Pourtant, le parfum de la jeune femme, sa proximité et le fait d'être seul dans une voiture avec elle – ils n'avaient jamais eu l'occasion d'expérimenter des galipettes sur une banquette arrière – ne l'aidaient pas à se concentrer. Se murer dans le silence était la meilleure solution pour éviter un incident diplomatique.

Ils arrivèrent, neuf minutes et quarante-trois secondes après leur départ, sur les lieux du crime. La pluie, toujours aussi forte, les obligea à chercher rapidement un abri sous un porche. Par chance, la victime était encore étendue au sol, tandis que les scientifiques s'occupaient de photographier et examiner les lieux. Deux flics, vêtus un peu comme Barbara, attendaient à côté, fumant leurs cigarettes sous un abri de fortune. Ils saluèrent la jeune femme sommairement, mais se montrèrent beaucoup plus respectueux envers Nightwing. Lequel ne perdit pas de temps et se mit aussitôt à parler, son assurance retrouvée.

 « Bonsoir, messieurs. Mademoiselle Gordon participe à cette affaire avec vous. Enfin, avec nous. Puis-je examiner le corps, avant que vous l'emmeniez ? »

Une vieille habitude depuis Blüdhaven. Toujours être poli, compréhensif, et poser les questions. Se servir soi-même envoyait un mauvais message.

 « Faites. »

Grayson s'approcha donc du corps, non sans frôler Barbara au passage. Il voulait lui dire tellement de choses... mais ce n'était pas le moment. Il avait du travail.

L'homme décédé avait pris un vilain coup de couteau en plein cœur, via une lame qui, semble-t-il, avait été particulièrement aiguisée et pointue. Une arme conçue pour frapper avec force et précision, car il semblait évident que l'homme était mort sur le coup. La quantité de sang qu'il avait perdu s'étalait dans l'eau autour de lui, et ses vêtements étaient tellement trempés qu'il avait du rester ici pendant plusieurs heures. Dick jeta un coup d’œil à son poignet ; la montre était manquante, bien sur. Il fronça les sourcils, avant de se redresser.

Un seul homme aimait les énigmes tordues et macabres, mais ça ne correspondait pas au style d'Enigma. Il garda cette hypothèse dans un coin de sa tête, tout en essayant de comprendre quel intérêt pouvait avoir un criminel (ou une criminelle) pour des montres. Soit un maniaque quelconque, soit il y avait – comme souvent – une raison. Il resta songeur un long moment, sans trop bouger.

Il se retourna finalement, et revint vers les trois flics. Il soutint le regard de Barbara quelques secondes avant de revenir sur les deux autres.

 « Mort sur le coup, je dirais. Une lame bien entretenue et très pointue qui s’est enfoncée violemment dans son thorax, en plein dans le cœur. Vous avez un témoin pour cette affaire ? »

 « Un gamin. Mais il est tellement fou de terreur qu'il raconte des conneries. Il a dit qu'il a vu un mec en costume rouge et noir s'en prendre à ce pauvre diable, puis lui voler sa montre. Si vous voulez mon avis, monsieur Nightwing, ça n'est pas grand chose. N'importe quel maniaque peut se costumer, sans vouloir vous manquer de respect... »

 « Ce gamin, pouvons-nous lui parler, mademoiselle Gordon et moi ? Le commissaire semble penser qu'on pourra mener l'affaire. Peut-être qu'on aura une question à laquelle vous n'avez pas pensé ? »

A contrecœur, les deux inspecteurs les conduisirent à l'intérieur d'un bâtiment proche, où une femme d'âge mûr veillait sur un enfant qui pleurait en silence. Il était petit, brun, et Dick en ressentit un pincement au cœur. Il avait l'impression de voir Bruce, ou de se voir lui-même...

Il s'approcha de lui avec Barbara. Il s'était attendu à une réaction apeurée devant son costume, mais pas à un véritablement accès de panique. Il se gratta la tête d'un air gêné, avant de chuchoter à l'oreille de la rousse.

 « Interroge-le. Il a l'air effrayé par moi, pour une raison que j'ignore. »

**

Sur un toit non loin

Il se tenait là, accroupi, dissimulé dans l'ombre, laissant la pluie le frapper sans broncher. Il souriait, car il avait vu sa cible entrer dans le bâtiment où se trouvait le gamin. Il consulta la montre qu'il avait volé ; 21:34. Parfait. Il avait – encore une fois – réussi son coup. Il avait trouvé une montre et l'avait arrêtée à cette heure-là.

Il se mit en mouvement, puis, au moment de passer sur le toit du bâtiment où les flics cachaient le gamin, il laissa tomber son premier indice, juste devant la porte d'entrée. Un papier plastifié, enveloppant la montre arrêtée à cette heure précise. Un message était écrit sur le papier : Souviens-toi de Blüdhaven.

 « La partie commence... »

Il souriait encore plus, maintenant. Sa vengeance n'allait pas tarder à s'accomplir.

**

Nightwing était sorti, laissant la jeune femme tenter de soutirer des informations à l'enfant apeuré. Son regard fut attiré par quelque chose sur le perron ; une montre enveloppée dans du papier plastifié. Il lut le message, fixa la montre quelques secondes.

Puis, oubliant, toute prudence :

 « Barbara ! Viens voir ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/03/2017
Messages : 371
DC : Artémis Crock (Tigress)
Situation : Policière et Super-Héroine.
Localisations : A Gotham
Groupes : Birds of Prey
MessagePosté le: Ven 27 Avr - 16:21

L'énigme de la montre

ft. NightWing.


Nous ne perdîmes pas de temps et commençâmes le trajet qui me sembla durer une éternité. Pour éviter la tension, je mis immédiatement la radio en marche et montée le volume signifiant par ce geste mon absence d’envie pour commencer une discussion. Oui Dick était revenu, oui il s’était excusé mais non je n’allais pas retomber dans le panneau. C’était comme ça avec lui, on lui passé toujours tout et j’avais fait de même parce que je l’aimée. Il était mon meilleur ami, mon amant, mon complice, ma moitié et il était parti plus de fois que je ne voulais m’en souvenir. Je n’étais pas d’humeur a ressassé le passé et être aussi proche dans l’habitacle de la voiture m’oppressée. J’avais besoin d’air, besoin de penser à autre chose. Comme par exemple tentée de savoir qui se cacher derrière ses meurtres et vols de montres.

Qui dans mes ennemies étaient capables de ça ? Cela faisait des jours que la question me taraudait et pourtant j’étais incapable de savoir « qui ». Mes ennemies ne s’intéressait pas a ce genre de chose, le Pingouin ne volait pas des bijoux un par un sur des personnes différentes mais préférait récolter un gros butin. La plupart des vilains de Gotham était dans le même cas. Catwoman ne tuerait pas pour si peu et a répétition. Bien sûr il y’avait des tueurs en séries, des violeurs et des voleurs tout ce qu’il y’a de plus humains et sans masques tordus. C’était une piste plus probable d’ailleurs.

Nous fûmes rapidement sur place et je pu voir la surprise sur les visages de mes collègues. Tout deux avaient déjà plusieurs années de service au compteur et connaissait très bien le système. Surtout, ils n’avaient rien montrés à mon encontre jusqu’ici, pas plus que les autres. C'est-à-dire que comme tout le monde au poste, on me donné la paperasse pour m’occuper et ils enchaînaient avec les affaires suivantes. J’avais troquées un travail de secrétaire contre un autre : Super ! Dick échangea des paroles cordiales avec John et Derek avant de s’approcher du corps, non pas sans m’avoir bousculé auparavant. Mon attention se reporta sur mes « équipiers » quand ils s’adressèrent à moi.

