[SSE] Big Brother is cheating on you

Inscription : 16/01/2018
Messages : 359
DC : Wesley Dodds / Sandman, Silver Banshee, Zinda Blake/ Blackhawk
Situation : Oeuvre pour la Société Secrète
Localisations : Groenland
Secret Society

MessagePosté le: Dim 15 Avr 2018 - 18:21
Séoul, Corée du sud

Dans une salle de réunion étaient réunis une douzaine de représentants d’entreprises de l’électronique, de la téléphonie mobile, et de l’informatique. Lors de réunions dans les locaux de cette société de conseil réputée des intervenants venant du monde entier présentaient les produits ayant reçus les meilleurs résultats aux tests de qualité et représentant un intérêt économique pour les entreprises présentes. Un "marché du numérique" où les produits les moins coûteux étaient bien souvent asiatique. Il arrivait cependant que des entreprises comme par exemple la filiale Wayne Electronics ou Kord industries vendent ici certains composants par le biais de leurs représentants qui défilaient.

En effet, les évolutions technologiques poussaient les géants du téléphones, des tablettes et de l’informatique a acquérir des composants toujours plus performants mais si possible toujours moins chers, les impératifs de rentabilité étant ce qu’ils sont s’ils voulaient satisfaire les actionnaires de leurs multinationales.

Ce jour là un rendez vous avait été pris avec une entreprise dont le siège était basé à Singapour. La raison de l’installation dans la cité état de cette société n’était autre que le coup double financier que cela représentait. Les taxes étaient faibles, et la main d’oeuvre locale bon marché. Aussi il n’était pas étonnant de voir surgir en quelques mois une entreprise montée de toutes pièces par des européens et des américains y implanter une usine de production. Ce qui était plus rare, c’était que “Zukunft” ( Avenir en Allemand) le fabriquant de composants qui serait au centre de la réunion ce jour là ai réussi si vite à se rendre intéressant pour les constructeurs. Les premiers audits de l’usine étaient bon, la recherche et développement efficace, et le financement solide.



Rien de bien exceptionnel que cette réunion en apparence, et pourtant...sous des déguisements, des maquillages, des faux dossiers et fausses identités se cachaient quelques vilains qui avaient sévis bien des fois à Gotham. Ils participaient là à l'aboutissement d'une arnaque montée de toutes pièces par la société secrète depuis des mois.

Günther Schäfer

Zukunft fut à l’origine le fruit d’un inventeur. Son dirigeant et co-fondateur Günther Schäfer était la couverture de Mister Freeze. Celui ci jouait le rôle d'un homme à la santé fragile, peu disponible pour des raisons médicales disait on. L’homme qui portait des lunettes noires aux reflets rougeâtres se déplaçait en fauteuil roulant et avait parfois besoin d’un masque à oxygène, mais s’obstinait pourtant à s’allumer des cigarettes de temps en temps. Tout cet attirail permettait à Victor Fries de réguler sa températures, et il aurait le bagage scientifique pour répondre aux questions les plus pointues.

Les grands inventeurs du vingt et unième siècle furent aussi parfois des hommes d’affaire. Ce n’était cependant pas le cas de Schäfer pas très doué pour cela. Sans son associé des débuts dont le rôle était tenu par Ra's Al Ghul, il est probable que Zukunft n’aurait jamais vue le jour. C’était le rôle d'un financier, celui dont l’expérience était toujours utile dans les grandes décisions. Il savait saisir les opportunités et faire fructifier des biens, et bien que demeurant souvent dans l’ombre, il était un rouage indispensable de l’entreprise qui grimpait, et le probable futur dirigeant quand Schäfer se retirerait des affaires.

L’entreprise avait également un chef de la sécurité, un organisateur du travail. Quelqu’un qui apparemment aurait mis au pas les employés et matait dans l’œuf toute révolte syndicale déjà plutôt rare à Singapour. Cet homme charismatique était la couverture de Black Mask. Un homme comme çà faisait rêver les patrons peux scrupuleux du monde entier . Il était le “Bad Boy” de la jeune société, le genre de personnage qui lui est indispensable pour maintenir des bas coûts mais dont on ose pas vraiment présenter le véritable travail dans les bilans annuels. Et pourtant quand on fait travailler des singapouriens pour des clopinettes, des hommes comme lui étaient bien utiles, et gages que si une vis devait être tournée, il serait à la hauteur.

A travers toutes les étapes de la vie de l’entreprise les deux associés joués par Victor et Ra's avaient gardé le même juriste. Celui ci avait rédigé les statuts, bon nombre d’actes et de contrats, et ils ne prenaient jamais de grandes décisions sans avoir consulté la faisabilité juridique de la chose à ses côtés. Lawrence Crock endosserait ce rôle d'avocat de la société Zukunft, il serait chargé le moment venu de vérifier que les contrats signés permettent bien au projet de Savage de se réaliser.

Mais il ne seraient pas que des hommes participant à ce coup. Sous couverture d’être la douce et calme aide médicale de Schäfer dont la dangerosité ne serait jamais supposée, Tara markov aurait pour tâche de trouver un prétexte pour quitter la salle de réunion et gagner le sous sol pour accéder à une salle protégée, et en revenir sans que jamais personne ne se doute de rien. Son but serait de remplacer les résultats des enquêtes de qualités par d'autres dans la base de données de la société de conseil, sans que cela ne soit détecté car cela rendrait caduque toute l'opération.

Parce qu'elle aurait peut être besoin d'aide, elle serait épaulée par Red Hood qui avait été embauché comme agent d'entretien dans le bâtiment. En effet, si se faire embaucher dans la sécurité était souvent ardu dans ce genre d’entreprise, l'entretien était souvent sous-traité par des petites société. Accompagné de sa serpillière et son chariot il se faisait passer pour un américain qui payait ses études à Séoul avec un emploi étudiant, il serait chargé de nettoyer les éventuelles traces laissées par Tara.


Catwoman quand a elle avait été engagée depuis une semaine comme stagiaire en séjour linguistique. Chargée de faire des photocopies et servir le café au service des contrôles qualité, ils s'étaient habitués a elle et a son charme ravageur. Sa tâche serait de distraire les ingénieurs pendant que tara remplacerait les fichiers.

Tous ces éléments concernant les couvertures des participants à cette énorme arnaque seraient uniquement perçus par bribes par ceux qui seraient abusés, et étaient le résultat de rumeurs entretenues savamment par quelques membres de la Société Secrète circulant dans ce monde des affaire. Zukunft existant bien, et produisant légalement le composant. L' entreprise était cependant dirigée par des membres restant dans l'ombre et n'ayant pas les aptitudes des agents que Savage envoyait ce jour là .

Leur but serait de vendre un composant en particulier aux constructeurs de téléphones, tablettes et ordinateurs. Ce composant serait équipé d’un système indétectable sauf pour les meilleurs experts en miniaturisation de la planète qui se pencheraient sur lui. Il permettrait d'espionner chaque personne utilisant les appareils en étant équipé. Avec l'obsolescence programmée, et dans l'hypothèse où toutes les marques s’équiperaient de ce produit de Zukunft il ne suffirait que de quelques années pour que Vandal Savage espionne le monde entier. C'était l'arnaque du siècle qui se jouait là, car les conséquences pourraient être terrible. Surveiller le monde entier serait garantir à la SSE un avantage décisif dans sa conquête souterraine du pouvoir.

Mais pour que le plan fonctionne, Tara devrait être suffisamment rapide et discrète pour remplacer les notations d’ingénieurs indépendants. Car si l’argent de Savage permettait de vendre le composant espion a pris coûtant sans se soucier d’être rentable, la qualité n’était pas aussi bonne que celle de la concurrence. Pour être choisi Zukunft devait être le moins cher, avoir la meilleur qualité, et enfin rassurer. Pour cela chacun aurait une partition à jouer, des auditeurs à charmer, et un chef d’orchestre à satisfaire.

______________________


Après s’être salués respectueusement et présentés lors de leur arrivée, ils entraient dans la salle de réunion et prenaient place autour d’une grande table où 11 représentants les attendait déjà. L’ôte des lieux, le directeur de la société de conseil qui organisait la réunion, s’adressait à eux. C’est un jeune coréen du nom de Min Sun-Sin.


“Bonjour, nous sommes enchantés de rencontrer les représentants de votre société aujourd’hui. Comme vous le savez nous sommes intéressé par un composant particulier que vous fabriquez, et la liste des fournisseurs potentiels est longue. Pourquoi nous vous choisirions vous et pas un concurent?"


Freeze s'adossait à son fauteuil rafraîchissant. On l'avait si bien maquillé pour l'occasion qu'il était méconnaissable, paraissant même un peux bronzé comme s'il faisait des UV. La présence de cheveux blonds achevant de le rendre méconnaissable même pour un policier de Gotham qu il'aurait croisé. Il sortait un paquet de cigarettes de la poche de son costume noir . Il était maintenu a une parfaite température par son fauteuil modifié mais avait besoin d'air frais.

"Ja...je peux fumer?"

" Je vous en prie vous êtes au paradis des fumeurs ici."

Il sortait une fausse cigarette de son paquet puis feignit de l'allumer. Une lumière artificielle émanait de son extrémité à chaque bouffée, la fumée ne montant que difficilement vers le haut. C'était en fait un filtre refroidisseur de sa conception pour que l'air lui demeure respirable .

"Tous les cerveaux de Zukunft sont venu aujourd'hui spécialement pour que vous puissiez avoir une réponse à cette question monsieur Sun-Sin, tout comme les grandes compagnies du numérique. Je vous propose que chacun réponde aux questions qui se poseraient, je finirais sur les caractéristiques techniques du produit."

