La malédiction de St Dumas (PV Batman)

Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité

MessagePosté le: Dim 1 Avr 2018 - 13:06
Le temps s'était écoulé depuis les évènements de Gateway. Le monde, si généreux et croyant envers ses super-héros, venait de presque périr à cause du moment de faiblesse d'une des plus grandes super-héroïnes du globe. L'assaut avait été repoussé par héros et vilains de la Terre, incluant Azrael lui-même, mais la destruction avait fait son effet, et des corps Atlantes, humains ou Amazones étaient toujours répandus parmi les ruines du conflit.


Arès avait failli payer, mais quelques mioches s'étaient levés pour défendre le Dieu de la Guerre de la revenge des défenseurs de l'Humanité, osant prétendre que le tuer serait échoué, alors qu'ils trônaient parmi les ruines et les cadavres. Pire, Superman, qui n'avait jamais encore fait son apparition durant toute la bataille, était lui-même intervenu pour arrêter Cassandra, qui avait réussie à se trouver une arme tueuse de dieux.


Les forces de l'Olympe elles-mêmes étaient intervenues pour tuer Arès, et Azrael entreprit de partir en retraite. Il n'était pas intéressé par la philosophie avec des mioches et Superman, surtout quand le récipient du conflit semblait avoir trouvé sa perte dans la fureur divine de son père. Depuis, il s'était remis de ses blessures grâce à son métabolisme avancé et l'équipement médical proche, lui permettant d'opérer de nouveau à efficacité maximum.


Le seul problème, c'était l'épée de feu, brisée au cours du combat. Elle trônait d'ailleurs près d'Azrael, qui était occupé à faire un peu de lifting, utilisant des poids bien supérieurs à la moyenne pour accomplir sa prouesse physique. Il avait du opéré des changements sur tout le costume pour compenser la perte, en créant deux épées de taille moyenne pour remplacer sa claymore et modifiant ses griffes pour inclure quelques instruments complexes.


L'armure de chagrin était aussi très abîmée, mais elle avait survécue pour des siècles à la violence et au temps.  Mais ce qui avait pris un coup, ce n'était ni l'épée, ni l'armure, mais bien son psyché déjà fragile.


L'armure influençait sur les esprits, c'était connu. Et celui d'Azr-de Jean-Paul était déjà fragile en soi. Avec toute la tuerie qu'il venait d'accomplir, en plus, il avait été facile de réveiller le second côté de sa personnalité. Et le malheureux ne se remettait pas de ça, pas aussi facilement que les blessures corporelles.


Depuis quelques jours, il entendait des visions, voyait des choses absurdes qui n'existaient pas ou se retrouvait même à faire le somnanbule extrême, réalisant qu'il travaillait sur de nouvelles améliorations ou armes dans son sommeil. St-Dumas avait posé ses mains crochues sur son esprit de nouveau, et il serait dur de s'en débarrasser... à moins qu'il n'aille directement voir St-Dumas en personne pour supprimer cette abomination.


Jean-Paul laissa tomber le poids et entreprit de s'essuyer un peu avec une serviette, avant de s'habiller rapidement, perdant du temps pour se couvrir de pulls et cacher sa masse musculaire. Une fois satisfait de son look de geek, il entreprit de se diriger vers un simple placard, l'ouvrant pour s'emparer d'une poire qui résidait à l'intérieur. Passant le fruit sous l'eau de l'évier proche, il entreprit de mordre dans la chair du fruit d'un air déterminé.


Heureusement que personne ne le voyait.


Depuis le temps et un certain voyage sur San Francisco, il s'était trouvé des pistes sur l'Ordre de St-Dumas. Il savait où aller et où les trouver, et ce ne serait qu'une question de jours pour rejoindre le culte. En temps normal, il serait déjà dans l'avion pour la Suisse, même.


Mais Jean-Paul était inquiet pour son mental, et conscient que s'opposer à l'ordre réanimerait des pensées inquiétantes. Il pourrait quémander quelqu'un de la Bat-Family, mais il se sentait coupable envers eux, pour ses multiples attaques et insultes envers eux. Il devrait aller voir le chef de la Bat-Family... ou du moins, celui sur lequel il pouvait compter.


Il savait bien évidemment que Bruce avait ses propres problèmes. Il écumait Gotham jour et nuit après tout, et avec les évènements récents, travaillait encore plus d'arrache-pied. Il sentait que venir lui demander de l'aide serait ingrat, même. Mais il voulait quelqu'un de sûr, capable de l'empêcher de faire des erreurs si jamais Azrael venait à reprendre le contrôle de son esprit.


Jean-Paul se dirigea vers son ordinateur, St-Dumas, sa face voilée derrière un casque médiéval, se tenait devant l'appareil, luisant tel un dieu. Conscient que ce n'était que son imagination, Jean-Paul entreprit de s'asseoir, sous le regard dur de son "créateur".


LA CHAUVE SOURIS NE PEUT PAS T'AIDER, AZRAEL. COURS AUTANT QUE TU VEUX, GEMIS COMME TU LE SOUHAITES, MAIS TON DESTIN EST GRAVÉ DANS TA CHAIR. TU DEVIENDRAS MON ANGE DE LA JUSTICE ! DANS LA VIE OU DANS LA MORT !

Le blond traita les propos divins comme il traiterait un voisin ennuyant. Ce n'était que son cerveau qui lui jouait des tours, son propre psyché en bataille intérieure. Il venait de se mesurer à un Atlante fou-furieux, qu'est-ce que son propre esprit pouvait lui infliger de pire ? Le jeune homme entreprit de rejoindre très rapidement un réseau privé, pour discuter directement avec Bruce.


Bruce. Je sais tout sur St-Dumas maintenant. Je sais que tu est très occupé, surtout avec la folie divine récente, mais je vais avoir besoin de ton aide.


"Je suis frappé d'hallucinations" aurait du servir de prochaine phrase, mais Jean-Paul s'arrêta. Il ne devait pas passer pour un fou, non. Batman ne le laisserait jamais partir s'il savait que son ancien successeur était de nouveau proie aux malheurs de son mental.


L'ordre bénéficie d'autres Azraels comme moi, je ne peux pas l'affronter tout seul. Si tu est occupé, je comprends parfaitement. Mais si tu peux venir, je serais éternellement reconnaissant. On pourra finalement démanteler une organisation qui tourmente l'Humanité depuis des siècles et libérer des dizaines d'innocents manipulés comme moi.


Il hésita un peu, conscient que son message tenait du "regarde que tu rates si tu ne viens pas", mais envoya quand même le message. Batman était son seul allié, après tout, et c'était un moyen de guérir sa schizophrénie. Sauver le monde des griffes du saint était important, bien évidemment, mais le but principal était de se libérer de ses cauchemars.


Jean-Paul se leva et posa une main sur la poire, levant un sourcil quand il remarqua un certain vide à la position supposée du fruit. Posant les yeux vers le coin de la table puis le sol, il entreprit de suivre les tâches sur le sol antique du château, un bref soupçon de peur s'emparant de lui quand il réalisa que quelqu'un venait de s'infiltrer dans le château. S'emparant d'un couteau dans sa poche, l'humble Valley bondit hors de sa chaise pour rejoindre les pièces sombres, constatant que quelqu'un venait d'ouvrir une porte, la lumière sortant à peine hors de la pièce exposée.


Stressé mais encore en position de ses moyens, le jeune homme s'élança rapidement vers la salle, silencieux, et ouvrit la bouche pour interpeller l'intrus. La bouche resta ouverte, mais aucun son n'en sortit, une sorte de soupir horrifié s'échappant à peine hors des cordes vocales du blond. Devant lui se trouvait une entité absolument massive, avec des sortes d'ailes de cires, qui coulaient sur le mur.


La créature, occupée à dévorer la poire, se tourna vers un Jean-Paul absolument horrifié, révélant son apparence : une créature hideuse, avec un visage vide de tout (a l'exception d'une bouche sans dents ni lèvres) et une tenue vaguement similaire à la sienne. Un sourire hideux fendit le visage blanc de la chose, qui se tourna vers lui, posant ses mains et pieds gigantesques pour se mouvoir légèrement, et regarder directement JP.


Tu penses que ton problème vient de ton cerveau, fils de Ludovic ? Détrompe toi ! Tu livres un combat inutile contre ton âme ! Contre ta destinée !
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 918
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mar 3 Avr 2018 - 14:00
Les rapports entre Jean-Paul et Bruce sont difficiles.
Ces derniers se sont connus quand le jeune homme a vu sa programmation interne activée par l’organisation que dirigeait son père, et le Batman l’a aidé à s’en défaire ; une amitié virile s’est ainsi installée, forte et intense, qui a mené le plus vieux à faire confiance au second quand il lui a fallu un remplaçant.
Mais ce fut une erreur.

Si Azrael a vaincu Bane, qui avait brisé Bruce, la folie l’a rapidement emporté, et le Chevalier Noir a dû revenir pour le stopper.
Par la suite, leur amitié a repris, d’abord fugace, puis continue, avec Jean-Paul devenant même agent du justicier ; mais les troubles demeurent, une gêne partagée, avec également une forme de culpabilité commune – l’un pour avoir cédé et tué au nom d’un autre, lui pour avoir précipité la chute d’un innocent via une charge trop lourde.

Mais, malgré les rapports difficiles… ils demeurent proches.
Amis. Frères d’armes.

Et cela veut dire beaucoup, pour Bruce.
Cela veut dire suffisamment pour que, moins d’une demi-heure après l’envoi du message de Jean-Paul, un extraordinaire engin apparaisse au-dessus du château…

… le sublime Batplane, l’engin volant du Chevalier Noir.

Se plaçant au-dessus d’une tourelle, l’appareil s’approche pour limiter la distance – et une forme s’en échappe rapidement.
Fondant dans les ombres, la silhouette se précipite à l’intérieur de l’immense bâtisse, et évolue rapidement entre les couloirs ; la force de l’habitude joue, mais aussi une préparation adéquate. Comme d’habitude.

Il ne faut que quelques instants au nouveau venu pour rejoindre la salle principale, où Azrael gère les affaires courantes.
Alors que la luminosité est faible et que l’ambiance est étrange, une voix lourde et modifiée ne tarde pas à se faire entendre, brisant un silence évidemment pesant.


« Jean-Paul. »

Des pas claquent, alors que des bottes s’avancent sur le carrelage.

« Je suis venu. »

Apparaît alors la silhouette, dans un éclat de lumière…
… celle du Batman, dans une nouvelle combinaison – entièrement noire, hormis une ceinture jaune et un fond de symbole similaire.
Une armure bien plus protectrice, bien plus massive ; le combat contre Arès a laissé ses traces, mais pas.
Le Chevalier Noir entend être prudent, alors qu’il s’avance dans l’antre d’un homme jadis dément…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mar 3 Avr 2018 - 18:43
Jean-Paul trônait dans son antre principale, dressé dans son armure de combat. Il savait bien qu'il n'était pas en danger. L'hallucination affreuse qui venait de lui coller la frousse n'était que dans son esprit, ce n'était pas quelque chose capable de l'affecter physiquement et il ne s'agissait là que de son propre cerveau qui se retournait contre lui, après l'effondrement de ses barrières mentales au cours de la bataille de Gateway.


Mais il n'avait jamais vu une hallucination de cette violence jusque ici. Etait-ce là le Système qui amplifiait ses assauts après quelques années à être réprimé ? Ou alors est-ce que ce qu'il voyait était réel ? St Dumas était un fantôme et il déchaînait ses pouvoirs alors que Jean-Paul se rapprochait de la source de ses maux. C'était.. non, non. Ce n'était pas une bête histoire de fantômes, la paranoïa commençait à le gagner.

Se faisant plus présentable, Jean-Paul tourna la tête quand il entendit des bruits de pas venant des couloirs. Très faibles, mais c'est seulement parce que Bruce lui permettait de l'entendre. Le jeune homme comprenait toutefois la "lenteur" du Batman, qui aventurait dans l'antre d'un individu autrefois complètement fou. Il ne blamait pas Bruce pour sa méfiance, vu que ce dernier avait été agressé et attaqué plusieurs fois en essayant de récupérer l'icône du Batman.


Quand il apparaît, Jean-Paul fait un signe de tête. L'armure de la chauve-souris est massive, faite pour les combats durs, mais c'est compréhensible vu les évènements récents... et les évènements à venir, surtout. Leur monde évoluait sans cesse de catastrophe en catastrophe, et ils savaient tout les deux que  le prochain conquérant se révélerait bientôt.


Azrael se leva promptement pour serrer la main de Bruce, tentant de ne pas trop dévisager le symbole du Batman. Il pouvait voir la tenue maintenant, mais le symbole lui rappelait beaucoup trop de mauvais souvenirs et d'actions regrettables. 


Tu est toujours très rapide, Bruce.  Complimenta t-il. Il aurait dit une blague mais il se sentait un peu trop stressé pour ça, et faire rire Batman était le genre de prouesses surhumaines qu'il ne pouvait pas accomplir.


Comme tu le sais, St Dumas est très vieux. Pas autant que d'autres immortels, mais l'organisation existe depuis le Moyen-Âge. J'ai longtemps cherché pour eux mais ils couvrent leurs traces trop bien. Leurs bases sont toujours abandonnées et les agents rencontrés sont manipulés pour ne rien savoir de concret sur eux. J'ai trouvé cette piste simplement parce que les évènements récents ont déstabilisé l'organisation, et j'ai frappé au bon moment.

De façon stoïque, il tint une sorte de petite puce informatique rouge. L'ordre semblait désireux de coller leur couleur fétiche partout.