« - Alors comme ça, le Commissaire t’a enfin laissé sortir du bureau ? »

Cela sonnait ironique à mes oreilles mais peut-être n’était-ce que le fruit de mon imagination. Mes doigts se resserrèrent sur le dossier que je tenais mais je tâchais de garder une allure décontractée. Ne montre pas ta peur Barbara, contiens-toi !

« - Effectivement. » J’ouvris le dossier et le relus distraitement. « Est-ce que vous avez pu noter des détails qui différent ? L’heure, la direction d’où venait la victime et par où est arrivé le voleur ? » Les deux policiers échangèrent un regard et restèrent muet une dizaine de secondes où je les fixais avec insistance. « Il y’a un problème ? Une raison pour laquelle vous refusez de me répondre ?

« - On se demande si c’est vrai et… »
Ils échangèrent un nouveau regard tandis que je faisais mine d’attendre la suite, qui heureusement vint rapidement. « Ecoute, tout le monde au commissariat sait ce que tu a fais ou plutôt dit sur le réseau de la Police. On fait mine de rien parce qu’on ne te connaît pas en tant que flic et parce que le commissaire à vivement refusé la proposition de Terence de te prendre comme partenaire.

- Ouai en plus il jette des regards noirs dès qu’on te regarde pendant la distribution de missions !

- Du coup on se demande pourquoi tu est là ce soir et avec NightWing.


Je n’avais jamais su que Terence Hanswell avait souhaité me prendre comme partenaire. Il venait du Dakota et était de la promotion précédente de la mienne. C’était un fils de fermier intello qui ne demandait qu’à se hisser plus haut dans la hiérarchie. Son ancien partenaire était parti il y’a quelque mois dans une ville plus calme avec sa famille et depuis il était seul. Il y’avait néanmoins chez lui quelque de plus sombre indiscernable au premier coup d’œil. Quelque chose d’un peu dérangeant même si je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. Quoi qu’il en soit, les chances qu’il est demandé à être moi pour se faire bien voir étaient assez élevées. Un crissement de semelle attira mon oreille tandis que NightWing se relevé pour se rapprocher de nous.

« - Vous faites fausse route. Je n’étais pas au courant pour Terence même si je sais que le Commissaire restreint volontairement les chances pour moi de tisser des liens avec l’ensemble du poste. Je suis là ce soir parce que je connais bien Nightwing. Il m’a déjà sauvé par le passé. C’est pour ça que je tenais autant à faire quelque chose pour lui contre Waller. C’est sûrement par rapport a ça que le Commissaire a cru bon de me mettre avec lui. Il a dû se dire que nous ferions une bonne équipe, lui un justicier et moi qui connais le dossier par cœur puisque je fais vos rapports. »

J’eu enfin le droit a un micro-sourire et je reportais mon attention sur l’homme masqué presque à notre hauteur. Dick se mouvait comme il l’avait toujours fait : avec souplesse et élégance. On aurait dit une panthère se rapprochant discrètement de sa cible. Une force brute sous un joli minois en somme.

« - Mort sur le coup, je dirais. Une lame bien entretenue et très pointue qui s’est enfoncée violemment dans son thorax, en plein dans le cœur. Vous avez un témoin pour cette affaire ?

- Un gamin. Mais il est tellement fou de terreur qu'il raconte des conneries. Il a dit qu'il a vu un mec en costume rouge et noir s'en prendre à ce pauvre diable, puis lui voler sa montre. Si vous voulez mon avis, monsieur Nightwing, ça n'est pas grand chose. N'importe quel maniaque peut se costumer, sans vouloir vous manquer de respect...

- Ce gamin, pouvons-nous lui parler, mademoiselle Gordon et moi ? Le commissaire semble penser qu'on pourra mener l'affaire. Peut-être qu'on aura une question à laquelle vous n'avez pas pensé ? »


Le visage des deux hommes sembla se rembrunir pendant que John enfonçait ses mains dans ses poches. Ils nous escortèrent bon gré, mal gré. Le petit garçon s’était recroquevillé sur lui-même et semblait stoïque pendant que des larmes coulée sur ses joues. Mon cœur se serra rien qu’a le voir. Ce genre de chose ne devrait pas arriver à des enfants fragiles, la plupart du temps ils en ressortaient avec des cicatrices à l’âme et cela les poursuivait pendant longtemps. La mort de mes parents avait eu cet effet là sur moi, pour Bruce aussi ainsi que pour l’ensemble de notre groupe.

