Evoluer ou Mourir [Artémis Crock]

Inscription : 22/08/2017
Messages : 196
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate.
Situation : Billionaire. Playboy. Philanthropist. Evil genius.
Localisations : Metropolis.
Secret Society
MessagePosté le: Ven 13 Avr 2018 - 10:52
Le Kahndaq a, longtemps, n’été qu’un vague point sur une carte, oublié de tous.
Régulièrement envahi, annexé, conquis par les différentes places fortes d’Orient, le pays n’a souvent été qu’un lot, qu’un petit trophée, qu’un pion dans des plans plus globaux. Les populations locales n’ont cessé d’être maltraitées, abusées, et la seule question était de savoir quels bourreaux s’acharnaient sur eux.

Mais cela a changé, récemment.
Black Adam a changé cela.

Teth-Adam s’est, en effet, réveillé de son long sommeil – et le premier Humain transformé par le Sorcier Shazam a reconquis son pays natal, pour en devenir le souverain brutal et absolu.
Un régime de fer a alors été imposé, les frontières ont été fermées, et les rumeurs les plus folles ont couru sur le pays. Cela a justifié que Captain Atom y envoie le Suicide Squad… mais les troupes ont été détectées, forçant le Héros à venir les aider ; et à provoquer une catastrophe.

Captain Atom est mort.
Et le Kahndaq a subi une explosion nucléaire, coûtant des centaines de vies – et anéantissant, entièrement, la dynamique de reconstruction du pays.

Maintenant, le Kahndaq est en ruines.
Et, Black Adam ayant disparu après la chute d’Arès, n’est plus qu’une zone exsangue, rongée par les terroristes et les rebelles.



Plusieurs groupes violents ont, en effet, pris les armes pour s’emparer du Kahndaq, et les populations locales sont sous le joug de gangs, de troupes agressives. Rien n’est sûr, le danger est partout, et la course aux ressources que Black Adam a amassées au fil de son règne est lancée ; et aucune indulgence n’est de mise.

« Pi… pitié ! Pitié ! »

« Non. »

Un bras se lève, file vers un homme collé à un mur et désarmé… dont la gorge est, soudain, tranchée. Efficacement. Et sans remords.
Le corps de la victime s’écroule, un épais flot de sang s’échappant de la plaie ; le bourreau s’en est déjà désintéressée, pour enfoncer la lame tâchée dans le torse d’un autre, qui tentait de le frapper dans le dos et discrètement. Peine perdue.
La seconde victime s’écroule, le souffle coupé et bientôt éteint. Et son tueur soupire, avant de nettoyer le couteau sur un vêtement qu’il capte à proximité ; hors de question de laisser une bonne lame s’endommager ainsi.


« Humf. Amateurs. »

L’homme soupire et craque sa nuque, pour la détendre ; ça fonctionne, un peu.
Mais il faudra bien plus pour que la fureur de Sportsmaster s’apaise.


« MONSTRE ! TU LES AS TOUS TUES ! »

« Et tu vas les rejoindre. »

Sortant de la ruelle en ruines où il se trouvait jusque-là, le mercenaire débouche dans une des avenues de la capitale, anéantie.
Un homme en tenue militaire bondit sur lui, le visage marqué par la peur et la faim ; tenant uniquement une mitraillette sans munition, espérant l’utiliser comme lasse, il ne peut même pas finir sa course – car sa tête est déjà pénétrée par un bâton, récupéré au passage et envoyé avec assez de force pour perforer la boîte crânienne.

Le cadavre s’écroule, et Lawrence Crock marche dessus, comme s’il s’agissait d’ordures inutiles.
Il avance ; déterminé et acharné.

Plusieurs semaines plus tôt, Sportsmaster a répondu aux sirènes d’Arès, le Dieu de la Guerre qui recrutait des criminels pour former sa cour, sa garde rapprochée dans le projet de conquérir le monde, puis l’Univers. Même s’il doutait de sa réussite, Lawrence a accepté – car Arès lui a proposé et lui a offert ce qu’il voulait plus que tout.
Une modification de son corps, de son être… pour devenir le pinacle de la condition humaine ; le meilleur, tout simplement.

Il l’a été – et il était fort, puissant, impressionnant ; magnifique.
Mais c’est terminé.
Quand Arès est tombé, Zeus a retiré pouvoirs et avantages offerts par son fils… et le mercenaire est redevenu lui-même ; faible. Abominablement faible.