J'ai empêché un assassinat à St Francisco avec l'aide d'Hangman et j'ai dérobé cette puce à l'assassin. Elle m'a révélé l'identité des Azraels sur le globe mais aussi leur- mon lieu de naissance. Troyes, en France.


Il y'avait un côté évident à la réponse. Le 13 Janvier de l'an 1129, un concile y avait reconnu officiellement l'Ordre du Temple.


Je pourrais laisser ça aux héros et autorités de France, mais l'Ordre est très puissant et barbare et les Azraels sont des puissants soldats. Quand à nous, nous savons comment l'Ordre opère et tu as de l'expérience avec les conspirations vieilles de plusieurs siècles. Si nous nous rendons à Troyes pour démanteler le groupe, nous sauverons des dizaines de personnes come moi tout en mettant fin au fanatisme de Dumas.

Azrael se racla la gorge brièvement.


Bien sûr, je ne te force pas à me suivre, Bruce. Ça pourrait être un piège, et quelque chose d'aussi ancien que Dumas ne se détruit pas aussi aisément. Mais vu que tu as fait beaucoup d'efforts en dépit de mes... actes passés en tant que Batman, je tiens à t'en informer.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 918
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 4 Avr 2018 - 12:18
Le contact se noue.
Azrael, en tenue, se lève de son siège et s’approche du Batman, pour une poignée de main franche mais virile. Bruce sourit, poliment, mais laisse son regard suivre les réactions et gestes de son interlocuteur ; il l’étudie, et ne s’en cache pas.


« Je n’aime pas faire attendre les gens. »

Sa voix, modifiée, demeure calme et posée, tandis que son regard sombre se plonge sur le visage de son interlocuteur.

« Surtout les amis. »

L’ombre d’un sourire glisse sur son visage.
L’expression disparaît, néanmoins, quand Jean-Paul entame son explication ; son interlocuteur devient alors calme et studieux, attentif à l’extrême.

Valley évoque l’organisation Saint-Dumas, un ordre religieux extrémiste spécialisé dans l’enlèvement et la construction de supers-soldats à sa cause démente. Jean-Paul en fit partie, mais il ne fut pas le seul – et malgré leurs efforts, souvent conjugués, ni Azrael, ni le Chevalier Noir ne purent entièrement anéantir ces fous.

Vient alors la raison de sa venue.
Une proposition.
Une demande, plutôt.

Jean-Paul a besoin de lui, pour un voyage sur ses terres natales, avec la perspective d’anéantir Saint-Dumas – ou de l’affaiblir, beaucoup.
Un air gêné s’empare du visage d’Azrael, alors qu’il tente de présenter ses arguments pour convaincre son interlocuteur ; ce dernier demeure de marbre. Longtemps.
Un silence profond s’impose, avant que Bruce ne se décide à parler… d’une voix lourde et intense.


« Jean-Paul. »

Il le fixe, toujours figé.

« Pour affronter Saint-Dumas, pour remonter la piste de ton enfance, pour t’assister, pour te soutenir, pour t’accompagner… tu n’as jamais à demander mon aide.
Elle t’est acquise de principe, mon ami. »


Un sourire, sincère, éclaire son visage alors qu’il pose une main amicale sur l’épaule de son interlocuteur.

« Quand veux-tu partir ? Comment veux-tu t’organiser ? »

Bruce dit vrai, et pense ce qu’il dit.
Il veut et va aider Azrael.
Car il tient à lui. Car sa cause est juste. Car, aussi, il veut le surveiller et éviter le pire…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mer 4 Avr 2018 - 21:06
Son stress n'était vraiment causé que par les évènements récents. Il savait parfaitement que Bruce ne lui voulait que du bien. Il l'avait même sorti des affaire de St Dumas la première fois, sauvant le jeune homme en le tenant brièvement hors de portées des griffes de l'organisation. Cette dernière avait bien évidemment de nouveau étendue la main, mais son éducation d'Azrael lui avait permis de se défendre, cette fois.


Devait t-il avouer, toutefois, que Bruce avait fait une erreur en lui offrant la position convoitée mais difficile du Batman ? Oui. Les deux hommes auraient très torts de prétendre que la situation avait virée au désastre total. Il avait nourri du ressentiment envers Bruce un moment, d'ailleurs, une fois que le brouillard de la folie s'était dissipé, alors qu'il errait dans les rues autrefois terrorisées par sa présence et son armure énorme.


Puis, Bruce s'était dirigé vers lui, afin de l'aider et de ne pas le laisser seul dans les propres méandres de son âme. Et cette colère s'était volatilisée, ou sommeillait dans les plus profonds recoins de son âme. Il avait sans aucun doute des raisons légitimes de vouloir se venger, mais il avait des raisons encore plus légitimes pour offrir son éternelle gratitude à Batman. Le fait que ce dernier réponde avec un sourire, puis confirme même sa participation totale.


Pour Jean-Paul, qui était habitué à la violence pure depuis quelques semaines, à l'exception de son amitié virile avec Hangman, l'amitié sincère de Bruce avait de quoi donner un grand sourire amical à Jean-Paul. Un peu comparable au celui d'un chiot (quoi qu'il n'aimerait jamais l'admettre). C'était le visage de la joie pure, et brève. Bien sûr, il avait de quoi s'y attendre, mais l'idée du support définitif avait de quoi lui inspirer une euphorie dont il avait bien besoin.


Il laissa le tout flotter un peu dans son esprit, puis entreprit de reprendre un air sérieux, quoi que sa voix était plus animée, comme ses gestes. 


Merci beaucoup pour tout Bruce, je savais que je pouvais compter sur toi mais je suis un peu... stressé, c'est mon style mais... vraiment, je payerais ma dette un jour. Je te le promets.


L'horaire, il l'avait décidé. Si ça ne tenait qu'a lui, il partirait immédiatement mais Bruce était un homme occupé. Et de plus, ils étaient tout les deux beaucoup plus efficaces quand ils avaient cette fameuse "préparation".


Je suggère... peut être d'ici vingt-quatre heures ou un peu plus ? Afin de tout mettre en ordre et de se préparer. Ils ne savent pas que nous venons, alors autant être préparés. 


Quand à l'organisation... on pourrait utiliser le Bat-plane et se réunir ici. Mais on pourrait aussi utiliser l'avion pour s'y rendre. 7 heures en tout, je payerais pour les tickets si tu veux, il faudra juste se retrouver à l'Aéroport. L'option qui te convient le plus, en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 918
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 5 Avr 2018 - 8:26
Alors qu’il termine d’annoncer à Jean-Paul sa décision, et qu’il accompagne ses mots d’un signe viril de soutien, il découvre la réaction de l’autre… et en est surpris.
La joie.
La joie sincère, profonde, absolue ; mâtinée de soulagement, aussi. Comme si Valley avait douté. Comme s’il avait craint un refus. Comme s’ils ne se connaissaient pas.

Un léger silence s’instaure entre eux – que Bruce respecte.
Azrael est perturbé, évidemment. Il a suivi ses exploits, ses épreuves, et sait que les dernières semaines ont été difficiles, terribles ; il comprend, compatit. Et ne le forcera pas à en parler, même s’il espère sincèrement que les fantômes les plus sombres du Passé de son ancien remplaçant ne reviendront pas.


« Tu n’as aucune dette à payer, Jean-Paul. »

C’est lui qui en a une – envers un jeune homme plongé dans un rôle impossible, bien trop tôt, bien trop seul.

« Et vingt-quatre heures de préparation m’iront très bien. Par contre… j’apprécie l’offre de me payer le transport, mais… »

Un sourire, sincère et amusé, glisse sur son visage.

« … pas à moi, Jean-Paul. Pas à moi. »

Son expression redevient sérieuse, après ce passage humoristique.

« Cependant, les transports classiques ne me semblent pas adaptés : Saint-Dumas nous identifiera et se préparera. Sois prêt dans vingt-quatre heures, ici… et nous partirons à Troyes. Selon ma méthode. »

Bruce hoche la tête, puis se retire calmement ; il a beaucoup à préparer.
Contre Saint-Dumas.
Mais aussi contre Jean-Paul, peut-être.


**
*
**

Vint-quatre heures plus tard.
Au-dessus du château d’Ossaville.

Un bruit profond de moteur se fait entendre, un souffle violent repousse les vieilles pierres…

… car le Batman est de retour – à bord de son Bat-Vaisseau-Spatial !

« Nous serons à Troyes en une heure. Monte. »

Il n’y a pas de problème, pour Bruce.
Uniquement des zéros à mettre derrière le chèque, pour trouver une solution.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 6 Avr 2018 - 13:23
Bruce était un homme dur mais toujours rempli de compassion. Bien sûr, il n'était pas parfait, Batman pouvait être trop brutal ou trop paranoïaque. Mais au fond, c'était quelqu'un qui pouvait parfaitement rassurer et aider la population quand il le devait. Jean-Paul avait toujours eu du mal avec cette compassion, et c'était pour ça qu'il avait échoué dès qu'il avait enfilé la tenue du Batman pour la toute première fois.


Mais c'était malheureusement sa condition, Jean-Paul avait du mal à interagir avec les gens quand il n'était pas occupé à se battre pour sa vie, même avant toute cette folie, il avait du mal avec les interactions. Il se sentait en confiance que quand il enfilait l'armure. Il avait choisi ce coin de ville, Ossaville, pour une raison : c'est vraiment pas nombreux, écarté de Gotham et personne ne viendra lui chercher des noisettes.


Jean-Paul ricana brièvement à la blague de Bruce, amusé, puis entreprit de secouer la tête légèrement. Bruce avait raison concernant les transports publics. Et de toute façon, il n'aimait pas les foules. Toutefois, Bruce approuva de la règle de 24 heures et entreprit de se retirer silencieusement, pour se préparer de son côté et régler ses affaires. Il devait y'avoir au moins un maniaque qui courait dans les rues de Gotham en ce moment, après tout.


A demain ! Adressa Valley, avant de se tourner vers son ordinateur. Une fois Batman parti, Jean-Paul pressa sur le bouton pour finir de télécharger quelques films d'auteurs. Il aurait besoin d'un soporifique rapide après tout.


--


Il fendait la nuit noire au dessus de Gotham, tel un ange de la justice véritable. Sous lui, les lumières blafardes de la ville brillaient de leurs lueurs décadentes, les voitures franchissant les rues sous les enseignes de bars ou d'allées. La vermine s'étendait à ses pieds, lui demandant pratiquement (non, lui bégayant) de l'écraser.


Dressé dans son armure complète, Batman atterrit sur le coin d'un toit, observant la rue comme un roi observait son royaume. Et la comparaison était juste : il régnait sur la cité ! Il avait tout un réseau d'informations sur les criminels, il savait où la drogue venait et qui l'avait faite, il savait qu'une banque allait être assaillie, il savait qu'un bandit notoire préparait son évasion. Il était le gardien omniscient du trou à rats.


Les grands ennemis de Bruce se terraient à Arkham, fuyant devant la puissance de Jean-Paul et conscients que ce dernier ne leur laisserait pas de chance. Bruce avait bien commencé mas il n'était pas allez assez loin, et il revenait à Jean-Paul d'incarner la chauve souris redoutable et crainte de tous que Bruce aurait toujours dû être. Son armure scintillait, illuminée par les éclairs, alors que la pluie coulait sur le kevlar.


Valley observa un bref instant la foule en dessous puis baissa la tête : un simple voyou venait de s'emparer du sac d'une jeune femme. Un crime pareil n'était guère digne de lui, mais il se sentait d'une humeur bienveillante et bondit donc du toit pour atterrir directement devant le jeune homme, craquant le ciment tout en effectuant son atterrissage brutal. Il entreprit ensuite de se relever, son armure gigantesque lui offrant une taille dominante.


Il craqua un sourire derrière le grand masque. L'expression apeurée du brigand resterait longtemps figée dans son esprit.


Je te reconnais, toi. Je t'ai déjà intercepté deux fois dans la semaine.  Fit t-il, s'emparant du bras levé du brigand pour appliquer de la pression dessus; La police est beaucoup trop clémente, les vermines comme toi sont beaucoup trop nombreuses, si tu veux mon avis.


La foule regardait la scène avec terreur, bien. L'humiliation devait être public. Son ennemi s'était déjà effondré en larmes, mais dans la folie du moment, ses oreilles étaient sourdes aux protestations.


Je vais te casser les os, ça devrait t'empêcher de recommencer d'ici un moment ! Fit Jean-Paul, levant le poing ganté et... l'abaissant.


--


Juste à temps pour que Jean-Paul se réveille dans son lit. Les lueurs blafardes, la pluie et le bandit suppliant s'étaient évaporés pour laisser place au plafond de sa pièce sombre. Il y'avait bien de l'eau sur lui mais ce n'était que sa sueur.


Le cauchemar le suivait même dans son repos, mais il était habitué à ça. Après de rapides exercices de concentration, il posa la main sur le bureau mais fut surpris de toucher quelque chose de grand et froid : de la chair, qui appartenait à l'immense main de l'apparition vue tout à l'heure, tenant à peine dans la pièce !


Pense tu avoir rêvé du passé, Jean-Paul ? C'est ton Futur ! 


--

Un Azrael réveillé et déterminé se trouvait sur le toit du château. La nuit avait été difficile mais son esprit n'avait été qu'alimenté par le tourment que lui offrait son ennemi. il avait eu le temps de s'informer un peu plus sur les évènements récents, avait travaillé l'armure et s'était assuré de la protection du château contre tout envahisseur discret.