L’assemblée acquiesçait de la tête, cherchant à en apprendre plus sur une entreprise ils pourraient bien faire des millions de dollars de contrats, ce qui nécessitait de la connaitre un minimum. Ils allaient devoir chacun dans leur domaine respectif donner les arguments pour que Zunkunft apparaisse comme le meilleur choix pour toute les constructeurs.


HJ:
Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5544-la-quete-du-coeur-de-glace#77243
Inscription : 22/08/2017
Messages : 214
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate ; Tempest.
Situation : Billionaire. Playboy. Philanthropist. Evil genius.
Localisations : Metropolis.
Secret Society
MessagePosté le: Lun 16 Avr 2018 - 8:23
Une atmosphère étrange règne dans ces locaux anonymes, au sein de la capitale de la Corée du Sud.
Si le pays est régulièrement évoqué ces derniers mois du fait des frasques de son voisin et frère ennemi, éclipsant même l’organisation des coûteux mais rentables Jeux Olympiques d’Hiver, l’économie locale, essentiellement tournée vers les technologiques numériques, demeure en pleine lancée, et ne compte pas s’arrêter pour autant.
Les gouvernements peuvent tomber, les nations peuvent changer ; les entreprises resteront, et apparaissent de plus en plus comme les socles de la société à venir. Pour le meilleur et pour le pire.


« Herr Schäfer, nous apprécions votre proposition de clarté et de lumière sur votre entreprise. Nous nous emparons de cette possibilité, et formulerons plusieurs interrogations précises sur les produits proposés. Cependant, en priorité, nous nous interrogeons sur la structure de Zukunft… sur ce que vous êtes, ce avec quoi nous pourrions commercer. »

La voix, calme et douce, du Coréen s’élève dans l’atmosphère étrange de la pièce, qui devient rapidement enfumée… mais pas forcément de l’étrange appareil sorti par Gunther.

« Vous n’ignorez pas que nos entreprises ne peuvent échanger avec des organismes dont nous ne connaissons pas les inclinaisons et les buts. Notre image de marque, notamment à l’international, en souffrirait. »

« Vous souhaitez connaître notre structure juridique, afin de vérifier que les abus réalisés dans les usines et dans la gestion du personnel ne puissent pas rejaillir jusqu’à vous. »

La réplique est calme, mais sèche.
Les regards se tournent, tous, vers celui qui vient de parler ainsi…

… l’homme présenté comme juriste, qui a décidé d’allumer une véritable cigarette pour empester les lieux ; il ne fallait pas l’inviter.

« Bonjour. Perry Shapiro. »

Il esquisse un petit sourire, et hoche légèrement la tête… et se surprend à craindre que les autres voient la teinture dans ses cheveux, ou la gaucherie de ses mouvements. Sportsmaster est un combattant hors-pair, et si les prochaines minutes seront bien un affrontement – il est loin de son domaine de compétence ; il va devoir ruser, bien plus que d’habitude.

« Salutations, Monsieur Shapiro. En effet, vous avez simplifié nos interrogations… et demeurons dans l’attente de vos réponses. »

« Evidemment. »

Toujours assis avec une arrogance crasse, Lawrence Crock parle d’une voix calme, suffisante ; il joue, définitivement. Et il va devoir, maintenant, répéter ce qu’il a dû apprendre par cœur.

« Zukunft est, essentiellement, une société anonyme avec appel public à l’épargne – une société par actions, pour simplifier. Herr Schäfer dispose de 51% des actions, bénéficiant ainsi d’une majorité absolue. La discussion pourra exister pour que vous disposiez d’une partie de ces actions, mais les contrats incluront toujours une majorité de blocage pour Herr Schäfer ; ce n’est pas négociable.
Zukunft est, fondamentalement, une multinationale, dont les statuts ont été déposés devant le droit suisse, pour des raisons évidentes. Cependant, je reviens sur un élément : Herr Schäfer dispose des 51%, mais sous la forme de titres de propriété d’une holding, qui est la véritable propriétaire des parts de Zukunft. Herr Schäfer possède les titres de propriété de cette holding, permettant d’éviter un contrôle individuel, et donc des droits de succession.
L’intérêt de ce fonctionnement par holding est que, par principe, cette structure englobe plusieurs entreprises ; voyez cela comme un entonnoir, la holding est le haut, et surplombe plusieurs organismes, dont Zukunft. Mais pas uniquement.
Cette holding englobe, ainsi, plusieurs entreprises évidemment moins connues, qui ne fonctionnent pas par action mais par propriété unique. Leurs existences légales ont été validées devant le droit vénézuélien, pour des raisons évidentes de discrétion avec certains pays imposants. Elles sont reliées à la holding, qui les chapeaute, mais ne se font connaître que sur les registres locaux ; nulle publicité, nulle promotion pour elles – car elles sont derrière les usines, les marchés, les négociations avec lesquelles nous contournons régulièrement les règles.
Soyons clairs : nous ne faisons rien d’illégal ; mais nous ne faisons rien de moral, non plus. Ce fonctionnement, cet éclatement, permet ainsi de minimiser nos coûts et pertes, sans relier à Zukunft : comme je l’ai indiqué, rien dans l’existence et le fondement juridiques de Zukunft n’est relié à cela ; seulement, dans le cadre de la holding, d’autres entreprises existent, et ne commercent qu’avec Zukunft. Par choix, qui ne se discute pas. Juridiquement, le fait qu’une holding chapeaute ces entités qui fonctionnent en circuit fermé ne plaît guère, mais n’est pas illégal. »


Le mercenaire sourit, cruellement, et se penche en avant.

« Voici de quoi, je pense, couvrir vos inquiétudes. »

« Intéressant. »

Les représentants ne disent rien, n’expriment rien ; ils fixent encore un peu Lawrence, puis se tournent vers les autres agents de Zukunft.
A eux d’enchaîner.


(HJ/ Résumé rapide :
- Sportsmaster se présente comme Perry Shapiro, juriste ;
- Sportsmaster explique longuement la forme juridique de Zukunft ;
- Ses interlocuteurs n’expriment aucune réaction et attendent la suite. /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/01/2017
Messages : 202
DC : Jade, Dolphin & Razorsharp
Localisations : St Roch
Secret Society
MessagePosté le: Sam 21 Avr 2018 - 10:07
Tara était juchée sur des escarpins trop hauts pour elle. Elle était maquillée pour avoir l'air plus vieille et moins folle. Sa peau était pale et ses yeux étaient froids. Elle avait essayé diverses tenues. Elle avait usé son miroir à force d'essayer et d'essayer encore et encore paraître une autre qu'elle même.

IL NE FALLAIT PAS QUE L'ON PENSE QU'ELLE ÉTAIT ELLE.

Tara la folle. Tara la psychopathe.

Non. Elle était Hilde Shrader. Une infirmière suisse qui ne rigolait pas et était très grassement payée pour veiller sur son patron à roulettes. Schäfer. Freeze quoi.

Pendant que Sports' racontait aux idiots des multinationales présentes comment défiscaliser à peu près tout et n'importe quoi, elle demeura silencieuse. Comme une statue de glace. Figée aux côtés de Freeze.

Sa mission était une mission silencieuse. Pas besoin d'ouvrir la bouche pour montrer à quel point elle n'était pas distinguée. Pas besoin de tout cela. Juste... avoir le look et le regard. Chemisier, jupe, blouse blanche, un chignon et des lunettes factices. Une petite trousse à pharmacie contenant deux, trois trucs qui pourraient lui être utiles...

... et ces fichus escarpins pour qu'elle ait l'air moins naine qu'elle ne l'était.

Sports' blablait bien. Il avait le donc pour ça. Ou alors il a du croire que c'était un sport de plus, comme du ping-pong verbal ou du curling oratoire.

Et, elle, comme une comédienne débutante, répétait sa seule et unique phrase de la pièce. Celle qui - normalement - ne devait pas attirer l'attention. Celle...

"Herr Schäfer, il est l'heure de votre traitement" lança-t-elle en accentuant son accent markovien pour qu'il ait l'air plus suisse. Le tout sans sourire ni ciller.

Elle posa sa trousse sur la table et l'ouvrit. Dedans diverses boites de médicaments. Des seringues hypodermiques. Elle se saisit de l'une d'elle et dit :

"Remontez votre manche, je vous prie..."

Puis, cherchant un flacon dans sa trousse et s'en saisissant, elle s'arrêta. D'un coup.

"Ce flacon est..."

Elle pinça les lèvres, signe évident d'un profond agacement.

"Herr Schäfer, je vous prie de bien vouloir m'excuser. Je vais en chercher un neuf..."

Tara / Hilde avisa un type du centre d'affaires et lui demanda d'un air pas-du-tout-aimable - elle se sentait très markovienne d'un coup - où se trouvait l'infirmerie du bâtiment. Et elle en profita pour s'excuser en faisant un signe très distingué de la tête...

.. une fois dehors, elle commença à se rendre en direction de l'infirmerie, n'oubliant pas son objectif principal mais profitant pour tenter d'évaluer les systèmes de sécurité, caméras de vidéo-surveillance, ce genre de choses...

... puis elle s'arrangea pour prendre l'ascenseur seule. Chercha si une caméra était présente et...

... ferma les yeux et fit trembler les éléments qu'elle pouvait manipuler dans l'ascenseur de manière à le désactiver, à ce qu'il soit en panne entre deux étages et que les systèmes électriques soient bousillés...

... là, elle put sourire. Son job d'espionne allait pouvoir commencer.

[HJ /

- Tara est Hilde Shrader, infirmière personnelle de Herr Schäfer
- Tara s'éclipse en faisant mine de se rendre à l'infirmerie pour chercher un flacon indispensable à l'injection non moins indispensable qu'elle doit pratiquer sur Schäfer
- Tara prend l'ascenseur et utilise un micro-tremblement de terre pour désactiver l'ascenseur et bousiller tout système électrique qu'il pourrait y avoir dedans
- Tara passera au prochain tour à la suite de son plan !