Quand Dick voulut s’approcher, l’enfant sembla voir un fantôme et s’agita en hurlant, battant frénétiquement l’air de ses mains et de ses pieds. Il tomba de la chaise et recula jusqu'à un coin de la pièce en rampant. D’une main je mis ma main devant le Justicier pour l’empêcher d’avancer davantage et il sembla gêné d’avoir provoqué une réaction aussi intense. Il me glissa à l’oreille d’interroger seule l’enfant mais il n’en avait pas besoin.

« - Je sais ce que j’ai à faire, merci. Est-ce que tout le monde peut sortir et me laissée seule avec lui ? »

Fort heureusement, mon air peu aimable sembla les poussés vers la sortie sans trop de commentaires. Une fois seule et la porte fermée, je posais mes affaires au sol et avançais lentement mains tendus et paumes vers le ciel.

« - Salut ! Je m’appelle Barbara, Barbara Gordon. Je suis de la police, tu n’a rien à craindre. Je ne te ferais aucun mal d’accord ? Est-ce que je peux m’asseoir à côté de toi ? » Il ne me répondit pas et fixa le sol fermement. Sans bruit et sans geste brusque je m’assis au sol contre le mur, tout comme lui. « Ce serait bien si tu me disais ton nom, tu ne crois pas ? » Aucune réaction. « Comme ça je pourrais le dire à mes amis et ils appelleront tes parents. Tu pourras retrouver ton Papa et ta Maman, ils doivent être inquiets. Tu pourras rentrer chez toi et aller dormir dans ton lit et ta Mam-…

- Le méchant Monsieur il va revenir ? »


Il se renferma un peu plus sur lui-même et je posais doucement la main sur sa tête, ébouriffant ses cheveux.

« - Non il ne reviendra pas. Il a eu ce qu’il voulait alors tu ne le reverras jamais. Ce n’est pas à toi qu’il en voulait donc tu ne dois pas t’inquiéter de ça d’accord ? On va tous te protéger ! » Je glissais un doigt sur son oreille et la taquinait pour le distraire de ses pensées. « Dit-moi comment tu t’appelle ?

- Matt. Je m’appelle Matt Fowsner.

- D’accord Matt. Tu vois le méchant Monsieur, tu ne le reverras jamais parce que moi et mes amis, on va l’arrêter et le mettre en prison d’accord ? Comme ca il ne fera plus jamais de mal à personne. Mais pour ça je dois savoir qui il est. Tu peux me raconter ce que tu a vu ? »[/i]

Il resta un moment silencieux et fini par me regarder entre ses cheveux. Il rebaissa la tête et gratta, sûrement inconsciemment, son genoux avec ses ongles. D’une j’encadrée la sienne et la serrée, lui transmettant un peu de chaleur par ce geste. Il n’était pas seul.

« - Maman m’a puni parce que j’ai pas dis que j’avais eu une mauvaise note à l’école. Moi je voulais pas, je voulais juste jouer dehors avec mes amis ! Ici c’est le terrain ou on joue au foot ensemble. Y’a jamais personne. Sauf que aujourd’hui… » Il inspira et serra ma main dans la sienne. « Aujourd’hui je suis arrivé trop tard parce que Maman me grondé. Mes amis étaient plus là, mais y’avait un Monsieur qui regarder la ville à côté de sa voiture. Il m’a entendu approcher alors il s’est retourné et il semblait vraiment surpris de me voir et puis d’un coup il a eu super peur ! Un autre Monsieur a sauté au-dessus de moi ! Il avait une casquette je crois et un grand manteau ! Lui aussi il était très grand alors quand il a commencé à crier je me suis sauvée et je me suis cachée ! Mais le méchant il est passé juste à côté de moi, il m’a regardé et j’ai vu son masque. Comme le Monsieur de tout à l’heure ! Mais il est parti et il a rien fait d’autre.»