En soi, il était prêt. Peut être qu'il mettrait fin aux cauchemars, peut-être qu'il échouera. Mais il voulait au moins se débarrasser de l'organisation. 


Il parut à peine surpris en voyant arriver un énorme appareil, Batman avait toujours de la technologie de pointe, après tout. Toutefois, il fallait avouer que l'appareil était impressionnant : en montant, Azrael vérifia ses alentours avant de finalement s'asseoir. Le château était sauf et il était en armure complète avec ses armes, il n'avait rien à faire sinon aller de l'avant.


Très impressionnant. 


Une fois installé pour de bon, il attendit un peu, observant le ciel autour de lui. C'était la première fois qu'il était allé aussi loin, ce qui signifiait qu'il avait quand même une certaine curiosité naturelle. Mais il ne prenait pas une simple balade avec Bruce : il fallait l'informer de ce qui se passait maintenant, en vu des nouveaux évènements.


J'ai un peu étudié l'histoire complète de St Dumas. Comme tu le sais, le groupe s'est séparé des Templiers, qui les trouvaient trop extrême. La faction s'est ensuite séparée en plusieurs groupes, chacun essayant de cultiver l'héritage dément de leur faux Saint. Le groupe qui se dresse contre nous à éliminé le reste des fanatiques avant de continuer la croisade. Du moins, c'est ce que je croyais.


Récemment, les Azraels ont commencés à... disparaître. Certains sont des agents qui ont été tués en combat, d'autres étaient en train de s'entraîner et le reste était pratiquement innocent. Ils n'avaient aucune idée de leur vraie tâche et avaient des rêves, des espoirs et des connaissances, partis en fumées à cause d'un ou d'une maniaque.


Ce n'est pas la ligue des assassins, ou Vandal. Les crimes ont été remarqués et des enquêtes sont en cours. La personne derrière la tuerie est très douée et bien équipée mais ne semble pas avoir de financements nécessaires pour acheter le silence des médias. Elle massacre la cible et tout le monde autour puis disparaît rapidement. Je n'ai pas été visé car les meurtres se sont déroulés en Europe et remontent lentement vers Troyes.


Je pense que c'est une autre organisation : l'Ordre de Pureté. Ils ont survécus au massacre de St Dumas mais ne possèdent pas de moyens colossaux comme eux. Je ne sais rien de plus sur eux, sinon qu'ils possèdent la véritable armure de chagrin, forgée il y'a fort longtemps. On dirait qu'ils se sont trouvés leur propre Azrael mais ce n'est que spéculation.


Il attendit un instant. Il n'avait trouvé de suite pour cette information pourtant critique, mais il n'avait trouvé la liste que récemment et l'avait décodée pour de bon après seulement quelques heures.


Nous sommes sans aucun doute sur le point d'entrer dans une guerre civile entre les deux ordres. Cet individu doit répondre pour sa tuerie sur des innocents et St Dumas doit être détruit. Si l'on opère efficacement, on pourra faire d'une pierre deux coups.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 918
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Ven 6 Avr 2018 - 14:35
Une porte du Bat-Vaisseau-Spatial s’ouvre, à proximité de la tour la plus haute du château d’Ossaville.
Un accès est alors réalisé, afin qu’Azrael puisse monter – lui qui est déjà entièrement habillé, vêtu, prêt à tout, et surtout au combat.


« Aux grands maux, les grands remèdes. »

La trappe se referme, et Bruce esquisse un léger sourire et adresse un hochement de tête quand son camarade vient le rejoindre, à la tête de l’immense appareil.

« Accroche-toi. »

Il appuie sur différents boutons, et le Bat-Vaisseau-Spatial se soulèvent encore plus dans les airs, quittant rapidement les alentours d’Ossaville pour… pénétrer dans l’atmosphère, littéralement.

La poussée est puissante, l’effet réel sur les passagers.
Le Batman ne dit et ne montre rien.
Il manipule encore quelques instruments, avant de se tourner vers Jean-Paul. Il s’apprête à lui parler – mais le jeune homme se lance lui-même dans un discours, que son interlocuteur entend respecter.

Il écoute, alors, et enregistre les informations sur l’Ordre de Saint-Dumas, l’abominable organisation si ancienne, et si efficace dans ses dégâts causés au monde et aux hommes.
Valley lui explique la structure, puis évoque Azrael, l’agent de l’Ordre ; mais ses prédécesseurs ou successeurs disparaissent, mystérieusement et violemment, et le jeune homme évoque l’Ordre de Pureté. Bruce acquiesce régulièrement, et encore plus quand ce dernier avance l’idée d’une guerre civile, si crédible hélas.


« Je connais l’Ordre de Pureté. Michael Lane, l’un des policiers manipulés par le Docteur Hurt pour me remplacer, a été récupéré par ce dernier et est devenu Azrael à ta suite. Abraham Arlington, le prédécesseur de Lane, demeure enfermé à l’Asile d’Arkham, rendu fou par la charge. »

Bruce soupire, en comprenant ce qu’il dit.

« Je vais averter l’Asile de doubler la sécurité. Penses-tu qu’il doive être exfiltré ? »

Un bip lumineux apparaît soudain sur un écran.

« Nous arrivons dans moins d’une demi-heure. Que sais-tu de notre destination, des défenses, et des rencontres auxquelles nous devons nous attendre ? »

La perspective d’une guerre entre les deux Ordres est terrible – et coûtera bien des vies, liquidées ou brisées ; ils doivent empêcher cela.
Quoi qu’il en coûte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Sam 7 Avr 2018 - 19:46
Michael Lane, le nom lui semblait bizarrement familier. Jean-Paul savait très bien qu'il y'avait d'autres individus comme lui, des "Azraels", mais il n'avait jamais eu l'occasion d'interagir avec eux, tant ils étaient bien cachés ou discrets. Il n'avait trouvé une liste concrète qu'il y'a quelques temps, après tout.


Il semblerait que les Azraels avaient la destinée de remplacer Bruce, il n'était encore qu'un malheureux sans-abri lors de ces évènements, ou occupé avec sa propre recherche. Il aurait sans doute du contacter de Michael Lane mais ses vagues de meurtres récentes indiquaient que leur rencontre ne serait aucunement douce. Les deux hommes partageaient la même identité et les mêmes troubles mais il y'avait une différence essentielle entre les deux.


Jean-Paul n'était pas un tueur. Oui, il avait pourfendu à Gateway et commençait lentement à réaliser les bénéfices de la létalité, mais il ne tuerait jamais des innocents. Lane, lui, avait pourfendu plusieurs civils. Des future Azraels, oui, mais ils n'avaient aucune conscience du rôle redoutable qu'ils devraient remplir. Ils étaient innocents et ne méritaient clairement pas la mort... et de plus, le reste des Azraels étaient des victimes du Système.


Tout comme lui. Les combattants de cette guerre civile n'étaient que des victimes, possédés par un contrôle mental cruel, à l'exception de Bruce. St Dumas semblait craindre le Batman, conscient qu'il avait déjà interféré avec eux. En dehors de ses talents et de ses gadgets, il n'avait jamais subi le pouvoir du Système, ce qui lui donnait un très large avantage contre des ennemis capables de retourner le mental de Jean-Paul contre lui.


C'est une base souterraine dans la forêt de la Cordelière, avec des tunnels qui nous serviront de porte d'entrée ou de secours. L'Ordre est une organisation très serrée, donc la base est entretenue via des intelligences artificielles, il y'a quelques personnes à l'intérieur, dont un "pape" qui sert de tête à l'organisation. Je ne sais rien sur lui, sinon qu'il est sans aucun doute le plus fou de tous.


Il est entouré par des Soeurs ou des Azraels, la base est protégée par des soldats, des véhicules et des caméras, ils ont un équipement pointu, assez puissant pour liquider un ennemi comme Lane ou tout super-héros trop proche.


Il y'a quelqu'un du nom de Lihly à l'intérieur, c'est une des Soeurs et elle communique des informations depuis la base. Elle sait où se terre le "coeur de St Dumas" et aussi comment arrêter l'organisation pour de bon. Je te comprends parfaitement si tu est suspicieux, je pense que l'on devrait être prudents avec elle. En dehors de ça, il y'a quelques Azraels comme moi, qui restent près du "Pape".


Le but principal serait, d'après elle, de sabotager les ordinateurs de St Dumas, qui gèrent les fonds de l'organisation, et arrêter le Pape. Sans argent et sans leader, le reste de l'organisation sera aisément dénichée.


La ville de Troyes s'étendait sous leurs yeux, Azrael l'admira un peu mais attendit que Batman arrive à destination avant de sortir. Il faisait honnêtement moche, et ses sens améliorés entendaient le grondement de l"orage. Il faudrait se mettre en route promptement : le duo dynamique se lança donc dans la forêt.


La forêt était silencieuse et marquée dans un certain brouillard. C'était normalement un endroit agréable mais pour Jean-Paul, c'était pratique qu'il fasse aussi mauvais : il n'y aurait pas de civils dans le coin. Il leur fallut quelques minutes pour tomber finalement sur un signe de vie, quand des soldats passèrent dans le coin, leurs fusils illuminant les alentours via des faisceaux de lumière provenant du canon. 


Leurs armes étaient très avancées mais l'uniforme indiquait qu'ils étaient de fiers soldats de l'armée de France, St Dumas possédait sans doute une influence immense dans le pays, pas que ça n'était surprenant.


Après quelques minutes supplémentaires, Batman et Azrael purent constater que la forêt grouillait effectivement de soldats ou de véhicules, les jeep et tanks circulant dans les coins plus ouverts. Une défense pareille était absurde en soi, l'organisation craignait véritablement Lane, et les soldats semblaient eux aussi stressés, s'échangeant des cigarettes très régulièrement.


On pourrait couper dans la tension avec un couteau, et d'ici l'arrivée des deux hommes devant un grand silo fermé, Jean-Paul était sûr qu'il pouvait entendre le rythme de son propre coeur dans le silence. La porte qui menait vers la base était subtilement arrangée, ne se révélant dans son immensité métallique que pour laisser passer un véhicule, et se couvrant d'un écran holographique pour adopter l'apparence d'un simple rocher.


En parlant de ça, la porte dut s'ouvrir de nouveau pour laisser passer un énième tank, permettant aux deux hommes de se plonger directement dans le dit tunnel, échappant aux caméras placées toute proche en se déguisant dans la fumée des véhicules. Rejoignant rapidement un énième endroit où se cacher, Jean-Paul constata qu'ils étaient dans un hangar entièrement blanc et immense, avec la croix rouge des templiers inscrite directement dans le mur.


La base grouillait de véhicules, mais il n'y avait pas beaucoup de soldats : en fait, les véhicules semblaient dirigés par l'intelligence artificielle décrite plus haut, s'allumant de eux-mêmes pour sortir. Il y'avait assez de voitures, de tanks, de jeeps et autres pour alimenter des divisions entières. 


De temps à autre, des portions du sol s'ouvraient pour laisser monter de nouveaux véhicules, des plate-forms amenant ces derniers jusque à leur coin dans l'immense garage.


L'organisation est en panique complète, Lane était assez proche de Troyes d'après les derniers rapports, il semble savoir pour le QG. Nous allons devoir compléter l'opération avant qu'il n'atteigne cet endroit. Tu veux vaincre le Pape ou accéder aux ordinateurs en premier ?
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 918
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Lun 9 Avr 2018 - 8:34
Alors que Jean-Paul évoque les éléments dont il a connaissance sur leur destination, Bruce acquiesce – et laisse ses doigts gantés et agiles voler sur le clavier de commandes, devant eux.
Au fil de la narration de Valley, des images apparaissent ; les systèmes suivent les indications, et affichent les liens satellites pour illustrer ses paroles.


« Un Pape ? Je me doute que l’Ordre n’est pas reconnu par le Vatican, mais quels sont les liens effectifs entre eux ? »

Le Chevalier Noir n’a guère de doute ou de remords, mais il préfère se préparer, au cas où il devrait planifier l’invasion d’un micro-Etat.

« Quel est l’équipement de ces Azraels ? Quelle est leur formation ? A quoi ressemble cette Lihly ? Peut-on lui faire confiance ? »

Les questions sont directes, simples, basiques.
Efficaces.

Finalement, la discussion s’achève d’elle-même quand le Bat-Vaisseau-Spatial arrive à Troyes, dans un temps record.
L’appareil se pose sans bruit, sans être détecté. La forêt autour d’eux est silencieuse, agressive et surprenante, mais ça ne le gêne guère ; il a vu pire.
Sans un mot, le Batman s’échappe avec Azrael de l’engin, qu’il place en mode furtif. L’avancée nocturne commence, donc.

Il ne leur faut guère de temps pour découvrir des gardes – des gardes partout.
Surarmés, bien préparés, vêtus de combinaisons rappelant l’Armée française, ces hommes et femmes semblent prêts à tout… et semblent attendre le pire, surtout.
Silencieux, Bruce et Jean-Paul évoluent dans la forêt, communiquant par signes et instinctivement ; leur duo fonctionne bien. Pour l’instant.

Finalement, tous deux parviennent à entrevoir l’intérieur, immense hangar blanchâtre dans lequel un va-et-vient constant de véhicules lourds et puissants.
Ils restent silencieux quelques instants, avant que Valley ne parle – et que Wayne réplique, doucement.


« L’idéal serait de récupérer les données, puis de s’en prendre à l’organisation. Les hommes comptent moins que la structure. »

Son regard épouse, encore, la masse de soldats, et il hoche lentement la tête.