/ HJ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 20/10/2017
Messages : 176
DC : Diana Prince ; Jessica Cruz ; Koriand'r
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Lun 23 Avr 2018 - 18:03


Big Brother is cheating on youSSE
Jason jeta un coup d’œil désapprobateur vers ses mains. Il était, en toute honnêteté, et sans vouloir se vanter, plutôt bon quand il s’agissait de s’infiltrer quelque part parce qu’il savait jouer le jeu jusqu’au bout. Il préférait éviter de dire – ou de penser – que c’était grâce aux entraînements haut-niveaux de son cher et tendre mentor, mais les faits étaient bel et bien là. Jason était excellent quand il s’agissait de s’infiltrer, et l’apprentissage de Batman n’y était probablement pas pour rien. Ceci dit, dans l’immédiat, Jason n’aurait très certainement pas remercié Bruce, même si ce dernier s’était tenu devant lui, parce que, pour le moment, ça voulait juste dire faire semblant d’avoir un coréen maladroit – alors que merci mais le coréen de Jason était excellent – et surtout plonger ses mains dans ce stupide seau rempli de ce stupide produit aux propriétés bien trop abrasives à son goût. Stupide. Deux semaines à nettoyer les couloirs de prison de cette entreprise et sa peau était déjà toute sèche et tiraillée. Quelle tragédie.

Il fut sorti de ses bougonnements mentaux par la très légère secousse qui fit vibrer le mur contre lequel il était appuyé – aussi nonchalamment que possible. Il fit mine de jeter un regard à la montre bon marché qu’il portait – dernier accessoire pour son costume d’étudiant fauché – et, tout aussi théâtralement, il poussa un soupir à fendre l’âme. Les quinze minutes de pause dont il venait de profiter pour traîner sur son téléphone venaient d’arriver à leur terme – mais si, pour ceux dont les yeux traînaient sur les multiples caméras de surveillance, Jason avait l’air de suivre les ordres d’un contrat strict, il réagissait surtout au signal discret de Tara.

Le plan était en marche. Bientôt, Selina pointerait le bout de son nez dans le couloir, histoire de préparer le terrain. Tara débarquerait aussi, plus ou moins rapidement, et pendant ce temps-là, Jason ferait exactement ce qu’il avait fait ces derniers jours : le ménage. Son chariot était imposant, et ses gestes amples – mais, surtout, il connaissait l’étage comme sa poche. Les caméras, les recoins, et les quelques angles morts – inévitables. Il sécuriserait l’entrée de Tara et sa sortie sans problème, et, cerise sur le gâteau ? Le tout à 7 530 Won l’heure. Quelle affaire.

Il dégaina sa serpillère, l’essora et se lança dans le nettoyage de fond du sol à ses pieds, la tête baissée et le visage caché par la casquette à l’effigie de la société qui l’avait engagé. Tant mieux, parce que ses yeux, eux, n’étaient pas du tout concentrés sur ses coups de balais mais sur le bout du couloir.

Il avait fait l’agent d’entretien pendant deux semaines. Il était temps de faire briller le côté sombre de son CV maintenant.

© 2981 12289 0

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 224
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Mer 25 Avr 2018 - 15:26
Big Brother is cheating on you
feat. Secret Society

Stagiaire ?! Non mais sérieusement ?! Stagiaire moi ?! Je jure que si je choppe l'abruti qui a eu cette idée brillante de me coller le rôle de stagiaire, je vais lui faire regretter d'être venu au monde. Nan mais franchement c'est à moi qu'on a pensé pour ce rôle ?! Je grogne à l'intérieur et je crache mon venin sur celui qui a pensé à moi pour ça. Pour la énième fois de la journée, je rempli la cafetière. Plantée devant, je tapote du pied, les mains posées sur mes hanches.

Je jette un rapide coup d'oeil à l'horloge de la salle de pause... Dans pas longtemps, je ne serai plus obligée de sourire à m'en déchirer la mâchoire et de jouer le rôle de la nana stupide qui ne sait rien faire d'autres que du café et des photocopies. D'ailleurs on en parle de ça ?! Qui est-ce qui doit se coltiner toutes les tâches ingrates ?! c'est moi ! et qui est-ce qui doit obéir aux ordres quand on lui en donne un ?! Encore moi ! Obéir à des ordres ! Moi ?! Encore une aberration tiens... Heureusement ceux pour qui je fais ça paye assez bien mais plus je regarde le café qui coule plus je me dis que je ne suis pas assez payée pour faire ça. Je pousse un nouveau soupire alors que je rempli la tasse du mec pour qui je "bosse". Ce gros porc... D'ailleurs je jure que dés que je ne suis plus obligée de faire la potiche, je lui vide la cafetière bouillante sur la tronche pour le punir de toutes ces mains aux fesses qu'il m'a collées.

Note pour plus tard, pour la prochaine mission ils ont intérêt de coller quelqu'un d'autre dans ce rôle sinon je jure que je retourne tout. Nouveau coup d'oeil sur l'heure... je lâche un grognement.

"Il faut toujours que ce fichu temps joue contre moi... accélère bon sang..."

Mes murmures attirent les coups d'oeil sur moi mais moi, comme depuis 14 jours, je me contente de sourire niaisement et ça marche. On me sourit et ils doivent sûrement me prendre pour une folle. Grand bien leur fasse, ils en seront tout retournés plus tard et ce, dans tout les sens du terme.

Alors que mes talons claquent dans le couloir pendant que j'avance vers le bureau de mon pseudo chef, quelque chose attire mon attention. Un bruit sourd, le signal. Un sourire se dessine sur mon visage alors que je vois quelques gardes courir en direction du bruit. Moi, je jette mes dossiers et mes photocopies au sol mais je garde la tasse bien en main.

C'est à vive allure que j'avance dans le couloir et rapidement, je ne tarde pas à tomber sur Todd. Ce dernier, tout comme moi, est cantonné à une tâche ingrate mais je dois bien avouer que le voir dans cette tenue me fait rire. J'arrive rapidement à sa hauteur et je lui donne un coup de coude dans les côtes.

"Le balais te va tellement mieux quand il est placé ailleurs que dans ton postérieur..."

Je ne m'arrête pas pour autant, je continue ma route et je m'arrête seulement devant la porte du bureau que j'ai trop vu ces derniers temps. Je ne frappe pas, je me contente d'entrer sans rien dire et alors que le gros porc m'insulte en coréen et à pleins poumons, je lui verse le contenu brûlant de sa tasse sur ses bijoux de famille avant de disparaître accompagnée par ses hurlements. Je retourne sur mes pas...

HRP:
 
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 16/01/2018
Messages : 359
DC : Wesley Dodds / Sandman, Silver Banshee, Zinda Blake/ Blackhawk
Situation : Oeuvre pour la Société Secrète
Localisations : Groenland
Secret Society

MessagePosté le: Lun 30 Avr 2018 - 0:12
Ce Perry Shapiro avait su se montrer très convaincant, bluffant même Victor qui ne s’attendait pas à ce que cet homme vouant son existence au mercenariat et à la passion du sport montre de telles compétences qu’il n’avait pas soupçonné. L’effet était similaire sur les représentants, qui comprenaient à écouter le juriste que l’entreprise qu’ils recevaient avait su prendre ses précautions pour rester dans la légalité quoi qu’il advienne. Tara quand a elle prétexta d’avoir besoin d’aller chercher un flacon en particulier qui était nécessaire pour administrer le traitement de Günther Schäfer. On la laissa disposer comme l’avait prévu le plan car personne ne voulait que le dirigeant de Zukunft aie des ennuis de santé supplémentaire. Elle venait de sortir et les personnes présentes se retournaient vers Shapiro. Lawrence avait marqué un but d’entrée de jeu, restait à tenir durant tout le match et çà ne serait pas facile. Car déjà le maître des lieux Min Sun-Sin s’adressait au patron de la société.

“Herr Shaffer, on devrait nous amener les dossiers des test dans quelques minutes et nous pourrons voir les notations concernant la qualité.”

Victor acquiesça en hochant la tête puis tira un grand coup sur sa cigarette avant de sortir une boite rangée dans la sacoche à coté de lui. Il ouvrait ensuite cette petite boite pour dévoiler un minuscule objet dans un écrin qu’il tendait à l’homme à sa droite pour le faire passer autour de la table.

“Voici le composant que nous fabriquons. C’est un fusible a un très bas ampérage que nous pouvons adapter au besoin. Comme vous le voyez ce coupe circuit qui a pour fonction de protéger vos appareils des surintensités est aussi de taille très réduite, et garantira une sécurité totale aux utilisateurs.”


Sécurité totale? Sir la SSE le voulait bien. Car le fusible était la pièce qui évitait les conséquences catastrophique que pouvait avoir une surtension de l’appareil. Projection de matières en fusion, départ d’incendie...des accidents d’ordinaire rare et le produit que la Société Secrète tâchait ce jour là d’incorporer dans les téléphones de la population était dans les standards de ce coté. Il n’y aurait pas plus de court circuit ou de surintensité que d’ordinaire sauf si…

Sauf si Vandal Savage appuyait sur un simple bouton pour que le téléphone s’embrase a distance. Car le fusible n’était pas qu’équipé d’un dispositif miniaturisé donnant accès aux communications et échanges des appareils. Il avait aussi un système permettant au composant de lâcher brusquement. Des incidents qui si il n’abusait pas de cette arme resteraient trop rare pour affoler les constructeurs. Tant que les sommes donnée pour indemniser les victimes d’une défaillance du téléphone étaient moins importantes que le bénéfice engrangé a acheter le composant de chez Zukunft, ils continueraient a l’utiliser dans la construction des appareils. C’était triste, mais c’était la loi du marché et celle ci n’avait que faire de la morale. Seul Savage aurait accès à cette fonctionnalité, ce qui permettrait de ne pas abuser de ce procédés peu discret pour incendier des appareils à distance..