En soit, Matt ne m’apprenait pas grand-chose. On en savait un peux plus sur le comment mais on ne savait toujours pas qui il était.

« - BARBARA ! Viens voir ! »

Je jetais un œil à la porte et ne réussit pas à distinguer ce que disait les voix des deux autres policiers. En revanche je sentis le petit garçon sursauté à côté de moi. Je me relevais et lui tendis la main.

« - D’accord Matt. Merci de m’avoir raconté tout ça ! Je sais que c’est dur mais tu as été très courageux ! On va vite retrouver celui qui a fait ça et je viendrais te voir pour te dire que tu ne dois plus avoir peur d’accord ? Mais tu dois être sûre d’une chose. » Je m’accroupis et le regarder droit dans les yeux. « Tu n’aurais rien pu faire pour l’aider. Tu as eu raison de fuir d’accord ? » Il me regarda les yeux encore brillant et fini par acquiescer. « C’est super bonhomme ! Viens, on va aller voir les autres, d’accord ? »

Nous sortîmes mains dans la main et je le confiais en lui souriant à la femme qui avait attendu avec lui. Il me fit un signe de la main auquel je répondis et il continua de me fixer quand je m’éloignais.

« - NightWing ? Vous avez quelque chose pour m’appeler aussi familièrement ? »

Dick avait quelque chose dans les mains : une pochette plastique contenant la montre et un mot que je lu à voix haute :

« - Souviens-toi Bludhaven. »

Je haussais un sourcil envers l’homme à mes côtés et transmit par le regarde ce que je pensais. Sérieusement Dick ? Tu te ramène avec tes cinglés ? Je saisis le plastique et l’observée de plus près. Papier bas de gamme, montre plus à la bonne heure.

« - Derek, John ? A quelle heure est estimée la mort ?

- Entre 21h et 22h, pas avant. Pourquoi ?

- Ca n’était pas là tout à l’heure. »
Je levais la nouvelle pièce à conviction pour la leur montrée. « Ce qui veut dire que le tueur n’était pas loin. Et aussi qu’il se joue de nous », rajoutais-je plus bas. « Une idée NightWing de qui cela pourrait être ? »



Codage par Libella sur Graphiorum




Merci Conner pour cette sublime signature  mignon

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t4662-fiche-rp-de-barbara-gordon-batgirl http://dc-earth.fra.co/t4648-barbara-gordon-batgirl
Inscription : 05/02/2018
Messages : 142
DC : Harley / Grail
Situation : En plein ménage
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Ven 27 Avr - 16:55
Oh oui, des idées il en avait plein. Oh oui, il avait même une très bonne idée de qui pouvait être le fameux tueur à la montre. Tout était en train de se lier, dans sa tête. Il revoyait parfaitement la scène qui avait, jadis, créé le tout début, le point de départ, de cette histoire. Ce qui faisait que des personnes étaient mortes à 21h34 précisément, leur montre volée. Et l'enfant avait parlé d'un homme avec un masque, comme le sien. Il serra le poing, avant de jeter un coup d’œil aux flics autour de lui.

Comment se débarrasser des deux autres ? Il ne pouvait pas en parler devant eux. Il essaya quelque chose :

 « Non, pas la moindre idée. Mais tout ceci semble clairement destiné à ma personne, ce qui vous met en danger, tous les trois. Par conséquent, messieurs, je vous recommanderais de raccompagner cet enfant, avant que le danger n'augmente. Et si vous pouviez avoir l'amabilité de dire au commissaire Gordon que je veille sur sa fille, cela nous évitera à tous de prendre des risques inutiles. »

Les deux hommes le regardèrent d'un air circonspect, visiblement peu convaincus du bien-fondé de ce qu'il venait de dire. Toutefois, la réputation de Nightwing était suffisante pour qu'ils consentent à lui obéir – pour cette fois. Ils grommelèrent leur assentiment, ordonnèrent à Barbara de les appeler s'il y avait le moindre problème, puis partirent. Laissant les anciens amants seuls sous la pluie battante.

Pendant ce temps, Dick lança une analyse des empreintes sur la pièce à conviction. Il put, grâce aux systèmes de son masque, retrouver rapidement à qui elles appartenaient. Et il obtint avec une adresse, située à l'autre bout de Gotham. Un petit appartement, s'il ne se trompait pas sur le quartier indiqué.

Il patiente un peu, puis, une fois certain qu'ils étaient seuls, il se tourna vers la jeune femme.

 « Le tueur au fétichisme pour les montres semble résider à l'autre bout de la ville. On devrait y aller ; il n'y sera sans doute pas, mais au moins, on pourra peut-être y trouver quelque chose d'intéressant. Je t'expliquerais en chemin. »

Ce n'est qu'une fois dans l'isolement sec de la voiture de police qu'il s'autorisa à parler du problème en question. Sa voix prit un ton grave, car il n'aimait pas reparler de ce passage de sa vie.

 « Je suis resté un petit moment à Blüdhaven après notre... disons notre aventure là-bas. Comme tu le sais, j'y étais bien vu des services de police, car je coopérais volontiers avec eux. Parmi ces gars-là, il y avait un certain Nick Barston. La ressemblance entre son nom et celui de Dick Grayson était importante, à ses yeux, surtout lorsqu'il a découvert qui j'étais réellement. Mais c'était un ami loyal, et il n'a jamais rien révélé. Mais un jour, tout a changé. »

Il marqua une pause, jetant un bref coup d’œil à Barbara avant de détourner le regard.

 « Un jour, il était avec moi sur une horrible scène de crime. Il était 21h34, quand un truc totalement impensable s'est produit : un homme est tombé du ciel, depuis une espèce de portail magique bizarre. Il n'a pas fallu deux secondes pour qu'on comprenne – ou plutôt que je comprenne – que si cet inconnu était mon sosie parfait, c'était bien parce qu'il venait d'un monde parallèle. J'ignore comment il a échoué chez nous. J'ai essayé de garder un œil sur lui, mais il a vite compris comment faire pour se faire passer pour moi. Et Nick Barston s'est fait avoir, lui aussi. Il a cru avoir affaire à son ami, et non pas à un homme rendu fou par son arrivée dans un autre monde. Ensemble, ils ont tenté de m'éliminer. »

Il garda pour lui les raisons qui avaient poussé son ancien ami et son double à le tuer. Il ne voulait pas que Barbara sache à quel point tout cela la concernait aussi.

 « J'ai cru m'être débarrassé de mon double, grâce à Nick qui avait alors compris ce qu'il se passait. Mais de toute évidence, cet autre Nightwing est encore là, et il a l'intention de me rappeler ce difficile moment. Je voulais être seul avec toi pour régler, définitivement, ce problème. Je ne veux pas mettre d'autres gens en danger à cause de quelque chose qui ne concerne que moi. »

Et pourtant, je mets en danger la femme que j'aime. Mais ça la concerne aussi, après tout. Cet autre Dick veut prendre ma place, puis il veut aller au bout de son plan initial. Celui qu'il n'a pas pu faire dans son monde. Suis-je capable d'être aussi fou d'amour et de douleur que lui ?

Si oui... je ne mérite pas Barbara. Et je n'aurais jamais la force de lui dire ce que je dois lui dire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

L'énigme de la montre [PV Barbara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'énigme de la montre [PV Barbara]
» Pour vous, choisir une montre Russe c'est ?
» Outils pour entretenir sa montre
» Frédérique Constant Maxime [montre de manuf à pas cher?]
» Barbara Kingsolver

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Gotham City :: GCPD Central-