« Soit nous subtilisons les équipements de deux d’entre eux, soit nous tentons une approche furtive. A titre personnel, je préconise la seconde option. Et toi ? »

Bruce lui laisse le choix de la stratégie, un privilège rare.
Cependant, avant que le Français d’origine puisse répliquer, des hurlements se font entendre – rapidement suivis par des tirs, et des bruits de course.
Quelque chose ou quelqu’un approche, donc. Ils vont devoir se presser !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Lun 9 Avr 2018 - 19:43
Azrael et Batman gisaient dans le hangar, après avoir emprunté un chemin rapide vers l'intérieur de la base. Les deux hommes étaient au coeur de la forteresse ennemie, au sein d'une simple forêt de France. Il y'a seulement deux heures de cela, il lavait sa vaisselle en Amérique du Nord, Bruce était vraiment un génie quand il s'agissait de se trouver des avions capables de faire l'impossible. 


Le pape de St Dumas est "choisi" selon la volonté de St Dumas et est capable de le contacter via un rituel malsain. Il n'a rien à voir avec le vrai Pape et se définit comme le véritable agent de la volonté divine transmise par St Dumas.


Azrael secoua la tête.


Le Pape est... informé sur St Dumas mais les deux camps essayent désespérément de s'exterminer en secret, certains papes sont malheureusement tombés aux mains d'Azrael très doués dans le passé. 


Les Azraels sont équipés d'une armure avancée et possèdent tous des sortes de griffes enflammées comme la mienne, avec de préférence une épée de feu.  Toutefois, ce ne sont que des armures, sans intelligence artificielle ou gadgets. Comme moi, ils ont été déjà formés pour pousser le corps à dépasser ses limites puis ont été entraînés avec les armes diverses, ce sont de formidables ennemis, surtout si le Système les guide.


Cependant.


Ils se mirent légèrement en mouvement, rester dans un seul endroit serait désavantageux.


Azrael ne recherche que la mort de son ennemi en combat. Il ne se soucie pas de son corps ou de ses armes et n'évite que les coups absolument mortels et à une vision très étroite et axée sur sa cible. Les attirer dans un piège sera facile et les saisir dans une prise sera aussi très facile, sait juste que l'intimidation ou la parole ne marchera pas, il faut les assommer.


Très bonne idée, même avec leur leader intact, le manque d'argent aura un impact gigantesque sur le groupe. Un chef se trouve, dans une organisation aussi immense. Je pense aussi suivre la seconde option.


Les deux hommes entamèrent donc une énième marche discrète, utilisant leurs talents pour naviguer avec aise dans de grands couloirs blancs bien éclairés. L'esthétique de la base était étrangement... propre et pure, nullement propre a l'apparence normalement médiévale de St Dumas. Même avec Batman, une sorte de malaise s'emparait de l'esprit de Jean-Paul, comme l'espèce de peur primaire que l'on ressent devant un gouffre ou un animal dangereux.


Dehors, les cris et les tirs résonnaient... mais les arbres semblaient s'affaisser, quoi que les explosions résonnaient aussi sur le champ de bataille. Le bruit dehors était insoutenable, une véritable zone de guerre frappait la forêt, et ils allaient bientôt la rejoindre, vu que l'animal dehors semblait incapable d'être arrêté par la petite armée.


Il repensa a Lihly, levant brièvement la tête.


Elle est grande avec des cheveux bruns et des yeux bleus, elle m'a donné l'outil qui m'a permis de finalement dénicher tout ça, et c'est elle qui m'a attirée vers San Francisco. Elle est... un peu étrange je l'admet, mais pour l'instant, on dirait qu'elle avait raison.

Des bruits de pas se firent soudainement entendre au fond du couloir, Jean-Paul se collant promptement dans un coin. Après quelques instants, trois figures firent leurs entrées, la première était une femme, dressée dans une capuche qui faisait sans doute deux fois la taille de sa tête, au point où Azrael put deviner qu'il s'agissait de Lihly.


Deux Azraels l'entouraient. En contraste avec l'armure pratique de Jean-Paul, ils avaient deux armures massives, avec de grandes "ailes" au design intimidant. Leurs tenues portaient des différences notables toutefois, étant marqués avec de grandes ailes jaunes sur le torso, avec des casques carrés similaires à celui des chevaliers d'avant. Ils marchaient avec confidence, du feu se dégageant hors de leurs griffes, leurs mains gauches posées sur le pommeau des claymores massives.


Ils se déplaçaient rapidement. Jean-Paul tenta brièvement d'utiliser ses lèves pour commander Bruce silencieusement mais, réalisant qu'il avait un masque, se contenta d'indiquer les deux Azraels avant d'effecter un coup de pouce vers le bas, avant de pointer le pouce en observant Lihly. 


Après quelques secondes tenses, Azrael bondit en avant et plaça son Azrael directement dans une prise, plaçant un coup sur le bas du cou pour l'assommer en un instant, utilisant sa force déjà surhumaine pour passer au travers de l'armure et de la peau plus durable de son "collègue". Ne restait que l'autre Azrael, en espérant que Bruce était toujours aussi rapide qu'avant !
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 918
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mar 10 Avr 2018 - 9:46
Jean-Paul transmet à Bruce les informations qu’il a demandées, et dont il a besoin.
Il les enregistre, et va de l’avant.

Il intègre, clairement, le fonctionnement étrange et vicié des Ordres, et cela raffermit sa volonté de faire tomber ces organisations malades. Il acte, aussi, quels équipements il pourra trouver sur ceux qu’il va devoir affronter, et se félicite encore d’avoir amené sa combinaison – difficile à manier, mais massive et puissante.


« Les Azraels sont de formidables adversaires, en effet. Et j’ai conscience de leur extrême dangerosité. »

Evoluant toujours discrètement, le Chevalier Noir sacrifie néanmoins une seconde pour se tourner vers Valley – et lui adresse un strict hochement de tête.

« Mais, dans un combat entre eux et nous, ce n’est pas notre camp qui doit avoir peur. »

La réplique est facile, mais elle a l’avantage de remotiver.
Il acquiesce, quand son camarade suit sa proposition – et tous deux s’enfoncent dans les couloirs de la base.
Silencieux, efficaces, ils notent plusieurs éléments de décor, et Bruce acte également les informations sur Lihly ; ils finissent, d’ailleurs, par rencontrer la jeune femme, selon les indications muettes de Jean-Paul, mais deux gardes l’entourent. Pour l’instant.

Avec un signe clair, Bruce acquiesce au plan de Valley… et l’enfer se déchaîne, alors.
Pour les deux Azraels.

Le premier est agressé par Jean-Paul, et le second perd une seconde en découvrant que son camarade est attaqué ; une seconde de trop.
Si le Batman ne dispose pas de la force surhumaine de son allié, il a l’expérience, la pratique – et le talent. Il ne lui faut qu’un instant pour rejoindre sa cible, et seuls deux coups pour le faire chuter, râlant de douleur ; avec des muscles incapables de bouger, et qu’aucun médecin oriental ne pourra soigner.


« Gère-la. Et trouve les ordinateurs. »

Le ton est froid, sec ; mais pas agressif.
La situation est difficile, elle demande une réaction difficile.

Rapidement, Bruce jette plusieurs coups d’œil autour de lui, attentif – mais ne peut, évidemment, prévoir l’explosion du toit au-dessus d’eux.
Reculant sous les gravats, repoussant Lihly et Valley, il découvre alors une silhouette qui descend des hauteurs…

… celle de Michael Lane, en tenue d’Azrael et prêt au combat !

« Partez. »

Bruce se reprend, et serre les poings.
Il prend une grande inspiration, et se concentre.


« Je gère. »

Il est loin d’être aussi confiant.
Mais il est hors de question de laisser quelqu’un d’autre s’occuper de cet autre Azrael.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mar 10 Avr 2018 - 20:12
Il ne se doutait pas que Batman réussisse à assommer l'autre Azrael. En dépit de ses capacités surhumaines et son entraînement, Jean-Paul pensait qu'il perdrait dans un combat direct avec Bruce, qui possédait des talents supérieurs dans les arts martiaux et autres styles de joutes, et qui avait de l'expérience avec le mal superhumain en tout genre, lui permettant de défaire bien des opponents avec des avantages physiques gigantesques.


Il ne saurait répéter la raison derrière la présence de Bruce dans la base. Batman était doué, riche et fort. Il était un allié précieux dans toutes les situations possibles, surtout une aussi dérangeante que St Dumas. Et Azrael voulait qu'il observe la chute de l'organisation de ses propres yeux, lui qui s'était arrangé pour financer la lutte désespérée de Jean-Paul contre le crime. Il aurait aussi emmené Hangman mais c'était plutôt compliqué.


L'Azrael secondaire s'écroula aux pieds des héros et de la soeur, et le silence s'installa, quoi qu'il n'appréciait pas. Tout apaisement dans une situation pareille est illusoire et est suivi par une nouvelle vague de violence. Lihly est bien la seule qui n'est pas inquiète, se contentant de sourire derrière sa capuche. C'est un peu inquiétant, quoi qu'elle semblait juste... étrange comme personne en général. Batman lui ordonna de la gérer, profitant des derniers moments de paix pour se faire.


Car, en un instant, Lane surgit hors du plafond, l'épée et l'armure couvert d'un sang qui n'était pas le sien. Ses yeux vides se fixèrent brièvement sur Batman, puis sur Jean-Paul, qui avait couvert Lihly avec son corps après avoir été repoussé par Bruce. Ses yeux... s'éveillèrent derrière le masque, révélant une colère terrifiante.


Allumant son épée enflammée de nouveau, Lane voulut se lancer mais fut coincé par Batman, qui leur intima de partir. Jean-Paul connaissait Bruce assez pour savoir qu'il n'était pas aussi confiant qu'il n'en avait l'air... mais dans une base pareille, il serait bête d'attirer potentiellement des ennemis alors que la clé de la défaite de St Dumas se trouvait tout près d'eux. Hésitant, Jean-Paul ordonna à Lihly de filer et se tourna vers Bruce.


Je reviens dès que possible, Batman, promis !


Et lui aussi fila, sa vitesse rattrapant facilement Lihly, qui semblait concentrée sur le couloir devant elle. En dépit de la situation actuelle, son expression ne changeait pas ou à peine.


Le Batman saura vaincre Lane ou le retenir. S'il meurt, il mourra pour une cause juste.


Il gagnera... mais en attendant, tu sais où se trouve la salle non ?


Bien sûr. Je t'ai caché cette information afin de me rendre indispensable. Je veux assister à la chute de St-Dumas de mes propres yeux, au lieu de te laisser faire.

Très bien mais je peux au moins savoir ton histoire ? D'où est-ce que tu viens ? Pourquoi veux tu détruire l'Ordre à l'opposé des autres Soeurs ?

Etouffe moi, vite.


Jean-Paul écarquilla les yeux.


Si jamais on se fait attraper et que j'ai besoin de garder ma couverture. Du point de vue de l'Ordre, je ne suis qu'une simple Soeur qui s'est fait enlevée par un vil traître. Bien sûr, pas pour de vrai.


Tu me donnes toutes les raisons de ne pas te croire, là. Je sais qu'on peut avoir des fétiches étranges mais là....


Il fit mine de poser sa main sur son cou, sans presser. En passant, il remarqua que les couloirs n'avaient pas de caméras et qu'il y'avait un manque étrange de... personnel. Personne ne semblait dedans, pas même d'autres Azraels, il put aussi apercevoir des salles de gyms (via des vitres) ou des portes, mais ce n'était nullement important.


Au bout d'un instant, le groupe atteignit une sorte de porte composée d'un métal inconnu, que Lihly entreprit d'ouvrir via une reconnaissance faciale, révélant un long couloir rouge et noir, menant vers une autre porte. Au début confiante, Lihly prit soudainement une expression terrorisée quand elle se rendit compte que des bruits de pas résonnaient dans les couloirs, beaucoup trop calmes pour que ce soit Bruce ou Lane.


Un peu inquiet, il se contenta de garder sa patte sur le cou de Lihly, une ombre immense s'étalant grâce à la lumière du couloir, révélant une figure blanche, avec une grande cape dorée et une armure blanche marqués d'écussons elles aussi dorée. Un grand chapeau blanc marqué de symboles jaunes trônait sur son crâne, recouvert par un masque d'acier qui dissimulait son visage derrière une sorte de grimace, les ténèbres dissimulant les yeux de l'individu.


Le "Pape".


Et ainsi, le mouton perdu revient dans le troupeau. Mais ses intentions sont distordues et manipulées. Il pense mener le troupeau vers la sécurité, mais il les conduit seulement dans la geule du Loup.


Azrael fit un signe de tête, la voix lui paraissant étrangement proche de quelque chose. Mais l'individu avait un timbre de voix manipulé par le casque, qui donnait l'impression que deux personnes parlaient en même temps, l'un de façon douce, l'autre de façon ferme et colérique. Le faux Pape se pressa droit devant le duo, levant la main pour fermer la porte menant aux ordinateurs d'un seul geste, sans même toucher le métal.

Tu as même attiré le loup et un autre mouton dans le troupeau. Mais ce n'est pas grave. Je vois là une occasion divine de vous enseigner tout les trois les virtues de St Dumas. Vous ferez de puissants agents de la Justice.


Batman ne marchera jamais dans ton piège, espèce de fou furieux ! Et moi non plus ! Ta folie se termine pour de bon ici !


Azrael s'empara de ses deux lames, mais un spasme de douleur s'empara de sa tête, le jetant au sol sous le regard calme mais légèrement horrifié de Lihly. Le pape marmonnait des mots mais il ne pouvait guère les entendre, vu qu'une déflagration sonore était occupée à exploser ses oreilles. Il sentait que l'intérieur de corps se liquéfiait sous l'influence du bruit. Il ne sut même pas s'il était capable de hurler, son corps paraissait incapable de répondre.


Il afficha un effort héroïque pour résister mais l'effet le mit finalement à genoux, dans un état second. Lihly fondit en larmes, mais elle ne paraissait nullement affectée par le bruit, et s'était probablement servie de ses talents en matière d'actrice pour simuler la tristesse véritable. Le pape plaça sa main sur l'épaule, révélant qu'elle était faite de métal.


Ne ploie pas sous le désespoir, mon enfant. C'est pour son bien.

Comme s'ils étaient sortis de son nom, quelques autres Azraels s'approchèrent, s'emparant de la tête de Jean-Paul pour le tirer vers le lieu de la bataille, le pape prenant les devants, une soeur Lihly hésitante marchant derrière lui.


Tout marche comme Dieu le veut.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 918
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mer 11 Avr 2018 - 8:28
Batman fait face à Michael Lane.
Aucun mot n’est échangé.
Mais une tension absolue s’installe.

Figé, calme, les pieds enfoncés dans le sol, le Chevalier Noir maintient les poings serrés et respire ; calmement.
Son regard est fixé sur l’autre, qui fait de même et ne bouge pas ; ils se jaugent. Ce n’est pas la première fois.

Des années plus tôt, Michael Lane a perdu sa famille de la faute de déments satanistes ; le policier intègre et bon a alors basculé, devenant la proie parfaite du Docteur Simon Hurt, maléfique agent du chaos qui envisageait de s’en prendre au Batman, du fait de sa haine de la famille Wayne.
Michael Lane est alors devenu un des trois Batmen préparés par une faction occulte du G.C.P.D. afin de le remplacer ; tous ont perdu l’esprit, mais Lane était le Bat-Diable, le pire de tous.

Il a, néanmoins, pu s’échapper de l’influence de Hurt – et est devenu Azrael, épousant sa foi pour faire au mieux ; et bénéficiant de l’appui de Dick Grayson, même si Bruce a longtemps continué de se méfie de lui.
En voyant ce que Lane est devenu, la boule de haine qui se présente devant lui, il se rend compte qu’il avait raison. Hélas.


« Va. »

Sa voix est calme, posée.
Jean-Paul et Lihly s’enfuient, mais il n’a aucun regard pour eux.


« Je m’occupe de lui. »

« Non. »

L’Azrael blanc parle, pour la première fois, et sa voix roule comme le tonnerre.

« Tu ne t’occupes de rien, ici. »

Le Chevalier Noir se crispe et serre les poings.
Cela ne va pas être agréable.


**
*
**

Plus tard.
Jean-Paul et Lihly ont fui – mais rencontré le Pape ; des mots ont été échangés.
Et Valley est tombé.
Avant d’être, maintenant, guidé par plusieurs Azraels et Lihly, comme un colis maltraité.

Et alors que la trouble, l’assemblée débouche dans une église, dans un chœur rempli de symboles religieux et de statues d’anciens agents de l’Ordre… une forme émerge des ombres ; une forme qui jette autre chose, qui vient s’écrouler devant Jean-Paul…

… et qui se révèle être le Batman, vaincu et blessé.

« Ceci est une offrande. »

La silhouette initiale se découpe des ombres et se révèle…
… comme Michael Lane – étonnamment calme, serein et même soumis au Pape !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mer 11 Avr 2018 - 19:37
Jean-Paul se sentait coincé dans son propre esprit, comme ce film d'horreur qu'il avait vu récemment. Il se sentait plongé dans des abysses venues de son propre mental alors que son corps était immobilisé et à la merci des pires individus de la planète. Pour Azrael, qui s'était toujours senti emprisonné par son destin, perdre également le support de son corps était humiliant et terrifiant.


Lihly elle-même semblait légèrement stressée, ses muscles corporels bougeant de façon quasiment indétectable de temps à autres pour révéler une peur intense. Elle était coincée entre plusieurs ennemis et le seul combattant encore valable, Batman, était déjà coincé en combat singulier et allait bientôt être flanqué par les religieux. Pendant un instant, elle avait cru être capable d'accomplir un rêve et de détruire l'organisation qui faisait ployer le monde pendant si longtemps.


Mais rapidement, le rêve redevint une simple illusion, le Pape avait dissimulé des secrets et foncer tête baissée dans la geule du loup s'était finalement révélée être une erreur affreuse. Jean-Paul aurait dû emmener plus de monde ou ne pas laisser Batman seul. S'il mourrait, ce serait sa faute et il aurait une seconde fois échoué à Bruce. L'impuissance totale de la situation le ferait pleurer s'il était capable de le faire.


Arrivant pile dans l'église principale de l'Ordre, Lihly, Jean-Paul et mêmes les Azraels laissent échapper un gasp surpris, le Pape, lui, resta droit, sans manifester le moindre signe de surprise de façon vocale ou via les gestes. Au contraire, il applaudit promptement, ses deux mains métalliques s'entrechoquant rapidement. Rapidement, les Azraels et Lihly firent de même, dans une sorte de coordination horrifiante.


A sa grande horreur, Jean-Paul fit de même, se mettant debout pour applaudir également, des protestations s'échappant hors de sa bouche avec rapidité. 


St Dumas me parle du plan de Dieu. Il m'a dit comment deux moutons et un loup prévoyaient de rejoindre le troupeau, mais il me dit aussi de ne pas ployer au désespoir. La chauve-souris est tombée et son triomphant vainqueur est préparé à rejoindre l'Ordre avec cette offrande, avec le Mouton perdu, pour continuer notre mission éternelle.


Lihly s'avança vers le corps de Batman, curieuse, mais ne fit rien pour s'approcher, craignant que, dans un dernier effort de puissance pure, la chauve-souris ne bondisse pour la terrasser.


Messire... des soldats et des Azraels ont été tués par cet homme, il voulait votre mort !


Bien. Ils sont morts pour une cause juste, au lieu de décrépir dans l'ignorance du Seigneur. Le gouvernement du pays réparera cet endroit pour nous, comme il a sacrifié ses fils. Je vais maintenant quémander la parole Divine à St-Dumas, emmenez l'enfant perdu dans la salle, afin de compléter sa destinée. Nous emporteront la chauve-souris pour l'éduquer, un homme de ce talent doit être sauvé de sa vision néfaste.


Pour toi, grand agent de St Dumas. Je ne doute guère de tes talents ou de ta servitude. Tu vaux mieux que les agents pourfendus par ta main. Lihly te guidera avec le reste des soeurs.


Si le Pape paraissait fort bavard dans ses mérites, il était plus intelligent et prudent que son fanatisme ne le laissait penser, ne s'approchant guère de Lane et restant dans sa masse d'Azrael pour éviter toute traîtrise soudaine. Il était suspicieux, c'était évident. 


Des Soeurs apparurent promptement, déguisées dans des vêtements qui masquaient leurs corps sous des robes noires épaisses. Certaines étaient hautes comme trois pommes et assez jeune pour l'école primaire, d'autres étaient marqués par les âges. Toutes avaient le même regard froid et mort, accompagnant le Pape pour quitter la salle.


Je n'aurais pas besoin de beaucoup de temps, mes enfants. 


Et il disparut, le chant des soeurs se dispersant avec le temps, révélant que la base était plus large que prévue. Son départ accompagna l'éveil brutal de Jean-Paul, ce dernier s'agitant dans tout les sens pour tenter de se libérer.


JE VAIS TOUS VOUS TUER ! BANDE DE SALOPARDS FANATIQUES ! TRAÎTRES ! JE VAIS NOYER CET ENFOIRE DANS VOTRE SANG ! 


Les Azraels restèrent silencieux alors que Lihly entreprit de se coller derrière Batman, semblait apeurée en dépit de sa poker face habituelle. Un Azrael se posa pour tenter de le retenir, mais la force de Jean-Paul était suffisant pour qu'il manque de se libérer, et il fallut rapidement plus d'Azraels pour le contenir. Il déployait une force qui ferait voler tout un gang d'hommes, mais malheureusement, les soldats de Dumas possédaient leurs propres capacités surhumaines.


Et il fut donc traîné en dehors, hurlant des menaces de morts et insultes au groupe. Laissant lihly seule avec Batman et Lane.


Le... le Pape va te tuer, tu le sais ? Espèce de maniaque !
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 918
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 12 Avr 2018 - 8:50
L’Ordre de Saint-Dumas a la main.
Ayant réussi à briser Jean-Paul Valley, à vaincre le Batman, et surtout à prendre le contrôle de Michael Lane, sans raison apparente, le Pape profite de sa victoire ; et en fait beaucoup, pour cela.

Véritable fanatique, rongé par sa foi abominable, il manipule les masses et ses ouailles, rendues complètement démentes par leur cheminement psychologique ; c’en est impressionnant, et terrifiant.
Surtout parce que personne ne semble pouvoir l’empêcher d’agir.

Alors que plusieurs paroles sont échangées, que des Azraels arrivent, accompagnés également d’étranges femmes en robe noire, Jean-Paul retrouve une forme d’autonomie mais est exfiltré avec Lihly, qui tente de le raisonner.
En vain, bien sûr.
Mais tout espoir n’est pas forcément mort.


« Le Pape ne tuera personne. »

Une voix s’élève dans l’étrange atmosphère qui s’est installée dans cette église impie, dès le départ du Pape et de ses sbires.
Une voix qui fige entièrement les Azraels, mais Lihly aussi.
La voix de Michael Lane.


« Je tuerais le Pape. »

L’ancien policier récupère son épée – et la lève, pour se préparer à frapper Lihly avec, via une force qui semble pouvoir la briser en deux.
Mais cela n’arrivera pas.
Car le bras de Michael Lane est stoppé par une poigne puissante ; celle du Batman.


« J’avais été clair. »

Lentement, Michael se tourne vers le Chevalier Noir, qui s’est relevé, redressé et semble en parfait état, prêt à tout.

« Pas de meurtre. »

« Hrm. Nous verrons. »

Bruce lâche Lane, qui abandonne la course de son bras – mais gifle, violemment, Lihly.
A quelques mètres, la porte séparant le couloir de l’église n’a pas été refermée, et les Azraels bondissent vers eux ; mais si l’Azrael blanc se précipite vers ses ennemis, le Batman patiente un peu… juste quelques secondes.
Juste le temps d’appuyer sur un bouton de son costume – et de faire cesser l’illusion des blessures, retrouvant sa vraie forme ; retrouvant un corps sans marque, sans plaie, en pleine possession de ses moyens.


« Azrael. Une alliance temporaire a été forgée avec ton… successeur, ou cousin ; qu’importe. Michael Lane est rongé par un élément similaire au Système, qui le pousse à tuer le Pape – mais il peut encore réfléchir, et nous avons convenu de nous unir, le temps de remonter jusqu’au Pape. »

Le Chevalier Noir récupère trois Batarangs, puis les envoient sur trois Azraels ; les projectiles explosent, mais provoquent aussi des chocs électriques puissants. Que personne, même ces surhumains, ne peuvent supporter.
Autour de lui, Michael Lane se débarrasse des autres et, très vite, ne restent debout que Jean-Paul, l’ancien policier, Bruce… et Lihly, qui se redresse.
Avant de voir Bruce se planter devant lui.


« Où est le Pape ? Parle. »

Son ton ne souffre aucune contestation.
Le plan fonctionne.
Il est temps de passer à la prochaine étape.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 13 Avr 2018 - 20:54
Les mots de Lihly tenaient de la colère de la situation. C'était le genre de mots crachés comme du venin sous l'effet de l'émotion et inévitablement regretté. Lihly savait qu'elle venait de commettre une erreur, et tout ce qu'elle pouvait faire, c'était étudier les choix de sa vie. Ce qui l'avait poussé à finir dans une église interdite avec des ninjas templiers et pourquoi elle venait d'irriter le ninja templier le plus costaud de tous.


Lihly entreprit d'offrir une façade brave en constatant que Lane s'approchait, exprimant son désir de pourfendre le pape. Mais devant la mort, seul les plus braves restent composés. Criant de désespoir, la Soeur est surprise de voir l'épée de la justice interrompue par le seul et unique Batman. Lui intimant de ne pas la tuer, la femme est ensuite sommairement assommée avec une baffe épique, avant de s'occuper rapidement des Azraels.


L'hologramme avancé de Bruce dissipé, il ne restait plus qu'a admirer le retournement de situation éclair.  Une fois levé, Jean-Paul constata que ses mouvements lui étaient revenus, quoi qu'il se sentait légèrement plus... lent, il bougeait et sentait qu'il se déplaçait seulement après quelques secondes. Le... "lag" devenait de moins en moins gênant mais restait en soi fortement déroutant, même pour quelqu'un comme lui.


Récupérant ses esprits, le jeune homme attendit les explications de Lihly, qui avait un gros bleu sur sa joue. Il ne savait pas si elle le méritait, où même comment Batman pouvait supporter une violence pareille. L'alliance entre les trois hommes risquait d'être très temporaire, surtout parce que Lane avait le sang de beaucoup d'innocents sur la main, soldats ou non.


En fait, Jean-Paul se demandait s'il ne devrait pas simplement planter ses deux lames dans l'épée de Lane et le voir agoniser, comme il avait du, lui aussi, observer les morts d'innocents de ses yeux froids et dénués d'empathie.


Le Pape est près des ordinateurs, dans ses quartiers, c'est la porte dorée. Sa salle à accès aux autres salles de la base mais la porte dorée est le moyen le plus simple ! En revanche, il faut son propre ADN pour passer !


Jean-Paul hocha la tête et partit, faisant signe à Lihly de suivre. Elle risquait de mourir si elle restait ici, vu qu'un maniaque en puissance pourrait juste passer et la tuer. L'emporter directement dans le conflit n"était également pas sûr en soi, mais elle serait entourée d'alliés puissants, au lieu d'être laissée seul à sortir, dans une base sans doute couverte de corps.


Le quator s'avança, et Jean-Paul prit la peine de se poser près de Batman, l'air casuel alors qu'ils voyageaient dans les couloirs blancs de la base. Toutefois, plus le temps passait, plus la base... grandissait. Les lignes de lumières devenaient dorées, les croix gisaient sur des murs et de glorieuses peintures de St Dumas, massacrant les hordes stéréotypés d'infidèles, trônaient fièrement sur les murs.


Je sais que tu prévois toujours tout en avance, mais ce mec est un vrai psychopathe. On va pas le laisser libre après ce qu'il a fait. 


C'était un peu connu : quand Batman fait quelque chose, c'est toujours bon. Il a sans aucun doute un plan de secours. Mais Valley n'aime guère observer son successeur, son style brutal lui rappelant beaucoup trop le Batman qu'il avait autrefois été. Il était sûr que quelqu'un de bon vivait sous le masque de Lane, lui qui vivait aussi sous l'esclavage mental de St Dumas... mais il avait assez de mémoire pour se rappeler instantanément du nom et visage de ses victimes, sur l'ordinateur.


Mais le temps du calme et des explications venait de prendre fin : l'une des Soeurs marchait le long du couloir, de toute évidence l'une des plus jeunes. Son visage était dur à apercevoir, la faute à une capuche dérisoirement grande, mais elle était clairement beaucoup trop jeune pour que l'attaquer soit acceptable, et également beaucoup trop jeune pour rejoindre un ordre pareil. Elle portait une petite croix, murmurant des incantations en latin.


La fille leva ses grands yeux vers le quator et son sourire disparut en un instant, remplacé par de la peur. Jean-Paul s'avança, levant les mains. Pas question de laisser l'autre brute gérer l'affaire. Lihly voulut dire quelque chose, mais ses protestations furent noyées sous le cri de rage soudain de la jeune fille. Sortant un couteau hors de la croix, la jeune tueuse bondit vers le groupe, hurlant des insultes en Français, avant d'être promptement arrêté par Jean-Paul, qui plaça seulement sa main sur son crâne, son armure résistant aux coups de couteau de la fille.


Levant la main, il fit une mince tape sur son front, utilisant une technique avancée pour assommer la fille, Lihly se chargeant de la récupérer. Soupirant, Jean-Paul ne fut pas surpris de voir le groupe entier de Soeurs se ramener en un instant, des sourires factices affichés sur leurs visages d'âges variées. La chef, une vieille femme, s'avança en avant, bras tendus.


Lihly, Lihly, n'as tu pas appris ce qui arrive aux traîtres et aux intrus ? 


Jean-Paul n'aurait jamais cru voir l'action suivante : La grand-mère sortit un lance-flamme.


C'était l'endroit le plus bizarre qu'il avait jamais vu, et alors que la mère grand entreprit de déchaîner un enfer enflammé, Jean-Paul bondit pour protéger Lihly et la fille avec sa cape, utilisant son armure pour encaisser le choc, en espérant que Lane saura prendre l'offensive !
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 918
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Lun 16 Avr 2018 - 8:51
La tension est extrême.
Alors que l’Ordre de Saint-Dumas pensait avoir entièrement réussi, être parvenu à gérer parfaitement la situation, le retournement opéré par Michael Lane et le Batman met fin à leurs espoirs ; et précipite rapidement les nombreux agents de l’Ordre au sol – dont Lihly, giflée brutalement par l’Azrael blanc.

S’ils patientent le temps nécessaire pour la jeune femme de se remettre, le Chevalier Noir lance un regard équivoque à l’ancien policier ; cela ne sera toléré qu’une seule fois. Et cette seule et unique brutalité sera châtiée, à la fin de cette mission.
Cependant, ce moment tendu est stoppé par Lihly, qui s’explique enfin… et annonce la localisation du Pape, et les moyens de le rejoindre.


« Merci. »

La réplique est lente, calme ; mais sincère.
Jean-Paul Valley fait signe à la jeune femme de les suivre, et Bruce accepte cette proposition silencieuse ; il est, en effet, mieux de l’avoir avec eux. Mais pas forcément pour les mêmes raisons.

Ils marchent, donc.
Le quatuor avance dans les arcanes intérieurs de la base troyenne, prenant soin de vérifier chaque virage, chaque zone sombre ; ils sont sur leurs gardes, et ils ont raison.
Cependant, alors qu’ils approchent, Azrael vient se placer à proximité du Batman – et lui glissent quelques mots, pour signifier une inquiétude que Bruce avait déjà saisi.


« Michael Lane est un homme brisé, qui a été manipulé par bien trop de forces et qui a tenté de se rattacher à sa foi pour tenir ; une erreur. »

Sa voix est lente, posée ; discrète, mais claire.

« Il est autant une victime que ceux qu’il tue ; mais il est autant un bourreau que ceux qui se sont acharnés sur lui. »

Lentement, Bruce tourne son visage vers Jean-Paul, et hoche la tête.
Le message est clair : Lane ne s’en sortira pas ; pas après tout ce qu’il a fait.

Néanmoins, ces pensées s’évaporent quand le quatuor aperçoit une jeune femme à capuche… dont l’attitude change diamétralement en les apercevant.
Si une seconde d’hésitation s’écoule, elle disparaît rapidement – car la Sœur se précipite sur eux, enragée et menaçante ; Jean-Paul parvient à la stopper, mais un groupe entier de Sœurs apparaît également et se place en demi-cercle.

Position offensive.
Cela va mal tourner, pense Bruce – qui obtient rapidement confirmation, avec l’utilisation d’un lance-flammes par la plus vieille femme. Les apparences sont trompeuses.


« Derrière moi. »

D’une voix calme, le Batman appelle à la concentration – et se place devant Lihly. Levant sa cape, il la protège du feu, grâce à sa combinaison ignifugée ; cependant, il est incapable de combattre ainsi, et se refuse à utiliser son matériel. Le risque d’explosion est bien trop grand.
Heureusement, il n’est pas seul ; malheureusement, il est accompagné de Lane.

L’Azrael blanc bondit, ainsi, et abat violemment ses lames sur les ennemies.
Uniquement le flanc, cependant.
L’ancien policier, en effet, ne frappe pas avec le tranchant, et suit les ordres du Chevalier Noir ; pour l’instant. Car s’il a des réussites, car s’il parvient à en assommer certaines, son avancée devient difficile… et les agressions nombreuses.

Michael s’énerve, donc. Et ses coups deviennent plus durs, plus violents.
La crainte de le voir craquer est réelle ; et le lance-flammes continue de cracher son feu infernal.
Le pire risque d’intervenir… et Bruce ne peut rien y faire, pour l’instant !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mar 17 Avr 2018 - 11:54
Il savait bien que Lane souffrait des effets du Système, tout autant que Jean-Paul. Lui aussi avait autrefois été dans une situation similaire que Lane, comme une sorte de fantôme errant dans les méandres du monde criminel, utilisant la violence excessive pour régler ses problèmes et apporter la justice aux malfaiteurs. Il avait de la sympathie pour l'homme, il serait bête d'oublier qu'il était une victime.


Mais même à son pire, alors qu'il venait de transformer son armure en une sorte de mini tank pour briser le crime, il n'avait jamais tué qu'une personne. Et s'il regrettait le meurtre en tant que héros, ayant échoué à sauver un homme, criminel ou non, Abattoir était quelqu'un qui aurait mérité une fin encore plus douloureuse. Il n'était qu'un criminel comme les autres dans une ville malade mais il préférait encore les excentricités du Pingouin ou d'autres villains dans le genre.


Lane, lui, avait pourfendu plusieurs innocents. Ses actions étaient guidés par un contrôle mental cruel, mais il devrait éventuellement payer pour ses crimes. Après, il ne faudrait pas l'emporter à Arkham, cet endroit maudit n'était bon pour les nerfs de personne et il ne voudrait pas que Bruce ait à s'occuper de Lane au cours d'une énième évasion collective et brutale.


Valley fait un signe de tête, comme en remerciement envers Bruce, et se retrouve ensuite confrontée à la grand-mère au lance flamme, plaçant Lihly et la fille derrière Batman et laissant Lane attaquer les Soeurs. La plupart sont adultes et athlétiques, ce qui signifie qu'elles peuvent survivre aux coups, mais il ne peut s'empêcher de grimacer quand les plus jeunes ou les plus vieilles sont envoyées au sol, quoi qu'elles attaquent toutes avec la même ferveur.


Avançant devant la grand-mère, Valley constate qu'elle semble utiliser une arme avancée, n'ayant pas besoin de l'équipement habituel du lance-flamme, comme un réservoir. Sentant qu'il était à la limite de ses capacités d'absorption, il faut un effort suprême à Valley pour désarmer la grand-mère, s'emparant de l'arme pour la pointer vers le mur plus éloigné, une grande marque sombre apparaissant sur le dit mur, quoi que le couloir était déjà assez endommagé comme ça par l'utilisation de l'arme.


Désactivant l'appareil, un Jean-Paul tout fumant n'eut besoin que d'une pichenette pour assommer la grand-mère, l'armure quelque peu endommagée par le feu, mais c'était mieux que d'être réduit en cendres. Bondissant, il en profita pour éliminer le reste des soeurs, utilisant des méthodes variées selon les opposantes. Valley ne croyait pas vraiment au principe de se retenir contre des femmes, surtout quand elles essayent de vous poignarder, mais il utilisait des méthodes beaucoup moins fortes contre les soeurs plus fragiles.


Il ne fallut que quelques secondes pour débarrasser le couloir des ennemies, Jean-Paul prit toutefois l'occasion de vérifier, afin d'éviter qu'une ne fasse l'erreur de se relever... et pour voir si l'autre brute n'avait pas écrasé la gorge d'une des femmes par accident. Une fois réglé, le quator se remit en routes, Jean-Paul contemplant brièvement sa tenue abîmée.


Il y'a un autre groupe sur le chemin ? Des moines avec des lance roquettes ? 


Il a des gardes du corps avec lui en général, ils se cachent très bien... mais le chemin vers la porte devrait être libre pour l'instant.


Effectivement, la base était vide pour l'instant, l'alarme résonnant en boucle en arrière-plan. Pour une organisation aussi puissante, la sécurité était étrangement facile. Il s'attendait à un piège à chaque coin, et pointa le doigt vers la porte dorée, qui contrastait avec le reste de la base : elle semblait appartenir à une église, non pas à un QG avancé au plan technologique.


La porte était grande, avec une gravure de St Dumas sur une montagne de corps représentant divers ennemis au cours des siècles. Des cadavres équipés d'uniforms et d'armers variés gisaient aux pieds de Dumas, qui avait l'épée ensanglantée avec le cadavre frais d'un soviétique stéréotypé. Sa main gantée était agrippée au cou d'un homme en cagoule, le terroriste s'agitant futilement dans la poigne de fer du saint, le sang surgissant en dehors de sa bouche et de ses yeux.


Le message était, sans doute, la victoire de St Dumas sur ses ennemis au cours des siècles. C'était bien fait, en dépit de l'horreur de l'image. Le panel blanc à côté de la porte, marqué d'un petit écran, contrastait assez sévèrement avec le lieu.


Du coup, il faut son ADN pour passer ?


Oui.


Je vais voir si je peux faire quelque chose, j'ai de l'expérience avec les machines.


S'approchant de la machine, Valley entreprit de vérifier un peu l'outil, ne pressant pas de suite sa main sur l'objet, au cas où.


Dis-nous, le Pape, est-ce qu'il a des capacités combatives ?


Je ne l'ai jamais vu se battre, il s'entraîne pour garder un corps sain mais... je ne sais pas ce qu'il peut faire. Il y'a le problème de ce spectre qu'il peut utiliser.


Tu ne semblais pas affectée. Je pense que c'est une arme qui influence le Système ou alors... ça émet un son spécial. Pour des oreilles humaines, c'est impossible à entendre, mais pour nos sens améliorés, le bruit est insupportablement bruyant, et nous met à nos genoux. Si c'est la première option, Batman, il va falloir que tu te mesures à lui.


Jean-Paul pressa la main sur l'écran par accident en se relevant et, d'un coup, le dit écran s'illumina d'une couleur verte, le mécanisme s'ouvrant lentement sous le regard du groupe.


ADN CONFORME. JE VOUS ACCUEILLE DANS LE DOMAINE DIVIN, LUDOVIC.




Jean-Paul se tourna vers la machine, ignorant le chemin sombre, seulement illuminé par des rangées de bougie, qui se dressait devant eux, avec un simple tapis rouge pour mener vers les ténèbres. Lihly se mordit seulement les lèvres, l'air inquiète.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 918
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Mar 17 Avr 2018 - 14:52
Batman continue de protéger Lihly, avec sa cape et son costume ; mais la pression devient difficile à supporter, et la Sœur âgée s’acharne avec son lance-flammes.
Heureusement, Jean-Paul veille.

Ce dernier, en effet, taille son chemin au milieu des nonnes criminelles, et parvient à rejoindre l’ennemie. Via beaucoup d’efforts et d’acharnement, Valley parvient à la bloquer, à la stopper et à la désarmer – et il peut, alors, remercier son entraînement, mais aussi son équipement ; ce dernier fume, littéralement, devant la chaleur relâchée, et la vieille femme s’écroule, brisée. Mais vivante.

Les autres Sœurs sont également vaincues… et épargnées.
Michael Lane a su prendre sur lui ; heureusement.


« Ce fut… désagréable. »

La voix de l’ancien policier est rauque. Bruce acquiesce lentement, puis relâche Lihly et la fait se placer devant lui ; hors de question de faire confiance.

« Moins que ce que nous préparons à leur maître. »

Un petit signe, et ils reprennent leur marche.
Azrael interroge Lihly, quelques réponses sont données mais la prudence demeure de mise. Bruce est constamment sur ses gardes, autant pour se méfier de l’environnement, que de Lihly… et pour contrôler Lane, aussi.
A chaque instant, le pire peut intervenir ; à chaque instant, tout peut éclater.

L’alarme continue de sonner, et ils avancent. Jusqu’à parvenir à une porte, immense, bénéficiant d’une gravure de Saint-Dumas qui crispe, de suite, l’ancien policier ; mais ce dernier se maîtrise. Heureusement.

Quelques échanges entre Jean-Paul et Lihly sur l’accès à la pièce derrière ; Bruce suit, mais préfère faire confiance à Valley. Il demeure informaticien, après tout – et lui doit surveiller Michael, qui ne cesse d’être de plus en plus nerveux.
Alors qu’il manœuvre, Azrael interroge encore Lihly sur leur ennemi… mais elle ne sait leur répondre ; et, surtout, bien autre chose occupe leurs pensées.


« Hrm. »

« Entrons. »

Sentant la tension monter chez Lane, Bruce s’avance et invite les autres à sa suite.
Ils entrent, donc.


« Bien… joué, Azrael. »

Il adresse un signe de tête à Jean-Paul – qu’il sait être encore sensible, et en proie aux ombres du Système. Si Michael Lane demeure la menace principale dans leur groupe, Valley ne peut être ignoré.
Ils sont, tous, dans l’antre d’une organisation occulte et dangereuse, qui menace l’esprit des deux hommes ; et c’est à Bruce d’assurer au mieux, pour tous.


« Quels sont les projets du Pape ? »

La question est simple, mais pertinente.
Mais avant que Lihly ne puisse répondre – quelqu’un le fait pour elle ; mais sans mots.
Par un rire.
Gras, puissant et cruel.


« Ignorants et hérétiques. Vous ne savez rien. Et, même après votre mort, vous ne saurez rien non plus. »

La voix, lourde et désagréable, du Pape se fait entendre… alors qu’une ombre bouge, dans les ténèbres. La luminosité des chandelles est trop faible, alors Bruce passe en vision infrarouge – et regrette, de suite.

« Dieu est mon projet. Dieu est mon objectif. Dieu… »

La forme bouge, et bondit directement vers eux.

« DIEU EST MA DESTINEE ! »

Le Pape se projette, et apparaît tel qu’il est réellement…
… à savoir un homme complètement fou, mais armé et prêt à tout contre ses ennemis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mer 25 Avr 2018 - 23:17
Azrael ne savait vraiment pas quoi faire en cet instant, lui qui venait d'apprendre une vérité choquante concernant son père.


Ludovic Valley n'était pas un homme bon. C'était un individu lui aussi marqué par le Système mais la rivière de sang dans son sillage contenait des jeunes enfants. Beaucoup avaient péris à cause de sa lame. Jean-Paul savait qu'il avait fait des efforts pour le protéger de St Dumas, mais une seule bonne action à la fin d'une vie ne pouvait excuser autant de meurtres.


Toutefois, il intriguait Jean-Paul. Tout enfant serait intrigué sur l'identité de ses vrais parents après tout. Ludovic n'était venu dans sa vie qu'une fois, pour mourir, et ce qu'il savait sur l'homme venait de sources posthumes. Il était lui aussi un héritier direct de son propre père et avait eu une... bonne carrière. Juste assez sanguinaire pour plaire à St Dumas, mais assez prudent pour ne pas se faire attraper.


Son ADN avait été choisi pour une raison, et sa mort semblait avoir été pleurée par l'Ordre, en dépit de son sacrilège ultime. Avec le temps, Jean-Paul avait fait la théorie que le Système avait discrètement manipulé sa demande, se servant de sa présence subconsciente pour manipuler la mémoire et l'ouïe de Jean-Paul, ce qui expliquait son erreur, mais il ne savait toujours pas comment Ludovic avait pu se libérer de son propre contrôle.


L'idée de retrouver son père et de lui poser des questions lui était trop bonne pour être vrai. L'homme sous le masque de fer n'avait pas la voix mais il n'avait entendu Ludovic qu'une seule fois, après tout. Et son retour n'était pas étrange, dans un monde où l'ennemi régulier de son allié est un immortel. Cependant, sa joie devint lentement de la colère, à l'idée d'être manipulé par Lihly, mais aussi par la confusion.


C'était sans doute à cause de la chaleur récente mais il avait du mal à réfléchir très récemment. Il restait sur un même sujet plus longtemps que nécessaire et avait du mal à lever son regard pour dévisager Lihly. Il leva bien la tête pour tenter de parler à Bruce, en le remerciant, mais il ne vit que son propre visage derrière le masque, un sourire sadique logé sur sa mâchoire impeccable. Il se souvenait de sa violence durant ses premiers jours, un signe que même sans l'Epouvantail, il aurait échoué dans sa tâche à être Batman.


La voix du pape résonna dans ses oreilles, accompagnée de celle de Lihly et rapidement suivie par d'autres. Une tempête sonore se déchaînait dans son crâne et il lui fallut du temps pour se tourner vers le pape, qui se tenait devant eux, prêt au combat. D'un geste décidément BEAUCOUP moins lent, Jean-Paul entreprit de bondir en avant pour tacler le bonhomme, le propulsant au sol avec assez de force pour craquer le ciment en dessous et renverser les bougies.


Le feu des bougies tombées illumina que brièvement la scène du massacre, Jean-Paul frappant deux fois le pape avant de s'emparer de ses épaules pour le jeter dans le couloir, creusant un impact dans le mur au métal inconnu. L'homme avait été assommé net par l'impact, asommé. Jean-Paul, décidément plus remonté lui aussi, entreprit de pointer Lihly du doigt, s'approchant rapidement.


COMMENT ?! POURQUOI EST-CE QUE LUDOVIC VALLEY VIT ENCORE ?

Les notes d' Emmett Vale !  Fit Lihly, battant en retraite près de Bruce. L'ordre à découvert ses notes... comment ramener quelqu'un à la vie dans un alliage spécial. Son armure n'est pas comme celle de.. l'autre création de Vale mais il est puissant et définitivement loyal.


POURQUOI NE PAS ME LE DIRE ?! QUI C'EST CE TYPE, LÀ ?!

Son attitude était aggressive, ses mains se crispaient et il devenait de moins en moins cohérents, mais Jean-Paul se pensait juste dans ses questions. 


Tu aurais été... déboussolé et énervé. Et ce type était un garde du corps sans doute ! Ecoute, je suis désolée pour l'information mais c'est pour ton bien. Tu... tu peux toujours lui poser des questions ?


Je l'aurais découvert tôt ou tard ! Pourquoi cacher ça ? Qui est tu ? Pourquoi est ce que tu te mets dans notre camp là où les autres Soeurs sont tous folles ?!


Distrait dans ses questions, Jean-Paul fut incapable de remarquer la figure du Pape se glisser derrière lui dans les ombres, à peine visible. Avant que Lihly ne puisse même lever la main, toutefois, une main métallique se cabra directement sur la gorge de Jean-Paul, le Pape émergeant définitivement des ombres, sa cape recouvrant toujours son corps.


Votre survie est exceptionnelle mais tout se passe comme prévu. Jean-Paul sera mon soldat, et vous deux aussi. Faites de votre mieux, détruisez cette base, anéantissez les Azraels, tourmentez les Soeurs, vous succomberez et St Dumas continuera sa tâche divine !


Toutefois, Lihly, tu n'as plus d'utilité. 


Levant le poignet, Ludovic entreprit de tirer sur Lihly avec son avant-bras, révélant un canon de pistolet fumant. La soeur s'écroula en arrière, tenant une blessure au ventre. Son agresseur prit promptement la fuite, révélant une certaine longueur au couloir... quoi qu'une immense porte se trouvait à la fin de ce couloir, encore ouverte, comme pour les inviter.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 918
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Jeu 26 Avr 2018 - 10:00
La situation explose.
Encore.

Alors que la petite troupe improvisée parvient dans le repaire définitif du Pape, un étrange guerrier vêtu de manière surprenante bondit – mais est violemment propulsé au sol et vaincu par Jean-Paul Valley. Qui explose, littéralement.

Troublé, surpris, enragé, enfiévré, il se contrôle de moins en moins… depuis qu’il a appris que son père, Ludovic, vit toujours.
Une information stupéfiante, qui justifie sa fureur ; mais guère plus.


« Hrm. »

Bruce grogne, et vient se placer dans les ombres.
En surveillance.

Jean-Paul explose, et frappe l’autre, puis interroge Lihly ; lui ne fait rien. Michael Lane à ses côtés, lui aussi calme autant que possible, malgré la situation ; et l’Azrael le plus puissant devant eux, qui exige des réponses de la Sœur… et n’obtient guère celles qu’il attend.

Ludovic Valley est vivant, donc.
De nouveau.
Ressuscité par les méthodes impies de l’Ordre de Saint-Dumas, ramené littéralement à la vie, il entend désormais hanter l’existence de son fils… au service de cette organisation démente ; hélas, leurs plans semblent se dérouler sans trop d’accroc, au vu de l’évolution de la situation.


« Azrael ! »

Une ombre s’échappe des ténèbres, pour s’emparer de la gorge de Valley.
Trop rapide, trop efficace pour être stoppée, la silhouette se révèle être le Pape… Ludovic lui-même, qui veut recruter son fils dans sa démarche folle.
Hélas, il semble pouvoir réussir.

Si le Batman s’avance et fait signe à Michael de se positionner, Ludovic Valley est rapide – trop, rapide.
Une balle s’échappe de son équipement, et touche directement Lihly au ventre ; qui s’écroule.
Avant que le Pape ne s’enfuie, directement, via un énième couloir secret… menant à une porte ouverte, évidemment en invitation.


« Jean-Paul. »

Bruce parle, alors qu’il se précipite vers Lihly. Il s’accroupit près d’elle, mais tourne son regard sombre vers lui.

« Va. »

Puis, d’un signe, il ordonne à Lane de le suivre.
A lui les premiers soins à Lihly.
Aux Azraels la gestion des fantômes de leur monde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Dim 13 Mai 2018 - 21:23
Azrael est confus, perturbé, blessé et sonné. Il ne sait plus où donner de la tête, en qui croire et est sûr que du liquide lui monte à la bouche. Rentrer chez lui et boire quelque chose de chaud lui semblait être de plus en plus attirant, en fait. 


Son père était revenu et était désormais un cyborg, pour Jean-Paul, qui n'avait jamais vu son père autrement que comme un homme mourant, c'était naturellement choquant. Même dans un monde où la mort ne tient que de la porte pivotante, le retour de Ludovic était une surprise colossale, le genre qu'il ne prédirait que dans ses théories les plus folles.


Mais au fond, cela ne faisait que du sens. Ra's était connu pour ses puits du lazare, mais il n'était pas impossible qu'un autre groupe s'en soit emparé, surtout parce que l'Ordre avait des chances d'être encore plus vieux que la tête du Démon. Bien de héros ou de vilains avaient été aux portes de la mort et survivaient grâce à des moyens mystiques ou technologiques, et il était évident qu'un ordre aussi influent avait accès à au moins un ticket anti mortel.


Bruce le tire hors de sa torpeur mais Azrael se sent faible alors qu'il progresse dans les couloirs sombres, accompagné de l'ancien policier. Il doit se concentrer sur la destruction du monstre mais... comment se concentrer quand il est tellement secoué ? Quand on dirait que le monde semble de plus en plus aigre à piétiner son état mental.


Toutefois, Azrael presse sur son casque au cours du chemin, après quelques secondes de délibération. Il le fait juste avant d'arriver au sein d'une église immense, marquée par plusieurs rangées de chaises en bois. D'immenses fenêtres surplombent la salle, illuminée via un éclairage électrique, et un long tapis rouge accompagne le mouvement des deux Azraels.


Des tapisseries anciennes surplombent la salle, certaines accrochés à l'épée immense manipulée par la statue colossale de St Dumas au centre de la pièce. Il devine des carnages immondes dessus, quoi que les croyants de St Dumas pensent peut être voir la vraie justice ? Jean-Paul baisse la tête et remarque Ludovic au centre, bâton en main. Il veut paraître nonchalant ou simplement déterminé, mais son corps ne lui obéit plus.


COMMENT ? POURQUOI TRAVAILLE TU POUR EUX ? POUR QUI TRAVAILLE TU ? UNE BASE AUSSI PETITE NE PEUT PAS ETRE LE QG ! EST CE QUE TU AS SACRIFIES TANT DE VIES JUSTE POUR NOUS RECRUTER ?!


L'ORGANISATION A SURVECUE AU TEMPS ET AUX GUERRES. UNE SIMPLE QUERELLE NE SAURA ARRETER LA JUSTICE VERITABLE. 


Ludovic bondit hors de sa plateforme pour atterir au sol, envoyant des débris voler et creusant un petit cratère au sol.




JE VAIS DEVOIR M'OCCUPER DE BATMAN MOI MÊME. HEUREUSEMENT, LE SEIGNEUR M'A...


Azrael bondit immédiatement et propulse un projectile vers le spectre divin, le séparant de la main de Ludovic avant qu'il ne puisse envoyer le signal. Surpris, le cyborg est promptement assailli par son successeur, qui le roue de coups avant de tenter de le jeter au loin. Le cyborg encaisse les coups et est envoyé au loin, mais c'est sans effort qu'il se relève et envoie Lane voler avec un seul coup de pied.


Jean-Paul lui même bondit et place un coup de poing puissant, qui fait reculer son père sans pour autant l'endommager. Il place trois coups supplémentaires sans effets, Ludovic ne prenant même pas la peine de laisser échapper un cri de douleur. Un coup de pied au torse conclut l'attaque et fait reculer le mort vivant, toujours sans lui causer de dégâts véritable. Jean-Paul n'est toutefois guère découragé et s'empare seulement de ses deux épées, bondissant en avant.


Les coups pleuvent, et les étincelles illuminent la salle, mais les épées ne parviennent pas à endommager le corps du cyborg, qui ne prend même pas la peine de bouger. Les épées s'approchent brièvement des optiques toutefois, et c'est le moment que Ludovic choisit pour la contre-attaque, lançant un bête coup de paume... qui propulse Jean-Paul au travers de multiple chaises et directement dans un mur, à l'opposé de la salle.


Lane revint à l'assaut avec sa propre épée, mais il rencontrait à peine autant de succès que Valley, tant le robot était résistant. Il ne semblait pas aussi puissant que John Corben, qui avait un corps assez costaud pour affronter Superman, mais dans l'optique, même la présence de Batman ne changerait rien au plan physique.


Mais dans un cas pareil, on ruse.


Le corps était solide en soi.. mais quid des mécanismes à l'intérieur ? Bondissant en avant, Azrael se pencha pour éviter un Lane devenu projectile, et s'avança pour s'opposer de nouveau à Ludovic, lui calant un coup de pied dynamique pour le faire reculer, avant de lancer plusieurs taillades rapides sur ses épaules, ou ses genoux.


Malheureusement, les parties semblaient être encore plus couvertes que prévues, et il fallut trop de temps à Jean-Paul pour le réaliser : une poignée métallique froide s'empare de ses côtes, et le monde accélère brièvement alors qu'il est lancé au sol, avec juste assez de puissance pour le jeter aux portes de l'inconscience. Ludovic se relève, sa cape déchirée restant figée sur ses épaules.


TA REBELLION N'EST PAS ACCEPTABLE. MON FILS DEVRAIT M'ACCOMPAGNER DANS MA LUTTE, NON PAS TENTER VAINEMENT DE M'OPPOSER.


Tu n'est pas mon père ! Juste un assassin de plus qui a ruiné ma vie !


JE SAURAIS DONC LA PRENDRE !


Réalisant le danger, Azrael leva le gant pour envoyer des projectiles dans les yeux du fou, lui causant de reculer. Après tout, les optiques n'étaient sans doute pas autant protégées que le reste du corps. Se relevant lentement, Jean-Paul entreprit de foncer en avant pour tenter de renverser son ennemi, frappant à pleine puissant avec ses deux poings, frappant partout où il pouvait. Il ne prétendait pas avoir la force de Wonder Woman mais il tapait assez fort pour aplatir des voitures ou anéantir des murs de béton.


Et ça ne faisait que bouger Ludovic, qui entreprit d'arrêter sa charge à deux mains avec son seul bras, avant de le jeter au loin, bondissant pour tenter d'aplatir le jeune homme, qui entreprit de rouler au loin et chercha dans sa ceinture, sortant un simple petit object rouge. Il utilisait ce genre d'objets pour des situations autre que les combats, mais il n'avait pas le choix.


Laissant échapper un simple hurlement, Jean-Paul envoya la grenade droit sur Ludovic, et fut balayé dans les airs par l'onde de choc de l'explosion, s'écrasant dans une colonne. Hochant la tête, les flammes de l'explosion étaient un peu partout, brûlant les tapisseries anciennes et endommageant la statue de St Dumas, ce n'était pas son objectif mais la destruction de l'édifice était un bonus agréable.


Toutefois, il ne put qu'étouffer un cri quand la silhouette de Ludovic entreprit de s'extraire hors des flammes, la cape détruite avec le chapeau pour révéler le corps cybernétique de l'ancien Azrael. Désespéré, Jean-Paul bondit en avant pour délivrer un barrage de poings, mais il fut attrapé et élevé dans les airs par Ludovic.


JE NE TUERAIS PAS TON CORPS, MAIS JE M'ARRANGERAIS POUR RAVAGER TON ESPRIT. QUEL SERONT LES DERNIERS MOTS DE JEAN PAUL VALLEY ?


T'en as oublié un, débile.


Lane agréa derrière Ludovic, spectre pointé vers le cyborg, et entreprit d'activer un bouton. On dirait qu'ils avaient atteint la même décision : Ludovic avait voulu se débarrasser de l'Ordre, mais était désormais sous leurs ordres. Et ils avaient un outil de lavage de cerveau efficace : le Système. Et le spectre semblait affecter ce dernier.


Le bruit sourd envahit les oreilles des trois, quoi qu'Azrael avait programmé son casque pour échapper aux effets du bruit. Si une capacité pareille était disponible à Ludovic, il ne s'en servait guère, restant brièvement à sa position initiale avant de chuter à ses genoux. Lane lui même souffrait, mais sa volonté semblait triompher sur le cyborg, qui s'écroula finalement, laissant l'occasion aux deux Azrael de chuter eux-mêmes.


... Bilan des dégâts ?


J'ai mal partout.


Moi aussi tiens.
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 17/01/2017
Messages : 918
DC : Mister Miracle ; The Atom ; Fate ; Lex Luthor.
Localisations : Gotham City.
Justice League

MessagePosté le: Lun 14 Mai 2018 - 9:47
L’affrontement entre Ludovic et Jean-Paul Valley est homérique.
Littéralement.

Le père et le fils, liés dans une haine que n’aurait pas renié l’Ancien Testament, se combattent avec une violence, une férocité, une fureur terribles ; rien ne pourrait survivre entre eux et, très clairement, tous deux veulent aller jusqu’au bout.
Deux s’affrontent, oui ; mais un seul survivra.

Cependant, alors que le nouveau Pape dispose d’une technologie, d’une préparation, d’une démence qui lui permettent d’envisager un succès… l’anéantissement de son fils, qui incarne une déception bien trop forte pour perdurer, la chance tourne.
Le destin lui joue un tour ; la chute lui est imposée.
Michael Lane frappe.

Avec discrétion, avec efficacité, avec puissance mais aussi avec une cruauté assumée, l’ancien policier s’en prend à Ludovic Valley… et réussit.
Le Pape s’écroule, vaincu, brisé.
Et les deux autres Azraels, piégés par la douleur, rongés par la fatigue et le Système, font de même – mais restent conscients, malgré la souffrance qui ne cesse de les affecter.

Plusieurs secondes passent, après leur dernier échange ; des secondes devenant des minutes, durant lesquelles les souffles sont difficiles, fatigués, faibles.
Mais ils survivent. Mais ils vivent.
Et, bientôt, ils ne sont plus seuls.


« J’ignorais que les siestes étaient autorisées dans une cathédrale. »

Une forme émerge des ombres – massive, puissante, sombre ; et portant un corps, inconscient, entre ses bras.

« L’Ordre manque de discipline, apparemment. »

Le Batman, qui porte Lihly, dont la faible respiration indique la survie, malgré une blessure importante.

« Le problème a été réglé, donc. »

Après son léger et paradoxal trait d’humour, Bruce fixe son attention sur Ludovic, à terre, avant de se tourner vers Jean-Paul et Michael ; un léger hochement de tête suit, confirmation sobre mais sincère de la réalité.
Ils ont assuré.


« Quelle est la suite ? »

Le Chevalier Noir ne gère pas grand-chose, ici ; mais il a déjà appelé le Batplane, qui approche et peut aider, si besoin.
Cette folie semble terminée… mais il a l’habitude de l’Ordre, et craint une reprise, ailleurs, de cette démence. Tout est presque terminé ; il est temps de conclure tout cela.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Mar 15 Mai 2018 - 18:44
Jean-Paul nageait entre le conscient et l'inconscient, essayant désespérément de s'accrocher aux rives de la réalité pour échapper à l'abysse sous ses pieds. C'était une description beaucoup plus "jolie" que sa situation ne l'était réellement d'ailleurs, il avait plus l'impression d'être enfermé dans des sables mouvants, qui l'entraînaient au fond.


Sa victoire sur Ludovic était surtout physique. Le Système était toujours là, c'était ça qui l'avait guidé vers sa décision de distraire son ennemi pour permettre au grand policier de faire sa propre part du marchée. Le guerrier en lui aurait aimé en finir tout seul avec son père, mais la stupidité sanguinaire de St Dumas n'était qu'un obstacle. Poignarder les gens bien était utile pour gagner des batailles, mais il faut être intelligent pour savoir gagner les guerres.


Batman apparaît, Lihly dans les bras. Azrael se relève, son métabolisme avancé et son armure lui permettant de combattre la douleur. Il aurait toujours besoin d'une douche froide mais il se sentait au moins capable d'interagir avec les gens. Il rigole doucement aux mots de Batman, vu que la situation semblait s'être arrangée. Les ennemis étaient inconscients après tout, et ne risquaient pas de se réveiller avant des heures, la base était leur.


Et il comptait en profiter.


J'ai juste besoin de rejoindre la salle des ordinateurs.


Azrael observa Lane un moment puis Ludovic, réalisant que les questions viendraient plus tard. Faisant signe à Lane de rester pour surveiller le cyborg, au cas où, Jean-Paul partit en direction de la salle principale, boitant quelque peu mais atteignant le repère informatique de St Dumas. Fouillant dans sa poche, il fut ravi de constater que ses gizmos électriques avaient survécus, lui permettant d'outrepasser les résistances des portes.


Azrael, et quiconque l'accompagnait, purent constater que la salle informatique de St Dumas était composée de plusieurs lignées d'ordinateurs sophistiquées, quelques escabeaux et petits ponts de métal liant les chemins. D'un air lasse, Azrael tapa sur l'un des ordinateurs, sans que son coup ne fasse quoi que ce soit.


Plus que la foi, c'est l'argent qui fait carburer cette organisation. Comme tu le sais, si on s'en débarrasse, ils seront beaucoup moins puissants. Des tarés religieux sans plus d'influence.


Azrael avait gagné un ton lassé, voire nonchalant. Il le faisait pour dissimuler le tourment mental dans son esprit. S'avançant vers l'une des machines blanches, sortie d'un film de science-fiction, Azrael s'empara d'un énième gizmo à insérer dans l'ordinateur, et se mit au boulot, tel un pianiste devant son instrument de prédilection. Il ne prétendait pas avoir les talents d'Oracle mais il connaissait l'Ordre et avait les talents suffisant pour progresser rapidement dans son aventure numérique. 


Il lui fallut peu de temps pour compléter son hacking, posant un doigt triomphant sur une touche avant de s'étirer près d'un garde-fou. Il se sentait mieux qu'avant, quoi que l'acte de s'étirer éveilla quand même une douleur aigüe sur les bras.


Les numéros sur les ordinateurs finirent rapidement par s'affoler, disparaissant rapidement alors que des alertes résonnaient sur les écrans. Il fallut très peu de temps pour que les fonds de l'Ordre disparaissent, emportés par le phénomène informatique, sans que Jean-Paul ne panique. Batman était assez intelligent pour savoir ce qui venait de se passer.


L'Ordre vient de reprendre les fonds, très rapidement. Trop rapidement, même. J'ai laissé une sorte de cheval de Troie là dedans, une fois assis au coeur de la fortune principale de St Dumas, il se chargera de l'envoyer partout dans le monde, surtout à des organisations à but philanthropes.  St Dumas vient de donner un énorme coup de main contre la misère dans le monde.


Je ne pense pas que ça tuera l'organisation, ils seraient bêtes de rassembler cet argent au même endroit, mais ça va être un coup dur pour eux. Merci beaucoup, c'est grâce à toi, Lane et Lihly que j'ai réussi à infliger un coup pareil.


Il enlève le casque et sourit, en dépit des dégâts sur son visage et des cicatrices qui s'accumulent. Pour une fois, il vient de marquer un grand coup, pour une fois, il semble avoir véritablement dévié sa destiné.


J'aurais juste besoin de parler un peu avec P-Ludovic. Ce serait dangereux de l'amener sur le Batplane en revanche, on pourrait toujours faire un aller-retour après, non ? Prévenir les autorités et amener Lihly à l'hôpital puis le ramener et l'envoyer vers une prison de super-vilains. La police Française n'est pas spécialisée dans le traitement de robots fanatiques.

Ne restait qu'a attendre la réponse de Bruce !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

La malédiction de St Dumas (PV Batman)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» BATMAN - MINUIT A GOTHAM
» THE DARK KNIGHT : BATMAN - 1/4 BUST SCALE
» [Erdrich, Louise] La malédiction des colombes
» La malédiction des Trente Deniers
» Exercice de diction.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Amérique du nord-