“Il est de conception classique mais mes études poussées sur absorption de chaleur et la conductivité m’ont permis de limiter le poids des métaux les plus onéreux.”

Soudain un léger tremblement était ressenti par tous. Monsieur Sun-Sin rassura tout le monde en annonçant que le bâtiment était bien sur aux norme sismique car ces événements étaient courant dans ce pays. Les envoyés de la société secrète comprirent que tout se passait comme prévu et où en était Terra. L’un des hommes dans la salle prenait la parole une fois l’instant de flottement passé.

“Que vous ayez fait des études pour diminuer les coûts des matériaux les plus cher s’entend. Mais cela ne saurait expliquer un prix de vente aussi concurrentiel. Comment réduisez vous le prix de fabrication à ce point en gardant de la qualité?”

C’était une question logique qui suivait, peut être le financier, le chef de la sécurité ou même le juriste y apporteraient les réponses….

Plus bas l’ascenseur avait été bloqué par Tara. Jason attendait son heure et Selina avait faite son entrée, renversant son café sur son boss. Celui ci se mit a crier et quitta son bureau couvert de café sur son pantalon. Il sortait dans les couloirs pour chercher cette stagiaire incapable qu’ils avaient bien pu engager...Elle était pas trop mal mais çà ne faisait pas tout, quelle mouche l’avait piquée d’agir ainsi!


HJ:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5544-la-quete-du-coeur-de-glace#77243
Inscription : 22/08/2017
Messages : 214
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate ; Tempest.
Situation : Billionaire. Playboy. Philanthropist. Evil genius.
Localisations : Metropolis.
Secret Society
MessagePosté le: Lun 30 Avr 2018 - 16:32
La prestation de Sportsmaster en pseudo juriste semble avoir convaincu – voire, même, avoir entièrement coupé toute envie aux autres de répliquer.
Une bonne chose : il n'est pas sûr qu'il aurait pu encore assurer, pour la suite.

Cependant, il sait très bien qu'il ne s'agit que du premier round... le pire est à venir ; le reste de ce fichu plan, auquel il n'aurait jamais dû donner son accord.
Tara Markov, extraordinaire et terrible tueuse métahumaine, s'est transformée en parfaite infirmière, qui pourrait faire naître quelques idées chez les esprits mal placés ; et il y en a, ici. Les autres membres de l'équipée suivent également leur scénario, avec notamment Red Hood qui rôde ou Catwoman qui fait, comme d'habitude, des merveilles.

Pour l'instant, ils s'en sortent.
Mais jusqu'à quand ?

Leurs interlocuteurs reprennent la parole, interrogent Victor ; qui suit leurs demandes, en leur montrant les produits tant désirés.
Tout avance, bien, donc.
Et la stratégie se déroule parfaitement : Terra disparaît, va là où elle le souhaite ; Selina fait chuter du café, divertit l'un des interlocuteurs... et il faut, alors, uniquement donner le change encore un peu pour que tout soit parfait.

Tenir, donc. Encore un peu.
Et répondre aux questions – même quand la réponse semble si incompréhensible.


 « Vous savez très bien comme nous faisons. »

Lawrence Crock réplique, le premier. De son ton sec, froid, et suffisant.

 « Nous avons depuis longtemps épuisé nos morales... nous sommes des businessmen. Comme vous. »

Il se penche en avant, et esquisse une légère grimace en guise de sourire.

 « Si vous faites construire vos smartphones et tablettes en Afrique par des ouvriers sous-payés, martyrisés et terrorisés... nous pouvons faire de même. »

Le pseudo avocat soupire, puis secoue la tête.

 « Nous faisons construire en zones pauvres, et dominées par des tyrans que nous entretenons. Les basses œuvres sont ainsi réalisées grâce à la corruption, la peur et la violence – et les éléments plus importants, plus difficiles, sont construits grâce à des ingénieurs attirés par l'argent, et conservés par la peur. »

Il croise calmement les bras, puis hausse les épaules.

 « Comment baissons-nous autant nos prix, au point d'en être suspects ? Car nous agissons en dehors des Lois, au mépris d'elles, pour notre seul objectif.
Le business. »


Lentement, son regard glisse sur chacun de ceux qui les interrogent.

 « Comme vous. Comme ceux qui savent, réellement, ce qui est le mieux pour eux. Comme vous, donc.
Autre chose ? »


Arrogance, suffisance, provocation... encore et encore.
Sportsmaster n'a peur de rien ; son rôle non plus. Il faut juste, maintenant, espérer que la mascarade continuera jusqu'à ce point...


(HJ/ Résumé rapide :
- Sportsmaster est satisfait de voir que le plan fonctionne ;
- Sportsmaster répond agressivement aux questions sur le financement, avec plusieurs provocations, en espérant de ne pas aller trop loin. /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/01/2017
Messages : 202
DC : Jade, Dolphin & Razorsharp
Localisations : St Roch
Secret Society
MessagePosté le: Mar 1 Mai 2018 - 10:13
Tara patienta encore quelques instants après les secousses, histoire de voir si l’œil électronique de la caméra de vidéo-surveillance ne se rallumait pas, histoire de voir si les commandes de l'ascenseur ne se réveillaient pas.

Rien. Les systèmes étaient morts.

Et avec satisfaction, Tara sourit : un alibi en béton venait de naître. Quelle que soit l'enquête qui serait diligentée, elle ne pourrait que conclure à la chose suivante : pendant une bonne partie de la visite de ZUKUNFT, Hilde Shrader - que tout le monde avait vu quitter la salle de réunion - s'était retrouvée enfermée dans l'ascenseur, suite à une secousse sismique, ultra-localisée, qui - au demeurant - avait été ressentie par tout le monde et même enregistrée au sismographe !

Bref, Tara-la-voleuse-et-l'espionne allait pouvoir entrer en scène. Mais d'abord, deux trois petites choses. Elle s'agenouilla et ouvrit sa mallette de secours. Elle farfouilla dans les médicaments et remèdes avant de se saisir du dossier médical de son prétendu boss.

Il y avait des pages et des pages d'ordonnances, d'analyses médicales, de compte-rendus d'examen, de trucs abominables d'une lecture à la fois soporifique et hermétique. Personne, à part un médecin, du moins de normalement constitué, examinerait avec attention l'ensemble des documents...

... car dans le lot, il y avait un copie parfaite des résultats des ingénieurs. Enfin... presque parfaite. Les résultats - quant à l'analyse du produit de ZUKUNFT - étaient bidouillés, dans un sens que Tara ne pouvait saisir. Mais c'était ça qu'elle allait devoir remplacer.

Elle se saisit des résultats et les glissa sous son chemisier.

Puis, elle retira ses escarpins. Elle ne pourrait courir avec alors autant continuer pieds nus. Mais avant de filer, elle se saisit plus particulièrement de l'escarpin gauche et en enleva le talon haut. Il était creux. Et une clé USB y était cachée. Une autre idée qui avait fonctionné : si elle était passée au détecteur - comme tout le monde - le planton n'avait pas songé à passer ses chaussures au scanner à rayons X !

Elle s'empara de la clé mais se débarrassa de la blouse. Maintenant, elle se devait d'être furtive, espérant que Catwoman et Red Hood avait accompli le boulot.

Tara avisa le sommet de la cabine de l'ascenseur et, se juchant sur une rambarde décorant l'ascenseur put ouvrir la trappe qui donnait sur la cage elle-même. Il ne restait plus, dès lors qu'à grimper à l'aide de ses bras et de ses jambes le long du câble...

*
* *

... pour se retrouver devant l'entrée de l'étage voulu. Si tout avait fonctionné, Catwoman se serait occupée de laisser le bureau où étaient stockés les résultats libre et Red Hood se serait occupé du couloir.

Elle toqua à la porte de l'ascenseur, celle qui donnait sur l'étage. Elle toqua selon le code convenu. 4 coups. Puis 2. Puis 1. Puis elle attendit. Si Red Hood le pouvait, il lui ouvrirait la porte et elle pourra continuer sa mission. Sinon, elle allait devoir se débrouiller toute seule...

... mais qu'il se dépêche ! Elle était accrochée au câble, ses bras lui faisaient mal, la plante de ses pieds la brûlait et elle avait froid. Jouer les gymnastes dans une cage d'ascenseur, c'était un épisode de plus dans l'absurdité qu'était devenue sa propre existence !

[HJ /

- Tara récupère le dossier papier et la clé USB qui étaient dissimulés dans ses affaires
- Tara sort de l'ascenseur par le haut et grimpe dans la cage d'escalier avec l'aide du câble de l'ascenseur
- Tara remonte d'un étage pour se retrouver juste devant la porte de l'ascenseur donnant sur l'étage où elle doit accomplir sa mission et où se trouvent Red Hood et Catwoman
- Tara tape à la porte, suivant un code convenu, pour que Red Hood, si possible, lui ouvre la porte et lui permette de continuer sa mission

/ HJ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 20/10/2017
Messages : 176
DC : Diana Prince ; Jessica Cruz ; Koriand'r
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Jeu 3 Mai 2018 - 17:59


Big Brother is cheating on youSSE
Penché sur le sol qu’il nettoyait avec autant d’application que sa couverture lui demandait, Jason entendit, avant de voir, Selina se rapprocher de lui. Ses talons claquaient par terre, et elle semblait suivie par des injures coréennes probablement méritées. Elle passa à côté de lui, comme si de rien n’était, gracieuse et légère comme à son habitude, et Jason fit mine de rien. Il ne rata pas sa remarque, ceci dit, et le ton taquin de cette dernière lui arracha un sourire amusé. Il aurait donné cher pour pouvoir répliquer mais Selina était suivie par son patron en rogne, et la mission exigeait que Jason joue son rôle avec précision. Il fit donc mine de rien, les mains toujours fermées sur le manche de la serpillère, chaque portion le rapprochant de l’ascenseur, mais surtout de la caméra qui y faisait face.