Il ne le supporte pas.
Enragé, rendu fou par la colère et le manque, il tourne comme un fauve en cage, et ne supporte guère ce statut ; il doit changer cela. Il doit se changer.
D’où sa présence ici.
D’où sa venue au Kahndaq, où Black Adam, allié d’Arès avant de disparaître, avait stocké des armes et des moyens de s’améliorer. D’où sa quête, acharnée, pour s’améliorer… pour devenir plus fort ; meilleur. Encore.

Alors il avance. Alors il s’enfonce dans la capitale en ruines. Alors il tue, tous ceux qu’il croise.
Car il est fou… de douleur, de manque. D’envie.
Il avance. Il s’enfonce. Il tue. Encore et encore.
Et il ne s’arrêtera pas – personne ne l’arrêtera. Pas même la jeune fille qui le piste depuis peu, qui se croit bien maligne et intelligente, mais qui ne réussira pas à le changer ; pas cette fois-ci. Pas pour ça !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

MessagePosté le: Ven 13 Avr 2018 - 21:59

Évoluer ou Mourir.

[PV Sportsmaster]


Les médias étaient tous devenus complètement fou. Impossible d’allumé la télé et pouvoir y apercevoir autre chose que des scènes honteuses de la condition humaine. A partir de quand les humains étaient-ils devenus fous de cupidités et d’envie de meurtres ? Des paysages arides ravagés par les cadavres, par les rats en surpopulation, voilà ce qui était sorti de cette guerre. Ca et la vague de mécontentement contre les héros. Comme d’habitude, le peuple avait retourné sa veste en un claquement de doigt et les journaux multipliés les sujets fake ou pas sur des héros. C’était décevant. J’avais beau avoir « changé de camps » il y’a longtemps, je continuais à trouver anormal cet acharnement sur ceux qu’ils idolâtraient une semaine avant.

Je n’avais pas participée à ce massacra parce que je n’y voyais aucun intérêt. Je n’étais plus du côté de la justice alors je n’avais pas à me souciés de défendre ceux qui m’auraient craché sur le dos ensuite. Je n’avais pour autant pas rejoint Ares parce que… même si, hypothétiquement, il avait pu ramener Walter, je n’étais pas sûre que ce soit naturel. Oui l’homme que j’aimais me manquait terriblement, mais il était mort. Si les Dieux existaient, il m’était permis d’espérer un au-delà meilleur. Je ne pouvais pas le privé d’un monde en paix par égoïsme. C’était dur de réfléchir en n’ayant pas réussie à faire mon deuil. Sa famille et moi avions enterrés un cercueil vide après tout.

Dans la cohue d’information médiatique, j’avais néanmoins identifiée le visage d’un homme : mon Père. C’était ce qui m’attirée aujourd’hui dans ce milieu aride, chaud, poussiéreux et… mort. Il n’y avait plus d’animaux, plus d’êtres vivants, à peine une brise dans ce cagnard étouffant. Le châle sur mes épaules et mon visage qui me protéger du soleil était encore blanc ce matin mais il avait vite tourné à l’ocre. La terre sombre était parfois encore humide du sang versé, preuve que l’homme que je cherchais était bien ici et me permettant de le suivre calmement sans me pressée.

Mon Père et moi… C’était quelque chose de difficilement explicable. Pas de l’amour, il n’y en avait pas chez lui. Pas de la loyauté, il m’aurait vendu si l’échange avait pu être bénéfique. C’était… indéfinissable. Dans ma famille on vengeait nos morts par orgueil, par fierté mal placée également mais pour ce qui était des vivants… C’était une zone floue. Je casserais la gueule au premier qui oserait me comparée à lui ou ne serais-ce que l’évoqué devant moi mais je tuerais sûrement aussi pour lui sauver la vie. Je n’hésiterais pas à l’abandonner comme il l’avait fait pour moi, ni à le rabrouer, l’humilier comme les souvenirs que j’avais de lui vis-à-vis de ma sœur et moi quand nous étions petites. C’était une histoire de famille. Oui je crois que tout pouvait s’expliqué ainsi. Nous étions les seuls à avoir ce droit.