Tout avait été calculé à la perfection, leur plan était solide, mais un plan solide ne voulait pas dire non plus qu’il était à toute épreuve. Prudence était toujours de mise. Jason se rapprocha peu à peu de la caméra, tirant son chariot derrière lui jusqu’à ce que son dos cogne le mur, directement sous l’objectif. Il amena un peu plus son chariot vers lui, et, profitant d’un angle presque mort, se hissa sur ce dernier. Bingo.

Il colla la petite puce sur le côté de la caméra et reposa rapidement les pieds au sol. Dans la salle de contrôle, l’image venait de tressauter, légèrement, mais pas assez pour que ça en soit inquiétant. Ils étaient dans le réseau. Jason avait disparu de l’écran, avalé par l’angle mort et probablement occupé par le reste du couloir – ou tout du moins, c’est ce que penseraient les gardes. Parce que la puce projetait une boucle maintenant, et la porte de l’ascenseur resterait fermée sur leurs écran. Alors que la vérité était toute autre.

Jason se rapprocha de l’ascenseur – juste à temps, apparemment, puisque Tara était déjà de l’autre côté, à frapper leur petit code secret. Connaissant la position délicate dans laquelle elle était, Jason ne se fit pas prier. Il se colla contre la double porte, glissa ses doigts dans l’entaille et poussa de toutes ses forces pour ouvrir manuellement l’ascenseur et permettre à Tara de rentrer.

« Allez Markov, » grogna-t-il en s’écartant finalement pour qu’elle se hisse dans le couloir. Il ne lui fit pas l’injure de lui tendre la main - elle avait tendance à mordre. Il attendit qu’elle soit de nouveau debout pour laisser les portes se refermer derrière elle.

« Votre voiture est arrivée, » ajouta-t-il ensuite, avec un sourire en coin.

Il tira le chariot vers elle et leva les serviettes pendantes qui en cachaient la partie inférieure. Ils avaient vite réalisé, quand ils avaient commencé leur travail de reconnaissance, il y avait quelques semaines, que le système de surveillance était ultra efficace. Pas incontournable, non, mais assez casse-tête pour que la discrétion de leur opération soit compromise s’ils tentaient de détourner toutes les caméras. Tara s’était occupée de l’ascenseur, lui de la caméra qui donnait directement sur ce dernier, mais mieux valait ne pas toucher au reste.

Il allait donc faire rouler la jeune femme jusqu’au bureau, faire semblant de nettoyer devant ce dernier tout en faisant le guet, puis la ramener de la même façon avant de retirer la puce et d’aller pointer la fin de sa journée – et poser sa démission.

C’était un plan solide, oui, mais pas infaillible. Il leur fallait rester sur leurs gardes. Leurs arrières, elles, étaient assurées par Selina.


© 2981 12289 0

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 224
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Sam 5 Mai 2018 - 16:48
Big Brother is cheating on you
feat. Secret Society

Woops, j'ai énervé le gros patron. Ce dernier me suit de près en me lançant des dizaines d'insultes coréenne à la seconde. Je comprend un quart de ce qu'il me dit mais vu le ton qu'il emploie, pas besoin de parler le coréen pour comprendre qu'il est dans un état d'énervement avancé. Moi aussi je marche vite, mais pas trop. Je veux garder une certaine distance entre lui et moi mais je veux aussi éviter de le distancer. Il ne le sait pas mais tout est calculé depuis le départ, même le coup de la tasse de café renversé sur sa chemise blanche. Mes talons claquent sur le sol et je repasse au niveau de Todd qui fait toujours mine d'être occupé par l'état de propreté des sols. En passant à son niveau, je lui adresse un clin d'oeil pour lui faire comprendre que d'ici quelques minutes, lui et Tara vont avoir tout le temps de faire ce qu'ils ont à faire.

Je lève les yeux au ciel alors que j'entend toujours l'autre derrière qui m'insulte. Au début c'était marrant mais là, maintenant que j'entend qu'il répète sans cesse les mêmes choses comme un bon vieux disque rayé, je me lasse et j'ai besoin d'action. Arrivée au bout du couloir, je pivote sur la droite et j'entre en scène. J'enfile mon masque de comédienne et celui de la femme sans défenses, paniquée à l'idée de se faire insulter et suivre par son patron pervers. Grande actrice que je suis, j'arrive même à faire semblant de pleurer de peur. Et c'est avec mon plus bel accent que je lance quelques mots, appris par coeur depuis le début de mon stage, dans l'optique dans rentrer à 100% dans mon rôle.

"Dowajuseyo !"

C'est dans leur langue natale que j'implore les employés de venir m'aider. Mon but ? créer le plus de raffut possible pour attirer un maximum d'agents de la sécurité vers ma position...

"I dwaejineun gyesog na-ege yeoljunghagoissda !"

Sans pitié, je hurle à qui veut l'entendre que le gros qui me suit n'arrête pas de me coller des mains aux fesses et de reluquer ma poitrine. Le temps de quelques secondes, un petit sourire en coin s'affiche sur mon visage lorsque j'aperçois que les regards commencent à se tourner dans la direction de mon poursuivant. Quand j'estime qu'il est temps d'attiser les flammes, je me met à hurler, hystérique, dans ma propre langue.

"Obsédé ! Violeur ! Pervers !"

Il m'attrape le bras, je me laisse faire mais dans un coin de ma tête, je me promet de lui rendre la monnaie de sa pièce. Dommage pour lui, je suis quelqu'un de très physionomiste. Il me serre le bras, je serre les dents et je me débats, ménageant tout de même ma force pour rester crédible.

"Lâchez moi ! Vous me faites mal !"

Mes cris ne tardent pas à ameuter tout les employés du couloir et les agents de sécurité ne tardent pas à débouler un à un vers ma position. Très bien, c'était le résultat que je voulais. Maintenant, j'espère que Todd et Tara vont en profiter.

HRP:
 
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 16/01/2018
Messages : 359
DC : Wesley Dodds / Sandman, Silver Banshee, Zinda Blake/ Blackhawk
Situation : Oeuvre pour la Société Secrète
Localisations : Groenland
Secret Society

MessagePosté le: Mar 8 Mai 2018 - 13:02
“Vous me donnez envie de gerber.”

Alors que Sportsmaster venait d’incarner par son rôle d’avocat toute la vérité crue d’un système économique hors de contrôle, il avait choqué. Et pas que l’homme qui venait d’ouvrir la bouche. Cet homme était Sami Mäkäräinen, le représentant d’un gros fabriquant de téléphonie Finlandais. Un homme qui en tout cas tel qu’il se percevait lui même et son entreprise, n’avait jamais basculé du coté obscur des affaires. Bien entendu c’était a prendre avec des pincettes, son entreprise avait déjà bien eue quelques petits travers, quelques pollutions de fleuve longtemps non assumées...mais par rapport aux autres ils étaient des anges. Ils avaient fait depuis amende honorable et étaient mêmes devenu écoresponsable, fair-trade et tout le tintouin leur assurant une jolie collection de labels verts sur leur packaging en carton biodégradable.

L’homme avait la trentaine, il n’était pas très grand, avait le teint pâle typique des scandinaves, et était plutôt mince . L’ironie de la situation voulait qu’il soit aussi très sportif, un marathonien médaillé dans des championnats européens comme d’autres membres de sa famille à l’époque ou le rêve olympique voulait encore dire quelques choses et que les Finlandais raflaient tout. Il en rajoutait une couche en dévisageant Lawrence, les mains sur la table


“...En cinq ans que je fais ce métier je n’ai jamais vu quelqu’un assumer avec une tel aisance agir ainsi. C’est proprement scandaleux. Vous n’avez pas honte?”

Il fixait le regard de Sportsmaster bien conscient qu’il n’oserait pas se lever pour lui mettre une tarte sous peine de discréditer les intérêts de Zukunft. Pourquoi agissait il ainsi, si la plupart des gens autour de lui ne pipaient mot à ce qu’avait dit Lawrence, bien que certains soient mis mal à l’aise? Mais parce qu'en plus d’être un monde de requins, c’était un monde d’hypocrites. C'était pas des criminels, c'était des dirigeant d'entreprise. Vous savez ceux qui donnent du travail, merci à eux sans quoi on ne saurait certainement pas comment faire. Et ils oralisaient rarement avec des inconnus au sujet de sa malhonnêteté, quand bien même ils savent qu’on a beaucoup à se reprocher. Ça n’aide pas la bonne conscience, c'est mieux de se dire qu'on donne du travail à ces pauvres gens du tiers monde quand on se parle. Et Ça n’aide pas si quelqu’un dans la pièce a un micro et balance tout çà à un média pas assez corrompu par les participations en action des sociétés présentes dans la réunion.

Dans le cas de Mäkäräinen il se dressait doublement contre Lawrence. Déjà parce que ces pratiques le dégouttait depuis longtemps et qu’il restait a se taire sans en parler à ses collègues bien que tout le monde sache que c’était mis en oeuvre sans vergogne. Mais aussi parce que si Zukunft était en fait des foutus enfoirés portant le micro d’un service d’investigation d’état ou médiatique, il fallait montrer ostensiblement qu’il n’adhérait en rien à ces propos. Victor tâchait de calmer le jeu car Lawrence venait de lui donner un coup de chaud avec sa provocation. Il tirait sur sa cigarette modifiée et se tassait sans son fauteuil.

“Nein...Nein...je t’arrête Perry parce que tu n’es pas clair et les gens vont se méprendre, on ne méprise pas les lois. Perry les connait bien, on s’adapte juste à elles en faisant souvent des workaround.”

Le représentant d’Apple ouvrait la bouche.

“Moi personnellement, il ne m’a pas choqué Herr Schäfer. J’aimerais bien travailler avec monsieur Shapiro on est sur la même longueur d’ondes.”

Victor ne trouvait rien à rajouter à çà, il tirait a nouveau sur sa cigarette en prenant conscience que l’attitude de Lawrence divisait les participants de la réunion mais qu’au moins les plus gros clients leurs resteraient peut être acquis.
___________________________________

En bas, Catwoman avait faite une scène en accusant son chef de harcèlement. Avant la fin 2017 personne ou presque ne parlait de harcèlement en entreprise dans ce pays. mais depuis cette affaire avec un producteur d’hollywood même ici les choses bougeaient, et un autre responsable venait maîtriser son collègue qui ne voulait pas lâcher le bras de Selina. Il s’adressait à lui en coréen.

“ Du calme, tu as du café sur toi, vas te laver plutôt, et passe toi de l’eau sur le visage çà te calmera!”

L’autre partait en continuant à hurler des insultes à l’égard de Selina, claquant la porte derrière lui. Tout le monde était attroupé autour de Catwoman surtout de jeunes hommes qui il fallait l’avouer, l’avait déjà souvent regardée avec l’oeil conquis lors-quelle déambulait parmi eux.

“Ca va aller?”

Pendant ce temps le plan continuait à bien se dérouler. Jason et Tara avaient accès au bureau et tout le monde était allé autour de Selina pour voir ce qu’il pouvait bien se passer. Et pour couronner le tout, le chef ingénieur avait oublié de verrouiller son écran en partant après la voleuse de Gotham.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5544-la-quete-du-coeur-de-glace#77243
Inscription : 22/08/2017
Messages : 214
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate ; Tempest.
Situation : Billionaire. Playboy. Philanthropist. Evil genius.
Localisations : Metropolis.
Secret Society
MessagePosté le: Mar 8 Mai 2018 - 18:26
Le discours de vérité de Perry Shapiro, alias Sportsmaster, a choqué.
Bien ; ce fut le but.

Alors qu'un silence terrible s'est instauré après son allocution, les réactions orageuses n'ont pas tardé – et si elles sont agressives, dures, brutales, elles permettent surtout d'identifier les esprits faibles, les âmes nobles, les gentils, bref ceux qui auraient des doutes pour aller plus loin.
Ce n'était pas forcément le plan, mais ça sert quand même.


 « Je vous remercie, Monsieur. »

Sa voix de serpent se refait entendre, et il commence par un mot pour le représentant d'Apple, qui joue franc-jeu et confirme leur future collaboration.

 « Et, soyons honnêtes pour une fois, Herr Schäfer : nous violons autant les lois que nous les détournons. Disons que nous violons les lois morales, en détournant les lois locales bien faibles et floues des pays que nous manipulons. »

Il se penche en avant, après avoir glissé quelques paroles à Victor – puis il se tourne vers Sami Mäkäräinen, son adversaire et opposant principal.
Okay, pense-t-il ; toi, t'es mort.


 « Non, Monsieur, je n'ai pas honte. Je n'ai pas honte de créer des emplois. Je n'ai pas honte de fournir des produits de haut niveau à des prix bas. Je n'ai pas honte de favoriser la circulation des capitaux. Je n'ai pas honte de faire vivre des pays ravagés par la guerre, et je n'ai pas honte de participer à une évolution, certes faible mais réelle, de ces populations en si grande difficulté. »

Le discours est rapide, sec, brutal.
Mais il est loin d'avoir terminé.


 « Je n'ai pas honte de faire mon travail, non. J'aurais bien plus honte de coucher avec une prostituée mineure, amenée dans une chambre par un macro brutal et violent, qui l'a violé pour voir la marchandise, et s'en débarrassera quand elle sera enceinte... de ça, oui, j'en aurais honte. »

Ses yeux se plissent, et un sourire mauvais glisse sur ses lèvres.

 « Et vous ? »

La pique est violente – surtout parce qu'il a fait surveiller les intervenants à cette réunion la veille ; et qu'il est, pleinement, en train d'amener ce cher opposant sur un terrain des plus dangereux...

(HJ/ Résumé rapide :
- Sportsmaster ne se laisse pas démonter et reprend la main ;
- Sportsmaster piège l'opposant en évoquant sa soirée de la veille, pour confirmer sa pleine gestion de la situation. /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 22/01/2017
Messages : 202
DC : Jade, Dolphin & Razorsharp
Localisations : St Roch
Secret Society
MessagePosté le: Mer 9 Mai 2018 - 23:31
Tara avait accueilli l'ouverture de la cage d'ascenseur avec une moue impatiente. Elle grogna un "merci" à Jason et - à quatre pattes, histoire d'éviter de se faire repérer - se glissa dans le chariot du ménage.

Jason ne pouvait voir Tara mais Tara faisait la gueule. La position n'était pas à son avantage. Elle se sentait impuissante et exposée. Quelle gueule ça aurait si on venait mettre à exécution le mandat d'arrêt international qui pesait contre sa pomme alors qu'elle voyageait en tant que passagère clandestine du chariot d'un agent de propreté ?

Tara maudit silencieusement Jason, les agents d'entretien et la Corée et les Coréens. Elle compta les secondes, les minutes. Consciente qu'à chaque tour de roue de ce drôle de véhicule terrestre sans moteur, ce serait encore à elle de jouer.

Elle entendait du barouf. La voix de Catwoman. En coréen et en anglais. Il y en a qui avait bossé pour de vrai pour en arriver là. Et puis, il y avait Tara. Née avec une petite cuillère dorée, ayant acquis ses pouvoirs en faisant un sourire et des yeux implorés, élevée dans les rangs de la vilenie en raison d'une vilaine promotion canapé un brin sordide... Tara n'avait ni talent, ni mérite. Elle n'était même pas aristocratique. Juste nihiliste. Elle était la preuve par A+B que la vie n'avait aucun sens et que tout devait crever le plus vite possible. Elle...

... s'égarait à nouveau. Le chariot venait de s'arrêter. Elle grommela à l'attention de Jason, en passant la tête pour voir si la voie était libre :

"M'ci pour la promenade"

Puis, avant de sortir de sa cachette, elle attrapa des gants en latex qu'elle enfila. Puis des petits chaussons en latex qu'elle enfila également. Puis une charlotte en latex, qu'elle se flanqua sur la tronche...

... ce serait bête d'être confondue par son ADN au moment de l'inévitable enquête s'ils étaient moins que surhumains dans l'infiltration.

Protégée ainsi, véritable égérie du safe-sex le plus absolue, Tara posa un pied (ganté de latex) dehors. Puis un autre. Et s'extirpa ainsi du chariot pour pénétrer dans le bureau de l'ingénieur-qui-avait-même-zappé-de-verrouiller-son-ordinateur.

Bon, faut dire que quand elle le voulait Catwoman pouvait être sacrément convaincante.

Faisant attention à ne rien déranger, Tara inséra la clé-USB, qui était précédemment cachée dans sa godasse abandonnée dans l'ascenseur (rien qu'à l'idée de devoir redescendre dans cette cage d'ascenseur à la force de ses seuls bras... pour attendre qu'on vienne la délivrer, plongea Tara dans un désarroi relatif), dans l'ordi du type. Elle était programmée pour automatiquement remplacer le vrai-fichier par le faux, le bidonné. Histoire de pas avoir à solliciter trop les non-talents informatiques de Tara.

Pendant que la manipulation informatique avait lieu, Tara farfouilla avec ses doigts gantés les fichiers papiers pour trouver celui relatif à la fausse boite de Fries. Le trouvant, elle récupéra l'analyse-vraie et la planqua dans son chemisier. Puis, elle glissa les documents bidonnés dans le dossier et le rangea à sa place. Normalement, la clé-USB avait du finir d'uploader... elle n'aurait plus qu'à la récupérer, à filer dans le chariot et à retourner dans l'ascenseur...

"Mission accomplie" grogna Tara dans son oreillette à qui voudrait bien l'écouter...

[HJ /

- Tara sort du chariot, non sans avoir recouvert de latex ses mains, pieds et cheveux (pour par laisser d'ADN)
- Tara rentre dans le bureau et remplace les fichiers dans l'ordinateur à l'aide de sa clé-USB
- Tara échange les documents dans le dossier papier
- Tara indique qu'elle a terminé et qu'elle entend faire le chemin inverse pour retourner dans l'ascenseur...

/ HJ]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t3372-fiches-rp-de-jade-liberty-belle-ani
Inscription : 20/10/2017
Messages : 176
DC : Diana Prince ; Jessica Cruz ; Koriand'r
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Ven 11 Mai 2018 - 22:59


Big Brother is cheating on youSSE
C’était – et ce, sans aucun doute – bien plus amusant que de frotter les traces de chaussures trop vernies sur le sol, Jason devait bien se l’avouer. Son chariot avait pris un peu de poids et le pousser n’était pas aussi facile, mais Tara, bien que plus lourde qu’un seau d’eau rempli, ne faisait pas non plus partie de la catégorie des poids lourds. Tout dérèglement des roulettes de faible qualité du chariot était rapidement amorcé par le plaisir de savoir que Markov était pliée entre les produits d’entretien, de toute façon, et à cet instant, rien qui aurait pu arriver ne pourrait entacher la bonne humeur de Jason. Pour tout dire, il devait même résister à l’envie de se pencher pour soulever le linge et jeter un regard à Tara. Rien que d’imaginer la tête de cette dernière, il se sentait pousser des ailes.

Si bien qu’ils arrivèrent rapidement au bout du couloir. La porte du bureau qui les intéressait était entrouverte, ce qui n’était pas plus mal. Il n’aurait même pas été étonnée de savoir que c’était là un détail dont Selina s’était assurée. Professionnelle et grande improvisatrice, certes, mais soignée et toujours mortellement précise. Si elle ne croupissait pas à Blackgate, c’est qu’il y avait une raison, après tout.

Jason négocia donc la fin du couloir de sorte à ce que le côté du chariot par lequel Tara était entrée et pouvait ressortir donne presque directement sur le bureau. Il fit mine de chercher dans les produits et autres accessoires nécessaires à son « boulot » le temps que Tara ne s’extirpe du chariot et ne se glisse dans le bureau. Il s’arma ensuite de sa propre paire de gants et d’un vulgaire flacon de produit au bec diffuseur des plus banals. Sauf que le produit à l’intérieur ne dépoussiérait pas – ou alors, toute trace d’ADN seulement.

Il entra à la suite de Tara et poussa la porte derrière lui, de sorte que quiconque voulant entrer doive pousser le chariot, toujours en plein milieu du passage. Histoire de. Les nombreux coups d’œil qu’il jetait à travers la porte pouvaient ne pas suffire. Prudence mère de sureté, blah blah blah.

Il se tourna vers l’intérieur du bureau et Tara qui était déjà en pleine action, et leva la bouteille de produit et le chiffon avec un grand sourire.

« Dis-moi si tu penses avoir laissé un peu de toi derrière toi. » Il désigna la charlotte sur la tête de Tara avec un nouveau sourire, tout aussi taquin. « On sait jamais, des fois, ça peut craquer. »

Il continua de monter la garde, son regard sautant de Tara à la porte menant au couloir et vice versa, jusqu’à ce que cette dernière ne se redresse et fourre de nouveau la clé USB dans sa poche. Jason vaporisa un peu de son produit ici et là, histoire de faire vraiment croire qu’il était venu nettoyer le bureau, laissant ainsi derrière lui l’odeur chimique habituelle, située quelque part entre les effluves d’eucalyptus et, étrangement, les pâtes au pesto.

« C’est reparti pour un tour, » lança-t-il à Tara. Il tendit la main et décoiffa cette dernière de sa charlotte avant de récupérer ses gants et autres accessoires de mode douteux. « Je sors d’abord. »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Il quitta le bureau, jeta ses gants roulés en boule avec les affaires de Tara et les jeta dans l’immense sac poubelle accroché à son chariot. Puis, prétendant lutter de nouveau contre l’éternel problème de tout chariot dont les roues ne semblent pas vouloir coopérer, il secoua un peu ce dernier, pour le rapprocher encore plus de la porte du bureau.

« En voiture, » chuchota-t-il.

Tara quitta le bureau, remonta dans le chariot et, hop, retour à l’envoyeur. Jason négocia – avec brio, il fallait le dire – le demi-tour et repartir, tranquillement en direction de l’ascenseur. Il entendait toujours au loin les commotions amenées par la diversion de Selina, ce qui n’était que bon signe. Et bientôt, l’ascenseur surgit devant eux.

Il arrêta le chariot devant ce dernier, en fit le tour, et, après vérifié de chaque côté du couloir, écarta de nouveau les portes.

« Terminus, tout le monde descend, » souffla-t-il, l’air de rien.

Une fois qu’elle serait retournée à l’intérieur, il n’aurait plus qu’à refermer l’ascenseur, récupérer la puce et se tirer pour partir en pause déjeuner, comme si de rien n’était.

Ce midi, ce serait jajangmyeon.



© 2981 12289 0

Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 21/09/2017
Messages : 224
DC : Shiera Sanders/Hawkgirl
Situation : Désespérée
Localisations : Gotham
MessagePosté le: Lun 14 Mai 2018 - 11:35
Big Brother is cheating on you
feat. Secret Society

Faire diversion.... c'est un autre domaine dans lequel j'excelle mais je dois dire que ne pas montrer mes talents de cambrioleuse est quelque chose qui me fait plutôt bizarre. Moi qui suis de nature plutôt discrète, je dois dire que me donner en spectacle n'est pas dans mes habitudes. Hurler comme une furie, m'agiter dans tout les sens.... ce n'est pas comme ça que je procède en temps normal. Par contre, attirer l'attention, c'est une chose que je fais dés que j'en ai l'occasion et là quelle occasion. Je me donne en spectacle pour la bonne cause et il faut bien dire que je suis plutôt douée dans le genre comédienne. Rien qu'en poussant des cris j'ai réussi à attirer pas mal de monde et surtout les gardes qui auraient pu empêcher Tara et Jason de faire le travail. Le patron, le pervers, lui par contre digère mal le fait de se faire insulter de gros porc... J'y suis allée fort en le traitent de violeur mais tant pis. Monsieur n'avait qu'à pas passer son temps à me reluquer les fesses et la poitrine. Et franchement, il a de la chance que je sois sous couverture parce que je pense que je lui aurai appris les bonnes manières et le respect des femmes.

Alors que je continue de crier au scandale et que du monde continue de s'agglutiner autour de nous, un collègue vient maîtriser le patron qui continue de me tenir par le poignet. C'est qu'il me fait mal en plus ! Ma parole, toi je te retrouve dans un couloir, je jure que je te file une raclée dont tu souviendras toute ta vie. Je vais te faire ravaler ton ego de mec et ton envie de sauter sur tout ce qui a une paire de seins ! Il finit par me lâcher et suivre son collègue. Pfiou voilà une bonne chose de faite. Autour de moi, les esprits se calment un tant soit peu mais je remarque, non sans un plaisir certain, que des hommes se sont attroupés autour de moi pour prendre des nouvelles. L'un d'eux me demande si je vais bien et si ça va aller. Je lève les yeux vers lui et un sourire timide se dessine sur mon visage. Sourire qui est en réalité bien plus grand dans mon esprit puisque je reconnais celui qui passe son temps à me reluquer à la cantine en se croyant discret. Vous savez c'est le genre de mec à baisser les yeux dés qu'il voit une fille qui lui plaît et qui rase les murs quand elle passe près de lui en espérant que ces derniers vont l'avaler tout entier. Je lui répond, dans sa langue.

"Oui merci..."

Je me redresse et cette fois, ce n'est plus la femme apeurée qui entre en scène mais celle pleine de colère.

"Croyez moi il ne va pas s'en tirer comme ça ! Il va payer pour ce qu'il m'a fait !"

Acte II lancé, il est temps de faire un scandale et de promettre de faire couler la boîte pour avoir fermé les yeux devant toutes les plaintes... Parce que oui, même si moi c'est du cinéma, certaines femmes de la boîte vivent ce cauchemar pour de vrai... Donc si je peux aider à ce que ça s'arrête, je vais le faire avec le plus grand plaisir !

Je ne sais pas du tout où en sont Jason et Tara et à vrai dire pour le moment ce n'est pas tellement le soucis qui occupe mon esprit. Si je peux aider ces femmes avant de partir, je vais le faire !

HRP:
 
©️ nightgaunt


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 16/01/2018
Messages : 359
DC : Wesley Dodds / Sandman, Silver Banshee, Zinda Blake/ Blackhawk
Situation : Oeuvre pour la Société Secrète
Localisations : Groenland
Secret Society

MessagePosté le: Lun 14 Mai 2018 - 20:12
Le coup de théâtre avait frappé tout le monde . Avec une violence inouïe Shapiro avait envoyé bouler Mäkäräinen en avançant des insinuations concernant une prostituée mineure qu’il aurait rencontré la veille.

L’effet était saisissant pour toutes ces têtes bien faites, car quand elles virent celle du Finlandais se décomposer en direct elles comprirent qu’ils n’avaient pas face à eux un avocat ordinaire. Et là il y avait deux voies: çà passe ou çà casse. Ou çà passe et ils prennent tous peur que leur vie soit entre les mains d’une entité qui semblait tout savoir d’eux, et lui cède pour ne pas avoir de problèmes. Ou çà casse et leurs personnalités boursouflées par l’égo de compter parmi les grands de ce monde leur fait congédier la clique de Zukunft manu militari. Le coup de poker était énorme, Sportsmaster avait dévoilé son full alors que l’ennemi avait peut être un carré d’as. Mäkäräinen qui était rouge et transpirant prit la parole.


“Je...je dois vous laisser je ne me sent pas trés bien.”

Puis il quittait la salle d’un pas rapide sous le regard de ses confrères des autres sociétés. Connaissez vous l’assertivité? C’est un concept développé par le psychologue Wolpe indiquant -très schématiquement et en faisant preuve d’un esprit vulgarisateur confinant à la paresse- que quand il faut dire quelques choses qu'on aimerait ne pas avoir à dire il existait trois manières naturelles de réagir. L’agressivité, la manipulation, et la fuite. Et la très clairement c’était la troisième solution que le marathonien avait adopté, ce qui tombait bien car il pourrait courir longtemps.

Pendant ce temps Tara et Jason avaient exécuté le plan de remplacement des dossiers avec une coordination parfaire. Un vrai ballet, (ou plutôt balai dans le cas de Red Hood) qui était des plus inhabituel pour ces deux personnages. Un rôle à contre-emploi réalisé brillamment, dommage qu’il faille ne jamais en parler à personne.


Dans son oreillette, Freeze entendait que son “ assistante Suisse” avait remplacée les notations. Parfait. L’arrivée de ceux ci réchaufferaient l’ambiance, enfin pas trop si possible pensait il en tirant sur sa “cryogarette” en croisant le regard de Sportsmaster qui faisait le show. Il prenait la parole.

“Hem, Ja c’est une réalité que vous faites bien de souligner Perry. A titre d’exemple... Sehr gut…”


Pendant ce temps Catwoman avait mise le grappin sur l’amoureux transit de la cafet’ mais celui ci recevait un appel de Min Sun-Sin qui lui tirait le bretelle car les dossiers n’étaient toujours pas arrivé . Le numéros deux des ingénieurs était obligé de lui expliquer que le numéros un s’était absenté du lieu de travail en hurlant, sans pouvoir s’étendre davantage. Il raccrochait en s’adressant à Selina.


“Oui oui...passes aux ressources humaines demande le directeur et explique lui ce qu’il c’est passé. Je-je suis désolé je...d...dois m’absenter….”

Il était troublé que Selina l’ai regardé et courait récupérer les données dans l’ordinateur du patron, avant de partir en courant vers l'ascenseur. Il s’énervait car il était bloqué puis prenait l’escalier. Quelques instants plus tard il arrivait essouflé dans la salle de réunion, tendant la clé au maître des lieux.

“Eh bien...un problème Park?”

“Désolé monsieur, désolé.”

Min Sun sin n’ajoutait rien en le laissant disposer d'un geste de la main, insérant la clef pour afficher les résultats des études sur un grand écran. Des résultats excellents, rivalisant de peu avec les produits de Kord industries pour beaucoup moins cher. L’assemblée semblait néanmoins réfléchir. Ça avait passé ou çà avait cassé? Combien mordraient à l‘hameçon? L’espionnage de Savage des communications mondiales sera t’il total, partiel, ou nul?

Hj:
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5544-la-quete-du-coeur-de-glace#77243
Inscription : 22/08/2017
Messages : 214
DC : Mister Miracle ; The Bat ; The Atom ; Fate ; Tempest.
Situation : Billionaire. Playboy. Philanthropist. Evil genius.
Localisations : Metropolis.
Secret Society
MessagePosté le: Mar 15 Mai 2018 - 9:16
Une tension terrible règne, dans la salle de réunion, après les répliques brutales de Perry Shapiro.
Tout le monde attend – tout le monde guette la réaction du Finlandais, clairement mis au pilori par les révélations troubles de l’avocat de Zukunft ; de son côté, Sportsmaster se retient de sourire, et encore plus de rire, devant la détresse grandissante de Mäkäräinen… qui choisit, finalement, la fuite plutôt que le combat. Perdu d’avance ou non.


« Bien sûr, Monsieur. »

Sa voix est douce et mielleuse, quand son ennemi vaincu se lève et tente de fuir le plus rapidement possible.

« Prenez votre temps. »

Son regard de serpent glisse, ensuite, sur les autres membres de la réunion ; le message est clair.
Ne nous provoquez pas, ne nous attaquez pas – car nous répliquerons, et nous avons bien fait nos devoirs.

Victor enchaîne, pour embrayer et confirmer les paroles de son conseiller juridique, alors que le plan, le véritable plan se finalise ; enfin.
Tandis que les autres agents de la S.S.E. préparent leurs fuites, leurs départs définitifs après la réussite de cette mission si spécifique, Lawrence Crock comprend qu’ils vont devoir faire de même, ici ; et vite, pour éviter que les coïncidences ne deviennent trop évidentes pour leurs victimes.


« Hum… la sortie de Monsieur Mäkäräinen me fait penser que, moi aussi, j’ai quelques besoins qui devraient être assouvis. Je pense que nous avons fait le tour des questions, au moins juridiques.
Messieurs, vous connaissez nos produits, vous connaissez nos tarifs, vous connaissez notre fonctionnement, et vous nous connaissez. Je ne vous insulterais pas en sollicitant une réponse immédiate, et je suppose que l’heure d’un légitime délai de réflexion est venue. »


Un sourire carnassier glisse sur ses lèvres.

« Zukunft vous remercie pour votre temps, votre patience et vos questions. Nous sommes à votre disposition pour répondre aux prochaines – et signer les contrats, dès qu’ils vous auront plu. »

Un léger rire, sans joie, s’échappe de sa gorge.
Puis, le mercenaire se lève et salue chacun, en préparant sa sortie ; il est temps que ça se termine. Il est temps qu’il retrouve son vrai costume !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Inscription : 16/01/2018
Messages : 359
DC : Wesley Dodds / Sandman, Silver Banshee, Zinda Blake/ Blackhawk
Situation : Oeuvre pour la Société Secrète
Localisations : Groenland
Secret Society

MessagePosté le: Ven 18 Mai 2018 - 10:24
La réunion toucha à sa fin, les potentiels clients ne dévoilant pas à l’instant même si ils avaient porté leur choix sur le composant de Zukunft. Gunther repartait le fauteuil poussé par sa chère Hilde, quand l’avocat de l’entreprise était lui déjà parti un peu plus tôt.

Le pauvre Red Hood eu pour consigne de rester à passer le balais encore une semaine afin de ne pas éveiller les soupçons, Catwoman quittant elle son post le soir même. En effet les ressources humaines ne voulaient pas de problème suite aux accusations qui étaient formulées, aussi la stagiaire se vit elle proposer un accord amiable: elle quittait son emploi qui de toute manière n”avait pas vocation a être de longue durée, sans préavis, et ne porterait pas plainte en échange de quoi ils lui donnerait de bonnes appréciations sur une lettre de recommandation. C’était parfois le genre de deal de circonstance.

Victor fut contraint face à l’insistance des coréens de serrer des pognes en quittant les locaux, il s’y plia tout sourire, jouant le jeu jusqu’au bout. Une main robuste mais très froide, purent juger ceux qui la serraient.

Puis ils quittèrent les lieux dans une limousine aménagée, attendant les résultats. Et les résultats de l’arnaque de la SSE étaient bons. En vingt quatre heures tous les représentants présents à la réunion signèrent des contrats de commande pour équiper leurs téléphones avec le fusible espion. Même Nokia dont le représentant Mäkäräinen avait été leur principal opposant. Il avait pris peur, peur que ce qu’il faisait à l’étranger rejaillisse dans son pays où ce genre de scandale n’étaient pas cachés, peur que ses enfants aient leur vie gâchés à cause de lui. Ce que Savage n’avait pas eu avec la carotte il l’avait eu avec le bâton.

Ce serait 95% des téléphones et tablettes produits dans le monde qui seraient consultables à loisir par Vandal Savage et ses agents de la Secret Society. Ne restait en dehors de çà que quelques marques qui ne participaient jamais à ces réunions en tant qu’acheteurs, produisant leurs propres appareils avec leurs technologies et produits développées en interne. LexCorp, Kord, Wayntech… des constructeurs de coûteux produits de niche réservé à une élite. Le secret de l’emprise de Savage sur les télécommunications avait tout pour tenir, car le mouchard était trop petit pour être vu. Du moins tant que les ( très ) petits malins d’Ivy Town n’auraient pas à observer leur fusible en détail, songeait Victor en regardant les rues de Séoul défiler à travers la vitre de la limousine.


Hj:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dc-earth.fra.co/t5544-la-quete-du-coeur-de-glace#77243
Inscription : 05/10/2017
Messages : 16
Localisations : Quelque part, à comploter...
MessagePosté le: Lun 28 Mai 2018 - 11:34
La mission de la Secret Society of Evil s’est déroulée sans accroc.
Malgré la difficulté de la tâche, si déconnectée de leurs habitudes, le petit groupe mené par Victor Fries est parvenu à réussir – à convaincre des industriels, managers et présidents de leur faire confiance, et surtout à les manipuler.
Ils y sont parvenus ; et l’influence de la S.S.E. va maintenant être beaucoup plus intense, sur ce monde… et bien plus simple, surtout.

Quelques jours après, quand tous les contrats sont signés, et que la mainmise de l’organisation en sous-main est claire, les membres de cette petite équipe ont tous la surprise d’entendre quelques bips, sur leurs communicateurs – avant qu’un hologramme n’apparaisse…

… celui de Vandal Savage, leur employeur et supérieur hiérarchique.

« Encore une réussite ! Vos succès commencent à se compter, et ne cessent de me surprendre ; surtout dans le cadre d’une opération si éloignée de vos standards.
La mise en œuvre du plan a été idéale, et nous avons désormais la possibilité d’espionner et de contrôler la très grande majorité des téléphones de ce monde ; bravo. Un virement à cinq chiffres a été transmis sur vos comptes, et vous recevrez dans la journée des colis comprenant des téléphones portables dernier cri… qui font partie de ceux sur lesquels nous n’avons aucune prise.
Voyez cela comme une marque de confiance, et de reconnaissance. A nouveau, je bois à votre succès – en espérant ne jamais avoir à boire à vos décès ! »


Un rire sale s’échappe de sa gorge, alors qu’il boit – et que l’hologramme disparaît.
Il ment, bien sûr.
Les téléphones transmis sont sous contrôle, et il espère que certains seront assez stupides pour le croire sur parole ; leur contrôle sera alors plus facile… encore, plus facile, pour celui qui considère avoir déjà droit de vie ou de mort sur eux !


(HJ/ Ce sujet est désormais terminé, merci à tous ! /HJ)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessagePosté le:
Revenir en haut Aller en bas
 

[SSE] Big Brother is cheating on you

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Big Brother (au Québec)
» THREEZERO - TROOPER / BROTHER FUNG TROOPER
» Petite parodie des 2min du peuple pour mon twin brother xD
» The Pacific : Band of Brother version US marines...
» [SOFT] iPRINTandSCAN : Utiliser votre imprimante Brother depuis votre smartphone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DC Earth - Forum RPG Comics :: La Terre :: Ailleurs :: Asie-