« - Wouah. Je suis impressionnée. » Je tourne au coin et appuie mon épaule dans une pose faussement nonchalante contre le mur. « Non en faite pas du tout. Je te croyais plus intelligent en faite. » Du pied je repousse un corps encore chaud et retiens une grimace. Comme si le monde n’avait pas déjà assez souffert, comme si les innocents n’avaient pas déjà payés un lourd tribut… « Explique-moi la gloire que tu tire à tuer des personnes pour la majorité pas armés ? C’est trop facile ! Va t’attaquer à Wonder Woman, à Superman… Ah non pas lui on ne sait pas ou il est…. Bon bah tout les autres alors ! Des héros ce n’est pas ce qui manque ! Y’a pleins de missions qui paye bien en ce moment ! »

Je reste à une distance prudente de cet homme à la posture rigide et des armes à sa disposition. Bien sûr je suis armée en conséquence, mais je ne suis pas venu me battre. Pas physiquement en tout cas.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Inscription : 22/08/2017
Messages : 196
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate.
Situation : Billionaire. Playboy. Philanthropist. Evil genius.
Localisations : Metropolis.
Secret Society
MessagePosté le: Sam 14 Avr 2018 - 13:05
Sportsmaster ne s'est pas arrêté, quand Artémis a enfin pris la parole.
Il a continué de marcher, de s'avancer dans l'avenue en ruines de la capitale du Kahndaq, et ne s'est pas retourné ; une gifle, psychologique. La preuve qu'il s'en fiche, d'elle. La preuve que sa seule présence n'est même pas suffisante pour qu'il s'arrête et s'intéresse à elle.
Mais cela change – quand elle évoque les Héros ; les missions.


 « Crétine. »

Il s'arrête, enfin. Souffle l'insulte assez fort pour qu'elle l'entende.
Et se retourne, finalement – mais pour envoyer une étoile de ninja, qui vient directement se placer à côté de son oreille ; si proche que cela ne peut être un accident, ou un coup de chance. Mais bien une menace.


 « Je ne remplis nulle mission, ici. Tu sais très bien que je ne fais pas dans le génocide. »

Lawrence dit vrai : dans toute sa carrière de mercenaire et de criminel, il n'a jamais participé au meurtre de masse, pour le seul projet de tuer le plus possible ; question de principe.
Tuer ne le gêne pas, pour accéder à ses objectifs. Mais tuer inutilement ne l'intéresse pas. Perte d'énergie et de temps... et impossible à assumer moralement, aussi, même s'il ne l'avouera jamais.
Il y a des limites que même lui ne voudra pas franchir.


 « Je suis ici pour une autre raison... qui ne te concerne pas, Baby-Girl. »

Il soupire, et se détourne d'elle pour reprendre sa marche.
Mais il sait que ça ne prendra pas.
Artémis est bien trop têtue, bien trop acharnée pour s'arrêter là. Elle a parcouru la moitié du globe pour venir ici... pour lui ; il en est touché, même s'il considère cela comme une erreur. Et comme une perte de temps.
Même en voulant bien faire, elle ne parvient pas à atteindre les critères de son père – et il sait que c'est injuste, comme son comportement avec elle... avec elles ; mais il n'a pas le choix. Il ne l'a jamais eu.

Lui plutôt que les autres.
Toujours.


 « Au fait... en parlant d'impression... »

Le mercenaire n'hésite pas.
Il sait qu'il va lui faire mal. Il sait qu'elle va souffrir. Il sait qu'elle va exploser.
Mais c'est ce qu'il veut.
Pour se débarrasser d'elle. Pour avancer. Et pour pouvoir, enfin, redevenir celui qu'il était – celui qu'il doit être. Le meilleur, toujours.


 « Walter m'en a fait une plutôt mauvaise, l'autre fois. Quand je l'ai croisé. A l'Hôtel de la J.S.A. »

Il s'arrête, encore, et se tourne vers elle ; sous son masque, il sourit pour provoquer, et ses yeux l'illustrent bien.

 « J'ignorais qu'il était revenu... et qu'il était devenu Docteur. Sûrement parce que lui a compris qu'il fallait se détourner des accessoires de sa vie, pour espérer atteindre ses buts... »

Elle va exploser ; il est prêt à cela.
A tout, même, pour son objectif. Lui plutôt que les autres. Toujours.
Quel qu'en soit le prix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

Evoluer ou Mourir [Artémis Crock]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mourir pour St Lô. Sherman M4A1
» TROP JEUNE POUR MOURIR de Perrine Huon
» Jane Austen doit mourir !
» [Mccullough,Colleen] Les oiseaux se cachent pour mourir
» VERONIKA DECIDE DE MOURIR de Paulo Coelho

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs-